Hommage à Jean Leccia, mort pour la France le 23 mars 2014 sans être salué au sommet de l'Etat

26.03.14

Hommage à Jean Leccia, mort pour la France le 23 mars 2014 sans être salué au sommet de l'Etat

Comment appeler un pays qui ne salue pas la mémoire d’un soldat de la démocratie ?
Qui sont ces généraux de la politique qui ne s’inclinent pas devant la dépouille de l’un des nôtres ?
Ces gens-là ont des “conseillers de com.” à ce qu’on dit. Qu’est-ce que cela serait s’il n’en avait pas !
Jean Leccia, directeur général des services au Conseil général de Haute-Corse à Bastia, a été tué dimanche soir 23 mars 2014.
Il se trouvait à Aleria lorsqu’on lui a tiré dessus. Sa modeste voiture a été criblée de balles.
Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a exprimé son “effroi” dans un communiqué sur le site du ministère de l’Intérieur. Et il ne s’agit même pas de propos recueillis.
Pourquoi ni le président de la république ni le premier ministre n’ont rendu hommage au haut-fonctionnaire ?
A ma connaissance et à ce jour, le 26 mars 2014, je n’ai lu ou entendu aucune déclaration de l’un des deux plus hauts représentants français.
Que signifie ce double silence ?
Ce choix ne sert pas la mémoire de l’assassiné car tout à coup cela jette un doute: était-il au-dessus de tout soupçon ?
Cet assassinat rappelle celui du préfet Erignac.
Je ne connaissais pas Jean Leccia, 53 ans, j’observe simplement ce qui se passe dans l’actualité.
Pourquoi les plus hauts représentants de l’Etat n’ont-ils pas parlé de lui ?
Parce que nous sommes entre les deux tours des élections municipales ?
La presse fait vraiment l’opinion. Il suffit qu’elle ne mette pas en Une l’assassinat d’un haut-fonctionnaire pour qu’on n’en parle pas.
Comment peut-on tuer un homme et rentrer chez soi- ou ailleurs- dormir, se réveiller, manger, ainsi de suite.
Pourquoi tuer le haut-fonctionnaire ?
Est-il trop honnête ? (J’utilise le présent…)
Qui répondra à ces questions ?
La réalité c’est qu’il est mort tué alors qu’il était sans défense.
Les “grands” de ce monde, qui vivent en circuit fermé, sont tellement protégés qu’on s’en prend toujours à ceux qui n’ont pas de garde du corps.
Jean Leccia était un ancien nouveau-né. Une mère l’a porté. Il avait des parents, une famille, des amis.
Ce n’est pas qu’un nom dans un fait-divers.
C’est le sang de la France qui a coulé.
Et sous les ors, rien de rien.
Mieux vaut ne pas mourir pour ces gens-là.

[Post dédié à MM. Mandel, Zay et Erignac, ainsi qu’à leur famille]

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software