Arrestations célèbres, d’Emmanuel Bove (Les Cents pages)

31.03.14

Permalink 15:54:27, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Arrestations célèbres, d’Emmanuel Bove (Les Cents pages)

Bove Story? Encore lui… On aurait tort de s’offusquer de la sorte. Quand à longueur d’années on subit le matraquage médiatique d’œuvres insignifiantes, on est tenté d’écrire tous les jours sur Emmanuel Bove (1898-1945). Ses lecteurs sont membres d’une fratrie invisible persuadée que l’auteur de Mes Amis est condamné à être redécouvert à chaque réédition. Le purgatoire à perpétuité, ainsi en a décidé les actionnaires de la postérité qui préfèrent les auteurs VRP de leur légende. N’empêche quand on épluche les bibliographies des gendelettres hyper cotés on s’aperçoit qu’ils ont souvent publié sous l’Occupation alors que Bove fait partie des authentiques réfractaires, loin des écrivains qui se sont donnés le beau rôle à la Libération.
Né écrivain comme on naît bossu, Bove a vécu la vie d’un déraciné qui s’est consolé en portant grand soin à son travail d’écrivain. Le moindre des articles respire la perfection d’un style. Les mots s’enchaînent comme les perles d’un unique collier. Il avait trouvé sa musique intérieure qui ressemble à une littérature de chambre. Celle que rêvait d’occuper Pascal sans y devenir neurasthénique. Bove a passé sa vie à écrire. Sa chambre n’était pas celle d’un palace. Pour lire Bove, il faut aimer les jours de pluie et la vision d’une simple ampoule qui pendouille du plafond, au bout d’un film électrique tout tordu. Ames pas sensibles s’abstenir.
Soutien financier de son frère qui vivait avec leur mère, Emmanuel Bove devint journaliste, ce qui est d’une grande banalité, sauf quand on l’exerce sans se lasser. S’il s’intéressait aux tourments irrémédiables de la société c’est plus parce qu’ils lui évoquaient la toile de fond de son œuvre que pour s’en inspirer. La mort comme finalité avait pipée toute la biographie du fils de père russe sans profession. D’abord auteur de livres sous pseudonyme, le débutant Emmanuel Bobovnikoff rétorqua à un patron de presse qu’il n’avait pas «encore de nom». Il optera pour Bove, nous rappelle Jean-Luc Bitton, son fidèle biographe qui fait office d’un Max Brod toujours prêt à servir la mémoire d’un homme qu’il aime par littérature interposée.
Arrestations célèbres réunit l’ensemble des articles signés par Bove entre 1924 et 1936 dans Le Quotidien, Le Journal, Regards et surtout Détective. A l’époque l’hebdomadaire à sensation créé par Gaston Gallimard, en 1928, avait pour pigistes Francis Carco, Joseph Kessel, Pierre Mac-Orlan et Georges Simenon. Bove y publie quatre reportages consacrés à des histoires atroces. Le recueil grand format reproduit en fac-similé les articles et les unes de Détective. Ce qui permit de voir le visage des protagonistes dont celui du restaurateur alcoolique de Compiègne tué par sa femme : « L’homme ne s’était même pas défendu, n’avait pas esquissé un geste, comme si avant d’être étranglé il avait déjà été cadavre ».
Tout l’art de Bove est dans cette remarque où il souligne la détresse du père qui était en sursis depuis la disparition brutale de son fils, peut-être suite à un coup de poing du paternel aviné. La mère endeuillée supprima alors son mari avec du fil électrique qui d’habitude servait de corde à linge. Au moment des faits, ce drame familial est passé inaperçu. Il a été retenu par Bove qui a voulu rendre hommage aux patrons d’un restaurant dont il appréciait le chaleureux accueil. Si la pierre de touche littéraire existait, Emmanuel Bove serait numéro un des ventes.

-Arrestations célèbres, d’Emmanuel Bove. Préface de Jean-Luc Bitton. Les Cents pages, 50 p., 26 €.

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: commeletempspase [Visiteur] Email
Merci Mr Morlino de ce papier sur un auteur toujours aussi méconnu .
Bien à vous.
PermalinkPermalien 01.04.14 @ 15:08
Commentaire de: morlino [Membre]
Merci !
PermalinkPermalien 01.04.14 @ 16:48

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software