Un Goncourt oublié, Francis de Miomandre, par Remi Rousselot (La Différence)

18.09.13

Permalink 17:43:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Un Goncourt oublié, Francis de Miomandre, par Remi Rousselot (La Différence)

Il faut un grand courage pour écrire et publier un livre sur Francis de Miomandre dans une France débile qui a déclaré star une décervelée qui passe son temps à montrer ce qui nous sert à déféquer. Plus rien ne nous surprend dans un pays qui fait ses unes sur une pute à footballeurs. Nos filles ont plus intérêt à baisser leur slip qu’à jouer Célimène au Français. Enfin ce genre de catastrophes est monnaie courante : Alexandre Vialatte nous avait avertis en disant qu’il fallait craindre le pire à partir du moment où l’on demande son avis sur la politique internationale de la SDN à une miss d’un concours de plus belles gambettes. Donc écrire un livre sur un écrivain oublié est un acte fort pour dire que tout n’est peut-être pas foutu. Tant qu’on éditera ce genre de livre, le monde de l’édition n’aura pas vendu son diable, complétement.
Francis de Miomandre (1880-1959) avait 34 ans en 1914 et 59 ans en 1939, c’est dire qu’il en a bavé. Beaucoup de ses contemporains l’ont traité comme un homme d’un autre âge car il a vécu 20 ans au XIXe siècle. Néanmoins, les jeunes Breton, Soupault et Desnos lui témoignèrent de l’affection et donc de l’intérêt. Remi Rousselot est parti à la recherche de Miomandre pour nous et on le remercie. Miomandre a été l’un des principaux animateurs des Nouvelles Littéraires de la grande époque, celle où la littérature avait le premier rôle.
Son œuvre d’écrivain est à redécouvrir et l’on peut commencer par lire Ecrit sur l’eau, un bon titre, un bon livre. Ce roman commence par la vision idéale d’une femme dont le héros perd la trace à l’instant même où il veut la suivre. Une autre femme moins nervalienne est dans les parages. Le livre se laisse lire sans ennui. On est loin des bouquins en dessous de la ceinture qui choquent plus par leur faiblesse que par leur contenu. La vraie pornographie ce n’est pas la nudité mais l’absence de talent. Mioamandre en avait, lui, du talent. Allez-y voir de vous-même…

-Un Goncourt oublié
Francis de Miomandre

De Remi Rousselot
Préface de Jean Chalon
La Différence, 280 p., 20 €

-Ecrit sur l’eau
De Francis de Miomandre
La Différence, 190 p., 8 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software