Sir Ferguson en 2008: "Je dégagerai de Man United celui qui n'aura plus faim".

27.02.14

Permalien 12:24:36, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson en 2008: "Je dégagerai de Man United celui qui n'aura plus faim".

A observer le langage du corps de Sir Ferguson. Tendu, expressif, coléreux, heureux… Le grand talent de Sir Ferguson était de mettre lui-même la pression sur les joueurs. Son successeur, hélas! laisse ses joueurs face à eux-mêmes devant la pression des matchs.

Dans Luis Attaque du 26 février 2014, sur RMC, Patrice Evra a répondu aux questions de Luis Fernandez, l’ex pilier défensif du milieu de terrain bleu de la fin de l’époque Platini.

Concernant l’arrivé de David Moyes à Man United, le défenseur de MU a dit:
-"Dans la vie, personne n’aime les changements".

Sur le parcours de MU au cours de la saison 2013-2014, il a souligné:
-"L’an passé Chelsea a raté son championnat mais a remporté la C1…”
Donc tous les espoirs sont permis. Pour continuer le rêve, il va falloir battre les Grecs à Old Trafford, en 8es retour.

Il est revenu sur les qualités du coach Sir Alex Ferguson qui savait “tirer le meilleur de chaque joueur pour qu’il soit performant à chaque match".

Patrice Evra a raconté ce qu’a dit Sir Ferguson aux Red Devils, le soir même de la victoire en finale de la C1 2008, à Moscou, contre Chelsea, aux tirs au but. Dans le bus en liesse qui les amenait à l’aéroport pour rentrer à Manchester, le coach a pris le micro pour dire à ses joueurs champions d’Europe en titre:

-"Bon! vous avez gagné c’est très bien. Attention! l’année prochaine je veux refaire une finale. Je vais voir celui qui a toujours faim ou pas. Je vous préviens que celui qui n’aura plus faim, je le dégagerai du club!”

En 2009, MU se retrouva en finale. Les Red Devils y furent battus par Barcelone.

On voit dans la déclaration de Sir Ferguson qu’il savait piquer au vif ses joueurs. Il pouvait utiliser la “méchanceté” pour les surmotiver. C’est la marque des grands entraîneurs. Il ne faut jamais transformer un joueur en sénateur. Sir Ferguson savait que les joueurs actuels bénéficient d’un confort matériel jamais atteint auparavant dans la profession. Aujourd’hui des joueurs médiocres touchent plus que Maradona au temps de sa gloire.

Il est évident que David Moyes n’use pas la même dialectique que celle de son prédécesseur. Sir Ferguson pouvait se permettre d’être “méchant” car il avait un énorme palmarès mais s’il a obtenu tant de titres c’est qu’il savait maintenir la pression quand Moyes ne fait que la subir. Sir Ferguson, lui, fabriquait la pression. C’est la différence entre un winner et un simple gérant des affaires courantes. A Aberdeen, Sir Ferguson était déjà “méchant". Moyes ne l’a jamais été à Everton.

L’intégralité de l’interview Fernandez-Evra:
http://rmc.bfmtv.com/emission-radio/podcast/luis-attaque-40/

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Octobre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software