Archives pour: Février 2014

28.02.14

Quand tout le cinéma défile au Fouquet's aucun journal ne crie au scandale

28 février 2014
Cérémonie des Césars

J’ai entendu la maîtresse de cérémonie, la très sympathique Cécile de France, dire sur RTL (28-02-2014) que le cinéma ” c’était du rêve".
Pas toujours. Camille Claudel, 1915 ce n’est absolument pas du rêve. C’est la dure réalité d’une immense artiste qu’on a scandaleusement enfermée. Ce film très dur à voir est sans doute trop du cinéma intelligent et sensible pour plaire aux intermittents du talent du 7e art qui n’ont pas sélectionnés ce film alors que Juliette Binoche y est magistrale. Donc l’un des meilleurs films français de 2013 est absent du palmarès. Cela est très inquiétant pour cette profession. N’est-elle plus qu’un concours de miss comme au même moment on note les vaches au Salon de l’Agriculture ?
Autre question: pourquoi le cinéma a-t-il le droit de débarquer au Fouquet’s alors qu’on a tiré à boulets rouges sur Nicolas Sarkozy parce qu’il a fêté son élection présidentielle dans la célèbre brasserie, haut de gamme ?
J’ai toujours été contre le lynchage symbolique de l’ancien président pour la simple raison de son passage au Fouquet’s.
On sentait bien que c’était politique. La gauche l’a massacré alors que les journalistes de gauche se rendent au Fouquet’s comme on va à Auchan. On sait que les notes de frais servent à ça.
Moi, cela ne pas jamais dérangé de voir un vainqueur fêter sa victoire.
Si hier on ne chassait pas le Sarkozy on votait forcément pour lui selon la pensée des bas du plafond.
Sur l’autre bout de l’échiquier politique, les grotesques voyages en train du représentant de gauche m’ont fait rire.
Et pour aller aux Etats-Unis a-t-il pris le RER ?
Si les acteurs vont au Fouquet’s, Nicolas Sarkozy a le droit d’y aller aussi.
La politique s’est autodétruite à cause de telles pantalonnades.
Lors de la cérémonie des Césars les mêmes qui condamnaient Sarkozy se promènent à l’intérieur, coupe de champagne à la main.
Le cinéma peut donc s’associer au luxe et pas la politique comme si les dirigeants de gauche n’allaient que dans des troquets de la France profonde. L’hypocrisie ne tue pas plus que le ridicule.

Permalien 09:44:22, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Enzo Zidane a choisi de jouer pour la France alors que l'Espagne lui faisait les yeux doux

Voici la liste des joueurs retenus par le sélectionneur national Francis Smerecki pour le stage de la sélection nationale U19, du 3 au 5 mars. Cette réunion sera l’occasion d’effectuer des tests médicaux. Deux noms célèbres dans la liste: le fils de Zinedine Zidane et le frère d’Hugo Lloris, le niçois capitaine des Bleus:

Gardiens:
Didillon, Metz
Kacou, ASSE

Défenseurs:
Busin, Nancy
Cissako, Monaco
Cros, Sochaux
R. Diarra, Monaco
Lenglet, Nancy
G. Lloris, Nice
N’Gouma Mouyoki, Lyon
Nganioni, Lyon

Milieux:
Ilaimahiritra, Sochaux
Lavenant, Lorient
Lemar, Caen
Mexique, Le mans
E. Zidane, Real Madrid

Attaquants:
Delgado, Toulouse
Jean, Troyes
Labidie, Lyon
Nkoudou, Nantes
Trichard, Toulouse

Le fils aîné de Zinédine Zidane, qui évolue dans les équipes de jeunes du Real Madrid, est convoqué, à sa demande, en équipe de France des moins de 19 ans. C’est lui a proposé de jouer pour la France alors que l’Espagne voulait le voir recruter par la Roja.
Il est vrai que la concurrence est encore plus grande en Espagne.
Il faut savoir que le fils ainé de Zidane a débuté en jouant sous le nom de jeune fille de sa mère (Véronique Fernandez) afin qu’on ne l’embête pas trop avec sa descendance.
Les fils de Zidane ont reçu la même éducation que ses parents. Amour plus principes stricts. Argent ou pas, la famille c’est sacrée.
Chez les Zidane personne n’est prétentieux. Zidane n’a jamais demandé le Ballon d’or comme Ribéry qui ne lui arrive pourtant pas à la cheville. Quand Ribéry ne joue pas, le Bayern Munich joue toujours aussi bien. Quand Z. Zinedine ne jouait pas le Real Madrid était très handicapé.
Enzo Zidane a donc fait le choix de jouer pour la France. Il faut s’en féliciter et le féliciter.
Un choix du cœur car Enzo possède, grâce à sa mère, la double nationalité franco-espagnole:

-«C’est Enzo qui nous a fait part de son désir de porter le maillot Bleu. Ça part de lui», a expliqué Francis Smerecki, le sélectionneur des U19. «Je ne le connais pas énormément, simplement par les renseignements que l’on nous donne. Je ne l’ai pas vu jouer personnellement. Mais ces stages servent à ça aussi, apprendre à découvrir des joueurs. Vraiment, il n’y a rien d’exceptionnel, si ce n’est son nom».

Enzo Zidane, qui aura 19 ans le 24 mars, évolue au poste de milieu de terrain exactement au même endroit que son père auquel il ressemble beaucoup, au plan de la morphologie et dans sa manière de toucher le ballon.
Si Zidane junior est déçu par ses pré-sélections françaises, il pourra encore s’engager avec l’Espagne tant qu’il n’a pas porté le maillot frappé du coq.

Dans la famille de Véronique et Zinedine Zidane il y a quatre fils dont Luca Zidane. A 16 ans, Luca évolue au poste de gardien de but au Real Madrid. Récemment élu meilleur gardien d’un tournoi de jeunes au Qatar, Luca Zidane “a [lui aussi] tout pour réussir", selon son père. A signaler que le troisième fils, Théo, joue aussi, au poste d’attaquant.

Souhaitons que les fils de Zinedine Zidane deviennent professionnels. Tant de fils d’acteurs font du cinéma. Les enfants de la balle… ça existe également en football. J’y reviendrai.

Nota Bene: A lire sur la sélection de Didier Deschamps pour France-Pays-Bas:

http://www.mycoachfoot.com/news/pro/coach-didier-deschamps-laisse-nasri-a-la-maison-et-embarque-griezmann-pour-jouer-contre-les-pays-bas_234.htm

Permalien 08:26:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Mémoire d’outre-tombe de Jimi Hendrix (J.-C. Lattès)

A Woodstock, l’immense Hendrix a fait jaillir de sa guitare le cri strident des bombes. Le météore de la pop music n’a jamais connu un jour de purgatoire.

Le mythique Jimi Hendrix (1942-1970) écrivait aussi bien qu’il jouait de la guitare. Une somptueuse édition restitue toute sa vie brûlée. Le petit cachotier était aussi écrivain. Cet ouvrage est un patchwork de tout ce qu’a noté le plus grand guitariste de tous les temps. Un seul son suffit à le reconnaître. Quand il joua l’hymne américain à Woodstock, en été 1969, il a fait jaillir des cordes le bruit strident des bombes de la guerre du Vietnam. Son obsession de noter ce qu’il ressentait nous rappelle Georges Perros, l’auteur majeur des « Papiers-Collés ». La drogue n’a pas apporté une once de créativité à Hendrix. La musique le faisait assez planer. Cependant, les producteurs l’essoraient tellement qu’il avait besoin «d’un stimulant par moments» comme Coppi et Anquetil, les as de cœur du vélo.
Jim Morrison des Doors n’avait pas le monopole de la culture. Le poète Hendrix n’aimait pas qu’on le cantonne dans le psychédélique parce qu’il adorait Bach, Beethoven et Malher autant que Bob Dylan et B.B. King. Plus de quarante ans après sa mort, on découvre sa face littéraire cachée dans un superbe ouvrage avec un jeu d’écriture noire et violette. La farandole des caractères rappellent les notes échappées des partitions du génial guitariste. Hendrix avait dans les veines du sang Cherokee. On pouvait le deviner grâce à son art vestimentaire où il excellait aussi. Il portait les couleurs, tissus, franges et chapeaux avec grande classe. «Je ne cherche pas à amuser les petites minettes ou les mamies. J’essaie d’être honnête, d’être moi-même.» Son père l’éduqua sévèrement. Le fiston n’avait pas le droit de parler devant des adultes, sauf si on lui adressait la parole. A dix-huit ans, il vola une voiture puis s’engagea dans l’armée de l’air, en guise de punition.
Début 1966, il monte son premier groupe alors qu’il se fait appeler Jimmy James. «Je suis en Angleterre. Des gens vont faire de moi une star. » Au début, sans permis de travail, il ne peut pas jouer dans les clubs. En octobre 1966, il fait une tournée avec Johnny Hallyday. Hendrix en première partie de Johnny c’est Mozart avant Aimable. En novembre 1966, il annonce à son père qu’il s’appelle désormais Jimi Hendrix, soit son vrai patronyme. C’est l’époque du succès planétaire « Hey Joe ».
Le livre est vivant d’un bout à l’autre. Hendrix y démontre une rage d’expression teintée d’humour omniprésent. L’usage du présent de l’indicatif le ressuscite à chaque phrase. On y lit des interviews, en regard des illustrations de Bill Sienkiewicz. Le Sagittaire confie : « Ce que j’ai à dire, je le dis avec ma guitare ». Le reste du temps, il est timide. « On doit écrire ses propres chansons, si on veut produire un son à soi. J’en ai écrit des centaines mais la plupart sont restées dans les chambres d’hôtel d’où je me suis fait virer …» Dans « Manic depression », il dit vouloir faire l’amour à la musique et non pas à une « nana ordinaire ». Obsédé par la spontanéité, il recherchait l’or du temps. Hostile à la discrimination, il ne voulait pas être un rebelle institutionnel. « Le succès n’est pas bon. Il nuit à mon travail ». Improviser sur des émotions passagères lui plaisait le plus. Ses chansons sont une collision entre réalité et fantastique. En fin de volume, on tombe sur la coupure de presse d’un journal de Londres: «18 septembre 1970. Jimi Hendrix, la rock star américaine qui a touché des millions de gens avec son jeu de guitare ardent et passionné, est décédé aujourd’hui de causes inconnues. Il avait 27 ans ». L’a-t-on poussé à s’autodétruire pour mieux exploiter ses enregistrements ?

-Mémoire d’outre-tombe de Jimi Hendrix. Traduit de l’anglais par Claire Breton. Introduction de Peter Neal. Jean-Claude Lattès, 255 p., 22, 90 €

27.02.14

Permalien 12:24:36, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson en 2008: "Je dégagerai de Man United celui qui n'aura plus faim".

A observer le langage du corps de Sir Ferguson. Tendu, expressif, coléreux, heureux… Le grand talent de Sir Ferguson était de mettre lui-même la pression sur les joueurs. Son successeur, hélas! laisse ses joueurs face à eux-mêmes devant la pression des matchs.

Dans Luis Attaque du 26 février 2014, sur RMC, Patrice Evra a répondu aux questions de Luis Fernandez, l’ex pilier défensif du milieu de terrain bleu de la fin de l’époque Platini.

Concernant l’arrivé de David Moyes à Man United, le défenseur de MU a dit:
-"Dans la vie, personne n’aime les changements".

Sur le parcours de MU au cours de la saison 2013-2014, il a souligné:
-"L’an passé Chelsea a raté son championnat mais a remporté la C1…”
Donc tous les espoirs sont permis. Pour continuer le rêve, il va falloir battre les Grecs à Old Trafford, en 8es retour.

Il est revenu sur les qualités du coach Sir Alex Ferguson qui savait “tirer le meilleur de chaque joueur pour qu’il soit performant à chaque match".

Patrice Evra a raconté ce qu’a dit Sir Ferguson aux Red Devils, le soir même de la victoire en finale de la C1 2008, à Moscou, contre Chelsea, aux tirs au but. Dans le bus en liesse qui les amenait à l’aéroport pour rentrer à Manchester, le coach a pris le micro pour dire à ses joueurs champions d’Europe en titre:

-"Bon! vous avez gagné c’est très bien. Attention! l’année prochaine je veux refaire une finale. Je vais voir celui qui a toujours faim ou pas. Je vous préviens que celui qui n’aura plus faim, je le dégagerai du club!”

En 2009, MU se retrouva en finale. Les Red Devils y furent battus par Barcelone.

On voit dans la déclaration de Sir Ferguson qu’il savait piquer au vif ses joueurs. Il pouvait utiliser la “méchanceté” pour les surmotiver. C’est la marque des grands entraîneurs. Il ne faut jamais transformer un joueur en sénateur. Sir Ferguson savait que les joueurs actuels bénéficient d’un confort matériel jamais atteint auparavant dans la profession. Aujourd’hui des joueurs médiocres touchent plus que Maradona au temps de sa gloire.

Il est évident que David Moyes n’use pas la même dialectique que celle de son prédécesseur. Sir Ferguson pouvait se permettre d’être “méchant” car il avait un énorme palmarès mais s’il a obtenu tant de titres c’est qu’il savait maintenir la pression quand Moyes ne fait que la subir. Sir Ferguson, lui, fabriquait la pression. C’est la différence entre un winner et un simple gérant des affaires courantes. A Aberdeen, Sir Ferguson était déjà “méchant". Moyes ne l’a jamais été à Everton.

L’intégralité de l’interview Fernandez-Evra:
http://rmc.bfmtv.com/emission-radio/podcast/luis-attaque-40/

Le football espagnol domine la Champions League 2014 avec pour leader le Real Madrid dont les solistes C. Ronaldo, Benzema et Bale ont donné un récital en Allemagne

A voir: le récital collectif de Cristiano Ronaldo, Benzema et Bale. Le Portugais assume son statut de Ballon d’Or 2013. Le Français Benzema s’est mis au diapason de l’excellence, et le Gallois Bale s’est très bien intégré au Real, jouant beaucoup mieux qu’en Angleterre. Le Real se positionne grand favori de la C1 avec le Bayern Munich, le PSG et l’inévitable Barcelone. Outsider: Chelsea. Déception: Man United et l’AC Milan.

8es de finale aller de C1 2014

*Schalke 1 - 6 Real Madrid
Buts pour les Allemands: Huntelaar (90e+ 1)
Buts pour Madrid: Benzema (13e, 57e), Bale (21e, 69e), Cristiano Ronaldo ( 52e, 89e)

*Galatasaray 1 - 1 Chelsea
Buts pour les locaux: Chedjou (64e)
Buts pour les Blues: Torres (9e)

*Olympiacos 2 - 0 Manchester United
Buts pour les Grecs: Domínguez (38e), Campbell (54e)

*Manchester City 0 - 2 FC Barcelone
Buts pour le Barça: Messi (54e pen.), Dani Alves (90e)

*Arsenal 0 - 2 Bayern Munich
Buts pour les Bavarois: Kroos (54e), Müller (88e)

*Zenit Saint-Pétersbourg 2 - 4 Dortmund
Buts pour les Russes: Shatov(57e), Hulk (69e pen.) Buts pour les Allemands: Mkhitaryan (4e), Reus (5e), Lewandowski (61e, 71e)

*Bayer Leverkusen 0 - 4 Paris Saint-Germain
Buts du PSG: Matuidi (3e), Ibrahimovic (39e pen., 42e), Cabaye(88e)

*AC Milan 0 - 1 Atletico Madrid
But pour les Espagnols: Diego Costa (83e)

Le football anglais si chouchouté par les télévisions n’a pas brillé lors des 8es aller de la C1.
Les deux Manchester(s) ont perdu: City à la maison contre Barcelone, et United en Grèce. Arsenal n’a pas relevé le niveau puisque les Gunners en ont pris deux secs à Londres. Et le Chelsea de Mourinho n’a pas fait mieux que nul.

Le grand gagnant des 8es aller c’est le football espagnol. La hiérarchie est donc respectée car la Roja domine tout. Les trois clubs de Liga en compétition ont tous les trois gagnés, avec une victoire éclatante du Real Madrid dont les trois buteurs ont fait chacun un doublé !

Le football allemand maintient son niveau d’excellence, à part Schalke….
L’Italie n’est pas au mieux, pendant que la France et la Grèce hissent bien leurs couleurs.

26.02.14

Permalien 18:43:53, Catégories: BLONDINEMENT A XV, GRAND MONSIEUR  

Cocorico ! Rory Kockott prochaine coqueluche des Bleus sera sélectionnable en novembre 2014

Dès qu’il jouera pour le XV de France, Rory Kockott sera immédiatement aimé par les Français. Il le mérite. Là nous sommes dans le vrai talent, pas dans l’esbroufe. Le rugby n’intéresse quand il est joué par des très grandes personnalités. Kockott en est une. L’herbe ne repousse plus après son passage ! Cocorico pour Kockott !

Le 21 février 2014, je souhaitais que Rory Kockott rejoigne le XV de France.
Le sport est affaire de gros caractère. Ce Kockott c’est un Rooney du Rugby.
Un bulldozer humain, un mental en acier. Très beau à voir jouer.
Grande nouvelle ! Sa convocation chez les Bleus ne devrait pas tarder nous signale le lejdd.fr daté du 23 février. Bruno Xamma, agent de Rory Kockott, confirme le désir commun du Sud-Africain et du sélectionneur du XV de France de travailler ensemble.

-Où en sont les contacts avec l’équipe de France?
Bruno Xamma, agent de Rory Kockott: Rory est sollicité à la fois par les Springboks et le XV de France. Son choix est clair : c’est la France. Le sélectionneur Philippe Saint-André lui affirme depuis longtemps qu’il compte beaucoup sur lui. Rory a compris qu’il était le choix numéro 1 et qu’il disputerait les tests de novembre 2014 avec les Bleus, à condition bien sûr qu’il revienne à son meilleur niveau. Ce pré-contrat signé avec Toulon l’a perturbé. Mais maintenant qu’il a fait son choix, celui de rester à Castres, il va redevenir meilleur que Parra ou Doussain. Ainsi qu’un très bon buteur.

-Quel est la position des dirigeants de l’Afrique du Sud?
-Le sélectionneur Heyneke Meyer voulait l’emmener en tournée en juin dernier, mais Rory a refusé. Il a craint que ce ne soit qu’une sélection de passage qui lui ferme les portes de l’équipe de France. Et quand Rory est retourné en Afrique du Sud en janvier, le sélectionneur est revenu le voir pour lui signifier sa volonté de l’emmener en tournée l’été 2014. Il lui a dit qu’il faisait partie des cinq demis de mêlée sur lesquels il comptait.

-La France n’est-elle qu’un choix de carrière, ou le cœur parle-t-il un peu?
-Rory s’inscrit dans une belle tradition, dont personne n’a à se plaindre, comme vient encore de le montrer Bernard Le Roux, flanker sud-africain des Bleus. (1)

(1)Bernard Le Roux, né le 4 juin 1989 à Moorreesburg. Le joueur sud-africain est international français depuis juin 2013. Il joue au poste de troisième ligne aile depuis 2009 avec le club du Racing Métro 92.

J’ai appris que le Sud-Africain Rory Kockott sera sélectionnable dès le 1er juillet 2014, répondant aux critères internationaux. Il aura évolué depuis trois saisons en France, sans avoir connu de sélection pour une autre équipe nationale.

Rory Kockott, 27 ans, demi de mêlée du championnat, a été élu meilleur joueur du Top 14 en 2012-2013. Il a porté Castres au titre de champion de France en juin 2013. En pleine maturité, le technicien est un combattant exceptionnel. Merveilleux athlète, il a un pied magique. C’est l’un des plus grands 9 du monde. Si l’Afsud ne veut pas de lui ou a trop tardé, la France doit adopter au plus vite ce virtuose. Un tel talent va me rendre accro au rugby ! L’Afsud c’est le Brésil du Rugby, il y a des stars de partout. En France, non. Aussi, il faut sélectionner Kockott.

Permalien 14:23:54, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Mort de Paco de Lucia (1947-2014), le virtuose du flamenco

Il a passé sa vie à jouer de la guitare. A Cuba, les anciens disent que pour réussir sa vie, il faut jouer de la guitare, avoir des enfants et avoir planté au moins un arbre.

“Le guitariste flamenco Paco de Lucía a été pris d’un malaise, mardi 25 février 2014, alors qu’il jouait avec ses enfants sur une plage de Cancún (Mexique), où il possédait une maison.”
Voilà ce que je viens d’apprendre.
Il est mort en jouant. De la guitare ou au football ? De la guitare ou aux cartes ?
On n’est jamais trop précis. Je me persuade qu’il est mort, la guitare à la main.
Son cœur a lâché sur le chemin de l’hôpital.
Né le 21 décembre 1947 à Algésiras (province de Cadix), le virtuose du flamenco vivait le plus souvent à Palma de Majorque.
On sait qu’il avait formé un trio historique avec Al Di Meola et John McLaughlin.
Paco de Lucía a commencé sa carrière à 12 ans. A 14 ans, il jouait en public.
D’une très grande beauté- intérieure et extérieure- il fascinait l’auditoire autant par son visage que par sa musique.
Quand il entrait sur scène, on ressentait très bien sa présence hyper forte.
Son très grand charisme n’avait pas besoin de discours. Il parlait avec sa musique.
Il y a un grand contraste avec le folie de ses mains et la sérénité de son visage.
Paco de Lucía a extirpé le flamenco du folklore pour lui redonner de l’âme.

Permalien 12:20:58, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Brèves de savoir, de Daniel Lacotte (Larousse)

A l’inverse de Tintin, l’écrivain reporter Daniel Lacotte rend régulièrement sa copie.

Lacotte et Larousse étaient faits pour se rencontrer. Sont faits pour se rencontrer. C’est fait !
Le nouveau Lacotte est arrivé. Lacotte comme Le Robert ou Le Littré.
Lacotte, un nom prédestiné ? A la Bibliothèque nationale combien de fois me suis-je pris à penser: “Quel est la cote de cet ouvrage de Berl ?”
Ce qui a de bien avec Daniel Lacotte c’est qu’il rend sa copie. Il travaille beaucoup et fait tout seul ce que les académiciens français font à plusieurs sans jamais rien nous montrer ou presque. Le dictionnaire des “immortels” est d’un mortel ennui à l’inverse des dictionnaires de Lacotte qui éveillent sans cesse l’esprit. Les définitions du quai Conti ne sont qu’un rappel à l’ordre tandis que celles de Lacotte sont inventives.
Brèves de savoir est une somme de connaissances, de savoir pour ne plus être ignorants. Moins de 16 euros pour 300 pages. “Petit inventaire de culture générale pour esprits curieux” porte bien son nom.
C’est un peu comme dans l’ex Samaritaine, on y trouve de tout. La couverture résume très bien l’ensemble.
A quelle vitesse tombe la pluie ? « 12 km/h ».
L’alligator s’est-il marcher à reculons ? « Non ».
Où a été inventé le cornet à glaces ? « Aux Etats-Unis, en 1904 ».
Peut-on vivre en donnant la langue au chat si on vous pose ces questions ? Oui mais c’est moins intéressant.
Plus on sait mieux on se porte.
J’aime savoir grâce à Daniel Lacotte que le pigeon est le seul animal à pouvoir boire sans lever la tête pour avaler.
J’aime qu’il m’apprenne à ne plus ignorer que pour froncer les sourcils 45 muscles de notre visage se mettent en action.
Et j’aime encore plus de savoir que les non-fumeurs rêvent plus que les fumeurs. Je le savais presque depuis que j’avais lu dans Pierre Albert-Birot : « Il manque l’éternité au-dessus de vos volutes… » Même sur celles du H.
La poésie est plus forte que n’importe quelle drogue.
Daniel Lacotte le sait très bien car il fut l’ami de Philippe Soupault, l’un des plus grands poètes du XXe siècle. Au lieu de grand disons « vrai ».
On trouve de la poésie dans l’ensemble de la nouvelle encyclopédie de Lacotte car l’auteur aime savoir ce qu’il y a derrière, les mots, les dates, les personnes.
Il cherche le merveilleux pour vivre plus. Il va au-delà des apparences.
Ce livre est destiné aux enfants très éveillés qui demandent tout le temps : « Pourquoi ? Où ? Comment ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »
Et ce livre est destiné aux grands, simplement pour qu’ils puissent répondre aux questions des plus petits.

-Brèves de savoir
De Daniel Lacotte
Larousse, 300 p., 15, 90 €

25.02.14

Permalien 12:00:27, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Contre Olympiakos, le Man United de Moyes a dégradé le prestige du club

Oui, la dame a raison: le langage du corps affiché par Moyes atteste qu’il s’agit d’un loser. Il regarde les matchs comme d’autres regardent passer les trains. Trop habitué à perdre, à Everton. Cette supportrice légendaire a la flamme de MU dans les yeux. MU peut perdre mais le fusil à l’épaule et non pas en bandoulière !

8es de finale aller de C1 2014
Mardi 25 février 2014 (18 h)
Zenit Saint-Pétersbourg 2 - 4 Dortmund
Buts pour les Russes: Shatov(57e), Hulk (69e pen.)
Buts pour les Allemands: Mkhitaryan (4e), Reus (5e), Lewandowski (61e, 71e)

Olympiakos 2 - 0 Manchester United
Buts pour les Grecs: Domínguez (38e), Campbell (54e)

Mercredi 26 février (20 h 45)
Schalke - Real Madrid/BeIn Sport 2
Galatasaray - Chelsea/BeIn Sport 1

Lors de la première soirée des 8es on avait vu quatre victoires à l’extérieur lors des quatre matchs.
Cette deuxième partie des 8es allait-elle se dérouler de la même façon ?
Dortmund a permis une 5e victoire à l’extérieur sur 5 matchs de 8es aller de C1… Fantastique !
Hélas! Man United a fait tomber la moyenne!
David Moyes est, pour l’instant, le seul entraîneur à perdre à l’extérieur alors que six matchs de 8es aller de C1 se sont déjà déroulés.
Alors que MU n’a plus que la C1 pour briller en 2013-2014, les joueurs de Moyes ont fait pitié.
En Grèce, Olympiakos a été à la hauteur de son statut de premier du championnat avec 74 points en 26 matchs: 24 victoires, 2 nuls et zéro défaite ! Nombre de buts: 78… Buts contre ? 9… A la seule vue des chiffres, MU n’avait aucune chance. Et cela s’est confirmé. Attendre le match retour ? Pour quoi faire ? Voir encore des Red Devils jouer avec le frein à main.

Man United:
De Gea (1)/ Mal inspiré. Avec Moyes, MU devient abonné à la scoumoune: de Gea a encaissé le premier but sur une frappe hors cadre déviée par Dominguez (38e)
Smalling (1), Ferdinand (0), Vidic (0), Evra (1)/
Valencia (0)[Welbeck 60e (1)], Carrick (1), Cleverley (-3) [Kagawa 61e (2)], Young (-2)/
Rooney (0), van Persie (0).

Non utilisés: Lindegaard, Büttner, Fellaini, Giggs, Chicharito

Entraîneur: Moyes (-5) Aucun coaching. N’a servi à rien. Un non-match indigne du club. Le football de Moyes est un jeu idiot, sans pensée, sans courage. Rien que du vide. Comme ses yeux dans le vague. Il est en train de griller Kagawa et Chicharito qu’il ne sait absolument pas utiliser. Quant à Giggs, il l’a mis à la retraite avant l’heure.

8es de finale aller de C1 2014
Mardi 18 février 2014
Bayer Leverkusen 0 - 4 Paris Saint-Germain
Buts du PSG: Matuidi (3e), Ibrahimovic (39e pen., 42e), Cabaye(88e)

Manchester City 0 - 2 FC Barcelone
Buts pour le Barça: Messi (54e pen.), Dani Alves (90e)

Mercredi 19 févier
AC Milan 0 - 1 Atletico Madrid
But pour les Espagnols: Diego Costa (83e)

Arsenal 0 - 2 Bayern Munich
Buts pour les Bavarois: Kroos (54e), Müller (88e)

Rino Della Negra (1923-1944): footballeur et héros de la Résistance

Samedi 22 février 2014, au stade Bauer de Saint-Ouen, le Collectif Red Star Bauer a rendu hommage à Rino Della Negra, jeune footballeur fusillé le 21 février 1944, au fort du mont Valérien parmi les 23 membres du groupe Manouchian.
De fait, le jeune homme de 21 ans appartenait au groupe Manouchian, le célèbre groupe de résistants.
D’origine italienne, Rino Della Negra participa, en juin 1943, à l’exécution du général Von Apt et aussi à l’attaque contre le siège parisien du Parti national fasciste. Il fut arrêté en novembre 1943. Dans sa dernière lettre, le footballeur résistant demande à son frère de passer “le bonjour et l’adieu à tout le Red Star".
Depuis 2004, une plaque commémorative à l’entrée du stade Bauer rappelle que Della Negra fut l’un des héros de la Seconde Guerre Mondiale.
Le jeune homme a été tué alors qu’il s’apprêtait à faire une belle carrière d’ailier droit.
Né à Vimy dans le Pas-de-Calais, Della Negra s’est engagé dans la Résistance qu’en 1942. Il refusa de rejoindre le STO (service du travail obligatoire) en Allemagne. Il choisit de s’engager dans les Francs-tireurs pour devenir l’un des plus grands partisans d’origine étrangère.

La liste suivante des 23 membres du groupe Manouchian exécutés par les Allemands:

Celestino Alfonso , Espagnol, 27 ans
Olga Bancic, Roumaine, 32 ans (seule femme du groupe, décapitée en Allemagne le 10 mai 1944)
Joseph Boczov [József Boczor; Wolff Ferenc] , Hongrois, 38 ans - Ingénieur chimiste
Georges Cloarec, Français, 20 ans
Rino Della Negra, Italien, 21 ans
Thomas Elek [Elek Tamás], Hongrois, 18 ans - Étudiant
Maurice Fingercwajg ,Polonais, 19 ans
Spartaco Fontano, Italien, 22 ans
Jonas Geduldig, Polonais, 26 ans
Emeric Glasz [Békés (Glass) Imre], Hongrois, 42 ans - Ouvrier métallurgiste
Léon Goldberg, Polonais, 19 ans
Szlama Grzywacz, Polonais, 34 ans
Stanislas Kubacki, Polonais, 36 ans
Césare Luccarini, Italien, 22 ans
Missak Manouchian, Arménien, 37 ans
Armenak Arpen Manoukian, Arménien, 44 ans
Marcel Rayman, Polonais, 21 ans
Roger Rouxel, Français, 18 ans
Antoine Salvadori, Italien, 24 ans
Willy Schapiro, Polonais, 29 ans
Amédéo Usséglio, Italien, 32 ans
Wolf Wajsbrot, Polonais, 18 ans
Robert Witchitz, Français, 19 ans

Nota bene: A lire Les 70 ans de l’Affiche Rouge. 23 étrangers et nos frères pourtant. L’Humanité, hors-série. Février 2014. 10 €. Avec un CD des Déserteurs (L’Affiche Rouge, Les Loups sont entrés dans Paris, L’Auvergnat…) Avec la reproduction de l’Affiche Rouge et du poème d’Aragon. Ce supplément de L’Humanité est très bien. Les suppléments de L’Humanité sont souvent de très grandes réussites. Je pense aux derniers sur Picasso et Aragon. D’authentiques collectors. Jadis, le PCF avait de sacrés adhérents.

24.02.14

Permalien 10:12:37, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Privé de Coupe du Monde 2014, Zlatan Ibrahimovic est l'actuel meilleur joueur du monde

Depuis Eric Cantona, on n’avait pas vu un joueur à la fois puissant et fin. Ibrahimovic plaît à tous les amateurs de football car il incarne le football dans toute sa splendeur. Depuis le début de saison 2013-2014 il est au sommet de son art. Seul Luis Suarez (Liverpool) fait mieux que lui au plan comptable, et ce n’est pas un hasard car le Red est lui aussi un sacré buteur. En ce moment, la France n’a pas d’attaquant de leur niveau. Elle en a si peu souvent. Le premier buteur français actuel n’est pas Giroud(Arsenal) ou Benzema mais Antoine Griezmann (Real Sociedad) qui devrait retrouver les Bleus. Benzema peut marquer dès que C. Ronaldo joue car le double Ballon d’Or attire a lui plusieurs défenseurs. Un fait certain: la FIFA s’est ridiculisée en plaçant Ribéry devant Ibrahimovic au classement du Ballon d’Or 2013.

Cet été, on ne verra pas Ibrahimovic au Brésil et c’est très triste pour lui. Pour nous aussi.
Alors il se rattrape et donne tout en championnat et en L1 afin de remporter un ou des trophées.
En ce début d’année 2014, le Suédois est le meilleur joueur du monde.
Au PSG, il fait la pluie et le beau temps, et actuellement parlons de beau fixe.
Zlatan est un anti cyclone a lui tout seul.
La vraie star interplanétaire n’est pas comme ce joueur qui demande pardon à sa femme publiquement on ne sait trop pourquoi. Par ailleurs, l’autre jour, j’ai entendu cette phrase: “Benzema rejoint Ronaldo au nombre de buts!” Je n’en croyais pas mes oreilles. En fait, il s’agit du Brésilien et non pas du Portugais. Quand cela arrange les médias, on précise ou pas…
“Ibra” est un véritable professionnel qui ne vole pas ses employeurs par des prestations médiocres. Il pense à tout. Récemment, il a demandé à combien revenait par jour chaque joueur du PSG à la cantine du club. Réponse ? 15 €… “Ibra” a fait cette remarque: “Je m’attendais à une telle petite dépense car les produits ne sont pas de première qualité, des légumes et fruits pas très frais, donc nuisibles à la préparation physique". Qui dit mieux ?
Classement des meilleurs buteurs en Europe, le 24 février 2014:

1er Luis Suarez (Liverpool), 23 buts 22 matchs
2 Zlatan Ibrahimovic (PSG), 22 buts 25 matchs
3 Cristiano Ronaldo (Real Madrid) 22 buts 21 matchs
4 Diego Costa (Atletico Madrid) 21 buts 25 matchs
5 Daniel Sturridge (Liverpool) 18 buts 19 matchs
6 Sergio Agüero (Manchester City) 15 buts 17 matchs
7 Alexis Sanchez (Barcelone) 15 buts 21 matchs
8 Antoine Griezmann (Real Sociedad) 15 buts 23 matchs

Classement des meilleurs buteurs en Champions League au stade des 8e aller:

1er Zlatan Ibrahimovic (PSG) 10 buts
2 Cristiano Ronaldo (Real Madrid) 9 buts
3 Lionel Messi (Barcelone) 7 buts

NB: le virtuose C. Ronaldo a une journée de C1 en moins.

Permalien 00:30:45, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Charles Trenet le chanteur français par excellence

Brassens connaissait par cœur les chansons de Trenet. La France peut être fière de ces deux génies du verbe.

Lundi 24 février 2014, 10 h 15, ARTE
Charles Trenet, l’ombre au tableau
Réalisateur : Karl Zéro et Daisy d’Errata
Producteur : ARTE France, La Mondiale de Productions

Dans la splendeur de sa jeunesse, Charles Trenet ressemblait à Harpo Marx. Il incarnait la joie de vivre.
Charles Trenet(1913-2001) a révolutionné la chanson. Il y a avant et après lui.
“Sans lui, nous serions tous des experts-comptables", disait Jacques Brel.
J’ai entendu la fille de Roger Nimier se moquer de Je chante. Mieux vaut ne pas répondre aux détracteurs de Trenet. Peut-on trouver médiocre le soleil ? Heureusement qu’en médecine, il faut des diplômes car en littérature ou plutôt dans l’édition tout le monde peut se prétendre du bâtiment.
Le documentaire sur Trenet se veut iconoclaste. Il ne l’est pas. C’est Trenet qui était iconoclaste. Faut pas confondre.
On apprend néanmoins des choses: par exemple ses chansons reprises par le régime de Vichy. Cela ne suffit pas à le transformer en collaborateur. On nous a fait croire que Jean Giono aussi était proche des nazis.
Toute sa vie, on a essayé de faire prendre Trenet pour ce qu’il n’était pas. Collabo pour les uns, pédophile pour les autres.
C’est du n’importe quoi.
On la même mis en prison ! Et deux fois de surcroît. Tout ça fait rire dans le France de 2014 qui permet le mariage pour tous. Oscar Wilde aussi a été jeté en prison. De qui se souvient-on ? De Wilde et de Trenet. Leurs geôliers sont mêmes oubliés par leur famille.
Si on commence à rechercher la petite bête dans chaque biographie, il est grand temps que Arte nous propose:
“Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, leur zones d’ombre", et “Marguerite Duras, l’ombre au tableau". Il y a beaucoup à dire.
Le documentaire permet de voir et d’entendre les témoignages de ses amis proches, parmi lesquels Charles Aznavour, Jean-Jacques Debout, Jacques Pessis et Georges El Assidi. Debout est superbe dans le rôle de l’avocat de la défense. Un vrai fils spirituel.
Avec son humour légendaire, Trenet dit: “Je ne suis pas gay, je suis joyeux".
Je l’ai vu plusieurs fois en scène. Des soirs inoubliables par sa présence, par sa sincérité, par sa virtuosité. Si on l’a surnommé “le fou chantant” c’était un immense compliment.
Je l’ai vu une fois dans un restaurant à Baltard après une émission. Il m’a parlé de Francis Blanche qu’il aimait beaucoup. Dans le quotidien, Trenet ne cessait pas de faire des jeux de mots.
Quand Trenet chantait, il n’y avait pas d’autres spectacles à voir.
Il a le mieux représenté l’esprit français, les amours d’enfance, la campagne, les flirts d’adolescence, les amours qui finissent, la France profonde, les saisons, les éléments.
Le poète reste au zénith du music hall parce qu’il est plus difficile d’écrire sur le bonheur de vivre que sur le désespoir. D’écrire sublimement et non pas des balivernes.

Rediffusions sur ARTE :
Dimanche 2 mars à 17 h 35
Mardi 4 mars à 5 h 05

23.02.14

Un garçon flou, signé par Henri Raczymow (Gallimard)

D’un garçon flou à un garçon fou, il n’y a qu’un L de différence.
Le second titre n’aurait pas convenu car le jeune héros du roman n’est pas du tout fou ou alors fou d’amour, fou de poésie, fou d’art, fou de littérature, fou de cinéma, fou de livres, fou de filles, fou de la vie.
Ce qui frappe le plus dans ce livre c’est la solitude de l’écrivain qui nous saute aux yeux, et même à la gorge.
Le narrateur semble écrire toujours la même page mais avec des variantes. C’est l’intimité mise à nue qui nous fait ressentir le travail d’écriture.
On sent que Raczymow est allé à la recherche de lui-même au temps de sa jeunesse.
Il a dû faire des millions d’aller-retour dans le passé pour extirper autant de séquences sauvées de l’oubli qu’il a transcendées dans sa prose romanesque.
Il s’agit du parcours initiatique d’un étudiant à la Sorbonne, en 1968, autrement dit notre préhistoire.
On rencontre Lena, la voisine qu’il regarde le temps d’un voyage en bus.
Quand il ne rêve pas à des femmes nervaliennes, le narrateur va voir Lulu qui lui raconte ses conquêtes.
Soudain surgit Madame Sarfati la vendeuse de slips. Tout un programme.
Il y a Solange aussi dont les quatre dernières lettres nous sonnent des ailes.
Rosine, quant à elle, est croisée dans une Boum. Elle lui donne des cours de français.
Arrive ensuite Ester Litvak directrice de théâtre, spécialiste du romantisme.
Dans le roman, on croire Miles Davis, Fernand Raynaud, Jean Vigo, Michel Polnareff, Bob Dylan… Une galaxie de grands aînés.
Henri Raczymow nous plonge dans un univers qui n’est pas sans nous rappeler celui des films de Truffaut. Cette fois, Doinel-Léaud-Denner-Truffaut s’appelle Raczymow. Riton pour les intimes. Riri pour le chérie de ces dames. Henry quand on a besoin de lui. Raczymow, un nom qui sonne comme un personnage de Dostoïevski. Il en a la gravité. Gravité céleste.

-Un garçon flou
Par Henri Raczymow
Gallimard, 218 p., 18, 90 €

22.02.14

Permalien 00:24:40, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Noël en février: Wayne Rooney éternel Red Devil. Nous vieillirons ensemble.

Crystal Palace 0-2 Manchester United
Buts pour MU: van Persie (62e pen), Rooney (68e)

Man United:
De Gea/
Smalling, Vidic ©, Ferdinand, Evra/
Carrick, Fellaini (Fletcher 88e/
Mata, Rooney, Januzaj (Giggs 80e)/
van Persie (Valencia 80e)
Non utilisés: Lindegaard, Kagawa, Young, Chicharito
Manager: Moyes

J’imagine que d’aucuns diront que c’est cher payé la fidélité.
Mieux en rire. Des Rooney, 28 ans, il n’y en a qu’un par siècle. Sir Ferguson l’avait pris à Everton du temps de Moyes et il prolonge a MU avec Moyes. La boucle est bouclée. Deux clubs quand les autres footballeurs se donnent au plus offrant: Everton (1996-2004), Manchester United (depuis 2004)
Rooney prolonge donc à United et obtient la sécurité de l’emploi, si j’ose dire.
Désormais il rejoint les enfants génies du club: Edwards, Best, Charlton, Cantona, Giggs et Scholes
De fait, Wayne Rooney a prolongé à Manchester United pour quatre années supplémentaires, ce qui le lie au club jusqu’en juin 2019. Wayne deviendra ensuite ambassadeur du club lorsqu’il raccrochera les crampons, comme Charlton, Robson et G. Neville. Tous ces gens-là ne sont pas des marchands de slips comme Beckham.
Recruté à Everton en août 2004, l’attaquant de 28 ans a disputé 430 matches pour Man United, inscrivant 208 buts, ce qui le place déjà à la quatrième place des buteurs historiques du club: Jack Rowley (211), Denis Law (237) et Bobby Charlton (249).
Son maintien à MU est le plus gros apport de David Moyes au club, pour l’instant.
A présent, la menace du départ de Wazza n’est plus d’actualité. De fils, il va devenir père des prochains Red Devils.
Le boxeur footballeur est l’un des cinq plus grands attaquants de sa génération. Il a la particularité de défendre tout en attaquant, à la fois passeur et buteur. Il est bon dans tous les secteurs de jeu. Doté d’un mental en acier trempé. Un loup dès que le match commence. Un agneau lors des entretiens. Saisissant contraste qui évoque Marcel Cerdan. Rooney est en osmose totale avec les fans de MU car il incarne toutes les valeurs du club: don de soi, spectacle, efficacité, professionnalisme, compétence, technique, courage et fierté. Le tout dans une aspiration collective. On voit qu’il n’est pas facile de réunir autant de qualités dans un seul homme.

Wayne Rooney, né le 24 octobre 1985 à Liverpool

PALMARES
Manchester United

Ligue des champions 2008
Coupe du monde des clubs 2008
5 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
5 Community Shield 2007, 2008, 2010, 2011 et 2013
3 League Cup 2006, 2009 et 2010
Depuis 2003, international anglais 88 sélections, 38 buts

Magistrale dans " Camille Claudel, 1915", Juliette Binoche n'est même pas dans la liste des Césars. Sont-ils jaloux de son talent ?

Dans la vie comme en art, littérature ou sport, on a besoin de fortes personnalités pour rester debout. Epoustouflante comme la Jeanne d’Arc de Carl Dreyer incarnée par Renée Falconetti, la comédienne Juliette Binoche ressuscite Camille Claudel dans le plus grand film français de 2013. A voir plutôt deux fois qu’une. Un vrai film d’auteur absolument pas hermétique. Le combat d’une femme claquemurée au milieu des fous, par sa famille et la société parce qu’elle avait 100 ans d’avance. Cet admirable film est beaucoup passé sous silence. Comme si Camille Claudel dérangeait encore. Les restes de Camille Claudel au cimetière de Montdevergues devraient être déposés au Panthéon. Elle représente l’honneur de la France qui s’est… déshonorée en l’internant 30 ans. Les féministes patentées du XXe sont de pitoyables starlettes à côté de Camille Claudel.

Mercredi 26 février 01h00 Canal + cinéma
Jeudi 27 février 08h35 Canal +
Camille Claudel, 1915
Film de Bruno Dumont (2012)
Avec : Juliette Binoche, Jean-Luc Vincent, Robert Leroy, Emmanuel Kauffman, Marion Keller, Armelle, Régine Gayte, Nicole Faurite, Florence Philippe, Sandra Rivera, Eric Jacoulet
Durée : 1 h 35 mn

Il y a quelques temps, un comédien pourvu de la carte- comme disait Noiret qui lui ne l’avait pas alors qu’il fut un ancien du TNP… donc pas n’importe qui- s’est permis de dézinguer publiquement Juliette Binoche. Il serait bien inspiré de regarder le nouveau film de la comédienne…
Hiver 1915. Le chef d’oeuvre de Bruno Dumont est un focus sur trois jours durant lesquels Camille Claudel attend la visite de son frère avec l’espoir qu’il la sorte de l’enfermement.
Internée de force par sa famille dans un asile psychiatrique religieux du Sud de la France, Camille Claudel aimerait retourner vivre avec sa mère.
Ce film offre à Juliette Binoche son plus grand rôle.
Elle incarne magistralement l’une des plus grandes artistes françaises.
Camille Claudel est un pionnière et la société lui a fait payer cher sa modernité.
Une femme sculptrice cela n’existait pas.
Elle avait cent ans d’avance, au moins.
Camille Claudel était une poète qui s’exprimait par la sculpture. Pouvez-vous l’imaginer en train de tailler la pierre.
Elle était fragile et forte en même temps. Elle avait un fort beau visage.
Dans le film, les religieuses lui reprochent d’avoir les mains sales. Quel affront !
Elle voulait vivre dans un atelier afin de sculpter à une époque où l’on voulait surtout voir une femme devenir épouse et mère de famille.
Camille Claudel est né en 1864 et elle est morte en 1943.
On oublie trop souvent qu’elle a vécu sous trois guerres !
Elle est morte à 79 ans après 30 ans privée de liberté.
Les hommes de son entourage n’ont pas été des modèles d’humanité, à part son père car elle a été internée après la mort de son père, précisément.
Paul Claudel, son frère, au lieu de s’abrutir dans la quincaillerie des bondieuseries aurait mieux fait d’ouvrir les yeux et d’aider sa sœur qui n’était absolument pas folle. Fou nous le sommes tous à des degrés plus ou moins accentués.
Dans le film, le comédien Jean-Luc Vincent - un Fabrice Lucchini avec plus d’intériorité- exprime très bien l’insupportable côté cureton de Claudel. J’ai parlé plusieurs fois de Claudel avec Antoine Vitez qui admiré son théâtre. Pas moi, je pense comme Sacha Guitry: “Le Soulier de Satin ? Heureusement qu’il n’y pas la paire !” J’ai parlé encore plus souvent de Claudel avec Fernand Ledoux qui m’en a fait un portrait peu élogieux. Un jour au cours d’une répétition, Paul Claudel présent dans la salle, s’est mis à hurler: “C’est mieux que Sophocle!” Claudel parlait bien sûr de sa propre littérature… Il se compara à Sophocle sans une once d’humour. Le théâtre de Claudel c’est du Racine qui sait la naphtaline. Il se regardait écrire. De plus, il a traité de pédérastes les fondateurs du surréalisme.
Le film de Bruno Dumont est sans concession comme les grands films de Robert Bresson.
Il a tourné avec de véritables handicapés. On est loin du voyeurisme. Là nous sommes comme dans les photos de Depardon. On regarde avec le cœur. Caméra pudique mais caméra scanner ! C’est fort et cela peut déranger les petits esprits trop habitués à s’abîmer les yeux à la télévision bas de gamme, y compris les JT robinets à images qui mettent sur le même plan le corps mort d’un bébé mort avec le rire imbécile d’un amuseur qui ne fait pas rire.
Juliette Binoche incarne à merveille la créatrice. A un moment, elle entend le chant des oiseaux. Elle ramasse alors un peu de terre et essaye d’une seule main de représenter un oiseau. Quand on le voit presque, elle jette tout, frappée par l’à-quoi-bon. Par la certitude d’avoir perdu sa dextérité.
Au milieu des aliénées, elle souffre de voir tant de souffrances et elle a aussi du mal à être comparée à ces femmes brisées qui ne font plus que d’avoir des fonctions digestives.
Elle rit quand il faut pleurer et elle pleure quand il faut rire.
Binoche/Camille Claudel est si peu “folle” que les religieuses lui demandent sans cesse de s’occuper des fous.
La scène entre le docteur et Camille Claudel est poignante. On y voit la sculptrice expliquait qu’elle est claquemurée contre son gré. Le docteur aurait dû lui offrir une salle où elle aurait pu travailler. Camille Claudel a été victime d’une société inhumaine.
Il est vraiment honteux que ce film et que Juliette Binoche n’aient pas reçu une grande récompense.
Heureusement qu’on n’a pas donné le rôle à une greluche médiatique bonne qu’à faire du vin ou a faire des campagnes humanitaires comme si ces gens du PAF culpabilisés de leur notoriété injustifiée. N’est pas Joséphine Baker, Grace Kelly ou Coluche qui veut. Un artiste est là pour créer et non pas pour trouver une piaule à un SDF avant d’aller se biturer au Fouquet’s.
Isabelle Adjani a joué jadis Camille Claudel mais dans un autre registre car ce n’était pas au même moment de la vie de la sculptrice. On ne peut pas comparer les deux performances. La première fois que j’ai entendu parler de Camille Claudel ce fut lors de la publication du livre d’Anne Delbée.
Et Rodin (1840-1917)?
Il n’a pas aussi était à la hauteur. Rodin et Camille Claudel se sont connus, en 1883, quand il avait 43 ans et elle 19. Leur relation dura une quinzaine d’année. On voit qu’il est mort peu de temps après qu’elle fut internée. Aurait-il accepté qu’elle soit enfermée pendant 30 ans. J’ose espérer que non. Rodin était si aveuglé par son talent qu’il ne supportait pas qu’on brille à ses côtés: il a délaissé Camille Rodin maltraitée par ses proches et il n’a su voir le talent de Rainer Maria Rilke qu’il a utilisé comme secrétaire.
Regardez ce film, c’est une authentique œuvre artistique et non pas un produit commercial.

La dernière rediffusion de Camille Claudel, 1915
Mardi 4 mars 00h50 Canal +

21.02.14

Permalien 15:58:21, Catégories: BLONDINEMENT A XV, GRAND MONSIEUR  

Il y a urgence: l'étincellant Rory Kockott doit jouer pour le XV de France

Une fois n’est pas coutume, parlons rugby. Connaissez-vous Rory Kockott ? Il vaut le détour croyez-moi. Il faut le sélectionner fissa dans le XV de France. Un joueur de ce calibre cela ne court pas les pelouses… Il a tout: la tête et les jambes.

Au hasard, je suis tombé sur Intérieur Sport qui m’a alpagué avec un sujet sur Rory Kockott, un rugbyman d’Afsud.
La médiatisation a du bon quand la personne la mérite. On nous vend trop des produits sans saveur.
On le voit évoluer dans son élément, le rugby, sa famille - ses parents ont mis au mur la photo de leurs enfants à l’état de bébé, très frappant ce choix qui ne ferme pas l’avenir, au contraire! - , l’Afsud, dans son ancien école, et surtout à l’entraînement qu’il pratique comme un forcené pour être le mieux préparé possible. On est dans la galaxie d’un vrai champion.
Cet homme-là fait aimer le rugby.
Vous savez ce que je pense des valeurs du rugby, elles n’existent ni plus ni moins que celles du le football.
Une chose est certaine: quand je vois le rugby proposer par Chabal, je n’inscris dans un club de curling mais quand je vois celui pratiqué par Kockott je prends mon abonnement pour le Castres Olympique.
Seul le terrain n’intéresse et je me moque du poste occupé, je regarde simplement le charisme du joueur. Rory Kockott en a à revendre.
Un journal à l’agonie se permet de surnommer Rory… “Rouerie” car le joueur professionnel essaye de tirer le plus davantage de son talent. C’est la marque des grands. Sans Kockott, le Castres Olympique a dû attendre vingt ans un nouveau titre de champion de France (2013). Avec lui, le bouclier de Brennus est revenu au bout de deux saisons.
Rory Michael Kockott est né le 25 juin 1986 à East London. Le joueur sud-africain évoluant joue au poste de demi de mêlée n’a jamais été appelé par la sélection d’Afsud. Vierge de cape avec son pays natal, il peut jouer avec le XV de France.
Nos dirigeants sont-ils aveugles ou “Rouerie” (!) attend encore un peu avant de choisir ?
A 27 ans, il y a urgence.
Cela ne me dérangerais pas de voir Kockott porter le maillot de l’équipe de France, au contraire. Kockott veut être un Coq ! Kockott n’est pas une poule mouillée.
Le talent n’a pas de frontière.

20.02.14

Les 4 premiers matchs des 8es de la grande C1 2014 ont donné 4 victoires à l'extérieur. PSG, Barça, Bayern Munich et l'Atletico Madrid ont marqué 9 buts contre rien.

Au football tous les postes sont importants. Je n’ai d’yeux que pour Lahm quand je le vois jouer. Le défenseur historique de 30 ans compte 103 sélections en équipe d’Allemagne. Série en cours.

8es de finale de C1 2014
Mardi 18 février 2014 8e de finale
Bayer Leverkusen 0 - 4 Paris Saint-Germain
Buts du PSG: Matuidi (3e), Ibrahimovic (39e pen., 42e), Cabaye(88e)

Manchester City 0 - 2 FC Barcelone
Buts pour le Barça: Messi (54e pen.), Dani Alves (90e)
Mercredi 19 févier
AC Milan 0 - 1 Atletico Madrid
But pour les Espagnols: Diego Costa (83e)

Arsenal 0 - 2 Bayern Munich
Buts pour les Bavarois: Kroos (54e), Müller (88e)

Les 8es de finale aller de la C1 ont été grandioses.
Les quatre premiers matchs ont été quatre victoires à l’extérieur: 9 buts à 0 !
Le football est bien le plus grand sport du monde.
Ils peuvent inventer n’importe quoi lors des J.O. d’hiver 2014, tout ça n’est que poudre aux yeux surtout avec tout ce qui se passe en Ukraine. Le sang coule sur et dans la neige. La trêve olympique n’est pas respectée.
Lors des quatre matchs de C1 on a donc vu quatre stade avec des fans qui se sont déplacés pour rien. Je parle des autochtones. Pas pour rien: pour perdre leur équipe !
Il n’y a que le football qui puisse montrer le stade d’Arsenal festif au coup d’envoi et déserté à la fin avec des Londoniens déçus quoique habitués à perdre depuis 2006. Ozil ne fut-il qu’un feu de paille ? Un stratège qui a coûté 50 M€ peut-il rater un penalty aussi important ? Oui. En face, il y avait des Allemands. Cela a compté dans la tête de l’Allemand d’Arsenal qui n’aurait pas dû tirer. Dans le football actuel celui qui obtient le penalty ne doit pas le tenter forcément. On n’est plus en 1960 !
La veille on a vu Ibrahimovic jouer divinement. Ce footballeur est à la fois un mur humain indestructible et un orfèvre aux gestes de dentellière. C’est actuellement le meilleur joueur au monde. Il est cet hiver 2014 devant Ronaldo et Messi. Comme il va manquer au Brésil en juin 2014 ! Souhaitons-lui de remporter la C1 pour se consoler. Je veux le voir jouer le plus longtemps possible. Il écrit le football de manière remarquable. Un grand styliste.
A Londres, on a vu aussi Philipp Lahm. Le défenseur capitaine des Bavarois est l’un des plus défenseurs de tous les temps. Le latéral droit passe son temps dans le camp adverse. Il transforme son vis à vis qu’il est censé charger en… défenseur. Ce joueur est un pur régal.
Rapide, vif, il déborde sur l’aile, sachant centrer de manière exceptionnelle.
Avec Guardiola, il a une seconde jeunesse. Le coach espagnol a retrouvé un champion du calibre de D. Alves.
Le football a été le grand gagnant de ces deux soirées de C1.

Permalien 09:24:01, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Les héros légendaires Anquetil et Poulidor sur France 5

Quelques secondes après sa victoire du Tour de France 1964, Jacques Anquetil a dit à Poulidor qu’il venait de battre: “Cela doit être dur de perdre pour quelques secondes. Tu es un superbe perdant. Je te félicite pour ça". (Je cite de mémoire). C’est à pleurer tant c’est beau et terrible à la fois. C’est entre le coup de poignard et la caresse. Tout Anquetil est dans ces compliments-là. Poulidor lui sait encaisser les coups et il a toujours admiré Anquetil en 1964 comme en 2014. Peut-on battre quelqu’un que l’on admire ? Non, non et non. Cet excellent documentaire a des participants de haute volée: Laget, Augendre, Le Dissez, Geminiani… D’énormes personnalités qui n’ont pas tué leur enfance. Ils sont compétents et passionnés, deux qualités très rares. Des esthètes du sport. Ils ont bien au-dessus des commentateurs politiques et autres membres du PAF qui font écrire leurs papiers par d’autres. A la fin du documentaire, on nous a annoncé le prochain duel à venir: “Arnault-Pinault". J’ai éclaté de rire. Ils peuvent toujours m’attendre pour la diffusion. On ne peut pas passer de deux seigneurs à de commandants d’industrie. L’unique poésie des hommes d’affaires est dans les tableaux des maîtres qu’ils achètent. Enfant, je voulais être Fangio ou Cerdan mais absolument pas ressembler à Louis Renault ou à Monsieur Galeries Lafayette.

Jeudi 20 février 2014
France 5, 21 h 40
Duels: Anquetil le vainqueur… Poulidor le héros
de Jean-Louis Saporito (2013)
Durée : 55mn

Il y a cinquante ans, les Français se passionnaient pour la rivalité entre les cyclistes français Jacques Anquetil et Raymond Poulidor. Le Limousin Poulidor, était l’«éternel second», tandis que le Normand Anquetil remportait toutes les courses. Pourquoi le perdant plaisait plus au public que le vainqueur ? Le duel entre les deux champions connut son apogée en 1964.
Chez moi, dans ma famille, on était pour Anquetil. Je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu mon père parler de Poulidor. Ma mère m’avait acheté un livre sur Anquetil.
En France, on adore souvent les perdants comme s’ils avaient plus de romantisme. C’est faux.
Poulidor n’était pas un perdant: il a gagné plein de courses.
Platini n’était pas un perdant non plus. 1982 fut un accident à cause de l’arbitrage favorable à la RFA.
C’est la presse qui a mis le focus sur la rivalité entre Anquetil et Poulidor pour revivre ce que les Italiens avaient connu avec Bartali et Coppi.
Les duels - Senna et Prost- c’est ce qu’il y a de plus antiques dans le sport. En Italie, on a eu droit à Bartali-Coppi.
Sans duel, le sport perd sa saveur.
Poulidor fut un grand sportif car il était humble.
Anquetil fut un grand sportif car il était fier.
J’aime les deux mais Anquetil était plus beau sur le vélo: quel aérodynamisme ! Le style Anquetil était sublime. Le plus beau coureur avec Fausto Coppi.
Raymond Poulidor m’a dit: “Si l’on se souvient encore de moi c’est grâce à la presse. Si les journalistes ne m’avaient pas surnommé “l’éternel second” les gens ne m’auraient pas aimé autant, et je serais complétement oublier, c’est ça la vérité…” Faut-il être lucide et intelligent pour penser de la sorte.
Anquetil n’était pas plus intelligent que Poulidor. Anquetil avait un cœur qui battait moins vite dans l’effort, il avait un côté scientifique, tête pensante, calculateur à la seconde près. Poulidor, lui, c’est une pépite d’or avec de la terre autour.
La presse a simplement brodé autour du cycliste des villes - Maître Jacques- et du cycliste des champs-Poupou.
Les deux savaient souffrir sur le vélo. C’est la marque des géants de la route.
L’association Anquetil/ Geminiani était plus roublard que le duo Poulidor/ Magne. Ces quatre hommes ont fait vibrer la France. Merci à eux.

[Post dédié à Charles Morlino junior]

Les rediffusions de Duels: Anquetil le vainqueur… Poulidor le héros
Mercredi 26 février,00h10
Lundi 3 mars, 05h45

Le Bayern Munich a disputé un match d'entraînement contre Arsenal.

On a vu qu’avec ou sans Ribéry, le Bayern Munich conserve sa force collectif. Que le Français joue ou pas, c’est exactement la même chose. En revanche, vous retirez Ibrahimovic au PSG est les Parisiens perdent 80% au niveau mental.

8es de finale de C1 2014
Mercredi 19 févier
AC Milan 0 - 1 Atletico Madrid
But pour les Espagnols: Diego Costa (83e)

Arsenal 0 - 2 Bayern Munich
Buts pour les Bavarois: Kroos (54e), Müller (88e)

RAS à Arsenal. Une impression de déjà vu, cent fois, mille fois.
D’abord, l’enceinte grandiose. Quelle réussite ! Bravo a Arsène Wenger. Quand on a bâti un tel stade, on a réussi sa vie.
Une grande ambiance de soir de C1 avec un tifo très hispanique.
Maintenant le terrain: au début du match Y. Sanogo était à la pointe de l’attaque. On ne part pas à la guerre avec un puceau de la C1. Savez-vous combien de matchs a-t-il au compteur avec Arsenal ? Deux… Autant l’envoyer à l’abattoir. Si c’était Pelé en 1958 cela se saurait. Et Giroud ? Il fallait le laisser souffler, paraît-il. Un soir de C1 ? Bon on savait que ce n’était pas Ibrahimovic, maintenant on en a eu la confirmation. Il avait d’autres chattes à fouetter. Oh! pardon, chat doit-on dire.
Arsenal avait donc un lourd handicap au niveau attaque. Un van Persie vous manque est tout est dépeuplé.
On attendait Ozil, il s’est fait remarquer en ratant un penalty.
Il a voulu se faire justice devant son partenaire de sélection: M. Neuer s’est amusé pour stopper le tir de son compatriote.
Depuis que P. Mertesacker a sermonné Ozil qui n’avait pas salué les fans d’Arsenal, Ozil semble ne plus avoir envie de jouer pour Arsenal. Il est en voie d’arshavination. Triste de voir un tel virtuose au point mort. Il est devenu aussi utile à Arsenal que Fellaini à Man United. C’est dire ! Des ombres ont plus de présence.
Jusqu’à la 37e minute, ce fut un très beau match avec de très belles séquences de jeu d’Arsenal incapable de marquer dans ses temps forts. Hélas !
Puis arriva la sortie pas très bien anticipée du portier d’Arsenal Szczesny sur un ballon aérien contrôlé par Robben. Le goal se fit expulser et Alaba frappa sa tentative sur le montant. Deux penaltys ratés!
Réduit à 10, Arsenal bascula dans le non match. L’expulsion tua le grand match entre les deux belles équipes.
En deuxième mi-temps, le Bayern joua un match d’entraînement.
On eût dit Barcelone. Même système de jeu avec redoublement de passes. Pressing incessant.
Les Bavarois ont sans doute dépassé les 700 passes quand Arsenal a péniblement atteint les 200.
Sur le second but bavarois, Koscielny était porté pâle.
A 0-2, les fans d’Arsenal ont quitté par grappes leur beau stade qui n’a encore jamais vu un trophée.
Pendant tout le match, on n’a vu que Guardiola sur le bord de la touche. Il donnait des ordres, invectivant ses joueurs, replaçant untel, encourageant un autre. Magnifique. Un vrai chef d’orchestre. Il semblait jouer à la maison. En tout cas, il a fait tout comme.
Arsenal ? RAS, vous dis-je.
On va nous dire que les Gunners tombent toujours sur des costauds, que les arbitres patin-couffin.
Ce n’est pas grave. L’argent coule à flots à Arsenal. La boutique tourne à plein régime.
L’important c’est de participer, comme on dit en France. N’est-ce pas José Mourinho ?

19.02.14

Zlatan Ibrahimovic, le plus grand joueur de l'Histoire du PSG

Joueur parfait, homme de très grande classe, Ibrahimovic sert le football le mieux possible depuis sa jeunesse. Il a eu une enfance très pénible. Il s’est fait une place au soleil, sans jamais se plaindre. Chapeau l’artiste ! A 32 ans, il arrive à pleine maturité. Il réunit physique, intelligence, classe, confiance, professionnalisme, compétence… Cinq atouts que l’on trouve rarement réunis en même temps. Un jour Cantona m’a dit: “En ce moment c’est moi qui suis le plus inspiré…” Il avait raison. En 2014, Zlatan Ibrahimovic est aussi très bien inspiré. C’est un as du placement, du jeu sans ballon, à l’affût. Il vit pleinement les matchs, ne dégage aucune lassitude. Pas souvent blessé. Ses parents l’ont fer de fer. Un sacré joueur !

8es de finale de C1 2014
Mardi 18 février 2014 8e de finale
Bayer Leverkusen 0 - 4 Paris Saint-Germain
Buts du PSG: Matuidi (3e), Ibrahimovic (39e pen., 42e), Cabaye(88e)

Manchester City 0 - 2 FC Barcelone
Buts pour le Barça: Messi (54e pen.), Dani Alves (90e)

Le monde du football nous prend vraiment pour des veaux.
Les 8e de finale de la C1 se déroulent chaque fois sur deux jours à deux semaines d’intervalle. A la même heure en plus.
La C1 c’était mieux avant quand seuls les premiers de chaque championnat pouvaient se rencontrer. A cette époque-là les championnats étaient vraiment disputés. Autant faire un championnat européen rien qu’avec les grands clubs.
J’ai donc regardé le PSG et non pas le Barça.
Le PSG s’est promené. Un très grand match collectif.
J’ai vu des passes du niveau de celles du Brésil 1970 et je n’exagère pas. Des passes au millimètre près. Des passes pleine de sérénité. Du caviar bien dosé. Admirable.
De plus, le PSG a un joueur d’exception. Zlatan ibrahimovic est le plus grand joueur du PSD avec Susic et Raï.
Ibrahimovic rate rarement un match. Il est toujours prêt. Un jeu très intelligent. Il est efficace et beau à voir.
Un homme hyper intelligent. En 2014, il incarne vraiment l’image de l’homme dans toute sa splendeur. Aucun acteur ne dégage autant de force, de rage, de sensibilité et d’humour. Il est du niveau du Eric Cantona de MU. Il fait des gestes somptueux et surtout il est décisif. Il mérite de remporter enfin la C1. Il va falloir rester concentré et avoir un tirage favorable. La C1 est très compliqué à remporter: il y aussi les impondérables, les erreurs d’arbitrages, les favoritismes accordés aux clubs mythiques…
Attention, le PSG n’a battu que Leverkusen qui ne représente pas grand chose. Manchester United a marqué neuf buts contre Leverkusen dont 5 en Allemagne. Et quand on sait que MU traverse une période noire, cela relativise le succès du PSG.

Les instances du football se sont vraiment couvertes de ridicule en plaçant Ribéry avant Ibrahimovic lors du classement du Ballon d’Or 2013. On ne compare que ce qui est comparable. Dans tous les registres, le Serbe est supérieur au Français. Ibrahimovic a de surcroît beaucoup de charisme, il dégage une belle fierté. Celle des chevaliers.

Le classement des 6 premiers lors de l’attribution du Ballon d’Or 2013:
1. Cristiano Ronaldo 27,99%.
2. Lionel Messi 24,72%.
3. Franck Ribéry 23,36%.
4. Zlatan Ibrahimovic 5,29%.
5. Neymar 3,17%.
6. Andrés Iniesta 2,08%.

Déclaration de Zlatan Ibrahimović après son doublé en Allemagne (le joueur s’exprime toujours en anglais, ce qui ne me dérange absolument pas):

-"Non, ce match n’a pas été facile pour nous. Mais nous avons pris un très bon départ en marquant après seulement trois minutes. Ensuite, nous avons pu jouer notre jeu, nous avons pu nous créer des occasions et marquer le deuxième et le troisième buts. Nous avions beaucoup d’espace pour évoluer et nous avons évolué avec qualité. Nous avons très bien joué.
Maintenant, il nous faut disputer le match retour de la même manière. Nous avons un gros avantage, il ne faut pas le nier, mais il nous faut rester concentrés. Nous allons voir ce qu’il va se passer dans ce deuxième match. Il sera important de bien commencer, comme on l’a fait à l’aller. L’équipe, dans son ensemble, a joué un très bon match. Je ne veux pas dire que nous sommes favoris aujourd’hui. Plus vous allez loin dans ce genre de compétition, plus c’est difficile. Si l’équipe joue bien, les individualités se mettent au diapason. Aujourd’hui, j’ai marqué des buts grâce à mes coéquipiers. Nous essayons de nous aider les uns les autres. En finale, l’identité du buteur n’est pas le plus important. C’est le résultat qui compte. Pour mon deuxième but, j’ai reçu un bon ballon de la part de Blaise Matuidi j’ai essayé de frapper je l’ai bien prise. Je ne sais pas si je suis le meilleur joueur de l’histoire du championnat français avec Zinedine Zidane. Ce n’est pas à moi de juger mais c’est un beau compliment.”

[Post dédié à Bruno Petrovic]

18.02.14

Permalien 01:07:40, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Tom Finney (1922-2014) et Philippe Mahut (1956-2014): la France ne sait pas rendre hommage comme l'Angleterre

A l’entrée du stade de Preston, son unique club, celui de sa ville natale, Tom Finney est statufié dans une attitude mémorable, la sienne au ras du gazon un jour de pluie avec l’eau qu’il éclabousse de partout dans la conquête acharnée du ballon. Sublimissime statue du buteur internationale. Les Anglais savent bien que si le football est devenu le sport le plus important au monde c’est grâce à des joueurs de la trempe de Tom Finney, authentique pionnier.

Au cours du week-end du 15 février 2014, tout le football anglais a rendu hommage à Thomas Finney.
Chaque match de Premier League, notamment, fut précédé d’une minute de silence. Les joueurs portaient tous le brassard noir, celui du deuil.
En France, Philippe Mahut n’a pas eu droit à cet hommage. C’est la preuve une nouvelle fois que la France n’est pas un pays qui aime vraiment le sport. En France, le sport ce n’est que du sport. Il n’y aucun respect pour les anciens sauf pour quelques icônes et là on sent que le souvenir est plus proche du “on ne peut pas faire autrement” que du respect.
Bref, voilà pourquoi j’aime l’Angleterre, vraie patrie du football moderne.
Thomas Finney, né le 5 avril 1922 à Preston, évoluait au poste d’attaquant dans le club de sa ville natale: Preston North End.
Il compte 76 sélections pour 30 buts inscrits en sélection nationale, entre 1946 et 1958, ce qui en fait le cinquième meilleur buteur de tous les temps en sélection anglaise.
Le buteur très costaud a disputé trois Coupes du monde en 1950, 1954 et 1958.
Finney est resté fidèle toute sa carrière au club de Preston North End pour lequel il a joué 433 matches (187 buts) en 14 ans, de 1946 à 1960. “Les bons joueurs veulent toujours jouer pour les meilleurs clubs et certains, comme moi, souhaitent rester fidèles au même club” disait le fidèle parmi les fidèles.
Officier de l’Ordre l’Empire britannique depuis 1961, il a été anobli en 1998. Il portait donc le titre de Sir comme Matt Busby, B. Charlton et Alex Ferguson.
Bill Shankly, ex entraîneur emblématique de Liverpool et ex-coéquipier de Sir Tom disait de son ami:
-«Il faisait tellement peur que ses adversaires lui collaient un type sur le dos même pendant l’échauffement».
Gentleman-joueur, Finney n’a jamais été averti une seule fois en cours de match.
Toute sa vie, il est resté attaché à l’équipe nationale des Trois Lions:
-"La victoire de l’Angleterre en 1966 sur son sol a été l’une de mes plus grandes fiertés. Ce fut un grand jour pour l’Angleterre et j’adorerais que nous en gagnions une autre. J’espère voir ça de mes yeux.”

L’église Saint Louis de Fontainebleau pleine à craquer a dit “Adieu” à Philippe Mahut, ancien international et adjoint aux sports, décédé le 8 février 2014.
L’énorme affluence - plus de 500 personnes- atteste que le footballeur était très apprécié et qu’il aurait mérité un hommage nationale d’autant plus qu’il était engagé dans le monde associatif.
Philippe Mahut, né le 4 mars 1956 à Lunery (Cher), joua, de 1974 à 1993, à Fontainebleau, Troyes, Metz, Saint-Etienne, au RC Paris, au Stade Quimpérois et au Havre. International il porta neuf fois le maillot de l’équipe de France au temps du sélectionneur Michel Hidalgo.
Il a disputé 422 matches(8 buts) en Division 1 et 174 matches (18 buts) en Division 2.
Le défenseur était rugueux sans jamais être violent.
Lors de ses obsèques, on a remarqué la présence de plusieurs professionnels parmi lesquels ses anciens partenaires: Luis Fernandez, Patrick Battiston, Christophe Revault, Luc Sonor, Maxime Bossis…
Champion de France de Division 2 en 1986 avec le Matra Racing de Paris et en 1991 avec Le Havre, “Phiphi” fut quatrième de la Coupe du Monde en 1982 avec l’Équipe de France
Le stade de la Faisanderie, son plus grand combat en tant qu’adjoint aux sports, portera sans doute le nom de Philippe Mahut, quand sa rénovation sera terminée. Fontainebleau a la mémoire que n’a pas su avoir la France. (Voir le commentaire)

17.02.14

L'hommage des éditions Gallimard à Albert Camus (Journaux de voyage, Carnets, Oeuvres...)

L’an passé fut le centenaire de la naissance d’Albert Camus. J’écris régulièrement sur lui, et ce n’est pas près de s’arrêter.

Un siècle. 100 ans que Camus est né et pourtant il est si présent. Les livres d’Albert Camus (1913-1960) en poches ont toujours beaucoup de succès comme ceux de Boris Vian. Et ces ventes ne doivent rien à une quelconque présence de disciples. La postérité a parfois bon goût. Issu d’une famille pauvre, Camus a été exclu par la caste des bourgeois parisiens qui n’aiment pas les autodidactes. L’intelligentsia le regardait de travers, surtout «Jean-Sol Parte», parce qu’il aimait le football. Tout ce qui est populaire écœure les gens qui choisissent la gauche pour se donner bonne conscience. Camus allait à Colombes voir les matchs du Racing Club de Paris de ses copains Pieds-noirs qui portaient le même maillot que le Racing Universitaire d’Alger, son club fétiche. N’est-ce pas touchant de voir un adulte de la trempe de Camus supporter une équipe parce qu’elle porte le bleu ciel du maillot de son enfance ? Camus n’a jamais été perverti par le monde des adultes. Il a conservé sa grâce malgré les coups durs. Au fond de lui, il savait qu’il était un appelé, soit un authentique écrivain. Il était né pour faire de la littérature comme d’autres naissent Chinois, rouquins, grands ou petits.
Pourquoi Camus ? permet à différents auteurs d’éclairer toutes les facettes de l’écrivain : l’Algérien, le citoyen, le romancier, le politique, l’humaniste, le Méditerranéen et le journaliste libre. Pierre-Louis Rey évoque Camus footballeur. La tuberculose l’obligea à stopper net le football. N’empêche, il restera toujours un amateur éclairé. Pierre Grouix, lui, met sur le même pied d’égalité Albert Camus et Marcel Cerdan. Ces deux textes sont des merveilles et je ne vois pas pourquoi Camus et le football ne sera pas moins respectable que Sartre et le communisme. A ce propos, Camus a refusé de cacher les crimes politiques à l’inverse des menteurs professionnels. Dans Mon Cher Albert, nous retrouvons une longue séquence footballistique du Camus des années 1923-1931 grâce à un vibrant hommage inédit de son ami de jeunesse, Abel-Paul Pitous (1913-2005).
Parmi tous les livres de Camus qui paraissent pour le centenaire de sa naissance, il y a les échanges de courriers avec trois de ses amis. Dans le volume qui contient la correspondance Albert Camus-Roger Martin du Gard, le Prix Nobel 1957 de Littérature précise que l’écrivain doit être au service de ceux qui subissent l’Histoire, à l’écart de ceux qui la font. La fraternité est omniprésente dans le recueil des lettres Camus-Guilloux : « A toi, Louis, pour célébrer notre commun malheur de ne pas savoir haïr et pour témoigner de notre consolation : l’amitié. Affectueusement. » Signé Albert. A Francis Ponge, Camus confia «sa confiance en l’homme» (20-9-1943). Quand on lui demanda se s’expliquer sur la fin de ses liens avec Sartre, Camus rétorqua : «Pour se fâcher, il faut d’abord avoir été ami… » Les éditions Gallimard republient les Carnets en Folio avec les journaux de voyages et ses éditoriaux de Combat. Parmi les beaux-livres, il faut lire Le Monde en partage,(1) de Catherine Camus qui a hérité de l’humilité paternelle.
Camus ne s’est jamais plaint d’être pauvre parce que tout simplement le soleil et la mer sont gratuits. Il évoque sa « castillanerie », code de l’amour et de l’honneur aristocratiques au sens moral qui place la fidélité à ses engagements et à sa famille. Ce trait de caractère plus fier qu’orgueilleux est hérité de ses origines espagnoles, castillanes. Dans les éditions courantes aucune note ne nous explique ce qu’il faut entendre dans «castillanerie ». Dans la réédition de L’envers et l’endroit , oui. Camus n’a jamais envié quelque chose qu’il n’avait pas et que d’autres avaient : « l’envie, véritable cancer des sociétés et des doctrines ». L’auteur de L’Etranger affirme que tout ce qu’il sait, il le doit à sa famille composée d’illettrés. Nul besoin d’être cultivé pour avoir du cœur et de l’intelligence. En revanche combien de savants fous et de prétentieux trop suffisants pour nous toucher. Camus a écrit sur l’absurde et sur la révolte. La mort sur la route l’a empêché d’écrire sur l’amour, le troisième volet de son œuvre. Quand on l’a mis en terre, il a été porté par les footballeurs de Lourmarin. Des amateurs solidaires.
(1) Le livre est chroniqué par ailleurs. Voir dans la cartouche “Rechercher” sur le blog.

-Mon cher Albert
d’Abel-Paul Pitous, Gallimard, 80 p., 20 €
-Correspondance (1945-1959), Albert Camus-Louis Guilloux
Édition d’Agnès Spiquel-Courdille, Gallimard, 250 p., 18,50 €
-L’envers et l’endroit
d’Albert Camus. Dossier préparé par Geneviève Winter. Lecture d’image par Bertrand Leclair Folio plus/ Classiques, Gallimard, 162 p., 4, 20 €
-Pourquoi Camus ?
Collectif, sous la direction d’Eduardo Castillo. Philippe Rey, 332 p., 19 €
Tous les autres livres cités dans l’article sont édités aux éditions Gallimard, en folio et collection Blanche.

Camus qui voyage c’est Tintin qui rend la copie. La découverte de New York vaut le voyage. Camus est ébloui par la limpidité de la circulation automobile sans agents aux carrefours. Il observe que les gens payent toujours avec des billets. Comme si les pièces étaient un symbole de pauvreté. Le soir, il a l’impression de marcher dans un magasin de luminaires tant les néons sont présents. «Dans ce pays tout le monde à l’air de sortir d’un film de série » dit-il. Autant Paul Morand était un voyageur qui ramenait tout à sa propre personne, autant Camus regarde tout comme s’il n’était plus qu’une caméra. Il ne donne pas son avis mais des impressions.
-Journaux de voyage
d’Albert Camus
Edition de Roger Quilliot
Folio / Gallimard, 130 p., 5,40 €

Il n’a pas fallu plus de 15 jours à Camus pour écrire l’adaptation d’Un caso clinico de Buzzati. Les deux écrivains étaient deux grands amateurs de sports. D’aucuns croient qu’il vaut mieux dire des énormités que d’aimer le sport au même titre que d’autres choses. Bien sûr, il y a football et football, faut savoir faire la différence entre Puskas et Ribéry, tout comme entre Pessoa et Abel Bonnard. Tout ce que je viens de dire n’est pas hors sujet. Cela revient à opposer Camus, qui aimait la vie, aux écrivains nostalgiques des années les plus atroces du XXe siècle qui aiment la mort. L’histoire de la pièce raconte le drame d’un homme d’affaires qui entend une voix de femme, sorte de Jeanne d’Arc au masculin. On l’interne d’un service à l’autre, jusqu’au cas désespéré. Sa mère viendra le chercher sans grand espoir. On ose appeler ce texte une comédie. Rajoutons dramatique… Quand Buzzati a rencontré Camus, pour la première fois, il avait un trac fou pourtant l’Italien avait sept ans de plus. Dès qu’ils se sont vus, le trac disparu. Témoignage de Buzzati : « Il n’a pas le visage d’un intellectuel pourri (…) » Il était voir Camus et il se retrouva avec Albert. Buzzati trouva que son nouvel ami avait le visage d’un « sportif », d’un « garagiste ». Qui dit mieux ?
-Un cas intéressant
de Dino Buzzati
Pièce adaptée par Albert Camus
Edition de Pierre-Louis Rey
Folio Théâtre/ Gallimard, 256 p., 6 €

Créée le 14 juin 1953, La dévotion à la croix est une émanation des deux grandes passions de Camus, le théâtre et l’Espagne. On connaît ses autres pôles d’intérêts, aussi nombreux qu’authentiques. La pièce en trois actes est une histoire d’amour entre un homme qui voit le père de son amoureuse lui faire barrage. Camus a découvert le théâtre en 1935 grâce à Copeau. Il a fondé la compagnie du Théâtre du Travail qui deviendra deux ans plus tard, le Théâtre de l’Equipe. La guerre l’éloigne de la scène mais il y revient avant la paix pour s’y consacrer pleinement. En 1959, il espère, en vain, que Malraux, ministre des Affaires culturelles, lui confie la direction d’un théâtre. Depuis 1952, il rêvait du Récamier. Il considérait le théâtre comme le « plus haut des genres littéraires ». Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il écrit Etat de siège qui démonte les mécanismes du totalitarisme. Il était en faveur des Républicains espagnols pourchassés par le franquisme. Revenu de tout, Camus voulait jouer la comédie pour connaître la vérité.
-La dévotion à la croix
de Calderon
Texte français d’Albert Camus
Edition de Jean Canavaggio
Folio Théâtre/ Gallimard, 210 p., 6,60€

Les Carnets. Editons établies et annotées par Raymond Gay-Crosier

Carnets I d’Albert Camus :
Le premier volume (Mai 1935- Février 1942), est celui de l’époque de la création de L’Etranger, au jour le jour. On y lit des notes du genre : « Je demande aux autres plus qu’ils ne peuvent m’apporter ». Tout le monde ne peut pas écrire cette phrase car la plupart des gens se moquent de leurs interlocuteurs. Le tombeur de ces dames n’était pas macho, la preuve : « L’amitié douce et retenue des femmes ». On a souvent l’impression d’être à côté de Camus car il nous parle autant qu’il écrit : « Le vent, une des rares choses propres du monde ». J’aurais aimé lui répondre : C’est le vent qui fait les arbres… Ce premier tome comme les autres nous permet de passer du temps dans les interstices qui séparent l’homme du créateur. (235 p., 6€, Folio/ Gallimard)

Carnets II d’Albert Camus :
Le tome II (Janvier 1942-Mars 1951) est beaucoup plus littéraire, dans les références et dans la façon de voir et d’écrire. Camus parle beaucoup de révolte. C’est l’époque de La Peste. On apprend qu’il voulait écrire un livre de textes politiques autour de Brasillach. Rappelons qu’il ne voulait pas que l’on passe par les armes l’écrivain collabo. En 1947, il note les axes de toute son œuvre : Absurde, Révolte, Jugement, Amour, Création… La mort très prématurée l’a empêché d’aller au bout de son travail. (367 p., 6 €. Folio/Gallimard)

Carnets III d’Albert Camus :
Le tome III (Mars 1951-Décembre 1959) est le dernier, malheureusement. « R.U.A. Bonheur de cette simple amitié dont j’ai vécu. » écrit-il en 1955. Cette phrase nous prouve que Camus était un vrai vivant. Cela ne nous console pas de sa mort en voiture alors qu’il ne conduisait pas. Cependant mieux vaut vivre peu mais intensément que longtemps en passant à côté de tout sans rien voir. L’ultime Carnet témoigne de l’intérêt continuel de Camus qui ne se lasse pas d’aimer les autres. Ces Carnets sont de parfaits livres de chevet. On y dialogue sans cesse avec un ami. Ce qu’il dit nous parle vraiment.(Folio/Gallimard, 382 p., 6,80 € )

Trois volumes de correspondance
Ces trois correspondances sont celles de l’amitié multipliée par trois. Elles sont destinées aux lecteurs qui veulent en savoir toujours plus sur un écrivain qu’ils aiment. «Je l’aime tendrement et je l’admire, dira Guilloux en 1952, non seulement pour son grand talent, mais pour sa tenue dans la vie.» L’intensité amicale entre Camus et Ponge baissera avec le temps. Martin du Gard, quant à lui, tient de manière parfaite le rôle de l’aîné attentif.
-Albert Camus/ Francis Ponge (1943-1957). Edition établie, présentée et annotée par Jean-Marie Gleize. Gallimard, 240 p., 15,90 €
-Albert Camus/ Roger Martin du Gard (1944-1958). Edition établie, présentée et annotée par Claude Sicard. Gallimard, 254 p., 18, 50 €
-Albert Camus/ Louis Guilloux (1945-1959). Edition établie, présentée et annotée par Agnès Spiquel-Courdille. Gallimard, 146 p., 18,50 €

Il s’agit de l’édition de la Pléiade à meilleur marché. Soit l’essentiel de l’œuvre de Camus réuni par Jacqueline Lévi-Valensi et Raymond Gay-Grosier. Après la préface de Raphaël Enthoven qui est en fait un essai de 50 pages, nous trouvons une séquence de portraits de Camus signés par ses amis : Jean Grenier, Jean Blanzat, Roger Grenier, Roger Martin du Gard… Amis ou pas : François Mauriac. Toutes les cordes de l’arc Camus sont présentes dans le volume : romancier, essayiste, auteur dramatique, journaliste, correspond, amateur de football, polémiste de haut parage, amoureux de la vie. On est tenté de dire qu’on a tout Camus pour le prix d’un. 29 € ce n’est rien quand on pense que ça représente le prix de quatre paquets de cigarettes blondes américaines qui vont partir en fumée. Ce livre peut très bien être le livre d’une vie. Le livre de chevet par excellence. Camus c’est comme Liverpool : on n’est plus jamais seul quand on est avec lui. Un écrivain meurt mais son âme est dans les livres. C’est l’avantage des artistes.
-Œuvres
d’Albert Camus
Préface de Raphaël Enthoven
Quarto/Gallimard, 1534 p., 29 €

Permalien 08:37:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

La Bible en 200 questions-réponses, de Catherine Siguret (Albin Michel)

Qui donne leurs noms aux animaux ?
A : Dieu
B : l’Homme
C : le Dictionnaire

Au dos de la page, on trouve la réponse :
B ! L’Homme.

Autre question :

Qu’est-ce que la néoménie ?
A : l’aventure de l’Arche de Noë
B : le jour de la nouvelle lune
C : le premier jour du mois

La réponse est la B…

La journaliste nous embarque dans 200 questions avec autant de réponses. On n’est pas obligé de toutes les lire car cela deviendrait insupportable, impossible à mémoriser.
Il s’agit d’un livre à picorer.
D’un livre qui apprend sous l’angle de la distraction.
Ce n’est pas un bourrage de crâne.

-La Bible en 200 questions-réponses
De Catherine Siguret, Albin Michel, 235 p., 10 €

16.02.14

La Revue de Stress: Libération prisonnier des baisses de vente

Concernant la crise de Libération, on peut lire dans www.lemonde.fr :
“Pour passer le cap de janvier, l’Etat a versé de façon anticipée une grande partie des aides à la presse dues à Libération pour 2014, soit 3 millions d’euros. En 2013, le titre avait touché 6 millions d’aides publiques mais ce montant pourrait être plus faible cette année, notamment en raison de la baisse des ventes. « Aucun actionnaire n’investirait dans la situation actuelle », estime une source gouvernementale.” (1)

Et aussi:
“En 2013, les ventes en kiosques ont baissé de 28,8 % par rapport à 2012 et viennent de passer sous la barre des 30 000 exemplaires quotidiens (la diffusion payée est, elle, de 100 000 exemplaires environ). Libération n’est pas adossé à un groupe. Les pertes s’accumulent. La direction a dû négocier un rééchelonnement d’une dette de 6 millions d’euros.”

Sur Canal +, Antoine de Caunes a dit que Libération avait demandé 2 M€ supplémentaires au gouvernement, si possible.

Tous les journaux de grande audience bénéficient d’aide gouvernemental.
Et on ose parler de l’indépendance de la presse…
Un journal de gauche sponsorisé par un gouvernement de gauche n’a plus la liberté de critiquer, et s’il critique c’est un goujat qui n’a pas la reconnaissance du ventre. Bien sûr les théâtres subventionnés montent des spectacles hostiles au pouvoir mais un journal n’a rien voir avec du théâtre.
Ce que je dis pour la gauche est valable aussi à droite.
Dans le camp opposé on ne tire pas à boulets rouges sur son patron marchand d’armes actuellement sous les feux de la justice.

Revenons à Libération. Dans les années 1970, c’était un laboratoire grandiose, un vent d’air frais. Rappelons que nous étions sous la domination de la droite.
Au cours de la présidence F. Mitterrand dans les années 1980, Libération a atteint son meilleur niveau: les pages culturelles étaient superbes avec de magnifiques plumes: Daney, Waintrop, Thibaudat…
J’étais moins sensible aux papiers qui usaient trop d’un langage branchouillard qui vieillit très vite.
Les faits divers étaient bien traités par Denis Robert.
Les sports aussi: Remy Fière. Beaucoup d’autres.
Il y avait une grande politique de la photographie sous l’impulsion de Christian Caujolle.
La page courrier créait chaque jour l’événement et puis tout à coup elle a été supprimée.
A partir de cette suppression qui m’a fait l’effet d’une censure je n’ai plus acheté le journal.
Au départ, Libé c’était un organe de presse mis à la disposition des lecteurs.
A mes yeux, Libé=Serge July, comme Tour Eiffel=Paris.
Les journaux comme le reste sont incarnés par une forte personnalité.
Serge July n’avait peut-être pas que des qualités mais sa direction, Libération avait du caractère.
Maintenant Libé c’est qui ?
Jadis Le quotidien de Paris c’était Philippe Tesson.
Libération n’a pas su se renouveler.
Les noms historiques servaient le journal et ne s’en servaient pas.
Libé fut une grande école de journalisme. Au fil du temps, des signatures moins talentueuses étaient surtout fortes pour les effets de manche.
Dans les années 1970, Libération incarné la contestation.
Dans les années 1980, un grand goût culturel.
En 2014, l’identité est floue. Pour les Bobos ?
Désormais, lire Le Parisien n’est plus ringard.
On ne sait pas si ce journal est de gauche ou de droite.
L’actualité est traitée dans des formats lisibles. C’est bien ventilé.
Le Parisien est populaire dans le meilleur sens du mot.
Etonnamment, Le Parisien traîne encore l’image du béret avec la baguette et le litron de vinasse.
A l’ère internet Libération n’a pas su se situer entre Le Monde et Le Parisien.
J’aime lire des humeurs mais pas qu’on me disent: si tu ne penses pas comme toi tu n’es qu’un pauvre type.

(1)http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2014/02/13/liberation-six-jours-de-crise-et-une-demission_4365938_3236.html

Monsieur Renaud Lavillenie dans le top ten des champions cultissimes (Cerdan, Anquetil, Mimoun, Perec, Killy, Prost, Zidane, Manaudou, Loeb...)

Le Français Renaud Lavillenie a battu le record du monde de saut à la perche en salle franchissant 6,16 m dès son premier essai, samedi 15 février à Donetsk (Ukraine). L’Ukrainien Sergueï Bubka, considéré comme le plus grand perchiste de tous les temps, en était le détenteur depuis 21 ans, avec 6,15 m.

Renaud Lavillenie s’est blessé à un pied à la réception d’un autre saut tenté à 6,21 m. Il a été soigné dans un hôpital de Donetsk et se déplace avec des béquilles. Le Français devrait être forfait pour les Championnats du monde en salle d’athlétisme, en mars, à Sopot (Pologne).

Mon top ten des plus grands sportifs français:

Marcel Cerdan, boxe
Jacques Anquetil, vélo
Renaud Lavillenie, athlétisme
Jean-Claude Killy, ski
Alain Prost, F1
Marie-José Perec, athlétisme
Zinedine Zidane, football
Laure Manaudou, natation (1)
Sébastien Loeb, auto rallye
Alain Mimoun, athlétisme

Champion sortant: Christian d’Oriola, escrime. Pour faire entrer dans le top ten, j’ai dû en exclure d’Oriala.
Je tiens compte du palmarès, de la discipline, de la carrière et du comportement général. Et l’impact sur le public. On remarque la présence d’aucun tennisman (Noah n’a gagné qu’un tournoi du grand chelem, c’est trop peu), d’aucun rugbyman (ce sport est confidentiel). Pas de judoka non plus. Grande présence de l’athlétisme. Deux dames dans le top ten. Je n’en vois pas d’autres. Ici, nous sommes dans l’excellence de l’excellence. Zidane n’est pas meilleur que Platini mais Zidane a marqué deux buts en finale de la Coupe du monde 1998. Platini en a marqué 9 à l’Euro 1984 mais ce n’était qu’un Euro, si j’ose dire, ô combien important puisque c’est le premier trophée international des Blues. “Toi tu sais choisir tes matchs” a dit Laurent Blanc à Zidane. C’est la marque des très grands. Je le redis: Platini fut un géant mais il lui manque le titre suprême. Nota bene: les handballeurs Nikola Karabatić et Thierry Omeyer sont au seuil du podium du top ten. Le handball n’est pas un sport universel: il a été internationalisé par le régime nazi, et en France sa pratique est devenue officielle sous le régime de Vichy. Ce n’est pas pour ces deux faits réels que j’écarte le handball du top ten.

Renaud Lavillenie est né le 18 septembre 1986 à Barbezieux-Saint-Hilaire (Charente)

Palmarès international

2009 Champion d’Europe en salle Turin 1er 5,81 m
Champion d’Europe par équipes Leiria 1er 6,01 m
Championnats du monde Berlin 3e 5,80 m

2010 Champion d’Europe par équipes Bergen 1er 5,70 m
Champion d’Europe Barcelone 1er 5,85 m
Ligue de diamant 1er
Coupe continentale Split 2e 5,90 m

2011 Champion d’Europe en salle Paris 1er 6,03 m
Championnats du monde Daegu 3e 5,85 m
Ligue de diamant 1er

2012 Champion du monde en salle Istanbul 1er 5,95 m
Champion d’Europe Helsinki 1er 5,97 m
Médaille d’or Jeux olympiques Londres 1er 5,97 m
Ligue de diamant 1er

2013 Champion d’Europe en salle Göteborg 1er 6,01 m
Champion d’Europe par équipes Gateshead 1er 5,77 m
Championnats du monde Moscou 2e 5,89 m
Ligue de diamant 1er

(1) Déclassée suite à l’épisode de Disneyland France, en décembre 2014.

L’hommage d’une légende à une autre légende

14.02.14

"Wenger est un spécialiste de l'échec" a déclaré Mourinho pour alimenter la chronique entre les deux clubs de Londres qui espèrent remporter le championnat

Mourinho dit tout haut ce que le monde du football pense tout bas depuis des années. Mourinho a lancé une immense sardine aux mouettes des médias qui n’attendent que ça. Mourinho reprend le rôle laissé vacant depuis le départ de Sir Ferguson.

Samedi 15 février 2014
FA Cup 8es de finale
Manchester City 2-0 Chelsea
Buts pour les Citizens: Jovetic (16e), Nasri (67e)

Dimanche 16 février
FA Cup 8es de finale
Arsenal 2-1 Liverpool
Buts pour les Gunners: Oxlade-Chamberlain (16e), Podolski (48e)
But pour les Reds: Gerrard (60e pen.)

Enfin un peu de polémique!
Je commençais à m’endormir.
Dans le gotha des coachs, il y a deux sortes d’entraîneurs: les coachs avec C1 et ceux sans C1.
Mourinho appartient au premier groupe et plutôt deux fois qu’une. Wenger, au second étage, celui moins glorieux.
Wenger est depuis 2006 davantage un ambassadeur, un diplomate. Il n’a jamais été un winner aux dents dehors comme Sir Ferguson ou José Mourinho. Dans les yeux de Wenger, il y a parfois de la colère. Dans ceux de l’Ecossais et du Portugais, il y a souvent de la haine.
Sir Ferguson a perdu des finales européennes mais il en a gagnés aussi. Wenger, lui, a perdu trois finales européennes, sans en gagner aucune. Ce n’est pas une critique, mais un constat.
S’estimant attaqué par Wenger, qui a plus ou moins dit explicitement que Mourinho a diverti la galerie en faisant son Guy Roux, genre je ne joue pas le titre… le Portugais a dézingué le coach d’Arsenal. Il a dit tout haut ce que tout le monde pense depuis des années:

-« C’est un spécialiste de l’échec, pas moi. S’il a raison et que j’ai peur d’échouer, c’est parce que ça m’est rarement arrivé. Peut-être qu’il a raison, mais peut-être que je n’ai pas l’habitude d’échouer. La vérité, c’est que lui est un spécialiste. Huit ans sans le moindre trophée, c’est un échec. Si ça m’arrivait à Chelsea, je quitterais Londres et je ne reviendrais pas. »

Un peu d’huile sur le feu cela ne fait pas de mal. Le titre 2014 va se jouer entre Chelsea, Arsenal, Man City et Liverpool. Ces quatre clubs ne vont pas laisser passer la chance de pouvoir enfin vaincre parce que Sir Ferguson a quitté le banc de Man United.
A l’ancienneté c’est Wenger qui devrait gagner. Cependant, il est de nouveau dans le rôle de Poulidor, puisque Mourinho est revenu en Angleterre. Et Mourinho c’est un Anquetil du football, il ne laisse aux autres que des miettes.
Wenger n’aurait pas dû tendre la perche à Mourinho.
Tout ça ce n’est que des mots mais Mourinho n’a dit que la vérité des faits.
Depuis que Wenger a perdu la finale de la C1 2006 contre Barcelone, Arsenal ne gagne plus rien, traînant cette défaite comme un boulet.
Chelsea est le favori car Mourinho veut plus gagner que ses rivaux. Nonobstant, Man City a un effectif plus étoffé et Liverpool semble dans une grande saison…
Désormais, Wenger a un concurrent dans la catégorie perdant: Moyes. Dans le genre poissard, on ne fait pas mieux.
Attention, Wenger est très fort: à part lui, aucun coach d’un grand club ne reste en place 8 saisons sans rien gagner.
Depuis 2005, il est plus fort en coulisses que sur le terrain.
Si Wenger ne gagne plus de trophées, il contente largement ses dirigeants en leur faisant gagner au club, et l’argent c’est le nerf du monde des affaires: grâce à Wenger, Arsenal a fait grimper sa réserve financière de 121, 8 M€ à 146, 7 M€. Pas mal pour un club qui n’a pas eu besoin d’agrandir ses vitrines à trophées.

A noter sur votre agenda: 22 mars 2014, à 13 h 45, Chelsea-Arsenal. A ne pas manquer !

NOTA BENE: Voir le palmarès des deux coachs sur Mycoachfoot:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/la-gueguerre-est-declaree-entre-mourinho-et-wenger-qui-se-disputent-la-place-de-leader-en-angleterre_229.htm
Voir la réponse de Wenger qui s’est qualifié pour les 1/4 de la FA Cup à l’inverse de Mourinho, éliminé…:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/acte-ii–coach-wenger-a-repondu-sur-le-terrain-a-coach-mourinho-en-se-qualifiant-pour-les-1-4-de-la-fa–cup-2014_230.htm

Permalien 07:35:38, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Confusion des peines. Le premier tome de la grande trilogie de l'écorché vif Julien Blanc (Libretto/ Phébus)

Si vous aimez Villon et Boudard, c’est pour vous.
Publiée la première fois en 1947, le début de l’autobiographie de Julien Blanc (1908-1951) est l’histoire d’un gamin pupille de la Nation confronté à la violence pour survivre.
Ce météore de la littérature annonce Genet de la plus belle des façons, celle de l’impertinence, l’insubordination au pouvoir.
« Que fut mon enfance ? Une suite d’erreurs. Erreurs de la part de ceux qui veulent des enfants comme ils les aiment au lieu de le aimer comme ils sont ». Signé, Blanc, Julien de son prénom.
Beau, non ? Bien envoyé !
Le parisien autodidacte décide d’être écrivain comme on entre dans les ordres qui pour lui s’appellent désordres, et même des-ordres…
Jean Paulhan lui dit : « Crachez votre vie au lieu d’écrire des romans ». Très bon conseil.
L’orphelin recueilli par une marraine bigote fut envoyé à l’orphelinat puis en maison de redressement. Ceux qui ne filaient pas droit à l’époque recevaient des coups.
Le futur écrivain claquemuré ne mange pas à sa faim, et subit l’humiliation quotidienne. De là partit sa révolte. Saine révolte.
L’autobiographie de Julien Blanc est une plongée dans l’univers concentrationnaire des bataillons disciplinaires d’Afrique, les fameux Bat d’Af’. Les damnés qui y sont parqués sont surnommés les… « Joyeux » !
Julien Blanc révèle la part d’humanité dans ceux qu’on a poussé à se conduire comme des bêtes abandonnées de tous.
Mort à 43 ans, Julien Blanc a mené une vie marquée par la poisse.
Exilé en Espagne pendant la Guerre civile, il voit sa femme enceinte mourir lors du siège de Madrid.
Il nous a légué une trilogie en guise de testament.
Un grand écrivain a vécu parmi nous et peu l’ont reconnu.

-Confusion des peines.
Seule la vie, tome 1
De Julien Blanc
Phébus/ Libretto, 280 p., 9, 70 €

A paraître le 3 avril 2014 :
-Joyeux, fais ton fourbi
Seule la vie, tome 2
Phébus/ Libretto, 336 p., 10 €

Le 3e et dernier tome paraîtra en 2015.

13.02.14

Permalien 18:01:31, Catégories: THE RED DEVILS  

Pour rassurer les fans, le staff financier de MU promet une enveloppe de 243 M€ pour reformer une équipe à Man United

La Belle au bois dormant d’Old Trafford est endormie. Qui la réveillera ?

Et si Sir Ferguson avait pris la poudre d’escampette car il avait anticipé la catastrophe industrielle ?
C’est possible.
En 2014, seuls deux joueurs répondent présents: De Gea et Januzaj.
Et aussi van Persie et Rooney quand ils jouent.
Les autres joueurs ne répondent pas présents, sans parler des blessés.

Les vieillissants: Evra, Ferdinand, Vidic, Carrick…

Les décevants: Smalling, Cleverley, Young, Nani, Fellaini…

Les joueurs méconnaissables: Rafael, Valencia

Les écartés par Moyes: Kagawa, Giggs, Chicharito…

Les joueurs à éclipse: Evans, Welbeck, Jones…

Alors on agite les billets de banque… mais pour faire venir qui ?

On ne trouve pas un Paul Scholes juste d’un coup de baguette magique.

Chelsea, Man City et Liverpool, sont aussi de belles destinations.

Man United a perdu le monopole de la confiance en acier trempé.

Avant de regagner le championnat après le titre de 1967, avec Best et Charlton, il a fallu attendre l’arrivée de Cantona qui a offert le titre 1993 aux fans. Entre les deux sacres, 26 ans d’attente.

Où est le Cantona de Moyes ?

MU a besoin de joueurs a fort tempérament. Le bon côté de ce club c’est qu’il relance Darren Fletcher qui revient après une très grave maladie. Rien que pour ça, il faut s’armer de patience pour revoir le MU flamboyant. C’est la manière de jouer qui compte et en ce moment, MU a perdu son identité. L’équipe court après son passé au lieu d’aller vers l’avenir.

243 M€ c’est beaucoup d’argent. Le tout est de trouver des joueurs en mesure de porter le lourd maillot du club.

Permalien 07:30:28, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

La Batarde, de Violette Leduc (L’Imaginaire/ Gallimard)

« La réussite dépend souvent d’un coup de chance », écrit Simone de Beauvoir à propos de Violette Leduc qui n’en a jamais eu, de la chance.
Elle est née dans un milieu défavorisé- comme l’on dit- avec vue sur la maladie et la solitude. Des vues imprenables.
« Ma laideur m’isolera jusqu’à ma mort » a dit d’elle-même Violette Leduc.
Peut-on être plus lucide et surtout plus implacable avec soi-même.
Elle ne se faisait aucun cadeau.
No future avant la mode commerciale Punk.
Son rapport à sa mère était névrotique.
Quand sa mère aima un homme, la fille s’est sentie abandonnée.
Ecorchée vive, Violette Leduc est très attachante.
Le public trop facilement attiré par les vedettes de l’édition est passée à côté de Leduc sans la voir.
Le Castor (Simone de Beauvoir) savait que Leduc avait énormément de talent.
Souffrir ? Tout le monde souffre, mais cela ne donne pas forcément du talent.
Insistons : Leduc en avait beaucoup du talent.
On n’écrit pas comme elle par enchantement. Il faut le don, du travail et la maîtrise de son moyen d’expression. Dans La Bâtarde, on rencontre son ami, le maléfique Maurice Sachs qui mériterait qu’on s’attarde sur lui dans un long métrage. Quelle vie ! Un rebelle totalement cynique, désespéré.
Sachs incita Leduc à écrire. C’est la plus belle action de sa vie.

-La Batarde
de Violette Leduc. Préface de Simone de Beauvoir. L’Imaginaire/ Gallimard, 489 p.

12.02.14

Permalien 18:42:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

David Moyes a chassé l'esprit conquérant d'Eric Cantona qui faisait la force de Manchester United. Désormais MU est un grand club avec une petite équipe

Depuis le passage de Cantona, MU était au sommet du football anglais. Le nouvel entraîneur, David Moyes, a chassé la haine de la défaite que le King avait installée au sein du club mythique. Avec Cantona, le football a MU c’était de l’Art. Avec Moyes, rien que du lard qui se déplace lourdement.

12 février 2014
Arsenal 0-0 Manchester United.

Ce match fut à l’image de la saison de MU en championnat. Sans intérêt.
Pas la peine de s’attarder sur cette production qui a ennuyé tout le monde.
Un vrai double 0. Attention, MU va perdre beaucoup d’argent question bimbeloterie car un enfant qui réclame le maillot de MU 2014 cela ne doit pas courir les rues. Quand les comptables vont dire: “On a baissé de partout". Je me rappelle ce mot de Goethals: “A Marseille, quand on est coach mieux vaut habiter à l’hôtel"… parce qu’on n’y fait pas de vieux os. Moi, je trouvais que Moyes avait beaucoup de talent quand il n’entraînait pas MU…
Sir Ferguson n’aurait pas dû nommer David Moyes au poste de coach de Manchester United.
Cet homme aussi parfait soit-il manque de charisme. Il n’a aucun impact sur les matchs.
Il attend. Il n’a pas encore réalisé qu’il a signé à MU. Ce club c’est un ogre à nourrir et non pas un enfant à qui l’on doit tenir la main pour traverser.
Du coup, les joueurs font n’importe quoi. Ils vont à l’abattoir car ils n’ont plus de chef.
Moyes a trop l’air d’un guide pour faire visiter Old Trafford.
Pour diriger MU, il faut de la haine dans les yeux, de la méchanceté à revendre. A des moments donnés, pas tout le temps. Moyes n’a rien de tout ça.
Depuis le passage d’Eric Cantona à MU, le club avait retrouvé le fighting spirit.
C’est Cantona qui a relancé MU et non pas Sir Ferguson.
Sans Cantona pas de titre de champion 1992-1993.
Le talent de Sir Ferguson fut d’aller chercher le King à Leeds.
Après le passage héroïque de Cantona, Sir Ferguson a retouché chaque année l’équipe pour maintenir le tourbillon mis en place par Cantona.
Cantona c’était quoi ?
Un caractère en acier trempé.
Plus tout le reste !
Quand on voit jouer le MU de Moyes on ne voit que des froussards.
Les Red Devils ne forment plus qu’une armée de soldats à la dérive.
D’ailleurs beaucoup sont prêts à déserter.
Signer avec Sir Ferguson et se retrouver avec Moyes, cela revient à acheter un livre de Tolstoï et de découvrir qu’on nous a vendu en fait Pif !

Permalien 15:11:57, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Après avoir éliminé Nantes et l'OM, les Aiglons désirent sortir Monaco

Avant le match de L1 Monaco-PSG (1-1), Ranieri a déclaré que le match le plus important était Nice-Monaco en Coupe. C’est dire que l’ASM ne prend pas le derby à la légère. Il est vrai qu’il s’agit d’un match à élimination directe.

Mercredi 12 février 2014, 20 h 55 (France 3)[redif. Eurosport, le 13 février à 7 h]
8es de Coupe de France
Nice-Monaco (1)

Claude Puel a composé un groupe de 20 joueurs:
Gardiens : Hassen, Ospina
Défenseurs : Amavi, Bodmer, Genevois, Kolodziejczak, Palun, Puel, Rougeaux
Milieux : Abriel, Brüls, Bruins, Dao Castellana, Mendy, Pied
Attaquants : Bauthéac, Benrahma, Bosetti, Cvitanich, Maupay

Claudio Ranieri a retenu 23 joueurs:
Gardiens : Roma, Romero, Subasic.
Défenseurs : Abidal, Carvalho, Echiejile, Fabinho, Isimat-Mirin, Kurzawa, Raggi.
Milieux : Dirar, Ferreira-Carrasco, Kondogbia, Moutinho, Obbadi, Ocampos, Pi, Rodriguez, Toulalan.
Attaquants : Berbatov, Germain, Martial, Rivière

Outrageusement Suspendu contre Valenciennes, l’Aiglon niçois Alexy Bosetti revient dans le groupe. En gros, les instances nationales lui reprochent d’aimer trop Nice ! Luigi Bruins, est de retour de blessure.
Deux absents importants: Didier Digard et Nemanja Pejcinovic, forfaits.
Après avoir éliminé Nantes et Marseille- à l’extérieur- Nice va essayer d’accomplir un nouvel exploit, cette fois à la maison. Sur un match, tout est possible. L’AS Cannes vient d’ailleurs de sortir Montpellier. Le fameux charme de Dame Coupe. Monaco ne m’a pas impressionné contre Paris. Je m’attendais à un groupe beaucoup plus fort. Bauthéac a poussé un coup de gueule lors du dernier match pour rassembler les énergies.

Coté coach, on n’a rien à envier à Monaco. Claude Puel a lui aussi l’habitude des grosses affiches. J’estime que le fait d’avoir fait jouer Falcao contre une CFA est une faute de coaching. Résultat, le buteur monégasque est out pour une éternité. Contre le PSG, j’ai trouvé Germain très léger pour jouer à la pointe de l’ASM. Berbatov devrait avoir sa chance. Sans bouger, sans beaucoup courir, il a une qualité de passe exceptionnelle. Le pronostic est en faveur de Monaco mais un Nice avec la grinta à 80% de chance de se qualifier. Quand on bat l’OM au vélodrome, on doit battre Monaco à Nice.

(1) Monaco a gagné 0-1 dans les prolongations grâce à l’ex Red Devil, Dimitar Berbatov, un but de renard des surfaces. Réduit à dix, Nice aurait pu l’emporter. En quarts de finale, Monaco rencontrera soit Lyon, soit Lens. Dommage pour Nice qui aurait pu recevoir de nouveau. Les qualifiés pour les quarts peuvent dire merci à Nice qui a dégagé le tableau en sortant et Nantes et Marseille.

11.02.14

Les records lamentables de David Moyes qui a retiré le fighting spirit à Man United

J’ai retrouvé la fervente supportrice de Man United, ma copine à la langue bien pendue. Elle connaît mieux le football que David Moyes, qui question loser est number one. Gary Neville prétend qu’il faut donner du temps à David Moyes et d’un autre côté, il dit que le coach de MU doit être une sorte de chef d’Etat. (Si MU est si important, il ne faut pas confier les clés du Palais à un sous-fifre. J’ai déjà fait cette remarque. Ce qu’il faut dire c’est qu’il arrive que des gens complétements quelconques parviennent parfois au pouvoir, par un effet de certaines circonstances. Sir Ferguson a nommé Moyes. Il m’arrive de me demander si sir Ferguson n’a pas fait exprès de mettre un incapable à sa place afin qu’on regrette l’ancien coach ! Que MU perde c’est des choses qui peuvent arriver. Ce qui est insupportable c’est la manière actuelle de jouer de MU. L’équipe ne démontre que de la peur, de l’approximation, de la maladresse, de la poisse, de l’insuffisance technique et un manque de confiance évident, source de tous les mots.

Mercredi 12 février 2014, 20 h 45 (Canal + sport)
Arsenal - Man United (1)

Je n’attends rien des Red Devils contre Arsenal. La suprématie de MU est terminée.
Vous avez vu la langage du corps de David Moyes ?
Toute son attitude est celle d’un perdant. Il n’a rien d’un compétiteur de hautes luttes.
Il est stressé pendant tout le match.
Pourquoi le football est-il si difficile ?
Parce qu’on doit l’exprimer dans la plus grande des adversités.
Quand vous jouez au tennis l’adversaire est de l’autre côté du filet. En football, il est à côté de vous et vous empêche de jouer. Dans les autres sports collectifs aussi, sauf qu’ils sont confidentiels.
Qu’il semble loin le temps où MU dominait magistralement le football anglais.
Quand MU gagnait tout, les journaux hostiles disaient que “MU jouait mal".
Aujourd’hui, les plumitifs qui aiment surtout les clubs de Londres sont fous de joie de voir que Moyes a détruit l’âme de MU.
Pensez que ce 12 février 2014 L’Equipe a fait sa une sur Man United alors que le journal ne mettait jamais les Red Devils en avant quand ils régnaient en Angleterre. Quand les trains n’arrivent plus à l’heure Old Trafford, la presse se lèchent les babines.
Moi, je peux dézinguer le nouveau coach car j’aime MU.
Même si MU gagne à Arsenal cela ne voudra rien dire.
MU a trop perdu à la maison. Le vrai MU est mort. Celui qui jouait la rage au ventre pendant 95 minutes.
Celui qui était en connexion avec les fans. Celui qui haïssait perdre.
MU joue actuellement sans vrai coach. Quand je vois sur le banc Moyes, P. Neville et Giggs c’est comme si je voyais Domenech, Boghossian et Martini. Trois coachs pour même pas en faire un.
MU a besoin d’un cador. Pas d’un coach qui cherche à se faire un nom sur le dos d’un mythe.

Depuis que David Moyes est arrivé à Manchester United, le club bat plein de records, des records catastrophiques:
1/ Maintenant les équipes adverses viennent à Old Trafford faire leur marché. MU perd à la maison contre des équipes de seconde zone. Dernier “exploit” de MU: partager les points avec les derniers, Fulham.
2/ Des équipes ont gagné contre MU alors que cela faisait des décennies qu’elles ne parvenaient pas à faire mieux que match nul.
3/ Les Red Devils jouent n’importe comment. Ils centrent sans regarder. Ne savent plus jouer dans les 20 derniers mètres adverses. Les joueurs ont perdu 50% de leur potentiel.
4/ Le manque de confiance des Red Devils a ouvert la porte à la poisse.
5/ Le “Moyes Time” ? A chaque fin de match, les Red Devils ont peur de ne pas conserver le score quand il leur est favorable.
6/ Depuis 1992-1993, après 25 journées de championnats (55 points), MU avait toujours été 1er ou 2. Avec Moyes, MU se retrouve 7e avec 41 points !
7/ MU a déjà perdu 8 matchs sur 25. Merci Moyes ! Cela n’était pas arrivé depuis la saison 1989-1990 (11 défaites).
8/ Si le MU de Moyes de ne se qualifie pas pour la C1 2015, il faudra se souvenir que cela n’était plus arrivé à MU depuis 19 ans !
9/ Moyes est totalement passif pendant les matchs. On ne lit que du stress sur son visage. Du jamais vu à Old Trafford depuis 1986.
10/ Laisser du temps à Moyes ? Impossible ! Nous ne sommes plus en 1986. Sir Ferguson a transformé un boudin en canon. Un canon doit jouer les premiers rôles et non pas des séries B débiles.

La phrase de David Moyes avant Arsenal-Man United:
-"Il faut continuer de faire les bonnes choses, nous faisons les bonnes choses. Il nous faut juste persévérer car la roue va tourner, cela ne fait aucun doute.”
On voit que le coach temporaire de MU n’a pas inventé la poudre.
Etre payé une fortune, avoir un contrat de 5 ans et dire des banalités de ce genre.
A coup sûr, Moyes mérite d’avoir le trophée du pire entraîneur de Premier League de février 2014 car faire 2-2 à Old Trafford devant le dernier- Fulham- n’est finalement non pas une honte mais un scandale.

Voici le classement de Fulham avant le 2-2 à Old Trafford
20 Fulham 19 pts 24 matchs/ 6 1 17/ 22 53/ - 31

Donc:
- la plus mauvaise défense d’Angleterre avec 53 buts encaissés en 24 matchs.
- la 17e attaque du championnat avec 22 buts.

Fulham avait perdu 17 matchs sur 24 rencontres disputées.

Moyes a arsenalisé Man United, à savoir que la défaite n’est pas importante, l’important c’est le fric amasser par le club.
Moyes a recruté Fellaini, son joueur d’Everton, comme si c’était Messi. Résultat des courses: le joueur ne met pas un pied devant l’autre. Il a tout du chat noir.
Sir Ferguson aussi s’est trompé: Obertan, Bebe, Anderson… La plus grave erreur de l’ancien coach semble s’appeler Moyes.
Moyes massacre le moral des joueurs: van Persie est tout le temps blessé- alors qu’avec Sir Ferguson, il était au zénith. Kagawa ne joue jamais, Brown est devenu nul, Nani est porté disparu, Evra n’est plus qu’une ombre, tout comme Rafael, Vidic, Ferdinand, Cleverley. Carrick erre sur le terrain. Fletcher tente de renaître avec difficulté. Smalling ne sait plus jouer. Jones joue tant dans le rouge qu’il s’est blessé. Chicharito est considéré comme un amateur. Giggs est placardisé. Moyes ne semble aimer que De Gea et Januzaj.
Il a fait venir Mata. Certes, l’Espagnol est un plus. On attend des miracles de lui.

Que va-t-il se passer lors d’Arsenal-Man United ?
La chance des Red Devils c’est que les Gunners viennent de perdre 5-1 contre Liverpool.
Cependant cette défaite d’Arsenal devrait surmotiver les joueurs de Wenger qui sait très bien que MU n’est plus MU.
Les Gunners devraient gagner.
Un mystère demeure à Arsenal: Ozil est en train de s’archaviniser. A son arrivée, l’Allemand était grandiose. A présent, il pédale dans la choucroute. Dès qu’on le charge, il disparaît, comme Nasri ou Andreï Archavine.
Est-ce que les Red Devils vont se réveiller contre Arsenal ?
Il vaudrait mieux que les joueurs prennent les trois points car eux jouent le titre.
Je n’éprouve aucun lien avec cette équipe de MU version Moyes qui a détruit les valeurs de MU.
Quelles sont ses valeurs ?
1/ Ne jamais perdre le ballon de manière imbécile.
2/ Jouer à l’unisson.
3/ Vaincre 90% des duels.

A part d’avoir retenu Rooney et d’avoir recruté Mata, David Moyes n’apporte rien. Il a gagné le Community Shield 2014 mais ce trophée revient de plein droit à Sir Ferguson.

(1) Ce lamentable match s’est terminé par 0-0. Sans doute le pire Arsenal-MU de l’histoire. A part, de bons reflexes du gardien rouge De Gea, rien. Ce match était du niveau d’un Lorient-Rennes ou de Valenciennes-Ajaccio. Si c’est ça le football de haut niveau, autant aller se rincer l’œil dans une partie de curling. Des joueurs comme Smalling et Cleverley ont plus leur place à l’Amicale des anciens sénateurs qu’à MU.

Le merveilleux Eden Hazard a tout pour jouer au FC Barcelone avec Messi et Neymar

Hazard au PSG ? Non, il mérite encore mieux. C’est à dire: Barcelone !

“Je suis heureux dans ma vie et sur le terrain” dixit Hazard, jeune papa de deux enfants et coqueluche de Chelsea.
Eden Hazard, né le 7 janvier 1991 (23 ans), à La Louvière, Belgique, ne déçoit pas.
En ce début février 2014, il a marqué son premier triplé en Angleterre lors de la victoire des Blues contre Newcastle après avoir été grandiose lors de la victoire contre Man City.
Hazard s’est fait un nom à Lille où il a enchanté tous les amateurs de football français.
En effet, chaque fois que les dix neuf autres clubs rencontraient Lille, les fans gardaient un œil sur le Belge tant il développe un beau football.
Hazard est un très grand technicien doté d’une vista extraordinaire.
Il voit vite et bien. Il s’est se démarquer pour recevoir des ballons qu’il transforme souvent en caviar.
De surcroît, il peut marquer à tous moments tant il cadre ses frappes, en force ou placées.
Adoré par José Mourinho, Hazard poursuit son chemin de la plus belle des façons, c’est à dire qu’il confirme son statut de grand joueur car le Belge est plus qu’un bon joueur.
Au-dessus de tous les joueurs actuels, il y a Ronaldo II et Messi. Puis nous trouvons Neymar.
Juste derrière, il y a Hazard.
Mourinho a chambré le football anglais incapable de donner le trophée de meilleur joueur à Hazard alors qu’il brille de mille feux. Je suis presque certain qu’il aura le trophée de février 2014.
On annonce déjà Hazard à Paris.
Je le vois plutôt à Barcelone pour remplacer Xavi, vieillissant.
Hazard a la taille pour le Barça dans tous les sens du terme.
Il joue vite balle au pied, est explosif, aime le jeu à terre, a une sens de la transmission très tonique, il sait dribbler et sortir vainqueur d’un face à face. Bref il a la panoplie complète du parfait Catalan.
Hazard n’a qu’un tort: ne pas être Français !
Avec lui on tenait la nouvelle perle du football tricolore après Kopa- auquel il ressemble beaucoup, au niveau de l’assisse et de sa façon d’aller de l’avant en contrôlant la situation- Platini, Cantona et Zidane.
Beaucoup d’Espoirs ont déçu à force de prendre la grosse tête alors qu’ils n’ont rien confirmé ni gagné d’important.
Hazard ne dégage pas d’arrogance imbécile. Il s’impose par sa classe.
Samuel Eto’o est tout heureux de jouer avec le jeune Belge qu’il aide à franchir un nouveau cap.
Avec Hazard à la baguette, Chelsea est mon favori pour le titre anglais 2014, vu que Man United a laissé la voie libre aux concurrents. Mourinho sait qu’une année sans MU doit être une année Chelsea mais rien ne sera facile. Il suffit de constater que Chelsea a fait match nul 1-1 à WBA, le 11 février 2014… Pour gagner le championnat, il faut vaincre chez les morts de faims qui sont condamnés à faire de bons résultats chez eux pour survivre en Premier League.

Permalien 17:01:04, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le métier de vivre, de Cesare Pavese (Folio/ Gallimard)

« Je ne suis pas ambitieux : je suis orgueilleux ».
Comme je le fais toujours, j’ai feuilleté le livre et deux fois je suis tombé sur cette phrase du 23 octobre 1940.
Une phrase non sentencieuse : il s’agit d’une humeur.
Ce même jour, il a écrit : « La vie active est une vertu féminine ; la vie contemplative, une vertu masculine ». Etonnant, je pense le contraire !
Pavese ne veut pas que la vie active soit supérieure à la contemplative.
Il désirait détruire le mythe « léopardien-nietzschéen ».
Ce livre, authentique testament, est le laboratoire d’écriture d’un écorché vif qui veut mettre noir sur blanc sa vérité.
Il ne triche pas et s’il le fait c’est pour faire une phrase plus belle, plus forte, plus vraie. Penché éternellement sur lui-même, il ne perdait pas de vue ses semblables.
Un livre de réflexions, d’humeurs.
Un livre de brouillons.
Un livre d’un passionné de littérature qui a fini par mettre un point final à son œuvre, ce qu’il ne faut jamais faire car après on ne sait plus quoi faire ?
Albert Camus a dit qu’être connu était très néfaste car cela tuait l’espoir.
Le métier de vivre ne peut pas se résumer. Il s’agit d’un testament sous forme de laboratoire littéraire. Kafkakien.
Il s’est rapproché le plus près possible de la flamme mais ses ailes se sont embrasées. Il a su mais n’a pas pu mon dire ce qu’il a vu. Remplacer flamme par ce que vous voulez: vie ou mort.

-Le métier de vivre, de Cesare Pavese. Traduction de l’italien par Michel Arnaud. Nouvelles traductions, préface et notes de Martin Rueff. Folio/ Gallimard, 590 p., 8,90€

10.02.14

Permalien 01:02:41, Catégories: THE RED DEVILS, LA REVUE DE STRESS  

Incapable de vaincre à domicile devant le dernier, le minable Man United de Moyes ne devrait pas jouer la C1 2015. Connaissez vous le Moyes Time? C’est le temps où MU se fait humilier !

Ce fervent fan de MU dit tout haut ce que pensent des millions de fans de MU. Moyes n’a pas la carrure pour entraîner MU. On n’entraîne pas MU comme si c’était Everton ou Arsenal. MU est l’un des plus grands clubs du monde avec le Real Madrid, Barcelone, l’AC Milan, le Bayern Munich et Liverpool. Un fan de MU a autant le droit de s’exprimer que les consultants surpayés à enfiler les perles. J’aime la voix des fans qui disent ce qu’ils ont sur le cœur. MU ce n’est pas Metz, Laval ou Lorient. Les observateurs du football méprisent en fait tout ce qui est populaire. Pas moi. Le football est un lieu de passion. On doit réagir après le match. Et pas qu’avant comme les bovins d’un troupeau dressé. Sans fans, le football serait aussi intéressant que le ski à bosses, sport débile.

Dimanche 9 février 2014
25e Journée
Manchester United 2 - 2 Fulham
Buts pour MU: van Persie (78e), Carrick (80e)
Buts pour les visiteurs: Sidwell (19e), Bent (90e + 4)

De Gea/ (4) N’a plus de bouclier
Rafael (2) Avec Moyes il a perdu 70 % de son talent, puis Valencia (69e) (Non noté)
Smalling (1) N’a pas le niveau pour MU. Joue trop stressé
Vidic © (1) Démotivé par son départ
Evra/ (2) N’a plus le rayonnement habituel
Carrick (4) A marqué le but temporairement décisif, hélas !
Fletcher (3) Encore en manque de rythme, puis Januzaj (62e) (Non noté)
Mata (4) Un bon apport mais très léger physiquement
Rooney (5) Bon match
Young/ (2) Brouillon, puis Chicharito(69e) (Non noté)
Van Persie (6) A signé avec sir Ferguson et se retrouve avec Moyes. Je le plains.

Sur le banc: Lindegaard, Ferdinand, Giggs, Kagawa

Manager transitoire: Moyes (0) Complétement passif pendant les matchs où il ne sert à rien. Le nouveau coach de MU a inventé le Moyes Time, c’est-à-dire le temps où MU se fait humilier.

Classement
1 Chelsea 56 25/ 17 5 3/ 27
2 Arsenal 55 25/ 17 4 4/ 22
3 Manchester City 54 25/ 17 3 5/ 41
4 Liverpool 50 25/ 15 5 5/ 33
5 Tottenham 47 25 14 5 6/ 0
6 Everton 45 25/ 12 9 4/ 11
7 Manchester United 41 25/ 12 5 8/ 10

Faire nul contre le dernier à Old Trafford, le jour de l’anniversaire de la mort des Red Devils lors du crash de 1958 est une insulte à leur mémoire. D’un côté des cercueils, de l’autre des footballeurs plein de fric gavés comme des oies à la livre sterling dirigés par un incompétent qui sautille en l’air à 2-1, signe flagrant de son impuissance sur le sort du match.
Sir Ferguson avait de la haine dans les yeux quand MU perdait ou était dominé parce que les Red Devils jouaient mal. On peut perdre quand l’adversaire est fort mais pas devant une équipe de chèvres. Fulham aurait pris 10 buts à Anfield !
Pendant les matchs, Moyes a un comportement de perdant, de froussard.
Il le regard du lapin pris dans la lumière des phares.
Il n’est pas à sa place. Le costume de coach de MU est trop grand.
Quand on voit le classement, il est clair que MU réalise sa pire saison depuis plus de 20 ans.
Un seul coach vous manque et tout est dépeuplé.
Pire encore ! Moyes a viré tout le staff de MU du temps de Sir Ferguson dont René Meulensteen, actuellement le coach de Fulham qui est venu chercher le nul à Old Trafford où MU ne fait peur à plus personne. Actuellement l’ASPTT Montmartroise pourrait gagner à O.T.
L’ultra-domination des Red Devils s’est confirmée en seconde période avec 75% de possession, 10 corners à 1, 31 tirs à 6, 649 passes à 216 et un incroyable 81 centres à 4 ! Ce qui veut bien dire que MU a perdu sa confiance avec son nouveau coach qui a importé la poisse dans le club.
MU n’a même pas réussi à battre le dernier à domicile !
On n’a revu le vrai MU que pendant deux minutes le temps des deux buts de MU [van Persie (78e), Carrick (80e)}.
J’espère que MU perde contre Arsenal. J’espère que MU n’aille pas en C1 2015.
Mieux vaut se débarrasser du chat noir le plus vite possible. Jouer encore pendant 4 saisons équivaut à un bagne permanent.
La pire cadeau de Sir Ferguson: la signature de Moyes. Ce coach a détruit l’âme de MU. Chaque match il la détruit un peu plus. On lui a donné une Ferrari. Il nous rend une 2cv. J’ai voulu croire que les joueurs imposeraient le coach. Je me suis le doigt dans l’œil en début de saison. Ce temps-là est fini.

Déclaration du perdant chronique David Moyes:
-"On méritait de revenir et de gagner, mais on leur a donné ce deuxième but dramatique. On aurait dû être à 3-1 et c’est une grosse déception de ne pas y être parvenu. On aurait dû tuer le match. J’ignore si on aurait pu faire beaucoup plus. On a dominé toute la partie et on aurait dû gagner confortablement. Il fallait convertir nos occasions, voire nos demi-occasions. On ne peut pas dire qu’on ait fait beaucoup d’erreurs, on a essayé de jouer et d’écarter le jeu. Il nous a juste manqué ce troisième but à 2-1. J’étais vraiment très soulagé [à 2-1] car on se devait de gagner ce match. Même pendant les cinq dernières minutes, Fulham n’a jamais été dangereux, on a pu conserver le ballon et ils ne cherchaient pas forcément à égaliser… mais ils l’ont fait quand même. Ça fait plusieurs mois que j’aimerais avoir plus de réussite. Mais il faut croire qu’on ne fait pas assez bien certaines choses. Notre finition n’était pas au rendez-vous et on a aussi commis quelques approximations en défense.”
Le manager s’exprime comme un supporter de base. Pas un discours de winner. Si on perd c’est parce qu’il n’a aucun charisme. Les joueurs ne le craignent pas comme ils craignaient Sir Ferguson. Les joueurs de MU ne sont plus concentrés pendant 95 minutes.

09.02.14

Comme Sir Ferguson n'est plus coach à MU, José Mourinho prend le pouvoir en Angleterre

Hazard s’est plus vite adapté au football anglais que Nasri. Hazard pourrait très bien remplacer Xavi à Barcelone. Je le lui souhaite tant il a de talent.

Les trois matchs importants du 8 février 2014, lors du week-end anglais:

Liverpool 5 - 1 Arsenal
Buts pour les Reds: Škrtel (1er, 10e),Sterling (16e, 52e), Sturridge (20’)
But pour les visiteurs: Arteta (69e pen.)

Chelsea 3 - 0 Newcastle
Buts pour les Blues: Hazard (27e, 34e, 63e pen.)

Norwich City 0-0 Man City
Dans une parodie de match au sommet, Liverpool a massacré Arsenal dont on a vu une nouvelle fois la batterie de défauts qui lui font tout perdre depuis 2006. Pas de confiance, pas de mental, pas de force, pas d’état d’esprit, chacun pour soi, faillite des cadres, fausses vedettes. Liverpool s’est bien amusé dans un bon petit match d’entraînement. On eut dit le Brésil contre une Promotion d’Honneur.
Au bout de 20 minutes, il y avait déjà 4-0 au score. Une vraie baffe donnée au leader, depuis ex leader.
Cette défaite remet en selle Chelsea qui a fait un malheur avec le Belge Eden Hazard auteur d’un triplé contre Newcastle, une maison de repos pour Français surcotés.
José Mourinho n’est pas né de la dernière pluie. Il fait croire que Man City va gagner le championnat pour brouiller les pistes. Pour bien connaître son caractère, on sait très bien qu’il va gagner le championnat parce qu’il est le meilleur coach exerçant en Angleterre depuis que Sir Ferguson a pris sa retraite. Mourinho est le candidat favori number one pour succéder à Man United. Liverpool et Man City se disputeront les deux autres places du podium.
Mourinho est un coach très réactif. Il fait plaisir à voir le long de la ligne de touche. Show man ? Non! Il vit intensément les matchs. C’est dix fois mieux que les blocs d’angoisse figés sur le banc.
Arsenal ? Ce club ramassera les miettes comme d’habitude. Arsenal est connu pour jouer divinement avant de connaître une très grave éclipse.
Man United ? Ce n’est plus qu’un ombre. Mercredi 12 février, Arsenal se refera une santé en battant les Red Devils qui font pitié à voir depuis que leur coach historique a disparu des radars de la compétition. D’ailleurs Vidic va partir. Comme je le comprends. MU n’est plus MU.

Classement
1 Chelsea 56 25/ 17 5 3/ 27
2 Arsenal 55 25/ 17 4 4/ 22
3 Manchester City 54 25/ 17 3 5/ 41
4 Liverpool 50 25/ 15 5 5/ 33
5 Tottenham 47 25 14 5 6/ 0
6 Everton 45 25/ 12 9 4/ 11
7 Manchester United 41 25/ 12 5 8/ 10

A LIRE SUR MON AUTRE BLOG CONSACRE UNIQUEMENT AUX COACHS/
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/arsenal-a-perdu-la-place-de-leader-mais-coach-wenger-rerste-dans-la-roue-du-chelsea-de-mourinho_227.htm

Permalien 01:56:11, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Vidic ne veut-il plus jouer à MU ou Moyes l'a-t-il mis à la porte du club ?

Un grand soldat de la Red Army va quitter Old Trafford. Vidic est un joueur historique. Un homme de fer qui a été l’un des cinq meilleurs défenseurs centraux de sa génération. On attend son remplaçant. Bon courage ! Le nouveau cycle gagnant de MU ce n’est pas pour demain. Aujourd’hui mieux vaut signer au PSG qu’à MU. Qui veut jouer sous l’autorité de Moyes ? Autorité c’est vite dit. La question qu’il faut se poser c’est Vidic, part-il de lui-même ou le met-on à la porte ? Affaire à suivre. (1)

9 février 2014, 17 h
Man United - Fulham

12 février, 20h 45
Arsenal - Man United

Nemanja Vidic a confirmé qu’il quittera Manchester United à la fin de la saison 2013/14.
Le légendaire défenseur serbe a déclaré :
-"C’est la dernière année de mon contrat et j’ai vécu huit saisons magnifiques ici. Les années que j’ai passées dans ce grand club resteront à jamais les meilleures de ma carrière. Je n’aurais jamais pu imaginer remporter 15 trophées et je n’oublierai bien sûr jamais cette soirée magnifique à Moscou, ni les souvenirs que je garderai pour toujours, comme les fans. Mais j’ai décidé de poursuivre ma route à la fin de la saison. Je veux relever un nouveau défi et essayer de me réaliser pleinement au cours des prochaines années. Je ne pense pas rester en Angleterre, car le seul club dans lequel j’ai voulu jouer c’est ici, à Manchester United. Et j’ai eu la grande chance d’y appartenir pendant tant d’années. J’ai quelques pistes pour l’avenir, et je choisirai la bonne pour ma famille et moi. Je vais maintenant concentrer tous mes efforts à jouer pour Manchester United, et je me donnerai à fond pour l’équipe jusqu’à la fin de la saison. J’espère que cette déclaration mettra un terme aux rumeurs sur mon avenir.”

Merci à Vidic mais tout ça c’est de la langue de bois. Le Serbe incarne toutes les valeurs de MU, du vrai MU, pas celui de Moyes que l’on voit actuellement. Au moment où le club a le plus besoin de joueurs charismatiques on lui demande de quitter le navire, déjà en perdition il est vrai !
Vidic c’est un état d’esprit, une volonté, une intelligence, une technique, du courage, un don de soi, un gagneur.
A la vérité, il n’a plus rien à faire à MU. Sa carrière est derrière lui mais il est capable de jouer encore au haut niveau si son corps suit.

Déclaration de Moyes, entraîneur temporaire de MU en attendant beaucoup mieux:
-"Nous sommes parvenus ensemble à un accord mutuel, Nemanja et moi. Je pense que c’était la meilleure décision pour les deux parties. Je ne révélerai pas la teneur exacte de nos échanges mais Nemanja a brillamment servi la cause mancunienne. Il restera capitaine jusqu’au terme de la saison en cours. Il fait partie des grands joueurs du club et nous continuerons de lui donner du temps de jeu.”

Au lieu de parler pour ne rien dire, Moyes ferait mieux de nous annoncer le nom de celui qui va remplacer Vidic.
J’aurais plutôt aimé voir partir Moyes que Vidic.
Vidic a servi MU. Moyes se sert de MU.

Nemanja Vidic
né le 21 Octobre 1981 à Uzice, Serbie
Défenseur central
287 matchs avec MU

20 buts
A signé à MU le 5 Janvier 2006
Début avec MU: le 25 Janvier 2006 contre Blackburn à Old Trafford
International: Serbie 56 sélections, 2 buts

Palmarès

Étoile rouge de Belgrade
Championnat de Serbie Champion 2004
2 Coupes de Serbie 2002 et 2004

Manchester United
5 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
3 Coupe de la Ligue anglaise 2006, 2009 et 2010
5 Community Shield 2007, 2008, 2010, 2011 et 2013
Ligue des champions 2008
Coupe du monde des clubs 2008

(1) Moyes ne le voulait plus et Vidic ne voulait plus rester à MU. Donc c’est du 50/50.

08.02.14

Permalien 12:10:13, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Suspendu pour aimer trop Nice, Alexy Bosetti est pour toujours dans le coeur des Niçois

Alexy Bosetti est un vent de fraîcheur dans le football moderne aseptisé. Sa rage de vaincre fait de lui un joueur extraverti très expressif. Rien ni personne ne réussira à couper les ailes à notre Aiglon de cœur.

La commission supérieure d’appel a confirmé la suspension pour un match du jeune attaquant de l’OGC Nice Alexy Bosetti pour «geste excessif», lors de Marseille-Nice (4-5) en 16e de finale de Coupe de France. C’est comme si on punissait Nice d’avoir gagné !
La FFF reproche à Alexy Bosetti d’avoir montré ses tatouages après son but égalisateur à 1-1 au public du Vélodrome et lui avait infligé le 31 janvier un match de suspension. L’instance fédérale a rejeté l’appel de l’OGCNice.
Les instances reprochent à l’attaquant des Aiglons d’avoir provoqué le public de Marseille après un but inscrit. Sa suspension prendra effet lors de la rencontre Valenciennes - Nice.(1)
En Angleterre, et surtout, lors des derbys, les joueurs n’ont pas le droit d’exciter les fans, sous peine de sanctions.
Donc on applique en L1, la même sévérité.
Le hic, c’est qu’elle n’est pas appliquée de la même façon, qu’on s’appelle Ibrabimovic ou Bosetti.
Il est évident qu’on ne juge pas de la même façon Nice et Paris. Et ce n’est pas de la parano !
Que veut-on ? Des robots ou des hommes ?
Les joueurs n’ont pas le droit d’enlever le maillot- mode idiote, on est d’accord- de grimper au grillage…
Dans le cas de Bosetti, il s’agit d’un Niçois de naissance qui a le Gym dans la peau. Il a donc des circonstances atténuantes dans un monde où les joueurs ont plus un comportement de prostitués que de champions emblématiques de leur ville, de leur pays. Bosetti aime Nice comme Totti aime la Roma. Tant que Chelsea ne lui offre pas un pont d’or, il restera à Nice.
La sanction contre Bosetti est un excès de zèle car dans le jeu, il y a des gestes gravissimes qui restent impuni.
Bosetti n’a pas déclenché une guerre. Les fans de l’OM n’ont pas envahi la pelouse.
Le verbe chambrer est désormais interdit au football, où l’on tue tout ce qui est spontané.
Pourquoi ne pas exclure un joueur qui embrasse son écusson ?
Bosetti est très aimé par les fans de Nice, et il mérite le respect des fans adverses.
Né à Nice, supporter de Nice depuis son enfance, il est parvenu à jouer en équipe fanion.
N’est-ce pas beau ? Ils sont peu nombreux les fans qui jouent en équipe première. Bosetti est à Nice ce que Paul Scholes et Danny Welbeck sont à Manchester United.
A l’heure où certains clubs anglais ne sont plus que des parkings pour étrangers, Nice fait honneur au football français en faisant passer professionnels plusieurs joueurs issus de son centre de formation.
Les mauvaises langues disent que Nice ne peut pas faire autrement. Je réponds: Nice se maintient en L1 depuis plus de 10 ans. Nice a l’un de plus modestes budgets de L1.
Quand C. Ronaldo marque un but, huit fois sur dix, il s’adresse à la foule avec sa magnifique rage de vaincre.
Vérité en deçà de la Liga, erreur en L1.
Bosetti à tout mon respect. Avec Hugo Lloris, il est la fierté de tous les Niçois. C’est plus important qu’une justice qui a les balanciers réglés à la tête du client.
Quand Bosetti chambre le public, cela n’a rien à voir avec la quenelle d’Anelka !
Bosetti c’est l’amour de Nice qu’il exprime.
Tout le monde sait que Bosetti est un ancien supporter des populaires du Ray, là où j’allais dans les années 1960. C’est là que j’ai appris à aimer le football et Nice, bien plus qu’au lycée Masséna où je m’embêtais 24 h sur 24 avec des professeurs qui n’avaient aucune passion pour leur métier, à l’inverse des Aiglons Serrus et Isnard. Aujourd’hui c’est au tour de Bosetti d’être l’idole des jeunes Niçois des tribunes de l’Allianz Riviera.
Frappé d’exclusion Bosetti c’est frappé de manière inconsciente la BSN.

On sanctionne Bosetti alors qu’il fait rêver plein de jeunes fans de football qui seront le public demain.
Sanctionner l’Aiglon c’est salir l’exploit de Nice à Marseille..
Le geste expressif de Bosetti est une manifestation de conquérant d’ailleurs Nice a gagné.
Si Ribéry venait à faire un tel geste contre des Brésiliens en finale de la Coupe du Monde 2014 à Rio de Janeiro, la France lui érigerait une statue devant le SDF.
Bosetti n’a que 20 ans. Et pourtant à 20 ans, il un palmarès que des pros de 30 ans n’ont pas:
Vainqueur de la Coupe du monde de football des moins de 20 ans 2013 avec l’Équipe de France de football des moins de 20 ans
Vainqueur de la Coupe Gambardella 2012 avec l’OGCNice.
Total respect.

PS: Nice a aussi écopé d’une amende de 15.000 euros suite à Nice – Saint-Etienne, «en qualité d’organisateur». Ce jour-là les venus de Saint-Etienne ont saccagé le nouveau stade de Nice. Justice ?

(1) Nice a perdu 2-1 à Valenciennes, encaissant le second but à la fin du match.

Les médias présentent les J.O. Sotchi comme ils ont présenté les J.O. de Berlin 1936. A plat ventre, vautrer dans la reptation comme au biathlon.

Chic ça commence ! Vive Poutine et ses 37 Mds€ ! Je n’en pouvais plus d’attendre les compétitions de ski à bosses, le curling, le slopestyle (sic), le half-pipe (re sic), la luge, le snowboard-cross et autres skeleton. Je ne sais qui sont les plus à plaindre: les pratiquants ou ceux qui regardent ? Je hais la neige. La neige a toujours été synonyme de mort. Les paysages ouatés sont à vomir. Et ce n’est pas l’accident de M. Schumacher qui va me donner tort.

La présentation des jeux de Sotchi par les médias est toujours la même:
-"Ces jeux doivent permettre à la Russie de montrer sa grandeur…"; “Monsieur Poutine voit en grand…”
Cette façon de parler, d’écrire, renvoie aux Jeux Olympiques de Berlin 1936 !(1)
Dès que l’on parle à Poutine de ses opposants, il explique qu’on a qu’à dire si l’on veut installer une Russie islamique. Cette réponse coupe court à toutes discussions. La fin justifie les moyens, c’est bien connu. Hormis les islamistes intégristes, personne ne veut voir la Russie devenir un bastion de l’islam radical. Alors on ferme les yeux sur ce qui fâche. Les J.O. sont toujours une kermesse diplomatique. Bizness is bizness. L’éthique vous savez où ils se la carrent ? Au même endroit où le grand Marcel Aymé voulait se mettre la légion d’honneur.

A-t-on le droit de détester le ski, le bobsleigh, le ski à bosses, le freestyle de je ne sais quoi ?
Niçois, j’ai eu l’occasion d’aller à l’école de Neige. L’un des pires souvenirs de ma vie. Gadoue, froid, gerçures, paysages mortifères, jeux débiles, dortoirs atroces…
J’ai pris la neige, le ski, le froid en grippe !
A-t-on le droit de haïr les sports d’hiver comme d’autres haïssent le football ?
Je suis né au bord la Méditerranée pas dans une descente hors piste.
Je n’ai apprécié l’équipe de France qu’au temps de M. Honoré Bonnet (1919-2005), entraîneur national devenu directeur technique national (DTN) des équipes de France de ski alpin 1959 à 1968. Il a donc dirigé Jean-Claude Killy - trois médailles d’or aux Jeux olympiques de 1968- mais aussi les soeurs Marielle et Christine Goitschel - championnes olympiques aux JO de 1964 et 1968- Jean Vuarnet, Guy Périllat, Adrien Duvillard, Charles Bozon, François Bonlieu, Léo Lacroix, Georges Mauduit, Isabelle Mir, Annie Famose … toutes et tous médaillés aux JO et aux championnats du monde dans les années 60.
C’est toujours la même chose, le sport, comme le reste, est une affaire d’individus. Honoré Bonnet était un mélange de Guy Roux et de Jean-Claude Perrin, entraîneur spécialiste du saut à la perche. Des hommes qu’on aime voir, entendre et surtout écouter.

Sous l’Antiquité, les J.O. ont été inventés aussi pour imposer la trêve olympique qui imposait le dépôt des armes pendant la durée des Jeux. C’était une superbe invitation à la réflexion autour de la Paix, même s’il ne fallait pas rêver à un monde sans violence, un monde hélas! illusoire. Les conflits n’existent-ils pas dans les familles ?
La trêve olympique, ou “Ekecheiria", fut élaborée dans la Grèce antique (IXe siècle avant J.-C.) lors du traité entre les rois Iphitos d’Élide, Cléosthène de Pisa et Lycurgue de Sparte. Elle inculquait le respect et la tolérance.
En 2014 nous en sommes si loin !
Lors des J.O. de Sotchi, les États-Unis vont déployer des moyens aériens et navals, soit deux navires de guerre de la Navy en mer Noire, pour aider la Russie à assurer la sécurité des Jeux olympiques de Sotchi, a annoncé le Pentagone. En décodé, c’est pour tuer celui qui osera toucher un seul cheveu à un Américain.

La France a pris également des mesures de sécurité pour protéger ses athlètes de sports d’hiver: face aux menaces d’attentats pesant sur les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, le gouvernement français a décidé d’envoyer sur place le GIGN et le Raid.

Du 7 au 23 février 2014, Sotchi sera donc en situation de guerre. Bien sûr pas contre la Russie mais contre ceux qui voudraient se servir de la Russie comme terrain d’attentat.

Il est évident qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Prendre de telles dispositions sont désormais nécessaires. On se souvient des morts lors des J.O de Munich.
Le monde actuel est si violent que la trêve olympique est impossible à appliquer.
Quand on parle de trêve olympique il s’agit de tout le globe terrestre.

PS: le président Poutine a déclaré à propos des homosexuels: “Vous pouvez être tranquilles et détendus, mais laissez les enfants tranquilles". Il a assimilé les homosexuels aux pédophiles, sans que cela ne déclenche la moindre polémique. Sans doute la trêve olympique ! Il est vrai qu’il est plus facile d’attaquer en diffamation un simple citoyen que l’un des trois hommes les plus puissants de la planète avec les Présidents américains et chinois. Des chanteuses insignifiantes se font de la pub en réclamant le boycott. Grotesque.

(1) Gary Kasparov apporte de l’eau à mon moulin. Le grand maître des échecs vient de déclarer: “A Sotchi, les J.O. sont utilisés pour la promotion de la dictature".

[Post dédié à la journaliste assassinée Anna Politkovskaya]

07.02.14

L'année des volcans, de François-Guillaume Lorrain (Flammarion)

Roberto Rosselini a quitté Anna Magnani pour Ingrid Bergman. Il était aimé par deux des plus grandes actrices du monde. Comédiennes et bien sûr femmes exceptionnelles. Le veinard ! Sacré tombeur, le monsieur. C’est autre chose que la piètre histoire du scooter élyséen, un scénario pour seconds rôles. Rosselini, Magnani et I. Bergman, trois artistes grandioses. Je me demande comment on peut quitter La Magnani pour Bergman- l’inverse étant aussi impossible. On ne choisit pas entre Rembrandt et Vermeer.

Du peole haut de gamme ! Voici rewrité par France Culture et les Cahiers du Cinéma version époque Nouvelle Vague. Ce livre mériterait le Prix Louis Delluc si c’était un prix littéraire récompensant un scénario en gestation.
Tenez-vous bien ! Les héros de ce roman s’appellent ni plus ni moins Ingrid Bergman, Anna Magnani- honneur aux dames- et Robert Rosselini. On y voit passer le célébrissime reporter photo Robert Capa- j’allais dire l’inventeur de la Guerre d’Espagne tant il l’a incarné par l’image- oui, l’œil de lynx fut l’un des amours de la Suédoise Bergman.
Après avoir vu Rome, ville ouverte (1948) Ingrid Bergman décide de passer à l’action et écrivit à Roberto Rossellini pour lui proposer de travailler ensemble :
« Cher M. Rossellini,
J’ai vu vos films Rome, ville ouverte et Païsa, et les ai beaucoup appréciés. Si vous avez besoin d’une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n’a pas oublié son allemand, qui n’est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. »
Faut le faire ! C’est assez courant dans le cinéma où il faut provoquer les rencontres au lieu d’attendre au téléphone. Ensuite tout se précipite.
Ingrid Bergman n’avait pas froid aux yeux, mariée au docteur Peter Lindstrom, elle fit du rentre dedans au cinéaste, pour user d’une formule tombée en désuétude.
Très vite, le cinéaste italien du nouveau réalisme se laisse gagner par le charme d’Ingrid Bergman au point de délaisser la volcanique Anna Magnani qui était sa compagne. Il n’hésite pas à faire tourner sa nouvelle maîtresse dans Stromboli (1950) qu’il avait promis à Anna Magnani ! La délaissée va participer à un autre projet avec aussi un volcan pour cadre du film : Vulcano (1950) de William Dieterle.
François-Guillaume Lorrain a le chic pour nous plonger dans cette histoire à trois qu’il mène magistralement avec des tons différents selon les protagonistes, les passages ayant traits à la Magnani sont magnanimement enflammés car l’Italienne avait un tempérament de feu. Elle reste l’une des plus grandes actrices de son temps. Il fallait être très costaud pour résister à elle dans un plan commun. Elle était de la trempe de Bette Davis. Elle était tellement connue et appréciée que le célèbre Youri Gagarine a dit lors du premier vol spatial habité (le 12 avril 1961) :« Je salue la fraternité des hommes, le monde des arts, et Anna Magnani. » Tel était le niveau de notoriété de la brune incendiaire.
Ingrid Bergman n’était pas en reste non plus. Sous des aspects plus calmes, elle avait un sacré tempérament, n’en faisant qu’à sa tête, assumant une très grande liberté. Bien sûr, FGL ne nous inflige pas une suite d’anecdotes croustillantes comme celles qu’on lui dans les journaux à scandales, quand on attend son tour chez le coiffeur. Il nous raconte avec force et justesse le parcours des trois géants du 7e Art si loin des produits bassement médiatiques des années suivantes. En ce temps-là, après-guerre, seuls les vrais artistes tournaient des films. Aujourd’hui, la moindre pouffiasse d’un reality show télé croit qu’elle a plus de choses à dire que Camille Claudel.
FGL est un écrivain de style qui sait manier la plume avec un grand respect pour le lecteur. Cela ne court pas les pages des écrivains actuels.

-L’année des volcans
de François-Guillaume Lorrain, Flammarion, 383 p., 20 €

Dans cette vidéo, on voit Ingrid Bergman excédée par les paparazzi. Comme quoi, rien de nouveau dans le PAF. L’actrice est l’une plus des plus grandes comédiennes du XXe siècle. La Magnani aussi.

05.02.14

Permalien 18:08:22, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

BUTINS, d'Olivier Houbert (La Part Commune)

Ce livre est un chant d’amour à la littérature.
« La poésie est parole de blessure » écrit Olivier Houbert, à découvir si vous ne l’avez jamais lu.
Butins ? Il s’agit de l’or du temps de l’auteur a tiré de toutes ses lectures.
Le lecteur Houbert rend hommage aux écrivains qu’il aime : Hardellet, Perros, Blanchot, Leiris, Joubert, Jabès mais aussi à Bloy, Bachelard, Thoreau, Celan… Rien que des gens très fréquentables. Et puis aussi, Artaud, Louis-René des Forêts, Joë Bousquet, Bernard Noël, François Augiéras… Olivier Houbert a souvent consacré d’excellents articles à ses écrivains de chevet dans la NRF.
Voilà une bien belle liste de pères spirituels, de frères inventés, d’amis de papiers et de mots, d’émotions toujours vives.
« J’ai soif de retrait, d’apaisement et de lumière. » Beau programme.
Houbert marche la nuque raide comme les rebelles fiers de leurs convictions.
Houbert est un authentique écrivain qui ne mâche pas ses mots.
Il a un univers bien trempé et il sait le faire partager car il trempe sa plume dans l’encre de la sincérité. C’est le moins que l’on puisse écrire à son sujet.
L’écrivain n’est pas écrivaillon du dimanche et encore moins un auteur médiatique qui passe son temps auprès des animateurs télé quand jadis on voulait connaître Jacques Copeau ou André Gide.
Si vous aimez la littérature vous devez absolument lire ce livre qui est d’une rare élégance à tous les sens du terme.
L’essayiste et critique Houbert remet dans la lumière Sadegh Hedayat, écrivain même pas au purgatoire tellement il est outrageusement oublié. Hedayat est un grand écorché de la vie qu’il faut lire.
Houbert, un mot à retenir. Une œuvre à lire.

-Butins
D’Olivier Houbert
La Part Commune, 200 p., 16 €

Permalien 07:40:20, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Hommage au jazman Ady Rosner. Le trompettiste de Staline, de Patrick Anidjar (Plon)

Eddie Rosner(1910-1976, appelé aussi Ady Rosner, Eddi Rozner) fut le plus grand jazzman soviétique, ayant connu la gloire et les faveurs du régime avant d’être envoyé au goulag.

Le livre s’ouvre sur le visage défiguré d’Al Pacino soudain réduit à une bouche d’ombre juste après l’assassinat sous ses yeux de sa fille. « Cri étouffé.» Ces images du Parrain marquent à vie celui qui les as vues. De Montmartre à New York, on suit le trompettiste Issy Grynberg encouragé par Luis Armstrong, son mentor. Le musicien juif d’Odessa va être choisi par Staline pour vulgariser le jazz en union soviétique. En fait, c’est un piège pour le goulag ! Un jour, un dénommé Linhardt apprend qu’il est le fils d’Izzy et d’Elsa, une ex danseuse du Bolchoï. Izzy presque comme Dizzy Gillespie… Linhardt comprend qu’il a été adopté par un couple de communistes.
Patrick Anidjar démontre une virtuosité dans les descriptions qui sont chez beaucoup d’auteurs un passage obligé qu’ils ratent le plus souvent tant c’est conventionnel. Ici c’est plein de vie. Au début du livre, là où on lit souvent la mise en garde que tout ce qui suit est dû au hasard, l’auteur nous signale qu’il s’est inspiré de la vie de trompettiste Ady Rosner. Après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Staline estime que le jazz est « un instrument de la propagande occidentale » qui veut ruiner le communisme. Il fait interner les opposants à sa politique totalitaire quand il ne les fait pas tuer. Ses victimes ? « Des traitres potentiels ». Ben voyons ! Cela ne l’empêchait pas de se faire projeter le soir des films américains, des polars de préférence. Hitler, lui, raffolait du Dictateur de Chaplin. On peut être sanguinaire et cinéphile ! Patrick Anidjar a écrit un roman long courrier qui nous fait bien voyager.

-Le trompettiste de Staline
de Patrick Anidjar. Plon, 413 p., 17, 90 €

Permalien 06:55:33, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Zlatan Ibrahimovic propulse le PSG en finale de la Coupe de la Ligue 2014

Dimanche 9 février 2014, 21 h, aura lieu Monaco (2e) contre Paris (1er). J’attends ce match comme une grande affiche anglaise, espagnole, allemande ou italienne. Monaco-PSG c’est plus important que le faux clasico OM-PSG qui est un truc de presse. Le premier qui joue chez le second, voilà une vraie belle affiche.

Mardi 4 février 2014
Demi-finale de la Coupe de la Ligue
Nantes 1 - 2 Paris Saint-Germain
But pour les Canaris: Veigneau (81e)
Buts pour le PSG: Ibrahimovic (5e, 90e)

Zlatan Ibrahimovic n’est pas un imposteur. A son arrivée, les médias n’ont parlé que de son salaire.
Beaucoup de joueurs dits stars ne le sont que dans les médias. Il aurait pu se reposer sur ses lauriers, vivre sur sa renommée conquise dans plusieurs autres grands clubs. C’était sans compter sur sa passion, sa compétence, son talent, sa classe, sa conscience professionnelle. Depuis Raï, on n’avait pas vu un joueur aussi fantastique à Paris. L’homme est fier, pas orgueilleux.
Les fausses vedettes il faut les voir jouer dix fois pour qu’ils soient dans un grand jour.
Ibrahimovic n’est pas un marchand de slips comme Beckham.
Ibrahimovic, lui, assure à chaque fois. Il joue quasiment tous les matchs, ce qui suppose un grand sérieux en dehors du terrain, afin de se maintenir en bonne condition physique.
Lors de la remise du Ballon d’Or 2013 au “Commandant” Cristiano Ronaldo, on a osé classer Ibrahimovic après Ribéry. Le football du français n’est qu’une ombre à côte de celui d’Ibrahimovic. Le talent du Français c’est le Bayern Munich. Au plan classe pure, le Suédois à cent Ribéry dans chaque doigt de pied. Dire que d’aucuns- et des gens importants dans le football- ont osé dire que Ribéry se vengera en faisant gagner le Coupe du monde 2014 à la France. Mieux vaut être sourd que d’entendre de tels propos incongrus. Ribéry a mendié pendant des mois le trophée que le Suédois n’a jamais demandé, de surcroît Ibrahimovic a déclaré que Messi et Ronaldo lui étaient supérieurs, c’est dire la lucidité du compétiteur. Vous remarquerez qu’il n’a pas cité Ribéry.
A Nantes, Ibrahimovic a une fois de plus régalé la galerie et tué le match.
Il n’a fallu que cinq minutes pour qu’il n’ouvre le score sur un dégagement raté du gardien local Rémy Riou. Héritant du ballon, le Suédois le renvoya, sans contrôle, sur le goal lobé comme un débutant, dérisoire Canaris K.O. dans sa cage. “Ibra” a réalisé ce nouvel exploit, des 30 m ! C’est facile le football quand on s’appelle Zlatan Ibrahimovic. Pour marquer un tel but de si loin, faut vraiment être un as.
En fin de match, il s’est intercalé au milieu de la défense nantaise pour recevoir un impeccable centre de Lucas. D’une tête placée en force, le buteur du PSG marqua le but décisif, bernant son garde du corps Oswaldo Vizcacarrondo. Le doublé d’Ibrahimovic empêcha Nantes d’obtenir une prolongation. PSG retrouvera le Stade de France, pour la première fois sous l’ère Qatar, et jouera le 19 avril prochain sa cinquième finale de Coupe de la Ligue, contre Lyon vainqueur de Troyes.

04.02.14

Permalien 17:23:02, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le virtuose Berbatov rebondit à Monaco

L’ex Red Devil arrive à Monaco alors que deux grosses affichent pointent à l’horizon: le choc à Paris et le derby chaud-show à Nice

Ligue 1, Journée 24/ Dimanche 9 février 2014, 21 h
AS Monaco - Paris Saint-Germain

Classement
1 Paris Saint-Germain 54 23/ 16 6 1 39
2 Monaco 49 points 23 matchs/ 14 7 2/ + 22

Coupe de France, 8e de finale/ Mercredi 12 février, 20 h 55
Olympique Gymnaste Club Nice - AS Monaco

Les trois recrues du mercato hivernal de l’ASM sont arrivées.
L’attaquant Dimitar Berbatov et les deux défenseurs Aymen Abdennour et Elderson, ont été présentées à la Turbie.

Dimitar Berbatov :
-"Je ne viens pas pour remplacer qui que ce soit, je viens pour aider l’équipe à gagner avec mes passes et mes buts. J’ai quelques années de plus depuis mon passage à Manchester United, mais je me sens bien, prêt à donner le meilleur de moi-même… Je peux jouer en pointe ou derrière un attaquant, mais je suis surtout au service du collectif pour que l’équipe gagne. J’aime le beau jeu, j’aime donner un bon spectacle au public… Paris est une grande équipe, c’est parfait de commencer par un tel match.”

Voilà qui est bien dit. Dimitar Berbatov, 33 ans, est prêté par Fulham.
Berbatov à Fulham c’est comme si Jean Gabin avait joué dans un film de Max Pécas.
A Man United, Sir Ferguson ne l’a pas bien utilisé.
Berbatov n’est pas un travailleur comme Rooney.
L’artiste bulgare est un caresseur de ballon qui peut briser une défense adverse sur une seule passe.
Grande vision de jeu, immense technique.
Buteur, passeur, il sait accélérer le jeu grâce à la qualité de ses transmissions.
Monaco a très bien fait de le sortir du purgatoire Fulham.
Avant de signer, il a parlé avec Patrice Evra qui lui a vivement conseillé d’aller à Monaco.
Berbatov caractériel ? Foutaise ! A son propos, il faut parler d’intelligence de jeu.
Deux chiffres importants: 599 matchs professionnels, 273 buts.
Respect, svp.

PALMARES DE BERBATOV
PFC CSKA Sofia
Coupe de Bulgarie 1999

Tottenham Hotspur
League Cup 2008

Manchester United
Coupe du monde des clubs 2008
2 Championnats d’Angleterre 2009 et 2011
League Cup 2009
2 Community Shield 2010 et 2011

Sélection nationale: Bulgarie 1999-2010 (79 sélections, 49 buts)

[Post dédié à André Amitrano]

Permalien 00:36:02, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Chelsea s'impose contre Man City et se rapproche du leader Arsenal

Lundi 3 février 2014
24e Journée
Etihad Stadium
Manchester City 0 - 1 Chelsea
But pour Chelsea: Ivanovic (32e)

Man City
Hart/ Zabaleta, Kompany ©, Nastasic, Kolarov/
Navas, Demichelis, Toure, Silva/
Dzeko, Negredo (Jovetic, 60e)
Entraîneur: Manuel Pellegrini

Chelsea
Cech/ Ivanovic, Cahill, Terry ©, Azpilicueta/
David Luiz, Matic/
Ramires, Willian (Mikel, 90e +3), Hazard (Ba, 90e + 4)/
Eto’o (Oscar, 83e)
Entraîneur: José Mourinho

CLASSEMENT DE LA PREMIER LEAGUE
1 Arsenal 55 pts 24 matchs/ 17 4 3/ +26
2 Manchester City 53 24/ 17 2 5/ +41
3 Chelsea 53 24/ 16 5 3/ +24
4 Liverpool 47 24/ 14 5 5/ +29
5 Everton 45 24/ 12 9 3/ +12
6 Tottenham 44 24/ 13 5 6/ -1
7 Manchester United 40 24/ 12 4 8/ +10

José Mourinho et ses Blues sont venus ramasser la mise à Manchester: à City, pas à United totalement hors course depuis le départ de Sir Ferguson. Quand le loup Ferguson n’est pas là, les souris dansent… Arsenal n’a pas encore gagné le championnat vu les deux grosses écuries qui lui mordent les mollets. Cette fois City a rendu les armes devant Chelsea. Pat Evra a raison quand il dit l’adversaire numéro 1 c’est Chelsea. Les autres devraient s’en souvenir maintenant que MU est out !
Les joueurs de Chelsea avec un superbe Hazard a bien manœuvré à l’extérieur: chapeau !
Autrefois, j’étais content de la venue de David Moyes à MU, maintenant que MU se traîne lamentablement, je suis pour la venue d’un grand coach à MU. Les amusements ça suffit. MU n’a pas à rendre grand Moyes c’est Moyes qui doit rendre grand MU. Faut pas confondre. Nous ne sommes plus en 1986. On ne peut pas attendre la Saint Glinglin pour voir regagner MU. L’eau tiède n’a aucun intérêt. Moyes on ne sait jamais ce qu’il pense, ce qu’il vit, ce qu’il partage. Cela reste une énigme. Pas Latin une seconde. Sir Ferguson est un Ecossais mais son visage disait tout aux fans. Je veux bien une porte prison comme coach mais au moins qu’il gagne. Faut une pointure à MU. Personnellement, le football de MU en 2014 est un football d’arrière-garde. Moyes n’a aucune pensée. Il lance un Onze et il attend de voir. C’est triste et stressant. Ce pilote de voiture de tourisme ne sait pas tenir le volant d’un F1. J’espère me tromper! Je rêve de me tromper !
Wenger va éviter d’être le Poulidor de Mourinho comme il le fut souvent de Sir Ferguson.
Le championnat anglais n’a pas encore révélé son vainqueur. C’est très bien.
Ce sera Arsenal, Chelsea ou Man City. Je cite par ordre alphabétique.
Ce week-end, j’ai vu aussi jouer Arsenal: les Gunners ont une superbe circulation de balle mais ils ont du mal dès qu’ils arrivent dans le surface adverse. Il va falloir tuer le match plus vite.
Arsenal n’a pas que City comme rival. Il y a aussi Chelsea. Liverpool se tient à l’affût.

[Post dédié à Didier Drogba]

03.02.14

Permalien 09:13:23, Catégories: LITS ET RATURES, LA MOUETTE DE TCHEKHOV, GRANDE DAME  

Journaux de répétitions, avec Klaus Michael Grüber et Antoine Vitez, de Dominique Reymond (Klincksieck/ Archimbaud)

A la fois comédienne et peintre, Dominique Reymond passe au livre.
Elle publie ses notes de répétitions qui remontent aux années Vitez et Gruber qui ont écrit parmi les plus belles pages du théâtre d’après 1968. En ce temps-là, on pouvait voir des mises en scène de Chéreau, Planchon, Régy, Engel, Vincent, Strehler, Kantor, Krejca, Mnouchine, Serban…
Dominique Reymond est une artiste contemporaine et il est bien dommage que les vedettes médiatiques qui n’ont plus de rôles au cinoche bas de gamme viennent à présent sur les terres du théâtre faire de l’ombre aux vraies comédiennes que sont Reymond, Évelyne Istria, Ludmila Mikaël, Nada Strancar, Dominique Valadié, Jany Gastaldi, Christine Murillo et Anna Alvaro. Ces femmes-là sont des créatrices du niveau de Magnani, Bette Davis, Gena Rowlands… Femmes de caractère, pas des baudruches. Chez les hommes, il y a Clévenot, Bonvoisin, Delsaert, Régent, Dubois- hélas disparus- Durand (Jean-Claude), Desarthe, Marcon, Wilms…
La seule faute de goût du livre c’est de mentionner la date de naissance des gens avec un tiret qui sous-entend qu’on attend leur mort pour la signaler. J’ai horreur de lire : « Pierre Vial (1928-) était un acteur… » Non ! Pierre Vial joue encore.
Le livre de Dominique Reymond restitue le temps qu’elle a passé avec Vitez au cours des répétitions de La Mouette (Octobre 1983-Février 1984) à Chaillot, et avec Grüber, à Nanterre, lors de La mort de Danton (2 août 1989- 9 septembre). La diariste nous permet de retrouver la fuite du temps des répétitions. Le théâtre étant éphémère, il est bon de fixer des souvenirs comme des photos.
Dominique Reymond va à l’essentiel qui consiste à pouvoir se mettre en condition de restituer en représentation le meilleur des répétitions. Ceux qui veulent savoir les grands traits de la mise en scène de Vitez doivent livre cet ouvrage bondé d’indications qui éclairent à la fois Tchekhov, Vitez et Reymond.
La comédienne avoue la difficulté de pouvoir rejouer ce qu’ils avaient trouvé de meilleur tel ou tel jour. Le théâtre finalement c’est l’art de reproduire des gestes qu’on a trouvé une fois à un moment donné.
Le théâtre de Vitez n’a rien à voir avec la manipulation de marionnettes. Il montrait souvent ce qu’il pensait le plus juste pour servir au mieux le texte et ensuite les comédiens n’avaient qu’à reproduire, s’ils en étaient capables, ou faire encore mieux. Si c’était moins bien, Vitez ne disait rien (photographe, j’ai assisté moi-même à des dizaines de ses répétitions).
Vitez considérait les acteurs comme des adultes, des artistes à part entière. Quand il les choisissait c’était comme prendre de la peinture blanche ou bleue. Si un comédien se plantait, il n’y pouvait rien : la faute en revenait à Vitez car c’est lui qui avait fait la distribution. Vitez fut le contraire d’un dictateur de la mise en scène. La presse de l’époque le traitait en gourou qui dépersonnalisait les comédiens. Faux ! Tous les comédiens voulaient travailler avec lui, et ce qu’ils n’engageaient pas se demander s’ils étaient de bons comédiens…
La séquence sur Grüber parle beaucoup plus de l’enveloppe corporelle et de l’âme qu’on pouvait en capter que celle sur Vitez dans laquelle Dominique Reymond reste très discrète. «Son» Vitez est inexistant sur la page blanche. Grüber, lui, «est mystérieux comme un chat qui observe sans être vu ». Il est vrai que Vitez était très aérien dans l’espace, fuyant si on n’arrivait pas à lui parler, alors que Grüber avait l’aspect monolithique. Un bloc de silence est plus imposant qu’un virtuose des langues, capable de répéter Faust dans le texte. Une éblouissante jonglerie entre de Nerval le traducteur et l’auteur Goethe. J’y étais ! Vitez était admiré, respecté, aimé, abordable si on parvenait à briser la glace de l’admiration qu’on lui portait. Il fallait aller vers lui, tant il était sollicité. Si on faisait la démarche de tenter le dialogue, il ne refusait jamais le face à face. Grüber, lui, était précédé par sa réputation, austère, autodestructeur. Vitez, lui, ne fumait pas, ne buvait pas. Vitez c’était le soleil. Grüber, la nuit noire. Concernant, le tabac je me rappelle d’avoir entendu Jérôme Savary dire : «Vitez a été nommé administrateur de la Comédie française alors qu’il ne va jamais acheter de cigares, à La Civette, en face ! » Je vous laisse juge de tels propos. Vitez et Grüber jouaient en Champions League. Le théâtre de Savary ne dépassait pas la CFA. Celui de Grüber était très éprouvant pour les acteurs. Vitez était plus humaniste, moins diva que Grüber avec ses humeurs de W.C. Fields bergmanien. Pour ce qui est de leur art : Vitez avait la science de l’espace- j’insiste- tandis que Grüber était plus un utilisateur de gros plan. Vitez (1930-1990). Grüber (1941-2008). Ci-gît dans ma mémoire. Dans celle de Dominique Reymond. D’autres encore. Tant que nous vivrons.

-Journaux de répétitions, avec Klaus Michael Grüber et Antoine Vitez
de Dominique Reymond. Notice et notes par David Tuaillon
Klincksieck/ Archimbaud, 152 p., 17,50 €

02.02.14

Pourquoi la nuit des César au Fouquet's ne déclenche-t-elle pas la colère médiatique comme lors de la venue de Nicolas Sarkozy ?

Vous vous souvenez du foin autour de la soirée de victoire électorale de Nicolas Sarkozy au Fouquet’s.
J’ai toujours été hostile à ces attaques grotesques contre celui qui venait d’être élu démocratiquement à la présidence de la république.
En fait, les opposants au président élu cherchaient une nouvelle affaire bijoux-offerts-à-VGE-par-Bokassa.
Le vacarme autour de cette soirée au Fouquet’s ne fut qu’une manipulation médiatique de plus.
Comme le fut le silence autour de la fille de F. Mitterrand.
Si on disait: halte-là! vous vous offusquez pour rien… on vous taxez de sarkozyste aveuglé.
Alors je répondais: tous les acteurs sont des sarkozystes puiqu’ils vont tous au Fouquet’s…
Comment peut-on à la fois fermer les yeux sur la nuit des César au Fouquet’s et massacrer Nicolas Sarkozy ?
Le dégoût est sélectif chez les manipulateurs qui ont le rejet à la tête du client.
Certains ont le droit de faire des choses qui restent interdites à d’autres.
Quand Sarkozy va au Fouquet’s c’est le symbole des cochons de riches. Quand les acteurs y vont cela fait rêver, c’est Hollywood en France.
Lors de la cérémonie des César on voit des acteurs, des actrices, des cinéastes, des vedettes de la télé qui se prennent pour des actrices et des actrices qui ne sont en fait que des vedettes de la télé. Il n’y a pas un Raimu là-dedans. Pas une seule Gena Rowlands. N’est pas Jean Gabin qui veut. Il ne suffit pas de présenter la météo pour devenir l’égale d’Anna Magnani. Rien que des produits commerciaux, à 90 %. Tout ce monde parade au Fouquet’s sous les caméras, sans que cela ne fasse naître la moindre critique.
Je vous dis ça car je viens de voir l’annonce de la prochaine cérémonie des Césars qui s’est déroulée bien sûr… aux Fouquet’s. Aucun journaliste n’a crié au scandale.
Les médias attendent même que la nouvelle favorite de l’actuel locataire dit socialiste de l’Elysée soit présente au Fouquet’s lors de la prochaine soirée des César.
La presse serait aux anges si les deux tourtereaux de la nouvelle gauche caviar pouvaient être réunis au Fouquet’s.
Comment dit-on déjà ? “Elections pièges à cons!”
En France, on ne peut plus être libre: faut être soit de gauche, doit de droite.

Eloge du dégoût, de Bernard Morlino (Editions du Rocher)

Régulièrement je remonte à la surface du blog ce post hélas! toujours actuel. Je m’adresse un satisfecit car il s’agit de ma modeste contribution au combat contre les imposteurs qui se servent des médias pour nous raconter n’importe quoi. En gros, tout me dégoûte, sauf le talent. Peut-on en finir avec la République bananière ?

Vu l’actualité de la politique intérieure en France, je republie un extrait de mon livre Eloge du dégoût (2012, Editions du Rocher) Le passage ci-dessous provient du chapitre: “Les politichiens dégradent l’action politique” (p.83-p.96)

-"Les peuplades éloignées étaient beaucoup plus artistes que nous. Nos lointains prédécesseurs avaient le sens des volumes. Face aux masques et autres statuettes anonymes, leur âme nous toise. Nous sommes incapables de tirer autant d’un bout de bois ramassé dans les forêts. On marche sur les asperges sauvages et nous ne ramassons plus les figues gorgées de sucre et de soleil, aplaties par les pneus des voitures indifférentes. On prétend tout savoir mais nous ne sommes pas en mesure de donner le nom des habitants de Los Angeles, de Washington et de Chicago.
Cela rassure de signer des autographes. Douce impression d’exister. Le plus connu d’entre nous n’est plus rien dès qu’il voyage. Certains people vont jusqu’à dire : « L’été je pars à l’étranger dans des endroits où personne ne me reconnaît ». C’est le comble du chic : une cure d’anonymat ! A Paris, ils sont pourtant prêts à tuer père et mère pour se faire une place à la devanture des kiosques à journaux. Les plus cyniques usent de leur gloriole pour passer avant tout le monde devant des distributeurs de billets, au seuil des banques sur les Champs Elysées. Les badauds sont contents de voir de près celui qu’ils voient chez eux quand ils sont en train de se curer le nez.
La pensée régnante du texto nous impose une société qui ne pense pas plus loin que les menus des fast-foods. On s’écrit en charabia. On pense en onomatopées. On ouvre un blog dans le désert. On téléphone aux radios par raconter qu’on a trompé sa femme avec le livreur de sushis… On interroge Madame Michu pour savoir si le budget du ministre de la défense lui convient. On fait croire à chaque auditeur qu’il est journaliste. Les radios sont devenues des vide-ordures.
D’ici peu, les présidents de la république feront leurs allocutions télévisées entourés de clodettes. Un ancien président des Etats-Unis se fait payer une fortune à chaque conférence pour ne rien dire de nouveau sur le conflit israélo-palestinien. En Italie, un président du conseil a atteint un degré de cynisme rarement atteint en démocratie.
Les politichiens ne cessent pas de dire que l’ennemi est à l’intérieur du pays. En 1939, il est venu d’Allemagne. Dans les années 2000, des chasseurs de bulletins de vote désignent les Noirs et les Arabes. Les Français ne s’aiment plus. Sous la présidence Mitterrand, le diable s’appelait FN. Depuis la mort de celui qui en l’a fait proliférer, par tactique électorale, le FN a été convié au second tour dans la bataille pour l’Elysée. On nous prédit que ce parti peut accéder à la fonction suprême. De Gaulle nous faisait prendre le dictionnaire pour voir les définitions de «Chienlit» et de «Volapuk» alors que son homologue de 2007-2012 a traité de « pauv’con» un électeur qui ne l’a pas élu.
Au petit matin, on voit des passants avec de gros casques sur les oreilles. Il ressemble à des techniciens d’une régie de radio et à des astronautes. Avec en plus les lacets défaits et le froc qui laisse apparaître leurs fesses. A quand la télévision walkman ? Moderniser ne veut pas dire liquider le passé. A part les progrès de la médecine, tout ou presque se dégrade. Mes grands-parents étaient piétons. Mes parents, automobilistes. Je voyage en TGV. Nos enfants ou petits-enfants sont-ils condamnés à l’avion supersonique ou doit-on revenir au véhicule hippomobile ?
Pierre Bérégovoy s’est suicidé. Depuis la mort de l’ancien Premier ministre, la politique a perdu de son prestige. Il a mis fin à ses jours pour marquer son désaccord avec les pratiques actuelles. Il était de l’ancienne école. Tout devait se mériter. François Mitterrand avait été séduit par le parcours de cet homme différent des bardés de diplômes. Monsieur Bérégovoy n’a jamais porté de col Mao. Sa séance photo, très John Kennedy, avec ses petits enfants sous son bureau lui posa un problème de conscience. Il n’accepta que pour faire plus dans le coup. Cette façon putassière de séduire le révulsa.”

-Eloge du dégoût
de Bernard Morlino
2012, Editions du Rocher

[Post dédié à Jean Moulin]

Permalien 02:11:14, Catégories: THE RED DEVILS  

Avec Moyes, Man United est un club poissard

Stoke 2- 1 Manchester United
Buts pour Stoke: Adam (38e,52e)
But pour les visiteurs: Van Persie (47e)

Je me suis amusé à regarder MU. Oui amusé. Cela fait maintenant longtemps que je n’attends plus rien de MU.
Le bon temps est fini. J’en ai bien profité pendant disons 25 ans et plus sûrement depuis 1993.
Maintenant, je regarde MU en attendant les manifestations de la malchance.
Je n’ai pas été déçu.
1/ L’ouverture du score par Stoke est intervenue parce que Carrick a dévié un coup franc dans la cage de son gardien pris à contre pied.
2/ Deux blessés dans le match: Evans et Jones.
3/ Rooney frappe un coup franc magistral que le gardien touche. Le montant renvoie le ballon à l’extérieur de la cage.
4/ Un bon ballon de but égalisateur revient en contre sur Cleverley qui hélas ! a les pieds carrés.

5/ Après 90 mn de jeu, l’arbitre donne 7 mn de Fergie time qui deviennent 7 mn de n’importe quoi.
J’en passe et des pires.
Van Persie a mis un superbe but, pour rien.
Mata a fait son possible avec une passe décisive lors de ce match.
Il doit se demander ce qu’il est venu faire dans cette galère.
MU n’est plus MU parce que Moyes n’est pas Sir Ferguson.
Mark Hughes, le coach de MU est un ancien Red Devil. Hughes incarne davantage MU que Moyes, pièce rapportée d’Everton.
Lors de Stoke-MU j’étais plus pour Hughes que pour Moyes !
Moyes n’inspire aucune autorité. On le voit entourer de Giggs et Phil Neville. Vision tragique. Qui fait quoi?
Moyes est-il si nul qu’il a besoin de tuteurs ?
Le football c’est un coach et ses assistants. Et non pas des assistants avec un coach.
MU ne pèse plus lourd. Même Rooney est méconnaissable. On voit bien qu’il s’emmerde sur le terrain.
Avec Moyes, MU a pris 5 ans ferme. Cela va être long.
Lors du prochain Arsenal-MU, j’espère que les Gunners vont étriller MU.
Autant donner 3 points à Wenger. MU ne mérite pas d’aller en C1 2015.
Avant d’être un fan de MU, c’est le football que j’aime.
Depuis le départ de Sir Ferguson, MU joue un football imbécile. Un football de peureux. Un football aussi intelligent qu’une pierre dans un champ abandonné.
Pour gagner le championnat, il faut vaincre contre les morts de faim. On a vu que MU ne savait plus le faire.

Manchester United: De Gea/ Jones (Welbeck 43e), Smalling, Evans (Rafael 10e), Evra ©/ Carrick, Cleverley/ Young, Rooney, Mata/ van Persie (Chicharito 78e)

Sur le banc: Lindegaard, Valencia, Fletcher, Januzaj

01.02.14

De Ronald Reagan au ministre français qui double un dessin animé

Pour ne prendre que l’exemple le plus significatif, on a vu un acteur américain devenir Président des Etats-Unis. Ronald Reagan a été un très bon politicien que l’on a toujours moqué en France car il était de droite. La presse française donne toujours dans la reptation face à un ceux qui roulent pour le gauche tombant dans le cliché, à droite c’est le fric, à gauche, c’est le cœur sur la main. A ma connaissance, VGE n’a jamais élevé un gosse caché aux frais des contribuables.
En 2014, on voit une ex ministre de droite devenir animatrice télé, avec des incursions dans des fictions bas de gamme.
On voit un ministre de gauche prêter sa voix à un singe dans un dessin animé.
Ce même ministre a posé en marinière.
On a vu un président de droite épouser une chanteuse.
Et un président de gauche plaquer une journaliste pour une actrice.
On ne compte plus les liaisons entre politique et journaliste.
Guy Debord avait raison. Le spectacle est partout.
Les politiques sont traités comme des vedettes du show biz et pire encore, ils se comportent comme des histrions en mal de publicité.
Reagan a quitté le cinéma pour devenir politicien.
Le chemin inverse devient monnaie courante.

Février 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software