Archives pour: Mars 2013

31.03.13

Permalien 23:54:35, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson: "Chicharito ne partira pas de Man United."

Hyper intelligent, sensible, adoré par ses partenaires, Chicharito (48 buts en 109 matchs joué à MU) est un Red Devil très aimé par les fans qui ne veulent pas le voir partir au Real Madrid. Sir Ferguson vient de confirmer que le Mexicain est et restera un Red Devil. Dans la surface c’est un renard explosif. Il voit juste et joue ultra vite. Sir Ferguson a tenu à rassurer les fans qui commençaient à s’inquiéter des rumeurs de départ.

FA CUP 1/4 Replay
1er Avril 2013, 13 h 30
Chelsea-Manchester United

Tous les fans attendent avec impatience le replay. Les Red Devils ne laissent jamais tomber leurs fans.
En cette veille de match important, Alex Ferguson a repoussé les offres de transferts faites à Javier Hernandez.
Il a réfusé catégoriquement le départ du Mexicain qu’il considère comme un élément capital dans la vie Manchester United.
Il sait très bien que des ennemis du club font tout pour dire que Chicharito est mécontent de ne pas assez jouer alors que le joueur lui-même s’entend très bien avec le manager.
Chicharito frustré de ne pas avoir joué contre le Real Madrid ? Rooney n’était pas non plus sur la feuille de match !
Quand on signe dans l’un des cinq plus grands clubs du monde grâce au plus grand entraîneur de tous les temps- au niveau palmarès c’est évident- on sait ce que l’on fait.
-"Chicharito est un acteur très important de Man United. Son attitude positise n’a pas de prix, il représente une précieuse bouffée d’air frais. Notre attaquant de 24 ans est chez nous pour très longtemps. Chaque fois que je fais appel à lui, il est d’un apport considérable car il a une façon de jouer en pointe qui n’appartient qu’à lui. Je l’utilise toujours pour modifier le jeu. Vous savez, je parle tout le temps avec nos joueurs. Quand j’aligne une équipe, j’explique aussitôt à tous ceux qui ne jouent pas pourquoi ils ne jouent pas. Javier sait que je souffre aussi de ne pas le voir joueur plus souvent mais hélas on ne peut jouer qu’à onze en même temps. Dans la zone du point de pénalty c’est mon joueur le plus fort. Javier sait aussi que notre groupe comprend van Persie, Welbeck, Rooney, Kagawa… D’un autre côté, il a conscience d’appartenir à un grand club. Je travaille en collaboration avec 26 joueurs. Tous ont un profit que j’utilise à tel ou tel moment. Javier et comme Ole Gunnar Solskjaer: même enthousiasme à jouer. Javier est absolument fantastique depuis le jour où il est arrivé au club. J’ai un groupe basé sur la rotation, sur l’équilibre complémentaire. Pour cela j’ai besoin de ne conserver que des hommes heureux d’être ensemble. L’esprit d’équipe est promordial. Quand vous avez 26 joueurs, il y en a 15 qui ne sont pas dans le onze de départ. Le succès d’un groupe c’est d’avoir toujours ces 15 hommes satisfaits de leur condition. Il y a toujours un moment où je fais appel à l’un d’eux. Personne n’est hors course.”

Permalien 23:48:46, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Rideau ! de Ludovic Zékian (Phébus)

Le magasin Old England a fermé définitivement. J’ai allé très souvent humer un peu d’Angleterre en plein Paris.

Tout a une fin. Les boutiques de quartier comme les êtres humains.
Ludovic Zékian nous raconte la vie et la mort d’un maison de la presse-librairie avec des accents de sincérité qui ne nous laissent pas indifférents. On a tous en mémoire des magasins dont les présences seules nous rassuraient. On tournait la tête pour les voir sans forcément y entrer. Un de mes professeurs à Nice, désireux de nous ridiculiser, nous avait parlé de JMG Le Clézio qui faisait travailler sa mémoire en apprenant par cœur le nom des boutiques de l’avenue de la Victoire. Ce prof fut bien attrapé car je faisais la même chose : Le Cinéac, Agence de voyage, les tissus Bouchara, chaussures Heyrauld, opticien, pharmacie… Aujourd’hui, tout a disparu, sauf moi et Le Clézio.
Sur la couverture, on lit roman mais il s’agit d’un récit romancé.
Les parents du narrateur habitués à tenir un magasin de prêt-à-porter finissent par opter pour une maison de la presse dans un autre lieu. Quand il sera l’heure de la retraite, personne ne reprendre le commerce, faute de repreneur. Tout un pan de la vie de quartier s’écroule. Le matin, le fils avait l’habitude d’aider sa mère, en livrant les journaux dans les boîtes aux lettres des alentours alors qu’il faisait hyper un froid chaque hiver. Dans ces petits matins glacials, les haleines ont une « odeur d’outre-tombe». D’origine arménienne, la mère du narrateur dit « khanout » pour dire magasin qui doit se prononcer «Ranout»…
Brillant étudiant, le bon fils intègre le fonction publique mais il reste viscéralement au commerce de sa mère qui est l’âme du quartier, à la Tour du Pin. Le fils partit s’installer à Paris sans perdre de vue sa mère et le magasin. La vie s’organisait autour de L’Equipe, de Paris Match, de L’Huma, du Dauphiné. Un vie agréable au milieu des mots. Tout de compliqua au début des années 2000 avec la profusion des titres qu’on ne pouvaient même plus rangés tant ils se chevauchaient les uns sur les autres. «Aucun rayon n’échappe à cet enfer. Le magasin est devenu un triste bazar». Concernant la papeterie, les gens aillaient désormais dans les grandes surfaces, lors des rentrées scolaires. La commerçante décida alors de se concentrer davantage sur la librairie. Au bout de 21 ans de service, il a fallu plier boutique et prendre la retraite. Un photographe immortalisa la devanture en guise de « faire-part de décès ».
Les magasins meurent comme les personnes. A Paris, il suffit de tourner à l’Opéra et de descendre vers la Madeleine en direction de l’Olympia. On s’aperçoit alors que le grand vaisseau Old England n’existe plus. L’institution séculaire n’a pas su se moderniser. On ne trouvera plus les chapeaux et pulls anglais. Il faut vraiment que la crise soit importante pour voir la fermeture d’un magasin aussi célèbre. La boutique de vêtements et accessoires britanniques, située pendant 144 ans au numéro 12 du boulevard des Capucines, dans le 9e arrondissement, a fermé définitivement ses portes le 31 mars 2012. Quelle tristesse !

-Rideau !
De Ludovic Zékian
Phébus, 123 p. , 11 €

Permalien 12:20:27, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United: l'Histoire ne s'achète pas, elle se gagne

Man United est en passe de remporter son 20e championnat à une époque où les rivaux sont nombreux: Man City, Chelsea, Tottenham, Arsenal et Liverpool nous haïssent tant ! A prèsent, on attend que les Red Devils aillent arracher à Chelsea la qualification en replay des 1/4 de la FA CUP pour nous offrir ensuite le derby United-City en 1/2 à Wembley. On ne peut pas rater une telle série de deux matchs avant la finale. Cette FA CUP 2013 ressemble à la C1 !

Les deux matchs à venir:
01 Avril FA Cup 1/4: Chelsea-Man Utd, 13h 30
08 Avril Championnat: Man Utd-Man City, 21 h

Les SERIES DE MAN UNITED en cours:

1. Manchester United a remporté 25 victoires en 30 matchs joués en championnat. Record national.
2. Man U reste sur une série exceptionnelle en Premier League. Lors des 18 dernières journées, les joueurs de Sir Alex Ferguson ont engrangé 16 victoires et deux nuls, soit un total de 50 points sur 54 possibles.
3. Cela fait 6 matchs de Premier League à la suite que le Red Devil David De Gea n’a pas encaissé le moindre but.
4. Au niveau buts, Wayne Rooney a inscrit 197 buts avec Man U, toutes competitions confondues. Encore trois buts et il deviendra le quatrième joueur de l’histoire du club à atteindre 200 buts après Sir Bobby Charlton (249), Denis Law (237) et Jack Rowley (211)

LE PALMARES NATIONAL DE MAN UNITED DEPUIS 1904:

**Championnat d’Angleterre (19) : 1908, 1911, 1952, 1956, 1957, 1965, 1967, 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011.
Vice-champion (15) : 1947, 1948, 1949, 1951, 1959, 1964, 1968, 1980, 1988, 1992, 1995, 1998, 2006, 2010 et 2012.
Troisième : 1976, 1982, 1983, 2002, 2004 et 2005.

**Championnat d’Angleterre de D2 (2) : Champion : 1936, 1975.
Vice-champion (3) : 1897, 1906, 1938.

**Coupe d’Angleterre (11) : 1909, 1948, 1963, 1977, 1983, 1985, 1990, 1994, 1996, 1999, 2004.
Finaliste (7) : 1957, 1958, 1976, 1979, 1995, 2005, 2007.

**Coupe de la ligue (4) : 1992, 2006, 2009, 2010.
Finaliste (4) : 1983, 1991, 1994, 2003.

**Community Shield (19) : 1908, 1911, 1952, 1956, 1957, 1983, 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2011. Titres partagés: 1965, 1967, 1977, 1990

LE PALMARES MONDIAL ET EUROPEEN DE MAN UNITED DEPUIS 1956:

**Coupe du monde des clubs : 2008.

**Coupe intercontinentale : 1999.

**Supercoupe de l’UEFA : 1991

**Ligue des champions (3) : 1968, 1999, 2008
Vice-Champion d’Europe : 2009 et 2011

**Coupe des coupes : 1991

[Post dédié à Sir Matt Busby & à Sir Alex Ferguson]

30.03.13

Permalien 18:41:03, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United a déjà en poche son 20e sacre, ce qui augmente la haine autour des Red Devils qui comblent leurs fans

Man United est quasi champion 2013 depuis Noël ! C’est ce qui s’appelle écraser la compétition de toute sa classe. Imaginez un peu si c’était Arsenal qui faisait ça ! MU a 24 points d’avance sur les Gunners…

Samedi 30 mars 2013
30e Journée anglaise
Sunderland 0-1 Manchester United
Buts pour les Red Devils: Bramble (27e csc)

Classement:
1 Manchester United 77 points 30 m/ 25 2 3/ 70 31/ + 39
2 Manchester City 62 30/ 18 8 4/ 55 26/ + 29
3 Tottenham Hotspur 57 31/ 17 6 8/ 53 38/ + 15
3 Chelsea 55 30/ 16 7 7/ 59 32/ + 27

5 Arsenal 53 30/ 15 8 7/ 59 33/ + 26

ONZE DE DEPART DE MANCHESTER UNITED :
De Gea - Rafael (Evans, 33e), Smalling, Vidic, Buttner - Valencia, Anderson (Cleverley, 84e), Carrick, Young - Kagawa (Welbeck, 79e), Van Persie.
Manager: Sir Ferguson
Sur le banc: Lindegaard, Evran, Nani, Powell

C’est la victoire d’un grand collectif.
Sir Alex a laissé au repos Evra, Ferdinand, Nani, Giggs, Rooney, Chicharito mais MU a gagné à l’extérieur avec facilité, sans forcer. Et ce groupe inédit a bien fonctionné.
Le match est déjà oublié mais au coup d’envoi du match de Man City, les Red Devils avaient 18 points d’avance sur les Citizens qui sont revenus à 15…
Se sont distingués lors de cette 25e victoire de MU en championnat, Buttner (remarquable), Smalling (jeu propre), Kagawa (bon timing) et van Persie (sans cesse menaçant). Ont bien fait leur travail: De Gea, Carrick et Valencia. Rafael est sorti sur blessure. De Gea et Vidic se sont télescopés avec bobos au visage.
Place à la récupération pour affronter Chelsea, le 1er avril. Pas de blagues. Gros match à venir !

Les deux matchs à venir:
01 Avril FA Cup 1/4: Chelsea-Man Utd, 13h 30
08 Avril Championnat: Man Utd-Man City, 21 h

[Post dédié à Darren Fletcher]

Permalien 09:59:23, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United veut gagner 25 matchs sur 30

Le manager Sir Ferguson et les Red Devils l’ont promis aux fans: perdre le titre 2012 au goal average lors de la dernière journée de championnat est inadmissible. Plus jamais ça ! Et c’est ainsi qu’en 2013, MU a tant d’avance sur ses rivaux anglais en championnat.

La vengeance est un plat qui se mange froid.
Maintenant, on le sait, City a été champion 2012 parce que MU a commis la bêtise de perdre le titre au goal average.
Un an après MU a quinze points d’avance sur City qui doit venir à Old Trafford la semaine prochaine. Comme dit Sir Ferguson: “City veut toujours gagner le derby, nous c’est le championnat que l’on veut remporté…”
Tous les autres clubs sont très loin. Arsenal est hors sujet avec 24 points de retard sur le leader.
J’ai hâte de revoir Rooney, van Persie, Chicharito, voilà de vrais attaquants.
La France n’a plus un seul buteur digne de ce nom. Benzema n’est pas un “tueur". Il court, court, comme jadis Dugarry. Un point d’ancrage. Un agitateur mais pas quelqu’un qui sait conclure. Rien n’à voir avec les Red Devils ou C. Ronaldo.
La France n’a toujours pas la culture football. Le monumental latéral, Manuel Amoros, le meilleur de l’Histoire de la FFF, a déclaré qu’il était écoeuré par les Français qui ont sali le maillot bleu. A noter que la FFF ne l’a pas invité pour voir France-Espagne, lui qui remporta l’Euro 1984 contre l’Espagne.

Les trois matchs à venir:
30 Mars 2013 Championnat: Sunderland-Man Utd, 13h 45
01 Avril FA Cup 1/4: Chelsea-Man Utd, 13h 30
08 Avril Championnat: Man Utd-Man City, 21 h
Classement:
1 Manchester United 74 points 29 m/ 24 2 3/ 69 31/ + 38
2 Manchester City 59 29/ 17 8 4/ 51 26/ + 25
3 Chelsea 55 29/ 16 7 6/ 58 30/ + 28
4 Tottenham Hotspur 54 30/ 16 6 8/ 51 37/ + 14
5 Arsenal 50 29/ 14 8 7/ 55 32/ + 23

“Je souhaite voir mes joueurs vaincre à Sunderland car ainsi nous serons la première équipe en Premier League à gagner 25 rencontres en 30 matchs depuis le début de saison” a confié le manager écossais toujours en quête de nouveau record.
Pour les trois matchs qui arrive, Sir Ferguson va faire tourner l’effectif avec les internationaux de retour, entre autres les deux Sud-Américains (Chicharito et Valencia), et la fin de la convalescence des blessés requinqués Jones, Scholes et Nani.
Présents au centre d’entraînements, les deux gloires Dwight Yorke et Andy Cole, qui ont réalisé le triplé en 1999, assurent que Sir Alex Ferguson sait faire tourner ses attaquants lors des matches importants de Manchester United. [Sauf contre le Real Madrid quand il a laissé Rooney sur le banc, ne prévoyant pas l’exclusion de Nani…]
Le manager doit composer avec Wayne Rooney, Robin van Persie, Danny Welbeck et Javier Hernandez;
Ce week-end pascal, les Red Devils affrontent Sunderland, en Premier League, puis Chelsea en FA Cup, 48 heures plus tard.
Yorke, 66 buts en 152 matchs sous le mallot de United, est persuadé que son ancien mentor va s’en sortir bien:
-"C’est pour cela que le manager est payé si cher (sourires: pour faire ce genre de choix. Il a beaucoup plus souvent raison que tort. Il est très fort dans ce domaine. On en a encore eu la preuve contre Chelsea, quand il a aligné Rooney et Chicharito, qui ont tous les deux marqué. C’est une équipe qui leur réussit. Certains joueurs ont des équipes fétiches contre qui ils marquent tout le temps, et le manager tient ses comptes. Tous les buteurs ont leurs équipes fétiches, demandez-leur. Andy Cole marquait toujours contre Newcastle, et moi, à chaque fois que je jouais contre Coventry City, je claquais.”
En 1998-1999, le duo Cole-Yorke cédait parfois leurs places à Teddy Sheringham et Ole Gunnar Solskjaer
-"C’est l’entraîneur qui décide ; on a connu ça. Tout le monde connaît des hauts et des bas, il n’est jamais évident de dire si tel joueur est un peu mieux que tel autre. Il est naturel d’être frustré quand on n’est pas sur le terrain mais, en fin de compte, chacun apporte sa contribution, c’est positif", reconnait Andy Cole.

Le Mal du Pays, de Dominique Jamet (La Différence)

En dix chapitres, Dominique Jamet fait le point sur la situation de la France vu par son prisme qui ne manque pas d’acuité comme on le sait depuis le temps qu’on le lit à travers son activité de journaliste et son oeuvre d’écrivain. Il a particularité de pouvoir écrire sur tous les sujets sans jamais pisser la copie car il a grand respect du français et des lecteurs. C’est un vrai journaliste. A savoir, il expose les faits et donne sa vision ensuite. Le journaliste de platitude c’est la mort du journalisme. L’objectivité ? il y a des appareils photos. Le subjectif est beaucoup plus intéressant, à condition d’être intelligent, sensible et sensé, compétent dans le domaine évoqué et savoir écrire. Dans son carquois, Dominique Jamet possède toutes ces flèches.
Son essai sur la France rappelle les essayistes d’autrefois, par exemple mon ami Emmanuel Berl qui nous a donné La France irréelle, l’un des livres de chevet de Bernard Frank. En 2013, on manque sérieusement de ce type d’intellectuels qui pensent pour nous, le PAF étant un désert d’intelligence. On n’y entend que des chroniqueurs-amuseurs qui sont des cumulards sans vergogne. Ils font des chroniques comme les cabots courent le cachet de cabaret en cabaret. Tout ça ne vole pas haut. Les ULM de la parole ont tendance à se prendre pour des Concorde(s). Nul Julien Benda dans le troupeau de la racaille moderne. Pas davantage de Brice Parain ou de Maurice de Rougemont. Nous avons heureusement Dominique Jamet qui lance le filet de sa réflexion pour ramener quelques idées majeures loin de la pensée Flore-Deux Magots-Lipp-Closerie-Coupole-Sélect-Fouquets. J’ai voulu savoir d’emblée quelles étaient ses conclusions. En fin de volume, il nous dit de ne pas avoir peur du temps présent et des idées qui l’occupent. Peur ? Jean-Paul II lui aussi nous avait dit : « N’ayez pas peur ! » Etonnant rapprochement.
L’ouverture de son livre nous replonge dans les images d’Epinal des instituteurs de la IIIe République. A l’heure du rap (à 90 % au ras du macadam), cette France-là est une Atlantide du moins au niveau de sa représentation. Cependant, on ne peut pas réécrire l’Histoire de France. Charlemagne ne s’appelait pas Kévin. Quand il passe en revue les différents gouvernements, Dominique Jamet les met tous à égalité dans l’échec de la politique du logement et du chômage. Il faut savoir qu’en 1936, Léon Blum souhaitait la fin de la paysannerie ce qui signifiait pour lui l’arrivée en ville de fermiers, gage de réussite sociale. Quel manque de discernement ! Le brûlot de Jamet étrille le ministre PS qui paradait en marinière. Il aurait pu y joindre l’ex ministre de droite devenue animatrice de télé. Imagine-t-on Françoise Giroud présenter un télé-achat ? Sur l’immigration, il explique qu’il faut ouvrir les yeux et admettre que Paris à plusieurs visages selon les quartiers, comme toutes les grandes mégapoles. Le petit crème à la Doisneau cela ne court plus les rues de Paname. Jamet précise qu’un pays qui a pour icônes des artistes et sportifs issus de l’immigration ne peut pas être raciste.
Les politiciens de métier ne font plus rêver personne. Alors les électeurs se tournent vers des gens de la société civile : quitte à avoir un pantin autant voter pour un comique. C’est le cas en Italie avec Beppe Grillo. Les écologistes en prennent pour leur grade, à force de nous diffuser sans cesse de l’angoisse : on ne peut plus fumer dans les troquets, conduire vite, boire avec des copains, téléphoner longtemps avec le portable… A les écouter, la vie est une maladie mortelle. En fait le parti écologiste ne devrait pas exister puisqu’on devrait tous être concernés par l’écologie. Combattre la pollution ? Rien n’est plus ringard. Il faut la refuser ! Le livre de Dominique Jamet fait office d’essuie-glace. Il nettoie le parebrise de la bêtise contemporaine pour permettre d’avancer sans aller dans le ravin. Etre intelligent n’est pas une tare.

-Le Mal du Pays
De Dominique Jamet
La Différence, 190 p., 15 €

29.03.13

Permalien 07:12:54, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'amitié entre Cole-Yorke et Rooney-Chicharito-Welbeck

Rooney a joué à Fantomas avec ses amis Red Devils. Benzema lui n’a pas besoin de se bander les yeux pour rater la cage. Rooney semble échappé d’un film de Georges Franju.

On s’amuse bien à Man United. Normal quand on a 15 points d’avance sur City.
Rencontre au sommet entre deux générations de Red Devils.
D’un côté le duo mythique Andy Cole et Dwight Yorke; de l’autre Chicharito et Rooney renforcés par Welbeck.
Le pari consiste à centrer et marquer alors que le joueur qui attend la passe à les yeux bandés.
Andy Cole et Dwight Yorke prétendaient qu’ils se trouvaient les yeux fermés sur le terrain par une sorte de télépathie. Preuve à l’appui, ils le prouvent encore en 2013.
Le trio de la nouvelle cuvée de la Maison Rouge a relevé le défi avec réussite car Rooney est parvenu à marquer aussi sur centre de Welbeck!
A Manchester United tout le monde se demande si la force de frappe 2012-2013 (Rooney, van Persie, Hernandez, Welbeck) va battre le record de but de la saison 1998/1999 (Yorke, Cole, Sheringham et Solskjaer)?
Un site à ouvert les paris…

Même dans un jeu loin du stade, Rooney veut gagner. Sir Ferguson aurait vraiment dû l’aligner contre le Real Madrid en 1/8e retour de la C1 à Old Trafford. Ce soir-là, le manager s’est trompé. Contre Chelsea, lors du replay du 1/4 de FA Cup, le manager ne va laisser Rooney sur le banc, croyez-moi !

Andy, de Brigitte Kernel (Plon)

Wharhol filmer en train de manger. Magnifique. A tous points de vue. Il se sanctifie oeuvre d’art et se moque de nous qui sommes en train de le regarder manger comme si nous regardions Rembrandt dans son atelier. On peut écrire un livre sur ce film, un polaroïd animé. Warhol est le plus grand publicitaire de son temps.

J’ai toujours vu Andy Warhol comme un nouveau Marcel Duchamp et ce n’était pas facile d’être un nouvel iconoclaste. Duchamp a dit que tout était art et a exposé un urinoir industriel qui était le sien puisqu’il l’avait signé. Warhol, lui, a déifié des boites de soupe. Il s’agit de deux génies : tous ceux qui font comme eux sont de pâles copieurs. Du plagiat, rien de plus. On a tout dit sur Andy Warhol, le vrai et le faux. C’est l’un des produits médiatiques préférés justement des médias. « Mon nom de baptême ? Warhola, Andrew Warhola. Il a été coupé par erreur au magazine Glamour quand a été publié mon premier dessin. J’ai voulu râler, maman m’a dit : « c’est mieux comme ça ; c’est plus masculin, c’est trop fille pour toi un nom en «a» ».
Brigitte Kernel s’est mise dans la peau de la femme qui a essayé de tuer l’artiste le 3 juin 1968, à la Factory. Avec un langage très direct qui brise la glace entre Warhol et nous, la romancière campe un survivant qui après avoir échappé à la mort, décide de consulter un psychanalyste mais uniquement pendant 11 séances. Pourquoi ? « Et toujours ce chiffre 11, c’est étrange tout de même ! Je crains désormais de mourir un 11, et pourquoi pas un 11/11. Et chaque jour à 11 heures, je me mets en apnée ( …) » Warhol est comme quelqu’un qui porterait les cadavres successifs des différentes facettes qui le composent : le fils de sa mère qu’il porte tel un lourd fardeau, son homosexualité pas tellement assumée, son attirance pour le voyeurisme qui finit par lui taper sur le système. Il ne sait plus s’il est un imposteur ou si sa vie n’est plus qu’une œuvre d’art tant les autres veulent s’approprier son quotidien. Vouloir le tuer cela revient à lacérer un tableau dans un musée. Le psychanalyste reste de marbre, froid comme la tombe.

-Andy
De Brigitte Kernel
Plon, 177 p., 17 €

Permalien 00:44:10, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

La Belgique à Hazard, l'Angleterre à Rooney, les Pays-Bas ont van Persie mais la France, elle, n'a personne

Hazard (Belgique), van Persie (Pays-Bas) et Rooney (Angleterre) ont marqué pour leur pays lors des derniers matchs d leur pays respectif. La France, elle, a laissé son compteur à zéro. Alors que la Franc n’a plus de créateur, plus de buteur et les médias français nous ont fait croire que la France pouvait battre l’Espagne…

Mardi 26 mars 2013
Groupe A. Qualification Coupe du Monde 2014
Belgique 1 - 0 Macédoine
But pour la Belgique: Hazard (62e)

Tous les amateurs de football savent que la Belgique a une grande génération de footballeurs.
Les Belges ne sont plus très loin de l’Amsud.
Ils ont le bonheur d’avoir Hazard pour guide.
Hazard, Eden Hazard.

Belgique
T. Courtois/ Atlético Madrid
T. Alderweireld. Ajax Amsterdam
V. Kompany. Man City
T .Vermaelen. Arsenal
J. Vertonghen/ Tottenham
M. Dembélé. Tottenham(N. Chadli 55e. Twente)/
A. Witsel. Zénith St-Péterbourg
K. De Bruyne/ Bayern Munich
E. Hazard. Chelsea.(M. Fellaini, 90e. Everton)
D. Mertens. PSV Eindhoven (K. Mirallas, 45e. Everton)
C. Benteke. Aston Villa

Remplaçants
T. Simons, D. van Buyten, S. Pocognoli, J. Vossen, S. Mignolet, R. Lukaku, L. Ciman, S. Defour, J. Gillet

Entraîneur: Marc Wilmots

Classement actuel dans le groupe des Diables:
1. Belgique 16 6/ 5 1 0/ 11 1/ + 10
2. Croatie 16 6/ 5 1 1/ 10 3/ + 7
3. Serbie 7 6/ 2 1 3/ 8 7/ + 1
4. Pays de Galles 6 6/ 2 0 4/ 6 14/ - 8
5. Macédoine 4 6/ 1 1 4/ 3 7/ - 4
6. Ecosse 2 6/ 0 2 4/ 3 9/ - 6

Les 6 matches des Diables jusqu’à présent:
Pays de Galles - Belgique 0-2
Belgique - Croatie 1-1
Serbie - Belgique 0-3
Belgique - Ecosse 2-0
Macédoine - Belgique 0-2
Belgique - Macédoine 1-0

28.03.13

Permalien 16:40:16, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Tout ce qui reste de nos vies, d'Alain Rémond (Seuil)

Maître Jacques Brel devant une Triumph Bonneville, moto préférée de Steve McQueen

Que reste-il de nos amours ? chantait Charles Trenet. Que reste-t-il de nos vies ? reprend Alain Rémond, un des chroniqueurs les plus doués de son temps. Ces écrits sont toujours bien ciselés, plein d’esprit avec l’humour qu’il faut. Tout le monde n’est porte pas un roman en soi, comme on le dit. L’important ce n’est pas ce qu’on dit mais comment on le dit. Des fils de famille nombreuse, il y en a beaucoup en France. Un seul pourtant nous donne envie de l’entendre nous parler des siens. Et ce monsieur, c’est Alain Rémond. Un chroniqueur qui signale les chemises bariolées avec un col blanc d’un journaliste télé ne peut pas me laisser indifférent. Alain Rémond a le 3e œil, l’œil platinien celui qui voit aussi derrière la tête.
Son œuvre littéraire a la même tenue que ses chroniques qui ont l’élégance pour dénominateur commun. Rien à voir avec ce relâchement contemporain de la racaille moderne qui appâte les lecteurs comme les marchandes de poissons hurlent «à la belle poutine ! » Sa veine autobiographique est étincelante tant il met son cœur à nu. Il passe sa vie au rayon X, la sienne et celles de ses proches. Au fil de ses livres, on suit la remontée à la surface de ses souvenirs sur son père et sa mère, parents de dix enfants.
Dans son nouveau récit il évoque une nouvelle fois sa sœur Agnès qui s’est suicidée dans une rivière, à l’égale de Virginia Woolf. Alors que reste-il de nos vies ? Des papiers, des photos, des facteurs et des enfants. « Fiches d’Etat civil, extraits de naissance, livret de famille, actes de vente, livret militaire… », voici une partie des papiers, auxquels il faut rajouter les factures, de gaz et de téléphone, les quittances de loyers.
Pour ce qui est d’Alain Rémond on ne peut pas passer sous silence ses papiers de journalistes, c’est-à-dire ses chroniques. Quand on est fils de parents du commun des mortels plus personne ne parlent d’eux quand tout le monde continue de parler sur les faits et gestes d’Adolf Hitler. Comme quoi la postérité aiment mieux les ordures que les honnêtes gens.
Au hasard d’une promenade, Alain Rémond tombe sur un paquet de documents relatifs à une famille qui lui confirme bien qu’il ne reste de nous qu’un tas de notes de gaz ou de téléphone qu’on ne sait jamais combien on doit les conserver. Malraux parlait de note tas de petits secrets ou petits tas de secrets- je ne sais jamais exactement- Rémond, lui va encore au plus radical : trois vieilles déclarations de revenus et deux ou trois reçus bancaires. Si nous ne sommes pas créateurs d’œuvres artistiques ou fondateurs de boutiques ou d’industries, il ne reste vraiment rien de nous.
Le biographe de sa mère et de sa sœur est si attentif aux autres et aux objets qu’il voit les brocantes comme des cimetières pour vieilles tables ou carafes ébréchées. Tout ce qui reste de nos vies et à ranger à côté de Chaque jour est un adieu (2000). Deux livres sarcophages qui sont très émouvants sans jamais être tristes. C’est tout l’art du prosateur Rémond, le collectionneur des émotions d’hier qu’il nous transmet pour que l’on retrouve nos proches parents disparus ou qui le seront bientôt.

-Tout ce qui reste de nos vies
D’Alain Rémond
Seuil, 105 p., 14,50 €

Permalien 16:40:09, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Même la nuit quand je dors, d'Anne Dodemant (Albin Michel)

Livre poignant sur la perte d’un enfant. Tout l’ouvrage est un hymne au fils de l’écrivain. Jamais au grand jamais, je n’écrirai “écrivaine” ou “auteure” qui sont deux attentats visuels. Quand dira-t-on “Bonjour Mme la cafetière, un p’tit canon svp…” ?
Un fils est mort le 18 septembre 2009.
-«C’était bien toi, ce jeune homme de 28 ans qu’un pêcheur avait retrouvé un couteau dans le ventre, dérivant dans la mer.» Suicide ? Très cruel, à la Chamfort.
Plus la police interroge, plus le supplice des parents est décuplé.
Il faut aussi s’occuper des frères et de la sœur. Le mort ne doit pas faire oublier les vivants.
Il y a aussi une gestation quand on arrive un mort. Tout le récit est entrecoupé par la prose du disparu qu’on apprend à mieux connaître alors qu’il n’existe plus. Cette confession sur le deuil impossible se lit comme un roman sur un fils. En toile de fond la schizophrénie. La mère n’use pas de l’écriture comme d’une thérapie, disons qu’elle écrit pour mettre de l’ordre dans ses idées comme disait Emmanuel Berl. Elle n’a pas honte de souffrir car le deuil est éternel. On ne guérit jamais de la mort qui plus est celle d’un enfant. Dix ans avant de se supprimer, son fils avait eu une crise psychotique. Ensuite, il n’a pas voulu prendre de médicaments.
La mère refuse d’être réduite au rang de mère d’un suicidé. « Aujourd’hui je dis Luc est vivant d’une autre vie mais je ne sais pas laquelle. Cela me semble impossible de me dire qu’il ne vit pas… Le deuil c’est physique, c’est notre corps qui n’en peut plus. Dépouillement, solitude et liberté nous ouvrent aussi à la vie, celle qu’on ne peut plus nous ôter.” Ce récit est plein de lumière.

-Même la nuit quand je dors
D’Anne Dodemant
Albin Michel, 145 p., 13, 50 €

Plus belle la vie, de Jean-Yves Le Naour (Puf)

Comme tout ce qui est populaire, Plus belle la vie est méprisée par l’intelligentsia.

Six millions 800 000 téléspectateurs regardent Plus belle la vie, le soir entre 20 h 20 et 20 h 40, sur France 3, du lundi au vendredi sans compter les visions en replay sur le Net. Une partie du public vomit sur ce feuilleton. Il s’agit des mêmes qui se moquent des chanteuses populaires à succès. L’intelligentsia qui a pignon sur rue déteste tout ce que aime la “France d’en-bas". Qui regarde ce soap opera? Les bas du plafond ? Non, on peut voir cette série avec le regard qu’on l’on avait en lisant un roman-photo car il ne s’agit que de cela.
Récemment Fabrice Lucchini a dit qu’il était près à intervenir dans le Mistral, le bar, véritable poumon du scénario. Lucchini aime ce qui fait peuple pour se dégager de l’élitisme qui lui colle à la peau. De manière sincère, il aime autant James Brown que La Fontaine. Alors je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas aimer Plus belle la vie et Pessoa. Cela n’a rien à voir: compare-t-on le caviar avec le roquefort ?
Les plus anciens téléspectateurs rendent d’une certaine façon hommage à Jacqueline Aimée ou au Temps des copains qui ont bercé leur enfance. Nos parents sont morts. Regardons Plus belle la vie car eux n’en perdraient pas une miette. Ici nous sommes loin des séries américaines qui ne savent pas donner dans le côté bon enfant sans effet spéciaux.
Au début (30 août 2004) ce soap opera n’avait pas autant d’audience car il était trop réaliste. Le succès est venu dès lors que les scénarises ont opté pour la chronique de quartier dans une ambiance de polar. En effet dans la tranquillité de la zone piétonne, il y des crimes en veux-tu en voilà. Ce programme a dépassé les 2000 épisodes. Le départ de PPDA du JT de 20 h n’a pas été une bonne idée pour TF1. Les téléspectateurs, n’ayant plus de repères avec le meilleur présentateur de journaux télévisions, ont pris une nouvelle habitude sur France 3. Du coup le JT de France 2 fait lui plus d’audience. Le feuilleton séduit beaucoup de monde parce qu’il met en scène plusieurs intrigues en même temps. Parfois elles sont plus fortes que la réalité avec des criminels improbables et des situations imprévisibles.
L’essayiste Jean-Yves Le Naour radioscopie l’ensemble sans rien laisser de côté. Il explique le triomphe de PBLV par le fait qu dans le bar, à l’inverse de chez Pagnol, personne n’a l’accent de Marseille sauf le patron. On évite ainsi la carte-postale auditive. La France dépeinte est black-blanc-beur. Le métissage, les amours hors tabous, sont insupportables à ceux qui voudraient vivre comme avant… Le plus étrange c’est que les religieux fanatiques trouvent que dans PBLV les femmes ne sont pas assez voilées et donc trop libérées.
Au début, je ne regardais pas PBLV. Un jour, j’ai voulu voir un épisode et je suis tombé sur une intrigue bien traitée : une histoire entre frères dont l’un revenait d’une virée en Amsud. Ici est venu le temps de célébrer les acteurs de PBLV. Le casting est très bien effectué. Au-delà de leur âge respectif, toutes les comédiennes ont la beauté de l’âme et non pas celle de l’âne. On les voit si souvent qu’on a l’impression de les connaître, c’est l’effet feuilleton: feu Colette Renard, Sylvie Flepp (hôtelière de fort caractère tout en étant maternelle), Rebecca Hampton (avocate dévoreuse de vie et solitaire), Dounia Coesens (ambitieuse qui veut sa place au soleil), Aurélie Vaneck ([petite-fille de Pierre Vaneck ] idéaliste pleine de convictions), Laetitia Milot (serveuse hyper généreuse), Fabienne Carat (gardienne de la Paix), Léa Françoise (jeune cuisinière), Sara Douala (commissaire) , Elodie Varlet (esthéticienne)… Chez les hommes ont voit beaucoup Serge Dupire, Michel Cordes, Laurent Kérusoré, Alexandre Fabre, Jean-François Malet, Stéphane Henon … qu’ils soient policiers, homme d’affaires, ancien escroc ou barman, tous sont épatants. On ne les voit pas au cinéma: les producteurs, les agents sont vraiment sectaires.
Les us et coutumes ont beaucoup changé à la télé. Jadis des présentateurs vedettes avaient été mis à l’amende pour publicité déguisée alors qu’aujourd’hui le soap opera touche de l’argent quand il montre à l’écran un certain test de grossesse. Les producteurs ont demandé une hausse de budget et ils l’ont obtenue. Elle n’est pas belle la vie ?

-Plus belle la vie
De Jean-Yves Le Naour
Puf, 205 p ., 12 €

Permalien 08:14:35, Catégories: BLONDINEMENT A XV, GRANDE DAME  

Dopage en 2012: 1er Rugby, 2e Athlétisme, 3e Triathlon...

Sports où il y a eu le plus de cas de dopage en 2012, en France:

1/ Rugby
2/ Athlétisme
3/ Triathlon
4/ Cyclisme
5/ Natation
6/ Football
7/ Basket
8/ Handball

-"Si l’on exclut le cannabis, le rugby reste en tête, devant l’athlétisme, le triathlon, puis le cyclisme, la natation, le football, le basket-ball et le handball", a énuméré Françoise Lasne, la directrice du département des analyses de l’AFLD.
La Fédération française de rugby (FFR) a de son côté précisé avoir recensé 22 contrôles positifs en 2012, dont “deux grands condamnés".
Le rugby est donc le sport le plus touché par le dopage en proportion des contrôles effectués par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) en 2012.
-"Je me suis intéressée aux sports sur lesquels au moins 400 échantillons nous sont parvenus (394 pour le basket-ball) en 2012 afin d’avoir des statistiques fiables. Huit disciplines correspondent à ce critère. Si nous tenons compte de toutes les molécules interdites présentes sur la liste de l’Agence mondiale antidopage, le sport qui donne le plus haut pourcentage (de cas positifs) est le rugby", a déclaré Françoise Lasne devant la commission d’enquête du Sénat sur l’efficacité de la lutte contre le dopage.
Le cyclisme reste le sport le plus contrôlé en 2012, avec 1 812 échantillons analysés. Dans l’ordre apparaissent ensuite l’athlétisme avec 1 164 échantillons, le rugby (588), le football (548) et le handball (452).
Alors les valeurs du rugby, elles sont où ?
Le vrai rugby c’est celui des frères Boniface, des Spanghero, Albaladejo, Rives, et absolument pas les calendriers du déshonneur contemporain. C’est l’âme qu’il faut mettre à nue et non les corps.

27.03.13

Permalien 18:01:17, Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Le Monténégro ne veut pas abdiquer devant l'Angleterre

Monténégro 1 - 1 Angleterre
But pour le Monténégro: Damjanovic (75e)
But pour l’équipe aux Trois Lions: Le Red Devil Rooney (6e)

MONTENEGRO: M. Bozovic (VIDEOTON)/ Savic (FIORENTINA), Dzudovic (SPARTAK NALTCHIK), Basa (LILLE), V. Bozovic (RAPID BUCAREST)(Delibasic [RAYO VALLECANO], 75e)/ Volkov (FK PARTIZAN BEOGRAD), Jovetic (FIORENTINA), Zverotic (YOUNG BOYS), S. Vukcevic (BLACKBURN ROVERS) (Krkotic, 63e), Novakovic (AMKAR PERM](Damjanovic [SEOUL], 45e)/ Vucinic (JUVENTUS TURIN)
Sur le banc: Blazic, Poleksic, Jovanovic (SPARTAK NALTCHICK), Kevojevic, Beciraj (DINAMO ZAGREB ), Igumanovic, Kasalica .
Manager: Branko Brnovic

ANGLETERRE: Hart, Johnson, Lescott, Smalling (MU), Cole, Milner, Carrick (MU), Gerrard, Cleverley (MU) (Young [MU], 76e), Welbeck (MU), Rooney (MU).
Sur le banc: Forster, Foster, Walker, Baines, Caulker, Lampard, Parker, Osman, Oxlade-Chamberlain, Defoe, Sturridge.
Manager: Roy Hodgson

GROUPE H
1er Monténégro 14 points 6 matchs/ 4 2 0/ 14 3/ + 11
2 Angleterre 12 6/ 3 3 0/ 21 3/ + 18

Les Faucons du Monténégro sont en tête du Groupe H. C’est un événement considérable. Les Anglais n’ont pas su tuer le match. Le Monténégro est un pays de 700 000 habitants qui a des footballeurs remarquables à tous points de vue.
Le Stadion Pod Goricom de Podgorica a fait plaisir à 15 000 spectateurs qui rêvent de voir leurs joueurs au Brésil.
Le match retour vaudra cher, et tout est possible car le Monténégro a de grands talents dans son groupe. Leur patriotisme leur donne des ailes. L’union sacrée!
Les Anglais ont joué avec suffisance. Il y avait 6 Red Devils concernés !
La sélection du Monténégro est née de la dissolution de l’équipe de Serbie-et-Monténégro après la Coupe du monde de football 2006. La Serbie et le Monténégro ont désormais des équipes indépendantes.
Le Monténégro a un groupe solidaire, très complémentaire. Ses joueurs peuvent créer l’exploit final.

Dans les autres groupes la Belgique (+10) et la Croatie (+7) sont au coude à coude dans le Groupe A, avec 16 points.
Dans le B, l’Italie fait son chemin, comme l’Allemagne dans le C, les Pays-Bas dans le D et la Suisse dans le E.
Dans le F, la Russie (12 pts) et Israël (11 pts) se surveillent du coin de l’oeil.
Dans le G, la Bosnie-Herzegovie est bien placé.
Et dans le I, l’Espagne (11 pts) a repris les commandes devant la France (10 pts)

Permalien 15:06:33, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson: "Si nous arrivons à 96 points, je serai ravi".

Quand j’étais enfant, j’attendais avec impatience les matchs des équipes nationales. Maintenant, plus du tout. J’aime mieux le quotidien des championnats. Les grands clubs sont d’ailleurs des sélections multinationales. Je suis persuadé que le replay de FA CUP 1/4 entre Chelsea-Man U sera plus beau que le France-Espagne du 26 mars 2013. Le fossé entre l’Espagne et la France est trop grand.

Cela fait du bien de quitter les sélections pour retrouver les clubs.
Sir Ferguson vient de dire qu’il aimerait battre le record de Chelsea: 95 points en 2004-2005. Il cherche toujours de nouveaux défis:
-"Si nous arrivons à 96 points, je serai absolument ravi. Nous avons déjà accompli une saison fantastique au plan anglais. Si nous arrivons à ce nombre de points nous aurons sans doute gagné la Ligue… En début de saison, jamais je ne pensais nous retrouver à la fin mars avec 15 points d’avance sur le 2e alors que nous avons perdu le titre 2012 à la différence de buts lors des dernières seconde du championnat! [contre Man City] Quand j’avais observé le calendrier en début de saison 2012-2013 j’avais remarqué qu’à la fin des matchs aller nous devrions rencontrer Man City, Chelsea et Arsenal, soit les équipes en lice pour les premères places. Je m’attendais à une lutte finale beaucoup serrée.”
Il reste 9 matchs à jouer soit 27 points en jeu pour chaque club.
A neuf journées de la fin, MAN U à 74 points.
Pour satisfaire le manager de MU, les Red Devils doivent donc encore amasser 22 points sur 27. C’est faisable.
Sir Ferguson retrouve ses internationaux ce 27 mars 2013. Physiquement, il n’y a pas de gros bobos. Evra est à nouveau la cible des attaques. C’est l’un des derniers représentants du football de rue. Il n’est pas dans la norme ds centres de formation. Evra est bon à MU et pas en EDF. Pourquoi ? C’est plus facile de jouer avec Giggs, van Persie, Vidic, Scholes, Carrick, Rooney, Nani, Rafael…

Toute la fin de saison de Man United:
30 Mars Premier League/ Sunderland-MAN U, 13h45
Avril 2013
01 Avr FA Cup Chelsea-MAN U, 13h30
08 Avr Premier League MAN U- Man City, 21h
14 Avr FA Cup semi-final MAN ou Chelsea-Man City, Wembley
ou 14 Avr Premier League Stoke City-MAN U, 15h 05
17 Avr Premier League West Ham-MAN U, 20h45
22 Avr Premier League MAN U-Aston Villa, 21h
28 Avr Premier League Arsenal-MAN U, 17h
Mai 2013
04 Mai Barclays Premier League MAN U-Chelsea
11 Mai FA Cup final
ou 12 Mai Premier League MAN U-Swansea City
19 Mai Premier League West Bromwich Albion-MAN U, 17h

Permalien 14:26:02, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Histoire de ma vie, de Casanova (La Pléiade/Gallimard)

Pour la première fois nous pouvons lire la version originale d’ Histoire de ma vie grâce au manuscrit de Casanova (1725-1798) acquis par la BNF en 2010. Il a fallu attendre 2013 pour lire enfin l’un des livres phares du XVIIIe siècle qui entremêle les mémoires, l’autobiographie et l’autofiction. Nous sommes en présence d’un authentique écrivain et non pas chez un people. Il ne faut pas confondre les souvenirs d’un esthète libertin avec l’enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon. Comme l’Italie n’a jamais porté Casanova au rang d’écrivain de haut parage, le mal-aimé abandonna sa langue maternelle pour écrire en français. Choix délibéré de rejeter la mère patrie ingrate envers le fils qui désirait pourtant contribuer à son rayonnement culturel. Casanova n’a pas tenu à jour le catalogue de ses transports amoureux: il mena une existence tourbillonnante pour avoir plus de choses à écrire, persuadé que l’écriture est la meilleure façon d’occuper la solitude. Il nous a légué un style parlé, spontané, très frais. Un bouquet de sensations. Sa vie couchée par écrit.
Toutes les légendes rapportées sur Casanova en font un Henry Miller avant l’heure, une sorte de cavaleur de jupons jamais rassasié. Le Vénitien a donné du grain à moudre à ceux qui brodent sur le destin des aventuriers du temps où la photographie n’existait pas. Bourlingueur insatiable, prêtre raté, enfermé pour une affaire de mœurs, trafiquant d’identités, adepte de l’occultisme, franc-maçon stratégique, collectionneur de maladies vénériennes, joueur professionnel, violoniste, promoteur de la loterie, proie des inquisiteurs de la Cité des Doges, vulgarisateur de l’inceste, celui dont Stefan Zweig dit qu’il était « le plus vivant de tous » considéra la vie tel un vaste théâtre dans lequel il voulait jouer le premier rôle. Ne trouvant aucune pièce à son goût, il décida d’être un personnage à l’air libre. L’absence d’images réelles de Casanova a laissé place aux interprétations délirantes. A part Fellini, victime d’une répulsion-attraction, les cinéastes ont toujours choisi un beau gosse pour interpréter celui qu’ils représentent sous l’angle d’un éternel cavaleur. Fions-nous au Prince de Ligne qui a dressé un portrait sans concession de son ami Casanova, entre Arlequin et Figaro : « Ce serait un bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand bâti en Hercule ; un teint africain, des yeux vifs, plein d’esprit (…) qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, et lui donnent un peu l’air féroce ».
D’aucuns pensent que «Histoire de ma vie» est un ouvrage traduit de l’italien alors qu’il a été écrit dans un français constellé d’italianismes, ce qui en fait un texte unique et rare. Casanova l’a élaboré dans la dernière décennie de sa vie, souvent treize heures par jour qui lui semblaient ne durer que treize minutes. Au total, ses Mémoires ont 3682 pages manuscrites. La première édition expurgée (12 volumes) parait dans une traduction allemande entre 1822 et 1828. La France découvrira, de 1826 à 1838, une version présentée par Jean Laforgue, parallèlement à celle de 1824 à 1935. Ce n’est qu’à la charnière des années 1960 et 1950 que paraît une version prétendue définitive d’après le manuscrit détenu par F.-A. Brockhaus. Grâce au mécénat, la BNF a acheté 7 M€ le manuscrit au descendant de l’éditeur allemand. Aujourd’hui, le sarcophage littéraire est accessible à tous dans une France qui a pour héros un footballeur anglais reconverti marchand de slips.
Pour la première fois nous lisons l’édition la plus proche de celle souhaitée par Casanova, deux cent-quinze ans après le point finale de l’œuvre inachevée puisqu’il refusa de raconter sa vie au-delà de ses cinquante ans afin d’éviter de « ne débiter que du triste ». Personne ne se doutait que le bibliothécaire au château de Dux (Bohême), à l’invitation de son bienfaiteur, le comte de Waldstein, était un génial mémorialiste. Si l’on veut entrer en contact avec Casanova, inutile de chercher sa tombe. Elle a disparu. Néanmoins, Casanova est présent dans Histoire de ma vie . C’est la meilleure façon d’être vivant quand on est écrivain. A l’inverse de ce que beaucoup de gendelettres pensent, il plaçait la vie au-dessus de la fiction. Un Fernando Pessoa sensuel, un Bartleby qui rendait la copie.

-Histoire de ma vie (tome 1)
De Casanova
Edition établie sous la direction de Gérard Lahouati et Marie-Françoise Luna, avec la collaboration de Furio Luccichenti et Helmut Watzlawick. La Pléiade, Gallimard, 1488 p., 58 € jusqu’au 31 juillet 2013, puis 65,50 €

La double piqûre de rappel anti-pouvoir de Léo Ferré et de Michel Sardou

Pour les bien-pensants, Léo Ferré et Michel Sardou sont diamétralement opposés. Pas pour moi. Le talent n’a pas de frontières.

Un politichien veut interdire la cigarette dans les voitures pour protéger les enfants
Un autre ne veut plus que l’on fasse fonctionner les cheminées dans nos chaumières
Demain, on va nous dire:
Il faut regarder avant de traverser
On doit s’arrêter au feu rouge
Il est interdit de tuer et de violer
On ne doit pas voler

PS: Tocqueville a dit, en substances: quand la justice enquête sur la politique, elle découvre des affaires, et quand la politique met son nez dans la justice c’est pour étouffer des affaires.

J’HABITE EN FRANCE/Paroles : Michel Sardou, Buggy Vline [Evelyne Konyn («Vline») et Liliane Konyn («Buggy») Koger sont des parolières françaises, deux soeurs nées en 1929 et en 1926. On leur d’immenses tubes: Claude François, Johnny Hallyday, Hugues Aufray, Alain Chamfort, Dalida, les Chats Sauvages, Michel Fugain, France Gall, Herbert Léonard, Juliette Gréco, Michel Polnareff…]
Musique : Jacques Revaux

Permalien 12:19:24, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Angle mort, d’Ingrid Astier (Gallimard/Série noire)

Comme Guillaume Apollinaire, la romancière Ingrid Astier aime beaucoup la Seine

Il y a des livres dont les premiers mots nous sautent aux yeux comme des fléchettes sur une cible. C’est le cas d’ Angle mort, d’Ingrid Astier : « Les armes, c’est comme les femmes, on les aime quand on les touche ». Voilà un style qui fait mouche même si l’on dit que les revolvers et les fusils sont des symboles phalliques. Ici l’auteur est une femme et elle voit midi à sa porte. Dans ce polar nous ne sommes ni à Chicago ni à Tokyo et encore moins à Singapour. L’intrigue se déroule à Aubervilliers.
On sympathise de force avec deux frangins, Diego et Archibaldo. Un prénom à la Maradona et un autre presque comme un peintre. Ils ont une sœur qui aime s’envoyer en l’air… Eh ! oui, Adriana est trapéziste. Adriana ? Un prénom qui rappelle un mannequin qui fait aussi dans la Croix Rouge, sans parler d’un lunettier. Y a même un commissaire qui s’appelle Barthez, rien à voir avec le divin chauve des Bleus de 1998. Ingrid Astier s’y entend pour semer le trouble dans nos esprits, en calquant des éléments de l’actualité sur des faits de fiction. Elle est très douée pour maintenir l’attention des lecteurs, une politesse qui n’est pas donnée à tout le monde. Elle campe bien ses personnages qu’elle fait évoluer dans une trame à rebondissements.
Pour être mieux immergée dans les ambiances glauques, elle suit parfois des brigades de policiers en pleine action qui lui demandent de mettre un gilet pare-balles. Cela lui permet d’aller au coeur de l’action comme les acteurs américains avant un tournage, sans parler de Zola qui faisait œuvre de journaliste pour coller au plus près de la réalité. De manière très ludique, elle use de dialogues écrits à la pointe sèche afin de ne pas raser son lecteur, son obsession première. L’ouvrage comporte 65 chapitres qui se lisent comme on dévale un précipice. Ce règlement de compte, sur fond de squat dans la banlieue de Paname, c’est Carco revu et corrigé par Martin Scorsese.

-Angle mort
D’Ingrid Astier
Gallmard/Série noire, 515 p., 19,90 €
***********

Permalien 12:19:15, Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS  

Lettres choisies (1920-1976), d'André Malraux (Gallimard)

Quand un auteur connu n’est plus là, on recherche ses inédits.
Quand il n’y en a pas ou plus, on se rabat sur la correspondance. Ce qui est une très bonne chose même si cela n’a rien à voir avec une création artistique construite par un écrivain que l’on estime. Ici nous sommes dans «le misérable petit tas de secrets» dénoncé par Malraux lui-même. On ne va pas s’en plaindre car on n’oblige personne à lire un livre. A propos de secrets, Malraux garde les siens, ce n’est pas genre à se confier, notamment lors des décès qui ne l’ont pas ménagé : Josette Clotis, puis leur deux fils, morts sur la route le 14 mai 1961 (Pierre-Gauthier, 20 ans, et Vincent, 17 ans). A Roger Stéphane qui l’avait vu dans le pire moment de sa vie, Malraux avait dit : «Bon ! passons à autre chose … » Pudeur d’un père brisé par le chagrin.
C’est avec plaisir et délicatesse que l’on s’immisce dans le courrier de Malraux. On est comme une mouche au moment de l’ouverture de l’enveloppe. Toutes ces lettres destinées concernant deux personnes sont tout à coup par d’autres.
L’ouvrage a eu droit à un tirage à part : 50 exemplaires sur vélin pur fil des papeteries Malmenayde numérotés. Une faveur post mortem pour un auteur maison qui a contribué au rayonnement de la maison Gallimard. La préface de Jean-Yves Tadié est un véritable texte et non pas trois lignes écrites sur un bout de table. Il insiste sur le plaisir de retrouver Malraux et nous certifie que l’auteur de L’Espoir «n’écrit pas de lettres pour les publier». Il est vrai que celles inédites que je connais (à destination d’Emmanuel Berl) sont très directes et parfois évoquent plus un coup de téléphone. Celles publiées dans cette édition sont bien sûr plus longues et consistantes. Il n’a pas transigé lorsque Drieu La Rochelle est devenu le patron de la NRF : il ne donna aucun texte à la revue sous le joug nazi (1940-1943) Cependant, il ne se brouille pas avec Drieu puisque Malraux lui demande d’être le parrain de son second fils, Vincent.
La correspondance de Malraux nous permet de fréquenter ses amis : Max Jacob, De Gaulle, Gide, Martin du Gard, Louis Guilloux, Pierre Véry, François Mauriac, Jean Eiffel, Roger Caillois … On lit non sans émotion la prose de la correspondance d’un créateur qui pensait que l’art était un défi permanent à la mort. Les lettres à Max Jacob sont les plus émouvantes car elles sont des exercices d’admiration d’un jeune envers un aîné adulé par le monde des lettres de leur temps. Notons que Malraux souhaita que ses lettres ne soient divulguées que trente ans après sa mort, survenue le 23 novembre 1976. Jour inoubliable pour moi : c’était le jour de mon anniversaire. Deux mois plus tôt était mort Emmanuel Berl. Epoque des adieux, mais les deuils sont des illusions. On fait semblant.
Parmi toutes ses lettres l’une d’entre-elles m’a plus aimanté que les autres et ce n’est pas la plus longue. Son destinataire est le préfacier (Jean-Yves Tadié qui avait envoyé à Malraux son livre : Proust et le roman (Gallimard, 1971) Le spécialiste de l’auteur d’ A la Recherche du temps perdu reçut cette réponse : « Même si je n’aime pas Marcel Proust, je le tiens pour l’un des plus grands romanciers du siècle ». Dont acte.

-Lettres choisies (1920-1976)
D’André Malraux
Texte établi et annoté par François de Saint-Cheron
Préface de Jean-Yves Tadié
Gallimard, 385 p., 27 €

L'Espagne a dicté sa loi face à la France (0-1)

Le commandant A. Iniesta a donné un récital au SDF. Le virtuose posséde tout l’alphabet du ballon rond. Un opéra de l’oeil à lui tout seul. La rencontre entre les Bleus et la Roja a attiré 10,3 millions de personnes sur TF1. C’est le plus fort taux d’audience depuis le contestable France-Irlande de novembre 2009.

France 0-1 Espagne
But pour la Roja: Pedro (58e)
Expulsion: Pogba (France, 78e)

France : Lloris - Jallet (Giroud, 90e), Varane, Koscielny, Evra - Pogba, Cabaye (Menez, 70e), Matuidi - Valbuena, Benzema (Sissoko, 82e), Ribéry.
Entraîneur: Didier Deschamps
Espagne
Espagne : Valdes - Arbeloa, Piqué, Ramos, Monreal - Xavi, Busquets, Xabi Alonso - Pedro (Fabregas, 76e) Villa (Navas, 61e), Iniesta (Mata, 90e).
Entraîneur: Vicente del Bosque

Classement:
1 Espagne 11 points 5 matchs/ 3 2 0/ + 6
2 France 10 5/ 3 1 1/ + 4
3 Géorgie 4 5/ 1 1 3/ -4
4 Biélorussie 3 4 1 0 3 -5
5 Finlande 2 3 0 2 1/ - 1

- «Ce sont trois points bienvenus qui changent en bien notre situation au classement et on a été fidèles à notre style de jeu. On est donc heureux. On a un vivier de joueurs assez stable, ce qui fait notre force. Tout le monde sait accomplir son rôle et sa tâche, d’où la difficulté pour moi, qui suis obligé de faire des choix (…). On a bien fait circuler la balle et recherché la profondeur et on a su aussi jouer latéralement. Il y a eu aussi une grosse bataille au milieu de terrain et le match s’est également joué dans ce secteur. Mais il y a encore suffisamment de matches pour laisser des plumes, donc rien n’est acquis dans ce groupe» a déclaré humblement, Vincente del Bosque, le sélectionneur couvert de trophées.
Les champions du monde sont venus disputer une partie de beach soccer au SDF.
Lloris a commis deux penaltys non sifflés. Et le gardien adverse a stoppé un tir très chaud de Ribéry, le Français le plus aiguisé. Hélas! il lui manque ce centième de seconde qu’ont Messi et C. Ronaldo, soit ce qui permet d’être décisif.
Le milieu de terrain espagnol était trop fort pour les Bleus. S. Busquets, X. Alonso, Xavi et A. Iniesta forment la plus belle ligne au monde. Iniesta a toujous le ballon collé aux pieds. Il le conserve tant qu’il le veut.
La France est une belle endormie que Deschamps essaye de réveiller le mieux possible.
C’est le meilleur sélectionneur français depuis la retraite internationale de Zidane.
La France a perdu du temps entre 2008 et 2010. C’est après l’Euro qu’il fallait faire le ménage. Voilà ce qui arrive quand on laisse au pouvoir l’incompétence.
L’Espagne a dominé la France de la tête et des épaules.
Je me suis ennuyé, sauf quand Ribéry avait la balle.
L’Espagne est venue faire son marché au SDF.
Les Espagnols doivent aller défendre leur titre au Brésil, en 2014.
La France ne peut pas faire mieux que ce qu’elle fait à présent.
Elle a une attaque sinistrée avec un Benzema jamais décisif.
Derrière il n’y aucune certitude, à part Lloris et Varane.
La France n’a plus de grand créateur ni de buteur.
Si les Français veulent aller au Brésil, ils devront faire un sans faute en espérant que l’Espagne tombe encore sur un os.
La génération espagnole dorée n’a pas dit son dernier mot. La mayonnaise Barça-Real est toujours aux commandes du football mondial.

[Post dédié à Raymond Kopa]

26.03.13

Permalien 16:39:41, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

La lumineuse précocité de Raphaël Varane évoque Franz Beckenbauer

Mardi 26 mars 2013, SDF
Qualification Coupe du Monde 2014
France-Espagne, 21 h

Je suis le football depuis un demi-siècle.
C’est la première fois que je vois l’éclosion d’un arrière central au plan mondial alors qu’il n’a que 19 ans.
D’habitude, il faut attendre.
Là, c’est inédit.
Rafaël Varane joue comme un vieux briscard.
Il évolue de manière élégante et propre. Un Franz Beckenbauer français.
J’aime les joueurs élégants, les défenseurs racés à la G. Facchetti, l’un de mes héros éternels que la Camarde m’a volé. J’adore les grands défenseurs. C’est toute une philosophie de vouloir préserver les siens. Ceux qui ont inventé le football étaient vraiment des génies. Ils ont pensé à tout.
Laurent Blanc est monté en puissance année par année.
Varane s’est imposé au Real Madrid en quelques matchs. Et l’on sent que ce n’est pas un intermittent du spectacle. Il est parti pour durer.
C’est toujours très agréable de voir l’éclosion d’un nouveau talent. Cela nous console du départ à la retraite de grosses pointures.
Varane voit vite et il est ultra rapide malgrè son grand gabarit.
Il a une trés belle coordination de gestes.
Tacle très proprement.
Grande lecture de jeu.
De surcroît, il est élégant. Et même très élégant. Une manière de glisser sur le terrain.
Il gère la pression avec un calme absolu.
Je le regarde défendre comme on regarde un attaquant attaquer.
Et il marque en plus !
Il suffit de quelques joueurs pour redonner envie de voir jouer une équipe: Lloris, Varane. Cabaye a quelque chose aussi… C’est la première fois depuis la retraite de Zidane que j’attends avec impatience un match de l’EDF.
D’ici peu la charnière centrale des Bleus sera:
Varane-Kurt Zouma (ASSE) né le 27 octobre 1994.
Avec ce duo on devrait avoir l’équivalent de Blanc-Desailly.
Il faut patienter car je ne vois personne capable de jouer à côté de Varane tant sa classe est grande.
Koscielny ? Rendez-vous, ce 26 mars. Grosses frayeurs en vue.
Son partenaire de la défense centrale, si c’est le Gunner, devra assurer pour soutenir la comparaison avec Varane.
Varane a muselé Messi. Il peut voir venir les autres clients.
Le jeune espoir est déjà une certitude.
Je ne le vois pas mettre un csc.
L’aisance de Varane est celle d’un joueur de très grande classe.
Jamais je n’avais encore vu un garçon de 19 ans jouer avec autant d’aplomb tout en étant humble.
Grâce à lui, je regarde à nouveau la France.
L’intelligence tactique de Varane prouve qu’il joue libéré. Un exploit mental.

PS: l’Espagne est favorite. Double championne d’Europe 2008 et 2012, Championne du monde 2010.

Allemagne, IIIe Reich, de Mathilde Aycard et Pierre Vallaud (Tempus)

En 1940, Charlie Chaplin tourna Le Dictateur , l’un de ses films majeurs. D’aucuns disent que Hitler a vu le film… A-t-il ri ? A-t-il été furieux de se voir ainsi ridiculisé ?

Cette brique consacrée au IIIe Reich a trois temps forts : la montée, l’installation et la chute.
Nous nous confrontons à Hitler et à tout son troupeau sanguinaire.
Ils avaient fait profession d’une haine ciblée car par ailleurs ils avaient un comportement normal, doux avec les enfants et les animaux quand ils en avaient. Bien sûr, Goebbels a liquidé sa famille quand il a compris qu’il devra rendre des comptes si on le capturait.
Les adversaires au régime démentiel sont aussi abordés dans le livre qui comprend un dictionnaire et un atlas.
Les auteurs ont eu pour la première fois accès aux archives de l’ex RDA.
5,1 millions de Juifs européens ont été tués par le processus de destruction soit un tiers du peuple juif.
Le récit s’interrompt page 367 pour laisser la place au dictionnaire du IIIe Reich.
Certains dignitaires, tels Ferdinand Porsche, se sont fondus dans le régime nazi pour en tirer un profit maximal.
Le peintre Paul Klee, lui, fut traité de décadent, de dégénéré. D’autres aussi.
Ce pavé sur le crime organisé va de la genèse au déclin.

-Allemagne, IIIe Reich
De Mathilde Aycard et Pierre Vallaud
Tempus, 999 p., 13 €

25.03.13

Permalien 19:02:42, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Un jeune mort d’autrefois, de Jérôme Michel (Pierre Guillaume de Roux)

La couverture annonce : Tombeau de Jean-René Huguenin. C’est exact. L’écrivain mort en voiture le 22 septembre 1962 est plus présent dans les pages de ce livre, qui n’est pas de lui, que dans son tombeau. Une semaine après cet accident mortel, Roger Nimier se tua aussi en voiture avec la romancière Sunsiaré de Larcône qui perdit la vie elle aussi.
Huguenin était dans une Mercedes. Roger Nimier en Aston Martin. Des bolides en guise de linceuls.
Le week-end précédant la mort de Huguenin, « on comptabilisa deux mille accidents, quatre-vingt quatorze morts et deux mille huit cent blessés ». C’est plus visible si l’on écrit 2 000 accidents, 94 morts et 2 800 blessés, en un seul week-end. S’agit-il d’un forme de suicides collectifs ? Comme les Dauphins qui sortent de l’eau pour mourir sur le sable, le bas-côté de l’existence.
Avant de se tuer en voiture, Huguenin a le temps d’écrire deux livres : La Côte sauvage et son Journal. Cela suffit pour faire un mythe. James Dean n’a qu’une poignée de films à son actif.
Jean-René Huguenin(1936-1962) … On voit qu’il est né pendant la guerre d’Espagne et la montée du nazisme.
En 1941, il avait cinq ans.
A la fin de la guerre, 9 ans.
Quand il fait l’armée, il y a la Guerre d’Algérie.
Avec une pareille toile de fond, on ne saute pas de joie à chaque instant.
Son biographe écrit page 182 : « Vous avez bien fait de partir. Vous n’étiez pas fait pour ce monde-là. Déjà, du temps que vous étiez vivant, vous vous sentiez décalé, exilé, étranger. Vieillissant, vous auriez beaucoup souffert ». Tout ça n’est pas faux. Quoiqu’un écrivain qui aime la boxe ne se laisse pas abattre facilement, sauf sous les balles nazies comme Jean Prévost, champion de boxe à ses heures.
Tout le livre nous fait passer du temps avec Huguenin. Du bon temps car cela fait du bien de côtoyer un talent authentique. Comme il n’était pas communiste, on a dit qu’il était de droite. On sait tous que la gauche n’a pas le monopole du cœur et que la droite compte autant d’imposteurs que n’importe quel autre courant politique. Huguenin était un grand solitaire qui ne pouvait pas adhérer longtemps à une vie collective : il a néanmoins participé à Tel Quel, de connaître l’amitié, l’amour et le combat avec le langage.
Le titre du livre renvoie à celui de François Mauriac : Un adolescent d’autrefois. Mauriac appréciait beaucoup Huguenin tout comme Julien Gracq. L’écrivain mort à 26 ans est un météore des lettres françaises comme Lautréamont, Radiguet et Rigaut. Jerôme Michel nous restitue l’homme et l’écrivain.
On se demande ce que Huguenin a manqué depuis qu’il est mort. Pas grand-chose. Hormis le fait de vivre dont il se serait accomodé. C’est plutôt lui qui nous manque. On reste seul sans tous les livres qu’il n’a pas pu écrire.

-Un jeune mort d’autrefois
De Jérôme Michel
Pierre Guillaume de Roux, 190 p., 19, 90 €

[Post dédié à Michel Barelli mort en essayant une voiture aux Etats-Unis]

Le Jalabert, et Les grandes années du cyclisme (1970), par Jean-Paul Vespini

Jalabert avec son père à ses côtés. Images bouleversantes. La voix deux fois brisée par l’émotion, Jalabert a tenu à rassurer les amateurs de vélo. Merci et prompt rétablissement, champion !

« Ce n’était pas mon heure, ça aurait pu s’arrêter là", a déclaré Laurent Jalabert qui a failli perdre la vie. Récemment accidenté, il l’a échappé belle. De fait, le champion et non pas l’ex champion – comme on l’écrit souvent- a été victime d’un grave accident lundi 5 mars à Montauban (Tarn-et-Garonne) alors qu’il était sur son vélo. Jalabert a été percuté par une voiture qui lui a refusé la priorité alors que le passionné de cyclisme circulait près de chez lui. C’est très émouvant de savoir que Jalabert roule à présent dans l’anonymat comme lorsqu’il était enfant. Sérieusement blessé, il souffre de plusieurs fractures : tibia, humérus, et à la main. L’intervention chirurgicale a duré plus de deux heures. Bon rétablissement à celui que les Français appellent « Jaja » comme on dit « Poupou » pour désigner Poulidor. Je précise que Jalabert est un champion authentique. Rien à voir avec les fabrications médiatiques qui sont des imposteurs. On a les icônes que l’on mérite.
Roulant moi-même, j’en suis à passer très doucement au feu vert car je sais que de nos jours beaucoup de gens ne respectent plus le feu rouge surtout dans les coins retirés de France, sans gendarme. J’ai déjà chuté à vélo et à moto, pas question d’y retourner. Beaucoup de coureurs sont morts à vélo. Voilà pourquoi à ceux qui méprisent Lance Armstrong, je réponds : « En 7 ans, il a évité la chute catastrophique. Alors, arrêtez un peu avec le dopage ! » Fermons la parenthèse. Mes pensées vont à Jalabert, à mon grand ami Louis Nucéra qui a eu moins de chance que « Jaja » et à Serse Coppi mort aussi sur le madacam, en course. Gino Bartali a également- si je puis dire- perdu un frère sur la route. Tant d’autres…
L’écrivain-journaliste Jean-Paul Vespini a été particulièrement bouleversé par l’accident de Jalabert car il vient de consacrer un album au champion sans se douter un seul instant que celui qui lui a confié des archives personnelles allait vivre un cauchemar loin de la compétition. Hélas ! trop de conducteurs ne se rendent pas compte que nous sommes des chevaliers sans armure. Rien n’est plus beau que d’avancer sur la route grâce à un vélo qui avance au rythme de nos coups de pédales. L’essence c’est nous. Le jour où je ne ferai plus de vélo, cela voudra dire que je suis vieux, complètement vieux. Jalabert pense comme moi, comme Louis Nucéra, comme Vespini.
Le Jalabert de Vespini nous remet au cœur de la carrière du champion, du début à la fin, avec moult photos et histoires dans l’Histoire. On est frappé de voir que le biographe n’a pas fait économie des chutes de Jalabert, notamment celle sur le Tour de France 1994. Il y a une photo avec son regard bouleversant alors qu’il est totalement ensanglanté. On voit qu’il pense à la mort. A vélo, la mort est possible, à chaque coin de rues. Vespini fait très bien passer l’émotion sportive, attentif à tout et à tous. Nous sommes particulièrement intéressés par les licences de Jalabert, l’évolution de son visage. Tout le monde ne devient pro, et encore moins champion. Que de discipline ! Que de privations ! On pense à ses parents, Arlette et Georges, qui l’ont couvé depuis toujours, lui et son frangin, cycliste pro aussi. Il faut aussi parfait de l’intelligence de « Jaja ». La vision de ses bulletins scolaires nous révèle qu’il fut un très bon élève. Cet album Jalabert est un album de famille. Il contient du sang, des larmes et de la sueur.
J’ai hâte de revoir « Jaja » sur l’un de ses vélos, et que les conducteurs abrités dans une auto ou un camion fassent plus attention à notre présence protégée par rien, hormis notre volonté et notre courage (il n’y a pas d’autres mots). Presque de l’inconscience puisqu’on nous ignore très souvent.
Au cours de sa convalescence, Jalabert pourra consulter l’autre parution de Vespini consacrée aux années cyclistes 1970, au temps où il ne courait pas. Le natif de Mazamet a vu le jour le 30 novembre 1968… Vespini remonte le fleuve Merckx sur lequel ont surnagé Poulidor, Thévenet (le préfacier du livre)… On passe de Van Looy à Hinault. Encore un livre écrit avec le cœur. Je n’admets pas que l’on critique les cyclistes. Le vélo c’est l’école de la souffrance. De la beauté aussi.

- Le Jalabert
Par Laurent Jalabert et Jean-Paul Vespini
Editions Jacob-Duvernet, 144 p., 25, 90 €

-Les Grandes années du cyclisme. Les années 1970.De Jean-Claude Vespini
Editions Jacob-Duvernet, 144 p., 25,, 50 €

Permalien 15:32:54, Categories: LITS ET RATURES  

A propos des chefs-d'oeuvre, de Charles Dantzig (Grasset)

Charles Dantzig a un nom rétro. Qui ne se souvient pas du célébrissime : « Doit-on mourir pour Dantzig ? » Avant de lire, ses livres j’ai lu ses articles, toujours intelligents, toujours avec un angle original. Charles Dantzig n’aime pas trop rajouter un roman à la longue liste de romans qui paraissent chaque année. La fameuse goutte d’eau dans l’océan. C’est très bien ainsi, au risque de passer pour pédant auprès de lecteurs pour qui Ducasse est d’abord un nom de cuistot avant d’être celui de l’un de nos plus grands poètes. Il nous a donné un excellent Dictionnaire égoïste de la littérature. Si j’avais pu avoir ce livre au lieu du Lagarde & Michard j’aurais aimé la littérature bien plus tôt.
On sait qu’il a une passion pour les listes, dans la grande tradition française dont le dernier représentant digne d’intérêt fut Georges Perec, mais en version synthétisée pour ne pas ennuyer le lecteur. En 2013, Dantzig publie « A propos de chefs-d’œuvre», véritable auberge espagnole. Pour les amoureux des lettres, il est devenu indispensable. Qu’il est bon de crouler sous les références ! Et qu’importe si on ne les retient pas toutes. Quand on boit du vieux cognac, un verre de bon champagne ou un grand cru classé, on ne les retient pas non plus. Le cerveau mérite autant de bons produits que notre palais et autres organes moins beaux à citer. Dans les livres de Dantzig, il y a toujours un côté Bouvard et Pécuchet, tant on est en présence d’un frénétique besoin de tout savoir, tout expérimenter, tout comprendre.
«Le chef d’œuvre est un objet qui n’a au fond rien à voir avec la critique qu’on peut en faire. Il s’approche de l’absolu et s’y tient très longtemps. Il semble une réalisation de l’idéal sur terre » écrit notre esthète page 192. On ne peut pas mieux dire. Un chef d’œuvre est presque toujours mal accepté puisque les lecteurs professionnels n’ont à 95 % plus aucune fraîcheur d’âme.
«Les professionnels de la profession», dont parlait Jean-Luc Godard, à propos de cinéma, sévissent aussi dans le monde des lettres, ne disons pas monde de la littérature car cela n’a rien à voir. Notre essayiste flamboyant parle aussi bien de James Joyce que de Paolo Uccello. Joyce a mis au point une entreprise de démolition de la forme romanesque classique.
Tous les titres de chapitres du livre de Dantzig n’ont pas de majuscules. Nous sommes au cœur d’une discussion avec lui comme interlocuteur. Une discussion à battons rompus. On passe du coq à l’âne, et même à l’âme. Dantzig appartient à cette famille de lecteurs insatiables, de cette confrérie où siègent Georges Steiner et Alberto Manguel. Des hommes de bonne compagnie.

-A propos des chefs-d’œuvre
De Charles Dantzig
Grasset, 275 p., 19 € 80

Permalien 15:04:32, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Les Juifs Viennois à la Belle Epoque (1867-1914), de Jacques Le Rider (Grasset)

Quand on lit le livre du germaniste féru d’Histoire autrichienne, on se demande pourquoi l’œuvre de Stefan Zweig n’est pas déjà dans la Pléiade. De Zweig, il en est beaucoup question dans l’instructif nouvel ouvrage de Jacques Le Rider qui dresse le tableau complet de la vie culturelle à Vienne de la fin du XIXe au début du XXe siècle. Comme, ils y étaient bien accueillis les Juifs ont afflué dans la capitale de la Mitteleuropa. Bien accueillis jusqu’à la montée de l’antisémitisme. On sait que l’Allemagne nazie finira par annexer l’Autriche. Avant cette tragédie, Freud imposa la psychanalyse, Gustav Mahler sa musique envoutante à force de diffuser un mysticisme violent. Vienne fut le théâtre d’une création exceptionnelle. Une vraie ruche d’artistes avec Schönberg, Karl Krauss, Arthur Schnitzler, Joseph Roth, Robert Musil, Klimt… Le livre comporte 285 pages de texte présenté sous la forme de 12 chapitres. Le reste du livre est l’appareil de notes et l’index. Parmi les pionniers du sionisme contemporain, on s’intéresse bien sûr à Theodor Herzl (1860-1904). Né à Budapest, il arrive à Vienne quand il a dix-huit ans. Deux absents de marque dans l’ouvrage : les peintres Egon Schiele (1890-1918) et Oskar Kokoschka (1896- 1980). Leur univers n’a pourtant pas pris une ride.

-Les Juifs Viennois à la Belle Epoque (1867-1914)
De Jacques Le Rider
Grasset, 360 p. , 24 €

Permalien 09:07:12, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

France-Géorgie (3-1): le parfum de la Coupe du monde 2014 avec les commentateurs brésiliens

Avec les commentaires en brésilien (portugais) on se croirait déjà en 2014.

Contre la Géorgie (3-1), M.Valbuena a joué aussi bien que l’Espagnol Xavi.
Valbuena a marqué un but et a réalisé deux passes décisives.
Au début de leur collaboration à Marseille, il y avait de l’électricité dans l’air.
Valbuena n’était pas un titulaire, il était même en partance.
Puis petit à petit Valbuena a fait son trou pour finir un des pions majeurs de l’OM et titulaire chez Bleus.
Comme quoi il ne faut jamais désespérer.
Notons aussi que Deschamps ne reste pas figé sur un jugement.
J’entends ici et là que Valbuena n’est pas tendance, que son physique serait un handicap médiatique.
Cela est vraiment écoeurant d’entendre de pareils discours.
Paul Scholes non plus n’est pas tendance car il est roux à la peau blanche.
Ils disent aussi que Messi, Xavi et Iniesta ne sont pas beaux.
Les médias aiment mieux se servir des photos de Beckham, devenu cover-boy grâce au football. En mettant en une le natif de Londres, ils ont conçu une machine à vendre qui par ricochet amasse une fortune sur le dos des sponsors. En fait les consommateurs payent eux-mêmes Beckham puisque les fabriquants leur font payer la pub dans chaque produit.
L’autre jour, j’ai entendu une ignorante dire: “Il joue Beckham ? S’il joue, je regarde…”
Pour voir quoi ?
Les femmes sont devenus aussi stupides que les hommes. Egalité parfaite.
Plus besoin de revendiquer la parité de la connerie.

24.03.13

Permalien 20:04:25, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Arno à l'Olympia le 22 avril 2013

A l’occasion de son nouvel album “Future Vintage", la tournée d’Arno passe par l’Olympia

Arno appartient à la lignée des géants de la chanson intelligente. Un écrivain de la scène.
L’écorché vif nous restitue ses chansons qu’il semble écrire sous nos yeux.
Cela sonne juste, vrai.
Il touche dans le mille de notre coeur.
Il laisse sa peau sur scène.
Un grand, un très grand Monsieur.

ARNO, à l’Olympia
lundi 22 avril 2013 20h30
de 40 à 47 euros
http://www.olympiahall.com/artiste/arno.html
http://www.arno.be/

Permalien 16:15:44, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Au fil de Creil, de Philippe Lacoche (Le Castor Astral)

Les neuf nouvelles de Philippe Lacoche nous plongent dans un univers tendre et loufoque, avec toujours de l’humour et une intelligence omniprésence. Pourquoi les lecteurs lisent-ils des auteurs insignifiants au lieu de lire Philippe Lacoche? Pour plaire à autant de monde, il faut être très vulgaire a dit un critique oublié, au début du XXe siècle. Beaucoup de lecteurs aiment lire des bouquins qui ont la spiritualité d’un roman-photo à la grande époque de Nous Deux. Ils aiment aussi lire les livres que tout le monde lit cela les rassure. On ne pourra jamais rien y faire : la médiocrité attire comme les mouches à m…
Revenons à Philippe Lacoche qui jouit d’une prose, c’est le cas de le dire, très sensuelle qui ne cède rien à la mode. Il se permet même d’insérer dans ses phares des gens dont il entretient la mémoire, comme quelqu’un transporte une bougie prenant garde de ne pas éteindre la flamme. Ainsi Bernard Bosquier, ancien défenseur central de Sochaux, des Verts et de l’OM, entre autres, traverse le livre à la manière d’Hitchcock.
Lacoche aime jouer avec le langage et les lecteurs, le tout dans une forme d’expression de très grande classe. C’est l’un des meilleurs écrivains de sa génération. Il est faussement normal. Quand on commence à le lire, on a l’impression d’être dans un TER en train de regarder un morne paysage passe-partout mais c’est précisément là qu’il intervient et que sa magie transforme le récit en compte extraordinaire. Ainsi, cette rencontre improbable entre un lecteur et une lectrice de Victor Bruges qui donne envie d’aller voir Google mais Wikipedia reste muet… N’empêche le narrateur nous apprend que Victor Bruges a écrit Au fil de Creil titre du livre que nous avons entre les mains.
Dans une autre nouvelle (« Prunelle, brune incendiaire ») une femme souhaite se construire une poitrine en bois pour conquérir un homme qui aime les seins hyper durs. Elle trouvera un ébéniste capable de la contenter jusqu’à l’incendie qui va tout réduire en cendres. Et que dire des deux zigotos vendeurs de pizzas qui désirent enlever Albert Jacquard pour demander une rançon avant de s’interroger si kidnapper un humaniste déclenchera un mouvement de solidarité ou au contraire de l’indifférence à couper au couteau…
Si vous aimez à la fois Emmanuel Bove et Alphonse Allais, vous devez voyager dans le Trans Philippe Lacoche Express qui passe sans cesse du tragique au comique, et lycée de Versailles. C’est quelqu’un qui dit beaucoup en ne disant presque rien. Du grand art. De la haute précision. L’horlogerie intime d’un solitaire qui refuse d’être écrasé par la marche du temps.

-Au fil de Creil
De Philippe Lacoche
Le Castrol Astral, 120 p. , 12 €

Permalien 10:40:31, Catégories: LE GYM E BASTA  

Petit à petit, l'OGCNice fait son nid à l'Allianz Riviera

Les Aiglons n’ont plus que quelques grands matchs au Ray avant de planer sur l’Allianz Riviera (*)

(*) Pour accèder directement à la vidéo cliquez, svp, sur la croix en haut à droite.

Permalien 01:14:05, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Maurice Blanchot-Pierre Madaule, Correspondance 1953-2002 (Gallimard)

Bien sûr les correspondances entre des écrivains ne concernent que les happy-few surtout à l’heure où les médias décrètent écrivains des gens qui n’ont pas écrit une seule ligne des bouquins qu’ils signent. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’une correspondance entre Maurice Blanchot et l’un des ses plus avisés lecteurs. Pendant presque un demi-siècle le dialogue épistolaire n’a jamais cessé avec des périodes plus ou moins intenses. Blanchot avait de l’estime pour celui qui lui consacra, en 1973, Une tâche sérieuse ? (Gallimard, 1973), essai né de la lecture au laser de L’arrêt de mort (1948), l’un des livres phares de Blanchot.
La publication de cette correspondance est bien sûr réservée à l’élite des lecteurs. Combien sont-ils 300 000 ? 30 000 ? 3 000 ? 300 ? 30 ? 3 ! Arrêtons. En publiant les correspondances, Antoine Gallimard, le petit-fils du fondateur, rend hommage à son grand-père Gaston. Cette fois, Pierre Madaule refuse qu’on l’appelle écrivain. Blanchot aimait ce lecteur qui ne fait même pas figurer sa bibliographie dans le volume.
Madaule sait que les trois-quarts des livres naissent de songe-creux. Autant alors ne pas agrandir le nombre. Dans L’arrêt de mort, Madaule a été sensible au fait qu’il y a une confusion entre l’auteur et le narrateur. Le début du récit et la fin du volume ont nourri toute sa vie. Heureux Blanchot d’avoir un tel lecteur !
Madaule ne fait pas la théorie de l’œuvre de Blanchot. De surcroît pour ne pas être troublé par la présence physique de Blanchot, Madaule n’avait vu Blanchot. Tout se passe par écrit et par la pensée bien sûr. La rencontre a eu lieu mais uniquement à travers la littérature, et les mots de la correspondance. Madaule nous prouve qu’on peut lire un seul livre pendant 60 ans sans jamais se lasser. Est-ce un comportement clinique ? Parfois, Madaule se demande s’il n’est pas possédé. Il possède une dizaine d’Arrêt de mort car à force de lire le même exemplaire, l’ouvrage se dégrade. Quand L’arrêt de mort reparaît dans “L’Imaginaire", Blanchot retire la fin du récit, deux alinéas, afin de plonger le lecteur encore un plus dans le vide. Un peu comme si on retire la grande croix au-dessus de l’autel dans une église.
Dans sa correspondance, Blanchot dit que Madaule est finalement le véritable auteur de L’arrêt de mort. La lecture de Madaule était «créatrice ». Madaule rétorque alors qu’il est un auteur sans lecteur… Dans ses lettres, Maurice Blanchot signe « Je vous dis mon amitié» ((1973), « dans l’amitié » (1975), « merci pour ce que vous m’avez donné « (1987) . Quand il est mort le 20 février 2003, il y avait près du fauteuil de Blanchot la dernière lettre de Pierre Madaule, datée 23 septembre 2002.

-Maurice Blanchot-Pierre Madaule
Correspondance (1953-2002)

Edition établie, présentée et annotée par Pierre Madaule
Gallimard, 166 p., 25

23.03.13

Permalien 19:10:55, Catégories: FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Raphaël Varane et Paul Pogba redorent le blason de l'équipe de France

Didier Deschamps a très bien fait d’aligner Varane et Pogba qui outre leur talent sont des joueurs dépourvus de cette morgue détestable qu’affichent encore certains Bleus dont beaucoup ne sont plus à Clairefontaine. Varane et Pogba ne sont pas des intermittents du spectacle, eux.

Le France-Georgie (3-1) a vu la première sélection de Raphaël Varane et de Paul Pogba.

Raphaël Varane, né le 25 avril 1993 à Lille, évolue au poste de défenseur central voire de milieu défensif. Formé au Racing Club de Lens, il est au Real Madrid depuis 2011.

Paul Pogba, né le 15 mars 1993 à Lagny-sur-Marne, évolue au poste de milieu de terrain à la Juventus Turin depuis la saison 2012-2013. Issue du Havre, il est passé par Man United mais sir Ferguson n’est pas arrivé à le conserver dans l’effectif car Pogba estimait à juste titre qu’il n’avait pas assez de temps de jeu.

Didier Deschamps a très bien fait de ne pas attendre pour lancer ces deux joueurs qui font aimer derechef les Bleus. Ces deux joueurs ne sont pas des gadgets comme certains sélectionneurs en ont parfois faits venir pour amuser la presse.
Même si la Géorgie est une nation modeste, les novices Raphaël Varane et Paul Pogba ont démontré qu’ils avaient la classe pour jouer en A. En 1998, ils avaient 5 ans chacun !
Au cours du match contre la Géorgie pas un seul instant, les deux nouveaux ont semblé jouer leur premier match en A.
Ils dégagent beaucoup de calme et jouent toujours de manière simple.
Avec Lloris, Varane est déjà indiscutable. Bien sûr, il a droit à l’erreur. Pogba aussi.
Ces joueurs n’ont rien à voir avec la morgue ou le faible mental de certains bleus de jadis nés dans les années 1980.
Il est fort possible que des joueurs plus âgés qu’eux feraient de s’en inspirer.
Varane est totalement humble. Pas de prétention déplacée.
José Mourinho a dit que son père et lui n’ont jamais parlé argent quand Varane a signé au Real Madrid.

Un héroïque Hugo Lloris a permis à la France de gagner 5 points dans un seul match avant France-Espagne

Lloris et Varane sont des internationaux qui font revenir les Français vers l’équipe de France. Une nouvelle époque arrive. Moi même, je n’intéresse de nouveau aux Bleus qui possèdent quelques très grands de talents qui tirent pas le haut tout le groupe. Si la France parvient à faire nul contre l’Espagne et même à la battre, les Bleus de Deschamps auront effacé toutes les années noires, celles où les Bleus n’étaient plus dirigés par personne. Deschamps ne parle que de ballon, cela fait du bien d’avoir un vrai sélectionneur.

4e journée des qualifications pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil:

***France 3-1 Géorgie
Buts les Bleus: Giroud (45e +1), Valbuena (47e), Ribéry (61e)
But pour les visiteurs: Kobakhidze (71e)
Composition de l’équipe de France au départ, contre la Géorgie : ©- Jallet, Varane, Sakho, Clichy - Pogba, Matuidi - Valbuena, Ribery - Benzema, Giroud.

***Espagne 1-1 Finlande
Composition Espagne : Victor Valdès - Arbeloa, Piqué, Sergio Ramos, Jordi Alba - Iniesta, Busquets, Cazorla - Silva, Fabregas, Villa.

Classement Groupe I
1ere France 10 points 4 m/ 3 1 0/ 8 3/ + 5
2eme Espagne 8 points 4 m/ 2 2 0/ 7 2/ + 5

La France a réalisé une très bonne opération en gagnant face à la Géorgie.
Non seulement, elle a pris 3 points mais comme l’Espagne n’a fait que nul devant la Finlande, ce match contre la Géorgie fut un match à 5 points !
A 21 h l’Espagne et la France avaient toutes les deux 7 points.
A 23 h, la France était leader avec 10 points devant l’Espagne 8 points !
Il ne faut pas croire que la France ait eu partie facile.
Si la France s’est maintenue dans le match c’est grâce à son capitaine Hugo Lloris.
D’aucuns se demandaient pourquoi il avait le brassard ou du moins s’il le méritait. Maintenant, ils savent.
Avec deux arrêts décisifs de classe mondiale, le Niçois formé à l’OGCNice a empêché la Géorgie de mener 0-2.
Ses coéquipiers sachant qu’ils leur devaient beaucoup ont réussi à ouvrir le score juste avant la mi-temps. Ce qui casse toujours le moral des adversaires qui au retour des vestiaires ont encaissé un nouveau but. Ainsi se dégagea l’horizon pour les Bleus.
Enseignements du match:
1/ Didier Deschamps est vraiment un gagneur. Et il a bien fait le ménage en retirant ceux qui se croyaient indispensables. On est loin de la trop longue période de l’ex loser qui nous parlait de mariage avec sa compagne.
2/ Des titulaires sont désormais indiscutables: Lloris- Varane - Pogba- Valbuena, Ribery - Giroud. Cela en fait au moins 6. Ce qui fait un très bon socle.
3/ Les satisfactions: LLoris est dans les 5 meilleurs gardiens au monde; Varane est un mélange de Trésor et de Beckenbauer; Pobga est un grand technicien au regard périphérique; Valbuena un bon diablotin; Ribéry apporte la vitesse et la constance; Giroud a confirmé. Au rayon déception: Benzema. Incapable de faire le bon choix quand il a des ballons de but. Tôt ou tard, il remarquera mais cela tarde à venir.

La France est donc en bonne place pour obtenir son billet de qualification pour la World Cup 2014. Il lui suffit d’un nul contre l’Espagne au SFD le 26 mars pour conforter sa position. Une fois que l’on a dit ça, on se ravise pour tempérer sa confiance: comme les Espagnols ont fait nul face aux Filandais, ils vont venir à Paris surmotivés, surcontrés, et donc sans aucune néfaste suffisance.
En effet, les Espagnols sont obligés pour redevenir leaders. Bien sûr nous sommes à mi-parcours des matchs de qualification. Tout ne se jouera pas au SDF, le 26 mars.
Cependant le France-Espagne de cette fin mars a un parfum de finale.
Del Bosque va sans doute revoir sa copie car il a fait nul contre la Finlande en jouant avec un attaquant de métier (Villa) alors que d’habitude, il n’a pas de buteur dans le onze.
Autre leçon: Fabregas ne confirme pas son talent depuis son retour d’Arsenal.
Au Barça et avec la Roja, Fabregas n’a pas le rayonnement qu’on est en droit d’attendre de lui.
S’est-il Arshavinisé à Arsenal ?
A propos d’Arsenal, LLoris aurait fait un immense Gunner. Il est à Londres mais à Tottenham.
Tant de Français de L1 à Arsenal et pas le Niçois Lloris ? Pourquoi ?
Quelque chose m’échappe car depuis que Lloris a été lancé en L1 par F. Antonetti, Lloris est fantastique.
Sir Ferguson pense de son côté que LLoris n’est pas assez bon des pieds pour jouer à Man United. Il faudrait surtout parler des qualités de LLoris: concentration, vista, anticipation, réflexe, placement, constance, courage, intelligence, sans parler de son très bon esprit. Lloris n’a pas la chance de jouer en équipe de France, c’est la France qui a de la chance d’avoir LLoris.
Par effet de boomerang, le PSG doit reprendre confiance: si la France bat l’Espagne alors pourquoi le PSG ne sortirait-il pas le Barça en 1/4 de C1 2013 ?

22.03.13

Permalien 12:23:04, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

David de Gea va devenir champion d'Angleterre à 22 ans

Présélectionné dans l’équipe d’Espagne pour affronter la France, le 26 mars 2013, David de Gea s’est imposé gardien titulaire à Man United alors qu’il n’a que 22 ans. Il va devenir champion d’Angleterre 2013 alors qu’il en est simplement à sa deuxième saison en Premier League. Il a été décisif très souvent cette saison. C’est déjà l’un des meilleurs au monde sur sa ligne, doté de réflexes hors normes. Remporte-t-il le titre 2013 parce qu’il joue à MU ou MU gagne-t-il le titre grâce à lui ? Les deux mon général ! Le portier a vite gagné ses galons de titulaire dès lors que sir Ferguson a cessé le turn over très néfaste quand on veut qu’un goal s’impose n°1. Pendant la décennie qui arrive on va beaucoup entendre parler de De Gea. Sir Ferguson a donné sa chance à un gamin de 20 ans. Aucun autre grand club au monde n’a donné sa cage à un jeune homme. Attention, je parle de club ENORME et non pas du FC Footix.

Voici tous les matchs de David De Gea en 2012/2013 sous le maillot de Manchester United:

Premier League:
21 matchs

FA Cup:
4 matchs

Capital One Cup:
1 matchs

Champions League:
7 matchs

TOTAL:
33 matchs

“Clean sheets". Il n’a pas encaissé de but lors des 5 derniers matchs en Premier League:

Fulham 0-1 Man U
Man U 2-0 Everton
QPR 0-2 Man U
Man U 4-0 Norwich
Man U 1-0 Reading

[Post dédié à Yachine]

Permalien 10:34:34, Catégories: LITS ET RATURES, LA MOUETTE DE TCHEKHOV, GRANDE DAME  

Heureux les heureux, de Yasmina Reza (Flammarion)

Le théâtre Yasmina Reza en italien fonctionne aussi bien qu’en français.

Yasmina Reza touche le public sans passer par la case des émissions débiles de la télé. Celles où il faut faire semblant d’être intelligent entre une météo clownesque et des chroniqueurs politiques qui remuent du vent. Cela fait plaisir de savoir qu’il y a encore des lecteurs en France. Yasmina s’appelle Reza. Dans un de mes lointains articles sur elle j’avais précisé que son patronyme correspondait aux quatre premières touches du clavier d’une machine à écrire devenu aujourd’hui des ordinateurs. Reza c’est donc AZER dans l’autre sens.
Yasmina Reza a beaucoup de succès au théâtre. Tous les auteurs rêvent d’un pareil destin. Disons qu’il s’agit d’une comédienne qui a pris la parole. Voilà une très bonne chose quand on pense que la plupart des comédiens attendent que le téléphone sonne. Prendre la parole est une forme de courage, il faut avoir quelque chose à dire et surtout se démarquer des autres. C’est le cas de Yasmina Reza qui sait très bien mener un récit, à sa façon.
Cette fois, elle parle d’amour, sujet vendeur, surtout auprès des femmes. Je n’ai pas les statistiques, mais je suis quasi certain qu’il y a huit femmes sur 10 lecteurs. Quand il m’arrive de traverser un « festival du livre » je ne vois que des lectrices. Bien sûr, le livre ne s’adresse pas qu’aux femmes. C’est un livre bisexuel !
Sur l’amour, plusieurs écrivains ont écrit des aphorismes définitifs. Baudelaire ? « L’amour est un crime où l’on ne peut pas se passer de complice ». Paul Valéry : « Un homme seul est en mauvaise compagnie ». L .-F. Céline : «L’amour c’est l’infini à la portée des caniches ». Le cinéaste François Truffaut, écrivain dans sa tête, a dit : « Ni avec, ni sans ». Ces quatre phrases tourbillonnent dans le livre de manière sous-jacente.
En amour, il n’y aucun progrès. On vit ce que vivaient nos devanciers du IIe siècle. Il y a la contraception en plus. Les commodités du progrès. Pour ce qui est des sentiments, R.A.S. Tout est identique. J’ai oublié Balzac : «En amour, il y en a toujours un qui souffre et un qui s’ennuie ». Le livre est construit sous la forme d’une ronde de gens qui se font face à l’infini comme lorsqu’on se perd dans le labyrinthe du palais des glaces dans un luna-park. L’ouvrage s’ouvre sur une dispute dans un super marché autour d’un bout de fromage. Rien n’est plus vraisemblable, véridique. Tout cela sonne juste. La prose de Reza est vivante, elle court, cavalcade sur un train d’enfer.
Tout n’est pas résumable tant on est recouvert par le torrent de la vie. « Peindre c’est plus rendre vivant que ressemblant » a dit Bonnard. Yasmina Reza écrit comme le peintre. Avec elle, les mots sont des couleurs. Un écrivain c’est ça, c’est Reza. Des élitistes amateurs de livres abscons ont le plus grand mépris pour les auteurs à succès. Ils ne savent plus se laisser aller dans la lecture. Il faut savoir jouer le jeu des auteurs sincères. Reza publie ici une suite de scénettes qui sont autant de polaroïds. On peut même évoquer la froideur du numérique. Ce n’est pas rien. Le fils qui se prend pour Céline Dion est significatif. Et Reza a choisi une chanteuse de variétés de grand talent. Il y a pire que Céline Dion dans notre temps qui a remplacé Bob Dylan par M’Pokora, Maradona par Beckham. Le livre de Reza n’est absolument pas un roman classique. Il s’agit d’éclats d’écriture, sorte de copeaux de bois qui tombent sur le sol quand peu à peu on voit se dessiner un visage.

-Heureux les heureux
De Yasmina Reza
Flammarion, 187p., 18 €

Permalien 08:47:00, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Juliette ou le chemin des immortelles, de Tristan Cabral (Le Cherche Midi)

Pas besoin de faire long pour faire fort.
Le livre de Tristan Cabral fait juste plus de cent pages mais il fera très mal s’il vous tombe sur les pieds tant il est plein d’une vraie souffrance que l’on prend en plein plexus mais sans être dans la peau d’un voyeur, tout ça grâce à l’auteur qui ne publie pas un livre pensum comme tous les écrivains «arrivés » qui proposent régulièrement un bouquin tous les deux ans alors qu’ils n’ont rien à dire. Ces gens-là cherchent des sujets quand Tristan Cabral crache sa vie avec perte et fracas.
Nous sommes à la Libération qui a rimé avec épuration, cette sinistre époque où l’on a tondu des femmes pour faire plaisir à la populace. Ces femmes n’étaient pas des prostituées. Mon cœur est Français mais mon cul est international, a dit l’immense Arletty.
«Je suis né le 29 février 1944 dans un villa d’hiver d’Arcachon en face du casino mauresque : la villa Toledo aux dentelles de bois et au balcon d’argent.» La mère de Tristan Cabral n’a pas couché avec un Boche mais elle a fait l’amour avec un Allemand.
«Ma mère s’appelait Juliette D. Mon père, Heinz R., un médecin militaire allemand», précise leur fils qui ajoute : «Juliette était très belle (…) on aurait dit une Allemande». Au cours de l’été 1944, sa mère sera tondue dans une rue de Bordeaux, «la ville la plus collaboratrice de France» note Tristan Cabral.
L’écrivain- un écorché vif de la meilleure espèce- va parfois s’asseoir sur le banc où ses parents s’embrassaient.
«Je sais depuis toujours qu’on ne naît pas, on tombe. Qu’on va d’une tombe à l’autre». Rideau !

-Juliette ou le chemin des immortelles
De Tristan Cabral
Le Cherche Midi, 112 p. , 13 €

Et aussi: Si vaste d’être seul, de Tristan Cabral, Le Cherche Midi, 75 p., 10 €.

Mort de Pietro Mennea recordman d'Europe du 2 00 m

La course de Pietro Mennea quand il gagne la médaille d’or du 200 m aux J.O. 1980

19 secondes 72, à Mexico City, le 12 septembre 1979
Cette ligne dure toujours. Il s’agit du record d’Europe établi par l’Italien Pietro Mennea(1,80 m pour 68 kg), sur 200 m.
Le champion est mort le 21 mars, à Rome, à l’âge de 60 ans, après avoir lutté contre «un mal incurable».
Surnommé la «Flèche du Sud», il avait accompli son exploit, en altitude, lors des Jeux universitaires de Mexico.
Un chrono qui est resté le record du monde pendant 17 ans.
Le temps supersonique de la légende de l’athlétisme italien ne fut battu qu’aux Jeux olympiques d’Atlanta 1996 par l’Américain Michael Johnson (19′32′’). Le Jamaïcain Usain Bolt est actuellement le plus rapide au monde sur le distance depuis sa course de Berlin en 2009 (19′19′’).
Au plan européen le record de Mexico tient toujours. Christophe Lemaître n’a pour l’instant pas réussi à faire mieux que Mennea. Les médias ont souvent désigné Mennea comme “le sprinteur blanc le plus rapide du monde".
Mennea, médaillé d’or à Moscou (200 m, 1980) en l’absence des Américains qui boycottaient les Jeux, Mennea a également été quatre fois champion d’Europe (200 m en 1974 et 1978, 100 m en 1978, 400 m en salle en 1978), deux fois médaillé de bronze aux JO (200 m en 1972 et 4x400 m en 1980) et médaillé d’argent (4x100 m) et de bronze (200 m) aux Mondiaux d’Helsinki en 1983.
Après avoir poursuivi - si je puis dire pour un sprinter- ses études en sciences politiques, Mennea est devenu avocat, conseiller fiscal et professeur. Il avait aussi été élu au Parlement européen (1999-2005).

21.03.13

En Chine, Beckham joue au football en costume pendant que Scholes s'entraîne de nouveau avec Man United

Paul Scholes n’a pas la cote auprès de ces messieurs journalistes et de la com. parce qu’il ne joue pas sur son physique.
Au fait cela s’appelle comment quelqu’un qui vend sans cesse son corps contre de l’argent ?

L’intermittent du football qui a signé 5 mois au PSG, est actuellement en Chine, lors de cette trève internationale, où il assure son emploi d’ambassadeur du football chinois pendant cinq jours.
Pour épater la galerie, David Beckham a effectué quelques dribbles sans quitter son costume et sa cravate, pour “éduquer les enfants” (sic). On se croirait à la foire.
Au même moment à Man United, Paul Scholes a repris l’entraînement avec les Red Devils. Les médecins lui ont donné le feu vert.
Voilà deux façons de concevoir le football.
D’un côté, un joueur qui se sert du football pour amasser une fortune en contrat publicitaire.
De l’autre, un joueur qui n’a jamais quitté Man United pour exercer son art.
Alors qui est le vrai footballeur ?
Qui est le plus méritant ?
Où est l’artiste ?
Pourquoi le public se laisse-t-il abuser de la sorte ?
Pourquoi les gens ont-ils des yeux si c’est pour ne pas s’en servir ?

[Post dédié à Nicky Butt]

En 2013, l'Espagne est toujours la première nation de football au monde. La France, 17e...

Le show de Reina. Fabuleux moment qui dit tout de l’unité espagnole. Le gardien est remplaçant alors que c’est un leader de vestiaires. Cela en dit long sur la très bonne ambiance au sein de la Roja. Cette génération n’a pas fini de nous régaler. Et nous voulons la voir jouer encore longtemps tandis que l’équipe de France se perd dans des discussions autour de la Marseillaise. Triste football français.

L’équipe de France reçoit l’Espagne le 26 mars 2013 au Stade de France, un match décisif pour la qualification pour le Mondial 2014. Le Groupe I de la zone européenne est le seul comptant cinq équipes, mais il inclut deux pays champions du monde : l’Espagne et la France.

L’Espagne est favorite car elle est championne du monde en titre avec en plus à son actif l’Euro 2012. De surcroît en Champions League elle est la nation régnante avec 3 clubs en quart de finale : Barcelone, Malaga et le Real Madrid.

On sait que la formation au Barça est une donnée de leur réussite. En sélection il y a beaucoup d’automatismes entre les joueurs de Barcelone et du Real Madrid. Le sélectionneur Vincente Del Bosque a fait comprendre aux faux frères des deux clubs ennemis qu’ils devaient en sélection enterrer la hache de guerre.

Les Espagnols forment une bande d’amis. Je n’en veux que pour preuve de l’importance de Reina. Le gardien remplaçant est un cadre de la sélection. C’est une grande leçon à retenir. Le football c’est un mélange d’amitié et de rivalité. Seuls les grands entraîneurs savent équilibrer ces deux données fondamentales. Vincente Del Bosque est très soucieux de l’ambiance dans le vestiaire là où se joue tout sur le plan humain. Et c’est ainsi que l’éducateur espagnol est l’un des plus grands coachs de son temps. Un homme qui fait passer l’humain avant le joueur. Cela prouve sa grande confiance. C’est une façon de déstresser son groupe.

Classement mondial FIFA à la mi-mars 2013:

1 Espagne 1610 points
2 Allemagne 1473
3 Argentine 1309
4 Angleterre 1174
5 Italie 1173
**************
17 France 921

A lire sur :
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/vincente-del-bosque-prone-l-amitie-entre-ses-internationaux-et-il-respecte-les-francais-selectionnes-par-didier-deschamps_106.htm

20.03.13

Permalien 19:30:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Poèmes et Poésies, de Philippe Soupault (Grasset/ Les Cahiers Rouges)

Mon cher ami Philippe Soupault m’a dit: “La vieillesse est triste car on voit mourir tous ses amis". Et moi alors !, lui ai-je répondu.

« Monsieur Miroir marchands d’habits
Est mort hier soir à Paris
Il fait nuit
Il fait noir
Il fait nuit noire à Paris »
Ce poème de Philippe Soupault dit beaucoup sur lui. Ce Monsieur Miroir a bel et bien existé. Le jour de sa mort, Soupault a écrit ce poème. Ici nous ne sommes pas dans le sentencieux. Soupault est un ludique complètement angoissé par la mort. Ses poèmes sont toujours très frais car il voulait rendre la vie supportable, ne pas voir que la face sombre des hommes. N’ayant jamais voulu jouer au grand homme, c’est le moins connu des Mousquetaires : Aragon, Breton et disons Fraenkel avant Eluard. Soupault voulait d’abord vivre la poésie. L’écrire venait après le vécu. Bien sûr comme il était écrivain, il devait passer par la case création. Cette réédition de 1973, comprend :
Poésies de 1917-1937, dont Aquarium et Westwego (1917-1922).
Message de l’île Déserte (1942-1944)
Chansons (1949)
Sans Phrases (1953)
Crépuscules (1960-1971)
Dans Fils de guerre, il écrit :
-« Ceux qui préfèrent la mort d’un autre à leur propre vie. » Qui dit mieux ? Des tous les surréalistes et dadaïstes, Philippe Soupault est le seul Français qui ait dénoncé le nazisme à longueur d’articles pendant toutes les années 1930. Si ces articles-là avaient été signés par d’autres cela ferait longtemps qu’ils seraient réunis dans un volume. Avec son accord, je les ai réédités dans ma biographie Philippe Soupault qui êtes-vous ? Il m’a remercié ainsi : « Merci pour votre travail de recherche mon cher Bernard mais peine perdue, tout le monde s’en moque…» Pour une fois, il n’avait pas ri. Soupault n’a jamais voulu passer pour un héros en hommage à son ami Robert Denos. Pendant la Seconde Guerre, Soupault a été mis aux arrêts en Tunisie accusé « d’intelligence avec l’ennemi». L’ennemi bien sûr étant les Etats-Unis, les Alliés.
Définition des meilleurs amis selon Soupault ? « Ceux qui ne vous disent rien/ Ce sont peut-être les plus dévoués. » L’amitié était au cœur de la vie de Soupault qui n’a jamais renié un seul d’entre eux, excepté Paul Eluard. Il avait la dent très dure envers ceux qu’il estimait pas conforme avec leurs écrits : Léautaud et Jouhandeau. Il détestait Dali pour raison politique. Soupault a réussi l’exploit d’être l’ami de Proust, Apollinaire et Joyce. De son œuvre, il m’a dit qu’il ne fallait retenir que la poésie. « Que l’on dise de moi : le poète Soupault, cela me suffit ». Lisez le poète Soupault, il vous redonnera le goût de vivre la vraie vie. Celle qui nous fait encore apprécier le ciel, le soir, le soleil, la pluie, le vent, la lune, les étoiles, et « l’odor di femina ».

-Poèmes et Poésies.
De Philippe Soupault
Préface : Serge Fauchereau
Grasset / Cahiers Rouges, 294 p. , 9,90 €

Permalien 15:04:20, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, CERDANEMENT  

Le ring invisible d'Alban Lefranc (Verticales)

C’est la vie de Mohamed Ali quand il s’appelait Cassius Clay. La vie vue par le prisme poétique d’Alban Lefranc qui a assez du punch pour s’attaquer au noble art par voie/voix écrite. Page 2 du récit (12 dans la pagination de l’édition), il rend hommage à Joe Louis, géant de la boxe qui finit dans la pire des misères à force de se défoncer à l’héroïne. Il en est de la boxe comme du jazz. La came en moins, Cassius Clay est à Joe Louis ce que Milles Davis fut à Charlie Parker. Cela fait trois junkies et un parkinsonien. Alban Lefranc a eu la bonne idée d’entrecouper son récit des pensées de Cassius Clay qui sont autant d’uppercuts assenés de plein fouet dans notre poitrine de lecteur K.O. assis.

Il est beaucoup question du père de Cassius. Le fils se rêve un destin pour venger la petite dimension économique du paternel. Le fiston imagine la scène fondatrice : « …. les larges fesses d’Odessa, ma future mère, découpées dans la lumière du couchant, promesse, promesse, promesse où il plongera sa queue comme en rêve… » Il faut beaucoup aimer Cassius Clay pour rendre si vivant le passé englouti pour toujours. Les parties réservées au soliloque de Cassius sont en italiques : des mots couchés, au tapis, comme la plupart des adversaires qu’il traitait en punching-ball.

Au plan mondial, avant internet et même la télé non stop, Cassius Clay s’est fait connaître au J.O. de Rome 1960. Alban Lefranc nous fait revivre les célèbres harangues du boxeur au moment de la pesée. Quel show man ! Il excellait dans la provocation. Il dégageait une immense confiance en lui. A chaque fin de scènes contaient par Alban Lefranc on entend un coup de gong fictif. Nous sommes dans le rôle de l’arbitre qui souhaiterait que le combat du langage ne cesse pas entre Alban et sa toile fond. Un livre qui boxe, qui boxe comme dans la chanson de Nougaro. Et souvenons-nous que Cassius Clay refusa de faire guerre du Vietnam car il ne voulait pas tuer des gens qui ne lui avaient rien fait alors qu’aux Etats-Unis d’aucuns le traitaient de sale négro. Dans les différents classement mondiaux, Cassius Clay est désigné plus grand sportif de tous les temps, avec Pelé.


-Le ring invisible
d’ Alban Lefranc
Verticales, 170 p., 17 €

Tombeau de Nicolas 1er et avènement de François IV, de Patrick Rambaud (Grasset)

Vient de paraître le 6e tome des aventures de Nicolas 1er. Est-ce que celles de François IV vont donner autant de grain à moudre à Patrick Rambaud qui manie l’humour dans un style étincelant ?

La fin de la présidence Sarkozy- peut-être avant son retour triomphal- voit aussi la fin de la suite romanesque sur le président de la République sortant.
Pour n’être pas nostalgique, ah ! ça il ne l’est pas Patrick Rambaud !
L’écrivain avait pris la plume dès 2007 afin d’éviter la dépression que cette élection semblait lui déclencher.
Cinq ans après, Rambaud a perçu dans la rue le calme revenu avec tant et tant d’agitation alors que locataire de droite n’avait pas encore plié bagages à l’Elysée…
Ce qui formidable dans la fresque de Rambaud c’est qu’il n’invente rien.
Les politiciens actuels sont si grotesques qu’ils lui donnent plein de matière à développer.
Les six tomes sur la séquence Sarkozy (2007-2012) feront autorité dans 100 ans et plus.
Ces livres contiennent tout : les informations et le recul nécessaire pour savoir les lire.
Rambaud n’est pas simplement atteint de sarkonite aïgue. A gauche, ils en prennent aussi pour leur grade respectif. La plume de Rambaud c’est casher ! Surtout dès qu’il parle des magouilles du monde financier avec les politicards. Rambaud c’est Michelet qui écrit comme Audiard. L’esprit fuse dans chaque phrase. Un vrai régal pour les lecteurs que Rambaud traite d’égal à égal.
Pas de grandiloquence. Pas de « moi je sais et vous non».
On rit alors qu’on devrait en pleurer tant le niveau de nos hommes politiques est tombé bas, très bas.
Où sont les nouveaux Mendes France, Antoine Pinay, Edgar Faure ou Charles de Gaulle ?

-Tombeau de Nicolas 1er et avènement de François IV
De Patrick Rambaud
Grasset, 232 p,, 16

19.03.13

Permalien 18:58:45, Catégories: GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Un bel album inédit de Jimi Hendrix: People, Hell and Angels

Jimi Hendrix est mort le 18 septembre 1970
Il aurait eu 70 ans en 2012.
Le guitariste est mort à moins d 28 ans mais il reste toujours parmi nous.
Personne avant lui n’avait joué de la guitare comme lui.
Il y a un son Hendrix comme un son Miles Davis.
Rien qu’une note et l’on sait qu’il s’agit d’eux. D’ailleurs Miles Davis voulait jouer avec Hendrix.
Les derniers mois de sa vie, Hendrix a fait beaucoup de studio car il avait l’impression d’être un clown sur scène puisqu’on lui demandait de faire tout le temps la même chose.
Après de longs procès, sa demi-soeur (Janie Hendrix), a récupéré les bandes.
Pour le nouvel album posthume, elle a fait appel à l’ingénieur du son Eddie Kramer, 71 ans, qui travailla avec Hendrix dès 1967. Il s’est chargé de respecter au plus près la mémoire de son ami disparu.
Kramer a dit:
-"Il y a encore des versions techniquement exploitables, mais elles n’ont pas le niveau de qualité que nous voulons maintenir. […] En revanche, nous avons deux albums publics en projet, deux concerts filmés et enregistrés avec des archives d’excellente qualité.” Tant mieux !
Le CD s’appelle: “People, Hell & Angels", soit “Les gens, l’enfer et les anges". Titre parfait.
Les douze titres ont été enregistrés entre la mi-1968 et la fin de 1969, mais pas avec le Jimi Hendrix Experience, son groupe habituel. Jimi ici a joué avec d’autres amis ou des musiciens de passage: Stephen Stills (basse), Lon­nie Youngblood (saxo)
Hendrix cherchait à explorer de nouvelles voies c’est aussi pour cela qu’il a délaissé ses musiciens habituels: Noel Redding et Mitch Mitchell, présent tout de même sur Easy Blues, Izabella, le magnifique Inside Out ). Hendrix a alors joué avec des claviers, des percussions l’éloignant de son légendaire son.
Sur le beau petit livret parfois il y a marqué “percussion: inconnu". Etonnant !
L’album inédit produit par Janie Hendrix et mixé par Eddie Kramer comporte 12 titres très free music mais jamais bordélique.
Le premier morceau, Earth Blues, met en présence avec Billy Cox (Basse), un ancien camarade de l’armée, et Buddy Miles, batteur du légendaire Wilson Pickett. C’était le début du black power musical qu’il voulait instaurer sur ses prochains concerts sans pour autant donner une impulsion politique. Nous étions en 1968. Hendrix était une icône aussi importante que les sprinters américains et que Cassius Clay.
Les titres de l’album oscillent du rhythm and blues (Let me move you, Mojo Man) au jazz (le superbe Easy Blues) sans oublier le son pop inoxydable de la guitare rythmique du virtuose Hendrix qui sait qu’il est devenu un dieu musical pour les jeunes européens qui aiment tout de lui: sa musique, son look, ses fringues, sa défonse.
On ne voit plus un noir en lui, on ne se voit plus blanc. C’est notre grand frère des Etats-Unis. Sa guitare nous parle. Et il nous faut un grand courage- ou une peur bleue- pour ne pas le suivre dans sa descente en enfer. On sait qu’il se perd dans les paradis artificiels. Sa musique aurait-elle été aussi fascinante sans dope? Je suis sûr que oui. Il devait passer par la défonce mais l’héroïne ne lui a pas lâché prise. La garce ! L’héro c’est un combat avec la mort perdu d’avance.
Hendrix n’a jamais voulu être l’étendard de la cause noire.
Il se considérait comme artiste avant d’être noir alors qu’il subissait de grandes pressions.
S’il n’était pas mort en 1970, il aurait continué sur sa voie royale.
Son façon d’improviser n’avait pas de raison de s’interrompre.
Je l’imagine se produire en 2013 salle Pleyel. Il n’aurait que 71 ans.

-People, Hell and Angels
de Jimi Hendrx
Sony Music, 15 €
Cultura offre un 45t collector réservé aux premiers acheteurs.

18.03.13

Permalien 16:54:15, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Vanité de Duluoz, de Jack Kerouac (Folio/ Gallimard)

L’anti donneur de leçons, Jack Kerouac est pour moi plus vivant que n’importe quel écrivain actuel. Ecoutez l’interview en français: Jack Kerouac est issu d’une famille canadienne-française de parents québécois originaires de Bretagne. Qui en 2013 parle de manière plus simple, plus directe avec autant d’humour et d’intelligence. Kerouac ne jouait pas à être écrivain. Il était écrivain. Pas un seul instant, il ne se prend au sérieux quand des écrivassiers sont d’une prétention insondable. Et en plus, il adorait le football américain qu’il pratiqua de manière si brillante dès sa prime jeunesse qu’on lui proposa de devenir professionnel. Hélas! une grave blessure mit un terme à sa carrière. Il demeura toute sa vie passionné de football, de jazz et bien sûr de littérature avec une prédilection pour Thoreau. De Miles Davis il a dit qu’avec sa trompette au son d’acier il sortait des phrases aussi longues que du Marcel Proust. Mort à 47 ans, il ne s’est pas ménagé: herbe, came dure et alcool. Son corps a lâché mais son esprit est présent dans chaque ligne de ses livres. Kerouac ne trichait pas, lui. Il était tant obnubilé par la mort et la solitude qu’il préférait en rire. Dans cette vidéo, on perçoit très bien qu’il était un mélancomique… de grande voltige.

Cela fait une drôle d’impression de lire le dernier livre de Jack Kérouac (1922-1969) paru un an avant sa mort. Quand il est mort, j’avais 17 ans. Je ne le connaissais pas. Chaque lecteur a un rapport différent avec les autres. Quand je vois les photos de Kerouac on dirait qu’il vit aujourd’hui. Je le trouve beaucoup plus moderne que Beckham car Kerouac n’est pas un poseur, un mannequin. Il n’était payé par personne pour s’habiller de manière aussi cool. Il n’a pas touché un dollar pour porter ses lunettes. Entre 20 et 30 ans, il avait un fabuleux physique de comédien, très proche de John Cassavetes. Un James Dean de la littérature.
Mort en 1968. C’était hier. Kerouac était notre contemporain. Il a vécu tout ce qu’on voulait vivre et ce que les jeunes d’aujoud’hui et de demain veulent vivre. Et bien sûr c’était un écrivain, un superbe écrivain qui a inventé le road-movie par l’écrit. Dans son dernier livre, il entremêle tout, passé/présent, réalité/ fiction, autobiographie/autofiction. Il dit adieu à son enfance, à sa jeunesse, à ses débuts en tout, le bahut et les années de Beat génération, les Beatniks, les Hippies avant l’heure. Il vivait pour écrire ensuite. La événements lui servaient de peinture. Telle émotion faisait office de rouge comme chez Nicolas de Staël. Par certains aspects, il a vécu de manière cubique parce qu’il vivait les choses sous tous les angles.
Il ne sait rien refusé, prêt à vivre toutes les expériences quitte à y laisser des plumes. Ce qui me fait plaisir c’est de retrouver sa passion pour le football. Pas le soccer mais le football américain. Avant de devenir écrivain, il s’est rêvé champion de football. En sport, il y a un vainqueur et un perdant. Dans la vie c’est plus confus, à cause des imposteurs. Des moins que rien obtiennent des prix littéraires alors qu’on n’a jamais vu un joueur minable terminer meilleur buteur d’un championnat.
Il aimait dire que les bons joueurs ont commencé sur un terrain vague, vaste cahier de brouillon. Cela fait du bien de le voir consacrer des pages et des pages au football. Je suis persuadé que même ceux qui encensent Kerouac les sautent, ces pages, tant ils n’y comprennent rien au mystère d’un action sportive qui tient à la fois de l’anticipation et de la plus haute inspiration. Son dernier livre est sous-titré Une éducation aventure 1935-1946. Une décennie pleine de ruptures, de soudures, d’amour, de répulsions, de violence verbale, de rêves éveillés ou pas.
Quand il ne joue pas, il est reporter sportif au Sun. Lorsque les rédacteurs quittaient le journal pour aller retrouver leur vie familiale ou se bourrer la gueule dans un troquet, Jack Kerouac restait devant sa machine à écrire, heureux d’être seul : « Ce fut mon plus grand pied «d’écriture» de toute ma vie car je venais de découvrir Joyce… » Kerouac se mit alors dans la peau d’un adolescent qui cherche à imiter un maître. Kerouac ne se prenait pas pour Kerouac. Seuls les mauvais écrivains se prennent pour eux-mêmes. Je est un autre. Plus vrai que le réel. Et c’est ainsi que la littérature est une compagne à ne pas prendre à la légère. Parfois, elle a le dernier mot.

-Vanité de Duluoz
De Jack Kerouac
Traduit de l’américain par Brice Matthieussent
Folio/ Gallimard, 403 p., 7,50 €

16.03.13

Permalien 18:21:44, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le cavalier seul de Man United: 15 points d'avance

La messe est dite en championnat. L’an dernier MU avait vraiment offert le titre aux Citizens. Merci aux Red Devils d’avoir bien assuré. 2012 n’est plus qu’un mauvais souvenir. Ils ont tenu leur promesse de nous redonner le titre.

16 Mars Premier League
MANCHESTER UNITED 1-0 Reading, 18h30
But pour MU: Rooney (21e)

Everton 2-0 Manchester City

Rooney a marqué un but étrange, bénéficiant de contres favorables. Cela me fait une nouvelle fois penser à son absence en 8e retour de C1. Avec lui au coup d’envoi, le Real Madrid aurait tremblé. Rooney dans les tribunes c’était tout bénéfice pour la Maison Blanche qui s’est d’ailleurs qualifiée.
Contre Reading, Man United a fait le métier ce qui n’est jamais évident après avoir été éliminé de la C1. Passer du Real Madrid (1/8 C1 retour) à Reading demande un grand professionnalisme. Sir Ferguson a laissé au repos Evra, Rafael et Carrick, trois tauliers qui avaient besoin de souffler car ils font tous les matchs. Il n’a pas mis que des coiffeurs puisqu’il y avait Ferdinand, Vidic, Giggs, Rooney et Van Persie. De Gea était là. A l’inverse du début de saison, le manager ne fait plus du tout de turn over avec les gardiens. C’est une très bonne chose que je souhaitais depuis longtemps car l’Espagnol est un très jeune pro qui doit comptabiliser un maximum de matchs pour s’adapter à la Premier League.
Désormais leader avec 15 points d’avance, MU a quasi tué tout le suspense. Ce n’est pas évident de se motiver quand on a tant d’avance. A l’inverse, City, dégoûté à lâché prise. On espère maintenant que les deux clubs sont s’affronter en 1/2 de FA CUP. Hélas les Red Devils vont pas pouvoir se reposer car il y a les matchs internationaux d’ici la reprise du championnat le 30 mars. Et ils appellent ça la trève internantionale !

Classement
1 MAN UNITED 74 pts 29 / 24 2 3/ 69 31/ + 38
2 MAN City 59 pts 29 m/ 17 8 4/ 51 26/ + 25

A venir pour les Reds Devils:
Mars 2013
30 Mars Premier League/ Sunderland-MANCHESTER UNITED 13h45
Avril
01 Avr FA Cup/ Chelsea-MANCHESTER UNITED 13h30
08 Avr Premier League/ MANCHESTER UNITED-Manchester City, 21h
13 Avr FA Cup 1/2 à Wembley/ MANCHESTER UNITED ou Chelsea- Manchester City
17 Avr Premier League/ West Ham-MANCHESTER UNITED, 20h45

15.03.13

Affiche de rêve ? Non ! de cauchemar...Les joueurs du PSG pourront demander un autographe à Messi

Les dirigeants du PSG se plaignent que la France ne soit pas derrière le PSG mais chaque Français a son équipe en L1. On ne peut demander à un fan de l’OM d’etre pour le PSG en C1. Quand on aime le football on veut voir le plus longtemps possible Messi et ses copains donc on est pour le Barça. Le PSG n’est aimé que par ses supporters.

Tirage au sort des quarts de finale:

Málaga CF (ESP)-Borussia Dortmund (ALL)
Real Madrid CF (ESP)-Galatasaray AŞ (TUR)
Paris Saint-Germain FC (FRA)-FC Barcelone (ESP)
FC Bayern München (ALL)-Juventus (ITA)

Les matches sont prévus pour les 2/3 et 9/10 avril.

PSG-Barcelone en quart cela revient à Qatar FC - Qatar SG, tant le qatar est présent dans les deux clubs.
Depuis le tirage au sort, on entend les joueurs du PSG dire: “C’est merveilleux de tomber contre Messi…” Ils parlent comme des joueurs de Calais qui auraient droit de rencontrer l’OM en 1/4 de la Coupe de France.
Quelle chance ! disent-ils. On dirait des supporters qui veulent voir de près leurs idoles. Ils ne font pas le même métier. Au Barça, je ne vois personne dire de tels commentaires.
Les joueurs d’Ancelotti pourront demander des autographes à Messi et Xavi. Ils vont se battre pour obtenir le maillot du Ballon d’or dans les vestiaires. Non, il est pour moi! Laisse-le! te dis-je… On se croira un jour de soldes chez Hermès !
Il y a une chance sur un milliard pour que le PSG passe en 1/2.
Pour que le Barça soit éliminé, il faudrait que Barcelone ait 15 blessés d’un coup !
Paris devrait donc dire adieu à la C1 quand on sait que les Catalans ont gagné 4-0 au match retour alors qu’ils avaient perdu 2-0 à l’aller contre l’AC Milan, en 1/8.
Suspendu, Zlatan Ibrahimovic ne jouera pas à Paris. Voilà une punition qui devrait coûter la qualification en 1/2 au PSG.
D’ici là ça va bavasser sur toutes les ondes car cette affiche c’est la dernière en C1 2013 avec un club français. Faut en tirer un maximum de bénéfices. Ensuite, la passion pour le football va tomber de plusieurs crans en France. Dans le pays du scoubidou, le football ne plaît que lorsqu’un club de L1 et l’équipe de France sont encore en lice.
Le Barça a pris Paris… Ouf! les Catalans ont évité le Real. Paris c’est les Champs Elysées avant d’être le PSG. Zlatan l’a dit lui-même: “C’était quoi le PSG, avant ?” Avant moi, voulait-il dire. Ibrahimovic a inscrit 21 buts en une seule saison avec les Blaugrana en 2009/10 mais Barcelone ne l’a pas gardé: c’était une erreur casting.
Le PSG fait partie des huit meilleurs clubs européens pour la première fois depuis 1995.
Le Real Madrid, neuf fois vainqueur de la compétition, sera opposé au Galatasaray AŞ dans ce qui sera une confrontation émouvante pour Hamit Altıntop et Wesley Sneijder, anciens de la Maison Blanche.
La Juventus, leader de Serie A, retrouve le FC Bayern München, finaliste l’an passé.
Málaga CF (ESP)-Borussia Dortmund (ALL) est le match des outsiders.
Espèrons tous voir Barcelone-Real Madrid en finale à Wembley.

Permalien 15:51:02, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Sauvages blancs! de Jossot (Finitude)

«L’homme est fait pour vivre seul ; mais il a peur de lui-même parce qu’il s’ignore : il recherche la compagnie de ses semblables pour se fuir ; il se mêle à eux pour ne pas entendre la voix silencieuse qui parle en lui. Ses ténèbres sont si grouillantes de visions hallucinatoires qu’il se croit en sureté parmi ses congénères ; c’est là pourtant qu’il court les plus grands périls.» C’est signé par Gustave Henri Jossot, le 14 février 1927. Caricaturiste, écrivain, journaliste, philosophe, pamphlétaire, sociologue, poète et surtout humaniste. Le rebelle ne s’interdit pas parfois d’être conservateur car on fait des révolutions aussi pour conserver des traditions. Jossot (1866-1951) a été l’un des plus grands caricaturistes de son temps dans L’Assiette au beurre, entre 1901 et 1907 : un trait aussi cruellement exact que celui de Daumier et des textes sans concession comme ceux de Reiser. Ainsi, il nous montre une rangée de juges avec pour légende : «Quand on a des idées qui ne sont pas celles de tout le monde, on les garde pour soi ». Jossot a bien sûr fait exactement le contraire. Il rappelle Georges Brassens et sa célèbre phrase : « Les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux». Jossot et Brassens même combat. A savoir celui contre l’intolérance.
A la mort de son unique fille, Irma, le père effondré ne supporte plus de vivre à Paris. Il décide de s’installer à Tunis. Sur place, il trouve des directeurs de journaux qui lui permettent de s’exprimer avec un rare violence contre tous les préjugés et les esprits bas du plafond. Il déteste les colons qui cherchent à européaniser l’Orient et donc à lui faire perdre son identité. Il était autant véhément dans ses textes que dans ses dessins. Pour bien marquer le coup, choisir son camp, Jossot se convertit à l’islam : Gustave Henri devient Adb el Karim pour encore mieux s’investir dans la vie des autochtones, devenant un rare exemple de syncrétisme. Sa plume ne perd rien de sa violence quand il s’oppose aux esprits rétrogrades qui cadenassent la société machiste de Tunis. Il souhaite l’égalité des revenus, l’abolition de la force physique et la fin de la claustration des musulmanes cloitrées chez elle.
De manière inattendue, il est pour le port du voile. Il cite le verset 31 du Koran (sic) : « Qu’elles [les femmes] ne laissent voir leur visage qu’à leurs maris, leurs pères, leurs grands-pères, leurs enfants… » Pourquoi est-il favorable aux femmes voilées ? « Les femmes musulmanes, habituées à subir chez elle l’autorité de l’homme, à lire dans les yeux du maître l’expression de son vouloir, seraient incapables, dans la rue, d’échapper à la fascination des regards masculins tout chargés de désirs. Il s’ensuivrait une fusion des races qui nous acheminerait vers le « lapinisme intégral » et l’on verrait surgir en Tunisie cette plaie de l’Extrême-Orient : le métis ». J’ai relu plusieurs fois ce point de vue. Dans tout le livre, c’est l’accro dans la dentelle. On se demande si c’est bien le même homme qui a écrit ça et le reste. Quelques lignes plus bas, il note : « Ce n’est pas un règle religieuse qui les retient prisonnières : c’est la jalousie imbécile et féroce de leurs maîtres». Ces lignes sont du 17 mars 1914. Un an plus tôt, il avait écrit : «Malgré ce que prétendent les étymologistes, barbe vient de « barbare » puisque, à toutes les époques, les barbares ont porté la barbe ». S’en suit un descente en règle de tous les « incultes, les grossiers » qui portent la barbe. Comme il ne supporte plus de voir des « moustaches dégoulinantes de vinasse » il va se raser la barbe, pour ne plus avoir de signe extérieure de virilité.
Concerné par tous les problèmes de la société, il annonce que ni socialiste, ni communiste, ni républicain, ni royaliste, il ne consentira jamais à se « salir les doigts au contact d’un bulletin de vote » . Notons tout de même qu’il a la possibilité de s’exprimer en toute liberté quand il écrit cela le 8 mars 1921 dans Tunis-Socialiste qui ne le censurait pas.
Dans Gil Blas, le 4 avril 1911, Jossot avait expliqué sa façon de concevoir son travail : « Le caricaturiste est avant tout, un irrespectueux : il crache sur tout ce que les croyants révèrent ; c’est un révolté (…) sachant bien que les coups de fusil ne font pas avancer l’Evolution (…) Il brandit deux armes : la plume et le crayon, car un dessin sans légende n’est pas une caricature ». La simple illustration n’a jamais motivé le lutteur Jossot, merveilleuse sentinelle. Ce livre est un complément idéal au Foetus récalcitrant (1939) que les éditons Finitude ont eu la très bonne idée de rééditer en 2011. Sorti de l’oubli, Jossot ne sortira plus de notre cœur.

-Sauvages blancs !
de Jossot
Présenté et annoté par Henri Viltard
Finitude, 175 p., 19 €

14.03.13

Permalien 09:02:26, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Le nouveau calendrier de Man United: 1er avril le "replay" en 1/4 de FA Cup, Chelsea-MU

Mars 2013
16 Mars Premier League/ MANCHESTER UNITED-Reading, 18h30
30 Mars Premier League/ Sunderland-MANCHESTER UNITED 13h45
Avril
01 Avr FA Cup/ Chelsea-MANCHESTER UNITED 13h30
08 Avr Premier League/ MANCHESTER UNITED-Manchester City, 21h
13 Avr FA Cup 1/2 à Wembley/ MANCHESTER UNITED ou Chelsea- Manchester City
17 Avr Premier League/ West Ham-MANCHESTER UNITED, 20h45

Le “replay” des quarts de finale de FA Cup entre Chelsea et Man United a été programmé pour le lundi de Pâques 1er avril avec un coup d’envoi à 13h30. Pas de blague! pensent les deux camps de fans.

Le côté négatif c’est que MU jouera à Sunderland le samedi 30 mars pendant que Chelsea se déplacera à Southampton. C’est vraiment incroyable de voir !
Avec son avance ultra confortable en championnat, MU pourra se permettre de mettre des coiffeurs dans le match du 30 mars, au risque de perdre. Chelsea devra assurer en championnat car les Blues ont besoin de points pour se qualifier en C1.
MU avait un pied en 1/2 quand les Red Devils menaient 2-0 à domicile; maintenant MU a un pied dans la tombe puisqu’après avoir fait 2-2 à Old Trafford, les joueurs de Sir Ferguson sont obligés de remporter le “replay” à Londres pour avoir le droit de rencontrer Man City en 1/2. Le hasard du calendrier fait que les deux Manchester(s) seront opposés en championnat une semaine avant.
Les Red Devils ont une très grosse pression car leurs fans veulent voir United-City en 1/2 de FA CUP, frustrés de n’être plus en C1. Le derby nous consolera parfaitement de ne pas pouvoir disputer la finale de la C1 à Wembley. Il faut savoir que les 1/2 et la finale de FA CUP se dérouleront à Wembley.

13.03.13

De Gaulle avant de Gaulle, de Michel Tauriac (Plon)

Virtuose du langage, Charles de Gaulle était aussi un immense homme de médias qui n’avait pas besoin de coach et d’institut de sondages. Au terme de son parcours, cet homme, fier et non pas prétentieux, a demandé aux Français s’ils voulaient encore de lui. Quand la réponse fut non, il est parti. Grand jusqu’au bout. Ecoutez cette conférence de presse, et comparez avec la classe politique de 2013. Il a tout à leur apprendre. A commencer par la classe naturelle.

Ce n’est pas encore un livre sur le général mais un nouveau livre sur De Gaulle. Il y a peu quelqu’un m’a dit : «De Gaulle ce n’est plus vendeur en librairie…» Cela fait peur. Il est vrai que nous venons de voir triompher un bouquin signé par un chanteur qui n’en n’a pas écrit une seule ligne, tout en sachant être un très grand vendeur : lançant deux ou trois bombes verbales sur des pipoles, de quoi appâter lecteur totalement inculte qui achète un produit commandé par un réflexe pavlovien : acheter un nouvel article commercial du dit chanteur cela lui donne l’impression d’être encore en pleine enfance.
A propos de livres qui se vendent il y a aussi celui sur les aventures sexuelles de qui vous savez. A ce propos, le fils du général, Philippe de Gaulle a toujours dit qu’il n’avait jamais vu le lit parental. Incroyable, non ? Je précise que je ne fais pas acte de pudibonderie devant un livre X dont on dit qu’il est remarquable. Que serait-il arrivé si on n’avait pas dit que l’homme en question n’était pas qui vous savez ? Le livre n’aurait même pas été édité. Je veux livre des œuvres érotiques mais signées par de grosses pointures, si vous voyez ce que je veux dire : Apollinaire est déjà passé par là. Circulez ! Il n’y a rien à voir.
Quand j’étais adolescent, c’est le général de Gaulle qu’on appelait “qui vous savez". Chacun ses références. Vous me permettrez de préférer le général à la classe politique actuelle qui n’a aucune classe. C’est le degré zéro de l’intelligence. C’est comme dans la chanson : on est passé de Brassens à des couineurs sur platine. Ce n’était pas mieux avant. Dans le domaine médical nous avons de grands médecins. Avant, on mettait la barre un plus haut, c’est tout. Charles de Gaulle était un homme de culture qui cultivait sans cesse son jardin. Le Général adorait la littérature et tous ses livres sont d’une grande tenue. Homme de conviction et de caractère. Un grand sentimental qui montrait rarement ses émotions. Quand Anne (1928-1948) sa fille handicapée est morte, il a dit à sa femme: “Maintenant c’est une enfant comme les autres…” De Gaulle est le plus grand homme politique français du XXe siècle. Avec sa compétence dans de multiples domaines et sa connaissance des mécanismes humains, il aurait pu devenir milliardaire. Il a préféré servir son pays.
Le livre de Michel Tauriac passe au peigne fin la formation de Charles de Gaulle né à Lille le 22 novembre 1890. L’auteur présente l’ouvrage en 4 grands chapitres :
1/ L’Initiation (dans un milieu patriote et chrétien, le jeune se destine à l’armée. A Verdun, on le croit mort).
2/ L’Ascension (Après son mariage avec Mme Yvonne Vendroux, il s’évertue à rapprocher les militaires des politiques qu’ils ne portent pas précisément dans son cœur).
3/ La Contestation (Son combat étant celui d’armer la France, il prône l’usage massif des chars).
4/ Le Démonstration (Des mai 1940, il démontre de grandes capacités de chefs militaires mais Paul Reynaud ne lui donne pas de grandes responsabilités. La France courbe l’échine devant Hitler pendant que De Gaulle part à Londres).
Vichy le traitera comme un déserteur ! De Gaulle fera comprendre à René Cassin, un des premiers résistants à le rejoindre outre Manche, que désormais la France c’était eux… Cassin pensa alors qu’il était soit devant un fou, soit devant l’un des plus grands Français. Dire qu’ils étaient la France a un moment où ils ne se retrouvèrent que deux dans une pièce… Voilà pourquoi j’aime le général de Gaulle. Et c’est ainsi que le livre de Michel Tauriac est un très bon livre qui permet de passer du temps avec le premier français qui se dressa de manière officielle devant le nazisme.

-De Gaulle avant de Gaulle
De Michel Tauriac
Plon, 507 p., 22 €

A lire aussi : Les de Gaulle, une famille française, de Christine Clerc. Editions retrouvées, 408 p., 14 €. (Avec un cahier photos) La réédition de ce livre de 2000 (Nil) est indispensable au niveau généalogie. On y dépeint les rapports entre le Général et son fils l’Amiral Philippe, homme remarquable qu’on a trop souvent mésestimé. Le talent est parfois transmissible. Dans le cas de l’Amiral c’est évident. Intelligence, courage, volonté et humour.
http://www.youtube.com/watch?v=NI5wXCNW7Z4

Le Barça donne une leçon d'espagnol à l'AC MIlan

J’étais triste pour MU de voir que le tableau s’était dégagé mais non… le Barça a réussi à se qualifer 4-0 pour les 1/4 redéveloppant son football paradisiaque. Les Catalans ont fait ce qu’ils voulaient quand ils le voulaient. March parfait. L’AC Milan a bien mal représenté le calcio.

1/8 retour de C1 2013
Barcelone[0] 4-0 [2]AC Milan
Buts pour le Barça: Messi (5e, 39e), Villa (55e), Alba (90e)

Battre le Barça chez soi 2-0 au match aller ne suffit pas pour éliminer les Catalans.
En 90 minutes, les Italiens ne sont pas parvenus à marquer un but, ce qui n’est vraiment pas glorieux. C’est même honteux ! Quand on ne met pas un but- une défaite 3-1 était synonyme de qualification pour l’AC Milan- on n’a rien à faire en 1/4 de finale.
L’AC Milan n’est pas plus arrivé à se qualifier face au Barça que Man United devant le Real Madrid.
Les Red Devils et les joueurs de Berlusconi sont priés de rentrer et de rester à la maison.
On parle toujours de la Premier League- et moi le premier- mais les représentants de la LIGA viennent de prouver leur supériorité sur la Serie A et la Premier League.
C. Ronaldo a du souci à se faire: Messi is back! Ses deux buts ont mis le Barça dans le bon élan.
L’attaquant du FC Barcelone a inscrit deux buts en plus en Ligue des Champions.
Cela lui permet de dépasser Ruud van Nistelrooy dans le classement des buteurs en C1, depuis l’instauration lors de la saison 1992-1993 de la phase de groupes.
Leo Messi dépasse désormais de deux buts (58 buts contre 56) l’ancien buteur néerlandais.
Dans la saison de C1 2013, le doublé de “La Pulga” (la puce) lui permet d’être au 2e rang des buteurs avec 7 buts. Série en cours.

Les qualifiés pour les 1/4:
Real Madrid (Espagne)
Barcelone (Espagne)
Malaga (Espagne)
Bayern Munich (Allemagne)
Dormund (Allemagne)
Juventus Turin (Italie)
Galasataray (Turquie)
Paris (France)

12.03.13

Permalien 08:26:09, Catégories: LE GYM E BASTA, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La doublure, de Raymond Roussel (Gallimard) se déroule pendant le carnaval de Nice vers 1896

Le Nice de Raymond Roussel est le même que celui de Jean Vigo. J’ai eu la possibilité d’en connaître encore un peu dans les années fin 1950, années 1960, avant que les bulldozers ne massacrent les arcades de la place Masséna et le casino mucipale qui faisaient la grandeur de cette espace niçois.

Ce roman en alexandrins fut un si grand échec critique et commercial que son auteur vit accentuer sa dépression chronique : « J’eus l’impression d’être précipité jusqu’à terre du haut d’un prodigieux sommet de gloire ». Raymond Roussel (1877-1933) reste un précurseur des dadaïstes et des surréalistes. Philippe Soupault m’a dit qu’avec Lautréamont et Apollinaire, Roussel fut celui qui l’a le plus enchanté. La phrase : «des rails en moue de veau» l’avait ensorcelé. Roussel était un excentrique épatant qui prenait ses trois repas le matin, en même temps, pour ne plus y penser ! Il se déplaçait en roulotte, pouvant se dispenser de travailler car il avait de l’argent de famille. Ce dandy flamboyant n’était pas un fainéant : il a vécu la vie d’un créateur incompris, mal aimé. La postérité cependant l’a repris par le col de la chemise alors que beaucoup de ses contemporains arrivistes et sans le moindre talent ne sont plus que des noms fanés dans des dictionnaires démodés.
Le texte de La doublure a été publié l’année de la naissance de Soupault (1897) qui deviendra l’un de ses plus grands thuriféraires. Roussel, lui, avait 20 ans. C’est l’histoire du comédien Gaspard Lenoir qui, au lieu de jouer les grands rôles du répertoire, est condamné à être une éternelle doublure au point d’échouer dans une fête foraine. Il est si maladroit qu’au début de sa carrière le hallebardier n’arrive même pas à ranger une épée dans son fourreau, ce qui transforma la scène en spectacle comique. Lassée de vivre avec un handicapé social, sa compagne le plaque à Menton. “C’est ainsi que cela devait être", pense le narrateur abandonné.
De manière complètement inattendue, les deux tiers du roman se déroulent à Nice pendant le Carnaval, notamment place Masséna et sur la promenade des Anglais. « A présent la place Masséna / S’étend toute grouillante au-devant d’eux. Il n’a/ Comme déguisement rien qu’une pèlerine/ A capuchon, avec un masque d’enfarine/ Un jet de confettis, sûr envoyé très fort ». A l’époque, les confettis était en farine. Roussel nous fait voyager au milieu des arcades de la place Masséna que j’aimais tant. Jusqu’à 12 ans, j’allais au carnaval avec ma mère. Aujourd’hui, ce temps là est révolu. Ma mère n’est plus là. Les arcades ont été détruites pour être remplacées par une esplanade horrible. “C’est ainsi que cela devait être…” Même le vide y est atroce, n’étant qu’un espace disgracieux. Ne reste plus que mes souvenirs. Le film de Jean Vigo, et les pages de Raymond Roussel, un authentique poète. Il avait trop d’avance sur son temps. Un peu comme un Concorde au milieu des teufs-teufs. Vous remarquerez qu’en 2013, le Concorde n’est même plus en circulation alors que les livres de Roussel, oui. Pour happy few ? On n’y peut rien si la débilité de l’idiot-visuel a la primauté sur l’excellence. Il faut vivre sa vie de lecteur, au gré des belles rencontres spirituelles. Je vous invite à prendre rendez-vous avec Raymond Roussel. Croyez-bien qu’il sera là !


-La doublure
De Raymond Roussel
L’imaginaire / Gallimard, 186. p. , 8,90 €

11.03.13

Sir Alex Ferguson et la montagne du football espagnol (Barça+Real Madrid+Benitez...)

Le feuilleton Sir Ferguson-Rafael Benitez n’est pas fini. Il se poursuivra encore lors du Replay à Londres. Le football est un lieu où ça chambre sec. La preuve… Et il faut que cela reste comme ça. Les gens qui se prennent aux sérieux ne sont pas ma cup of tea. Ils sont à fuir. Ils ôtent toute la légéreté à l’existence qui devient alors lourde, lente, insupportable, pesant des tonnes.

Tous comptes faits, il est évident que le manager de Man United a des difficultés avec le football espagnol. Jugez plutôt…

1/4 de FA CUP 2013
Man United 2-2 Chelsea
Alors que MU menait 2-0, Chelsea oblige MU à disputer le replay à Londres. Le vainqueur rencontrera en 1/2 Man City (!) à Wembley. Chelsea est entraîné par l’Espagnol Benitez, un des plus grands contradicteurs de l’Ecossais. A la fin du match, j’étais très pessimte pour le retour mais comme je vois que la 1/2 finale peut-être MU-City, j’estime inadmissible que les Red Devils m’offrent pas ce match aux fans.

Finale de la Champions League 2009
Barcelone 2-0 Man United

Finale de la Champions League 2011
Barcelone 3-1 Man United

1/8 de Champions League 2013
Le Real Madrid élimine Man United sur les deux matchs 3-2

[Post dédié au toucher de balle d’Eden Hazard]

Permalien 17:06:26, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Filles, de Frederick Busch; Voodo Land, de Nick Stone; La guerre des vanités, de Marin Ledun; et Black up, de Paul Colize (Folio policier, Gallimard)

Pour tous les acquéreurs de deux Folio policier/ Gallimard, le rayon littérature de votre choix vous offrira la réédition de la BD collector O dingos, O châteaux ! signée par Jacques Tardi (adaptation et dessin) et Jean-Patrick Manchette (d’après le roman), Grand Prix de littérature policière 1973 (Futoropolis, 94 p.) Un bel album noir et blanc, avec le trait de Tardi reconnaissable entre tous.

-Filles, de Frederick Busch, traduit de l’américain par Nadia Akrouf. Folio policier/ Gallimard, 365 p.
Frederick Busch (1941-2006) était un romancier adepte de la caméra stylo. Ses mots en disent plus long qu’une caméra dernier cri. Filles est une enquête avec plein d’enfants morts. Extrait : «C’est un idiot de connard de raciste. Il croit que tous les gens de couleur en pincent pour le rap, et qu’est-ce-qu’on fait, on veut farfouiller dans une petite culotte, alors on monte la musique à plein tube». Une écriture qui swingue. Le fond n’est qu’un prétexte pour jouer de la littérature comme on joue de la guitare. C’est comme si Georges Simenon était devenu tout à coup Charlie Parker.

-Voodo Land, de Nick Stone, traduit de l’américain par Samuel Tood. Folio policier/ Gallimard, 661 p.
Beau pavé ce polar mené à la vitesse TGV, Très Grande Violence, celle de Miami. Miami Vice, disait-on à juste titre. Max Mingus (comme Charlie le jazzman) est un enquêteur qui part avec un acolyte rechercher un homme refroidi dans un zoo, au cœur d’une cage de singes. Bonjour la métaphore qui tue ! Le cadavre a la bouche cousue et à l’autopsie on verra qu’il une carte de tarot dans les entrailles. Le livre est une descente dans le monde de l’occultisme qui fait froid dans le dos même en plein mois d’août. L’auteur a situé l’action dans la communauté haïtienne, celle des origines de sa mère.

-La guerre des vanités, de Marin Ledun, Folio policier / Gallimard, 459 p.
A 37 ans, Marin Ledun a déjà publié une quinzaine de livres. Dans celui-ci nous assistons à une succession de suicides, comme si la population s’était donnée le mot, à la manière des dauphins qui viennent s’échouer sur la plage. L’ambiance n’est pas morbide car les gens qui ont du talent savent conduire un récit qui n’a rien de journaliste. C’est le livre de la jeunesse désenchantée : on ne peut plus croire en rien dès lors qu’on n’a de penchant pour la religion, celle des lieux du culte comme celle de l’économie.

-Black up, de Paul Colize, Folio policier / Gallimard, 492 p .
La couverture du livre raconte tout dans le désordre: 1965, marijuana, Mods, Sex, Fender, Vietnam, les Beatles, Kerouac, CIA, LSD, Bruxelles… Nous sommes donc dans les années Peace and Love. Cela ne fait jamais de mal d’y retourner surtout pour ceux qui ne les ont pas vécues car c’était toujours mieux avant, n’est-ce pas… Le livre est plein d’une imagination débordante comme une baignoire qui n’en finit plus de laisser échapper de l’eau de partout mais comme nous sommes dans un roman noir cela fait un bien fou. On ne lit pas pour se confronter à la quiétude d’un espace créatif. Ici, il est question de partager l’intimité d’un homme atteint du Locked-in Syndrome, un être fermé à double tour de l’intérieur. Ce n’est pas exactement Homme sweet homme…

Permalien 16:55:40, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Claude Puel intègre tous les Aiglons dans la dynamique

Dimanche 17 mars 2013, 14 h
Nancy-Nice

Une nouvelle fois, les Aiglons vont devoir batailler contre Nancy lors d’un match important, même si l’on sait qu’ils le sont tous. Nul besoin de revenir sur l’historique entre les deux clubs depuis l’ère Platini.
Sachant que St-Etienne reçoit Paris, que Lyon va à Bastia, et que Marseille reçoit Ajaccio, on se dit que Nice peut tirer un gros avantage de la 29e journée. Et comme l’appétit vient en mangeant…

Après sa victoire au Ray contre Montpellier 2-0, Nice se maintient dans le haut du tableau.
Cette fois c’est Bahoken qui a marqué les deux buts. Encore un nouveau buteur après Cvitanich, Eysseric, Bauthéac, Maupay, Bosetti… Quand il n’y en a plus, il y en a encore !
A l’heure actuelle Nice a la 6e attaque de L1 alors que cela a toujours été le secteur faible du Gym des dernières saison:
1/ Paris, 51 buts en 28 journées
2/ Lyon, 47
3/ St-Etienne, 46
4/ Lorient, 43
5 Montpellier, 43
6 NICE, 41
7 Rennes, 41

Nice : Ospina – Genevois, Gomis, Civelli, Kolodziejczak – Digard (cap.), Abriel – Bosetti (Diaz, 54e), Bruins (Meriem, 53e), Bauthéac – Bahoken (Maupay, 67e)

La victoire contre Montpellier est un beau résultat collectif quand on voit la liste des absents: Cvitanich, Pejcinovic, Pied, Traoré, Eysseric, Anin, G.Puel…
A Nice, on fini par ne plus savoir qui est titulaire tant ils le sont tous à tour de rôle. Chaque fois que l’entraîneur fait appel à un Aglon, il rend la confiance à Claude Puel.
Dans le mot entraîneur, il y a le verbe entraîner.
Nice prouve que le football est un sport hautement collectif.
Quand il y a un projet(nouveau stade, etc…) et une dynamique précise instaurée par un entraîneur, le groupe devient fort.
Le club devient alors un tourbillon productif.

Classement:
1 Paris 57 28/ 17 6 5/ 51 18/ + 33
2 Lyon 53 28/ 15 8 5/ 47 26/ + 21
3 Marseille 50 28/ 15 5 8/ 34 32/ + 2
4 St-Etienne 48 28/ 13 9 6/ 46 21/ +25
5 NICE 48 28/ 13 9 6/ 41 32/ + 9
…………………………….
16 Evian 27/ - 10
17 Reims 27/ - 10
18 Sochaux 27/ - 16
19 Troyes 23/ - 17
20 Nancy 21/ - 22

Permalien 14:07:27, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Il est temps que Scholes revienne mettre de l'ordre dans la Maison Rouge

La saison passée, le renouveau de Man United a correspondu avec le retour sur le terrain de Paul Scholes. Actuellement blessé, le stratège manque à la Maison Rouge.
son absence a été flagrante contre le Real et Chelsea.
Quand on gagne, on ne s’en aperçoit pas… Dès que l’on perd, au secours Paul !
Il n’y a que Michael Carrick actuellement qui parvient à jouer un peu dans son registre: récupération, distribution…
Kagawa n’arrive pas toujours à aiguiller le jeu comme Scholes.
Cleverley est trop fébrile. On sent qu’il panique assez souvent.
Quand Paul est là, il s’est capter des ballons chauds, relancer à merveille, temporiser quand on le souhaite, conserver le ballon en faisant deux tours sur lui-même pour donner le temps à ses coéquipiers de se placer idéalement, mordre quand il le faut, changer d’axe au bon moment, tirer de loin et marquer des buts décisifs.
Les cimetières sont plein de gens irremplaçables mais Paul Scholes, lui, est irremplaçable à MU.
On a hâte qu’il termine sa convalescence pour revenir.
Sa présence, à la fois douce et pleine de caractère, fait du bien à l’équipe et à l’oeil des esthètes.

[Post dédié à Darren Fletcher, indispensable lui aussi en convalescente]

Permalien 12:33:36, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Man United ou Chelsea contre Man City en 1/2 FA CUP

J’espère que les Red Devils nous offriront cette 1/2 finale… J’en rêvais, Davids (Pays-Bas) l’a fait en tirant la 1/2 que je souhaitais mais Chelsea n’est toujours pas hors course après le 2-2 à Old Trafford. MU doit aller rejouer le 1/4 à Londres.

Voici le tirage au sort des 1/2 de la FA CUP 2013:

1 Millwall ou Blackburn Rovers - Wigan Athletic

2 Manchester United ou Chelsea - Manchester City

Les matchs auront lieu à Wembley les 13 et 14 avril

Sir Ferguson a raison. MU doit toujours passer par de grandes épreuves avant de soulever un trophée: deux fois Barcelone vient de nous battre en finale de la C1. Cette saison 2013, il fallait battre le Real pour accéder aux 1/4 de C1. Et en FA CUP MU doit jouer deux fois Chelsea avant peut-être de retrouver City en 1/2 pour avoir le droit éventuel d’aller en finale !

1/4 FA Cup
10 mars 2013 17 h 30/ Bein sport 2
Manchester United 2-2 Chelsea
Buts pour MU: Chicharito (4e), Rooney (11e)
Buts pour Chelsea: Hazard (58e), Ramires (67e)

Dans un mélange de suffisance et de fatigue, les Red Devils n’ont pas été capables de se qualifier à la maison pour leur 1/2 alors qu’ils ont menée 2-0 de la 11e à la 58e. Après avoir vite ouvert le score- comme le fait le MU traditionnel loin de l’imitation italienne qui joua contre le Real Madrid- MU n’a pas su tuer le match. Quand ils menaient 2-0, les joueurs de MU s’ennuyaient sur le terrain. On aurait cru voir un match de deux clubs du ventre mou qui attendent la fin de saison.
Dès que Hazard est entré sur le terrain il a réveillé ses partenaires grâce à un but splendide qui ne doit rien à personne, sauf à son immense talent: un tir lointain excentré par surprise, placé dans la lucarne gauche de De Gea qui n’y a vu que du feu. Exactement ce qu’il fallait faire. Neuf minutes plus tard, Chelsea est revenu au score 2-2. Rien n’était plus mérité. Les Red Devils jouaient un peu trop avec le cigare. Bien sûr ils étaient crevés par ce 3e match en une semaine. Les Blues aussi étaient émoussés mais ils y ont cru jusqu’au bout et ont même failli l’emporter à la fin.
MU est maintenant obligé d’aller chercher la qualification à Londres dans le match à rejouer qui sera une vraie finale. Ensuite, il sera temps d’affronter … Man City en 1/2. Les Red Devils doivent offrir cette affiche à leurs fans. Le Real est vraiment très loin. Il faut ne plus penser qu’à Chelsea.

De Gea/ (9) A empêché le 2-3 en fin de match, écartant un tir gagnant de Mata. A réalisé plusieurs arrêts décisifs
Evra © (5) Fatigué
Evans (6) Pas assez de présence sur l’égalisation
Ferdinand (4) A eu un geste d’énervement sur Hazard qui méritait le rouge
Rafael/ (4) Cuit
Carrick (8) Bon match avec une passe décisive sur le premier but
Cleverley/ (5) Trop nerveux. Scholes dans sa tête mais pas balle au pied
Kagawa. (5) Doit mieux distribuer. Puis (75e) Welbeck (3) Trop désordonné
Rooney (7) A bien débuté puis a disparu de la circulation
Nani (4) Le come back de l’intermittent du spectacle qui plus est blessé tout seul. Puis (45e) Valencia)/ (3) Aucun apport important
Chicharito (7) But sublime de la tête, l’un de ses points forts. Puis (61e) van Persie (3) Aucun jus. Chicharito était bien plus utile

Sur le banc: Amos, Vidic, Anderson, Young

Manager: Sir Ferguson (5) Ne peut pas toujours trouver la recette miracle. Il y a trop de matchs.

10.03.13

Guardiola veut faire signer Rooney au Bayern Munich

-"J’ai toujours apprécié le jeu de Wayne Rooney. Il est l’un des plus grands joueurs du monde. Très peu de joueurs ont ses qualités.”
Cette déclaration de Guardiola confirme que le prochain manager des Bavarois s’est positionné pour recruter le Red Devil si celui-ci, vexé de ne pas avoir été titularisé contre le Real Madrid en 8e retour de C1, décidait de quitter MU au mercato d’été 2013.
Pour l’instant il m’a fait aucune déclaration.
Cependant l’élimination de MU en C1 ne donne pas raison à Sir Ferguson.
Guardiola veut ajouter un attaquant de renom à l’équipe du Bayern pour la prochaine saison.
Il veut arriver avec une megastar dans sa valise.
A part le Bayern, on ne voit pas où peut aller Rooney
Entre le PSG et le Bayern, il n’y a pas photo.
Pour l’instant, Sir Ferguson a tué les rumeurs de transfert dans l’oeuf pour ne pas massacrer la fin de saison de MU.
Heureusement que MU a douze points d’avance en championnat car les Red Devils peuvent avoir un coup de mou. D’habitude, ils sont en forme en avril/mai. Cette saison ils n’ont pas encore connu de période creuse.

Mateo, d'Antoine Bello (Gallimard)

Dans son livre qui a pour thème le football, le romancier fait un focus sur un groupe de joueurs universitaires qui arrivent encore à jouer au football comme au temps des Busby Babes au moment de l’après-guerre. On y sent le souffle de l’amitié, de la fraternité et non pas de l’égalité. L’ensemble a du rythme, à la manière d’une attaque de Cruyff, l’un des 5 plus grands footballeurs de tous les temps avec Pelé, Maradona, Di Stefano et Puskas. (Messi ne peut pas entrer dans le Top 5 à moins de rester au sommet de son art sur une très longue durée. L’avenir nous le dira.)

Un ami de bon conseil m’a dit : «Tu perds ton temps à écrire sur le football. Les fans ne lisent pas et les lecteurs se moquent du football ! » Il n’a pas tort. Aussi je publie des albums avec des images à colorier !
Tel n’est pas le cas d’Antoine Bello qui a écrit Mateo, un livre qui se déroule entièrement dans le milieu du football amateur, celui où il reste encore un peu de romantisme mais il faut le dire vite car le football amateur a tous les défauts du foot pro sans en avoir les avantages.
Les non initiés peuvent très bien lire le livre d’Antoine Bello: il s’agit d’un parcours initiatique sans le jargon du football. On n’y entend pas : « Oooooo hisse enc…. » Le propos de Bello est de nous faire comprendre que nous vivrions mieux si chacun de nous essayait de s’insérer au mieux dans la société en développant ses qualités au lieu de soit s’abandonner dans un emploi que nous détestons soit toujours envier les autres sans rien prouver.
Le prétexte du livre ? L’histoire d’un fils qui veut honorer la mémoire du père parti trop tôt. Nous sommes dans le championnat universitaire et non en L1 ou dans le calcio. Le club phare de l’ouvrage est le Football Club de Vernet, bourgade du massif des Samorins. A 18 ans, Mateo Lemoine est le Platini du coin, c’est-à-dire un très bon organisateur de jeu. A tel point que Sir Alex Ferguson songe à lui pour qu’il remplace Scholes et Giggs, atteint par la limite d’âge à Man United [décidément, MU me colle à la peau].
Bello est un homme de goût puisqu’à la fin du volume, il fait signer Mateo au Real Madrid qui attend avec impatience le « Zidane blanc » (sic) comme on disait de Zico qu’il était le «Pelé blanc». Oui, Mateo choisit le Real plutôt que MU, exactement comme Raphael Varane dans la réalité. L’intrigue met souvent en présence le coach Fischer et le joueur Mateo. Leurs rapports occupent le cœur du récit sans jamais nous lasser. Tout le travail du duo consiste à harmoniser les talents des joueurs (Djamal, Quentin…) hors et sur le terrain. Il faut améliorer le groupe, mettre chaque joueur au poste idéal, aider les gens à se réaliser pleinement, éteindre les rivalités improductives…
Mateo veut jouer comme l’Ajax de Cruyff sous les ordres de Rinus Michels au début des années 1970, à savoir le football total : tout le monde défend, tout le monde attaque. On parle beaucoup du jeu, ce qui revient à évoquer sans cesse le rythme de la vie. Des étoiles du football scintillent dans le livre : Garrincha, Cristiano Ronaldo, les coachs Guardiola et Sir Ferguson, bien sûr. Messi tout autant de Gress. Mateo veut tellement atteindre la perfection qu’il délaisse parfois sa compagne qui sait très bien que le jeune héros aura toujours un but à atteindre. Elle rappelle que Mateo avait été très impressionné par la parole du surhomme édictée par Frédéric Nietzsche, grand n° 10 de la Philosophie.
Les pages d’Antoine Bello contiennent des ouvertures lumineuses, de bons dribbles, des coups francs dans la lucarne. Un style qui enlève les toiles d’araignées aux discours rétrogrades de ceux qui estiment que le football est un thème débile pour les débiles. Albert Camus nous a dit l’essentiel: le football c’est l’accord du pied avec la terre. A ceux qui me reprochent souvent d’aimer le football, je leur réponds : «Voulez-vous que l’on parle du quiétisme dans l’œuvre de Fénelon, du personnage Horace Pirouelle inventé par Soupault, des aphorismes de Joubert, du catholicisme libéral de Lamennais ou de la dispute entre Diderot et Rousseau… » A ce moment-là, ils partent tous. Il n’est pas interdit d’aimer à la fois Gerson, Tostao (deux stratèges du Brésil 1970) et Gracian, Vauvenargues. Ce qui est le cas d’Antoine Bello qui a un nom pour jouer à l’AC Milan.

-Mateo
D’Antoine Bello
Gallimard, 285 p., 19,50 €

09.03.13

Permalien 16:35:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND, LONDON CITY  

Rétro: la finale FA CUP 1994: MAN U 4-0 Chelsea

En attendant MU-Chelsea (1/4 FA Cup, 10-3-2013, 17 h 30/ Bein sport 2) voici le résumé de la finale 1994 gagnée par MU (doublé) avec les interviews d’après match: Irwin, Pallister, Ince, Parker, McClair, Hughes et l’mportantissime Cantona (qui fait preuve d’une confiance inaltérable). Chelsea était entraîné par G. Hoddle avec dans son équipe Dennis Wise dont Sir Ferguson disait: “Même seul chez lui, il trouve le moyen de se bagarrer !”

14 mai 1994
Wembley Stadium, London (Pluie)
79 634 spectateurs dont moi
Manchester United 4–0 Chelsea
Buts pour MU: Cantona (60e pen., 66e pen.), Hughes (69e), McClair (92e)

Manchester United
Peter Schmeichel/ (6) RAS
Paul Parker (7) Solide
Steve Bruce © (7) Costaud. L’âme de l’équipe
Gary Pallister (7) Correct
Denis Irwin. (8) Offensif, une de ses attaques obtient un penalty. Puis (84e) Lee Sharpe (Non noté)
Andrei Kanchelskis. (8) Hyper véloce, obtient le second penalty. Puis (84e) Brian McClair (Non noté)
Roy Keane (7) Une teigne rusée
Paul Ince (8) Triple poumon
Ryan Giggs (7) Un pied gauche magique
Eric Cantona (9) A débloqué le match par ses penaltys
Mark Hughes (7) Equipier modèle. N’a rien dit quand Cantona a pris le ballon pour tirer les penaltys

Sur le banc: Gary Walsh

Manager: Sir Ferguson (10) Le début de sa longue domination du football british…

[Post dédié à mon ami Richard Kurt et à sa famille]

Un Rooney nous manque et tout Man United est dépeuplé

OLD TRAFFORD
10 mars, 17 h 30
FA CUP 1/4
MAN UNITED-CHELSEA

Aurait-on mis Messi sur le banc ?
Cristiano Ronaldo ?
King Cantona ?

Jamais on a parlé autant de tactique sur la place publique à Old Trafford et Carrington. La tactique au tableau noir et la réalité d’un match sont deux choses complétement différentes, et moi j’aime mieux l’enthousiasme de la spontanéité, qui est l’essence même du football, sinon j’aime mieux le curling. La fleur au fusil, non ! mais que diable (rouge) laissons la place à la trouvaille de l’instant. L’inspiration naît du mélange de la haute technique et de la clairvoyance. Rooney possède les deux.

[Post dédié aussi à Javier Hernandez alias Chicharito]

Permalien 11:04:16, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson:" Le carton rouge à couper les jambes des Red Devils."

La grande info de Man U-Real Madrid c’est que la carrière du Serbe Vidic n’est pas finie. Son genou a bien résisté depuis son retour au haut niveau. Contre le Real, il fut un héros malheureux: sublime tête sur le montant. N’oublions pas que Vidic est le capitaine historique de cette époque de MU.

OLD TRAFFORD
10 mars, 17 h 30
FA CUP 1/4
MAN UNITED-CHELSEA

Sir Alex Ferguson s’est exprimé pour la première sur l’élimination de MAN U lors du 8e C1 retour contre le Real(1-2, et 2-3 sur les deux matchs):
- “Nous étions en état de choc après l’expulsion de Nani. Voilà pourquoi nous avons encaissé deux buts coup sur coup sans broncher après la rentrée sur le terrain de Luka Modric. Soyons honnêtes, il a été difficile de réagir immédiatement, quand vous pensez à tout le travail qu’on a fait autant à Madrid qu’à Old Trafford. Mes joueurs a été fantastiques. Le public aussi. Nous ne méritions pas de finir comme ça en C1… Quand on a reçu le rouge, nous ne pouvions pas le croire. [Nani fit un pied en l’air qui finit sa course dans le poitrail d’un adversaire qu’il n’a absolument pas taclé] Quelle décision étonnante! Nous, comme le Real, savons que c’était la mauvaise décision. [L’arbitre a tué le match à la 56e] Mes joueurs après avoir regardé la vidéo de la scène à maintes reprises restent encore choqués… Sur le moment, ils sont restés K.O. debouts. Ils n’ont commencé à récupérer qu’à partir du second but du Real. Ensuite, ils se se sont bien repris et ont attaqué dans les 15 dernières minutes du match. Ils étaient absolument géniaux et on aurait pu marquer cinq buts ! [Sans Diego Lopez en état de grâce.] Ce fut une grande performance finale donnée par mes 10 joueurs sur le terrain qui ont eu les jambes coupées juste après l’exclusion de leur partenaire Nani. C’est dommage car à 11 on était bien en place. Notre tactique fonctionnait à merveille. Nous étions vraiment un problème ambulant pour le Real. Ryan Giggs et Rafael ont fait exactement ce qu’il fallait dans leur zone. Nani aussi faisait bien son travail. “[Jusqu’à l’IMPOMDERABLE, le mot le plus atroce dans le football, et donc dans la vie. C’est là qu’il faut réagir. Pour une fois, MU s’est fait manger la tête par l’impondérable alors que d’habitude les Red Devils affichent un mental d’acier jusqu’à la fin des dernières secondes d’un match.]

Ce que ne dit pas Sir Ferguson:
2010: Rafael expulsé contre le Bayern Munich à Old Trafford, match retour de C1. Le Bayern qualifié.
2013: Nani expulsé contre le Real Madrid à Old Trafford, match retour de C1. Le Real qualifié.

Pour le retour à la compétition de MU, je m’attends à voir Evans, Kagawa, Chicharito et Rooney. Je rappelle que Vidic a été énorme contre le Real Madrid, auteur d’une fantastique tête qui s’est fracassée sur le montant, à 0-0. Elle aurait pu jouer le cours du match. Encore un impondérable ! La bonne santé de Vidic est une très bonne nouvelle. Le Serbe en pleine possession de ses moyens reste l’un des cinq plus grands arrières centraux du monde.

Permalien 09:03:45, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

RAYtroviseur (suite et fin): Quittet, Fioroni et Julien Giarrizzi

“Mieux vaut se perdre dans sa passion que perdre sa passion". (Saint Augustin)

Les Puel Babes honorent de la plus belle façon la dernière saison au Ray.
Le «Ré» comme l’île de Ré et non pas comme les rails de la SNCF.
«Rai » du nom des ruisseaux qui étaient sur l’emplacement du stade.
Avec les héritiers des Luciano Babes, il nous reste ici une poignée de matchs de L1 pour graver dans notre mémoire les arcades blanches de l’ancienne tribune d’honneur située en face de l’actuelle.
Les Aiglons d’hier sortaient des entrailles du bâtiment disparu. Quelques-uns d’entre eux apparaissaient en civil pour regarder le lever de rideau. Ensuite, ils disparaissaient pour revenir avec l’équipe, jaillissant au ras de la terre, juste devant le poteau de corner des populaires, celles où se trouvent le tableau d’affichage lumineux, à l’opposé de l’ancien qui était manuel. Lors d’un match contre Rouen, les Aiglons marquèrent 6 buts. Jamas je n’avais ce chiffre. Sa peinture était neuve. Jamais affichée au soleil.
Comment oublier Quittet ? En maillot, on eût dit qu’il portait un smoking.
J’avais hâte de voir l’ailier Fioroni foncer, lunettes sur le visage.
Le plus beau regard périphérique était celui du blond Eriksson, joyau du milieu de terrain qui regorgeait de talents avec Jouve, Huck, Guillou…
Maurice Serrus avait la peau très blanche.
Francis Isnard, au contraire, devenait de plus en plus rouge au fil du match.
Pancho Gonzalez l’entraîneur portait les ballons dans un filet de pêche.
Manger un pan-bagnat en regardant Nice jouer. Quoi de plus beau ?
Un jour, j’ai retrouvé ma mobylette désossée, à la fin du match.
On m’avait retiré la roue avant et le phare alors que je l’avais garée devant les présidentielles.
Le Ray a inscrit dans sa terre les chevauchées de Huck, joueur des années 2010 égaré dans le foot de 1970.
Parfois, il montait si vite qu’il se retrouvait seule de l’autre côté du terrain sans coéquipier à servir.
Huck semblait échappé de l’Ajax. C’était notre Hollandais. Je pensais la même chose de Rocheteau.
J’enviais les photographes Raoul Liboj et “Bébert” qui étaient sur la pelouse. Liboj avait une moto Guzzi et “Bébert” apparaît dans La nuit américaine de Truffaut où il joue un paparazzi à l’aéroport.
Pourquoi Nice n’a plus gagné le championnat de France L1 depuis 1959 ?
Les Aiglons étaient nos héros quand la télévision ne nous montrait pas les matchs du Real Madrid et du Barça.
A l’époque internet s’appelait L’Espoir.
Le soir, mon père me ramenait le journal afin que je lise les articles de Julien Giarrizzi.
Mon frère Jean-Luc les découpait pour que je puisse les coller dans un cahier.
Ainsi naquit ma passion pour l’OGCNice, le Ray et les Aiglons.
Certains de mes copains ne comprennaient pas pourquoi j’étais si passionné par l’OGCNice. A part un - Jean-Yves Allizan- tous les autres sont déjà morts: soit en moto, soit en voiture, soit d’overdose…
La vie les a usés plus tôt que prévu, et moi, je suis toujours là, à attendre que Nice joue en L1.
Les joueurs quittaient le Ray au milieu des fans parmi lesquels l’enflammé Charles, homme-enfant au regard aussi perçant que celui de Robert Le Vigan.
Dès que je quittais le Ray, je voulais y revenir pour acheter mon ticket de populaires dans un trou mural où je ne voyais que les mains du vendeur.
Sur les gradins, je regardais les arbres, et les gens au balcon.
En nocturne, la pleine lune.
Je ne suis jamais arrivé une seule fois en retard.
Et j’attends toujours que tous les Aiglons aient quitté la pelouse avant de partir.
Et c’est ainsi que le Ray est un grand stade.

[Post dédié à mon ami Léon Rossi]

08.03.13

Permalien 12:23:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Feuilleton Rooney: Sir Ferguson fait taire les rumeurs de transfert: "Je vous promets que Rooney sera encore Red Devil la saison prochaine".

Perdre contre le Real pourquoi pas. Ce n’est pas un déshonneur, mais perdre aussi Rooney… non ! Ayant mesurer tout de suite le mécontentement des fans qui adorent tous Wayne Rooney, Sir Ferguson a quitté son silence pour rassurer le peuple rouge: Wazza est et restera un Red Devil en 2013-2014. Ensuite, il lui aura encore un an de contrat.

DECLARATION DE SIR FERGUSON:
-"Qui vous a dit que Wayne Rooney allait être transféré ? D’où tenez vous l’information ? Toutes les rumeurs de départ de Rooney sont infondées. J’ai réfusé l’accès à deux supports lors la Conférence de presse, et ils devront faire des excuses avant de revenir. Il n’y a absolument aucun problème entre Wayne Rooney et moi. Suggérer que nous ne parlons pas les uns aux autres sur le terrain d’entraînement est un non-sens absolu. Rooney a compris qu’il ne jouait pas au début par chox tactique. Et je pense que j’avais raison [jusqu’à l’expulson de Nani]. Danny Welbeck était le meilleur joueur pour ce que nous avons fait car il avait un double rôle: il devait empêcher Xabi Alonso de contrôler le jeu, et ensuite dans la foulée aller de l’avant comme il sait le faire. Nous ne savons pas toujours comment jouer mais mardi on avait tous choisi cette façon-là. Wayne savait tout ça. Je peux vous dire qu’il sera encore avec nous l’année prochaine. Vous avez ma parole là-dessus. Je n’ai aucun problème avec le joueur, je vous promets donc qu’il sera un Red Devil en 2013-2014. Dès dimanche, il sera impliqué dans le match de FA Cup contre Chelsea.”
Comme il le fait toujours, Sir Ferguson a tordu le coup à la rumeur de départ de Rooney. Il sait bien sûr que les fans ont été choqués de ne pas le voir sur le terrain au coup d’envoi contre le Real Madrid, à Old Trafford. Sir Ferguson s’est plaint de la presse mais tous les entraîneurs se plaignent de la presse après une défaite et encore plus après une élimination. Cependant, il faut laisser la presse dans son rôle. Et puis que serait MU si personne n’en parlait ? A Londres, les journalistes attendent le moindre faux pas de MU pour le déstabiliser. Toute l’Angleterre est contre MU, sauf les fans de MU. Sir Ferguson le sait très bien.
Comment ne pas se poser de questions après avoir vu Rooney sur le banc, le 5 mars 2013 à 20 h 45 quand C. Ronaldo était sur la pelouse, lui ?
Sir Ferguson parle de tactique… Certes, mais pourquoi alors ne pas avoir privilégié celle avec Rooney dans le onze ? Quand on va disputer le Grand Prix du Brésil de F1 on laisse pas sa meilleure Ferrari au garage.
Sir Ferguson a joué petit bras car il a eu peur de revivre MU-Bayern Munich avec l’élimination de MU qui a mené pourtant 3-0. Les Bavarois sont passés grâce à leur deux buts marqués ensuite. Ce match retour de C1 2010 se déroula à Old Trafford où Rafael se fit expulser ! Il y a des similitudes avec 2013: 2 buts de l’adversaire, expulsion de Nani.
Refusant de s’exprimer à chaud, le 5 mars vers 23 h 15, Sir Ferguson est sorti de son silence 48 h après pour rejeter les rumeurs de départ de Wayne Rooney à l’été prochain. Un peu comme Arsène Wenger l’autre jour, l’Ecossais a réglé quelques comptes avec des journalistes. Il a confirmé que Rooney sera présent sur le terrain en FA Cup (le 10 Mars contre Chelsea, 1/4). Il est très rare d’entendre le manager de parler de rumeur de transfert. MU ne communique jamais lors du mercato d’été ou d’hiver.

PS: l’UEFA ne prendra aucune sanction contre Rio Ferdinand qui a applaudi devant le visage de l’arbitre à la fin du match contre le Real, pour saluer ironiquement celui qui expulsa Nani, cassant du coup le match qui était alors un vrai grand match de C1. L’UEFA ne prendra non plus aucune autre sanction spéciale contre Nani.

Permalien 09:22:13, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Humilié par son rôle de remplaçant contre le Real Madrid, Wayne Rooney pourrait quitter Man United, mécontent du carton rouge que lui a donné le manager

Dans un jeu télé, Rooney avait confirmé que Sir Ferguson avait bel et bien envoyé une chaussure sur le visage de Beckham, sans vouloir le viser aussi précisément. Rooney est le seul joueur du vestiaire rouge qui se permet de chambrer le manager. Aujourd’hui, les sourires sont en berne. Rooney estime que le coach lui a donné un carton rouge en préférant Welbeck à lui, contre le Real. Un mauvais choix puisque MU a perdu. Pourquoi Welbeck et pas Rooney ? Pourquoi Giggs et pas Kagawa qui venait de faire un triplé ? Les lendemains de défaite, les entourages mettent toujours de l’huile sur le feu.

En 2010, MU fut éliminé de la C1 suite aux deux buts marqués par le Bayern Munich à Old Trafford(3-2). Dans ce match-là, MU joua aussi à 10 contre 11 suite à l’expulsion de Rafael.
En 2013, bis repetita contre le Real (1-2). Cette fois ce fut au tour de Nani de recevoir un carton rouge.
Avec le temps qui passe, MU a été éliminé parce que Rooney n’a pas débuter le match où il aurait mis un très grosse pression sur la défense du Real Madrid, pour le grand confort de van Persie. La carton rouge de Nani est une mauvaise excuse pour expliquer l’élimination de Man United.
Nous sommes dans un schisme probable de la dimension de ceux de jadis avec Beckham, van Nistelrooy.
Entre Sir Ferguson et le clan Rooney, la rupture est plus que dans l’air.
Il reste deux ans de contrat au joueur qui n’a vraiment pas aimer faire banquette au couo d’envoi de 8e de C1 le plus regardé de la planète. Ce fut le sommet de la vexation.
Le 5 mars 2013 restera sans doute le jour non pas de l’élimination de MU mais celui de l’ultime clash entre le boss et son enfant terrible.
Quand on s’appelle Wayne Rooney et qu’on n’est pas appelé pour disputer le 8e retour de C1 contre le Real Madrid, on ne peut pas l’admettre. Et c’est facile à comprendre.
Pourquoi n’a-t-il pas joué ?
Il ne ferait plus partie des plans de sir Ferguson.
Cela semble évident.
Toujours est-il que sans Rooney, MU s’est fait virer de la C1, en 8e, et qui plus est à Old Trafford avec l’avantage du terrain.
Quand j’ai vu la composition, je n’ai pas compris.
Van Persie, titulaire. Bon d’accord, tout nouveau, tout beau. Il a un bon rendement.
Ensuite, Welbeck. A l’heure qu’il est, c’est un lycéen en face de Rooney.
Welbeck défend plus que Rooney ? Faux! Rooney a toujours beaucoup défendu.
Welbeck est une sorte de cheval fou mais Rooney est un taureau qui fait peur aux adversaires.
Rooney ne m’a jamais déçu, sauf quelques fois, ce qui est bien normal.
C’est un joueur puissant, pratiquement inchargeable, plus toutes les qualités qu’on lui connait.
Je suis certain qu’avec lui au début de MU-Real à Old Trafford, le ton du match aurait tout de suite était donné par Rooney. C’était un match pour lui, car en face il y avait C. Ronaldo.
Jamais je n’aurais mis Giggs en début de match. Le vétéran n’aurait dû faire une apparition qu’à la fin pour sa 1000e, genre jubilé. Rooney est dans la force de l’âge.
Sir Ferguson a aligné Nani et Welbeck, là où j’aurais mis Kagawa et Rooney.
Le carton rouge de Nani a faussé le plan de Sir Ferguson.
Maintenant, nous basculons dans une période avec un conflit évident entre le manager et le Rooney.
A la place de Rooney, je demanderais à partir.
La situation entre Sir Ferguson et Rooney ne devait pas être au beau fixe pour en arriver là.
Rooney m’a toujours plu. Il fait toujours ses matchs.
On me le décrit comme un Best numéro 2. Un Paul Gascoigne bis.
Et alors ! En 2013, MU fait encore sa communication sur George Best !
Je me moque complétement si Rooney boit des pintes de Lager à la fin d’un match.
Ce que je vois c’est que sur le terrain, il a toujours répondu présent.
Rooney c’est en plus la mascotte, l’âme de MU.
Sans Rooney, MU a été incapable de passer l’obstacle du Real Madrid, à Old Trafford.
Avant la série des 4 matchs à domicile, il avait dit que c’était très bien de ne pas avoir à voyager.
Sir Ferguson l’a laissé sur le banc, autrement dit il a humilié mondialement Rooney.
Je comprendrais très bien si nous allons au clash définitif.
Non seulement c’est triste d’avoir été évincé de la C1 mais la menace évidente du départ de Rooney augmente la tristesse.
L’évidence c’est que sans Rooney MU n’a pas été à la hauteur de l’événement contre le Real.
D’une certaine manière, Rooney est le grand gagnant de la soirée.
Il a gagné son combat contre Sir Ferguson puisque le coach n’a pas eu raison de l’écarter.
La venue de Rooney à Paris n’est plus du domaine de l’utopie.
Barcelone a déjà refusé ses services à son agent.
Entre Rooney, Welbeck et Chicharito, il y a un attaquant de trop. Van Persie, lui, est un intouchable.

Permalien 08:25:25, Catégories: THE RED DEVILS, SPECIAL MARADONA, GRAND MONSIEUR  

5 mars 2013, la rencontre entre Wayne Rooney et Maradona

Fin février 2013, Maradona est retourné à Naples où il n’a pas pu faire un pas sans être fêté par les Napolitains.

Le 5 mars après l’élimination de MU qui n’a pas compté sur Rooney pour se qualifier, au coup d’envoi, l’avant-centre écarté par Sir Ferguson, a rencontré Diego Maradona dans un restaurant.
L’Argentin était venu voir sa fille Giannina qui vit à Manchester avec son mari Aguero, joueur de City.
Rooney a mis la photo, où il a posé avec son idole, sur sa page Facebook:
https://www.facebook.com/WayneRooney
Des gens vont dire que Maradona était un envoyé spécial de Man City !

07.03.13

Sir Ferguson veut oublier la C1 lors du 1/4 de FA Cup

Sir Ferguson et les Red Devils vont devoir se ressaisir car une nouvelle grande affiche nous attend en FA Cup. Old Trafford au son de l’Europe nous manque déjà, mais n’oublions pas que nous sommes les rois du football sur notre l’île, avec 12 points d’avance en championnat. Tous les clubs au monde rêvent d’une pareille situation. C’est le plus important, mieux vaut autre roi chez soi que chez les autres. Le Real Madrid n’a pas cassé le lien que nous avons avec nos joueurs. Vidic a été grand contre le Real. On a retrouvé Terminator. Je sais qu’on ne peut être que onze sur la pelouse mais quand je n’y vois pas Chicharito et Rooney ça fait mal. Le Mexicain est le 9 le plus explosif au monde et Wazza est un lanceur de missiles à tête chercheuse. Ne pas faire jouer Rooney est une forme de suicide programmé. Entraîner c’est prévoir, fût-ce l’impondérable qui met tout le travail en l’air. Mourinho a fait entrer Modric et boum ! but. MU avait fait un grand match à Madrid. On était content de finir à la maison, sans savoir que “finir” deviendrait plus important que maison…

1/4 FA CUP
Dimanche 10 mars 2013, 17 h 30
Manchester United- Chelsea
Un entraîneur qui gagne a toujours raison mais un entraîneur qui perd, non.
Pour ma part, jamais je n’aurais laissé Rooney dans les tribunes. C’est comme si Mourinho avait mis Ronaldo sur un siège d’Old Trafford. Rooney c’est l’identité majeure du club. L’un des 5 meilleurs avant-centre du monde. Mourinho a dû être content quand il a vu la composition de Fergie.
A postériori deux hommes ont manqué dans le match: Rooney et Kagawa.
Rooney dans le rôle du perceur du coffre-fort madrilène, et Kagawa dans celui d’éclairagiste.
Le 1000e match de Giggs fut en fait un jubilé qui a viré au cauchemar car l’arbitre un mis un rouge à Nani qui m’a même pas taclé Arbeloa. Il s’agit d’un pied en l’air qui n’a pas atteint le visage de l’Espagnol.
Bon, il faut renaître !
Les joueurs de Man United veulent vite rebondir et ne pas rester sur la mauvaise vibration de l’élimination en C1 2013 par le Real Madrid qui a accédé aux 1/4 finale. Ce 8e fut à vrai dire une authentique finale. Pas certain que la véritable soit plus belle. Dire qu’elle aura lieu à Wembley ! Cela fait mal à entendre. J’espère que l’UEFA trouvera un arbitre de haut niveau et non pas un incapable diplomé.
Dans tout le groupe des Reds Devils, il n’y a que trois joueurs qui ont remporté la FA: Ryan Giggs, Paul Scholes et Darren Fletcher, avec MU.
Il faut rajouter van Persie vainqueur de la FA CUP 2005 avec les Gunners de Wenger.
Tous mes voeux de prompt rétablissement à Sir Ferguson qui a eu le contre-coup mental de l’élimination sur “un fait de jeu” contrariant comme ils disent.
Je suis sûr qu’il est passé par les mêmes états que moi.
Le 6 mars, impossible de quitter Old Trafford.
Puis peu à peu, les images positives depuis 1993 m’ont fait signe.

Permalien 13:05:16, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Mort d'Alvin Lee (1944-2013) des Ten Years After

Alvin Lee appartient au Top ten des meilleurs guitaristes de son temps, celui de Woodstock.

La famille d’Alvin Lee vient d’annoncer la mort du Guitare-héros:

http://www.alvinlee.com/

Non seulement Man United a été sorti de manière antisportive de la C1 2013 mais en plus Alvin Lee vient d’être évincée de la vie.
Alvin Lee (né Graham Barnes, le 19 décembre 1944 à Nottingham) a donc cessé de vivre le 6 mars 2013.
Il était guitariste de rock depuis les années 1960, la décade prodigieuse que tant de monde aurait voulu vivre, celle d’avant le chômage et le Sida. Celle du Peace and Love. Celle où l’on disait: il est interdit d’interdire. Aujourd’hui, on est surveillé comme dans un junte militaire d’Amsud. Au coin de la rue, en bas de chez vous, il y a un radar. Ainsi de suite. Faut payer dès qu’on fait un pas.
La société actuelle est anxiogène. Avoir vécu les années 1960 est une grande satisfaction.
Le parcours d’Alvin Lee débuta avec “Les Jaybirds” et ensuite atteint son sommet quand il devient leader de “Ten Years After", un des groupes phares de Woodstock.

[A tous les fans de Man United]

Permalien 11:00:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

L'ange de Coppi, d'Ugo Riccarelli (Phébus) qui rend hommage aux 18 joueurs du Torino mort à Superga en 1949

Le vendredi 4 mai 1949, l’avion transportant l’équipe du Torino Football Club, s’est écrasé sur la colline de Superga, dans les environs de Turin. Un drame qui n’est pas s’en rappeler le crash 1958 de l’avion de Man United. Cette génération du Torino était multi championne d’Italie. 31 corps furent retirés de la carlingue parmi lesquels se trouvaient 18 dépouilles de joueurs du Torino.(1) Cette génération venait de remporter 5 championnats au cours de la décade des années 1940. L’immense attaquant Valentino Mazzola perdit la vie dans ce vol avec ses amis et partenaires. Dans la vidéo on le voit prendre, dans ses bras, son fils Sandro qui devint lui aussi un très grand joueur.

Fausto Coppi (1919-1960) a de la chance dans son malheur. Situons-nous au plan de la notoriété car on sait qu’il est mort après avoir contracté la malaria. Si le campionissimo avait établi son superbe palmarès dans les années 1990-2000, il serait actuellement déchu de tous ses titres de gloire car on fait subir une disgrâce à Lance Armstrong alors que Fausto Coppi a toujours répondu que la « bomba» était le secret de son insolente réussite. La « bomba » étant un cocktail d’amphétamines qui lui donnait des ailes dans les cols. Lance Armstrong fut Coppi conforme à Fausto.
A l’origine du Tour de France, il était convenu que les concurrents devaient prendre sur leurs deniers personnels tout ce qui permettait de « charger la mule », autrement dit les produits pour améliorer la forme physique des cyclistes, ce que les adeptes dénomment la médicalisation et en aucun cas le dopage. Jadis, ni Albert Londres ni Antoine Blondin n’ont enquêté sur les stupéfiants dans le Tour de France. Curzio Malaparte est allé jusqu’à écrire que Coppi avait de l’essence dans les veines quand Gino Bartali devait se contenter de sang. Pour se donner bonne conscience, les instances modernes du cyclisme jouent la transparence dans une société qui demande aux sportifs un régime qu’elle n’ose même pas s’appliquer à elle-même, à savoir une éthique irréprochable.
Ce n’est pas le dopage qui empêcha Lance Armstrong de tomber durement sur le macadam pendant sept ans. Comme Coppi n’a pas subi les foudres des collectionneurs de vieux flacons d’urines, les exploits sportifs de l’Italien n’en finissent plus d’alimenter les rêveries des écrivains. Même la maman du champion a participé à l’activation de la fabrique des rêves en mettant les chemises de son fils dans le réfrigérateur qu’il lui avait offert. Et que dire du masseur aveugle Cavanna ou de l’amour adultérin avec la Dame blanche qui faisait fantasmer toute l’Italie alors hostile au divorce.
Le dernier en date des écrivains à pisser son Coppi- si j’ose dire- s’appelle Ugo Riccarelli- un Toscan qui a choisi de vivre à Rome. On connaît des choix plus cornéliens. Dans sa nouvelle consacrée à Coppi, Ugo Riccarelli met en lumière un gregario imaginaire qui serait en fait un super champion inconnu. Lors d’une énième virée sur le bitume, Coppi voit cet inconnu lui tenir tête de manière inattendue. « Non merci, monsieur Coppi. J’ai déjà mon compte. Pour les courses, il y a vous qui semez tout le monde. Vous êtes né pour gagner. Moi, ma route est ailleurs». Impressionné à la fois par le talent et l’humilité du jeune homme, Fausto Coppi essaya de revoir son adversaire d’un jour qui ne cessait pas de le hanter. Il retrouva son domicile où on lui dit simplement : « qu’il était là-bas », près d’un chêne. Coppi se déplaça et tomba sur une tombe dont la croix était entourée du maillot qu’il offrit à son admirateur. Le campionissimo n’en finissait plus de lire et relire les mots gravés sur la sépulture : « Dans la félicité repose Angelo le champion ». Coppi se prénommait lui-même Angelo pour l’état-civil. La mort l’avait encore rattrapé : son petit frère Serse (1923-1951) avait perdu la vie en course lors du Tour du Piémont. Ugo Riccarelli écrit sur le sport comme s’il s’agissait d’un autre milieu qui pourrait être le monde de l’économie ou celui de l’astrophysique.
Seule l’intelligentsia bornée se bouche le nez dès lors qu’il est question d’une toile de fond sportive. C’est oublier Platon, Pétrarque, Maurras, Montherlant, Prévost, Camus, Jacques Perret, Buzzati, Hemingway, Mailer, Kerouac, Nucéra, Charyn et le poète-cinéaste Pasolini - très bon footballeur supporter du club de Bologne- présent dans le recueil de nouvelles qui évoque aussi Dino Ferrari (1932-1956) mort d’une maladie incurable. Le père, Enzo, resta inconsolable de la perte de son fils dont il honora sans cesse la mémoire en baptisant des nouveaux modèles avec le prénom du disparu. La mort est omniprésente dans ce livre qui serre le cœur. Comment ne pas être ému par la disparition des 18 joueurs du Torino Football Club décédés dans le crash de l’avion qui s’écrasa à l’arrière de la basilique de Superga, le 4 mai 1949 ? Autre destin cruel : celui du divin ailier Garrincha, le plus grand dribbleur de tous les temps.
Pourquoi Pelé est-il encore une icône en 2013 ? Pourquoi son alter ego Garrincha (1933-1983) a-t-il accumulé les malheurs jusqu’à finir alcoolique au dernier degré dans une chambre d’hôpital forcément sordide ? Le sport ce n’est pas que des numéros, des voitures, des vélos, des dossards. Le sport c’est une histoire de larmes, de sueur et de sang. Aussi bien en tennis de table qu’en tauromachie. Du bruit et de la fureur. Une religion avec ses croyants et ses pratiquants. Avec ses Dieux– tel Zatopek «l’homme locomotive» - et ses apôtres dont Ugo Riccarelli.

-L’ange de Coppi, d’Ugo Riccarelli, traduit de l’italien par Louise Boudonnat. Phébus, 219 p., 19 €
A lire aussi : Les terrains. Ecrits sur sport, de Pier Paolo Pasolini, traduit de l’italien par Flaviano Pisanelli. Le temps des Cerises, 2012. 159 p., 8 €

(1) 18 joueurs, dont 8 internationaux italiens, trouvèrent la mort au cours de crash aérien: Valerio Bacigalupo, Aldo Ballarin, Dino Ballarin, Émile Bongiorni (Français), Eusebio Castigliano, Rubens Fadini, Guglielmo Gabetto, Roger Grava (Français), Giuseppe Grezar, Ezio Loik, Virgilio Maroso, Danilo Martelli, Valentino Mazzola (le père de Sandro), Romeo Menti, Piero Operto, Franco Ossola, Mario Rigamonti, Giulio Schubert. Autres victimes: 5 employés du club, 4 membres de l’équipage, 3 journalistes et un organisateur.

Permalien 09:12:35, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

L'UEFA lance une procédure contre MU parce que Sir Ferguson et ses joueurs n'ont pas parlé aux médias après avoir été collectivement sanctionné du carton rouge de Nani

Sir Alex Ferguson n’a même plus le droit de se taire dans notre monde de l’idiot-visuel où l’on peut dire n’importe quoi car l’important c’est de se montrer devant les caméras qui paient des fortunes pour diffuser les matchs.

-"L’UEFA a ouvert une procédure contre Manchester United pour ne pas avoir répondu aux obligations qui s’imposent à l’entraîneur et aux joueurs", a fait savoir un porte-parole de l’instance dirigeante du football européen.
L’UEFA a donc ouvert mercredi 6 mars 2013 une procédure disciplinaire contre Man United pour manquements aux obligations envers les médias à l’issue de sa défaite contre le Real Madrid en Ligue des champions.
On vit vraiment une époque formidable.
Non seulement, il faut accepter les décisions arbitrales sans piper un mot, fussent-elles inconcevables.
Et en plus, il faut aller dire devant les micros: “tout va très bien madame la marquise” .
De qui se moquent-on ?
Accepter de courber ainsi l’échine n’a qu’un nom: lâcheté.
Ce n’est pas le genre de la Maison Ferguson, ni du peuple Rouge.
A-t-on vu un supporter de MU descendre sur la pelouse pour dire à l’arbitre notre façon de penser ?
Alors aujourd’hui non seulement on empêche les hommes libres de parler, mais en plus on les empêche de se taire !
Le manager Alex Ferguson n’a pas répondu aux interviews après le match, mardi soir, 6 mars 2013, car il ne s’est pas présenté en conférence de presse.
Son adjoint Mike Phelan, l’a très bien remplacé devant les journalistes.
Le technicien écossais ne voulait pas commenter le carton rouge infligé à l’ailier Nani.
Pas la peine en effet. On sait ce qu’il pense.
On ne respecte même pas le manager écossais, le coach le plus titré de l’Histoire du football.
Il est vrai qu’il n’est pas un consultant qui mange à tous les râteliers pour amasser un maximum d’argent dans tous les médias possibles.
Sanctionné pour un contrôle en extension jugé dangereux, le Portugais Nani a été exclu à la 56e minute quand le Real Madrid était mené 1-0.
Dès que l’arbitre a renvoyé aux vestiaires le Red Devil, MU a encaissé deux buts pour finalement perdre 1-2 à Old Trafford, et être éliminé en 8e de C1 retour.
Nani a été sanctionné quand Ramos a descendu deux Red Devils en pleine surface de réparation, en toute impunité.
Il faut tout voir dans un match même la main de Rafael quand le ballon lui est allé dessus et non pas le contraire.

PS: les oblgations d’aller voir la presse sont précisées à dans l’annexe III des chapitres 2.6 et 2.7 du règlement de la C1. Les sanctions prévues par l’UEFA vont d’un simple avertissement à une amende.

NOTA BENE: Dortmund, Juventus Turin, PSG et le Real Madrid sont qualifiés pour les 1/4 de la C1 2013.

06.03.13

Permalien 18:44:13, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Roy Keane taille un costard à Nani et justifie le rouge

Tous les points de vue sont intéressants et celui de Roy Keane est donc important.
L’ex âme de Man United n’a pas quitté Old Trafford par la grande porte tout le monde le sait.
Il a une dent contre MU. Une dent dure. Toujours aussi tranchant “Keano".
Cependant ce fut l’un des plus vaillants Red Devils de l’Histoire.
Quand il dit qu’on doit être maître de ses faits et gestes il oublie de dire que lui ne l’a pas toujours été !
Sur le fait que Nani tombe souvent et sur son manque de courage, je lui laisse son interprétation.
Je l’ai toujours dit: Nana est inconstant. Il peut marquer des buts fantastiques et puis disparaître pendant des matchs entier.
Actuellement, il était dans une trés bonne phase.
Concernant son carton rouge: faut pas confondre la lettre et l’esprit. Son pied en l’air existe mais il n’a blessé personne. Un geste qui aurait dû rester anecdotique.
Dans le même match, il y a eu une main réelle de Rafael (involontaire, disons de protection dans le mouvement) et deux descentes volontaires effectuées par Ramos sur deux Red Devils dans la surface de réparation madrilène.
Trois penaltys non pas été sifflés. Personne ne parle des déséquilibres illicites provoqués par Ramos. Pourquoi? Je n’ai pas la berlue.
Comme dit Keane on peut parler des heures, cela ne changera rien.
On reste avec son amertume, et on attend la prochaine sortie des Red Devils, tout en sachant qu’on va avoir le coeur lourd lors des tirages des 1/4 de la C1. Sans parler des prochains matchs de C1 sans nous.
On aime MU pour les grandes émotions qu’il nous fait vivre loin de la morne L1.
Quand on s’est habitué au caviar, les oeufs de lump on n’en veut plus, même pas pour décorer un avocat.
Ce match contre le Real était très compliqué car c’est un club ami.
Nos amis ont gagné mais on aurait préféré un 0-3 net et sans bavures.
PS: N’oublions pas que le goal du Real Madrid (Diego Lopez) a fait plusieurs arrêts décisifs.

Man United protège Sir Ferguson très déçu par l'arbitre

On a très bien fait à Old Trafford de laisser Sir Ferguson pester dans son bureau, après Manchester United 1-2 Cuneyt Cakir/Real Madrid. Et dire que d’aucuns disent que “MU est toujours avantagé par les arbitres…” Dans notre bas monde, on sait depuis Chamfort, prince des maximes, qu’on met en prison celui qui sonne le tocsin pendant qu’on laisse tranquille celui qui a mis le feu. Heureusement que Thierry Roland n’a pas vu ça, sinon… C’est facile de gagner un match qui parassait compliqué: vous saisissez l’occasion d’une expulsion et hop! vous vous retrouvez en agréable surnombre pour lâcher les chevaux immédiatement après. Exemple: le téléscopage entre Nani/Arbeloa. Dans le même match, Ramos a fait tomber deux Red Devils dans la surface de réparation, manu milatari, sans être sanctionné. Deux poids, deux mesures. Il y a des arbitres qui feraient mieux de s’intéresser au curling. Et moi de cesser de regarder des matchs qui sont plus proches de la tricherie que du sport.
Mike Phelan est venu parler aux micros afin d’éviter à Sir Ferguson un coup de colère historique. L’UEFA l’aurait alors suspendu. Dans le monde du football, dès qu’on dit la vérité on vous éjecte. Il faut prendre des coups et la fermer. Jusqu’à quand ? La mort du football ? Je rêve d’un monde où tous les 22 joueurs quitteraient le terrain après une mauvaise décision arbitrale. Utopie totale. Mourinho en a profité pour achever MU.

L’adjoint de Sir Alex Ferguson est venu à la conférence après l’élimination de Man U intervenue pour beaucoup à la suite d’une honteuse décison arbitrale qui a exclu du macth Nani coupable d’aucun agression alors que Ramos a agressé deux Red Devils qu’il a fait tomber dans la surface. Il y avait deux penalty. Le monde entier les a vu mais pas ls arbitres.
Mike Phelan a déclaré que Sir Alex Ferguson était “trop contrarié” pour venir face à la presse après une élimination au goût amer face au Real Madrid. Phelan a expliqué que Sir Alex ne voulait pas dire des choses qu’il pourrait regretter
-"Dire que nous sommes déçus est un euphémisme. Je pense que nous avions la bonne tactique pour un tel match et une telle occasion. On était à l’aise à 0-0. On était là où on voulait être. On est revenu sur le terrain et on a marqué, ça nous a mis dans une position favorable. Après ça, on a contrôlé le match et on a eu quelques occasions. Puis le match a totalement changé. Cette décision est incroyable. Mais il fallait continuer. Dans un match de cette importance, devant les yeux du monde entier, on se sent très déçus.”

Quand on lui demande si Sir Alex avait parlé à l’arbitre turc M. Cuneyt Cakir, Phelan a répondu :
- “Je ne pense pas qu’il soit en état pour parler avec l’arbitre de cette décision. Je pense que le fait que ce soit moi qui soit assis ici, et non pas le manager de ce fantastique club de football, veut tout dire. On a tous été témoins d’une décision très sévère. L’audience a été énorme dans le monde entier. Le match a été vu dans je ne sais combien de pays, et tout le monde doit se demander ce qu’il s’est passé. Une grande prestation a été gâchée par une décision arbitrale".

Bravo à MU de prendre soin de Sir Ferguson mais il ne va pas pouvoir se taire pendant longtemps. On a besoin qu’il dise ses 4 vérités à l’UEFA.

Quand il était sélectionneur, l’actuel Pt de l’UEFA était pour la vidéo…

Permalien 12:21:16, Catégories: SPECIAL MARADONA, GRAND MONSIEUR  

Maradona à Montpellier: le rêve de Louis Nicollin

Louis Nicollin rêve de faire venir Maradona à Montpellier au poste d’entraîneur.
Le truculent patron de Montpellier est en liaison avec l’Argentin mythique qui on le sait est un marginal du football.
Maradona a toujours dit:
-"Pelé et Platini sont du côté des dirigeants; moi, des joueurs”
On l’a déjà vu comme sélectionneur. Ce ne fut pas évident.
Si Maradona a besoin de se relancer dans un club, il peut le faire à Montpellier.
On ne voit pas l’AC Milan ou Chelsea lui faire confiance.
Louis Nicollin a dit qu’à 30 000 euros, il signe tout de suite un contrat à Maradona mais à 100 000 euros pas mois, non !
Rien n’est impossible de la part de Maradona. S’il est sensible à Nicollin il dira oui.
Jadis, on a vu l’OM essayer de recruter de l’Argentn alors en plein boum. C’était un autre contexte.
Si Beckham a signé 5 mois pour une panouille au PSG.
Si Leonardo a sous-entendu que le PSG était trop fort pour la L1 le soir où les Parisiens ont perdu contre Reims…
Alors Maradona peut bien entraîner Montpellier.
On peut aussi se retrouver avec… Domenech à la place d’un des plus grands joueurs de tous les temps, membre du TOP 5 avec Pelé, Di Stefano, Cruyff et Puskas.
René Girard, l’entraîneur champion de France en titre avec MHSC, libre en juin 2013, ne sera plus sur le banc de Montpellier la saison prochaine. Le très estimable Girard, arrivé à la Mosson en 2009, a lui-même fait comprendre qu’il vivait ces derniers mois à la Paillade, mais qui sait ?
Je ferme les yeux imaginer “Loulou” Nicollin et Maradona,cote à cote, dans une conférence de presse.
Show devant, show!

NOTA BENE: le 11 mars 2013, Louis Nicollin a déclaré: “Maradona ne viendra pas (…) J’en ai plein le c… C’est impossible de discuter avec un manager. Il en a sept, et maintenant un huitième, depuis hier matin. C’est invivable! (…) Si j’avais voulu Cruyff, j’aurais vu un vrai imprésario. Là, avec Maradona, c’est un bordel sans nom.” Le dossier est ainsi refermé.

Permalien 11:28:32, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Mike Phelan: "Les joueurs furent très dignes dans les vestiaires. Que les fans soient rassurés: nous allons immédiatement rebondir ! "

Les deux prochains rendez-vous de Man United:
10 Mars FA Cup 1/4/ MAN UNITED-Chelsea, 17 h 30 (Dernier match avant Wembley, 1/2)
16 Mars Premier League/ MAN UNITED-Reading, 18 h 30

Leader de la Premier League avec 12 points d’avance, Man United est loin d’avoir raté sa saison.
Les Red Devils n’y sont pour rien dans l’expulsion grotesque de Nani contre le Real Madrid.
C. Ronaldo a dit: “Tantôt les erreurs d’arbitrages vont sont défavorables, tantôt favorables. C’est le football on ne peut rien y changer". Quoi dire d’autres, on ne rejouera jamais ce 8e retour-là.

C. Ronaldo a fait gagner le Real pendant que Rooney était sur le banc...

Suivre des matchs mal arbitrés est vraiment insupporable. Il y a des arbitres qui ont surtout leur place au cirque ou au théâtre mais pas dans les plus grands stades du monde. Ou alors dans les tribunes.

5 mars 2013
8e de C1 retour
(2) Man United 1-2 Real Madrid (3)
But pour MU: Ramos (48e csc)
Buts pour le Real: Modric (66e), Ronaldo (68e)

**Man United:
De Gea (7) Pour son jeune âge a fait une bonne prestation.
Rafael (6) A encore trop de temps mort dans un même match (Valencia 87e)/ Inexistant
Ferdinand (7) Bon match. Ne peut rien faire sur les deux buts
Vidic © (8) Son plus grand match depuis son retour
Evra/ (6) Moins tranchant que d’habitude. Sur le tir de Modric ne fait pas bouclier
Nani (7) A l’origine du premier but. Injustement expulsé alors qu’il encore beaucoup à donner
Carrick (6) Correct
Cleverley (8) Très bon match (Rooney 71e)/ A été lancé quand la messe était dite
Giggs/ (7) Bon match
Welbeck (8) Parfait dans son rôle de bélier (Young 79e)/ N’a pas eu d’impact
Van Persie (5) Terne
Sur le banc: Lindegaard, Evans, Kagawa, Chicharito

Manager: Sir Alex Ferguson (7). A 1-0, onze contre onze, son plan marché. A 10 contre 11, Mourinho a pris le pouvoir sur le match. Le match était tactique et la sortie prématurée de Nani a faussé le combat.

**Real Madrid:
Diego Lopez/ (10) EXCELLENTISSIME
Varane (9) Grand match
Ramos (2) ou (10, selon où l’on se place !) Vicieux, truqueur. Fait tomber deux Red Devils et puis il leur demande de se relever, les accusant de faire du cinéma. C’est la part d’ombre de Mourinho.
Arbeloa (7) Un 7 pour avoir participé à l’expulsion de Nani qui a changé la physionomie du match (Modric 58e)/ A eu l’intelligence de contourner la défense rouge pour frapper et marquer. Ce remarquable joueur a toujours été apprécié par Sir Ferguson (et par moi).
Coentrao/ (5) Quelconque
Khedira (6) Peu de relief
Xabi Alonso (7) Besogne subliminale
Ozil (5) Transparent (Pepe 70e)/ (6) A bien tenu son rôle de repoussoir
Di Maria (5) Peu à son avantage avant sa sortie sur blessure (claquage ?)
(Kaka 45e +3) (2) Il a joué ?/
Higuain (4) Discret. N’a existé que dans la représentation d’un leurre
Cristiano Ronaldo (10) A tout simplement qualifié son club. Un but Platinien
Sur le banc: Adan, Pepe, Albiol, Benzema, Callejon

Manager: José Mourinho (10) Parfait à tous les niveaux. Alors que les médias le donnaient pour carbonisés, il vient de mettre deux fois K.O. Barcelone et d’éliminer Man United

José Mourinho a déclaré que :"La meilleure équipe a perdu” a déclaré José Mourinho à la fin du match.
Facile à dire quand on est qualifié pour les 1/4 de C1.
Le Portugais est toujours magnanime dans la victoire. De plus, il aimerait entraîné MU.
Dès que l’arbitre a expulsé Nani, de manière outrancière, Mourinho a fait entrer un créateur: Modric qui a égalisé.
Son tir a obtenu un poteau rentrant. Côté MU ce fut l’inverse, le coup de tête de Vidic s’est écrasé sur le montant de la cage madrilène. Le remplaçant Diego Lopez a fait oublier Casillas. La doublure a été héroïque lors des deux matchs, avec en plus la baraka.
Pendant le match, Mourinho n’a pas fait de sentiment.
Il a pris à la gorge MU dès que les Red Devils furent réduits à dix.
Ronaldo a été héroïque sur les deux matchs: à Madrid, il a égalisé au match aller (1-1), et à Old Trafford, il a marqué le but décisif du 1-2. Parfait donc.
Dans le camp d’en face, Sir Ferguson a laissé Rooney sur le banc au match retour. C’est comme si Mourinho avait éjecté Ronaldo de son onze.
Si MU avait gagné, on aurait dit bravo pour ce choix. Le hic c’est que MU a perdu et dit aurevoir à la C1.
Auparavant, Sir Ferguson confia “qu’il avait mal à la tête” parce qu’il avait trop de possibilité pour composer son équipe.
Il est vrai qu’il a laissé dehors du 8e retour Kagawa qui venait de signer un triplé en championnat.
Il est vrai qu’il ne peut pas se priver du fantastique travailleur Welbeck pour mettre l’explosif Chicharito.
A mes yeux, Rooney valide est un titulaire indiscutable. Son charisme, sa force font peur aux adversaires. Croyez-moi, Mourinho a dû être très content de le voir sur la touche !
Sir Ferguson l’a fait entrer à 1-2. Trop tard. On n’était pas en 1999.

Voici la composition de MU que j’attendais à 20 h 45:
De Gea/ Rafael, Ferdinand, Evans, Evra ©/ Giggs, Carrick, Kagawa, Welbeck/ Rooney, Van Persie

En football dès que l’on fait une remarque contre son club on est tout de suite taxé de traîtrise. Qu’importe, Sir Ferguson n’a pas la science infuse. Un observateur est obligé de dire ce qu’il pense à la fin du match.
Vu ses dernières prestations, Nani méritait d’être titulaire, plus que Valencia en méforme.
Nani n’en a-t-il pas fait trop sur Arbeloa ? En football, il faut penser à tout, même au disjonctage d’un arbitre.
J’aurais préféré voir Rooney au départ avec la volonté d’attaquer à fond la caisse. Je l’avoue: je pense qu’un Rooney même en méforme est plus important que n’importe quel autre Red Devil. Rooney c’est la pierre angulaire de MU. A sa place, je me poserais des questions: pourquoi m’avoir mis sur le banc ?
MU a joué à l’italienne pour prendre le Real en contre. Hélas, le goal de Madrid était en état de grâce.
On va se consoler avec le championnat. Et la FA Cup.
Je pense à ce mot de Giggs prononcé en 2009:
-"C’est très compliqué de gagner la C1 car pour arriver en finale, on dépend de tant et tant de paramètres depuis les tours préliminaires".
Il a raison. Il suffit de voir le carton rouge attribué à Nani, de manière totalement inattendue.
D’habitude si fort mentalement quand arrive un coup dur, MU s’est liquéfié à l’exclusion de Nani. C’est là aussi que Rooney a manqué à la Red Army. Il fallait se révolter. Avec des si…

05.03.13

Le Real Madrid élimine MAN U grâce à l'arbitre

Il a suffi que Nani soit viré du terrain par l’arbitre pour que MU se replie sur ses buts et encaisse deux buts coup sur coup. Et c’est ainsi que le match bascula en faveur des visiteurs. Tout le monde était professionnel sur la pelouse sauf les arbitres. L’incompétence et la désinvolture sont les maux de notre société. On convoque 76 000 personnes et des millions de téléspectateurs pour les tromper avec un arbitrage. Y-a-t-il eu des paris suspects autour de ce match ? A 1-0, le match était réel. A 10 contre 11 tout fut déséquilibré et le Real a profité de son surnombre sur un exploit personnel de Modric. A MU personne n’a pu faire un exploit: hélas! Vidic a frappé sur le montant.

Dans notre monde sans mémoire, cela fait du bien d’entendre Sir Alex Ferguson:
-"Les gens, même mes proches, me demandent pourquoi je ne prends pas ma retraite après que tant d’années dans le football. C’est très simple: plus on se maintient dans une compétition, plus le football est beau, grand. Bien sûr si vous ne gagnez rien, il y a l’usure du pouvoir, mais à l’inverse si on mène bien sa barque évitant les grosses tempêtes on n’a pas envie d’arrêter. J’adore voir la lumière des projecteurs sur nos maillots, encore plus quand nous luttons contre le Real Madrid. C’est le rêve de tout le monde de vivre de tels moments. Il faut que le tirage au sort nous fasse en plus tomber l’un contre l’autre… Alors pourquoi se priver de ça ? J’aime à penser que les pionniers comme notre Sir Matt Busby et Santiago Bernabeu, le Président du Real Madrid, qui a donné son nom à leur stade, seraient si heureux d’être avec nous ce 5 mars à Old Trafford, en nocturne.”

5 mars 2013, 20 h 45
8e de C1 retour
(2) Man United 1-2 Real Madrid (3)
But pour MU: Ramos (48e csc)
Buts pour le Real: Modric (66e), Ronaldo (68e)

**Man United:
De Gea
Rafael (Valencia 87e), Ferdinand, Vidic ©, Evra/
Nani, Carrick, Cleverley (Rooney 71e), Giggs/
Welbeck (Young 79e) Van Persie
Sur le banc: Lindegaard, Evans, Kagawa, Chicharito
Manager: Sir Alex Ferguson (7). Pour faire plaisir à Giggs, Sir Alex a mis Rooney sur le banc. Quand on sait l’importance de l’entame d’un match retour. Il n’y a qu’à MU qu’on voit ça.

**Real Madrid:
Diego Lopez/
Varane, Ramos, Arbeloa (Modric 58e), Coentrao/
Khedira, Xabi Alonso, Ozil (Pepe 70e), Di Maria (Kaka 45e +3)/
Higuain, Cristiano Ronaldo
Sur le banc: Adan, Pepe, Albiol, Benzema, Callejon
Manager: José Mourinho (10) Bon coaching

1ere mi-temps 0-0
MU joue contre nature, comme si le club avait la culture du calcio de l’Inter Milan.
Joue avec le feu.
Vidic a frappé un coup de tête sur le montant.
Cela a chauffé une autre fois par van Persie puis Welbeck.
Il y a peu de créativité côté Red Army car Sir Ferguson a donné priorité à la récupération: Carrick + Cleverley d’une part, les professionnels du genre, soutenus par Giggs + Welbeck deux soldats marqués au fer rouge qui savent défendre.
On ne voit pas beaucoup Nani alors qu’il y a deux mois il n’était pas question de le voir dans ce genre d’affiche. Il va falloir qu’il montre plus le bout de son talent, genre frappe à l’orée de la ligne des 16 m sinon il va sortir.
Je pense que Sir Ferguson va faire rentrer à un moment-clé pour tuer le match.
Le Real peut marquer n’importe quand: attention ! S’il marque 0-1, ils sont qualifiés.
Je l’avoue: je m’ennuie. Peu de grands mouvements à voir.
D’habitude, MU met le feu au début de match mais l’élimination de MU par le Bayern a fait que Sir Alex Ferguson est moins généreux dans l’effort. Il assure plus ses arrières.

2e Mi-Temps (1-2)
A la reprise, MU a ouvert le score dans un mouvement de panique au sein de la défense suite au feu enfin mis dans la défense des visiteurs par MU. Ramos marqua contre son camp.
Ensuite à la 56e mn de jeu, l’arbitre expulse Nani pour un pied en l’air sur Arbeloa.
Une situation qui n’aurait pas dû conduire l’expulsion du Portugais. Si on se fie à ce jugement-là les parties se termineraient toutes à 3 ou 4 joueurs !
Quelques minutes après l’expulsion de Nani, le créatif Modric prit la place du défenseur Arbeloa pour attaquer davantage. Coaching payant: Modric égalise (66e) et deux minutes plus tard, Ronaldo marque le sien (68e) sans le célèbrer.
MU continua d’attaquer et se heurta sur un superbe goal du Real. Diego Lopez n’a rien à envier à Casillas.
Dans le match on vit une main suspecte de Rafael, et côté Maison Blanche, Ramos fit deux penalty non sifflés.
Face aux impondérables, on ne peut pas lutter.
Et Michel Platini, il pense quoi de l’arbitre de ce match ?
Dans un 8e retour de C1, on a perdu notre temps avec un tel arbitre incompétent.
A quoi cela sert-il de suivre des matchs non arbitré correctement ?
La colère est plus de cirsconstances que la déception

Permalien 14:55:36, Catégories: LE GYM E BASTA  

Eysseric-Clément-Galtier: sur la fausse polémique Morlino

Voilà l’unique interview de Christophe Galtier que j’ai entendue à la fin du match ASSE-NICE devant la télé où j’étais en Normandie.

Il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau puisqu’on m’accuse de cautionner des propos désobligeants envers Nice, propos que je n’ai même pas entendus !
Je suis devenu un sujet de conversation en raison de la surmédiatisation. De nos jours, les déclarations se démultiplient. Il faut suivre les gens qui rebondissent d’un média à l’autre.
N’étant pas chez moi, je n’ai vu que fin du match dans un bar.
Je n’ai donc pas vu en direct le choc entre Clément et Eysseric.
Au coup de sifflet final, j’ai entendu à chaud, en direct, sur la pelouse, Christophe Galtier dire ce que vous pouvez entendre dans la vidéo ci-dessus.
J’ai mis ensuite en ligne un post sur la défaite de Nice en disant que ce qu’a dit le coach de l’ASSE comportait des “mots très bons à entendre. Le coach des Verts a tout dit et bien dit". A ce moment-là, rien ne m’a choqué dans ce qu’il a dit. Il ne pensait qu’à Clément comme nous tous, et Eysseric le premier.
Après je quitte mon blog.
Le lendemain, je vois que j’ai écrit “les deux pieds en avant” à propos d’Eysseric alors qu’il s’agit d’une semelle. Je corrige grâce à l’internaute Siou.
Après je passe à autre chose.
Je n’écoute jamais les conférences d’après-match et tout ce qui se dit après les matchs.
Je n’écoute que RayActions le lendemain sur le site officiel du Gym. Mon entraîneur c’est Claude Puel et non pas Christophe Galtier auquel je n’ai jamais consacré un autre post alors que je ne cesse pas de fêter Puel depuis son arrivée. Etant écoeuré qu’il ne fut jamais international. Je compare ce qu’il fait à l’ère Luciano.
A présent on m’accuse de cautionner les propos de l’entraîneur de Saint-Etienne qui une fois qu’il a quitté le terrain a durci le ton à l’égard de Nice, me dit-on.
Comme les supporters de Nice ont tout écouté, à l’inverse de moi, ils ne considèrent comme un traître.
Les bras m’en tombent !
Comment peut-on croire qu’un Niçois né avenue de la République à Nice- issue de l’une des plus anciennes familles du Comté- puisse tout à coup virer casaque et devenir un fan des Verts ?
Comment suspecter d’abandon quelqu’un qui est tombé amoureux du Gym en 1959 grâce aux débordements de Dominique Rustichelli et aux tacles de Boragno ?
Comment penser qu’un 100% pour Nice puisse rouler pour un autre club de L1 alors que la totalité des rédacteurs taisent leurs préférences ? Et je n’ai jamais écrit sous pseudonyme, planqué.
Comment douter de la parole d’un Niçois qui réussit à tisser un lieu entre les générations: allez demander à Antoine Bonifaci, à Maurice Serrus, à René Marsiglia, à Roger Ricort et à André Amitrano si je suis pour les Verts !
Dans tous mes livres j’ai accordé autant de place à l’OGCNIce qu’à Reims, à l’Inter ou à Liverpool et l’on vient me demander des comptes.
Si j’ai un mea-culpa à faire c’est de ne pas avoir écouté toutes les déclarations du coach de l’ASSE mais je suis aussi un père de famille qui doit s’occuper de ses trois enfants.
Je veux bien qu’on me juge mais il faut entendre ma version des faits.
Issa Nissa !

PS: tout à coup, me revient que j’ai écrit à plusieurs reprises pour dire mon désaccord à Frédéric Antonetti quand il avait dit que Bauthéac avait plongé et que les “tricheurs avaient gagné, ce soir". Dès qu’on est plus chez soi, entouré de radios, du net, de la télé, on perd le fil de l’actualité. Alors un peu d’indulgence, svp. Et surtout ne vous trompez pas de cible. Encore un peu, et on me fusillait sur la place Masséna.

Permalien 11:27:09, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

C'est bien plus qu'un jeu, de Pape Diouf (Grasset)

Ne vous attendez à aucune révélation. Il n’y en n’a pas. Il s’agit d’un livre qui fait le point sur la carrière d’un passionné de football qui est parti des tribunes pour finir président de l’OM en passant par les cases «journaliste» et «agent ». Né au Tchad le 18 décembre 1951, Pape Diouf est à la fois Sénégalais et Français.
La 4e de couverture rappelle qu’il «a été le premier président de club noir en Europe». On doit juger les gens pour ce qu’ils font et non au nom de ce qu’ils représentent. La France n’est pas raciste sinon elle ne ferait pas sans cesse la fête à Jamel Debbouze, Omar Sy, Zidane, Noah… On nous parle toujours des racistes parce que les journaux ne parlent de ce qui cloche. 10 racistes font plus de bruit que 100 000 humanistes. Il en va ainsi dans tous les domaines. Je l’ai dit et le répète, les instances du football sont en avance sur la société : Raoul Diagne a joué en équipe de France dès le début des années 1930. Pape Diouf note qu’il y a aussi de Noirs et d’Arabes comme entraîneurs que comme ministres. Il ne cite pas Tigana, Kombouaré et Firoud. Cela fait peu en effet. Diouf a raison de dire que les pays africains font appels à des sélectionneurs étrangers, le plus souvent Blanc pour faire comme les autres… Quel paradoxe !
Au niveau journalisme, Pape Diouf regrette le temps du Miroir du football : « [ce journal] semblait défendre un football de gauche, exaltant et célébrant le jeu offensif. A contrario, à L’Equipe et à France Football, les symboles du jeu moderne reposaient sur la préparation physique, l’engagement et le marquage individuel ». Puisqu’il a la collection de Miroir du football, Dioup aime relire les éditos de Jacques Thébaub. Aujourd’hui, Diouf n’apprécie pas la parole des consultants qui virent aux donneurs de leçons. Il est vrai que le dernier grand joueur Français Zidane n’est pas consultant car il n’est pas à l’aise devant un micro. A l’inverse les moins bons joueurs de son temps qui n’étaient absolument pas décisifs sur le terrain sont devenus des stars de la radio et télé.
Quand il évoque le métier d’agent, Pape Diouf fait vibrer l’amitié dans ses rapports avec les joueurs, notamment avec Marcel Desailly. Là c’est le monde des chiffres. On jongle avec des sommes importantes dont je n’ai pas la maîtrise pas. On ne nous dit pas tout, comme dit l’autre. C’est le football moderne avec ses millions d’euros. On sent que la grande période de sa vie professionnelle est celle de la présidence de l’OM qu’il a reconduit au sommet. Il y a une période avant et après. Quand il était président de l’OM, il prenait souvent la parole, s’exprimant à merveille. Toujours très agréable à entendre. Sa superbe voix de tribun ajoutait à son charisme. Diouf est l’un des plus brillants dialecticien du football. Lorsqu’il œuvrait pour l’OM, il était respectueux de la période Tapie qui a doté l’OM d’un C1. Il ne voit que le beau côté des choses. C’est une façon de voir l’existence. La seule qui permette d’avancer. Sa présidence a l’OM a quasiment coïncidé avec la mort de Robert Louis-Dreyfus. Avec pudeur et élégance, Diouf relate leur poignante dernière entrevue. Comme des « proches » du propriétaire ne voulaient plus de Diouf celui-ci n’a pas voulut pas combattre pour conserver son poste auprès d’un homme qui lui combattait la mort. Une attitude de grande classe. Fidèle à sa jeunesse, Pape Diouf vit à Marseille qu’il aime vraiment. Au passage, il règle quelques comptes, avec la hauteur nécessaire.

-C’est bien plus qu’un jeu
De Pape Diouf
Grasset, 307p., 18 90 €

[Post dédié à Joseph Bonnel]

Permalien 08:48:58, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Fini de compter fleurette: Man United doit passer en 1/4

8e retour C1
Mardi 5 mars 2013 (Bein Sport 1)
Old Trafford, 20 h 45
76 000 personnes
Man United- Real Madrid

Sir Ferguson n’entraîne pas une équipe sans pression. Man United ce n’est pas une entreprise de spectacles comme ces clubs sans C1 dont les managers pérorent dans les médias pour s’autopromotionner. Man United doit gagner comme nous avons besoin de manger pour vivre. MU n’arnaque pas ses fans avec des années sans trophée. Le patron du football en action c’est Sir Alex Ferguson. Et José Mourinho est dans le rôle du challenger. Les présidents de l’UEFA et de la FIFA, eux, ne sont pas des hommes de terrain, comme Sir Ferguson qui, lui, fait le football en direct.

Les équipes probables

Manchester United : De Gea/ Rafael, Ferdinand, Evans, Evra ©/ Giggs, Carrick, Kagawa, Welbeck/ Rooney, Van Persie

Real Madrid : D.Lopez/ Arbeloa, Varane, Ramos ©, Coentrao/ Khedira, Pepe, Xabi Alonso/ Di Maria, C.Ronaldo, Ozil

04.03.13

Permalien 23:47:50, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Interview de Sir Ferguson: "Le Real Madrid a l'art du contre".

8e retour de C1
5 mars 2013, 20 h 45
Manchester United [1]-[1]Real Madrid

-Au match retour à la maison, est-ce que vous allez jouer défensivement comme lors du 1-1 à San Bernabeu au cours du 8e aller de C1 ?
Sir Alex Ferguson: “Notre performance défensive à Old Trafford sera déterminante sur l’issue du match. C’est même la clé de la rencontre. Ceux qui croient que notre culture offensive nous permet de négliger notre défense se trompent complétement et surtout ne nous ont jamais vu jouer ou encore pire n’y connaissent rien…”

-Que pensez-vous du Real Madrid actuel ?
SAF:-"Le jeu actuel est fidèle à sa culture de l’art du contre. Les hommes changent mais le fond de jeu reste, c’est d’ailleurs fascinant. Le Real Madrid à des joueurs qui sont parmi les meilleurs contre-attaquants en Europe.”

-Vous les avez-vous jour dernièrement…
SAF:-"Oui. Ce qu’ils ont démontré au Nou Camp pour se qualifier en finale de la Coupe du Roi fut absolument magnifique au niveau de la contre-attaque. Du très grand art dans ce domaine exécuté à grande vitesse.”

-Vous avez une tactique pour les contrer ?
SAF:-"Les coachs qui vous disent que seul….”

La suite est sur:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/interview-de-sir-alex-ferguson—j-entretiens-la-confiance-dans-tous-les-secteurs-du-club_98.htm

Permalien 10:57:43, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Hommage aux Busby Babes morts dans le crash 1958 qui ont joué le premier Man United-Real Madrid en C1 1957

Voici les images émouvantes du match retour du 25 avril 1957 avec les six Red Devils (en majuscules dans les compostions de MU) qui vont mourir 10 mois plus tard en avion.

♦ 11 avril 1957. 1/2 aller C1 (Santiago Bernabéu)
3- Real Madrid: Alonso, Becerril, Marquitos, Lesmes, Muñoz, Zárraga, Kopa, Mateos, Di Stéfano, Rial, Gento.
1- Manchester United: Wood, Foulkes, BYRNE, COLMAN, Blanchflower, EDWARDS, Berry, WHELAN, TAYLOR, Viollet, PEGG.

Buts:
1-0 (61e): Rial.
2-0 (73e): Di Stéfano.
2-1 (82e: TAYLOR.
3-1 (84e): Mateos.

♦ 25 avril 1957. 1/2 retour C1 (Old Trafford)
2- Manchester United: Wood, Foulkes, BYRNE, Blanchflower, COLMAN, EDWARDS, Berry, WHELAN, TAYLOR, Charlton, PEGG.
2- Real Madrid: Alonso, Torres, Marquitos, Lesmes, Muñoz, Zárraga, Kopa, Mateos, Di Stéfano, Rial, Gento.

Buts:
0-1 (25e): Kopa.
0-2 (32e): Rial.
1-2 (52e): TAYLOR.
2-2 (87e): Charlton.

Sur les deux confrontations, le Real se qualifie 5-3 pour la finale. Les dirigeants madrilènes furent tellement séduits pas le jeu des Busby Babes qu’ils demandèrent au manager Matt Busby de venir au Real mais l’Ecossais pour rien au monde n’aurait quitté ses jeunes joueurs. Parmi eux, Duncan Edwards (21 ans) était un virtuose qui illuminait les matchs de toute sa classe grâce à une vista hors norme et un dosage de passe exceptionnel. Pour les anciens fans de MU Edwards est un joueur de la trempe de Charlton, Best, Cantona et Giggs.

Les 23 victimes du crash, le 6 février 1958:

8 Red Devils: Geoff Bent, Roger Byrne, Eddie Colman, Duncan Edwards (mort à l’hôpital le 21 février 1958), Mark Jones, David Pegg, Tommy Taylor, Liam Whelan

3 membres du staff du club: Walter Crickmer, secrétaire; Bert Whalley, entraîneur; Tom Curry, entraîneur

8 journalistes: Alf Clarke, Don Davies, George Follows, Tom Jackson, Archie Ledbrooke, Henry Rose, Eric Thompson, Frank Swift

4 autres passagers morts: Kenneth Rayment (mort à l’hôpital 3 semaines après le crash),Bela Miklos, Tom Cable, Willie Satinoff

Permalien 10:44:50, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

L'historique des 17 Manchester United-Real Madrid

Man United et le Real Madrid sont unis par un pacte qui ressemble plus à l’amour qu’à l’amitié.
Depuis la tragédie du crash 1958 qui a provoqué la pulvérisation d’une superbe génération de Red Devils, les Madrilènes savent que cet accident d’avion aurait pu leur arriver. Le Real aurait pu perdre Di Stefano comme MU a perdu Duncan Edwards.
A partir de 1958, le Real a toujours été proche de MU.
Aucun club n’a aidé MU comme le Real.
Le 5 mars 2013, il va se passer quelque chose d’unique à Old Trafford: les Anglais vont accueillir le retour de leur fils adoptif C.Ronaldo (Real) avec autant d’enthousiasme que les Madrilènes ont acclamé Giggs (MU) au match aller. Le Gallois fêtera son 1000e match. L’affiche seule de de 8e retour appartient à l’Histoire du football. Que le meilleur gagne ! On doit se respecter avant et après le match. Pendant ? Un combat de Titans.

5 mars 2013, 20 h 45
8e retour de C1
MANCHESTER UNITED-Real Madrid

A quelques heures du choc des 8e retour de C1, je viens de voir un reportage débiles sur les fans du Real Madrid. En effet, on n’a montré que des fans bas du plafond certains que leurs joueurs vont se qualifier à Old Trafford pour atteindre les 1/4 de finale de la C1. Tout ça parce que le Real vient de vaincre deux fois coup sur coup le Barcà qui en Liga aurait dû bénéficier d’un penalty flagrant. Les reporters auraient dû élargir est trouver des supporters qui connaissent mieux l’Histoire entre les deux clubs, deux des cinq plus grands au monde.

9 MATCHS OFFICIELS

♦ 11 avril 1957. 1/2 aller C1 (Santiago Bernabéu)
3- Real Madrid: Alonso, Becerril, Marquitos, Lesmes, Muñoz, Zárraga, Kopa, Mateos, Di Stéfano, Rial, Gento.
1- Manchester United: Wood, Foulkes, Byrne, Colman, Blanchflower, Edwards, Berry, Whelan, Taylor, Viollet, Pegg.

Buts:
1-0 (61e): Rial.
2-0 (73e): Di Stéfano.
2-1 (82e: Taylor.
3-1 (84e): Mateos.

♦ 25 avril 1957. 1/2 retour C1 (Old Trafford)
2- Manchester United: Wood, Foulkes, Byrne, Blanchflower, Colman, Edwards, Berry, Whelan, Taylor, Charlton, Pegg.
2- Real Madrid: Alonso, Torres, Marquitos, Lesmes, Muñoz, Zárraga, Kopa, Mateos, Di Stéfano, Rial, Gento.

Buts:
0-1 (25e): Kopa.
0-2 (32e): Rial.
1-2 (52e): Taylor.
2-2 (87e): Charlton.

♦ 24 avril 1968. 1/2 aller C1 (Old Trafford)
1- Manchester United: Stepney, Dunne, Sadler, Burns, Crerand, Stiles, Best, Kidd, Charlton, Law, Aston.
0- Real Madrid: Betancort, Zunzunegui, González, Sanchís, Pirri, Zoco, Miguel Pérez, José Luis, Grosso, Velázquez, Gento.

Buts:
1-0 (36e): Best.

♦ 15 mai 1968. 1/2 retour C1 (Santiago Bernabéu)
3- Real Madrid: Betancort, González, Zunzunegui, Sanchís, Pirri, Zoco, Miguel Pérez, Amancio, Grosso, Velázquez, Gento.
3- Manchester United: Stepney, Brennan, Dunne, Crerand, Foulkes, Stiles, Best, Kidd, Charlton, Sadler, Aston.

Buts:
1-0 (32e): Pirri.
2-0 (41e): Gento.
2-1 (44e): Zoco (p.p.)
3-1 (45e): Amancio.
3-2 (73e): Sadler.
3-3 (80e): Foulkes.

♦ 4 avril 2000. 1/4 aller C1 (Santiago Bernabéu)
0- Real Madrid: Casillas, Michel Salgado, Karanka, Iván Campo, Roberto Carlos, McManaman, Helguera, Redondo, Savio (Balic, 75e), Raúl, Morientes (Ognjenovic, 86e).
0- Manchester United: Bosnich, Gray Neville, Berg, Stam, Irwin (Silvestre, 87e), Beckham, Keane, Scholes (Butt, 81e), Giggs, Cole, Yorke (Sheringham, 75e).


♦ 19 avril 2000. 1/4 retour C1 (Old Trafford)
2- Manchester United: Van der Gouw; Gary Neville, Stam, Berg (Sheringham, 62e), Irwin (Silvestre, 46e), Beckham, Scholes, Keane, Giggs, Cole (Solskjaer, 62e), Yorke.
3- Real Madrid: Casillas, Michel Salgado, Iván Campo, Karanka, Roberto Carlos, McManaman (Julio Cesar, 90e), Redondo, Helguera, Savio (Geremi, 64e), Raúl, Morientes (Anelka, 73e).

Buts:
0-1 (20e): Keane (csc)
0-2 (50e): Raúl.
0-3 (53e): Raúl.
1-3 (65): Beckham.
2-3 (89e): Scholes.

♦ 8 avril 2003. 1/4 aller C1 (Santiago Bernabéu)
3- Real Madrid: Casillas, Salgado, Hierro, Helguera, Roberto Carlos, Flavio, Makelele, Figo, Raúl, Zidane, Ronaldo (Guti, 84e).
1- Manchester United: Barthez, Gary Neville (Solskjaer, 86e), Ferdinand, Brown, Silvestre (O’Shea, 58e), Beckham, Keane, Butt, Scholes, Giggs, Van Nistelrooy.

Buts:
1-0 (12e): Figo.
2-0 (28e): Raúl.
3-0 (49e): Raúl.
3-1 (52e): Van Nistelrooy.

♦ 23 avril 2003. 1/4 retour C1 (Old Trafford)
4- Manchester United: Barthez, Brown, Ferdinand, Silvestre (Phil Neville, 79e), O’Shea; Solskjaer, Butt, Keane (Fortune, 82e), Verón (Beckham, 63e), Giggs, Van Nistelrooy.
3- Real Madrid: Casillas, Michel Salgado, Hierro, Helguera, Roberto Carlos, Makelele, Guti, Figo (Pavón, 87e), Zidane, McManaman (Portillo, 69e), Ronaldo (Solari, 67e).

Buts:
0-1 (12e): Ronaldo.
1-1 (43e): Van Nistelrooy.
1-2 (50e): Ronaldo.
2-2 (52e): Helguera (p. p.).
2-3 (59e): Ronaldo.
3-3 (71e): Beckham.
4-3 (84e): Beckham.

♦ 13 avril 2013. 8e aller C1 (Santiago Bernabeu)
1- Real Madrid: Lopez, Arbeloa, Ramos, Varane, Coentrao, Di Maria (Modric), Alonso (Pepe), Khedira, Ozil, C.Ronaldo, Benzema (Higuain)
1- Manchester United: De Gea, Rafael, Evans, Ferdinand, Evra, Welbeck (Valencia), Jones, Carrick, Rooney (Anderson), Kagawa (Giggs), van Persie

Buts:
0-1 (20e): Welbeck
1-1 (30e): C.Ronaldo

8 MATCHS AMICAUX

♦ 1 octobre 1959. Hommage aux victimes de la tragédie de Múnich (Old Trafford)
1- Manchester United: Gregg, Foulkes, Carolan, Goodwin, Cope, Mc Guinen, Bradley, Quixall, Viollet, Charlton, Scanlon.
6- Real Madrid: Domínguez, Lésmes, Santamaría, Marquitos, Ruiz, Vidal, Canario (Pepillo), Didi, Di Stéfano, Puskas, Gento.

Buts:
0-1 (7e): Puskas.
0-2 (25e): Puskas.
0-3 (30e): Di Stéfano.
0-4 (41e): Di Stéfano.
1-4 (49e): Bradley.
1-5 (60e): Pepillo.
1-6 (79e): Gento.

♦ 11 novembre 1959. Hommage aux victimes de la tragédie de Múnich (Santiago Bernabéu)
6- Real Madrid: Domínguez (Berasaluce, 46e); Marquitos, Santamaría, Pachín, Santisteban (Vidal, 46e), A. Ruiz, Canario, Didi (Pepillo, 45e), Di Stéfano, Mateos, Bueno.
5- Manchester United: Gregg, Foulkes, Cope, Carolan, Goodwin, Mc Guinness, Bradley, Quixal, Viollet, Charlton, Scanlon (Downson, 69′).

Buts:
0-1 (12e): Quixal.
0-2 (13e): Bradley.
1-2 (20e): Di Stéfano.
1-3 (32e): Bradley.
2-3 (42e): Mateos.
3-3 (48e): Bueno.
3-4 (54e): Charlton.
4-4 (59e): Bueno.
5-4 (75e): Bueno.
6-4 (78e): Bueno.
6-5 (88e): Downson.

♦ 13 octobre 1960 (Old Trafford)
2- Manchester United: Gregg, Stters, Foulkes, Brennan (Dunn, 59e), Stiles, Nicholson, Quixall, Giles, Violett, Pearson, Charlton.
3- Real Madrid: Domínguez, Marquitos, Santamaría, Pachín (Casado, 46e), Vidal (Santisteban, 46e), A. Ruiz, Canario, Del Sol (Rial, 46e), Di Stéfano, Puskas (Simonsson, 85e), Gento.

Buts:
0-1 (20e): Di Stéfano.
1-1 (32e): Pearson.
1-2 (39e): Vidal.
1-3 (71e): Canario.
2-3 (89e): Nicholson.

♦ 13 décembre 1961 (Old Trafford)
3- Manchester United: Waskall, Brennan, Foulkes, Turne, Nicholson, Petters, Chrisnall, Giles, Herd, Lawton, Charlton
1- Real Madrid: Araquistáin, Casado, Santamaría (A. Ruiz, 46), Miera, Vidal, Pachín, J. Tejada, Del Sol, Di Stéfano (Bueno, 46e), Félix Ruiz, Gento.

Buts:
1-0 (13e): Charlton.
1-1 (41e): Di Stéfano.
2-1 (43e): Herd.
3-1 (87e): Herd.

♦ 19 septembre 1962. Hommage à Zárraga (Santiago Bernabéu)
0- Real Madrid: Vicente, Rivilla (Isidro), Santamaría, Miera (Casado), Muller, Zárraga (Zoco), Amancio (Félix Ruiz), Evaristo (Felo), Di Stéfano, Mendonça (Daucik), Gento.
2- Manchester United: Gaskell, Brennan, Foulkes, Dunne, Stiles, Lawton, Giles, Dennis Law, Herd, Pearson, Moir.

Buts:
0-1 (47e): Pearson.
0-2 (57e): Herd.

♦ 7 août 1978. Centenaire de Manchester United (Old Trafford)
4- Manchester United: Roche, B. Greenhoff (Nicholl, 46e), Albiston, Mc Queen (Ritchie, 46e), McLlroy, Buchan, Coppell, J. Greenhoff, Jordan, Macari, McCreery (Grimes, 46e).
0- Real Madrid: Miguel Ángel (García Remón, 63e), San José, Sol, Benito (Isidro, 63e), Pirri, Wolff, Del Bosque Stielike; Juanito Santillana, Jensen.

Buts:
1-0 (23e): McEllroy.
2-0 (32e): McEllroy.
3-0 (34e): J. Greenhoff.
4-0 (82e): J. Greenhoff.

♦ 4 août 2000. Centenaire du Beyern Múnich (Olympiastadion)
1- Manchester United: Van der Gouw, G. Neville, Silvestre, Johnsen, Irwin, Beckham, Keane, Scholes, Giggs (Yorke, 81e), Solskjær, Sheringham.
0- Real Madrid: César, Julio César, Iván Campo, Karanka, Geremi, Julio Álvarez (Tote, 62e), Celades, Guti, Solari, Morientes (Eto’o, 62e), Savio (Rivera, 75e).

But:
1-0 (89e): Scholes.

♦ 3 juin 2012. (Santiago Bernabéu)
3- Real Madrid Veteranos: Buyo, Chendo, Roberto Carlos, Hierro, Sanchís, Zidane, Redondo, Butragueño, Morientes, Martín Vázquez, Figo. Autres joueurs: Sabido, Illgner, Santillana, Helguera, Amavista, Alfonso, Fernando Sanz, Karanka, Contreras, Iván Pérez, Rojas, Velasco, Ramis, García Cortés, Julio Llorente.
2- Manchester United: Van der Sar, Lee Martin, Irwin, Fortune, Johnsen, Dublin, Cole, Sheringham, Lee Sharpe, Blomqvist, Yorke. Autres joueurs: Van der Gouw, Blackmore.

Buts:
1-0 (7e): Morientes.
1-1 (9e): Lee Sharpe.
2-1 (11e): Figo.
3-1 (69e): Redondo.
3-2 (79e): Sheringham.

[Post dédié à Ferenc Puskas et George Best]

03.03.13

Permalien 23:20:01, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Un juif en cavale, de Laurent Sagalovitsch (Actes Sud)

Beaucoup de Woody Allen, un doigt de Kafka, un trait de Rocheteau époque des Verts, un fond de Lowry, un peu de Faulkner et un zeste des écrivains du Montana. Vous agitez l’ensemble et vous obtenez Sagalovitsch. C’est même Harold Llyod accroché et suspendu à l’aiguille de la grande horloge, celle du temps qui ne revient plus. Sa madeleine de Proust à lui c’est un vieux match de l’ASSE à Geoffroy-Guichard, avec Curkovic dans la cage verte et sur le banc le Sphinx Herbin, aussi triste que Keaton, avec à sa gauche le pt Rocher, toute pipe dehors. Un match entendu à la radio avec la voix de Pierre Loctin. Même pas Bernard Père à la télé.

Le nouveau livre de Laurent Sagalovitsch- nouveau et non pas le dernier- est dédié à un chat et à Céline. Nul doute qu’il ne s’agit pas de Louis-Ferdinand Céline que l’écrivain déteste comme tous les autres champions de l’antisémitisme, ce sport national de la littérature des années 1930 et 1940.
Par rapport à Céline, Sagalovitsch perd son humour qui est pourtant l’une de ses données fondamentales. Sachant bien sûr que l’humour est la politesse du désespoir, selon la formule de Boris Vian qui dit tout de manière superbement synthétisée. Encore une fois, Sagalovitsch c’est Kafka chez Woody Allen. Toute son œuvre peut se résumer à ce que m’a dit Berl : « Toute vie est un échec car elle se termine par la mort ». Lucidité implacable qui doit nous empêcher de vivre n’importe comment.
Tous les livres de Sagalovitsch provoquent un plaisir de lecture. Il nous sollicite toujours à la manière de Nabokov. Dans la génération des écrivains nés dans les dernières années de la présidence de De Gaulle c’est l’un des auteurs les plus intéressants. L’un des plus sincères, à coup sûr. Il y a un enjeu. Il écrit parce qu’il a quelque chose à dire. Un désenchantement permanent dû à la folie des années hitlériennes. Il est toujours à deux doigts d’en vouloir à ses parents de l’avoir mis au monde, bien qu’il entretienne une passion dévorante pour sa mère, au-delà du tombeau. On l’aura compris, Sagalovitsch a fait de sa vie, le terreau de son œuvre romanesque qui n’a rien à voir avec le nombrilisme narcissique à outrance. Lui se regarde dans la glace pour mieux se critiquer.
Dans Loin de quoi ? (2005) il a raconté qu’on ne s’échappait de rien et La métaphysique du hors-jeu (2011) confirma qu’un retour à la case départ était la solution du pire. Dans Un Juif en cavale on retrouve son double (Simon Sagalovitsch) en terre d’Israël, à Tel-Aviv mais son père littéraire n’est pas disposé à en faire un héros récurent, tel le Gendarme de Saint-Tropez incarné par Louis de Funès, l’un des héros de l’enfance de Sagalovitsch, le vrai. Baudelaire n’a jamais donné une suite à son chef d’œuvre renonçant à publier : «Les Fruits et Légumes du mal». Quand on lit L.S. parfois on entend en bande-son la voix d’une femme qui dit : “Tu ne cesseras donc jamais de faire l’enfant ?” La réponse est non. Question de survie.

-Un juif en cavale
De Laurent Sagalovitsch
Actes Sud, 268 p., 19, 80 €

Permalien 21:52:39, Catégories: LE GYM E BASTA, THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Deux Aiglons ou le temps des copains par Echouafni et Lloris

interview très Madacam Cowboy, ambiance road movie, errements à la Louis Malle, émotions dignes de L’Epouvantail… C’est plus beau Lloris-Echouafni que Nasri-Gallas. Le football c’est une histoire d’hommes, une histoire d’amitié, sinon cela vivre au bagne rémunéré.

Hugo Lloris est le meilleur ambasssadeur de Nice.
Gardien et capitaine de l’Equipe de France.
Portier de Tottenham où il s’est vite imposé dans un nouveau football, vif et physique.
Inutile de parler de son talent. Tout le monde le connaît à présent.
C’est un homme-chat.
Très bon début d’Echouafni dans le rôle d’intervieweur.
Il a très bien fait de commencer avec un ami, hyper généreux.

[Post dédié à la mère et au grand-père de Lloris]

Permalien 19:33:54, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, LONDON CITY  

A 24 points de Man United, Arsenal voit l'Europe s'éloigner

Liverpool et Arsenal ne sont plus que de vieux albums Panini oubliés dans le grenier de la Premier League. Pendant c temps, le Niçois Hugo Lloris est 3e de la Premier League. Voilà qui fait très plaisir. Son choix de signer à Tottenham est finalement un très bon choix. Il a fait taire toutes les questions autour de son arrivée. Et maintenant c’est déjà l’un des meilleurs gardiens de la Premier League, et même sans doute le meilleur.

3 mars 2013, Premier League
Tottenham Hotspur 2-1 Arsenal
Buts pour les Spurs: G.Bale (37e), A.Lennon (39e)
But pour les Gunners: P.Mertesacker (51e)

Classement Général
1 Manchester United 71 pts 28 m/ 23 2 3/ 68 31/ + 37
2 Manchester City 56 27/ 16 8 3/ 50 24/ + 26
3 Tottenham Hotspur 54 28/ 16 6 6/ 49 33/ + 16
4 Chelsea 52 28/15 7 6/ 56 30/ + 26
5 Arsenal 47 28/ 13 8 7/ 53 32/ + 21
6 Everton 45 28/ 11 12 5/ 44 35/ + 9
7 Liverpool 42 28/ 11 9 8/ 53 34/ + 19

On voit que le Big Four n’est plus le même.
On est passé de Man U, Chelsea, Arsenal, Liverpool à Man U, Man City, Tottenham, Chelsea.
Exit Liverpool et Arsenal.
S’il y a un club qui reste au sommet c’est bien Man U grâce au plus grand coach en activité: Sir Ferguson.
Quand MU passe, les autres trépassent.
Liverpool n’a plus gagné le titre national depuis plus de 20 ans.
Arsenal ne remporte plus rien depuis 2005.
Plus MU brille, plus ses rivaux font un gros complexe et perdent leurs moyens.
Chelsea s’accroche mais son président liquide trop vite ses managers. Sir Ferguson arrivé à MU en 1986 n’a gagné son premier championnat qu’en 1993 grâce à l’apport de Cantona. Il a donc mis 7 ans…
Une évidence Liverpool et Arsenal sont des clubs qui vivent dans le passé, dans la nostalgie, dans le “Ah! c’était mieux avant quand on gagnait avec Henry, avec Vieira…” Blablabla.
A 70 ans passés, Sir Ferguson sait se remettre en question.
MU va gagner le championnat et les Red Devils sont encore en C1 et en FA Cup.
La vie est belle à Manchester United.

Permalien 09:59:24, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

RYAN GIGGS la machine à gagner de Man United la plus titrée de tous les temps

“L’ailier [Ryan Giggs] cet enfant perdu” a dit Montherlant
Voici Giggs dans le Musée de MU pour nous expliquer le premier championnat qu’il a gagné en 1993 sous l’ère de Cantona qui a donné le coup d’envoi au renouveau des Red Devils et de tout le football anglais, alors méprisé depuis le drame du Heysel

Si vous voulez voir toute la visite du musée de MU avec Ryan Giggs (39 ans et tout son talent) pour guide:
http://www.manutd.com/en/News-And-Features/Features/2013/Feb/ryan-giggs-museum-part-two.aspx

Le Red Devil Ryan Giggs est né le 29 novembre 1973 à Cardiff (Pays de Galles)
Ailier puis milieu de terrain
A signé pro à Manchester United le 9 juillet 1990
1er match pro, le 2 mars 1991: Man U-Everton (0-2), à Old Trafford

Palmarès: 32 titres majeurs gagné avec MU. Record pour les joueurs de champs (1):

Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe Intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
2 Ligues des Champions 1999, 2008
12 Championnats d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009 et 2011
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
3 Coupes de la Ligue 1992, 2006, 2009
8 Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2011

931 matchs, 168 buts à Manchester United
64 matchs, 12 buts avec le Pays de Galles
4 matchs, 1 but avec l’Angleterre

Joueurs qui ont porté le plus le maillot des Red Devils
1 Ryan Giggs 931 fois
2 Bobby Charlton 758
3 Paul Scholes 716
4 Bill Foulkes 688
5 Gary Neville 602

(1) Le portier Víctor Manuel Martins Baía (Porto + Barcelone) a gagné 33 trophées.

Le plus beau but de Giggs a été marqué en 1/2 FA CUP 1999 contre Arsenal:
http://www.youtube.com/watch?v=PGvOY5tMm-o
Voilà pourquoi on ne parle jamais du Gallois à la télévision française complétement arsenalisée. Le génial ailier marqua un but maradonesque après avoir intercepté une passe à l’adversaire signée Patrick Vieira ! Arsenal en est encore K.O. debout. Comme dirait Jules Renard, en foootball il ne suffit pas d’être heureux, quand les clubs rivaux pédalent dans la chouchroute on est encore plus heureux ! Les Gunners ne se sont pas gênés pour gagner le championnat en leur temps, au nez et à la barbe des Red Devils. Alors, les leçons d’éthique, laissez-les au vestiaire, svp.

Permalien 09:14:49, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson :" Pour son 1000e match, Giggs jouera contre le Real Madrid à Old Trafford".

DECLARATION DE SIR ALEX FERGUSON:
-"Après concertation générale au sein du club, nous avons décidé que Ryan Giggs participera au match contre le Real Madrid, en 8e retour. Nous ne pouvons pas manquer de fêter le 1000e de notre joueur. Il le mérite.” Par amour pour Man United, le Gallois a refusé toute sa carrière d’être transféré, fût-ce dans les autres clubs prestigieux de la planète.

Mardi 5 Mars 2013, 20 h 45
8e de C1 retour
Man United-Real Madrid (aller 1-1)

Permalien 08:42:45, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Message pour le Real Madrid: "Bienvenue à Old Trafford".

DECLARATION DE SIR ALEX FERGUSON:
-"Ceux qui pensent que j’opte pour le match nul contre le Real se mettent le doigt dans l’oeil. Les deux équipes vont marquer et j’espère que nous marquerons plus de buts qu’eux. Ça va être fantastique. Les deux identités sont culturellement portées sur le jeu offensif. L’Histoire va parler. L’ambiance sera électrique comme dans tous les sommets à Old Trafford". Et c’est ainsi que “Fergie” est grand.

Mardi 5 Mars 2013, 20 h 45
8e de C1 retour
Man United-Real Madrid (aller 1-1)

Le compte à rebours a commencé.
Le souhait de tout le monde est de voir un grand match entre deux clubs qui sont liés depuis les années 1950.
Le Real Madrid est le seul club qui se soit manifesté pour aider concrétement MU au moment du crash 1958, au point de proposer les services d’Alfredo Di Stefano. Auparavant, le Real avait essayé de recruter Matt Busby mais le manager écossais a refusé l’offre alléchante.
Les liens entre les deux immenses clubs sont pronfonds, donc sincères.
Actuellement les deux groupes sont très en forme: le Real vient de battre deux fois de suite Barcelone qui n’a plus d’entraîneur.
MU se promène en tête de la Premier League, avec une telle aisance que cela devient inquiétant pour les rivaux.
Avec le Real, MU va pouvoir se mesurer d’égal à égal.
Nous souhaitons tous voir du grand football.
Sur le terrain il y aura des virtuoses.
Au Real: C. Ronaldo, Ozil, Modric, Varane…
A MU: Rooney, van Persie, Giggs…
On verra aussi face à face Sir Ferguson et José Mourinho.
Place au sport, et non pas au spectacle.
L’art de défendre est aussi beau que le fait d’attaquer, je tiens à le répéter. Sans défense pas d’équipe possible.
Alea jacta est !

02.03.13

Permalien 23:12:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Kagawa fait un triplé dans un match pensum contre Norwich

2 mars 2013
MAN U 4-0 Norwich
But pour MU: Kagawa (45e, 75e, 86e), Rooney (90e)

Le plus beau ce fut le sourire de Rooney à la fin du match. Notre Rooney est INTRANSFERABLE, c’est bien compris ?
A part ça, Sir Ferguson a bien fait de ne pas faire jouer à Ryan Giggs sont 1000e match en professionnels contre Norwich équipe de bouchers nullissimes. Un visiteur a demandé à Rooney de lui donner son maillot: le joueur de Norwich n’a pas encore compris qu’un Red Devil ne fait jamais ça en public !
Il avait des réglages à faire avant de recevoir le Real Madrid mais on n’a rien vu- à part à la fin quand le score était acquis- car pour jouer il faut être deux et si l’on n’a rien vu c’est parce que les visiteurs n’avaient rien à proposer à part de jouer en défense comme des lobotisés.
Comment dit-on déjà: match piège juste avant un 8e retour de C1.
Les bouchers de Norwich ont touché Evra, Rooney et Welbeck. Des coups qui auraient pu nous handicaper dans le futur.
Ce match fut un pensum de plus pour le leader. Quand on fait cavalier seul c’est logique.
En tous cas MU a négocié le match comme en champion.
A présent, au tour du Real Madrid!

Classement
1 Manchester United, 71 points 28 matchs
2 Man City, 56 points 27 matchs

Man United
De Gea/ (5) Rien à faire
Evra (5) Rien à faire
Evans (5) Rien à faire
Vidic (5) Rien à faire
Smalling/ (5) Rien à faire
Kagawa (6) Match moyen mais il réalise un triplé ! Oui trois buts ! Des buts intelligents.
Anderson(4). Doué mais en constante surcharge pondérale. Puis (73e) Cleverley (5) Pas grand chose à faire
Carrick (6) A colmaté les brèches.
Valencia/ (6) La fléche équatorienne
van Persie. (5) Un galop d’entraînement. Puis (64e) Welbeck (6) Bon trublion comme d’hab.
Rooney (9) Magique, comme d’hab.

Sur le banc: Lindegard, Rafael, Nani, Young, Chicharito

Manager: Sir Ferguson (10) C’est très difficile de gérer 4 matchs de suite à la maison surtout quand on a maintenant 15 pts d’avance sur le premier poursuivant. Une équipe sans grand coach aurait perdu contre Norwich. Après ce match amuse-gueule, je veux l’apothéose contre le Real.

Permalien 15:26:13, Catégories: LA MAISON BLANCHE  

Zouma et Varane sont-ils les nouveaux Desailly/ Blanc ?

“Varane n’est pas un garçon, c’est un homme!” a déclaré José Mourinho. Tout est dit.

Kurt Zouma, né le 27 octobre 1994 à Lyon, évolue dans la défense centrale de l’AS Saint-Étienne.

Raphaël Varane, né le 25 avril 1993 à Lille, évolue dans la défense centrale du Real Madrid.

Zouma et Varane doivent devenir les nouveaux Desailly/Blanc. Un qui intercepte, l’autre qui relance.
Des joueurs complémentaires.
Mexès a été grillé à l’époque la pire des Bleus, je parle au niveau du coaching.
Kocieslny ? Jouer à Arsenal ne doit pas garantir une place en EDF surtout quand on n’a pas le niveau international.

Permalien 00:17:17, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Nouveau contrat pour le vrai Ballon d'Or Ryan Giggs (39 ans) qui va jouer son 1000e match professionnel

A la une du TIME du début mars 2013:
“Oscar Pistorius, star déchue".
Je vomis la presse qui ne vend que le malheur.
“Ryan Giggs, l’homme aux 1000 matchs". N’est-ce pas plus beau ?
Pour plaire à la presse, il faut du sang, des armes, du crime, du sperme par litres, des cadavres par centaines, des trains qui vont dans le ravin.
J’aime mieux les TGV qui arrivent à l’heure, comme le Giggs Express.
Il a fait quoi Messi au San Siro lors de la défaite du Barça contre l’AC Milan qui a battu les Catalans (2-0) ?
Il a fait quoi Ribéry lors de la promenade du Bayern Munich à Londres dans le stade maudit d’Arsenal ?
Ils sont où Nasri et Y. Gourcuff ?
Et Benzema l’homme qui va surtout vite en voiture ? Grand intermittent du spectacle.
Messi est un très grand joueur mais en 23 ans non stop n’est-ce pas Ryan Giggs qui mérite le titre de meilleur joueur en activité ? Le Gallois est le joueur de champ le plus titré au monde ! Bon sang, sont-ils tous aveugles ceux qui lisent plus les journaux que les passent en or du Gallois, sans parler de ses dribbles démoniaques.
Les médias français nous gavent avec des starlettes du football et laissent de côté le monumental Ryan Giggs. Il est où le Ryan Giggs d’Arsenal ? Quant à Steven Gerrard, il n’a jamais eté capable de faire gagner un seul championnat à Liverpool alors que Giggs va en remporter un 13e avec MU.
Dis moi qui tu aimes et je te dirai qui tu es. Eh ! bien moi, j’aime Ryan Giggs.
Je laisse les victimes des médias se vautrer dans la beckhamia débile.
Les Français n’ont plus de quoi manger mais ils sont à genoux devant un joueur qui dort, à deux pas du Palais de l’Elysée, dans une suite impérial proposée 17 000 euros la nuit. Oh! soyez tranquilles, tout ça est au frais de la princesse. En fait, plus on gagne de l’argent, moins on en dépense.
Ceux qui triquent sont les gens qui ont un crédit “révolver". Un truc à se flinguer. Faut vraiment être sadique pour trouver cet intitulé bancaire. Ayons quand même une pensée pour Ferenc Puskas: sa famille a dû vendre les trophées de l’immense champion pour pouvoir le soigner à la fin de sa vie. Puskas avait 100 Beckham(s) dans chaque pied.
Ils me parlent de Beckham, je leur réponds Giggs. Beckham a été le remplaçant le plus filmé au monde pendant que Giggs marquait son 168e but sous le maillot de Man United. L’heure n’a pas encore sonné pour le jubilé de Giggs. Celui de Beckham se prolonge au PSG car c’est un très bon commerçant qui a conservé son toucher de ballon. Kopa aussi a toujours le sien.
Ryan Giggs gagne très bien sa vie mais il a la décence de nous montrer son talent et non pas son compte en banque. De surcroît, il aurait pu amasser bien plus d’argent s’il avait pratiqué la politique du plus offrant. Ce n’est pas une catin capitaliste, mais un artiste du ballon rond. Les autres dans “ballon rond” ne voient plus que “rond". Rond comme les ronds, l’argent quoi !

Ryan Giggs va bientôt jouer son 1000e match pro avec en poche un nouveau contrat jusqu’en juin 2014. Il aura alors plus de 40 ans.
En 2013, il va remporter son 13e titre de champion d’Angleterre et il est en course pour une 3e C1 avec MU.
Unique au monde. Doit-il balayer les bureaux de Blatter (pt FIFA) pour avoir un jour le Ballon d’or ?
Les médias sont à genoux devant le marchand de slips de la porte d’Auteuil qui fait de la retape au PSG. Ce n’est pas très loin du Bois de Boulogne.
Dans notre monde, la fidélité est considérée comme une tare par ceux qui manipulent l’opinion et c’est très grave.
L’un de mes amis qui habite Sedan vient de me dire:
-"Mon petit-fils de 7 ans veut que je lui achète un maillot floqué au nom de Beckham alors qu’il ne l’a jamais vu jouer. Il en veut un car ses copains en ont déjà un… J’ai refusé !”
Bien sûr, ce gamin ne connaît pas Giggs.
Ryan Giggs est une Rolls Royce avec un moteur de Ferrari quand Beckham est une Jaguar avec un moteur de Solex.
Pour faire la une des journaux, le PSG ramasse les miettes de MU, des miettes d’il y a dix ans.

PS: avant la finale de C1, les tabloïds de Londres ont essayé de détruire la vie privée de Giggs parce qu’un ripoux avait capté des SMS dans le portable du Gallois. Dans les rédactions de la capitale anglaise, les fans cachés des Spurs et cie n’ont trouvé que ça pour nuire à la “flèche galloise". En vain.

[Post dédié à Cristiano Ronaldo]

01.03.13

Permalien 10:15:59, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Histoire de la solitude et des solitaires, de Georges Minois (Fayard)

Paul Léautaud se disait “individualiste” et non pas anarchiste ou solitaire.

Grand merci à Georges Minois qui a écrit un livre que je recherchais depuis longtemps. En voici un que je n’aurais pas à écrire car on écrit toujours les livres que l’on ne trouve pas en librarie, bien sûr en dehors des crétineries que l’on publie. Je me demande comment 200 000 personnes, voire plus, peuvent acheter un livre signé par un produit de l’industrie du disque qui ne sait même pas remplir une fiche de renseignements; et en plus, l’essentiel du torchon est dans la presse. Il est vrai que ces 200 000 personnes pensent que Goya est le nom d’une chanteuse.
Je suis seul donc je suis ? Georges Minois passe au peigne fin tous les sentiments possibles autour de la solitude volontaire ou forcée… Fils de cheminot, l’ancien professeur du lycée Renan de Saint-Brieuc, a publié une trentaine de livres, tous écrits à la main. Animé par le goût pour les grandes questions existentielles, Georges Minois (né en 1946) nous livre cette fois un pavé digeste sur les solitaires que Camus faisait rimer avec solidaires. En onze chapitres très bien construits, l’historien nous offre un volume beaucoup plus indispensable que l’insupportable démagogie des politiciens qui en 2011 ont décrété la solitude «grande cause nationale» sans préciser bien sûr que tous les ans 10 000 personnes se suicident en France. Elles ne savaient pas que Marcel Proust a dit que nous étions chacun de nous un île encerclée d’eau. Une eau de plus en plus polluée !
La solitude est agréable si elle est délibérée mais elle est atroce si l’on est sans cesse rejeté par ses semblables. De l’Antiquité à internet, de Saint-Jérôme à Cioran, des ermites archaïques aux romantiques, de Pétrarque à Amiel, de Descartes à Rousseau, tout l’ouvrage nous fait voyager dans le monde de l’esprit, de l’intelligence, au cœur de l’incessant combat pour savoir si notre vie vaut le coup au contact des autres. « Il y a des jours où la solitude, pour un être de mon âge, est un vin grisant qui vous saoule de liberté, et d’autres jours où c’est un poison qui vous jette la tête aux murs », écrit Colette en 1911. Elle avait 38 ans. A force d’être indépendante, la romancière effrayait ceux qui perdaient leur pouvoir face à son talent. Vous l’aurez compris, Colette avait tellement d’avance sur nous que les greluches de 3055 seront toujours à sa remorque. Le livre de Georges Minois doit se lire à petites doses comme on déguste un vieil armagnac. Un livre pour être moins égoïste, moins idiot. Ce n’est pas un exercice de style mais une somme sur un sujet essentiel. Un seul manque : l’index des noms cités qui nous permettrait de vite retrouver nos solitaires préférés (Rousseau, Léautaud…), de voir si Jules Renard et Louis-Ferdinand Céline sont présents et surtout d’éviter les auteurs non comestibles comme tous ceux de la bimbeloterie de l’idiot-visuel qui pensent être plus importants que ce qu’ils écrivent. Dans le sens du m’as-tu vu c’est une évidence. Les sans talent ont besoin de jacasser sur leurs bouquins certains que la postérité ne voudra pas d’eux, sauf dans les usines de recyclage du papier.

-Histoire de la solitude et des solidaires
De Georges Mnois
Fayard, 576 p., 26 €

Mars 2013
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software