A voir d'urgence: l'amour du football par Eric Cantona

11.05.14

A voir d'urgence: l'amour du football par Eric Cantona

Tous les passionnés de football aiment le Brésil comme les passionnés de F1 aiment Ferrari. Brésil est synonyme de football. C’est grâce à Pelé que le football est devenu hyper médiatisé. Tout est parti des larmes de bonheur du jeune virtuose de 18 ans, vainqueur de la Coupe du monde 1958, la première remportée par le Brésil. Cantona à Rio ce n’est pas une carte postale. Il s’agit d’un très bon reportage entremêlé d’images d’archives.

Looking for Rio
Voir Cantona serrer Zico dans ses bras est un grand moment: “Il a été important, pour nous…” dit le King. Et c’est vrai que le “Pelé blanc” fut un immense joueur avec Socrates, la génération maudite. Socrates, Zico, Cantona… trois virtuoses sans Coupe du Monde.
Cantona fait bien ressentir la passion du football. Un fan carioca dit: “En Europe, les gens vont au stade en costume cravate pour applaudir, ici on pleure ou on rit". Je suis donc un Brésilien !
Autres grands témoignages. Après un derby de folie: “On ne sait pas ce qui est le beau beau: la joie des vainqueurs ou la tristesse des perdants". Beau dans le sens profond.
Et pour finir: “Le derby Fla-Flu a été crée 40 minutes avant la création du monde". Là, on atteint le grandiose. (Je cite tout de mémoire, j’ai le sens mais peut-être pas les mots exacts).
Oui, l’Europe a inventé le football mais c’est au Brésil qu’on y joue le mieux.
Triste constat: l’argent pousse les joueurs brésiliens à quitter le Brésil alors le niveau des matchs au Brésil a baissé. Aujourd’hui, Pelé jouerait à Barcelone. Ronaldo Luis Nazário de Lima, dit Ronaldo n’a jamais joué dans l’un des quatre grands clubs cariocas.
Dans la série des Derbys, les frères Cantona font une halte à Rio de Janeiro qui a la chance d’avoir quatre grands club: Flamengo, Fluminense, Vasco de Gama et Botafogo.
Tous les précédents traitement des derbys ont été une pleine réussite.
Celui sur Rio est à la hauteur des autres.
Rio c’est la ville du football par excellence, et il est très émouvant d’y voir déambuler Eric Cantona, tout émerveillé d’être sur place.
Il ne faut pas oublier que King Cantona a lui-même était un héros du ballon rond.
Dans le document, un authentique fervent du football dit: “Dites-moi, je vais me faire engueuler quand je vais dire à mes amis que je vous ai vu. Ils vont me dire: “Tu as vu Cantona, et tu ne nous as pas appelés!” A ce moment-là, King Cantona, sourit à la fois fier et gêné, la marque des grands humbles.
Alors, il y a Vasco de Gama, le premier club à faire jouer des noirs dans le Brésil raciste du début du XXe siècle.
Il y a aussi Fluminense qui a de la poudre de riz dans son attirail du supporter: cette poudre de riz que les joueurs noirs étaient obligés de se mettre pour pouvoir jouer à “Flu". Au fil du match, le blanc disparaissait…
Il y a encore Flamengo, le club rouge et noir, et Botafogo, le club blanc et noir, qui a pris ses couleurs en hommage à la Juventus Turin. Blanc et noir, comme les footballeurs d’une équipe. Le football a imposé la coexistence dans la société. Merci au football que seuls les ignares méprisent.
Botafogo, le club du mythique Garrincha que l’on voit très bien dans le documentaire.
La ville de Rio est sans doute l’une des plus belles villes du monde: le soleil, la plage, l’océan, le ballon, la samba, les femmes.
Les mauvais côtés de Rio ? La perfection n’existe pas dans ce monde, mais Rio s’en approche !
Suivez Cantona dans les rues, au milieu des danseurs et danseuses, avec des haltes auprès de Romario et Zico.
Dieu que le temps passe vite !
Encore un mot sur Romario qui prédit “le fiasco” pour la Coupe du Monde 2014, au Brésil. Il faudra se souvenir de cette prémonition. Romario mérite toute notre attention, par respect pour son football.
A la fin du film, on voit les quatre maillots des immenses clubs cariocas floqués du nom CANTONA.
Voilà qui finit bien ce superbe documentaire où l’on voit aussi les trois frangins Cantona. La boucle est bouclée.

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Zola-Lampard [Visiteur] Email
quand j'entend spays, ça mfait tilter une chanson de benjor "mas que nada"
sinon jvais Watch

buen dia
PermalienPermalien 11.05.14 @ 13:26

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Novembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software