Archives pour: Octobre 2013, 10

10.10.13

Permalien 19:45:19, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Pourquoi Didier Digard ne joue-t-il pas en équipe de France ?

Il y a quatre joueurs de Newcastle en Bleu.
S’ils étaient si bons, ce club ne serait pas dans le ventre mou en Angleterre, comme actuellement Man United !
Alors vous me direz: “C’est pour des raisons tactiques…”
Laissez-moi rire !
A 27 ans, Didier Digard mérite cent fois de jouer en équipe de France.
Depuis qu’il a signé à Nice, sa progression a été constante et ce n’est pas facile de s’améliorer quand on est professionnel.
Sa principale progression est au niveau de la constance. Il fait toujours son match et cela est un bien précieux.
Si Nice ne descend pas en L1 et joue bien sous Claude Puel c’est beaucoup grâce à lui.
Aussi, il mérite une récompense: jadis la sélection c’était le suprême bon point. Aujourd’hui, il faut jouer à l’étranger pour espérer une place en Bleu ou alors à Marseille, Lyon ou Monaco.
Digard a prouvé qu’il était un cadre, un leader au-delà de son brassard.
Il a du talent, du mental, du physique.
C’est l’un des meilleurs 6 de L1.
Et il n’est pas appelé en Bleu alors que des peintres y sont bien présents. Des peintres qui ne mettent pas un pied devant l’autre. Des peintres aux pieds carrés. Leur qualité c’est d’appartenir à la franc-maçonnerie du ballon rond. Quoiqu’ils fassent on ferme les yeux sur tout.
Digard n’a pas à se faire de la bile. Il a le niveau international.
L’équipe de France se prive d’un très grand joueur.

Les 23 joueurs retenus pour le match bidon contre l’Australie et contre la Finlande, une équipe très faiblarde:

Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (Marseille), Stéphane Ruffier (Saint-Etienne)

Défenseurs : Éric Abidal (Monaco), Gaël Clichy (Manchester City), Mathieu Debuchy (Newcastle), Patrice Évra (Manchester United), Laurent Koscielny (Arsenal), Rod Fanni (Marseille), Mamadou Sakho (Liverpool), Raphaël Varane (Real Madrid).

Milieux : Blaise Matuidi (Paris SG), Samir Nasri (Manchester City), Paul Pogba (Juventus/Ita), Moussa Sissoko (Newcastle), Yohan Cabaye (Newcastle), Clément Grenier (Lyon).

Attaquants : Olivier Giroud (Arsenal), Karim Benzema (Real Madrid), Franck Ribéry (Bayern Munich), Loïc Rémy (Newcastle), Dimitri Payet (Marseille), Mathieu Valbuena (Marseille).

Permalien 07:42:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Au bal de la chance, d'Edith Piaf (L'Archipel)

Avec des témoignages de Francis Lai, Fred Mella et d’Hugues Vassal, il s’agit de l’unique livre de la main de Piaf, avec beaucoup de dialogues rapportés. En prime, il y a aussi 2 CD qui contiennent l’essentiel des chansons de la plus grande chanteuse française du XXe siècle.
Sa voix ? « Une haute vague de velours » écrit Cocteau. C’est bien dit, bien écrit. Un velours noir, d’évidence. Une voix qui vrille l’âme et le cœur.
Dans son récit, elle nous dit bien sûr ce qu’elle veut bien mettre dans la lumière. D’abord ses rapports avec Louis Leplée qui lui trouve son nom de scène : la môme Piaf.
Piaf comme l’oiseau titi parisien, piaf aussi comme piaffer d’impatience.
Elle a vécu vite et à tombeau ouvert.
Toutes les géantes du spectacle sont mortes de manière tragique : Piaf rongée par la maladie, si jeune. Monroe retrouvée morte et seul alors que tous les hommes de la terre voulaient vivre avec elle. Dietrich, claquemurée dans son appartement avenue Montaigne, et pas loin, la Callas, égarée dans le passé de sa splendeur.
Les grands destins sont condamnés à solitude (Les petits encore plus!). C’est ce que l’on ressent dans cet ouvrage.
Piaf a traversé son temps comme un ouragan. Elle mesurait 1 m 47 mais son énergie était sans limite.
Elle a vécu mille vies qui sont toutes dans son livre et ses chansons.
Quand elle chantait, à Paris ou à aux Etats-Unis tout le monde la comprenait sans traduction. Elle parlait avec ses tripes. Il n’y a que Jacques Brel qui résiste à la comparaison.
Elle a écrit 80 chansons. Ce n’était pas qu’une chanteuse.
50 ans après sa mort, elle est plus présente que les chanteuses actuelles qui couchent à la télévision.
Il ne suffit pas de vivre pour exister.

-Au bal de la chance
D’Edith Piaf
Préface de Jean Cocteau
L’Archipel, 238 p. , 35 €

Octobre 2013
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software