Mémoires d’un fidèle serviteur [de Balzac], par Rosa Romano Toscani (Portaparole)

28.03.14

Permalink 16:46:31, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Mémoires d’un fidèle serviteur [de Balzac], par Rosa Romano Toscani (Portaparole)

Psychothérapeute, grande lectrice, présidente de la société italienne des amis d’Honoré de Balzac- n’est-ce pas merveilleux comme présidence ?- Rosa Romana Toscani nous propose un excellentissime récit des Mémoires d’un fidèle serviteur, celui de Balzac, bien sûr. Tout est inventé mais tout est si vrai, véridique même. On y sent battre le cœur de l’écrivain et de son ami qui se plie en quatre pour lui être agréable.
Le narrateur souligne le sens de l’humour de Balzac qui se plaignait que ses contemporains passaient leur temps à cultiver les pires défauts des hommes : avarice, perfidie et luxure. Se mettait-il dans le lot ? Le scrutateur nota que le romancier était avait la particularité d’être très précis tout en vivant dans une certaine confusion à l’image de son cabinet de travail, plein de papiers sur le sol garnis de livres et de manuscrits indéchiffrables au premier venu, aux lettres tachetées de traces de café. Evidemment il ne fallait pas toucher à toute cette architecture de papier, véritable cathédrale littéraire dont le prêtre était l’écrivain, et le serviteur, l’enfant de cœur.
D’après Balzac, le travail d’un artiste consistait à « aspirer à l’immortalité ». Balzac est comparé à un taureau à cause de son cou impressionnant. Un critique italien se fit remarquer avec la même comparaison. Ce qui déclencha l’ire de Balzac. Le plus souvent l’écrivain se lance dans l’écriture à corps perdu vers minuit pour s’arrêter épuisé en fin de matinée, vrai marathonien de l’écrit. Après s’être restauré, il filait chez son éditeur pour surveiller les épreuves.
Certaines nuits, il ne pouvait pas écrire, hanté par les incursions prochaines des huissiers qui pouvaient surgir à l’improviste. Tout le livre est un grand kaléidoscope balzacien qui nous fait voyager dans les méandres de la création et de la vie privée du grand homme de lettres.

-Mémoires d’un fidèle serviteur
de Rosa Romano Toscani. Traduction de Thanh-Vân Tôn–Thât. Portaparole, 156 p., 18,50 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software