Grâce à Folio, (re)découvrons Italo Calvino (1923-1985), l’italien francophile

25.11.13

Permalink 08:04:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Grâce à Folio, (re)découvrons Italo Calvino (1923-1985), l’italien francophile

Adepte de l’Oulipo à l’invitation de son ami Raymond Queneau, le romancier annonce Antonio Tabucchi dans la condamnation de tous les travers de la société italienne. Les éditions Gallimard republient en Folio quatre titres majeurs de l’Italien :

-La journée d’un scrutateur, traduit de l’Italien par Gérard Genot, revu par Mario Fusco. Folio, 122 p., 5,40 €
C’est le récit d’un communiste chargé de surveiller le déroulement les élections dans un bureau de vote. Calvino a travaillé ce récit pendant dix ans (1953-1963) à une époque où il a démissionné du parti communiste, en 1957, suite à l’entrée des chars soviétiques en Hongrie et à la révolte des Polonais contre le régime communiste. On imagine qu’il a remanié son texte à partir de 1956. Il a lui-même été candidat aux élections. Cet ouvrage est une réflexion sur la vie, la démocratie.

-La spéculation immobilière, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro. Folio, 186 p., 6,60 €
Cette très bonne cuvée de Calvino date de 1956-1957. Le narrateur nous prend par la main pour nous mettre en présence d’un néophyte des pratiques immobilières qui se débat contre les promoteurs très doués pour découper la ville avec de gros profits à la clef. Les requins sont de partout et s’attaquent aux propriétaires de bien familiaux qui se font dépouiller sans rien comprendre aux magouilles. Calvino était très doué pour rendre vivant d’infimes séquences du quotidien.

-Cosmicomics, traduit de l’italien par Jean Thibaudeau (revu par Mario Fusco) et Jean-Paul Manganaro, Folio, 535 p., 8,70 €
Ce dense volume contient la splendide prose de Calvino des années 1960 et 1980. Ici le romancier met en évidence son intérêt jamais démenti pour les sciences et la cosmogonie. Rousseauiste à sa manière, Calvino n’a jamais séparé l’homme de la nature, et quand il le sectionne s’est justement pour dénoncer la course à sa perte. Calvino a revisité les thèmes de la science-fiction pour en donner sa version en plusieurs moutures qui ne lassent jamais le lecteur. Son humour est présent de partout pour notre plus grand plaisir. Raymond Roussel avait inventé des rails en moue de veau. Calvino, lui, fait tomber du ciel des météorites plus mous que les montres molles de Dali.

-Le château des destins croisés, traduit de l’italien par Jean Thibaudeau et Calvino. Folio, 180 p., 6,60 €
Il s’agit d’un très bel exercice littéraire au cours duquel, Italo Calvino fait la démonstration de son appartenance au mouvement Oulipo qui nécessite décrire sous une forme de contrainte. Calvino a décidé d’utiliser les cartes du Tarot pour raconter la vie de personnages dépourvus de paroles. Un convive extirpe du jeu la carte du Cavalier de Coupe pour démarrer le récit. La parole se libère en se libérant

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software