Archives pour: Avril 2014

30.04.14

Permalien 18:45:25, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Madrid capitale du football européen grâce au Real et à l'Atletico


1/2 finale retour de C1
Mercredi 30 avril 2014
Chelsea 1-3 Atletico Madrid

But pour les Blues: Torres (36e)
Buts pour les visiteurs: Adrián (44e), Diego Costa (60e pen.), Turan (72e)

AVANT MATCH
Après le 0-0 du match aller, tout reste possible lors du second volet de la dernière 1/2 retour qui suit le festival madrilène à Munich.
Les hommes de Mourinho doivent gagner par un but de plus que les visiteurs qui espèrent marquer vite pour faire douter les Blues.
La dernière sortie de Chelsea a été héroïque à Liverpool.
J’espère voir un grand Hazard, joueur d’exception qui doit confirmer au plus haut niveau pour imposer encore davantage son football dans la galaxie actuelle.
En face, les joueurs de Diego Simeone n’ont rien à perdre. Ils sont la surprise de la saison, avec la Roma de Rudi Garcia. Comme quoi la L1 est vraiment un grand centre de formation.
L’équipe qui va gérer le mieux la pression s’imposera.
A Munich, on a vu un Bayern paralysé et un Real libéré.
Voilà pourquoi le début de match d’un 1/2 retour est capital.
Plus tôt l’adversaire est dans les cordes, plus tôt il se met à doute, à gamberger surtout si le camp adverse n’a pas de puncheur pour répondre vite.

APRES LE MATCH
Comme lors de la première 1/2 finale retour entre le Bayern Munich écrasé par le Real Madrid… le second club de Madrid, l’Atletico, a dominé son sujet à Londres.
Le football espagnol continue sa domination dans le monde et en Europe.
Mourinho le calculateur n’a pas su répondre à l’enthousiasme des joueurs de Diego Simeone.
C’est le football qui a gagné les 29 et 30 avril 2014.
Jouer simplement c’est le plus difficile. Et l’Atletico Madrid joue simplement un football direct basé sur l’enthousiasme collectif. La grinta est la face visible de l’iceberg.
Quand on pense qu’au départ, il y a tant de clubs, tant de pays représentés et qu’à la fin on retrouve deux clubs madrilènes, on reste baba. Vraiment les Espagnols sont des sportifs de très haut niveau: football, cyclisme, tennis, pilotes, et même Matignon et mairie de Paris ! Beau tableau de chasse. Nous sommes tous des Espagnols! L’Atletico est le Petit Poucet qui s’invite dans la cours de grands. Tous les affairistes du football vont vouloir engager Diego Simeone. La finale est loin d’être jouée entre l’Atletico et son ennemi de toujours le Real. Il se peut que le Real soit dominé par des joueurs qui n’auront aucun complexe.
Diego Simeone a embrassé un à un tous ses joueurs qui retournaient dans le vestiaire londonien.
Pour expliquer sa défaite, José Mourihno a confié qu’il entraînait son club depuis moins longtemps, par rapport à son homologue de la 1/2 finale. Cela s’appelle de la mauvaise foi. Mourinho ne reconnaît jamais la défaite. Pour lui il ne perd jamais. Là, il doit se dire: on perd parce que Samuel Eto’o provoque un penalty.
A la vérité, l’Atletico a régné sur le match, sans forcer son talent.

"70 ans de Café-Concert (1848-1918)" de Pierre-Robert Leclercq (Les Belles Lettres)

Avant le music hall où débuta l’immense Gabin, il y avait Caf’Conc’. Gabin est l’honneur du spectacle français, à la fois chanteur, acteur, résistant et paysan.

« Pour venger la France
Qu’il f’rait bon, f’rait bon, f’rait bon
Pour venger la France,
Qu’il f’rait bon mourir. »
Jadis on chantait ce genre de chanson sur l’air d’Auprès de ma blonde. Cela me fait penser à Antoine Pinay qui disait : « Mon père aurait été fier que je meure pour la France mais moi je ne voudrais pas que mon fils aille se faire tuer à la guerre… » Vous saisissez la différence. Et cette confidence est de la bouche de Pinay qui n’est pas n’importe quel quidam.
Le livre de Pierre-Robert Leclercq est une mine pour tous ceux qui aiment la chanson. Bien avant la commercialisation du disque, il y a eu la mode du Caf’Conc’. Il y en avait aussi bien dans les quartiers ouvriers que dans les zones chics. L’essayiste a remonté le temps pour bien nous faire comprendre la bascule entre le Caf’Conc’ vers le music-hall. Sous sa plume défilent Aristide Bruand, Yvette Guilbert, Félix Mayol et bien d’autres dont l’oubliée Théresa qui révolutionna la chanson avant Trenet, Brassens, Berl et Ferré. Jules Vallès et Edgar Degas étaient admirateurs de la chanteuse qui ouvre la voie à Fréhel et à tant d’autres jusqu’à la Môme Piaf.
Quelques anciennes grandes adresses ? Le Casino Cadet (1859), les Folies Bergères (1859), le restaurant-café l’Horloge (1840), le café-concert l’Alcazar (1856)… Les directeurs de salle étaient hyper importants. Ils donnaient le «la» dans leur établissement qui pouvait être le lieu du comique, de la rébellion, de la sensualité et le plus souvent des trois réunis. A la fin de la guerre 1914-1918, la mode du Caf’Conc’ est passée. Voici venue le temps du music-hall à l’image du Moulin Rouge au pied de la Butte Montmartre qui se recycle très bien. Le temps a passé depuis les pionniers du Caveau de 1750.
Parmi tous les faits historiques recensés dans cet ouvrage on séjourne un moment au Procope du nom d’un italien qui racheta le café qui porte son nom au Persan Grégoire, en 1670. Cet établissement devient le lieu préféré des écrivains qui découvraient la nouvelle boisson à la mode : le café. De ce mot découla l’invention du Caf’Conc’.

-70 ans de Café-Concert (1848-1918)
de Pierre-Robert Leclercq
préface de Benoît Duteurtre
Les Belles Lettres, 189 p., 19, 50 €

Permalien 17:03:32, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Cristiano Ronaldo en route pour son 3e Ballon d'Or

C. Ronaldo n’en finit plus de nous régaler. Il joue toujours aussi bien avec ou sans ballon. A Munich, il a mis le feu dans la défense des Bavarois qui ne savaient plus où donner de la tête sur corner et coup franc. Ramos en a bien profité. Le 29 avril 2014, l’arrogant et prétentieux gardien du Bayern, Neuer, a plus ressemblé à un chercheur de champignons qu’à un goal bien sur ses assises. Cloué au sol sous les banderilles des toreros du Real.

Bon de la tête et deux pieds, spectaculaire, intelligent, volontaire, buteur, passeur, altruiste, équipier modèle, exemplaire en tous points de vue, Cristiano Ronaldo, depuis une décennie, s’est imposé au plus haut niveau, à force d’un travail acharné.
Orphelin très tôt, il est passé dans la catégorie des très grands joueurs grâce à Sir Ferguson qui l’a accompagné sans cesse à Man United pour l’aider à se réaliser pleinement.
Beau gosse, il a fait des envieux dans le monde entier, surtout parmi les journalistes qui sont à 90% des “ratés sympathiques” comme les appellent Robert Charlebois.
Les médias l’ont fait passer pour un cover boy comme s’il n’était qu’un marchand de slips mais il ne faut pas confondre CR7 avec Beckham qui a abandonné le football pour n’être plus qu’une icône.
La presse a inventé une biographie pour CR7, le faisant passer pour un oiseau de nuit alors que c’est un professionnel sans faille. Toujours bien préparé physiquement, jamais en surcharge pondéral.
La vérité c’est que CR7 pense à tout. Il se met dans les meilleures conditions.
De surcroît, il a l’art de l’esquive pour éviter les coups donc les blessures.
Plus vous êtes en vue sur un terrain, plus vous risquez de grosses charges.
Athlète complet, il joue quasiment tous les matchs.
Compétiteur insatiable, winner, ludique, joueur, roublard dans le grand sens, du terme, CR7 a réussi autant à Man United qu’au Real Madrid.
Il croule sous les records mais en veut toujours davantage.
En France, il est la plupart du temps traîné dans la boue. Les plumitifs ont osé dire que F. Ribéry méritait le Ballon d’Or, c’est dire qu’une chanteuse en play back chante mieux que Piaf.
CR7 donne toujours des réponses sur le terrain et jamais dans les journaux, à la différence des autres.
Attentif à tout, il a même pris soin de saluer Roy Keane à Munich avec le coup de sifflet final de Bayern Munich (0-4), en 1/2 retour de C1. CR7 n’a pas oublié qu’il a joué à MU avec Roy Keane, désormais consultant.

Permalien 00:17:59, Catégories: LA MAISON BLANCHE, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Le Real Madrid met K.O. la Bavière: 0-4

Le Real Madrid va disputer sa 13e finale de C1. Les Madrilènes vont jouer pour ramener la 10e C1 à Madrid. EXTRAORDINAIRE. CR7 a été rendez-vous, il a marqué deux buts et sur corner il a tant mis le feu que les Bavarois n’ont pas fait attention à Ramos.

1/2 retour de C1
Mercredi 29 avril 2014
Bayern Munich 0-4 Real Madrid

Buts pour le Real: Ramos (16e, 20e), Cristiano Ronaldo (34e, 89e)

Composition de départ du Bayern Munich : Neuer - Lahm ©, Boateng, Dante, Alaba - Kroos, Schweinsteiger - Robben, Müller, Ribéry - Mandzukic
Manager: Pep Guardiola

Real Madrid : Casillas © - Carvajal, Ramos puis (75e) Varane, Pepe, Fabio Coentrao - Modric, Xabi Alonso, Di Maria puis (84e) Casemiro - Bale, Benzema puis (80e) Isco, C. Ronaldo
Manager: Carlo Ancelotti

Vous avez-vu le coup de franc de Cristiano Ronaldo ?
D’habitude, il les tire en pleine lucarne ou sous la barre, cette fois il a choisi le ras de terre… Le mur du Bayern s’est soulevé comme un seul homme et le ballon de CR7 est allé au fond des filets. Chapeau! Du grand art ludique, l’essence du football. CR7 fait mentir Racine qui a écrit dans la Thébaïde: “La terre a moins de rois que le ciel n’a de dieux". En effet, CR7 incarne l’accord parfait du pied avec la terre, l’accord tant souhaité par Albert Camus.
Les visiteurs du soir en ont claqué quatre et puis ils sont repartis. Ce fut: on vient, on claque et on s’en va!
Il n’y a pas eu photo comme on dit.
Est-ce que le deuil de Mourinho, qui a perdu son ami Vilanova, a contaminé tout le vestiaire Bavarois ?
C’est en tout cas un Bayern éteint qu’on a vu.
Le Real a réalisé un match parfait. Bon dans tous les secteurs du jeu.
On a vu un Modric métronome du milieu de terrain.
Ramos, un taureau aérien. Ce joueur est un compétiteur exceptionnel. Une grinta perpétuelle.
Xabi Alonso, un rocher mobile hélas! suspendu pour la finale.
Benzema excellent dans la transmission de balle, un relayeur d’une grande finesse.
Bale, une locomotive lancée à toute blinde.
Di Maria, une mouche Tsé-Tsé en pleine activité. Il pique, il endort.
Enfin, C. Ronaldo… Royal. Une intelligence de chaque instant. Un artiste dans toute sa splendeur.
Cette saison le double Ballon d’Or a marqué 16 buts en C1. Ils sont où ces détracteurs ? Tous des ignares, des jaloux, des voyants-aveugles. CR7 a fermé leur clapet. Et toujours cette joie enfantine exprimée quand il réalise un nouvel exploit.
Dans l’autre camp, on n’a rien vu, à l’image d’un affligeant Ribéry. Dire qu’il y a quelques temps les médias français l’avaient envoyé au Real ! Les Madrilènes se félicitent toujours de sa non venue. Que pourrait-il faire au Real ? Ramasseur de ballons, non ! mieux technicien de surface dans les vestiaires de San Bernabeu. On n’a pas vu davantage Robben qui s’est emmêlé les pinceaux.
On risque de voir en finale Real Madrid-Chelsea.
Qu’il est doux de dormir quand le Real Madrid est en finale de la C1.
Battre les Allemands offre toujours un immense bonheur, surtout que cette fois ils ont été mis genoux à terre chez eux, à Munich. Double plaisir.

29.04.14

Bayern Munich-Real Madrid, Acte II. La finale avant l'heure

Va-t-on voir un show Ronaldo ? C’est possible. Il aime les matchs à haute pression.

1/2 retour de C1
Mardi 29 avril 2014, 20 h 45
Bayern Munich-Real Madrid

Résultat de la 1/2 C1 aller
Mercredi 23 avril 2014 (20 h 45)
Real Madrid 1-0 Bayern Munich
But pour le Real: Benzema (19e)

Si C. Ronaldo est dans un grand soir, le Real Madrid se donnera la possibilité d’aller en finale pour essayer de remporter sa 10e C1.
Si Robben est dans un grand soir, c’est le Bayern Munich qui pourra aller tenter de conserver son trophée.
La vraie star des Bavarois c’est Robben et non pas Ribéry comme les médias français cherchent à nous le faire croire par un bourrage crânes incessant. Ils essayent d’inventer une star médiatique car plus personne ne fait vendre depuis les retraites de Cantona et Zidane. A un moment, ils ont tablé sur Y. Gourcuff mais le joueur a disparu des écrans radars.
J’apprécie beaucoup le réalisme allemand mais le problème - comme dirait Beckenbauer- c’est qu’avec Guardiola, le Bayern joue contre nature. Au lieu de traverser le terrain en deux passes, ils en font 250 !
Soit cela va passer soit cela va casser.
Le Real lui va jouer comme toujours, en contre-attaque, avec les flèches Bale, CR7 et Bale cela peut faire gros bobo. Benzema, lui, est une masse athlétique très impressionnante, un mur roulant capable de transmettre la balle avec une promptitude déconcertante. Le Français a amélioré sa qualité de passe de manière fantastique. J’ai remarqué ce changement depuis la nomination de Zidane comme adjoint d’Ancelotti. J’y vois là un apport compatriotique zidanien.
Mon cœur vivre pour le Real Madrid.
Je n’aime pas le Bayern hispanisant qui a perdu en puissance.
J’imagine José Mourinho devant son poste de télé: “Ils peuvent bien rêver… c’est moi qui vais gagner!”

28.04.14

Permalien 23:01:43, Catégories: THE RED DEVILS, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Luis Suarez élu meilleur joueur de l'année en Angleterre alors qu'il ne va rien gagner avec Liverpool. Eden Hazard, lui, a été élu meilleur jeune.

Les joueurs d’Angleterre ont élu Luis Suarez meilleur joueur de la Premier League 2013-2014. L’attaquant international uruguayen de Liverpool est l’auteur de 30 buts pour l’instant. Notons qu’il n’a marqué presque exclusivement contre des clubs modestes.
Eden Hazard, lui, a été élu meilleur jeune joueur devant Sturridge et Shaw. Le Belge est un pur joyaux.

Le onze type de la saison en Premier League:

Cech (Chelsea) - Shaw (Southampton), Kompany (City), Cahill (Chelsea), Coleman (Everton) - Hazard (Chelsea), Yaya Touré (City), Gerrard (Liverpool), Lallana (Southampton) - Suarez (Liverpool), Sturridge (Liverpool)

Il y a donc cinq joueurs anglais.
ET puis trois joueurs de Liverpool.
Trois de Chelsea.
Deux de City.
Aucun de Man United, on comprend pourquoi.
Et pas davantage d’Arsenal qui a pourtant bien animé le début de saison avec Ramsay.

Notons la présence de Gerrard qui vient sans doute de faire perdre le titre à Liverpool en offrant bêtement une passe décisive à Demba Ba (Chelsea) qui ne s’est pas gêné pour marquer le premier but des Blues qui ont gagné 0-2. Ce but est comme la vengeance du ciel ! En effet, il n’y a pas si longtemps, lors d’un match contre Chelsea, Gerrard offrit une passe à l’adversaire - sa spécialité!- à Drogba pour que Chelsea soit champion à la place de Man United. Gerrard ne pèse pas lourd face à Yaya Touré ou Paul Scholes. Gerrard est un joueur surcoté, comme le Français Ribéry. Des intermittents du talent. Certes Gerrard est meilleur que Fellaini.
Un certitude: il est stupide de faire voter avant la fin du championnat.
Décerne-t-on la Palme d’or du Festival de Cannes sans avoir vu tous les films ?
Notons que le meilleur jeune, Hazard, peut lui gagner des trophées dont la C1.
Hazard a la grande classe. Gerrard ? Une invention médiatique, le mythe du pauvre de Liverpool qui devient riche. Le working class hero si bien chanté par John Lennon, lui un authentique génie de Liverpool.

Permalien 14:44:39, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les Red Devils et les fans ne veulent pas de Louis van Gaal

Je n’ai rien contre Louis van Gaal mais ce dernier me ferait grand plaisir s’il signait ailleurs qu’à MU. Pour être entraîneur de MU il faut savoir résister à la pression. Avez-vous vu le calme de Giggs quand il est entré comme coach à Old Trafford dont il connaît le moindre centimètre ? Il a souri juste avant de sortir du tunnel. Calme et fier. MU est un club à part qui n’a connu que deux grands coachs depuis 1945.

Si je devais choisir, je préfère perdre avec Giggs que gagner avec van Gaal.
Je n’ai rien contre les Pays-Bas, bien au contraire je suis un inconditionnel de Rinus Michels, Cruyff, Neeskens… J’ai été Hollandais dans les années Orange version 1970.
A la vérité, tous les vrais connaisseurs de MU savent qu’il faut une solution interne.
Tous les Red Devils adhèrent au projet de Giggs qui plait aux joueurs et aux fans.
Giggs n’est pas un bouche-trou !
Le week-end du 26 avril 2014, il y a eu des signes: Giggs a redonné du dynamisme à Man United qui par ricochet a paralysé Liverpool face à Chelsea.
Gerrard a joué la peur au ventre, petit pied ! Résultat: Liverpool a perdu trois points capitaux pour gagner le titre 2014.
Tout ça pour dire que MU ne doit pas faire appel à un coach qui va arriver avec ses “idées” comme MU avait besoin d’un ancien de l’Ajax pour savoir jouer au football.
Giggs connaît par cœur MU, il faut le laisser travailler.
A l’hôpital, on doit suivre un protocole et non pas deux différents en même temps, “au foot c’est la même chose” m’a dit Léon Schwartzenberg qui était ultra compétent en ballon rond.

Man UNITED est un arbre
Les racines ? Sir Busby
Le Tronc ? Sir Ferguson
Les Branches ? Giggs, futur Sir

En cette fin de saison, Man United ne regarde pas le classement.
Seul compte les trois derniers matchs qui seront trois victoires après le premier succès de Ryan Giggs sur le banc de l’entraîneur entouré des Ferguson Babes. Oui, seront et non pas doivent être.

03 mai Manchester United - Sunderland (16 h)
06 mai Manchester United - Hull City (20 h 45)
11 mai Southampton - Manchester United (16 h)

Les médias qui se réjouissent de la perte de vitesse de MU, au profit de Chelsea, City et Liverpool, poursuivent leur travail de déstabilisation de MU en annonçant que Louis van Gaal est sur le point de signer à MU au poste de coach.
Le mieux c’est que van Gaal signe à Tottenham ou à Trifouillis-les-Oies.
Aucun fan de MU ne veut voir le Néerlandais à la tête de MU.
Cela serait un David Moyes bis.
Observons la liste des coachs de MU depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale:

Du 15 février 1945 au 11 août 1969 Matt Busby

Du 6 février 1958 à juin 1958 Jimmy Murphy
Du 11 août 1969 au 29 décembre 1970 Wilf McGuiness
Du 29 décembre 1970 au 8 juin 1971 Matt Busby
Du 8 juin 1971 au 19 décembre 1972 Frank O’Farrell
Du 22 décembre 1972 au 4 juillet 1977 Tommy Docherty
Du 14 juillet 1977 au 30 avril 1981 Dave Sexton
Du 9 juin 1981 au 4 novembre 1986 Ron Atkinson
Du 6 novembre 1986 au 1er juillet 2013 Sir Alex Ferguson

Du 1er juillet 2013 au 22 avril 2014 David Moyes Écosse

Depuis le 23 avril 2014 Ryan Giggs

On est frappé par la longévité de Busby et Ferguson. Giggs est leur héritier, et il faut lui confier les clefs.
Dès qu’il a pris ses nouvelles fonctions, Giggs a parlé de “plaisir, de joie, de confiance, de rendre joyeux les fans". Ces mots n’ont jamais été prononcés par Moyes car il faut beaucoup de force pour parler de ces choses-là qui font un peu bébêtes alors qu’elles sont essentielles.
Bien sûr Giggs et ses adjoints ont la compétence qui va avec.
De surcroît, ils ont la culture du club.
Ce n’est plus le moment d’appeler quelqu’un de l’extérieur.
Les affaires de famille se règlent intramuros. Un coach extérieur serait vu comme un intrus s’il vient à prendre la suite de Giggs qui n’est pas exactement un quelconque joueur de club que l’on nomme par intérim en attendant mieux comme on le voit parfois en L1.
Giggs ce n’est pas Alain Poher mais plutôt Charles de Gaulle.
En un match, il a déjà réussi à redonner du souffle. Rien à voir avec du nouveau tout beau. Giggs pèse 35 trophées avec MU !
Le joueur le plus titré de l’Histoire mondiale du football sait qu’il faut installer un tourbillon pour que les joueurs ne pensent plus qu’à leur performance collective sans se soucier de leur cas personnel.
Faire venir van Gaal c’est encore une fois casser l’unité du club.
Mourinho ou Guardiola, là d’accord, car il s’agit de caméléons qui se fondent dans le club avec un talent gigantesque. Ancelotti sans doute aussi.
Les autres sont des pièces rapportées.
MU a la particularité de vivre en autarcie tout en étant ouvert sur le monde.
C’est un club familiale à l’heure de la mondialisation.
Giggs, Scholes, Butt et P. Neville ont joué plus de 2000 matchs sous le maillot de MU.
Nous sommes en face d’un mur de Red Devils.
Rio Ferdinand, 35 ans, a déclaré qu’il souhaite prolonger à MU avec Giggs comme coach.
Ferdinand est un taulier, du ciment de vestiaire.
Moyes a laissé partir Vidic à l’Inter Milan.
Ryan Giggs va conserver Ferdinand dans l’effectif de la Red Army. On ne se sépare pas du ministre de la défense de la Red Army.

L'intelligente réponse de Dani Alves au racisme

Voici l’illustration de ce que j’ai toujours pensé.
Beaucoup de joueurs très limités techniquement font tout un plat quand un débile fait fuser les attaques racistes.
Certains joueurs ont eu une gloire éphémère car ils sont venus pleurnicher dans les médias. On a déjà oublié leur nom.
Dans le passé récent, Vieira a lui aussi répondu à des attaques racistes de belle façon.
Le 27 avril 2014, le Brésilien Dani Alves a reçu une banane. Au poteau de corner… Il l’a ramassé et en à croquer un bout.
Sublime réaction de l’intelligence humaine.
Il faut savoir que le latéral est l’un des plus grands défenseurs de l’Histoire du football.
Je pensais que Cafu avait atteint l’excellence mais Alves est au-dessus.
Depuis Giacento Facchetti je n’avais pas vu un latéral de ce calibre.
Le Brésilien transforme en défenseur l’ailier censé le déborder !
Merci Monsieur Dani Alves. Socrates aurait apprécié votre non violence qui rime avec intelligence.
Dani Alves n’a pas accepté le racisme, il a répondu par un tacle magistral.

27.04.14

Permalien 13:18:54, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Fantastique ! Les Blues de Mourinho fracassent Liverpool et remettent en selle Man City

Le Winner a répondu présent dans le match important du week-end anglais après avoir perdu contre la lanterne rouge, à Londres. Après une année éprouvante, José Mourinho a encore la force de surprendre. Cette saison il n’a pas perdu contre City et les Reds.

Dimanche 27 avril 2014 (15 h 05)
Liverpool 0- 2 Chelsea
Buts pour les Blues: Ba (45e + 3), Willian (90e + 3)


Crystal Palace 0 - 2 Manchester City
Buts pour les Citizens: Dzeko (4e), Touré (43e)


Classement avant la 36e journée:
1 Liverpool 80 pts 35/ 25 5 5/ 96 44/ + 52
2 Chelsea 75 35/ 23 6 6/ 67 26/ + 41
3 Manchester City 74 34/ 23 5 6/ 91 35/ + 56

Classement après la 36e journée:
1 Liverpool 80 36/ 25 5 6/ + 50
2 Chelsea 78 36/ 24 6 6/ + 43
3 Manchester City 77 35/ 24 5 6/ + 58

Avant le match:
C’est très pénible de voir que MU est hors course mais il faut quand même reconnaître que Liverpool joue très bien en 2014.
Les Reds vont remporter le titre 2014
La guerre des trophées a repris. Il a suffi que MU se trompe avec Moyes pour que les Reds gagnent leur premier titre presque depuis 25 ans !
Man United a gagné 20 championnats, et Liverpool bientôt 19…
Les Reds remontent sur le perchoir d’où les avait tomber le MU de Sir Ferguson.
Effet de vases communicants, Liverpool remonte à la surface parce que MU a baissé.

Après le match:
C’est le football qui a gagné !
Alors que j’imaginais vainqueur Liverpool 3-1, les Reds ont perdu 0-2.
Mourinho a été encore une fois grandiose. Après la défaite de ses joueurs à domicile, contre la lanterne rouge, il avait déclaré:
“On a perdu le titre…” Sous-entendu, Liverpool peut le gagner. Ensuite, il a dit qu’il présenterait une équipe B à Liverpool. Il a ainsi démobilisé Liverpool… Résultats des courses: Mourinho a sans doute fait perdre le titre aux Reds en gagnant 0-2 devant des joueurs de Liverpool qui se sont vus trop beaux.
Le coup de grâce à été double: deux buts en fin de mi-temps.
Le premier est arrivé à cause d’une glissage incroyable de Gerrard qui n’a jamais brillé par son intelligence.
C’est un joueur complétement surcoté qui n’a jamais remporté un seul championnat avec Liverpool.
Par comparaison pensez à Giggs qui en a gagné 13 à Man United.
Cette saison, Gerrard n’a pas marqué un seul but en jeu, il n’a scoré- comme disent les Anglais- que sur stop-ball (coup de pied arrêté).
Quant à Suarez un coup d’œil sur sa liste de buts permet de constater qu’il marque quasi essentiellement contre des clubs modestes à la défense perméable.
En Angleterre, un sacre en Premier League a plus de prestige que la C1 que Gerrard possède à son tableau de chasse.
La C1 est là pour démontrer à l’Europe qu’un club anglais n’est pas bon qu’en Angleterre mais sur l’île il faut d’abord être maître dans son pays.
Une chose est certaine, les Reds, comme les Verts en France, sont les chouchous de médias. MU n’est aimé que par les fans de MU. Les autres supporters, ceux des clubs qui ne gagnent jamais rien, sont pour les Reds et non pas pour MU.
La mauvaise passe de MU a rendu joyaux des millions de gens !
A la fin du match, Demba Ba, le massacreur du rêve des Reds, a déclaré:
-"Je suis resté à côté de Gerrard. Je pensais qu’il allait se passer quelque chose. Sans doute de la télépathie". (Rires)
Liverpool ne gagnera sans doute pas son 19e titre. Tant mieux pour MU qui va conserver sa suprématie avec 20 sacres.
Les non amateurs de sports ne peuvent pas comprendre cette comptabilité: ils ont tué toute leur enfance en eux.
Désormais, les Citizens sont en position de force.
La fin du championnat anglais est une nouvelle fois merveilleuse.
Et Mourinho est le plus grand entraîneur en activité.
Malin, rusé, roublard, il a beaucoup de flèches dans son carquois.
La fin de saison n’a pas encore livré ses conclusions, en Angleterre, en Espagne et en Italie.

Permalien 12:14:29, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Les Beatles de Man United redonnent la joie de vivre au peuple rouge

Avec Giggs aux commandes de MU c’est la connexion réussie avec l’Histoire de MU. L’esprit des Flowers of Manchester est de retour !
J’aime quand les grands joueurs prennent le pouvoir. Je voulais voir Giggs et Scholes à la tête de MU, nous y sommes. Ils nous ont déjà tant donné sur la pelouse. Plus tard, j’espère voir aussi Eric Cantona coach de MU. La seule ombre au tableau: le départ de Vidic.

J’en rêvais, Ryan GIGGS l’a fait !
Et dire que des écrivassiers le salissaient encore, la semaine de sa nomination à la tête du staff technique de MU, sans dire qu’un policier ripoux avait intercepté les SMS du Gallois pour les vendre à la presse.
Ryan Giggs est le joueur le plus titré du monde. Pourquoi personne ne le dit alors que des plumitifs se mettent à genoux devant Ribéry ?
Giggs est une légende vivante, un ailier de génie qui a fait les grandes heures de l’ère Ferguson.
Sir Ferguson a longtemps interdit à Giggs de répondre aux journalistes.
Sir Ferguson a protégé Giggs en ne le faisant pas jouer les matchs violents à l’extérieur.
Sir Ferguson considère Giggs comme son fils car le Gallois a été surtout élevé par sa mère.
Sir Ferguson a empêché Giggs de jouer dans le Calcio ou la Liga.
Sir Fergsuon n’a jamais transféré Giggs et Scholes alors qu’il a mis Beckham à la porte. Il a programmé les deux artistes pour qu’ils deviennent coachs.
Sir Ferguson n’a pas voulu que Giggs devienne le sélectionneur du Pays de Galles, poste qu’on lui a proposé à la mort de Gary Speed.
Ryan GIGGS c’est l’homme de tous les records.
Record mondial de titres.
Record de matchs joués à MU.
Encore joueur à 40 ans.
Série en cours.
Ryan perdra des matchs mais il en gagnera beaucoup et avec la manière.
strong>Man United n’a pas besoin de Louis van Gaal qui n’est pas de la dimension de Rinus Michels.
Ryan Giggs c’est Paul McCartney
Paul Scholes c’est John Lennon
Nicky Butt c’est George Harrison
Phil Neville c’est Ringo Star
Sir Ferguson c’est Brian Epstein, me souffle mon ami Richard Kurt.
Le football est très proche de la musique.
Avec Moyes, MU n’avait pas de partition.
Ryan Giggs, lui, sait donner le bon tempo.

[Post dédié à Eric Cantona qui a formé tous les Ferguson Babes]

Permalien 01:53:01, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

26-4-2014: les grands débuts du coach Ryan Giggs, le joueur le plus titré de l'Histoire du football

Coach Giggs dégage de l’élégance, de la confiance, de la concentration, du métier, de la compétence. L’angoisse moyesienne a disparu. Ouf ! Place au right man in the right place.

Ce fut une journée grandiose !
Voir Giggs dans la peau d’un coach. Voilà une belle Histoire.
Giggs est du niveau de C. Ronaldo et de Messi.
Il n’a pas eu de Ballon d’Or ce qui est démentielle injustice car c’est le plus grand gagnant de l’Histoire du football.
Il a plus gagné que Pelé et Maradona. Etre Gallois est un handicap au plan des compétitions internationales.
Le voir coach à MU, le club de sa vie, est un événement qui devrait faire la une de tous les journaux.
Giggs représente tous les joueurs de MU: Duncan comme Best, Charlton et Cantona.
En plus, il est accompagné de Scholes et Butt qui mâchent du chewing-gum comme Sir Ferguson.
Quand on a vu Giggs coacher son premier match, on a eu l’impression qu’il a fait ça toute sa vie.
La famille Glazer doit laisser aux commandes sportives les 4 Beatles de Man United.

Permalien 01:05:36, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Les Beatles de Man United (Giggs, Scholes, Butt et Neville) ont donné un premier grand concert 4-0

Voir Ryan Giggs entraîner MU est un rêve qui se réalise. Merci à ce grand Monsieur.

Samedi 26 avril 2014
Manchester United 4 - 0 Norwich City

Buts pour les Red Devils: Rooney (41e pen., 48’), Mata (64e, 73e)

Manchester United:
De Gea/ (6) Bon match
Jones (7) Solide
Ferdinand (6) A assuré
Vidic © (6) Et dire que Moyes l’a laissé partir à l’Inter. Faute professionnelle !
Evra/ (6) Correct. Devrait rester à United. Giggs ce n’est pas Moyes…
Valencia (7) Du jus
Carrick (6) Du volume
Cleverley (4) Trop maladroit, puis (72e) Chicharito (4) A raté l’immanquable, c’est un événement inhabituel
Kagawa (6) Du mouvement, puis (65e) Young/ (4) Pas assez collectif
Welbeck (5) Remuant puis (60e) Mata (9) La grande classe. Merci Moyes !
Rooney. (9) Retrouve son grand niveau

Sur le banc: Lindegaard, Smalling, Nani, Fletcher

Manager: Giggs (10) Le sans faute

J’avais prévu un 5-0 net et sans bavure, hélas! Chicharito nous a mangé la feuille de match alors qu’il avait bien préparé son action qu’il a mal terminée. Je ne lui en veux pas du tout: le Mexicain manque de temps de jeu et donc a un problème d’ajustement, d’automatisme de cadrage. Cela part aussi vite que ça peut revenir !
Giggs a réussi son examen de passage, joueur à coach. Il ne lui a suffi que d’une mi-temps.
Après 0-0 au terme des 45 premières minutes, les Red Devils ont marqué 4 fois!
Oh! je sais les antis MU vont dire que MU n’a battu personne, que MU ne joue pas le titre, ainsi de suite, mais les fans de MU savent que le club a vécu une très importante journée.
L’entrée de Ryan Giggs restera un moment inoubliable.
Comme il porte bien le costume ! La classe innée ! Autre chose que le mannequinat façon Beckham.
Près de 1000 fois, Giggs était entré à Old Trafford comme joueur. On vient de le voir entrer comme coach. Magnifique. Fantastique. MU est le seul club au monde à avoir donné ce grand moment qui a fait de l’ombre au match du lendemain (Liverpool-Chelsea).
David Moyes… J’espère qu’il a vu le match. Ryan Giggs a redonné de la confiance là où l’ex coach n’a apporté qu’angoisse et doute, à l’image de Fellaini, porté au rayon des disparus.
MU a retrouvé sa joie de vivre, son dynamisme, son culot. MU is back !
MU A rejoué par les ailes. Ssns Fellaini, trop maladroit. Sans Januzaj, trop jeune pour porté le poids de l’équipe comme le lui a fait porter Moyes.
Le coaching de Giggs a été payant avec l’entrée de Mata en seconde mi-temps. Mata ce n’est pas Fellaini, Mata c’est un grand joueur de football. Fellaini devra se Demoyestiné pour se relancer.
A la fin du match, une image m’a sauté aux yeux.
Celle de Giggs, Scholes, Butt et P. Neville, quatre garçons dans le vent !
Liverpool a les Beatles, Man United à les Ferguson Babes, les Cantona Babes !
MU n’a pas besoin d’un coach venait de je ne sais où.
L’heure de Giggs-Scholes-Butt-Neville a sonné. C’est maintenant !
Les Beatles de Man United vont nous donner de grands concerts.
Giggs en costume. Scholes, Butt et Neville en survêtement.
Giggs, l’artiste. Scholes, Butt et Neville en bleu de chauffe.
L’image du club résumée: le spectaculaire et le travail.
Les Beatles étaient contents mais non manifestés aucun triomphalisme.
Ces quatre hommes ont la clef du nouveau bonheur.

26.04.14

Permalien 16:11:34, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le premier Onze de Giggs: MANCHESTER UNITED IS BACK !

Samedi 24 avril 2014, 18 h 30
Manchester United - Norwich

Pronostic: 5-0 pour les Reds Devils

Les Red Devils… Ils sont là, ils sont de retour !
Les chats noirs d’Everton ont disparu, ouf !
Ca va barder, ça va saigner !

Manchester United
de Gea/
Jones
Ferdinand
Vidic ©
Evra/
Antonio Valencia
Cleverley
Carrick/
Welbeck
Rooney
Kagawa

Sur le banc: Lindegaard, Smalling, Fletcher, Nani, Nani, Mata, Young, Chicharito

Manager: Ryan Giggs

La prise de fonction de Ryan Giggs fait penser au retour de Cantona après sa suspension.
Tout le peuple rouge attend un regain d’énergie.
MU transforme un match banal en grand rendez-vous.
Il fallait agir de la sorte pour ne pas laisser tout l’espace médiatique à Liverpool et à Chelsea.
Le renvoi de Moyes et la nomination de Giggs produit un double électrochoc.

Permalien 08:08:04, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'appel de Ryan Giggs aux Red Devils: "Assurez le spectacle!"

Premier match de Manchester United avec Giggs sur le banc des Managers, épaulés par Scholes, Butt et P. Neville.
Samedi 24 avril 2014, 18 h 30
Manchester United - Norwich
Pronostic: 5-0 pour les Reds Devils

Ce 24 avril 2014 restera un grand jour. Celui de la résurection de MU qui renoue avec ses valeurs de travail incessant + joie de jouer.

-Vos premières impressions de coach ?
-"Je viens de vivre une semaine folle, et ce, depuis mardi matin 22 avril quand le directeur général Ed Woodward m’a demandé de prendre les rênes de l’équipe pour les quatre dernières journées, ce à quoi je n’ai pas hésité à répondre favorablement. Depuis mardi, la semaine a été complètement folle.”

-Quel est le mot pour mieux définir le moment ?
-"Je dois dire que je n’ai jamais été aussi fier de ma vie. Je supporte Manchester United depuis toujours, ce club prend la plus grande partie de mon temps depuis mes 14 ans, date de ma première licence. Je suis fier, heureux et un petit peu nerveux, mais comme quand je suis joueur, j’ai vraiment hâte d’être à samedi, au coup d’envoi. Oui, j’ai hâte d’être à 17h30 et d’entrer à Old Trafford. Je sais que le stade sera bouillant et que les supporters seront derrière nous. C’est un moment que j’attends depuis le début de la semaine. Les joueurs ont été excellents tous ces derniers jours, ils sont en pleine forme. Sauf van Persie et Rafael sont out.”

-Qu’avez-vous dit au joueurs ?
-"Je leur ai simplement dit : “Je vous fais confiance, je sais de quoi vous êtes capables alors montrez-le samedi et faites plaisir aux supporters. Assurez le spectacle, marquez des buts, taclez, faites circuler le ballon rapidement, donnez du tempo.” C’est ce qu’on a fait à l’entraînement alors les joueurs seront prêts contre Norwich.”

-Et l’entente avec vos amis Scholes, Butt et Neville ?
-"Nicky Butt s’occupait de l’équipe réserve donc je lui ai demandé de venir m’épauler en équipe A et il était très content. Ensuite j’ai passé un coup de fil à Scholesy parce que je sais ce que le club signifie pour Paul et les autres. Ils ressentent la même chose que moi: ils donneront tout en peu de temps pour connaître le succès et, espérons-le, finir cette saison de frustration sur une bonne note.”

-United c’est quoi, pour vous, sa façon de jouer ?
-"Je veux que les joueurs affichent passion, vitesse, rythme et qu’ils soient courageux, qu’ils aient de l’imagination. C’est ce qu’on attend de la part d’un joueur de Manchester United. Ils devront travailler dur, mais surtout prendre du plaisir. En tant que joueur, je sais que je m’amuse si j’arrive à bien m’exprimer et c’est ce que je vais exiger de la part de l’équipe. MU c’est prendre du plaisir et s’exprimer. Mon premier objectif est de gagner et j’ai eu l’impression que pour ce faire, je devais organiser un entraînement aussi agréable que possible pour qu’ils puissent bien vivre ensemble. Cette saison le jeu de MU n’a pas été à la hauteur, je tiens à profiter des trois matches de suite à domicile – contre Norwich, Sunderland et Hull – pour redonner le sourire aux fidèles d’Old Trafford. Dans les quatre derniers matches, je veux retrouver le positivisme. Je veux voir des buts,des duels et je veux que le public soit enchanté. Je veux voir de la passion dans tous les joueurs de Manchester United, ce qui devrait être naturel chez eux.”

-Comment résumer votre philosophie de jeu ?
-"De l’élégance, de la joie de jouer, du spectaculaire et bien sûr la victoire.”

-Rien d’autres de particulier ?
-"Les joueurs m’ont un peu chambré ! Ils m’ont demandé où j’allais me garer par exemple, et comment m’appeler. Et ils avaient mis un panneau “coach” à ma place dans les vestiaires ! Les joueurs sont géniaux et ils se sont bien entraînés. J’ai essayé d’organiser un entraînement détendu pour que tout le monde prenne du plaisir. Comme je l’ai dit, nous voulons finir pour le mieux une saison qui a été décevante pour nous.”

Patrice Evra à saluer l’arrivée de Giggs au poste de manager:
-"Nous avons vite évacuer la tristesse du changement, un constat d’échec. C’est très triste, mais il faut passer à autre chose. Il y a un nouveau manager, c’est Ryan Giggs, et on doit tout faire pour être derrière le coach. Beaucoup de gens continuent de l’appeler par son prénom, mais c’est le patron et on doit s’assurer de le soutenir, lui et le club. Giggs est à la sa place. Des joueurs comme lui et Paul Scholes inspirent les jeunes, mais aussi les plus anciens. C’est pour ça qu’ils vont se battre pour que Ryan les choisisse dans l’équipe. En tant que coach, Ryan a reçu tout de suite le respect. C’est pour ça que ce n’est pas bizarre de voir Ryan Giggs au poste de manager.”

Permalien 01:27:34, Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR  

Mort de Tito Vilanova (1968-2014) l'âme du grand Barcelone des années 2000 avec Pep Guardiola

Tito Vilanova c’était le calme dans le cratère du Camp Nou. Immense respect pour le grand serviteur du football qui refusait de faire le pitre médiatique comme José Mourinho ou d’autres. Tito Vilanova ne voulait exister qu’à travers le football.

Le FC Barcelone a annoncé vendredi 25 avril 2014 le décès de son ancien entraîneur Tito Vilanova, atteint d’un cancer de la glande parotide depuis plusieurs années.
Le Barça est en deuil. Tous les amoureux du football aussi car Tito Vilanova c’était le football.
A l’inverse de la plupart des Latins, il était calme. Jamais il ne bronchait sur le bord de touche. Un éducateur extraordinaire, donnant toujours le bon exemple.
Aussi quand José Mourinho dans un moment de grande imbécilité lui a enfoncé un doigt dans l’œil, le monde entier a été outré qu’un coach puisse faire cela à un autre coach, d’autant que Vilanova était un homme plein de classe naturelle. Une certitude: si Mourinho a remporté plus de titres que Vilanova, le défunt a plus apporté au football que le Portugais.
Le technicien catalan, ancien joueur, a été hospitalisé en urgence jeudi 24 avril mais il a succombé, épuisé par la maladie et ses remèdes. Adjoint puis successeur de Pep Guardiola à l’été 2012, il avait quitté le Barça un an plus tard en raison de ses problèmes de santé.
Tito Vilanova était né le 17 septembre 1968 à Bellcaire d’Empordà (Catalogne).
Une vie consacrée au football.
Il a été un acteur important des grandes années Messi-Iniesta-Xavi
Lui, c’était nous.
Tito Vilanova était père de deux enfants, Adrià et Carlota. Son fils Adrià Vilanova, né en 1997, joue avec les juniors du FC Barcelone.

25.04.14

Permalien 10:02:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, CERDANEMENT  

Exploits et déclin du boxeur Ray Famechon, par Isabelle Mimouni (Cohen & Cohen)

Dans la vidéo, le champion français porte un short noir. Je vous conseille de lire d’urgence l’hommage à Raymond Famechon chez Cohen & Cohen. Vous découvrirez le parcours d’un as du ring et une superbe plume, celle d’Isabelle Mimouni. Un style élégant, à la fois violent et plein de mélancolie.

Raymond Famechon
Né le 8 novembre 1924 à Sous-Bois Maubeuge (France)
Mort le 21 janvier 1978
Taille 1,64 m
Poids léger

Combats 116
Victoires 100
Victoires par K.O. 27
Défaites 13
Matchs nuls 3

Je ne suis pas né de la dernière pluie pourtant je ne connaissais par Raymond Famechon qui a transformé son prénom en Ray pour s’américaniser. Avec un peu plus d’aplomb, il aurait opté pour Ray Sugar Famechon qui rime avec Robinson.
Donc Ray Famechon (1924-1978) est le plus grand poids plume français de l’Histoire, invaincu dans les rangs amateur.
Le Nordiste a eu aussi une brillantissime carrière chez les professionnels au cours de laquelle il a été champion d’Europe de sa catégorie. Ses deux plus grandes désillusions sur le ring, il les a connues lors d’une double tentative pour devenir champion du monde, une fois aux Etats-Unis et une autre fois en France.
Sa reconversion fut un autre combat, beaucoup plus douloureux qu’une pluie de coups en plein visage.
Sur le ring, il pouvait tout esquiver ou encaisser. Dans la vie, il était perdu tel un naufragé. Homme sans gouvernail.
Quand il a retiré pour toujours ses gants de boxe, on le retrouve à la tête d’une mercerie à Montmartre. Peu doué pour le commerce, Raymond Famecho fait faillite et se voit obliger de vivre d’expédients.
Loin de la caricature des boxeurs, il ne fréquente pas la pègre, ne boit pas, ne fume, ne mène pas une vie de débauchée auprès des femmes. Il y a de L’Idiot de Dostoïevski chez lui.
Réduit au rang de balayeur à la Gare de Lyon, il se laisse aller à dérober le sac d’une dame qui l’avait posé sur le banc auprès d’elle sans trop le surveiller. Reconnu coupable du vol des 4 000 francs de la «femme de ménage», il plongea encore un peu plus dans la déchéance. Jamais il ne se doutait qu’il avait dérobé une telle somme. Son geste de désespoir provoqua la clémence du juge qui ne le condamna qu’à une amende et un emprisonnement avec sursis. Pompiste dans une station-service de Chelles, puis laveur de carreaux à l’ORTF dans les années 70, le plus grand poids plume français a fini clochard avec pour seule habitation des cartons ramassés à la Samaritaine. On le retrouva mort sur le macadam le 29 janvier 1978. Aujourd’hui, sa tombe n’existe déjà plus.
Tout ce que je viens de vous résumer est admirablement raconté dans la biograhie romancée du champion signée par Isabelle Mimouni. Pas un instant, on ne se dit : « Bon sang ! mais c’est une femme qui écrit cela… » Ma remarque n’est pas celle d’un misogyne. Je salue ici le talent de conteur d’un écrivain qui raconte sans pathos la vie d’un grand champion de boxe. Le destin de Raymond Famechon mérite un film, tant il est extraordinaire : au début, il hésita entre football et boxe. Il fit le bon choix. Le livre explore ses rapports avec sa femme, une boxeuse de mots qui a souvent mis K.O. son mari qui était un agneau dès qu’il déposait les gants. Quand il ne parvint plus à se relever, elle le laissa au sol, sans même le compter comme un arbitre.
Il y aussi, leur fils. Là, je préfère ne rien dire : cependant comment un fils ne peut-il pas admirer un père aussi exceptionnel ? Trop pur dans un monde de calculateurs qui assurent leurs arrières, le grand champion n’a pas tiré gloire d’une carrière professionnelle pourtant lumineuse : 100 victoires en 116 matchs !
Je ne connaissais par Raymond Famechon mais je ne suis pas près de l’oublier grâce à Isabelle Mimouni qui a arraché le champion de boxe aux griffes de l’atroce oubli. Famechon n’a même plus de dernière demeure. Il ne reste plus rien de son passage sur terre. Je lui fais une place dans mon cœur. Il incarne les grandes valeurs du sport. Dans ce domaine, comme dans les autres, il y a deux catégories: ceux qui savent se vendre comme Picasso et ceux qui ne savent pas faire fructifier leur talent comme van Gogh.

-L’Obscure Splendeur de Raymond Famechon, d’Isabelle Mimouni. Cohen & Cohen, 102 p., 13 €

Permalien 00:20:09, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR, LA REVUE DE STRESS  

L'humour décapant de Claudio Ranieri, le coach de Monaco que la rumeur renvoie à ses études

Arrivé à Monaco en 2012, Claudio Ranieri a gagné la L2 2013 et donc fait remonter l’ASM en L1.
La saison suivante, 2013-2014, il hisse Monaco a la deuxième place synonyme de qualification pour la C1.
On peut dire que l’Italien fait du bon travail. Monaco s’est fait éliminer de la Coupe de France par Guingamp ?
Et Mourinho n’a-t-il pas perdu la course au titre 2014 en se faisant battre par le dernier, à domicile ?
Ranieri a répondu par l’humour aux rumeurs qui annoncent son départ.
Il a expliqué qu’il avait rempli son contrat et que vivre avec la pression était son métier.
Il a dit que ses dirigeants lui ont certifié que tout allait bien.
Ranieri est un grand coach et un grand monsieur.

24.04.14

Permalien 18:03:32, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Nicky Butt évoque la fierté retrouvée des Red Devils

Il est temps que MU retrouve son vrai visage: celui qu’une équipe fière et confiante qui joue pour gagner et non pas la peur au ventre comme sous l’ère épisodique de David Moyes.

Les quatre prochains matchs de Manchester United avec Ryan Giggs comme entraîneur:
Samedi 26 avril 2014 Manchester United - Norwich City (18 h 30)
03 mai Manchester United - Sunderland (16 h)
06 mai Manchester United - Hull City (20 h 45)
11 mai Southampton - Manchester United (16 h)

Le mot fierté redevient d’actualité dans le vestiaire de MU.
A Carrington, les Red Devils savent qu’ils ont chassé un chat noir: l’ex coach qui a communiqué son stress à tout le groupe. Il fallait qu’il réussisse lui, et non pas MU !
Nicky Butt a annoncé à la presse que lui et ses anciens coéquipiers des années 1990, Paul Scholes et Phil Neville sont tous très heureux d’aider Ryan Giggs jusqu’à la fin de saison, voire plus…
Norwich va sentir la douleur du changement !
-"Ce sera énorme pour nous, un moment de fierté pour tous. Nous voir ensemble, a quelque chose d’irréelle. Nous avons tous débuté à MU lorsque nous avions 12 ans et nous en avons 40… Nous sommes quatre amis et le travail ne nous fait pas peur. Nous sommes là pour essayer d’aider le club qui doit obtenir de bons résultats. Nous avons des joueurs incroyables dans ce club, il était de temps de le leur rappeler. Ils ont l’esprit positif et veulent donner le meilleur. Contre Norwich cela sera énorme, non seulement pour Ryan, mais aussi pour tout le club et les fans. Vivement samedi ! Nous sommes là pour quatre matchs. Que se passera-t-il ensuite, qui sait?”

Permalien 01:08:39, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

Superbe "Looking for Rio" avec King Cantona

Tous les passionnés de football aiment le Brésil comme les passionnés de F1 aiment Ferrari. Brésil est synonyme de football. C’est grâce à Pelé que le football est devenu hyper médiatisé. Tout est parti des larmes de bonheur du jeune virtuose de 18 ans, vainqueur de la Coupe du monde 1958, la première remportée par le Brésil. Cantona à Rio ce n’est pas une carte postale. Il s’agit d’un très bon reportage entremêlé d’images d’archives.

Mercredi 23 avril sur Canal+ à 22 h 50
Samedi 3 mai 17 h 50
Looking for Rio

Dans la série des Derbys, les frères Cantona font une halte à Rio de Janeiro qui a la chance d’avoir quatre grands club: Flamengo, Fluminense, Vasco de Gama et Botafogo.
Tous les précédents traitement des derbys ont été une pleine réussite.
Celui sur Rio est à la hauteur des autres.
Rio c’est la ville du football par excellence, et il est très émouvant d’y voir déambuler Eric Cantona, tout émerveillé d’être sur place.
Il ne faut pas oublier que King Cantona a lui-même était un héros du ballon rond.
Dans le document, un authentique fervent du football dit: “Dites-moi, je vais me faire engueuler quand je vais dire à mes amis que je vous ai vu. Ils vont me dire: “Tu as vu Cantona, et tu ne nous as pas appelés!” A ce moment-là, King Cantona, sourit à la fois fier et gêné, la marque des grands humbles.
Alors, il y a Vasco de Gama, le premier club à faire jouer des noirs dans le Brésil raciste du début du XXe siècle.
Il y a aussi Fluminense qui a de la poudre de riz dans son attirail du supporter: cette poudre de riz que les joueurs noirs étaient obligés de se mettre pour pouvoir jouer à “Flu". Au fil du match, le blanc disparaissait…
Il y a encore Flamengo, le club rouge et noir, et Botafogo, le club blanc et noir, qui a pris ses couleurs en hommage à la Juventus Turin. Blanc et noir, comme les footballeurs d’une équipe. Le football a imposé la coexistence dans la société. Merci au football que seuls les ignares méprisent.
Botafogo, le club du mythique Garrincha que l’on voit très bien dans le documentaire.
La ville de Rio est sans doute l’une des plus belles villes du monde: le soleil, la plage, l’océan, le ballon, la samba, les femmes.
Les mauvais côtés de Rio ? La perfection n’existe pas dans ce monde, mais Rio s’en approche !
Suivez Cantona dans les rues, au milieu des danseurs et danseuses, avec des haltes auprès de Romario et Zico.
Dieu que le temps passe vite !
Voir Cantona serrer Zico dans ses bras est un grand moment: “Il a été important, pour nous…” dit le King. Et c’est vrai que le “Pelé blanc” fut un immense joueur avec Socrates, la génération maudite. Socrates, Zico, Cantona… trois virtuoses sans Coupe du Monde.
Cantona fait bien ressentir la passion du football. Un fan carioca dit: “En Europe, les gens vont au stade en costume cravate pour applaudir, ici on pleure ou on rit".
Autres grands témoignages. Après un derby de folie: “On ne sait pas ce qui est le beau beau: la joie des vainqueurs ou la tristesse des perdants". Beau dans le sens profond.
Et pour finir: “Le derby Fla-Flu a été crée 40 minutes avant la création du monde". Là, on attend le grandiose.
Oui, l’Europe a inventé le football mais c’est au Brésil qu’on y joue le mieux.
Triste constat: l’argent pousse les joueurs brésiliens à quitter le Brésil alors le niveau des matchs au Brésil a baissé. Aujourd’hui, Pelé jouerait à Barcelone. Ronaldo Luis Nazário de Lima, dit Ronaldo n’a jamais joué dans l’un des quatre grands clubs cariocas.
A la fin du film, on voit les quatre maillots des immenses clubs cariocas floqués du nom CANTONA.
Voilà qui finit bien un superbe documentaire.

23.04.14

Permalien 17:45:47, Catégories: LA MAISON BLANCHE, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Real Madrid-Bayern Munich, ACTE 1

1/2 C1 aller
Mercredi 23 avril 2014 (20 h 45)
Real Madrid 1-0 Bayern Munich
But pour le Real: Benzema (19e)

Avant-match:
Après le 0-0 entre l’Atletico Madrid et Chelsea, voici la grande affiche des 1/2, soit la finale avant l’heure.
José Mourinho n’a pas réussi le match parfait puisqu’il n’a pas marqué le but à l’extérieur. Les Blues devront gagner à Londres car un match nul à partir de 1-1 qualifiera les Espagnols. Un 0-0 à domicile au match aller c’est aussi bon qu’un 1-0.
L’autre 1/2 devrait être plus spectaculaire car le Real à la culture de l’attaque.
On retrouve une sorte de Real-Bayern Barcelone car Guardiola a hispanisé le club bavarois.
J’espère voir un grand C. Ronaldo bien qu’il soit un peu à court de rythme mais le costaud va assurer.
J’imagine que Carlo Ancelotti va réserver un traitement de faveur à Robben.
Le joueur clé du Bayern c’est le Néerlandais et non pas Ribéry, trop limité techniquement.
Ribéry perfore et centre - ce qui est formidable- quand Robben peut tuer le match à lui tout seul.

Après-match:
Rien n’est joué dans ces 1/2 finale.
Pour ce qui est du choc entre les deux grands clubs européens, le Bayern Munich en a pris qu’un Espagne sans réussir à marquer. Ce n’est pas grave. Le match retour reste ouvert. Il faut gérer le match aller quand on joue à l’extérieur.
Le Real mérite sa victoire mais un but ce n’est rien à rattraper. Bien sûr Chelsea et le Bayern devront faire attention aux buts encaissés à la maison.
A Madrid, Benzema a marqué l’unique but. Il a très bien suivi l’action pour la conclure.
A l’origine, C. Ronaldo a fait une passe extraordinaire en profondeur à Coentrao qui a fait une percée pour centrer sur Benzema. A la réception, le Français a très bien marquer l’immanquable.
Ronaldo a livré un bon match de reprise.
Benzema a bien pesé.
Modric a été étincelant.
Casillas a fait de bons arrêts.
Côté allemand, Ribéry a été inexistant. Robben a été très surveillé.

Permalien 14:11:10, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Historique: les Ferguson Babes (Giggs, Scholes, Butt et P. Neville) prennent les commandes de Manchester United. Ils ont joué 2 453 matchs avec Man U...

J’aime quand les joueurs deviennent coachs: Guardiola, Ancelotti, Simeone… Il ne suffit pas d’aimer pour être compétent mais une chose est sûre: on a vu à l’œuvre Giggs, la finesse; Scholes, la puissance; P. Neville, le volontaire et Butt, le soldat dévoué jusqu’à la mort. Avec eux quatre, MU peut et doit renverser des montagnes.

Man United vient d’annoncer l’arrivée de Paul Scholes alors que je venais d’écrire:
-"Quoiqu’il arrive, Giggs, Butt et Scholes doivent entraîner MU.”
On y est! La génération 1992 est à la tête du banc des coachs de Man United.
Ryan Giggs, Nicky Butt et Phil Neville -conservé à son post- ont aujourd’hui reçu le renfort de leur ancien coéquipier, le légendaire Paul Scholes, au camp d’entraînement Aon. J’aime mieux dire camp que “complexe” qui a un autre sens en français.

Mardi 23 avril 2014, Giggs a pris ses fonctions de manager intérimaire de l’équipe première de MU et, le matin même de la première séance d’entraînement du nouveau coach, Butt, Neville et Scholes l’ont accompagné pour diriger la séance d’entraînement, suite aux départs de David Moyes, Steve Round et Jimmy Lumsden, soit les acteurs du règne de l’incompétence. Le vestiaire s’est finalement mis contre eux.

Jusqu’au 22 avril, Butt était entraîneur technique des M19 et des M21, alors que Scholes l’assistait lors des matches d’UEFA Youth League des jeunes Red Devils.

Giggs, Butt, Neville et Scholes présentent 2 453 matchs disputés sous le maillot de MU.
Le club a tenu à préciser que Ryan Giggs “conserve sa licence de joueur et qu’il pourrait être aligné lors des quatre matches restants face à Norwich, Sunderland, Hull et Southampton".

On se prépare à vivre des heures grandioses.
Il faut absolument que nos joueurs de 1992 prennent le pouvoir.
Tout redevient passionnant.
Je n’ai rien contre l’apport extérieur mais le prochain coach, si les fils Glazer choisissent d’en nommer un autre, devra être un des trois meilleurs du monde en activité, sinon ce n’est pas la peine.
Je l’ai dit cent fois, mille fois, la pression à MU est énorme.
Chaque match de MU c’est comme une finale de C1. Tous les clubs de MU veulent le scalp de MU. On l’a bien vu cette saison.
Pour diriger MU, il faut être un homme supérieur dans tous les domaines, humilité et humour y compris.
MU n’est pas Arsenal. Quand Arsenal perd, la terre entière s’en moque complétement. Quand MU perd, des millions de personnes sont ou tristes ou furieuses. Arsenal, c’est d’abord une place à Venise avant d’être un club. Manchester c’est Manchester. Il n’y a qu’un Manchester. UNITED !

Permalien 11:28:50, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le 23 avril 2014 Ryan Giggs a pris le pouvoir à Manchester United où il a remporté 35 titres majeurs en 962 matchs !

L’arrivée de David Moyes n’avait déclenché aucun engouement. On s’était persuadé de la réussite d’un inconnu au bataillon. L’arrivée de Giggs en revanche fait très plaisir et on veut que ça marche !

Les quatre prochains matchs de Manchester United avec Ryan Giggs comme entraîneur:
26 avril Manchester United - Norwich City (18 h 30)
03 mai Manchester United - Sunderland (16 h)
06 mai Manchester United - Hull City (20 h 45)
11 mai Southampton - Manchester United (16 h)

Ce 23 avril 2014 s’est déroulé le premier entraîneur avec Ryan Giggs aux commandes de l’équipe.
Cela a impressionné les joueurs de voir leur ami diriger sa première séance d’entraînement.
Il y avait des rires et une immense émotion.
Le Gallois est épaulé par Nicky Butt, autre Red Devil de la génération 1992.
Quelle plaisir de les voir, tous ensemble !
Je souhaite que Ryan Giggs prennent le pouvoir et qu’il réussisse.
Quoiqu’il arrive, Giggs, Butt et Scholes doivent entraîner MU.
Giggs va démontrer qu’il a la stature d’un coach.
C’est un gagneur né, un compétiteur de haut parage.
Tout le Peuple rouge est avec lui.

Est-ce que Ryan Giggs va s’aligner pour jouer contre Norwich City ?
Sans doute non.
J’imagine son premier onze:
De Gea/
Rafael, Vidic ©, Ferdinand, Evra
Valencia, Carrick, Fletcher, Valencia
Rooney, Chicharito
Je suis certain que le MU de Giggs va gagner les quatre derniers matchs de la saison.

Ryan Giggs dit le Feu follet
né le 29 novembre 1973, à Cardiff, Pays de Galles
A Manchester United depuis 1987
Gaucher
Ailier puis milieu de terrain
Joueur-entraîneur adjoint juillet-21 avril 2014
Entraîneur de l’équipe première depuis le 22 avril 2014, à 9 h 30, avec pour adjoint Nicky Butt
1er match professionnel le 2 mars 1991, MU-Everton
962 matchs, 169 buts
C’est le joueur qui a joué le plus avec Man United depuis la création du club.

Palmarès de Ryan Giggs: 35 titres majeurs, record mondial

2 Ligues des champions 1999, 2008
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
13 Championnats d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
4 League Cup 1992, 2006, 2009, 2010
9 Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2013

22.04.14

Permalien 18:25:02, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Notre tant aimé Red Devil Ryan Giggs nommé entraîneur de Manchester United

Ryan Giggs est l’entraîneur intérimaire de MU mais il est si intelligent qu’il est capable de s’installer pour longtemps.

Tout repars ! Ouf ! Vive Ryan Giggs !
Nous redevenons le peuple rouge.
Certains vont dire que Ryan Giggs est trop gentil. C’est mal le connaître, le Gallois est un gagneur enragé.
J’ai déjà oublié David Moyes qui ne laissera aucun souvenir à MU à part celui d’une erreur de casting.
L’Ecossais est remplacé par le Gallois Ryan Giggs.
Le joueur mythique assure un intérim jusqu’à la fin de saison a précisé le club qui ne communiquera plus jusqu’à la nomination officielle du coach pour 2014-2015.
Cela ne sert à rien de citer tel ou tel nom.
Tous les coachs du monde rêvent d’entraîner MU. On verra sur qui va se porter le nouveau choix.
L’heureux élu devra faire attention: MU a besoin d’excellence.
Et attention à Ryan Giggs, il est fort possible qu’avec les prochains matchs, il enlève la décision !
MU a repris la donne. Il faut servir MU et ne pas s’en servir.

Permalien 18:17:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Avec Ryan Giggs, Man United redevient gagneur

C’est le renaissance de MU! Le fossoyeur est parti. Avec lui on avait toujours un pied dans la tombe. Vive la vie ! Vive MU ! Il refait beau depuis le 22 avril 9 h 30. MU c’est un tourbillon, pas un poids lourd à porter. On dit qu’il faut mourir avec ses idées. Quelles étaient les idées de David Moyes ? Mystère et boule de gomme. Je suis bien incapable de parler de son football. Trop compliqué. Pas assez simple. La ligne la plus directe c’est la ligne droite. Jouer par les ailes avec les latéraux qui aident les ailiers et vice-versa ce n’est pas demander la mer à boire. Avec Moyes, Valencia jouait à 30 %, Nani, Kagawa et Young furent aux abonnés absents et Januzaj a fait illusion.

Alors que je n’avais plus envie de regarder MU qui avec Moyes jouait contre nature, je n’ai plus qu’un désir: revoir jouer MU. Je suis persuadé que MU va remporter ses quatre derniers matchs dont trois à la suite à la maison. Quel signe du destin !
Les Red Devils vont se mettre les tripes à l’air ! Tous vont vouloir jouer sous les ordres de notre héros légendaires.
Giggs est une légende comme Duncan Edwards, B. Charlton, Best, Robson, Cantona, Scholes et C. Ronaldo.
Et il fort possible que Ryan Giggs reste en place en 2014-2015.
On a fait un contrat en or à Moyes qui n’avait jamais rien fait pour MU.
Giggs est à Man United depuis son adolescence. Il mérite qu’on lui donne sa chance.
Avec Moyes aux manettes de MU, tous les rivaux ont eu la voix libre.
Arsenal arrive en finale de la FA Cup et Liverpool est champion. C’est dire !
Il est temps de remettre de l’ordre dans la Maison rouge.

Les quatre prochains matchs de Manchester United avec Ryan Giggs comme entraîneur:
26 avril Manchester United - Norwich City (18 h 30)
03 mai Manchester United - Sunderland (16 h)
06 mai Manchester United - Hull City (20 h 45)
11 mai Southampton - Manchester United (16 h)

Permalien 16:38:31, Catégories: THE RED DEVILS, GRANDE DAME  

Hommage à la plus grande fan de Man United

J’ai beaucoup d’affection pour cette dame, grande fan de MU.
En France, on associe le football à des beaufoïdes.
En Angleterre, même les “mémés aiment la castagne” comme disait Claude Nougaro, cet ailier de la chanson française.
La fan de MU avait raison: Moyes ce fut une erreur de casting.
Merci Madame, j’aime votre compétence.
Une visionnaire.
David Moyes n’a jamais su se faire aimer par le peuple rouge parce qu’il jouait avec l’angoisse chevillée au corps au lieu d’être fier de porter l’écusson du club sur le cœur.
Le 26 avril 2014 lors de Manchester United - Norwich City (18 h 30), le nouveau coach va être accueilli dans un cratère humain qui vont chanter à sa gloire: Vive le Roi Ryan Giggs !

Permalien 09:08:06, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

OFFICIEL: David Moyes n'est plus le freineur de Man United !

On ne tire pas sur une ambulance. Encore moins sur un corbillard… Cependant le sans charisme David Moyes a battu une avalanche de records, tous catastrophiques. Il était fait pour entraîner MU comme moi pour célébrer la messe à Notre Dame de Paris. Le coach transitoire de MU vient d’être débarqué le 22 avril 2014 à 9 h 30 du matin Nous ne sommes plus en 1986. Moyes a tant détruit MU que je ne regarde plus les matchs de MU. Après avoir dégusté des toasts au caviar, les œufs à la mayo pourrie, non merci ! Il y a perdre et perdre. Les défaites du MU de Moyes sont toutes nées d’un désastre mental, c’est cela qui était inadmissible. Porter le maillot de MU est une fierté qui doit faire repousser les jambes à un cul-de-jatte. Moyes a rendu mauvais les joueurs moyens, et moyens les bons joueurs. C’était donc un freineur et non pas un entraîneur.

Image terrible, un fan d’Everton est venu voir Everton 2-0 Man United habillé en mort !
Tout en noir, avec un masque et la faux !
Cruauté du destin: c’est l’ancien club de Moyes -Everton- qui a envoyé le coach à l’échafaud !
http://www.theguardian.com/football/2014/apr/21/david-moyes-sack-manchester-united
La défaite de MU à Everton a été celle qui a fait déborder le vase.
Trop c’est trop! Evra sur le banc, Nani aligné alors qu’il est à court de rythme, et Fellaini épargné. C’est résumé la faillite du système Moyes.
La famille Glazer préfère casquer des indemnités à Moyes plutôt que de voir abîmer l’image du club à chaque sortie de l’équipe fanion.
Le salaire annuel de Moyes ? 5 millions £ sur six ans. Vraiment dingue d’accorder autant à un puceau de l’exploit, à un intermittent du talent. Dix mois auront suffi. Moyes est un grand négociateur de contrats, pour le reste il n’a jamais rien prouvé avec ses deux petits poings dérisoires qui frappent l’air les jours de victoire inespérée.
Le choix de Moyes fut celui de Sir Ferguson et non pas celui de la famille Glazer.
Choisir Moyes a été la plus grande erreur de Sir Ferguson qui n’a pas toujours eu la main heureuse dans ses choix de joueurs. Entraîneur c’est encore plus difficile à choisir.
Moyes a fait table rase: il a viré tout le staff de Sir Ferguson et a nommé Ryan Giggs et Phil Neville (ex Red Devil) pour mieux faire passer la pilule.
Le point positif de Moyes: homme gentil.
Point négatif: homme gentil.
Phrase de Sir Ferguson: “Si vous accordez un doigt à un joueur, tout votre bras y passe !”
Sir Ferguson n’a pas voulu donner le club à un entraîneur star alors que le Bayern Munich avec Guardiola est champion d’Allemagne et en 1/2 de C1.
Sir Ferguson aurait dû faire une année de transition pour aider Giggs ou Ole Gunnar Solsjkaer à prendre sa suite.
J’étais pressé de voir partir Moyes. MU ce n’est pas Arsenal. On ne va pas rester 9 ans sans titre !
Toujours est-il que Moyes a cassé le fond de jeu de MU dont l’ADN est de jouer par les ailes depuis l’après-guerre.
Moyes n’a quasi jamais fait jouer Giggs, il a vendu Vidic, ne veut plus d’Evra, a fait venir le faiblard Fellaini, n’a pas relancé Nani, a fait signer Mata qui ne pouvait pas jouer en C1, n’appréciait pas Chicharito. La liste est longue. Il a su conserver Rooney mais quand on voit les dernières sorties de “Wazza” on se demande si finalement c’est un bienfait ou une nouvelle erreur tant l’attaquant pédale dans la choucroute.
Moyes devrait être remplacé par Giggs pour les quatre derniers matchs.
David Moyes a raté son passage à MU car il a toujours occupé ses fonctions avec une réelle angoisse qu’il a communiquée à tous les joueurs.
David Moyes avait le corps à Old Trafford mais sa tête était restée à Everton.
Les trois points positifs de Moyes: signature de Januzaj, nouveau contrat de Rooney, matchs à l’extérieur.
Les trois défaillances: incapacité à faire le jeu à Old Trafford, aucune influence pendant les matchs, l’arrivée de Fellaini.

PS: le communiqué officiel:
“22/04/2014 08:30, Report by Communications Department
David Moyes leaves United
Manchester United has announced that David Moyes has left the Club.
The Club would like to place on record its thanks for the hard work, honesty and integrity he brought to the role.”

21.04.14

Liverpool leader, Chelsea abandonne, Arsenal s'accroche et Man United devient un club quelconque

Liverpool se rapproche de Man United: 19 titres de championnat contre 20. David Moyes est Ecossais comme Sir Busby et Sir Ferguson. C’est tout comme ressemblance… Chez les Reds, on a assiste à l’éclosion de Suarez parmi les 5 meilleurs joueurs du monde. C’est un footballeur qui sent le Ballon d’Or alors que Wayne Rooney s’en éloigne considérablement.

Classement de la Premier League
1 Liverpool 80 pts 35 m/ 25 5 5/ + 52
2 Chelsea 75 35/ 23 6 6/ + 41
3 Manchester City 74 34/ 23 5 6/ + 56
4 Arsenal 70 35/ 21 7 7/ + 21
5 Everton 69 35/ 20 9 6/ + 23
6 Tottenham 63 35/ 19 6 10/ + 2
7 Manchester United 57 34/ 17 6 11/ + 16

35e Journée
Tottenham 3 - 1 Fulham
Cardiff City 1 - 1 Stoke City
West Ham 0 - 1 Crystal Palace
Newcastle 1 - 2 Swansea City
Aston Villa 0 - 0 Southampton
Chelsea 1 - 2 Sunderland
Man City 3-1 West Brom

Norwich City 2 - 3 Liverpool
Buts pour Norwich: Hooper (54e), Snodgrass (77e)
Buts pour les Reds: Sterling (4e, 62e), Suarez (11e)

Hull City 0 - 3 Arsenal
Buts pour les Gunners: Ramsey (31e), Podolski (45e, 54e)

Everton 2 - 0 Manchester United
Buts pour Everton: Baines (28e pen.), Mirallas (43e)

Manchester United: De Gea/ Smalling, Jones, Evans (Chicharito, 61e), Büttner/ Carrick, Fletcher/ Nani (Valencia, 61e), Mata, Kagawa (Welbeck, 75e)/ Rooney
Sur le banc: Lindegaard, Fellaini, Giggs, Januzaj
Manager provisoire: Moyes

Man United a une fois de plus été lamentable. Inutile de noter une bande de joueurs qui jouent désormais les seconds rôles. Menés 2-0, les Red Devils n’ont même pas été en mesure de marquer un but en 50 minutes, c’est dire l’état de leurs neurones. Il est temps de refonder une vraie équipe. Moyes a même protégé son chouchou Fellaini en ne le faisant pas jouer contre leur ancien club d’Everton. MU ne sera pas en C1 2015. Moyes n’a plus le droit à l’erreur. Encore une saison sans C1 et il prendra la porte. Il pourra choisir laquelle, il y en a plein à Old Trafford. Avec Moyes, Man United est devenu un club du ventre mou. Il a suffi que Sir Ferguson prenne sa retraite pour que Arsenal se retrouve en finale de la FA Cup et que Liverpool regagne le championnat. On pourrait peut-être trouver une place dans les bureaux pour David Moyes et nommer un véritable entraîneur."On leur a offert deux buts idiots en contre” a dit Moyes après la défaite 2-0 à Everton. Il n’y a pas que les buts qui sont idiots. Evra n’était pas content de ne pas jouer. On a vu que sans lui, MU a souffert. Buttner n’est qu’un remplaçant. La grinta d’Evra ne se trouve pas au coin de la rue. La défense va perdre deux cadres: Vidic et Evra. Double erreur de Moyes à moins qu’il ne recrute les nouveaux Baresi et Breitner !

Permalien 09:57:39, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

A Monaco, l'ex Red Devil Berbatov a marqué le but de la saison, un chef d'oeuvre de maîtrise absolue

Joueur de classe mondiale, Dimitar Berbatov a marqué contre Nice le but de la saison, tous championnats confondus. Une dextérité à couper le souffle.

Dimitar Berbatov, 33 ans, est un artiste du ballon rond.
On le sait. Alors on guette toujours ce qu’il va faire. C’est un ingénieur de la lumière.
Un tel caresseur de cuir a plus d’un tour dans son sac. Un authentique magicien qui transforme le plomb en or.
Contre Nice (1-0), dimanche 20 avril 2014, il hérite d’un ballon qu’il amortit d’une manière impeccable puis avec un relâché exceptionnel, il tente une louche, un lob, en un mot une Berbatov pour tromper le gardien niçois Ospina. Ce fut un coup de maître !
Le Bulgare a le plus grand toucher de balle de la galaxie actuelle du football.
On peut élargir dans l’Histoire. Il est à coup sûr l’un des plus grands techniciens de l’Histoire du football.
Sir Ferguson l’a sous-employé à Manchester United.
Il faut laisser le Bulgare juste derrière la ligne de flottaison de l’attaque, en 9 1/2.
Là il peut distiller du caviar ou glisser tout à coup à l’avant-poste pour conclure.
Au Stade Louis-II, il a augmenté sa collection de buts somptueux.
Berbatov a le profit idéal pour jouer à Monaco qui a toujours développé un très beau football à l’image de Théo et de Gleen Hoddle.
Face à Ospina, Berbatov a marqué un but “comme à l’entraînement” tant il le réalisa dans un calme absolu.

Dimitar Berbatov est né le 30 janvier 1981 à Blagoevgrad (Bulgarie)

Palmarès:
CSKA Sofia
Coupe de Bulgarie 1999

Tottenham Hotspur
League Cup 2008

Manchester United
Championnat d’Angleterre 2009 et 2011
League Cup 2009 et 2010
Community Shield 2010 et 2011
Coupe du monde des clubs 2008

Sélection nationale de Bulgarie: 78 sélections, 49 buts

Dans un passé récent, Pauleta avait inscrit contre Barthez un but assez proche de celui de Berbatov, sauf que le Portugais frappa le ballon alors que le Bulgare fit un lob. Les deux fois, les joueurs firent le bon choix. Pauleta devait mettre plus de force que le Bulgare obligé de doser finement.

20.04.14

Permalien 12:15:43, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Sunderland (le dernier) en battant Chelsea offre, sur un plateau, le titre 2014 à Liverpool

Gus Poyet, l’entraîneur de Sunderland, la lanterne rouge, a joué le jeu à fond en obtenant le nul à City et en gagnant à Londres contre Chelsea;

Samedi 19 avril 2014
Chelsea 1-2 Sunderland
Buts pour les Blues: Eto’o (12e)
Buts pour les visiteurs: Wickham (18e), Borini (82e pen.)

Aston Villa 0-0 Southampton
Newcastle 1-2 Swansea City
West Ham 0-1 Crystal Palace
Cardiff City 1-1 Stoke City
Tottenham 3-1 Fulham

Dimanche 20 avril
Norwich - LIVERPOOL (13 h)
Monaco - Nice (14 h)
Hull - Arsenal (16 h)
Everton - Man United (17 h 10)

Classsement:
1 Liverpool 77 pts 34 matchs/ 24 5 5/93 42/ + 51
2 Chelsea 75 35/ 23 6 6/ 67 26/ + 41
3 Manchester City 71 33/ 22 5 6/ 88 34/ + 54
4 Arsenal 67 34/ 20 7 7/ 59 41/ + 18
5 Everton 66 34/ 19 9 6/ 55 34/ + 21
6 Tottenham 63 35/ 19 6 10/ 51 49/ + 2
7 Manchester United 57 33/ 17 6 10/ 56 38/ + 18

Rien ne va plus à Chelsea qui a perdu le match qu’il ne fallait pas perdre contre le dernier du classement. En effet, Sunderland est venu gagner à Londres ! Et c’est ainsi que Chelsea a raté l’occasion de reprendre la tête du championnat. Désormais, les joueurs de Liverpool ont une autoroute devant eux pour remporter le titre national.
Sacré football! Hier, Blanc était bon à jeter aux orties après son élimination en 1/4 de la C1 contre Chelsea, et aujourd’hui, c’est Mourinho qui va droit dans le mur.
Après son nul face à Manchester City, Sunderland s’est offert le scalp de Chelsea (1-2). José Mourinho a perdu son invincibilité à Stamford Bridge au terme de 77 matchs !
Les Reds peuvent dire merci aux joueurs de Sunderland. En trois jours, la lanterne rouge est allée faire nul à Manchester City (2-2), avant de battre Chelsea! L’équipe de Gus Poyet a pris 4 points à l’extérieur chez les prétendants au sacre. Faut le faire !
Les morts de faim de Premier League n’abandonnent jamais. Je ne cesse pas de vous le dire.
D’où la grandeur du championnat anglais.
Les Reds de Liverpool vont remonter sur le perchoir d’où les avait faits tomber Sir Alex Ferguson.
Manchester United a gagné 20 championnats et les Reds vont bientôt en compter 19…

Leurs quatre vérités, de Roland Sicard (Albin-Michel)

Le journaliste Roland Sicard présente un florilège « de bons mots, saillies et autres amabilités » des politiques. Il est vrai que de nos jours, on ne sait plus où se trouve le music-hall : à l’Olympia ou à l’Elysée. On devrait plutôt dire au Cirque ou au Zoo. Le ridicule ne tue plus. L’imposture non plus. Les politiciens ne sont plus que des machines à remplir les poches des agences de communication. C’est l’apologie du vide intellectuelle. Il n’y a que lors des guerres que l’on voit les grands hommes. Je ne contente donc d’en voir des lamentables. Cela veut dire que nous sommes en temps de paix. Ces gens-là ne pensent qu’à nous arnaquer avec des stratégies médiatiques. Un jour, ils demandent qu’on achète des véhicules diésel, ensuite ils sont prêts à taxer ceux qui roulent au diésel. Ainsi de suite: la classe politique est dans doute le repaire le plus malfaisant d’imposteurs. Ils mentent comme ils respirent. Ils ne regardent que leur intérêt. Ils pensent en euros.
L’Assemblée nationale n’a plus rien à envier à celle devant laquelle Jean Gabin parle dans Le Président avec un texte d’Audiard. Hier, l’acteur Reagan est devenu Président des Etats-Unis. Aujourd’hui, une ancienne ministre, qui nous forçait à nous piquer avec un vaccin qui ne serait à rien, s’est transformée en animatrice de télé. Reagan, lui, a fait le chemin inverse. Les politiciens les plus médiatisés sont ceux qui vivent avec une journaliste ou une chanteuse, voire une comédienne, une musicienne. On a vu un ministre poser en marinière comme s’il était un mannequin de Gaultier. On prête ce mot à André Santini, un spécialiste : « Chez Bayrou, en termes de sondages, il n’y a que les oreilles qui décollent ! » De Gaulle refusa que l’on instituât un poste de vice-président : « Ce serait ma veuve… » Avec le général ça volait haut, très haut. Ce livre prouve bien ce qui est dans l’air du temps : les politiques font de l’humour mais cependant avec souvent le trait forcé sans avoir la grâce des virtuoses du langage que furent Jules Renard, Alphonse Allais ou Pierre Dac. N’est pas Edgar Faure qui veut.

-Leurs quatre vérités
de Roland Sicard. Albin-Michel, 185 p., 15 €

Permalien 09:56:02, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Thalassa a rendu un bel hommage à NICE, la plus belle ville de France

Dans une autre émission, Michèle Cotta nous présente la recette de la salade niçoise. Cela fait très plaisir de voir à l’œuvre ma consoeur, née à Nice comme moi. Je savais qu’elle n’ignorait rien de la cuisine politique mais j’ignorais ses talents de cordon bleu. Une vraie nissarte ! Il est vrai qu’elle porte un nom célèbre à Nice, celui de son père Jacques Cotta, maire de Nice à la Libération, avant les Médecin père et fils. Elle sait que faire la cuisine est un hommage à nos devanciers.

Pourquoi Nice est sans cesse critiquée par les présentateurs télés au Q.I. d’huitre ?
C’est très simple: Nissa la Bella attire les gens du monde entier alors que tant 90 % des villes françaises ne plaisent qu’à leurs habitants: qui souhaite aller en vacances au Havre, à Lille ou à Saint-Etienne ?
Nice a le soleil, la mer et la montagne.
Et les autres, elles ont quoi ?
C’est la nature qui fait la grandeur de Nice. Et cette évidence rend fou de jalousie les petits esprits qui n’ont pas eu la Baie des Anges pour berceau.

Thalassa (France 3) est un très bonne émission. Ce qui se fait de mieux avec Des racines et des ailes, Le grand tour et quelques autres, toutes sur le service public.

Thalassa, le vendredi 18 avril 2014 a présenté :Alpes-Maritimes, entre mer et montagne .
On a pu voir un superbe reportage sur Nice et ses environs. Loin des clichés, l’émission est à voir sur:

http://www.france3.fr/emissions/thalassa

Thalassa nous montre une ville généreuse tour à tour aimée par les Italiens, les Anglais et les Russes blancs.
Dans le documentaire, on y voit des personnalités qui parlent très bien de la ville ouverte sur les étrangers contrairement à ce que les incultes de la capitale racontent depuis des lustres.
Dans l’émission quelqu’un dit grosso modo :"Nice ce n’est ni la France, ni l’Italie, c’est autre chose qui existe seule…”
Et c’est très juste. Je rappelle que Nice a une cuisine avec des plats connus dans le monde entier, à une langue- et non pas un dialecte!- une musique, un folklore.
Thalassa a remis les pendules à l’heure car Nice est sans nul doute la ville la plus jalousée de France.
A ceux qui crache sur Nice, je réponds que c’est la plus belle ville de France.
Nietzsche n’a pas choisi Metz pour habiter.
Matisse n’est pas tomber amoureux de la lumière de Valenciennes.
Tchekhov n’a pas vécu à Nantes.

La recette de ratatouille niçoise par Michèle Cotta:
http://youtu.be/zFPdiHsnOio

Le portail de Nice:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Nice

[Post dédié à Georges-Marc Benamou]

19.04.14

Permalien 17:01:43, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Astérix en Ariège: Luzenac, 650 habitants, accède à la Ligue 2

Barthez est un sacré gagneur. S’il fait monter Luzenac en L2, il peut donner du bonheur ailleurs. On n’a pas fini d’entendre parler de FABULOUS FAB, l’ex Red Devil.

Plus fort que Sedan, plus fort que Guingamp, plus fort que Lens, plus fort que l’AJA de Guy Roux, voici Luzenac Ariège Pyrénées!
Ce village de 650 âmes est en L2 !
Du jamais vu. A l’heure du tout fric, du bus de l’AFSUD des Bleus sans cervelle, j’en passe et des pires, nous avons droit à la belle histoire d’un club qui a les valeurs d’antan. Ce n’est pas un hasard s’il a été fondé en 1936 au temps du Front populaire.
Luzenac c’est l’esprit Astérix en Ariège.
Ses joueurs ont un mental aussi dur que les montagnes qui les entourent.
Le budget du club n’excède pas 2 M€.
Les joueurs bénéficient de la double présence de Fabien Barthez actuellement le directeur général du club de football et de l’entraîneur Christophe Pélissier, un coach de 48 ans qui se donne corps et âme au club.
Né le 5 octobre 1956 à Revel, l’ancien milieu de terrain entraîne Luzenac depuis 2007-2008. C’est avec un immense plaisir qu’il côtoie Barthez, champion du Monde 1998.

Luzenac (en occitan Lusenac) est une commune française, située dans le département de l’Ariège en région Midi-Pyrénées.
Le club de football Luzenac Ariège Pyrénées évoluait dans le championnat de France National depuis la saison 2009-2010.
Il vient d’accéder à la Ligue 2 pour la saison 2014-2015.
La victoire face à Boulogne sur Mer (1-0), cumulée aux défaites de Carquefou et du Red Star, a permis au LAP de valider sa montée.
Le but d’Idriss Ech-Chergui a transporté le club en L2 et donc au paradis.
Les joueurs ont entre 21 et 35 ans. Un groupe solidaire, ce n’est rien de la dire.
Présidé par Jérôme Ducros, Luzenac jouait en National depuis cinq saisons.
Luzenac est la plus petite commune à avoir abrité un club évoluant en CFA, en National puis maintenant en Ligue 2.
Depuis novembre 2012, l’équipe évolue à domicile à Foix, le stade de Luzenac n’étant pas aux normes du National.
Désormais, il faudra sans doute que le groupe aille jouer à Toulouse.
Le football est merveilleux, de Luzinac au Real Madrid, tout est possible.
Barthez et ses amis (coach, joueurs et dirigeants) ont accompli un immense exploit !

Le site du club
http://www.luzenac-ap.fr/

18.04.14

La République française bananière (Suite et pas fin)

Vous lisez les journaux comme moi, entendez la radio et regardez la télévision.
La république bananière n’en finit plus de régner avec les nominations entre copains et coquins, avec grosse rémunération pour pas grand chose en échange, et les conflits d’intérêts nous découvrons de nouvelles affaires qui s’ajoutent aux autres.
Notre république bananière est une démocratie totalitaire.
Chacun son tour. Chacun se sert.
Par contraste, le général de Gaulle a refusé de toucher ses indemnités de chef d’Etat. Sa femme vendait certains cadeaux de leur mariage pour payer des factures.
Il est vrai que comparer Charles de Gaulle aux politichiens actuels c’est comparer l’incomparable.
Où sont les nouveaux Jaurès, Herriot, Mandel, De Gaulle, Moulin, Mendès-France, Pinay, Ed. Faure, Delors, Bérégovoy …?

Le Red Luis Suarez (27 ans) est le meilleur attaquant du monde

Liverpool va sans doute remporter la Premier League. Sous la domination de Man United, les Reds n’ont plus gagné le titre depuis 1990. Il a suffi que MU change d’entraîneur, avec le départ de Sir Ferguson, pour que les Reds jouent à nouveau les premiers rôles. Attention les clubs morts de faim ne lâchent rien en Angleterre. Le Red Steven Gerrard est tout près de remporter son premier championnat mais ce n’est pas encore fait.

Dimanche 20 avril 2014:
Norwich - LIVERPOOL
(13 h)

Les trois clubs qui ont gagné au moins 10 championnats:
1 Manchester United: 20
1908, 1911, 1952, 1956, 1957, 1965, 1967, 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013

2 Liverpool: 18
1901, 1906, 1922, 1923, 1947, 1964, 1966, 1973, 1976, 1977, 1979, 1980, 1982, 1983, 1984, 1986, 1988, 1990

3 Arsenal: 13
1931, 1933, 1934, 1935, 1938, 1948, 1953, 1971, 1989, 1991, 1998, 2002, 2004

Sans l’ombre d’une hésitation, Luis Suarez est actuellement le meilleur attaquant du monde et comme les attaquants sont les joueurs les plus en vue, Luis Suarez est donc le meilleur joueur du monde.
En fin de saison 2014, Suarez est largement au-dessus de Ronaldo et Messi.
L’Uruguayen est fantastique à voir jouer.
El pistolero, né le 24 janvier 1987 à Salto (Uruguay) sait tout faire:
Buteur avec l’instinct du tueur.
Passeur.
Récupérateur.
Puncheur.
Adroit.
Rusé, feinteur.
Leader de terrain.
Grande coordination de gestes.
Excellent timing.
Immenses qualités techniques.
Extraordinaire lecteur de jeu;
Merveilleux joueur sans ballon, il s’est de démarquer.
Dès qu’il a le ballon ou va l’avoir tout devient possible, magique. Il joue vite avec la rage au ventre.
Luis Suarez est à la hauteur de sa réputation. On célèbre des attaquants qui sont souvent décevants. L’Uruguayen, lui, supporte la pression et assure lors des grands matchs. Gagneur acharné, il lui arrive de commettre des excès. On ne peut pas réclamer des joueurs de tempérament et se plaindre lorsqu’ils l’expriment.
Il est évident qu’il ne faut pas rater les matchs de Liverpool qui s’est mis à son niveau notamment Daniel Sturridge et Raheem Sterling. Les trois forment un trident extraordinaire.
Cette saison avec un Man United moribond, la Premier League a eu plusieurs animateurs: au début, Arsenal dominait les débats, ensuite Man City a pris le relais pour le donner à Chelsea. Désormais c’est Liverpool qui a pris le pouvoir.
Liverpool va sans doute gagner le championnat après le long règne de Man United.
Le Red Devil Wayne Rooney devrait prendre exemple sur la concentration de Suarez. Rooney est beaucoup trop inconstant. Rooney finit par être un joueur à éclipse tandis que Suarez répond présent le jour J.
D’aucuns comparent Suarez à Karim Benzema, sauf que le Français ne sait pas conclure aussi bien que Suarez. Benzema est très bon collectivement grâce une transmission de balle de très grande qualité mais il ne sait pas tuer le match de manière systématique, comme le fait si bien Suarez.

Voici les matchs du week-end:
Samedi 19 avril 2014 (18 h 30):
Chelsea - Sunderland *

Dimanche 20 avril 2014:
Norwich - LIVERPOOL
(13 h)

Monaco - Nice (14 h)

Hull - Arsenal (16 h)

Everton - Man United (17 h 10)

[Post dédié à Sir Alex Ferguson]

*Chelsea a perdu 1-2 contre toute attente, voir POST plus haut.

17.04.14

Permalien 18:56:52, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Monsieur Proust, de Céleste Albaret, avec Georges Belmont (Robert Laffont/ Documento)

Confidence déchirante de Madame Albaret, personnage considérable dans la vie de Marcel Proust. Mine de rien, elle a tenu un rôle d’accoucheuse du talent de Proust qui aimait Madame Albaret d’un amour sans arrière-pensée.

Si vous n’avez jamais lu ce livre vous avez de la chance car c’est un ouvrage à lire d’urgence dès lors qu’on aime la littérature.
De fait, les souvenirs de Céleste Albaret sur Marcel Proust est un miracle de l’édition. Il a été écrit par Georges Belmont. Il serait d’ailleurs plus correct de mentionner son nom sur la couverture car il s’agit d’un excellent livre. Georges Belmont a fait des heures d’interviews avant de tout remettre par écrit, avec grâce, avec bonheur, avec intelligence, avec compétence, avec plaisir, avec une grande sensibilité.
Mieux vaut lire cet ouvrage que des romans à la mode sans aucun intérêt spirituel ou stylistique.
Bien écrit, ce volume est à la fois un livre sur Proust et sur celle qui fut sa gouvernante.
Céleste Albaret a été aimée par Proust, et la réciproque est vraie. Il s’agit d’un amour absolu. Madame Albaret connaissait parfaitement Proust, son patron. Elle était une amie, une confidente. Quelqu’un qui reposait Proust parce qu’il n’était pas lié à elle par le sang ou la sexualité. Un amour pur dans le sens jamais trahi, jamais feint. Ni voyez aucune connotation religieuse ou morale.
Gouvernante ? Cela lui allait bien. Elle le gouvernait, dans le sens qu’elle l’aidait à se recentrer sur l’essentiel. Elle était comme une troisième grand-mère, une grand-mère tombée du ciel. Il avait une confiance sans limite en elle. C’est à elle et à elle seule qu’il a dit en premier cette phrase : « J’ai mis le mot fin… Je peux mourir maintenant…» Oui, FIN, pour dire que son manuscrit de la Recherche du temps perdu était terminé. C’est autre chose que d’envoyer par courriel un nouveau produit commercial pour le faire valoir avec le nom que l’on sait déjà fait, comme disait La Bruyère.
Un tel livre de souvenirs est une merveille et convient si bien à Proust. Mieux qu’une biographie traditionnelle. Il s’agit d’un miracle éditorial. Certes tout l’intérêt vient que l’on y évoque Marcel Proust, l’un des plus grands écrivains de l’Histoire de l’Humanité. Cette réédition paraît dans la très belle collection de chez Robert Laffont/ Documento. Elle comprend un cahier photos et des fac-similés de lettres de Proust. Il y a même un index. Il est vain de résumer ce livre. Il faut aller l’acheter au plus vite, et s’en délecter. Un livre d’amour avec un grand A ne se refuse pas. Monsieur Proust est à ranger à côté de la Recherche. Il faut que les livres se touchent. Dans la vie, Madame Albaret se tenait debout face au lit de l’écrivain.

-Monsieur Proust
de Céleste Albaret. Souvenirs recueillis par Georges Belmont. Robert Laffont/Documento, 458 p., 10,90 €

La chevauchée fantastique de Gareth Bale offre la Coupe du Roi au Real Madrid

Mercredi 16 avril 2014
Finale de la Coupe du Roi 2014
A Séville
Barcelone 1-2 Real Madrid

But pour le Barça: Bartra (68e)
Buts pour le Real: Di María (11e), Bale (85e)

Gareth Bale a quelque chose de surhumain. Les yeux, la forme du visage, la musculature.
Pas un robot mais un homme taillé dans le roc. Il pourrait jouer dans des westerns.
Ses yeux sont électriques, effrayants d’intensité.
Le match piétinait, s’enlisait dans le non choix. A 1-1, C’était un football qui bégaie des deux côtés mais encore plus au Barça qui a eu le mérite quand même de revenir au score.
Soudain, Gareth Bale pris la décision de tenter un raid solitaire.
Il partit de son camp comme le grand latéral qu’il était en Angleterre. Il est plus efficace latéral que milieu.
Sa chevauchée fut fantastique.
Et il est allé au bout, conduisant le ballon de pieds de maître pour achever le gardien, du gauche tendu.
Alors que l’on pouvait penser que le Barça allait se réveiller contre le Real Madrid lors du 227e Clasico de l’Histoire, il n’en a rien été même si Neymar a raté l’égalisation en toute fin de match par un tir qui s’est écrasé sur le montant.
Du coup Casillas est allé remercier le poteau comme si c’était un défenseur, un humain.
Epoustouflante fin de match alors que l’on commençait à s’ennuyer.
Eliminé de la Champions League par l’Atletico Madrid - leader de la Liga- Barcelone traverse une mauvaise passe, d’autant plus qu’en face C. Ronaldo, blessé, ne jouait pas. Le Real sans Ronaldo c’est comme le PSG sans Ibrahimovic, bien que le Real possède d’autre F1 du football, à l’image de Gareth Bale qui a marqué un but dans sa position favorite, celle d’un latéral qui procède par contre.
Le Gallois, sur le côté gauche, est parti de son camp pour aller marquer tout seul.
Il a réalisé un grand pont sur Marc Bartra, en sortant complétement du terrain- lui et pas le ballon- avant de s’infiltrer dans la surface, en se positionnant idéalement en pleine course pour tromper le gardien Catalan Pinto d’un pointu du gauche. Une action grandiose digne des plus grands ailiers de l’Histoire. Le Gallois dégage énormément de puissance. C’est un athlète très impressionnant. Il a l’air indestructible.
Sa course hors du terrain est sublime. Les lois sont magnifiques: le joueur peut sortir des limites du terrain mais pas le ballon. Fallait y penser. Images spectaculaires. Bale démontre que sa valeur de 90 M€ n’est pas une folie financière. Finalement Gale est au-dessus du commun des mortels. A la fin du match, C. Ronaldo est venu l’embrasser, genre merci de m’offrir ce trophée. Merci pour l’interim. CR7 est vraiment grand, aucune jalousie, que de la reconnaissance. Tout heureux de la victoire des siens, C. Ronaldo, en costard-casquette, a couru sur la pelouse, s’est frayé un chemin, pour saluer Bale. Le héros du clasico.
Dans le camp d’en face, Messi a joué sur les rotules, sans force et sans inspiration.
L’Argentin a été absent des débats. Il a illustré la mauvaise saison du Barça..

PS: en France, Guingamp s’est qualifié pour la finale de la Coupe de France, en éliminant Monaco…

Man City laisse la voie libre à Liverpool et Arsenal reste 4e sans jouer

Mercredi 16 avril 2014
Manchester City 2 - 2 Sunderland
Buts pour les Citizens: Fernandinho (2e), Nasri (88e)
Buts pour Sunderland: Wickham (73e), (83e)

Everton 2 - 3 Crystal Palace
Buts pour Everton: Naismith (61e), Mirallas (86e)
Buts pour les visiteurs: Puncheon (23e), Dann (49e), Jérôme (73e)

Classement:
1 Liverpool 77 pts 34 matchs/ 24 5 5/ 93 42/ + 51
2 Chelsea 75 34/ 23 6 5/ 66 24/ + 42
3 Manchester City 71 33/ 22 5 6/ 88 34/ + 54
4 Arsenal 67 34/ 20 7 7/ 59 41/ + 18
5 Everton 66 34/ 19 9 6/ 55 34/ + 21

Le championnat anglais 2014 s’est certainement joué ce 16 avril lors du match en retard City-Sunderland.
Alors qu’il venait d’égaliser, Nasri a raté le K.O. définitif quelques secondes après en tirant au-dessus de la cage quand une simple pichenette à droite ou a gauche du gardien aurait suffi. Mauvais choix mais tout va si vite. Le partage des points à domicile contre le dernier du classement met désormais City à six points de Liverpool qui n’a plus qu’un match d’avance sur les Citizens.
Le 27 avril, Liverpool - Chelsea nous renseignera encore davantage sur le prochain champion d’Angleterre. Les Reds sont on ne peut mieux placés.
Pour la 4e place très importante pour la C1 2015, le faux pas d’Everton fait un bien fou à Arsenal ! La défaite à domicile d’Everton est une très bonne nouvelle pour les Gunners.
Arsène Wenger est en passe de jouer la C1 2015 et de remporter la FA Cup 2014.
Il est temps de chasser la poisse.
Pendant ce temps, Man United boucle sa saison de club de ventre mou. Dure réalité pour un club habitué à jouer les premiers rôles.

16.04.14

Permalien 15:00:47, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Courbet ou la peinture à l’oeil, de Jean-Luc Marion (Flammarion)

Connaissez-vous Jean-Luc Marion ? Non, il est pourtant académicien français. De fait, il siège sous la Coupole- selon l’expression- depuis 2008 au fauteuil de Monseigneur Lustiger dont il fut le collaborateur. Né en 1946, Jean-Luc Marion est spécialiste de Descartes et de phénoménologie. Il existe donc des écrivains qui ne vont pas faire le gugusse à la télévision. « Etre un œil veut donc dire que Courbet parvenait à peindre ce qu’il voyait, avant de savoir de quel objet il s’agissait éventuellement, qu’il parvenait à rendre l’apparition sans la pré-voir, sans la pré-concevoir, bref à la rendre comme elle se donne. »
Ce n’est pas étonnant que Cézanne aimait la peinture de Courbet car le peintre de la Montagne Sainte Victoire voyait les choses et les paysages d’abord sous forme de volumes. Jean-Luc Marion ouvre son livre en soulignant les paradoxes de Courbet, « socialiste autoproclamé qui n’a jamais peint le monde ouvrier ». Les peintres n’ont font qu’à leur tête. Picasso a peint Guernica mais il n’a pas pris les armes pour chasser les ennemis de la liberté. Lui, son arme c’était les pinceaux. Reproche-t-on a Bonnard de ne pas avoir peint des tableaux sur la Grande Guerre ? L’important pour un peintre, c’est la peinture, et non pas de sauver le monde.
Ce qui me frappe chez Courbet c’est qu’il a peint des scènes sans intérêt, genre Cerf courant uniquement pour dire : « Vous voyez, moi aussi je sais le faire ça. » Un peu un Lautréamont de la peinture, auteur à la fois des Chants de Maldoror et des Poésies. Le conventionnel et l’avant-garde révolutionnaire. Courbet regarde et ne montre jamais !
Tout l’ouvrage nous démontre que Courbet n’est pas tombé dans la banale commercialisation de son art et qu’il peignait gratis donc à l’œil… je veux dire sans aide étatique. Et peindre à l’œil cela signifie aussi qu’il se méfiait des interprétations. Voir ce qu’il voyait lui suffisait amplement. Cet ouvrage devrait accompagner les novices qui vont visiter les expositions et les musées comme s’il s’agissait d’aller aux spectacles vivants. Pour voir la peinture, il faut le troisième œil. Sinon on ne voit pas plus les tableaux de Courbet qu’un coucher de soleil.

-Courbet ou la peinture à l’oeil
de Jean-Luc Marion
Flammarion, 228 p., 23 €

Permalien 00:06:40, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'adieu aux Aiglons Rémy Fronzoni et André Boragno

Vous me permettrez d’y voir un signe.
Au moment où deux Aiglons viennent de rejoindre le ciel, comme on dit, les instances de football veulent interdire l’envol de l’Aigle de Nice qui descend des cieux pour venir se poser sur la pelouse du stade.
C’est vraiment ignorer la grandeur du symbole, celui du courage et de la puissance. D’abord Nice est associé à l’Aigle comme Paris à l’Arc-de-triomphe. Ensuite, l’Aigle, qui vient d’en haut pour nous rejoindre sur la pelouse, incarne tous les Aiglons disparus qui descendent du ciel pour venir jouer avec nous.
Ainsi quand je vois l’aigle tournoyer dans l’Allianz Arena, je pense à Chorda, Rodzick, Isnard, Cauvin, Poitevin, Nurenberg, Lamia…
Il faut rappeler que selon la légende, l’Aigle, l’oiseau-roi, est le seul à pouvoir regarder le soleil en face.
Depuis le début du printemps, nous venons de perdre eux Aiglons.

Le Niçois Rémy Fronzoni, ancien demi défensif des Aiglons de 1952 à 1958, est mort à l’âge de 84 ans.
Le Nissart a disputé une centaine de matchs de championnat avec le Gym, devenant champion de France D1 1956. Il a fait aussi partie de l’aventure de la conquête de la Coupe de France 1954 sans jouer la finale.
Rémy Fronzoni a joué six saisons à l’OGC Nice, le club de sa ville natale qu’il aimait tant.
Sobre et consciencieux, il avait la particularité de faire passer la vie du groupe avant sa propre carrière. A l’époque, on ne pouvait pas remplacer les joueurs pendant un match. Aujourd’hui, 14 joueurs sont concernés lors d’un match. Jadis, seulement onze. D’où le grand sens du collectif dans la personnalité de Rémy Fronzoni.

Appartenant lui aussi au domaine défensif de l’Histoire de l’OGCNice, cette fois de 1958 à 1964, André Boragno est mort à l’âge de 78 ans.
Originaire de La Londe, dans le Var), le défenseur a fait l’essentiel de sa carrière au Ray, en première division. Pouvant jouer au milieu de terrain, il a pris sa véritable dimension dans la défense centrale de l’OGC Nice qu’il défendait avec une ardeur jamais prise en défaut. Son caractère de rassembleur l’a amené à devenir capitaine de sa formation tant il était dévoué à ses partenaires.
Après 250 matchs en professionnel -à Nice, Stade Français et Toulou- Boragno a fait la jonction avec la nouvelle génération d’Aiglons, celle de Maurice Serrus, Francis Isnard, Guy Cauvin et Charly Loubet.
La première fois que je suis allé au Ray, si je me souviens bien c’était un match en nocturne, il Y avait dans l’équipe, “Dédé” Boragno avec son brassard blanc, Cornu, Rustichelli et dans la cage, Garofalo.
Boragno m’impressionna car il avait une grande activité, régnant dans la défense.
D’habitude c’est moi qui jouait au ballon. Cela m’a marqué définitivement. Je pensais que seuls les enfants jouaient au football. Là je voyais des adultes. Jamais je n’ai oublié cette particularité. Les joueurs avaient des maillots rouge et noir. Sans publicité. Sans nom de joueur. Sans logo de sponsor. Ils ne portaient qu’un numéro dans le dos, de 1 à 11. A cette époque-là, il fallait vraiment aimer le football pour s’y intéresser et surtout le pratiquer.
Si le football est devenu le sport numéro dans le monde c’est notamment grâce à Rémy Fronzoni, à André Boragno et à leurs amis. Je déteste l’ingratitude.

[Post dédié à Maurice Serrus]

15.04.14

Permalien 17:57:29, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

L'hymne de Liverpool est le plus beau du monde

On comprend que Liverpool est la ville des Beatles.
Le stade chante juste.

Hommage reconnaissant aux Beatles:

John Lennon (†)
Paul McCartney
George Harrison (†)
Ringo Starr

Anciens membres
Pete Best
Stuart Sutcliffe (†)

Qui va gagner la Premier League 2014 ?
A présent, j’opte pour Liverpool qui joue mieux que Chelsea et City.
Merci à Sir Ferguson qui nous a tant donné à Man United.
MU est dans le ventre mou. Dur à avaler. David Moyes doit montrer plus de caractère, MU ce n’est pas exactement un club de seconde zone.
Ce lundi 14 avril 2014, Arsenal vient de repasser devant Everton pour occuper la 4e place synonyme de droit d’accéder peut-être à la Champions League 2015. Arsenal est actuellement dans la situation de remporter la FA Cup et de ne pas aller en C1 soit le contraire de ce qui se passe chez les Gunners depuis 2005… Quel paradoxe !
Everton doit recevoir MU. Il se peut que Man United rende un grand service à Arsène Wenger.
Cela serait la moindre des choses car Everton a empêché MU d’être champion au profit de Man City !

Les six grands coachs de 2014 avec mention spéciale à Brendan Rodgers (Liverpool)

Je l’avoue bien qu’étant un Red Devil, je ne peux pas détester la ville qui m’a donné les Beatles qui accompagnent ma vie depuis les années 1960. A leur séparation, j’ai éclaté en sanglots. Pourquoi les Beatles ont-ils duré si peu longtemps alors que les Rolling Stones jouent encore en 2014 ? Pourquoi John et George sont-ils déjà morts ? Deux questions qui me hantent. Aucun chanson des Beatles n’est démodée. C’est ma consolation.

On a beau dire ce que l’on veut un entraîneur c’est capital.
On disait que Barcelone était aussi fort sans Guardiola, et cette saison Barcelone bafouille son football alors que Guardiola fait briller le Bayern Munich, déjà champion de Bundesliga.
Diego Simeone a animé toute la saison espagnole avec l’Atletico Madrid.
En Italie, Antonio Conte réussit très bien à la Juventus Turin avec un Pirlo exceptionnel.
A la Roma, Rudi Garcia et Totti font un malheur ensemble.
En Angleterre, Brenda Rodgers a relancé Liverpool qui est plus aimé que Man United au temps de sa récente gloire. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Les médias préfèrent les Reds. En France, les médias préfèrent aussi les Verts à l’OM ou a Paris.
La limpidité du football de Liverpool entraîné par Brenda Rodgers ce printemps 2014 est d’une beauté à couper le souffle.

Les entraîneurs qui ont animé la saison 2013-2014:

Diego Simeone/ Atletico Madrid

Antonio CONTE/ Juventus Turin
Rudi GARCIA/ Roma

Brendan Rodgers/ Liverpool
José Mourinho/ Arsenal

Pep Guardiola/ Bayern Munich

Voir:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/les-coachs-brendan-rodgers–liverpool—diego-simeone–atletico-madrid–et-rudi-garcia–roma–sont-les-revelations-de-2014_254.htm

Permalien 09:07:38, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les Inépuisables (Gadenne, Kotzwinkle, di Ciaula et Haushofer) nouvelle collection Actes-Sud

Chez un concurrent, il existe déjà les Introuvables. Là il est question des Inépuisables, soit le contraire des épuisés, formules utilisés pour dire que les livres ne sont plus disponibles en librairie. Actes-Sud a choisi de rééditer les titres de sa maison qui « doivent absolument rester ». La première série des inépuisables en novembre 2013 était composée de L’année de l’amour (Paul Nizon), Cantiques des plaines (Nancy Huston), Senso (Camillo Boito) et Le chemin de serpent (Torgny Lindgren).
Chaque année, Actes-Sud publiera quatre reprises dans cette sélection. Des livres de référence pour la maison. Qu’ils aient été des succès de librairie ou pas. La présentation est très soignée mais sans image pour se démarquer des autres collections Actes-Sud qui doit son succès aussi à sa maquette reconnaissable entre toutes. Cette fois les livres sont reliés, cartonné et toilé. Il y a même un signet. L’emballage, l’extérieur est conçu pour durer exactement comme le texte, l’intérieur. Voici la seconde livraison des inépuisables:

-Baleine, de Paul Gadenne. Actes-Sud, 37 p., 10€
Ce texte de Paul Gadenne publié pour la première fois par Albert Camus fut réédité en 1982. Cela a permis de (de)découvrir celui qui est enterré à Saint-Paul de Vence non loin de Calet. Gadenne fait partie de ces écrivains appréciés par une fratrie de lecteurs qui ne lisent pas [que] les produits imposés par les médias de masse. Le récit est métaphorique : une baleine échoue sur une plage au grand dam d’un couple qui voit dans ce cadavre montagneux une mer de symboles.

-Le nageur dans la mer secrète, de William Kotzwinkle. Traduit de l’américain par Jean-Paul Gratias. Actes-Sud, 90 p., 13 €
C’est l’histoire d’un accouchement. On attaque d’emblée par « la perte des eaux ». Un récit tambour battant jusqu’à la maternité. Les parents s’y retrouveront, et les non parents se diront : on l’a échappé belle ! Ce livre se lit d’une seule traite, impossible de le lâcher. L’action, les dialogues se succèdent à la vitesse grand V. On a l’impression d’être dans une ambulance avec les sirènes qui hurlent dans la nuit. Du grand art.

-« Tuta blu » (Bleu de travail), de Tommaso di Ciaula. Traduction de l’italien et préface de Jean Guichard. Actes-Sud, 261 p., 19 €
Il s’agit d’un témoignage coup de poing sur le monde ouvrier en Italie. Un livre qui fait mal. Un livre qui fait aussi du bien car c’est la vérité d’un homme, celle de Di Ciaula, tourneur, petit-fils de paysans dans l’Italie du Sud, près de Bari. Tous le livre est une suite de flashs, de colères, de fraternité, de description de la crasse, de rêves, de l’asservissement, d’ennui, de fatigue. Le préfacier et traduction Jean Guichard écrit : « Sens profond de la solidarité ouvrière, mais loin de tout ouvriérisme, il dit aussi que les ouvriers sont des cons aliénés par la voiture et le football » (sic) Grande œuvre par son urgence de témoigner sur des valeurs qui foutent le camp. Du sang, des larmes, de la sueur. Des pages avec la plume trempée dans le cœur de l’auteur.

-Le mur invisible, de Marlen Haushofer, traduit de l’allemand par Liselotte Bodo et Jacqueline Chambon. Actes-Sud, 345 p., 22 €
Récit d’une femme claquemurée dans un chalet, au cœur d’une ambiance de fin du monde. Et ce mur invisible qu’on se prend en plein visage. On a l’impression d’être sur un bateau à la dérive alors que nous sommes à la montagne. Le chalet n’est plus qu’un bateau sans gouvernail, sans voile, sans moteur, sans vent. Histoire exceptionnelle de la survie d’un être du commun des mortels qui finit par se comporter en héroïne héroïque. Grâce au travail, on tende de tordre le cou à la solitude. Grâce à la prise en charge de soi-même on traverse toutes les étapes sans se plaindre. Une leçon de vie.

14.04.14

Permalien 19:21:07, Catégories: EN MARGE, LA REVUE DE STRESS  

Strasbourg a joué devant 20 403 spectateurs en National !

Strasbourg absent de la L1. Voilà une place forte du football français qui n’arrive pas à retrouver sa place parmi l’élite.
C’est regrettable vu l’engouement de ses supporters.
Quand on a de la mémoire, on se rappelle des grandes figures de Strasbourg: Haan, O. Rohr, Hauss, Remetter, Wendling, Molitor, Hausser, Gemmerich, Specht, Dropsy…
Avec 20 403 spectateurs présents dans les gradins de la Meinau lors de Racing-Colmar (1-2), Strasbourg a battu l’ancien record d’affluence, détenu par le FC Metz (18 545 spectateurs).
L’an dernier, en CFA, le RCSA avait également battu le record d’affluence de la division lors de la venue du FC Mulhouse (1-1), avec 20 044 spectateurs.

Conquérant pendant la première période, contre Colmar, Strasbourg menait par un but de Mendy.
Au retour des vestiaires, les Strasbourgeois méconnaissables ont offert, bien malgré eux, la victoire à Colmar (1-2).
Cette quatrième défaite de suite semble conduire le RCSA en CFA le soir même où il bat le record d’affluence en National.

Une saison après s’être extirpé de l’enfer CFA, le Racing risque de retrouver le quatrième échelon national la saison prochaine. Le derby a fait très mal. Le terrible dans cette histoire c’est que Colmar, l’autre club alsacien du National, est sans doute l’équipe qui a envoyé le RCSA en CFA, à la case retour quoi !

Classement de Strasbourg en National:
17e Strasbourg 24 points 28 matchs/ 5 9 14/ 23 32/ -9
18e Uzès Pont du Gard 17 28/ 3 8 17/ 19 46/ -27

Palmarès de Strasbourg:
Champion de France L1 1979
Coupe de France 1951, 1966, 2001
Coupe de la Ligue 1964, 1997, 2005
Champion de France D2 1977, 1988
Coupe Gambardella 1965, 2006

NOTA BENE DU 17 MAI 2014:
Promu en National deux ans après sa rétrogradation judiciaire en CFA2, le Racing est stoppé net dans son envol. Les Alsaciens ont été battus à Colomiers (2-1) lors de la 33e et avant-dernière journée du championnat National et son mathématiquement condamné à la relégation en CFA.

[Post dédié à Maurice Serrus]

Permalien 17:59:01, Catégories: ANTI-FOOTBALL, LA REVUE DE STRESS  

Cascade de blessés, à deux mois de la Coupe du Monde 2014

Quand j’étais enfant je rêvais de voir du football à la télévision. Il n’y en avait pas. On ne voyait que les matchs de l’équipe de France, la finale de la Coupe de France, et la finale de la Coupe d’Europe. Aujourd’hui, il y a du football chaque jour à la télé. Bien sûr je ne les regarde pas tous. Je n’en vois que deux par semaine. Tout a changé: un gamin de Marseille peut aujourd’hui n’aimer qu’Arsenal. Avant c’était impossible. La conséquence de ce football à outrance: les blessures des joueurs sont de plus en plus nombreuses, surtout en fin de saison. Je suis contre ce football non stop. C’est inhumain. Trop c’est trop. Si j’étais professionnel en 2014, je sélectionnerais les matchs pour m’économiser.

A deux mois de la Coupe du Monde, force est de constater que la saison a fait des dégâts.
Il y a tant de matchs, tant de compétitions que les organismes des meilleurs joueurs des meilleurs équipes sont sur les rotules.
La liste des blessés est longue, de plus en plus longue:
C. Ronaldo (Portugais, Real Madrid)
Rooney (Anglais, Man United)
Van Persie (Néerlandais, Man United)
Ozil (Allemand, Arsenal)
Yaya Touré (Ivoirien, Man City)
Messi (Argentin, Barcelone) est devenu un joueur à éclipse.
Voilà de grandes stars ultra fatiguées.
Dans les années 1930, on avait demandé à Alfred Aston, le très grand ailier de l’équipe de France s’il était content de participer à la Coupe du Monde. Le “feu follet” rétorqua du tact au tact:
-"Vous voulez rire… J’ai besoin de vacances, je n’en peux plus!”
Que dirait-il en 2014 ?
On a vu aussi que Zlatan Ibrahimovic s’est blessé tout seul en plein match, lors du 1/4 aller contre Chelsea. Ce qui signifie bien qu’il s’agit de blessure dû à la fatigue, à l’usure, au trop plein de matchs, à la sollicitation sans fin du corps. Le Suédois, lui, pourra se reposer car le Suède ne s’est pas qualifiée pour le Brésil.
Quand on a joué plus ou moins de 60 matchs, on a le droit d’être crevé.
De fait: il faut compter le championnat, les trois coupes nationales, les matchs européens plus les matchs en équipe nationale.
Et les instances du football ont le culot de nous dire que le dopage- ou médicalisation- n’est pas nécessaire au football car c’est un sport collectif.
Trop de football tue le football. Je ne souhaite pas qu’il tue les footballeurs.
Comme leur salaire est astronomique, les acteurs ne se plaignent pas. Cependant cela fait mal de voir des champions s’arrêter de jouer, se tordant de douleur suite à leurs efforts répétés.

VOICI LES 8 GROUPES DE LA COUPE DU MONDE, du 12 juin au 13 juillet 2014, au Brésil :

GROUPE A : Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun

GROUPE B : Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie

GROUPE C : Colombie, Grèce, Côte d’Ivoire, Japon

GROUPE D : Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie

GROUPE E : Suisse, Equateur, France, Honduras

GROUPE F : Argentine, Bosnie, Iran, Nigeria

GROUPE G : Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis

GROUPE H : Belgique, Algérie, Russie, Corée du sud

Permalien 12:32:35, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

"La politesse des Lumières", de Philippe Raynaud & "Diderot et ses artistes", de Michel Delon (Gallimard)

Michel Delon parle de Diderot comme d’un ami qu’il vient de quitter. Ici, il parle de Diderot cul par-dessus tête (Albin Michel, 2013) Chez Gallimard il publie le délicieux Diderot et ses artistes.

Sous titré « Les lois, les mœurs, les manières », cet instructif essai de Philippe Raynaud nous rappelle que le siècle des lumières a surtout contribué à fuir les griffes de la religion, notamment grâce à Jean-Jacques Rousseau, cela lui a coûté très cher : il a dû fuir Montmorency comme un bandit des grands chemins pris en flagrant délit de vol dans une diligence.
Les philosophes du XVIIIe siècle mettent en avant l’humain, les rapports de leurs contemporains en société. La France est en première ligne dans cette révolution des esprits. Avec brio, Philippe Raynaud ausculte les faits et gestes des acteurs des Lumières sous le prisme de la politesse.
Rousseau, natif de Suisse, aura marqué son temps de manière indélébile. Il est persuadé que les Sciences et les Arts ne contribuent pas à épurer les mœurs. Dès qu’il y a polémique, on oublie tout pour ne s’attacher qu’au combat en cours. Le savoir n’empêche pas les hommes d’être égoïstes.
D’Alembert pensait le contraire. Toutes ces questions ne sont plus d’actualités parce qu’elles sont devenues des produits commerciaux. On va au théâtre qui est devenu une entreprise et les laboratoires pharmaceutiques se battent pour imposer le dernier laxatif à la mode. Les questions ne sont plus d’actualités mais les réponses oui…
Dans un hors-série de la désormais célèbre collection Découvertes, Michel Delon nous propose de (re)découvrir Diderot sous l’angle de sa veine critique. Il se détournait des peintres académiques sans talent, au profit des toiles de Chardin. On ne peut que saluer le troisième œil de Diderot. Le délicieux ouvrage de Michel Delon provoque un bonheur de lecture. On déplie les pages pour découvrir les reproductions des peintures de Gabriel-François Doyen. Bien-sûr manque la matière mais la qualité d’impression est si impeccable que l’on peut voir de très près ce qu’on ne peut presque plus faire dans les musées. Rien ne vaut la vraie confrontation avec un chef d’œuvre mais pouvoir s’en faire une idée très précise grâce à Michel Delon cela ne se refuse pas.

-La politesse des Lumières
de Philippe Raynaud. Gallimard, 294 p., 23 €
-Diderot et ses artistes
de Michel Delon. Gallimard, 50 illustrations, 8,90 €

13.04.14

Permalien 01:25:11, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Vainqueur des Citizens, Liverpool de coach Brendan Rodgers rêve de remonter sur son perchoir laissé vacant par United

Dimanche 13 avril 2014
Liverpool 3-2 Manchester City

Buts pour les Reds :Sterling (6e), Škrtel (26e), Philippe Coutinho (78e)
Buts pour les Citizens: Silva (57e), Johnson (62e csc)

Classement
1 Liverpool 77 points 34 matchs/ 24 5 5/ 93 42/ + 51
2 Chelsea 75 34/ 23 6 5/ 66 24/ + 42
3 Manchester City 70 32/ 22 4 6/ 82 32/ + 54

Qui connaît Brendan Rodgers ?
Pas grand monde.
Il est possible que sa carrière reçoive un grand coup de projecteur d’ici quelques semaines puisqu’il est en passe de remporter le championnat que ne gagne plus les Reds depuis plus de 20 ans.
Brendan Rodgers (né le 26 janvier 1973) est un ancien footballeur nord-irlandais. Devenu coach, il a travaillé à Chelsea avec José Mourinho. En 2012, il a fait monter Swansea en Premier League avant d’être nommé coach de Liverpool.
Au printemps 2014, Liverpool est le club anglais qui produit le plus beau football.
Les joueurs de Rodgers font très vite circuler le ballon pour se projeter dans la surface de vérité adverse.
Ils font beaucoup de une-deux. Ils développent un football efficace et spectaculaire.

Très grand match à Anfield.
Ce week-end, toute l’Angleterre du football a commémoré les 25 ans de la tragédie d’Hillsborough où 96 personnes ont trouvé la mort le 15 avril 1989, piétinées, étouffées. Ensuite, le gouvernement de Mme Tchatcher réorganisa toute la sécurité du football pour obtenir la plus grande tenue de ce qui est devenue le plus médiatisé des championnats.
A Anfield, l’émotion était immense avant le coup d’envoi.
On a eu une minute de silence.
Le stade a bien sûr chanté l’hymne du club.
Le match à commencer sur une pelouse impeccable aux quatre coins du terrain.
Liverpool a dominé toute la première mi-temps avec un Suarez au sommet. C’est l’un des trois meilleurs footballeurs de 2014 et sans doute le meilleur attaquant du monde. Il respire le football, et son altruisme est un cas d’école.
Mené 2-0, Man City est revenu en seconde mi-temps avec de meilleures intentions pour recoller à 2-2.
Liverpool a fini par l’emporter, justement. Les Reds méritaient la victoire, d’autant qu’ils auraient dû bénéficier de deux penaltys indiscutables sur Suarez et sur Sturridge. Les arbitres anglais ne sont meilleurs que les autres.
Liverpool est en bonne position pour gagner le titre après plus de 20 ans de vache maigre.
Les Reds par intermittence ont développé un football de rêve, passes courtes, permutation, etc…
Attention! rien n’est fait.
A quatre journées de la fin, le titre se joue entre Liverpool, Man City et Chelsea.
Sir Ferguson avait empêché Liverpool de gagner le championnat pendant plus de 20 ans.
L’Ecossais n’étant plus le coach d’United, les Reds vont-ils regrimper sur leur perchoir ?
Chelsea reste dans la course avec sa victoire à Swansea (0-1) grâce à Demba Ba qui vient de marquer encore un but décisif après celui qui a envoyé Chelsea en 1/2 de la C1. Comme quoi Mourinho est vraiment un champion ! Il a relancé Ba au bon moment. C’est ce que n’a pas su faire David Moyes qui a Munich aurait dû lancer Chicharito à la place de Rooney, carbonisé.
Moyes n’a pas osé faire devant le Bayern le changement qu’il fallait.
Le 27 avril a lieu Liverpool - Chelsea. A noter dans un coin de sa tête.

12.04.14

Permalien 11:17:26, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

"Sécher les couillons", de Daniel Crozes. (Rouergue)

Sécher les couillons…
Que signifie ce titre ?
“Agacer ou énerver fortement” nous dit l’auteur de cette anthologie de jurons, insultes et autres amabilités.
Sécher les couilles ? Soit, tu me les sèches ! Autrement dit : casser les couilles ! C’est plus direct. Tu me les brises menu comme dirait Michel Audiard.
Ce dictionnaire rabelaisien comme il se doit est à mettre dans toutes les mains surtout celles qui aiment palucher l’esprit bien de chez nous avec des gros sabots de l’Aveyron et d’ailleurs.
On peut même le lire en tongs près de la grande bleue.
Les gens vous montreront du doigt : « Qu’a-t-il à se ballonner tout seul celui-là ? »
On pourra répondre : « C’est à cause de Daniel Crozes qui nous fait bien marrer… »
Il y a plusieurs mots ou expressions misogynes, du genre «chèvre».
Et que dire de « couille » qui équivaut carrément à « conne ». Décidément, on lit à couilles rabattues si j’ose dire.
D’après vous que veut dire : « Cul de lapin maigre » ?
Avoir les fesses plates, celles où saillent l’os…
« Demi merde » ?
Soit une personne modeste, populaire ou alors un prétentieux.
Une enclume?
Imbécile, andouille, dégénéré.
« Rusque ? »
Objet de peu de valeur.
Le livre de Daniel Crozes n’est absolument pas rusque.

-Sécher les couillons, de Daniel Crozes. Rouergue, 189 p., 14,50 €

11.04.14

Arsenal accède à la finale de la FA Cup 2014 par la petite porte

1/2 finale de FA Cup
Samedi 12 avril 2014
Wembley
Wigan 1-1 Arsenal

But pour Wigan: Gómez (63e pen.)
But pour Arsenal: Mertesacker (82e)
Arsenal qualifié aux tirs au but (4-2)
Pronostic: Wigan 2-1 Arsenal

L’Arsenal de Wenger a le droit de disputer sa 10e finale de Coupe d’Arsène depuis 1996. Finale qui aura lieu le 17 mai 2014. Beau parcours mais que ce fut pénible pour atteindre ce chiffre 10 !
Menés au score, les Gunners ont égalisé huit minutes avant la fin du match puis se sont embarqués dans les prolongations pour atteindre petitement les tirs au but. Ils doivent la qualification pour la finale à leur gardien numéro deux, Fabianski, auteur de deux arrêts décisifs lors de la séance de tirs.
Dès la qualification en poche, Wenger tourna les talons et fonça dans les vestiaires. Il en avait assez vu !
L’important c’est d’être en finale n’est-ce pas.
Deux façons de penser:
1/ Arsenal est une équipe de Charlots incapables de gagner un trophée.
2/ Arsenal revient de loin et a démontré une belle force de caractère en ayant une forte pression sur les épaules.
J’opte pour la seconde réflexion.
Le football est d’une cruauté son nom. J’ai entendu plusieurs observateurs dire que “Wenger risquait son poste d’entraîneur sur la séance de tirs au but"…
Quoi ? Remettre en cause quelqu’un qui reconstruit le club à partir d’un taudis juste à l’occasion d’une “loterie” mentale et technique. Non, ce n’est pas sérieux.
Il faut attendre la finale, pour tirer une conclusion sur la saison.
Manchester United a gagné quoi en 2014 ? Rien !
Sans trophée depuis 2005, Arsenal vient de se faire doubler au classement de Premier League par Everton (4e).
La dernière apparition d’Arsenal remonte à la défaite en finale de la Coupe de la League 2011 face à Birmingham.
Douloureux souvenir. A effacer d’ici peu. Si possible. Pour repartir sans complexe.

ECRIT AVANT LE MATCH:

Face au commando de Wigan, immense pression sur Arsè/nal Wenger qui n’ a plus rien gagné depuis la FA Cup 1995

Arsène Wenger sait très bien que la Coupe n’est pas le championnat.
En Premier League, il faut de la régularité.
En FA Cup, il faut prendre chaque match comme si c’était une finale.
Seuls les clubs les plus riches en effectif peuvent remporter un championnat.
Le Coupe a du charme car elle permet aux plus petits budgets de se hisser au sommet.
La preuve Wigan, le tenant du titre, a battu Man City.
On sait que seul le football permet à David de battre Goliath sur un match.
Au basket, par exemple, c’est toujours le plus grand, le plus fort qui gagne.

Club de L2, Wigan aura 45 000 fans présents à Wembley.
La ville de Wigan est située dans le Grand Manchester c’est donc un club qui ne me laisse pas indifférent.

Arsène Wenger joue une nouvelle fois gros même si la défaite est désormais récurrente dans son curriculum vitae.
On sait que de point de vue économique, il n’a de leçons à recevoir de personne.
Il a pris Arsenal dans le ruisseau et l’a porté au sein des grands clubs alors que le club n’a aucune C1 dans ses vitrines.
Question sportif c’est autre chose: le club ne gagne plus depuis 2005, presque 10 ans. Ce long bail dans la défaite à fait dire à José Mourinho que Wenger était “le spécialiste des échecs". Dans la bouche d’un dialecticien de la dimension du Portugais ce mot d’auteur fait très mal. Un mot qui fera date dans la biographie du coach d’Arsenal si brillant à son arrivée en Angleterre en 1996.
Comme le club londonien ne gagne plus, le coach d’en face, Uwe Rösler, a persuadé ses joueurs- tenants du titre- qu’ils vont atteindre le finale. Le coach allemand est un préparateur façon commando.

Wenger s’est exprimé sur le site officiel d’Arsenal. (1) Il a plus l’air d’un docteur que d’un coach. Que de blessés ! Une hécatombe! Arsenal ressemble à un hôpital. On se croirait en pleine guerre. C’est très surprenant car à part Wilshere, il n’y a aucun guerrier dans les rangs d’Arsenal. A propos de guerrier, on remarque que Song l’ex costaud d’Arsenal ne quitte jamais le banc du Barça. Et Fabregas, roi à Arsenal, il n’est même pas serviteur au Camp Nou. Quant à Ozil, après de grands débuts, il s’est archavanisé. Il n’avance plus. On dirait qu’il a deux tonnes sur les épaules. A son arrivée, il jouait comme Socrates et après quelques semaines, il est devenu moins bon que Fellaini ! Arsenal a un côté essoreuse qui mérite une étude. On nous dit que Chamakh va tout casser et il disparaît comme un Belion. On recrute Park et il finit sur un Parking.

-Où en sont les pépins physiques ?
-"Je ne peux pas vous donner des nouvelles définitives parce que nous avons des incertitudes sur Chamberlain (aine), Gibbs (cheville), Rosicky (cuisse). Il y aura des décisions de dernière minute sur ces trois joueurs.”

-Ozil et Koscielny ?
-"Ozil et Koscielny sont toujours hors service. Je pense que Koscielny pourrait être prêt mardi et pour Ozil, il pourrait l’être samedi prochain. Ce serait un bon coup de pouce car pour le moment, nous avons trop de joueurs out et il est important de les remettre dans le groupe. Nous savons qu’à cette période de la saison, le nombre de joueurs out est trop nombreux.”

-Et Diaby ?
-"Il pourrait être disponible bientôt, peut-être dans quelques semaines.”

-Et Ramsey ?
-"Il est prêt à démarrer. Une bonne nouvelle parce que Flamini est suspendu.”

- Et Wilshere…
-"Tout va bien, mais il n’a pas commencé à courir.”

-Qui jouera dans la cage ?
-"Fabianski jouera dans les buts. Ce n’est pas une décision difficile parce que c’est une décision qui a été prise depuis longtemps. Il affiché des performances de niveau supérieur jusqu’ici dans tous les matchs. Il a très bien fait. Il a été l’homme du match dans les trois matchs, qu’il a joué.[C’est donc avouer que les Gunners ont été chahutés.]

(1)© http://www.arsenal.com/home

Les 1/2 finale de la C1 2014 Real Madrid-Bayern Munich & Chelsea-Atletico Madrid

« Le football est un miracle qui a permis à l’Europe de se détester sans se détruire » (Paul Auster).

TIRAGE au sort des 1/2 de la C1 2014

22/04/14 20h45 Atletico Madrid - Chelsea
23/04/14 20h45 Real Madrid - Bayern Munich

29/04/14 20h45 Bayern Munich - Real Madrid
30/04/14 20h45 Chelsea - Atletico Madrid

Quelle chance ont les fans de ces quatre clubs !
Rien n’est plus beau que l’attente des 1/2.
Pendant ce temps, les fans de MU, PSG et du Barça sont tous dépressifs.
La finale de la C1 peut être un derby madrilène !

Maintenant les faits ont parlé.
Les championnats les plus élevés sont:
LIGA: deux clubs en 1/2
BUNDESLIGA: le tenant du titre est en 1/2
PREMIER LEAGUE: Chelsea sauve l’honneur du football anglais.
Les championnats les moins forts sont la LIGUE 1 française, on le savait. Et la SERIE A italienne en pleine déconfiture à l’image de l’AC Milan.

Les 4 meilleurs entraîneurs sont tous des Latins, le feu quoi! pas l’eau tiédasse:

Guardiola (B. Munich)
Ancelotti (R. Madrid)
Mourinho (Chelsea)
Simeone (A. Madrid)

Etude comportementale sur le bord de touche dans le carré technique des quatre coach en lice:

Guardiola (B. Munich): très énergique, peut piquer des colères, repositionne ses joueurs, communique avec eux tout le match.

Ancelotti (R. Madrid): faux calme, reste assis mais vit tout intensément. Exprime sa joie lors d’un but puis se reconcentre aussitôt. C’est le plus introverti des quatre.

Mourinho (Chelsea): show man, c’est un véritable 12e homme. Reste connecté tout le match avec ses joueurs avec lesquels il est liaison perpétuelle. N’hésite pas à aller voir ses joueurs lors d’un but.

Simeone (A. Madrid): l’Argentin est un extraverti comme Mourinho et Guardiola. L’ancien milieu de terrain vit le match du début à la fin. Il dicte ses ordres sans relâche. Lui aussi fait office de 12e homme permanent.

La finale avant l’heure se déroulera entre le Bayern Munich et le Real Madrid.
L’autre 1/2 finale semble donner l’avantage à Mourinho mais attention à l’Atletico Madrid qui peut mettre tout le mande d’accord.

Chelsea a la chance de ne pas tomber sur le Real et le Bayern. Le club de Mourinho reçoit en plus au retour. Chelsea est donc le favori. Attention à Simeone qui a autant de grinta que Mourinho. Là nous sommes entre tueurs. Il n’y a plus de politiciens du football, de coach exclusivement médiatiques, d’intermittent de l’exploit, de gérant de SARL. L’Argentin peut atteindre la finale. Viva El Cholo ! Le football est le simulacre de la guerre. Il faut tout donner et surtout ne jamais être dans l’apparence.

Le Bayern Munich recevra aussi au retour. C’est un plus. Les Bavarois devraient gagner car sans Ronaldo le Real ne pèse pas lourd. Benzema n’est pas un buteur sur lequel on peut compter dans les matchs couperets.

Pronostic pour la finale:
Bayern Munich-Chelsea

Permalien 08:15:18, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Le brillantissime Robben, l'ailier droit au pied gauche magique est beaucoup plus fort que Ribéry

C’est le Bayern Robben qui a éliminé Manchester United. Lors du match retour on a vu que le Néerlandais.
Sur son aile droite, le gaucher a fait ce qu’il a voulu, faisant tourner en bourrique tous ses adversaires qu’il transforme en de dérisoires toupies.
La force du Bayern Munich provient beaucoup de ses ailiers.
A droite, il y a Ribéry qui est plus collectif. Le Français peut éliminer quelques adversaires directs pour aller centrer en retrait ou devant la cage.
A gauche, Robben peut faire la même chose mais en plus il est capable de s’aventurer dans ou à l’orée de la surface de vérité afin de dribbler, en plusieurs enchaînements, les défenseurs adversaires grâce à sa conduite de balle exceptionnelle qui provient de sa capacité à contrôler le ballon avec toutes la surface de ses pieds. Il avance à petits pas et peut frapper en force. Presque tous ses tirs sont cadrés, il a peu de déchets. Il marque souvent. Tout ça Ribéry ne sait pas le faire ou simplement une ou deux fois en 90 minutes alors que Robben est à flux continu.
Tout ça pour dire que ceux qui ont réclamé le Ballon d’Or se sont mis le doigt dans l’œil.
Le classement aurait dû être:
1er C. Ronaldo (pour tous ses buts), 2e Robben (pour sa participation très importante dans la conquête des trophées), 3e Messi (trop longtemps out)

Permalien 08:11:50, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

La musique au fusil, de Claude Ribouillault. (Rouergue)

L’historien Claude Ribouillault avec deux amis musiciens dont l’un joue avec un violon de tranchées.

Ethno-musicologue de haut parage, Claude Ribouillault nous fait partager sa collection d’instruments, de cahiers de chants, de partitions et de photographies. Un libre qui tombe à pic pour la célébration des 100 ans de la Grande Guerre. Le magnifique album est dédié au grand oncle de l’auteur, Henri Gautier, conteur-chanteur, soldat de la Première Guerre Mondiale. Ce dernier disait à son petit-neveu : « Imagine… » Et il lui racontait la joie de grandir avec des amis et l’immense peine de les voir mourir sous ses yeux, jusqu’à être éclaboussé par leur cervelle ».
Pour oublier un peu la guerre, les soldats jouaient de la musique sur de véritables instruments ou sur des guitares et violons fabriqués avec des boîtes à cigares, entre autres trouvailles. Au fil des ans, et par fidélité à son grand-oncle, l’auteur est devenu un spécialiste des musiciens et des instruments populaires. Il a récolté des centaines de photographies et non pas des cartes postales (il y en a aussi, bien sûr). Sa passion ne se limite pas au camp français. Il a franchi les lignes pour augmenter aussi sa récolte de documents allemands.
Les Poilus et les Feldgrauen sont à l’honneur, à tour de rôle. Sans oublier, les Italiens, les Serbes, les Anglais, les Ecossais. Outre les Français de France, il y a ceux des colonies. Et aussi les Indiens et les Indochinois. Le livre est en cinq grands secteurs : 1/ Musiques avant la tempête. 2/ La dissonance est déclarée. 3/ Un guide des chants de bataille. 4/ Moral des troupes et troupes du moral. 5/ Plus jamais ça…
Tous ces visages nous regardent encore. On s’arrête longuement sur ces acteurs d’hier. Et sur les instruments. Par exemple sur une mandoline avec la caisse de résonnance qui est un casque français décoré avec la rosace d’un casque allemand à pointe. La plupart de ces soldats sont “morts de jeunesse” comme l’a écrit si justement Michel Bernard.

-La musique au fusil
De Claude Ribouillault. Rouergue, 288 p., 29 €

A voir le site internet : http://artpopu.jimdo.com/

10.04.14

Permalien 16:00:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Encore cinq matchs pour rien dans la triste saison sans titre du Man United de Moyes, terne coach qui aligne Rooney blessé alors que Chicharito a la classe mondiale

Chicharito aurait dû jouer à la place de Rooney. Depuis 2010, sans être toujours titulaire, il a marqué 59 buts en 148 matchs. Chicharito est sous employé à MU. Moyes n’aligne pas Chicharito quand son choix s’impose alors qu’il n’hésite pas à titulariser Fellaini qui handicape tout le temps le jeu collectif de MU.

À seulement cinq journées de la Barclays Premier League, Manchester est encore à trois places et sept points d’une qualification automatique pour la Champions League de l’an prochain. Autant dire qu’à moins d’un miracle le MU de Moyes devra attendre la saison 2015-2016, dans le meilleur des cas, pour à nouveau jouer en C1.

Classement actuel
1er Liverpool 74 pts 33 m/ + 50

2 Chelsea 72 33/ + 41

3 Manchester City 70 31/ + 55

*****************************************************
4 Arsenal 64 33/ + 16

*****************************************************
5 Everton 63 32/ + 21

6 Tottenham Hotspur 59 33/ 0

7 Manchester United 57 33/ + 18

Le peu attractif David Moyes n’a bien sûr pas reconnu son erreur de faire jouer Rooney blessé à la place de Chicharito en plein boum:

-"C’est comme ça", a déclaré Moyes après le revers 3-1 (4-2 au score cumulé) contre le Bayern Munich. “Mais je crois que nous ne sommes pas loin. Nous espérons n’avoir besoin que d’une année pour nous reconstruire. Je veux maintenant que cette équipe retrouve la compétition le plus vite possible. Il n’y a pas de honte à être éliminé par le Bayern Munich, c’est une bonne équipe. Les joueurs ont très bien joué. Nous allons montrer toutes les qualités que nous avons, nous allons rebondir et commencer à nous préparer pour retrouver la compétition.”

Le coach a réussi à conserver Rooney et à faire signer Mata. C’est bien mais un grand coach aurait laissé au repos Rooney lors du 1/4 retour à Munich (3-1) au profit de Chicharito qui a déjà tuer plusieurs matchs. Moyes connaît mal son effectif! Le fait qu’il est fait signer Fellaini, son joueur d’Everton, n’est pas signe d’une grande compétence. Comment a-t-il pu recruter un joueur qui ne peut pas dépasser son niveau de joueur de club du ventre mou ? Veut-il renforcer son groupe ou faire du fromage de chèvres ?

Le vaillant Michael Carrick a parlé aussi:

-"On est profondément déçus d’être éliminés. On s’était mis dans une super posture en marquant le premier but et puis il n’a fallu que 20 secondes et quelques pour encaisser un autre but. On a pris un coup derrière la tête. Ce n’est pas bien de ne pas se qualifier pour la Champions League l’année prochaine et on l’a déjà dit ces dernières semaines. Ce n’est pas bien parce que club se doit de disputer la Champions League. On savait que ça allait être ce 1/4 retour à Munich, mais si on ne se qualifie pas pour la Champions League 2015, ce n’est pas forcément à cause de notre élimination de la C1 2014 ou de la semaine dernière. C’est parce qu’on a été irréguliers toute la saison. On doit prendre nos responsabilités. Il y a eu de longues périodes où on a obtenu trop de mauvais résultats et le prix à payer, c’est de ne plus jouer la Champions League. Pourtant, c’est le niveau qu’on veut atteindre. Ça fait tellement longtemps qu’on est à ce niveau-là. Et je suis sûr qu’on le retrouvera dans un avenir pas si lointain. Je ne pense pas qu’il y aura de graves conséquences après la défaite contre Bayern [3-1]. On va se relever et terminer la saison du mieux possible. On va recommencer de zéro l’an prochain en se disant qu’on peut lutter pour le titre. C’est tout ce qui compte maintenant.”

Les 5 derniers matchs de MU en championnat 2013-2014:
20 avril Everton - Man United (17 h 10)
26 avril Man United - Norwich City (18 h 30)
03 mai Man United - Sunderland
06 mai Man United - Hull City (20 h 45)
11 mai Southampton - Man United

Cela fait vraiment minable de ne plus rien disputer. David Moyes n’a plus beaucoup de crédit. On nous fait croire qu’il peut rester cinq ans sans rien gagner, c’est faux ! MU n’est pas Arsenal. Gagner de l’argent cela ne suffit. Si Moyes part mal la prochaine saison et que la qualification en C1 ne pointe pas vite à l’horizon, il sera licencié. MU doit gagner. A MU on ne joue pas au football pour s’amuser bêtement.

Permalien 10:02:05, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le magot de l'Académie française: "Coupoles et dépenses", de Daniel Garcia (Editions du Moment)

Le génial duc d’Aumale (1822-1897) était le cinquième et avant-dernier fils de Louis-Philippe Ier, roi des Français, et de Marie-Amélie de Bourbon, princesse des Deux-Siciles. Il était industriel agricole en Sicile, collectionneur de tableaux de maîtres, bibliophile, écrivain. Il savait tout faire. Hélas! il eut le malheur de voir tous ses enfants mourir: seuls deux parvinrent à l’âge adulte. Membre de l’Académie française, veuf et sans descendants directs vivants, il légua son domaine de Chantilly (Oise) et ses collections à l’Institut de France, « corps illustre qui échappe à l’esprit de faction comme aux secousses trop brusques, conservant son indépendance au milieu des fluctuations politiques ». Il réclama une condition sine qua non: ne jamais changer de place l’emplacement des tableaux. On dit aussi qu’il fit don de ses trésors à l’Institut de France car ils lui avaient porté malheur, et qu’il fallait donc qu’ils quittent la famille… L’Académie française n’a qu’à se féliciter de l’avoir conduit dans ses rangs. Tous les académiciens n’ont pas autant contribué au rayonnement de la France. Loin s’en faut. Pour que sa biographie soit plus attractive, le duc d’Aumale a même inventé une position de Kâma-Sûtra dirons-nous. J’en ai souvent discuté avec Alphonse Boudard, mon ami réduit au rang de taulard alors que c’était un érudit de première … bourre ! comme il dirait. Donc, il s’agit de rester allongé sur le dos avec sa partenaire a califourchon, de dos (elle aussi), en plein activité, si je puis dire. Une nouvelle biographie du duc d’Aumale s’impose. Elle en surprendrait plus d’un. Il était à la fois à la pointe de la modernité et pétri de traditions. Il n’y a pas d’autres façons de traverser la vie de manière plus intelligente.

Auteur d’un livre sur Jean-Louis Bory et de l’Histoire du Masque et la Plume, cosigné avec Jérôme Garcin, Daniel Garcia s’est attaqué à lever l’opacité qui enveloppe le quai Conti qui est une forteresse, comme le Vatican ou la FIFA. On ne sait rien de ce qui s’y trafique. Il y règne l’omerta. Ceux qui y rentrent ne disent jamais rien, tous membres d’une secte étatique. Plein d’auteurs rêvent d’y entrer, surtout ceux qui n’ont pas de style. Ils ont besoin d’une telle confrérie pour se considérer enfin écrivain. C’est ignorer que des politiques sont académiciens, président de la République, tel VGE. François Mitterrand, n’aurait pas heurté la vue en habit vert, car il écrivait très bien, lui. Cependant, son respect pour la littérature l’empêchait de se considérer écrivain. Une délicatesse qui n’a plus cours. Mitterrand n’avait pas que des qualités mais il aimait vraiment la littéraire comme Blum, Mendès-France, De Gaulle, Edgar Faure et Georges Pompidou. Que l’on ne s’étonne pas de la faiblesse intellectuelle de nos actuelles politiciens. Ils ne parlent que chiffres et jamais de Lettres. Le grand dénominateur commun de l’A.F des temps modernes c’est que depuis les passages de Cocteau, Kessel et Morand, plus aucun de ses membres n’a un style identifiable. Il ne s’agit que d’auteurs qui alignent des ouvrages sans intérêts ou qui se prennent pour Proust. D’ici peu, on y accueillera quelques ambitieux nées en 1950-1960 qui en rêvent nuit et jour. Ils attendent avec impatience les avantages : à-valoir important pour publier des livres invendables. Les écrivassiers d’après-guerre qui publient au rythme de la quinzaine du Blanc sont pressés de remplacer les grabataires accrochés à leurs privilèges comme Socrate à son urinal. L’indispensable Daniel Garcia a levé d’énormes secrets dont peu savaient l’existence, à savoir que la « Vieille Dame » avait un patrimoine de millionnaire en euros. Il s’agit de donations et autres legs qui au cours des siècles ont constitué un véritable trésor. Qui en bénéficie ? Motus et bouche cousue. En plus, ce patrimoine n’est pas géré d’une façon très professionnelle. L’Académie française n’est pas la seule bénéficiaire, il faut partager avec les cinq autres institutions qui forment l’Institut de France. Et toute cette formule en valeurs mobilières et de liquidités atteint le milliard d’euros. Voici les lieux les plus prestigieux qui appartiennent à l’Institut de France : Château de Chantilly avec toutes les collections du duc D’Aumale, authentique génie, Musée Jacquemart-André, l’Abbaye royale de Chaalis, le Musée Marmottant, la Maison de Monet à Giverny, le Château de Langeais, l’Hôtel Dosne-Thiers, la Maison de Louis Pasteur dans le Jura, le Manoir de Kérazan, la Villa Ephrussi de Rothschild au Cap-Ferrat, la Villa Kerylos à Beaulieu-sur-Mer, la Maison de l’Institut de France à Londres, le Château Abbadia dans les Pyrénées Orientales et la Bibliothèque Mazarine. N’en jetez plus ! Merci à Daniel Garcia de nous mettre au parfum. Rien qu’à Paris, l’Académie française possède entre autres sept immeubles de standing, de 3,2 M€ (8e arrondissement) à 38, 9 M€ (6e rue Monsieur-le-Prince). On se pince pour ne pas rêver. L’Académie français et l’Institut a un parc immobilier de 40 immeubles. L’Académie des Beaux-Arts est propriétaire des « 30 boutiques et 200 appartements » dans le passage de la Galerie Vivienne. Ce livre n’est pas de la délation mais de l’information de première qualité. On ne pouvait pas vivre dans une aussi longue ignorance. Œuvre citoyenne. Mieux vaut savoir ce qu’on nous cache. Surtout lorsque ça vient de gens qui nous donnent sans cesse des leçons.

-Coupoles et dépendances, Daniel Garcia. Editions du Moment, 287 p., 19, 95 €

09.04.14

Permalien 19:36:31, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Man United en 1/2 de C1 pendant 1 minute

Les Reds Devils ont tenu une heure. Ce n’est pas si mal vu la piètre saison en Premier League.

Mercredi 9 avril 2014, 20 h 45
1/4 retour de C1
Bayern Munich 3-1 Manchester United
But pour MU: Evra (57e)
Buts pour le Bayern: Mandžukic (59e), Müller (68e), Robben (76e)

Man United n’a pas été ridicule sur les deux confrontations mais on ne retiendra que le résultat: 4-2 pour le Bayern.
Jusqu’à la 59e, MU a tenu la dragée haute au Bayern et a pris l’avantage une minute suite à un missile d’Evra.
Hélas ! euphorique et donc moins bien en place, MU a encaissé l’égalisation immédiatement après l’ouverture du score par MU.
MU et le Bayern n’ont été à l’égalité que pendant 9 minutes. Après les Bavarois reprenaient l’avantage 2-1 pour finir par conclure 3-1, victoire justifiée. MU aurait du rester concentré au lieu de fêter le but bêtement.
Après l’égalisation allemande, le Bayern a très bien accéléré le jeu. Et MU a disparu.
MU a joué à l’énergie avant de s’écrouler mentalement. Les Red Devils ont très bien résisté dans les duels pendant une heure.
Le Bayern a surtout été le Bayern Robben. On n’a vu que le Néerlandais qui a une façon unique de jouer. Il avance à petits pas et ne cesse pas de contrôler le ballon par toutes la surface de ses deux pieds. Unique au monde. Le Bayern joue par les ailes avec Robben et Ribéry. Le Français étant davantage collectif car il est plus limité techniquement.
MU ne joue plus par les ailes, hormis Valencia.

Manchester United:
De Gea/ (5) N’a pas pu être décisif
Jones (5) Correct
Smalling (5) Discipliné
Vidic © (5) Sans plus
Evra / (8)Enorme but, énorme production, hélas! ne peut pas être au four et au moulin. Trop sous le coup de l’émotion de son but n’a pas pu assurer en défense lors de l’égalisation immédiate du Bayern.
Fletcher (7) La résurrection se poursuit, puis (74e) Chicharito (5) Pas assez de temps de jeu
Carrick/ (7) Solide
Valencia (9) Gros match, le meilleur Red Devil
Rooney (2) Lamentable. Finalement il rate souvent les grands matchs. S’il était blessé, il ne fallait pas le faire jouer. Chicharito aurait pu marquer ce que Rooney a raté en début de match
Kagawa/ (6) De bonnes séquences
Welbeck (4) Terne, à force d’être moitié milieu, moitié attaquant. Ne finit pas souvent ce qu’il commence, puis (81e) Januzaj (non noté)

Sur le banc: Lindegaard, Büttner, Ferdinand, Giggs, Young

Manager: Moyes a composé un solide onze de départ mais Rooney a grippé la machine de guerre. Un grand coach aurait dit:"Rooney n’étant pas à 100%, Chicharito va nous qualifier". Ancelotti a laissé C.Ronaldo sur le banc lors du 1/4 retour du Real Madrid et les Madrilènes sont en 1/2… Une ombre a plané: celle de van Persie. Trop souvent blessé, van Persie n’est pas un joueur sur lequel on peut compter. C’est une guest star.

LES QUALIFIES POUR LES 1/2 DE LA C1 2014:

ATLETICO MADRID/Diego Simeone
REAL MADRID/ Carlo Ancelotti
BAYERN MUNICH/ Pep Guardiola
CHELSEA
/ José Mourinho

On voit que les trois meilleurs entraîneurs du monde actuel sont dans le dernier carré. Cela veut bien dire qu’un coach est très important. Seul Diego Simeone est l’invité surprise grâce à son groupe ultra collectif qui a éliminé le Barça de Gerardo Martino. Le MU de David Moyes a été aussi renvoyé à la maison.
Madrid a les deux clubs de sa ville en 1/2. L’Espagne est vraiment une terre de football.
Le Bayern est le tenant du titre.
Chelsea avance à pas de loup affamé.
L’Atletico Madrid peut créer la surprise et remporter la C1 2014.

Tirage au sort, le 11 avril

Permalien 17:32:07, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

La tension monte: le Onze probable de Man United lors du 1/4 retour à Munich

En 1/2 de la C1 2014, on sait qu’il n’y aura pas de club français comme il n’y a pas eu de club italien en 1/4 de finale. En revanche, les Anglais (Chelsea) et les Espagnols (Real Madrid) sont déjà 1/2. Ils peuvent accentuer leur présence avec MU et le Barça ou l’Atletico de Madrid, la capitale espagnole aurait alors ses deux clubs dans le carré final. L’Allemagne espère sur la présence du Bayern Munich ultime candidat allemand pour les 1/2 après l’élimination de Dortmund.

Mercredi 9 avril 2014
1/4 de finale retour de C1
Bayern Munich-Manchester United
Pronostic 2-2. MU qualifié.

Ma proposition de onze de départ:

De Gea/
Valencia ou Smalling
Ferdinand
Vidic ©
Evra/
Jones
Carrick
Fletcher/
Kagawa
Valencia ou Welbeck/
Rooney ou Chicharito, si Rooney blessé au pied

Sur le banc: Lindegaard, Buttner, Cleverley, Giggs, Young, Januzaj, Chicharito

On va assister à la Possession de la balle face à l’art de la contre attaque.
Est-ce bien raisonnable d’aimer à ce point le football de haute compétition ?
Faut avoir un cœur solide.
Cette fois la donne est différente car MU n’est pas favori.
Les années de l’ère Ferguson, on devait gagner tout le temps.
Cette fois, on attend l’exploit. C’est tout aussi bon.
Il est fort possible que le Bayern prenne de haut MU.
Moyes peut opter pour la défense historique de MU, moins Raphaël, blessé.
Avec un mur de Berlin ambulant: Jones-Carrick-Fletcher, trois joueurs qui peuvent mourir pour MU.
Devant, le technicien Kagawa et la flèche Welbeck.
En pointe, Rooney.
A partir des quarts chaque match est une finale, surtout le retour.
En 1/8e la chance peut vous aider. En 1/4 c’est fini. Un groupe pas collectif rejoint sa maison illico. Chaque occasion vaut de l’or. Le réalisme doit être au rendez-vous. Les hommes aussi.
On attend toute l’année pour vivre des grands matchs de ce niveau. Faut pas flancher quand ils arrivent.

Le match aller s’est terminé par 1-1 alors que le monde entier disait que MU allait être balayé comme une feuille morte.
Les matchs contre Munich sont des rendez-vous avec l’Histoire.
1958, crash de Munich. Morts de nos chers Busby Babes.
1999, victoire dans les arrêts de jeu en finale de la C1 face aux Bavarois.

Si les Red Devils de Moyes ne sont pas prêts au combat incessant, aux duels cruels, à la métaphore de la guerre, ce n’est pas la peine d’aller à Munich. Si Moyes atteint les 1/2, sa renommée va monter d’un cran. Il a tant souffert depuis son intronisation qu’il a droit à du bonheur.

Bayern Munich
5 C1 (1974, 1975, 1976, 2001, 2013)
5 finales perdues

Manchester United
3 C1 (1968, 1999, 2008)
2 finales perdues

Permalien 17:31:36, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Le killer instinct de Mourinho élimine le PSG inoffensif

Un coach c’est capital, sinon autant ne pas en mettre. José Mourinho a une nouvelle fois prouvé son talent d’entraîneur: grand tacticien, meneur d’hommes, dialecticien de haut parage dans les médias, show man devant les caméras, charismatique, proche de ses joueurs en plein match, capable de changer de schéma technique au cours d’un même match, le Portugais est d’une intelligence redoutable car elle est reliée à l’instinct du “tueur". Le football est le simulacre de la guerre. Mourinho en sortant Hazard a cassé tous les plans du PSG. Mourinho énerve autant que C. Ronaldo car tous les deux ont des compétiteurs haut de gamme. Il vaut mieux jouer avec eux que contre eux. Foin de toutes les critiques: CR7 et Mourinho sont en 1/2 finale de la C1 !

1/4 de C1 2014
Chelsea 2-0 Paris
Buts pour Chelsea: Schurrle (32e), Ba (87e)

Chelsea (4-2-3-1): Cech; Ivanovic, Cahill, Terry ©, Azpilicueta; David Luiz, Lampard (66e) Ba; Willian, Oscar (Torres 80e), Hazard (Schurrle 17); Eto’o.

Paris Saint-Germain (4-3-3): Sirigu; Maxwell, Thiago Silva ©, Alex, Jallett; Thiago Motta, Matuidi, Verratti (Cabaye 53e); Lucas (Marquinhos 83e), Cavani, Lavezzi (Pastore 73e)

Les médias français n’avaient peur de rien: le PSG devait l’emporter 0-3 à Londres.
On a vu le résultat.

“Ne paniquez pas. On marquera en premier. Ensuite, on ne prend pas de but, et on remarque en fin de match” Voila la confidence du buteur décisif, Demba Ba. Il racontait bien sûr ce qu’avait dit José Mourinho à ses joueurs avant le match. C’est exactement ce qui se déroula !

“La différence, c’est davantage sur l’expérience. Chelsea a l’habitude de jouer ces matchs-là". Ainsi Laurent Blanc commenta la défaite. En effet, il y a une grande différence. Au niveau coach, José Mourinho a disputé 116 maths de C1 qu’il remporté deux fois.

Le Portugais dégage énormément de charisme sur le banc alors que Blanc reste sobre, pas très expressif. Mourinho se comporte en 12e homme, il est complétement dans le match. Il réagit et agit selon le déroulement du match. Ce n’est pas qu’un show man, il vit le football, il éprouve dans son corps et son esprit ce qui se passe sur le terrain. Il est 100 % avec son groupe. Je reste persuadé que s’il avait entraîné Paris c’est le PSG qui serait en 1/2 finale.
Il a su piquer au vif ses attaquants, répétant sans cesse que ses attaquants (Eto’o, Torres et Ba) étaient moins forts que Ibrahimovic et Cavani. Résultats ? Son trio de buteurs qu’il a provoqué était sur le terrain pour qualifier Chelsea en 1/2 de finale alors que Cavani a été maladroit sous les yeux de “Ibra” dans les tribunes.
Sosie de Lee van Cleef, Mourinho est l’un des trois meilleurs coachs du monde. Blanc n’est qu’un entraîneur parmi d’autres.

Les Parisiens avaient gagné 3-1 au match aller. C’était bien mais cela n’a pas suffi. Les Blues avaient marqué le fameux but à l’extérieur que les Parisiens n’ont pas su inscrire à Londres.

Mourinho a résolu la blessure d’Hazard. Blanc n’a pas su faire oublier l’absence d’Ibrahimovic.
Mourinho a fait entrer Ba, le buteur providentiel. Blanc a fait entrer Cabaye, l’ancien star de Newcastle… C’est quoi Newcastle ? Rien, un club parmi les autres.

David Luiz a fait un énorme match. Il a organisé le jeu au milieu de terrain, apportant énormément de tonus, encadré par des coéquipiers plus technique. On n’a vu que lui dans l’entre jeu, ratissant et distribuant.

Paris maîtrise son jeu en L1 mais devant une équipe de Premier League en C1 ce n’est pas la même chanson. Les Parisiens n’ont pas toujours répondu au défi physique que réclame les 1/4 de finale, plus encore qu’aux tours précédents.

Chelsea a livré le match parfait, basé sur la patience. Les joueurs de Mourinho ont abattu les Parisiens d’un coup d’épée final comme le torero donne le coup de grâce. (N’oublions pas que les Bleus ont tiré deux fois sur la transversale)

PS: Dormund 2-0 Real Madrid. Suite au 3-0 du match aller, les Madrilènes sont qualifiés pour les 1/2 finale de C1.

Permalien 10:28:31, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La correspondance Stefan Zweig avec Romain Rolland (Albin Michel) et Klaus Mann (Phébus)

Klaus Mann fut très lié à Stefan Zweig. L’écrivain allemand haïssait tellement Hitler qu’il s’est engagé dans l’Armée américaine pour combattre le nazisme. Les tomes de correspondance de Zweig avec K. Mann (Phébus) et R. Rolland (Albin Michel) sont des hymnes à l’amitié.

Cette correspondance indispensable aux amoureux des lettres, de la littérature, n’était accessible qu’en version allemande. Il faut souhaiter que nous sommes encore nombreux car ce recueil de 310 lettres entre Rolland & Zweig est gorgé de grands sentiments qui donnent tort à André Gide, qui pensait qu’ils étaient antinomiques avec la grande littérature. Un recueil de lettres ce n’est ni roman ni un essai mais c’est dans ce cas-là un moment littéraire qui traite de tout et même du reste. A chaque page, dans chaque phrase, on perçoit l’amitié, la complicité, et selon l’actualité, la guerre, la culture. Romain Rolland (1866-1944) était l’aîné. Le cadet, Stefan Zweig (1881-1942) n’a pas joué bêtement le rôle de l’élève face au maître. Le respect était des deux côtés.
Les deux amis se sont envoyés en tout 945 lettres, de mai 1940 à avril 1940. Le premier tome en comporte 310, du 1er mai 1910 au 29 novembre 1919. Cela commence par une lettre de Romain Rolland qui écrit « Cher Monsieur », le 1er mai 1940. Stefan Zweig lui avait envoyé son essai sur Emile Verhaeren. Le 24 janvier 1913, l’Autrichien écrit à son « Cher Maître et ami ». Et le 12 mars1913, Zweig insiste : « Fidèlement à vous, mon cher et grand ami ». Le 15 juin 1913, Romain Rolland signe « affectueusement à vous ». Dès qu’ils se sont vus leurs liens se sont renforcés. La lettre la plus émouvante est peut-être celle de Zweig écrite le 6 octobre 1914 : « Les blessés, les malades, les prisonniers ce n’est plus la guerre, c’est seulement la misère infiniment tragique et humaine, que le poète se doit de défendre. » Sublime correspondance. Zweig veut donner de l’amour aux blessés. Lire cette correspondance permet de s’immiscer dans l’amitié qui unissait deux humanistes. On devient leur ami, et non pas un paparazzi de mots qui recherche du sensationnel, du crade. Mieux vaut lire ce très bon échange de courriers qu’un mauvais roman.

-Correspondance 1910-1919, Romain Rolland-Stefan Zweig. Edition établie, présentée et annotée par Jean-Yves Brancy, traduction des lettres allemandes par Siegrum Barat. Albin Michel, 637 p., 30 €.
*****************************************************

Stefan Zweig (1881-1942) était doué pour l’amitié, on en a une nouvelle preuve avec sa correspondance avec Klaus Mann (1906-1949). L’aîné a toujours encouragé le plus jeune. Dans sa première lettre au débutant Klaus Mann, en décembre 1925, Zweig dit des mots très précis et précieux : «Continuez comme ça cher ami ! Certains peuvent être enclins à vous rejeter car vous êtes le fils d’un père célèbre. Ne vous souciez pas de semblables préjugés. Travaillez ! Dites ce que vous avez à dire (…) J’attends beaucoup de vous ».
Zweig félicitait son poulain qui venait de publier son premier roman, La Danse pieuse. Deux ans plus tard, La confusion des sentiments de Zweig impressionna beaucoup le fils de Thomas Mann : c’est l’histoire d’un professeur et d’un étudiant, et de leurs attirances mutuelles. En septembre 1930, Zweig se réjouit de la victoire nazie aux élections législatives car il y voit l’enthousiasme de la jeunesse. Le 15 septembre, le lucide Klaus Man lui écrit pour dire qu’il ne partage pas du tout cette vision optimiste. En 1933, les livres de Zweig seront brûlés par les nazis ! Quand neuf ans plus tard, Zweig se suicidera avec sa femme, le fait de voir les ravages d’Hitler pésera dans son choix d’en finir avec la vie. La correspondance entre les deux hommes restitue une très belle amitié.
Dans les années 1930, ils s’écrivent beaucoup. Quand il est malmené par la critique, Klaus Mann recherche du réconfort auprès de son Zweig. Il y a beaucoup de désespoir dans cette période atroce. Un ami d’enfance de Klaus Mann et de sa sœur Erika, Ricki Hallgarten, se suicide le 5 mai 1931 alors qu’un voyage commun en Perse se préparait avec aussi Annemarie Schwarzenbach. Ce rassemblement de jeunes artistes formait un groupe d’activistes contre le fascisme. En 1933, c’est l’exil pour Klaus Mann et Stefan Zweig. Le 18 septembre, Zweig signale qu’il n’a « pas le tempérament politique » et qu’il écrit « pour des choses et pour des gens » et jamais « contre une race, une classe, une nation ou un homme ». En novembre, Zweig coupe les ponts avec l’Allemagne.
En juillet 1939, Zweig écrit à Klaus Mann : « Hitler écrit l’histoire mondiale avec une brutalité diabolique que nous ne serions pas capables d’inventer ». Le 22 mai 1939, le poète Ernest Toller s’était suicidé par pendaison à New York. Encore un ami qui se tua volontairement. On imagine la détresse de Klaus Mann quand il apprit le suicide de Zweig et de sa femme Lotte Altmann, le 22 février 1942, au Brésil.
Intoxiqué à l’héroïne, Klaus Mann décide de n’écrire plus qu’en anglais. En 1942, il est mobilisé par l’armée américaine, puis obtient la nationalité américaine. Au bout du rouleau, il tente de se suicider en 1948. On le retrouvera mort d’une overdose de somnifères le 21 mai 1949, à Cannes. Voir l’Europe sombrer dans la guerre froide dégoûta cet européen acharné. Klaus Mann est un écrivain considérable qui a participé à tous les combats importants du XXe siècle : contre les nazis, contre toutes les dictatures, contre la chasse aux homosexuels, pro européen. Il est enterré, au cimetière du Grand Jas, à Cannes. Dans la famille Zweig, je demande le fils : Klaus !

-Correspondance (1925-1941)Stefan Zweig-Klaus Mann. Traduit de l’allemand et préfacée par Corinna Gepner. Edition établie et annotée par Dominique Laure Miermont. Phébus/ Littérature étrangère, 200 p., 17 €

08.04.14

Permalien 08:07:04, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

J-1: à Munich, Javier Chicharito devrait débuter si Rooney est blessé

Wayne Rooney souffrant d’un orteil n’est pas sûr de jouer le 1/4 retour de C1. Dans ce cas-là, Chicharito se tient prêt. Welbeck a raté le K.O. d’emblée au match aller. Chicharito mérite d’avoir sa chance. Le Mexicain est un renard des surfaces, un buteur explosif qui aime les matchs à haute pression. Il est capable de conduire MU en 1/2 finale.

1/4 C1 retour
Mercredi 9 avril 2014
Bayern Munich-Manchester United

Beaucoup de gens voient Paris et le Bayern Munich se qualifier mais Chelsea et Manchester United sont loin d’avoir abdiqué. Chelsea a l’avantage du terrain, contre le PSG, mais Manchester United aime n’être pas favori en terre allemande. Les joueurs, tous les joueurs, ont rendez-vous avec l’Histoire. Etre dans le dernier carré de la C1 est une grande performance qui donne le droit de pouvoir aller en finale. Que la route est longue pour y accéder ! C’est pourquoi il ne faut pas rater les dernières marches.
David Moyes sait que la seule chance de passer en 1/2 pour MU consiste a bien jouer en contre attaque.
C’est possible si MU résiste bien au milieu et en défense.
Le Bayern se méfie beaucoup de MU.
David Moyes, coach de MU sait que MU peut créer la surprise en s’invitant en 1/2 alors que tout le monde ne croyait pas en lui il y a 15 jours:
-"De nombreuses équipes ont une grande possession du ballon mais le football consiste à marquer des buts. Beaucoup d’équipes jouant en contre peuvent marquer un but. J’ai regardé le Bayern jouer deux ou trois fois récemment et je les ai vus à Arsenal, et j’avais l’impression qu’avec leur jeu axé sur le pressing, nous pourrions être meilleurs sans avoir le ballon à l’arrière. Après le 1-1 à Old Trafford, les gens ont dit que c’était un bon résultat, mais à l’heure actuelle Munich est qualifié à moins que nous n’inversions la tendance. Cela ne veut pas forcément dire dès la première minute, mais à un moment donné du match nous devons réaliser quelque chose nous donnant une chance de nous qualifier. Nous devons faire en sorte de nous donner une chance en n’encaissant pas de but pour ne pas courir après le score. Si l’on court après le score face au Bayern, cela peut être difficile car ils sont très bons avec le ballon. Nous devons essayer de marquer le premier but. Ils étaient très bons en termes de possession à l’aller et nous étions très bons sur notre jeu offensif, donc ce match est équilibré. C’est une confrontation serrée.”

Jamais deux sans trois. Deux clubs anglais ont fait un bon résultat à Munich, surtout Man City:

Le 10 décembre 2013
Bayern Munich 2-3 Manchester City

Neuer - Lahm, Boateng, Dante, Alaba – Thiago - Müller, Götze (Martinez 55), Kroos, Ribery - Mandzukic (Shaqiri 69)
Au match aller, le Bayern avait gagné 1-3 à City

Le 11 mars 2014
Bayern Munich 1-1 Arsenal
Neuer - Lahm, Javi Martinez, Dante, Alaba - Schweinsteiger, Thiago - Robben, Götze (Kroos 59), Ribery (Müller 85) - Mandzukic

Mon onze de MU pour se qualifier en 1/2 à Munich:

De Gea/
Rafael ou Valencia
Vidic ©
Ferdinand ou Jones
Evra/
Jones ou Valencia
Fletcher
Carrick
Kagawa/
Rooney ou Valencia
Chicharito

Sur le banc: Lindegaard, Büttner, Rafael ou Valencia, Smalling, Ferdinand, Januzaj, Welbeck

Permalien 07:15:43, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Ecrire pour quelqu’un, de Jean-Michel Delacomptée (Gallimard)

La très belle collection de feu J.-B. Pontalis, L’un & l’autre, chez Gallimard comporte plusieurs grands livres dont ceux de Jean-Michel Delacomptée. « On écrit toujours pour quelqu’un» trouve-t-on au début de la page 73. C’est le titre de son nouveau livre. L’auteur nous confie qu’il s’agit de sa mère mais depuis qu’une photo de 1954 avec son père lui a donné envie d’écrire ce texte, la tendance est en train de changer ou de s’équilibrer.
Plus les fils vieillissent plus ils se rapprochent de leur père, surtout depuis qu’ils sont devenus orphelins. Les mères nous aiment toujours- à de rares exceptions – mais l’amour du père il faut le gagner surtout s’il y a plusieurs enfants, concurrence oblige.
Avec Delacomptée, on est en pays de connaissances. Il aime les livres et le comédien Michel Simon. C’est dire ! L’amour des livres lui vient de son père, représentant en librairie. « Mon père représentait les livres de plusieurs maisons d’édition (…) [ :] Plon, Julliard, Christian Bourgois, Presses de la Cité, Marabout et Seghers pour la poésie ». De quoi acquérir une solide culture littéraire. Parfois, le fils interceptait des ouvrages que son père n’avait pas eu le temps de découvrir car le fils ouvrait les colis qu’il confondait avec des cadeaux du Père Noël. Et parfois aussi, le fiston allait en écouler chez les bouquinistes. Surpris en flagrant délit de vente usurpée, le fils compris que son commerce relevait de la «conduite barbare». Le fils décela dans le regard de son père que les « livres, au-delà de leur valeur marchande, en ont une autre, spirituelle, civilisatrice, qui ne se monnaie pas ».
Page 165-166, le fils nous fait partager l’agonie de son père qui à l’instant de mourir confia : «Je veux vivre». Ultime confidence faite à son épouse, la mère de l’écrivain. En fait l’ancien représentant de livres ne se doutait que le fils devint écrivain par amour pour son père qui avait la particularité d’être albinos.
Que reste-il de tout cela ? La photo d’un fils et de son père qui a donnait naissance à ce livre. On y voit un petit garçon tout sourire, marchant à la gauche de son paternel. Tout le récit est un hommage à l’enfance, dans une prose qui vrille le cœur comme celle de Georges Perec. Le fils a sauvé des parcelles de vie commune comme ces instants où son père vendait dans la rue L’Humanité Dimanche et Pif Gadget. C’était le bon temps. Celui où l’on se promène avec son père sans savoir que la mort existe.

-Ecrire pour quelqu’un,
de Jean-Michel Delacomptée. Gallimard, 171 p., 15, 90 €

07.04.14

Permalien 18:50:41, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Chelsea et Mourinho (115 matchs en C1) sont décidés à éliminer le PSG pour accéder aux 1/2. L'Histoire va-t-elle leur donner raison ?

Mardi 8 Avril 2014
1/4 retour de C1
Chelsea-PSG

Le football c’est aussi de l’Histoire.
Un seul club français a remporté une C1 depuis sa création en 1956: l’OM, lors de l’édition 1993.

L’Angleterre, elle, compte 12 C1 dans ses vitrines.
L’Angleterre est le pays qui a gagné la compétition avec le plus grand nombre de clubs différents: (Liverpool (5),Manchester United (3), Nottingham Forest FC (2), Aston Villa FC et Chelsea FC).
L’Angleterre a fourni le plus grand nombre de clubs finalistes différents. Sept: Manchester United, Leeds United, Liverpool FC, Nottingham Forest FC, Aston Villa FC, Arsenal FC, Chelsea FC.

La France a perdu en finale avec Reims (2), St Etienne, Marseille et Monaco.

Si nous évoquons le cas des entraîneurs, le parcours du coach Blanc en C1 ne pèse pas lourd face à celui de José Mourinho, le Portugais est le 4e coach qui a disputé le plus de matchs en C1 (le 2e est Arsène Wenger qui mériterait tant de remporter le trophée vu ses 181 matchs en C1)
José Mourinho: FC Porto (17), Chelsea FC (42), Inter Milan (21), Real Madrid CF (35) soit 115 matchs en C1 qu’il a remporté 2 fois.

Ce genre de statistiques est très lourd. Mourinho a tout à perdre s’il se fait éliminer en 1/4 par le PSG: on dira que son retour en Angleterre n’est pas terrible, qu’il n’avait pas raison de dire que “Wenger était le spécialiste des échecs", que sa renommée n’est plus que de l’Histoire ancienne, qu’il n’a jamais formé personne…
Blanc, lui, n’a rien à perdre. Ce PSG c’est l’équipe de Leonardo. Il n’a fait signer aucun grand joueur au PSG. Blanc n’a jamais entraîné de grand club. Il a remplacé Ancelotti parce que d’autres grands noms ont refusé le poste de coach.

Mickey Rooney (1920-2014), l'ami public numéro 1

Mickey Rooney et Judy Garland en 1939.

On le croyait éternel.
Combien Mickey Rooney (1920-2014) a-t-il tourné de films, longs et courts métrages ?
Deux cents ? Plus, sans doute, pas moins, c’est sûr.
Le cinéma américain - et mondial aussi- vient de perdre son deuxième enfant star.
De fait, l’acteur américain Mickey Rooney, qui a accompli l’une des plus longues carrières de l’Histoire hollywoodienne, est mort dimanche 6 avril 2014, à 93 ans, deux mois après la disparition de Shirley Temple (1928-2014). Notons que la comédienne cessa de tourner en 1949 pour devenir une femme politique.
Deux pans de notre propre enfance viennent de s’écrouler.
Mickey Rooney, de son vrai nom Joseph Yule Jr, a tout fait au cinéma: acteur, réalisateur, producteur, scénariste, chanteur, musicien et compositeur.
Le comédien a commencé à tourner en 1926 quand il avait à peine 6 ans. Il savait déjà faire des claquettes.
Sa popularité était telle qu’il a eu une série de courts métrages à son nom. Exactement comme Les Charlots de Chaplin. Les Mickey’s ont duré une pleine décennie qui ont installé sa renommée sans traversée du désert. Le comédien est l’un des visages américains les plus connus du XXe siècle.
A-t-il participé à de très grands films ?
Dans son cas ce n’est pas importants. Il s’agit de spectacles, de divertissements, de comédies, musicales parfois. Les gens allaient voir toujours un film “de” Mickey Rooney car il les accompagnait depuis leur enfance. Il fit preuve d’un grand talent, sachant aussi jouer dans des polars, des films où il faisait appel à une gamme de sentiments plus profonds, toujours avec autant de brio.
C’était un battant qui incarnait la joie de vivre avec un sourire ne laissant personne indifférent.
Il savait aussi entretenir sa carrière dans la presse, pionnier de la médiatisation. Question people, il était imbattable: huit mariages dont l’un avec Ava Gardner.
Quand j’étais enfant, dans le Sud, l’unique chaîne française et TMC diffusaient beaucoup de films avec Mickey Rooney.
Il a travaillé sans relâche toute sa vie.
Songeons qu’il débuta sa carrière dans le cinéma muet !
Il tournait plusieurs films par an: en 1934, il apparaît dans 11 films.
Sa dernière apparition dans un long métrage remonte à 2012.
Ce fut un acteur populaire par excellence, l’ami de tous les Américains, et dans sa jeunesse de tous les enfants du monde.
Adieu l’artiste !

[Post dédié à Edouard Waintrop]

Permalien 08:39:25, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice empêche Marseille et St-Etienne d'accéder à la Champions League

32e journée de Ligue 1
6 Avril 2014
AS St Etienne 1-1 OGC Nice
But pour les Aiglons: Bodmer (57e)
But pour l’ASSE: Buts : Gradel (90e +1 pen.)

OGC Nice : Ospina - Puel, Genevois, Bodmer, Kolodziejczak - Digard (cap.) - Eysseric (Bruins, 76e), Mendy, Traoré (Abriel, 83e), Bauthéac - Bosetti (Maupay, 36e)

Nice joue le jeu et ne s’en laisse pas compte.
On dit toujours qu’il faut 42 points pour se maintenir en L1.
Au moment du coup d’envoi de ce Verts-Aiglons, Nice en avait 38 et l’ASSE voulait gagner dans l’espoir de disputer la C1 2015.
A la fin du match, Nice a failli ramasser la mise.
Finalement l’arbitre a accordé un penalty aux Verts et a expulsé le capitaine de Nice, Digard, qui a effectivement touché la balle de la main dans la surface mais de façon involontaire parce qu’on lui a tiré dessus. Au pire, il a fait une main de protection. Ce fait de jeu, lui a coûté en plus un carton rouge. Et Nice a dû accorder un point aux Verts. Si on ajoute les blessés, dont Bosetti, cela fait cher payé le match nul alors que Nice était à une poignée de secondes de remporter la rencontre.
En définitive, Nice a pris un point important pour son maintien et les Verts peuvent dire adieu à la C1 2015.
Il y a quelques semaines, Nice avait déjà empêché Marseille de poursuivre son rêve de disputer la C1 2015 puisque les Aiglons l’avaient emporté au vélodrome.
Les Aiglons de Claude Puel sont donc des empêcheurs de tourner en rond.
Ainsi va la vie du jeune groupe de l’OGCNice qui poursuit sa reconstruction au plus haut niveau depuis 12 ans.

Classement de la L1:
1Paris Saint Germain 79pts 32 matchs/ 24 7 1/ 74 18/ + 56
2 AS Monaco AS Monaco 63 31/ 18 9 4/ 50 26/ + 24
3 Lille Olympique Lille Olympique 60 32/ 17 9 6/ 37 20/ + 17

4 AS Saint-Etienne AS Saint-Etienne 55 32/ 16 7 9/ 44 29/ + 15

5 Olympique Lyonnais Olympique Lyonnais 51 32/ 14 9 9/ 48 38/ + 10
6 Olympique de Marseille Olympique de Marseille 48 32/ 13 9 10/ 43 34/ + 9

11 OGC Nice OGC Nice 39 32/ 11 6 15/ 28 36/ -8


16 En Avant Guingamp En Avant Guingamp 35 32/ 9 8 15/ 29 34/ -5
17 Evian TG Evian TG 35 32/ 8 11 13/ 31 46/ -15
18 Valenciennes Valenciennes 29 32/ 7 8 17/ 33 51/ -18

06.04.14

Permalien 19:27:30, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

J-3: Manchester United est prêt pour le combat de Munich

5 avril 2014
FC Augsburg 1-0 Bayern Munich

La dernière sortie du Bayern Munich de Guardiola s’est terminée par une défaite:
Neuer - Weiser, Van Buyten, Martinez, Sallahi (Alaba 51e) - Kroos, Schweinsteiger - Shaqiri (Götze 46e), Pizarro (Müller 63e), Hojbjerg - Mandzukic

Le 1er avril 2014, le Bayern a fait 1-1 à Old Trafford contre MU en 1/4 aller avec cette composition:
Neuer - Rafinha, Martínez, Boateng, Alaba - Lahm, Schweinsteiger - Robben, Kroos (Götze 74e), Ribéry - Müller (Mandzukic 63e)

***********************************************
5 avril 2014
Newcastle 0-4 Manchester United

La dernière sortir du Manchester United de Moyes fut une démonstration de réalisme:
Lindegaard- Valencia, Jones, Smalling, Evra (Buttner 64e)- Fletcher (Nani 70e), Fellaini- Young (Januzaj 18e), Mata, Kagawa- Hernandez.

Le 1er avril 2014, Man United a fait 1-1 à Old Trafford contre le Bayern en 1/4 aller avec cette composition:
De Gea- Jones, Ferdinand, Vidic, Büttner (Young 74e)- Valencia, Fellaini, Carrick, Giggs (Kagawa 46e)- Rooney, Welbeck (Hernandez 85e).

Mon onze de MU pour se qualifier en 1/2 à Munich:

De Gea/
Rafael ou Valencia
Vidic ©
Ferdinand
Evra/
Jones
Fletcher
Carrick
Kagawa/
Rooney ou Valencia
Chicharito

Sur le banc: Lindegaard, Büttner, Rafael ou Valencia, Smalling, Ferdinand, Januzaj, Welbeck

Permalien 19:05:44, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

J-4 : Le Bayern Munich a peur de Man United, sa bête noire

Avant d’affronter MU, le 9 avril 2014, les Bavarois, déjà sacrés champions d’Allemagne 2014, ont perdu l’extérieur le 5 avril contre le FC Augsburg.

Avant d’aller à Munich, Man United, le 5 avril 2014, a explosé Newcastle à l’extérieur (0-4). Newcastle est dans le ventre mou et n’a plus rien à espérer, à part blesser un Red Devil. Young en sait quelque chose avec son doigt retourné. Rooney est incertain contre le Bayern car au match aller un Allemand lui a endommagé un orteil. Chicharito est là avec toute son explosivité. Le Mexicain est un titulaire en puissance que l’on condamne au banc.

9 avril 2014 (20 h 45)
1/4 retour de C1
Bayern Munich-Manchester United

Contre toute attente pour les observateurs, le Bayern Munich n’est pas serein avant le match retour des 1/4.
Après le 1-1 à Old Trafford, le Bayern Munich éprouve de la frustration car les Bavarois ont largement dominé en première mi-temps. Cependant le 1/4 aller de C1 2014 n’a pas été aussi facile pour les Bavarois, car MU a joué en contre-attaque. Sa plus grande arme actuelle.
Pour le match retour, Guardiola craint beaucoup les contres de MU. Il a dit que tous les joueurs de MU étaient de grands joueurs. Il a cité presque toute l’équipe, sans bien sûr prononcer le nom de Fellaini… Le Belge s’exprime sur le site de MU pour dire une suite de banalités. Des propos aussi faibles que son jeu.
Tout le Bayern Munich s’est exprimé sur la confrontation avec le club qui leur a fait si mal lors de la finale perdue de la C1 1999, perdue 2-1 dans les arrêts de jeu:

Karl-Heinz Rummenigge:
-"Nous n’avons pas gagné à Old Trafford mais 1-1 est un magnifique résultat.”

Matthias Sammer:
-"L’équipe a très bien réagi pour égaliser contre United. MU est extrêmement dangereux en contre. Ils rendent la vie très difficile par cette menace.”

Pep Guardiola:
-”Manchester United est l’une des meilleures équipes du monde. Je le répète sans cesse aux joueurs. Il était clair pour moi que les deux matchs contre Manchester United ne sera pas deux matchs faciles. J’ai foi en mes joueurs et espère que les fans à Munich nous soutiendront de la même manière que les supporters d’United qui ont été fantastiques à l’aller. Il n’est jamais facile de jouer contre des équipes qui se recroquevillent en défense. Nous allons essayer et trouver des solutions.”

Arjen Robben:
-”A Old Trafford, chaque tacle de MU a été applaudi. Je n’avais encore jamais entendu ça. Des tonnerres d’applaudissement.”

Thomas Müller:
-"On a eu 75% de possession de balle. Les joueurs de Man United replié dans leur défense m’ont fait penser à une équipe de handball. Pas facile à faire, et ils l’ont fait. On n’a pu les prendre en défaut qu’une seule fois.”

TROIS ABSENTS DE MARQUE:
Bastian Schweinsteiger et Javi Martínez, sont tous deux suspendus. Le Bayern est donc amputé de deux pièces maîtresses, tout comme le fut MU au match aller avec les absences d’Evra (suspendu) et de van Persie (blessé). A Munich, Evra retrouve sa place. Dernière minute: Rooney touché à un orteil n’est pas sûr de pouvoir jouer.

LE PARCOURS A L’EXTERIEUR DE MAN UNITED EN C1 2014:
En C1 2014, sauf à Olympikos, MU a toujours gagné ou fait match nul.
Le 27 novembre, MU a gagné 5-0 en Allemagne contre le Bayer Leverkusen avec cette composition:
De Gea- Smalling, Ferdinand, Evans, Evra (Büttner 70)- Valencia (Young 80), Jones, Giggs, Kagawa, Nani- Rooney (Anderson 80).

LES FAUX PAS A DOMICILE DU BAYERN MUNICH:
Le 29 mars 2014, le Bayern a fait 3-3 à domicile contre 1899 Hoffenheim avec cette composition:
Starke - Rafinha, Van Buyten, Dante, Contento - Schweinsteiger, Thiago (Lahm 25) - Shaqiri, Götze (Mandzukic 46), Ribéry (Robben 75) - Pizarro

Le 10 décembre 2013 le Bayern a perdu à Munich 2-3 contre Manchester City dans les matchs de groupe avec cette composition:
Neuer - Lahm, Boateng, Dante, Alaba – Thiago - Müller, Götze (Martinez 55), Kroos, Ribery - Mandzukic (Shaqiri 69)
Au match aller, le Bayern avait gagné 1-3 à City

Le 11 mars 2014 le Bayern a fait nul a Munich 1-1 contre Arsenal en 1/8e avec cette composition:
Neuer - Lahm, Javi Martinez, Dante, Alaba - Schweinsteiger, Thiago - Robben, Götze (Kroos 59), Ribery (Müller 85) - Mandzukic
Au match aller, le Bayern avait gagné 0-2 à Londres.

On note que le Bayern Munich a été très à l’aise à l’extérieur pour aller chercher ses qualifications en C1. Sauf contre Man United…
Le 1er avril 2014, le Bayern a fait 1-1 à Old Trafford contre MU en 1/4 aller avec cette composition:
Neuer - Rafinha, Martínez, Boateng, Alaba - Lahm, Schweinsteiger - Robben, Kroos (Götze 74), Ribéry - Müller (Mandzukic 63)

NOTA BENE:en Bundesliga 2013-2014, le Bayern est invaincu à domicile: 14 matchs, 13 victoires, 1 nul. En C1, les Bavarois sont moins performants à domicile.
Dans leur stade, les Bavarois ont marqué 42 buts en championnat contre 10 encaissés.

05.04.14

Permalien 15:57:51, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les "coiffeurs" de MU ont taillé un costard à Newcastle (0-4)

Samedi 5 avril 2014
Newcastle 0-4 Manchester United

But pour MU: Mata (39e, 50e), Chicharito (64e) et Januzaj (90e +2)

AVANT-MATCH
Moyes fait du turn over. Il n’a pas mis sur la feuille de match Ferdinand, Carrick et Welbeck, cela signifie qu’il les préserve pour le match retour des 1/4 de C1 à Munich. Giggs n’est pas sur la feuille de match. Là c’est un choix vu que le Gallois n’a plus de rythme à force de ne pas jouer.
On note le retour d’Evra qui a besoin de rejouer. La défense est totalement remaniée avec visiblement Valencia en latéral.
Fellaini joue. Ah! non… pitié !
Fletcher est là, tant mieux. Il est en manque de temps de jeu.
Young doit prouver aux fans que ce n’est pas qu’un compte en banque.
Mata, je ne l’aurais pas fait jouer car il n’a pas le droit de jouer en C1. Des automatismes pour rien !
Kagawa doit organiser. Il semble revenir en forme, lui que le coach ne fait jamais jouer.
Enfin, devant, le fantastique Chicharito est titulaire, suite aux blessures de van Persie et Rooney (orteil).
Mon souhait ? Que Chicharito réalise un triplé pour clouer le bec à son entraîneur qui ne croit pas en lui, c’est dire sa compétence…

Manchester United
Lindegaard/ (10) Match parfait, trois arrêts décisifs
Valencia (6) Bon training
Evra © (6) Tranquille comme Baptiste, puis (64e) Büttner (4) Doit apprendre à centrer, à son âge pffff…
Smalling (6) Sérieux comme toujours
Jones/ (7) Toujours tonique avec la grainta d’un vrai Red Devil
Young (4) Aucune volonté de forcer le destin, puis (Januzaj) (7) Va toujours de l’avant
Fletcher (8) Gros travail de récupération
Fellaini (-5) La patience a des limites: inapte à jouer à MU, puis (70e) Nani (3) En 20 minutes n’a montré que ses mauvais côtés: joue sans lever la tête, trop personnel, mauvais choix
Mata (10) Deux buts, une passe décisive. Intelligent, technique et malin.
Kagawa/ (7) Bon match
Chicharito (8) Très bon match par sa présence, son esprit collectif, son explosivité, son réalisme. Cet immense attaquant ferait des merveilles au Real Madrid ou en série A. Je suivrai toujours le Mexicain si par malheur il venait à quitter MU. Tevez, Berbatov ont moins servi MU que lui. Chicharito est un authentique Red Devil. J’espère qu’il jouera à Munich, dès le coup d’envoi. Il est capable de faire mal aux Allemands, au bout d’une minute de jeu.

Sur le banc: de Gea, Vidic, Cleverley, Wilson

Manager: Moyes (8). Bon turn over. Dommage que Mata ne puisse pas jouer en C1… Enseignement: Fellaini ne doit pas débuter à Munich.

PREMIERE MI-TEMPS
Mata a ouvert le score sur un somptueux coup-franc. C’est très bien pour la saison prochaine. On pourra compter sur lui mais pour le 1/4 retour de la C1 du 9 avril 2014 cela ne nous donne aucune information supplémentaire.
En fin de première mi-temps, Chicharito a failli marquer un but mais son tir a frappé le bas du montant. Il ne pouvait pas faire mieux en pleine course ayant hérité d’un ballon alors que les défenseurs le pourchassaient.
Les 45 premières minutes ont permis de voir à l’œuvre une nouvelle fois Fellaini qui fait du grand n’importe quoi. Les gens qui le protègent disent qu’il ne jouait pas au même poste à Everton… cela ne change rien, ce joueur est une catastrophe ambulante, un festival de mauvaises relances, l’inspiration d’un pupille première année et surtout un concerto d’anti jeu: à chaque match il donne un coup de coude en plein visage d’un adversaire. Cette façon de jouer est une insulte au maillot de MU. S’il joue à Munich, je vais vivre l’enfer sur terre.
Young s’est blessé au doigt et a quitté l’équipe en n’ayant rien aux jambes.

DEUXIEME MI-TEMPS
Tout va très vite en football… Hier, Moyes était bon à jeter, aujourd’hui c’est un héros dont le nom a été scandé par les fans purs et durs de MU, ceux qui n’ont plus assez d’argent pour aller à Old Trafford et qui suivent MU a l’extérieur de temps à autre, les vrais de vrais quoi ! MU a gagné 0-4 grâce à un très grand Mata qui tient ses promesses. En seconde mi-temps, MU a bien développé son jeu mais cela pose problème: qui faire jouer à Munich ? Le test contre Newcastle ne peut pas être pris en grande considération vu que MU a joué contre une équipe de chèvres comme on dit chez moi. Il est temps que leur entraîneur Pardew aille voir ailleurs. Maintenant, c’est sûr ce coach-là est un imposteur. Interdit de banc, il a passé son temps au téléphone. Vraiment n’importe quoi. Il a donné des consignes ? En Chinois non traduit sans doute, étant donné le schéma tactique de son groupe.

Tous les matchs du week-end des quart-finalistes de la C1 2014

MU a son destin lié à celui de Munich: le crash 1958 et la finale de C1 1999. Voilà pourquoi MU peut sortir vainqueur du 1/4 retour de C1 à Munich. Il faut croire à la force des esprits. Cela donne précisément de la F.O.R.C.E.

Mardi 8 avril 2014, 20 h 45
1/4 retour de C1
Chelsea-PSG
Dortmund-Real Madrid

Samedi 5 avril 2014 le PSG a battu Reims 3-1. Leaders avec 79 points, les Parisiens ont une confortable avance sur Monaco, 2e.
Samedi 5 avril Chelsea a battu Stoke City 3-0. Chelsea ne repositionne dans la cours au titre avec 72 points dans le sprint final avec Liverpool et Man City. Arsenal est totalement largué par les leaders: les Gunners ont perdu le fameux match à 6 points devant Everton qui les ont balayés 3-0.

Les résultats des 1/4 de finale aller de la C1 2014:
**PSG 3-1 Chelsea
Buts pour Paris: Lavezzi (4e), David Luiz (61e c.s.c.), Pastore (90e + 3)
But pour Chelsea: Hazard (27e pen.)

**Real Madrid 3-0 Borussia Dortmund
Buts pour le Real: Bale (3e), Isco (27e), Ronaldo (57e)

Le 5 avril 2014 le Real Madrid a battu 0-4 le Real Societad (50 points), à l’extérieur. Les Madrilènes ont joué un match avec enjeu contre les 6es de la Liga qui espèrent encore accrocher une place européenne. Les Madrilènes bataillent toujours pour remporter le championnat. Ils sont actuellement 3es avec 76 points, derrière Barcelone (78 pts, 2e) et l’Atletico Madrid (79 pts, 1er). Cette 32e journée fut pleine d’intensité.

Le 5 avril 2014 lors de la 29e journée de Bundesliga a eu lieu Dortmund - Wolfsburg (2-1).
Dortmund est 2e avec 58 points. Dortmund est quasi éliminé de la C1.

________________________________________________________________________________________

Mercredi 9 avril, 20 h 45
Bayern Munich-Manchester United
Atletico Madrid-Barcelone

Avant d’aller à Munich, MU a gagné 0-4 samedi 5 avril 2014 contre Newcastle à l’extérieur. Newcastle dans le ventre mou n’avait plus rien à espérer, à part blesser un Red Devil. Avec 57 points, MU se replace dans la course à l’Europa League… Le coach de MU a fait tourner l’effectif. On a vu un très bon Mata mais il ne peut pas jouer en C1 2014. Les “coiffeurs” de MU ont réalisé un très bon match. A retenir, les matchs de Valencia, Chicharito et Kagawa. A placer sur la liste des transferts: Fellaini.

Samedi 5 avril 2014, pendant ce temps les Bavarois se sont inclinés lors de FC Augsburg - Bayern Munich (1-0) sur un but de Molders (31e). Le Bayern n’avait pas aligné que des peintres.
Les Bavarois déjà champions d’Allemagne 2014 se sont rendus sans pression chez un club du ventre mou de la Bundesliga, le FC Augsburg (8e).
Cette défaite fait désordre, et elle permet surtout au peuple de la Red Army de penser que MU va passer en 1/2 de la C1.
Au match retour des 1/4 de C1, les Bavarois seront diminués au milieu de terrain face à MU qu’ils craignent énormément, à l’image de leur entraîneur Guardiola.

Les résultats des 1/4 de finale aller de la C1 2014:
**Man United 1-1 Bayern Munich
But pour MU: Vidic (58e)
But pour le Bayern: Schweinsteiger (67e)

**Barcelone 1-1 Atletico Madrid
But pour le Barça: Neymar (71e)
But pour l’Atletico: Diego (56e)

Samedi 5 avril 2014 (18 h) FC Barcelone a gagné 3-1 contre Betis Séville. Le Betis est dernier de la Liga est déjà condamné.
Samedi 5 avril 2014 (16 h) le leader Atletico Madrid a gagné à domicile contre Villarreal (7e) qui n’a plus rien à espérer. 1-O, but de Garcia à la 14e minute.

Et si nous retrouvions en 1/2 de C1 2014, le Real Madrid, Chelsea, Man United et l’Atletico Madrid…

Une plongée dans la galaxie punk: "Rip It Up and Stuart Again", post-punk 1978-1984, de Simon Reynolds (Allia)

Le natif de Manchester Ian Curtis (1956-1980)était le chanteur et guitariste du groupe de post-punk Joy Division de 1977 à 1980. Totalement déjanté, Ian Curtis a traversé la vie en météore. Destroy, épileptique, il a fini par se suicider.

Qui aime le courant Punk ne peut faire l’impasse sur ce livre qui fait autorité, il dit tout sur le sujet et sur sa périphérie, avec en bonus une chronologie en fin de volume qui est indispensable pour ce genre d’ouvrage historique. L’auteur avait 14 ans quand il crut assister à l’éclosion du mouvement punk. Il habitait à Hertfordshire, tout sauf le centre du monde. C’est son frère qui lui communique le virus.
Les Sex Pistols hurlaient à la téloche. Johnny Rotten balançait : « Nique ça et nique ça aussi/ Nique tout ça et que sa putain de môme aille se faire foutre ». Quand il commence à aimer les Sex Pistols, ils étaient déjà séparés. Le narrateur s’emballe pour le punk au moment de sa seconde vague, la période « post-punk » fin des années 1970.
Il écoute alors les Talkings Heads ("Fear of Music"), en boucle, mais aussi les X-Ray Spex ("Gern Free Adolescents") et les Slits ("Cut"). Ces groupes-là n’ont rien à envier à leurs devanciers des années 1960. L’audace est au rendez-vous. La provocation aussi. Le Royaume-Uni a beaucoup plus été envahi par le mouvement punk que les Etats-Unis. Les accros purs et durs adoraient Joy Division. Tout le monde voulaient habitaient Londres ou Manchester. L’usage de la drogue fini par devenir banal.
Simon Reynolds est très cultivé. Il n’ignore rien de Dada, de Jarry ou de Philip K. Dick. Le « No future » des Punks a ses racines dans le mouvement dada de 1916. Dans l’ouvrage on croise aussi David Bowie, Lou Reed et John Cage, Brian Eno. Avec des photos en marge du texte, l’ouvrage n’évacue aucun domaine, et passe au peigne fin tous les milieux : musique, politique, presse, production…
Il s’agit à la fois d’une enquête, d’un essai, d’une prose romanesque et poétique, d’une étude socio-politique, d’une anthologie. Compétent et passionné, Simon Reynolds a écrit un livre auquel il faut et faudra toujours se référer dès lors qu’on s’intéresse à la musique du XXe siècle. Un index est même disponible pour que l’on puisse se rendre directement au groupe, à personne ou au titre que nous recherchons.

-Rip It Up and Stuart Again, post-punk 1978-1984, de Simon Reynolds. Traduit de l’anglais par Aude de Hesdin & Etienne Menu. Allia, 688 p., 25 €

Nota bene: le groupe de Manchester Joy Division comprenait aussi le bassiste Peter Hook, le batteur Stephen Morris et le guitariste Bernard Sumner qui ont formé ensuite le groupe New Order.
A consulter le site http://www.peterhook.co.uk/#/home Le bassiste va se produire à Toulouse (8 mai 2014) et à Marseille (9 mai 2014).

04.04.14

Le superbe but de Pastore n'est pas une "blague" mais une suite de feintes

Lors de PSG-Chelsea (3-1) en 1/4 aller de la C1 2014, Javier Pastore a marqué le troisième but très important, celui souvent synonyme de qualification.
Il a préparé son but en faisant un relais. Ensuite, il a pris ses responsabilités et a tenté un raid solitaire le long de la ligne de corner, avec la volonté d’effacer adversaire sur adversaire.
Suivant son idée soudaine d’aller au but tout seul, il a avancé et contrôlé le ballon, dribblant toute la défense londonienne figée sur place.
Les joueurs de Chelsea fatigués par le match étaient K.O.
Laurent Blanc a bien fait de faire entrer l’Argentin en fin de match. Les joueurs techniques peuvent mieux s’exprimer quand les rivaux n’ont plus rien dans les jambes.
Une fois son slalom terminé, Pastore a fusillé le goal dans un trou de souris.
Quand un virtuose réalise une telle action, tous les autres joueurs, y compris ses partenaires, semblent s’arrêter de jouer, tant ils sont surpris par l’exploit qui est en train de naître sous leurs yeux.
José Mourinho a dit que ce but était une “blague” car ses joueurs auraient dû stopper la trajectoire de Pastore sans faire penalty.
En fait, le coach portugais est fou de rage car ce troisième but a été marqué au nez et à la barbe des défenseurs de Chelsea transformés en santon de Provence. On sait que ce but peut qualifier Paris, au match retour.
C’est grâce à ce genre de but que le football est le sport roi.
On n’en voit rarement.
Garrincha en marquait souvent.
Bien sûr, il ne s’agit absolument pas d’une “blague” ou d’un but casquette. Il faut parler de feinte, de l’art de l’esquive, de dribbles chaloupés. Du grand art. Un but mémorable.
Le but de Pastore a été marqué en 1/4 de C1 et non pas à l’entraînement, d’où sa grandeur.
Le lendemain de PSG-Chelsea, une date dans l’Histoire du football français, Le Parisien, le quotidien de la capitale mettait en une, le jeudi 3 avril 2014, l’ex compagne de l’actuel président de la République. Ayant renvoyé sa favorite du moment, il a pu rappeler la mère de ses enfants et la nommer ministre. Les Français sont sans doute en manque de people. Il faut reprendre le feuilleton concernant le célibataire au pouvoir. Une politicienne professionnelle à la place d’un artiste du ballon rond… Voilà pourquoi la France n’est pas un pays de football. Enfant je m’identifiais à Kopa. Pas à un ministre. Il est vrai que nous étions au temps de De Gaulle. A l’époque, on était gouverné par un géant.

Permalien 08:07:36, Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS  

Nouveau gouvernement. La société du Spectacle, suite.

Paris Match va nous mettre en couverture le nouveau locataire de Matignon avec son élue pour y vanter le côté winner du personnage.
L’ancienne compagne du président de la République nommée ministre a déjà fait une déclaration politique alors que le premier conseil des ministres n’a pas eu lieu. Comme le père de ses quatre enfants est officiellement célibataire, elle occupe de manière subliminale la fonction de Première dame de France. Très bonne nouvelle pour les médias.
Encore plus que d’habitude, l’annonce de ce gouvernement, celui du 2 avril 2014, relève de la société du Spectacle dénoncée par Guy Debord. Une mascarade de plus.
En haut lieu, on n’a pas voulu le désigner le 1er avril, à cause de la date. C’est tout dire. Ils lisent trop Le Canard enchaîné.
On a vu des passations de pouvoir, comme ils disent. Alors qu’on aurait dû voir une alternance- puisque c’est la droite qui a gagné- on a assisté à un jeu de chaises musicales car il ne s’agit pas d’élections législatives.
Quand il s’agit des municipales, on change les cuisiniers des restaurants de villes mais on conserve ceux des ministères, on les change de crémerie, au besoin.
Cette fois, on prend les mêmes et on recommence. Quand c’est la droite, on assiste au même cirque promotionnel. Le vote ? Au diable le vote! Quand on est au pouvoir et que la constitution le permet on reste en place pour jouir des privilèges.
Lors de la passation de pouvoir, dans chaque ministère, on a bien vu que le peuple n’avait rien à voir avec ces gens qui s’applaudissent entre eux. Les ministres sont dans le rôle de la vedette et l’aéropage de fonctionnaires, de figurants. Que de monde sur la photo! La soupe est bonne, selon l’expression. Vous en reprendrez bien un petit peu, n’est-ce pas ? Slap, slap, slap. Glou, glou, glou.
Les médias nous parlent des ministres comme s’ils étaient des chanteurs.
Ils disent: “Valls à Matignon” comme ils disent: “Johnny Hallyday à l’Olympia!” Qui n’a pas son autographe ? Par ici pour le poster ! Les t-shirts sont en vente dès ce soir ! La biographie ne va pas tarder.
Les télés, les journaux nous relatent le parcours du nouvel élu désigné par le pt de la République. ¨Même pas besoin d’élections pour être Premier de la classe. Suffit d’actionner les bons rouages. On applaudit le parcours.
Deux politiques sont surmédiatisés. On ne parle que d’eux.
On a l’impression d’assister à l’ouverture du Festival de Cannes.
Est-ce la nouvelle version de Loft Story ?
Le ministère de l’Intérieur est un tremplin pour la conquête de l’Elysée, si on s’y prend bien.
On pense aux chansons: “J’aurais voulu être un artiste…” et à “Je me voyais déjà".
Dans la vie du peuple rien n’a changé. Et rien ne changera.
C’est toujours la même histoire: il faut trouver une misère pour continuer à faire semblant de vivre.
Dans l’écran de télé: ça sourit, ça plaisante, ça grimpe dans des voitures avec chauffeur.
Tout frais payés.
Ils prennent la pose devant les régents de la communication. Ils espèrent des unes de quotidiens, de news.
Démocratie, il appelle ça.
Démocratie totalitaire.

[Post dédié à Guy Debord]

Grandiose publicité avec Pelé et C. Ronaldo

Dans les années passées, les créatifs de la pub avaient plus du talent.
Actuellement, les pubs sont basiques, insignifiantes.
Il est très rare d’en voir une de bien ficelée.
En voici une et pas des moindres.
Elle est bien réalisée, a un bon scénario, et elle est bien joué.
Elle est aussi très violente sur l’inculture contemporaine.
Genre on dit bonjour à un animateur télé mais on ne reconnaît pas Montaigne.
C. Ronaldo a accepté d’être dans le mauvais rôle car dans la pub, la star reste Pelé.
C’est dire que Ronaldo est vraiment d’une très grande intelligence.
De plus, il joue très bien. Il a des mimiques, des regards. Ce n’est pas rien.
Demain, il peut être un très bon jeune premier, un séducteur impeccable. Il n’a rien à envier à Tom Cruise.
Il porte bien le costume.
Pelé ? Lui, il est éternellement jeune.
C’est l’un des dix plus grands personnages du XXe siècle. Je parle des personnages sympathiques, en dehors des tyrans de la politique.
Nous sommes au XXIe et Pelé est toujours là. Avec son beau sourire, lui qui pleure parfois. Comme Ronaldo.
Et la voix de Pelé… Belle et profonde. Proche de Miles Davis.

[Post dédié à Garrincha]

03.04.14

Permalien 13:09:49, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Ecrits radiophoniques de Walter Benjamin (Allia)

Orson Welles a poussé loin le canular radio, faisant croire à la fin du mode et créant donc la panique général.

Précurseur de la radio, Walter Benjamin (1892-1940) a vite compris que les ondes allaient révolutionner les moyens de communication car elles touchaient instantanément le public.
«Le pays des voix » disait-il. Sublime formule.
Les éditions Allia dans un magnifique présentation- selon leur belle habitude- nous permettent de se confronter aux textes radiophoniques de Walter Benjamin rédigés pour la plupart entre 1929 et 1932, soit un univers confectionné alors que la montée du nazisme se faisait pressante.
Benjamin sait que la radio touche des gens isolés et non pas un parterre de spectateurs comme au théâtre.
L’art radiophonique de Benjamin annonce le tour de force d’Orson Welles qui sema la panique aux Etats-Unis en faisant croire à une invasion des martiens.
Walter Benjamin voulait surtout que la radio soit un moyen pour cultiver la population.
Ne supportant pas l’idée d’être la proie des nazis, le Berlinois Walter Benjamin s’est suicidé le 26 septembre 1940.
Le lire est la moindre des hommages.
Il n’écrivait pas son petit livre destiné à la rentrée littéraire qui ressemble à la quinzaine du blanc, je parle des draps, torchons et serviettes.
Lui avait quelque chose à dire, et à écrire.
Il nous prodigue des conseils pour obtenir une augmentation de salaire auprès de notre employeur, et il va jusqu’à nous expliquer comment éviter le divorce quand on se dispute. L’humour rase sa prose comme un avion effleure le sol.
Dans les textes théoriques et poétiques, la prose de Benjamin devine les dégâts de la radio de divertissement qui rend débile les auditeurs qui préfèrent essayer de gagner de l’argent dans des émissions vénales plutôt que de s’instruire de manière intelligente. Il n’est pas interdit de se divertir sans tomber dans la facilité.
Pour Walter Benjamin, la voix n’est donc pas qu’un vecteur publicitaire.
Les politiciens savent très bien utiliser leur voix pour manipuler les foules. L’Histoire hélas! nous la prouver et nous le prouve encore.

-Ecrits radiophoniques, de Walter Benjamin. Traduit de l’Allemand par Philippe Ivernel. Préface de Philippe Baudoin. Allia, 208 p., 15 €

Le Real et Paris bien placés. MU et l'Atletico rêvent encore

Les résultats des 1/4 de finale aller de la C1 2014:

Man United 1-1 Bayern Munich
But pour MU: Vidic (58e)
But pour le Bayern: Schweinsteiger (67e)
Le match retour reste ouvert, car MU est capable de marquer en contre-attaque.

Barcelone 1-1 Atletico Madrid
But pour le Barça: Neymar (71e)
But pour l’Atletico: Diego (56e)
Soit le Barça assume son rang, soit l’Atletico crée la surprise


PSG 3-1 Chelsea
Buts pour Paris: Lavezzi (4e), David Luiz (61e c.s.c.), Pastore (90e + 3)
But pour Chelsea: Hazard (27e pen.)
Chelsea devra renverser la vapeur. Le PSG doit asseoir sa suprématie

Real Madrid 3-0 Borussia Dortmund
Buts pour le Real: Bale (3e), Isco (27e), Ronaldo (57e)
Le Real peut penser au 1/2 mais attention de ne pas jouer avec le cigare


Matchs retour:
Chelsea-PSG, 8 avril
Dortmund-Real Madrid, 8 avril

Bayern Munich-Man United, 9 avril
Atletico Madrid-Barcelone, 9 avril

02.04.14

2 avril 2014. Le nouveau gouvernement n'est qu'un changement de personnel

Ecoutez, svp, cet extrait du chef d’oeuvre d’Henri Verneuil, immense metteur en scène du grand cinéma populaire. L’encre de ces mots-là est encore fraîche. On doit à Henri Verneuil plusieurs films admirables dont Le Président, qui n’a pas pris une ride. Ce flm met en lumière les liaisons entre le pouvoir politique, le monde de la finance et le monde industriel qui s’entremêlent au point de ne faire plus qu’un.

Le Président (1961)
Réalisation : Henri Verneuil
Scénario : D’après le roman de Georges Simenon
Adaptation : Henri Verneuil, Michel Audiard
Dialogues : Michel Audiard
Acteur principal: Jean Gabin

Dans les années 1930, Edouard Herriot a dit à Emmanuel Berl:
-"IL FAUT CHOISIR ou L’ARGENT ou la POLITIQUE".

Depuis la nomination du nouveau gouvernement on nous rabâche sans cesse le parcours des ministres qui héritent d’un portefeuille. Rien que des carriéristes avec beaucoup de “blancs, de white, de blancos” comme dirait qui vous savez. En quoi tout cela nous concerne-t-il ? On les imagine sabler le champagne. Recevoir les louanges de leur entourage. Rire, s’embrasser, se congratuler. Phrase qui revient sans cesse: “Le président va retrouver la mère de ses quatre enfants. C’est un temps fort de la vie politique". (sic) Pendant ce temps, 1 000 chômeurs de plus chaque jour en France. Le pays vote massivement à droite, et l’on nomme un nouveau gouvernement 100 % de gauche. Le peuple est vraiment traité comme un troupeau de veaux. Des cochons de payants. Et ils s’étonnent de l’abstention de plus en plus importante. De la mise en place des urnes à leur rangement, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.

Permalien 17:34:25, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL  

Moyes, le coach de Man United vend le monumental Vidic et recrute le fantômatique Fellaini

David Moyes a des yeux pour ne pas voir. Il a à sa disposition Chicharito et il ne le fait jamais jouer alors que van Persie est blessé. Le Mexicain a de l’or dans les pieds et l’ex manager d’Everton ne voit rien. Au match retour à Munich, il faudra que MU rejoue à l’italienne avec des contres assassins et cette fois le ballon devra aller au fond des filets. Quand on est grand joueur, on marque lors des grands matchs. C’est pour cela qu’il faut donner sa chance à Chicharito.

Deux éléments d’Everton plombent le jeu de Man United.
Le coach Moyes n’apporte rien à MU: il suffit de voir l’empreinte de Guardiola sur le jeu du Bayern Munich pour noter que l’Ecossais n’a rien à proposer. Depuis deux décennies, je n’ai jamais vu MU autant dominer à Old Trafford que lors de ce 1/4 aller de C1 contre les Bavarois (1-1). MU a été incapable de récupérer la balle. Fellaini, autre recrue d’Everton, n’aide absolument pas Carrick. Il n’intercepte si peu ballon qu’il devient exaspérant. Depuis son arrivée à MU il n’a réussi qu’un match, contre Aston Villa (4-1). Cela est maigre pour quelqu’un qui a coûté 35 M€.

David Moyes a aussi permis le transfert du capitaine historique Vidic qui a signé à l’Inter Milan. C’est une gravissime erreur. Vidic incarne l’âme de MU. Il est bien revenu de sa blessure, c’est un guerrier de chaque instant et c’est aussi un exemple pour les jeunes du club. Il va maintenant mettre tout son talent au service l’Inter. Et pendant ce temps, la défense de MU sera affaiblie par le départ du Serbe. Le staff de l’Inter a déclaré: “On a recruté un joueur de classe mondiale qui va faire progresser tous nos jeunes…” Cela fait mal d’entendre ça. Vidic va beaucoup manquer à MU.

Au match aller en 1/4 Vidic a marqué l’unique but de MU sur une sublime tête:
“C’était un match difficile. On était arrivé au bon score à 1-0… Nous avons été solides mais une erreur de notre part leur a permis d’égaliser. Ils ont démontré à quel point ils formaient une belle équipe. Ils ont eu beaucoup de possession de balle, nous savions que nous aurions à nous dépenser un maximum la plus grande partie du jeu dans notre moitié de terrain, mais nous avons essayé de contre-attaquer. En Ligue des Champions, nous avons joué assez bien. C’était seulement le match à l’Olympiacos que nous avons raté (2-0), mais dans tous les autres matchs, nous avons bien défendu et joué en équipe. Notre plus grande force est sur la contre-attaque. Il faudra être plus adroit, plus réalité lors de nos rares occasions. Le match retour sera exactement le même match que l’aller. Ils vont avoir beaucoup le ballon, encore plus parce que nous jouerons chez eux. Nous devons très bien nous préparer pour garder notre forme, se serrer les coudes et avec des joueurs tous concernés, avec des pointes de vitesse dans le trou, nous pouvons leur faire du mal…”

Il y a aussi l’énorme gâchis concernant Chicharito qu’il persiste à laisser sur le banc. En l’absence de van Persie, le Mexicain n’a obtenu aucun temps de jeu supplémentaire. Pour imposer son copain Fellaini, Moyes le titulaire très souvent, au risque de mettre en péril toute l’équipe. Chicharito, lui, n’a droit que des miettes. Inadmissible !

Des GI’s et des femmes, de Mary Louise Roberts (Seuil)

Avant de retourner chez eux aux Etats-Unis les soldats américains ont transformé la Normandie en un vaste lupanar.Le très bon livre de Mary Louise Roberts est là pour nous l’expliquer.

Le titre seul Des GI’s et des femmes fait rêver, mais le sous-titre tient du cauchemar : Amours, viols et prostitutions à la Libération. Voilà un livre que le gouvernement français de 2014 n’offrira pas au Président Obama qui doit assister aux cérémonies commémoratives du débarquement de 1944. Cela fera la deuxième fois qu’il y assiste.
On croit souvent que les soldats américains sont venus en France pour la libérer du joug nazi tels des Zorro mais pour les motiver les autorités américaines ont vanté le charme des françaises. En fait, comme pour les Allemands, la France c’était pour les Américains : «Ah ! les petites femmes de Paris ! » On a la réputation que l’on mérite : il est vrai que le French-Cancan est composé de danseuses qui montrent leurs culottes…
Les jeunes soldats fantasmaient sur les souvenirs des aînés de 1914-1918. Une partie de jambes en l’air quoi ! Vive la France ! Mary Louis Roberts nous divulgue des faits que les historiens escamotent. Le commandement américain a mis en avant « la femme française » en guise de carotte. Antonin Artaud avait raison : les spermatozoïdes ne servent plus qu’à fabriquer de la chair à canon.
Le pire a eu lieu quand la guerre fut terminée. Entre juin 1944 et l’été 1945, des milliers de soldats américains ont pris d’assaut le port du Havre. Les combats terminés, les GI’s attendaient le bateau pour rentrer au pays. Un an plus tôt, ils libérèrent la région de la présence des Allemands. Autrement dit, les GI’s étaient tous dans la peau de héros. Ils erraient dans les rues, à la recherche de femmes et ce troupeau de clients attira les putains et leurs protecteurs (flanqués un peu plus loin). Les femmes n’osaient plus sortir dans la rue car pour les GI’s toutes les françaises devaient passer à la casserole, en payant ou gratos.
Le livre est présenté sous trois séquence: “Idylle” (tout n’est pas rose lors des amourettes. Les Américains s’estiment légitimes car ils ont chassé l’ennemi des Français); “Prostitution” (arrivée des jeunes filles de joie, souvent parisienne. Les célibataires sans argent font aussi le tapin); et “"(les soldats noirs représentent 95% des coupables désignés. Manifestation du racisme bureaucratique américain car les Afro-américains ne représentaient que 10 % des effectifs).
La ville du Havre avait des bordels connus mais les amours tarifiés ey les viols se déroulaient aussi dans d’autres lieux, parcs, jardins voire cimetières. La Normandie n’était plus qu’un vaste lupanar à ciel ouvert. Après les nazis, la population a dû se farcir les Américains. Les maladies vénériennes étaient monnaie courante…
La couverture du livre est ambiguë puisqu’elle est très loin de l’information principale de ce récit historique. De fait on y voit un GI’s rouler une pelle à une française, complétement consentante. Derrière, au second plan, des enfants sourient. Tout ça n’a rien de violent. J’opte d’ailleurs pour une photo mise en scène. Une photo plus dure, genre prostituée sous un lampadaire avec un soldat américain qui la mate aurait mieux correspondu à l’ouvrage. Un soldat blanc, of course.

-Des GI’s et des femmes, de Mary Louise Roberts. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cécile Deniard et Léa Drouet. Seuil, 410 p., 22 €

Permalien 01:06:17, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Man United a reçu une leçon de football signée Guardiola

Donner MU à Moyes c’est offrir une Ferrari à quelqu’un qui n’a pas le permis. Beckenbauer a raison: Guardiola a barcelonalisé le Bayern. Les Bavarois ont monopolisé la balle toute la première mi-temps. On avait l’impression de voir des adultes contre des poussins. Fellaini a une nouvelle fois montré ses limites. Comment peut-on gaspiller 35 M€ dans un tel transfert ?

1/4 aller de C1
Manchester United 1-1 Bayern MunichBut pour MU: Vidic (58e)
But pour les Allemands: Schweinsteiger (66e)

Man United est éliminé de la C1 à 90 %. Il faudra un miracle pour que les Red Devils se qualifient à Munich après ce qu’ils ont montraient à l’aller.
Pendant toute la première mi-temps, les visiteurs ont joué à la baballe. Ce Bayern ressemble comme deux gouttes d’eau à Barcelone. L’ancien entraîneur des Catalans a exporté le jeu du Barça pour l’appliquer au club bavarois. Dans le cas d’un Barça-Bayern cela va être incroyable. Un effet de miroir.
MU ne savait pas récupérer la balle. Fellaini a fait illusion contre Aston Villa. Je le craignais, nous en avons désormais la certitude. C’est un joueur qui n’a pas le niveau pour jouer à MU. Il erre sur le terrain, n’a aucune intelligence de placement. Ne récupère pas. A une relance de débutant. C’est une catastrophe sur toute la ligne. 35 M€ jetés par la fenêtre. MU a joué à 10. De surcroît, Giggs, à court de rythme, a été transparent. Il a fait son temps notre héros.
Le pire c’est l’entraîneur. Il ne sert à rien, à part aligner des noms sur la feuille de match.
Le Bayern a choisi Guardiola pour remplacer Heynckes, et Guardiola a rempli sa mission: les Bavarois ont conservé leur couronne de Bundesliga, et sont bien partis pour aller au moins en finale de la C1.
MU s’est fait bouger 80 % du match.
Welbeck a raté l’ouverture du score contre le cours du jeu dans un face à face avec le goal adverse qu’il a voulu lober au lieu de le battre à ras de terre. En surimpression, j’ai vu Chicharito marquer. Hélas! Moyes considère le Mexicain comme un tocard.
Vidic a marqué un super but d’une tête imparable.
L’égalisation allemande est intervenue de manière logique tant les visiteurs avaient le contrôle du ballon.
Ils entraient dans la défense rouge comme dans du beurre.
J’ai été déçu par le manque d’enthousiasme des Red Devils. Ils étaient résignés, sans énergie. Pas un seul instant, ils n’ont tapé du poing sur la table. Je sais ce qu’un grand groupe peut faire. Là nous avons une assemblée disparate, rien d’homogène, pas une once de complémentarité. Les Red Devils jouent avec le frein à main.
Le score est flatteur pour MU.
MU doit recruter au moins trois défenseurs et trois milieux.
Moyes a arsenalisé MU. les conquérants ont fait place aux froussards. Le match contre Aston Villa (4-1) fut un trompe l’œil.
Les Allemands ont souligné toutes les carences de MU.
Les Red Devils ne forment plus qu’un club du ventre mou de la Premier League.
Des anonymes qui courent derrière leur passé.
Et Sir Ferguson dans les tribunes il en pense quoi ? A-t-il fait exprès de nommer une ombre à sa place ?

Manchester United
De Gea/ (7) Bon match
Büttner (5) Quelconque, puis (74e)Young (4) Ne court même plus vite
Ferdinand (5) Sans rayonnement
Vidic © (8) Le transférer à l’Inter Milan est une erreur culturelle
Jones/ (5) On ne peut pas demander davantage à un joueur aussi limité techniquement
Carrick (5) Le minimum syndical
Fellaini (-10) N’a été à la hauteur qu’une seule fois contre Aston Villa. Joueur atrocement faible
Giggs (0) N’aurait jamais dû jouer en début de match, puis (45e) Kagawa (4) Joue si peu qu’il n’a aucun repère
Rooney (2) A tout raté
Valencia (6) Trop seul à aller de l’avant
Welbeck (2) Brouillon comme un footballeur du dimanche, puis (85e)Chicharito (7) En cinq minutes a été éblouissant. A failli marquer mais il a été stoppé irrégulièrement. Si Moyes se sépare de ce joueur cela sera la deuxième erreur culturelle. Chicharito est un titulaire en puissance qu’on sous utilise.

Sur le banc : Lindegaard, Nani, Fletcher, Januzaj

Manager: Moyes. (-3) N’a aucune influence sur le jeu de MU. Le coach est passif, il regarde les matchs comme les vaches suivent les trains qui passent. Encore cinq ans avec lui cela équivaut à faire Cayenne. Pour l’ex entraîneur d’Everton, le football est un sport idiot qui consiste à taper dans un ballon comme un con. Et Nani, a-t-il une tête qui ne lui revient pas ? Pourquoi ne joue-t-il ? Il est vrai qu’un entraîneur qui aime le football de Fellaini est un incompétent total. Le MU de Moyes ne me rend ni triste ni en colère. Le MU de Moyes m’ennuie. Le MU de MU ce n’est pas MU c’est d’évidence Everton transporté à Old Trafford.

01.04.14

Permalien 09:04:20, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

La Red Army et Ryan Giggs prêts pour affronter les Bavarois

Suspendu, Patrice Evra ne pourra pas apporter sa fougue à MU. Van Persie, blessé, ne jouera pas non plus. MU comptera sur Rooney pour faire la différence. Rooney et les autres. Il faut un onze avec des guerriers, rien que des guerriers. Sur le banc aussi.

Mardi 1er Avril 2014, 20 h 45
1/4 de finale de C1
Manchester United - Bayern Munich

Pour disputer le match aller des 1/4 de C1, Moyes a beaucoup de difficulté pour composer sa défense: Patrice Evra est suspendu. Son remplaçant Alexander Büttner n’est pas à 100%. A droite, le latéral Rafael est lui aussi pas complétement rétabli. En défense centrale, Rio Ferdinand, Jonny Evans et Chris Smalling reviennent de blessure. Smalling a déjà joué en latéral.
Les valides à 100 % sont Jones et Vidic. Le milieu de terrain Carrick peut aussi évoluer en défense centrale, et Valencia sait aussi jouer latéral.
Ces problèmes en défense cela ne fait pas très sérieux. Un club comme MU devrait avoir un effectif plus étoffé. C’est pour cela que Moyes s’est permis de dire aux médias que “Sir Ferguson aurait lui aussi connu des difficultés en 2013-2014…

Il est rare d’entendre publiquement un Ryan Giggs aussi mordant avant un match:

-”Nous ne nous considérons pas comme des outsiders. Nous nous considérons comme Manchester United, qui joue à domicile en Champions League, et nous sommes impatients d’y être. United et le Bayern sont deux très grands clubs, qui possèdent une grande histoire, deux équipes qui pratiquent le football comme il doit se jouer. Mais nous n’utilisons pas 1999 comme une source d’inspiration : certains des gars ne s’en souviennent pas (sourires)Il n’y a aucun problème avec le manager et moi. Je sais que beaucoup de choses ont été dites, mais je ne sais pas d’où elles venaient. Bien sûr, en tant que je joueur, je veux jouer tout le temps, mais je sais que je ne vais pas participer à chaque match. La dernière fois [contre Olympiacos], c’était ma première titularisation en six ou sept semaines. Vous avez vu mon match ? Pas mal pour un vieux ! Je suis toujours prêt à jouer. Il faut toujours se préparer, pas bouder parce que vous ne jouez pas. J’essaye de savourer cette saison, comme d’habitude. Je prends toujours énormément de plaisir sur le terrain, je me sens bien physiquement. Je prendrai une décision au terme de la saison…”

Le virtuose Ryan Giggs, 40 ans, a disputé l’historique finale de C1 1999 remportée par United face au Bayern, 2-1, dans les arrêts de jeu.
Quinze ans après, le Gallois devrait se retrouver à la baguette au milieu de terrain de la Red Army.
Je rappelle que Ryan Giggs est le footballeur le plus titré de l’Histoire.

Ryan Giggs dit le Feu follet, né le 29 novembre 1973, à Cardiff, Pays de Galles
A Manchester United depuis 1987
Gaucher
Ailier puis milieu de terrain
Nommé joueur-entraîneur adjoint depuis le mercato de l’été 2014
1er match professionnel le 2 mars 1991, MU-Everton
961 matchs, 169 buts (série en cours)

Palmarès de Ryan Giggs: 35 titres majeurs, record mondial

2 Ligues des champions 1999, 2008
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
13 Championnats d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
4 League Cup 1992, 2006, 2009, 2010
9 Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2013

Permalien 07:57:25, Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS  

1er avril 2014: 1000 nouveaux chômeurs en France chaque jour *

La France a un nouveau premier ministre.
Sa voix a déjà changé, moins cassante qu’au poste de “premier flic de France".
La presse est contente: elle a un nouveau sujet de conversation.
On nous raconte en long en large le parcours du nouveau locataire de Matignon.
On nous dit: “Quel talent!” ou “Quelle belle réussite!”
Tout ça c’est de la cuisine politicarde. Un effet de paon.
Rien qu’un changement de personnel.
Ils agissent sur les hommes, jamais sur les faits.

* Ce chiffre hélas ! n’est pas une blague de 1er avril.

Avril 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software