Archives pour: Octobre 2013, 04

04.10.13

Permalien 15:59:18, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Trois Red Devils peuvent remplacer D. Moyes: Solskjaer, Bruce ou Hughes

Voilà ce qui s’appelle aimer Man United. Je rêve de voir Solskjaer, Bruce, Hughes voire Roy Keane prendre la place de Moyes. On a besoin d’un guerrier pas de quelqu’un qui se fait une carte de visite.

Quand on voit jouer le Bayern Munich à l’automne 2013, on sent le style Guardiola.
Quand on voit jouer le Man United de Moyes, on sent l’absence de Sir Ferguson !
Dans ses déclarations, David Moyes nous la joue Nostradamus: “Je ne suis pas inquiet. Quand je suis arrivé à Everton, ce fut dur aussi… Les fans viennent au stade pour voir gagner leur équipe c’est normal qu’ils ne soient pas contents quand elle perd…”
En un mot, Moyes prend les fans pour des demeurés.
Un fan est pour lui un Jean qui pleure un Jean qui rit.
Non, un fan de MU c’est un érudit du jeu.
On donnerait à Moyes tous les moyens d’un grand studio à Hollywood qu’il nous tournerait un navet à la Max Pécas.
Moyes ne donne rien au jeu, rien aux fans.
Son MU est une page rouge toute froissée.
J’espérais que les joueurs imposent le coach car au théâtre j’ai vu un metteur en scène éjecté des répétitions pour sauver le spectacle!
MU n’est pas là pour que Moyes apprenne à coacher un grand club. La carrière de Moyes ne nous intéresse pas.
Il n’a pas pris sa fonction à bras le corps. J’ai détesté son attitude quand on a volé deux penaltys à la Maison Rouge contre Chelsea. Il parle toujours de demain et jamais de maintenant.
Je me suis forcé à avaler sa présence mais cela ne me fait pas vibrer.
Le football c’est de la passion et là nous sommes dans l’eau tiédasse.
Autant prendre ma carte au curling d’Albertville si ça existe.
S’embêter en voyant jouer MU est inadmissible. Sir Busby demandait à ses joueurs d’offrir du beau spectacle aux fans pour les soulager d’une semaine de travail.
Moyes connait-il Busby ou celui-ci n’est-il qu’une statue pour lui ?
Son discours défaitiste est en train de réduire à néant l’ère fergusonienne qui avait pour drapeau le killer instinct, dans le grand sens du terme sportif.
Il ne se passe rien dans les yeux de Moyes quand MU est dominé.
Son football est incompréhensible. Il ne sait même pas perpétuer la tradition.
Il entraîne MU comme s’il s’agissait d’un club de district.
Les Red Devils sont désaccordés.
Il faudrait remettre quelqu’un marqué MU au fer rouge.
Moyes, lui, veut juste sauver sa peau.
Steve Bruce - chez qui j’ai fêté des titres- et Mark Hughes ont la trempe pour MU.
Jusqu’à présent Bruce n’a jamais eu un grand groupe et Hughes n’a jamais été dans de bonnes conditions pour réussir.
Giggs me paraît soudainement trop tendre, trop zidanien. Tout comme Scholes et Butt qui entraînent désormais au centre de formation de MU.
Solskjaer a beaucoup d’ambition. On l’appelait: “L’assassin à la figure d’ange". C’est tout dire !
Sir Ferguson aurait dû nommer un ancien Red Devil pour l’aider dans l’ombre à prendre sa place.
Les joueurs sont autant orphelins de Sir Alex que les fans.
On n’a pas le temps d’attendre.
Quand on voit le rendement d’Ozil à Arsenal et celui de Fellaini à MU, il y a de quoi s’inquiéter.
MU aurait pu conserver Obertan. Le club aurait économiser 35 M€.
“Jamais Sir Ferguson n’aurait fait signer Fellaini” a dit Marcel Desailly au micro de Canal +.
En Espagne, on raconte que le Real Madrid a proposé Ozil à Moyes. C’est faux mais tout ce qui peut faire mal à MU est utilisé par les médias espagnols.
N’empêche l’ex coach d’Everton était trop occupé à faire signer un destructeur de jeu adverse au lieu d’engager une machine à fabriquer du caviar. D’évidence, l’Ecossais n’aime pas celui de Kagawa qui cire le banc.

Permalien 15:49:01, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

100 Jours, 100 Tours, collectif (L'Equipe)

L’ouvrage collectif a fait appel à plusieurs contributeurs, tous férus de vélo et de littérature : Benoît Heimermann, Gérard Ejnès, Thierry Cazeneuve, Philippe Brunel, Christophe Penot et Jean-Paul Vespini, sans oublier Blondin, Goddet…
Les photos en noir et blanc font office de machine à remonter le temps. Comme Anquetil est beau, figé dans son éternelle jeunesse iconographie, cela en devient de l’insolence d’outre-tombe… Quel physique ! Un acteur sans film mais avec des exploits à la pelle. On voit aussi le grand Jacques dévorer une cuisse de poulet, un verre à la main qui ne devait pas être rempli d’eau.
Bien sûr la partie en noir et blanc est déchirante. L’émotion est de partout. Les images sont toutes historiques, bien construites, fortes. Les photographes anonymes avait un sacré talent. Des acrobates avec l’œil de Cartier-Bresson.
La fin du volume nous reste en travers de la gorge puisque les médias ont relayé la police et la justice dans la chasse au dopage qui a cassé l’image du vélo. On a participé aux efforts d’Ullrich avant de le crucifier sur place publique. Il fallait la peau de l’Allemand comme celle de l’Américain Arsmtrong. Durant sa carrière, l’américain ami des Bush- ce qui lui a porté tort auprès des journalistes à la bonne conscience de Prisunic- n’a jamais été contrôle positif et une fois son vélo raccroché, il a été laminé par les médias, on nous l’a présenté comme si c’était le dernier voyou. Je vous rappelle que si nous avions gardé les fioles d’urine de Coppi et d’Anquetil, le nom de l’Italien et du Français ne resteraient pas forcément au palmarès.
Depuis que Lance Armstrong a été obligé d’avouer le dopage, tous ceux qui gravitent dans le monde du vélo disent: “On le savait…”
Alors pourquoi avoir entendu si longtemps ? Il fallait broyer L.A. à ses débuts.
D’aucuns vont jusqu’à dire qu’il était content d’avoir le cancer pour qu’on parle de lui !
Je concerve toute mon admiration pour Armstrong.
Savez-vous ce qu’on dit d’un coureur qui marche à l’eau ? Qu’il ne fait pas le métier…
Le cyclisme est un monde à part. Les champions des êtres différents.
S’il suffisait de doper un âne pour gagner le Prix de l’Arc-de-Triomphe…

-100 Jours, 100 Tours
Collectif
L’Equipe
417 p., 35 €

Permalien 15:16:01, Catégories: GRANDE DAME  

Guide d'amateur de fromages, de Marie-Anne Cantin (Albin Michel)

On connaît le mot du général De Gaulle qui prétendait que la France était ingouvernable car elle avait trop de fromages différents.
Quand on feuille le guide des différentes offres on se rend compte qu’il y a des familles de fromages : les pâtes molles à croûte lavée, les pâtes pressées non cuites, les pâtes persillées, les chèvres, les brebis… Le guide est ouvert aux « cousins européens ».
La prose de Marie-Anne Cantin nous fait voyager des traditions fromagères aux techniques de fabrication.
Un ouvrage que tous les gourmets doivent avoir sous la main, sous les yeux.
Il faut toujours savoir ce que l’on a dans son assiette.
Affineur de métier, la passionnée et passionnante Marie-Anne Cantin nous donne envie de nous précipiter sur un saint-nectaire, du parmesan, de la tomme ou sur un saint-marcellin.
J’attendais depuis longtemps un tel guide.
Un verre de bon vin, un bout de fromage. Un certain goût du bonheur.

-Guide d’Amateur de fromages
De Marie-Anne Cantin
Avec la collaboration de Christine Gaudi, Photographies de Nicolas Leser
Albin Michel, 318 p.,
21,90 €

Octobre 2013
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software