L'année des volcans, de François-Guillaume Lorrain (Flammarion)

07.02.14

L'année des volcans, de François-Guillaume Lorrain (Flammarion)

Roberto Rosselini a quitté Anna Magnani pour Ingrid Bergman. Il était aimé par deux des plus grandes actrices du monde. Comédiennes et bien sûr femmes exceptionnelles. Le veinard ! Sacré tombeur, le monsieur. C’est autre chose que la piètre histoire du scooter élyséen, un scénario pour seconds rôles. Rosselini, Magnani et I. Bergman, trois artistes grandioses. Je me demande comment on peut quitter La Magnani pour Bergman- l’inverse étant aussi impossible. On ne choisit pas entre Rembrandt et Vermeer.

Du peole haut de gamme ! Voici rewrité par France Culture et les Cahiers du Cinéma version époque Nouvelle Vague. Ce livre mériterait le Prix Louis Delluc si c’était un prix littéraire récompensant un scénario en gestation.
Tenez-vous bien ! Les héros de ce roman s’appellent ni plus ni moins Ingrid Bergman, Anna Magnani- honneur aux dames- et Robert Rosselini. On y voit passer le célébrissime reporter photo Robert Capa- j’allais dire l’inventeur de la Guerre d’Espagne tant il l’a incarné par l’image- oui, l’œil de lynx fut l’un des amours de la Suédoise Bergman.
Après avoir vu Rome, ville ouverte (1948) Ingrid Bergman décide de passer à l’action et écrivit à Roberto Rossellini pour lui proposer de travailler ensemble :
« Cher M. Rossellini,
J’ai vu vos films Rome, ville ouverte et Païsa, et les ai beaucoup appréciés. Si vous avez besoin d’une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n’a pas oublié son allemand, qui n’est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. »
Faut le faire ! C’est assez courant dans le cinéma où il faut provoquer les rencontres au lieu d’attendre au téléphone. Ensuite tout se précipite.
Ingrid Bergman n’avait pas froid aux yeux, mariée au docteur Peter Lindstrom, elle fit du rentre dedans au cinéaste, pour user d’une formule tombée en désuétude.
Très vite, le cinéaste italien du nouveau réalisme se laisse gagner par le charme d’Ingrid Bergman au point de délaisser la volcanique Anna Magnani qui était sa compagne. Il n’hésite pas à faire tourner sa nouvelle maîtresse dans Stromboli (1950) qu’il avait promis à Anna Magnani ! La délaissée va participer à un autre projet avec aussi un volcan pour cadre du film : Vulcano (1950) de William Dieterle.
François-Guillaume Lorrain a le chic pour nous plonger dans cette histoire à trois qu’il mène magistralement avec des tons différents selon les protagonistes, les passages ayant traits à la Magnani sont magnanimement enflammés car l’Italienne avait un tempérament de feu. Elle reste l’une des plus grandes actrices de son temps. Il fallait être très costaud pour résister à elle dans un plan commun. Elle était de la trempe de Bette Davis. Elle était tellement connue et appréciée que le célèbre Youri Gagarine a dit lors du premier vol spatial habité (le 12 avril 1961) :« Je salue la fraternité des hommes, le monde des arts, et Anna Magnani. » Tel était le niveau de notoriété de la brune incendiaire.
Ingrid Bergman n’était pas en reste non plus. Sous des aspects plus calmes, elle avait un sacré tempérament, n’en faisant qu’à sa tête, assumant une très grande liberté. Bien sûr, FGL ne nous inflige pas une suite d’anecdotes croustillantes comme celles qu’on lui dans les journaux à scandales, quand on attend son tour chez le coiffeur. Il nous raconte avec force et justesse le parcours des trois géants du 7e Art si loin des produits bassement médiatiques des années suivantes. En ce temps-là, après-guerre, seuls les vrais artistes tournaient des films. Aujourd’hui, la moindre pouffiasse d’un reality show télé croit qu’elle a plus de choses à dire que Camille Claudel.
FGL est un écrivain de style qui sait manier la plume avec un grand respect pour le lecteur. Cela ne court pas les pages des écrivains actuels.

-L’année des volcans
de François-Guillaume Lorrain, Flammarion, 383 p., 20 €

Dans cette vidéo, on voit Ingrid Bergman excédée par les paparazzi. Comme quoi, rien de nouveau dans le PAF. L’actrice est l’une plus des plus grandes comédiennes du XXe siècle. La Magnani aussi.

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Octobre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software