Exploits et déclin du boxeur Ray Famechon, par Isabelle Mimouni (Cohen & Cohen)

25.04.14

Permalien 10:02:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, CERDANEMENT  

Exploits et déclin du boxeur Ray Famechon, par Isabelle Mimouni (Cohen & Cohen)

Dans la vidéo, le champion français porte un short noir. Je vous conseille de lire d’urgence l’hommage à Raymond Famechon chez Cohen & Cohen. Vous découvrirez le parcours d’un as du ring et une superbe plume, celle d’Isabelle Mimouni. Un style élégant, à la fois violent et plein de mélancolie.

Raymond Famechon
Né le 8 novembre 1924 à Sous-Bois Maubeuge (France)
Mort le 21 janvier 1978
Taille 1,64 m
Poids léger

Combats 116
Victoires 100
Victoires par K.O. 27
Défaites 13
Matchs nuls 3

Je ne suis pas né de la dernière pluie pourtant je ne connaissais par Raymond Famechon qui a transformé son prénom en Ray pour s’américaniser. Avec un peu plus d’aplomb, il aurait opté pour Ray Sugar Famechon qui rime avec Robinson.
Donc Ray Famechon (1924-1978) est le plus grand poids plume français de l’Histoire, invaincu dans les rangs amateur.
Le Nordiste a eu aussi une brillantissime carrière chez les professionnels au cours de laquelle il a été champion d’Europe de sa catégorie. Ses deux plus grandes désillusions sur le ring, il les a connues lors d’une double tentative pour devenir champion du monde, une fois aux Etats-Unis et une autre fois en France.
Sa reconversion fut un autre combat, beaucoup plus douloureux qu’une pluie de coups en plein visage.
Sur le ring, il pouvait tout esquiver ou encaisser. Dans la vie, il était perdu tel un naufragé. Homme sans gouvernail.
Quand il a retiré pour toujours ses gants de boxe, on le retrouve à la tête d’une mercerie à Montmartre. Peu doué pour le commerce, Raymond Famecho fait faillite et se voit obliger de vivre d’expédients.
Loin de la caricature des boxeurs, il ne fréquente pas la pègre, ne boit pas, ne fume, ne mène pas une vie de débauchée auprès des femmes. Il y a de L’Idiot de Dostoïevski chez lui.
Réduit au rang de balayeur à la Gare de Lyon, il se laisse aller à dérober le sac d’une dame qui l’avait posé sur le banc auprès d’elle sans trop le surveiller. Reconnu coupable du vol des 4 000 francs de la «femme de ménage», il plongea encore un peu plus dans la déchéance. Jamais il ne se doutait qu’il avait dérobé une telle somme. Son geste de désespoir provoqua la clémence du juge qui ne le condamna qu’à une amende et un emprisonnement avec sursis. Pompiste dans une station-service de Chelles, puis laveur de carreaux à l’ORTF dans les années 70, le plus grand poids plume français a fini clochard avec pour seule habitation des cartons ramassés à la Samaritaine. On le retrouva mort sur le macadam le 29 janvier 1978. Aujourd’hui, sa tombe n’existe déjà plus.
Tout ce que je viens de vous résumer est admirablement raconté dans la biograhie romancée du champion signée par Isabelle Mimouni. Pas un instant, on ne se dit : « Bon sang ! mais c’est une femme qui écrit cela… » Ma remarque n’est pas celle d’un misogyne. Je salue ici le talent de conteur d’un écrivain qui raconte sans pathos la vie d’un grand champion de boxe. Le destin de Raymond Famechon mérite un film, tant il est extraordinaire : au début, il hésita entre football et boxe. Il fit le bon choix. Le livre explore ses rapports avec sa femme, une boxeuse de mots qui a souvent mis K.O. son mari qui était un agneau dès qu’il déposait les gants. Quand il ne parvint plus à se relever, elle le laissa au sol, sans même le compter comme un arbitre.
Il y aussi, leur fils. Là, je préfère ne rien dire : cependant comment un fils ne peut-il pas admirer un père aussi exceptionnel ? Trop pur dans un monde de calculateurs qui assurent leurs arrières, le grand champion n’a pas tiré gloire d’une carrière professionnelle pourtant lumineuse : 100 victoires en 116 matchs !
Je ne connaissais par Raymond Famechon mais je ne suis pas près de l’oublier grâce à Isabelle Mimouni qui a arraché le champion de boxe aux griffes de l’atroce oubli. Famechon n’a même plus de dernière demeure. Il ne reste plus rien de son passage sur terre. Je lui fais une place dans mon cœur. Il incarne les grandes valeurs du sport. Dans ce domaine, comme dans les autres, il y a deux catégories: ceux qui savent se vendre comme Picasso et ceux qui ne savent pas faire fructifier leur talent comme van Gogh.

-L’Obscure Splendeur de Raymond Famechon, d’Isabelle Mimouni. Cohen & Cohen, 102 p., 13 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: famechon [Visiteur] Email
Il reste beaucoup aux famechon, bien plus qu'un roman, bien plus qu'une tombe.
Une descendance tout aussi combative.
PermalienPermalien 07.07.14 @ 22:19
Commentaire de: BRISSY Christian [Visiteur] Email
C'est dommage et un grand malheur d'avoir lassé tomber dans l'oubli un si grand champion. Moi qui suis un ancien boxeur amateur,né en 1949,à Sous-le-Bois MAUBEUGE 59600 comme lui,Chaque année je pense à cette famille car mon grand père et son père étaient des cammarades de travail en usine et leurs sépultures sont l'une près de l'autre. Chaque année je répare les tombes. Il serait bien de faire un reportage à la télévision de ce grand champion
PermalienPermalien 18.07.15 @ 16:10
Commentaire de: Leprohon didier [Visiteur] Email
Bonjour .
Raymond famechon était mon grand oncle.
PermalienPermalien 02.05.17 @ 21:57
Commentaire de: gilson [Visiteur] Email
au 1er septembre je viens d'avoir 85 ans.jeune boxeur amateur a cette epoque,je me souvient car j'ai rencontre le meme boxeur que ray a battu .a dunkerque qui s'appelais renvial que ray a battu par ABANDON au 10éme round .quand a moi j'ai rencontre renvial en amaTeur au championat des flandres a cette epoque tres tres loin de ray car j'etais un tout petit boxeur amateur avec quand meme un titre de champion du nord du dixtrique maritime.je suis tres triste de savoir que ray na plus de domicile sur cette terre,?mais habitera toujours dans mon cœur.GILSON MARCEL
PermalienPermalien 05.09.17 @ 16:17

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software