Archives pour: Décembre 2013

31.12.13

Permalien 18:24:55, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La fantastique renaissance du Manchester United de David Moyes

CEUX QUI N’AIMENT PAS MANCHESTER UNITED N’AIMENT PAS LA VIE. Man United est une usine qui fabrique du bonheur.

A la radio, un “spécialiste” du football anglais a parlé des matchs de fin d’année dans le championnat anglais sans prononcer le nom de Man United qui pourtant a gagné trois matchs sur trois.
Il a simplement dit que José Mourinho a clamé: “Man City était le favori du championnat"… devant sans doute Chelsea !
Si MU gagne encore six maths de suite, MU sera complétement relancé. Je suis très sérieux, c’est possible. Pour l’instant, les Red Devils viennent d’engranger 12 points sur 12. Cet exploit n’a pas été mentionné par l’un des représentants de la désinformation alors qu’un club qui a remporté 4 matchs consécutifs- en championnat sans tenir compte des autres compétitifs où MU brillent aussi- est un candidat au titre. Rira bien qui rira le dernier !

Classement de Man United le Samedi 14 décembre 2013:
1 Arsenal 35 pts 16 mats + 16
2 Chelsea 33 16 + 14
3 Man City 32 16 + 29
4 Everton 31 16 + 12
5 Liverpool 30 15 + 16
6 Newcastle 27 16 -1
7 Tottenham 27 15 -1
8 Southampton 24 16 + 5
9 Man Utd 22 15 + 3

Classement de Man United le 31 décembre 2013:
1 Arsenal 42 19/ + 19
2 Man City 41 19/ + 33
3 Chelsea 40 19/ + 16
4 Everton 37 19/ + 13
5 Liverpool 36 19/ + 21
6 Man Utd 34 19/ + 10
7 Tottenham 34 19/ - 2
8 Newcastle 33 19/ + 5

Il y a quinze jours, Man United (22) avait 13 points de retard sur Arsenal (35).
Et après deux semaines de compétitions acharnées, Man United a comblé son retard de 5 points.
Désormais, Arsenal est leader avec 42 points et Man United, 6e avec 34 points. Les deux clubs ne sont plus séparés que de 8 points. Ce n’est rien du tout.
Oui, le retour de MU est bel et bien là, n’en déplaise à ses détracteurs qui haïssent MU car les Red Devils dominent le football anglais depuis 1993.
Pour les gens c’est: “Tout, sauf United !”

Permalien 17:49:39, Catégories: LE GYM E BASTA, THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Hommage à Patrice Evra qui va disputer contre Tottenham son 90e match sur les 95 derniers de Manchester United

1er janvier 2014
Man U - Tottenham (18 h 30)

Contre les Spurs, Patrice Evra dispute son 90e match rouge de suite sur les 95 dernières rencontres de MU.
Fantastique ! Ils sont peu nombreux au monde à faire ce genre de parcours.
Au lieu de le féliciter, un intermittent du coaching, qui sert toujours de bouche-trou, le taille en permanence. La vision du football de ce dernier le cantonne en défense avec interdiction de monter. Cet incapable conteste les décisions de Sir Ferguson qui a donné le capitanat à Evra. MDR.
Et que dire de la Maïté du football qui clame partout que le Red Devil serait un imbécile. MDR.
Economisons notre mépris, il y a tant de nécessiteux, a conseillé Chateaubriand qui pour ces bas du plafond doit être un morceau de viande dans les grands restaurants.
Saluons plutôt Evra qui est en acier. 90 matchs sur 95 cela veut dire qu’il n’est jamais blessé.
Son apport de grinta est très important. Ces dernières années, il a progressé dans la finition de ses missions offensives.
Il a très bon esprit. Ceux qui le critiquent pour l’épisode de la Coupe du monde 2010 n’ont pas encore compris qu’à l’époque la sélection nationale était livrée à elle même sans aucun gouvernail. Il y avait une faillite au sommet de la pyramide.
Après Eric Cantona, l’ancien Aiglon Evra est le joueur qui représente le mieux la France à MU.

Palmarès de Patrice Evra, 32 ans, à Manchester United où il compte à ce jour 358 matchs (9 buts):

Manchester United depuis 2006
Coupe du monde des clubs 2008
Ligue des champions 2008
5 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
3 Community Shield 2007, 2008 et 2011
3 League Cup 2006, 2009 et 2010

Patrice Evra lance beaucoup de sardines aux mouettes du journalisme qui ne cessent pas de commenter ses faits et gestes, ce qui est très rare pour un joueur défensif. D’habitude ceux qui attirent la presse sont des joueurs offensifs. Et justement, lui est un défenseur ultra-offensif. Certes, il n’a pas inventé cette façon de jouer, incarnée de la meilleure façon par Facchetti, au plan mondial, et par le brillantissime Amoros, chez les internationaux français.

Qualité d’Evra:
Il a une grinta de chaque instant
Il joue cash et ne se flanque jamais pendant un match
C’est un gagneur-né
Il fait un maximum de matchs par an
Il est un titulaire indiscutable
Il n’est jamais blessé
Il est constant
Il est ultra offensif
C’est un chouchou d’Old Trafford qui ne supporte pas les fausses valeurs

Ses faiblesses:
A pendant trop d’années raté sa dernière passe, centrant trop souvent à l’aveugle
C’est un très bon joueur sans pour autant atteindre le niveau d’excellence du Brésilien Alves. Néanmoins depuis 2012-2013, il a hissé son niveau de jeu, ce qui est très rare à son âge.

Permalien 10:56:24, Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS  

Du combat pour sauver Michael Schumacher à la "quenelle"...

Piqûre de rappel: Jean Moulin est mort pour la France et non pour permettre de pitoyables pantalonnades.

Des millions de Français sont morts pour sauver la France, y compris Jean Moulin le plus emblématique.
Il est bon de s’en souvenir vu la débilité de la médiatisation à outrance de faits et gestes grotesques.
En cette fin d’année, deux informations dominent toutes les autres, y compris la libération d’un otage.
D’un côté, la stupidité de la photocratie où une “quenelle” - à la fois bras d’honneur inerte et geste nazi- occupe tous les médias, ridiculisant une flopée de pantins médiatiques du PAF, à très large ouverture de compas.
De l’autre, la virtuosité de médecins ultra compétents qui opèrent le cerveau de l’un des plus grands champions de tous les temps: le pilote allemand Michael Schumacher, victime d’un accident de ski hors piste.
Mes pensées vont vers le pilote de F1 qui a déjà tant de fois dominé la mort
Petit-fils, frère, cousin et oncle de médecins, j’ai le plus grand respect pour les bienfaiteurs de l’Humanité.

[Post dédié à François, Jean-Luc, Thierry et Jean-Baptiste]

29.12.13

We'll Never Die: les Red Devils de David Moyes ne sont plus qu'à 8 points des Gunners d'Arsène Wenger

En cette fin d’année 2013, Man United réalise un fantastique come back et il est fort possible que le titre 2014 se joue entre United et City. “Nous ne sommes jamais morts” est l’un des slogans de Man United !

Premier League
29 décembre 2013

Newcastle 0-1 Arsenal
But pour les Gunners: Giroud (65e)

Everton 2-1 Southampton
Buts pour Everton: Coleman (9e), Lukaku (74e)
But pour les visiteurs: Ramírez (71e)

Chelsea 2-1 Liverpool
Buts pour Chelsea: Hazard (17e), Eto’o (34e)
But pour les Reds: Škrtel (4e)


Tottenham 3 - 0 Stoke City
Buts pour les Spurs: Soldado (37e pen.), Dembélé (65e), Lennon (69e)

Qu’on ne s’étonne pas que le football anglais se gargarise de droits télés.
Les dirigeants anglais proposent du football de très grande qualité au moment-clé de fin d’année quand tous les autres clubs européens digèrent le foi gras et autres langoustes arrosées de champagne.
Le football anglais conserve la magie du jeu.
Il en est même le dépositaire.
Les footballeurs professionnels qui n’évoluent pas en Premier League passent à côte de l’immense joie: celle de faire plaisir aux spectateurs qui les aiment.
Le succès de la Premier League est un retour sur investissement car les Anglais ont inventé le sport moderne.
Ailleurs, on le pratique, rien de plus. Et surtout pas en dehors des fêtes de fin d’année.
Que doit penser un pro de L1 et d’ailleurs quand ils regardent la Premier League, lors du Boxing Day ?
Moi, j’aurais honte.
“Le repos ? Pas avant d’être mort!” a dit Orson Welles.

Arsenal a gagné facilement contre Newcastle, trop pauvre techniquement pour pouvoir prétendre à la victoire.
Arsène Wenger avait laissé judicieusement au repos Ozil qui avait besoin de souffler. Flamini a très bien tenu la baraque, jouant avec le vice bienfaiteur: à savoir faire semblant de tomber sur un adversaire dans la surface alors qu’il a chuté volontairement pour l’empêcher de jouer, et il a aussi donné des coups où il fallait quand il le fallait.
Newcastle ? Un groupe très peu collectif. Un orchestre désaccordé. Des solistes sans partition. La plupart des joueurs de Newcastle joue en simple monsieur…
Arsenal reprend la tête du classement avec 42 points. Man U n’est qu’à huit points des Gunners. 8 points ce n’est rien du tout, en décembre.
Dans le choc Chelsea-Liverpool (2-1), il y a eu des fautes commises non sifflées sur Suarez. Ainsi va le football mais Chelsea mérite sa victoire.

Classement:
1 Arsenal 42 19/ + 19
2 Man City 41 19/ + 33
3 Chelsea 40 19/ + 16
4 Everton 37 19/ + 13
5 Liverpool 36 19/ + 21
6 Man Utd 34 19/ + 10
7 Tottenham 34 19/ - 2
8 Newcastle 33 19/ + 5

Les 4 journées au moment des fêtes de fin d’année

17e journée (21-22 décembre 2013):
Liverpool 3-1 Cardiff
Man U 3-1 West Ham
Fulham 2-4 Man City
Arsenal 0-0 Chelsea

18e journée (26 décembre):
Hull City 2-3 Man U
Chelsea 1-0 Swansea
West Ham 1-3 Arsenal
Man City 2-1 Liverpool

19e journée (28-29 décembre):
Norwich 0-1 Man U
Man City 1-0 Crystal Palace
Newcastle 0-1 Arsenal
Chelsea 2-1 Liverpool

20e journée (1er janvier 2014):
Swansea - Man City, 13 h 45
Arsenal - Cardiff, 16 h
Liverpool - Hull City, 16 h
Man U - Tottenham, 18 h 30

Mini classement sur les 4 journées au moment des fêtes de fin d’année

1 Man United, 9 points, 3 matchs/ 3 victoires/ + 7 - 3/ + 4
2 Man City, 9 pts, 3 m./ 3 victoires/ + 7 - 3/ + 4
3 Arsenal, 7 pts, 3 m./ 2 victoires, 1 nul/ + 4 - 1/ + 3
4 Chelsea, 7 pts, 3 m./ 2 victoire, 1 nul/ + 3 -2/ + 1
5 Liverpool, 3 pts, 3 m./ 1 victoire, 2 défaites/ + 5 - 5/ 0

Permalien 08:01:45, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La résurrection de Manchester United

Welbeck a marqué le but décisif à Norwich, donnant trois points hyper importants à MU.

Depuis ses deux défaites de suite à Old Trafford, MU s’est refait une santé.
J’ai estimé que MU pouvait revenir dans la course au titre qu’à la condition d’aligner 10 victoires de suite.
C’est ce que MU est en train d’entreprendre, avec déjà 4 victoires d’affilée en championnat.
La grande force du MU de David Moyes est d’avoir fait le dos rond face à la cascade de blessures afin de renouer avec les valeurs collectives.
Les rivaux de MU recommencent à faire des cauchemars: ils croyaient MU has been. Il n’en est rien.
MU est bel et bien de retour.
Le rêve rouge est de nouveau dans les esprits.
MU vient d’engranger en championnat 12 points sur 12 !
Si la série ne s’arrête pas, sa remontée au sommet du championnat va lui permettre de reprendre sa place de leader.

Tous les derniers résultats de MU, avec les prochains rendez-vous:

04 Déc Premier League MU 0-1 Everton
07 Déc Premier League MU 0-1 Newcastle
10 Déc C1 MU 1-0 Shakhtar Donetsk
15 Déc Premier League Aston Villa 0-3 MU
18 Déc Capital One Cup Stoke City 0-2 MU
21 Déc Premier MU 3-1 West Ham
26 Déc Premier League Hull City 2-3 MU
28 Déc Premier League Norwich 0-1 MU

Janvier 2014
01 Jan Premier League MU-Tottenham Hotspur (18 h 30)
05 Jan FA Cup MU-Swansea City (17 h 30)
07 Jan Capital One Cup Sunderland-MU (20 h 45)
11 Jan Premier League MU-Swansea City (18 h 30)
19 Jan Premier League Chelsea-MU (17 h)
22 Jan Capital One Cup MU-Sunderland (20 h 45)
25 Jan FA Cup FA Cup, 4e tour
28 Jan Premier League MU-Cardiff City (20 h 45)

Février 2014
01 Fév Premier League Stoke City-MU (16 h)
09 Fév Premier League MU-Fulham (17 h)
12 Fév Premier League Arsenal-MU (20 h 45)

Permalien 08:01:09, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

J’ai osé Dieu, de Michel Delpech (Presse de la Renaissance)

Dans la génération post Brassens et Brel, Michel Delpech occupe les places de têtes.

Populaire. Michel Delpech est un chanteur populaire, dans le grand sens du terme.
Ses chansons n’ont jamais été des saucissons comme tant de simples concepteurs de chansonnettes insipides et bonnes à jeter une fois leur date de péremption dépassée, en principe deux ou trois mois.
Chez Lorette, Pour un flirt, Quand j’étais chanteur, Que Marianne était jolie, Le Loir et Cher, Les Divorcés… nous disent toutes quelque chose de Delpech et de nous.
On sait tout de lui mais malgré lui : ses passages à vide, ses doutes, ses angoisses et ses maladies.
Delpech c’est plus un ami pour le public qu’un chanteur, qu’un people.
Très sympathique, il n’a pas construit une marionnette médiatique qui la ramène sur tout et à propos de n’importe quoi.
Frappé par le cancer, il s’est mis à table pour coucher sur le papier d’innombrables émotions, vibrations.
Il sait que pour beaucoup de gens un chanteur populaire n’a rien à dire que dès qu’il sort de l’autoroute de convenances. Cependant, il a la foi, au-delà des paillettes.
Delpech est un chrétien sans église car il veut être libre vis-à-vis des écrits qui prêchent pour un pouvoir clérical.

-J’ai osé Dieu, de Michel Delpech, Presse de la Renaissance, 126 p., 14,90 €

[Post dédié à Richard Kurt]

28.12.13

Permalien 16:02:41, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Fin 2013, Man United is back !

Welbeck a très bien remplacé la double absence de Rooney et de van Persie. Le rêve rouge est de retour !

28 décembre 2013
Norwich 0-1 Manchester United
But pour MU: Welbeck (57e)

Classement temporaire qui écoeure les détracteurs de MU
1 Man City 41 19/ + 33
2 Arsenal 39 18/ + 18
3 Chelsea 37 18/ + 15
4 Liverpool 36 18/ + 22
5 Everton 34 18/ + 12
6 Man Utd 34 19/ + 10

Manchester United
De Gea/ (6) Pas grand chose à faire mais il donne confiance. Sa concentration est immense
Smalling (7) Bon match
Vidic © (7) Dans le tempo pendant 90e + 7
Evans (7) A répondu présent comme d’habitude
Evra / (8) Superbe
Cleverley (7) Du bon Cleverley
Young (7) A fait plusieurs rushs
Carrick (7) Coulissant à merveille
Kagawa (3) Comme il ne joue pas, aucun rythme dans le corps, puis (68e) Januzaj (5) A bien pesé
Giggs/ (4) Pas assez costaud pour les matchs chez les morts de faim, puis (45e) Welbeck (10) Une action, un but, trois points !
Chicharito (6) A bien harcelé, puis (85e) Fletcher (Non noté)

Sur le banc: Lindegaard, Fabio, Anderson, Zaha

Manager: Moyes (10). A dû composer sans van Persie, sans Rooney, sans Rafeal, sans Nani et sans Valencia. Le nouveau coach est en train de réussir le pari impossible: prendre la suite de Sir Ferguson sans être ridicule. Moyes a des yeux qui ne trompent pas: celle d’un honnête homme. Et cela n’a pas de prix.

Première mi-temps:
Man United joue chez des morts de faim qui sont à trois points du premier relégable (Fulham, 16 pts).
On est loin de la partie de plaisir.
Sur C+, le très bon commentateur Stéphane Guy rappelle que Patrice Evra dispute un 89e match rouge de suite sur les 94 dernières rencontres de MU.
Et en France, des incompétents se permettent de dire que “Pat” Evra est un piètre joueur !
MU cherche à remporter une 4e victoire consécutive en championnat, seul moyen de revenir sur les premiers.
Le match s’annonce chaud. Un boucher a frappé d’entrée Chicharito.
Privé de van Persie et Rooney, absent pour une blessure aux adducteurs, MU retrouve Carrick qui va faire du bien au milieu de terrain.
MU joue avec le maillot rouge traditionnel, short et bas noirs. Soit l’ensemble que je préfère.
N’oublions pas que MU évolue à l’extérieur. Les observateurs hostiles réclament toujours que MU gagne 0-5 loin d’Old Trafford, ce qui est grotesque comme discours.
Les détracteurs de MU attendent que les Red Devils perdent même quand ils sont à huit points du leader c’est dire que MU continue de faire peur car si MU gagne à Norwich, ils seront toujours en course pour le titre, n’en déplaise aux fans des clubs de Londres et de Man City.
Les premières minutes sont celles d’un match classique à l’extérieur avec des visiteurs qui résistent le mieux possible alors qu’ils sont diminués devant.

Seconde mi-temps:
MU reprend avec Welbeck à la place de Giggs. Ce qui est un bon choix car le légendaire Gallois n’a jamais été un joueur d’extérieur. Ce match se déroule alors que les joueurs ont joué il y a 48 heures. Faut avoir ça à l’esprit. Je répète que pendant ce temps les pros de la L1 se la coulent douce.
Young semble en avoir sous le pied. Il peut faire la décision sur un coup d’éclat. Il en est capable.
Sur un assaut rouge, à la 57e, MU ouvre le score grâce au rentrant Danny Welbeck, la mascotte née à Manchester.
Eh! oui, comme je vous le disais MU n’est pas mort. MU peut encore gagner le titre si les trois points sont pris devant Norwich. Ce second match de suite à l’extérieur est capital pour la suite.
Grâce au coaching de Moyes, MU a ouvert le score, absolument pas “contre le cours du jeu"- selon les mots du consultant du jour sur C+- car le contre assassin est une façon de jouer !
A la 68e, Kagawa trop discret cède la place au feu follet Januzaj.
MU gére le nul en essayant d’aggraver le score. J’insiste, MU joue dehors !
La Red Army est en train de gagner son 4e match de suite en championnat. Fabuleux !
Les fans des leaders actuels vont commencer à faire des cauchemars: et si MU remportait le championnat 2014 ?
4 victoires sur 4 matchs c’est un parcours de champion.
85e: Fletcher entre à la place de Chicharito, valeureux dans un rôle ingrat, celui que tenait jadis Welbeck.
Fletcher-Carrick ensemble sur le terrain, c’est un événement rouge.
Les ignares ne connaissent pas ce duo qui est tout simplement fantastique. Un duo qui est à la défense ce que le duo Iniesta-Xavi (Barça) est au secteur d’attaque. De la très grande qualité.
Les détracteurs de MU disent que la victoire des Red Devils est “injuste". (MDR)

Permalien 15:50:42, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

La Fille sauvage de Songy, d’Anne Cayre ( L’Amourier)

Petit-fils du Dr François Ricofi, ancien maire de Contes révoqué par les Vichystes, un livre édité par un éditeur installé à Coaraze ne peut pas me laisser indifférent.
Créées par Jean Princivalle en 1995, les éditions L’Amourier publient entre autres Marie-Claire Bancquart à qui l’on doit Paris fin-de-siècle, Paris des surréalistes et Paris de 1945 à nos jours
(La Différence, 2002-2007), le Niçois Daniel Biga, François Bon, Bernard Noël et Michel Butor. J’ai signalé des noms qui me sont familiers, mais la liste des auteurs est longue et de qualité.
Parmi les auteurs, on trouve Anne Cayre dont on publie un magnifique ouvrage posthume : La Fille sauvage de Songy.
La quatrième de couverture nous signale : « Anne Cayre est née en Égypte, au Caire, en 1945. Elle a vécu toute son enfance à Nîmes. Sa vie professionnelle fut consacrée, avec passion, à l’enseignement et à l’écriture. Elle a publié une dizaine de titres, dont notamment, Visage de Manuel, avec une préface de Bernard Noël. Anne Cayre est décédée le 24 décembre 2011 après avoir travaillé obstinément, au prix d’efforts considérables, sur ses derniers manuscrits ». Quand on commence le livre, on est triste de savoir que son auteur n’a pas eu le plaisir de le voir en librairie. «Au prix d’efforts considérables, sur ses derniers manuscrits »… On salue son courage. Et son talent.
Le 8 septembre 1731, on découvre une « nègre » a demi-nue. Apeurée par les chiens, les fourches des hommes, les femmes curieuses et les enfants accrochés aux jupes, la jeune fille grimpa dans un arbre. Un homme hurla qu’il s’agissait de la « diablesse » aperçue auparavant du côté de Vitry-le-François.
Ici on songe à la pièce de Peter Handke ou au film de François Truffaut sur le même sujet mais avec un garçon. La légende de Gaspard Hauser n’en finit plus d’inspirer les créateurs. Il est vrai que retrouver quelqu’un épargné par les ravages de l’éducation stéréotypée n’est pas banal.
Plus de vingt ans après la capture de l’enfant sauvage, Mme Hecquet fit connaissance avec la fille de la forêt champenoise trouvée par les villageois de Songy. Elle l’interrogea à plusieurs reprises et publia un livre sur l’enfant perdu : Histoire d’une jeune fille sauvage trouvée dans les bois à l’âge de dix ans (1755). Il y a polémique sur l’âge : avait-elle une dizaine d’année ou était-elle plus proche de vingt ans? Le livre d’Anne Cayre relate donc d’une histoire vraie qu’elle s’attache à faire revivre, trois siècles plus tard. Au début de sa découverte, les gens la traitent comme un animal. « Elle pissait debout, devant nous. » La jeune fille fut recueillie par le seigneur de Songy, un vicomte avant de rejoindre des Sœurs dans l’hospice de Chalons.
Au fil du temps, la jeune fille s’acclimate à sa nouvelle condition et fini par ânonner qu’elle s’appelle Marie-Angélique Desolives ». Quelle révélation inattendue !
Chez les Ursulines, on l’affubla d’un nouveau patronyme : Le Blanc, oui la « nègre » se dénomma alors Marie-Angélique (Mémmie) Le Blanc. Ses progrès sont si foudroyants qu’elle tient conversation comme on le voit à partir de la page 184. Elle surprend tant son monde que même le fils de Jean Racine veut l’approcher. Ce n’est pas sans un grand pincement au cœur que l’on termine cet ouvrage qu’on aurait aimé encore poursuivre un long moment parce que partager l’intimité de la fille sauvage nous fait souvent vivre des instants de grâce. On imagine que sa biographe Anne Cayre a ressenti encore plus fort que nous la présence de l’ancienne enfant sauvage. Nous n’avons fait que lire ce qu’elle a écrit.

-La Fille sauvage de Songy, d’Anne Cayre, L’Amourier, 284 p., 20 €
http://www.amourier.com/

26.12.13

Avec 3 victoires de suite, Man United garde le contact avec les leaders

Wayne Rooney stresse tellement les défenseurs qu’il n’a parfois même pas besoin de marquer lui-même.

26 décembre 2013
Hull City 2-3 Manchester United
Buts pour Hull: Chester (4e), Meyler (13e)
Buts pour les Red Devils: Smalling (19e), Rooney (26e), Chester (66e csc)

De Gea/ Rafael puis (18e)Januzaj, Smalling, Evans, Evra ©/
Valencia (expulsé à la 90e pour un second carton jaune suite à un geste d’humeur durement sanctionné), Cleverley, Fletcher puis (61e) Chicharito, Young puis (77e)Carrick/
Rooney, Welbeck.
Sur le banc: Lindegaard, Vidic, Fabio, Kagawa
Manager: Moyes

Journée complète du Boxing Day

Manchester City 2 - 1 Liverpool
Chelsea 1 - 0 Swansea City
West Ham 1 - 3 Arsenal
Norwich City 1 - 2 Fulham
Newcastle 5 - 1 Stoke City
Tottenham 1 - 1 West Bromwich Albion
Everton 0 - 1 Sunderland
Aston Villa 0 - 1 Crystal Palace
Cardiff City 0 - 3 Southampton
Hull City 2 - 3 Manchester United

Classement

1 Arsenal 39 18/ 12 3 3/ 36 18/ + 18
2 Manchester City 38 18/ 12 2 4/ 53 21/ + 32
3 Chelsea 37 18/ 11 4 3/ 33 18/ + 15
4 Liverpool 36 18/ 11 3 4/ 43 21/ + 22
5 Everton 34 18/ 9 7 2/ 29 17/ + 12
6 Newcastle 33 18/ 10 3 5/ 29 23/ + 6
7 Manchester United 31 points 18 matchs/ 9 4 5/ 31 22/ + 9
8 Tottenham 31 18/ 9 4 5/ 19 24/ - 5

Boxing Day ? Cela veut dire qu’on ouvre les cadeaux de Noël outre Manche.
Quand les footballeurs de L1 rotent leur bulle de champagne, les footballeurs de Premier League jouent quatre journées de championnat. C’est dire comme on aime et respecte le public en Angleterre.
En France, il est surtout bon qu’à payer!
Man City a gagné Liverpool (2-1) au terme d’un beau match mais pas aussi grand que City-Arsenal (6-3)
Chelsea et Arsenal ont aussi gagné. Dommage pour MU qui vient d’aligner 5 victoires de suite dont 3 en championnat.
Cela permet à MU de garder le contact avec les leaders.
Il va falloir que MU aligne encore une série de victoires en championnat pour espérer surprendre tout le monde.
Je n’ai pas vu le match mais sur ce que j’ai visionné ensuite, les Red Devils ont pris deux buts casquettes avant de revenir 2-2 grâce à une passe décisive de Rooney sur la tête de Smalling. Ensuite, l’irremplaçable Rooney a marqué lui-même.
Rooney a été encore superbe au point que l’un des défenseurs de coach Steve Bruce, un ex Devil, a fini par stresser au point d’inscrire un auto-goal .
3 points très importants pour garder le contact avec les clubs du haut de tableau.

La déclaration de David Moyes:

-"J’ai toujours pensé qu’on reviendrait et qu’on l’emporterait. On a montré qu’on en était capables et je suis sûr qu’il n’y a pas un supporter qui pensait que le match était joué à 2-0. Pour moi, c’était pareil. Ma seule inquiétude concernait la solidité défensive de Hull, je crois qu’ils n’avaient pris que trois buts chez eux [c’est exact.] Heureusement, à la mi-temps, on avait égalisé, et je trouve qu’on aurait dû mener 3-2 au repos. Après le troisième but, je voulais qu’on continue et qu’on marque un quatrième but, pour ne pas avoir à vivre ces cinq dernières minutes angoissantes.”

Alors que j’étais en voiture et qu’un ami me tenait au courant de l’évolution du score, je me suis dit effectivement à 0-2: “Si la défaite rouge est au bout de ce match c’est l’adieu définitif au titre 2014…”
Qu’importe la manière lors de la victoire contre l’équipe de l’ami Steve Bruce- ex capitaine de MU- fait du bien et il est important de gagner sur une pelouse coupe-gorge. Le prochain match se déroule aussi sur un terrain de morts de faim.
Les clubs de tête ne vont pas gagner tous leurs matchs… MU doit se tenir en embuscade.

Les deux prochaines journées:

28 décembre (16h) Norwich City - Manchester United/ Canal+ Sport (Redif, le 29, à 10 h 40)

29 décembre (17 h) Chelsea - Liverpool/ Canal+ Sport (Redif, le 30, 7 h 40)
1 janvier, (18 h 30) Manchester United - Tottenham/ Canal+ Sport

25.12.13

Permalien 11:26:04, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Pendant que la France digère des dindes, le Boxing Day nous offre Man City-Liverpool avec MU aux aguets grâce à un Wayne Rooney resplendissant

Man City et Liverpool jouent actuellement le plus beau football anglais. Un football hyper réaliste, tranchant.

Les prochains shows à venir:

26 décembre (13 h 45) Hull City - Manchester United/ Canal+ Sport
26 décembre (18 h30) Manchester City - Liverpool/ Canal+ Sport (Redif, le 27, à 16 h)

28 décembre (16h) Norwich City - Manchester United/ Canal+ Sport (Redif, le 29, à 10 h 40)

29 décembre (17 h) Chelsea - Liverpool/ Canal+ Sport (Redif, le 30, 7 h 40)
1 janvier, (18 h 30) Manchester United - Tottenham/ Canal+ Sport

Classement de la Premier League avant le Boxing Day
1 Liverpool 36 points 17 matchs/ + 23
2 Arsenal 36 17/ + 16
3 Man City 35 17/ + 31
4 Chelsea 34 17/ + 14
5 Everton 34 17/ + 13
6 Newcastle 30 17/ + 2
7 Tottenham 30 17/ -5
8 Man Utd 28 points 17 matchs/ + 8

Manchester United est en pleine renaissance mentale.
On a vu les Red Devils sont décidés à faire une série de 10 victoires de suite.
C’est la seule condition pour renouer avec le sommet du championnat.
Au début de la saison, MU a rencontré les gros bras. Aux autres maintenant de s’entre-déchirer.
Il semble qu’Arsenal soit dans le rôle du lévrier et MU dans celui de la tortue.
Arsenal joue en dents de scie depuis des années. Les Gunners alternent l’excellent avec l’exécrable.
Ils ne sont pas constants sauf dans l’irrégularité alors que MU vient de traverser une crise existentielle en raison du changement d’entraîneur et staff. Tous les repères étaient partis.
Le fiasco de Moyes c’est la venue de Fellaini. Son football est proche du néant. Le pire se situe au plan du mental: il n’a rien d’un Red Devil sachant qu’un Red Devil est un garçon qui joue chaque ballon à la vie à la mort. Lui se contente de le donner derrière lui, de s’en débarrasser. On dirait un amateur égaré dans le haut niveau. Il semble se diriger vers la destinée mancunienne d’un Obertan. Bien jouer à Everton, sans aucune pression, ne garantit pas que l’on puisse s’imposer à Man United. Le ventre mou et le haut du tableau représentent deux mondes différents. Et de surcroît, pour une fois que MU vivote dans le milieu de tableau, Fellaini aurait dû en profiter pour crever l’écran. On vient d’apprendre qu’il est blessé au poignet comme un handballeur.
David Moyes vient d’encenser Wayne Rooney qui est en train d’occuper la place du grand frère après avoir été l’enfant terrible.
David Moyes estime que Wayne Rooney endosse la responsabilité du groupe au titre d’exemple auprès des jeunes. A 28 ans, l’attaquant-buteur-défenseur-passeur est le catalyseur de MU avec déjà 12 buts et 13 passes décisives au compteur.
Wayne Rooney est à la fois Stam, Keane, Scholes et van Nistelrooy. Je n’exagère pas: selon l’endroit où il va sur le terrain, il occupe la fonction de la zone où il se trouve. Une attitude unique au monde. Quand on songe à Torres qui se contente de rester en pointe sans marquer ! Rooney en pointe 90 minutes sur 90 serait meilleur buteur chaque année.

David Moyes et Wayne Rooney s’apprêtent à écrire de nouvelles grandes pages rouges:

-"Wayne est devenu un vrai joueur d’équipe. Ses passes, ses buts, son rendement global : il est extraordinaire cette saison. IL commence à assumer la responsabilité de l’équipe. C’est comme s’il disait : “Les gars, il faut qu’on joue mieux que ça. On doit vraiment faire beaucoup mieux.” Ça se sent dans le vestiaire. À l’entraînement, on peut voir qu’il essaie sans cesse de repousser ses limites. Wayne possède d’énormes qualités. Tant mieux pour nous. Nous aurons besoin de lui lors des saisons à venir. Wazza rend les autres meilleurs par la qualité et la constance de ses prestations. Il met la barre haut. Il montre la voie aux jeunes car c’est la tradition dans ce club. Il y a quelques années, c’est Ryan Giggs qui apprenait à Rooney les ficelles du métier. Wayne doit maintenant transmettre ce savoir à Adnan Januzaj et aux jeunes. C’est une lourde responsabilité de montrer à la nouvelle génération ce que cela implique de jouer pour un club tel que Manchester United et ce qu’il faut faire chaque week-end sur le terrain pour prétendre jouer dans ce club.”

Sans Carrick et van Persie, MU parvient à se rapprocher des premiers du championnat.
Les trois prochains matchs de MU vont être déterminants.
Je vais faire rire peut-être mais je pense que MU peut encore gagner le championnat.
Moyes a déjà beaucoup appris. N’oublions pas qu’il est passé d’une 4 cv à une Ferrari.
Les deux clubs très impressionnants sont Liverpool et Man City.
Ce 26 décembre (18 h30) Manchester City - Liverpool promet beaucoup. On devrait voir un sommet de football, mieux que l’insipide Arsenal-Chelsea.

Permalien 11:25:32, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'Aiglon Bosetti et le Red Devil Welbeck, prophètes en leur pays, Nice et Manchester

Alexy Bosetti, né à Nice, le 23 avril 1993. Attaquant à l’OGCNice

Danny Welbeck, né à Manchester, le 26 novembre 1990. Attaquant à Manchester United

Il doit y en avoir d’autres mais pas des tonnes.
Les clubs n’ont quasi pas d’enfants du pays dans leur rang.
A Nice, il y en a plusieurs, dont Alexy Bosetti. De lui, on dit: “Il a quitté la populaire Sud pour la pelouse".
Voir un Niçois, dans la ligne d’attaque de Nice ce n’est pas courant. Cela fait très plaisir. Plaisir qui augmente quand, à la fin d’un match à l’Allianz Riviera, on le voit assis regarder la tribune qui l’applaudit. Contrairement à ce qu’on raconte sans savoir, Nice a un grand public qui n’a rien à envier aux Lensois ou à je ne sais qui. Je me répète mais le coach d’Evian, dont l’équipe menait 0-1 avant de perdre 3-1, a déclaré que le public niçois de l’Allianz Riviera était grandiose. A tel point qu’il aimerait en avoir un identique autour de son club.
A Manchester United, il y a aussi un régional permanent de l’étape. Il s’agit de Danny Welbeck. En France, on croit qu’il est écrivain… Le remuant attaquant est le seul Mancunien de la Maison Rouge avec Paul Scholes désormais adjoint de Nicky Butt dans l’équipe réserve.

Permalien 08:04:28, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Joyeux Noel !

Permalien 08:03:52, Catégories: LITS ET RATURES, VAN GOGH FOR EVER  

Une histoire sans mots, de Xu Bing (Grasset)

Il fallait le faire, c’est fait !
Voici un bouquin on ne peut plus tendance par l’un des graphistes chinois les plus en vue.
Une histoire sans paroles- hommage de ma part à Solange Peter et Jean Wiener- sans paroles mais avec plein de pictogrammes. Le personnage central du livre s’appelle Noir, il est symbolisé par une silhouette en plein américain.
Au début on n’arrive pas à entrer dans cette suite d’hiéroglyphes modernes puis on s’acclimate et cela devint un jeu très ludique.
M. Black est l’une des victimes du monde moderne, sa vie trépidante en témoigne : métro, boulot, dodo. Tout ça entrecoupé de difficiles réveils avec le bonheur de voir son chat sauter sur le lit.
Xu Bing ne nous épargne pas les allées et venues sur le trône des W.C.
On s’amuse à décrypter qu’il va bosser après avoir bien petit déjeuner.
Au bureau, il lit ses courriels et en envoie.
Le célibataire futur marié se détend en regardant des filles sur le net avec l’envie d’une aventure.
Ce livre est destiné aux 7-35 ans.
On ne peut être plus branché.
C’est davantage un concept pictural qu’un moment de littérature.
Les accros au SMS devraient y trouver leur compte.

-Une histoire sans mots, de Xu Bing, Grasset, 112 p. , 9, 90 €

24.12.13

La montagne Arsenal-Chelsea a accouché d'une souris

lundi 23 décembre 2013
Arsenal 0-0 Chelsea

Arsenal
Szczesny/
Sagna, Vermaelen, Mertesacker, Giggs/
Arteta, Ramsey, Özil, Rosicky/
Walcott, Giroud
Sur le banc: Fabianski, Podolski, Monreal, Jenkinson, Cazorla, Flamini, Bendtner
Manager: Wenger

Chelsea
Cech/
Ivanovic, Terry, Cahill, Azpilicueta,/
Mikel, Ramires, Lampard, Willian puis (77e) Oscar/
Hazard puis (72e) Schürrle, Torres puis (86e) David Luiz
Sur le banc: Schwarzer, Cole, Mata, Eto’o
Manager: Mourinho

Je voulais écouter La Callas mais j’ai vu quelqu’un chanter faux et en playback.
Il est vrai que Giroud (Arsenal) et Torres (Chelsea) ne font pas le même métier que Suarez (Liverpool) et Aguero (Man City).
Les buteurs des Reds et des Citizens sont vifs et hyper intelligents. Tout le contraire des deux autres qui ont besoin qu’on leur envoie un SMS avant chaque appel.
On attendait beaucoup de ce match mais il fut sans intérêt.
J’ai été déçu par Ozil. Il a eu le rendement de Fellaini à Man United, c’est dire !
Ozil n’est-il qu’un joueur estival ? L’hiver se met-il en veilleuse comme jadis Ribéry ?
Un absent a eu tort: le Gunner Wilshere. Faire un doigt d’honneur à destination des fans de Man City l’a empêché de jouer ce derby londonien qui aurait eu bien besoin de lui. Sans Wilshere, Arsenal ressemble à Man United sans Rooney. Je parle au niveau de l’incarnation du club par l’âme de son joueur le plus charismatique.
A la vérité, Man City et Liverpool jouent beaucoup mieux qu’Arsenal et Chelsea, même si les Gunners ont parfois des traits de lumière qui hélas ! ne se terminent pas par un but, la faute à l’absence d’un sérial-buteur dans l’effectif wengerien. (Dans le match, ils ont eu une séquence de jeu divine qui s’est terminée en eau de boudin).
Autant voir un bon match de L1, genre PSG-Lille ou Nice-Evian avec un très bon Bauthéac, auteur d’un doublé, plein d’enthousiasme communicatif. S’il jouait à Arsenal, il serait en équipe de France.
(A ce propos de Nice-Evian(3-1), le coach d’Evian a salué le public niçois qui lui a fait envie: “J’aimerais que mes joueurs aient un public comme celui de Nice".).
A Londres, la première mi-temps fut terne: à part un tir de Lampard sur la transversale, rien à se mettre sous les yeux. Quel ennui ! Il y a de beaux 0-0 mais pas celui-ci.
Ozil semble surtout bon sur terrain sec.
La pluie a gêné les débats, mais les joueurs n’ont pas enflammé les premières 45 minutes. Ni les suivantes.
Pas la peine d’enterrer Man United avec tant de violence quand on voit Arsenal et Chelsea, on se dit que MU n’a pas encore dit son dernier mot. Le champion d’Angleterre 2014 n’était pas de sortie à Londres le 23 décembre. Il devait être à la maison.
Ce derby est sans nul doute l’un des plus minables de l’Histoire entre les deux clubs.
Ce match permet à Arsenal d’être leader avec Liverpool.
Mourinho ? Il est content car il vient de signer 11 matchs sans défaite contre Wenger.

Classement de la Premier League
1 Liverpool 36 points 17 matchs/ + 23
2 Arsenal 36 17/ + 16
3 Man City 35 17/ + 31
4 Chelsea 34 17/ + 14
5 Everton 34 17/ + 13
6 Newcastle 30 17/ + 2
7 Tottenham 30 17/ -5
8 Man Utd 28 points 17 matchs/ + 8

Permalien 12:37:52, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

Cantona, le rebelle qui voulait être roi, de Philippe Auclair (Le Cherche Midi)

D’emblée le lecteur peut être surpris par «traduit de l’anglais» puisque l’auteur est français: il s’agit de Philippe Auclair que les lecteurs de France Football connaissent bien, tout comme les auditeurs de RMC. On sait qu’il est le correspondant pointu du football anglais. Il a pour lui, d’être toujours enthousiaste- je parle de lui à la radio. Il n’est jamais blasé, et c’est une qualité. Beaucoup de spécialistes ont une morne attitude. On les sent surtout salariés. Le football est affaire de passion et de compétence.
S’il n’a pas traduit son livre c’est qu’il l’a publié en 2009 en anglais. On comprend très bien que la traduction aurait été assez fastidieuse car l’ouvrage parle du Cantona qui n’existe plus, je veux parler bien sûr du Cantona footballeur au sommet de son art, soit lors de tout son règne en Angleterre, à Leeds puis à Manchester. United, of course ! Il n’existe plus sauf pour ceux qui ont suivi de près son parcours mancunien: un moment fantastique dans l’Histoire du football. Cantona s’est imposé au monde sans passer par la C1 ou la Coupe du Monde. Constat rarissime. Alors qu’il a arrêté de jouer en 1997, on le connaît toujours quand on ignore même le nom des nombreux joueurs en activité.
Grâce à Auclair, on remonte le fleuve du King: sa source, ses adieux prématurés au terrain, tout ce qu’il faut savoir de ce qu’on a vu. Il a quitté Old Trafford à 31 ans. Quand on songe que Giggs court encore comme un lapin à 40 ! Il s’agit du livre d’un journaliste. Il faut vraiment qu’il s’agisse d’Eric Cantona pour publier un ouvrage sur un footballeur qui a raccroché les crampons il y a 16 ans. Il m’arrive de discuter avec des jeunes qui n’ont jamais vu jouer le King… comme le temps passe ! De mon côté, j’avais publié un livre- épuisé depuis- sur les années Canto-Ferguson que j’ai suivi au jour le jour, la nuit la nuit, non stop. Un grand cadeau du King. Il faut dire que ce fut extraordinaire puisque tout ce que je souhaitais voir, Eric Cantona le réalisait sur le terrain, et je ne fus pas le seul à m’en apercevoir. Philippe Auclair fait un focus de plus loin mais son livre tient la route. On le lit comme on regarderait une vieille video VHS. En le lisant, j’ai eu l’impression d’être la tête de lecture qui voyait tout repasser ce que j’ai vécu à cette époque-là.

-Cantona, le rebelle qui voulait être roi, de Philippe Auclair. Traduit de l’anglais par Clément Baude. Le Cherche Midi, 575 p., 20 €

Permalien 12:34:01, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Le Mystère de la chambre de Jeanne Calment, de Jean-Claude Lamy (Fayard)

Ce livre, à contre-courant des bouquins sur des vedettes sans intérêt, est un ovni à notre époque alors que du vivant de la portraiturée il se serait sans doute arraché comme des petits pains.
Pour Jean-Claude Lamy, si Jeanne Calment est désormais loin de ses yeux, elle reste tout prêt de son cœur. Il allait la voir comme d’autres allaient chez Marlène Dietrich. Chacun ses idoles et La Calment était une star interplanétaire. Doyenne du monde ce n’est pas rien.
Née le 21 février 1875, elle nous a quittés le 4 août 1997, à 122 ans ! Son biographe atteste que cette longévité résultait davantage d’un amour de la vie que de l’ADN. La Calment avait de la vitalité à revendre, et une curiosité intacte face aux choses de la vie.
Songeons que devenue centenaire, elle a encore vécu 22 ans.
Elle était très vive, très souriante.
Le livre de Jean-Claude nous la restitue avant une grande ferveur.
Arrêtons-nous sur sa rencontre avec Vincent van Gogh qu’elle a connu alors que beaucoup n’accordait aucune importance au peintre.
Elle témoigne : Van Gogh ? «Un artiste un peu fou. Il allait voir les filles, il avait mauvaise vie… » dit-elle. « Très laid, disgracieux, un ivrogne complétement dingo ».
Ce n’est pas la grande classe comme description mais on voit très bien le tableau !
En 14 chapitres, Jean-Claude rend hommage à son amie qu’il a immortalisée dans de vibrantes pages.
Elle a véu longtemps mais c’est son ami Lamy qui l’immortalise.

-Le Mystère de la chambre de Jeanne Calment
De Jean-Claude Lamy, Fayard, 264 p., 18

23.12.13

Cadeaux de l'Angleterre: Arsenal, Chelsea, Man City et Liverpool, le combat des chefs de la Premier League

23 décembre (21 h)
Arsenal - Chelsea/ Canal+ Sport (Redif, le 24, à 16 h 15)

Pendant que le football français va digérer ses dindes et cuver la vinasse, le football anglais est sur le pont et va nous régaler avec des affiches de rêvés éveillés. Merci aux Anglais.
A signaler que Man United est cette année hors du coup. Les Red Devils ne sont que des spectateurs. A eux de recoller aux cracks du haut de classement qui vont combattre sans relâche pendant les fêtes.
Liverpool est en plein boum avec un exceptionnel Suarez, authentique machine à marquer et à faire marquer. En décembre 2013, l’Uruguayen est le meilleur footballeur au monde.

Les prochains shows à venir:

26 décembre (13 h 45) Hull City - Manchester United/ Canal+ Sport
26 décembre (18 h30) Manchester City - Liverpool/ Canal+ Sport (Redif, le 27, à 16 h)

28 décembre (16h) Norwich City - Manchester United/ Canal+ Sport (Redif, le 29, à 10 h 40)

29 décembre (17 h) Chelsea - Liverpool/ Canal+ Sport (Redif, le 30, 7 h 40)
1 janvier, (18 h 30) Manchester United - Tottenham/ Canal+ Sport

Classement de la Premier League
1 Liverpool 36 17/ + 23
2 Man City 35 17/ + 31
3 Arsenal 35 16/ + 16
4 Chelsea 33 16/ + 14
5 Everton 34 17/ + 13
6 Newcastle 30 17/ + 2
7 Tottenham 30 17/ -5
8 Man Utd 28 points 17 matchs/ + 8

22.12.13

Permalien 23:33:45, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Les joueurs marocains ont superbement salué Ronaldinho, Dieu du football

1/2 de la Coupe du Monde des clubs 2013
Raja Casablanca 3-1 Atlético Mineiro
Buts pour les Marocains : Iajour (51e), Moutouali (84e sp), Mabide (94e)
But pour les Brésiliens: Ronaldinho (64e)

A la fin du match, les Marocains se sont tous déplacés pour venir saluer Ronaldinho.
Tous voulaient un souvenir, quelque chose de lui, le maillot, le bandana, les chaussures… Ils l’auraient volontiers déshabillé s’ils n’avaient pas été retenus par le respect.
Ils l’ont embrassé comme on touche la Piéta à Rome, comme on se prosterne devant un grand homme d’église.
Rien n’est risible ici, rien n’est ridicule.
Les Marocains aiment le football depuis leur enfance, ils ont suivi les exploits de Ronaldihno lors de son parcours.
Ronaldinho appartient aux 10 plus grands joueurs de tous les temps.
C’est un authentique magicien du ballon comme on l’est du verbe.
Il a toujours affiché la joie de jouer.
Il a inventé des gestes.
On sent la grande admiration sincère des Marocains qui n’agissent pas comme des groupies avec un chanteur de variétoche.
Voilà un beau moment de football, très rare.
Le football ce n’est pas le Heysel. Le football c’est les Marocains qui croisent leur Dieu.

Permalien 12:27:40, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Ronaldinho, 3e de la Coupe du Monde des Clubs 2013

Un maître coup franc de maître Ronaldihno

La Coupe du Monde est une compétition mineure sauf quand votre fétiche la remporte !
Pour sa dixième édition, elle est revenue au Bayern Munich.
Son actuel coach, le Catalan Pep Guardiola a dit le plus important: “Je salue la performance de mes joueurs mais je rappelle que le quintuplé est dû en grande partie à mon prédécesseur Jupp Heynckes. Maintenant 2013 c’est fini…” Il n’a pas rajouté ouf! mais on l’a compris. Il est temps de quitter l’euphorie pour voir si la nouvelle moisson va être bonne.
La Coupe du monde des clubs met en présence le pays hôte du tournoi et les clubs vainqueurs continentaux des six confédérations de football: Ligue des champions UEFA, Copa Libertadores, Ligue des champions de la CAF, Ligue des champions de l’AFC, Ligue des champions de la CONCACAF et Ligue des champions de l’OFC.
Le Maroc organisera aussi l’édition 2014. Ainsi en a décidé la FIFA dont les voies… sont impénétrables.
A mes yeux, l’événement ce ne fut pas la victoire du Bayern mais plutôt la présence de Ronaldinho qui est parvenu à prendre la 3e place du tournoi. Au cours du match des perdants, il a été outrageusement expulsé alors qu’il ne le méritait pas du tout. Dans un choc anecdotique, un adversaire chinois lui a tiré volontairement dessus alors que le virtuose brésilien était au sol. Pour se rebiffer, Ronaldinho a juste manifesté son mécontentement. Résultat ? Expulsion. Grotesque !
Ronaldinho pourrait disputer la Coupe du Monde 2014. Sa précision sur coup franc est intacte. Il n’a pas de kilos de trop.
Ribéry mérite-t-il plus le Ballon d’Or avec ce trophée en plus ? Je vous laisse juge.

COUPE DU MONDE DES CLUBS
Samedi 21 décembre 2013
FINALE
Bayern Munich 2-0 Raja Casablanca (MAR)
Buts pour les Bavarois: Dante (7e,) Thiago Alcantara (22)

POUR LA 3EME PLACE
Guangzhou Evergrande (CHINE) 2-3 Atlético Mineiro (BRE)
Pour les Brésiliens: Josue (2e), Ronaldinho (45e + 1), Luan (90e + 1)
Buts pour les Chinois: Muriqui (9e), Conca (15e sp)

DEMI-FINALES
Guangzhou Evergrande 0–3 Bayern Munich
Buts pour les Bavarois : Ribéry (40e), Mandzukic (44e), et Götze (47e)

Raja Casablanca 3-1 Atlético Mineiro
Buts pour les Marocains : Iajour (51e), Moutouali (84e sp), Mabide (94e)
But pour les Brésiliens: Ronaldinho (64e)

Ronaldinho a reçu un carton rouge alors qu’il a été agressé par un Chinois qui a un sacré talent de comédien alors qu’il ne souffre d’aucune blessure

[Post dédié à Mérengué]

Permalien 00:59:20, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United refuse d'abdiquer sans défendre son titre de manière plus digne de son rang

Samedi 21 décembre 2013
Manchester United 3-1 West Ham United
Buts pour les Red Devils: Welbeck (26e), Januzaj (37e), Young (78e)
But pour West Ham United: C. Cole (81e)

Classement de la Premier League

1 Liverpool 36 17/ + 23
2 Man City 35 17/ + 31
3 Arsenal 35 16/ + 16
4 Chelsea 33 16/ + 14
5 Everton 31 16/ + 12
6 Newcastle 30 17/ + 2
7 Man Utd 28 points 17 matchs/ + 8
8 Tottenham 27 16/ -6

Après les deus défaites consécutives de Man United à domicile, deux fois 0-1 contre Everton et Newcastle, j’avais dit qu’il valait mieux perdre une fois 0-6 que six fois 0-1… et j’ai signalé que si Man United n’enchaînait pas une série de 10 victoires de suite en championnat ce n’était même plus la peine de penser au titre car Liverpool, Man City, Chelsea et Arsenal étaient dans le rôle des souris qui dansent quand le chat d’Old Trafford n’est pas là.
Man United vient de remporter deux victoires en championnat. C’est très bien: il en reste huit à venir, condition sine qua non pour conserver le titre. Maintenant il va falloir aller gagner deux fois dehors (Hull City et Norwich) avant d’accueillir Tottenham.
Contre West Ham, MU a déroulé sans forcer avec une fois de plus un très grand Rooney.
On a vu que Moses s’est passé des services du duo Vidic-Ferdinand, ça sent la fin de règne des deux rocs défensifs.
MU n’est qu’à huit points du leader Liverpool. Il ne faut pas desserrer l’étau et prendre 9 points dans les trois matchs au cours des fêtes de fin d’année.
Le jeune Januzaj a marqué un but d’immense attaquant, se promenant dans la surface adverse, effaçant les adversaires comme s’il avait de la gomme dans les chaussures. Le but du nouvel héros d’O.T. a fait soulever d’admiration tout le stade, y compris Moses et Sir Ferguson.

Manchester United
De Gea/ (6) Bien sur ses gardes
Rafael (5) Tarde à retrouver son niveau. A présent, il ressemble plus à Fabio son jumeau qu’à lui-même
Smalling (7) Là il prend la succession du grand Rio Ferdinand
Evans (7) A pris une pluie de coups de la part des bouchers de West Ham
Evra ©/ (6) Match tranquille qui lui a permis de respirer, il donne tan au club, n’en déplaise aux idiots qui confondent football avec partie de curling, puis (80e) Buttner (Non noté)
Cleverley (5) Trop irrégulier d’une minute à l’autre
Jones (7) Solide et constant dans sa concentration
Valencia (7) Bon match
Rooney (9) Très bon match, double passeur. Parfait distributeur de caviar
Januzaj (8) Beaucoup d’aplomb et un but de toute beauté, puis (69e) Young (6) Du bon Young niveau percussion
Welbeck (8) Appliqué, et ultra vif. Avec Moyes il défend moins pour évoluer davantage sur le flanc offensif puis (54e) Chicharito (5) A harcelé comme il sait le faire. A été victime d’un attentat de la part de McCartney (un simple homonyme du Beatles). Ce McCartney-là aurait dû prendre un carton rouge. C’est un miracle qu’il n’est pas brisé la cheville du Mexicain.

Sur le banc: Johnstone, Giggs, Fletcher, Kagawa

Manager: Moyes (8) A bien fait tourner l’effectif. Le groupe a gagné en confiance.

20.12.13

Permalien 11:11:41, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Deux inédits de Jean Cocteau: Paris, et Démarche d'un poète (Grasset)

Difficile d’incarner plus Paris que Jean Cocteau qui a été l’un de ses actifs acteurs pendant tout le début du XXe siècle jusqu’à sa mort. Même sous l’Occupation, il était l’image même de Paris, ce que d’aucuns lui reprochèrent mais a-t-on reproché aux boulangers de faire du pain en 1942 ? Cocteau créait comme les pommiers font des pommes. Paris est un inédit qui reprend des textes éparpillés dans la presse, genre revues confidentielles à faible tirage. Ces écrits remontent des années 1920 aux années 1960. « Paris est une grande ville, faite de petites villes et de villages que même le Parisien ignore et que les étrangers connaissent mieux que nous. » Ainsi, il songeait par exemple à la place du Calvaire à deux pas de la place du Tertre sur la Butte Montmartre d’où l’on voit toute la capitale que l’on embrasse d’un regard. « Paris est la plus voyante et la plus invisible. » Cette phrase ressemble à un autoportrait de Cocteau. « C’est de cet étrange contraste que naissent les pires malentendus» insiste-t-il légèrement. Lui-même a dû écrire La Difficulté d’être pour démontrer qu’il n’était pas que le mondain primesautier que tout le monde décrivait sans rien connaître de ses angoisses qui ont démarré sans doute le jour du suicide de son père. Près du Palais-Royal, là où il habita longtemps non loin de Berl et de Colette, il estime que les recoins de ce quartier-là renvoient aux ruelles étroites de Villefranche-sur-Mer, la petite ville près de Nice qu’il aime temps.
Démarche d’un poète ? Encore un inédit de Cocteau. Personne ne s’en plaindra. Ce livre a été publié la première fois en Allemagne (1953), dix ans avant la mort du poète. Il fait partie d’un triptyque avec La Difficulté d’être et Journal d’un inconnu. Soit la face intime du poète sans passé par le fard des personnages masqués. Ici, Cocteau fait défiler des états d’âmes sur la littérature, la peinture, le dessin… sans se laisser aller aux règlements de compte comme il le fait dans ses écrits posthumes. On y croise Picasso, Stravinsky, Radiguet et Proust. D’autres aussi, il faudrait plutôt dire les gens qu’il n’a pas connu. Il évoque sa rupture avec les Surréalistes sans rien n’expliquer. En fait, pour lui, un mouvement devait bouger alors que les surréalistes refaisaient sans cesse le monde dans les bistrots de la capitale. Les surréalistes pas à l’aise avec l’homosexualité regardaient Cocteau comme un pestiféré. Etrange Breton qui ne tolérait pas que l’on soit autre chose qu’un hétérosexuel. Aragon faisait mine de l’être à 100 % et Crevel était bisexuel sans le crier sur les toits. Les surréalistes préféraient Apollinaire, Cendrars et Reverdy qu’ils opposaient à Cocteau dont ils condamnaient le génie publicitaire. Tout l’esprit de Cocteau est dans cet ouvrage. « S’il est un rêve chez le poète, ce n’est pas celui de devenir célèbre, mais d’être cru. » On ne peut pas mieux dire. Il est persuadé que le lecteur se cherche lui-même dans les livres des autres. La lucidité de Cocteau n’est plus à prouver. D’où sa grande solitude. A son époque, seuls les artistes se camaient. Aujourd’hui, la came est partout mais où sont les artistes ?

-Paris, suivi de Notes sur l’amour, Jean Cocteau, Grasset, 77 p., 6 €
-Démarche d’un poète, Jean Cocteau, Grasset, édition et préface de David Gullentops, 140 p., 10 €

19.12.13

Permalien 13:28:08, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Barbara, photographies inédites, de Libor Sir (Le Castor Astral)

Elle avait 37 ans. Nous étions en 1967.
Barbara (1930-1997) est alors resplendissante. Au Zénith de sa beauté.
Elle a toujours eu la beauté de l’âme.
Enfant, elle me faisait peur. Avec le temps, j’ai capté la douceur du regard de la plus grande chanteuse française du XXe siècle. Je parle des auteurs, sans l’atroce e. Dit-on cafetière pour la tenancière d’un café ?
Quand on regarde les photos on est toujours happé par son regard. Ses yeux nous attirent. Ils sont chauds, généreux. Le photographe Libor Sir a su créé un lien avec la chanteuse qui est en confiance.
Sur certaines poses, elle s’abandonne totalement.
Ces portraits nous dévoilent souvent une Barbara radieuse, heureuse, souriante.
Ils ont été réalisés pour trouver la bonne image qui devait illustrer l’album « Ma plus belle histoire d’amour c’est vous ».
A part l’image du portrait retenu, quatre-vingt-cinq photos étaient restées inédites.
On est content de pouvoir les regarder de très dans la très belle édition du Castor Astral.
Les prises de vues ont été effectuées à Paris, Place des Vosges, aux bords de la Seine, puis à Saint-Cloud et à Saint-Malo.
Le noir et blanc lui va tellement à merveille que l’on se demande si elle ne vivait pas dans un monde noir et blanc.

-Barbara, photographies inédites de Libor Sir. Coordination artistique de François Laffeychine et Pierre Landette. Le Castor Astral, 176 p., 35 €

Permalien 10:30:49, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United et Man City devraient s'affronter en finale de la Coupe de la Ligue

Mercredi 18 décembre 2013 Britannia Stadium
Stoke City 0-2 Manchester United
Buts pour les Red Devils: Young (62e), Evra (78e)

Stoke 0-2 United

Très bon pour le moral des Red Devils, de Moyes et des fans de MU: la nouvelle victoire propulse MU aux portes d’un nouveau trophée. Et dire qu’on disait moribonds les Mancuniens de la Maison Rouge !
Les Red Devils joueront les demi-finales de la Capital One Cup à Sunderland puisqu’ils se sont imposés 0-2 à Stoke City.
Man United a dû dépasser l’heure de jeu pour marquer par Ashley Young qui a joué avec Chicharito afin d’ouvrir le score. Cela faisait 19 mois que Young n’avait pas marqué, il est vrai qu’il appartient au salon des coiffeurs. Ensuite l’indestructible Patrice Évra a confirmé la victoire, sur un service de Young dont c’était la soirée.
Le match avait été interrompu en première mi-temps suite à un déluge de grêle.
-"On va jouer une demi-finale difficile contre Sunderland. Sunderland a été très bon pour battre Chelsea. Il peut se passer beaucoup de choses d’ici-là, mais je suis déjà satisfait de notre qualification pour le dernier carré", a déclaré David Moyes heureux d’être à un match de la finale.
Le tirage des 1/2, effectué notamment par l’ancien Red Devil Andy Cole, a désigné Manchester City-West Ham dans l’autre demi-finale. City jouera le match aller à domicile, avant d’aller à Upton Park. Man United fera l’inverse contre Sunderland.
A noter que les fans purs et durs de MU font les déplacements et ne vont quasi plus à Old Trafford car les places sont trop chères. A Stoke, on a beaucoup entendu les chants du cher KOP des Red Devils. Ils iront aussi en Grèce, pour voir le 8e de C1.

Manchester United
De Gea/
Rafael, Smalling, Evans, Evra ©:
Valencia, Cleverley, Jones, Anderson, puis Chicharito (56e), Young/
Welbeck, puis Fletcher (82e) [Aucun jouer noté, je n’ai pas vu le match.]

Sur le banc: Johnstone, Büttner, Kagawa, Nani, Zaha

Manager: David Moyes a bien gérer l’effectif en laissant à la maison Wayne Rooney, entre autres. Fletcher a de nouveau jouer ce qui fait très plaisir. Est-ce que l’on se dirige vers la recomposition du duo Fletcher-Carrick. Cela serait une très bonne nouvelle. Et Fellaini, il est où ? Ce transfert reste une énigme.

[Post dédié aux Aiglons qui ont battu Sochaux deux fois de suite]

Permalien 00:33:10, Catégories: LITS ET RATURES  

Sulak (1955-1985), par Philippe Jaenada (Julliard)

Presque 500 pages sur Sulak ? Une biographie de Tolstoï en a parfois moins. Cela n’a rien à voir, je sais. Philippe Jaenada a très bien fait de consacrer du temps et son talent à Bruno Sulak car l’ancien casseur bénéficie d’une bonne cote sur le barème des truands et il était bon de voir vraiment ce qu’il a fait. A-t-il commis une œuvre avec sa vie de rebelle à l’ordre établi ou est-on en face d’une série de magouilles ? A la fin du livre, et même au bout de 100 pages, je me suis dit : quel gâchis ! D’évidence, Bruno Sulak avait tout pour se faire une place au soleil. Intelligent, sensible, volontaire, courageux et travailleur quand il le fallait. Faire un casse de supermarché, pourquoi pas si un jour il avait été dans un besoin urgent. On aurait pu fermer les yeux, une fois, sur le principe de la seconde chance. Le hic c’est qu’il a enchaîné les braquages de supermarché avant de passer au comptoir de banque puis aux bijouteries. Cette escalade ne fait rêver personne.
Une chose est certaine : avec son aisance intellectuelle, Bruno Sulak aurait pu arnaquer légalement ! Par exemple, faire de la politique comme tant de gens en font, avant tout pour leur portefeuille. C’est là sans doute la faiblesse de son raisonnement : voyant que tout était pourri, Sulak a carrément basculé dans le hors la loi. Tout a commencé par un vol de voiture, et qui vole une Simca en vole d’autres, c’était sa marotte, voiture passe partout. Grand séducteur, Sulak savait aussi aimer, notamment sa compagne Thalie qui traverse le livre comme une muse sur qui on peut compter.
Philippe Jaenada mène bien son récit qui n’est absolument pas un roman comme l’indique à tort la couverture. Il intervient souvent dans sa prose alerte pour nous parler d’autres choses que de Sulak et ce procédé sert de respiration. Le lecteur sait très bien que le livre n’a pas été écrit d’une traite. Entre une suite de pages, l’auteur a mangé, marché, dormi et le reste ! Jaenada fait des écarts salutaires qui enrichissent ce qu’il écrit sur Sulak. Jaenada a autant d’humour que son héros car c’est un héros. Sulak restera comme un as du banditisme à l’époque de Mesrine et Spaggiari. Le paradoxe de Sulak c’est qu’il s’engagea dans l’armée- la Légion- avant de devenir un déserteur. D’un côté, on marche au pas, de l’autre, on vit comme un play boy désœuvré. Bruno Sulak n’a en fait pas rencontré la ou les bonnes personnes qui auraient pu le diriger vers un domaine plus approprié à sa personnalité. As de l’évasion, il resta sur le carreau lors de son ultime essai de cavale. Il est mort en sautant d’une fenêtre. A-t-il été tué ou s’est-il tué en voulant fuir ? Sa fin est abominable avec la médecine qui le charcute. Je vous passe les détails.
Le pouvoir n’aime pas les voyous bien élevés, il faut les éliminer et les donner en pâture au peuple.
De notoriété publique, on sait que Sulak n’a jamais tiré une seule fois lors de ses braquages.
Lui prenait le butin mais ne voulait pas blesser les gens qui n’y étaient pour rien.
Bruno Sulak était très sympathique mais sa vie ne s’est pas déroulée sur un chemin épanouissant. Cette quête frénétique de l’argent est d’une banalité consternante.
Beaucoup d’artistes disent: si je n’avais pas chanté, dessiné, joué ou écrit, je serais devenu un voyou.
C’est exactement ce qui est arrivé à Bruno Sulak.
La police finit toujours par gagner comme la mort sur la vie. Si l’on veut prolonger notre séjour sur la planète, il vaut mieux adopter les conseils de Georges Brassens : traverser sur les clous, pour ne pas avoir à traiter avec la marée chaussée. Pour vivre heureux, vivons cachés, si possible loin des commissariats. Et du cimetière. On a toujours le temps d’y aller.

-Sulak, de Philippe Jaenada, Julliard, 486 p. , 22 €

18.12.13

Permalien 09:50:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Débordement sur l'aile et tir dans la lucarne, de Pierre Tanguy (La Part Commune)

Grandes images sur Garrincha. Documentaire grandiose. Qualité exceptionnelle.

Ce « petit » grand livre devrait être lu par tous les violents des terrains amateurs qui disputent une rencontre du dimanche comme si c’était une guerre de tranchées ! Même les terrains de basket s’y mettent à présent pour desservir le sport : le 15 décembre 2013, la rencontre opposant le Paris-Levallois au BMC Gravelines a dégénéré en pugilat dans le cadre de la 11e journée de Pro A. Quatre jours avant, ils ont dû saluer la mémoire de Nelson Mandela…
Revenons à l’ouvrage de Pierre Tanguy, une suite impressionniste sur le football.
Ceux qui haïssent le football, car ils pensent que le football= gugusses qui se tapent dessus, ne liront jamais ce texte. Tant pis pour eux ! « Ce qui remonte à l’enfance a quelque chose de sacré », a dit Gérard de Nerval, cet ailier maudit des lettres. Evidemment l’ouvrage est dédié au père de l’auteur grand fan de Rennes.
Pierre Tanguy cite aussi Vladimir Dimitrijevic et Georges Perros, là nous sommes en pays de connaissances. Les deux écrivains étaient des passionnés du ballon rond.
On y croise aussi Haldas. Tant mieux, très bien. Tanguy et comme Perros: si au coin d’une rue, il voit des gamins jouer, il devient tout à coup heureux de vivre. Ces matchs improvisés sont toujours des instants magiques.
Le début du livre est un hommage à l’enfance et aux écrivains épris de football.
Ensuite, Tanguy publie une série de notes, de croquis sur sa passion.
Tout y passe, des poteaux symbolisés par des branches d’un bosquet au ballon en mousse.
«Quand un joueur est en possession du ballon et qu’aucun adveraire ne le presse, ses équipers lui crient : Seul. » Magnifique, comme tout l’ensemble du livre.
Dans la prose du poète du rectangle vert, il n’y a pas un mot sur Ribéry, pas une ligne sur Messi, rien sur le PSG du Qatar ou de Susic. En revanche, il a l’essentiel sur l’odeur de la pelouse et des vestiaires, sur les coups de pied dans les marrons qui traînent sur les trottoirs, sur le lever de rideau disparu, sur la tristesse de la fin du match, sur les filles qui tremblent de froid dans les tribunes, sur la main de son oncle qui l’accompagnait jadis au stade, sur la solitude lors des jonglages, sur les tirs dans le petit filet, sur la divine rêvasserie liée à tout ce qui touche le ballon rond…
Yves Tanguy a signé le plus grand livre sur le football de l’année 2013.
Grand par la sincérité. Grand par la vérité. Grand par le poésie.

-Débordement sur l’aile et tir dans la lucarne
De Pierre Tanguy. Postface d’Yvon Lechevestrier. La Part Commune, 111 p.,13 €

16.12.13

Permalien 23:56:40, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR  

Le plus beau match de 2013: Man City 6-3 Arsenal

Le football ce n’est pas la viande ivre des tribunes tout le comme le cinéma ce n’est pas les navets. Le football c’est City-Arsenal.

16e Journée Etihad Stadium
Samedi 14 décembre 2013
Manchester City 6-3 Arsenal

Buts pour les Citizens: Aguero (14e), Negredo (39e), Fernandinho (50e, 88e), Silva (66e), Toure (90e + 5)

Buts pour les Gunners: Walcott (31e, 63e), Mertesacker (90e + 3)

Classement:
1 Arsenal 35 pts 16 mats + 16
2 Chelsea 33 16 + 14
3 Man City 32 16 + 29

Permalien 19:52:18, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Suarez et Liverpool renvoient Villas-Boas à la maison

Hugo Lloris fait le dur apprentissage de la Premier League.
En Angleterre quand les défenses cèdent il pleut des ballons dans les filets comme les melons à Cavaillon.
Si j’extirpe deux matchs des 7 derniers des Spurs, on note que le Niçois est allé recherché 11 fois le ballon au fond de la cage de Tottenham. Dans le même temps- deux fois 90 mn- les attaquants de Londres ont marqué zéro fois!

24 novembre 2013
Manchester City 6- 0 Tottenham
Buts pour les Citizens: (Navas 0e, 91e), Sandro (33e), Agüero (40e, 49e), Negredo (54e)

15 décembre 2013
Tottenham 0-5 Liverpool
Buts pour les Reds: Suárez (17e, 83e), Henderson (39e), Flanagan (74e), Sterling (88e)

Prendre autant de buts une saison de Coupe du Monde cela fait bizarre. Sans Lloris, les additions auraient été encore plus salées.
La lourde défaite à domicile de Tottenham face à Liverpool en Premier League (5-0) a été la défaite de trop, surtout à domicile.
Exit le Portugais André Villas-Boas.
L’ancien technicien de Porto et de Chelsea, arrivé chez les Spurs en juillet 2012, était sur le siège éjectable depuis le carton encaissé sur la pelouse de Manchester City (6-0).
Les deux déroutes ont écoeuré les dirigeants qui ont dépensé plus de 100 millions d’euros durant le marché des transferts pour recruter Paulinho, Etienne Capoue, Roberto Soldado et Erik Lamela. L’argent encaissé par le transfert de l’ailier gallois Gareth Bale au Real Madrid n’a pas rapporté gros !
Les Spurs n’ont inscrit que 15 buts en 16 matchs de championnat.
André Villas-Boas, 36 ans, a tenu plus longtemps à Tottenham que lors de son précédent mandat, à Chelsea, où il avait été remercié au bout de huit mois.
Où va-t-il rebondir ?

Permalien 19:47:56, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Le sublime hommage de l'Angleterre et de C.Ronaldo à Sir Alex Ferguson, élu personnalité de l'année 2013 par la BBC

A voir: le parcours de Fergie, l’hommage de C. Ronaldo, le discours de Fergie, sous les yeux de la délégation de MU avec Moyes sur scène. Grandiose cérémonie. Les Anglais sont vraiment formidables. La France devrait prendre quelques leçons. Le jour où la France organise une tel hommage, les poules auront des molaires… La présentation est de Gary Lineker. Cette manière de dire que l’on s’aime est merveilleuse. Beaucoup de tact, de pudeur, d’émotion. Et là nous sommes entre géants, et non pas encore people du PAF qui font de la com…. Les plus grands sont les plus simples. La preuve !

Sir Ferguson est un coach qui peuplait les rêves au lieu de faire rêver les peuples, ce qui est la manie des coachs de petite envergure, bons qu’à parler dans les médias.
J’ai tout suivi l’aventure de MU chaque jour depuis l’arrivée du King Cantona. Plus de 20 ans de joie non stop.
Aujourd’hui, il est tout à fait logique que MU marque un peu le pas vu que son second père spirituel a tourné la page.
N’importe quel autre club serait à l’agonie alors que MU n’est pas relégable et que le parcours en C1 suit son cours.
Roy Keane, pitoyable coach, après avoir été le joueur que l’on sait a taillé son ancien coach dans la presse, disant qu’il plaçait Brian Clough avant Sir Ferguon. Pourquoi pas, si ça lui fait plaisir ? Brian Clough a porté haut Nottingham Forest. Il y a cependant autre chose à dire sur Fergie. On ne compare pas WC Fields à Charlie Chaplin.
Roy Keane a aussi dégainé son fiel sur Ryan Giggs: « Avoir une grande carrière ne veut pas dire que tu es un grand joueur. » Là, on rigole aussi. Si Giggs n’a jamais été un Terminator de la race de Keane ou de Scholes, il a été un joueur grandiose, en finesse, marquant des buts de toute beauté et participant activement à donner son rayonnement au club. Chaque joueur a heureusement sa personnalité. Si Keane était un bélier, Giggs était (et encore) un lièvre increvable.Comme Roy Keane reproche à Sir Alex Ferguson de vouloir conserver son influence du côté d’Old Trafford, David Moyes a réagi en assurant qu’il n’avait « aucun problème » avec son prédécesseur.
Tout ce que je peux dire sur Sir Alex, c’est qu’il m’a été d’une grande aide. Si j’ai besoin d’un conseil, je peux décrocher mon téléphone et l’appeler. Je l’ai en ligne une fois toutes les deux ou trois semaines et il a toujours été extrêmement prévenant. Je ne le vois pas régulièrement. Il vient assister aux matches mais il est directeur désormais et cela fait donc partie de ses prérogatives. Nous nous croisons régulièrement et je vais le saluer après les matches. Il ne vient pas dans le vestiaire avant ou après les matches. Beaucoup de directeurs le font mais Sir Alex, lui, reste à l’écart. Je n’ai aucun problème avec Sir Alex, quel qu’il soit. »
Ryan Giggs a aussi réagi:
-« Sir Ferguson s’est toujours beaucoup occupé de moi, il voulait toujours que je fasse les choses bien pour tirer totalement avantage de mon potentiel. Donc le manager est sans doute la personne la plus influente de ma carrière. Je suis très reconnaissant pour cela. Je pense que Sir Alex et David Moyes sont similaires. Bien sûr, le nouvel entraîneur est arrivé dans l’équipe championne en titre donc il ne voulait pas changer trop de choses mais il va finir par poser son empreinte sur ce club. Je pense qu’au fur et à mesure les choses vont peut-être changer un peu, mais pour le moment ça n’a pas trop changé. »
Quant à C. Ronaldo, il a dit tout le bien qu’il pense de Sir Ferguson, c’est autrement plus que l’attaque absurde de Keane.
D’un côté, on a un joueur de classe qui dit: “Sir Ferguson s’est comporté comme un père (…) Il m’a donné le numéro 7 (…) Il m’a aidé à devenir un homme".
De l’autre, on a un ancien joueur qui a quitté MU sans que MU ne soit handicapé 10 secondes par son départ.

Les 38 trophées remportés par Sir Ferguson à MU, entre 1986 et 2013:

Premier League: 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013

FA Cup: 1990, 1994, 1996, 1999, 2004

League Cup: 1992, 2006, 2009, 2010

Champions League: 1999, 2008

Cup Winners Cup: 1991

Fifa Club World Cup: 2008

Uefa Super Cup: 1992

Inter-Continental Cup: 1999

FA Charity/Community Shield: 1990 (shared), 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2011

[Post dédié à De Staël]

Le cinéma perd deux géants: Joan Fontaine (1917-2013) et Peter O'Toole (1932-2013)

Sœur d’Olivia de Havilland (1916), Joan Fontaine était déjà âgée quand je suis né.
C’était un visage familier de mon enfance quand la télé n’avait qu’une chaîne.
D’aucuns la croyaient déjà morte. D’autres ne la connaissaient même pas.
Ce fut une actrice monumentale et non pas une poupée au cerveau vide.
Le rapport conflictuel avec sa sœur a fait les choux gras de la presse américaine.
Peter O’Toole, lui, est pour toujours l’incarnation de Lawrence d’Arabie.

8e de C1 2014: Olympiacos-Man U et City-Barça, Arsenal-Bayern Munich

Man United ne s’en sort pas trop mal mais il faudra respecter les Grecs et limiter les dégâts au match aller, loin d’Old Trafford. Man City peut éliminer le Barça et Arsenal n’est pas favori devant les Bavarois.

16 décembre 2013, à 12h
Tirage au sort des huitièmes de finale

Les huitièmes de finale (en Italiques, les favoris…)

Manchester City FC - FC Barcelona
Olympiacos FC - Manchester United FC
AC Milan - Club Atlético de Madrid
Bayer 04 Leverkusen - Paris Saint-Germain
Galatasaray AÞ - Chelsea FC
FC Schalke 04 - Real Madrid CF
FC Zenit - Borussia Dortmund
Arsenal FC - FC Bayern Munich

18 et 25 février 2014 : 1/8e finale aller
11 et 18 mars 2014 : 1/8e finale retour
21 mars 2014 : Tirage au sort des quarts et demi finales
1 avril 2014 : 1/4 finale aller
8 avril 2014 : 1/4 finale retour
22 avril 2014 : 1/2 finale aller
29 avril 2014 : 1/2 finale retour

24 mai 2014 : Finale à Lisbonne

Avant les trois duels au sommet de la période du Boxing-Day, Arsenal, Chelsea, Man City et Liverpool ont viré Man United du Big Four

Le réveil des Reds est une évidence. Les Reds ont joué magistralement à Londres, contre Tottenham. Leurs buts sont tous magnifiques. Hugo Lloris est allé ramasser cinq fois le ballon au fond de ses filets. Suarez est actuellement en plein boum. Vista, intelligence, buteur, passeur, l’Uruguayen est effrayant de talent ! Il semble aimanté par les cages. (A noter le commentateur. Parfait: connaissance, passion, admiration).

14 & 15 décembre 2013
Premier League

Aston Villa 0-3 Man Utd
Norwich 1-1 Swansea
Man City 6 - 3 Arsenal
Tottenham 0-5 Liverpool

Everton 4 - 1 Fulham
Cardiff 1 - 0 West Brom
Chelsea 2 - 1 Crystal Palace
Newcastle 1 - 1 Southampton
West Ham 0 - 0 Sunderland
Hull 0 - 0 Stoke

Classement
1 Arsenal 35 16 16
2 Liverpool 33 16 + 20
3 Chelsea 33 16 + 14
4 Man City 32 16 + 29
5 Everton 31 12 31
6 Newcastle 27 16 -1
7 Tottenham 27 16 - 3
8 Man Utd 25 16 + 6

Les trois gros matchs à venir dont celui du Boxing-Day (26-12-2013):
23 décembre 2013 (21 h) Arsenal - Chelsea, Emirates Stadium, Londres
26 décembre (18 h 30) Manchester City - Liverpool, Etihad Stadium, Manchester
29 décembre,( 17 h) Chelsea - Liverpool, Stamford Bridge, Londres

La 16e journée a été un très grand week-end de football anglais alors que j’entends qu’en France il y a eu des bagarres lors de matchs amateurs. Est-ce que l’on demande de renoncer à la vente de voitures à cause des morts sur la route ? Est-ce que les armuriers ferment leur magasin quand on signale un crime ? Est-ce que l’on demande de boycotter les librairies quand un philosophe zigouille sa femme ? (Eh! oui, c’est arrivé !) Il y a ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. L’éternel chanson football= violence, c’est du pipeau, une ritournelle grotesque alors que la médias de masse parlent football tous les jours pendant des heures et des heures. Si le football est si dangereux, ils n’ont qu’à faire des émissions sur le curling, le yoyo et le bobsleigh. Taux d’audience garanti ! A quand le Curling d’Or ?
Revenons à l’Angleterre. La Premier League est le plus beau championnat du monde. Certes C. Ronaldo et Messi joue en Liga mais Suarez et Rooney plus tous les autres jouent en Premier League.
C’est l’engagement, la spontanéité qui fait la beauté du football anglo-saxon. Il est fascinant de voir que le football anglais est de plus en plus joué par des étrangers. N’empêche, il n’en perd pas son identité.
Football anglais ? Non, football tout court !
Regardez le programme à venir, c’est autre chose que PSG-OM, non ?
Quand Cavani doit voir les matchs anglais, il doit se demander s’il ne ferait pas mieux de signer à Chelsea…
La 16e journée a changé la donne du haut de classement où quatre équipes désormais se tiennent dans un mouchoir de poche:
Arsenal(35 pts), Liverpool (33), Chelsea (33) et Man City (32).
Depuis 20 ans, j’ai la douce habitude de ne regarder essentiellement que les matchs de MU.
Cette saison, je regarde s’affronter, entre eux, les rivaux séculaires de MU. Il y a beaucoup à voir.
Pour sortir du ventre mou, MU va devoir hausser son niveau de jeu collectif.
La période de rodage David Moyes est finie.

Si Man United veut recoller aux clubs de tête, les Red Devils doivent faire le carton plein, en gagnant tous ses prochains, seul moyen de revenir sur le Big Four actuel. Comme les mieux placés vont se rencontrer, MU a la chance de pouvoir en profiter à la seule condition de réaliser une série de victoires qui porterait son total à 37 points ce qui très peu vu que les Gunners en ont déjà 35…:

21 décembre (16 h) Manchester United - West Ham, Old Trafford, Manchester
26 décembre (13 h 45) Hull City - Manchester United, KC Stadium, Hull
28 décembre (16h) Norwich City - Manchester United, Carrow Road, Norwich
1 janvier, (18 h 30) Manchester United - Tottenham, Old Trafford, Manchester

15.12.13

Permalien 18:44:29, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man U se réveille pendant que Liverpool, Chelsea et Man City dévorent l'avance d'Arsenal

Dimanche 15 décembre 2013
Aston Villa 0-3 Man United
Buts pour les Red Devils: Welbeck (15e, 18e), Cleverley (52e)

Comme je l’ai dit, si Man United veut revenir dans la course, les Red Devils doivent enchaîner 10 victoires de suite et sans match nul si possible ! La victoire à Aston Villa fait du bien mais elle ne confirme rien.
Bonne nouvelle: Darren Fletcher est de retour.
Et Wayne Rooney va sans doute resigner à MU quatre ans pour 15 M€ par saison. Oui, 60 M€! Mesdames, messieurs, nous parlons de Rooney, svp. L’un des 5 meilleurs joueurs au monde.

Manchester United
de Gea/ (7) Si jeune et si sérieux.
Rafael (6) On a retrouvé le jeune coriace
Jones (6) Solide
Evans (6) Efficace
Evra ©/ (6) Papy a bien joué, comme d’hab. C’est un vieux maintenant dans cette défense si jeune.
Cleverley (6) A bien tenu son rôle
Antonio Valencia (7) Merveilleux capitaine de l’Equateur
Giggs/ (6) Du bon Ryan, puis Fletcher (70e) (6) Bien dans le rythme pour un come back
Welbeck (8) Du grand Welbeck, hyper vif
Rooney (7) A assuré, puis Zaha (84e) (Non noté)
Januzaj (7) Du répondant pour un débutant en Premier League, puis Young(69e) (6) Pas à son bon niveau

Sur la banc: Lindegaard, Ferdinand, Fabio, Büttner

Coach: David Moyes (7). Respect au nouveau coach qui a une pression terrible.

La défaite d’Arsenal a permis à la meute qui poursuit les Gunners de littéralement fondre sur les joueurs d’Arsène Wenger qui n’ont plus que deux points d’avance (35) sur Liverpool et Chelsea, tous les deux avec 33 points. Man City qui a relancé le championnat se retrouve 4e avec 32 points.
Le Boxing-Day s’annonce grandiose avec Man City-Liverpool.

Comme les Gunners ont perdu 6-3 contre Man City, le superbe championnat anglais est complétement relancé suite à ce fantastique choc au sommet

Ce Man City-Arsenal (6-3) fut le plus beau match depuis le début de saison. C’était comme si on assistait à un McEnroe-Borg. Les deux équipes ne fermant jamais le feu. Un football ultra offensif mais hélas! pour Arsenal, le club de Londres n’a pas de buteur de classe mondiale, contrairement à City. On a vu des séquences de jeu tout simplement grandioses.

16e Journée Etihad Stadium
Samedi 14 décembre 2013
Manchester City 6-3 Arsenal
Buts pour les Citizens: Aguero (14e), Negredo (39e), Fernandinho (50e, 88e), Silva (66e), Toure (90e + 5)
Buts pour les Gunners: Walcott (31e, 63e), Mertesacker (90e + 3)

Classement:
1 Arsenal 35 pts 16 mats + 16
2 Chelsea 33 16 + 14
3 Man City 32 16 + 29
4 Everton 31 16 + 12
5 Liverpool 30 15 + 16
6 Newcastle 27 16 -1
7 Tottenham 27 15 -1
8 Southampton 24 16 + 5
9 Man Utd 22 15 + 3

Avec les victoires de Chelsea (2-1, contre Crystal Palace) et de Man City, la Premier League est loin d’être promise à Arsenal.
Et tenez-vous bien, lundi 23 décembre 2013 aura lieu Arsenal-Chelsea à 21 h!
Man United joue si mal que je suis obligé d’attendre ce derby londonien qui s’annonce de feu.
Le football anglais ne remporte pas la Coupe du Monde depuis 1966 mais il reste le plus beau, le plus généreux, le plus fantastique car il contient l’essence du jeu de manière si spontanée, soit le contraire du calcul scientifique à l’italienne ou l’étau cérébral made in Spain.
Gunners cela veut dire Canonniers. Voilà un surnom très difficile à porter. Les joueurs de Wenger ont marqué 3 buts à l’extérieur. C’est très bien. Le hic c’est qu’ils en ont pris 6 dans la musette !
Avant le match, le manager d’Arsenal a déclaré:
-Je n’envie pas l’équipe de City…
Aie! Aie! Aie! Le match passé, on se dit que la formule était malheureuse car elle a surmotivé l’adversaire au lieu de transcender les Gunners.
Il y a un mois, je voyais Arsenal champion parce que Man United ne met pas un pied devant l’autre.
A présent, je revois mon jugement car City a de quoi faire mal à beaucoup de monde.
Les Citizens ont un effectif pour remporter le championnat. Ils sont désormais les favoris du championnat. Et Chelsea, outsider n°1. Arsenal est parti trop tôt, trop vite. Ils n’ont pas de le banc assez profond.
Arsenal est plus lièvre que tortue, plus cigale que fourmi contrairement aux apparences.
Selon la formule: il faut le maillot jaune sur le podium des Champs Elysées et non pas au sommet des Pyrénées.
Man United peut revenir dans la course à condition de faire une série de 10 matchs sans défaite, ni nul. Un nul à Aston Villa le 15 décembre équivaudrait à une défaite.
Vous allez me dire que c’est le dernier qui a joué qui a raison. Je ne crois que ce que je vois et là j’ai vu le plus beau match de la saison, pour l’instant.
9 buts ! City a joué avec un onze majestueux. Chaque ligne est solide. Nasri a très bien tenu son rôle créatif même s’il ralentit toujours un peu les attaques. Je ne vois pas Deschamps laisser Nasri à la maison. Quand il le veut et le peut, Nasri est un technicien plus qu’honorable, même s’il n’est toujours pas assez solide. Silva est plus fragile que lui mais il tient mieux sur ses jambes.
Le match fut vivant, presque à chaque attaque des deux camps, il pouvait y avoir but.
Après ce match, j’ai éteint la télé. J’en avais assez vu. Je voulais rester sur cet éclatant football.
Quand Koscielny est sorti sur blessure, Arsenal a encaissé 4 buts. Vermaelen est trop à court de rythme.
L’attaque de City est effrayante avec du talent partout.
Celle d’Arsenal n’est pas celle du champion: Giroud, Bendtner n’ont rien à voir avec Suarez (Liverpool), et Aguero (City).
Ozil cela ne suffit. Ozil on ne l’a pas beaucoup vu contre City.
Arsenal a la mèche (Ozil) mais pas la poudre.
Walcott a fait un doublé mais pour rien ou si peu.
Arsenal n’a pas de buteur de dimension mondiale, exactement comme MU n’a pas de milieu hyper compétitif. On ne devient pas champion d’Angleterre en donnant les clefs d’Old Trafford à l’envoyeur de SMS en plein match (Fellaini). Et je ne vois Giroud empiler les buts décisifs dans le temps additionnel.

Manchester City : Pantilimon - Zabaleta, Kompany ©, Demichelis, Clichy - Fernandinho, Yaya Toure - Nasri puis (90e) Javi Garcia, Aguero puis (49e) Jesus Navas, Silva puis (71e) Milner- Negredo
Manager: Manuel Pellegrini

Arsenal : Szczesny - Sagna, Mertesacker, Koscielny puis (41e) Vermaelen, Monreal - Flamini puis (72e) Gnabry, Ramsey - Wilshere, Özil, Walcott - Giroud puis (76e) Bendtner
Manager: Arsène Wenger

Un lieu à désigner va honorer Jim Morrison à Paris

Quand on voit et on écoute Jim Morrison on se dit que les autres chanteurs ont bien de courage pour se présenter devant unn micro. Une force d’inconscience! Sans parler de son physique et de sa présence, sa voix nous prend aux entrailles.

Mieux vaut tard que jamais !
A l’initiative du conseiller de Paris Jérôme Dubus (UMP), un lieu dans la capitale va porter le nom de Jim Morrison “étant donné son lien particulier avec Paris".
Le conseiller municipal a rappelé que le cultissime leader des Doors qui aurait eu 70 ans le 8 décembre, a vécu dans le quartier du Marais, au “17 rue Beautreillis” (IVe).
Il faut aussi dire que le poète américain était un très grand lecteur d’écrivains français.
Le Conseil de Paris, à l’initiative du groupe UMP, souhaite donc dédier un lieu, une place ou un équipement public, à la mémoire du musicien enterré au Père Lachaise.
Dans l’autre camp politique, l’exécutif socialiste a décidé de “répondre favorablement", a cette demande d’hommage a indiqué à l’AFP Bruno Julliard, adjoint du maire Bertrand Delanoë (PS) chargé de la culture, saluant “une bonne initiative".
Morrison réussit à réconcilier l’irréconciliable.
La tombe du cofondateur des Doors, mort à Paris le 3 juillet 1971 à l’âge de 27 ans, est l’une des plus visitées de la capitale.
Il est bon que l’on quitte le cimetière pour penser aussi à lui dans un endroit plus vivant…

14.12.13

Permalien 17:23:57, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Connaissez-vous Sixto Rodriguez alias Sugar Man ?

Un jour Jean Paulhan dit à Georges Navel: “Si vous voulez, je vous trouve une place à la NRF…”
La réponse fut négative. Navel a répondu préférer casser des pierres plutôt que de faire le beau à Paris.
J’en profite pour vous conseiller de lire Travaux le chef d’œuvre de Navel. Merveilleux témoignage. Cela sonne juste.
Dans le monde de la chanson Sixto Rodriguez fait penser à Navel. C’est un chanteur sensationnel et pourtant il a passé une grande partie de son temps à être manœuvre.
Aujourd’hui, usé par la vie, il monte parfois sur scène, au mécontentement de certains de ses fans qui estiment qu’il est poussé sur le plateau…
Sixto Diaz Rodriguez, né le 10 juillet 1942 à Détroit dans le Michigan, est un authentique auteur-compositeur-interprète qui a deux phares dans la vie: Mandela et Bob Dylan qu’il compare à Shakespeare.
Alors que le public sud-Africain le croyait mort, deux fans originaires du Cap l’ont retrouvé avant de décider d’organiser une série de concerts en Afrique du Sud en 1997.
Le film de Malik Bendjelloul qui raconte leur histoire a obtienu l’Oscar du meilleur film documentaire 2013.
Du coup Rodriguez connaît la célébrité, avec un énorme retardement, aux États-Unis et en Europe.

Searching for Sugar Man
Film documentaire de Malik Bendjelloul

“En 1969 et en 1972, Sixto Rodriguez enregistre deux albums qui passent totalement inaperçus, renvoyant le sixième enfant d’une famille ouvrière de Detroit à l’anonymat. Mais en Australie et en Nouvelle-Zélande, certaines des chansons de Rodriguez font leur chemin. Nulle part elles ne vont aussi loin qu’en Afrique du Sud, où l’une d’entre elles devient un hymne de combat contre l’Apartheid. Pendant ce temps, Rodriguez passe une licence de philosophie aux Etats-Unis et travaille sur des chantiers sans savoir qu’il est devenu une véritable légende en Afrique du Sud. Deux fans du Cap décident de partir à la recherche.”

Les diffusions:
Mardi 17 décembre 2013 à 22h45, Canal+
Vendredi 20 décembre 2013 à 10h00, Canal+ Cinéma
Dimanche 22 décembre 2013 à 20h50, Canal+ Cinéma

http://www.sugarman.org/

13.12.13

Permalien 17:37:41, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Blessé, van Persie va manquer 10 matchs de Man United dont la période importante du Boxing Day

Malgré toutes les turbulences du monde moderne, MU reste un club familial. Il y règne une ambiance heureuse. Ce n’est pas à Old Trafford qu’on verra des bagarres dans les tribunes. Et encore moins une pelouse ravagée par le rugby. En Angleterre, il y a des stades pour le football et d’autres pour le rugby. Il est vrai que les Anglais ont beaucoup d’avance puisqu’ils sont à l’origine du sport moderne. David Moyes s’est très bien intégré dans le club. Humainement c’est un gentleman, un vrai. Il lui faut maintenant s’affirmer par les résultats. N’importe quel club serait en crise après le départ de Sir Ferguson. MU a donné sa chance à un coach méritant et non pas à un coach confirmé comme l’a fait le Bayern Munich avec Guardiola. Il faut se mettre dans la tête le souhait de Fergie “Aidez le nouveau coach comme vous m’avez aidé…”

La saison dernière, les fans des Gunners l’avaient mauvaise car Robin van Persie a fait un malheur à Man United sans être blessé alors que pendant des années il était toujours souffrant à Arsenal.
Cette saison ne ressemble en rien à celle de 2012-2013, puisque le Néerlandais est très souvent blessé, à tel point qu’il va être absent des compétitions pendant au moins un mois.
Van Persie (30 ans) était revenu samedi 7 décembre 2013 après avoir manqué quatre matches à cause d’un problème à l’orteil et aux adducteurs. Ce retour prématuré n’a fait qu’aggraver la blessure. Résultat: Newcastle a gagné 0-1 à Old Trafford, et van Persie a encore plus mal à la cuisse.
-"C’est pas de chance car quand si regarde les statistiques, avec Wayne et Robin dans l’équipe, le bilan de MU est excellent", a déclaré le nouveau coach, David Moyes.
Van Persie a inscrit 10 buts pour les Red Devils depuis le mois d’août 2013, dont le but de la victoire face à Arsenal.
Espérons que cette absence permette à Rooney de bien jouer avec Chicharito et Welbeck.
Chicharito devrait profiter des circonstances pour bien se relancer. C’est un attaquant de premier plan.
On souhaite revoir au plus vite van Persie. L’Histoire du transfert prochain au mercato d’hiver est une invention de ceux qui souhaitent que MU soit écarté du sommet de la Premier League.
Souhaitons que Rooney ne se blesse pas et qu’il joue encore mieux avec toute la pression sur les épaules. Ce n’est pas ça qui va lui faire peur.

Décembre 2013
15 Déc Premier League Aston Villa-MAN U 14 h 30
18 Déc Capital One Cup Stoke City-MAN U 20 h 45
21 Déc Premier League MAN U-West Ham United 16 h
26 Déc Premier League Hull City-MAN U 13 h 45 BOXING DAY
28 Déc Premier League Norwich City- MAN U 16 h

Janvier 2014
01 Jan Premier League MAN U-Tottenham Hotspur 18 h 30
05 Jan FA Cup MAN U-Swansea City 17 h 30
08 Jan Capital One Cup semi-final, 1st leg
11 Jan Premier League MAN U-Swansea City 18 h 30
19 Jan Premier League Chelsea-MAN U 17 h

Van Persie devrait donc manquer 7 matchs de championnat dont 4 à l’extérieur; deux matchs de Coupe de la Ligue et un match de la FA Cup.

Le maestro Ennio Morricone le 4 février 2014 à Paris

Après onze ans d’absence, Ennio Morricone, 84 ans, dirigera son orchestre à Bercy pour un unique concert, le 4 février 2014. Les places varient entre 150 € -il n’en reste quasi pas- et 45 €. Cher ? C’est un événement, des moins que rien sont à ce tarif.
Accompagné de son orchestre et de ses choeurs, le maestro, jouera ses compositions légendaires.
Le compositeur et chef d’orchestre Ennio Morricone est inscrit pour toujours dans l’Histoire du 7e Art avec des musiques que tout le monde connait:
Et pour quelques dollars de plus
Le Bon, la Brute et le Truand
Il était une fois dans
Le clan des Siciliens
Il était une fois en Amérique
Mission
Cinema Paradisio
Oublier Palerme…

Né le 10 novembre 1929, le musicien romain est un classique de son vivant.
Il a aussi travaillé avec des chanteuses dont Milva.
Avec Michel Legrand, l’Italien est l’un des derniers géants de la musique qui améliorent les films de manière divine.
Le mot génie peut être employé quand on écoute la partition qu’ils ont juxtaposé sur certaines images: on ne peut pas en imaginer d’autres. Je devine aisément le choc des metteurs en scène quand ils ont entendu pour la première fois certaines compositions de ces deux maîtres. De quoi tomber à la renverse.

ENNIO MORRICONE
CONCERT
P.O.P BERCY
8 bd de Bercy 75012 PARIS
Le prix des places est compris entre : 45 et 150 €
Date : mardi 4 février 2014

Le site officiel du maestro: http://www.enniomorricone.it/

[Post dédié à Francesco Totti]

Permalien 14:07:31, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Que devient le Red Devil Paul Scholes ?

Depuis qu’il a pris sa retraite de joueur professionnel, on s’en rend compte à Manchester United, tant le milieu de terrain n’a plus son chef d’aiguillage.
Après avoir pris quelque mois de vacances, Scholesy a rejoint le staff des jeunes de MU où il travaille comme adjoint de l’entraîneur Nicky Butt, autre grand élément du milieu de terrain des années 1990.
Et c’est ainsi que Paul Scholes œuvre toujours pour MU à la plus grande satisfaction de tout le club.
Rejoindra-t-il le staff de l’équipe fanion ? Rien n’est impossible quand on s’appelle Scholes.
Scholes avait un mental d’acier qui lui dispensait de s’inventer une poupée médiatique pour exister.
L’anti Beckham se contentait de jouer, de penser, de vivre football.
Il a accompli un parcours grandiose, refusant toutes les offres de transfert pour rester dans le club de sa vie.
Humble et fier, il fut un soldat exemplaire, passeur et buteur de très grand calibre.
Immense lecteur de jeu, il se positionnait souvent à l’orée de la surface pour récupérer des ballons morts qu’il envoyait au fond des filets d’une frappe hyper tendue. Avec son petit gabarit, doté d’un point de gravité très bas, il avait une assise exceptionnelle qui lui permettait de pivoter sur lui-même pour changer l’orientation du jeu.
Les fans l’aimaient aussi pour sa manière de toujours se faire respecter, capable de marcher sur l’homme au moment opportun. Cette rage de vaincre manque cruellement au MU de David Moyes.

Le palmarès de Paul Scholes à Man United, 1993-2013: 499 matchs, 107 buts
Milieu de terrain, né le 16 Novembre 1974 (39 ans), à Salford, dans le grand Manchester

Ligue des champions 2008
Coupe intercontinentale 1999
11 Championnats d’Angleterre 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999, 2004
League Cup 2009
5 Community Shield 1996, 1997, 2003, 2008, 2010.

12.12.13

Le Man United de Moyes dans les 16 qualifiés pour les 8e de C1 2014

Il est possible de voir AC Milan-Man United en 8e de finale.

La phase de groupes de la Champions League 2014 vient de se terminer.
La surprise est venue de Turquie. Après une première demi-heure de jeu interrompue pour cause de tempête de neige, le Néerlandais Sneijder a éliminé la Juventus Turin et qualifié son club d’Istanbul en trompant le gardien international Buffon en fin de match (85e), d’un tir croisé, sous la neige, dans des conditions pas du tout propices pour jouer au football.
Que n’aurait-on pas écrit si David Moyes n’avait pas réussi a atteindre les 8e pour sa première saison à MU ! Beaucoup de monde se frottent déjà les mains à l’idée de ne pas voir MU dans le top five du championnat d’Angleterre 2014. Quel bonheur pour eux si MU ne pouvait pas disputer la C1 la saison prochaine. A défaut d’être heureux, ils se réjouissent du malheur des autres.

Le tirage au sort des huitièmes de finale aura lieu lundi 16 décembre, à midi, à Nyon (Suisse).

Vainqueurs de leur groupe: Manchester United, Real Madrid, Paris Saint-Germain, Bayern Munich, Chelsea, Borussia Dortmund, Atlético Madrid, Barcelone.

Deuxièmes de leur groupe: Bayer Leverkusen, Galatasaray, Olympiacos, Manchester City, Schalke, Arsenal, Zénit St-Pétersbourg, AC Milan.

Reversés en Europa League dite la Coupe des losers (que je ne suis jamais car les joueurs la détestent):
FC Shakhtar Donetsk, Juventus Turin, SL Benfica, FC Viktoria Plzeň, FC Basel 1893, SSC Napoli, FC Porto, AFC Ajax

Comme le règlement de l’UEFA stipule qu’en 8e deux clubs issus d’une même championnat (Manchester City et Arsenal, deuxièmes de leurs groupes) ou d’un même groupe de phase initiale(Bayer Leverkusen) ne peuvent se retrouver face-à-face, Manchester United n’a plus que cinq adversaires possibles: AC Milan, Galatasaray, l’Olympiacos, Schalke 04 ou le Zénit St-Pétersbourg, tous deuxièmes de leurs groupes.

Vainqueur de son groupe, Man United aura l’avantage-dit-on…- de recevoir au match retour des 8e.
Les matches se disputeront les 11/12 ou 18/19 février (aller) et 1er/2 ou 8/9 mars (retour).

Alors que MU est largué en championnat d’Angleterre, son parcours en C1 est honorable.
Si l’on reste froid par rapport aux débuts difficile du nouveau coach de MU, on peut saluer David Moyes qui a l’énorme pression de succéder à Sir Alex Ferguson, le manager le plus titré du football, après plus de 26 ans de règne à Manchester United.
On a appris la nomination officiel de Moyes le 9 mai 2013. Après 11 saisons à Everton, il a pris ses fonctions à Old Trafford et à Carrington le 1er juillet 2013.
S’il n’a jamais rien gagné d’important, il s’est fait souvent remarqué par son travail très sérieux avec peu de moyens.
Moyes a gagné le prix de Manager de l’année, décerné par l’Association des managers du championnat, à trois reprises: 2003, 2005 et 2009.
Ces récompenses lui ont été octroyées par ses homologues.
Seul Sir Alex Ferguson(quatre récompenses) a fait mieux que Moyes.

Hommage à Fernand Raynaud (1926-1973), le Daumier verbal

Fernand Raynaud fut avec Raymond Devos le plus grand comique de la scène française. Un comique sans vulgarité, ni grossièreté, en dehors de l’actualité immédiate.

La télévision vient de diffuser un très bon documentaire pour nous rappeler que l’artiste est mort il y a 40 ans déjà. Heureux ? de Georges Gourmelon peut se voir encore quelques jours sur:

http://pluzz.francetv.fr/videos/heureux_,93263895.html

On peut voir l’émotion de sa femme, les yeux embués de larmes.
Il y a aussi Dominique Nohain, le champion cycliste Raphaël Geminiani et son pianiste Jean Schoubert qui le connait si bien. (On voit même le jeune Jean Amadou que la voix off ne signale pas).
Son fils, sa survivance aux traits près - aux beaux yeux bleus- parle très bien du disparu que l’on n’oubliera jamais. Pour ceux qui l’ont connu et apprécié c’est une évidence.
En 2013, on ne compte plus les rigolos de la scène. Quelques-uns ont du talent. Peu nombreux. Il ne faut pas confondre vedette avec artiste.
Les pionniers du comique au music-hall furent Robert Lamoureux, Roger Nicolas, Raynaud, Devos, les Chansonniers…
Bourvil et Fernandel, eux, ont démarré par la chanson.
Je ne parle pas des promoteurs de spectacle qui ont des sketches qui ressemblent à un meeting politique. N’est pas Lenny Bruce qui veut. (Je range l’époustouflant surdoué Le Luron parmi les imitateurs dont il est le Roi incontesté).
Quand Coluche a démarré, Fernand Raynaud s’est senti dépassé, ringardisé parce que lui portait un costume alors que le nouvel arrivé avait une salopette.
Devos a dit: “Avant Coluche, les gros mots étaient réservés à la cour de récréation, maintenant ils sont à la télévision…” Ce genre de déclaration n’a pas été bien vue par la pensée unique des gens qui disent voter à gauche comme on va skier à Avoriaz.
A la vérité, il y avait la place pour Raynaud, Devos et Coluche comme il existe le Rouge, le Blanc et le Noir.
Dans le documentaire, on apprend que Raynaud était traqué par le fisc.
Un jour, il doit payer 300 000 F aux impôts. Il regarde la somme et décide d’aller s’acheter une Rolls, au même prix que ce qu’il devait donner aux impôts. Un acte de rébellion, un acte politique. Il mourra dans cette voiture. Triste issue pour un homme de cette trempe. Un homme qui a fait tant de bien aux Français.
Il avait décidé d’aller vivre à Nouméa car là-bas, tout ce qu’il pouvait gagner hors de Nouméa n’était pas imposable.
Bien sûr, il n’était pas un mauvais citoyen. Parlons plutôt d’un homme excédé, épuisé, à tel point qu’il avait dit à son fils qu’il allait faire ses adieux au music-hall ! Il ne savait pas si bien dire.
Quarante ans après sa mort, je n’ai rien oublié de Fernand Raynaud.
Un as du comique d’observation, avec un sens aigu du verbe. Un véritable auteur, un écrivain scénique.
Son jeu est d’une efficacité rarement vue.
Il a inventé des expressions et en a rendu d’autres historiques. Il ne faisait jamais rire facilement en brocardant des guignols de l’info. Pas un nom propre. Jamais.
Tous ses sketches résistent au grignotement du temps.
Son défilé militaire est un sommet inégalable.
Hélas ! la presse de l’époque ne savait pas dire que Fernand Raynaud était un très grand artiste. Les plumitifs se contentaient de dire qu’il était populaire comme si c’était une tare !
Du coup, il n’avait pas une haute considération de ce qu’il fait, complexant devant les gens de théâtre qui sont si souvent d’un ennui insondable.
Ce mine grandiose était du niveau de Toto qu’il adorait. Un mine qui avait pris la parole.
Fernand Raynaud fut et reste un Daumier verbal.
Pour comprendre les Français, il suffit de le regarder à l’œuvre.
Il a fait rire la France comme Michel Audiard au cinéma.
Un rire intelligent.

PS: j’ai toujours été frappé par les morts successives de Raynaud, Coluche, Le Luron et Desproges. Tous morts jeunes. Pourquoi ? Une malédiction. Comme si les puissants du bas monde avaient convoqué l’au-delà…

A voir l’émission Un jour, un destin consacrée à Le Luron:
http://pluzz.francetv.fr/videos/un_jour_un_destin_,93267402.html
Cette émission de Laurent Delahousse est toujours remarquable. Le journaliste est à coup sûr le meilleur de sa génération. Une vraie sympathie émane de lui. C’est très rare dans le PAF où la stratégie du paraître domine tout.

11.12.13

Permalien 11:14:36, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Victime du délit de belle gueule, CristianOROnaldo réussit à être le meilleur joueur du monde en plein règne du Roi Messi

Il a tout: intelligent, sensible, beau, riche et célèbre. Cela ennuie beaucoup de monde, surtout ceux qui ne suivent pas les matchs du Real Madrid ! CR7 est sans doute à l’apogée de son talent. Il mérite le Ballon d’Or 2013. Il est hyper célèbre mais très mal connu. On raconte n’importe quoi sur lui, alors que c’est un homme “normal", hors du terrain, comme il aime à le rappeler. Cela fait bientôt dix ans qu’il parvient à se maintenir au sommet du football mondial, enchaînant les saisons sans jamais décevoir. Outre toutes ses qualités, son sérieux parvient à lui donner la constance, la marque des très grands champions.

Ce n’est pas rien de se hisser au sommet du football mondial en plein règne de Messi.
Poulidor n’a jamais réussi à gagner le Tour de France à l’époque Anquetil. Pas plus pendant, qu’après ou avant.
Le 10 décembre 2013, Ronaldo est parvenu à battre le record du meilleur buteur de C1 en phase de poules depuis la création de la Champions League.
Le Portugais a tout inscrit neuf buts lors de la première phase de la C1, sans attendre les 8e de finale !
Un exploit qu’aucun autre joueur n’avait réalisé jusqu’à présent.
CR7 a marqué le deuxième but du Real Madrid à la 48e minute sur la pelouse de Copehnague, en reprenant une remise de la tête de Pepe, pour une victoire assez aisée face au dernier de la poule (0-2). En plus, dans ce match, le Ballon d’Or 2013, a vu sa tentative de penalty s’écraser sur un montant !
Le 67e but de CR7 en 2013 est aussi le 800e but de l’Histoire du Real Madrid en Coupe d’Europe depuis 1956.
Le Néerlandais Ruud Van Nistelrooy (2004/2005), l’Italien Filipo Inzaghi et l’Argentin Herman Crespo (saison 2002/2003) sont derrière le légendaire portugais.
C’est étonnant comme CR7 est jalousé. Il est vrai que personne n’a envie de ressembler à Messi ou à Ribéry.
On ne jalouse que ce que l’on ne sera jamais.
Ronaldo est le seul Red Devil qui continue d’être aimé par les fans de Man United alors qu’il a quitté Manchester pour signer au Real Madrid.
Eric Cantona est bien sûr toujours aimé par les fans de la Maison Rouge mais il a mis un terme à sa carrière quand il a quitté Old Trafford.
On sait que Ronaldo n’a pas resigné à MU parce que depuis son enfance il rêvait de jouer au Real. C’est très respectable.
Elevé dans le football latin, le Portugais s’est imposé dans le football anglo-saxon. Ce n’est pas un mince exploit.
Ses principales qualités sont la vitesse, la technique en mouvement, son intelligence de jeu, sa prise de risque, la qualité de ses frappes sous tous les angles, sa condition athlétique et bien sûr sa volonté, sa force de travail et son mental inoxydable. Je précise que c’est immense compétiteur qui est un joueur adoré par tous ses partenaires car il est d’une simplicité jamais pris en défaut. Fier oui, prétentieux, jamais.

Le discours du Président Obama en hommage à Mandela

Voici l’intégralité du discours du Président des Etats-Unis prononcé à Soweto, lundi 10 décembre 2013.
Je n’écoute plus jamais un seul discours, une seule intervention de la classe politique française actuelle alors que je ne ratais jamais les interventions de De Gaulle et Mitterrand qui savait maintenir en éveil les auditeurs.
Aujourd’hui, le niveau intellectuel et spirituel est tombé si bas que la classe politique est inaudible.
Aussi, cela fait plaisir d’écouter et voir le Président des Etats-Unis qui allie la classe naturelle, le fond et la forme.

PS: on parle de la poignée de mains entre Barack Obama et le pt cubain Raul Castro lors de l’hommage à Nelson Mandela mardi à Soweto. A mes yeux, c’est très simple. Barack Obama est arrivé dans la tribune et par politesse, il a serré la main des premières personnes sur son chemin, et la première était Raul Castro, dont je ne connaissais même pas le visage !

Man United a fait le service minimum pour se qualifier en 8e de la C1 2014

Avant le coup d’envoi, Old Trafford a rendu un nouvel hommage à Nelson Mandela.

Manchester United-Shakhtar Donetsk
But pour MU: Jones (67e)

Les Red Devils en convalescence générale ont assuré le plus important, soit le passage en 8e de C1 2014.
Vu l’état des troupes c’est un exploit.
L’unique but de la partie a été marqué sur un corner à droite. La défense des visiteurs n’y a vu que du feu et le ballon arriva sur Jones qui tenta une volée puissante au point de penalty: but ! Le vaillant soldat a été récompensé.
Hormis son application, on a encore beaucoup apprécié l’infatigable Rooney qui illustre à merveille le mot de Nelson Mandela: “Tu es le capitaine de ton âme". Autre satisfaction: le jeune Januzaj a tenté de très beaux gestes sans réussite mais les tenter est déjà quelque chose de très précieux.
MU jouant de très piètre façon, je n’ai pas regarder le match dans sa totalité d’où l’absence de notes.

Manchester United
De Gea/
Rafael, Ferdinand, Evans, Büttner puis (88e) Valencia/
Young puis (63e) van Persie, Jones, Giggs puis (63e) Cleverley/
Kagawa, Januzaj - Rooney ©

Manager: David Moyes. A été très applaudi à sa sortie par O.T. qui n’est pas le stade Vélodrome… On a vu ce calicot :"On croit en vous Mr Moyes, le reste suivra…” Très belle banderole. Un plan serré sur le regard du coach, dans la lignée du grand Sergio Leone, nous a permis de regarder de très près les magnifiques yeux de David Moyes. Un homme qui a une âme aussi belle ne peut pas être mauvais. Moyes gagne a être connu. Il est autant discret que d’autres sont arrogants. Son parcours en C1 est irréprochable.

09.12.13

Hommage à la grande amitié entre Nelson Mandela et Johnny Clegg

Vidéo archives. Grand moment, lors d’un concert de Johnny Clegg, Nelson Mandela est monté sur scène avec Mandisa Dlanga qui chante sublimement. Nelson Mandela savait qu’il devait beaucoup à Clegg qui a contribué à faire connaître Mandela au monde entier par le biais de la chanson. Sur la vidéo, tout est présent. L’amitié, le respect, l’humilité.

Les commerçants de la révolte sur t-shirt ont tous faux: ils sont vendus Le Che au lieu de Mandela !
J’ai assisté à la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela, diffusé depuis le stade de Soweto.
Je n’ai pas vu Johnny Clegg. Il est vrai que les authentiques amis se cachent pour pleurer.
Barack Obama a prononcé un remarquable discours, le plus beau de la journée.
L’actuel président des Etats-Unis a autant de charisme que Mandela.
Il n’a sans doute pas écrit entièrement son discours mais il l’a prononcé. Son administration est très compétente et ultra travailleuse. Il y a des écrivains autour de lui, c’est évident. Des gens de talent. Tout était ciselé. Il y avait l’essentiel et même davantage. J’aimerais l’avoir sous les yeux et je vais surveiller le site de la Maison Blanche pour voir s’ils vont le publier. (1)
Les trois petits-enfants- deux jeunes garçons et une fille- ont aussi été très émouvants. Ils ont de qui tenir.
On a aperçu dans la tribune trois représentants officiels la France. On a les politiciens que l’on mérite. Je préfère ne pas commenter ce que j’ai vu, par respect pour Nelson Mandela. Le parole de la France n’a pas été invité à quitter sa place pour parler au micro où pourtant d’innombrables personnes se sont exprimés. Il faut dire que la dernière fois que la France s’est distinguée en Afsud ce fut quand ses internationaux de football sont se sont mis en grève, refusant de quitter leur bus en pleine Coupe du Monde 2010.
Je suis certain que des sans grade vont fustiger le président des États-Unis, le premier ministre britannique David Cameron et son homologue danoise Helle Thorning-Schmidt parce qu’ils se sont pris en photo avec le téléphone de Mme Thorning-Schmidt lors de la cérémonie d’hommage à Mandela. Les deux galants n’ont pas pu dire non à leur voisine. A ce moment-là, quoi penser alors des enfants du défunt qui mastiquer du chewing-gum ?
On a tout dit de Mandela qu’on ne s’est plus quoi dire à son sujet.
Retenons que très vite, il n’a plus eu le sens de l’ennemi.
En prison, il a étudié la langue de ses geôliers pour mieux les comprendre.
Cette prison, sous son impulsion, était devenu tellement un nid de véritables intellectuels de terrain, et non pas d’inventions médiatiques, qu’on l’a appelé “l’université".
Mandela ne voulait pas qu’on le considérât comme une star, comme une icône, comme un saint.
Il a mis l’Homme au centre de sa façon de vivre et de voir le monde.
“Jetez vos armes à la mer!” a-t-il dit.
Ce pacifiste voulait toujours comprendre son interlocuteur.
Il était supérieurement intelligent. Ce n’est rien de le dire.
Il faut savoir qu’il a décidé de porter le maillot de rugby de l’Afsud qui symbolisait le régime de l’Apartheid. Pour aller jusque là, il faut vraiment être d’une finesse hors norme.
Mandela aimait le sport, il pratique notamment la boxe.
C’était un amoureux de la vie.
Pour résumer son action, il faut dire qu’il a fait tomber tous les murs.
C’est le plus grand homme politique du XXe siècle.
N’oublions pas que Nelson Mandela s’est tenu à l’écart du poison de la religion.
Il avait la grâce, en costume, en chemise, en maillot.
Son sourire, sa manière de bouger, de danser, tout est beau.
Et tous ses proches témoignent de son humour omniprésent.
Aussi, il faut rendre hommage au monde de la chanson.
Johnny Clegg, alias Le Zoulou blanc, né Jonathan Clegg, 60 ans, près de mon très cher Manchester, a beaucoup fait pour Mandela par le biais de son œuvre contre l’apartheid.
Clegg est un Bob Dylan qui a en plus le sens du swing.
Sa splendide chanson Asimbonanga dédiée à Nelson Mandela, a prisonnier sur l’île de Robben Island au large du Cap, est devenu un hymne mondial pour la liberté, et Nelson Mandela le savait très bien. “Asimbonanga” cela veut dire L’Invisible. Magnifique !
Plus tard, en 2009, The Crossing (Osiyeza) a fait partie de la bande originale du film Invictus, chef d’œuvre de Clint Eastwood qui raconte comment Mandela s’est appuyé sur le parcours de l’équipe d’Afrique du Sud de rugby à XV, championne du monde en 1995, pour rassembler son peuple.
Oui, la chanson a aidé Mandela. Le Concert hommage des 70 ans de Nelson Mandela fut organisé pour demander sa libération, le 11 juin 1988 au stade de Wembley à Londres: 600 millions de téléspectateurs !
Au cours de l’Histoire, les salauds ont toujours tué les hommes de bonne volonté.
Mandela a même réussi à dissuader les ordures de le supprimer.

(1)http://www.whitehouse.gov/blog/2013/12/10/remembering-nelson-mandela?utm_source=email&utm_medium=email&utm_content=email270-text1&utm_campaign=mandela

Ballon d'Or 2013. Les trois finalistes sont C. Ronaldo, Messi et Ribéry. Est-ce le tiercé dans l'ordre ?

CristianOROnaldo devrait remporter le Ballon d’Or 2013 ou alors ce trophée sera déprécié. CR7 n’obtient rien facilement, tout comme Eric Cantona, quand d’autres sont bien au chaud dans des effectifs avec de vrais grands footballeurs qui font tout le boulot. Prenons les Bleus: au Brésil, la France est tombée sur la trilogie Suisse, Honduras et Equateur, là où le Portugal va devoir se farcir l’Allemagne, le Ghana et les Etats-Unis. Vous me direz que tout ?a n’est pas grand chose quand on songe au Groupe D avec l’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay: là c’est le film catastrophe !

La FIFA et France Football ont dévoilé lundi 9 décembre 2013 les trois derniers joueurs en lice pour le FIFA Ballon d’Or 2013.
- Cristiano Ronaldo (POR / Attaquant / Real Madrid)
- Lionel Messi (ARG / Attaquant / FC Barcelone)
- Franck Ribéry (FRA / Milieu / Bayern Munich)

Pourquoi cet ordre là et non pas celui alphabétique (1) ?
Est-ce un acte manqué, et nous ont-ils déjà donné le bon classement ?
Ou est-ce de l’intox et ils font exprès de mettre Ribéry 3e sachant qu’il a gagné, un acte manqué à l’envers !
Pour moi, le choix est vite fait.
1er Ronaldo: il a marqué un 66 buts, a donné des passes décisives, a qualifié le Portugal pour le Brésil 2014 avec quatre buts en deux matchs, il est régulier depuis des années, quasiment jamais blessé et donne une très bonne image du football car c’est un superbe athlète qui a réussi autant au Real Madrid qu’à MU. CR7 a une vitesse phénoménale balle au pied, et de surcro?t il est élégant et charismatique.
2e Messi: au plan individuel il fait des miracles. Actuellement blessé, il n’a pas pu défendre son trophée.
3e Ribéry: n’est là que pour représenter le Bayern Munich. Comment dire à un jeune de s’identifier au Fran?ais du bus de la honte et j’en passe, et des pires ! Ribéry n’est qu’un ailier de débordement. “Mettre le feu dans la défense” cela ne suffit pas pour devenir le meilleur footballeur du monde. Le football de Charly Loubet était supérieur à celui de Ribéry et il n’a jamais eu le Ballon d’Or. Quand j’entends “Kaiser” je pense à Beckenbauer et jamais une seule seconde à Ribéry qui peut se féliciter d’être dans le tiercé car Ibrahimovic, Ozil et Rooney sont très au-dessus de lui.
Le FIFA Ballon d’Or 2013 sera attribué le lundi 13 janvier 2014 à Zurich

(1) Aux dernières nouvelles, ils ont pris en premier “Cristiano” et non Ronaldo pour établir l’ordre alphabétique. Donc C, M, R. Etonnant, non ?

Permalien 12:37:59, Catégories: THE RED DEVILS, GRANDE DAME  

La merveilleuse fan de MU qui découpe en rondelles le football proposé par David Moyes

Cette merveilleuse dame incarne la vraie passion du football, si loin des abrutis qui se tabassent en tribunes, au Brésil comme ailleurs. J’aime cette image de la passionnée du troisième âge qui tranche avec les débiles mentaux qui se tapent dessus.

A Old Trafford, il y a beaucoup de dames qui vont au stade seule.
La première fois que j’y suis allé, j’ai vu des dames âgées avec le maillot rouge de MU. C’était comme si je voyais ma grand-mère au stade. Impossible, quoi !
Non seulement les dames vont à Old Trafford mais bien sûr elles connaissent parfaitement le jeu et c’est pour cela qu’elles y vont.
J’aime entendre et écouter cette femme. On devine qu’elle n’a rien raté du temps de Sir Matt Busby. Son père devenait l’emmener au stade où elle a appris la grandeur du football.
Son regard, ses mots choisis, tant de justesse qui saute aux yeux.
Elle parle football avec sérieux.
On est si loin des clowns pitoyables qui vivent sur le dos du football sans rien y apporter.
Chaque week-end, les pantins sont de sortie.
J’aime mieux les anonymes du micro-trottoir que ceux qui font le trottoir du PAF.

Permalien 11:27:44, Catégories: THE RED DEVILS  

Avec David Moyes, les impondérables sont de retour

Le nouveau Man United de David Moyes et de Fellaini est arrivé: un Man U craintif au football imbécile! Ils devraient prendre des anciennes vidéos pour y regardes les matchs de Fletcher, de Carrick, de Park, de Keane, de Schmeichel et de Cantona pour y voir ce que cela signifie d’avoir l’esprit MU. Ils pourraient aussi aller visiter le musée et regarder les Red Devils morts dans l’avion de 1958. C’est autre chose que d’envoyer des SMS en plein match, comme l’a fait l’ancien joueur d’Everton. Le prochain match jouera-t-il avec un IPod ? Je pense qu’il devrait jouer avec des oreillettes afin qu’on lui soufflât: “Bon, là, pars à gauche, non, non, pas en retrait! Tu dois faire un appel à gauche, à gauche pas à droite! NOOOOOON! Qui t’as dit de t’essuyer les crampons sur la cuisse de ton adversaire ? Bon, tu débuteras là prochaine fois qu’on jouera comme la CFA 2 de Vierzon. Tu peux remonter en tribunes pour envoyer des SMS… ”

“Les fans de Man United savent que le club a les mêmes joueurs que la saison dernière et que seul le manager a changé” a dit David Moyes pour commenter la seconde défaite de suite des Red Devils à domicile, une situation calamiteuse qui n’était pas arrivée depuis la saison 12 ans !
Avec Moyes les records tombent: des clubs qui n’avaient plus gagné à Old Trafford depuis 20 et 40 viennent y faire leur marché.
Triste à vivre, si on est du côté Rouge.
MU joue au ralenti avec des joueurs qui n’ont plus de mental ou plutôt qui l’ont dans les chaussettes.
Le jeu de MU est un football creux comme une noix vide.
Quand on joue la peur au ventre, on tire sur les montants, les adversaires sortent des ballons chauds de la main sous les yeux des arbitres qui sont moins attentifs car ils ne sont plus sous le regard perçant de Sir Ferguson.
David Moyes n’a pas la rage au ventre, il s’énerve juste pour donner un ballon en touche. Un geste de cours de récréation.
Moyes ne sait pas pourrir l’ambiance. Ce n’est pas un warrior. Il n’a pas la culture de la gagne. Il est vrai que l’on ne trouve pas un Matt Busby ou un Alex Ferguson au coin d’une rue de Manchester. Cependant, les brouillons de Picasso n’étaient pas ratés.
On ne voit pas le style Moyes car il est inexistant.
Seule la victoire est belle et le coach temporaire de MU ne s’est pas motiver ses troupes. C’est un spectateur qui attend, impuissant comme un fan de la dernière heure.
Moyes n’a certainement pas beaucoup vu jouer MU par le passé. Il a cassé la dynamique. Les Red Devils sous Sir Ferguson ne devaient quasi pas perdre le ballon et jouer rarement en retrait, soit le contraire de Fellaini qui cristallise sur lui tous les maux de MU épisode Moyes: peureux, sans idée, lymphatique, surcoté.
Jouer sans confiance favorise le retour des impondérables.
Moyes dit que rien n’a changé alors qu’il a viré tout le staff de Sir Ferguson pour mettre ses copains.
MU est donc dirigé sportivement par des novices.
Jamais le Bayern Munich n’aurait confié le club à Moyes. Les dirigeants bavarois ont choisi l’excellent Guardiola.
On ne va pas passer son temps à dézinguer un homme qui a mis le club en crise à force de tout chambouler.

Les prochains matchs de MU qui va pour la troisième fois de suite recevoir. Jamais deux sans trois… Va-t-on assister à une nouvelle défaite de MU qui a baissé la garde devant Everton et Newcastle ? Il faudrait pleurnicher sur un penalty non sifflé ou sur une tête sur le montant. En plus de trois heures, MU n’a pas marqué un but à la maison ! D’habitude c’est le non rendement… d’un candidat à la descente.

2013
10 Dec UEFA Champions League MU-Shakhtar Donetsk 20 h 45
15 Dec Barclays Premier League Aston Villa-MU 14 h 30
18 Dec Capital One Cup Stoke City-MU 20 h 45
21 Dec Barclays Premier League MU-West Ham United 16 h
26 Dec Barclays Premier League Hull City-MU 13 h 45
28 Dec Barclays Premier League Norwich City-MU 16 H

2014
01 Jan Barclays Premier League MU-Tottenham Hotspur 18 h 30
04 Jan FA Cup FA Cup third round MU-Swansea City
08 Jan Capital One Cup League Cup semi-final, 1st leg
11 Jan Barclays Premier League MU-Swansea City H 18 h 30
19 Jan Barclays Premier League Chelsea-MU 17 h
22 Jan Capital One Cup League Cup semi-final, 2nd leg
25 Jan FA Cup FA Cup fourth round
28 Jan Barclays Premier League MU-Cardiff City H

Permalien 08:25:22, Catégories: LITS ET RATURES  

L’amour à mort, d'Ondine Millot (Steinkis sans filtre)

Toutes ces histoires, enquêtes, rencontres et autres crimes passionnels sont vraies.
Tout cet ensemble a été traité dans Libération entre 2001 et 2013 sous la plume d’Ondine Millot qui sait très bien camper un décor et relater le parcours des protagonistes en quelques mots et phrases bien senties.
Les vingt faits-divers exposaient dans ce volume de poche relatent parfaitement notre monde contemporain. Certes, il y a toujours eu des crimes et il y en aura encore, hélas !
Ceux présents dans l’ouvrage sont tous d’un quotidien effrayant.
Il n’y a pas d’hommes à trois têtes ou autres monstres à montrer dans un zoo.
Rien que des gens anonymes, le commun des mortels qui passent à l’acte pour commettre l’irréparable.
Le pire scénario est sans doute cet homme qui décapite sa femme parce qu’elle ne veut pas d’enfant. L’autopsie révéla que la victime était vierge. La sexualité du couple : « Masturbation, fellation, cunnilingus, sodomie ». Que dit le tueur dans sa cellule : « qu’il l’aime encore ».
Dur à entendre.
Monsieur-tout-le-monde peut frapper à chaque instant.
Tel qui se couche innocent peut se réveiller assassin avec un cadavre à côté de lui.
Ondine Millot écrit avec une précision hautement chirurgicale qui convient bien à cette littérature qui semble écrite par un médecin légiste qui serait un grand lecteur de Simenon.

-L’amour à mort
D’Ondine Millot
Préface de Michel Dubec
Dessins d’Angelo Di Marco
Steinkis sans filtre, 190 p., 11, 50 €

08.12.13

Permalien 15:51:35, Catégories: THE RED DEVILS, GRANDE DAME  

"Moyes is not a winner" dit une authentique fan. David Who ?

Les jours de Moyes sont comptés. C’est un PPH soit un Passera Pas l’Hiver. Il dégage trop d’angoisse. C’est un coach qui subit. Pour lui la défaite ce n’est grave. En semaine, il n’arrive pas à se projeter dans le match du week-end. Il connaît très mal l’effectif de MU. Pas besoin d’aller chercher des consultants de la branchitude. En Angleterre, même les mamies connaissent tout du ballon. Cette Dame à la sortie d’Old Trafford connaît mieux Man United que Moses. Elle sait que Fellaini est le fiasco de la saison. A tel point que la rumeur enfle à propos de van Persie qui voudrait quitter MU, disent-elle. Pardi! il a signé avec Sir Ferguson et il se retrouve avec un incompétent qui n’a pas un seul grand milieu de terrain capable d’organiser. Moyes a cru que Fellaini était meilleur que Mesut Ozil, ça c’est vrai !

Je le redis, le Bayern Munich a choisi pour coach Guardiola et MU a remis les clubs de la maison à David Who ?
Chercher l’erreur.

Sir Ferguson a encadré David Moyes avec Phil Neville et de Ryan, en guise béquilles, mais ça ne marche pas.
Et s’il a consolidé le nouveau coach c’est qu’il se doutait bien que cela serait difficile.
Il a un paradoxe: d’un côté, Moyes a viré tout le staff de MU, et de l’autre Sir Ferguson lui a mis deux boulets au pied.
Actuellement MU a le football le plus laid des grands clubs anglais. Arsenal, City et Liverpool, donnent de superbes mouvements avec la conclusion qu’il faut. MU balbutie un football incompréhensible, genre 15 passes pour faire du surplace. Jamais je n’ai vu MU enchaîner deux matchs aussi minable.
MU est devenu un club comme les autres: van Persie veut déjà partir, dit-on, et Rio Ferdinand a taillé Moses en public! Du jamais vu autant de Sir Ferguson.
Moyes ne sait pas résoudre les problèmes.
Les matchs de MU, en de début de saison 2013-2014, à une ou deux exceptions ressemblent à de très mauvais films et même à des navets.
Une défaite de MU dépasse le cadre d’Old Trafford.
Voilà pourquoi il faut que le club ait un coach aux nerfs d’acier et cela ne se trouve pas au coin d’une rue d’Everton. Sir Ferguson a choisi David Moyes mais a-t-il nommé the right man in the right place ?
Après quatre mois la question se pose avec de plus en plus d’insistance.
MU ne supporte pas l’à peu-près et l’équipe de MU est a présent un champion de l’à peu-près.
Un football désaccordé.
Un football qui bafouille son alphabet.
Habitués à manger du caviar, on n’a plus l’habitude de s’engouffrer des tartines de margarine.
MU n’a pas de défense et pas de milieu de terrain, ni défensif, ni offensif. En tout cas, ceux du club ne jouent plus à l’unisson.

Le parcours de Moyes en match officiel (1)
12 victoires tous matchs confondues, dont une contre Arsenal
6 nuls.
5 défaites contre Liverpool, Man City, West Brom, Everton et Newcastle
40 buts pour, 21 contre.
Qualité du spectacle: très médiocre.
La défense type n’existe pas, à part le gardien et Evra.
Le milieu de terrain est désertique à part Carrick.
Valencia est le seul ailier qui assure.
Rooney est la satisfaction. Van Persie a baissé de rendement.
David Moyes ne sait pas gérer l’effectif: tous les joueurs ont perdu en qualité.
Seul satisfaction, Jones qui joue avec la grinta des vrais Red Devils mais sans grande jugeote.
Il ne fallait pas changer tout le staff de Sir Ferguson et le mercato d’été 2013 a été complétement raté.
Fellaini a part envoyer des SMS en plein match, il ne sert a rien.

Août 2013
11 FA Community Shield Wigan Athletic 2 - 0/ Gagné
17 Barclays Premier League Swansea City 4 - 1/ Gagné
26 Barclays Premier League Chelsea 0 - 0/ Nul

Septembre
01 Barclays Premier League Liverpool 0 - 1/ Perdu
14 Barclays Premier League Crystal Palace 2 - 0/ Gagné
17 UEFA Champions League Bayer Leverkusen 4 - 2/ Gagné
22 Barclays Premier League Manchester City 1 - 4/ Perdu
25 Capital One Cup Liverpool 1 - 0/ Gagné
28 Barclays Premier League West Bromwich Albion 1 - 2/ Perdu

Octobre
02 UEFA Champions League Shakhtar Donetsk 1 - 1/ Nul
05 Barclays Premier League Sunderland 2 - 1/ Gagné
19 Barclays Premier League Southampton 1 - 1/ Nul
23 UEFA Champions League Real Sociedad 1 - 0/ Gagné
26 Barclays Premier League Stoke City 3 - 2/ Gagné
29 Capital One Cup Norwich City 4 - 0/ Gagné

Novembre
02 Barclays Premier League Fulham 3 - 1/ Gagné
05 UEFA Champions League Real Sociedad 0 - 0/Nul
10 Barclays Premier League Arsenal 1 - 0/ Gagné
24 Barclays Premier League Cardiff City 2 - 2/ Nul
27 UEFA Champions League Bayer Leverkusen 5 - 0/ Gagné

Décembre
01 Barclays Premier League Tottenham 2 - 2/ Nul
04 Barclays Premier League Everton 0 - 1/ Perdu
07 Barclays Premier League Newcastle United 0-1/ Perdu

(1) Le score de MU est toujours en premier. Les matchs à l’extérieur sont en italiques.

Permalien 12:38:22, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

Hommage au King Cantona et à la classe 1992

Depuis le départ de Sir Ferguson, MU est devenu un club comme un autre, mais regardez un peu ce que furent les années 1990-2000. Quand on a connu ça, on peut goûter une peu de vache maigre, non ?


La classe de 92 est un film réalisé par Ben Turner et Gabe Turner.
Cela fait deux fois que MU est le sujet d’un film. Il y a eu une fiction sur la mort des joueurs dans l’avion de 1958.
Il y a désormais le documentaire produit par Leo Pearlman sur la grande génération conduite par Eric Cantona et sir Ferguson
C’est le parcours de Giggs, Scholes, Butt et les Neville.
En 2013, Arsène Wenger espère que Mesut Ozil fasse la même chose que Cantona, en faisant gagner au moins un championnat aux jeunes Gunners.
Voici tous les trophées gagnés par les Red Devils formés par Cantona et Sir Ferguson:

Ryan Giggs dit le Feu follet/ Man United/ 1987…/ 953 matchs, 169 buts
Ailier puis milieu de terrain, né le 29 novembre 1973 (40 ans), à Cardiff, Pays de Galles
Ligue des champions 1999, 2008
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
Championnat d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
Coupe d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
League Cup 1992, 2006, 2009, 2010
Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2013

Paul Scholes dit le Pur/ Man United, 1993-2013: 499 matchs, 107 buts
Milieu de terrain, né le 16 Novembre 1974 (39 ans), à Salford
Ligue des champions 2008
Coupe intercontinentale 1999
Championnat d’Angleterre 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
Coupe d’Angleterre 1996, 1999, 2004
League Cup 2009
Community Shield 1996, 1997, 2003, 2008, 2010.

Nicky Butt dit la Chambre forte/ Man United, 1992-2004: 269 matchs, 21 buts
Milieu défensif, né le 21 Janvier 1975 (38 ans) à Gorton , Angleterre
Entraîneur de l’équipe réserve à Manchester United
Ligue des Champions 1999
Coupe intercontinentale 1999
Champion d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003
Coupe d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003

Gary Neville dit le Syndicaliste/ Man United, 1992-2013: 602 matchs, 7 buts
Défenseur latéral, né le 18 février 1975 à Bury (Angleterre)
Championnat d’Angleterre 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2009
Ligue des champions 1999, 2008
Coupe intercontinentale 1999
Coupe du monde des clubs 2008
Coupe d’Angleterre 1996, 1999, 2004
Coupe de la Ligue 2006, 2010
Community Shield 1996, 2008

Phil Neville dit la Teigne/ Man United, 1990-2005: 396 matchs, 8 buts
Défenseur puis milieu de terrain,né le 21 janvier 1977 à Bury
Ligue des Champions 1999
Coupe intercontinentale 1999
Champion d’Angleterre 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003
Coupe d’Angleterre 1996, 1999, 2004
Community Shield 1996, 1997, 2003

Beckham dit Monsieur coup de pied arrêté/ Man United, 1993-2003: 265 matchs, 62 buts
Milieu de terrain, né le 2 Mai 1975, (38 ans) à Leytonstone , Londres
Championnat d’Angleterre 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003
Coupe d’Angleterre 1996, 1999
Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997
Ligue des Champions de l’UEFA 1999
Coupe Intercontinentale 1999

07.12.13

Permalien 17:25:06, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL  

David Moyes a transformé MU en Titanic United et pendant que le navire coule Fellaini envoie des SMS

Observons une minute de violence: le grand Man United coule pour le plus grand plaisir des fans d’Arsenal, de City et de Chelsea. Il n’y a qu’eux qui sont ravis de la présence de David Moyes sur le banc de MU.

7 décembre 2013
Man United 0-1 Newcastle
But pour les visiteurs: Cabaye (61e)

Manchester United

De Gea/ (5) La Callas a dit: “J’en ai assez, on change tous les soirs mes partenaires, sans me le dire!” Il pourrait dire la même chose.
Rafael (1) Reviens de blessure. En convalescence, sur le terrain, puis Valencia (77e) (2) Sous la houlette de Moyes, il devient mauvais
Evans (1) Avec Moyes il aura bientôt un boulevard à son nom
Vidic © (1) C’est triste de voir un aussi grand joueur ne plus se faire respecter dans sa zone
Evra/ (3) L’homme caoutchouc jamais blessé joue désormais dans un jardin d’enfants
Nani (0) Un coup d’épaule suffit à le mettre à terre. Roy Keane a raison: “Nani ce n’est pas le plus courageux". Jacquet pourrait lui dire: ” Muscle ton jeu, t’es pas Cristiano !", puis Zaha (68e) (O) Moyes l’a envoyé dans un match suicide
Cleverley (-3) Un Paul Scholes Canada Dry, puis Anderson (69e) (-5) le seul brésilien au monde qui maltraite un ballon
Jones (2) De la bonne volonté, de la force, mais c’est un personnage de BD avec des bulles vides
Januzaj (1) Les visiteurs lui ont marché dessus pendant 94 minutes, un Nani bis au niveau de la résistance, mais lui a l’excuse de la jeunesse/
Chicharito (1) Utilisé par Moyes, il n’a plus de vitesse, et encore moins de percussion
van Persie (-3) Il est blessé et sans Sir Ferguson il estime qu’il y a tromperie sur la marchandise. Il a signé à MU, et non pas dans une entreprise de pompes funèbres !

Sur le banc: Lindegaard, Ferdinand, Young, Welbeck.

Manager: Personne. Sir Ferguson disait que pour gagner, il devait avoir au moins “7 joueurs concernés". Son remplaçant, lui, ne peut même pas compter sur trois Red Devils qui ont la tête à ce qu’ils font. MU sait jouer pour gagner mais ne sait pas évoluer dans une ambiance de perdants.

Déclaration d’après match de David Moyes, l’actuel coach temporaire de MU:
-"Les supporters d’United comprennent qu’il y a une grande transition ici. Il y a un changement en cours. Nous allons travailler, essayer d’améliorer et essayer d’aller mieux".
Quel discours de loser !
Le changement est là c’est vrai: du superbe football collectif, MU est passé à une bande de musiciens désaccordés qui jouent faux. Et ça fait mal aux oreilles. Disons aux yeux !
Il nous promet quoi: le football du Onze d’or de Puskas ou le football total de Rinus Michels ?
Qu’il se contente de faire son métier, au lieu de rester écrasé sur son siège, écrasé par le poids du match qu’il ne sait pas vivre sans angoisse. Sir Ferguson agissait alors que son successeur ne fait que subir les événements. Il ne s’agite que pour ramasser un ballon qui meurt en touche, comme son football inexistant. Quel est son projet de jeu ?
Quand on fabrique des Ferrari on ne se met pas à casser la chaine de fabrication pour sortir des Simca qui calent chaque dix mètres.
Va-t-on assister à une révolte des joueurs contre le fantôme qui est sur le banc de MU ?
Rio Ferdinand a dit:
-"Je commence à en avoir assez de ne connaître les titulaires que très tardivement. Cela ruine la préparation de match…”
Bien envoyé ! David Moyes ne communique donc pas avec ses joueurs. Ou de manière très malhabile.
Un entraîneur c’est important et maintenant, on le sait plus qu’avant.
David Moyes a tout cassé à MU: il a enlevé la nappe phréatique du club c’est-à- dire tout le staff, il gère mal son groupe, il a massacré le système de jeu, il ne sait pas faire le turn over, bref il n’est pas l’homme de la situation car à MU on ne peut pas laisser le temps au temps.
Pendant que le chat MU ne répond pas présent toutes les souris de Londres dansent et c’est insupportable !
Du temps de Sir Ferguson, on perdait parfois, ce qui est logique mais la défaite servait à repartir de plus belle.
Mieux vaut perdre une fois 0-6 contre Man City que six fois 0-1 contre Everton, Newcastle… et demain contre l’ASPTT de Trifouillis-les-Oies ?
MU a besoin d’excellence car MU n’a vraiment marché qu’avec MM. Busby et Ferguson.
Je veux bien donner la chance à quelqu’un de valable mais il faudrait montrer autre chose que du stress au bord de la touche.
Moyes croit que MU est un appareil ménager: il cherche le mode d’emploi.
Ses causeries doivent être au niveau de ses propos d’après-match. Au terme de la défaite à domicile contre Everton, il a dit: “Ce qui est bien c’est qu’ici on joue souvent…” Il a trouvé ça tout seul ?
Hier, j’étais contre la venue de Mourinho. Aujourd’hui, je suis pour ou pour quelqu’un d’équivalent.
Le Bayern Munich a recruté Guardiola, et MU, David Moyes. Cela fait vraiment gagne-petit.
Les Bavarois ne sont pas fous: il ne confie pas le club à un entraîneur qui a tout à prouver. C’est trop dangereux.
Si Moyes nous démontrait un football intéressant pourquoi pas.
Au lieu de ça, on voit des joueurs apeurés, sans confiance, qui ne savent pas quoi faire du ballon.
Moyes a cassé le tourbillon. On dirait que MU est devenu l’Arsenal des vaches maigres.
La poisse est de retour. L’arbitre n’a pas sifflé un penalty indiscutable pour MU. Une main qui empêcha le ballon d’aller au fond des filets.
MU n’a plus d’inspiration. Le milieu de terrain sans Rooney, sans Caarick, sans Fletcher, sans Park, sans Rooney, ne vaut plus rien.
Pendant ce temps, la recrue Fellaini téléphone au portable dans les tribunes !
Fellaini aime MU comme moi les disques d’Etienne Daho.
Je ne suis pas triste car ce MU ne n’intéresse pas.
Après avoir tutoyé les anges depuis 2013, je ne vais aller me faire suer en enfer avec des Red Devils sans patron.
A moins d’être aveugle, on voit bien qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion rouge.
Et à MU on sait que c’est très grave le problèmes d’avion. Excusez-moi de ce mauvais jeu de mots mais Moyes a transformé Old Trafford en cimetières des ambitions.
Quand les ventes de maillots baisseront, la famille Glazer décidera sans doute de prendre un grand entraîneur, quelqu’un qui sait diriger des adultes.
On a besoin d’un architecte d’âmes et non pas d’un coach qui est puceau de la pression à très haut niveau.
Il n’y peut rien. Sir Ferguson était-il défavorable à la venue d’un immense coach ?

06.12.13

La France hérite du meilleur tirage pour le Brésil 2014

Quand nous aimons le football nous sommes tous Brésiliens. Pelé est l’icône de tous les vrais amateurs du football. J’aime Pelé depuis que j’ai 10 ans. C’est lui qui a imposé le football au monde entier. Il y a un avant et un après Pelé. Garrincha et Pelé sont immortels. On a perdu Garrincha. Reste Pelé.

Didier Deschamps, champion du Monde 98, couvert de tous les trophées possibles, est chanceux pour les tirages, dit-on. Cela vient de se confirmer! Après avoir tiré l’Ukraine, en barrages, voilà qu’au tirage des poules en phase finale au Brésil 2014, il a droit aux nations classées 8ème, 23ème et 41ème au classement FIFA ! Sans manquer de respect à ces adversaires, on peut dire que la France a hérité du meilleur tirage possible.
Quand on pense au Portugal qui a dans son groupe l’Allemagne, le Ghana et les Etats-Unis, on se dit que le Groupe G est celui de la mort. C.Ronaldo va encore dire que Platini, pt de l’UEFA, a aidé la France mais je n’y crois pas une seconde. Quand au Groupe D avec l’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay, là c’est le film catastrophe !
Si la France arrive en 8e de finale, les Coqs pourraient rencontrer l’Argentine ou le Nigeria. Rêvons un peu… En 1/4 de finale ? Belgique, Algérie, Allemagne ou Portugal. En 1/2 ? Brésil, Espagne, Italie ou Angleterre.
Le Brésil est le favori, avec ensuite l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie.
Outsiders ? Uruguay, son attaque est effrayante avec son sérial-tireur Suarez.
Surprise ? Belgique mais les Belges manquent d’un grand arrière central et d’un buteur de classe mondiale.
La France ? Elle doit passer les poules, après on verra.
Les Pays-Bas ? Ils sont maudits en Coupe du Monde.
Ah! j’oubliais l’Argentine. Je reste persuadé que Messi ne joue pour se préserver. Il veut gagner le trophée qui lui manque.

Les adversaires de la France:

SUISSE (20 juin 2014 à Salvador, 21h)
•Classement FIFA
8e, devant les Pays-Bas (9e), le Brésil (10e) et l’Angleterre (13e). Et la France, qui se situe onze rangs derrière à la 19e place.
La Suisse a battu l’Espagne à la Coupe du Monde 2010. Cela suffit à démontrer le talent de cette génération de Suisses.

EQUATEUR (25 juin à Rio, 22h)
•Classement FIFA
23e, entre la Russie et le Ghana.
Faut pas prendre à la légère un pays dont le capitaine est le Red Devil Antonio Valencia, joueur absolument merveilleux. Adroit et infatigable. Un homme ultra élégant sur le terrain et dans la vie.

HONDURAS (15 juin à Porto Alegre, 21h)
•Classement FIFA
41e, entre le Pérou et le Mali.
Le petit poucet doit être respecté comme les autres même si ce n’est pas l’Uruguay.

Groupe A
BRESIL 12/06 22h CROATIE
MEXIQUE 13/06 18h CAMEROUN
BRESIL 17/06 21h MEXIQUE
CAMEROUN 18/06 21h CROATIE
CAMEROUN 23/06 22h BRESIL
CROATIE 23/06 22h MEXIQUE

Groupe B
ESPAGNE 13/06 21h PAYS-BAS
CHILI 14/06 00h AUSTRALIE
AUSTRALIE 18/06 18h PAYS-BAS
ESPAGNE 19/06 00h CHILI
AUSTRALIE 23/06 18h ESPAGNE
PAYS-BAS 23/06 18h CHILI

Groupe C
COLOMBIE 14/06 18h GRECE
CÔTE D IVOIRE 15/06 00h JAPON
COLOMBIE 19/06 18h CÔTE D IVOIRE
JAPON 20/06 00h GRECE
JAPON 24/06 22h COLOMBIE
GRECE 24/06 22h CÔTE D IVOIRE

Groupe D
URUGUAY 14/06 21h COSTA RICA
ANGLETERRE 15/06 03h ITALIE
URUGUAY 19/06 21h ANGLETERRE
ITALIE 20/06 18h COSTA RICA
COSTA RICA 24/06 18h ANGLETERRE
ITALIE 24/06 18h URUGUAY

Groupe E
SUISSE 15/06 18h EQUATEUR
FRANCE 15/06 21h HONDURAS
SUISSE 20/06 21h FRANCE
HONDURAS 21/06 00h EQUATEUR
HONDURAS 25/06 22h SUISSE
EQUATEUR 25/06 22h FRANCE

Groupe F
ARGENTINE 16/06 00h BOSNIE
IRAN 16/06 21h NIGERIA
ARGENTINE 21/06 18h IRAN
NIGERIA 22/06 00h BOSNIE
BOSNIE 25/06 18h IRAN
NIGERIA 25/06 18h ARGENTINE

Groupe G
ALLEMAGNE 16/06 18h PORTUGAL
GHANA 17/06 00h ETATS-UNIS
ALLEMAGNE 21/06 21h GHANA
ETATS-UNIS 22/06 21h PORTUGAL
ETATS-UNIS 26/06 18h ALLEMAGNE
PORTUGAL 26/06 18h GHANA

Groupe H
BELGIQUE 17/06 18h ALGERIE
RUSSIE 18/06 00h COREE DU SUD
COREE DU SUD 22/06 18h ALGERIE
BELGIQUE 23/06 00h RUSSIE
ALGERIE 26/06 22h RUSSIE
COREE DU SUD 26/06 22h BELGIQUE

Nelson Mandela:" Si tu es victime, tu es perdant"

Il ne faut pas se tromper, le grand Nelson Mandela - dans tous les sens du terme- a connu trois étapes importantes dans sa vie:
Révolutionnaire
Prisonnier
Président
Un destin hors normes, un homme de conviction, supérieurement intelligent et hyper sensible. Un mental d’acier.
Quand il était en prison, il a dit à un détenu:
-"Si tu es victime, tu es perdant".
Je n’ai hélas pas pu retenir le nom de cet ami.
Alors qu’ils étaient emprisonnés, Nelson lui a expliqué qu’il ne fallait pas se sentir dominé par les geôliers, et que souffrir cela reviendrait à leur faire plaisir. Mandela lui dit que le combat continuait et que la privation de liberté ne changeait rien.
La journée, ils devaient casser des pierres, c’est là que Mandela a ruiné ses poumons.
L’ami de Mandela fut prisonnier pendant 12 ans, il est donc sorti avant Mandela, qui a accompli 27 ans derrière les barreaux. Droit dans les yeux des téléspectateurs, il a dit face caméra:
-"J’ai fait 12 ans de prison avec Mandela, tant mieux pour moi, tant pis pour vous…”
Fabuleux témoignage!
Il a parlé aussi du sourire de Mandela. Un sourire désarmant. Il a précisé:
-"Il souriait pour mettre de la distance, une forme d’élégante protection. A côté de lui, on sentait toujours comme un rideau transparent…”
Cela s’appelle aussi le charisme, cette fluidité qu’ont les très grandes personnalités. Face à Mandela, on n’était pas face à une marionnette médiatique.
Mandela était un homme de réconciliation, il ne s’est pas vengé contre ses tortionnaires blancs.
Un homme de pardon, un apôtre de l’égalité, des droits de l’Homme, un être pacifiste.
Il a démontré que l’être humain était la plus belle création au monde et qu’il fallait qu’on vive ensemble au lieu d’opposer nos différences.
Bien sûr, il aimait le sport. Il n’y que les imbéciles qui n’aiment pas le sport.
Le sport avec un grand S, comme Simulacre. Le sport doit être le lieu où l’on s’oppose mais juste le temps d’un combat loyal au possible. Grâce au sport, Mandela a unifié son pays.
“Si tu es victime, tu es perdant". Cette phrase devrait être la devise de toutes les équipes. De tout le monde, d’ailleurs.
Actuellement, le Man United de Moyes ferait bien de la méditer.
“Si tu es victime, tu es perdant".

05.12.13

Mort de Nelson Mandela (1918-2013), l'un des plus grands hommes de l'Histoire du monde

Sur la vidéo, on peut revoir l’historique annonce de la retraite de Nelson Mandela, sa grande classe et son humour. Quelle simplicité ! Quand il portait le maillot de l’Afrique du Sud il semblait porter un costume tant il était élégant. Une élégance naturelle. Il ne se plaignait jamais. N’a jamais appelé à la vengeance. Sa signature, c’était son sourire permanent. Le sourire le plus lumineux du XXe siècle. L’expression de la bonté à l’état pur. L’un de nos meilleurs contemporains vient de nous quitter. Reste son esprit. Immortel pour les hommes de bonne volonté.

Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé dans la soirée du 5 décembre 2013 la mort de Nelson Mandela à 95 ans. Le héros de la lutte anti-apartheid s’est éteint dans sa maison de Johannesburg. “Notre Nation a perdu son fils le plus grand", a déclaré le pt Zuma, annonçant des funérailles nationales. Les drapeaux sud-africains seront en berne dans tout le pays.. Le président a appelé ses concitoyens à la “dignité et à ce respect que Madiba- le surnom de Mandela- incarnait lui-même".
Nelson Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d’Afrique du Sud), a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d’apartheid avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l’histoire du pays.
Nelson Mandela entra au Congrès national africain (ANC) en 1944, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. Avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l’apartheid. L’ANC fut interdit en 1960. Le 12 juillet 1963, il est arrêté.
Après vingt-sept années d’emprisonnement, Mandela fut relâché le 11 février 1990, et soutint la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec de Klerk le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime d’apartheid.

Grand amateur de sport, Nelson Mandela décida de rassembler son pays lors de la Coupe du Monde de rugby 1995 qui selon lui allait créer un sentiment d’union nationale derrière l’équipe des Springboks, symbole durant plusieurs décennies des blancs d’Afrique du Sud, de leur domination et de l’apartheid (1948-1991). Invictus (2009), le film de Clint Eastwood raconte cette sublime histoire entre un président et un capitaine d’équipe, chacun issu de communautés se haïssant, deux leaders qui prônent enfin l’union. Mandela transmit au capitaine des Springboks un poème de William Ernest Henley: I’m the master of my fate, I’m the Captain of my soul. (« Je suis le maître de mon destin, Je suis le capitaine de mon âme. »)

[Post dédié à Martin. L. King et à Barak Obama]

Lors d’un concert de Johnny Clegg, alias Le Zoulou blanc, Nelson Mandela est venu saluer son plus grand défenseur international. Il est monté sur scène quand le poète a chanté la chanson qu’il lui avait consacrée quand il était en prison. Savez-vous où est né le chanteur ? Dans la banlieue de Manchester ma ville d’adoption.

Le MU de Moyes est en train de remplacer l'Arsenal des mauvaises années

Le clip de MU est aussi grotesque que ceux d’Arsenal sur le même sujet. David Moyes est sans doute trop gentil. Il ne dégage pas la hargne de Sir Ferguson qui savait être méchant.

Ma femme qui ne regarde jamais un seul match a raison.
Elle m’a dit: “Tes joueurs, ils n’ont plus de père actuellement…”
Manchester United, c’est pire qu’une secte, c’est une religion.
Et on ne peut pas laisser un mauvais prêtre dire la messe.
Un mauvais prêtre nous empêche de croire.
Les joueurs sont des saints mais Dieu c’est le coach.
Et en ce moment, Dieu est parti, il est dans les tribunes, mais pas à la bonne place.
Trop haut dans les nuages, il faut qu’il redescende sur la pelouse.
Je le vois crois comme une maison, David Moyes parle pour faire rêver le peuple.
A MU ça ne marche pas.
Depuis Eric Cantona et Sir Ferguson, on ne veut que des acteurs qui peuplent les rêves !
Bobby Charlton a dit que Mourinho à MU cela serait la mort du centre de formation… mais il est où le nouveau Scholes ? Et le nouveau Giggs ?
MU doit avoir un winner à sa tête et non pas un coach qui cherche à se faire un palmarès par le biais de MU.
-"C’est ce qui est bien ici, il y a toujours d’autres matches.” Pauvre déclaration de David Moyes, en perdition après la défaite de MU devant Everton, qu’il plus est à Old Trafford, ce qui fait désordre.
Pas performant sur le banc, et inefficace dans les médias, voilà le constat actuel qui résulte de la toute nouvelle ère Moyes.
Les rares personnes lucides actuellement au club ont demandé à Ryan Giggs et à Phil Neville de monter en première ligne pour essayer de rattraper le coup, c’est-à-dire d’effacer le coaching perdant de David Moyes.
MU ce n’est pas qu’un club, c’est aussi une entreprise qui brasse de millions et des millions d’espèces sonnantes.
Il y a péril en la demeure dès que MU se prend les pieds dans le tapis.
Arsène Wenger n’a pas été renvoyé d’Arsenal, où il n’a rien gagné depuis… la défaite en finale maudite de C1 2006, parce que le club des Gunners n’a pas l’impact mondial de MU.
Dès que MU perd, la finance fait les yeux noirs. Dès que MU perd, on le ressent à Tokyo, à Pékin, au Qatar, à Paris, à New Yord, à Abidjan.
Le visage de MU contre Everton fut celui d’une vieille actrice qui veut encore jouer les premiers rôle ou si vous voulez d’un acteur de 70 ans qui veut incarner le Petit Prince.

Les deux adjoints de David Moyes ont fait une déclaration pour éviter que l’on voit D. Moyes qui pour l’instant incarne un Man U dépressif, convalescent, abonné à un football imbécile.

Phil Neville, co entraîneur de MU:

- “Arsenal est certainement la meilleure équipe du moment, mais on sait que la saison est longue, et on a de l’expérience. On n’a pas paniqué après West Brom, on n’a pas paniqué après le 4-1 dans le derby, on sait qu’on aura des coups de moins bien. City en a connu, Chelsea aussi. Tout dépend de la manière dont on réagit. On sait qu’on va faire une nouvelle série. On peut jouer 20 matches sans perdre, à tout moment, et le reste des équipes du championnat le sait bien. C’est une position de force dans laquelle on est, sachant que dans le vestiaire, la confiance est là, on est concentrés.”

Ryan Giggs, co entraîneur de MU:

- “On doit se ressaisir. On ne peut s’apitoyer trop longtemps sur notre sort. On va jouer à domicile (1), et j’espère que le résultat sera différent. Il faut faire une nouvelle série. Avant mercredi, on n’avait pas perdu depuis 12 matches. Il faut oublier cette déception. On en saura plus en janvier, et j’espère qu’on va recommencer à prendre des points. On a connu quelques résultats décevants, mais nos prestations n’ont pas été si mauvaises. On n’a pas la chance avec nous. On ne saisit pas les occasions.”

Neville affiche la confiance que n’ont plus les joueurs pendant que Giggs use de la langue de bois.

(1) 7 décembre 2013, 13 h 45, Man United-Newcastle

Permalien 11:03:53, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL  

En 4 mois, le très grand Manchester United est devenu un club du ventre mou

Tous les morts de 1958 doivent se retourner dans leur tombe. S’ils sont morts pour que l’on voit leurs successeurs jouer comme des acteurs sans metteur en scène ce n’est pas la peine. Moses est Ecossais mais c’est son seul trait commun avec Busby et Ferguson. MU ne supporte pas la médiocrité. Il est inadmissible de constater que MU n’est plus qu’un intermittent du spectacle. Le fond de jeu de MU est devenu si médiocre qu’on ne s’est même pas aperçu que MU venait de signer 12 matchs sans défaite. MU n’est pas un club qui peut jouer à gagne petit. Il faut de la flamboyance, des gestes grandioses, de la simplicité divine et non pas des frappes apeurées sur les montants. Les impondérables sont la conséquence de la faillite mentale.

Si un club de bas de tableau de L1 vire son coach avant le début de l’hiver (1), MU ne peut pas se contenter d’être largué par tous ses rivaus sans rien faire.
MU ce n’est Arsenal. Quand Arsenal ne gagne rien entre 2006 et 2013, tout le monde s’en moque.
Arsenal n’est qu’un club de quartier. MU est un club mondial.
Vous dites Arsenal, on vous répond Venise.
Vous dites Liverpool, on vous répond Beatles.
Vous dites Manchester, personne ne vous répond City !
Il n’y a qu’un Manchester et c’est United
A part Rooney, Evra, Carrick et Jones, aucun Red Devil actuel n’a la marque de fabrique MU.
Carrick et Jones étaient absents contre Everton.
Vidic et Ferdinand (absent contre Everton)sont des préretraités. Rafael n’a pas retrouvé son niveau d’agressivité.
Giggs n’a jamais été un chef de bande.
Je pense que les joueurs imposeraient Moses. Mea culpa. Erreur de ma part.
MU n’a plus de Scholes, de Keane, de Cantona, des winners qui entraînaient les autres.
Sans Rooney, MU serait relégable.
Le nouvel entraîneur de MU est un champion: en quatre mois il a fait table rase des travaux d’Hercule réalisés par Sir Ferguson depuis 1993.
En 2013, MU n’a pas le droit de jouer comme une équipe des années 1910.
Actuellement, MU joue comme une équipe de joueurs qui n’ont aucune pratique ensemble. On dirait des inconnus qu’on a pris dans les tribunes. Les lignes ne se répondent pas. Il n’y aucun dialogue. Cela joue seul.
Contre Everton, j’ai encore cette image de trois Red Devils face au ballon, et aucun ne le prend. Sur les trois, il y avait Fellaini. Ce joueur à MU c’est comme si on prenait un Jean Tissier pour jouer Ben-Hur. L’équipe fanion de MU ce n’est pas un club de patronage pour kermesse de fin d’année scolaire. Les tournois de sixte se déroulent en juin.
Parfois, je suis dur avec Jones mais ce joueur est un soldat prêt à mourir pour MU.
Nous n’avons pas besoin de gens qui cherchent à se faire prévaloir, à se hisser dans la hiérarchie mondiale alors qu’ils n’ont pas le niveau. Quand on a refilé le Bebe à Sir Ferguson il l’a obertanisé en équipe réserve.
Il faut être sans concession avec le club que l’on a choisi de suivre.
Man U ne me donne pas 100 000 euros par mois pour que j’écrive sur lui !
Je suis libre de dire que voir MU gagner 0-5 en Allemagne avant de le voir perdre 0-1 à la maison devant un clud de troisième zone cela ressemble à du grand n’importe quoi.
MU actuellement est une usine à accidents industriels.
J’attends que les économistes du club disent que le club perd énormément d’argent suite à ses mauvais résultats.
J’aime le football parce qu’il est aérien dans sa plus belle expression. Il nous fait décoller du terre à terre.
Dès que ce jeu n’exprime pas l’intelligence, il est insupportable à regarder.
Bien sûr, je ne veux pas voir 10 à 0.
Un 0-0 peut me convenir si les joueurs tente de jouer de façon pertinente.
Qu’a-t-on vu lors de MU 0-1 Everton ? Des Red Devils sans grinta face à des visiteurs qui n’en revenaient pas d’avoir les clefs du magasin de jouets. Tout cela n’a aucun intérêt spirituel.
Si MU se met à jouer comme une équipe de retraités de club de philatélie, je préfère regarder le Curling sur une chaîne canadienne.

Depuis qu’il entraîne, David Moyes n’a jamais rien gagné d’important, il a fallu qu’il signe à Man United pour remplir une seule ligne dans la case de son palmarès:
Community Shield 2013
Quand Alex Ferguson a signé à Man U, il avait gagné (2) avec Aberdeen 10 trophées dont deux européens:
3 Championnats d’Écosse 1980, 1984, 1985
4 Coupes d’Écosse 1982, 1983, 1984, 1986
La League Cup écossaise 1986
La Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe 1983
La Supercoupe d’Europe 1983
On voit donc que MU avait engagé un sacré winner qui attendait qu’on lui donne le volant d’une F1.
Comme MU ne jouait plus les premiers rôles depuis la fin des années 1960, Ferguson bénéficia de beaucoup de patience, en tout cinq ans avant de remporter quelque chose avec MU.
Et surtout il a recruté Cantona qui a redonné à MU le titre de champion d’Angleterre que le club attendait depuis 1967.
En 1993, Ferguson et Cantona firent les beaux jours de MU.
En 2013, Moyes et Fellaini font les mauvais jours de MU.

La sensiblerie n’a rien à faire dans le football.
Il faut être sans pitié ou alors faire du football amateur sans enjeu.
Voici la déclaration du coach qui a conduit MU dans le ventre mou de Premier League. MU, le champion sortant…
Discours quelconque, sans aucun éclat. Terne, insipide, les paroles du perdant chronique.

-"J’ai le sentiment qu’on était meilleur tout le long du match, mais il faut aussi avoir un peu de chance et ça n’a pas été le cas. On s’est créé des occasions et si on les avait conclues, la physionomie du match aurait grandement changé. On n’en a pas profité et au final, on a perdu. On aurait pu marquer plusieurs fois, on a eu une ou deux grosses occasions. Everton était menaçant en contre, ils étaient très rapides, mais j’ai cru qu’on aurait pu gagner. Ça ne s’est pas passé comme ça. Ça arrive, vous demandez aux joueurs de tenter leur chance. Parfois le tir est dévié et ça rentre. Parfois, comme ce soir, ça passe devant tout le monde et quelqu’un vient couper au deuxième poteau et marque. Je suis quand même déçu qu’on ait perdu le ballon sur cette action et qu’on n’ait pas réussi à se dégager. Ils ont continué à nous attaquer pendant 20 ou 30 secondes après ça, et ça a entraîné le but. Je suis vraiment déçu, mais ce n’est pas fini. On va continuer et passer au prochain match. C’est ce qui est bien ici, il y a toujours d’autres matches. On n’a tout simplement pas atteint le niveau qu’on aurait espéré ce soir, mais on a l’occasion de réessayer.”

(1) Je ne savais pas si bien écrire Montpellier: vient de “remercier” Jean Fernandez dont il avait dit qu’il avait fait une “connerie” en acceptant sa nomination.
(2) Auparavant, à St Mirren, Ferguson fut champion d’Écosse D2 1977.

[Post dédié à Duncan Edwards]

Permalien 00:24:14, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL  

Le Man United de Moses se crash contre Everton à Old Trafford

Manchester United 0-1 Everton
Buts pour les visiteurs : Oviedo (86e)

Man United est en deuil, non pas de la mort de Foulkes mais du jeu de Man U.
Je propose que lors du prochain match, MU porte un brassard noir en signe de la perte du jeu du temps de Sir Ferguson.
La grande love story avec MU touche à sa fin.
J’aime un club qui porte le même nom qu’avant mais le hic c’est qu’il n’a plus l’âme du club.
C’est comme si Pauline Carton se faisait passer pour Scarlett Johansson !
Je suis les matchs de MU sans discontinuité depuis 1993. Il serait peut-être bon que j’arrête.
Le temps est précieux. Pour voir un troupeau de chèvres, un pré me suffit amplement.
Je veux bien voir perdre des joueurs intelligents mais écouter des musiciens qui jouent onze partitions différentes, non, non et non !
Avec Moyes, MU joue sans entraîneur. Les joueurs errent sur la pelouse. Ils n’ont plus confiance, à tel point qu’ils frappent sur les montants. Les impondérables sont toujours au rendez-vous des froussards.
75 210 personnes se sont déplacés à Old Trafford pour voir Man United-Everton.
En fait, ils ont vu leur club méconnaissable perdre contre des anonymes.
Il faut vraiment connaître le football pour mettre un visage sur:
Everton: Howard; Coleman, Jagielka, Distin, Oviedo; Mirallas (Naismith 92e), McCarthy, Barry, Barkley (Deulofeu 69e), Pienaar (Osman 80e); Lukaku.
Bravo messieurs.
Comme MU ne fait plus peur, tous les visiteurs viennent faire leur marché à Old Trafford.
Les soirs de défaite? on voit tous les défauts de MU.
Giggs ? A 40 ans, il serait peut-être temps d’aller se reposer, non ?
Moses ? Ce coach a la défaite imprimée dans le regard.
Fellaini ? C’est un chat noir dans le vestiaire. Dès qu’il est là, MU ne sait plus jouer.
Sir Ferguson ? Que fait-il tout le temps dans les tribunes? S’il s’emmerde chez lui, le mieux c’est de virer Moses et de reprendre sa place. Il s’est trompé en nommant son copain au poste de coach. Erreur de casting ! Mourinho doit bien se marrer. Un entraîneur c’est très important, et je suis prêt à voir le Portugais aux commandes de MU.
Moses n’a pas compris que les fans de MU se moquent de la C1. Les fans veulent gagner le championnat !
Maintenant, à cause de son incompétence, MU est à 12 points du leader Arsenal, soit une honte nationale !
Sur le bord de la touche, il ne sert à rien du tout.
D’ailleurs, il ne sert à rien puisque sans lui son ancien club est venu gagner à Everton.
Non seulement, il a cassé le fond de jeu de MU mais en plus il nous impose Fellaini, piètre footballeur.
MU a recruté Fellaini, autre erreur de casting. C’est Ozil et Hazard qu’il fallait.
Plus aucun grand joueur ne va vouloir venir à MU. Pour être entraîné par un perdant cela ne vaut pas le coup.
En 1986, Ferguson avait le droit de perdre car MU repartait de très bas.
En 2013, Moses n’a pas le droit de perdre de cette façon minable contre Everton car il a pris la tête de MU alors que le club était au sommet.
Pendant plus de 90 minutes, MU n’a pas été capable de marquer un but, à domicile.
Avec Sir Ferguson, on prenait parfois des corrections mais à la fin on gagnait le titre !
Evra maintenant joue dans une équipe d’enfants…
Arsenal a les clefs du championnat autour de sa taille, si les Gunners ne sont pas champions quand MU est à terre et même sous terre c’est à désespérer.

Manchester United
De Gea/ (4) N’a pas su garder inviolée sa cage
Rafael (3) Match de reprise, aucun rythme, puis (Nani 58e) (3) On a encore vu que mentalement il n’a pas grand chose
Smalling (3) En perpétuel rodage car il ne joue jamais au même poste
Vidic © (2) L’ombre de Terminator
Evra/ (6) Aurait pu être le héros avec son coup de tête
Valencia (4) Pas très inspiré
Fellaini (-5) Ne dégage que du stress
Giggs (2) Le poids des ans, le choc des cheveux blancs
Kagawa/ (1) N’a pas la grinta de Park, puis (Januzaj 58e) (2)Se prend trop pour Zorro
Welbeck (-3) S’agite dans tous les sens pour rien, puis (Hernandez 81e) (non noté) Si Moses ne l’aime pas, je lui conseille de partir, cela ne sert à rien de jouer dans un club qui perd.
Rooney (4) Ne peut pas toujours marquer. Je lui accorde le bon de sortie. Il va devenir mauvais à force de jouer dans un club qui est désormais un loser

Sur le banc: Lindegaard, Evans, Young, Cleverley

Manager: Moses (0). Le costume est trop grand. Il devrait démissionner. MU n’est plus MU depuis qu’il est arrivé. Même sans Carrick et van Persie, MU aurait pu laminer Everton, quand bien même ce club est la bête noire pour MU. Il ne sait même pas battre ses anciens joueurs qu’il devrait connaître parfaitement. Moses n’a aucun charisme. Il a peur comme Fellaini. Il ne dégage aucune force. Un coach passif.

Les bons résultats des prétendants au titre vu que MU n’est plus dans la course:
Arsenal 2-0 Hull City
Sunderland 3-4 Chelsea
Liverpool 5-1 Norwich City
West Bromwich Albion 2-3 Manchester City, 21 h

Classement
1 Arsenal 34 pts 14 m/11 1 2/29 10/ +9
2 Chelsea 30 pts
3 Manchester City 28 pts
4 Liverpool 27 pts
5 Everton 27 pts
6 Tottenham 24 pts
7 Newcastle 23
8 Southampton 22 pts
9 Manchester United 22 14/ 6 4 4/ 22 18/ +4/strong>

04.12.13

Permalien 18:07:21, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Voyage avec l’ami, de Francesco Berti Arnoaldi (Gallimard)

L’Italie ce n’est pas que Berlusconi. L’Italie c’est l’avocat Francesco Berti Arnoaldi (né en 1926), très jeune résistant anti fascistes qui combattit pour libérer Bologne en mai 1945. C’est aussi l’auteur d’un vibrant hommage à l’un de ses amis de jeunesse tué par les nazis.

Remarquable livre dans la belle collection « Témoins » de chez Gallimard.
Certains livres sont des cadeaux du ciel, en voilà-un.
Sous-titré Mort et vie de Giuliano Benassi, il s’agit d’un hymne à l’amitié entre trois hommes, et plus particulièrement deux : celui qui écrit le livre et son héros. En février 1945, d’innombrables prisonniers- 250 exactement- furent conduits dans la Suisse saxonne. Parmi eux, un homme de Vérone, Hugo Bigardi. Il sera le témoin des souffrances partagées avec Giuliano Benassi auquel il rendra hommage dans un ouvrage confidentiel en 1947.
Le narrateur du livre actuel(Arnoaldi), lui, a mis presque 50 ans pour raconter l’amitié qui l’unissait à Giuliano Benassi. Une amitié qui a consisté à partager des moments ensemble sans parler forcément. Ils étaient bien cote à cote, cela suffisait à leur bonheur.
Donc quasi un demi-siècle après la mort de son ami, le survivant part à la recherche de celui qui n’existe plus, sauf dans son esprit, dans son cœur. Benassi était né le 23 mars 1924 à Capri. Il rencontra le narrateur en 1938 quand ils étaient en troisième. Orphelin de père, Benassi est plus mâture que ses camarades d’autant plus qu’à 16 ans il perd sa mère. Il se réfugie dans les livres et écrit. Le narrateur confia à son ami que son père était aussi absent que le sien, puisqu’il perdit la vie lors de la guerre de 1914-1918. Les deux lycéens élevés dans l’Italie fasciste décident de rentrer dans la Résistance. Le plus prompt est Benassi qui s’engage dès 1943. Le narrateur prend le maquis l’année suivante. Arrêté, fait prisonnier et torturé, Benassi a été fusillé quelques jours avant la chute du Reich. Martyrisé par les nazis, il ne parle pas : « Jamais je ne troquerai ma vie contre celle des autres », trouve-t-il la force d’écrire à son frère.
Ce très grand livre sur l’amitié est l’un des plus bel ouvrage de 2013. Il est quasiment passé inaperçu. L’amitié est moins vendeur que l’amitié. Francesco Berti Arnoaldi a écrit un somptueux livre doublement grâce à son ami disparu car c’est lui qui lui donna le goût des Lettres. Il nous donne quelques grandes pages dont les 59 et 60 où il exprime le souvenir de son ami qui venait le visiter en rêve. « Je n’ai pas besoin de penser à lui comme on le fait dans le culte des morts, en cherchant un rituel… » Francesco Berti Arnoaldi a écrit ce livre comme sous la dictée de Giulano Benassi qui serait sûrement devenu un écrivain. A la vérité, il l’était déjà.
Le mystère de la littérature est omniprésent dans ce livre qu’on a du mal à quitter tant on a l’impression d’abandonner des amis qu’on ne reverra plus jamais. On regarde alors leur visage sur la couverture. On pense à Nous nous sommes tant aimés et aussi à cher Patrick Modiano, l’ami si proche de Dora Broder et d’Emmanuel Berl auquel il a rendu hommage dans la même collection «Témoins». Lisez ce livre sur l’amitié, vous en sortirez grandi.

-Voyage avec l’ami, de Francesco Berti Arnoaldi, traduit de l’Italien par Jacques Delarun, Gallimard, 107 p., 12, 90 €

Permalien 01:03:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les fans de MU ont les yeux de l'amour pour le flamboyant Rooney

Beaucoup de footballeurs se considèrent footballeurs mais il suffit de voir jouer Wayne Rooney pour voir qu’ils ne font pas le même sport. Quand je vois jouer Rooney, je sais pourquoi j’aime le football. Le 4 décembre, le coach de MU, D. Moyes, va retrouver sur son chemin Everton, son ancien club, qui a toujours créé des soucis à MU.

Wayne Rooney est un Red Devil mythique de la dimension de Duncan Edwards, Best, B. Charlton, Robson, Cantona, C. Ronaldo, Scholes et Giggs.
Son contrat à MU se termine en juin 2015. Va-t-il prolonger ? Avec Rooney on ne sait jamais ce qui va se passer, hors du terrain.
Sans Rooney, MU n’aurait plus de joueur emblématique car Giggs est en fin de carrière.
Quand il est sur le terrain, je ne vois que lui.
En ce moment l’attaquant de MU est sans doute le meilleur joueur au monde.
Il anime le jeu de MU, il attaque, il défend, il marque, il donne du caviar, tout ça dans un match. Exceptionnel !
Wayne Rooney a été élu meilleur joueur de Manchester United en novembre 2013.
C’est la deuxième fois que Rooney remporte la récompense mensuelle cette saison.
Il a obtenu 80 % des votes des supporters dans l’ensemble des sites Web de MU en sept langues, devant “la bête humaine” Antonio Valencia (15 %) et “l’homme vrai” Patrice Evra (5 %).

Déclaration de Wazza:
- « C’est formidable d’être reconnu par les fans. Je m’en réjouis, et il est important que je continue à tout faire pour le plus grand bien de l’équipe. J’ai toujours travaillé pour le groupe. Heureusement que souvent mes coéquipiers transforment en but les ballons que je leur donne comme ça on s’en souvient ! (rires) C’est formidable quand vous mettez une bonne balle dans la boîte pour quelqu’un qui se fait un plaisir de marquer. Est-ce que je fais ma plus grande saison ? Aux autres de juger. Je suis content que mon football va bien, et je vais continuer à pousser très fort pour que l’on connaisse d’autres succès au plus vite sur le terrain. »

Le sensationnel Rooney a marqué 11 buts le mois dernier, et a délivré neuf passes décisives.

03.12.13

Permalien 17:34:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Du côté de chez Drouant, de Pierre Assouline (Gallimard)

Romain Gary a reçu le prix Goncourt en 1956 (Les racines du ciel) et en 1975, masqué sous le nom d’Emile Ajar (La vie devant soi) Il a ainsi ridiculisé tout le milieu littéraire. Romain Gary appartient à un monde englouti, celui où seuls les vrais écrivains écrivaient.

Ce n’est pas parce que le Prix Goncourt a déjà été attribué qu’il ne faut plus en parler.
Il y a peu, Arsène Wenger a dit qu’il était pour la suppression du Ballon d’Or ? (Voir ci-dessous) Si l’on décernait le Ballon d’Or 2013 à Ozil, l’actuel stratège d’Arsenal, il se vendrait plein de maillots de l’Allemand et Wenger serait très content : cela voudrait dire que son club a dans ses rangs le meilleur joueur de la planète. Voilà pourquoi le Ballon d’Or 2013 est tant convoité. Le trophée a été créé en 1956 pour promotionner le football aujourd’hui premier sport mondial.
Le prix Goncourt, lui, a été inventé pour récompenser un écrivain de talent mais pas assez connu.
Depuis que Bernard Pivot a rejoint le jury c’est très souvent ce qui se passe. La période des prix permet à la presse de parler de littérature. Une fois que le Goncourt a trouvé son nouveau lauréat, plus personne, ou presque, ne parle de livres. D’où l’importance des prix. Le Festival de Cannes sans prix ne serait pas le Festival de Cannes.
Voilà pourquoi, je préfère vous parler du nouveau livre de Pierre Assouline, une fois la tornade Goncourt passée. Du côté de chez Drouant- clin d’œil au grand Marcel Proust (Prix Goncourt 1919, A l’ombre des jeunes filles en fleurs)- est sous-titré Cent ans de vie littéraire chez les Goncourt. On ne peut pas mieux expliquer le sujet d’un livre. Avec la rigueur qu’on lui connaît, l’auteur nous signale qu’il ne peut pas nous expliquer les coulisses de l’attribution du prix 2012 car désormais il appartient à l’illustre académie, occupant le siège ou plutôt le 10e couvert, autour de la table ronde. Le juré gigogne prend donc la succession de Lucien Descaves (1900-1949), Pierre Mac Orlan (1950-1970) et Françoise Mallet-Joris (1970-2011). Je précise que les dates entre-parenthèses renferment le temps du séjour à l’académie, on pourrait ne pas le penser quand on voit le long règne de Lucien Descaves.
De manière chronologique, Assouline remonte le temps pour nous raconter les lignes de forces des différentes périodes du prix attribué la première fois en 1903 à John-Antoine Nau. Depuis sa gloire éphémère, le nom de ce romancier a fait naufrage dans les bas-fonds de la postèrité qui est si cruelle que d’innombrables sans talent s’agitent de leur vivant afin de faire exister leur absence de style condamné à l’oubli dès qu’ils auront le dos tourné, ou plutôt allongé sur la terre, le visage face au ciel, comme s’il voulait qu’on les acclame une dernière fois.
Le livre de Pierre Assouline est gorgé des tractations de jadis: on reconnaît-là les qualités du Rouletabille des Lettres, peu de choses lui échappent, son regard est une sorte de tenaille qui arrache l’essentiel au néant. Ici, il est question de faits et non d’anecdotes. Ces tractations sont l’humus qui fait couronner tel ou tel écrivain. Tout au long de la vie du prix il y a eu des périodes de domination de certains jurés, parfois sous influence des gros bonnets de l’édition où il y a beaucoup de cumulards qui sont à la fois, journaliste, chroniqueur, patron de presse, auteur, éditeur… Plus vous avez de pouvoir, plus on vous fait les yeux doux.
Pour être membre du jury Goncourt, il ne faut pas être salarié chez un éditeur. Quand même ! On ne touche que des à-valoir. Si Galligrasseuil revient souvent dans le palmarès c’est simplement que les meilleurs footballeurs jouent aussi au Real Madrid et à Man United. Vous avez déjà vu les éditions Tristram remporté la C1 ! On n’en finirait plus avec les comparaisons littérature-sport.
Le Goncourt peut aussi se transformer en boulet. Ainsi les lauréats Jean Carrière, Michel Host et Pascale Roze sont devenus des fantômes de la création dès que leur roman a été primé. Il faut se moquer des louanges et des critiques quand on est artiste. Ils n’en étaient pas. Il faut vraiment manquer de caractère pour croire qu’on est le meilleur écrivain de l’année ! Le prix doit se prendre comme un cadeau, c’est tout.
Ecrire est une passion qui se transforme en métier. Tout le reste c’est de la littérature ! De la mauvaise littérature. La bonne, elle, est couchée sur le papier ou sur l’écran d’un ordinateur.
Le prix Goncourt est tellement un îlot de gens passionnés qu’il a même été décerné pendant les deux guerres mondiales ! Pour ne plus qu’il existât, il faudrait que l’on rase la France de la surface de la terre. Et encore, il est fort possible qu’on ouvre une annexe spéciale au Luxembourg pour que son activité ne cesse pas. Cela veut dire que l’esprit français est hyper coriace. En France, on ne fait pas taire les écrivains même quand les obus tombent.
La littérature française a donné des joyaux à l’Humanité. Les membres du prix Goncourt sont des experts en joaillerie qui font le tri afin que les lecteurs se regardent dans le miroir d’une excellente prose. Lors de la remise du prix Goncourt 2013 (Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel) j’ai aperçu Bernard Pivot taper amicalement sur l’épaule du lauréat. Cela voulait dire : « Mon vieux, tu as mérité d’être la miss du jour… » Oui, Le Goncourt ne doit pas être donné à une star de l’édition qui en a besoin pour se prouver qu’il est écrivain et non pas un auteur. En 1984, lors du couronnement de L’Amant, le 4e couvert(feu Robert Sabatier… [Les Allumettes suédoises]) commenta: “Cette année, on a donné Duras au Goncourt…”
On a entendu le vainqueur du prix Renaudot 2013 clamer devant les micros et caméras que : «C’est le prix dont rêve tous les écrivains pour qui la littérature est la chose la plus importante du monde » (sic). Georges Perros n’a jamais eu ni le Goncourt ni le Renaudot mais il est le Chamfort des temps modernes.
Le livre de Pierre Assouline doit à présent être offert à tous les futurs lauréats. Lauréats et non pas candidats. Ce n’est pas un mode d’emploi pour l’obtenir. C’est un livre historique sur le prix le plus important du paysage littéraire français. Ceux qui le critiquent ne l’ont pas eu et ne l’auront sans doute jamais.

-Du côté de chez Drouant, de Pierre Assouline, Gallimard/ France Culture, 212 p. , 16, 90 €

[Post dédié à mon ami Robert Gallimard]

Les contradictions de Wenger: contre le Ballon d'Or alors qu'il est couvert de trophées individuels et qu'Arsenal distingue chaque mois un joueur !

C. Ronaldo mérite le Ballon d’Or car il a marqué déjà 66 buts en 2013 tout en étant un équipier modèle.

Début décembre 2013, si l’on clique sur le site officiel d’Arsenal: http://www.arsenal.com/home
on tombe sur un appel à élire le meilleur Gunner du mois, et chaque mois c’est la même chose:

“Arsenal Player of the Month - VOTE NOW
One lucky voter will get to present the award before the home game against Everton so have your say before 10 am Thursday”

Le ridicule ne tue plus depuis longtemps.
Comment Arsène Wenger peut-il être contre l’attribution du Ballon d’Or France Football/ Fifa alors qu’il a posé en Une de France Football du 16 décembre 2008 avec le trophée du meilleur entraineur ?

Comment peut-on à la fois être contre le Ballon d’Or et pour le meilleur joueur du mois de son club ?

Voici la déclaration du coach d’Arsenal:

-«A qui je le donnerai cette année ? Je ne le donnerai pas du tout. Je suis contre les récompenses individuelles. C’est une marchandisation de l’individu qui va contre l’essence de notre sport. Je me bats comme un fou contre cette récompense qui fait beaucoup de mal au foot. Inconsciemment, le joueur est amené à privilégier la prestation individuelle à celles du collectif »

C’est vraiment prendre les joueurs pour des débiles mentaux.
S’il ne veut pas des distinctions individuelles alors pourquoi ne pas faire retirer sa statue des locaux d’Arsenal ? Et pourquoi ne pas enlever celle de Thierry Henry à l’extérieur ?

Voici quelques distinctions attribuées à Arsène Wenger :
Chevalier de la Légion d’honneur, en 2002
Officier de l’Ordre de l’Empire britannique, en 2003
Onze d’or du meilleur entraîneur de l’année, en 2000, 2002, 2003 et 2004
France Football l’a nommé meilleur entraîneur français 2008
Elu meilleur entraîneur de la décennie 2001-2010, par l’IFFHS

Winston Churchill a dit qu’une médaille ne devait pas être réclamée, ni portée, ni refusée, mais c’était Churchill.
Aujourd’hui, à l’ère de l’ultra médiatisation, les journaux ne cessent pas de parler de ce trophée au plus grand plaisir de France Football qui l’a inventé grâce à Monsieur Gabriel Hanot.

Contester l’existence du Ballon d’Or c’est manquer de respect aux lauréats et donc à Di Stefano, Kopa, Cruyff, Platini et les autres. Et aussi à Monsieur Gabriel Hanot, immense serviteur du football de manière très désintéressée alors que les actuels acteurs du football de haut niveau sont tous millionnaires.

Si le footballeur doit être réduit au rang du collectif, il faut interdire les noms sur les maillots et tout le commerce autour de la culture des stars, celui d’Ozil y compris. Ozil, un potentiel Ballon d’Or.
Arsenal n’a jamais été le berceau d’un Ballon d’Or, alors que Man United en compte quatre (Charlton, Best, Law et C. Ronaldo)
Arsène Wenger doit se concentrer sur le championnat car Arsenal n’a toujours rien gagné depuis… sa défaite en finale de C1 2006.
Arsenal est encore loin d’avoir gagné le titre. Dans deux matchs, les Gunners vont devoir ferrailler contre Man City(à l’extérieur) et Chelsea.

02.12.13

90e anniversaire. La Callas (1923-1977) est plus présente que toutes les chanteuses vivantes

Le documentaire de Philippe Kohly - un chef d’œuvre- sera rediffusé le 22 décembre à 5h 50. Disons un hommage matinal et non pas tardif. Ci-dessous vous pouvez le voir et le revoir.

Maria Callas née à New York le 2 décembre 1923 - et hélas! morte à Paris le 16 septembre 1977- aurait 90 ans, si elle était encore de ce monde.
Le 1er décembre 2013, Arte a rediffusé le grandiose documentaire sur La Callas signé par Philippe Kohly:
MARIA CALLAS ASSOLUTA, de 2007, avec la voix de Philippe Faure qui convient à merveille à ce film déchirant du début à la fin comme fut déchirante la vie de la cantatrice.
Regardez ce film pour mieux voir tout ce qu’elle a vécu.
Un être d’une richesse intérieure sans limite.
Maudite en amour du début à la fin de sa vie.
Diva mondialement connue et reconnue tout en étant une éternelle mal-aimée: on lui interdisait même d’être aphone pendant une représentation ! La Déesse du chant n’avait pas le droit d’être malade.
Dans son domaine, le génie à l’état pur.
Une des plus grandes personnalité de l’Histoire de l’Humanité.
Prenons mon cas: je déteste l’Opéra, le Bel Canto, tout ça me fait l’effet d’antiquités embarrassantes. Les comédies musicales m’horripilent autant que le rugby ou la boxe féminine.
Seul La Callas arrive à me toucher. Avec une seule note, je comprends ce qu’elle me dit.
Dans sa voix, son visage, il y a toutes les grandes émotions de la sensibilité humaine.
En un son, elle fait ressentir la joie ou la tragédie. Tous les sentiments sont transcendés avec maestria. Une écorchée vive qui a fait don de sa personne à l’art lyrique.
Elle explique qu’elle a toujours voulu exprimer sur les traits de son visage, dans ses yeux, ce qu’elle allait immédiatement chanter. C’est très étonnant car d’habitude j’ai horreur des comédiens qui annoncent la couleur !
Cette artiste génialissime a réinventé tous les codes car elle avait la grâce absolue.
Je connais un ancien chef de plateau de l’Opéra de Paris. Il m’a dit: “Elle était d’une simplicité de chaque instant alors que les simples choristes étaient hautaines".
La Callas est morte physiquement mais sa présence est toujours perceptible.

01.12.13

Permalien 12:42:17, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Distancé par Arsenal, Man United ne brille plus que grâce à Rooney

Auteur d’un doublé, Rooney a été élu homme du match. C’est dire qu’il a encore aligné une très grande performance.
Meilleurs buteurs en Premier League:
Alan Shearer (260 buts)
Andy Cole (189)
Thierry Henry (175)
Frank Lampard (168)
Wayne Rooney (164)
Robbie Fowler (163)

1er décembre 2013, 13 h
Tottenham 2-2 Manchester United
Buts pour les Spurs: Walker (18e), Sandro (54e)
Buts pour les Red Devils: Rooney (32e, 57e pen.)

Par rapport à la victoire 0-5 de MU en C1, à l’extérieur, David Moyes opère 3 changements:
Vidic à la place de Ferdinand
Cleverley à la place de Giggs
Welbeck à la place de Nani

Le coach a durci donc son groupe au plan physique au détriment du toucher de balle- je parle pour le milieu de terrain sachant que Welbeck sait dans un grand jour défendre et attaquer, mais la défense de MU a encore encaissé deux buts dont l’un imparable à moins de s’appeler Yachine.
Nani en grande forme était sur le banc. Giggs n’apparaissait pas sur la feuille de matchs au rang de joueur.
Au coup d’envoie Man United se trouvait à 10 points du leader Arsenal (31 points). A la fin du match, plus qu’à 9 points. MU est une tortue, à présent. Arsenal est dans le rôle du lièvre.
Les Gunners vont-ils avoir un passage à vide? Cela fait longtemps qu’ils n’ont plus été favoris du championnat. On ne sait pas comment ils vont réagir avec la pression qui va aller grandissante.
Dans la semaine qui arrive, Arsenal et MU vont recevoir deux fois de suite coup sur coup.
On y verra un peu plus clair après ses 6 points mis en jeu. Everton va se déplacer à Manchester avant d’aller à Londres. Dès mardi 3 décembre il y a une journée de championnat.
MU n’a plus le droit à l’erreur.
La Red Army me méritait pas de gagner à Londres car les Red Devils ont été plus dans la réaction que dans l’action. Le partage des points est logique vu le match même s’il n’arrange aucun des deux clubs.
Il va falloir que MU prenne six points sur six à la maison car sinon les Red Devils seront condamné à jouer les figurants.

Manchester United:
De Gea/ (5) A encaissé un but sur coup franc à cause d’une défaillance du mur, et un autre sur un coup de canon de loin
Smalling (6) Plus offensif que d’habitude
Vidic © (6) A joué en soldat toujours au bord du sacrifice
Evans (5) A commis un coup franc pas vraiment nécessaire qui a amené le premier but des Spurs
Evra/ (6) A fait son match
Cleverley (4) Ne s’affirme pas assez
Jones (7) Grosse présence physique. A l’origine du second but de MU en tapant du poing sur la table !
Valencia (7) Le grand Antonio is back ! puis (84e) Nani (non noté)
Kagawa/ (6) A apporté un peu de précieuse fluidité entre les lignes puis (84e) Young (non noté)
Welbeck (5) Condamné au travail ingrat, j’allais dire de camion d’éboueurs, puis (73e) Chicharito (4) N’a plus la vivacité de lecture qui fait sa force
Rooney (9) Wayne Two Goals. Généralissime !

Sur le banc: Lindegaard, Rafael, Anderson, Fellaini

Permalien 10:54:54, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La roublardise de Sir Alex Ferguson qui nous donne ses 10 commandements

Sir Alex Ferguson est le manager le plus performant de l’Histoire du football, toutes époques confondues. Depuis son départ, Arsène Wenger a pour l’instant pris le pouvoir en championnat. Le remplaçant de Fergie à MU, David Moyes, n’a pas le charisme du Boss- un winner acharné- mais son humilité est belle à voir, dans un autre registre.

Le coach le plus titré au monde, Sir Alex Ferguson, n’a pas quitté le banc de Manchester United sur un coup de tête. Il a quitté ses fonctions sur un titre de champion d’Angleterre 2013 parce que sa femme n’arrivait pas à surmonter le deuil de sa sœur. “Fergie” a alors pensé: “Cathy a supporté tout le poids de la famille pendant que je m’éclatais dans mon métier, à moi maintenant de rester avec elle pour lui ôter le plus possible son grand chagrin". Là, on dit bravo. Des couples cela existe encore.
Dans son actuel grande tournée des Grands Ducs, l’Ecossais donne de nombreuses conférences payantes qui ne désemplissent pas. Tous les fans veulent voir le coach et lui acheter le second volet de son autobiographie écrite par un nègre ou écrivain-fantôme comme l’on dit aussi.
Personnellement, je n’apprends plus rien sur “Fergie". Je l’ai suivi de près depuis 1993, soit vingt ans de pratique quotidienne, parfois à un mètre de lui, le plus souvent à 30 m dans Old Trafford, par l’esprit marquage à la culotte !
Dans L’Equipe Magazine du 30 novembre 2013, Erik Bielderman rapporte les propos du Boss dans une intervention, à Londres, présentée par Eamon Holmes de Sky News qui affichent haut sa passion pour MU alors qu’en France, les journalistes avancent masqués pour faire croire à la fausse objectivité.

Les 10 commandements de Sir Ferguson:
1/ Virer du vestiaire tous les joueurs qui n’adhèrent pas au projet commun."Si un joueur devient plus important que le manager, c’est la fin” de l’aventure…
2/ Faut un noyau dur de joueurs de 23 et 30 ans plus des jeunes au dents longues
3/ Faire comprendre à chaque joueur que dans sa famille, il y a eu des gens qui ont trimé dur.
4/ Cantona ? “Un leader".
5/ Cristiano Ronaldo ? “Le plus talentueux".
6/ “Wenger a du mal à accepter qu’on puisse commettre des fautes sur ses joueurs… mais quel plaisir de voir jouer son équipe". On sait que le coach d’Arsenal avait des réserves sur Scholes. Par contre, il fermait les yeux sur les coups donnés par Vieira, Song ou Gallas…
7/ “Un championnat se gagne aussi avec des mots".
8/ Man United est programmé pour être au top dans la seconde partie de saison.
9/ Les conseils de dernière minutes sont nocives pour tout le groupe. Jamais sir Ferguson n’intervenait dans les derniers moments de concentration. Tout était dit avant. Parler juste avant l’entrée sur le terrain c’est le meilleur moyen de déresponsabiliser les joueurs et de leur montrer que le coach n’a pas confiance en eux.
10/ Explication du “Fergie Time", soit les dernières minutes du match ? Sir Ferguson quittait alors le banc pour énerver les adversaires du jour qui stressaient tout à coup alors que dans le même temps les Red Devils étaient galvanisés par la figure tutélaire du père. C’est ce qui se passa lors de la finale de la C1 1999 alors que le “trophée avait déjà aux anses les rubans aux couleurs du Bayern Munich"…
Sacré Sir Ferguson !
Il avait tissé un lien très fort avec les fans, ne les ignorant jamais, surtout les jours de défaites.
D’aucuns diront qu’il utilisait des armes pas très fair-play.
Il faut savoir que la roublardise est une grande valeur du football, il faut savoir feinter: cela va de l’amplification des fautes commises sur soi jusqu’à la main de Maradona. Roublardise ne veut pas dire tricher.
Et c’est ainsi que le football est le plus grand sport au monde.
Ferguson est synonyme d’intelligence.

Permalien 00:05:16, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR  

Avec Ozil à la baguette, Arsenal survole le championnat

Si Arsenal carbure autant c’est beaucoup grâce à la qualité de son mercato qui lui a permis de recruter le génial allemand Ozil- un des plus grands footballeurs de sa génération. Dans le même temps, MU a perdu Scholes et Sir Ferguson, et a recruté Fellaini qui est pour l’instant un transfert fiasco.

30 novembre 2013
13e journée de Premier League
Cardiff 0-3 Arsenal
Buts pour les Gunners: Ramsey (29e, 90e), Flamini (86e)

On le vérifie encore. Quand un club réussit son mercato d’été, la saison est souvent belle. La preuve, Arsenal. Pour une fois, les patrons du club on fait ce que demandait leur coach, Arsène Wenger: recruter un joueur du top ten mondial sans vendre les meilleurs joueurs du club. Arsenal a simplement laissé partir ceux qui ne lui étaient pas indispensable.
Avec l’arrivée de Mesut Ozil, à la baguette- auteur de deux caviars au Pays de Galles- et de Flamini dans le rôle de forteresse volante, c’est tout bénéfice pour Arsenal.
Le club de Londres est en train de chasser les mauvais esprits qui embuaient l’esprit des Gunners et des fans depuis 2006. La saison 2013-2014 est bien partie pour être celle du titre de champion d’Angleterre après tant d’années sans rien gagner.
Songeons que ce 30 novembre, Arsenal a dix points d’avance sur le champion sortant, Man United… Pour être un événement c’est un événement. Quand le loup Ferguson n’est plus dans le coin, les souris dansent !
Arsenal se paie le luxe de laisser Walcott sur le banc.
L’autre révélation, interne celle-là, c’est Ramsey qui claque des buts précieux à n’en plus finir.
Les Gunners ont gagné 10 matchs sur 13. Un vrai parcours de champion.
Les deux Man United ne jouent plus que pour une place sur le podium.
Arsenal a rendu les autres clubs au rang de figurants.
Si MU ne gagne pas à Tottenham - qui a aussi besoin de se racheter- le 1er décembre, les Red Devils pourront dire bye bye au titre.

Classement
1 Arsenal 31 points 13 matchs/ 10 1 2/ + 17
2 Liverpool 24 12/ 7 3 2/ + 11
3 Chelsea 24 12/ 7 3 2/ + 11
4 Everton 24 13/ 6 6 1/ + 8
5 Newcastle 23 13/ 7 2 4/ + 1
6 Manchester City 22 12/ 7 1 4/ + 22
7 Southampton 22 12/ 6 4 2/ + 8
8 Manchester United 21 12/ 6 3 3/ + 5
9 Tottenham 20 12/ 6 2 4/ -3

Le onze titulaire d’Arsenal : Szczesny - Sagna, Mertesacker, Koscielny, Gibbs - Arteta, Ramsey - Wilshere puis (81e) Monreal, Ozil puis (90e) Walcott, Cazorla puis (77e) Flamini - Giroud.

Le banc de touche des Gunners : Fabianski, Vermaelen, Rosicky, Gnabry.

Manager: Arsène Wenger, doyen des coachs anglais au m$me poste depuis 1996.

Décembre 2013
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software