Archives pour: Octobre 2013, 22

22.10.13

Permalien 18:54:34, Catégories: THE RED DEVILS, EN MARGE, GRAND MONSIEUR  

Jadis, les consultants ciblaient sur Domenech, depuis Blanc et Deschamps, le viseur a été déplacé sur les joueurs dont Evra

Evra, avant la Coupe du Monde 2010, nous parle de Sir Ferguson. On voit tout de suite la différence avec Moyes, hélas ! On a échangé une F1 contre un tricycle.

Du temps de Raymond Domenech, les consultants tirés à boulets rouges sur le sélectionneur alors que dans le même temps ils épargnaient les joueurs.
Depuis l’Afsud 2010, tout a changé à 180°.
Souvenez-vous dans l’épisode du bus, il n’y avait plus de sélectionneur puisque, si je me souviens bien, celui-ci n’était pas reconduit après la Coupe du Monde. Donc…
Dès que Blanc a pris l’équipe de France, les consultants ont baissé la garde car certains d’entre eux ont joué avec Blanc.
Après la Coupe du Monde 2010 et la grève du bus, le curseur s’est déplacé sur les joueurs, hormis l’affaire des quotas.
Désormais, les joueurs sont la cible numéro 1.
Idem sous Deschamps. Les consultants phares sont des amis à lui.
J’écoute souvent la radio et c’est vrai qu’Evra y est souvent taillé en pièce, même quand Ribéry a dit qu’Evra avait fait du bien au groupe en parlant dans les vestiaires.
Contre la Finlande, peu de médias ont souligné la très grande performance d’Evra. Son meilleur match en bleu depuis longtemps. Ce soir-là, il joua comme à MU.
Courbis n’apprécie pas les qualités du joueur, il ne cesse pas de dire qu’Evra est plus un ailier qu’un défenseur de métier. Cela revient à considérer le poste comme si nous étions encore dans les années 1950. Dans le football moderne, incarné par G. Facchetti, le plus grand latéral de tous les temps, le latéral monte sans cesse.
Evra est un exceptionnel joueur de MU. Il a une constance extraordinaire. Son seul tort est de souvent mal centrer en bout d’action, défaut qu’il a corrigé depuis deux saisons.
Son règlement de compte n’est pas choquant. Il a dit ce qu’il avait sur le cœur. Il s’est mis une pression supplémentaire.
Autrefois, les joueurs et les journalistes fraternisaient au Variétés Club.
A l’ère d’internet, c’est chacun pour soi.
Je ne regarde jamais les émissions sur le football. Seuls les matchs m’intéressent.
On m’a rapporté qu’un des consultants remis à sa place avait dit, depuis le règlement de compte, qu’Evra n’aurait jamais dû revenir en équipe de France.
On voit donc que la riposte d’Evra était fondée.

Permalien 09:14:00, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Claude Puel a donné une colonne vertébrale à Nice

Claude Puel, l’ancien joueur de l’AS Monaco, est le prince charmant qui a réveillé la Belle endormie niçoise. Voilà un coach qui a fait ce qu’il avait promis. En football, il est très difficile de peupler les rêves. Claude Puel y parvient et bien sûr, il a d’autres rêves.

Avec une bande de jeunes encadrés par des vrais footballeurs, Claude Puel a redynamisé Nice. On se croirait revenu au temps de l’ère Luciano, celle qui a conduit Nice au sommet de la D1. Puel est le coach qu’il fallait à Nice. Le Président de l’OGCNice a vraiment bien choisi l’homme de la situation. D’aucuns ont cru que l’ex coach de Lille et de Lyon venait s’enterrer à Nice. Et comme par un coup de baguette magique, Puel est passé du Ray à l’Allianz Riviera.

Le groupe des Aiglons lors de Nice-OM (1-0). Un axe fort du gardien à la pointe de l’attaque. L’ensemble est consolidé par des éléments à la fois techniques, physiques et hyper motivés:

Ospina/
Puel
Bodmer
Pejcinovic
Kolodziejczak/
Digard ©
Mendy/
Traoré
Brüls
Pied/
Cvitanich

Et aussi:
Hassen, Veronese
Amavi, Genevois, Gomis
Abriel, Brüls, Eysseric
Benrahma, Bosetti, Bauthéac, Bruins, Maupay
Pentecôte, Albert, Astier, Dada, Dao Castellana, Fofana, M’Bow, Palun

Claude Puel après la victoire de Nice 1-0 contre Marseille :

-«Nous avons assisté à un vrai bon match de L1, de bon niveau. Une première mi-temps où les équipes se rendaient coup pour coup. Nous aurions pu nous mettre davantage à l’abri. Nous avons été très solidaires en deuxième période. Beaucoup de solidarité et de ressources sur un terrain de moins en moins praticable. Sur l’ensemble du match, le score de parité aurait peut-être été mérité mais vis-à-vis de notre première mi-temps, nous sommes bien contents d’avoir pris les trois points. J’ai assisté à des phases superbes, le but est magnifique. Une vraie belle prestation collective qui en appelle d’autres, je l’espère. C’était un match vivant, d’un but à l’autre, avec des temps forts et faibles pour chaque équipe. Notre invincibilité à l’Allianz ? Je ne sais pas, on verra le temps qu’elle dure. On ne se concentre pas dessus. Mais il existe une vraie communion avec nos supporters, encore amplifiée par rapport à celle qui régnait déjà au Ray. Pejcinovic ? Difficile de dissocier un joueur des autres. On peut tous les citer. Même ceux qui sont rentrés ont été dans le coup. Mais ça ne servirait à rien de faire un bon match contre un grand Marseille puis passer à côté de notre déplacement à Bastia. Il faut mettre de la régularité tout au long des autres matchs. Ospina ? Entre les différentes escales, David a passé 22 heures dans l’avion. [Le Colombien volant est rentré jeudi d’Amérique du Sud, où il s’est qualifié pour le Mondial 2014.] Il a dormi 14 heures d’affilée ; nous avons même douté quant à sa participation. C’est donc décidé : vu sa prestation, il ne fera plus de mise au vert ! Bravo à lui ! »

Classement de la L1:
1 Monaco 21 9/ 6 3 0/ 16 5/ + 11
2 Paris Saint-Germain 21 9/ 6 3 0/ 14 5/ + 9
3 Lille OSC 17 9/ 5 2 2/ 11 4/ + 7
4 Olympique de Marseille 17 10/ 5 2 3/ 13 8/ + 5
5 OGC Nice 17 points 10 matchs/ 5 2 3/ 12 10/ + 2

Classement des buteurs:
1 Radamel Falcao/ Monaco 7 buts
2 Darío Cvitanich/OGC Nice, Filip Djordjevic/ Nantes, Emmanuel Riviere/ Monaco, Kevin Berigaud/ Evian TG 6 buts

[Post dédié à Fred Antonetti qui partage mon avis]

Churchill, politicien, peintre et écrivain, par Sophie Doudet (Folio/ Biographies)

C’est lui qu’on devrait mettre sur les t-shirts et posters, et non pas le Che.
On manque d’homme de cette trempe, en Angleterre comme en France. Où sont les nouveaux Churchill et de Gaulle ? Il est vrai que les hommes se révèlent tels qu’ils sont pendant la guerre. On ne va donc pas en souhaiter une sous nos fenêtres.
Il y a peu j’ai entendu un marquis du PAF dire à la télé, sans plus d’explications : «Churchill n’était qu’un alcoolique…» Churchill buvait mais cela ne l’a pas empêché d’être un des plus grands hommes du XXe siècle, à la fois militaire et politicien. Son nom reste et restera comme celui du plus acharné ennemi d’Hitler qu’il haïssait quand ce dernier était au pouvoir. Devinant que le chancelier allemand mentait comme il respirait, Churchill ne voulait pas traiter avec lui.
Sophie Doudet restitue tout le parcours du « vieux lion » de la manière la plus vivante possible. On avance et on s’arrête sans cesse sur ce parcours tant il est grandiose. Nommé premier ministre dès 1940, Churchill fut l’homme fort de l’Angleterre lors de la Seconde Guerre mondiale. Il démissionnera le 26 juillet 1945. Il occupera à nouveau ce poste suprême en 1951 jusqu’en 1955.
«L’artiste est avant tout un créateur qui travaille l’imaginaire et les rêves pour transfigurer le réel», écrit Sophie Doudet. La biographe n’est pas la première à traiter d’artiste Churchill. Le général de Gaulle avait dit la même chose, c’est dire la maestria de l’homme au cigare perpétuellement à la bouche. Le bon vivant aimait le whisky mais il savait tenir l’alcool, au temps de sa splendeur. Vieillisant, il fit une première attaque cérébrale en 1949 avant d’en faire une autre qui le laissa partiellement paralysé en 1953. Tour à tour, ministre du Commerce, secrétaire du Home Office, Premier Lord de l’Amirauté, ministre de l’Armement, secrétaire d’Etat à la Guerre et secrétaire d’Etat à l’Air, il a marqué son temps de manière ineffaçable.
Orateur de premier rang, il était aussi peintre et …écrivain. Qui se souvient qu’il fut prix Nobel de Littérature 1953 ? Il fut distingué « pour sa maîtrise de la description historique et biographique ainsi que pour ses discours brillants pour la défense des valeurs humaines». Lors de l’attribution du Prix alors qu’il pensait recevoir le Prix Nobel de la Paix, il s’écria : « Tiens je ne savais pas que j’écrivais si bien ! » Ce monument vivant s’éteint à 90 ans au terme d’une vie où il démontra un sens de l’Histoire jamais démenti. Cet homme d’Etat était un humaniste aussi intelligent que sensible. Il avait le sens de la formule, tout en étant un meneur d’hommes sans égal au Royaume-Uni.

-Churchill
De Sophie Doudet
Folio/ Biographies, 260 p., 8,20 €

Octobre 2013
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software