Un garçon flou, signé par Henri Raczymow (Gallimard)

23.02.14

Un garçon flou, signé par Henri Raczymow (Gallimard)

D’un garçon flou à un garçon fou, il n’y a qu’un L de différence.
Le second titre n’aurait pas convenu car le jeune héros du roman n’est pas du tout fou ou alors fou d’amour, fou de poésie, fou d’art, fou de littérature, fou de cinéma, fou de livres, fou de filles, fou de la vie.
Ce qui frappe le plus dans ce livre c’est la solitude de l’écrivain qui nous saute aux yeux, et même à la gorge.
Le narrateur semble écrire toujours la même page mais avec des variantes. C’est l’intimité mise à nue qui nous fait ressentir le travail d’écriture.
On sent que Raczymow est allé à la recherche de lui-même au temps de sa jeunesse.
Il a dû faire des millions d’aller-retour dans le passé pour extirper autant de séquences sauvées de l’oubli qu’il a transcendées dans sa prose romanesque.
Il s’agit du parcours initiatique d’un étudiant à la Sorbonne, en 1968, autrement dit notre préhistoire.
On rencontre Lena, la voisine qu’il regarde le temps d’un voyage en bus.
Quand il ne rêve pas à des femmes nervaliennes, le narrateur va voir Lulu qui lui raconte ses conquêtes.
Soudain surgit Madame Sarfati la vendeuse de slips. Tout un programme.
Il y a Solange aussi dont les quatre dernières lettres nous sonnent des ailes.
Rosine, quant à elle, est croisée dans une Boum. Elle lui donne des cours de français.
Arrive ensuite Ester Litvak directrice de théâtre, spécialiste du romantisme.
Dans le roman, on croire Miles Davis, Fernand Raynaud, Jean Vigo, Michel Polnareff, Bob Dylan… Une galaxie de grands aînés.
Henri Raczymow nous plonge dans un univers qui n’est pas sans nous rappeler celui des films de Truffaut. Cette fois, Doinel-Léaud-Denner-Truffaut s’appelle Raczymow. Riton pour les intimes. Riri pour le chérie de ces dames. Henry quand on a besoin de lui. Raczymow, un nom qui sonne comme un personnage de Dostoïevski. Il en a la gravité. Gravité céleste.

-Un garçon flou
Par Henri Raczymow
Gallimard, 218 p., 18, 90 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: raczymow [Visiteur] Email
Merci cher Bernard Morlino pour cette très sympathique appréciation qui me va droit au coeur. De même que la fois précédente, votre mise en relation ici avec Truffaut-Doinel-Léaud-Denner est très pertinente. Merci encore.
PermalinkPermalien 24.02.14 @ 22:12
Commentaire de: morlino [Membre]
J'ai corrigé ici et là. Mon cerveau écrit toujours plus vite que ma main. J'ai toujours plaisir à voyager dans votre univers.
PermalinkPermalien 24.02.14 @ 23:56

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software