Archives pour: Octobre 2013

31.10.13

Alors qu'il vient de dépasser le major galopant Pukas, le commandant C. Ronaldo ridiculise le pt de la FIFA

Ronaldo pourra faire du cinéma après le football. Il n’a rien à envier aux actuels stars du ciné américain. Bien coaché par un grand metteur en scène, il serait fantastique sur grand écran, vu l’expression de son visage qui peut être sombre, lumineuse, et j’en passe. Le joueur crève l’écran quand Messi a un charisme de premier en version latine.

Auteur d’un triplé contre Séville le 30 octobre 2013, C. Ronaldo a donné sa réponse au pt de la FIFA.
Il a fait un salut militaire après avoir marqué un penalty.
Fabuleux !
Cette polémique est autrement plus importante que la tempête dans un verre d’eau entre Patrice Evra et la Maïté du football français.
Importante car il s’agit de l’élection du Ballon d’Or, la plus haute distinction personnelle du football.
Maintenant on sait, c’est officiel: Messi est le chouchou, quoiqu’il fasse.
La presse a évoqué en long en large tout ce qu’il a dissimulé au fisc… Cela n’a pas écornée son image. La presse continue de dire que C. Ronaldo est prétentieux. Ronaldo est frappé du délit de belle gueule. Heureusement qu’il compte des millions de lecteurs de son jeu dont je suis et au premier rang depuis toujours.
Vous remarquerez que les deux joueurs sont des Red Devils.
Pendant leur hégémonie, les joueurs de sir Ferguson ont été détestés.
Pour avoir la fameuse carte dont parlait feu Philippe Noiret il faut jouer à Arsenal.
Ronaldo vient de battre Ferenc Puskas dans le classement des meilleurs buteur du Real Madrid en Liga.
Bravo champion ! Pendant qu’il passe, la caravane aboie.

Permalien 16:12:40, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Cristiano Ronaldo = 1,08 but par match au Real Madrid

Cristiano Ronaldo = 1,08 but par match.
Le Portugais a eu besoin de 146 matchs pour battre le record de Puskas, qui avait disputé 180 matchs.

Classement des MEILLEURS BUTEURS DE L’HISTOIRE DU REAL MADRID EN LIGA

1er Raúl 228 buts
2 Di Stéfano 216
3 Santillana 186
4 Hugo Sánchez 164
5 Cristiano Ronaldo 158
6 Puskas 156

Moi, Cristiano Ronaldo, seul contre tous

Qui a frappé un joueur en finale de la Coupe du Monde ? Qui a eu des ébats tarifiés avec une mineure ? Pas Ronaldo. Pourtant c’est lui qui est la cible d’attaques permanentes.

Après les déclarations publiques du président de la FIFA qui a plaisanté sur Ronaldo et encensé Messi, le Portugais peut se sentir légitiment défavorisé dans l’attribution du Ballon d’Or. Quand un président dit noir la quasi totalité dit noir afin de voter comme le patron, selon le principe de la hiérarchie qui fait loi dans le monde du business.
Quand on voit les statistiques de Ronaldo, on voit que c’est un très grand joueur hyper constant.
Messi aussi, tout comme Zlatan Ibrahimovic.
Ribéry ne joue pas dans la même division avec son nombre dérisoire de buts.
Le président de la FIFA “préfère Messi". (sic)
Zidane, membre du staff du Real Madrid, a dit que “Ribéry mérite le Ballon d’Or, seulement au Real il y a quelqu’un qui marque cinquante buts par an…”
Je suis un ronaldoniste depuis toujours.
Quand Ronaldo montre sa cuisse pour dire qu’il est très costaud, ce n’est pas du tout de la prétention.
Il n’a jamais tué l’enfant qu’il a été.
Ronaldo est la cible des jaloux qui lui préfèrent Messi, joueur doué mais sans charisme.
Ronaldo c’est le beau gosse qui embarque toutes les gonzesses alors que Messi c’est le bon copain qui n’ose pas aborder les filles.

LE TABLEAU DE CHASSE DE CRISTIANO RONALDO

Manchester United
2003-2004/ 52 matchs, 8 buts, 10 passes décisives
2004-2005/ 60, 16, 14
2005-2006/ 62, 15, 11
2006-2007/ 61, 28, 20
2007-2008/ 61, 46, 9. Ballon d’Or 2008
2008-2009/ 60, 27, 9

Real Madrid
2009-2010/ 46 matchs, 34 buts, 11 passes décisives
2010-2011/ 59, 56, 16
2011-2012/69, 69, 18
2012-2013/ 64, 59, 14
2013-2014/ 17, 22, 4

30.10.13

Permalien 13:49:59, Catégories: LA MAISON BLANCHE, ANTI-FOOTBALL  

Pour le Ballon d'Or, le pt de la FIFA n'hésite pas entre un joueur qui fraude le fisc (Messi) et un joueur à la rage de vaincre (C. Ronaldo)

Quand on voit ce triste spectacle, C. Ronaldo, le Real Madrid et le Portugal ont été humiliés mondialement. Quand un président affiche ses préférences n’influence-t-il pas le vote ?

Ribéry n’aura pas le Ballon d’Or 2013.
Il n’y a qu’en France qu’on le donnait favori, c’est bien logique: chaque pays à son chouchou.
Depuis que le président de la FIFA a fait son coup d’éclat- il semble très joyeux comme après un bon banquet- on n’a plus de doute car il dit aimer mieux Messi que C. Ronaldo.
J’ai toujours décrypté que Messi était le gentil pour les médias alors que C. Ronaldo avait hérité du rôle de l’arrogant.
On ne peut plus dire cela depuis que l’on sait que le clan Messi a escroqué le fisc.
N’empêche, le pt de la FIFA se moque de l’attitude du combattant C. Ronaldo, un gagneur-né.
Je peux vous attester que si le pt de la FIFA avait singé de la sorte un Noir, il serait accusé aujourd’hui de racisme.

On peut donc déjà donner le classement du Ballon d’0r 2013:
1/ Messi
2/ Ronaldo
3/ Ibrahimovic
Le choix du Ballon d’Or interviendra avant les barrages pour le Brésil 2014

Voici, par ordre alphabétique, la “liste des 23″. Une liste dont au moins 19 noms ne sont là que pour faire bon poids:
Gareth Bale (Pays de Galles), Edinson Cavani (Uruguay), Radamel Falcao (Colombie), Eden Hazard (Belgique), Zlatan Ibrahimovic (Suède), Andrés Iniesta (Espagne), Philipp Lahm (Allemagne), Robert Lewandowski (Pologne), Lionel Messi (Argentine), Thomas Müller (Allemagne), Manuel Neuer (Allemagne), Neymar (Brésil), Mesut Özil (Allemagne), Andrea Pirlo (Italie), Franck Ribéry (France), Arjen Robben (Pays-Bas), Cristiano Ronaldo (Portugal), Bastian Schweinsteiger (Allemagne), Luis Suárez (Uruguay), Thiago Silva (Brésil), Yaya Touré (Côte d’Ivoire), Robin van Persie (Pays-Bas), Xavi (Espagne).

Exemple de la grande sportivité de Messi…

Permalien 13:49:25, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Le charme des penseurs tristes, de Frédéric Schiffer (Flammarion)

Cioran en V.O.

Ce livre est une sorte de hit-parade des moralistes qui ont le blues pour dénominateur commun.
Une chose que l’on oublie de dire c’est que les pessimistes sont aussi souvent hilares que désespérés.

1/ Flâner dans les impasses (Socrates)
2/ Le prophète de l’a-quoi-bon (L’Ecclésiaste)
3/Le plaisir de rabaisser (La Rochefoucauld)
4/ La marquise du cafard (Mme du Deffand)
5/ Le terroriste à l’eau de rose (Hérault de Séchelles)
6 / La métaphysique dévastée (Cioran)
7/ Haïr la vie à en mourir (Albert Caraco)
8/Témoigner de son écoeurement (Davila)
9/ Les mouvements désordonnés de l’âme (Henri Roorda)
10/ La séduction nihiliste (Roland Jaccard)
Toutes ces orientations forment l’autoportrait de Frédéric Schiffer.

-Le charme des penseurs tristes
De Frédéric Schiffer
Flammarion, 196 p., 17 €

Permalien 09:25:42, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les coiffeurs de Man United gagnent sans Fellaini

Le nouveau coach de MU va devoir se creuser la tête un plus car les coiffeurs de Mu lui ont donné entièrement satisfaction en Coupe de la Ligue. Certes, il faut mesurer l’enthousiasme de ce qui ressemble au renouveau de MU car les deux dernières victoires sont intervenues contre des clubs du bas de la Premier League. Les deux prochains matchs de MU, à Fulham (un mal classé) et contre l’actuel leader Arsenal, à Old Trafford, nous en diront davantage sur le niveau des anciens joueurs de Sir Ferguson.
Des enseignements ?
Il faut faire le bon choix en défense:
De Gea/ Rafael, Ferdinand, Vidic, Evra. Le blog historique reste le plus homogène. Evans peut s’y intégrer.
Pour le reste c’est très difficile. Il y a plein de combinaison possible, selon l’adversaire.
La difficulté reste le milieu de terrain, soit trop défensif, soit pas assez créatif… ce qui revient au même !
Aucune créateur ne sort du lot. Quant à Fellaini c’est une énigme totale.
Une certitude: Januzaj est un joker a lancé en deuxième mi-temps. Et Zaha a sans doute sa partition à faire valoir.
Chicharito est en grande forme.
Rooney est indiscutable.
Van Persie a besoin de souffler un peu.
Patrice Evra a une fois de plus très bien analysé la situation:
-"On a perdu de notre régularité et il faut la retrouver très vite. Si on veut gagner des trophées, la régularité est la clé du succès. On ne peut pas gagner un match, faire ensuite un nul et perdre le suivant. Tous les matches sont importants. On veut gagner deux matches de suite, trois matches de suite. Quand nous aurons gagné 10 matches de suite, on aura vraiment relevé la tête et on reconsidérera Manchester United".

Coupe de la Ligue anglaise
29 octobre 2013
Manchester United 4 - 0 Norwich City
Buts pour les Red Devils: Chicharito (20e pen., 54e), Jones (88e), Fabio (90e)

Lindegaard/
Rafael
Ferdinand
Vidic ©
Büttner/
Cleverley puis (90e) Fabio
Jones
Zaha puis (78e) Rooney
Young/
Januzaj puis (90e) Anderson
Chicharito

Sur le banc: Amos, Smalling, Giggs, Valencia

Championnat anglais
26 octobre 2013
Man United 3-2 Stoke City
Buts pour les visiteurs : Crouch (4e), Arnautovic (45e)
Buts pour MU : van Persie (43e), Rooney (78e), Chicharito (80e)

Manchester United

De Gea/
Evra ©
Jones
Evans
Smalling/ puis (76e) Valencia
Cleverley puis (68e) Chicharito
Carrick
Kagawa
Nani/ puis (58e) Januzaj
van Persie
Rooney

Sur le banc: Lindegaard, Rafael, Young, Fellaini

29.10.13

Permalien 15:27:35, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE  

Le transfert de Bale au Real vire au fiasco

Les Espagnols font preuve d’un superbe humour. Ils mettent le paquet et ça fait vraiment rire.

Lors du récent clasico remporté par le Barça à domicile, ce qui n’a rien d’un exploit, on a vu le Gallois Bale jouer en pointe. Ancelotti a tenté le diable pour rien. On a pu voir les limites de l’ex joueur de Tottenham.
Bale a été acheté quasiment 100 M€. Pure folie !
Au mieux Bale est un latéral. Alors s’il vaut ce prix, D. Alves, lui, vaut 500 M€.
Bale est surcoté. Le génie c’est son agent qui en a.
L’ex joueur des Spurs est bon quand il part de son camp, pénètre puissamment avant de se rabattre pour frapper. C’est là qu’il est le meilleur. Tout le reste n’est que pure fantasme. Milieux ou attaquant, je n’y crois pas une seconde.
En Espagne, il se fait tailler en pièce. Le traitement d’Evra à côté c’est de l’eau bénite.
Dans une vidéo comique, le faux Ancelotti demande au faux Bale d’aller à Arsenal pour ramener le vrai Ozil !
Les Espagnols sont vraiment bons dans tous les domaines.

Voici tout ce que j’ai dit sur Bale que d’aucuns annoncent à MU. Non pitié! Fellaini, ça suffit… On ne peut pas accueillir tous les surcotés du monde.

7 août 2013:
“Par ailleurs, Gareth Bale, devrait devenir le joueur le plus cher du monde (plus de 100 millions d’euros) devant Ronaldo, quand il arrivera au Real. Le Gallois est un joueur qui n’arrive pas aux chevilles de Ronaldo.
Bale était meilleur quand il jouait défenseur latéral et qu’il montait à toute blinde.
Reconverti milieu de terrain, il postule au rang de megastar.
Faut arrêter de raconter n’importe quoi.
Bale est un bon joueur mais pas un très bon joueur.
Dans les milieux de terrain, il n’est pas dans le top ten.
Le joueur de Tottenham est complétement surévalué.
Bale est puissant et rapide mais sa présence n’a rien à voir avec l’explosivité constante de Ronaldo.
C. Ronaldo est un Seigneur du football, bon des deux pieds et de la tête.
Toujours hyper actif, Ronaldo est en pleine bourre depuis 10 ans.
C’est un professionnel irréprochable, un joueur décisif, un des meilleurs joueurs de l’Histoire.
Bale ? N’a encore rien prouvé. Il a seulement sorti Tottenham de l’oubli. Bof !”

3 septembre:
“Une chose est certaine: le Real s’est affaibli et Arsenal sacrément renforcé.
Je n’échangerai jamais Ozil contre Bale !
Bale est pour moi un bon latéral gauche et pas du tout un milieu de terrain créatif”

4 septembre:
“Bale est un second couteau bombardé star mais il n’est pas grand chose face à Cristiano Ronaldo au sommet du football depuis bientôt une décennie.”

16 septembre:

“G. Bale n’a pas le 10% du talent de CR7. Le Gallois n’est qu’un latéral gauche qu’on nous vend milieu de terrain.”

Permalien 09:13:16, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La décevante autobiographie de Sir Ferguson

Grand coach mais livre simplement commercial.

Chacun son métier et ce livre de Sir Ferguson est une goutte d’eau dans l’océan de la littérature.
C’est un truc d’éditeur, écrit par un nègre.
On vent le livre sur le nom du célébrissime coach à la retraite.
Le livre aurait pu être grandiose si on avait abordé le fond du jeu.
J’aurais aimé savoir pourquoi le Boss a choisi d’aligner Park et non pas Tevez au début de la finale de C1 2009 perdue contre le Barça ?
Et pourquoi contre Arsenal, il a choisi un jour de ne mettre que des latéraux en milieu de terrain ?
Ainsi de suite, du football, et non pas de l’écume des vestiaires.
Hélas, les éditeurs donnent simplement à manger aux médias.
Les lecteurs, en bon chien de Pavlov, vont acheter le livre tête baissée.
On n’apprend rien. On savait déjà tout.
Beckham ? Ils nous disent que le footballeur n’était plus qu’une icône. Je n’ai pas attendu l’avis de Fergie pour savoir que Becks n’était plus qu’un vendeur de slips, au demeurant très bon père de famille. La vraie star du milieu de terrain sur la longueur, c’est Scholes mais comme il est rouquin, il ne fait bander et mouiller personne. Cela fait des années que Beckham n’est plus qu’un sex-symbol pour nipponnes.
Le plus grand joueur entraîné par Fergie serait Ronaldo. Si on se place sur la renommée mondiale, c’est certain car CR7 est un footballeur constant.
Cependant le joueur le plus important de MU sous Fergie c’est Eric Cantona qui a donné au club le titre national 1993, trophée qui fuyait MU depuis 1967.
Si Ferguson ne parle pas de King Cantona c’est tout simplement que dans ce livre, il évoque son parcours à partir de 1999, soit l’époque où le merveilleux 7 ne jouait plus.
Rooney ? Quand il n’est pas affûté, il est moins bon… Bof! La vérité c’est qu’il subit son entourage car les agents veulent croquer sur son dos.
Steven Gerrard piètre footballeur ? Le Red n’a jamais remporté un seul championnat ! Pitoyable et surcoté.
La sélection anglaise ? Très peu pour Fergie qui a estimé en 10 secondes que c’était un “lit clouté". Entraîner à chaque mort d’évêque ? Très peu pour lui.
Bien opéré de la hanche, l’ex coach pète le feu.
Un come back à la Zidane, à la Paul Scholes n’est pas impossible.
Si Arsenal vient battre MU le 10 novembre (17 h 10), Old Trafford n’applaudira pas Moyes dont le seul talent pour l’instant est d’avoir négocié un bon contrat.
Un bail pour lui qui pourrait se transformer en bagne pour les fans de MU.

28.10.13

Permalien 11:13:28, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Jours de foot, de Françoise et Serge Laget, Philippe Cazaban, Gilles Montgermont (Chronique éditions)

La cruelle défaite de la Hongrie de Puskas en finale de la Coupe du Monde 1954. Une défaite pleine de suspicion. L’Allemagne a reconstruit son image sur cette victoire devant un pays communiste. Malgré le résultat défavorable le Onze d’or hongrois reste la plus grande équipe de cette époque.

«Jours de foot, pendant très longtemps, ce fut synonyme de jours de fête… » Le ton est donné : bonjour la nostalgie. Loin du fric, des attaquants surpayés qui ne marquent jamais, les quatre auteurs (Les deux Laget, Cazaban et Montgermont) nous plongent dans les racines du football, celles de la soule, pour nous amener à la Coupe du Monde 2014. Le livre est dédié à René Llense qui vient de fêter son centenaire le 14 juillet 2013. Ses parents avaient bien choisi la date de leur fils qui est le doyen des internationaux, au niveau mondial.
Les auteurs rendent aussi hommage aux grandes plumes de jadis : Max Urbini, Roland Mesmeur, Gabriel Hanot, Joseph Jolinon, Maurice Pefferkorn, Jacques Ferran, Jacques de Ryswick, Albert Camus, Victor Sinet, Emmanuel Gambardella et Georges Bayrou, entre autres. Les anciens joueurs (Ben Barek, Kopa…), dirigeants (Simon, les Delaunay, Sastre) et dessinateurs (Dubout…) sont aussi remerciés. La maquette met en valeur les trésors de la collection du couple Laget et de leurs amis. Ces professionnels de la chine sont de vrais amateurs, mot qui veut dire aimer, amour. Cela fait des décennies qu’ils collectent tout ce qui touche de près ou de loin le ballon rond, du buvard au fanion en passant par les crampons ou les 45 tours. Ils mélangent les photos couleurs et Noir & Blanc comme pour mieux prouver que la mémoire est un kaléidoscope. Les quatre dans le vent nous révèlent un tableau italien de 1780 qui nous montre un « jeu de calcio ».
Quand le football est-il est né ? D’aucuns attribuent sa naissance en Chine en 2500 avant Jésus-Christ. Le premier chapitre sur les débuts du football est sensationnel. On y apprend beaucoup. Les illustrations sont tout simplement grandioses. Ensuite on bascule en Angleterre qui a donné les bases de la modernité. Tous les champions du début du XIXe siècle sont remis dans l’actualité. Magnifique.
La qualité technique des documents permet de décortiquer les visages, les corps, les vêtements.
Lecture fascinante !
J’ai appris que Blaise Cendrars, de son vrai nom Frédéric Sauser, a créé un club de football : « L’Etoile, la Streika de Saint Pétersbourg ». A Helsinki, la Streika a battu Helsingfors 21 à 0 ! Cendrars-Sauser marqua lors de ce match… 18 buts ! Quand il devint écrivain, il n’assista plus jamais à un seul match, dit la légende. Cendrars voulait écrire sur son passé de footballeur mais il ne l’a jamais fait. Dommage ! Les auteurs sont comme moi : ils préfèrent Ibrahimovic à Beckham. Oui, au football. Non, à l’esbroufe. Tous les amoureux du football doivent se procurer d’urgence cet album. Une date dans l’édition sportive car le texte est au niveau de l’image. Un grand livre de journalistes. Des passionnés passionnants.

-Jours de foot
De Françoise et Serge Laget, Philippe Cazaban, Gilles Montgermont
Préface de Dominique Rocheteau
Avant propos de Louis Nicollin
Chronique éditions, 352 p., 39 €

Permalien 09:03:52, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Lou Reed (1942-2013) s'en va avec notre jeunesse

Lou Reed appartient à nos amis qui sont entrés dans nos vies pour ne plus jamais en ressortir:
Dylan, Redding, Hendrix, Les Beatles, Les Doors, Les Stones, Bowie, Baez, Les Pink Floyd, Cocker, Gaye, Havens, Joplin, Zappa, Young…
Il chantait avec son âme, ses cordes vocales n’étaient qu’un instrument.
Un regard qui diffusait toutes nos mélancolies, passées, présentes et à venir.
Il n’avait pas inventé de marionnette.
Disons qu’il était à Bowie ce que Dennis Hopper fut à James Dean.
Un Américain au visage pasolinien.
On est de plus en plus orphelin du talent.

[Post dédié à Bernard Comment]

26.10.13

Permalien 15:58:16, Catégories: THE RED DEVILS  

Les buteurs de MU sauvent du ridicule l'ancienne équipe de Sir Ferguson

Man United 3-2 Stoke City
Buts pour les visiteurs : Crouch (4e), Arnautovic (45e)
Buts pour MU : van Persie (43e), Rooney (78e), Chicharito (80e)

A la mi-temps, pas mal de supporters des Red Devils se demandaient si ça existe un charter pour l’Ecosse ? David Moyes était une nouvelle fois dans l’œil du cyclone : MU rentrait aux vestiaires mené 1-2. On ne voyait pas comment MU allait une nouvelle fois sortir de cette nasse car les Mancuniens d’Old Trafford ne savent pas jouer dans le ventre mou, trop habitués à dominer ses rivaux. Moyes nous fait passer de l’Olympia au Point Virgule ! Stop, ça suffit ! Van Persie venait à peine d’égaliser que le maladroit Jones, qui ne sait toujours pas coordonner ses gestes, provoqua un coup franc hyper dangereux, si atrocement bien placé que le tireur inspiré d’en face envoya la balle dans la lucarne droite de la cage de De Gea. Si MU se permettait de perdre contre Stoke City alors Arsenal, le 10 novembre, va venir massacrer MU dans son jardin. Et tout ça se passait sous les yeux de Sir Ferguson installé dans les tribunes d’un stade qui l’a fait plus roi que le roi d’Angleterre.
Je me répète depuis des semaines : vérité en deçà d’Everton, erreur au-delà. Man United a eu des gestes qu’on n’a jamais vu à O.T. depuis un quart de siècle : passe à l’adversaire de Nani, frappe ratée d’Evans, cafouillage de Rooney, repasse à l’adversaire de Carrick… Man United doit-il descendre en division inférieure pour que l’on remercie Moyes ? Le nouveau coach de MU a ôté toute la rage de vaincre aux Red Devils qui pendant 45 minutes n’étaient plus que des santons sans Provence.
On s’ennuie à en mourir quand on voit jouer le MU de Moyes qui a un football à 90 % stupide. Sur l’ouverture du score, le premier rideau rouge s’est déchiré. Cela a permis à Crouch de marquer car Evans à l’agonie n’a pu que mal dégager sur l’attaquant visiteur. Ensuite, MU joua sans conviction, sans intelligence, sans courage, sans confiance, sans rien de rien.
Pour aligner Smalling à la place de Rafael il faut être incompétent. Le Brésilien à 1000e fois de grinta que le grand dadais anglais. Et Cleverley ? C’est le contraire d’O. G. Solskjaer. Là où le Norvégien était un « assassin à la figure d’ange », l’Anglais n’est qu’un « ange à la figure d’assassin ». Dès que Moyes a sorti de l’équipe les trois poids morts (Nani, Cleverley et Smalling), le groupe a peu à peu retrouvé son identité de vainqueur. Dommage qu’il était impossible de sortir d’autres Red Devils, par exemple Jones… Cleverley, Smalling et Jones ont une intelligence de jeu qui dépasse le néant.
Le seul point positif : les trois buteurs ont marqué. La tête de Rooney fut sublime. Je n’avais encore jamais vu un tel but complétement génial. Une tête placée qui a grillé toute la défense des visiteurs, et il y avait du monde. Chicharito a donné les trois points à MU en sauvant la face de Moyes. Aujourd’hui, on en est là. On se demande à quelle sauce MU va être mangé. Le coach ne sait pas former le onze de départ. Et Fellaini, il l’a fait venir pour cirer le banc ? J’en ai deux à la maison, s’il veut bien m’envoyer sa Julie Driscoll.
MU est combien au classement ? Qu’importe ! Arsenal fait quasi cavalier seul avec Liverpool. Quand le loup Ferguson n’est pas là, les souris dansent. L’équipe de David Moyes n’est plus que l’ancienne équipe de Sir Ferguson sans gouvernail.

Manchester United

De Gea/ (5) A été laissé à l’abandon
Evra © (7) Le meilleur défenseur de MU avec un centre décisif pour la victoire rouge
Jones (2) Devrait un peu plus apprendre le football en semaine
Evans (3) Sans complice dans la défense centrale
Smalling/ (1) Décevant en latéral (ailleurs aussi), puis (76e) Valencia (4) A apporté du jus
Cleverley (2) Il court sans savoir où il va, puis (68e) Chicharito (8) Auteur du but décisif
Carrick (3) Loin de son niveau habituel
Kagawa (2) Une ombre japonaise
Nani/ (2) A part d’avoir été à l’origine du premier but rouge, rien…, puis (58e) Januzaj (2) Il faut lui dire qu’il ne se prénomme pas Zorro. Ces tentatives solitaires sont condamnées dans l’œuf.
van Persie (8) Même dans un petit match, pour un joueur de ce calibre, il a marqué et donné un caviar sur la tête de Rooney
Rooney (9) Le meilleur Red Devil, du début à la fin

Sur le banc: Lindegaard, Rafael, Young, Fellaini (le lustreur de banc)

Coach: Davis Moyes (5). J’ai cru à un moment qu’il allait remplacer De Gea par Young. MU est un club qui prône l’attaque sans pour autant devoir jouer avec 11 buteurs. S’il savait aligner un bon onze de départ n’aurait pas besoin de sauver sa tête grâce à un coaching de désespéré.

Permalien 09:23:45, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United met en avant sa jeunesse pour mieux expliquer ce qui semble être une saison de transition

26 octobre 2013, 16 h
Manchester Unted - Stoke City

Alors que MU est largué en championnat, le nouveau staff de Man United met en avant sa jeunesse pour expliquer que les débuts difficiles du nouveau coach attestent que MU vit une année de transition. Il est à noter que tous ces jeunes sont venus au club sous l’ère de Ferguson.
Dans le vestiaire de MU il y a la citation de Matt Busby: -«Si vous êtes assez bon, vous êtes assez vieux.» Sous-entendu, pour jouer !

Le dernier talent a émergé est celui Adnan Januzaj mais attention car on a vu un Macheda illuminé Old Trafford avant de s’éteindre.

David De Gea, gardien titulaire, 22 ans, 93 matchs avec MU
Il a eu la lourde responsabilité de remplacer van der Sar. Tout droit arrivé de l’Atletico Madrid, le jeune homme de 18 ans a d’abord subi la concurrence. Dès lors que Sir Ferguson a cessé le turn over, le jeune espagnol s’est imposé dans la cage de la Maison Rouge. Bon sur sa ligne, De Gea utilse tout son corps pour stopper les tirs. Il a une façon unique de faire écran. Il s’est amélioré dans les airs. Le “Gamin” pour ne pas dire le Gars-mains a déjà quasi jouer 100 matchs avec MU !

Rafael, défenseur latéral droit, 23 ans, 136 matchs, 5 buts
Le Brésilien est un monstre de grinta, comme Evra à gauche. Il est devenu très vite titulaire car il affiche de l’envie, de la concentration, le désir d’aller de l’avant. C’est un gagneur qui parfois se laisse entraîner à commettre des écarts de conduite car il n’accepte pas d’être battu. Il doit s’améliorer dans la finition. Question mental, il en a à revendre, à l’inverse de son jumeau qui manque de courage dans les duels.

Phil Jones, latéral, central ou milieu, 21 ans, 75 matchs, 2 buts
Souffrant d’un défaut de coordination de gestes, Phil Jones compense son déficit technique par un mental en acier inoxydable. Quand il avance tête baisée on dirait qu’il a 30 ans ! Il peut jouer partout dans la première partie du terrain mais attention qui joue partout n’a pas trouvé sa vraie place. Sir Ferguson l’a engagé pour remplacer peu à peu Rio Ferdinand ou Nemanja Vidic. Dès que Jones est moins brouillon, son jeu gagne en efficacité. C’est un grand soldat. Un joueur de club comme on en fait plus. Gare cependant aux toiles car dès qu’il est déconcentré, il peut être à l’origine d’une grosse bourde.

Adnan Junuzaj, attaquant, 18 ans, 6 matchs, 2 buts
Il est arrivé à MU en 2011, à peine âgé de 16 ans, en droite ligne du club belge Anderlecht. Tout le club a été impressionné par ces qualités qui rappellent celles de Ryan Giggs, au même âge, notamment la fluidité et le désir de provoquer pour filer l’anglaise balle au pied ! MU l’a fait resigner 5 ans afin de ne pas le voir quitter le club comme vient de le faire Paul Pogba qui fait depuis les beaux jours de la Juventus Turin. Pogba n’a pas aimé que Sir Ferguson aligne Rafael au milieu du terrain lors d’un match où tous les milieux de terrain de MU étaient blessés, tous sauf … Pogba. Le jeune français a alors pensé que Sir Ferguson ne lui faisait pas confiance. D’où sa décision de partir même s’il aimait beaucoup MU. Januzaj lui a donc la preuve que MU lui fait confiance.

Danny Welbeck, attaquant, 22 ans, 112 matchs, 22 buts
Sa qualité principale est l’occupation de l’espace en s’agitant constamment.
Il sait aussi se sacrifier dans de larges séquences défensives.
Joueur très explosif encore trop maladroit dans la finition.
Il sait imposer là où l’on attendait plutôt l’Italien Macheda.
Joueur hyper généreux, il se dépense sans compter, dans un univers où la concurrence est hyper grande.

Autres jeunes de MU:
Goal: Johnson (20 ans)
Défenseurs: M. Keane (20 ans), Fabio (23 ans), Varela (23 ans), Büttner (24 ans), Smalling (24 ans), Evans (25 ans)
Milieux: Powell (19 ans), Lingard (21 ans), Bebe (23 ans), Cleverley (24 ans), Kagawa (24 ans), Anderson (25 ans)
Attaquants: Henriquez (19 ans), Zaha (21 ans), Macheda (22 ans), Chicharito (25 ans),

25.10.13

Permalien 12:18:34, Catégories: THE RED DEVILS, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Absous par la FFF, Patrice Evra sera titulaire contre l'Ukraine

Beaucoup de blablateurs vont hurler: “Et pourquoi alors Nasri a été suspendu ?". La caravane aboie quand le Red Devil passe. Evra n’a jamais demandé le Ballon d’Or mais celui qui a été révélé par l’OGCNice a joué dans l’EDF de Domenech, de Blanc et de Deschamps. Cela prouve que le capitaine de MU est le meilleur français au poste de défenseur latéral gauche.

C’est bien la première fois que je me fais le relais de la FFF.
Cela fait plaisir de voir que l’on soutienne un joueur dont d’aucuns se moquent parce qu’il n’est pas un dialecticien sorti de l’ENA.
Patrice Evra est un footballeur qui provient du football de la rue et non pas d’un centre de formation où l’on calibre les joueurs au risque d’anéantir toute leur spontanéité.
Evra s’est forgé à la sueur de son front, et son football est à l’image de son caractère.
C’est un guerrier qui ne s’avoue jamais battu. Il donne tout pendant 90 minutes et plus, jamais économe de ses efforts.
Il compense son déficit technique par une combattivité de chaque instant.
Il incarne le défenseur moderne qui monte sans cesse soutenir ses attaquants.
Dans les incessants duels qu’il dispute, le joueur en ressort jamais blessé, ce qui prouve une très grande intelligence dans ses assauts.
Au fil des ans, il a corrigé son défaut de monter et de centrer à l’aveugle. Exemple, lors de ses récents matchs d’octobre 2103: contre la Finlande, sa percée provoqua le 3e but français, et son pressing contre la Real Sociedad a permis à Rooney d’être à l’origine de l’unique but du match de C1 de MU qui fut un auto-goal.
“Ce n’est pas facile de remplacer Evra", a dit souvent le joueur de lui-même. Il a 100 % raison. Ceux qui essayent de prendre sa place ne s’imposent jamais.
La force d’Evra est d’afficher un énorme mental. L’entendre parler à la 3e personne n’est pas un manque de motivation. C’est la preuve qu’il aime jouer en ayant une énorme pression car cela lui permet de ne pas perdre sa concentration.
Un de ceux qui ne cessent pas de minimiser son talent en disant qu’il “fait une grande carrière avec peu de moyens” ferait bien de changer son fusil d’épaule.
Il y a d’autres gens à chambrer que Patrice Evra qui est l’un des meilleurs défenseurs de son temps.
Le fait qu’il soit le capitaine de MU quand il y a sur le terrain Ryan Giggs suffit à montrer le niveau de son importance à Man United où personne n’est titulaire s’il n’a pas un très talent à son poste.

Communiqué de la FFF:

“Le Président de la Fédération Française de Football et le sélectionneur national ont reçu jeudi 24 octobre Patrice Evra afin d’entendre ses explications sur ses déclarations à TF1 au soir de France-Finlande et visant quatre consultants de l’audiovisuel.
Noël le Graët et Didier Deschamps, ont, de nouveau, signifié devant le joueur leur désaccord formel quant à certains termes employés et à l’opportunité de ce règlement de comptes personnel à l’approche d’une échéance capitale.
Patrice Evra, pour sa part, a tenu à redire, en préambule, son attachement à l’Equipe de France et son amour du maillot bleu, se défendant d’avoir voulu nuire, de quelque manière que ce soit, à l’image de la sélection nationale ou du football français.
Patrice Evra a fait valoir que, si le moment était effectivement mal choisi, et l’emploi de certains mots déplacé, l’acharnement dont il estimait être la victime de la part des personnes visées était une réalité dont avait eu à souffrir sa famille. Ce qui pouvait expliquer, à défaut de le justifier, qu’il ait fini par craquer au terme d’une longue interview habilement menée pour le pousser à bout et le faire sortir de ses gonds.
Dans ces conditions, et au-delà des problèmes de personnes, tenant compte des explications fournies, du regret manifesté par le joueur sur la forme employée et dans la perspective de deux matchs décisifs pour l’avenir du football français, le Président Noël Le Graët décide que Patrice Evra reste à la disposition du sélectionneur national.”

Van Gogh, de Steven Naifeh et Gregory White Smith (Flammarion)

1231 pages. Un pavé. Une somme mais en aucun cas indigeste.
Imprimé sur un impeccable papier quasi bible, style La Pléiade, cet ouvrage se lit comme un roman, loin des études fastidieuses. On le dit souvent mais là c’est vrai. Roman, la vie de van Gogh l’est assurément. D’ailleurs le livre ne comporte aucun titre à part le nom du peintre. Même pas son prénom ! Ce qui est un paradoxe car le peintre signait souvent Vincent, oui son simple prénom comme par signe d’humilité. Il faut dire que de son vivant, des gens qui avaient échangés quelque chose contre ses toiles se servaient de celles-ci pour par exemple reboucher un trou dans le grillage du poulailler.
Le parcours de Vincent van Gogh est si exceptionnel qu’on peut se dispenser de le résumer dans un titre ou sous-titre.
L’ensemble est divisé en trois parties : les années de jeunesse (1853-1880), les années hollandaises (1880-1886) et les années françaises (1886-1890). Chez Vincent van Gogh tout est excessif : ses colères, ses chagrins, sa boulimie créatrice. Les génies ne font rien comme les autres et c’est pour cela qu’ils se démarquent tant des troupeaux du commun des mortels.
Van Gogh était le contraire du fou qu’on raconte parfois. Ces tableaux sont des construits géométriques sans l’air d’y paraître. Il suffit de lire ses lettres à son frère pour apprendre à mieux connaître Vincent van Gogh qui s’exprime toujours d’une manière claire. Sa soif d’absolu avait besoin de vivre de grandes émotions. Il s’arrachait du réel pour mieux le transcrire sur la toile.
Comme tous les grands peintres c’était un immense dessinateur. Le dessin ne supporte pas l’a peu-près, il faut une main ferme pour capter en quelques traits toute la magie d’une personne, d’un paysage ou d’un objet. Qu’il peigne un voisin, un ami, un mécène, une chaussure ou une chaise, Van gogh ne triche pas. Sa passion pour son art était si intense qu’il ne pouvait pas vivre sans cette quête incessante de capter son environnement dans une lutte sans merci avec la vérité, celle qu’il voyait et qu’il voulait retranscrire avec son crayon ou ses pinceaux.
A l’inverse de Gauguin, il n’a jamais eu de période d’accalmie. Son ami a pu partir sur une île pour vivre loin de la civilisation qui le fatiguait alors que van Gogh lui n’a jamais été tendre envers lui-même, se menant la vie dure, très dure même.
Le livre raconte dans le menu détail le rapport répulsion-attraction qui liait les deux frères Vincent et Théo, le peintre et le marchand de tableaux… Quel couple infernal ! Dès que Théo a une liaison amoureuse, Vincent se croit abandonné. On imagine le frère quand Vincent était interné suite à des « comportements étranges ».
Oubliant de manger, Vincent délirait quand il buvait trop. L’écorché vif voulait vivre comme Don Quichotte qui avait «un cœur exceptionnellement bon ». Victime d’hallucitations, Vincent était hanté par des fantômes au cours de graves grises d’angoisse. Il fait penser à Maupassant qui avait rendez-vous avec lui-même quand il rentrait chez lui.
Le livre laisse entrevoir un attachant Vincent van Gogh. On partage son quotidien comme si nous étions avec lui, à Arles ou à Montmartre. Les deux auteurs ont restitué tout ce qui a disparu sauf les tableaux dont certains sont reproduits dans les deux cahiers photos. Les autoportraits de Vincent sont, avec ceux de Rembrandt, les plus grands corps-à-corps avec la peinture dans l’Histoire picturale. Tous deux étaient néerlandais.

-Van Gogh
De Steven Naifeh et Gregory White Smith
Traduit de l’anglais (Etat-Unis) par Isabelle D. Taudière avec la collaboration de Lucile Débrosse
Flammarion, 1231 p., 39 €

24.10.13

Permalien 16:42:59, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sans Sir Ferguson, Man United a perdu le facteur chance

Les temps ont changé: à présent c’est le PSG qui peut remporter la C1.

Champions League
Manchester United 1-0 Real Sociedad
But pour MU: Martinez (2e csc)

Lors de ce tour de C1, on a vu un énorme PSG qui est allé gagner à Anderlecht, 0-5, avec le Galactique Ibrahimovic auteur de 4 buts, tous dans des registres différents. Actuellement, le Suédois est le joueur qui a la meilleure inspiration. Ce joueur est au sommet de sa carrière et il dégage un amour du jeu jamais démenti. Avec ou sans ballon, c’est un plaisir de le voir se démarquer, faire des appels.
Le PSG ne doit pas se laisser griser par les succès actuels. La finale de la C1 est encore. Je me souviens d’une équipe d’URSS en Coupe du Monde. Les soviétiques faisaient peur à tout le monde mais ils n’ont même pas atteint le dernier carré.
Hier, aucun club français ne pouvait gagner la C1.
A présent, le PSG et le budget illimité du Qatar peuvent décrocher le Graal.
Blanc n’a pas cassé le travail d’Ancelotti et de Leonardo qui ont mis en place un groupe équilibré.
Autre grand: C. Ronaldo. Les deux joueurs vont devoir s’affronter en l’un des deux n’ira pas au Brésil 2014. Cela sera un très grand manque.
Derrière eux, Ribéry tire son épingle du jeu mais il est à des années lumière d’"Ibra” et de CR7.

Et Man United ?
Lors de ce tour, David Moses a aligné un bon milieu, le meilleur que MU peut présenter actuellement.
Il faudra le revoir. Ecarté, Fellaini est le fiasco du mercarto d’été 2013. J’attends qu’il me prouve le contraire. Fellaini n’est qu’un remplaçant quand MU mène 3-0.
La mauvaise nouvelle c’est que MU ne marque plus. Les Red Devils ont gagné grâce à un auto-goal !
Aujourd’hui, MU n’a plus de chance. Maintenant, les tirs de MU s’écrasent sur les montants.
Si Moyes avait entraîné MU en finale de la C1 1999, MU n’aurait jamais battu le Bayern Munich dans les arrêts de jeu.
La chance est bien sûr un problème de confiance, car elle en découle.

De Gea/ (8) A fait un arrêt décisif, une claquette sous la transversale
Rafael (6) Tonus habituel puis Smalling (59e) (3) Trop scolaire
Jones (7) Bon match de soldat
Evans (7) Costaud
Evra/ (8) Son pressing a permis a Rooney de semer la panique et de provoquer l’auto-goal des visiteurs
Carrick (7) Solide
Giggs (8) Bon match
Valencia (7) Tonique
Kagawa/ (8) Grosse activité
Chicharito (6) Du cœur mais sans réussite, puis A. Young (80e) (2) Pas dans le rythme
W. Rooney (8) Du grand Rooney, bien affuté

Sur le banc: Lindegaard, Büttner, Fellaini, Nani, Januzaj

Manager: Moyes (7) A enfin fait appel aux vrais travailleurs, laissant de côté les intermittents du spectacle: Anderson, Cleverley, Nani…

La longue attente de l’ange (sur Tintoret), de Melania G. Mazzucco (Flammarion)

Grande spécialiste de Tintoret, l’écrivain italienne nous propose une plongée dans le cœur de Venise à la fin du XVIe siècle.
Le Tintoret y apparaît dans toute sa splendeur : anticonformiste, rebelle à souhait, dévoré par l’ambition, prêt à tout pour installer sa réputation de grand peintre.
Plus la mort approche, plus il assaillit par les questions sur sa vie privée qui ne fut pas une vaste partie de plaisirs 24 h sur 24.
Autour dú maître gravite une galaxie de personnages complètement inhabituels pour qui ne connaît pas les us et coutumes de la Sérénissime.
C’est vivant. C’est cru. C’est du grand luxe. C’est émouvant. C’est affolant.

-La longue attente de l’ange
De Melania G. Mazzucco
Traduit de l’italien par Dominique Vittoz
Flammarion, 448 p., 22 €

23.10.13

Permalien 18:55:58, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les soutiens au warrior Evra: Sir Ferguson, D. Moyes et l'UNFP

Evra est un warrior, un guerrier, un winner… ce n’est pas un clown médiatique qui se retourne vers le public pour voir s’il les a fait rire.

Alors que les moralistes de bas étage tentent de dézinguer Evra qui a libéré sa parole dans un monde cadenassé par les agents et autres spécialistes de la communication, l’ancien et le nouvel entraîneurs de Manchester United, Sir Alex Ferguson et David Moyes, ont indiqué qu’ils soutenaient leur joueur.

Sir Ferguson:
-"Je n’ai jamais eu aucun problème du tout avec Patrice. C’est un grand capitaine de MU, un grand professionnel. Cet épisode lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud est malheureux. A l’époque, c’était le capitaine des Bleus et il devait prendre sur lui-même pour représenter les joueurs auprès du sélectionneur. C’était quoi son nom déjà ? Ah oui, Domenech. [Quel tacle!] Si j’avais pu attraper Evra à ce moment-là, je lui aurais conseillé de ne pas faire ce qu’ils ont fait".

David Moyes:
-"A Manchester on le tient en haute considération. C’est un excellent joueur, il est fantastique dans le vestiaire et je ne peux que dire du bien de lui".

Communiqué de l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP):
-"Pourquoi la presse française en fait-elle des tonnes depuis dimanche matin ? Pourquoi la même presse ne s’était-elle pas élevée avec la véhémence qu’on lui connaît - parfois - pour dénoncer les propos de Pierre Menès, par exemple, mêlant la famille de l’international français à son désir de revenir en équipe de France ? Pourquoi la FFF, qui convoque aujourd’hui le joueur, ne s’en était-elle pas émue, à l’époque, soutenant ainsi un joueur, qui a plus besoin d’être aidé, que d’être à nouveau condamné ? Au nom de la liberté de la presse et de la surenchère générée par les nouveaux médias, certains pensent pouvoir tout dire, sans jamais en assumer les conséquences, sans jamais mesurer le mal qu’ils peuvent faire souvent. Surtout sans jamais être critiqués en retour.”

Permalien 16:09:21, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Eloge du lit, de Colette Gouvion

Nouveau magnifique album des éditions du Rouerge.
Cette fois, il s’agit de faire l’éloge du lit sous toutes ses formes.
Le bel objet nous plonge dans de beaux draps, à travers les siècles, les pays, les cultures.
Nous passons des Egyptiens aux Grecs en passant par les Romains.
Colette Gouvion déjà auteur d’un historique Braguettes, une histoire du vêtement et des mœurs, réitère son coup de maître. On attend le prochain ouvrage sur la même thématique, non sans plaisir.
Quand on feuillette l’album, on tombe sur des reproductions de tableaux signés par Hopper ou Bonnard, chaque fois pleine page. Et quand on fait des focus, on reste en arrêt sur la beauté du profil de Victor Hugo immortalisé pour l’éternité- si j’ose écrire- par Nadar : un portait d’une lumière blanche d’une force inouïe.
Il y a aussi le fakir sur son lit de clous, sans oublier Freud qui nous regarde dans son univers où il faisait allonger les gens, avec lui derrière.
Après un texte d’ouverture, Colette Gouvion nous présente sa vision des lits en six chapitres : les lits d’innocence, les lits de nomades, les lits de fortune et d’infortune, les lits du paraître, les lits de la destinée et les lits de la sensualité.
Parfois une simple barque sert de lit.
Chaque illustration a une légende inspirée, et même très inspirée.
Enfant, mes parents me disaient le soir: “Bon, on va au cinéma, on t’emmène voir Le Lion d’or“.
En fait, il s’agissait: du lit où l’on dort… C’était l’heure d’aller se coucher.
Ce somptueux album m’a réveillé ce souvenir.

-Eloge du lit
De Colette Gouvion
Rouergue, 160 p, 39,90 €

Permalien 13:45:50, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Ibrahimovic, un joueur qui assume son rang de virtuose

Il y a des grands qui croient être des stars.
Et il y a des stars qui sont de vrais grands joueurs.
Zlatan Ibrahimovic s’impose dans des championnats différents, sauf en Liga où le Barça n’a pas su l’utiliser.
Il y a du Cantona chez Zlatan, soit un mélange indestructible de talent et de confiance.
Il est beau à voir jouer, très beau. Il transforme le plomb en or.
Tous les grands joueurs apportent quelque chose au jeu qu’on ne revoit plus jamais quand ils prennent leur retraite.
Qui dribble de manière saccadée comme Garrincha ?
Qui court sans regarder le ballon comme Pelé ?
Qui a le démarrage foudroyant de Cruyff ?
Qui centre un caviar d’un coup du foulard en bout de course, comme Maradona ?
Qui se jette au sol pour marquer des buts comme G.Müller ?
Qui frappe les coups francs avec son corps en arrière comme Platini ?
Qui rentre dans la cage avec le ballon comme Romario ?
Les grands joueurs amplifient tout, même quand ils ratent une passe on ne voit que ça.
L’étonnant avec “Ibra” c’est que ce géant a les qualités techniques des joueurs qui ont le centre de gravité très bas comme Messi.

PS: quelques heures après de post, Zlatan “Ibra” a marqué 4 buts à Anderlecht lors de la victoire du PSG, 0-5.

22.10.13

Permalien 18:54:34, Catégories: THE RED DEVILS, EN MARGE, GRAND MONSIEUR  

Jadis, les consultants ciblaient sur Domenech, depuis Blanc et Deschamps, le viseur a été déplacé sur les joueurs dont Evra

Evra, avant la Coupe du Monde 2010, nous parle de Sir Ferguson. On voit tout de suite la différence avec Moyes, hélas ! On a échangé une F1 contre un tricycle.

Du temps de Raymond Domenech, les consultants tirés à boulets rouges sur le sélectionneur alors que dans le même temps ils épargnaient les joueurs.
Depuis l’Afsud 2010, tout a changé à 180°.
Souvenez-vous dans l’épisode du bus, il n’y avait plus de sélectionneur puisque, si je me souviens bien, celui-ci n’était pas reconduit après la Coupe du Monde. Donc…
Dès que Blanc a pris l’équipe de France, les consultants ont baissé la garde car certains d’entre eux ont joué avec Blanc.
Après la Coupe du Monde 2010 et la grève du bus, le curseur s’est déplacé sur les joueurs, hormis l’affaire des quotas.
Désormais, les joueurs sont la cible numéro 1.
Idem sous Deschamps. Les consultants phares sont des amis à lui.
J’écoute souvent la radio et c’est vrai qu’Evra y est souvent taillé en pièce, même quand Ribéry a dit qu’Evra avait fait du bien au groupe en parlant dans les vestiaires.
Contre la Finlande, peu de médias ont souligné la très grande performance d’Evra. Son meilleur match en bleu depuis longtemps. Ce soir-là, il joua comme à MU.
Courbis n’apprécie pas les qualités du joueur, il ne cesse pas de dire qu’Evra est plus un ailier qu’un défenseur de métier. Cela revient à considérer le poste comme si nous étions encore dans les années 1950. Dans le football moderne, incarné par G. Facchetti, le plus grand latéral de tous les temps, le latéral monte sans cesse.
Evra est un exceptionnel joueur de MU. Il a une constance extraordinaire. Son seul tort est de souvent mal centrer en bout d’action, défaut qu’il a corrigé depuis deux saisons.
Son règlement de compte n’est pas choquant. Il a dit ce qu’il avait sur le cœur. Il s’est mis une pression supplémentaire.
Autrefois, les joueurs et les journalistes fraternisaient au Variétés Club.
A l’ère d’internet, c’est chacun pour soi.
Je ne regarde jamais les émissions sur le football. Seuls les matchs m’intéressent.
On m’a rapporté qu’un des consultants remis à sa place avait dit, depuis le règlement de compte, qu’Evra n’aurait jamais dû revenir en équipe de France.
On voit donc que la riposte d’Evra était fondée.

Permalien 09:14:00, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Claude Puel a donné une colonne vertébrale à Nice

Claude Puel, l’ancien joueur de l’AS Monaco, est le prince charmant qui a réveillé la Belle endormie niçoise. Voilà un coach qui a fait ce qu’il avait promis. En football, il est très difficile de peupler les rêves. Claude Puel y parvient et bien sûr, il a d’autres rêves.

Avec une bande de jeunes encadrés par des vrais footballeurs, Claude Puel a redynamisé Nice. On se croirait revenu au temps de l’ère Luciano, celle qui a conduit Nice au sommet de la D1. Puel est le coach qu’il fallait à Nice. Le Président de l’OGCNice a vraiment bien choisi l’homme de la situation. D’aucuns ont cru que l’ex coach de Lille et de Lyon venait s’enterrer à Nice. Et comme par un coup de baguette magique, Puel est passé du Ray à l’Allianz Riviera.

Le groupe des Aiglons lors de Nice-OM (1-0). Un axe fort du gardien à la pointe de l’attaque. L’ensemble est consolidé par des éléments à la fois techniques, physiques et hyper motivés:

Ospina/
Puel
Bodmer
Pejcinovic
Kolodziejczak/
Digard ©
Mendy/
Traoré
Brüls
Pied/
Cvitanich

Et aussi:
Hassen, Veronese
Amavi, Genevois, Gomis
Abriel, Brüls, Eysseric
Benrahma, Bosetti, Bauthéac, Bruins, Maupay
Pentecôte, Albert, Astier, Dada, Dao Castellana, Fofana, M’Bow, Palun

Claude Puel après la victoire de Nice 1-0 contre Marseille :

-«Nous avons assisté à un vrai bon match de L1, de bon niveau. Une première mi-temps où les équipes se rendaient coup pour coup. Nous aurions pu nous mettre davantage à l’abri. Nous avons été très solidaires en deuxième période. Beaucoup de solidarité et de ressources sur un terrain de moins en moins praticable. Sur l’ensemble du match, le score de parité aurait peut-être été mérité mais vis-à-vis de notre première mi-temps, nous sommes bien contents d’avoir pris les trois points. J’ai assisté à des phases superbes, le but est magnifique. Une vraie belle prestation collective qui en appelle d’autres, je l’espère. C’était un match vivant, d’un but à l’autre, avec des temps forts et faibles pour chaque équipe. Notre invincibilité à l’Allianz ? Je ne sais pas, on verra le temps qu’elle dure. On ne se concentre pas dessus. Mais il existe une vraie communion avec nos supporters, encore amplifiée par rapport à celle qui régnait déjà au Ray. Pejcinovic ? Difficile de dissocier un joueur des autres. On peut tous les citer. Même ceux qui sont rentrés ont été dans le coup. Mais ça ne servirait à rien de faire un bon match contre un grand Marseille puis passer à côté de notre déplacement à Bastia. Il faut mettre de la régularité tout au long des autres matchs. Ospina ? Entre les différentes escales, David a passé 22 heures dans l’avion. [Le Colombien volant est rentré jeudi d’Amérique du Sud, où il s’est qualifié pour le Mondial 2014.] Il a dormi 14 heures d’affilée ; nous avons même douté quant à sa participation. C’est donc décidé : vu sa prestation, il ne fera plus de mise au vert ! Bravo à lui ! »

Classement de la L1:
1 Monaco 21 9/ 6 3 0/ 16 5/ + 11
2 Paris Saint-Germain 21 9/ 6 3 0/ 14 5/ + 9
3 Lille OSC 17 9/ 5 2 2/ 11 4/ + 7
4 Olympique de Marseille 17 10/ 5 2 3/ 13 8/ + 5
5 OGC Nice 17 points 10 matchs/ 5 2 3/ 12 10/ + 2

Classement des buteurs:
1 Radamel Falcao/ Monaco 7 buts
2 Darío Cvitanich/OGC Nice, Filip Djordjevic/ Nantes, Emmanuel Riviere/ Monaco, Kevin Berigaud/ Evian TG 6 buts

[Post dédié à Fred Antonetti qui partage mon avis]

Churchill, politicien, peintre et écrivain, par Sophie Doudet (Folio/ Biographies)

C’est lui qu’on devrait mettre sur les t-shirts et posters, et non pas le Che.
On manque d’homme de cette trempe, en Angleterre comme en France. Où sont les nouveaux Churchill et de Gaulle ? Il est vrai que les hommes se révèlent tels qu’ils sont pendant la guerre. On ne va donc pas en souhaiter une sous nos fenêtres.
Il y a peu j’ai entendu un marquis du PAF dire à la télé, sans plus d’explications : «Churchill n’était qu’un alcoolique…» Churchill buvait mais cela ne l’a pas empêché d’être un des plus grands hommes du XXe siècle, à la fois militaire et politicien. Son nom reste et restera comme celui du plus acharné ennemi d’Hitler qu’il haïssait quand ce dernier était au pouvoir. Devinant que le chancelier allemand mentait comme il respirait, Churchill ne voulait pas traiter avec lui.
Sophie Doudet restitue tout le parcours du « vieux lion » de la manière la plus vivante possible. On avance et on s’arrête sans cesse sur ce parcours tant il est grandiose. Nommé premier ministre dès 1940, Churchill fut l’homme fort de l’Angleterre lors de la Seconde Guerre mondiale. Il démissionnera le 26 juillet 1945. Il occupera à nouveau ce poste suprême en 1951 jusqu’en 1955.
«L’artiste est avant tout un créateur qui travaille l’imaginaire et les rêves pour transfigurer le réel», écrit Sophie Doudet. La biographe n’est pas la première à traiter d’artiste Churchill. Le général de Gaulle avait dit la même chose, c’est dire la maestria de l’homme au cigare perpétuellement à la bouche. Le bon vivant aimait le whisky mais il savait tenir l’alcool, au temps de sa splendeur. Vieillisant, il fit une première attaque cérébrale en 1949 avant d’en faire une autre qui le laissa partiellement paralysé en 1953. Tour à tour, ministre du Commerce, secrétaire du Home Office, Premier Lord de l’Amirauté, ministre de l’Armement, secrétaire d’Etat à la Guerre et secrétaire d’Etat à l’Air, il a marqué son temps de manière ineffaçable.
Orateur de premier rang, il était aussi peintre et …écrivain. Qui se souvient qu’il fut prix Nobel de Littérature 1953 ? Il fut distingué « pour sa maîtrise de la description historique et biographique ainsi que pour ses discours brillants pour la défense des valeurs humaines». Lors de l’attribution du Prix alors qu’il pensait recevoir le Prix Nobel de la Paix, il s’écria : « Tiens je ne savais pas que j’écrivais si bien ! » Ce monument vivant s’éteint à 90 ans au terme d’une vie où il démontra un sens de l’Histoire jamais démenti. Cet homme d’Etat était un humaniste aussi intelligent que sensible. Il avait le sens de la formule, tout en étant un meneur d’hommes sans égal au Royaume-Uni.

-Churchill
De Sophie Doudet
Folio/ Biographies, 260 p., 8,20 €

21.10.13

Permalien 17:28:26, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Patrice Evra arrose les arroseurs: il a lancé plein de sardines aux mouettes ! Si la FFF le sanctionne, les Bleus vont-ils faire grève ?

Le défenseur est passé à l’attaque dans les médias comme sur le terrain. Indestructible, il traverse toutes les épreuves alors que nombre de blablateurs voudraient le voir rester à la maison depuis longtemps. Le warrior plait beaucoup à Didier Deschamps: les deux hommes sont parvenus en finale de la C1, avec Monaco, et pas avec le Bayern Munich, la Juve ou MU, ce qui est beaucoup plus facile, si j’ose dire. Evra a disputé 4 finales de C1, ce n’est pas rien ! S’il avait été de l’aventure 1998, il aurait été aussi champion du monde. Evra est un joueur hyper généreux dans l’effort qui compense un déficit technique par une rage de vaincre omniprésente. Quasi jamais blessé, il joue toujours avec énormément de grinta, sa principale qualité. Son visage affiche toujours sa rage de vaincre parfois traversée d’un sourire lumineux. Evra parle comme il joue: droit devant lui, fier. Il est logique alors que ses adversaires veulent le charger pour le faire tomber, au propre comme au figuré.

Palmarès de Patrice Evra, 32 ans, où il compte à ce jour 344 matchs (7 buts):

Manchester United depuis 2006
Coupe du monde des clubs 2008
Ligue des champions 2008
5 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
3 Community Shield 2007, 2008 et 2011
3 League Cup 2006, 2009 et 2010

On reproche une nouvelle à Patrice Evra de sortir des rails mais il y a deux catégories de sportifs:
1/ Ceux qui parlent la langue de bois. Inutile de donner de noms. La quasi totalité des footballeurs viennent au micro énumérer des banalités consternantes.
2/ Et puis il y a ceux qui ne sont pas disposés à courber l’échine.

Patrice Evra appartient à la seconde catégorie. Il donne beaucoup à manger aux médias qui ne cessent pas de commenter ses faits et gestes, ce qui est très rare pour un joueur défensif. D’habitude ceux qui attirent la presse sont des joueurs offensifs. Et justement, lui est un défenseur ultra-offensif. Certes, il n’a pas inventé cette façon de jouer, incarnée de la meilleure façon par Facchetti, au plan mondial, et par le brillantissime Amoros, chez les internationaux français.

Qualité d’Evra:
Il a une grinta de chaque instant
Il joue cash et ne se flanque jamais pendant un match
C’est un gagneur-né
Il fait un maximum de matchs par an
Il est un titulaire indiscutable
Il n’est jamais blessé
Il est constant
Il est ultra offensif
Et un chouchou d’Old Trafford qui ne supporte pas les fausses valeurs

Ses faiblesses:
A pendant trop d’années raté sa dernière passe, centrant trop souvent à l’aveugle
C’est un très bon joueur sans pour autant atteindre le niveau d’excellence du Brésilien Alves

Patrice Evra joue à Man U et non pas à Arsenal- club favori de 99% de journalistes français- qu’il a souvent critiqué à juste titre mais pas cette saison et pour cause, puisque c’est au tour de MU de pédaler dans la choucroute.
Les qualités du joueur sont supérieures à ses défauts. C’est l’un des meilleurs latéraux du monde de son temps.
Aujourd’hui, d’aucuns s’étonnent de voir qu’il a taclé quelques grandes gueules qui se retrouvent pour une fois dans la position de l’arroseur arrosé. Pas de quoi en faire une affaire d’Etat.
Jadis les footballeurs côtoyaient les journalistes au Variétés Club, lieu de l’amitié.
Aujourd’hui, les footballeurs recasés consultants taillent sans cesse des costards à leurs successeurs.
En 2010, les Bleus ont fait grève pour soutenir Anelka, vont-ils faire la même chose pour Evra s’il est sanctionné ?
Dans son flingage, il a sans doute fait plaisir à beaucoup de joueurs qui se font tailler sans pouvoir répondre.
C’est l’un des derniers joueurs issues du football de la rue.
A ce titre, il faut lui tirer un grand coup de chapeau.

Choc de Titans CR7-ZLATAN, et France-Ukraine (au retour)

Ronaldo ou Ibrahimovic ne fera pas la Coupe du Monde 2014, ce n’est pas une bonne nouvelle.

Deux des meilleurs joueurs au monde vont s’affronter pour aller au Brésil.
Portugal-Suède est l’affiche de ces barrages !
Zlatan Ibrahimovic a le plaisir de recevoir lors du second match. Avantage donc à Zlatan mais rien n’est joué.

L’Equipe de France, quant à elle, affrontera l’Ukraine avec un match retour en France, ce qui présente un vrai plus. Il s’agit de matchs de Coupe, cette fois, avec élimination directe lors du match retour. Attention, aux impondérables. Je rappelle que la France a ouvert le score sur penalty contre l’Australie alors qu’il n’y avait absolument pas penalty. La France va disputer un match piège alors qu’elle aurait respecté beaucoup plus le Portugal et la Croatie. L’erreur serait de manquer de respect vis-à-vis des Ukrainiens.

Portugal (14e) - Suède (25e)
Ukraine (20e) - France (21e)
Grèce (15e) - Roumanie (29e)
Islande (46e) - Croatie (18e)

Les huit barragistes s’affronteront en barrage aller et retour les vendredi 15 et mardi 19 novembre.

Il y aura au total 32 pays qualifiés (tirage au sort 6 décembre). Tour d’horizon des 21 nations déjà qualifiées :

Qualifiés de la zone Europe : Pays-Bas, Italie, Belgique, Suisse, Allemagne, Espagne, Angleterre, Russie, Bosnie

Qualifiés de la zone Asie : Japon, Australie, Iran, Corée du Sud. La Jordanie affrontera l’Uruguay, 5e de la zone Amsud) en barrage intercontinental (aller le 13 ou 14 novembre, retour le 20 novembre).

Qualifiés de la zone Amérique du Sud : Brésil, Argentine, Colombie, Chili, Equateur. L’Uruguay, ira défier la Jordanie en barrage intercontinental.

Qualifiés de la zone CONCACAF : Etats-Unis, Costa Rica, Honduras. Le Mexique va jouer un barrage intercontinental contre la Nouvelle-Zélande (vainqueur de la zone Océanie) en match aller (13 ou 14 novembre) et retour (20 novembre).

Qualifiés de la zone Océanie : La Nouvelle-Zélande est arrivée en tête du groupe unique final et jouera contre le Mexique (4ème de la zone Concacaf). NB : l’Australie s’est qualifiée dans la zone Asie.

Qualifiés de la zone Afrique : Les dix rescapés du 2ème tour de qualifications ont encore un barrage retour (du 16 au 19 novembre) pour déterminer les cinq heureux élus du continent. Sénégal-Côte d’Ivoire (sur terrain neutre à Casablanca, aller 1-3), Nigeria-Ethiopie (aller 2-1), Cameroun-Tunisie (aller 0-0), Egypte-Ghana (aller 1-6), Algérie-Burkina Faso (aller 2-3).

20.10.13

Permalien 00:54:22, Catégories: THE RED DEVILS  

David Moyes est en train de casser Manchester United

Le football c’est la lutte constante contre la monotonie et ce n’est en aucun le rendez-vous avec la médiocrité intellectuelle que nous propose David Moyes qui pilote MU comme s’il était encore à Everton ! Voir MU perdre c’est voir ma mort en direct, non merci ! Un nul à la maison contre Southampton cela équivaut à une défaite carabinée. Le MU de Moyes ne m’intéresse pas. C’est un MU complétement stupide, sans nerf, sans intelligence, sans idée. Comme quoi un entraîneur c’est très important.

19 octobre 2013
Manchester United 1-1 Southampton
But pour MU: Van Persie (26e)
But pour les visiteurs: Lovren (89e)

L’équipe de MU 2013-2014 n’est pas dans la course pour le titre. Après les années de domination sous l’ère Ferguson, MU est entré dans le rang et laisse le champ libre à Arsenal, Liverpool, Chelsea, Tottenham et Man City. Comme MU ne sait pas jouer quand ses joueurs ne sont pas dominants, MU ne sait plus jouer. La crise sportive est là.

D. De Gea/
Rafael, Jones, Evans, Evra/
Carrick, Fellaini puis Welbeck/
Nani, puis Giggs, Ronney puis Smalling, A. Januzaj
R. van Persie

Sur le banc: Lindegaard, Kagawa, Saha, Chicharito

Pas de notes pour les joueurs, inutile de tirer sur un corbillard…

Si Patrice Evra a su parler aux Bleus pour les faire gagner alors pourquoi ne parle-il pas aux Red Devils ?
MU n’a plus que le nom de MU. L’âme de conquérant a disparu pour laisser la place aux balbutiements d’un coach qui se la joue dans la cours des grands alors que c’est la grenouille qui veut devenir bœuf.
Année de transition ? Année de perdition !
Je dois le reconnaître une bonne fois pour toutes: ma love story avec MU est finie.
25 ans d’amour et puis plus rien !
J’avais dans les bras une sublime femme. Moyes l’a transformée en boudin !
Avec Sir Ferguson, MU avait la chance de son côté à 80% car la chance est la manifestation de la volonté.
Avec Moyes, MU est une publicité de la malchance car les joueurs n’ont plus confiance dans leur coach qui n’a pas la force mentale de son prédécesseur.
Le discours: un vrai supporter ne laisse pas tomber un club en mauvaise passe me fait gerber. C’est le contraire qui doit arriver: un club ne doit pas laisser tomber ses fans qui attendent autre chose que de voir onze types ne sachant pas où aller. Il n’y a pas de chemin possible pour celui qui ne sait où il doit se rendre. Donc si les Red Devils errent sur le terrain c’est la faute de Moyes qui s’est cru assez fort pour dégager tout le staff de Sir Ferguson.
En chassant les cendres encore rougeâtres, il a éteint le feu rouge de la motivation, de la confiance permanente, de la rage de vaincre, du refus d’abdiquer.
MU n’est plus qu’un centre de formation pour Moyes qui cherche à devenir un grand coach en s’appuyant sur MU.
Je n’ai pas de temps à perdre avec un aveugle qui pilote une F1.
75 220 spectateurs ont assisté en direct à la nouvelle contre performance de Man United qui l’an passé faisait peur à tout le monde.
Les vainqueurs d’hier ne sont plus que des joueurs perdus sans collier. Toutes les valeurs de MU sont à la poubelle: haine de la défaite, solidarité dans la tempête, courage permanent, classe à tous les étages… On ne voit plus qu’une équipe banale.
Le nouvel entraîneur n’est pas l’homme de la situation. Il n’a pas à se servir de MU pour changer de statut, il doit servir MU pour que MU garde son statut.
Son discours est celui d’un entraîneur de district:
-"Nous avons eu des occasions de doubler la mise, nous avons touché la barre, mais j’ai dit aux joueurs à la mi-temps que cela ne serait pas suffisant, nous devions faire plus, et ça a été le cas. Nous sommes conscients de ce que nous devons faire pour rebondir. Nous allons nous préparer pour repartir de l’avant. Les gars qui ont joué pour leur sélection nationale semblaient fatigués. Ça a été terrible d’encaisser un but à la dernière minute.”
Propos d’une stérilité consternante, indignes de MU.
La réalité c’est que David Moyes a cassé la dynamique de MU mise en place par Sir Ferguson depuis les années Cantona.
Avec les mêmes joueurs que la saison passée MU n’avance plus.
On dirait une équipe amateur qui a peur d’accéder aux 32e de finale de la Cup !
Avec Sir Ferguson, on faisait tout le temps la fête; avec Moyes, on veille les morts et pas ceux de 1958 mais les morts-vivants sur la pelouse !
Cette année MU ne gagnera rien.
La grâce a quitté MU pour aller se réfugier à Arsenal où Ozil illumine la galaxie du football.
Bravo à Arsène Wenger, il a su recruter Ozil, l’artiste, le créateur, et Flamini, le destructeur d’attaques adverses.
Voilà exactement ce qui manque à présent à MU.
Arsenal a tout pour gagner le championnat et les Gunners sont mes favoris.
L’erreur historique de Sir Ferguson ? Avoir laissé partir Pogba qui a décidé de quitter MU quand il a vu que lors d’un match, Sir Ferguson a préféré mettre au milieu de terrain le défenseur latéral Rafael alors que plus un milieu de MU n’était disponible à part… Pogba !
Depuis que Pogba est à la Juventus Turin, le Français a explosé de toute sa classe. Idem en équipe de France.
Pogba vaut aujourd’hui 50 M€ !
Pogba est l’élément-clef qui manque à MU.
En 2013-2014, il y a plus de football à voir à l’Allianz Riviera qu’à Old Trafford.
Quand on compare le budget de Nice et de MU c’est là qu’on voit la grandeur de Puel et la faiblesse de Moyes.
La L1 n’a plus rien à envier à la Premier League à part les droits télés !
Zlatan Ibrahimovic et Cavani avec Laurent Blanc sont supérieurs à van Persie et Rooney avec Moyes.

19.10.13

Permalien 12:10:34, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'Allianz Riviera permet aux Niçois de prouver leur sublime identité

Nice c’est une langue et non pas un patois.
Nice c’est une ville qui a une cuisine aussi riche en recettes que le reste du pays.
Nice c’est une lumière qui a fasciné Tchekhov, Nietzsche, Matisse…
Nice c’est ma ville natale et je suis certain que je ne serais pas le même si j’étais né dans le Doubs.
Il y a la Bombonera, San Siro, Anfield, Old Trafford… désormais il y a L’Allianz Riviera !
Plus besoin d’aller à Dortmund ou à San Bernabeu pour voir une belle ambiance.
Depuis 50 ans, Nice attendait son stade.
C’est fait !
Hélas! pour des questions économiques, le Gym est obligé de partager le stade avec d’autres.
Après le passage des adeptes du référent bondissant aléatoire la pelouse a été dévastée. J’aimais le rugby joué par les Boniface, Albaladejo, Rives, Blanco… mais celui des hommes-sandwiches de l’ovalie, non merci.
Au fil des mois, cette pelouse va devenir un vrai problème.
Revenons au public.
Hier, avant-hier, la BSN n’était qu’une bande de voyous selon certains médias qui opposaient toujours Lens, “le public de rêve” disent-ils.
Ce choix du public Lens vient de la politique. Pour les journaleux parigots, Nice égale facho, Nice égale voyoucratie.
Lens cela leur donne bonne conscience puisqu’ils se disent: à Lens, il n’y a que le foot alors qu’à Nice, il y a tout. Comme si les Niçois passaient leur journée au Casino! Comme si les Niçois descendaient tous au Négresco !
Nice ce n’est pas que Cimiez ou la Prom’, Nice c’est aussi Las Planas et l’Ariane.
A présent, la tendance s’inverse: les médias de la capitale découvrent que Nice est une ville française !
Je vais de lire dans L’Equipe l’éloge du public niçois ! (19 octobre 2013)
J’ai découpé l’article après Nice-OM (1-0):
-"Une ambiance très Ligue des Champions, devant 31 634 spectateurs".
-"Nice a semblé portée par son incroyable public".
-"L’ambiance ? Quelque part entre le chaudron stéphanois, le stade Bollaert des années folles, le Vélodrome ou le Parc des Princes. Rien que ça ? Oui sa sonorité est assourdissante et la force qui se dégage des deux étages du virage devrait rapporter quelques points supplémentaires aux Niçois.”
Il a fallu que j’attende 60 ans pour lire ça dans L’Equipe !
Il faut que j’en achète une autre pour aller la déposer sur la tombe de Louis Nucera.
Mon père, pas la peine. Mon père, c’est moi et mes frères.

[Post dédié à Claude Puel]

18.10.13

Permalien 13:48:00, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OspinaGCvitaNichE bat Marseille (1-0)

Sur un caviar de Traoré, l’Argentin supersonique Cvitanich a marqué un but placé de l’intérieur du pied, tout ça en mouvement à la vitesse grand V. Du très bel ouvrage. Les buts de Cvitanich sont aussi beaux que ceux de van Persie.

Magnifique culture niçoise, grande identité. Je suis fier et heureux d’être Niçois. Pour rien au monde je n’aurais voulu naître ailleurs. Niçois je suis, Niçois je serai, jusqu’à mon ultime souffle. Je plains ceux qui n’ont pas de berceau natal. J’espère qu’on lancera toujours l’aigle niçois au moment du coup d’envoi. Comme c’est grandiose! Beauté du vol du rapace majestueux qui descend sur la pelouse en planant. C’est l’incarnation de Cvitanich qui marque ! L’Aigle montre le chemin à suivre aux Aiglons ! Il faut s’élancer et s’abattre sur sa proie. Immense symbole sportif. Voilà pourquoi le football est le sport numéro au monde.

Nice 1-0 Marseille
But les Aiglons: Cvitanich (45e)

Finalement l’ouverture du score par Dario Cvitanich a suffi à Nice tant Marseille n’a pas contesté la victoire niçoise, ou si peu. Ospina a transformé les visiteurs en buteurs aux pieds carrés !
Servi dans la surface, à la limite du hors-jeu, par Traoré, Cvitanich a éliminé le goal marseillais d’une feinte de corps et ouvert le score d’un tir croisé pour battre Mandanda.
Nice continue de gagner dans son championnat à domicile: 3 victoires en 3 matchs depuis l’inauguration du nouveau stade où plus de 30 000 Niçois sont heureux.
Les matchs de Nice à domicile sont tous des matchs de Coupe, c’est à la vie à la mort.
Claude Puel sait motiver ses joueurs ! A la maison, ils sont invincibles! “On va profiter de tout çà!” a déclaré le goal niçois, l’héroïque Ospina.
L’OM a eu des occasions en seconde période mais cela n’a pas suffi à faire chuter Nice dans l’Allianz Riviera qui est devenu un stade fétiche en trois matchs.
Claude Puel a réussi à faire prendre à Nice le virage historique du changement de stade.
L’OM a quitté Nice pour retourner à Marseille afin d’y vivre des heures de doute: que de défaites à la suite… toutes compétitions confondues.
Plus personne ne peut rire de NICE qui fait envie avec son nouveau stade.
Puel est sa jeune équipe font des merveilles. A Nice, il n’y a pas de vedettes qui jouent avec un cigare entre les dents…
Lens n’a plus le faux monopole du meilleur public.
Nice a un public extraordinaire, aussi beau que son stade.
“A Nice, on sent le souffle des fans de Nice sur notre nuque” a dit un jour Eric Gerets.
Ce souffle est descendu du Ray jusque dans l’Allianz Riviera !
Les débuts de match à Nice n’ont rien à envier à ceux de Liverpool.
A la mi-temps, le baryton niçois Franck Ferrari a chanté Nissa la Bella. Voilà un vrai chanteur. Pas besoin d’aller chercher un artiste de la cacapipital !
A l’Allianz Riviera, Nice a marqué 6 buts contre 0 encaissé.
Personne n’a réussi à battre Ospina. A la fin du match tous les défenseurs se sont congratulés. Beau moment.
Marseille n’a fait que courir après le score.
Dois-je vous rappeler que Nice a 32 M€ de budget alors que Marseille en affiche 125 !
La seule ombre c’est la pelouse massacrée par les rugbymen…

OGC Nice
Ospina/ (10) Le sans faute du Colombien déjà qualifié pour le Brésil 2014
Puel (7) Solide, très intelligent y compris dans le replacement. Parfois en difficulté ? Nice a gagné oui ou non ! Qu’importe que Valbuena soit mieux noté que lui.
Bodmer (7) A su remplacer Civelli
Pejcinovic (7) Costaud
Kolodziejczak (7) Appliqué
Digard © (8) Une fabrique de grinta
Mendy/ (7) Grosse activité de vieux briscard de la part du joueur très jeune
Traoré (8) Passeur décisif
Brüls (8) Grand Tintin dans le côté agitateur d’espace
Pied (7) Match de haut niveau, puis (50e)Eysseric (7) Bien entré dans le match/
Cvitanich (10) Un but qui vaut trois points, puis (76e) par Benrahma (6) S’est bien acclimaté au match de feu

Coach: Claude Puel (10) Chapeau au Boss !

PS: j’ai déserté la première page du programme du match, comme si j’étais mort au Ray. Le groupe de Puel m’a fait le bouche à bouche et je suis revenu sur terre, ma terre niçoise adorée. La seule qui compte. Qui Contes devrais-je écrire en hommage au village de l’arrière-pays si cher à ma famille maternelle. Le football c’est l’enfance qui ressurgit sans cesse. Les joueurs passent et trépassent mais un entraîneur comme Claude Puel a réveillé la Belle Niçoise endormie. Il n’y a pas qu’à Monaco qu’il y a un Prince.

[Post dédié à Albert Camus]

Permalien 10:45:32, Catégories: LE GYM E BASTA, EN MARGE, GRAND MONSIEUR  

Les Aiglons sont favoris lors de Nice-Marseille

On entend ici et là que “Baup fait des miracles avec un petit effectif…” Si Marseille a un petit effectif avec 125 M€ de budget alors que doit-on dire de Puel à Nice qui affiche 32 M€ ? Pour moi, Nice a un très grand effectif, puisque les Aiglons ont terminé 4e en 2012-2013. Pour la première fois de l’Histoire, 34 500 Niçois vont encourager sans relâche les Aiglons. “A Nice, on sent le souffle des fans de Nice sur notre nuque” a dit un jour Eric Gerets. Au Ray ou à l’Allianz Riviera même combat !

Vendredi 18 octobre
Nice - Marseille
20h30 beIN SPORT 1/ Canal+/
A suivre sur beIN SPORT MAX 3 dès 19 h 30

CLASSEMENT au coup d’envoi:
4e Olympique de Marseille/ 17 points 9 m./ + 6
6e OGC Nice/ 14 points 9 m./ + 1

Le groupe des Aiglons:
Gardiens : Ospina, Hassen
Défenseurs : Amavi, Bodmer, Genevois, Gomis, Kolodziejczak, Pejcinovic, Puel
Milieux : Abriel, Brüls, Digard ©, Eysseric, Mendy, Pied, Traoré
Attaquants : Benrahma, Bosetti, Cvitanich

Le groupe marseillais : Mandanda, Samba – Morel, Fanni, Diawara, Mendes, Mendy, Nkoulou – Cheyrou, Imbula, Romao, Valbuena, Thauvin, Lemina – J.Ayew, A.Ayew, Gignac, Khalifa

Les temps changent. Il suffit de changer de stade pour parfois faire évoluer son statut.
Combien de fois ai-je entendu:
-"Tu nous fatigues avec ton vieux stade du Ray qui remonte au Moyen Age…”
Maintenant, c’est fini !
Les détracteurs systématiques l’ont mise en veilleuse.
L’Allianz Riviera fait désormais rêver même les adversaires de Nice !
“Ah! si l’on pouvait avoir le même stade que celui des Niçois…” se lamentent-ils intérieurement.
Pour ce derby, le premier dans le nouveau stade, on ne peut plus dire que l’OM est l’équipe favorite.
Les deux gros bras de L1 sont Paris et Monaco. Marseille n’a pas les moyens de ses ambitions. Avec plus d’argent ses titulaires seraient remplaçants à 70%.
Il y deux L1: celle avec le PSG et l’ASM, et puis l’autre, celle avec les 18 clubs dont Nice et l’OM. Nice avec Puel ce n’est plus une équipe du ventre mou.
L’OM a la pression car les Phocéens se sont faits promener récemment par de grosses écuries.
Un score 3 ou 2-1 en faveur de Nice est possible sans avoir la folie des grandeurs.
Nice à la maison et dehors ce n’est pas la même chanson.
L’entraîneur de Nice s’appelle Claude Puel. Il n’a rien à envier à son homologue du jour Elie Baup.
Beaucoup d’observateurs ont dit quand Puel a signé à Nice: “Pourquoi va-t-il s’enterrer à Nice ?”
Avec son nouveau coach, avec son nouveau stade, Nice n’a pas peur de Marseille.
Nice n’a jamais eu peur de Marseille. Avec Pancho Gonzalez ou avec Molitor ou avec Ederson.
Marseille à Pagnol, nous on a Francis Gag. Et Gag n’a pas moins de talent que l’auteur de Fanny.
Un souhait: j’espère que la pelouse ne soit pas devenue un champ de patates suite au passage des joueurs de référent bondissant aléatoire !

Permalien 10:43:26, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Après Best, Cantona, Beckham et C. Ronaldo plus personne ne veut porter le 7 à Manchester United

Les derniers porteurs du N°7 de Manchester United depuis la retraite de Best:

1963-1974: George Best. Talent, mental, constance.

………………………

1993-1997: Eric Cantona. Talent, mental, constance.

1997-2003: David Beckham. Talent, mental, constance. (A MU mais pas à Madrid)

2003-2009: Cristiano Ronaldo. Talent, mental, constance.

2009-2012: Michael Owen. Talent, mental.

2012-2013: Antonio Valencia. Talent, mental.

2014: ?

Antonio Valencia a renoncé à porter le 7 car il a estimé que ces performances n’étaient plus constantes depuis qu’il était estampillé 7. Il se sent mieux avec le N°25, d’ailleurs il vient d’être chronométré comme étant l’ailier le plus rapide du monde !
C’est à Nani que devrait revenir le 7 mais il a un gros problème mental qui finit par rejaillir sur le physique ou alors c’est le contraire. Ce joueur capable de coups de génie n’est pas constant. Un grand joueur doit démontrer son talent dans chaque match: Nani n’est pas incapable d’enchaîner deux grandes performances. Il y a peu Roy Keane a dit, au moment du carton pris reçu par le Portugais en C1: “On sait que Nani n’est pas le plus courageux des joueurs…” Nani doit muscler son jeu au lieu de s’endormir sur son superbe contrat qui le lie à MU.
Autre candidat au 7: Adnan Januzaj. A 18 ans, l’ailier gauche est une anguille humaine digne de porter le 7. Si jeune, il démontre qu’il a un mental de champion. Best a porté le 11 et le 7 alors pourquoi pas offrir le 7 à Januzaj ?

17.10.13

Permalien 15:37:16, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRANDE DAME  

Cristiano Ronaldo fait peur à la France

CR7 a mis de l’huile sur le feu car il ne veut pas rencontrer la France pour des questions extra sportives…

Lundi 21 octobre 2013, 14 h
Tirage au sort des barrages de la World Cup 2014

Les Français ne cessent pas la plupart du temps de traiter CR7 de sous Beckham, de métrosexuel et j’en passe !
Cependant depuis que la France peut faire les barrages, pour le Brésil, contre le Portugal tous les footeux claquent des dents rien qu’à l’idée de tomber sur le groupe des Portugais avec Ronaldo comme guide.
La France lui oppose Benzema et Ribéry.
J’espère que le tirage au sort va nous permettre de voir le choc France-Portugal pour savoir enfin ce que valent les Bleus qui ont marqué 13 buts en 3 matchs contre des équipes de très faible niveau.
Je ne conçois pas une Coupe du Monde sans C. Ronaldo en activité.
D’autre part, j’estime que Lloris mérite d’aller au Brésil.
Le match France-Portugal sent déjà la Coupe du Monde 2014.
Il ne faut pas être méprisant envers les autres nations: Croatie, Grèce et Ukraine.
De surcroît la France est en progrès depuis que la mayonnaise prend entre les anciens et les jeunes.
La France a un gardien exceptionnel, l’un des meilleurs au monde: Hugo Lloris.
Devant lui, il a un Varane de très haut niveau malgré son jeune âge.
A gauche, il y a Evra, un amas de grinta en perpétuel mouvement.
Au milieu, il y a le phénoménal Pogba que les fans de MU regrettent tellement.
Sur l’aile gauche, Ribéry est actuellement en plein boum. Sans doute à son zénith. Jouer au Bayern Munich n’est pas donné à tout le monde. Il tente, frappe ou passe.
La France a donc 5 titulaires indiscutables. Ce n’est pas rien. On peut rajouter Abidal qui force le respect à plus d’un titre.
La France est en reconstruction. Une équipe en devenir et non pas sur le déclin.
Il faut voir ce groupe dans un match à la vie à la mort.
Et ce match en deux volets va avoir lieu en novembre 2013.

Permalien 10:52:13, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

35 000 Niçois pour voir Nice-Marseille. Le premier derby dans l'Allianz Riviera, le nouveau cratère rouge et noir

Le premier derby dans l’Allianz Riviera s’annonce chaud et show. Marseille espère prendre trois points pour effacer ses mauvaises performances précédentes et donc éviter une nouvelle crise. Faire un tel pronostic manque d’élégance devant des Aiglons qui veulent connaître une troisième victoire de suite dans leur nouveau stade.

Vendredi 18 octobre 2013, 20 h 30
Nice-Marseille, Ligue 1

J’entends ici et là que Marseille doit refaire sa santé sur le dos de l’OGCNice.
C’est taire que Nice ne veut pas connaître la défaite dans son nouveau stade.
Surtout pas après seulement trois matchs dans l’Allianz Riviera.
Nice a gagné ses deux premiers matchs dans sa nouvelle adresse qui est un cratère humain et non pas un écrin pour désœuvrés.
Jamais un derby a Nice n’a été vu par autant de Nissarts.
35 000 Niçois ? Peut-être 34 500 et 500 Marseillais.

[Post dédié à Charles Garnero]

Permalien 10:39:22, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Lettres à sa voisine, par Marcel Proust (Gallimard)

Cet inédit nous replonge au début du XXe siècle.
D’ailleurs, il a été tiré de l’édition originale 50 exemplaires sur vélin pur fil, belle tradition qui se perd mais Marcel Proust mérite bien sûr qu’on la reprenne.
Dans son entourage, le romancier n’a jamais évoqué cette correspondante. Madame Williams a reçu au moins vingt-trois lettres que nous découvrons, avec en prime trois de son mari, dentiste.
Disons que les lettres courent de 1908 à 1916. Proust était fâché avec les dates, ne les faisant jamais figurées sur ses lettres ou presque jamais.
Sa voisine vivait au troisième étage du 102 boulevard Haussmann. Comme le cabinet dentaire du mari de sa correspondante était situé juste au-dessus de l’appartement de l’écrivain, celui-ci souffrait du bruit qu’il abominait.
Cette correspondance est délicieusement surannée. Pensons que les deux voisins postaient parfois leurs lettres alors qu’ils habitaient le même immeuble ! Un seul étage les séparait mais ils s’écrivaient plus qu’ils ne se voyaient. Tous deux s’exprimaient mieux par écrit, leur langue maternelle.
Mme Williams étaient une grande lectrice de Proust et on imagine sa joie de correspondre avec lui. D’un côté la plume, de l’autre la harpe car la lectrice était musicienne. Ces lettres sont celles d’une amitié entre deux voisins qui se respectaient. On pourrait vivre sans en prendre connaissance sauf que Marcel Proust est un phare du XXe siècle. Et à ce titre nous avons besoin de toute sa lumière fut-elle tamisée.
Dans ses lettres, Proust passe son temps à remercier son interlocutrice de lui avoir écrit.
Bien sûr les lettres pendant la guerre sont déchirantes, si j’ose dire.
Le lecteur a la consolation d’apprendre grâce à Jean-Yves Tadié que Marcel Proust n’a pas eu connaissance du suicide de Madame Williams qui mit fin à ses jours en 1931, au terme d’une vie sentimentale plutôt chaotique. Proust était mort avant.
Le livre ne nous permet pas de lire les lettres de la voisine, hélas ! mais c’était lui l’écrivain. L’ouvrage contient des lettres en fac-similé et des photographies, de Proust et de sa voisine désormais vraiment immortelle.
Proust louait plusieurs chambres de «son» hôtel en Normandie. Il avait dit au jeune Philippe Soupault que de cette façon il s’entourait de silence. Tel n’était pas le cas à Paris. Je l’imagine pestant contre le bruit. Comme je le comprends: faire du bruit c’est ignorer l’autre.
Proust se sentait encore plus seul quand il entendait du bruit qui le ramenait à sa condition de simple individu victime des tracas de la vie, fussent les plus insignifiants pour le commun des mortels.
Le bruit transformait Proust en caisse de résonnance. Intolérable !
Mme Williams a sans doute aimé Marcel Proust comme elle n’aima aucun autre homme. Leur liaison platonique avait la force du ciment armé.

-Lettres à sa voisine
De Marcel Proust
Texte établie et annoté par Estelle Gaudry et Jean-Yves Tadié. Avant propos de J.-Y. Tadié
Gallimard, 85 p., 14, 50 €

16.10.13

Permalien 15:38:28, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

De la lumière à l'oubli, de Michel Drucker avec la collaboration de Jean-François Kervéan (Robert Laffont)

Qui se souvient de Jacqueline Huet, immense star de la télé des années 1960 avec C. Langeais et A.-M. Peysson ? Qui se souvient d’elle ? Personne à part Drucker et moi. « Les vedettes du show-biz délaissées sont comme des canards sans tête qui continuent à marcher » a-t-elle écrit avant de quitter, pleine de chagrin, ce monde sans mémoire. Drucker n’aime qu’on oublie Jacqueline Huet, comme on a oublié André Leclerc, Max-Pol Fouchet ou Denise Glaser voire Aimée Mortimer ou encore Claude Santelli.

Je vais faire un peu long car je recherche dans ce livre les traces de deux de mes amis: Louis Nucéra et Pascal Sevran (qui a travaillé à Ici-Paris et non pas à France Dimanche comme indiqué à tort dans le livre). Le premier n’est pas évoqué, le second, oui. Il est vrai qu’il s’agit d’un livre sur le monde people parfois haut de gamme. Disons plutôt dans celui des gens populaires. Ce qui n’est pas dégradant. L’élite intellectuelle, la haute société- qui est pour moi la plus basse qui soit- a le plus grand mépris pour ce qui est populaire, préférant Libé au Parisien. Moi, j’aime ce qui est populaire et cela n’a rien à voir avec la populace.
Je pensais que ce livre rendrait hommage à des pionniers de la notoriété médiatique tels que Roger Lanzac mais son nom n’est même pas cité. «Durer sans être ringard» pourrait servir de devise professionnelle à celui qui a débuté dans les années 1960, autrement dit sous les années De Gaulle qui s’y connaissait en médias : la radio, à Londres, pour faire passer ses messages pendant la Seconde Guerre et la télé ensuite pour parler aux Français qui sont aussi des électeurs… A cette époque, le pouvoir en place disait ce qu’il fallait dire ou pas lors des actualités filmées. Actuellement, Drucker fait venir les politiques dans son émission phare et si L. Jospin n’est pas devenu Président de la République c’est peut-être parce qu’il n’a pas cédé à l’invitation de Drucker. Il n’invite pas tout le monde, certain que la télé est capable de rendre sympathique des bourreaux.
A la fois intelligent, sensible et travailleur, Michel Drucker a vite compris que la télé allait révolutionner la vie des Français puisque tout le monde aurait un poste, voire plusieurs, chez soi. Pourvu de solides racines familiales qui a le culte du travail, il fut néanmoins le mouton noir qui ne faisait rien comme les autres. Peu doué pour les études, il vit dans les médias sa bouée de sauvetage. Pour ce qui est de la gloire, de ses méfaits et de ses avantages, il est vacciné depuis qu’il a débuté dans l’ombre de Léon Zitrone qui fut en son temps aussi célèbre que De Gaulle et Tintin. La célébrité ? « Une drogue dure », dit Drucker. Donc mortelle. « La gloire est le deuil éclatant du bonheur » a prévenu Mme de Staël. Comme elle avait raison ! Si la célébrité rendait heureux, Dalida et Elvis ne seraient pas morts si tôt. Sachant tout cela, Drucker a voulu être heureux et célèbre. Ce n’est incompatible. Il aime sa femme Dany Saval qui a quitté le métier de comédienne. Le couple enchaîne les décennies, ce qui est rare dans le métier. Drucker réussit le tour de force d’être célèbre et de vivre caché.

En 1968, les poids lourds de la télé (Chapatte, Couderc, Darget…) et le jeune Drucker sont priés d’aller voir ailleurs mais le Président Pompidou fera revenir par la porte ceux qu’on avait jetés par la fenêtre. Cet épisode a mis aussi du plomb dans la tête de Drucker, fin observateur de l’âme humaine. Obsédé par l’échec qu’il veut éviter- ce qui est fort logique- Drucker est devenu un Talleyrand du PAF, capable de se fondre dans n’importe quel régime politique. Son secret ? Il est devenu plus star que n’importe quel homme politique. On est Président de la République de manière éphémère tandis que lui est star à vie. C’est l’un des plus grands contrôleurs d’images médiatiques de la galaxie de la communication. Dès qu’un contretemps survient dans sa carrière, il le règle très vite et il a agi de la sorte avant internet !
Dans l’hommage qu’il rend à Pascal Sevran, il explique très bien que Sevran s’est laissé dépasser par la polémique. Au lieu de l’éteindre, il a laissé s’amplifier de manière tragique. Pour dire encore un mot sur Sevran, Drucker admire son écriture. Il a toujours eu un complexe à ce niveau. Il a l’honnêteté de toujours mentionner le nom de son porte-plume : Jean-François Kervéan. C’est mieux que le plagiat ou le nègre caché. Sevran lui plaçait très haut la littérature. Il s’y consacrait pleinement depuis la disparition de Stéphane, son Jean Marais. Ce livre de Drucker intéressera son vaste public car les souvenirs de M.D. sont ceux des Français. Il intéressera aussi les passionnés de télé car M.D. raconte de vastes pans de l’histoire de l’audio-visuel. Bien sûr les clichés ont la peau dure: par exemple pour M.D., Simone de Beauvoir est une grande dame, sans piper un mot sur les aspects peu glorieux de la biographie du Castor. Il l’avait invité pour impressionner sa mère, Mme Drucker senior qui aimait les émissions de Jacques Chancel, d’apparence moins axées sur la simple promotion.
Cependant dupe de rien, M.D. sait qu’un vrai journaliste cherche à obtenir des réponses intéressantes alors qu’une vedette du PAF se sert des autres pour se faire valoir. Tout est préparé, rien n’est plus spontané. Si on est méchant on peut dire que les animateurs télés vivent sur le dos des artistes… qui ont besoin de vitrines ! M.D. répète qu’il n’est pas un artiste. Beaucoup de ses confrères n’ont pas ce tact. Avec le temps, M.D est devenu plus connu que les gens qu’il reçoit, à l’exception de Charles Aznavour ou Jane Fonda sans parler de Zidane. Il fait rire quand il dit que Dick Rivers voudrait toujours venir dans ses émissions quand Jean-Jacques Goldman s’en dispense comme Gracq fuyait Pivot.
M.D. rend un hommage appuyé à Michèle Arnaud qui lui a permis de passer du sport à la chanson. Sinon, «j’aurais fait une belle carrière à la Gérard Holtz ». On voit que celui que l’on nomme le « gendre idéal » sait aussi donner des coups de griffes, par exemple à Pierre Bénichou et au commandant Cousteau. Drucker fait la part des choses et a le sens de l’amitié, notamment avec Carlo Nell, un grand second rôle à l’ancienne.
Voir encore Drucker à la télé est rassurant. Il nous empêche de vieillir. Où sont Raymond Marcillac, Joseph Pasteur, Georges de Caunes, Jean Lanzi, Georges Bortoli et Jean-Marie Drot ? Reste Drucker. Désormais un dinosaure, comme Bouvard et Bellemare. Et aussi Tchernia, mais lui n’est plus qu’un téléspectateur, hélas ! “Le coup de vieux, ma hantise” confie Drucker. Bienvenue au club !

-De la lumière à l’oubli
De Michel Drucker
Robert Laffont, 376 p., 21,50 €

A part la France, le Portugal et la Suède, tous les grands pays européens de football sont déjà qualifiés pour le Brésil 2014

Quatre places européennes restent désormais à prendre pour huit barragistes encore en course. Le Portugal, la Croatie, la Grèce et l’Ukraine sont têtes de série et affronteront donc, selon un tirage au sort effectué le 21 octobre, la France, la Roumanie, l’Islande et la Suède (aller: 15 novembre, retour: 19 novembre 2013).

Le tirage au sort aura lieu lundi 21 octobre.
La France va-t-elle devoir essayer d’empêcher C. Ronaldo d’aller au Brésil ?
Attention aux impondérables! Le premier but de la France contre l’Australie (6-0) été marqué par Ribéry sur un penalty totalement imaginaire…

Dans la zone CONCACAF, le Mexique de Chicharito est barragiste, tout comme l’Uruguay dans celle de l’AMSUD.

Les 19 pays déjà qualifiés pour le Mondial 2014 sont :

Brésil, Japon, Australie, Iran, Corée du Sud, Pays-Bas, Italie, Etats-Unis, Costa-Rica, Argentine, Colombie, Belgique, Suisse, Allemagne, Espagne, Russie, Bosnie-Herzégovine, Honduras et Angleterre

15.10.13

"Il n'y a plus personne pour parler culture".Patrice Chéreau a constaté le déclin de la classe politique

Patrice Chéreau, l’été 2013:
” Il n’y a plus personne pour parler culture, plus personne ne s’y intéresse, que ce soit à droite et à gauche (…)”

Jadis les hommes politiques étaient des lettrés.
Charles de Gaulle, Georges Pompidou et François Mitterrand étaient des dévoreurs de livres.
Aujourd’hui, on ne parle plus que de débilités.
Il y a plus d’articles sur les buts non marqués par Benzema que sur la dernière mise en scène de Chéreau.
On en est au stade où les médias parlent sans cesse d’un footballeur qui ne marque pas au lieu de célébrer un homme de théâtre qui dirige ses acteurs en jonglant avec le français, l’italien et l’allemand, trois langues qu’il maîtrisait à merveille.
Depuis, la mort de l’acteur et metteur en scène, on sent un vide.
Un grand regard vient de fermer les yeux.
Et nous savons un peu moins qui nous sommes.
J’étais fier d’être son contemporain.

L'offensive beIN Sport: Uruguay-Argentine, Nice-OM, Rome-Naples et le vrai Clasico !

Le clasico ce n’est pas PSG-OM mais Barcelone-Real Madrid…

La nouvelle chaîne fait très fort, même le dimanche soir avec son magazine bien plus agréable que celui de C+ qui ne se renouvelle jamais. Sur beIN Sport on passe la soirée avec Da Fonseca, Papin, Luis Fernandez, entre autres. Du lourd question chambrage ! Le présentateur A. Ruiz est très chaleureux. Du rire, de l’émotion et personne ne se prend au sérieux. Cela nous change !

Mercredi 15 octobre
13h beIN SPORT 1/ Brésil - Zambie
21h beIN SPORT 1/ Angleterre - Pologne
02h30 beIN SPORT 2/ Uruguay - Argentine
02h30 beIN SPORT MAX 6/ Chili - Equateur

Vendredi 18 octobre
20h30 beIN SPORT MAX 3/ beIN SPORT 1/ Canal+/ Nice - Marseille
23h beIN SPORT 1/ AS Rome - Naples

Samedi 19 octobre
16h beIN SPORT 1/ Real Madrid - Malaga

A noter, la date du vrai clasico:
Samedi 26 octobre
18h beIN SPORT 1 Barcelone FC - Real Madrid

14.10.13

Permalien 23:22:52, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'inauguration de la rue Sir Alex Ferguson près d'Old Trafford à Manchester

Encore une preuve d’amour envers l’ancien coach de Manchester United.
Il a été anobli par la Reine d’Angleterre.
Une tribune porte son nom à Old Trafford.
Sa statue est à l’entrée du stade.
Maintenant il a une rue.
Les Anglais savent aimer les gens de leur vivant.
Félicitations au Boss !

Van Persie, Ozil, Falcao, Townsend, Valencia, au tableau d'honneur d'octobre 2013

Lors de Pays-Bas 8-1 Hongrie, van Persie est devenu le meilleur buteur de l’Histoire des Pays-Bas.
Auteur d’un triplé, il compte désormais 41 buts en 80 matchs.
Bravo au Red Devil, ex capitaine d’Arsenal. Au cours de ce match, Robben a lui aussi marqué. Je signale que Robben joue au Bayern Munich. Il mérite donc le Ballon d’or 2013 autant que Ribéry. De surcroît, Robben est plus rapide, plus technique et meilleur buteur que le Français.
A propos de vitesse, on vient d’apprendre qu’Antonia Valencia est l’ailier en activité le plus rapide du monde. Cela met les pendules à l’heure car d’aucuns ne cessent pas de dire que le Gunner Walcott est le joueur le plus rapide de la galaxie du football actuel.
Pour revenir à Valencia, il a été très bon avec l’Equateur qui va disputer sans doute les barrages pour essayer d’aller au Brésil 2014.
Au cours de la dernière semaine, mi octobre 2013, la victoire française contre l’Australie 6-0 est une anecdote si on lui oppose la qualification de la Belgique pour le Brésil 2013. Bravo à Eden Hazard, joyau du football belge. Un vrai régal d’intelligence.
Il faut aussi tirer un coup de chapeau à Mesut Ozil, époustouflant à Arsenal et en sélection avec l’Allemagne où il fait admirer chaque fois sa virtuosité. Lui a vraiment tout pour être un Ballon d’or.
N’oublions pas Falcao, auteur de deux penaltys victorieux pour aider la Colombie à faire 3-3. Les Colombiens ont arraché le nul au Chili qui menait 3-0. Et c’est ainsi que le Niçois Ospina et que le Monégasque Falcao disputeront la Coupe du Monde 2014. Bravo !
Enfin, le jeune Townsend vient de marquer son premier but avec l’Angleterre lors de sa première sélection avec l’équipe au Trois Lions. Superbe performance. Chapeau à l’artiste de 22 ans.

PS: A lire mon hommage à José et Rudi Garcia:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/chez-les-garcia-on-est-entraineur-de–pere-en-fils–rudi-a-pris-la-suite-de-jose_204.htm

13.10.13

Permalien 18:33:41, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Pourquoi la France doit aller au Brésil ? Pour la kermesse commerciale...

Exemple de ce qu’il ne faut pas faire: vendre la peau de l’ours avant…

En sortant vainqueur 6-0 de sa confrontation contre des footballeurs australiens du niveau zéro les Français ont repris leur statut de champions du monde des matchs amicaux. Australiens ou Australopithèques du football c’est à se le demander tant ils ne savaient pas quoi faire avec leur deux pieds carrés.
Pourquoi les médias veulent-ils tant que la France aille disputer la Coupe du Monde 2014 ?
Pour voir du football ? Pas du tout sinon les journalistes se contenteraient de voir jouer le Brésil, l’Espagne et l’Allemagne.
Non, les médias veulent que la France soit présente au Brésil uniquement pour des raisons commerciales.
Les plus demandeurs sont les télés qui augmentent le prix des spots publicitaires si la France est dans la compétition et surtout si elle passe des tours. Plus on se rapproche de la finale, plus c’est cher.
Souvenez-vous de 2002 … On ne voyait que des footballeurs tricolores dans les écrans publicitaires: ils téléphonaient, sautaient sur des voitures.
Les radios aussi ont besoin que la France soit au Brésil. Toujours pour les mêmes raisons.
Si les Bleus vont à la Coupe du Monde en Amsud, l’audimat montera car dans ce cas-là les incultes du football écoutent plus la radio, regardent plus la télé, lisent plus les journaux… et donc les spots de pub augmentent.
Si la France ne va pas au Brésil, seuls les vrais connaisseurs du football s’intéressent à la compétition.

PS: j’ai entrevu un reportage sur les Bleus actuels (TF1), maternés comme ce n’est possible. Des cadeaux en veux-tu, des sorties en voilà. Cette génération a tout sans avoir besoin de prouver quelque chose.

12.10.13

C. Ronaldo met la pression sur l'équipe de France de ses amis Evra, Varane et Benzema

Pour chambrer Cristiano Ronaldo, Evra l’appelle “Christian Dior” ! Les deux amis risquent de se retrouver lors d’un barrage infernal…

Je rêve d’un France-Portugal en barrages pour le Brésil 2014 avec le match retour dans le pays de Fernando Pessoa.
Un rêve que ne semble pas partager le Ballon d’or 2008.
“Théoriquement, la sélection la plus forte pour les barrages, c’est la France. Mais nous savons qu’il peut y avoir de nombreux intérêts autour de ce match et c’est une rencontre que j’écarte totalement. La seule sélection contre laquelle je n’aimerais pas jouer, c’est contre la France, pour des raisons diverses. Mais je ne peux pas en parler… Si l’on tombe quand même sur la France, on jouera et l’on essayera de gagner".
Là, on imagine que CR7 pense à la présidence de l’UEFA avec Platini à sa tête. Il formule des arrière-pensées.
Suspendu contre le Luxembourg, CR7 ne jouera donc pas le dernier match de qualification pour le mondial.
Le Ballon d’or 2008 sait que Portugal-France peut être l’affiche des barrages. Dans quel ordre ? On ne sait pas bien sûr. On ignore encore si les deux pays vont croiser le fer.
CR7 aurait-il peur de Varane et de Benzema ses partenaires au Real Madrid? Il est aussi ami avec Patrice Evra, son ancien équipier à Man United…
C’est plutôt l’inverse qui va arriver quoique Varane représente une très grande garantie défensive tant il s’est imposé à tous les niveaux. Varane est jeune, très jeune mais il a plus de classe et de savoir vivre que bien des aînés.
Ronaldo sait aussi que “Pat” Evra est un warrior.
Si j’ai envie de revoir jouer la France c’est grâce à Pogba et Varane et surtout pas grâce à Benzema et Ribéry.
Je suis certain que Ronaldo pense que la France est un groupe qui est en train de se réveiller après avoir connu un très grave passage à vide. Il n’a sans doute pas tort. Est-ce que le Portugal vit l’inverse, à savoir le déclin d’une génération ?
Qui vira verra.
Au départ, le Portugal sera favori malgré la tentative de Ronaldo qui chercher à inverser les rôles.

Les 25 Portugais convoqués pour rencontrer le Luxembourg:

Gardiens: Anthony Lopes (Lyon), Beto (Séville), Rui Patricio (Sporting)

Défenseurs: Sereno (Kayserispor), Cedric (Sporting), Fabio Coentrao (Real Madrid), Rolando (Inter Milan), Luis Neto (Zénith), Ricardo Costa (Valence), Antunes (Malaga), André Almeida (Benfica)

Milieux: André Martins (Sporting), Josué (FC Porto), Joao Moutinho (AS Monaco), Miguel Veloso (Dynamo Kiev), Custodio (Braga), Ruben Micael (Braga)

Attaquants: Bruma (Galatasaray), Danny (Zénith), Hugo Almeida (Besiktas), Helder Postiga (Saragosse), Nani (Manchester Utd), Nelson Oliveira (Rennes), Silvestre Varela (FC Porto), Eder (Braga).

Barrages explosifs à venir pour le Portugal, la Suède et la France

Les 14 pays qualifiés pour le Mondial 2014 :

Brésil, Japon, Australie, Iran, Corée du Sud, Pays-Bas, Italie, Etats-Unis, Costa-Rica, Argentine, Colombie, Belgique, Suisse et Allemagne.

Ballotage favorable pour: l’Espagne, la Russie, la Bosnie et l’Angleterre

La Suède en barrages tout comme la France et le Portugal.

Je rêve de la confrontation Ibrahimovic-Ribéry ou C. Ronaldo-Ribéry !

Là on va pouvoir enfin voir qui est qui.

Si Ribéry est un grand joueur alors Maradona c’est Dieu sur terre.

Permalien 06:01:48, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Un penalty imaginaire relance la France de Deschamps qui naîtra ou périra lors des barrages pour le Brésil 2014

Giroud n’a pas pu marquer une valise de buts car il n’a joué que 45 mn. Dommage, il aurait pu soigner facilement son compteur personnel comme jadis le faisaient Trezeguet et Henry.

Vendredi 11 octobre 2013
Matches amical, Parc des Princes
France 6 - 0 Australie
Buts pour la France: Ribéry (8e pen.), Giroud (16e, 27e), Cabaye (29e), Debuchy (47e), Benzema (51e)

Jadis, la main de “Titi” Henry ou celle de Maradona avait fait gagner leur équipe en faisant couler beaucoup d’encre.
Celle de Carney personne n’en parle et pour cause, elle est imaginaire !
N’empêche, l’arbitre estima que le visiteur toucha le ballon de la main pour empêcher une tête de Loïc Rémy. A la vérité, le latéral gauche australien fit le geste mais ne toucha pas du tout le ballon. Il n’y avait donc pas penalty.
L’ouverture du score par Ribéry sur penalty empêcha la France de gamberger.
La confiance s’installa dès le commencement du match pour ne plus s’échapper du camp des Français et c’est ainsi que le 6-0 arriva.
Comme quoi les impondérables en football ça compte beaucoup.
On ne pourra voir le vrai caractère de ce groupe que lors des barrages.
L’Australie et la Finlande ne sont pas des équipes qui font peur.
Au début du match, le sélectionneur australien avait dit: “Si la France n’est pas une grande équipe alors on ne peut dire de personne que c’est une grande équipe". L’issue du match lui a donné raison. Il a gonflé le moral des bleus sans le faire exprès.
La France a battu 6-0 une équipe de peintres déjà qualifiés étrangement pour la Coupe du Monde 2014 alors que les footballeurs australiens devraient plutôt jouer au curling pour espérer faire de bons résultats.
En deux matchs, les Kangourous ont pris 12 buts dans la tronche. Trop c’est trop. Leur sélectionneur allemand Holger Osieck a été limogé à la fin du carton infligé par la France.
Ce fut un non match par excellence. Il n’y avait aucune opposition en face des Français. On a vu qu’une équipe: la France. Si on avait aligné Fontaine, il aurait réalisé un triplé. Giroud en a été empêché parce qu’on lui a retiré 45 mn pour faire entrer le chouchou Benzema afin qu’il marque enfin un but.

Le groupe des Français:

H. Lloris/ ©
M. Debuchy
R. Varane
E. Abidal. Puis (45e) M. sakho
P. Evra/ Puis (64e) Clichy
Y. Cabaye. Puis (83e). Puis M. Sissoko
P. Pogba. Puis (63e) B. Matuidi
L. Rémy
S. Nasri
F. Ribéry./ Puis (63e) M. Valbuena
O. Giroud. Puis (45e) K. Benzema

Sur le banc: S. Mandanda, S. Ruffier, R. Fanni, K. Zouma, D. Payet, C. Grenier

On ne peut pas retenir ce match comme une référence. Cependant il faut convenir que plusieurs joueurs doivent être titulaires: Lloris, Varane, Abidal, Evra/ Pogba, Matuidi, Nasri, Ribéry et Giroud. Pour noter les joueurs il va falloir attendre de les voir jouer contre des vrais footballeurs et non pas des garçons simplement vêtus d’un short.

11.10.13

Permalien 00:05:17, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Zidane apparaît comme le sélectionneur idéal pour la France à l'Euro 2016

Depuis le départ de Zidane, la France n’a plus aucun leader. La FFF pourrait le rappeler comme elle nomma autrefois Michel Platini sélectionneur de l’EDF.

Zidane sélectionneur de la France lors de l’Euro 2016 ? Cela serait beau et fort.
Il y a de fortes probabilités que cela soit possible.
Quand Domenech était sélectionneur on disait que ceux de 1998 allaient prendre le pouvoir.
Ce fut chose faîte quand Laurent Blanc est devenu sélectionneur.
Après une période assez courte, “Lolo” dit le Président a dû céder la place à Deschamps qui frappait à la porte de la FFF.
Depuis on n’a pas rien vu à part une illusion d’optique en Espagne.
A présent, on ne sait toujours pas si la France ira disputer la Coupe du Monde 2014 mais quelqu’un d’autre frappe à la porte…
Si la France reste à quai alors Zidane n’aura qu’à se baisser pour ramasser les Bleus ou ce qu’il en reste. Comme Platini jadis a remplacé H. Michel.
La France a remporté l’Euro 1984 et la World Cup 1998 qui se disputaient dans l’Hexagone, et comme l’Euro 2016 se déroulera en France on voit que cela peut être très payant de conduire les Bleus dans un tel événement.
Si la France va au Brésil en 2014, Deschamps s’accrochera à son poste pour pousser jusqu’en 2016.
Donc la pression sur Deschamps est énorme.
Il doit envoyer les Bleus au Brésil pour des raisons économiques avec toute la pression des médias et des sponsors.
De surcroît, il a la présence de la statue du Commandeur Zizou qui plane sur le SDF.
Il est évident que la position de sauveur de Zidane fera recette dans les médias, auprès du public et des sponsors.
Hyper intelligent, Zidane, authentique éponge, apprend le métier d’entraîneur au Real Madrid auprès de Me Ancelotti.
Il y a pire comme professeur !
Zidane fait déjà rêver le public, rien que par l’idée de son retour au premier plan.
Rappelons que c’est lui qui décida de revenir jouer en Bleu après sa première retraite avec le succès que l’on sait.
Personne ne lui a dit: “Reviens!” Il a décidé tout seul (mais avec les siens, sa garde rapprochée) de revenir. Sans lui, la France n’aurait jamais atteint la finale de la Coupe du Monde 2006.
Zidane, on sait qu’il aime vraiment les Bleus. Il l’a prouvé plusieurs fois sur le terrain, à des moments très importants.
Personnellement j’attends sa nomination à la tête de l’équipe de France pour voir ce qu’il va faire.
La période Deschamps est triste comme la façon de jouer qu’avait “Dédé", préposé à la destruction du jeu adverse.
Zidane, lui, fut un pur joyau du jeu. Un constructeur. Un finisseur.

PS: le 11 octobre 2013 au Parc des Princes, la France a battu le FC Personne 6-0.

10.10.13

Permalien 19:45:19, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Pourquoi Didier Digard ne joue-t-il pas en équipe de France ?

Il y a quatre joueurs de Newcastle en Bleu.
S’ils étaient si bons, ce club ne serait pas dans le ventre mou en Angleterre, comme actuellement Man United !
Alors vous me direz: “C’est pour des raisons tactiques…”
Laissez-moi rire !
A 27 ans, Didier Digard mérite cent fois de jouer en équipe de France.
Depuis qu’il a signé à Nice, sa progression a été constante et ce n’est pas facile de s’améliorer quand on est professionnel.
Sa principale progression est au niveau de la constance. Il fait toujours son match et cela est un bien précieux.
Si Nice ne descend pas en L1 et joue bien sous Claude Puel c’est beaucoup grâce à lui.
Aussi, il mérite une récompense: jadis la sélection c’était le suprême bon point. Aujourd’hui, il faut jouer à l’étranger pour espérer une place en Bleu ou alors à Marseille, Lyon ou Monaco.
Digard a prouvé qu’il était un cadre, un leader au-delà de son brassard.
Il a du talent, du mental, du physique.
C’est l’un des meilleurs 6 de L1.
Et il n’est pas appelé en Bleu alors que des peintres y sont bien présents. Des peintres qui ne mettent pas un pied devant l’autre. Des peintres aux pieds carrés. Leur qualité c’est d’appartenir à la franc-maçonnerie du ballon rond. Quoiqu’ils fassent on ferme les yeux sur tout.
Digard n’a pas à se faire de la bile. Il a le niveau international.
L’équipe de France se prive d’un très grand joueur.

Les 23 joueurs retenus pour le match bidon contre l’Australie et contre la Finlande, une équipe très faiblarde:

Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (Marseille), Stéphane Ruffier (Saint-Etienne)

Défenseurs : Éric Abidal (Monaco), Gaël Clichy (Manchester City), Mathieu Debuchy (Newcastle), Patrice Évra (Manchester United), Laurent Koscielny (Arsenal), Rod Fanni (Marseille), Mamadou Sakho (Liverpool), Raphaël Varane (Real Madrid).

Milieux : Blaise Matuidi (Paris SG), Samir Nasri (Manchester City), Paul Pogba (Juventus/Ita), Moussa Sissoko (Newcastle), Yohan Cabaye (Newcastle), Clément Grenier (Lyon).

Attaquants : Olivier Giroud (Arsenal), Karim Benzema (Real Madrid), Franck Ribéry (Bayern Munich), Loïc Rémy (Newcastle), Dimitri Payet (Marseille), Mathieu Valbuena (Marseille).

Permalien 07:42:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Au bal de la chance, d'Edith Piaf (L'Archipel)

Avec des témoignages de Francis Lai, Fred Mella et d’Hugues Vassal, il s’agit de l’unique livre de la main de Piaf, avec beaucoup de dialogues rapportés. En prime, il y a aussi 2 CD qui contiennent l’essentiel des chansons de la plus grande chanteuse française du XXe siècle.
Sa voix ? « Une haute vague de velours » écrit Cocteau. C’est bien dit, bien écrit. Un velours noir, d’évidence. Une voix qui vrille l’âme et le cœur.
Dans son récit, elle nous dit bien sûr ce qu’elle veut bien mettre dans la lumière. D’abord ses rapports avec Louis Leplée qui lui trouve son nom de scène : la môme Piaf.
Piaf comme l’oiseau titi parisien, piaf aussi comme piaffer d’impatience.
Elle a vécu vite et à tombeau ouvert.
Toutes les géantes du spectacle sont mortes de manière tragique : Piaf rongée par la maladie, si jeune. Monroe retrouvée morte et seul alors que tous les hommes de la terre voulaient vivre avec elle. Dietrich, claquemurée dans son appartement avenue Montaigne, et pas loin, la Callas, égarée dans le passé de sa splendeur.
Les grands destins sont condamnés à solitude (Les petits encore plus!). C’est ce que l’on ressent dans cet ouvrage.
Piaf a traversé son temps comme un ouragan. Elle mesurait 1 m 47 mais son énergie était sans limite.
Elle a vécu mille vies qui sont toutes dans son livre et ses chansons.
Quand elle chantait, à Paris ou à aux Etats-Unis tout le monde la comprenait sans traduction. Elle parlait avec ses tripes. Il n’y a que Jacques Brel qui résiste à la comparaison.
Elle a écrit 80 chansons. Ce n’était pas qu’une chanteuse.
50 ans après sa mort, elle est plus présente que les chanteuses actuelles qui couchent à la télévision.
Il ne suffit pas de vivre pour exister.

-Au bal de la chance
D’Edith Piaf
Préface de Jean Cocteau
L’Archipel, 238 p. , 35 €

09.10.13

Permalien 18:04:44, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

France-Australie, le match pour s'endormir devant la télé

La France prépare le match contre la Finlande en accueillant l’Australie. Faut avoir 8 ou 10 ans pour suivre une équipe aussi peu intéressante au niveau du jeu. Au mieux, les Bleus visiteront le Corcovado en 2014. Si vous voulez voir la France jouer regardez des vieilles VHS des Bleus de 1982-1986 et de 1998-2006.

Voici un choix de match pour vendredi 11 octobre 2013.
Tous sont à voir sauf un. Devinez lequel ?

18 h Foot+ 1/ Croatie - Belgique. Pour la Coupe du Monde 2014

20 h 30 beIN SPORT MAX 3/ Pays-Bas - Hongrie. Pour la Coupe du Monde 2014

20 h 45 beIN SPORT 2/ Allemagne - Irlande

21 h beIN SPORT 1/ Angleterre - Monténégro

21 h TF1/ France - Australie. Pour faire du commerce autour du football

22 h Sport+/ Espagne - Biélorussie

23 h beIN SPORT MAX 5/ Equateur - Uruguay

23 h Canal+ Sport/ Portugal - Israël (rediffusion). Pour la Coupe du Monde 2014

03 h 30 beIN SPORT 1/ Mexique - Panama

08.10.13

Mort du grand créateur Patrice Chéreau (1944-2013)

Un soir, Michel Piccoli me ramena de Nanterre à Paris en voiture. Grâce à Bulle Ogier, je venais de la prendre en photo avec une bouteille de “Mort Subite” (Bière) que j’avais apporté et qu’il ne connaissait pas. Sur la route du retour, on nous a klaxonné à un feu rouge. Arrivé à notre auteur, Patrice Chéreau, seul au volant, baissa sa glace pour saluer son ami. On eût James Dean dans La fureur de vivre.
Michel Piccoli m’a alors dit: “Où va-t-il ce grand homme ?”
Je me souviens de lui avoir dit: “C’est notre Pasolini…”

J’ai vu ensemble Patrice Chéreau, Jean Genet et Maria Casarès, à Nanterre, en 1983. Magnifique moment qui ne méritait pas une photo mais plutôt un tableau.
Quand Chéreau dirigeait le Théâtre de Nanterre c’était une grande époque de création, tout comme la période Vitez à Ivry, à Chaillot.
Chéreau était un artiste total: metteur en scène, acteur, pédagogue, comme Jouvet, Dullin, Vilar et Vitez.
Théâtre, cinéma, opéra.
Quand, il parlait, travaillait, et même marchait, j’ai toujours vu des flammes autour de lui, tant il était incandescent. Comme le bout rouge des cigarillos qu’il grillait souvent de manière fébrile.
Regard brillant et perçant, grande détermination dans la voix.
L’intensité de ses yeux effrayait ceux qui ont peur d’être vu tels qu’ils sont.
Lorsqu’il commençait à s’ennuyer dans une conversation, il regardait ses mains, signe d’impatience car sa pensée allait plus vite que celle de son interlocuteur. Dès le début de la phrase de son vis-à-vis, il en connaissait déjà la fin.
Ses mains noueuses, tortueuses comme issues d’un tableau de Bacon.
Ce n’était pas un intellectuel fumeux. Il était intelligent et sensible.
Il a dit que son père l’emmenait au Louvre pour lui montrer les mauvais tableaux ! Ce fut l’apprentissage afin de prendre conscience géométriquement qu’il y avait les bonnes et les mauvaises façons de voir et de dire ce qu’on a vu.
Il partageait ce qu’il savait et ne savait pas.
Il avait la science de l’espace et aimait les acteurs dont il tirait le meilleur quand ils savaient partager avec lui l’aventure qu’ils vivaient ensemble.
Ses mises en scène comportaient toutes le souffle de la vie et l’étau de la mort.
Il n’usait d’aucuns artifices faciles pour émouvoir la galerie.
Son exigence n’était pas pédante ou élitiste. Un esthétisme basé sur l’âme des personnages.
Dans Peter Gynt, le personnage éponyme se compare à un oignon. Plus il ôtait les épluchures plus il s’apercevait qu’il n’avait pas de noyau.
Patrice Chéreau c’était le contraire. Son noyau, c’était la grâce qu’il atteignait grâce à sa force de travail.
Je me suis souvent trouvé à quelques mètres de lui mais je n’ai jamais osé l’aborder.
J’en savais assez sur lui, à force de voir ce qu’il donnait par le biais de ses spectacles.
Je préférais le voir comme créateur sans casser la glace qui nous séparait (une glace sans tain). Je ne voulais pas briser la magie du théâtre.
Il est vrai que j’étais lié à Vitez.
Inconsciemment, c’était comme si je devais aimer à la fois Man United et Liverpool.
Toujours est-il que je voyais alors tous les spectacles de Vitez et de Chéreau.
Un temps très fort de la scène française.
A Nanterre, Chéreau a fait entendre Bernard-Marie Koltès car il estimait que découvrir un nouvel auteur justifier le métier de metteur en scène “souvent en porte-à-faux".
Tout comme Vitez, Patrice Chéreau était un grand créateur et absolument pas un simple promoteur de spectacles comme il y en a tant.

Le mises en scène de Patrice Chéreau que j’ai vues plusieurs fois lors de ma décennie consacrée au Théâtre, l’une des plus belles de ma vie (ensuite j’ai basculé, avec un sens évident de la futurologie, vers Old Trafford, le Théâtre des Rêves avec l’acteur Cantona dirigé par le metteur en scène Alex Ferguson):

1977 : La Dispute de Marivaux, Théâtre de la Porte-Saint-Martin, 3e version
1977 : Loin d’Hagondange de Jean-Paul Wenzel, Théâtre de la Porte-Saint-Martin
1981 : Peer Gynt d’Henrik Ibsen, Théâtre de la Ville
1982-1990 Codirecteur du Théâtre des Amandiers Nanterre1983 : Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, création en France
1983 : Les Paravents de Jean Genet
1985 : La Fausse Suivante de Marivaux
1985 : Quartett d’Heiner Müller
1986 : Quai Ouest de Bernard-Marie Koltès, création en France
1987 : Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès
1987 : Platonov d’Anton Tchekhov

Permalien 07:43:52, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Simenon, Lapierre, Courtine, Mme Brécourt-Villars et Lapaque dinent à la Table Ronde

Simenon chez lui et en italien (la voix n’est pas celle de Simenon, il est doublé) Superbe interview où il parle de son plaisir d’écrire, le côté menuisier. Qui parle avec autant de passion de son métier ? En littérature, je n’en connais pas, à part lui.

Bon vivant, érudit, Sébastien Lapaque n’est pas passé à côté de Marcel Lapierre. Notre société aime célébrer les sportifs, les chanteurs, les acteurs, voire les animateurs de télé mais l’on consacre très peu d’ouvrages à fêter les vignerons hors du cadre des spécialistes. SL, presque SLC (Salut Les Copains), y remédie de la plus bel façon : par un vibrant exercice d’admiration.
Marcel Lapierre (1950-2010) est mort jeune : 60 ans. De nos jours, 60 piges c’est jeune. C’était un enchanteur de palais, de papilles avec son morgon « nature, non filtré, non sulfité». L’homme et sa production étaient si connus et appréciés que SL leur rendit hommage dans le quotidien brésilien O Estado de S Paulo. Guy Debord, le pourfendeur de la Société du Spectacle, avait écrit sur son ami : « Je ne connais aucune déception qui résiste à un morgon de Marcel Lapierre». Beau compliment mais ce n’est pas vrai car les chagrins surnagent toujours même dans un océan de bon vin. Lapierre refusait de trafiquer les vins comme tant de vinificateurs. Lapaque ne supporte pas qu’on ne salue pas la mémoire d’un homme de cet acabit. Merci pour son devoir de mémoire qui sonne juste et vrai.

-Chez Marcel Lapierre
De Sébastien Lapaque
La petite vermillon/ La Table Ronde, 167 p., 5 ,90 €

Dans sa préface, Sébastien Lapaque nous rappelle que la légende attribue 10 000 femmes à Georges Simenon. Sa seconde épouse a confié que l’écrivain voulait faire l’amour trois fois par jour. Comble du paradoxe, Simenon a rendu fidèle le commissaire Maigret, lié à une unique femme… très bonne cuisinière. Voici réunies tous les recettes de plats cuisinés aimés par Simenon-Maigret. L’ouvrage est signé Robert Courtine (1910-1998) qui signait ses chroniques gastronomiques sous le nom La Reynière. Beaucoup de plats remontent à l’enfance du romancier né de mère flamande et de père wallon. Moules frites, tarte au riz, œufs au lait, crème au citron, foie de porc piqué de lardons, soupe à l’oignon gratinée, soufflé des terre-neuvas, quiches tourangelles, mouclade des boucholeurs, rougets grillés, bouillabaisse, brandade de morue, lièvre à la royale, lapin farci, tête de veau en tortue, bœuf bourguignon, épaule de mouton farcie bonne femme, cèpes au four, gâteau moka… Chaque recette est accompagnée d’une boisson idoine, cidre ou Châteauneuf-du-Pape…Bon appétit. Service compris.

-Simenon et Maigret passent à table
De Courtine
Préface de Sébastien Lapaque
La petite vermillon/ La Table Ronde, 2,70 €, 8, 70 €

A lire aussi : Mots de table, mots de bouche, de Claudine Brécourt-Villars, la petite vermillon/ La Table Ronde, 437 p., 10, 20 €. Passionnant dictionnaire étymologique et historique du vocabulaire classique de la cuisine et de la gastronomie. D’où vient le mot « couscous » ? Que signifie « une fricassée » ? A quand remonte le « pain perdu » ? Qui inventa la « potée » ? D’où vient le nom « tian » ? Livre indispensable pour tous les gastronomes, gourmets et gourmands pour savoir qui a fait quoi. Un dictionnaire trois étoiles.

07.10.13

Permalien 16:41:03, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

35 000 Niçois pour Nice-Marseille, à guichets fermés

Vendredi 18 octobre, 20 h 30
NICE-Marseille

Classement:
1 AS Monaco AS Monaco 21 9 6 3 0 16 5 11
2 Paris Saint Germain Paris Saint Germain 21 9 6 3 0 14 5 9
3 Lille Olympique Lille Olympique 17 9 5 2 2 11 4 7
4 Olympique de Marseille Olympique de Marseille 17 9 5 2 2 13 7 6
5 FC Nantes FC Nantes 16 9 5 1 3 14 8 6
6 OGC Nice OGC Nice 14 pts 9 m/ 4 2 3/ 11 10/ + 1

Comme prévu le derby du sud se jouera à guichets fermés.
On parle de classico pour OM-PSG mais c’est une invention récente alors que le derby du sud entre les deux grandes villes est séculaire.
Nice aura l’occasion de revenir à la hauteur de Marseille qui vient de perdre au Vélodrome contre le PSG.
Nice joue deux championnats, un dehors et un à la maison.
Pour l’instant le Nice de Claude Puel est invaincu dans son nouveau stade et tient à le rester.
Marseille rêve de faire tomber Nice pour la première fois à l’Allianz Riviera.
Il y aura 35 000 Niçois et quelques Marseillais…
Les Nice-Marseille sont toujours chauds et shows.

Tous les matchs aller disputés à Nice:

Samedi 2 novembre
NICE-Bordeaux: 26 000

Samedi 23 novembre
NICE-StEtienne: 28 000

Mercredi 4 décembre
NICE-Monaco: 30 000

Samedi 14 décembre
NICE-Sochaux: 16 000

Samedi 21 décembre
NICE-Evian: 18 000

Permalien 00:00:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Le palmarès de Prix 2013 de l'Association des Ecrivains Sportifs: Lefranc, Oates, Cevert-Beltoise/ Rives, "Desports", Collinet, Basse et Ch.Ollivier

Les écrivains sportifs ont mis la boxe à l’honneur et c’est tant mieux: le noble Art manque dans le paysage médiatique.

L’Association des Ecrivains Sportifs, fondée en 1931, avec comme animateurs Tristan Bernard et Jean Giraudoux, a décerné ses Prix 2013. Elle est présidée par Benoît Heimermann, avec pour président d’honneur, Monique Berlioux.
Beaucoup de gens pensent que le sport commence à Chabal et finit par Ribéry ou que le mannequin Beckham est un grand footballeur.
C’est oublier que le sport a aussi pour étendard une kyrielle d’écrivains: Albert Londres, Malaparte, Buzzati, Jacques Perret, Montherlant, Jean Prévost, Albert Camus, Blondin, Gibeau, Hureaux, Nucéra, Hemingway, Kerouac, Charyn, Delerm, Ugo Riccarell, Tabucchi, Handke, Auster, Bott, Tristan Garcia…

PALMARES DES PRIX 2013

GRAND PRIX SPORT ET LITTERATURE
Le Ring invisible, Alban Lefranc (Editions Verticales / Gallimard)

Un livre sur Cassis Clay avant qu’il ne devienne M. Ali. Un beau tempérament d’écrivain qui se bat avec le langage. Autant de style que le portraituré.

PRIX ETRANGER SPORT ET LITTERATURE
De la boxe, Joyce Carol Oates (Editions Tristram)

La boxe est à l’honneur avec J.C. Oastes qui la connaît sur le bout des doigts et même des ongles. Elle se souvient de son père qui la conduisait au bas des rings. Depuis son enfance, elle se demande pourquoi les hommes se filent des châtaignes ou en reçoivent. Un livre tout en finesse, et jamais superficiel. Elle passe en revue les grands noms du noble Art. Ce livre, puzzle de plusieurs textes, forme un ensemble magnifique.

PRIX DU BEAU LIVRE
François Cevert, pilote de légende, Jacqueline Cevert-Beltoise et Johnny Rives (Editions L’Autodrome)

Séquence émotion. Séquence souvenir. Cevert est mis à l’honneur par sa sœur et Johnny Rives, un de plus grands connaisseurs du sport auto. Cevert était un as du volant, hélas ! mort avant d’avoir pu connaître la plus grande consécration. Niveau physique, il avait tout pour devenir un acteur vedette de cinéma. Intelligent, sensible, courageux, il a marqué son époque, celle de Stewart. Il aimait porter un T-Shirt floqué FRANCE. Son pays et non pas un sponsor. Le livre est l’herbier de son intimité.

PRIX DU DOCUMENT SPORTIF
Desports, revue trimestrielle (Editions du sous-Sol)

Fondés par Victor Robert et Adrien Bosc, Desports est un événement dans la presse car c’est la première fois qu’un magazine ressemble tellement à un superbe livre. C’est un peu comme si la NRF de la grande époque était remise sur le marché avec à sa direction Antoine Blondin à la place de Gide ou Paulhan. Son sommaire est toujours alléchant comme un menu de grand restaurant et passionnant comme un programme de spectacle grandiose. Du fond et de la forme.

PRIX DE TECHNIQUE ET DE PEDAGOGIE SPORTIVES
Rugby, Techniques et Skills. Formation du joueur débutant au joueur confirmé, Serge Collinet (Editions Amphora)

L’ovalie de A à Z. Attractif et instructif.

PRIX DE LA CARRIERE
Pierre-Louis Basse.

Depuis des années, il entremêle sport(s) et culture(s). Ennemi de la langue de bois, il n’aime pas ceux qui salissent le sport, la littérature et la politique. Il passe de Guy Môquet à Didier Six via Owens et Kerouac toujours en connaissant parfaitement son sujet. Loin de l’esbroufe médiatique, c’est un grand serviteur du sport dans la tradition des écrivains mis à l’honneur avant lui, à la fois à l’aise à l’oral et à l’écrit.

PRIX DU COMMENTATEUR SPORTIF
Christian Ollivier.

Le patron du service des sports de RTL est performant et discret, ce qui est la double preuve d’un homme de qualité.

06.10.13

Permalien 16:48:34, Catégories: THE RED DEVILS  

Le virtuose Adnan Januzaj doit incarner le renouveau de Man United

Le Belgo-Albanais est né le 5 février 1995 à Bruxelles. Cet artiste de 18 ans a la possibilité de jouer en sélection pour la Belgique, l’Albanie voire l’Angleterre et la Turquie. Actuellement, il n’a pas encore pris sa décision. Il pourrait aussi quitter MU car plein de clubs lui font les yeux doux. Januzaj est le dernier plus grand espoir de MU recruté par Sir Ferguson.

Tout juste après le début des années 1990, Ryan Giggs, Paul Scholes, les Neville, Beckham et Nicky Butt ont incarné les Ferguson Babes transcendés par Eric Cantona.
Vingt ans après il faut souhaiter que Januzaj soit le leader des Moyes Babes.
Man United n’est pas un club comme les autres. Ce n’est pas demain la veille que MU alignera 100 M€ pour recruter Bale, joueur totalement surcoté. Si Bale vaut 100 M€, Messi vaut alors 10 milliards.
Pas un club comme les autres car tout y prend de grandes proportions.
Arsenal ne dérange personne quand les Gunners ne gagnent plus rien entre 2006 et 2013.
Dès que MU ne marque pas un but pendant deux matchs, cela remonte jusqu’à la Reine d’Angleterre !
Ce n’est pas Fellaini qui va faire regagner la C1 à MU. Au mieux, il peut apporter 50% de ce que donne Carrick au club.
En revanche, Januzaj est un attaquant racé, à la fois bon et spectaculaire.
MU a toujours besoin d’artistes de ce genre: Best, Giggs, C. Ronaldo…
Soit un joueur qui aime dribbler et qui va toujours de l’avant.
Januzaj est beau à voir jouer, à l’inverse de Jones, Smalling et Cleverley.
Rafael, lui, n’est pas élégant mais il touche par sa grinta.
Januzaj a l’élégance de van Persie.
Il est gaucher, autre point de similitude avec Giggs.
Januzaj a une grande vitesse de prise d’informations et une grande rapidité de jugement.
Il serait vraiment dramatique pour l’avenir de MU que Januzaj quitte MU comme l’a fait Pogba.
Après avoir marqué son premier but sous le maillot de MU lors de son premier match de titulaire le 5 octobre 2013 à Sunderland, il est allé rechercher le ballon au fond des buts sans fêter son égalisation à 1-1 d’un tir du droit placé. Quelques minutes plus tard, il signait un doublé (1-2) d’un maître tir du gauche, une foudroyante reprise de volée - il arma sa frappe en reculant légèrement comme Cantona lors du but victorieux lors de la finale de la FA Cup 1996, contre Liverpool (1-0).
Le jour de sa première titularisation sous le maillot de l’équipe première de MU, Januzaj fit donc gagner son équipe.

Permalien 07:30:12, Catégories: THE RED DEVILS  

Le brillantissime Adnan Januzaj masque les faiblesses du Man United de David Moyes

Ventre mou de la Premier League
Samedi 5 octobre 2013
Sunderland 1 - 2 Manchester United
But pour les locaux: Gardner (5e)
But pour les visiteurs: Januzaj (55e, 61e)

Dans ce match supplice, coupe-gorge - c’est souvent comme ça chez les morts de faim, là nous étions en visite dans le stade des derniers- j’ai vu quelques belles images.
Effondré sur son banc, Moyes a remonté la pente à 1-1, sans trop la ramener puis a explosé de rage conquérante lors du 1-2. Là il m’a plu, là ça voulait dire: “Comme j’ai eu raison de le mettre Januzaj titulaire !”
J’ai aimé aussi quand à la fin du match, il a demandé à Januzaj d’aller saluer les fans de MU.
Et j’ai aimé aussi sa façon de saluer les Red Devils à chaque changement. Rien à voir avec Benzema qui contourne Deschamps !
Moyes est sans doute né à Sunderland, né pour moi, en tout cas. Une naissance aux forceps.
Januzaj peut devenir à Moyes ce que Giggs fut à Sir Ferguson.
J’ai aussi aimé le regard de Kagawa sur Januzaj quand le héros du jour est venu s’installer à côté de lui, à sa sortie. Dans les yeux du Japonais il y avait de l’admiration et de la fierté, pas un gramme de jalousie. On y voyait l’amitié entre un adulte et un tout jeune homme.
Autre belle image: la sortie de van Persie qui tenait par le coup Januzaj. On eût dit le père et son fils, ou un grand frère avec son petit frangin. Quelle ressemblance! Ils ont la même élégance, la même classe.

Deux buts somptueux du teenager Adnan Januzaj ont permis à Man United de ne pas sombrer totalement.
Entre la 5e à la 55e minute, presque une heure, on a vu des Red Devils toucher le fond avec des séquences de jeu défensive à s’arracher les cheveux.
Comme je l’ai toujours dit n’importe quelle équipe serait en crise après le départ de tout le staff technique plus le directeur de MU. Cela fait beaucoup. Donc il est logique que MU soit en crise sportive.
Moyes a fait table rase du passé. Il est venu à MU avec tous ses copains et a mis sur le banc Giggs et Phil Neville pour faire passer la pilule, encore que Neville soit plus un ex d’Everton qu’un ex de MU. Que dirait-on si un nouveau patron d’une industrie virait toute l’équipe dirigeante en place pour y mettre ses potes ? Du coup tous les secteurs de jeu de MU sont en crise car Sir Ferguson avait délégué des hommes de confiance pour chaque zone de terrain. Comme ils ne sont plus là, les Red Devils errent tels des chiens perdus sans collier.
Le plus grave c’est la crise de confiance, flagrante chez tous les Red Devils, sauf chez De Gea, Evra et le jeune Januzaj qui a marqué deux buts fantastiques qui vont lui faire beaucoup de publicité. En effet le jeune Albanais-Belge n’a pas encore resigné avec MU et pourrait donc signer demain à City, Liverpool ou Madrid si ça lui chante.
Au coup d’envoi, on a remarqué l’absence de Fellaini, joueur tétanisé par sa signature à MU. Chaque fois qu’il a le ballon il joue en arrière. Il s’en débarrasse comme si c’était du poison. Officiellement, il est blessé.
C’est un secret pour personne: Moyes a raté le mercato. Son apport ? Le maintien de Rooney et l’éclosion de Januzaj; et aussi de Zaha qu’il ne fait plus jouer…

Manchester United
De Gea (8) A empêché le 2-0 d’un arrêt héroïque
Rafael (4) Pas terrible surtout dans ses montées, puis (86e) Smalling (3) Trop fébrile
Jones (3) En dents de scie
Vidic © (2) Hors service
Evra (8) Une passe décisive et toujours cette grinta de warrior winner
Cleverley (2) Faible envergure
Carrick (5) Service minimum
Nani (6) A l’origine du second but grâce à un centre de l’extérieur droit mal dégagé par la défense adverse, puis (77e) Welbeck(3) S’est contenté d’harceler la défense des locaux, selon ce qu’il sait faire
Januzaj (10) Un but du droit et une volée du gauche. Un match génial, puis (77e)Valencia(5) A apporté de la vitesse
Rooney (5) Emoussé
van Persie (5) Pas en réussite

Sur le banc: Lindegaard, Kagawa, Giggs, Chicharito

Coach: Moyes (7) A su deviner dans la semaine que Januzaj était en très grande forme

04.10.13

Permalien 15:59:18, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Trois Red Devils peuvent remplacer D. Moyes: Solskjaer, Bruce ou Hughes

Voilà ce qui s’appelle aimer Man United. Je rêve de voir Solskjaer, Bruce, Hughes voire Roy Keane prendre la place de Moyes. On a besoin d’un guerrier pas de quelqu’un qui se fait une carte de visite.

Quand on voit jouer le Bayern Munich à l’automne 2013, on sent le style Guardiola.
Quand on voit jouer le Man United de Moyes, on sent l’absence de Sir Ferguson !
Dans ses déclarations, David Moyes nous la joue Nostradamus: “Je ne suis pas inquiet. Quand je suis arrivé à Everton, ce fut dur aussi… Les fans viennent au stade pour voir gagner leur équipe c’est normal qu’ils ne soient pas contents quand elle perd…”
En un mot, Moyes prend les fans pour des demeurés.
Un fan est pour lui un Jean qui pleure un Jean qui rit.
Non, un fan de MU c’est un érudit du jeu.
On donnerait à Moyes tous les moyens d’un grand studio à Hollywood qu’il nous tournerait un navet à la Max Pécas.
Moyes ne donne rien au jeu, rien aux fans.
Son MU est une page rouge toute froissée.
J’espérais que les joueurs imposent le coach car au théâtre j’ai vu un metteur en scène éjecté des répétitions pour sauver le spectacle!
MU n’est pas là pour que Moyes apprenne à coacher un grand club. La carrière de Moyes ne nous intéresse pas.
Il n’a pas pris sa fonction à bras le corps. J’ai détesté son attitude quand on a volé deux penaltys à la Maison Rouge contre Chelsea. Il parle toujours de demain et jamais de maintenant.
Je me suis forcé à avaler sa présence mais cela ne me fait pas vibrer.
Le football c’est de la passion et là nous sommes dans l’eau tiédasse.
Autant prendre ma carte au curling d’Albertville si ça existe.
S’embêter en voyant jouer MU est inadmissible. Sir Busby demandait à ses joueurs d’offrir du beau spectacle aux fans pour les soulager d’une semaine de travail.
Moyes connait-il Busby ou celui-ci n’est-il qu’une statue pour lui ?
Son discours défaitiste est en train de réduire à néant l’ère fergusonienne qui avait pour drapeau le killer instinct, dans le grand sens du terme sportif.
Il ne se passe rien dans les yeux de Moyes quand MU est dominé.
Son football est incompréhensible. Il ne sait même pas perpétuer la tradition.
Il entraîne MU comme s’il s’agissait d’un club de district.
Les Red Devils sont désaccordés.
Il faudrait remettre quelqu’un marqué MU au fer rouge.
Moyes, lui, veut juste sauver sa peau.
Steve Bruce - chez qui j’ai fêté des titres- et Mark Hughes ont la trempe pour MU.
Jusqu’à présent Bruce n’a jamais eu un grand groupe et Hughes n’a jamais été dans de bonnes conditions pour réussir.
Giggs me paraît soudainement trop tendre, trop zidanien. Tout comme Scholes et Butt qui entraînent désormais au centre de formation de MU.
Solskjaer a beaucoup d’ambition. On l’appelait: “L’assassin à la figure d’ange". C’est tout dire !
Sir Ferguson aurait dû nommer un ancien Red Devil pour l’aider dans l’ombre à prendre sa place.
Les joueurs sont autant orphelins de Sir Alex que les fans.
On n’a pas le temps d’attendre.
Quand on voit le rendement d’Ozil à Arsenal et celui de Fellaini à MU, il y a de quoi s’inquiéter.
MU aurait pu conserver Obertan. Le club aurait économiser 35 M€.
“Jamais Sir Ferguson n’aurait fait signer Fellaini” a dit Marcel Desailly au micro de Canal +.
En Espagne, on raconte que le Real Madrid a proposé Ozil à Moyes. C’est faux mais tout ce qui peut faire mal à MU est utilisé par les médias espagnols.
N’empêche l’ex coach d’Everton était trop occupé à faire signer un destructeur de jeu adverse au lieu d’engager une machine à fabriquer du caviar. D’évidence, l’Ecossais n’aime pas celui de Kagawa qui cire le banc.

Permalien 15:49:01, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

100 Jours, 100 Tours, collectif (L'Equipe)

L’ouvrage collectif a fait appel à plusieurs contributeurs, tous férus de vélo et de littérature : Benoît Heimermann, Gérard Ejnès, Thierry Cazeneuve, Philippe Brunel, Christophe Penot et Jean-Paul Vespini, sans oublier Blondin, Goddet…
Les photos en noir et blanc font office de machine à remonter le temps. Comme Anquetil est beau, figé dans son éternelle jeunesse iconographie, cela en devient de l’insolence d’outre-tombe… Quel physique ! Un acteur sans film mais avec des exploits à la pelle. On voit aussi le grand Jacques dévorer une cuisse de poulet, un verre à la main qui ne devait pas être rempli d’eau.
Bien sûr la partie en noir et blanc est déchirante. L’émotion est de partout. Les images sont toutes historiques, bien construites, fortes. Les photographes anonymes avait un sacré talent. Des acrobates avec l’œil de Cartier-Bresson.
La fin du volume nous reste en travers de la gorge puisque les médias ont relayé la police et la justice dans la chasse au dopage qui a cassé l’image du vélo. On a participé aux efforts d’Ullrich avant de le crucifier sur place publique. Il fallait la peau de l’Allemand comme celle de l’Américain Arsmtrong. Durant sa carrière, l’américain ami des Bush- ce qui lui a porté tort auprès des journalistes à la bonne conscience de Prisunic- n’a jamais été contrôle positif et une fois son vélo raccroché, il a été laminé par les médias, on nous l’a présenté comme si c’était le dernier voyou. Je vous rappelle que si nous avions gardé les fioles d’urine de Coppi et d’Anquetil, le nom de l’Italien et du Français ne resteraient pas forcément au palmarès.
Depuis que Lance Armstrong a été obligé d’avouer le dopage, tous ceux qui gravitent dans le monde du vélo disent: “On le savait…”
Alors pourquoi avoir entendu si longtemps ? Il fallait broyer L.A. à ses débuts.
D’aucuns vont jusqu’à dire qu’il était content d’avoir le cancer pour qu’on parle de lui !
Je concerve toute mon admiration pour Armstrong.
Savez-vous ce qu’on dit d’un coureur qui marche à l’eau ? Qu’il ne fait pas le métier…
Le cyclisme est un monde à part. Les champions des êtres différents.
S’il suffisait de doper un âne pour gagner le Prix de l’Arc-de-Triomphe…

-100 Jours, 100 Tours
Collectif
L’Equipe
417 p., 35 €

Permalien 15:16:01, Catégories: GRANDE DAME  

Guide d'amateur de fromages, de Marie-Anne Cantin (Albin Michel)

On connaît le mot du général De Gaulle qui prétendait que la France était ingouvernable car elle avait trop de fromages différents.
Quand on feuille le guide des différentes offres on se rend compte qu’il y a des familles de fromages : les pâtes molles à croûte lavée, les pâtes pressées non cuites, les pâtes persillées, les chèvres, les brebis… Le guide est ouvert aux « cousins européens ».
La prose de Marie-Anne Cantin nous fait voyager des traditions fromagères aux techniques de fabrication.
Un ouvrage que tous les gourmets doivent avoir sous la main, sous les yeux.
Il faut toujours savoir ce que l’on a dans son assiette.
Affineur de métier, la passionnée et passionnante Marie-Anne Cantin nous donne envie de nous précipiter sur un saint-nectaire, du parmesan, de la tomme ou sur un saint-marcellin.
J’attendais depuis longtemps un tel guide.
Un verre de bon vin, un bout de fromage. Un certain goût du bonheur.

-Guide d’Amateur de fromages
De Marie-Anne Cantin
Avec la collaboration de Christine Gaudi, Photographies de Nicolas Leser
Albin Michel, 318 p.,
21,90 €

03.10.13

Permalien 21:37:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Interview: Une heure avec Sir Ferguson

© Charlie Rose on American TV channel PBS

On connaît tout de lui, mais cela fait plaisir de le revoir. Je lui dois d’avoir été au paradis du football de 1992 à 2013.
Ce qui est difficile c’est de passer de tout à rien.
C’est un deuil.
J’étais dans le même état lorsque King Cantona a raccroché les crampons.
Il faut se dire que c’est fini, et l’admettre.
J’ai toujours su qu’après la dure réalité allait revenir. Avec Ferguson, on pouvait aller à la guerre. Avec Moyes, on se fait tuer à la première attaque des ennemis.
Je n’attends même plus le prochain match.
5 octobre 2013: Sunderland - Man United à 18 h 30 ?
Voir ça pourquoi faire ?

Permalien 17:23:35, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'Allianz Riviera de l'OGCNice bonifie le football français

Pour les médias nationaux Lens a le “meilleur public de France".
Cette légende provient du fait que les journalistes se disent: les gens là-bas n’ont que le football.
Nice a toujours eu le mauvais rôle alors que Lens a hérité du beau.
Désormais, plus personne ne peut nous parler de “carnaval” ou de “salade niçoise” !
Si Lens chante la chanson de P. Bachelet, Nice à son hymne historique.
Au petit jeu de l’identité c’est Nice qui a la plus forte: nous avons une langue, une cuisine, une culture. La mer et les montagnes, soit un pays.
Désormais nous avons un stade moderne et une équipe naissante avec un très bon entraîneur.

Voici les prochains matchs de Nice dans son nouveau stade avec mes prévisions niveau public

Vendredi 18 octobre, 20 h 30
NICE-Marseille: 35 000

Samedi 2 novembre
NICE-Bordeaux: 26 000

Samedi 23 novembre
NICE-St Etienne: 28 000

Mercredi 4 décembre
NICE-Monaco: 30 000

Samedi 14 décembre
NICE-Sochaux: 16 000

Samedi 21 décembre
NICE-Evian: 18 000

Permalien 17:16:22, Catégories: THE RED DEVILS  

King Ryan Giggs sur le toit de la Champions League

Avec Ryan Giggs nous vieillissons ensemble. Merci de sa fidélité dans un monde d’égoïstes.

Le 2 octobre 2013, Ryan Giggs vient de battre le record d’apparitions en Champions League.
Le Gallois collectionne les titres et records.
Rooney, lui, a été élu meilleur joueur de MU en septembre 2013.
A noter: je ne note plus les joueurs de MU tant qu’ils jouent aussi mal.
Je ne tire pas sur les ambulances et encore moins sur les corbillards.
MU part de si bas que les Red Devils ne peuvent que s’améliorer.

Matches disputés en Champions League

145 Ryan Giggs*
144 Raul
140 Paolo Maldini
137 Xavi*
131 Clarence Seedorf
130 Paul Scholes
130 Iker Casillas*

* Encore actifs en Europe

Le Bayern Munich, le PSG et le Real Madrid brillent de mille feux

Superbe tête de Ronaldo, candidat numéro 1 au Ballon d’or loin devant Ribéry

Lors de la seconde soirée de la deuxième journée de C1, nous avons quelques enseignements à tirer.
Au rayon collectif, trois satisfactions: le Bayern de Guardiola prouve qu’un entraîneur cela compte car les Bavarois jouent comme le Barça des très grandes heures. Ensuite, le PSG a prouvé aussi que c’était un bon groupe. Idem pour les Madrilènes.
Au rayon lauriers adressés à certains joueurs, il faut féliciter Ibrahimovic, excellent dans son registre personnel au service des autres. Des gestes de très grande classe, jamais n’importe quoi.
Nous avons vu aussi un énorme Di Maria et un colossal C. Ronaldo, tous deux auteurs d’un doublé. Ronaldo a prouvé son intelligence, une fois de plus. Deux buts exceptionnels, dont une tête grandiose, contournant au dernier moment le défenseur qui devait le charger. C. Ronaldo mérite le Ballon d’Or 2013. Ribéry a marqué aussi un très joli but mais c’est insuffisant pour oser se comparer au Ballon d’or 2008. C. Ronaldo c’est la classe très au-dessus du Français.
A noter: quand Ancelotti demande à Benzema de quitter le terrain, le Français serre la main de son coach mais quand Deschamps le sort de l’équipe de France, Benzema évite de saluer le sélectionneur. Benzema a livré un match correct au plan collectif mais au niveau de ses tentatives individuelles ce fut un vrai fiasco.
Man United ? Lamentable, incapable de produire de l’animation. Rooney n’a pas joué. Fellaini a fait une passe décisive, mais cela ne suffit pas à l’applaudir à tout rompre. Il n’a joué qu’une heure durant laquelle il a passé quasi tout le temps le ballon en arrière. MU va faire une toute petite saison. MU n’a plus rien dans le ventre. C’est devenu un groupe sans imagination, sans confiance, un groupe qui ne fait rêver personne et surtout qui ne gagnera rien, à moins d’un électrochoc immédiat. MU part de trop loin pour espérer faire un bon parcours. Quand je vois jouer MU, je n’éprouve rien à part de la tristesse. Un football mort, éteint. Pas un gramme de plaisir, d’intelligence. Le degré zéro de la pensée. Les Red Devils jouent mais ne savent pas où ils vont.

Mercredi 2 octobre

2 oct, 18:00 CSKA Moscou 3 - 2 Viktoria Plzen, Petrovskiy, Saint-Péterbourg
2 oct, 20:45 Bayer Leverkusen 2 - 1 Real Sociedad, BayArena, Leverkusen
2 oct, 20:45 Shakhtar Donetsk 1 - 1 Manchester United, Donbass Arena, Donetsk
2 oct, 20:45 Juventus Turin 2 - 2 Galatasaray, Juventus Stadium, Torino
2 oct, 20:45 Real Madrid 4 - 0 FC Copenhague, Bernabéu, Madrid
2 oct, 20:45 Anderlecht 0 - 3 Olympiakos, Stade Constant Vanden Stock, Bruxelles
2 oct, 20:45 Paris Saint-Germain 3 - 0 Benfica, Parc des Princes, Paris
2 oct, 20:45 Manchester City 1 - 3 Bayern Munich, Etihad Stadium, Manchester

Rappel des résulats de mardi 1 octobre:

1 oct, 18:00 Zenit Saint-Pétersbourg 0 - 0 Austria Vienne, Petrovskiy, Saint-Péterbourg
1 oct, 20:45 Steaua Bucarest 0 - 4 Chelsea, Stadionul National Arena, Bucarest
1 oct, 20:45 FC Bâle 0 - 1 Schalke 04, Sankt Jakob-Park, Bâle
1 oct, 20:45 Dortmund 3 - 0 Olympique de Marseille, Signal Iduna Park, Dortmund
1 oct, 20:45 Arsenal 2 - 0 Naples, Emirates Stadium, Londres
1 oct, 20:45 FC Porto 1 - 2 Atlético Madrid, Estádio do Dragão, Porto
1 oct, 20:45 Celtic Glasgow 0 - 1 FC Barcelone, Celtic Park, Glasgow
1 oct, 20:45 Ajax 1 - 1 AC Milan, Amsterdam Arena, Amsterdam

02.10.13

Ozil, le coup gagnant de Wenger. Fellaini, l'erreur de casting de Moyes.

Depuis que l’Allemand Ozil est à Arsenal, les Gunners jouent mieux que les Red Devils. Je suis persuadé que si Ozil avait signé à MU, c’est Man U qui serait leader en Angleterre à la place d’Arsenal. Ozil a rendu meilleur tous ses partenaires quand Fellaini n’a aucun impact sur les joueurs de MU. Wenger va se remettre à gagner avec Ozil, j’en suis sûr, ou alors c’est à désespérer ! La Premier League lui tend les bras et en C1 les Gunners vont aller loin, très loin.

Mercredi 2 octobre 2013, 20 h 45
Champions League, 2e journée de qualifications pour accéder aux 8es.
Shakhtar Donetsk - Manchester United

Tous les grands joueurs s’adaptent en deux temps trois mouvements.
La preuve ? Ibrahimovic au PSG. Cantona et van Persie à Man United.
A MU, Veron est allé dans le mur. Ce n’était pas un grand joueur. N’allons pas jusqu’à Obertan qui a mis le maillot de MU comme on porte un Lacoste.
Au dernier mercato d’été, Arsène Wenger a touché le gros lot avec l’arrivée de Mesut Ozil.
L’Allemand fait un bien considérable à Arsenal.
Ozil joue simple et juste.
Ozil a une immense intelligence de jeu.
Ozil fait ce qu’il veut avec un ballon.
Ozil marque et fait marquer.
Ozil prend le jeu à son compte.
Ozil domine la pression.
Ozil est épanoui et donne plein de confiance à Arsenal.
Depuis qu’Ozil a signé à Arsenal, on n’entend plus une critique sur Arsenal.
Ozil est l’un des cinq meilleurs joueurs au monde actuel.
Ozil a un façon de toucher le ballon qui rappelle l’élégance du tennisman Federer.

A l’opposé, le football de Fellaini n’apporte rien à Man United
Ozil est plus fort que le maillot d’Arsenal alors que Fellaini est plus faible que celui de MU.
Fellaini est tellement stressé de jouer à MU qu’il se débarrasse du ballon dès qu’on le lui donne.
Il joue en retrait alors que le stratège d’Arsenal joue en profondeur.
Ozil a le bon tempo, la science du dosage des passes. Fellaini joue sans prendre d’initiative.
Les partenaires de Fellaini sont obligés de le porter tel un poids mort quand Ozil donne des ailes aux Gunners.
Fellaini est une erreur de casting. Qu’il nous prouve le contraire au lieu de claquer des dents dès qu’il est sur le terrain.

Permalien 12:20:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Deux histoires pragoises (Rilke) et Bal au Kremlin (Malaparte), dans l'Imaginaire/ Gallimard

LA merveilleuse maison de Malaparte
La merveilleuse maison de Malaparte- à mes yeux la plus belle du monde- est au cœur du film de Jean-Luc Godard, Le Mépris d’après Moravia et avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance, Fritz Lang…

« Il faut haïr les Allemands. Je vous le demande, à quoi bon tout cela ? La haine rend triste. »
Etonnantes phrases. Le livre en comporte d’autres. Cet ouvrage est très proustien, à savoir, il n’y a de paradis que les paradis perdus. En premier, l’enfance. Le cœur du livre, on l’entend battre : il s’agit de Prague, une ville hissée au rang d’être humain. Nous sommes entre l’onirisme et la mélancolie. Rilke fut un immense poète qu’Auguste Rodin n’a pas vu, au premier coup d’œil.

-Deux histoires pragoises
De Rainer Maria Rilke
Traduit de l’allemand (Autriche) par Claude Porcell
L’Imaginaire/ Gallimard, 171 p., 7,50€

« Maïakovski était fatigué de souffrir pour les autres » peut-on lire sous la plume de Curzio Malaparte qui nous relate le Moscou de 1930 d’après la Révolution rouge. Il y rencontre nombre de créateurs (Boulgakov, une danseuse étoile du Bolchoï) et des politiciens dont l’inévitable Staline. Le récit est une peinture littéraire au couteau qui n’épargne rien ni personne. Encore un constat sévère : les nantis du communiste ne pensait qu’à leur avenir. Une pensée individualiste masquée par le masque du collectivisme.

-Le Bal au Kremlin
De Curzio Malaparte
Traduit de l’italien par Nino Frank
L’Imaginaire/ Gallimard, 178 p. , 7 50 €

Plus Man United joue mal, plus Arsenal joue bien sous l'effet du virtuose Mesut Ozil

1er octobre 2013, C1
Arsenal 2-0 Naples
Buts pour les Gunners: Ozil (8e), Giroud (15e)

Le hasard n’existe pas.
Depuis que le loup Man United, erre dans la forêt comme une âme en peine, orphelin de Sir Ferguson, Arsenal joue les premiers rôles, en Angleterre et en Europe. Nous assistons à la renaissance d’Arsenal !
La décrépitude de Man U redonne des ailes à ses rivaux qui n’en pouvaient plus de l’écrasante domination de la Maison Rouge au sommet depuis 1993.
Maintenant c’est au tour des fans de MU de souffrir.
Voir les Red Devils sourire à l’entraînement est une douleur. On aimerait les voir avoir le masque de la gravité.
De son côté, David Moyes se veut rassurant. Cela ne l’empêche pas de dormir de voir ce qu’il a fait de l’âme de MU, invisible depuis qu’il a pris les commandes, paraît-il.
Mesut Ozil a cinquante classe au-dessus de Fellaini, l’unique recrue de Moyes, puceau de la grandeur de MU.
Depuis que l’Allemand joue à Arsenal, le club de Wenger est sur un petit nuage.
Rien ne peut plus arrêter les Gunners. A moins de l’apocalypse générale, ils vont gagner un titre en 2014.
Contre Naples, Ozil a offert un nouveau récital: un but sublime en ouvrant son pied gauche magique et une passe décisive à Giroud.
Le gaucher est merveilleux. Moi qui rêvait de le voir jouer à Man United !
Man United ne fait plus peur à personne. Et surtout rend triste ses fans.
La Premier League 2014 va revenir à Mourinho ou à Wenger, sauf changement à 180e degré de MU.
Le départ de Sir Ferguson a libéré l’horizon des ennemis d’Old Trafford.

Les résultats de la première partie de la deuxième soirée de C1 2013-2014

Mardi 1er octobre 2013

1 oct, 18:00 Zenit Saint-Pétersbourg 0 - 0 Austria Vienne, Petrovskiy, Saint-Péterbourg
1 oct, 20:45 Steaua Bucarest 0 - 4 Chelsea, Stadionul National Arena, Bucarest
1 oct, 20:45 FC Bâle 0 - 1 Schalke 04, Sankt Jakob-Park, Bâle
1 oct, 20:45 Dortmund 3 - 0 Olympique de Marseille, Signal Iduna Park, Dortmund
1 oct, 20:45 Arsenal 2 - 0 Naples, Emirates Stadium, Londres
1 oct, 20:45 FC Porto 1 - 2 Atlético Madrid, Estádio do Dragão, Porto
1 oct, 20:45 Celtic Glasgow 0 - 1 FC Barcelone, Celtic Park, Glasgow
1 oct, 20:45 Ajax 1 - 1 AC Milan, Amsterdam Arena, Amsterdam

Mercredi 2 octobre

2 oct, 18:00 CSKA Moscou - Viktoria Plzen, Petrovskiy, Saint-Péterbourg
2 oct, 20:45 Bayer Leverkusen - Real Sociedad, BayArena, Leverkusen
2 oct, 20:45 Shakhtar Donetsk - Manchester United , Donbass Arena, Donetsk
2 oct, 20:45 Juventus Turin - Galatasaray, Juventus Stadium, Torino
2 oct, 20:45 Real Madrid - FC Copenhague, Bernabéu, Madrid
2 oct, 20:45 Anderlecht - Olympiakos, Stade Constant Vanden Stock, Bruxelles
2 oct, 20:45 Paris Saint-Germain - Benfica, Parc des Princes, Paris
2 oct, 20:45 Manchester City - Bayern Munich, Etihad Stadium, Manchester

01.10.13

Permalien 10:47:28, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le légendaire Red Devil Ole Gunnar Solskjaer, désormais coach, mérite plus d'entraîner MU que David Moyes

Deux preuves d’amour d’Ole Gunnar Solskjaer vis-à-vis de MU:

Malcom Glazer n’est pas content: MU est 12e de Premier League et il va devoir dépenser de l’argent pour essayer d’empêcher la plus grande crise de MU depuis un quart de siècle. Il vient de promettre de débloquer plus de 50 M€ pour le mercato d’hiver.
Ah! le bon vieux temps est fini, celui où le propriétaire se reposait sur le talent de Sir Ferguson.
Aujourd’hui, c’est fini, et la plus grosse erreur de Sir Ferguson semble d’avoir opté pour la nomination de David Moyes.
Le nouvel entraîneur de MU ne cesse pas de dire qu’il réclame du temps.
Les médias hostiles à MU sont ravis quand ils racontent sans se lasser que Sir Ferguson n’a rien gagné à MU entre 1986 et 1990. Cela signifie donc que le nouveau coach de MU ne va pas rapporter de trophée jusqu’en 2017 ! Ce n’est plus du journalisme mais du sadisme.
Voilà mon point de vue que je partage bien sûr…
Glazer a peur que MU se fasse éjecter en 8e de finale de C1 (février/mars 2014) au cas où MU passerait les poules, ce qui n’est pas certain actuellement vu la faiblesse des Red Devils.
Pour atteindre les quarts de finale (1-2 avril/ 8-9 avril), les demi-finales (22-23 avril 29-30 avril) et la finale (24 mai), il va falloir renforcer le groupe au milieu de terrain où erre Fellaini comme un bateau sans gouvernail.
Une chose est certaine: Ozil n’a pas voulu venir à MU, il a préféré Arsenal.
Signer avec Moyes ce n’est pas s’entraîner avec Sir Ferguson.
Beaucoup de joueurs n’ont désormais plus le désir de venir à MU.
D’ailleurs Moyes lui même a dit: “Aujourd’hui, la C1 est plus ouverte qu’avant. Il y a beaucoup plus de clubs en mesure de la remporter. Il suffit de voir le PSG…” MU a désormais peur du PSG quand Sir Ferguson, lui, ne savait même pas où se trouve Lille.
L’été 2013, Moyes n’a attiré personne à MU, sauf son copain Fellaini.
On ne voit pas qui il va pouvoir convaincre au mercato d’hiver. Quand on fait des transferts en hiver cela veut dire qu’on a raté le mercato d’été, et qui rate le mercato rate ensuite la saison.
L’horizon est bien bouché du côté de MU.
Arsenal a tout pour faire une grande saison et si quelqu’un d’autre que MU doit gagner la Premier League 2014, je souhaite que cela soit Arsène Wenger qui souffre sportivement depuis 2006.
Moyes ne va pas changer en deux jours.
Il est amorphe sur le banc quand Sir Ferguson était tendu comme un arc.
Il nous endort dans les médias avec des propos défaitistes de loser quand Sir Ferguson y paraissait en winner.
En cas de catastrophe industrielle plus vite que prévue, voici les solutions:
1/Ferguson revient.
2/Giggs prend les affaires en main puisque Sir Ferguson disait: “quand Giggs et Gary Neville sont le vestiaire je n’ai pas besoin d’y être".
3/On demande à Ole Gunnar Solskjaer “l’assassin à la figure d’ange” de revenir à MU pour prendre l’équipe fanion. Je suis favorable à ce retour car il a prouvé au centre de formation de MU puis en Norvège qu’il était un très bon coach.

Octobre 2013
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software