Archives pour: Mai 2014

31.05.14

Vercors, l’homme du silence, d'Alain Riffaud (Portaparole)

Les trop méconnues éditions Portaparole méritent un grand coup de chapeau tant elles participent au rayonnement de la littérature. La maison italo-française publie des essais, des narrations et des poésies, qui sont tous d’un excellentissime niveau dans une présentation de toute beauté, sans jamais être ostentatoire.
«Vercors invite chaque homme à toujours conserver la conscience en alerte », écrit Alain Riffaud dans l’indispensable biographie qu’il consacre à l’écrivain dont on parle si peu. Les médias aiment mieux remuer la fange à propos de Céline que de rappeler le parcours d’un honnête homme. Quelqu’un qui cherche à rassembler la France et l’Allemagne dans une fiction, alors que les deux pays étaient en guerre, est un humaniste de très haut parage. Tel était l’auteur du Silence de la mer écrit en 1941 et publié clandestinement en février 1942, à 350 exemplaires dans un atelier du boulevard de l’Hôpital, à Paris. C’est la première publication des Éditions de Minuit, cofondées par Jean Bruller et Pierre de Lescure en octobre 1941.
Le récit est signé Vercors, nom du maquisard Jean Bruller (1902-1991), graveur et dessinateur. Homme raffiné, musicien et lettré, amoureux de la France et de sa culture, le personnage Werner Von Ebrennac croit toujours en une possible union entre l’Allemagne et la France. L’Allemagne nous a donné: Bach, Haendel, Beethoven, Wagner, Mozart… Et la France: Molière, Racine, Hugo, Voltaire, Descartes, Chateaubriand, Flaubert, Buffon, Boileau, La Fontaine… Hitler ne pèse rien face à la culture. Hélas ! les dictateurs ne demandent pas la permission avant de commettre leurs crimes.
Alain Riffaud signale que Jean Bruller est né le jour du centenaire de la naissance de Victor Hugo. Son père, un Hongrois voulait donner ses deux prénoms au nouveau-né mais la maman, l’institutrice Ernestine Bourbon, eut le dernier mot avec Jean. Le biograpphe attentif voit cependant un écho à Victor dans le choix du pseudonyme Vercors. Il est vrai que le massif alpin fief de la Résistance évoque aussi la force du créateur de Jean Valjean. Les livres ont toujours été au cœur de la vie de Vercors : son père réussit une parfaite intégration, oeuvrant dans la papèterie, avant de devenir comptable puis éditeur avenue du Maine à Paris d’où il diffuse les livres de Dumas, Hugo et Zola. Elevé dans une très bonne ambiance, Vercors obtient le bac en 1920 et se destine à l’illustration pour assouvir sa passion du dessin. Il en publie aussitôt dans la presse et puis atterrit chez Citroën dans la section publicité. Le constructeur automobile était aussi un pionnier dans ce domaine.
Au niveau de la vie privée, Vercors s’est marié deux fois. En 1931 avec Jeanne Barrusseaud, gérante de librairie, rue Bonaparte, puis Rita Braniss en 1957, une juive allemande qu’il connaissait depuis dix ans. Entre temps, Vercors poursuit son travail d’illustrateurs dans la presse et l’édition. Il se lie d’amitié avec plusieurs créateurs dont Jules Romains et Théodore Mona. Il participe au lancement de Vendredi, le périodique de gauche fondé par Chamson et Guéhénno. Comme il ne veut pas publier dans la France officiellement nazie, il touche un peu à tout. Petit à petit, lui vint l’idée de publier sous le manteau. Ainsi naissent les Editions de Minuit.
Un ami banquier lui avance de l’argent. Vercors publient Triolet, Mauriac, Aragon, Eluard… Le général de Gaulle est lecteur de Vercors. En tout, 25 ouvrages voient le jour de 1942 à 1944. Vercors est résistant par le livre. La circulation de la littérature qu’il aime est un acte de résistance très important. Il défend non le corps mais l’esprit.
Après-guerre, Vercors peu doué pour les affaires financières perd le contrôle des Editions de Minuit au profit de la famille Lindon. Compagnon de route du communisme, il s’en désolidarise au moment de son second mariage. Avec le temps, il prend du recul, aux abords de la soixantaine. Il ne sait pas alors qu’il a encore 30 ans à vivre. A l’ère de la médiatisation à outrance, il ne se vend pas comme de la vulgaire camelote intellectuelle comme tant d’écrivains qui ont besoin de liquide pour étancher leur soif de gloire, certains que la postérité sera sans pitié pour eux. Mieux vaut vendre de son vivant ce qu’il est possible d’obtenir. Vercors ne mange pas de ce pain.
C’est un homme libre et intègre. L’un ne va pas sans l’autre. Il est respecté par toute l’intelligentsia qui sait très bien qu’il refuse de se faire mousser. Solitaire, fier et humble, Vercors voyage et donne des conférences sur son thème de prédilection : la littérature est le plus grand engagement qui existe. Dans les années 1950, il alimente un nouveau sillon : le théâtre, devenant proche de Vilar et Gérard Philipe. Le livre est vraiment son moyen d’expression jusqu’à sa mort. Tout son parcours est admirablement raconté par Alain Riffaud qui n’oublie rien de rien.

-Vercors, l’homme du silence
d’Alain Riffaud. Portaparole, 131 p., 14 €

[Post dédié à Saint-Pol Roux]

Permalien 08:28:15, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'arrivée de van Gaal doit faire renaître Man United

Dans la mort de Malcolm Glazer, le 28 mai 2014, ne faut-il pas voir la fin du cycle Sir Ferguson, officiel cette fois car outre la mort du propriétaire, qui a acheté le club a crédit, on a vu aussi la fin de carrière de Ryan Giggs, comme joueur car à MU ?
Attention à MU, rien ne finit vraiment jamais.
La preuve ?
Sir Ferguson est directeur de MU.
Ryan Giggs, entraîneur adjoint.
Et les fils Glazer sont les nouveaux propriétaires héritiers de MU.
Non, la nouveauté c’est Louis van Gaal, le nouveau coach qui est méchant dans le bon sens. Il vient déjà d’envoyer sur les roses épineuses un journaleux qui lui demandait ce que cela faisait d’entraîner MU ? Le manager a rétorqué: “Question stupide! J’ai signé dans le plus grand club du monde et vous me posez cette question…” Cette réponse a cimenté van Gaal à tous les fans de MU du monde alors qu’il n’a pas encore fait une seule séance d’entraînement à Carrington.
Sur Yahoo! Brazil dans un article sur le coach des Pays-Bas, qui est actuellement van Gaal, on peut lire quelques noms susceptibles de rejoindre MU:
-"Van Gaal a remis à ses nouveaux patrons une liste de transferts possibles vers MU qui comprend Hummels, Kroos, Fàbregas, Strootman, Cavani et Robben. Trois ou quatre d’entre peuvent rejoindre Old Trafford peut-être avec le grand arrière gauche Luke Shaw (qui semble déjà être engagé secrétement)…”
Infos ou intox ?

[Post dédié à Julien]

30.05.14

Permalien 10:13:41, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Focus sur la génération des Bleus de 1998 qui a pris le pouvoir sur le terrain et dans les médias

Avant la période Platini a chaque phase de grands matchs internationaux on interrogeait la bande à Kopa, celle de 1958: Fontaine, Piantoni et puis c’est à peu près tout.
Aujourd’hui, on ne parle plus que des joueurs de 1998 même si Fontaine est parfois sorti de la naphtaline parce qu’il détient le record de 13 buts marqués lors d’une seule Coupe du Monde, celle de 1958 en Suède.
La génération Platini a beaucoup de mal à se faire entendre: on ne voit pas beaucoup Tigana, Giresse ou Amoros. Bossis est un tout nouveau consultant sur Canal + où travaille aussi O. Rouyer, le grand copain de Platini. Rocheteau est dans le staff de Saint-Etienne. Seul Platini est toujours aux premières loges puisqu’il est président de l’UEFA, en entendant sans doute mieux.
La génération de 1998 est donc présente partout. Avant, les anciens pros ouvraient un bar-tabac ou une maison de la presse. Aujourd’hui, ils deviennent consultants et parfois coachs ou sélectionneurs.
Lors de sa retraite des pelouses, Platini avait dit: “Les joueurs passent mais les journalistes restent…” Sa remarque n’est plus valable en 2014 car tous les anciens joueurs se prennent pour des journalistes.

Que sont devenus les vainqueurs de la Coupe du Monde 1998 ?

Fabien Barthez: pilote de voiture, directeur général du Luzenac Ariège Pyrénées qui vient d’accéder à la L2. Aime trop l’indépendance pour être prisonnier d’une lourde structure.
Lilian Thuram: très discret alors qu’il est le plus capé des Bleus (142 sélections).
Marcel Desailly: consultant Canal +. Ses commentaires sont vifs, incisifs, comme son jeu de jadis.
Frank Lebœuf: consultant RMC, TF1. Très bonne élocution, sans doute un nouveau J-M Larqué des ondes.
Bixente Lizarazu: consultant RTL, TF1. Autant à la radio, il se lâche, autant à la télé, il est figé dans son image Panini.
Didier Deschamps: sélectionneur de l’équipe de France. Un mental de fer conscient de sa force et de ses faiblesses.
Christian Karembeu: dans le staff de l’Olympiakos Le Pirée. Un faux flegmatique couvert de trophées.
Emmanuel Petit: consultant France Télévision. Un solitaire qui mène bien sa barque.
Zidane: entraîneur-adjoint du Real Madrid. A l’ambition justifiée d’être manager puis sélectionneur des Bleus. Il est appelé à refaire la une des journaux.
Youri Djorkaeff: consultant TF1. Electron libre comme autrefois sur le terrain.
Stéphane Guivarc’h, consultant Canal +. L’ancien attaquant a un style effacé

Remplaçants lors de la victoire 3-0 en finale de la Coupe du Monde 1998 :
Alain Boghossian: ex staff de l’équipe de France. N’a pas été conservé à la FFF suite à l’arrivée de Deschamps.
Christophe Dugarry: consultant Canal +. Mord plus avec les mots que sur le ballon de son époque.
Patrick Vieira: entraîneur des U19 de Manchester City FC. On l’attendait à Arsenal, mais l’ex valeureux capitaine des Gunners a été recruté par les Citizens.

Suspendu pour le match contre le Brésil, le 12 juillet 1998, au SDF:
Laurent Blanc: entraîneur du PSG après avoir été le sélectionneur des Bleus avant Deschamps. Très bon coach, il a déjà gagné deux L1: 2009 (Bordeaux) et 2014 (PSG).

Remplaçants:
Robert Pires: consultant Europe 1, Bein sport. Fait passer un courant de sympathie.
Bernard Diomède: consultant RTL. Bon analyste sans jamais utiliser le sensationnalisme.
Thierry Henry: consultant pour la BBC lors de la Coupe du Monde 2014, en compagnie de Gary Lineker, Rio Ferdinand, Clarence Seedorf, Alan Shearer, Phil Neville et Alan Hansen. La France est trop petite pour l’ambitieux parti aux Etats-Unis.

Permalien 10:01:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L’enfant grec, de Vassilis Alexakis (Folio/ Gallimard)

Intelligente et pleine d’humour, telle est la prose d’Alexakis. l’écorché vif a l’élégance d’avoir du talent. Par ailleurs, c’est un grand connaisseur de ballon rond.

Né à Athènes, Vassilis Alexakis est l’un de nos meilleurs prosateurs.
Il sait manier l’humour avec brio ce qui n’est pas évident. N’a-t-il pas écrit : « Les fenêtres sont des trous qui ont réussi ». Il était des romans car les recueils d’aphorismes ne se vendent pas. C’est bien dommage car dans ses romans, je cherche ses dictons ciselés de main de maître.
Alexakis tire aussi bien les enseignements de son enfance que Michel Platini frappait les coups francs. Dans L’enfant grec, il explore une nouvelle fois son enfance à travers un personnage qui passe du jardin du quartier de Callithéa à Athènes au jardin du Luxembourg.
A Paris, le héros a des béquilles comme si la vie était si lourde à porter avec le poids des ans que désormais il se fossilise de plus en plus. Dans le Luxembourg, il erre au milieu des ultimes témoins de sa vie en ombre chinoise : la dame pipi, un SDF ou plutôt un clochard à l’ancienne, le directeur du théâtre de marionnettes et un vieillard résurgence de Jean Valjean. Féérie de l’enfance. On songe à François Truffaut qui aimait que les adultes travaillent chez des frabriquants de jouet, cela évitait de grands discours. Avoir dans la poche un livre de Vassilis Alexakis c’est posséder l’elixir de la jeunesse éternelle.

-L’enfant grec
De Vassilis Alexakis
Folio/ Gallimard, 311 p., 7,40 €

Permalien 09:47:09, Catégories: GRANDE DAME  

Pauline Julliard, une table corse, la ferme de Campo di Monte (Gerkens/ Palmieri, Rouergue)

Si vous allez en Haute-Corse faites un détour par la Ferme de Campo di Monte, ouverte par Pauline Julliard qui représente une dynastie de cuisinières de premier ordre. La ferme de 1600 est située en Haute-Corse, dans la montagne qui domine le golfe de Saint-Florent. C’est un ancien bâtiment agricole transformé en restaurant de grande classe par la maîtresse des lieux qui concocte une cuisine corse ancestrale dans la grande tradition familiale.
L’ouvrage est composé de quatre séquences qui portent toutes un prénom d’une femme. Pauline-Marie, la grand-mère, dite la Parisienne. Née en 1890, l’élégante était aux fourneaux sept jours sur sept. Elle était douée pour les artichauts farcis, la soupe de montagne, les beignets et la présentation de la charcuterie. Le second chapitre porte le prénom d’Innocente, la mère de Pauline. Elle avait pour sobriquet la solaire. Sa cuisine était instinctive. Elle agissait vite selon les légumes de saison. Son plat de référence était la polenta à la farine de châtaigne. Ensuite vient Pauline, la Reine des lieux. Pauline dite l’Indépendante. « Fausse extravertie. Vraie timide » précise l’auteur, Danièle Gerkens sans un prose aussi directe que sensible. Le quatrième et dernier chapitre est baptisé du prénom de Marie, la petite-fille de Pauline qui incarne l’avenir. Reprendra-t-elle la succession ? C’est fort probable et surtout souhaitable. Dans les années 1960 beaucoup de gens ont vendu leur vieille table en chêne pour acheter du formica. En 2020, c’est l’effet inverse. Les valeurs sont à leurs vraies places, à 95%.
Au Compo di Monte, Pauline Julliard élabore une prodigieuse cuisine corse, celle du Nebbiu (ou Nebbio en français). Le Nebbiu est une micro-région méconnue, située dans le Nord de l’île. Elle s’étend autour de Saint-Florent, ancienne cité génoise devenue petit port touristique au fond du golfe du même nom. « Le Nebbiu est une région insaisissable (…) L’été tout est brûlé par le soleil, l’hiver il y a un vent glacial. » Nebbiu signifie brouillard. On y trouve beaucoup de végétation très variée qui forme un plateau herbeux où se dresse la Ferme de Compo di Monte, « isolée et fière ». A l’intérieur de la bâtisse, on se croit revenu à des siècles en arrière. Le temps y est subliment figé. « Un lieu coupé du monde (…) Une cuisine 100% terrienne (…) pour un nombre limité de couverts ». Lors de cette visite qui tient d’un poème avec des objets, des fruits et légumes, on peut y déguster des tomates vertes locales transformées en confiture pour manger avec le fromage.
Toutes les recettes mettent l’eau à la bouche.
Voilà un livre qui tranche avec ceux du genre. Sa couverture sans photo est aussi belle et sobre que la vision d’un plat de Pauline Juillard. Cet album est né sur une idée de Manuel Chaussade. Sa conception graphique est signée par Odile Chambaut. La prose efficace de Danièle Gerkens accompagne un ruban de photographies réalisées par Marion Palmieri qui arpente notre planète, dont la Corse, équipé de « chambres photographiques de grand format ».Cela donne des images avec parfois un flou artistique du meilleur goût. La rédactrice Danièle Gerkens s’est chargée d’écrire le texte parce qu’elle est elle-même un fin cordon bleu. Outre la cuisine, elle est aussi spécialisée dans l’économie, l’art et la religion. Un talent multiforme. J’espère vous avoir donné envie de vous lécher les babines. C’est ce qui arrive à force de lire toutes les recettes présentées dans l’album fort bien édité par les éditions du Rouergue. Un éditeur trois étoiles comme la cuisine de Pauline Juillard transmises par ses devancières.

-Pauline Julliard, une table corse, la ferme de Campo di Monte,
textes de Danièle Gerkens, photographies de Mario Palmieri. Rouergue, 192 p., 29,90 €

29.05.14

Permalien 18:26:47, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Coup de soleil, et autres nouvelles, d’Ivan Bounine(Editions des Syrtes)

En français, Ivan Bounine lit ici un mot pour se réjouir de son Prix Nobel de Littérature en 1933. Merci à Youtube de permettre un tel miracle. Quel choc de voir ces images. Un vrai revenant. Hélas! qu’un court instant. Bounine nous a donné des grands livres dont Les Allées sombres (L’Age d’Homme, 1987. LGF, 1990)

«Le plus terrible sur cette terre, c’est bien l’homme, son âme » peut-on lire dans Une histoire effrayante qui date de 1926. Ecrites à Paris ou dans les Alpes Maritimes, les huit nouvelles d’Ivan Bounine (1870-1953) restituent l’univers d’un écrivain qui ne cesse pas de s’interroger sur le sens de la vie, de la naissance à la mort.
Antibolchevique acharné, il haïssait les mouvements politiques qui massacraient son pays qu’il a fui pour, entre autres, trouver refuge à Paris. Ses personnages peuvent être tués sans raison ou pour des broutilles. Ainsi cette femme assassinée par deux voyous dont ne sait rien. Ils commettent leur crime et puis s’en vont comme s’ils avaient écrasé une mouche. L’auteur se demande alors s’il est bien sérieux de ne jamais riposter parce que les assassins, eux, continuent leurs atrocres besognes.
Ces nouvelles sont assez tchekhoviennes, dans le sens qu’elles mettent en scène des destins brisés qui n’ont pas accompli 10% de ce qu’ils souhaitaient réaliser. Cette parenté n’est pas une surprise: Ivan Bounine était très lié à Anton Tchekhov qu’il a connu de 1895 à 1904, date de la mort du grand dramaturge.

-Coup de soleil, et autres nouvelles
d’Ivan Bounine.
Traduit du russe par Joëlle Dublanchet. Les éditions des Syrtes, 170 p., 16 €

Permalien 18:26:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

"Les expressions les plus stupides", "Superstitions et présages" et "Porte-bonheur et talismans" de Daniel Lacotte (L'Opportun et Chêne)

Si vous aimez Audiard, Blondin, Boudard, Fallet, Brassens et Devos, ce livre est pour vous. Je suis sûr que vous les aimez puisque vous ici chez eux. Si vous aimez tous les produits à la mode, n’achetez pas le nouveau livre de Daniel Lacotte, un amoureux du français comme on n’en fait plus. Tous ses ouvrages sont un hymne à la langue et à la connaissance. On perçoit souvent son humeur dans ses écrits. Là, il s’en donne à cœur joie.
Jeter l’argent par les fenêtres ? Il répond : «Faut me donner sans attendre l’adresse et l’heure du largage ». Noyer le poison ? «C’est aussi stupide que de voler l’oiseau». Avoir plus d’une corde à son arc ? «Jouer de la harpe.» Travailler du chapeau ? «Vendre des melons sur le marché.»
Plus de 200 définitions d’expressions populaires sont ainsi revisitées par le plus brillant lexicographe actuel. Les lecteurs le savent bien car ils font honneur à son œuvre. Le livre est dédié « à la mémoire d’Alfred Jarry. En souvenir de mes amis Jacques et Pierre Prévert. Sans oublier l’indéfectible fidélité de Philippe Soupault ». Beau à pleurer. Quand on a de tels pères spirituels, on cherche à être à la bonne hauteur. Daniel Lacotte aime tant le français qu’il est attentif à tout ce qui se dit.
«Pourquoi utiliser l’expression faire le buzz alors qu’on pourrait dire faire la buse » quand quelqu’un dit ou fait une ânerie qui est reprise par tout le monde comme si c’était un l’Appel du 18 juin. Internet peut-être aussi idiot qu’intelligent, comme le reste. Beaucoup font de l’humour mais il suffit pas d’en faire pour en avoir. Lacotte, lui, en a à revendre.

-Les expressions les plus stupides de la langue française et leurs vraies définitions, de Daniel Lacotte. Les éditions de l’0pportun, 302 p., 14, 90 €

Deux autres livres viennent enrichir l’impressionnante bibliographie qui atteste que Daniel Lacotte est l’un des plus brillants éclaireurs de langage. Selon les ouvrages, il fait un focus sur telle ou telle spécificité de la langue française, authentique caverne d’Ali Baba de l’ingéniosité verbale. Grâce à lui, notre langue ricoche dans plusieurs langues dont on perçoit les traductions en polonais, espagnol, russe et même corée. Certains font œuvre de romancier, lui a écrit une quarantaine d’ouvrages qui célèbrent notre langue. Il faut le saluer et non pas l’ignorer. Peu d’écrivains s’effacent autant devant le français et la littérature. Il sert les deux au lieu de s’en servir.
Dans Superstitions et Présages, Daniel Lacotte passe en revue tout ce qui tourne autour des chats noirs, c’est-à-dire des peurs qui proviennent de croyances qui nous tourneboulent car elles ont trait à l’avenir et à la mort. Par exemple : pourquoi dit-on qu’ouvrir un parapluie dans une maison porte malheur ? En fait cela provient de l’Orient où l’on disait qu’il ne fallait pas déployer une ombrelle dans un lieu fermé, sinon cela attirait la malédiction. «Associé au soleil, l’ombrelle symbolise la royauté et la dignité de l’homme ». Il était offensant pour le soleil d’ouvrir une ombrelle « ailleurs qu’en plein air ».
Dans Porte-Bonheur et Talismans, Daniel Lacotte attaque le versant opposé, à savoir le côté positif des superstitions. D’où vient la tradition de la fève dans la galette des rois ? Notre professeur préféré situe sa naissance sous l’Antiquité mais plus sûrement, concernant le rite actuel, au XIIIe siècle. Le fer à cheval ? Avec les branches tournées vers la droite « il forme un C, symbole du Christ ». On trouve aussi les clés pour comprendre la légende du trèfle à quatre feuilles et celle de la Colombe de la paix. Les deux livres des éditions du Chêne comportent un précieux index qui nous facilite la lecture dès lors que l’on veut revenir sur une définition.

-Superstitions et présages, de Daniel Lacotte. Chêne, 160 p., 9,90 €
-Porte-bonheur et talismans, de Daniel Lacotte. Chêne, 160 p., 9,90 €

28.05.14

Du jamais vu ! Le bus de la sélection Brésilenne attaqué par des Brésiliens

Du temps de Pelé, on n’a jamais vu.
Sous Zico, Socrates, Ronaldo et Ronaldinho non plus
Les vœux de Michel Platini, le président de l’UEFA, qui a demandé au peuple de mettre sa souffrance entre parenthèses, n’ont pas été exaucés.
Deux semaines avant le début de la Coupe du Monde de football 2014 (12 juin-13 juillet), l’autocar transportant l’équipe de football brésilienne à son lieu d’entraînement a été attaqué lundi 26 mai par des manifestants qui ont voulu se faire remarquer pour demander la hausse des dépenses sociales.
Les manifestants étaient des professeurs en grève qui se sont déplacés à Teresopolis, là où l’équipe auriverde est basée durant le tournoi mondial.
Les manifestants n’ont pas jeté de pierres. Ils se sont contentés de coller sur l’autocar des autocollants sous les yeux des joueurs qui se ne savaient pas quoi penser. La carrosserie de l’autocar a reçu des coups de pieds et des coups de poings, traces presque dérisoires. Coups de griffes de David contre Goliath.
Au terminus, à Teresopolis, le bus était attendu par un autre groupe d’une trentaine de personnes.
-"La priorité de ce pays ne devrait pas être la Coupe du monde, mais l’amélioration de la santé, de l’éducation, du logement et des transports publics", a déclaré un des organisateurs de la manifestation qui raconta qu’aucun des logements promis aux victimes des inondations qui ont fait un millier de morts en 2011 n’ont encore été livrés.
Des manifestants agitaient une pancarte:
“Des milliards pour la Coupe du monde de la Fifa, aucun logement pour les victimes des inondations de 2011. Pensez-vous que c’est juste ?”
Il est fort probable que lors des déplacements au cours de la compétition, les internationaux brésiliens seront mieux protégés.
En 2011, ne supportant plus d’être menacé physiquement par les “fans” des Corinthians qui attaquèrent le bus des joueurs, le Brésilien Ronaldo mit un terme à sa carrière professionnelle et Roberto Carlos, lui, quitta le Brésil. Quand on voit le comportement débile de la nouvelle génération d’"amateurs” de foot au Brésil on n’a pas du tout envie d’aller assister à la Coupe du monde organisé par le pays de Pelé.
Jadis, les footballeurs brésiliens étaient vénérés comme des Dieux.
En 2014, on les bouscule comme les patrons du Cac 40.

Luis Felipe Scolari, a annoncé sa liste des 23 internationaux Brésiliens pour le Mondial 2014:

3 Gardiens:
Jefferson (Botafogo), Julio Cesar (Toronto/MLS), Victor (Atletico Mineiro)

8 Défenseurs:
Dani Alves (FC Barcelone/ESP), Dante (Bayern Munich/GER), David Luiz (Chelsea/ENG), Henrique (Naples/ITA), Maicon (AS Rome/ITA), Maxwell (Paris SG/FRA), Marcelo (Real Madrid/ESP), Thiago Silva (Paris SG/FRA)

7 Milieux:
Fernandinho (Manchester City/ENG), Hernanes (Inter Milan/ITA), Luiz Gustavo (Wolfsburg/GER), Oscar (Chelsea/ENG), Paulinho (Tottenham/ENG), Ramires (Chelsea/ENG), Willian (Chelsea/ENG)

5 Attaquants:
Bernard (Shakhtar Donetsk/UKR), Fred (Fluminense), Hulk (Zenit Saint-Pétersbourg/RUS), Jô (Atletico Mineiro), Neymar (FC Barcelone/ESP)

Le Brésil est condamné à vaincre. Depuis 1958, le Brésil a remporté cinq Coupes du Monde.
Les Brésiliens ont de surcroît perdu deux fois en finale, 1950 et 1998.
Les plus anciens fans du Brésil veulent éviter le cauchemar de la défaite de 1950, sur le sol, dans le Maracaña, contre l’Uruguay.

Permalien 07:57:12, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Italie barbare (Quai Voltaire) et Journal d'un étranger à Paris (La Petite Vermillon) de Curzio Malaparte

Curzio Malaparte (1898-1957) Ce nom et de prénom m’ont toujours fait rêver depuis que je les ai entendus la première fois. Rêver dans le sens que je les trouve magnifiques au point de les trouver parfaits comme prénom et nom d’écrivain. En fait, il s’agit d’un pseudonyme. L’Italien est né sous le nom de Kurt-Erich Suckert. Ce n’est pas du tout la même phonétique ! De surcroît, Le Mépris de Jean-Luc Godard a été tourné dans la villa de Curzio Malaparte. C’est grâce à ce film, avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli et Jack Palance, que j’ai appris l’existence de Malaparte. Le film est tiré d’un livre d’Alberto Moravia. Godard a fait appel à Fritz Lang pour qu’il apparaisse dans l’écran. La musique est sublime. La maison au-dessus d’une falaise surplombée la mer, avec une terrasse qui semble dans le ciel, est l’une des plus belles maisons du monde. Curzio Malaparte était un homme de très grand goût. Un grand tout court. A 16 ans, il rejoint l’armée française à la déclaration de la guerre en été 1914. Blessé sur le champ de bataille, il reçoit la croix de guerre avec palme. De retour dans son pays natal, il écrit Technique d’un coup d’Etat (1933), Le soleil est aveugle (1940) et Kaptt (1943) qui lui attire les pires ennuis : les fascistes associés aux nazis l’arrête, le déportent, censurent son œuvre et l’assignent à résidence. Il réussit à participer à la Libération de l’Italie qu’il raconte dans La Peau (1949).
L’Italie barbare est un texte de 1925, inédit en France. L’époque du début des grands bouleversements politiques dans la péninsule et dans toute l’Europe. Le jeune Malaparte signe alors le Manifeste des intellectuels fascistes mais il s’aperçoit que la révolution sociale promise par le Duce est de l’esbroufe. C’est la confiscation du pouvoir par une frange totalitaire. Il n’accepte cependant pas que l’on jette l’Italie à la poubelle, en la traitant comme le pire des pays. C’était oublier Dante, la Renaissance, Machiavel. Il élargit jusqu’aux fondateurs de la culture européennes où il désigne Spinoza, Schopenhauer, Rabelais, Swift et Dickens. Le jeune Malaparte veut faire la révolution pour sauver les traditions. Ce n’est pas parce qu’un pays est sali, dégradé par un dictateur qui capte l’attention de la foule qu’il faut renier tout ce que ce pays a donné à l’Histoire de l’Humanité. Livre à méditer. Restons vigilants. Après le fascisme, Malaparte glissa vers le communisme. Le communiste idyllique. L’Italie barbare n’a rien perdu de sa provocation, de son érudition.

Quatorze après son dernier séjour en France, Curzio Malaparte, retraverse les Alpes pour revenir dans la pays pour lequel il a fait la guerre de 1914-1918, dès ses 16 ans ! C’est dire le lien que l’Italien, né près de Florence, entretenait avec le pays des Lumières. Nous sommes en 1947. Depuis 1933, Malaparte n’avait plus vu Paris. Malaparte est un francophile acharné. Il nous rappelle qu’en 1914, il portait le pantalon garance, prêt à mourir pour sauver la France. Il avait été accepté dans la Légion étrangère. Le cinéaste Rossellini dit à Malaparte que même s’il aime la France, les Français lui feront toujours sentir qu’il était Italien. La scène se passe dans un avion. Par le hublot, Malaparte dit à son ami : « Tu vois ça c’est la Durance et ça c’est le Rhône… » Rossellini était gêné, il avait honte d’avoir dit ce qu’il avait dit à un homme qui connaissait mieux la France que nombre de Français. Malaparte cita le mot de Marilio Ficino : « [Le Rhône et la Durance… ]Voilà mes veines ! » Admirable parade.
Dans son avant-propos, joliment appelé « esquisse de préface », Curzio Malaparte dit qu’un journal c’est un « portrait », « une chronique », et puis encore « récit, souvenir, histoire ». Il insiste pour expliquer qu’il s’agit « d’une tranche de vie » et surtout des notes au fil des jours. L’essentiel c’est que ce Journal est celui d’un véritable écrivain On y trouve un regard et un style. Rien n’est plus important pour le lecteur. Nous sommes donc dans le Paris de l’après-guerre. Il n’aime pas que les Français se lamentent sur leur sort. « L’occupation dont vous avez si héroïquement contribué à vous délivrer n’a été qu’un accident passager dans l’histoire du peuple français » conclu-t-il. Il croit aux hommes de bonne volonté. A la force de reconstruction. «Vous aviez des chefs incapables mais vos soldats étaient braves». Il aimait vraiment beaucoup la France. Il y a des très belles pages sur les écrivains, de belles séquences sur Jean Cocteau. Curzio Malaparte mérite le titre de plus Français des écrivains Italiens. A lire, plutôt deux fois qu’une.

-Italie barbare, de Curzio Malaparte. Traduit de l’italien par Carole Cavallera. Quai Voltaire, 187 p., 17 €
-Journal d’un étranger à Paris, de Curzio Malaparte. Traduit de l’italien par Gabrielle Cabrini. La Petite Vermillon, 352 p., 8,70 €

27.05.14

Après le bus de Knysna, voici celui de Bigmillion (!)

Pourquoi demande-t-on aux footballeurs d’être irréprochables quand les professionnels de la politique ne le sont pas ?
«Les sociétés qui ont participé à la réalisation des meetings ont fait des prestations réelles souvent dans l’urgence, au dernier moment dans des conditions difficiles et elles avaient une réelle qualité. Tout ceci coûtait de l’argent que ne permettaient pas d’absorber les comptes de campagnes. Une partie a été mise dans les comptes, et une autre partie, pour ne pas que les sociétés soient dans une situation délicate, a été absorbée par l’UMP. (…) C’est impossible de faire une campagne électorale avec 22 millions d’euros. »
Cette déclaration de quelqu’un qui était aux premières loges a déclenché une grande crise politique au sein du parti de l’ancien président de la République, celui entre 2007-2012.
L’affaire Bigmilion (!) et les fausses factures vient se rajouter à d’innombrables autres affaires.
On peut s’en plaindre. On peut s’en féliciter aussi au nom de la démocratie.
Alexis de Tocqueville a dit: si la politique met son nez dans la justice c’est pour bloquer des scandales mais si la justice enquête dans le milieu de la politique c’est pour débusquer des scandales. On ne peut pas mieux dire.
De manière étonnante, l’affaire Bigmilion (!) éclate juste au moment où l’équipe de France se prépare à disputer la Coupe du Monde 2014.
Quand un footballeur se fait alpaguer dans une histoire glauque, on interroge les politiciens: je pense à la main de Thierry Henry ou à l’affaire de l’escort-girl de celui qui voulait obtenir le Ballon d’or.
Pourquoi n’interroge-t-on pas les footballeurs quand un politicien se fait pincer les mains dans la confiture ?
Qu’est-ce qui est plus grave: rester dans un bus en Afsud et refuser de s’entraîner, comme en 2010, ou brasser des fausses factures avec plein de O ?
En juin 2014, c’est un bus plein de politiciens qui est pris dans le feu de l’actualité.
De manière symbolique, au même moment- pur hasard- un bus peint comme celui de Knysna a été détruit sous les caméras lors d’une manifestation de communication orchestrée par la marque aux trois bandes qui a désormais laissé la place à la virgule américaine. Pour faire parler d’elle, l’ancien équipementier des Tricolores a fait un “plan com.”
La métaphore est facile: on a détruit un bus - qui n’est y pour rien- “dans une casse de La Courneuve au nord de Paris devant plus de quatre cents personnes invitées".
On a entendu des cris de joie, tout ça n’a rien de spontané.
Il ne suffit pas de casser le thermomètre pour faire tomber la fièvre.
Et quand on veut piquer son chien on dit qu’il a la rage.
On détruit la réplique du bus… et pourquoi Domenech tant qu’on y est !
Rien de nouveau. Les dadaïstes ont fait le procès de Maurice Barrès, au-début des années 1920. Soupault, Breton et leurs amis jugèrent l’écrivain sous forme de mannequin. Il est vrai que nous étions alors un pays avec d’immenses poètes.
Le nouveau sponsor des Bleus est sous contrat jusqu’en 2018 pour 42 millions d’euros par an.
Son concurrent a voulu marquer le coup.
S’il suffisait de détruire un bus pour faire gagner l’équipe de France, César aurait été un superbe entraîneur.
Les Bleus vont de préparer contre la Norvège avec Ruffier à la place de Lloris dans la cage tricolore. C’est prendre un grand risque de déstabilisation défensive. En 1982, Ettori a finalement pris la place de Baratelli. Ruffier a beaucoup plus de charisme que Lloris. De surcroît, Lloris qui a pris un wagon de buts avec Tottenham a un grand besoin de faire un match sans en encaisser un seul. Le poste de gardien est capital dans un onze. C’est de là que part ou pas la confiance, la solidité. On a l’impression que les Bleus partent en pique-nique. Et si on essayait le chauffeur du bus de 2014 au poste d’avant-centre ? Lui aussi, il a le droit de jouer.

Eloge du dégoût, de Bernard Morlino (Editions du Rocher)

Régulièrement je remonte à la surface du blog ce post hélas! toujours actuel. Je m’adresse un satisfecit car il s’agit de ma modeste contribution au combat contre les imposteurs qui se servent des médias pour nous raconter n’importe quoi. En gros, tout me dégoûte, sauf le talent. Peut-on en finir avec la République bananière ?

Vu l’actualité de la politique intérieure en France, je republie un extrait de mon livre Eloge du dégoût (2012, Editions du Rocher) Le passage ci-dessous provient du chapitre: “Les politichiens dégradent l’action politique” (p.83-p.96)

-"Les peuplades éloignées étaient beaucoup plus artistes que nous. Nos lointains prédécesseurs avaient le sens des volumes. Face aux masques et autres statuettes anonymes, leur âme nous toise. Nous sommes incapables de tirer autant d’un bout de bois ramassé dans les forêts. On marche sur les asperges sauvages et nous ne ramassons plus les figues gorgées de sucre et de soleil, aplaties par les pneus des voitures indifférentes. On prétend tout savoir mais nous ne sommes pas en mesure de donner le nom des habitants de Los Angeles, de Washington et de Chicago.
Cela rassure de signer des autographes. Douce impression d’exister. Le plus connu d’entre nous n’est plus rien dès qu’il voyage. Certains people vont jusqu’à dire : « L’été je pars à l’étranger dans des endroits où personne ne me reconnaît ». C’est le comble du chic : une cure d’anonymat ! A Paris, ils sont pourtant prêts à tuer père et mère pour se faire une place à la devanture des kiosques à journaux. Les plus cyniques usent de leur gloriole pour passer avant tout le monde devant des distributeurs de billets, au seuil des banques sur les Champs Elysées. Les badauds sont contents de voir de près celui qu’ils voient chez eux quand ils sont en train de se curer le nez.
La pensée régnante du texto nous impose une société qui ne pense pas plus loin que les menus des fast-foods. On s’écrit en charabia. On pense en onomatopées. On ouvre un blog dans le désert. On téléphone aux radios par raconter qu’on a trompé sa femme avec le livreur de sushis… On interroge Madame Michu pour savoir si le budget du ministre de la défense lui convient. On fait croire à chaque auditeur qu’il est journaliste. Les radios sont devenues des vide-ordures.
D’ici peu, les présidents de la république feront leurs allocutions télévisées entourés de clodettes. Un ancien président des Etats-Unis se fait payer une fortune à chaque conférence pour ne rien dire de nouveau sur le conflit israélo-palestinien. En Italie, un président du conseil a atteint un degré de cynisme rarement atteint en démocratie.
Les politichiens ne cessent pas de dire que l’ennemi est à l’intérieur du pays. En 1939, il est venu d’Allemagne. Dans les années 2000, des chasseurs de bulletins de vote désignent les Noirs et les Arabes. Les Français ne s’aiment plus. Sous la présidence Mitterrand, le diable s’appelait FN. Depuis la mort de celui qui en l’a fait proliférer, par tactique électorale, le FN a été convié au second tour dans la bataille pour l’Elysée. On nous prédit que ce parti peut accéder à la fonction suprême. De Gaulle nous faisait prendre le dictionnaire pour voir les définitions de «Chienlit» et de «Volapuk» alors que son homologue de 2007-2012 a traité de « pauv’con» un électeur qui ne l’a pas élu.
Au petit matin, on voit des passants avec de gros casques sur les oreilles. Il ressemble à des techniciens d’une régie de radio et à des astronautes. Avec en plus les lacets défaits et le froc qui laisse apparaître leurs fesses. A quand la télévision walkman ? Moderniser ne veut pas dire liquider le passé. A part les progrès de la médecine, tout ou presque se dégrade. Mes grands-parents étaient piétons. Mes parents, automobilistes. Je voyage en TGV. Nos enfants ou petits-enfants sont-ils condamnés à l’avion supersonique ou doit-on revenir au véhicule hippomobile ?
Pierre Bérégovoy s’est suicidé. Depuis la mort de l’ancien Premier ministre, la politique a perdu de son prestige. Il a mis fin à ses jours pour marquer son désaccord avec les pratiques actuelles. Il était de l’ancienne école. Tout devait se mériter. François Mitterrand avait été séduit par le parcours de cet homme différent des bardés de diplômes. Monsieur Bérégovoy n’a jamais porté de col Mao. Sa séance photo, très John Kennedy, avec ses petits enfants sous son bureau lui posa un problème de conscience. Il n’accepta que pour faire plus dans le coup. Cette façon putassière de séduire le révulsa.”

-Eloge du dégoût
de Bernard Morlino
2012, Editions du Rocher

[Post dédié à Jean Moulin]

PS: le 19 mai 2014 (RTL, interview M.-O. Fogiel), le Président Valéry Giscard d’Estaing a dit: “La fonction présidentielle s’est beaucoup altérée, mais cela ne s’est pas fait d’un coup. François Mitterrand était un Président de la République. C’est après lui que le décrochement a eu lieu. La direction prise a été curieuse, puisque l’on a assisté à un retour de la IVème République et son régime très près du sol, dominé par les politiciens qui se battent pour avoir chacun un bout de terrain. Dès lors, le Président de la République est devenu un président de Conseil, pris dans le jeu des partis.”

26.05.14

Permalien 15:40:24, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Appels aux Européens, et Derniers messages, de Stefan Zweig (Bartillat)

Le livre comporte pour un tiers la préface de Jacques Le Rider qui explique bien la vision européenne de Stefan Zweig (1881-1942) qui souhaitait que l’union des composantes différentes serait la garantie contre la guerre. Nietzsche, avant lui, avait dit que «le XXe siècle serait le siècle classique de la guerre». L’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra haïssait les patriotismes exacerbés.
Le Rider nous rappelle que dans sa jeunesse Zweig avait plus un tempérament belliciste que pacifiste. Les éditions Bartillat publient deux conférences inédites du maître autrichien. L’appellation « maître » n’est pas injustifiée quand on sait qu’on l’utilise pour des sportifs qui n’ont pourtant rien fait d’extraordinaire.
En 1932, juste avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, Zweig écrit “La désintoxication morale de l’Europe", le texte qu’il lit à la Conférence pour le congrès de l’Accademie italienne à Rome. Quand le nationalisme fait rage, il appelle les dirigeants à favoriser les échanges entre nations : il voudrait que les jeunes étudient ailleurs dans leur pays d’origine afin de développer la culture entre les peuples. Quelle désillusion ! Il choisira l’exil : l’Angleterre puis le Brésil.
En 1934, il écrit à son ami Joseph Roth pour lui dire qu’il espère venir à Paris pour une autre conférence. On ne sait pas s’il parlait de “L’unification de l’Europe” où il évoque sa terreur de voir les rassemblements de foule immense qui écoute les dictateurs. « Dans tous ces effets de masse agit une force hypnotique ». Peut-on être plus lucide ?
Déçu par les leaders politiques des années 1930-1940, qui attisent la haine entre les peuples, il se suicide le 22 février 1942 à Rio-de-Janeiro, entraînant sa femme dans la mort, sa femme qui était très souffrante. Derniers messages ne contient pas ses ultimes textes mais le titre convient bien car on peut les lire comme des bouteilles à la mer qu’on ne découvre qu’en 2014. Ceux qui l’ignorent apprendront que Zweig était un traumatisé de la guerre, celle de 14. Il était écoeuré à l’idée de revoir une nouvelle folie meurtrière. L’ouvrage comprend une suite d’hommages à von Hofmannshal, Tolstoï et Byron, des compagnons de chevet. A présent c’est lui, Stefan Zweig qui reste auprès de nous.

-Appels aux Européens, de Stefan Zweig. Préface et traduction de Jacques Le Rider. Bartillat/ Omnia poche, 144 p., 7 €
-Derniers messages, de Stefan Zweig. Traduit de l’allemand (Autriche) par Alzir Hella. Préface de Jacques Le Rider. Bartillat/ Omnia poche, 252 p., 9 €.

[Post dédié à Klaus Mann]

Permalien 15:27:33, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Le top model C.Ronaldo détrone Beckham

Aujourd’hui c’est Ronaldo qui fait vendre.

Depuis 10 ans, C. Ronaldo surfe sur les hauteurs du football mondial.
Il a autant de détracteurs que d’admirateurs mais ses détracteurs deviendraient admirateurs s’il jouait pour leur club.
C.Ronaldo dérange parce qu’il est extraverti.
Messi, lui, ne dérange personne. Il se comporte comme Monsieur-tout-le-monde. C’est l’éternel petit frère.
De surcroît, Ronaldo joue dans des clubs qui sont très jalousés: Man United et le Real Madrid. Pour plaire à la bienpensance il faut jouer à Liverpool et au Barcelone: les Reds ça fait pauvre ouvrier et le Barça, antifranquiste. En France, les plumitifs préfèrent les Verts que le PSG. Monaco je ne vous dis pas, rien que des salauds de riches !
Ronaldo s’est programmé lui-même pour devenir un grand joueur.
C’est avec Sir Ferguson qu’il est passé de bon joueur à très bon joueur.
Comme le rêve d’enfant de CR7 était de jouer au Real Madrid, Man United a permis le transfert.
Ronaldo s’exprime aussi bien dans le football hispanique dans le football anglo-saxon. Que ferait Messi à Chelsea, loin de la nurserie du Barça. Fabregas y est retourné pour devenir un anonyme.
Le Portugais n’a jamais délaissé le football pour les à-côtés, à l’inverse de D. Beckham qui lui a inventé une marque pour la faire fructifier. Question football, Beckham n’a plus rien fait à partir de son départ de MU.
Ronaldo, lui, a gagné la C1 2008 avec Man United et la C1 2014 avec le Real Madrid.
Question contrats publicitaires, il n’a rien à envier à Beckham.
Si l’on mettait des joueurs français à la place de CR7 dans les films des pubs, on éclaterait de rire. Fermez les yeux et imaginez pas-besoin-de-dire-son-nom en slip avec sa femme…
Le seul qui pourrait résister à la comparaison c’est Y. Gourcuff mais son football l’empêche d’avoir de la lisibilité.
Ronaldo n’a jamais délaissé le ballon rodn pour devenir une icône, à la différence de Beckham.

Palmarès de C. Ronaldo, 29 ans:

2002-2003/ Sporting CP Supercoupe du Portugal 2002


2003-2009/ Manchester United
Premier League 2007, 2008 et 2009
Community Shield 2007 et 2008
FA Cup 2004
League Cup 2006 et 2009
Coupe du monde des clubs 2008
Ligue des champions 2008

2009/ Real Madrid
Liga 2012
Coupe du Roi 2011
Supercoupe d’Espagne 2012
Ligue des champions 2014

Ballon d’or 2008 et 2013

25.05.14

Permalien 12:15:17, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

L'atletico Madrid a résisté 93 minutes avant de craquer face aux assauts du Real

Les non connaisseurs diront que C. Ronaldo a mal joué alors qu’une finale doit surtout se gagner, ce qu’il a fait. Madrid peut être fier. La finale 100% madrilène fut haletante pendant 110 minutes.

Samedi 24 mai 2014
Ligue des Champions- Finale
Lisbonne, stade la Luz
Assistance: 60976 spectateurs
Real Madrid 4-1 Atletico Madrid

Buts pour Real Madrid: Sergio Ramos (90e + 3), Gareth Bale (110e), Marcelo (118e), Cristiano Ronaldo (120e sp)
But pour Atletico Madrid: Diego Godin Leal (36e)

Les vainqueurs sous le maillot du Real Madrid:
Casillas ©/ (3) Fébrile
Carvajal (5) Correct
Varane (7) Très vigilant
Ramos (8) L’homme-clé
Fábio Coentrão (4) Usé (59e, Marcelo) (7) A apporté beaucoup de tonus /
Khedira (59e) (2) Un jour sans (59e, Isco) Bien concentré
Modric (7) Très grosse activité du relayeur dans la récupération
Di María (8) A donné le déclic de la révolte
Benzema (2) Effacé (79e, Morata) (Non noté)
Bale (6) Carbonisé mais a marqué un but très important
Ronaldo (5) Les ignorants disent qu’il a “mal joué", c’est oublier qu’il vaut mieux jouer avec lui que contre lui. Exténué en fin de match, il a eu la présence d’esprit de donner le ballon à Marcelo au lieu de gaspiller une occasion. Ce fut une passe décisive! De plus, il a obtenu un penalty qu’il a transformé. En disputant un petit match, il a trouvé le moyen de faire gagner les siens 4-1 au lieu de 2-1. Le Portugais a inscrit 17 buts en C1 2013-2014. Record depuis 1956. Ronaldo a réussi autant au Real Madrid qu’à Manchester United. Il a remporté une C1 dans les deux clubs (2008 et 2014) où il a obtenu aussi un Ballon d’Or. Que ferait Messi loin du Barça ? Sir Ferguson était présent dans les tribunes: pour rien au monde il n’aurait raté le deuxième sacre européen de son fils spirituel. CR7 réussit le tour de force d’être toujours aimé par les fans de MU.

Sur le banc: López, Pepe, Arbeloa, Morata, Isco, Illarramendi
Manager: Carlo Ancelotti (10) Parfait coaching.

Atletico: Courtois/ Juanfran, Godín, Miranda, Filipe Luis (83e, Alderweireld)/ Gabi © Raúl García (66e, Sosa), Tiago, Koke/ Villa, Diego Costa (9e, Adrián)
Sur le banc: Aranzubia, Suárez, Rodríguez, Diego
Manager: Diego Simeone

Cela ne peut pas se prouver mais il est fort probable que le Real Madrid aurait perdu à la séance des tirs au but. C’est pour cela que les joueurs du Real ont voulu absolument l’emporter dans le cours du jeu, persuadés que s’embarquer en enfer dans le cas de la terrible séance de la loterie.
Avant la 93e minute, on se disait qu’on était en train de vivre une nouvelle fois l’illustration de l’adage “dominer n’est pas gagner", mais tout à coup, sur un corner de Modric, Ramos s’est élevé dans les airs pour égaliser du coup de tête astucieusement croisée. C’est ainsi que le Real Madrid se donna le droit de jouer les prolongations face à l’Atletico qui ouvrit le score à la 36e mn sur un but casquette car le portier du Real, Iker Casillas, sortit de manière stupide.
Entre la 36e et la 93e, nous avons assisté à un match attaque du Real contre défense de l’Atletico. A ce jeu-là, l’énergie du désespoir finit souvent par craquer car on ne peut pas disputer une aussi longue séquence sans connaître “un coup de moins bien". Le temps faible d’une seconde de l’Atletico a permis au Real de revenir au score grâce à Ramos, l’un des trois meilleurs défenseurs du monde. Mélange de force, d’intelligence, de technique et de fierté, Ramos est un footballeur de légende: à 28 ans, l’Espagnol est champion du Monde 2010 et double champion d’Europe 2008 et 2010 avec la Roja, la sélection nationale. Donc, un footballeur haut de gamme, autant destructeur de jeu adverse que créateur pour sa propre formation. Du grand art.
En fin de partie, l’entraîneur de l’Atletico a été expulsé, furax depuis que l’arbitre laissa 5 minutes de temps additionnel. Il est vrai qu’à deux minutes prés, il allait être sacré champion d’Europe. En fait, le Real Madrid méritait de remporter sa dixième C1 vu que ses joueurs sont toujours allés de l’avant pour essayer de marquer. Leurs adversaires se sont contentés de défendre avec l’espoir de marquer en contre attaque. Les défenseurs de l’Atletico ont été héroïques 93 minutes, ce qui représente un réel exploit. Cependant, il faut reconnaître qu’ils ont beaucoup marché sur l’homme. Leur football est un collectif qui manque de grandes individualités pour faire la différence.
Après le 1-1, on devinait que l’écart allait se creuser étant donné l’état de fatigue des joueurs de l’Atletico qui baissèrent physiquement suite au coup au moral créé par l’égalisation des favoris. Les joueurs de la Maison Blanche souffraient aussi de crampes mais ils se sont sublimés pour faire basculer la finale en leur faveur. Di Maria accéléra sur le côté gauche comme une anguille pour fissurer le mur adverse, son ballon fut dévié par le gardien Courtois avant d’atterrir sur la tête de Bale qui le catapulta au fond des filets: à 2-1, la messe était dite à la 110e minute. Ensuite, Marcello, entré en cours de jeu, alourdit le score (108e mn) juste avant que Cristiano Ronaldo ne donne le coup de grâce sur un penalty parfaitement tiré (110e mn).
Et c’est ainsi que le Real Madrid pouvait recevoir la Coupe d’Europe des mains du Platini. Cela nous a permis de voir un très beau moment: l’accolade du président de l’UEFA à l’adjoint de Carlo Ancelotti. Oui, ce fut magnifique de voir Platini serrer dans ses mains la tête de Zinedine Zidane. Le champion du monde 1998 a été très actif lors de cette finale: on l’a vu encourager C. Ronaldo à la mi-temps dans le couloir des vestiaires. Il était très impliqué sur le banc. Zidane va sans doute devenir un très bon coach. Il est à bonne école avec Ancelotti: le mythique coach italien compte désormais 5 C1 à son palmarès: deux comme joueur et trois comme entraîneur. Avant celle de 2014, il en avait glané quatre à l’AC Milan. Il rejoint feu l’entraîneur Bob Paisley qui remporta trois C1 avec Liverpool. La saison dernière, Carlo Ancelotti, a mis le PSG sur les bons rails. Il a choisi de signer au Real Madrid, pour la bonne raison que l’Histoire ne s’achète pas, même avec l’argent du Qatar.

Le Big Four des vainqueurs de la Champions League depuis sa création en 1956:
1 Espagne 14 victoires avec celle du 24 mai 2014.
2 Italie 12
3 Angleterre 12
4 Allemagne 7

Permalien 11:47:08, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les fleurs d’hiver, d’Angélique Villeneuve. Phébus

Né en 1965, Angélique Villeneuve est hantée par le retour des soldats de la Guerre de 1914-1918.
C’est rassurant. Tant de gens se moquent de l’Histoire immédiate et la traitent comme s’il s’agissait de la Guerre de Cent ans.
J’imagine que la romancière pense depuis longtemps à ces hommes qui sont morts de jeunesse pour reprendre l’expression fabuleuse et si juste de Michel Bernard, le biographe de Maurice Genevoix.
Au lieu de s’enliser dans un récit tentaculaire, la romancière fait un focus sur un poilu qui rentre chez lui, en octobre 1918.
Toussaint- un prénom lourd de sens en 2014 mais très courant à l’époque- retrouve sa femme, Jeanne, et leur fille qu’il n’a pas vu grandir.
La gamine s’appelle Léo, un prénom de garçon à moins que tout cela n’indique un piège et qu’elle se prénomme Léocadie ou Lépoldine voire Léone. Léonie à coup sûr.
Toussaint ne revient pas en droite ligne des tranchées de l’horreur mais du Val-de-Grâce, service Gueules cassées.
Quand il était revenu dans la capitale, totalement amoché, il avait écrit à sa femme : « Je veux que tu ne viennes pas ».
Leurs retrouvailles se passent dans une ambiance ouatée, presque dans un silence totale qui tranche avec le fracas des bombes de jadis.
Le soldats de deuxième classe Caillet Toussaint, 6e Régiment d’Infanterie, a été blessé à Verdun, Cote du Poivre, Meuse (55), le 9 décembre 1916.
Il fut atteint au visage par un éclat d’obus. Il s’est trouvé là au mauvais moment. Peut-être au bon, puisqu’il est toujours vivant.
« La blessure est vilaine (…) Mutilation de la joue et de la commissure labiale, fracas du maxillaire supérieur. »
Le blessé sera saisi de tremblements pendant plusieurs jours.
Ne pouvant plus parler, la communication avec sa femme est muette.
Angélique Villeneuve est à la fois romancière et infirmière. Et surtout écrivain.

-Les fleurs d’hiver
d’Angélique Villeneuve. Phébus, 151 p., 15 €

23.05.14

Permalien 16:04:20, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Real Madrid 9 C1- 0 C1 Atletico Madrid

Finale de la Ligue des Champions
Samedi 24 mai 2014, 20 h 45 ( TF1 et Canal+)
Stade de Lisbonne
Real Madrid - Atletico Madrid

L’Espagne est, quoiqu’il arrive à l’issue de la finale, la grande gagnante car elle accentue encore son avance au classement des meilleurs pays en Champions League:
1 Espagne 14 victoires avec celle du 24 mai 2014.
2 Italie 12
3 Angleterre 12
4 Allemagne 7
5 Pays-Bas 6
6 Portugal 4
7 France, Écosse, Roumanie et Serbie 1
On voit que la France n’est vraiment pas une grande nation de football. Les Français ont inventé la C1 mais ils n’arrivent pas à la gagner, à part Marseille en 1993. La statistique est cruelle depuis 1956. L’Espagne, l’Italie et l’Angleterre- malgré l’interdiction suite à la tragédie du Heysel- caracolent en tête quand la France est en queue de classement avec trois modestes fédérations de football.
Le duel fratricide espagnol s’annonce grandiose avec deux entraîneurs fantastiques.
D’un côté, l’Italien Carlo Ancelotti, un gant de fer dans un gant de velours.
De l’autre, l’Argentin Diego Simeone, un extraverti extralucide qui joue le rôle du 12e homme non stop.
Deux chauds lapins, deux immenses compétiteurs. Deux anciens joueurs prêts à mourir sur le terrain.
Ancelotti est un ogre européen, il compte déjà 4 C1, remportées à l’AC Milan: deux comme joueurs, deux comme entraîneur. Qui dit mieux ?
Autrefois, le clasico c’était Real Madrid-Atletico Madrid. Toute l’année, la ville attendait le derby aller-retour.
Désormais, l’affiche importante c’est Real Madrid-Barcelone.
Cette saison, Madrid semble revivre ses émotions de jadis.
Toute la ville bouillonne et parle encore plus de football.
Songez que l’Atletico a gagné le championnat d’Espagne à la barbe des Catalans et du Real Madrid.
C’est comme si Nice et son petit budget avait gagné la L1 2014 devant le PSG et Monaco.
Voir deux clubs d’une même ville en finale de la Ligue des Champions est un événement sans précédent.
Depuis la création de l’épreuve en 1956, seule la ville de Milan s’était distinguée en remportant le trophée avec deux clubs différents: l’AC Milan et l’Inter Milan. Deux autres villes sont parvenus en finale avec leurs clubs respectifs: Belgrade (Étoile rouge de Belgrade, finaliste, et Partizan Belgrade, vainqueur,), Londres (Arsenal, finaliste et Chelsea, finaliste puis vainqueur).
Real Madrid pèse plus lourd que l’Atletico, à tous les points de vue.
Au niveau de la C1, le Real Madrid est le recordman de la compétition avec 9 trophées (1956, 1957, 1958, 1959, 1960, 1966, 1998, 2000, 2002), plus trois finales perdues.
L’Atletico était parvenu en finale 1974 contre le Bayern MUNICH qui avait gagné 4-0.
La ville est coupée en deux. Lors de cette finale 2014, la rivalité est encore plus importante entre le pot de fer et le pot de terre.
Le Real Madrid rêve d’un 10e sacre, et l’Altetico, d’un premier.
La dernière star madrilène a avoir soulevé le trophée fut Zidane qui d’un maître tir avait offert au Real la Coupe aux grandes oreilles, en 2002.
Plus de 10 ans sans parvenir à la reconquérir, comme quoi il ne suffit pas d’aligner les millions.
Zidane, présent dans le staff du Real, portera-t-il chance au Real ?
Il y a quelques semaines, le Real était super favori.
La tendance a changé car le club colchonero a remporté la Liga 2014. Cela lui donne un prestige incontestable.
Le Real est plein d’interrogations: C. Ronaldo, récemment blessé, est à court de rythme. Cela sera tout au rien. Le Ballon d’Or en titre joue à quitte ou double car il a déjà remporté la C1 avec Manchester United, en 2008. Un CR7 en grande forme peut plier le match à lui tout seul. Le Portugais a beaucoup de détracteurs parce qu’il est beau, riche et célèbre. Les ignorants croient qu’il est un Beckham bis. Grave erreur de jugement, C. Ronaldo est un immense footballeur quand Beckham ne fut qu’un joueur de couloir qui centrait bien. Beckham, surcoté, n’a plus jamais brillé loin de Manchester United. CR7, lui, brille aussi bien au Real qu’à MU.
En finale, il ne faut pas bien jouer. L’important c’est de gagner.
Le Real Madrid est favori mais l’Atletico peut l’emporter.
Un grand CR7 peut détruire le collectif de l’Atletico, grâce à ses incursions à toute vitesse, s’il part à la limite du hors jeu, bien lancé par Di Maria, Benzema ou Modric.
L’Altletico compte beaucoup sur la présence de Diego Costa qui s’est soigné avec du “placenta de jument".
Pour contrer les assauts du pur-sang Ronaldo ?

Un monde complément foot: Y. Gourcuff, Platini, Blatter, Scolari...

Pour Pelé, le football est toujours un lieu paradisiaque où il fait fructifier son nom qui correspond à une marque haut de gamme. Le triple champion du monde ferme les yeux sur tous les travers du football, depuis toujours. C’est l’anti Maradona par excellence.

Jadis on ne parlait football que dans les pages sports.
Aujourd’hui, le football est partout, au point que ses détracteurs l’associent à une nouvelle “peste". (sic)
Le discours des hostiles au football est d’une grande faiblesse, le fameux coup d’épée dans l’eau. Ils parlent des tribunes et jamais du terrain. C’est comme si l’on condamnait la voiture parce qu’il y a des accidents. Ou comme si l’on ne faisait plus d’enfants parce qu’il y a des guerres.
On peut aimer le football est en rire. La preuve, regardez tout ce qui suit.
Yoann Gourcuff n’en finit plus de casser son image. Il n’y a pas si longtemps il était considéré comme le nouveau Zidane. Il avait tout pour devenir une icône. Hélas! au fil des ans, son statut de vedette s’est effrité au point d’être une ex future star. Question salaire, il est toujours performant: un salaire mensuel à 5 zéros d’euros. Le dernier épisode a déclenché la moquerie médiatique: “Yoann Gourcuff s’est à nouveau blessé en début de semaine… en promenant son chien ! Le meneur de jeu lyonnais s’est donné une entorse à la cheville droite” a-t-on pu lire à peu près partout. Cette blessure rejoint celle de Letizi qui s’est blessé un jour en jouant au scrabble ! Oui, en ramassant une lettre au sol, le gardien s’était bloqué le dos. Le Parisien s’est lancé dans la comptabilité des blessures de Gourcuff depuis sa signature à Lyon en 2010: 14, soit 559 jours d’absence (série en cours). Le fait qu’il ne figure pas sur la liste des sélectionnés pour la Coupe du Monde 2014 n’a pas déclenché le moindre article. Pour la presse, Gourcuff n’est plus qu’un anonyme de L1 grassement payé.
Au niveau des instances internationales, on a entendu le président de la FIFA confier que le fait d’avoir confié au Qatar l’organisation de la Coupe du Monde 2022 “était une erreur” et que la France avait exercé des pressions pour l’attribution de cette compétition, en faveur du pays choisi.
Le 21 mai 2014, on a appris que Diego Costa (Atletico Madrid), blessé aux ischio-jambiers droits, suivait un traitement spécial à base de placenta de jument en Serbie dans le but qu’il puisse disputer la finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid, le 24 mai 2014.
Un mois du coup d’envoi du tournoi mondial au Brésil, l’agence de presse portugaise Lusa a confirmé l’ouverture d’une enquête à l’encontre de Luiz Felipe Scolari: alors à la tête de la sélection portugaise, entre 2003 et 2008,
l’actuel sélectionneur du Brésil aurait omis de déclarer 7 millions d’euros. On tente de déstabiliser Scolari alors que tout le Brésil attend une victoire de la sélection nationale.
Le fairplay financier instauré par l’UEFA a collé une amende de plusieurs millions d’euros au PSG. Le patron du club de la capitale a tout de suite répondu qu’il ferait ce qu’il veut pour la suite, recrutement compris. Le fairplay financier est la marotte du pt de l’UEFA dont le nom fut jadis mêlé à l’affaire de la caisse noire de St-Etienne. Cela fait penser à la vidéo. Le sélectionneur Michel Platini était favorable à la vidéo. Devenu président de l’UEFA, il est contre. J’aimais mieux quand il jouait, ses coups étaient plus francs.
La venue de Zidane à Bordeaux a fait beaucoup parler. C’est l’époque du mercato qui veut ça. Autrefois, on a parlé pendant des semaines de la venue de Maradona à l’OM. On l’attend toujours. Zidane n’est pas plus venu à Bordeaux que Maradona au vélodrome.
Et la dernière infos de la galaxie du ballon rond nous apprend que l’actuel président de l’AS Monaco va devoir peut-être donner 3 milliards d’euros à sa femme qui s’est mise sur la liste des transferts…

22.05.14

Permalien 23:28:26, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Hommage à George Best qui n'aura jamais 68 ans

Tant que le monde tournera, on pensera à Best. Le plus grand joueur de Man United avec Duncan Edwards, B. Charlton, Cantona et Giggs. C’est grâce à lui que le football a quitté les pages sports. Dans le vidéo, on peut voir la première victoire de MU en C1 (1968). Des images émouvantes et très bien filmées avec Eusebio qui félicite le gardien des Red Devils (plus personne ne fait ça), et bien sûr B. Charlton, sir Matt Busby et Best.

Mort le 25 novembre 2005, George Best est né le 22 mai 1946 à Belfast.
Best est mort physiquement mais son esprit est et restera toujours dans le coeur des vrais amateurs de ballon rond.
Le football ce n’est pas le fairplay financier ou je ne sais quel déclaration d’acteur stupide.
Le festival de Cannes est considéré comme une manifestation artistique mais personne ne dit rien, hormis des considérations publicitaires. Où sont les acteurs de la trempe de Gabin ou Grant ?
Ce n’est pas une icône pachydermique qui va nous faire rêver.
En football c’est la même chose. Ribéry a dit que 2014 équivaut à ses adieux à la Coupe du Monde. Que voulez-vous que cela me fasse ? Ribéry se sert du football mais ne il nous donne rien à voir. Son football c’est le néant absolu. La pauvreté spirituelle. Rien à voir avec l’esprit ludique de Garrincha ou la fraîcheur d’un Charly Loubet des années 1960-1970. La vraie star du Bayern Munich des années 2010 c’est Robben, lui joue d’une manière particulière: dribbles saccadés dans un petit espace. Best n’a disputé aucune Coupe du monde mais il fut l’un des plus grands joueurs du monde. Et il est plus vivant mort que nombre de joueurs qui courent sur le terrain en 2014. D’après le classement du récent Ballon d’or, Ribéry serait le 3e joueur meilleur joueur actuel. Qui peut croire que le Français joue mieux que Ibrahimovic, Pirlo et Rooney ?
Si le football est devenu si populaire, il le doit à des joueurs comme George Best qui a fait rêver tout en peuplant les rêves. La marque des grands. Même son enterrement fut un triomphe. Les Irlandais se sont tous réunis pour dire adieu à Best qui portait si bien son nom.
En plus d’être un attaquant de légende, Best nous a donné toute une série d’aphorismes, entre Allais et Perros:

-«Si j’avais été moche, vous n’auriez jamais entendu parler de Pelé.»

-«En 1969 j’ai arrêté les femmes et l’alcool, ça a été les 20 minutes les plus dures de ma vie.»

-«J’ai claqué beaucoup d’argent dans l’alcool, les filles et les voitures de sport - le reste, je l’ai gaspillé.»

-«A Los Angeles, j’avais une maison au bord de la mer. Mais pour aller à la plage, il fallait passer devant un bar. Je n’ai jamais vu la mer.»

-«J’ai dit un jour que le Q.I. de Paul Gascoigne était plus petit que le numéro de son maillot et il m’a demandé : « Qu’est ce qu’un Q.I. ?»

-«David Beckham ? Son pied gauche ne lui sert à rien, il est mauvais de la tête, il ne sait pas tacler et il ne marque pas souvent. À part ça, il est pas mal.»

-«Si j’avais pu jouer avec Eric Cantona je n’aurais jamais bu une goutte d’alcool.»

-«Cristiano Ronaldo? Pendant des années, j’en ai vu défiler, des “nouveaux George Best". C’est la première fois que je prends ça pour un compliment. »

-«Mon rêve, c’était d’éviter la sortie du gardien, de m’arrêter juste avant la ligne de but, de me mettre à quatre pattes et de pousser le ballon de la tête dans le but. J’ai failli le faire contre Benfica en finale de la Coupe d’Europe 1968. J’avais dribblé le gardien mais, au dernier moment, je me suis dégonflé. J’ai eu peur que l’entraîneur fasse une crise cardiaque !»

Palmarès de George Best entre 1963 et 1974 à Manchester United:
Coupe d’Europe des clubs champions : 1968 avec Manchester United
Champion d’Angleterre : 1965 et 1967 avec Manchester United
Vainqueur de la coupe d’Angleterre : 1963 avec Manchester United
Vainqueur du Charity Shield : 1965 et 1967 avec Manchester United
37 sélections pour 9 buts avec l’Irlande du Nord

[Post dédié à MagDalena Scht / Laurent]

Permalien 17:43:15, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Un truc très beau qui contient tout (Lettres 1944-1950), de Neal Cassady (Finitude)

L’humour de Jack Kerouac est ici éclatant lors de son passage à la télévision. Il parlait un impeccable français. Les auteurs actuels feraient bien de prendre quelques leçons d’humilité. Il est vrai qu’ils ne sont que des auteurs quand lui était un authentique écrivain.

Beaucoup d’écrivains phares ont eu un maître en art de vie, avant de devenir écrivain, comme s’ils avaient eu besoin d’avoir un modèle avant de voler de leurs propres ailes. Pour Jack Kerouac ce fut Neal Cassady. Auparavant, Soupault fut fasciné par Arthur Cravan. Breton par Jacques Vaché. Et puis, Boris Vian par Jacques Loustalot dit le « Major ». D’autres encore. On pourrait en dresser le catalogue.
La rencontre entre Cassady et Kerouac eut lieu en 1946. Face à face, ils éprouvèrent un effet de miroir. Neal crut se voir en Jack, et lycée de Versailles. Question écriture, Kerouac avait lu les lettres d’un gamin qui semblait avoir la biographie d’un Rimbaud avec un zeste de Jean Genet : on disait du jeune taulard qu’il avait volé plus de 500 voitures ! La légende disait qu’il était un grand séducteur de la gente féminine: Simenon pouvait aller se rhabiller. Neal Cassady est devenu la pierre de touche de plusieurs jeunes gens qui voulaient se confronter à lui pour voir s’ils étaient à la hauteur. Après les Dadaïstes et avant les Beatles, icônes du mouvement hippie, la Beat Generation va donner le bon tempo à la jeunesse. Bien sûr, il ne suffit pas de fumer de l’herbe et de se biturer pour avoir du talent. Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William Burroughs ont donné des grands livres inspirés des brouillons de Cassady. Ces garçons faisaient tout ensemble : ils s’aimaient physiquement et intellectuellement. Les lettres de Cassady nous permettent de retrouver le leader que beaucoup de lecteurs ne connaissent pas. Il faut saluer le pionnier Neal Cassady (1926-1968) qui adorait la littérature et le sport. Dire qu’en 2014, des grincheux pensent que c’est un mauvais mariage ! Kerouac aussi aimait autant lire que jouer au football américain. Sans une grave blessure, Kerouac aurait fait une grande carrière de sportif. Le sport leur plaisait plus que les cénacles littéraires tout comme Albert Camus qui aimait plus le stade de Colombes que le Flore.
A 15 ans, Cassady lit Proust entre deux placages, au sens propre et figuré. Il est toujours à deux doigts de devenir soit une sorte de Scott Fitzgerald voire un Jack London ou un nouvel Al Capone. Toutes les lettres écrites à ses amis dévoilent une personnalité aussi directe à l’écrit qu’à l’oral. Il avait tant de caractère qu’au lieu de passer à l’acte et de laisser une œuvre dense, il a préféré mettre tout son brio dans sa vie. Au lieu d’inventer des personnages dans des fictions, il est devenu le héros des livres de ses amis. On le reconnait sous les traits de Dean Moriarty dans Sur la route, et de Cody Pomeray dans Visions de Cody, deux livres majeurs de Kerouac. Ceux qui se croient libérés sexuellement savent-ils que Neal Cassady a été l’amant de Ginsberg avant de se marier avec Carolyn qu’il a mis dans les bras de Kerouac ? Cassady était partageur. Dans ses lettres, il y a du rythme et de l’émotion, un langage cru, une expérimentation des sens. C’est un temps de l’humanité. Il fallait le faire, ils l’ont fait. Bien sûr chaque génération ignore la précédente- je parle des ignorants qui croient être Jacques Rigaut alors qu’ils ne sont que des épaves sans gouvernail. Cassady a commis des excès qu’il a payés cher. Il n’a pas fait de vieux os, mort à 42 ans. Ce ne fut pas un écrivain raté. Vaut-il mieux vivre bêtement et laisser quelques livres, ou cramer son existence avec brio sans rien laisser ? Le véritable écrivain est peut-être celui qui vit l’écriture à l’air libre. Rimbaud a très tôt cessé d’écrire. Cassady a écrit dans l’espace, et ce fut magnifique. Il appartient aux grands écorchés vifs, de la dimension de Klaus Mann. Parfois, il n’est pas obligé d’écrire beaucoup pour laisser un grand souvenir. Theodore Fraenkel, en n’écrivant rien, est sans doute le plus authentique des Dadaïstes.
Dans ses lettres, il est présent de partout. Vivre 42 ans pleinement c’est plus fort qu’accomplir 90 ans de simples fonctions digestives. On attend le second tome de somptueuses lettres (1951-1967) à paraître en 2015. Pendant ce temps, on va essayer de vivre de la meilleure façon possible. Seul compte la perception des jours qui passent. Il n’y a rien à jeter. Il ne faut pas suivre le calendrier. Chaque jour est une fête. Devenir vieux peut être un jeu supplémentaire. Le temps a bien quatre saisons. Un truc très beau qui contient tout ? Pour le vérifier, il suffit de lire ce livre avec une couverture papier buvard. Qui éponge tout, comme Neal Cassady.

-Un truc très beau qui contient tout (Lettres 1944-1950), de Neal Cassady. Traduit de l’américain et présenté par Fanny Wallendorf. Finitude, 336 p., 23 €

21.05.14

Permalien 14:38:47, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Romario, Cantona et Jennings trois rebelles dans un monde de consultants

Alors que le monde du football s’accommode très bien de l’omerta qui règne dans sa galaxie, Romario, né dans une favela, ne s’en laisse pas conter.

Le monde du football a une loi séculaire: l’omerta.
Silence radio sur tout, en dehors des banalités de circonstances.
Avant le professionnalisme, les joueurs touchaient des dessous de table. Près de nous, on se souvient de la caisse noire de Saint-Etienne. Le président Rocher avait trinqué jusqu’à perdre son honneur de dirigeant.
Dans le monde du football actuel on a le culot, par exemple, de dire que le dopage est inexistant car il s’agit d’un sport collectif. Il faut quand même oser avancer une pareille énormité quand on sait que les grands joueurs disputent plus de 60 matchs par saison sans compter les matchs en sélection nationale ! Il est impossible d’être constant en sport sans médicalisation. Ceux qui le contestent sont des menteurs. J’ai le témoignage d’un joueur en Serie A d’après-guerre qui m’a confié que “l’aide pharmaceutique” existait déjà en Italie quand il y évoluait. Soixante-dix ans plus tard, on imagine bien que dans les vestiaires on ne boit pas que de la limonade. Le 21 mai 2014, on vient d’apprendre que Diego Costa (Atletico Madrid), blessé aux ischio-jambiers droits, suivait un traitement spécial à base de placenta de jument en Serbie dans le but qu’il puisse disputer la finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid, le 24 mai.
Mis dans la peau d’un pestiféré par la FIFA, Maradona est le grand exclu parmi les gloires du football.
Pelé est sans arrêt sollicité pour vanter les bienfaits du football.
Platini, lui, est président de l’UEFA.
Les deux seuls anciens grands joueurs qui sortent de la parade sont Cantona et Romario.
Cantona a déclaré que “Platini était un politicien comme les autres” parce que l’ancien joueur de la Juventus Turin a appelé le peuple brésilien de mettre en veilleuse ses revendications sociales, le temps que la Coupe du monde se déroule sans problème.
En France, Eric Cantona se démarque de la génération de 1998 qui a étendu son pouvoir selon le principe de la toile d’araignée.
Il suffit de voir ce que sont devenus les vainqueurs contre le Brésil 3-0 au SDF:
Marcel Desailly, consultant Canal +
Frank Lebœuf, consultant RMC, Canal +
Bixente Lizarazu, consultant RTL, TF1
Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France
Christian Karembeu, dans le staff de l’Olympiakos Le Pirée
Emmanuel Petit, consultant France Télévision
Zinédine Zidane, entraîneur-adjoint du Real Madrid
Youri Djorkaeff, consultant TF1
Stéphane Guivarc’h, consultant Canal +
Christophe Dugarry, consultant Canal +
Patrick Vieira, dans le staff de Manchester City
Robert Pires, consultant Europe 1, Bein sport
Bernard Diomède, consultant RTL
Suspendu pour le finale 1998: Laurent Blanc, entraîneur du PSG.
Cela fait beaucoup de consultants au mètre carré de Clairefontaine. Finalement la FFF est plus une école de journalisme qu’un centre de formation pour footballeurs. Il fallait mieux gagner la Coupe du Monde 1998 que d’être dans le bus de la honte de 2010.

L’autre rebelle est Romario, aujourd’hui député socialiste brésilien.
L’ancien buteur préface le nouveau pamphlet du journaliste qui s’oppose aux dirigeants du football. De fait, Andrew Jennings n’y va pas de main morte dans Un jeu toujours plus sale:
-«Combien de billets pour les matches de l’équipe nationale du Brésil et pour la finale de la Coupe du monde ont été effectivement vendus à travers la roulette électronique créée par la Fifa? Pourquoi des billets sont apparus sur le marché noir alors que la Fifa assure que les billets étaient nominatifs?»
Cela fait des années que le journaliste court après les président de la FIFA pour lui poser des questions qui dérangent. Il n’hésite pas à l’attendre sur le parking pour lui demander:
-"Que pensez-vous de la corruption dans le football?”
Le journaliste ne récolte qu’indifférence et mépris. Cela ne l’empêche pas de faire un marquage à la culotte ! Dans les conférences de presse il se fait chaque fois rembarrer quand il demande aux parrains de la FIFA: ça ne vous dérange pas d’être dans un système qui s’apparente à la mafia ?
-«Au début, je pensais qu’il n’y avait que quelques escrocs au sein de la Fifa. Puis des sources en interne m’ont transmis des cartons de documents financiers confidentiels. J’ai réalisé à quel point la corruption –et sa dissimulation– étaient à couper le souffle. Il ne s’agit pas de quelques escrocs, l’institution elle-même s’est transformée en mafia!»
Le journaliste écossais est le seul à tenir tête à la FIFA:
-«Bienvenue à Rio, où les gangsters en col blanc se battent, avec l’aide des avocats et des politiciens, pour détourner les revenus que devraient engendrer la Coupe du Monde et les JO.»
Jennings a démonté toutes le sociétés écrans qui permettent de faire fructifier le magot.
On trouve des billets sans trop de difficultés sur Internet à des prix allant de deux à dix fois leur valeur faciale.
Romario, Cantona et Jennings ne sont que trois à sortir de la parade brésilienne qui se prépare.

Permalien 09:59:50, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Dialogue, de Jorge Luis Borges et Victoria Ocampo (Bartillat)

La voix de Jorges Luis Borges est inoubliable. Dans son œuvre, il aimait la thématique du double, comme Maupassant qui, lui, était malade, souffrant d’autoscopie, c’est-à-dire croire avoir rendez-vous avec soi-même. Il aimait la France car il estimait que les lecteurs français avaient amélioré son œuvre. Borges avait même l’élégance d’être humble. La France depuis Roger Caillois a établi un lien indestructible avec l’Amsud, en particulier l’Argentine.

Voici un livre destiné aux amoureux des Belles Lettres comme on disait jadis.
On peut se féliciter qu’il existe encore un éditeur pour éditer un livre aussi beau dans sa fabrication. Sur un magnifique papier ivoire, on trouve l’entretien à deux voix entre Borges et Victoria Ocampo, la fondatrice de la mythique revue SUR dont le premier numéro fut disponible dès 1931.
Avant de lire Borges, je l’ai entendu à la radio. Il parlait un français impeccable, en recherchant son souffle. Moi de l’autre côté du poste, j’avais le mien coupé. Tout ce qu’il disait était d’une beauté inouie. Beauté auditive et beauté visuelle tant il avait la capacité à faire surgir des images. Je l’entends encore parler de la Voile lactée. Je ne suis vu soudainement dans le ciel, genre Peter Pan. Quelle force dans l’évocation !
Sa voix était comme celle d’un homme qui se raccrochait au rebord de sa tombe pour ne pas être enseveli. Il en redemandait, n’avait pas fini de tout aimer, de tout dire. Quasiment, aveugle il ne voyait pas presque plus, sauf des ombres, lui qui suivait tant de fantômes, à commencer par son double.
Je ne le connaissais pourtant je reconnaissais un ami.
Borges disait que même dans le plus mauvais livre, il y avait souvent une belle phrase et qu’il fallait donc le lire pour la trouver.
Le dialogue entre Borges et son ami et admiratrice permet à l’écrivain d’évoquer sa famille, ses parents et ses grands-parents. On les découvre sur plusieurs photos qui accompagnent la lecture du livre. Des photos en noir et blanc qui, sauvées de l’oubli, restituent bien toute la fragilité de l’existence. Que reste-t-il ? On le sait des photos, et aussi parfois des livres quand il y a un écrivain dans la famille. Le dialogue est surtout centré sur Borges mais celui-ci n’est pas un adepte du soliloque exaspérant. Il est toujours prêt à partager ce qu’il sait ou ignore. Borges est l’un des rares écrivains à entremêler avec infiniment de naturel la poésie et la réflexion, la culture et la grâce du réel. On nous dit que les deux amis ont parfois eu des tensions. On a du mal à les imaginer tant Borges et Ocampo sont complices.

-Dialogue, de Jorge Luis Borges et Victoria Ocampo, préface de Maria Kodama. Introduction d’Odile Felgine. Traduit de l’espagnol (Argentine) par André Gabastou. Bartillat, 160 p., 20 €

20.05.14

Permalien 12:55:08, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Théorie de Rio de Janeiro, de Sébastien Lapaque (Actes Sud)

Sébastien Lapaque est un as de la géopoétique.
On suit ce qu’il fait et ce qu’il écrit parce qu’on est bien en sa compagnie. Il aime regarder, dire ce qu’il a vu et aller au-delà des apparences. Naguère on a effectué un bout de chemin ensemble lors de sa Théorie de la carte postale. On récidive, avec un voyage à Rio où il nous sert de guide inspiré. On lui emboîte le pas comme on suivrait le joueur de flûte. Lui, c’est de la littérature dont il joue. Avec lui on peut parler de Garrincha et de Georges Bernanos. Ce n’est pas parce qu’on lit Stefan Zweig que l’on doit avoir honte de dire qu’on se souvient des arabesques de Pelé. Lapaque nous signale que Cendras a visité trois fois Le Brésil : en 1924, 1926 et 1927. Il nous confie cela comme d’autres nous disent que l’Argentine a gagné deux Coupes du Monde, en 1978 et 1986.
En son temps, Cendrars confia que Rio était «la seule grande ville de l’univers où le seul fait d’exister est un véritable bonheur». Il faut le dire vite car si la Baie de Rio est admirable, le site le devient moins dès lors que l’on va côté favelas pour se rendre que- le tout à l’égout n’existant pas dans les quartiers déshérités- toute l’eau usagée rejoint le rivage de sable chaud. Là bien sûr, on ne fait pas de photos pour en faire des cartes postales de tourniquet. Il est vrai que si je fais un reportage sur Paris en filmant ses rues abandonnées, les touristes prendront la poudre d’escampette.
Lapaque nous relate l’historique de Rio avec l’arrivée des Portugais en 1502. La Théorie de Rio de Janeiro est très pratique pour voyager parce qu’elle nous révèle l’âme de la “Cité merveilleuse". Ceux qui partent dans la ville du Corcovado doivent se procurer cet ouvrage qui nous donne envie de lézarder sur la plage d’Ipanena avant de déguster une feijoada de fruits de mer. Un bon petit livre de Lapaque vaut mieux que toute cette littérature d’aéroport qui ne nous mène pas loin.

-Théorie de Rio de Janeiro
de Sébastien Lapaque. Actes Sud, 106 pages, 10 €

19.05.14

Permalien 17:54:35, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Van Gaal, nouveau coach de Man United:"Ce que je pense de MU ? C'est une question idiote! United est le plus grand club du monde !"

Van Gaal me plait beaucoup. Il n’use pas de la langue de bois. Il ne supporte pas les questions idiotes même si elles viennent d’un encarté de la BBC. Alors qu’il est encore sélectionneur des Pays-Bas, le manager a accepté de parler de MU. Il est très rare qu’un entraîneur parle en ayant une autre casquette. On sent sa volonté d’établir le contact avec les fans. En quelques minutes, Van Gaal démontre plus de caractère que David Moyes (ex manager de MU) en 9 mois ! Cela tombe bien. MU a besoin d’une main de fer pour retrouver le sommet de la Premier League.

Communiqué officiel de Man United:
-Le club nomme Louis van Gaal coach officiel, avec un contrat de trois ans. Le sélectionneur national des Pays-Bas a remporté plusieurs titres aux Pays-Bas, en Espagne, en Allemagne.
-Ryan Giggs sera son adjoint.
-Frans Hoek et Marcel Bout seront également ses adjoints.

Louis van Gaal, 62 ans, entraîne au haut niveau depuis plus de 20 ans et a remporté le titre national et la coupe nationale dans trois pays, ainsi que l’UEFA Champions League, la Coupe UEFA, une Coupe intercontinentale, deux Super Coupes de l’UEFA et les Super Coupes nationales aux Pays-Bas et en Allemagne.

Il prendra ses fonctions après la Coupe du Monde où il dirige l’équipe nationale des Pays-Bas.

Louis van Gaal doit de remettre à niveau la philosophie de MU, instaurée par sir Matt Busby et prolongée par sir Alex Ferguson: faire jouer offensivement MU tout en faisant confiance aux jeunes:
“Cela a toujours été un rêve pour moi d’être à MU. Travailler comme manager de Manchester United, le plus grand club au monde, me rend très fier. J’ai dirigé des équipes à Old Trafford par le passé et je sais combien Old Trafford est une arène fantastique et combien les fans sont passionnés et connaisseurs. Ce club a de grandes ambitions ; moi aussi. Ensemble, je suis sûr que nous allons écrire l’Histoire.”

Après la tiédeur de David Moyes, voici que MU choisit un coach qui ne mâche pas ses mots.

Permalien 16:36:12, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

A 40 ans, Ryan Giggs met un terme à sa carrière de joueur mais il devient entraîneur adjoint de Manchester United

La lettre d’adieu du joueur Ryan Giggs

“Aujourd’hui est un jour fantastique pour Manchester United. Louis van Gaal a signé pour entraîner MU et j’ai le bonheur d’être son adjoint. C’est une grande arrivée pour le club.
Je saisis l’occasion de ce grand jour pour annoncer ma retraite de joueur professionnel et j’ai la chance de rester au club pour m’engager dans un nouveau chapitre comme directeur adjoint de Manchester United. Je suis immensément fier, honoré et heureux d’avoir représenté le plus grand club du monde 963 fois et 64 fois le Pays de Galles.
Mon rêve a toujours été de jouer pour Manchester United, et bien que cela m’attriste de savoir que je ne porterai plus jamais les couleurs en matchs, je dois avouer que j’ai eu la possibilité de jouer avec certains meilleurs joueurs du monde, et j’ai travaillé sous la gestion incroyable de Sir Alex Ferguson. Je tiens à saluer les fans dont j’ai toujours ressenti et apprécié le soutien.

Je veux aussi donner un grand merci à tous employés en coulisses que j’ai connu depuis toute ma carrière à Manchester United. Je n’aurais pas obtenu le succès que j’ai eu sans votre dévouement et votre engagement à créer le meilleur environnement pour permettre aux joueurs de s’épanouir. Je n’aurais pas gagné autant de trophées dans ma carrière sans vous. Je tiens également à dire merci à mes amis et la famille pour leur amour et soutien.

Pour moi, c’est aujourd’hui un nouveau chapitre rempli d’émotions. J’ai aimé chaque minute de jeu à MU, le plus grand et le meilleur club du monde. Je le dis et je le pense.
Rendez-vous la saison prochaine.”
Ryan Giggs

Ryan Giggs dit le Feu follet
né le 29 novembre 1973, à Cardiff, Pays de Galles
A Manchester United depuis 1987
Gaucher
Ailier puis milieu de terrain
Joueur-entraîneur adjoint 21 avril-11 mai 2014
Entraîneur de l’équipe première depuis le 22 avril 2014, à 9 h 30, avec pour adjoint Nicky Butt, Paul Scholes et Phil Neville.
1er match professionnel le 2 mars 1991, MU-Everton
Dernier match joué à MU le 6 mai 2014
963 matchs, 169 buts
C’est le joueur qui a joué le plus avec Man United depuis la création du club.
64 matchs avec le Pays de Galles
20 mai 2014, nommé coach adjoint de van Gaal

Palmarès de Ryan Giggs: 35 titres majeurs, record mondial

2 Ligues des champions 1999, 2008
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
13 Championnats d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
4 League Cup 1992, 2006, 2009, 2010
9 Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2013

Permalien 07:41:34, Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON  

Mort de Jack Brabham (1926-2014), triple champion du monde de F1

Sir John Arthur Brabham1, dit Jack Brabham, né le 2 avril 1926 à Hurstville, près de Sydney, en Australie, est mort le 19 mai 2014 à Gold Coast.

L’immense pilote de F1 a remporté le titre de champion du monde de Formule 1 à trois reprises: en 1959, 1960 et 1966.
Nombre de courses: 126, entre 1955 et 1970.
Pole positions: 13
Podiums: 31
Victoires: 14

Avant de courir sur sa propre voiture pour l’écurie Brabham Racing Organisation, il avait un volant Cooper.
-« C’est un jour très triste pour nous tous. Mon père est décédé paisiblement à la maison ce matin à l’âge de 88 ans. Il a eu une vie incroyable, accomplissant plus de rêves que n’importe qui d’autre », a déclaré l’un de ses trois fils, David Brabham.
En 1966, Jack Brabham devint le premier pilote à remporter un titre de champion du monde dans une voiture construite par ses soins, la Brabham BT19. La performance lui permet de remporter aussi le titre des constructeurs, en 1966, et à nouveau l’année suivante.
En 1959, il est devenu légendaire. Lors du Grand Prix des Etats-Unis, en panne d’essence, il réussit à pousser sa Cooper Climax jusqu’à la ligne d’arrivée pour se placer quatrième place. Etre au pied du podium, lui a permis de remporter le titre de champion du monde F1, une première pour un Australien.
-« Ma voiture n’avait plus de carburant à environ 800 mètres de la ligne d’arrivée. Je ne pouvais rien faire d’autre que de la pousser jusqu’à ce qu’elle s’arrête. (…) Ca a été une immense joie de découvrir, alors que j’étais allongé sur le sol, épuisé, que j’avais en fait gagné le championnat. C’était fantastique.»
Son fils a raison, Jack Brahbam a réalisé des rêves qui nous restent inaccessibles. C’est pour cela que l’on aime les champions de sa trempe. En son temps de gloire, je le voyais comme un père. Aujourd’hui, les pilotes font moins rêver car les nouveaux règlements massacrent l’esprit de la course.

Le retour de Leonardo au PSG est totalement légitime

Tout ce qui est arrivé au PSG de très bien depuis deux saisons c’est grâce à Leonardo.
La venue de Carlo Ancelotti, c’est lui.
L’arrivée de Z. Ibrahimovic, c’est lui.
Le seul joueur qui n’a pas fait venir c’est Y. Cabaye, joueur star à Newcastle et anonyme au PSG où il a signé à la demande de Laurent Blanc qui l’a fait international A.
Le nouveau PSG formidablement complémentaire sur la pelouse, avec un ensemble d’internationaux haut de gamme venu d’Italie, d’Argentine ou du Brésil et d’ailleurs, est un miracle collectif qui est sorti du cerveau de Leonardo homme aux multiples talent et ancien virtuose balle au pied.
De manière inattendue, Laurent Blanc a pris finement le relais d’Ancelotti qui avait fait prendre la mayonnaise avec les ingrédients humains choisis par Leonardo.
A la télévision, le 18 mai 2014, un consultant issu de la galaxie de 1998 - franc-maçonnerie du football français- a dit que Leonardo pouvait rester où il est car, grosso modo, “Lolo” Blanc n’a besoin de personne.
Quelle ingratitude ! Heureusement que de l’autre côté du poste, les amateurs ne sont pas dupes d’une pareille sortie médiatique.
A la vérité, Leonardo est le principal artisan de l’élaboration du PSG version QATAR et ce n’est pas vrai de dire qu’il suffit d’avoir un chéquier pour faire une grande équipe qui gagne tout.
La France n’est toujours pas un grand pays de football pour laisser dire de manière subliminale à un ancien joueur que Leonardo n’est pas le principal acteur de la réussite du PSG newlook.
Beaucoup d’observateurs ont dit que Ibrahimovic avait été “mauvais” lors du 1/4 aller de C1 gagné par le PSG 3-1 devant Chelsea. C’est vraiment ne rien comprendre au football que de dire de pareilles sornettes. Ibrahimovic occupe tant les esprits de ses rivaux que ses partenaires ont plus de liberté. Comme il était absent au match retour, le PSG s’est fait éliminer 2-0. Contre Lyon, nouvelle défaite, toujours sans Ibrahimovic blessé et endeuillé (mort de son frère).

il y a quelques semaines, Leonardo a déclaré à la radio: -"Je suis redevenu coach. Ma place est sur le terrain.”

Quoi de plus logique. Ce n’est pas la broutille de la bousculade dans les vestiaires avec un arbitre qui l’a transformé en voyou. Leonardo était un joueur élégant sur la pelouse. Cette élégance, il l’a dans la vie. Il faut savoir tourner la page.

Sur Yahoo, il parle de l’élimination en 1/4 de la C1 2014 face à Chelsea:

https://fr.sports.yahoo.com/news/leonardo-joueurs-doivent-apprendre-%C3%A0-mieux-g%C3%A9rer-%C3%A9motions-042346600.html

-Que manque-t-il encore à Paris pour aller plus haut ?

-"Les joueurs doivent apprendre à mieux gérer leurs émotions pour ne pas passer à côté des grands rendez-vous.”

Tout est dit. Un match dure 90 mn voire plus. Il faut savoir gérer l’avant-match, le match et l’après-match, soit tout et tout le temps.

Quand à l’aller, Pastore a marqué son but, au 1/4 aller pour le 3-1, on aurait dit que le PSG avait gagné la C1. Au retour, Chelsea s’est qualifié avec un 2-0.

Leonardo n’a jamais coupé le dialogue avec Nasser al-Khelaïffi, le président du PSG.
Les fans du PSG ont intérêt à revoir Leonardo au PSG car c’est l’assurance de l’arrivée de nouveaux très bons joueurs qui se fondront dans le collectif.
Ce n’est pas le football de Cabaye qui va faire augmenter le nombre des abonnés au Parc des Princes.
Leonardo doit poursuivre le travail qu’il a si bien commencé.
Avec lui, le PSG peut se renforcer avec des joueurs qui vont vraiment apporter quelque chose de plus.
Quand un journaliste de Yahoo.fr a demandé à Nasser al-Khelaïffi ce qu’il comptait faire à propos de Leonardo, il a répondu posément:
-"Leonardo a fait un excellent travail, il a protégé le club, parfois au dépens de son intérêt, je le remercie. Nous verrons…”
Je me souviens d’avoir entendu Leonardo dire il y a longtemps: “Le Parc des Princes, c’est mon jardin".

17.05.14

Arsenal, l'Atletico Madrid, Bayern Munich et Evian...sont les héros du 17 mai 2014

Samedi 17 mai 2014

FA Cup Finale
Arsenal 3-2 Hull
Menés 0-2, Arsenal a finalement remporté la FA Cup 2014 pendant les prolongations.
Au début du match, Hull City a eu 100 % de réussite pour marquer ses deux buts dès l’entame du match.
Arsène Wenger vient enfin à bout du signe indien qui l’empêchait de remporter un titre depuis 2005.
La Coupe lui sourit plus que le championnat.
Victoire logique des Gunners devant des joueurs très limités techniquement. Jouer avec le cœur ne suffit pas.

Derniers matchs de Liga pour le titre
Barcelone FC 1-1 Atlético Madrid
Les Catalans ont remporté la Liga un court moment, juste le temps de mener 1-0. L’égalisation de l’Atletico a suffi aux visiteurs pour devenir champion d’Espagne. Oui, le petit Poucet de la Liga a remporté ce que convoitaient les ogres du Real et du Barça. Bravo au coach Diego Simeone qui va retrouver le Real en finale de la C1. Sur leur lancée, les joueurs de l’Atletico peuvent réaliser le doublé historique. Pendant ce temps, l’entraîneur du FC Barcelone Gerardo Martino feba ses valises. Les dirigeants Catalans n’en veulent déjà plus. Le Barça n’a pas gagné la Liga mais le Barça a surtout perdu Tito Vilanova, son joueur-entraîneur tant aimé, mort après avoir livré un combat acharné contre le cancer.

Coupe d’Allemagne
Borussia Dortmund 0-2 Bayern Munich
Le Bayern Munich a réalisé le doublé Coupe-Championnat avec pour pour entraîneur, Guardiola, l’ex coach du Barça. C’est Robben qui a ouvert le score à la 107e minute, suivi ensuite par Müller (120e). On le voit c’est encore Robben qui a fait la différence. C’est lui qui aurait être sur le podium du Ballon d’or, à côté de Messi et de C. Ronaldo.

Verdict de la Ligue 1 française
PSG, Monaco et Lille joueront en C1.
Ajaccio, Valenciennes et Sochaux descendent en L2.
Evian TG a sauvé sa peau en gagnant 0-3 à Sochaux alors que tous les observateurs n’avaient d’yeux que pour les Sochaliens. Les médias en ont fait des tonnes sur le coach de Sochaux, Hervé Renard, mais c’est celui d’Evian, Pascal Dupraz, qui a eu le dernier mot. Dupraz a toujours dit qui vivra verra. Il a toujours affiché une détermination. Et il l’a transmise à ses joueurs. A la fin du match, l’entraîneur d’Evian a déclaré dans les vestiaires: “Je remercie tous nos détracteurs. Ils m’ont aidé. Vous savez mes joueurs savent lire !” Pascal Dupraz est l’un des meilleurs coachs français. Lui sa mission n’est pas de gagner le championnat mais de maintenir son club en L1 et il y parvient. Sochaux vient de s’en apercevoir. Si Pascal Dupraz entraînait le PSG, les Parisiens seraient aussi champions.

Permalien 11:43:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Dans la collection GF Flammarion, des écrivains (Parisis, de Vigan, Todorov…) présentent des chefs d’œuvres signés par Balzac, Maupassant, Gogol…

Victor Hugo par le magistral Henri Guillemin

Très bonne initiative pour fêter les 50 ans de la prestigieuse collection. Elle consiste à faire préfacer des chefs d’œuvre par des écrivains contemporains. Jadis les éditions de poche le faisaient régulièrement. Une préface intéressante est toujours un plus. Et c’est mieux qu’une explication terne de quelques lignes jamais signées tant elles sont fades.
Cette fois on a proposé un questionnaire (Pourquoi aimez-vous ?) à six auteurs actuels qui répondent à leur manière. Une interview en guise de préface. Cela correspond à l’air du temps. Ici c’est souvent vite et bien.

Balzac journaliste : Articles et chroniques. Choix de textes, présentation, notes, chronologie, bibliographie et index par Marie-Eve Thérenty. GF Flammarion, 400 p., 9,80 €
Dans toute son œuvre, Balzac a souvent des mots très durs contre la presse. Il y a bien sûr croqué pour subvenir à ses besoins. Il y a pire comme casse-croute. Chroniqueur littéraire, il s’est intéressé au fait-divers donc à la justice et à la police. Il avait la veine feuilletoniste. Quand il était avec des amis, en fin de soirée, il finissait toujours par dire: « Bon faut retourner à la réalité… » Celle de son manuscrit. Le journalisme n’était qu’un brouillon de la vie. Tous les journalistes, en herbe et plus encore ceux qui ont pignon sur une… doivent lire ce recueil d’articles signés Balzac. Et celui de V. Hugo aussi.

-Hugo journaliste : Articles et chroniques. Textes choisis et présentés par Marieke Stein. GF Flammarion, 463 p., 9,80 €
Avec Choses vues, Victor Hugo a prouvé qu’il était le père de tous les journalistes: il savait voir et surtout il savait écrire. Deux conditions qui demandent une double concentration. On connaît son combat pour l’abolition de la peine de mort. L’existence de Victor Hugo suffit à nous rendre fiers d’être Français. Ce n’est pas parce que nous sommes Français que nous avons son talent mais si nous sommes ce que nous sommes nous le devons beaucoup à Hugo. Il mettait l’intelligence avant l’émotion, la réflexion avant la décision. Les hommes politiques contemporains feraient bien de lire ce recueil d’articles des l’un des plus grands journalistes du monde. Voltaire étant le premier. Zola est aussi dans la liste.

-A rebours, Huysmans. Présentation de Daniel Grojnowski. Interview de Maylis de Kerangal. GF Flammarion. 400 p., 7, 60 €
Un anti roman par excellence qui révolutionne le genre. Vu que l’extérieur est atroce autant plonger en soi pour voir ce qui s’y traque. L’unique personnage Des Esseintes est un dandy décadent hyper sensible.

-Poil de carotte, Jules Renard. Introduction de Léon Guichard. Bibliographie par Clarisse Barthélemy, Interview de Diane Meur. GF Flammarion. 190 p., 2, 80 €
Les aventures de l’enfant souffre-douleur le plus célèbre de la littérature française. Jules Renard a transcendé tous ses souvenirs d’enfance dans une prose pleine de virtuosité. Né écrivain, Jules Renard a tenu ses promesses en devenant un champion du verbe. Inégalable. On s’étonne que des gens osent écrire après l’avoir lu. A quoi bon embarrasser les rayons. Ah ! oui… c’est vrai : la littérature est aussi une industrie. La médiocrité trouve preneurs. Renard écrivait contre les Oronte.

-Récits de la maison des morts, Dostoïevski. Traduction par Pierre Pascal. Présentation de Michel Cadot. Interview de Jérôme Ferrari. Bibliographie par Victoire Feuillebois. GF Flammarion, 452 p., 8 €
En 1849, Dostoïevski est condamné au bagne pour ses idées. Déporté en Sibérie, il y passe cinq années au milieu des voleurs, des criminels… Il ne peut pas s’isolé, lui, l’immense créateur qui nous a tant donné.

-Notre cœur, de Maupassant. Présentation et bibliographie par Nadine Satiat. Interview de Delphine de Vigan. GF Flammarion, 330 p., 5,90 €
Fidèle à sa conception amoureuse pleine d’imbroglios, le plus grand nouvelliste du monde, avec Anton Tchekhov, explore derechef une love story basée sur l’attraction-répulsion. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît. RAS. A lire pour le style. Le bottin par Maupassant serait passionnant.

-Vie et opinions de Tristram Shandy, Laurence Sterne. Traduction par Charles Mauron. Présentation par Serge Soupel. Biliographie par Anne Boutet. Interview de Claro. GF Flammarion, 708 p., 11,30 €.
Pamphlet plein d’humour sous forme de roman pour dézinguer les pédants et les faux héros. Récit hyper tonique avec des situations cocasses. Tout un esprit plein de verve.

-Ferragus, et La Fille aux yeux d’or, Balzac. Présentation par Michel Lichtlé. Interview de Claro. GF Flammarion, 338 p, 5, 90 €.
Deux textes de Balzac pour le prix d’un. Ceux qui connaissent le Balzac statufié par Rodin savent que la statue représente la puissance romanesque de l’écrivain. Quel est le héros de La Fille aux yeux d’or ? Paris. Le romancier connaissait par cœur la capitale à forcer de semer les huissiers qui le chassaient comme on poursuit la perdrix.

Parallèlement aux publications, GF Flammarion fête son cinquantenaire par des rencontres avec les intervenants au Théâtre de l’Odéon. Salon Roger Blin. Place de l’Odéon (Paris, 75006) Après les rendez-vous avec Jean-Marc Parisis (La Peau de chagrin, Balzac), Belinda Cannone (Adolphe, B. Constant), Delphine de Vigan (Maupassant), Claro (Sterne) et Maylis de Kerangal (Huysmans),
Tzvetan Todorov évoquera Gogol (Les âmes mortes) le 10 juin 2014.

Permalien 00:07:43, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

De père légalement inconnu, de Françoise Cloarec. (Phébus)

Extraits d’Alice dans les villes, de W.Wenders.

« Nappes blanches, verres en cristal, lumières recherchées. Ventilateurs. »
Voilà un exemple de description chez Françoise Cloarec. Le mot ventilateurs nous apparait comme un vrai ventilateur car il est détaché de tout. C’est le miracle de la littérature. Il y en a beaucoup dans le nouveau roman de l’auteur de Séraphine, ouvrage consacré à la peintre Séraphine de Senlis, devenue célèbre grâce au film de Martin Provost avec Yolande Moreau dans le rôle titre.
De père légalement inconnu est la recherche du père par une héroïne de 40 ans, elle-même devenue parent. C’est le combat d’une ancienne petite fille prénommée Camille qui a dû quitter Saïgon à la fin de la guerre d’Indochine. Elle connaît sa mère mais pas son père. Son seul renseignement : il s’agit d’un officier.
Devenue adulte, elle ne rencontre que des échecs dans sa tentative de quête du père jusqu’au jour où elle rencontre un adjudant-chef très coopérant. Adjudant vient du latin adjuventum qui veut dire celui qui aide, nous rappelle l’auteur.
On assiste à sa recherche sans relâche. Elle veut savoir quitte à se confronter à un tombeau.
Qui sait ce qu’elle va trouver ?
Ce livre est comme un Seurat littéraire. On avance pas à pas.
On accompagne. On voit. On comprend. On partage.

-De père légalement inconnu, de Françoise Cloarec. Phébus, 149 p., 15 €

15.05.14

Hommage à Samir Nasri, interdit de Coupe du Monde. Pourquoi Wenger et Platini se taisent-ils ? Seul Manuel Amoros prend sa défense.

Nasri rêvait à la Coupe du Monde depuis son enfance. On possède peu d’images de grands joueurs lors de leur enfance. On n’a pas le droit de casser les rêves d’un enfant. Le talent de Nasri est indiscutable. Le faire passer pour un semeur d’embrouilles ne tient pas la route. Et Evra et Ribéry qui ont failli se battre sur le terrain lors de MU-Bayern Munich, en C1, se sont-ils bien comportés au niveau de l’image donnée par des Français?

Quand un histrion adepte des dictateurs change de nationalité, l’intelligentsia dit: “Bravo!” Quand une ministre parle de karaoké à propos de la Marseillaise, on la trouve magnanime mais depuis que Nasri a eu un geste d’humeur en direction de la presse, on l’a marginalisé. Certains sont intouchables, d’autres n’ont pas la carte dont parlait Philippe Noiret qui pourtant provenait du TNP.
Samir Nasri n’était pas dans le bus en 2010 et c’est lui qui trinque quand Evra, Ribéry et Lloris tous dans le bus sont pourtant dans l’avion pour le Brésil 2014.
Samir Nasri… Hier, on l’appelait “Le Petit Prince". Aujourd’hui, on le traite comme le dernier des voyous.
Quand Zidane frappe un Italien en pleine finale de la Coupe du Monde, on passe l’éponge et l’icône des grands sponsors reste au sommet médiatique.
Quand Nasri exprime sa révolte, on lui ferme les portes de l’équipe de France.
Il y a deux poids, deux mesures.
Nasri joue en équipe de France depuis son adolescence. En France A, il a une quarantaine de sélections.
Pourquoi ne pas l’avoir exclu avant ?
Nasri mérite le respect.
Je maintiens: c’est le joueur le plus technique de sa génération. C’est lui qui a la plus belle vision du jeu, la plus juste. C’est un créateur comme Kopa, Platini, Cantona et Zidane. Pas un destructeur de jeu, comme Deschamps. Nasri n’a pas les pieds carrés, lui.
Il est en pleine progression depuis qu’il a quitté la nurserie d’Arsenal.
Quand il jouait sous les ordres d’Arsène Wenger, on lui prédisait la gloire.
En juillet 2012, Michel Platini déjà président de l’UEFA avait pris la défense de Nasri:
Réponse de Platini à la question de savoir s’il a été “choqué par l’hostilité de Samir Nasri envers des journalistes français” :
- “Si javais dû être suspendu à chaque fois que j’ai insulté un journaliste, je ne compterais pas beaucoup de sélections. Plus sérieusement, Nasri mérite quelque chose. Mais une suspension de deux ans comme je l’ai lu, ce serait ridicule et honteux.”
On ne peut pas demander à un joueur d’être un loup affamé sur le terrain et puis de redevenir un agneau discipliné dans les vestiaires.
Se priver de Nasri, c’est ça le scandale car il est plus difficile de jouer à Man City qu’en équipe de France.
Comme il a été interdit de Coupe du Monde, à deux reprises, on ne devrait pas voir Nasri à l’Euro 2016.
Nasri devra faire une grande saison 2014-2015 pour démontrer une nouvelle fois qu’il est le meilleur footballeur de sa génération.
La France sans Nasri est une équipe sans rayonnement technique.
La chair à canon ne suffit pas pour gagner des batailles.
On a mis à la porte Nasri alors qu’il devrait être le cerveau des Bleus, en raison de sa vision du jeu.
Nasri est capable de dribbler trois adversaires avant de délivrer du caviar.
Qui peut en faire autant dans la liste de Deschamps pour le Brésil ?

PS: Manuel Amoros a pris la défense de Nasri sur RMC à 17 h 30, le 15 mai 2014. Il a insisté que sur le flanc droit, la France avait besoin de Nasri. “C’est un joueur important. Quand j’entends dire que le sélectionneur n’a pas pris les meilleurs, c’est incroyable !” Amoros ce n’est pas n’importe qui. Il était cent fois supérieur à Lizarazu qu’on entend partout. Amoros a dit à Luis Fernandez: “Toi tu n’étais pas facile à vivre et tu as prouvé sur le terrain…”
Le 23 novembre 2013, Amoros a écrit au président de la FFF, pour lui signaler qu’il faut penser à fêter les 30 ans de la victoire de l’Euro 1984. Le président n’a pas répondu à Amoros 82 sélections et nous sommes le 15 mai 2014.
Platini et d’Amoros ont donné à la France le premier sacre européen (sport collectif).
Je suis contre la nostalgie mais pour la mémoire.
PS bis: José Anigo, l’entraîneur de Marseille, club formateur de Samir Nasri, a estimé aussi qu’il n’était “pas normal” que le milieu de terrain de Manchester City ne soit pas retenu pour le Mondial au Brésil.

Les éditions Gallimard célèbrent le centenaire de Marguerite Duras, écrivain et cinéaste

Marguerite Duras et ses prévisions sur l’An 2000. Elle a mis dans le mille.

Le troisième volume de la Pléiade consacrée à Marguerite Duras (1914-1996) contient les textes de la décennie qui lui a permis de basculer d’écrivain reconnu à écrivain star. L’Amant (1984) est un tel triomphe que les académiciens s’estiment obligés de couronner ce livre. Robert Sabatier aura ce mot célèbre : « On a donné Duras au Goncourt ». Sublime trait d’humour qui en dit long sur la lucidité du juré lui-même auteur de livres à succès.
Dans cette décade, MD a beaucoup donné au cinéma. L’époque Duras a démarré avec India Song (1973) jusqu’à L’Amant, via Le Navire Night, L’Eté 80, Savannah Bay ou La Maladie de la mort. MD a autant de thuriféraires que de détracteurs. C’est le destin des grandes pointures de la littérature. Depuis sa mort, on n’entend plus les détracteurs, sans doute parce qu’ils ne veulent plus se ridiculiser. On ne peut pas contester le talent de MD, cent fois imitée, jamais égalée. Ses imitatrices radotent alors qu’elle avait la grâce musicale de la répétition. Si chez elle, il y a parfois à laisser, mais il y a surtout beaucoup à prendre. Aux lecteurs de savoir lire. Elle a fait l’essentiel du chemin: nous donner une œuvre et non pas des bouquins.
Le quatrième et dernier tome de la galaxie Duras dans la Pléiade comprend les écrits de 1985-1995. C’est l’espace-temps des livres qu’elle a réécrit, un peu comme Bonnard allait retoucher ses tableaux dans les musées. Une sublime légende. Duras, elle, reprenait d’anciens textes pour les réactualiser au gré du temps, de ses humeurs, de ses contradictions. Ainsi L’Amant de la Chine du Nord (1991) est une nouvelle version de L’Amant. (Antoine Vitez faisait la même chose avec certaines de ses mises en scène.) Les deux ouvrages ont été coordonnés par Gilles Philippe à la tête d’un réseau de douze collaborateurs.
On peut lire aussi Outside suivi du Monde extérieur. Ce folio (n° 5705) contient plusieurs articles, lettres et préface de Marguerite Duras, entre 1957 et 1993. Duras qui s’appelait Donnadieu – quel beau nom d’écrivain !- a écrit sous diverses formes : livres, films, pièces, articles donc littérature, cinéma, théâtre, presse. C’est comme un peintre qui utiliserait l’huile, l’aquarelle, le fusain, la mine de plomb. Le point de vue de « La splendeur de l’hétérosexualité » (p. 369) ne passe pas inaperçu en 2014. Etrangement, deux textes sont absents : «Sublime, forcément sublime » publié dans Libération le 17 juillet 1985. Article très célèbre sur un atroce fait-divers dont elle avait tiré d’hâtives conclusions. Et manque aussi celui consacré à Zouc. J’y suis particulièrement attaché car elle l’a écrit après avoir assisté à un spectacle de Zouc qui m’avait gentiment placé à côté de MD. J’avais échangé quelques mots avec ma voisine qui débuta son article par « Zouc a le public le plus intelligent de France ». Je ne dois pas être loin de son exacte appréciation. Trente ans plus tard.
A la fin du spectacle, mon amie Zouc m’a dit : « Tu as vu qui j’ai mis à côté de toi… ». Un soir inoubliable. Voir Zouc sur scène alors que je suis auprès de MD reste ancré dans ma mémoire. Pas un souvenir de midinette. Un grand témoignage d’amitié de Zouc qui savait que j’étais un lecteur insatiable alors qu’elle-même a beaucoup de mal à lire car sa sensibilité la pousse à s’arrêter longuement sur chaque phrase, pour ne pas dire à chaque mot. Marguerite Duras comptait parmi les plus ferventes admiratrices de Zouc. Cela me faisait très plaisir. Zouc est une géante de la scène, du mime, et du verbe. Son retrait de la vie artistique a laissé un vide assourdissant. MD, elle, on peut la retrouver dans ses livres. Depuis que Zouc a disparu de la scène, j’ai disparu du théâtre.

-Œuvres complètes, t. III-IV. Préface, chronologie (1974-1984) et avertissement par Gilles Philippe. Marguerite Duras. La Pléiade. Gallimard.
L’Album Pléiade offert, si l’on achète trois livres de la Collection, est consacré à Marguerite Duras. L’ouvrage a été réalisé par Christiane Blot-Labarrère. Il est disponible du 13 au 31 mai 2014
- Outside et Le monde extérieur. Marguerite Duras (Folio/ Gallimard, 620 p., 8,40 €
-L’Amant de la Chine du Nord, lu par Ariane Ascaride. Collection Ecoutez Lire. 1 CD MP 3. Sept heures d’écoute. 21, 90 €
-Le livre dit. Marguerite Duras. Edition établie, présentée et annotée par Joëlle Pagès-Pindon. Les Cahiers de la N.R.F. Gallimard. Il s’agit des entretiens de «Duras filme», tourné en 1981 par Jean Mascolo (le fils de MD) et Jérôme Beaujour sur le tournage d’Agatha à Trouville.

14.05.14

Permalien 12:58:13, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Mort de Yeso Amafli (1925-2014). L'historique Brésilien de l'OGCNice a fait aimer le Brésil avant Pelé et Garrincha

Nouvelle très triste: le Brésilien Amalfi est mort à quelques semaines de la Coupe du Monde, dans son pays. Pour tous les amoureux de l’OGCN, Yeso Amalfi était un membre de la famille. Officiel, nous sommes vieux: Amalfi nous a quittés. Notre fibre niçoise footballistique est orpheline. C’était le père du palmarès rouge et noir.

Yeso Amalfi vient de disparaître à l’âge de 88 ans.
En moins de 20 matchs de DI, l’inter Brésilien a marqué l’Histoire de Nice en étant le principal artisan du 1er titre de champion remporté par l’OGC Nice en 1950-1951.
Le virtuose imposa ses choix au président de l’époque et Nice remporta le titre avec Amalfi à la baguette. Le Brésilien adorait jouer avec Antoine Bonifaci, la nouvelle étoile du football français.
Tous les Niçois qui aiment le Gym ont Amalfi dans le cœur.
Depuis que je suis en âge de comprendre, de parler, j’entends le nom d’Amalfi.
Mon père m’a raconté cent fois, mille fois ce que faisait Amalafi:
-"il se peignait en plein match
-il jouait quand il le voulait
-quand le jeu l’ennuyait, il se couchait sur le terrain et faisait semblant de dormir
-il ne jouait vraiment qu’un quart d’heure par match. Tout à coup, il accélérait le jeu et permettait à Nice de gagner le match
-il ne voulait pas s’entraîner. Il jonglait avec un morceau de sucre et il disait à l’entraîneur: “Quand les autres feront la même chose, je m’entraînerai…”
-des femmes venaient nues au stade pour se dévoiler devant Amalfi".
Antoine Bonifaci m’a dit:
“Yeso avait les plus belles jambes du monde".
Le virtuose et show-man Amalfi a permis à Nice de gagner un sacre pour la première fois. Cela est inoubliable.
Il faut qu’un lieu important porte son nom dans le nouveau stade.
Amalfi est un pionnier. Il a fait aimer le Brésil avant Pelé.
A l’aise sur le terrain, dans la vie et dans les médias, Yeso Amalfi était un footballeur de classe mondiale.
Si le football est devenu le premier spectacle au monde c’est grâce à des joueurs de la trempe d’Amalfi qui a joué en Europe au temps de sa splendeur, ce qui représente l’avant-gardisme du football. Voilà pourquoi il n’a pas évoluer en sélection nationale.
A Nice, Amalfi représente une présence que personne n’a réussi à effacer depuis plus de soixante ans.

Nota Bene: son ami et partenaire, Pancho Gonzalez lui rend hommage sur le site de Nice:
http://www.ogcnice.com/fr/actualite/20531/pancho-raconte-lincroyable-yeso
-«Il faut dire qu’il a joué pour les plus grands clubs de l’époque : le Peñarol, Boca Juniors, Nice… C’était un grand technicien. Un magicien pour qui le ballon n’avait aucun secret. C’était son copain. Il ne le frappait pas ; il le caressait. Et le ballon miaulait

Carrière d’Amalfi, né le 6 décembre 1925 à São Paulo et mort le 11 mai 2014:

1946-1948, São Paulo Futebol Clube, Brésil
1948-1949, Boca Juniors, Argentine
1949-1950, Peñarol, Uruguay
1950, SE Palmeiras, Brésil
1950-1951, OGC Nice
1951-1952, Torino FC, Italie
1952-déc. 1952, AS Monaco
déc. 1952-1955, RC Paris
1955-déc. 1957, Red Star
déc. 1957-oct. 1958, Olympique de Marseille
oct. 1958-1959, CA Paris

Palmarès :
Champion d’Uruguay 1949, Peñarol
Coupe d’Uruguay 1949
Champion de France 1951, OGC Nice

[Post dédié à Antoine Bonifaci]

Permalien 11:23:53, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Plaidoyer pour la défense de Samir Nasri, le plus grand créateur bleu de sa génération.

On parle souvent des Bleus de 1998 mais il ne faut pas oublier la génération 1977-1986. Tout est parti de Michel Hidalgo et de la bande à Platini. Depuis la génération Kopa 1958 on ne voyait plus rien de très important.

La liste des 23 joueurs français retenus par D.Deschamps pour disputer la Coupe du Monde 2014 :

Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham /ANG), Steve Mandanda (Marseille), Mickaël Landreau (SC Bastia)

Défenseurs : Raphaël Varane (Real Madrid /ESP), Mamadou Sakho (Liverpool , ANG), Mathieu Debuchy (Newcastle/ANG), Laurent Koscielny (Arsenal /ANG), Lucas Digne (Paris), Eliaquim Mangala (Porto/POR), Bacary Sagna (Arsenal/ANG), Patrice Evra (Manchester United/ANG).

Milieux : Yohan Cabaye (PSG), Paul Pogba (Juventus Turin/ITA), Blaise Matuidi (PSG), Moussa Sissoko (Newcastle/ANG), Clément Grenier (Lyon), Rio Mavuba (Lille), Mathieu Valbuena (Marseille).

Attaquants : Karim Benzema (Real Madrid/ESP), Franck Ribéry (Bayern Munich/ALL), Antoine Griezmann (Real Sociedad/ESP), Olivier Giroud (Arsenal/ANG), Loïc Rémy (Newcastle/ANG).

La liste des 7 réservistes :
Rémy Cabella (Montpellier), Maxime Gonalons (Lyon), Alexandre Lacazette (Lyon), Loïc Perrin (Saint-Étienne), Stéphane Ruffier (Saint-Étienne), Morgan Schneiderlin (Southampton/ANG), Benoît Trémoulinas (Saint-Étienne).

En caractères gras ceux qui seront en principe titulaires.

On a beaucoup parlé de la non présence d’Abidal mais l’ancien défenseur du Barça avait fait un come back inattendu. Il a aidé Deschamps dans un rôle de grand frère à un moment important.
Ce n’est pas choquant de le voir absent.
Clichy n’y est pas non plus. Là disons qu’il s’agit de critères sportifs. Clichy ne s’est jamais imposé, et il est beaucoup moins offensif que Patrice Evra.
Evra ? Jadis, sa présence dérangeait la presse. Cette fois, plus personne ne dit rien alors que la saison de MU a été minable.
La polémique se cantonne au nom de Samir Nasri.
Au milieu, Rio Mavuba et Clément Grenier ont été préférés à Maxime Gonalons et, surtout, à Samir Nasri.
-«Il [Nasri] l’a dit lui même, il n’aime pas être remplaçant, et je peux vous dire, ça se voit. Un sélectionneur pense à un collectif, à construire un groupe. On est parti sur une aventure qui va durer 6 semaines au minimum. Vivre ensemble sur une aussi longue période demande des qualités humaines.»
Le sélectionneur a aussi dit que Nasri jouait mieux à Man City qu’en équipe de France.
Deux poids, deux mesures. Karim Benzema n’a pas marqué pendant plusieurs matchs et jamais personne ne l’a remis en cause au sein des Bleus.
Dire que Nasri est moins bon en sélection, cela ne tient pas la route.
Thuram a dit un jour: “Quand je jouais mal, Jacquet ne me sortait pas de l’équipe: cela m’a permis de m’installer".
Concernant la mauvaise humeur de Nasri s’il n’est pas titulaire, c’est une très bonne chose !
Que dirait Ribéry s’il restait sur le banc de l’EDF ?
Nasri joue chez les Bleus depuis qu’il son adolescente. Alors si c’était un perturbateur on ne l’aurait pas convoqué plus de 40 fois.
Nasri si on le sélectionne c’est pour qu’il soit titulaire.
Le champion d’Angleterre 2014 a fait de gros progrès: il se cache moins dans les matchs quand cela ne va pas fort et il résiste mieux aux charges. Il garde aussi moins le ballon.
Parlons de ces qualités: il sait voir le jeu et l’éclairer. Très bon passeur, et parfois finisseur.
Nasri est un créateur et non pas un destructeur. Il fait vivre le ballon.
Deschamps, lui, était un défensif comme Jacquet quand il jouait à l’ASSE. Jacquet et Deschamps privilégient le secteur défensif. Il souffre d’un certain complexe vis-à-vis des milieux offensifs.
L’Histoire leur a donné raison car le créateur Platini n’a pas réussi à remporter la Coupe du Monde alors que tous les deux y sont parvenus.
Le football a autant besoin des récupérateurs que des offensifs.
Se priver d’un créateur de la dimension de Nasri c’est retirer un as de son jeu de cartes.
Je ne compare pas Nasri à Cantona. Cantona était d’un niveau supérieur.
Actuellement, le seul qui a démontré un peu de caractère c’est Nasri et on lui coupe les ailes !
Ah! c’est certain qu’on ne verra jamais Cabaye dire un mot plus haut que l’autre.
Cabaye jouait à Newcastle, un club quelconque du ventre mou. Désormais, il est sur le banc du PSG. Ce n’est pas lui qui va taper du poing pour jouer. A lui, on lui a donné le rôle du gentil, du bien élevé. C’est certain qu’il a tout à gagner quand il est retenu par Deschamps. C’est inespéré qu’un joueur au football si pauvre soit international. Clément Grenier a la carte que n’a pas Nasri. On nous annonce le Lyonnais comme une future star. De la dimension de Platini et Zidane ? ou de Gourcuff ?
Cette génération n’a aucun leader international de grande envergure.
Ribéry ? La star du Bayern c’est Robben.
Lloris ? Il a encaissé carton sur carton à Tottenham. Quand le gardien James prenait une valise, les canards français le ridiculisaient. Quand Lloris en prend 6, chut! silence radio.
Benzema ? Il est bon au Real car il joue avec C. Ronaldo, Di Maria et Cie qui attirent les défenseurs à eux.
Les deux meilleurs du groupe des tricolores sont Varane et Pogba. Là c’est la grande classe qui demande confirmation. Matteudi aussi est un grand récupérateur-relayeur.
La France n’est absolument pas une équipe phare pour 2014.
Elle va essayer de faire oublier le bus de 2010. Donc, le mot d’ordre c’est profil bas.
La France attend l’Euro 2016. Ce n’est pas en deux ans qu’on va trouver le nouveau Zidane.
Nasri aurait pu apporter la touche créative indispensable au jeu.
Il méritait de disputer la Coupe du Monde. Quand on voit son parcours, on doit le saluer.
Nasri existe et il existe très bien, à l’inverse d’un Y. Gourcuff dont l’absence ne surprend personne.
Donner une liste de 23 joueurs officiels est une très bonne initiative de D. Deschamps. Cela permet de ne pas alourdir l’ambiance. Les 7 réservistes savent déjà qu’ils sont un peu à l’écart. Cela évite le chagrin qui stresse tout le groupe.
Nasri est écarté comme si c’était un loup enragé.
On dirait que le sélectionneur a pris X pour faire les lits, Y pour porter les sacs, W pour faire rire… Une équipe de scouts pour le futur camping.
Où sont les hommes ?
Les Français ne sont pas dans les favoris et pas non plus dans les outsiders.
Il faudra suivre: Brésil, Espagne, Italie, Allemagne, Angleterre, Pas-Bays, Argentine, Côte d’Ivoire…
La France n’intéresse que les Français.
Cette Coupe du Monde sert de brouillon à la France qui pense gagner l’Euro 2016.
Où sont les nouveaux Platini et Zidane ?
Si j’ai bien compris le message, Nasri ne jouera pas l’Euro.
Si Nasri était Anglais, il aurait été sélectionné pour la Coupe du Monde 2014.
Clichy et Nasri sont écartés, comme si le fait d’avoir quitté Arsenal pour Man City les avait mis sur la touche.
Pour jouer avec les Tricolores, il vaut mieux évoluer à Arsenal. Comme si le fait qu’ils ne soient plus sous les ordres d’Arsène Wenger les avait couper du staff de l’EDF.

VOICI LES 8 GROUPES DE LA COUPE DU MONDE, du 12 juin au 13 juillet 2014, au Brésil :

GROUPE A : Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun

GROUPE B : Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie

GROUPE C : Colombie, Grèce, Côte d’Ivoire, Japon

GROUPE D : Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie

GROUPE E : Suisse, Equateur, France, Honduras

GROUPE F : Argentine, Bosnie, Iran, Nigeria

GROUPE G : Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis

GROUPE H : Belgique, Algérie, Russie, Corée du sud

En gras, les favoris. En italiques, les outsiders.

Pirlo, Rooney et Januzaj retenus pour le Brésil 2014

Le football est aussi le grand lieu de l’amitié. Quoi de plus beau ?

**La liste des 30 pour l’Italie retenus par Cesare Prandelli:

Gardiens : Gianluigi Buffon (Juventus Turin), Salvatore Sirigu (Paris SG/FRA), Mattia Perin (Genoa)

Défenseurs : Ignazio Abate (AC Milan), Andrea Barzagli (Juventus), Leonardo Bonucci (Juventus), Giorgio Chiellini (Juventus), Matteo Darmian (Torino), Mattia De Sciglio (AC Milan), Cristian Maggio (Naples), Gabriel Paletta (Parme), Manuel Pasqual (Fiorentina), Andrea Ranocchia (Inter)

Milieux de terrain : Alberto Aquilani (Fiorentina), Antonio Candreva (Lazio), Daniele De Rossi (AS Rome), Claudio Marchisio (Juventus), Riccardo Montolivo (AC Milan), Thiago Motta (Paris Saint-Germain/FRA), Marco Parolo (Parme), Andrea Pirlo (Juventus), Romulo (Hellas Vérone), Marco Verratti (Paris Saint-Germain/FRA)

Attaquants : Mario Balotelli (AC Milan), Antonio Cassano (Parme), Alessio Cerci (Torino), Mattia Destro (AS Rome), Ciro Immobile (Torino), Lorenzo Insigne (Naples), Giuseppe Rossi (Fiorentina)

**La liste des 30 pour l’Angleterre retenus par Roy Hodgson:

Gardiens : Joe Hart (Manchester City), Ben Foster (West Bromwich Albion), Fraser Forster (Celtic).

Défenseurs : Leighton Baines (Everton), Gary Cahill (Chelsea), Phil Jagielka (Everton), Glen Johnson (Liverpool), Phil Jones (Manchester United), Luke Shaw (Southampton), Chris Smalling (Manchester United).

Milieux de terrain : Ross Barkley (Everton), Steven Gerrard (Liverpool), Jordan Henderson (Liverpool), Adam Lallana (Southampton), Frank Lampard (Chelsea), James Milner (Manchester City), Alex Oxlade-Chamberlain (Arsenal), Raheem Sterling (Liverpool), Jack Wilshere (Arsenal).

Attaquants : Rickie Lambert (Southampton), Wayne Rooney (Manchester United), Daniel Sturridge (Liverpool), Daniel Welbeck (Manchester United).

Réservistes : John Ruddy (Norwich City), Jon Flanagan (Liverpool), John Stones (Everton), Michael Carrick (Manchester United), Tom Cleverley (Manchester United), Andy Carroll (West Ham United), Jermain Defoe (Toronto FC).

**La liste des 30 pour la Belgique retenus par Marc Wilmott:

Gardiens: Thibaut Courtois (Atletico Madrid), Simon Mignolet (Liverpool), Koen Casteels (Hoffenheim), Silvio Proto (Anderlecht)

Défenseurs: Toby Alderweireld (Atletico Madrid), Nicolas Lombaerts (Zenit Saint-Pétersbourg), Daniel Van Buyten (Bayern Munich), Jan Vertonghen (Tottenham) Laurent Ciman (Standard), Vincent Kompany (Manchester City), Thomas Vermaelen (Arsenal), Anthony Vanden Borre (Anderlecht)

Milieux de terrain: Marouane Fellaini (Manchester United), Steven Defour (Porto), Axel Witsel (Zenit Saint-Pétersbourg), Moussa Dembélé (Tottenham), Nacer Chadli (Tottenham), Kevin De Bruyne (Wolfsburg)

Attaquants: Romelu Lukaku (Everton), Divock Origi (Lille), Kevin Mirallas (Everton), Adnan Januzaj (Manchester United), Eden Hazard (Chelsea), Dries Mertens (Naples)

Réservistes: Radja Nainggolan (AS Roma), Sébastien Pocognoli (Hanovre), Thorgan Hazard (Zulte Waregem), Guillaume Gillet (Anderlecht), Michy Batshuayi (Standard), Jelle Van Damme (Standard)

En caractères gras, les joueurs de Man United. On voit que Fellaini va faire la Coupe du Monde quand Nasri va rester à la maison.

13.05.14

Conseil d'ami: Philadelphia, à voir et revoir

Philadelphia
de Jonathan Demme
Scénario: Ron Nyswaner
Avec :
Tom Hanks
Denzel Washington
Roberta Maxwell
Buzz Kilman
Karen Finley
Antonio Banderas

Arte a rediffusé deux fois, coup sur coup,"Philadelphia” de Jonathan Demme avec Tom Hanks et Denzel Washington. Un film de 1993 que je n’avais jamais vu.
Je viens de réaliser pourquoi … En 1993, je suis devenu père. Une actualité trop forte pour m’intéresser au cinéma.
De quoi s’agit-il ?
Andrew Beckett, brillant jeune avocat, est renvoyé de son cabinet parce que ses associés apprennent qu’il atteint du sida. L’Histoire se déroule juste après le début des années 1980.
Andrew choisit de riposter et attaque le cabinet pour licenciement abusif.
Andrew Beckett (Tom Hanks) est aidé dans son combat par son confrère noir Joe Miller joué par Denzel Washington dont le personnage au début se méfie des homosexuels. C’est l’époque où l’on croit qu’il suffit de respirer le même air pour être contaminé.
L’astuce du scénario est d’avoir choisi de développer une amitié et non pas un amour.
Le duo d’amis est magnifique. On oublie vite qui est gay, qui ne l’est pas, qui est noir, qui est blanc. Nous sommes dans la grâce absolue.
L’amant du héros a un rôle secondaire.
Denzel Washington joue aussi bien que Tom Hanks. Il fallait récompenser les deux acteurs, au lieu de distinguer seulement Hanks.
Nous nous retrouvons en face d’une fraternité au-delà de l’amour physique comme dans L’Epouvantail, Macadam Cowboy, voire Le Discours d’un roi.
L’amitié est le thème central de ce film qui étrangement n’existe pas encore en Blu-ray.
La bande son est très importante. La musique est signée par Howard Shore avec l’apport de Bruce Springsteen (Streets of Philadelphia), Neil Young (Philadelphia), Umberto Giordano & André Chénier (La mamma morta chantée par la Callas), Peter Gabriel (Lovetown)…
Lors de la séquence avec la voix de La Callas nous avons droit à des effets très Hitchcock avec un zeste de Ken Russell, pour les images style psychédélique avec la teinte rouge. Joe Miller partage en fait la sensibilité de Beckett(un nom sans doute pas pris au hasard: En attendant Godot a toujours signifié En attendant la mort…) La même sensibilité et non pas la même orientation sexuelle comme on dit à présent. Cette interprétation de La Callas, je l’écoute très souvent. D’où mon intérêt croissant pour ce film qui est d’une finesse sans limite.
En opposition,l’avocate des associés est aussi immonde que l’infirmière dans Vol au-dessus d’un nid de coucous.
Ce film fait comprendre que nous pouvons tous mourir du Sida.
Dans mon entourage j’ai vu mourir plusieurs personnes de cette maladie.
Les années 1980 furent une hécatombe: j’ai perdu au moins dix proches. Rien que des jeunes, tous avaient moins de quarante ans.
Une de mes amies a disparu. Un soir j’ai vu son nom dans la rubrique nécrologique d’un journal.
Rétrospectivement, j’ai compris qu’un jour, elle a demandé à me voir pour voir si j’étais contaminé: me l’avait-elle donné ou bien est-ce moi qui lui avait inoculé le poison amoureux ? Oui, j’ai compris à sa mort qu’elle devait enquêter. Par pudeur, elle a choisi ensuite, le silence. Je suis allé à ses obsèques. J’ai vu passer le cercueil de la jeune femme que j’avais tenu dans mes bras.
Donc Philadelphia a réveillé tout ça chez moi.
Je pourrais en dire plus mais je ne veux pas dévoiler l’ascendance de cette jeune fille. Une gloire française.
Je suis un miraculé du Sida, de la moto et de la drogue, les trois guerres de ma génération.
Aujourd’hui, tout recommence car je suis père de famille.
Regardez Philadelphia et vous en sortirez meilleur.
Je ne suis pas un professeur de morale ni un policier.
Un père doit aussi être l’ami de ses enfants sinon ils ne vous confient rien du tout.
Les deux héros du film jouent beaucoup avec les yeux. Double interprétation magistrale. Il ne faut pas couper en deux leur performance commune, ciment indestructible de cette œuvre d’art.

PS/ Philadelphia provient d’une histoire vraie: celle de Geoffrey Bowers. Il est mort six ans avant la sortie du film.

[Post dédié à Charles Ficat]

Permalien 00:12:11, Catégories: GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Ecoutons London Grammar pour oublier les casseroles

L’autre jour, lors de la finale de la Coupe de France, ils avaient invité Assurancetourix.
Et à l’Eurovision, la France a gagné mais il faut prendre le classement à l’envers.
On écoute quoi en France lors des célébrations de titres? We are the champions ! C’est tout dire…
Avec la traduction des paroles:

London Grammar est un groupe britannique formé par Hannah Reid, Dot Major et Dan Rothman.
Il s’agit de trois étudiants réunis par l’amour de la musique, de la chanson, des textes.
Leur chanson phare a été écrite par la chanteuse à la voix envoutante.

La date de leur tournée, entre autres en France:
http://www.londongrammar.com/live/

Christian Clavier, le grand retour gagnant

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?
Film français réalisé par Philippe de Chauveron
Scénario : Philippe de Chauveron et Guy Laurent

J’ai horreur que l’on stigmatise les gens.
Pour une grande partie des médias, Christian Clavier n’est pas un grand comédien parce qu’il est ami avec Nicolas Sarkozy. Penser de la sorte est lamentable.
Pour la bien-pensance si l’on n’est pas de gauche on est un salaud!
Là laissez-moi rigoler. La fumisterie est aux premières loges.
Bon ! ce film est très bien ficelé, c’est le succès français de l’année, le bouche à oreille va se charger d’être la meilleure des critiques.
Un film tonique comme Intouchables.
Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? fait songer à ces grandes comédiennes italiennes des années 1970-1980.
Christian Clavier est excellent.
C’est notre plus grand comédien populaire dans la grande tradition de Michel Serrault.
A part Galabru et Marielle, nous n’avons plus de grosses pointures dans le registre comique de haut parage.
Serrault se connecte sur la nouvelle génération. Très bonne nouvelle.

Distribution:
Christian Clavier : Claude Verneuil (notaire)
Chantal Lauby : Marie Verneuil
Émilie Caen : Ségolène Ling Verneuil
Frédéric Chau : Chao Ling
Frédérique Bel : Isabelle Ben Assem Verneuil
Medi Sadoun : Rachid Ben Assem
Julia Piaton : Odile Benichou Verneuil
Ary Abittan : David Benichou
Élodie Fontan : Laure Verneuil
Noom Diawara : Charles Koffi
Pascal N’Zonzi : le père de Charles
Salimata Kamate : la mère de Charles

12.05.14

Permalien 17:32:56, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Samir Nasri a du mérite: il est plus difficile de jouer à Man City qu'en équipe de France

On ne me fera pas croire que Nasri fait peur à l’équipe de France ! La Marseillais Samir Nasri est à nouveau champion d’Angleterre et il a été élu homme du match, car il a notamment ouvert le score, marquant le but du titre. Ce 11 mai est un beau jour lui. Deux jours il va sans doute connaître une désillusion, celle de ne pas disputer la Coupe du Monde 2014. On dit tout et n’importe quoi à propos de Nasri. Il ne serait pas compatible avec l’EDF … Alors pourquoi l’a-t-on sélectionné 41 fois depuis 2007 ? Nasri joue en EDF depuis la saison 2002-2003 et la France U16. Si Nasri a du caractère tant mieux. Question football, il a franchi un palier: plus costaud, plus collectif, plus décisif. C’est actuellement le Français le plus doué de sa génération. Certains qu’on nous a vendus comme des génies ne sont plus que des images Panini toutes écornées.

Dimanche 11 mai 2014

Manchester City 2 - 0 West Ham
But pour City: Nasri (39e), Kompany (49e)

Classement final de la Premier League 2013-2014
1er Manchester City 86 pts 38/ 27 5 6/ + 65
2 Liverpool 84 38/ 26 6 6/ + 51
3 Chelsea 82 38/ 25 7 6/ + 44
4 Arsenal 79 38/ 24 7 7/ + 27
5 Everton 72 38/ 21 9 8/ + 22
6 Tottenham 69 38/ 21 6 11/ + 4
7 Manchester United 64 38/ 19 7 / + 21

Manchester City fait un grand champion d’Angleterre avec 102 buts au compteur.
Liverpool en a marqué un deux moins. Les Reds n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Hélas! leur capitaine n’a pas inventé la poudre. Steven Gerrard est incapable de prendre ses responsabilités sur le long terme. Dire qu’il n’a jamais gagné un seul championnat, lui que d’aucuns traitent de génie.
Samir Nasri, lui, en a déjà deux. Il a bien fait de quitter Arsenal, un club surtout bon à gagner de l’argent. Pour ce qui est des titres: nada depuis 9 ans !
Félicitations à Manuel Pellegrini. On a beaucoup parlé de Mourinho et des autres mais c’est le coach des Citizens qui est champion d’Angleterre 2014.
Samir Nasri a sa place en équipe de France. Il sait créer des brèches, distribuer, remiser et marquer.
La France de Deschamps n’a aucun créateur du niveau de Nasri.
Je ne crois pas une seconde qu’il puisse mettre du désordre en EDF.
C’est le contraire qu’il fera: mettre de l’ordre dans le jeu des Tricolores.
Nasri a joué de plus en plus et de mieux en mieux.
Il vient de remporter son deuxième titre en trois ans.
Cela mérite le respect. Dans son interview, il parle de vacances. On dirait qu’il sait déjà qu’il ne va pas aller au Brésil.

Samir Nasri, né le 26 juin 1987 à Marseille

Parcours
2004–2008 Marseille
2008–2011 Arsenal
2011 Manchester City
Equipe de France A depuis 2007: 41 sélections (5 buts)

PalmarèsMarseille
UEFA Intertoto2005

Manchester City
Premier League 2012, 2014
FA Community Shield 2012
Football League Cup 2014

France
Euro U17 2004

Permalien 09:18:25, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Aussi forte que Madrid, la ville de Manchester conserve le titre de Champion

Manuel Pellegrini succède à Sir Ferguson. Arsène Wenger (Arsenal) et Mourinho (Chelsea) ne sont pas arrivés à profiter de la débandade de Man United.

La ville de Madrid a ses deux clubs en finale de la C1.
Et, au niveau national, Manchester vient de réaliser le doublé: City succède à United au palmarès de la Premier League.
L’Espagne et l’Angleterre sont deux grands pays de football. En voilà la preuve.
La France copie l’Angleterre:
-le HAC premier club français s’inspira de ce qui se faisait outre match
-l’invention de la Coupe de France qui copie la FA Cup
-la remise d’un trophée au vainqueur du championnat (la coupe française est horrible)
-l’entrée des joueurs et le protocole
-la musique
-les matchs en nocturne
-le merchandising
Heureusement que nous avons eu Jules Rimet et Gabriel Hanot qui inventèrent successivement et séparément la Coupe du Monde et la Coupe d’Europe.

11.05.14

Permalien 12:17:49, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United remercie son capitaine Vidic qui part en Italie

Dimanche 11 mai 2014
Southampton 1-1 Manchester United
But pour Southampton: Lambert (28e)
But pour MU: Mata (54e)

Manchester United
de Gea/
Smalling
Ferdinand
Vidic ©
Evra/
Kagawa. Puis Carrick (46e)
Januzaj
Fletcher
Mata/ Puis Valencia (89e)
Welbeck
van Persie. Puis Chicharito (67e)

Sur le banc: Amos, Carrick, Young, Cleverley, Valencia, Lawrence, Chicharito

Manager: Giggs

Avant le match:
C’est le dernier match officiel de l’ère Ferguson-Cantona, au cas où Ryan Giggs raccroche les crampons.
Ryan Giggs, coach intérimaire de MU pour quatre matchs est le dernier joueur en activité de la génération 1992 inspirée par Cantona.
Giggs dribblait de manière divine.
Depuis Best a n’avait pas vu un ailier volant.
Il a joué pro à Man United de 1991 à 2014 !
On attend le successeur de Best et Giggs.
On a déjà eu C. Ronaldo.
A qui le tour ?
Januzaj ? C’est possible mais il va devoir se consacrer 100% au football.

Après le match
Je n’ai pas vu le match. Je n’aime pas les matchs sans enjeu, et cette saison de MU n’est pas une réussite avec tous les matchs perdus à domicile. Une vraie honte.
J’ai horreur des départs et celui de Vidic fait mal. Il aurait dû rester au club. Laisser partir Vidic est une faute professionnelle surtout qu’il poursuit sa carrière en Serie A à l’Inter Milan. David Moyes aurait dû trouver les mots pour le garder mais je comprends que Vidic ait voulu partir. Quand on signe avec Sir Ferguson et qu’on se retrouve avec Moyes cela est inadmissible. Je ne suis pas contre les nouveaux arrivés mais je n’aime pas qu’il affiche peur et angoisse. Quand on entraîne Man United on doit être fier et heureux. La peur, l’angoisse sont à bannir de MU. Merci à Vidic qui restera dans l’Histoire du club
Ce 11 mai 2014 est une journée très triste pour MU. Le départ de Vidic est un vrai deuil.

A voir d'urgence: l'amour du football par Eric Cantona

Tous les passionnés de football aiment le Brésil comme les passionnés de F1 aiment Ferrari. Brésil est synonyme de football. C’est grâce à Pelé que le football est devenu hyper médiatisé. Tout est parti des larmes de bonheur du jeune virtuose de 18 ans, vainqueur de la Coupe du monde 1958, la première remportée par le Brésil. Cantona à Rio ce n’est pas une carte postale. Il s’agit d’un très bon reportage entremêlé d’images d’archives.

Looking for Rio
Voir Cantona serrer Zico dans ses bras est un grand moment: “Il a été important, pour nous…” dit le King. Et c’est vrai que le “Pelé blanc” fut un immense joueur avec Socrates, la génération maudite. Socrates, Zico, Cantona… trois virtuoses sans Coupe du Monde.
Cantona fait bien ressentir la passion du football. Un fan carioca dit: “En Europe, les gens vont au stade en costume cravate pour applaudir, ici on pleure ou on rit". Je suis donc un Brésilien !
Autres grands témoignages. Après un derby de folie: “On ne sait pas ce qui est le beau beau: la joie des vainqueurs ou la tristesse des perdants". Beau dans le sens profond.
Et pour finir: “Le derby Fla-Flu a été crée 40 minutes avant la création du monde". Là, on atteint le grandiose. (Je cite tout de mémoire, j’ai le sens mais peut-être pas les mots exacts).
Oui, l’Europe a inventé le football mais c’est au Brésil qu’on y joue le mieux.
Triste constat: l’argent pousse les joueurs brésiliens à quitter le Brésil alors le niveau des matchs au Brésil a baissé. Aujourd’hui, Pelé jouerait à Barcelone. Ronaldo Luis Nazário de Lima, dit Ronaldo n’a jamais joué dans l’un des quatre grands clubs cariocas.
Dans la série des Derbys, les frères Cantona font une halte à Rio de Janeiro qui a la chance d’avoir quatre grands club: Flamengo, Fluminense, Vasco de Gama et Botafogo.
Tous les précédents traitement des derbys ont été une pleine réussite.
Celui sur Rio est à la hauteur des autres.
Rio c’est la ville du football par excellence, et il est très émouvant d’y voir déambuler Eric Cantona, tout émerveillé d’être sur place.
Il ne faut pas oublier que King Cantona a lui-même était un héros du ballon rond.
Dans le document, un authentique fervent du football dit: “Dites-moi, je vais me faire engueuler quand je vais dire à mes amis que je vous ai vu. Ils vont me dire: “Tu as vu Cantona, et tu ne nous as pas appelés!” A ce moment-là, King Cantona, sourit à la fois fier et gêné, la marque des grands humbles.
Alors, il y a Vasco de Gama, le premier club à faire jouer des noirs dans le Brésil raciste du début du XXe siècle.
Il y a aussi Fluminense qui a de la poudre de riz dans son attirail du supporter: cette poudre de riz que les joueurs noirs étaient obligés de se mettre pour pouvoir jouer à “Flu". Au fil du match, le blanc disparaissait…
Il y a encore Flamengo, le club rouge et noir, et Botafogo, le club blanc et noir, qui a pris ses couleurs en hommage à la Juventus Turin. Blanc et noir, comme les footballeurs d’une équipe. Le football a imposé la coexistence dans la société. Merci au football que seuls les ignares méprisent.
Botafogo, le club du mythique Garrincha que l’on voit très bien dans le documentaire.
La ville de Rio est sans doute l’une des plus belles villes du monde: le soleil, la plage, l’océan, le ballon, la samba, les femmes.
Les mauvais côtés de Rio ? La perfection n’existe pas dans ce monde, mais Rio s’en approche !
Suivez Cantona dans les rues, au milieu des danseurs et danseuses, avec des haltes auprès de Romario et Zico.
Dieu que le temps passe vite !
Encore un mot sur Romario qui prédit “le fiasco” pour la Coupe du Monde 2014, au Brésil. Il faudra se souvenir de cette prémonition. Romario mérite toute notre attention, par respect pour son football.
A la fin du film, on voit les quatre maillots des immenses clubs cariocas floqués du nom CANTONA.
Voilà qui finit bien ce superbe documentaire où l’on voit aussi les trois frangins Cantona. La boucle est bouclée.

Permalien 10:08:06, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'origine du Rouge et le Noir : L'Affaire Berthet, de Jean Prévost (La Thébaïde)

Sans Stendhal on ne se souviendrait plus de l’affaire Berthet et sans l’affaire Berthet, il n’y aurait pas eu Le Rouge et le Noir, car le romancier s’est inspiré d’un fait-divers pour écrire son chef d’œuvre. Le fin stendhalien Jean Prévost s’est mis en tête de restituer la trame de l’authentique actualité qui a nourri la prose de Stendhal comme on recompose un puzzle. Quand il se heurte à des zones d’ombre, Prévost brode en bon écrivain qu’il est.

Les faits historiques : en 1827, un fils d’artisan, Antoine Berthet, ex séminariste à la santé fragile, devient le précepteur des enfants de la famille Michoud de la Tour, à Brangues. On voit déjà le décalage des origines entre les pauvres et les riches. Ce qui devait arriva et Antoine séduit la mère des enfants qu’il est chargé de bien éduquer. Le mari cocu congédie Antoine qui trouve une place identique dans une famille tout aussi respectacle. Rebelotte, mais cette fois avec la fille de 17 ans, Isabelle de Cordon. Alors qu’il pense épouser sa dernière conquête, Antoine passe à l’action, car on le rejette de partout, et va tirer un coup de pistolet sur son ancienne maîtresse, Madame Michoud de la Tour. Il ne supporte pas d’être récusé par les puissants en raison de son statut de désherité. Nous sommes dans le crime de classes sociales, pas dans le passionnel. Les coups de revolver claquent dans l’église, ce qui rajoute au drame. Le tireur tenta aussitôt de se suicider sur place. Deux coups de feu pour rien. L’été 1927, on ne ramassa que deux blessés et aucun cadavre.

Le procès suivi par Stendhal : en décembre 1827 se déroule le procès d’Antoine Berthet, à Grenoble, comme quoi la justice traînait moins jadis… Au XXe siécle, André Gide conseilla : «Chaque romancier devrait suivre un procès d’Assises… » Il devait songer à Stendhal qui illustra ce conseil un siécle auparavant. Stendhal publia tous ces comptes rendus d’audience dans La Gazette des Tribunaux. Antoine Berthet fut reconnu coupable et on le condamna à mort. Verdict : décapitation de l’accusé.

La transposition romanesque par Stendhal : en 1830, Stendhal publia Le Rouge et le Noir directement inspiré par l’Affaire Berthet. Disons trois ans d’écriture. Antoine Berthet devient Julien Sorel. Mme Michoud est immortalisée sous les traits de Madame de Rênal, et Isabelle de Cordon est rebaptisée Mathilde de la Mole. Le roman ne fut pas un succès de librairie, en cause d’un faible tirage.

Le Rouge et le Noir offert à l’une des protagonistes du fait divers : âgée de 45 ans, trois ans après les faits, Mme Michoud qui souffre des séquelles de ses blessures, reçoit la visite d’une amie qui lui offre Le Rouge et le Noir : « Ne le montre pas à ton mari, on dit que c’est ton histoire avec Antoine… »

Le livre de Prévost : à la manière de Stendhal, Jean Prévost publia le feuilleton romancé de l’Affaire Berthet dans Paris-Soir, à Lyon, en zone libre, au cours de l’hiver 1942. A l’époque, il préparait sa thèse « La création chez Stendhal ». Deux ans plus tard, le résistant Prévost fut tué par les nazis dans le Vercors, le 1er août 1944, à 43 ans. Les éditions de La Thébaïde republient L’Affaire Berthet qui n’avait été éditée en volume qu’en 1987 (Stock). On n’est bien sûr pas obligé d’avoir lu Stendhal pour lire l’ouvrage de Jean Prévost. Cependant les lecteurs de Stendhal doivent lire le livre de Prévost et ceux qui liront Prévost se jetteront ensuite sur Le Rouge et le Noir.

-L’Affaire Berthet, de Jean Prévost. Préface de Philippe Berthier. Textes réunis par Emmanuel Bluteau.

Du "changement c'est maintenant" au programme "pas étincelant", dixit F. Hollande

“Si j’ai été élu ce n’est pas parce que j’avais un programme étincelant mais peut-être parce que mon prédécesseur avait échoué” a confié le président de la République il y a quelques jours, donc au printemps 2014. Cet aveu restera. D’aucuns dégaineront cette phrase un grand nombre de fois.
Je sais qu’on ne voit la qualité d’un individu que dans les situations extrêmes. Ainsi on a pu voir celles de Charles de Gaulle.
Désormais, les politiques font la guerre sur des territoires éloignés. On ne peut donc pas les juger.
D’un autre côté, on ne pas souhaiter une guerre sur notre sol pour apprécier à sa juste valeur l’actuel personnel politique.
Quoi penser de quelqu’un qui promet des améliorations et qui finit par dire au bout de deux ans que le programme pour lequel il a été élu n’était pas étincelant ?
Si l’on est sévère, on se dit: quel culot ! c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles. Dans une autre émission j’ai entendu une canadienne parler de “public” en lieu et place “d’électeurs". Cela en dit long sur notre époque.
Dans le meilleur des cas, à propos de F. Hollande et de ce qu’il a dit, on peut parler de lucidité, de sincérité, de vérité. Trois mots qu’on n’a pas l’habitude d’employer à propos d’un responsable politique.
Et dire que “si le chômage ne baisse pas, je ne me représente pas en 2017″, c’est finalement preuve d’une très bonne tactique car on se prend à penser: “Il n’y est pour rien, il fait ce qu’il peut…”
Dire qu’il n’avait pas un programme étincelant c’est le contraire d’un plan médiatique.
On peut lui reconnaître donc le mérite de ne pas être une marionnette qui dit ce qu’on lui dit de dire.

09.05.14

Le monde du football (Pelé, Platini, Scholes, Del Piero, Cantona...) rend hommage à Ryan Giggs, le joueur le plus titré du monde qui n'a pas de Ballon d'Or

LES RECOMPENSES A MAN UNITED INTRAMUROS:

Joueur de l’année pour les joueurs de MU: David de Gea.
Joueur de l’année Prix Sir Matt Busby pour les supporters de MU: David de Gea *

But de l’année: Wayne Rooney *
Servi par Ashley Young, l’attaquant a repris le ballon de volée du rond central pour battre Adrian, le gardien de West Ham.

Prix d’honneur: Ryan Giggs

-"Lors de ma première saison complète[1991-1992], nous avons perdu le championnat à la faveur de Leeds [champion grâce à Cantona]. J’avais 18 ans, et dans les vestiaires, j’ai vu des hommes pleurer. Je voyais combien ils aimaient le football, et ce que signifiait gagner pour eux. L’année suivante, on est revenu et on a gagné le championnat pour la première fois depuis 26 ans [grâce à Cantona !]. Comme l’a dit Sir Bobby [Charlton], nous reviendrons la saison prochaine et nous serons à la lutte pour les titres : pour moi, ça ne fait aucun doute. C’est ça que font les grands clubs : quand ils essuient un revers, ils reviennent plus forts. Mais on n’y parvient pas sans aide. Ça vaut pour James [Wilson], qui a disputé son premier match l’autre jour, comme pour Adnan [Januzaj] qui a illuminé le stade l’autre soir. Ils auront besoin d’aide, tout comme j’en ai eu besoin. Ils sont dans le bon club, comme je l’ai été lors de ses 26 dernières années.”

J’ai fait des précisions dans la réponse de Giggs. Pour la seconde partie de son discours je demande à voir car je ne pense pas que Rooney peut avoir l’influence de Cantona. On parle souvent de Sir Ferguson mais on oublie de dire que c’est Cantona qui a indiqué la route à la génération 1992, celle de Giggs, Beckham, Butt, Scholes et des frères Neville, sans oublier Ole Gunnar Solskjaer. Sans Cantona, MU n’aurait pas gagné autant de titres, avec et après lui, à partir de 1992-1993. C’est lui qui a tout transformé pour le plus grand bonheur de Sir Ferguson.

* J’ai voté pour De Gea et Rooney.

08.05.14

"Tout est fichu ! " Les Coups de blues du Général. De Christine Clerc.(Albin Michel)

Charles De Gaulle était un grand acteur de la politique. A présent, il n’y a plus que des histrions. Il aimait la littérature. Depuis, de Gaulle seuls Pompidou et Mitterrand aimaient vraiment la littérature. VGE vient de déclarer que le niveau intellectuel français baissait parce que les gens regardaient trop la télé et le football… alors qu’au temps de sa splendeur il a fait un plan média en jouant au football ! En France, dès qu’il y a un problème c’est la faute au football. Ce n’est pas Camus, issue d’une famille sans ressource financière, qui aurait dit une telle absurdité.

Le livre tombe à pic pour les commémorations du 8 mai 1945, soit le jour de la victoire des Alliés, donc la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe suite à la capitulation de l’Allemagne nazie. Il est signé par Christine Clerc, l’une des nos plus grandes plumes de la presse écrite. Elle ne fait pas partie de ses consœurs qui sont plus célèbres pour leurs aventures sexuelles que par leur talent. La liste est trop longue et vous la connaissez aussi bien que moi.
On cite souvent Françoise Giroud comme étant une pionnière. Il est vrai que, même si l’on n’ignore plus rien de sa biographie privée jusqu’à ses zones d’ombres, Françoise Giroud savait écrire et même très bien écrire. On n’en dira pas autant de toutes celles dont on dit qu’elles sont ses filles professionnelles. La plupart d’entre elles sont surtout connues parce que leur signature est un visage à la télé au lieu d’être un nom au bas d’un article. On éprouve le besoin de leur demander : journalistes, vos papiers ! Ces derniers sont insignifiants parce qu’ils sont bâclés, sans aucune prise de risque. Un grand journaliste écrit toujours ses articles comme si c’était le dernier. Il faut se remettre sans cesse en question. Depuis l’ère de la profusion des médias de masse, les journalistes sont autant connus, voire plus, que ceux qu’ils interrogent.
Christine Clerc, elle, s’est fait un nom grâce à sa prose qui a du fond et de la forme. J’ajoute que question charme, elle n’a rien à envier à personne. Elle n’avait pas la carte parce qu’elle écrivait dans Le Figaro. Dans les années Mitterrand, ce n’était pas tendance. Qu’importe ! Elle est toujours en train d’écrire quand les gloires éphémères sont au rayon des personnalités perdues. Après De Gaulle-Malraux, une histoire d’amour (Nil éditions, 2008), elle consacre un nouvel ouvrage qui met le projecteur sur un général « inconnu, secret et vulnérable », loin de l’habituelle image d’Epinal.
La vie du général n’a pas toujours été celle d’un homme plein de certitude. Parfois, il a eu des périodes de dépression même si son entourage n’aime pas savoir que l’un des plus grands héros de l’Histoire française a connu des instants de détresse. Et cela n’a rien à voir avec le fait d’avoir eu un enfant handicapé. Pour mesurer à la fois l’intelligence et la sensibilité du général, il suffit de penser à ce qu’il a dit à sa femme le jour de la mort de leur chère fille Anne (1928-1948): « Maintenant, elle est comme les autres… » Il arrivait au général d’avoir le visage griffé à force d’avoir passé du temps avec sa fille trisomique. Son fils Philippe enviait sa plus jeune sœur d’être si proche de leur père qu’il ne pouvait aimer que dans la distance. Les de Gaulle ont toujours gardé Anne auprès d’eux, loin des institutions pour enfants inadaptés.
Charles de Gaulle avait le sens des responsabilités et l’art de la formule. René Cassin a témoigné qu’à son arrivée à Londres, en été 1940, il fut accueilli par quelqu’un qui lui a confié être la vraie France en opposition à celle qui se couchait devant Hitler. Cassin pensa qu’il était en face “soit d’un génie, soit d’un fou !” Plus tard, de Gaulle n’en menait pas large quand le 23 septembre 1940, à Dakar, les Français dont il espérait le ralliement tirèrent en direction de son navire sur ordre de Vichy qui le condamna à mort pour désertion.
Abattu moralement le de Gaulle de presque cinquante ans aurait envisagé de se supprimer. Un aveu confié au résistant Philippe Dechartre aux abords de ses soixante-dix-huit ans. Son fils et son gendre prétendent qu’il s’agit d’une rumeur. Philippe Dechartre, né en 1919 vient de nous quitter, le 7 avril 2014, un mois avant la publication du livre de Christine Clerc.
L’évocation de Gaulle par Christine Cler s’appuie sur les faits marquants : le père du jeune Charles était un professeur d’Histoire et de littérature, les deux passions du fils de famille nombreuse. Les autres séquences : Saint-Cyr, la guerre de 14-18, le lieutenant de Gaulle, l’«enterré vivant», le capitaine de Gaulle, le mariage avec Yvonne Vendroux (le 7 avril 1921), l’achat de la Boisserie à Colombey-les-deux-Eglises en 1934, l’appel du 18 juin 1940, le renoncement au pouvoir en 1946 car la politique des partis l’exaspérait… Page 122, Christine Clerc nous apprend que le général fut victime d’un cancer en 1953. Beaucoup de lecteurs l’ignoraient, dont moi.
Activons le kaléidoscope pour arriver en 1965 où il fut mis en ballotage par François Mitterrand aux élections présidentielles. Trois plus tard, il est ridiculisé par la jeunesse qui veut le renverser. En 1969, il prend prétexte d’un référendum sur le sénat et la régionalisation pour rester ou partir. Comme le «Non» l’emporte, de Gaulle rédige, le 28 avril 1969, un communiqué de deux phrases : «Je cesse d’exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd’hui à midi. » La grandeur jusqu’au bout. Les Français ont vraiment la mémoire courte, en tout cas 52, 41 % !
Il est salubre de passer des moments avec de Gaulle grâce au remarquable livre de Christine Clerc qui tranche avec l’habituelle littérature sur le général. Surtout de nos jours où la classe politique est au niveau sous la ceinture. Inutile de rappeler les dernières affaires, d’un président bigame à un autre qui découche via un présidentiable auquel on ne confierait pas nos filles. Parmi tous ses fulgurants mots d’esprit, de Gaulle a dit : «Après, moi le déluge». Comme il avait raison. J’avais 16 ans en 1969. Je n’avais pas le droit de voter. Ceux qui l’ont poussé vers la sortie sont passés à côté de l’Histoire, croyant la faire. La postérité fera le tri. De Gaulle aimait la France comme on aime sa mère. Maintenant nous sommes en présence de carriéristes interchangeables.

-«Tout est fichu !» Les Coups de blues du Général. De Christine Clerc. Albin Michel, 215 p., 16 €

[Post dédié à Charles Morlino junior]

Permalien 14:09:47, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Le campionissimo virtuose Andrea Pirlo au sommet de son art

Si le brillantissime Pirlo n’est pas retenu dans la liste des Italies pour la Coupe du Monde 2014 je ne parlerai pas une seule fois de la Coupe du Monde. En 1994 j’ai été privé de Maradona. En 1998 de Romario. En 2014, je veux voir Pirlo et pourquoi pas Totti. Avec Berbatov, Andrea Pirlo est le joueur qui a le plus beau toucher de balle de la galaxie actuelle. Pour reprendre un mot de Guitry, le silence qui suit Berbatov et Pirlo c’est encore du Berbatov et du Pirlo.

On éprouve le sentiment de l’éternité quand on voit jouer Andrea Pirlo, 35 ans, le merveilleux milieu de terrain de la Juventus Turin.
Né dans la région de Brescia en Lombardie, Pirlo a quelque chose de christique.
Et encore plus depuis qu’il porte la barbe.
Même quand il sourit, il y a une grande mélancolie dans ses yeux.
Si j’étais cinéaste, je le ferais immédiatement. Peut-on être plus beau ? Il a la beauté de l’?me. Alors que David Beckham porte son sexe au milieu de la figure.
Pirlo est un cerveau du football. Une élégance dans le geste qui laisse K.O.
Sa très grande harmonie gestuelle lui permet de tirer des coups francs aussi bien que C. Ronaldo ou Michel Platini, voire David Beckham, période Man United.
Andrea Pirlo comment le définir? On ne sait pas si c’est un milieu offensif qui joue défensif ou exactement le contraire. C’est un aiguilleur du ciel. Une rampe de lancement.
Pirlo n’a jamais voulu quitter l’Italie sa terre natale.
“Ma motivation c’est simplement toujours vouloir jouer au football tellement j’adore ?a".
Peut-on être plus authentique ?
L’AC Milan a eu tort de croire qu’il était fini puisqu’il vient de gagner trois championnats de suite avec la Juventus Turin !
S’il jouait au Real Madrid, on parlerait plus de Pirlo.
Il a suffi que C. Ronaldo quitte MU pour Madrid pour que l’on parle sans cesse du Portugais.
Pirlo trouve normal que l’on se réfère davantage à Ronaldo parce qu’il marque beaucoup de buts. “Ceux qui marquent font gagner des titres.”
Il oublie de dire que les joueurs dans son style qui font des passes décisives sont indispensables au football. Chacun sa place, chacun son r?le.
Et Pirlo a la première.

Le fantastique palmarès d’Andrea Pirlo né le 19 mai 1979 à Flero, Italie :

Milan AC (2001-2011)
Coupe du monde des clubs 2007
Supercoupe de l’UEFA 2003 et 2007
Coupe d’Italie 2003
Supercoupe d’Italie 2004 et 2011
Championnat d’Italie 2004 et 2011
Ligue des champions 2003 et 2007

Juventus Turin(depuis 2012)
Championnat d’Italie 2012, 2013, 2014
Supercoupe d’Italie 2012 et 2013

Equipe d’Italie (depuis 2002)
108 sélections, 13 buts
Coupe du monde 2006
Troisième de la Coupe des confédérations 2013.
Championnat d’Europe Espoirs 2000.
Médaille de bronze, Jeux olympiques 2004 (Italie)

Permalien 00:27:47, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Yaya Touré et Man City coiffent sur le poteau le Liverpool du loser Gerrard

37e journée de Premier League
Mercredi 7 mai 2014
Manchester City 4 - 0 Aston Villa
Buts pour les Citizens: Dzeko (64e, 72e), Jovetic (89e), Touré (90e)

Classement
1er Manchester City 83 pts 37 matchs/ 26 5 6/ + 63
2 Liverpool 81 37/ 25 6 6/ + 50
3 Chelsea 79 37/ 24 7 6/ + 43
4 Arsenal 76 37/ 23 7 7/ + 25

Le titre se joue lors de la dernière journée entre City et Liverpool:
11 mai 2014, 16 h
Liverpool - Newcastle
Manchester City - West Ham

Chelsea est hors course. Man City est maître de son destin. Il suffit aux Citizens de gagner leur dernier match pour être champion.
Liverpool doit gagner aussi pour être champion en espérant que les Citizens perdent.
Attendons de voir.
Incapable de remporter le championnat qu’il n’a jamais accroché à son palmarès, Steven Gerrard a une fois de plus été victime de la pression. Il devrait demander à Paul Scholes comment on doit s’y prendre pour ne pas craquer lors des derniers matchs. Une fois passe encore mais là cela devient une habitude. Rappelons que les Reds n’ont plus gagné le championnat depuis plus de deux décennies !
En revanche, Yaya Touré est flamboyant.
Le sacre va rester à Manchester !

07.05.14

Permalien 18:54:48, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Les 23 Brésiliens qui doivent gagner la World Cup 2014

Pelé a plus fait contre le racisme que les Jazzmen, Martin L. King, Mandela et Obama. Dans l’Histoire du monde, il y a eu l’avant et l’après Pelé.

Luis Felipe Scolari, a annoncé sa liste des 23 internationaux Brésiliens pour le Mondial 2014:

3 Gardiens:
Jefferson (Botafogo), Julio Cesar (Toronto/MLS), Victor (Atletico Mineiro)

8 Défenseurs:
Dani Alves (FC Barcelone/ESP), Dante (Bayern Munich/GER), David Luiz (Chelsea/ENG), Henrique (Naples/ITA), Maicon (AS Rome/ITA), Maxwell (Paris SG/FRA), Marcelo (Real Madrid/ESP), Thiago Silva (Paris SG/FRA)

7 Milieux:
Fernandinho (Manchester City/ENG), Hernanes (Inter Milan/ITA), Luiz Gustavo (Wolfsburg/GER), Oscar (Chelsea/ENG), Paulinho (Tottenham/ENG), Ramires (Chelsea/ENG), Willian (Chelsea/ENG)

5 Attaquants:
Bernard (Shakhtar Donetsk/UKR), Fred (Fluminense), Hulk (Zenit Saint-Pétersbourg/RUS), Jô (Atletico Mineiro), Neymar (FC Barcelone/ESP)

Les deux Ballons d’Or Kaka et Ronaldinho n’ont pas été retenus. Sinon R.A.S.
Le Brésil devra éviter de perdre en finale pour éviter de revivre la détresse de 1950, au Maracaña devant l’Uruguay.

Permalien 11:45:02, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud. (Actes Sud)

Très bonne idée de créer le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Etranger.
Quand on dit Meursault on pense parfois à un véritable homme tant le personnage inventé par Albert Camus est plus célèbre que des millions de commun des mortels. C’est la force des romans, c’est la force du roman de Camus.
Il fallait être à la hauteur pour s’atteler à un roman qui fait écho au chef d’œuvre best-seller mondial. Kamel Daoud a relevé le défi avec brio.
D’innombrables lecteurs ont toujours trouvé bizarre que l’Arabe chez Camus ne soit désigné que sous le nom d’Arabe, sans un seul prénom. Il s’agit-là bien sûr de ses détracteurs, ceux qui ont toujours reproché à Camus de ne pas choisir entre Algériens et Algérois.
Au plus près des mots, Camus a écrit Arabe et Arabe seul pour marquer les esprits. On ne me fera pas croire qu’il a écrit Arabe avec mépris ou désinvolture.
Kamel Daoud a donc eu la superbe idée de donner une idendité à l’Arabe par le biais de son frère encore plus fictif.
C’est tout à fait merveilleux de trouver une généalogie à un personnage inventé. Le frère vivant, Haroun, rend homme à Moussa, le frère tué par Meursault.
Au fil du récit l’impossible arrive : le survivant se rapproche de plus en plus de Meursault !
Le premier roman de Kamel Daoud est un hymne à la littérature. Sa suite de L’Etranger est un coup de maître avant d’être une astuce éditoriale.
-«Albert Camus a été contre la misère, il n’a pas été un colon riche exploitant des colonisés pauvres, il a été l’avocat de l’humain face à l’absurde mais aussi face à l’injustice. »
Kamel Daoud ne rend pas des comptes. Le natif de Mostaganem, en 1970, n’est pas un juge mais un créateur. Il n’a pas écrit son livre sur Meursault pour pasticher Camus. Son but était d’écrire une « robinsonade où l’on refuse que le noir s’appelle Vendredi, un jour de semaine ». Kamel Daoud rêve d’une collection qui permettrait d’accueillir « Le Vieil homme et la Mer raconté par un espadon ». Superbe projet qui développe l’imaginaire.
Meursault, contre-enquête n’est absolument pas un essai déguisé. Le roman est plein de vie. L’écriture du romancier est aussi simple et directe que celle de Camus. Simple dans un monde si compliqué.
C’est comme un puzzle qui laisse apparaître à la fois les visages groupés de Camus, Daoud, Meursault, Moussa et d’Haroun.
L’auteur ne manque pas d’humour que l’on perçoit dès la première phrase : « Aujourd’hui, M’ma est encore vivante ». Il fallait y penser, Kamel Daoud l’a fait.

-Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud. Actes Sud, 154 p., 19 €

06.05.14

Permalien 17:37:55, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Fin de cycle historique à Manchester United avec les adieux de Vidic. Et renouveau avec Wilson !

Le mardi 6 avril 2014 restera un jour historique pour MU. De fait, le coach pour quatre matchs, Ryan Giggs, s’est autorité à jouer au titre de remplaçant lors du troisième match où il a donné une passe décisive. De surcroît il a fait débuter ce jour-là deux jeunes du centre de formation qui ont joué leur premier match en équipe fanion: Lawrence et Wilson, auteur d’un doublé !
Quoiqu’il arrive Ryan Giggs devrait rester à MU. On a vu le capitaine d’Arsenal Patrick Vieira signer dans le staff de Man City. Que les fans de MU se rassurent, notre ami Ryan n’ira jamais à Liverpool.
A la fin du match gagné par MU, Ryan Giggs, a pris le micro:
-"Je voudrais juste dire un grand « merci » au nom des joueurs et du staff pour votre soutien cette année. Merci à Nemanja [Vidic]. Il nous quitte et on lui souhaite tous nos meilleurs voeux de succès dans les années à venir. Nous savons que cela a été difficile cette saison mais au cours de toutes les dernières années nous avons été gâtés par de très nombreux succès. Vous avez soutenu quand même le club et nous tous. Je suis sûr que vous verrez encore des succès dans les années à venir. Continuer de nous aimer svp. Vous avez vu un petit aperçu de l’avenir, ce soir. Nous ne restons jamais figés dans l’échec. Nous donnons toujours une chance aux jeunes, vous le savez, et notre but est de vous offrir un football attrayant. Parfois nous ne gagnons pas mais nous faisons notre maximum. Oui, gardez votre soutien et les bons moments reviendront très prochainement. Merci.”

Match en retard de championnat anglais
Mardi 6 mai 2014
Manchester United 3-1 Hull City

Buts pour MU: Wilson (31e, 61e), Van Persie (86e)
But pour les visiteurs: Fryatt (63e)

Manchester United: De Gea/ (7) De beaux arrêts
Valencia (6) Bon petit match
Jones (4) Don de soi au point de se blesser, puis (22e) Vidic © (7) Impeccable, grosse perte pour le club
Smalling (6) Il a du Ferdinand en lui
Buttner/ (5) Trop peu d’impact
Carrick (6) Tranquille comme Baptiste
Fellaini (7) En progrès !
Kagawa/ (6) Sans forcer
Januzaj (8) Très actif
Lawrence(6) Bon début timide, puis (70e)Giggs (7) Une passe décisive
Wilson (10) Un doublé pour son premier match, puis (64e)van Persie (7) Beau but Monsieur !

Sur le banc: Amos, M Keane, Mata, Young

Manager: Ryan Giggs (10) Pour la der à O.T. nous a fait une composition surprise qui avait un côté jubilé

AVANT-MATCH:
C’est le dernier match de Vidic à Old Trafford sous le maillot rouge de MU.
Voilà un départ inadmissible puisque le défenseur part à l’Inter Milan.
Il aurait dû rester à MU pour épauler les jeunes.
Le Serbe restera dans l’Histoire de MU comme l’un des plus grands centraux du club.
Il dégage de la force, de la fierté, de la confiance, de la volonté, du courage.
MU va souffrir de son absence. Sur le terrain et hors du terrain.
Je me souviendrai de David Moyes, uniquement parce que ce coach n’a pas su conserver Vidic.
Tout le monde sait que van Gaal est le prochain manager de Manchester United.
Il ne reste donc plus que deux matchs à disputer avec Ryan Giggs à la fois coach et joueur.
Ryan Giggs va-t-il se mettre sur la feuille de match du dernier match de MU de la sinistre saison 2013-2014, saison blanche avec aucun titre, aucune qualification européenne ?
C’est possible.
Ainsi vous verrons peut-être pour la dernière fois Giggs en match officiel à Old Trafford.
-"Je n’ai encore pas pris de décision. Vais-je arrêter ma carrière ou resigner un an comme joueur ? Et est-ce que je vais jouer contre Hull City ? Bien sûr le rêve serait de marquer si je dois jouer mon dernier match…”
Ryan Giggs ne connaît pas encore son avenir proche du fait de la prochaine venue du nouveau coach.
Pour l’instant, il a gagné un match (4-0, contre Norwich) et perdu un autre contre Sunderland (0-1), les deux fois à Old Trafford.
On verra bien.
La venue d’Hull City ne passera pas inaperçue car son coach Steve Bruce est un ancien Red Devil historique qui jouait à MU lors des débuts de Ryan Giggs. Les deux joueurs sont restés très amis.
Steve Bruce et son équipe sont les adversaires d’Arsenal lors de la finale de la FA Cup, le 17 avril 2014.
L’an prochain, MU va basculer dans une autre page.
Rien ne dit que MU va reprendre le chemin de la victoire.
En 1967, MU a remporté le championnat puis la C1 l’année suivante.
Ensuite, il a fallu attendre le règne de Cantona pour revoir MU gagner le championnat en 1993.
L’attente fut longue. On ne sait pas de quoi demain sera fait.
C’est la fin d’une époque, celle des Giggs, Scholes, Vidic et sans doute Evra.
Il est temps de renaître. MU n’est pas fait pour végéter dans le ventre mou.
Quant à Rooney on sait maintenant qu’il ne se consacre pas 100% au football comme C. Ronaldo. Le Portugais n’a quasi jamais de période creuse. Il est toujours prêt pour la bagarre. Rooney lui a une carrière en dents de scie.

APRES-MATCH:
Côté Hull City, en défense il y avait Alex Bruce, le fils de Steve Bruce, le coach d’Hull City. Pffff ! Ca file le bourdon. Nous sommes vieux !
Grand moment: l’entrée dans le stade cote à cote de Giggs et de Steve Bruce, les deux partenaires historiques du MU du début des années Cantona !
Il y avait un parfum de famille pour ce dernier match de la saison à Old Trafford. Et aussi des adieux en veux-tu en voilà !
Vidic s’en va et cela fait mal.
Giggs ? On ne sait pas ce qu’il va faire.
On a vu le passage de relais intergénérationnel avec le départ de Vidic, et la fin de carrière de Giggs avec le début de celles de Wilson, Lawrence et Januzaj.
MU est dans le flou, le grand flou de la reconstruction.
Cette saison le plaisir c’est de voir Liverpool échouer lamentablement dans la conquête de son 19e titre.
Vraiment Gerrard est un joueur d’une banalité consternante: il n’a jamais gagné un championnat alors que Giggs en a récolté 13 !
Oui, on se réjouit comme l’on peut. Le fait de savoir que nos ennemis ne sont pas champions nous console qu’on ne le soit pas !
PS: l’arbitre du match a été lamentable. MU aurait dû bénéficier d’au moins 4 penaltys. Quand je dis que les arbitres anglais ne valent pas plus que leurs homologues de L1…

Dernier match de MU de la saison:
11 mai Southampton - Manchester United (16 h)

Hollande chez Bourdin imite Mitterrand chez Mourousi

La journée de com. du Président de la République élu depuis deux ans qui semblent une éternité. Un show à la télé dite populaire et un petit tour en banlieue pour faire prés des pauvres. Ensuite, retour à l’Elysée, en plein Paris dans les quartiers chics. Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

On nous a vendu la venue de F. Hollande, le 6 avril 2014, sur BFM/RMC comme d’un événement sans précédent.
C’est oublier qu’en 1985 et 1986, Yves Mourousi (1942-1998) anima à trois reprises l’émission Ça nous intéresse, M. le Président avec François Mitterrand.
Yves Mourousi cassa les habitudes figées des interviews présidentielles quand, assis sur le bureau, il interrogea le chef de l’État en lui demandant s’il était « un président chébran ». Le papa de Mazarine répondit qu’il fallait dire “cablé".
J’ai regardé Jean-Jacques Bourdin face à F. Hollande: la star c’était Bourdin alors que Mitterrand ne craignait pas la notoriété de Mourousi.
Voir Hollande après Mitterrand c’est comme voir Ribéry après Platini.
Regardez le nom des derniers présidents:
De Gaulle, Pompidou, VGE, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande.
Je vous laisse juge. J’ajoute que je ne suis pas nostalgique du face à face De Gaulle-Michel Droit.
“Si j’ai été élu ce n’est pas parce que j’avais un programme étincelant mais peut-être parce que mon prédécesseur avait échoué” a confié le Président Hollande.
Bel aveu.
“La vie privée relève de la vie privée” a-t-il répondu quand J.-J. Bourdin le questionna sur son escapade en scooter.
No comment, quoi !
“Qu’on me juge sur ce que je fais", a-t-il rajouté. En effet, on a vu !
Entre 8h30 et 9h on a assisté à une interview sympathique dans la forme. L’enveloppe était plus importante que la lettre. Bien sûr tous les médias vont dire qu’il vaut mieux que les questions soient posées par Bourdin que par les actuels journalistes plantes vertes de TF1 et de la télé publique.
Entre 9h et 9h 30, le Président Hollande a répondu à quelques auditeurs qui ont parlé de leurs difficultés quotidiennes. Les réponses ? “Laissez votre adresse on vous écrira…”
La politique spectacle vient de connaître un nouvel acte.
Depuis la retraite du Président Chirac ses deux successeurs sont plus jeunes que moi. Aussi, ils ne m’impressionnent pas du tout.
Il s’agit de professionnels de la profession.
On ne les sent pas marier à la France.
Il parle de notre pays comme d’une grande surface.

Permalien 11:34:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Quand on voit la fébrilité des joueurs actuels, la grandeur de Cantona est encore plus exceptionnelle

Les Reds vont rester bloqués à 18 titres. Man United reste devant avec 20 sacres.

Lundi 5 mai 2014
Crystal Palace 3 - 3 Liverpool

Buts pour Cristal Palace: Delaney (79e), Gayle (81e, 88e)
Buts pour les Reds: Allen (18e), Sturridge (53e), Suarez (55e)

Classement
1 Liverpool 81 pt 37 matchs/ 25 6 6/ + 50
2 Manchester City 80 36 / 25 5 6/ + 59
3 Chelsea 79 37/ 24 7 6/ + 43
4 Arsenal 76 37/ 23 7 7/ + 25

Man City va recevoir deux fois, Aston Villa et West Ham. Les Citizens devront être très vigilants vu l’état d’esprit des clubs anglais qui ne lâchent jamais rien à la différence des clubs français trop souvent battus avant même le début du match, hélas! Ce n’est pas étonnant que le monde entier s’arrache la diffusion de la Premier League alors que L1 n’intéresse personne en Italie, en Espagne, en Allemagne ou en Angleterre. La L1 est un centre de formation dans lequel s’amusent Ibrahimovic et Berbatov. Lors du match aller de 1/4 de C1, PSG-Chelsea (3-1) tous les observateurs ont dit et écrit que le Suédois avait mal joué. Faux! Archi faux! Le fait d’être sur la pelouse attira vers lui deux défenseurs ce qui provoqua des espaces pour ses partenaires. Après sa blessure, le PSG a beaucoup moins bien joué.
Le 5 avril 2014, Liverpool s’est compliqué la vie. Les Reds menaient 3-0 à Crystal Palace avant d’être rejoints 3-3, ce qui est complétement dingue !
Cela fait des années que je signale qu’en Angleterre tous les morts de faim sont obligés de faire un résultat à domicile sous peine de descendre en division inférieure. Il y a tant d’étrangers dans les clubs actuels que les joueurs actuels n’ont pas la culture du pays.
Même MU avait perdu un titre à cause d’un match nul à Old Trafford contre Everton.
En Angleterre dès que vous baissez la garde vous vous faîtes poignardé, sans aucune pitié.
Steven Gerrard est vraiment un piètre joueur. C’était à lui de dire tout ce que je vous dis.
Au lieu d’avoir 83 points, les Reds n’ont que 81 avec encore un match à jouer.
Le titre devrait revenir à City qui a la pression sur les épaules.
Je repense à Eric Cantona. Ce qu’il fait est vraiment très fort.
Il a remporté le titre avec Leeds en 1992.
Ensuite, il a gagné les titres 1993, 1994, 1996 et 1997. Plus les FA Cup 1994 et 1996. Tous ces trophées ont été conquis sous le maillot des Red Devils.
Eric Cantona ne tremblait pas dans les derniers matchs.
En 1995, MU n’a pas gagné le titre parce que les autorités ont outrageusement expulsé le King.
Donc chaque année Eric Cantona a gagné le titre, le temps de son passage en Premier League.

Permalien 00:21:42, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Rimbaldo, de Serge Filippini (La Table Ronde)

Jean-Jacques Lefrère et Jacques Desse ont publié un superbe tiré à part [Histoires littéraires (Paris)/ Du Lérot, éditeur (Tusso)], en 2010, sur la photographie de groupe avec Rimbaud (Un coin de table à Aden). Quatre ans plus tard, Serge Filippini publie Rimbaldo, un récit qui gravite autour de cette image albuminée découverte par Alban Caussé et Jacques Desse, en 2008.
Le romancier a identifié les cinq hommes, la femme qui pose avec Rimbaud. De gauche à droite : Georges Révoil, Maurice Riès, Henri Lucereau, Edouard Bidault, Jules Suel et Emilie Bidault. Le cliché date de 1860. Tout ceci est vrai. La photographie a été prise sur le perron de l’Hôtel de l’Univers à Eden. Rimbaud séjourna en Arabie une dizaine d’années et logeait régulièrement dans cet hôtel dont le propriétaire Jules Suel est sur la photo avec costumes à carreaux. C’est lui qui voulut s’immortalisa au milieu de ses amis et clients pour faire de la réclame à son établissement. Sur l’image, Rimbaud est assis, à droite. Il a l’air absent, fantomatique. A l’époque, il fait du commerce d’arme. Le narrateur de la fiction fait dire à Jules Suel à propos de Rimbaud : « Vous avez devant vous le plus grand misanthrope de toute l’Arabie ». Une remarque plus vraie que nature. Au départ, Rimbaud ne voulait pas être sur la photo, toujours d’après les faux souvenirs du narrateur qui pourrait bien avoir raison sur presque tout ce qu’il dit.
Serge Filippini est dans le bon feeling, le bon tempo. Rimbaud n’occupe pas tout le récit mais on recherche sans cesse sa présence. On l’image avec sa ceinture qui contenait sa fortune dans la doublure. Je ne souviens d’avoir lu une confidence de Pascal Pia racontant que Camus fut déçu d’apprendre que Rimbaud avait de l’or. Pia rétorqua méchamment : « Et vous vous l’avez en banque ! » Cette rêverie éveillée est à conseiller aux lecteurs enflammés de Rimbaud qui auront l’impression de passer du temps avec l’auteur d’un Bateau ivre. Ils y trouveront leur héros que tous les personnages présents sur la photo ne portent pas dans leur cœur. Tous ne s’imaginaient pas qu’ils deviendraient immortels grâce à ce Rimbaud qu’ils n’ont pas su apprécier à sa juste valeur, à savoir celle d’un phare de la littérature mondiale.

-Rimbaldo
de Serge Filippini. La Table Ronde, 147 p., 16 €.

05.05.14

Nouveau chef d'oeuvre de C. Ronaldo sur une talonnade aérienne

Dimanche 4 mai 2014
Real Madrid 2-2 Valence

Buts pour le Real: Ramos (59e), C. Ronaldo (90e +3)
Buts pour les visiteurs: Mathieu (44e), Parejo (65e)

Affolante journée de Liga qui a vu trois faux pas des leaders
Le Real Madrid a fait nul à domicile contre une équipe du ventre mou.
Barcelone a fait 2-2 contre Getafe, au Camp Nou, qui joue le maintien.
Et le leader l’Atletico Madrid a perdu à Levante 2-0.
Les héros sont fatigués. Et en plus le Real et l’Atlético vont devoir s’affronter en finale de la C1.
D’ici là, la Liga aura donné son verdict. Ce qui n’est pas encore fait

Classement de la Liga:
1er Atletico Madrid 88 points 36 machs/ + 51
2 Barcelone 85 points 36 matchs/ + 67
3 Real Madrid 83 points 35 matchs/ + 66

Permalien 14:52:28, Catégories: LE GYM E BASTA, FOOT FRANCHOUILLARD, ANTI-FOOTBALL  

Sochaux-Nice: la France entière a vu le penalty sur Cvitanich, sauf l'arbitre. Si ce dernier n'a pas vu l'action pourquoi a-t-il donné un carton jaune pour simulation ?

Sochaux-Nice (2-0), dimanche 4 mai 2014, ne s’est pas déroulé selon la vérité des événements. Un match bien pourri pour Nice qui avait ouvert la marque avant que le but ne soit refusé pour un hors-jeu existant du centreur. Ensuite, Nice marqua mais contre son camp… Après tout ça arriva l’injustice qui faussa le match.

Imaginons que j’ai dix ans et que, pour la première fois de ma vie, je regarde Sochaux-Nice parce que je suis Niçois.
Mené 1-0, les Niçois ont bien repris en seconde mi-temps. Sur une action très dangereuse, Cvitanich a été ceinturé dans la surface de Sochaux.
Vous savez ce qu’a fait l’arbitre ?
Il a donné un carton jaune à l’Aiglon pour simulation !
Un carton au lieu d’un penalty flagrant !
Si j’avais encore dix ans, je dirais à mon père:
-"Y avait péno ! Pourquoi l’arbitre n’a pas sifflé péno pour nous ?”
-"Il n’a pas dû voir l’action…”
-"Ca sert à quoi alors un arbitre, surtout qu’il n’est pas seul?”
On devrait pouvoir expulser un arbitre quand il commet une telle erreur d’arbitrage qui fausse le match et qui arnaque donc le spectateur et le téléspectateur. On pourrait l’expulser et le remplacer par un autre.
La meilleure solution serait de faire tourner les arbitres européens dans différents championnats. J’aimerais voir des arbitres de Premier League en L1 et vice-versa. Je précise qu’en Angleterre les arbitres se trompent aussi beaucoup.
L’arbitre de Sochaux-Nice qui n’a pas sifflé le penalty sur Cvitanich a reconnu être à 50 mètres de l’action. Alors comment a-t-il pu juger la simulation puisqu’il a donné un carton jaune à l’Aiglon ?
Comme je n’ai plus dix ans, j’ai coupé aussitôt la télé.
J’ai acheté L’Equipe du 5 mai 2014 pour voir ce qu’ils écrivaient. L’Equipe rapporte le propos de l’ex Aiglon Roudet actuellement Sochalien: “Le penalty y est à 200 %” (sic) Le journal rapporte aussi les propos de l’arbitre:” J’ai un joueur devant moi. Quand on est à cinquante mètres ce n’est pas facile".( sic)
J’ai horreur que l’on fausse les matchs. L’erreur d’arbitrage à l’heure de la surmédiatisation du football est insupportable. Ils n’ont qu’à plus nous montrer le “replay"!
Qu’ils donnent les trois points à Sochaux, ai-je pensé. Pas besoin de jouer le match.
Le score ? 2-0. Quoi de plus logique quand on empêche Nice d’avoir la possibilité de revenir à 1-1.
A part, à Nice, tout le monde est content: “Sochaux est une institution…” comme ils disent.
Personnellement j’aime mieux Ferrari, Porsche et Jaguar que Peugeot.
La bonne nouvelle c’est que Nice se maintient en L1 parce que l’affiche Evian-Sochaux se déroule lors de la dernière journée. Evian et Sochaux… L’un ou l’autre devrait finir 18e et passer à la trappe.

Permalien 11:57:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le Coeur et les Confins, de Cédric Gras (Phébus)

Archives: Cédric Gras parle ici de son avant-dernier livre. Le nouveau est dans le même esprit. Né en 1982, l’auteur est l’un de nos meilleurs écrivains voyageurs dans la grande tradition des Cendras et Kessel. Edité aux éditions Phébus qui sait les découvrir. On a peu de chance de l’apercevoir à la terrasse du Flore car il a besoin de grands espaces pour respirer.

Grand connaisseur de la Sibérie et de l’Extrême-Orient russe, l’actuel directeur de l’Alliance française de Donetsk en Ukraine, Cédric Gras, publie un recueil de douze nouvelles qui ont trait au voyage et à l’amour. On peut rajouter des « s »- comme Paul Morand à Venises- pour parler de voyages et d’amours tant ils sont déclinés par l’auteur dans différentes contrées.
Des Himalayas à Montevideo- la patrie de Lautréamont- de l’océan glacial Arctique aux steppes de Mongolie, on va partout avec l’auteur qui s’est transformé en guide de tourisme quatre étoiles.
La première phrase du livre est une sentence qui peut faire peur : « L’amour est pour le voyageur un des plus grands périls que lui réserve la route car il frappe au hasard des sentiers et au gré des chemins. »
Est-ce qu’une rencontre au bout du monde nous ramène à notre moi le plus profond, celui qui nous empêchait d’avancer dans notre univers quotidien ?
Reconstruit-on sa carte d’identité quand on rencontre un ou une inconnue ?
Peut-on s’inventer une nouvelle vie alors qu’on est marqué génétiquement par notre patrimoine intime ?
L’auteur nous avertit que l’amour nous oblige à nous arrêter alors qu’on était sur notre lancée.
Allons-nous vers des gens ou des paysages ?
Si nous aimons notre semblable nous devons nous arrêter car un être humain est un pays portatif.
On se rappelle que Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss commence par cet incipit : « Je hais les voyages et les explorateurs ». Tout ça est une mise en garde pour fuir les clichés et les vérifications de cartes postales.
On n’a pas oublié non plus le conseil de Blaise Cendrars qui nous a dit : « Quand tu aimes il faut partir ». Beaucoup on comprit partir sans, alors qu’il s’agit de partir avec !
Autre vibration: si nous aimons une personne sans que personne d’autre ne soit au courant cette histoire existe-t-elle vraiment ?
« Effeuiller les pétales de la rose des vents, la priver de sa corolle de points cardinaux et de sa couronne de direction. » Beau programme.
Cédric Gras est à la fois érudit et poète.
Souvent les messieurs je sais tout sont barbants. Pas lui.
Cédric Gras voyage sans bagage comme Philippe Soupault.
Anouk, Tuya, Paula, Eléonore sont des guides de rêves éveillés.

-Le Cœur et les Confins
De Cédric Gras
Phébus, 108 p., 11 €

De peur d'être sifllets les actuels présidents de la République ne repectent plus la traditionnelle présentation des équipes avant la finale de la Coupe de France

Ce n’est Charles de Gaulle qui aurait renoncé à saluer les joueurs, de peur d’être hué par la foule. Lui, il a même arrêté les coureurs du Tour de France pour leur dire bonjour. Il est vrai que je parle du Général et non pas des people qui l’ont remplacé.

Jadis, avant le coup d’envoi de la finale de la Coupe de France, il y avait la cérémonie de la présentation des équipes au président de la République.
C’était un rituel copié sur les pratiques anglaises. Les Français ont toujours copié les Anglais, à commencer par Le Havre, premier club français de football qui s’est inspiré de ce qui se passait de l’autre côté de la Manche, juste en face.
Je revois De Gaulle ou VGE ou Mitterrand descendre sur la pelouse pour serrer la main des joueurs. Moments rares. Beaux moments.
C’était vraiment bien de voir le président à cette occasion car la Coupe de France permet à tout le monde de s’exprimer, des plus modestes ou plus assistés.
On l’a bien vu le 3 avril 2014 lors de Guingamp-Rennes (2-0) quand les “paysans” ont battu très facilement l’équipe de l’un des hommes les plus riches de France. Voilà pourquoi le football est le plus grand sport du monde.
L’actuel locataire de l’Elysée, François Hollande, a assisté à la finale de la Coupe de France entre le Stade Rennais et En Avant de Guingamp au stade de France mais il n’a pas salué les deux équipes avant le match. On n’a pas eu droit aux deux capitaines qui présentent leurs équipiers. Triste époque qui nous montre des dirigeants politiques effrayés par la foule.
La réponse est amusante et hypocrite: cela ne fait plus partie du protocole.
Historiquement, la tradition a été brisée par la présidence Sarkozy. Les conseillers en communication ont estimé qu’il ne fallait pas qu’on siffle leur produit politique. Les urnes s’en chargeront.
Le nouveau président, lui, n’a pas réinstauré la tradition, vu le niveau de sa cote de popularité.
En France, on aime surtout les présidents dès qu’ils quittent le pouvoir.
C’est en 1927, que le président de la République se fait présenter les joueurs de Marseille par Jules Rimet, le président de la Fédération. De fait, le 8 mai 1927, à Colombes, pour la 10e finale, opposant Marseille à Quevilly (3-0), le Président Gaston Doumergue, élu en 1924, se fit présenter tous les joueurs.
Il honora la finale de sa présence cinq fois jusqu’à la fin de son mandat, en 1931.
Je n’ai pas regardé la finale de 2014. Je voulais voir Monaco-Rennes. Le derby breton ne me concernait pas. j
J’entendais de tous les côtés: “Le SDF est tout en rouge et noir…”
Le rouge et noir, pour moi, c’est Nice qui a battu… Guingamp lors de le finale 1997 mais ceci est une autre histoire.

03.05.14

Permalien 15:33:54, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La future venue de van Gaal casse l'effet Giggs

Il est temps que la saison se termine pour MU. Les Red Devils nous joueront pas l’Europa League. C’est une très bonne nouvelle ! A MU, il faut vraiment tout repenser. Image symbolique: Sir Ferguson piquait du nez en tribune. David Moyes peut se rassurer. Les mauvais résultats n’étaient pas de sa faute. MU est en fin de cycle. C’est normal après avoir dominé de 1993 à 2013. Il faut simplement que MU ne revive pas la période qui s’est déroulée entre 1967 et 1993, celle sans gagner un seul championnat.

Samedi 3 mai 2014
Manchester United 0-1 Sunderland

But pour les visiteurs: Larsson (30e)

Manchester United
de Gea: (4) A part la Baraka, rien
Jones (6) Bon match
Ferdinand (4) Match de syndicaliste
Vidic © (4) Trop tendu
Evra/ (6) Bon match
Carrick (3) Sa pire sortie de l’année
Fletcher/ (2) Aucune bonne inspiration
Nani (1) Lamentable, à part une talonnade, puis (52e)Januzaj (3) Deux ou trois bonnes actions
Mata (3) Aucune influence, puis (66e)van Persie (1) Simple training
Young/ (1) Un football d’opérette, puis (67e) Welbeck (2) Trop désordonné
Chicharito (2) Mauvais tempo

Sur le banc: Amos, smalling, Fellaini, Valencia

Manager: Giggs (0) Transparent. En cassant l’équipe gagnante de la semaine dernière, il a tout cassé.

AVANT-MATCH:
Après le 4-0 infligé à Norwich, on se demande combien de buts va prendre Sunderland ? On souhaite voir le même match avec la même punition. Rooney blessé, Giggs a titularisé Chicharito, ce qui est très bien. Giggs redonne du temps de jeu à Nani qui a perdu confiance à cause de Moyes qui ne le faisait jamais jouer. van Persie est dans le groupe. Le duo Carrick-Fletcher est là. La défense aussi. Il ne reste plus que 3 matchs en rouge, à cause de… Moyes qui l’a transféré à l’Inter Milan. Giggs va aussi essayer de refaire jouer Fellaini, très limité techniquement.

MI-TEMPS: 0-l
Les premières 45 minutes ont dévoilé un Nani maladroit et des Red Devils méconnaissables par rapport à la semaine dernière. Les visiteurs ont ouvert le score logiquement à la 30e mn par Larsson. On a l’impression que l’effet Giggs n’existe plus parce qu’on a annoncé l’arrivée de van Gaal aux commandes de MU. On note aussi que l’absence de Kagawa ne fait pas du bien à l’ensemble. Les superstitieux ont noté la présence dans les vestiaires du chat noir Fellaini…

APRES-MATCH:
Septième défaite pour MU à domicile cette saison, soit 21 points de perdus ! Sunderland est venu sauver sa place parmi l’élite à Old Trafford. Une victoire totalement méritée avec en plus deux tirs sur le cadre ! Les Red Devils ont été minables. J’ai vraiment en la sensation que les joueurs ne jouaient pas vraiment car il n’y a plus de coach puisque l’arrivée de van Gaal est annoncée de façon certaine. On sait aussi qu’il n’est jamais facile de gagner deux fois de suite à la maison. Et dire qu’il va y avoir encore une autre match à la maison dans trois jours. Il y a beaucoup de choses à changer dans le club. Image forte, sir Ferguson dormait dans les tribunes tant MU joue mal. Il avait aussi sans doute arrosé un peu trop son repas.

Les deux prochains matchs de MU:
06 mai Manchester United - Hull City (20 h 45)
11 mai Southampton - Manchester United (16 h)

Permalien 07:22:59, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Petites et grandes histoires de la Coupe du Monde, de Vincent Duluc (Robert Laffont)

Voici un livre consacré au football qui aurait mérité d’être illustré. Le football est si visuel qu’on aime revoir tel ou tel champion, telle ou telle image de certains matchs quand bien même nous les connaissons tous et toutes. Concernant la Coupe du Monde, tout a commencé grâce à Jules Rimet qui est au football ce que furent les frères Lumière au cinéma. Il y a avant lui et après. Président de la FIFA, fondateur du Red Star, Jules Rimet crée et inaugure la première Coupe du Monde en 1930 en Uruguay.
Les Tricolores sont partis de Villefranche-sur-Mer à bord d’un paquebot, le Conte Verte. Il y avait très peu de monde sur le quai de la ville de mon enfance mais mon père y était ! Il avait sept ans. C’est lui le passionné de football qui m’a transmis le virus. Mon père m’a dit qu’il n’y avait ni photographe ni caméra pour voir embarquer les internationaux français. Pendant la traversée des photos ont été prises où l’on voit les internationaux français jouer à saute-mouton avec des chaises en osier, si je me rappelle bien. IL n’y avait qu’un seul ballon sur le paquebot, ai-je lu.
Vincent Duluc est comme l’Oncle Paul de jadis. Il nous raconte les histoires les plus célèbres sans oublier les périodes tragiques, celles de la peste politique des périodes fascistes, en Italie et en Allemagne. Il évoque aussi le dopage. On est en droit de se demander pourquoi Maradona a été évincé de la Coupe du Monde 1994 parce que sons staff médical lui avait donné de l’éphédrine alors que le Brésilien Ronaldo a pu jouer la finale de la Coupe du Monde 1998 alors qu’il était plein de Voltarène et de Xylocaïne ? Deux poids deux mesures. Quand la FIFA a exclu Maradona j’étais à la fois furieux et triste. Furieux car Maradona était en train de ressusciter, et triste parce qu’on m’empêchait de voir jouer le plus grand joueur depuis Pelé.
Ceux qui haïssent le football devraient lire Vincent Duluc. Ils s’apercevraient que le football ce n’est pas un jeu de cons qui tapent dans un ballon. Tout ce qui est raconté dans ce livre n’a rien à voir avec des anecdotes. Il s’agit d’instants de vie qui n’ont rien à envier au cinéma ou au théâtre. Il n’y aucun livre qui raconte les histoires du festival de Cannes. Il y en a des milliers sur la Coupe du Monde. C’est dire que le football est plus important que le cinéma. Qui peut citer un film ou un livre de 1982 ? Personne ou presque. En revanche, on sait tous que France-RFA se déroula cette année-là. Un match beau et atroce.
Vincent Duluc est aussi bon à l’écrit qu’à l’oral. Sa prose joue juste et simple, à la manière des meilleurs footballeurs. Son livre est un monument à la gloire du football avec plein de fenêtres. Il suffit de les ouvrir pour revivre un temps forts.

-Petites et grandes histoires de la Coupe du Monde
de Vincent Duluc. Robert Laffont, 216 p., 12 €

02.05.14

Le guide du Brésil par National Geographic/ Tripadvisor

Les Européens (Anglais et Italiens) ont inventé le football mais c’est au Brésil qu’on le pratique le mieux. Ce peuple est doué pour assimiler toutes les cultures sans perdre son identité. Il faut aller au-delà du cliché football-samba-plage qui est cependant une sacrée trilogie publicitaire. Les guides National Geographic/ Tripadvisor contribuent à une approche sans faille de tous les pays qu’ils abordent.

L’association National Geographic et Tripadvisor donne lieu à un partenariat de premier choix. On connait tous National Geographic qui publie entre autres l’un des plus beaux magazines au monde. Le choc des photos c’est plutôt National Geographic qui nous le procure.
Désormais, le grand public ne peut plus ignorer Tripadvisor qui au fil du temps est devenu le plus grand site de voyages de la planète. Les sites Tripadvisor reçoivent 260 millions de visiteurs par mois ! Outre les sites, on doit se procurer les guides que Tripadvisor cautionnent car ils sont d’indispensables compagnons de voyages. Prenons le Brésil, puisque c’est la destination dont on va parler de plus en plus, en raison de la Coupe du Monde de football 2014 et des J.O qui vont suivre en 2016. Trois auteurs se sont partagés le rédactionnel : Bill Hinchberger, Michael Sommers et Adriana Izzo-Ortolano. L’ouvrage admirablement ventilé, jouant sur les illustrations et les pastilles de renseignements les plus pointus, est présenté en plusieurs grands secteurs : le Nordeste, l’Amazonie, le Centre, le Pantanal, le Sud, le Centre-Sud et Rio de Janeiro, ville particulièrement auscultée par Michael Sommers. Bien sûr tous les amateurs de football sont des Cariocas en puissance qui aiment Botafogo, Fulminense, Flamengo et Vasco de Gama. Ne parlons pas des plages, des femmes et de la musique qui se retrouvent réunis dans la mythique chanson The Girl from Ipanema.
Les Français et les Brésiliens sont très proches. En plus du football, il y a une communauté de d’esprit favorisé par la même religion. Les Brésiliens et les Français s’entendent à merveille. Les Brésiliens sont les plus Europées d’Amsud. Ils ressemblent à la fois aux Portugais, aux Espagnols et aux Italiens. Historiquement, ils sont attachés au Portugal. Le grand avantage c’est que l’on peut très bien se débrouiller sans parler le portugais. Ce n’est pas un cliché de dire que les Brésiliens sont chaleureux et acceuillants.
Le guide sur le Brésil ne laisse rien au hasard et il ne faut pas trop lire les journaux : la sécurité n’est pas pire au Brésil qu’ailleurs. Voulez-vous que je vous parle de la France à partir des réglements de compte marseillais liés à la came ? Le guide National Geographic/ Tripadvisor entremêle l’Histoire, la géographie, la culture, les informations pratiques (voyages, restaurants, sites touristiques…) On ne peut plus s’en passer. Avant d’être sur place, on le compulse pour se projeter, pour rêver. Et une fois sur place, on l’utilise comme le programme d’un spectacle dont on ne veut rien rater et tout comprendre. Ce guide est plus un menu qu’un programme. Il y a tant d’endroits à dévorer des yeux.

-Brésil, collectif. National Geographic/Tripadvisor, 320 p., 23,50 €

[Post dédié à Ayrton Senna et à Garrincha]

Permalien 01:38:32, Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON  

Ayrton Senna (1960-1994) & Roland Ratzenberger (1960-1994)

01.05.14

Hommage à Ayrton Senna dans 50 pilotes de course au destin tragique, de Michael Behrndt et Jorg-Thomas Födisch.(E.T.A.I éditions)

Lors de cette journée d’hommage, des imbéciles ont dit que Senna était grand car il est mort jeune. Totalement stupide comme raisonnement. Maradona est vivant et c’est un géant. Maradona et Senna, même combat. Ils se sont exprimés dans le sport comme d’autres dans la peinture ou je ne sais quoi. Senna avait la grâce et la grâce ce n’est pas un gadget publicitaire. On l’a ou pas. Lui en plus il l’a cultivée. Il ne ressemblait à personne, et personne ne lui ressemblait.

Senna s’est tué le 1er mai 1994. Date inoubliable pour tous les passionnés de sport auto. Pour lui rendre hommage, on doit lire 50 pilotes de course au destin tragique, de Michael Behrndt et Jorg-Thomas Födisch. Les deux auteurs ont dressé le catalogue des morts au volant.
Il n’y a rien de morbide dans ce recensement des anciens champions qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur métier. Les années 1960-1970 les pilotes risquaient l’accident mortel à chaque Grand Prix, y compris lors des essais. C’est ainsi qu’un nombre impressionnant d’as du volant sont tombés au champ d’honneur des pilotes de course. Bien sûr, ils connaissaient les risques du métier.
On ne roule pas à fond la caisse sans mettre sa vie en jeu.
Senna est le dernier crack mort au volant, excepté le décès de Michele Alboreto le 25 avril 2001. Depuis sa mort, les circuits sont plus sécurisés, tout comme les voitures. Senna a toute sa vie réclamé plus de sécurité.
Il a fallu qu’il se tue pour qu’on rende les voitures plus sûres et les circuits moins dangereux. Le livre présente les disparus de manière chronologique : d’Onofre Marimon, mort le 31 juillet 1954, à Alboreto. Chaque fois, les auteurs nous précisent les temps forts de la carrière du pilote jusqu’à leur ultime jour. Ils ont tous droit entre deux et cinq pages d’hommage. Les auteurs nous relatent tout d’une plume délicate. Le récit ne rajoute pas de mots inutiles aux tragédies successives. Si on ne force pas quelqu’un à conduire un bolide, on n’est pas non plus obligé de mourir de sa passion. Des pilotes parviennent heureusement à sortir indemne de leur carrière.
Dans la séquences de chaque pilote, la maquette comprend un portrait du défunt qui a toujours cette mélancolie des gens qui savent. Oui, la mort faisait partie intégrante de leur moi. Ils y pensaient plus que les écrivains. Un écrivain ne prend aucun risque avec son stylo qui ne contient que de l’encre (dans l’ordinateur, il n’y en a même plus) ; les pilotes, eux, écrivent leurs courses avec leur sang encore plus qu’avec le plein d’essence. On peut donc s’arrêter sur le visage des champions, et aussi sur une photo en action et parfois même sur la carcasse qui leur a servi de linceul.
Né à Nice, j’ai assisté à beaucoup de Grands Prix de Monaco de F1 des années 1960-1970. J’ai donc vu beaucoup de ces champions morts. Dans mon Panthéon figure en bonne place Jim Clark et le Niçois Jean Behra, les frères Rodriguez, Rindt, McClaren… On retrouve tous les visages des pilotes de F1 qui ont contribué à écrire les grandes heures du sport auto. Aujourd’hui, les nouvelles réglementations ont fait perdre de l’intérêt aux Grands Prix, non pas pour la sécurité qui est un bienfait. Les questions de pneus, de plein d’essence exaspèrent les fans qui veulent voir s’affronter des pilotes et non pas des ingénieurs. Si Dieu existe, Senna était son envoyé spécial.

-50 pilotes de course au destin tragique, de Michael Behrndt et Jorg-Thomas Födisch. Traduit de l’allemand par Constantin Parvulesco. E.T.A.I éditions, 176 p., 38 €

A lire aussi : Senna, l’hors série de l’Auto hebdo, 179 p., 9,50 €. Très bon travail, un authentique livre.

A voir les émissions spéciales consacrées à Senna, dès 14 h, le 1er mai 2014, sur la chaîne L’Equipe 21

Mai 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software