Le flagellant de Séville, de Paul Morand (L'Imaginaire/Gallimard)

26.12.12

Permalink 11:32:18, Catégories: LITS ET RATURES  

Le flagellant de Séville, de Paul Morand (L'Imaginaire/Gallimard)

Interview de Paul Morand qui se garde bien de s’exprimer sur les positions abjectes qu’il a exprimées dans Journal Inutile

Depuis la parution du Journal inutile, œuvre volontairement posthume, on ne se rue plus sur les livres de Paul Morand avec le même enthousiasme. Jadis on le savait avoir préféré Pétain quand il fallait miser sur de Gaulle mais on ne lui en voulait pas plus qu’à Aragon d’avoir tant œuvré pour Staline. Le Journal inutile, lui, nous a enseigné que Morand était un antisémite totalement hypocrite puisqu’il écrivait des lettres élogieuses à Emmanuel Berl alors que dans son journal il le traite de la manière la plus abjecte qui soit. Alors on prend Le flagellant de Séville avec de gants, ou presque, pour voir si la magie de son style opère toujours malgré le torrent d’ordures qu’il a jeté dessus. Dès les premières lignes on se laisse attraper par la science de la description de Morand jamais en panne de talent quand il écrit, fût-ce un discours xénophobe. Tel n’est pas le cas ici où il expose toute sa fluidité dans un cadre quasiment cinématographique. Don Luis Almodovar y Saiz étale son admiration pour la France qui a su faire la Révolution. Imbibé de culture française, Don Luis vit dans ses rêves par le biais de la lecture des livres venus de France. Il vit à Séville dans son domaine de la Maremme afin d’y jouer pleinement son rôle de gentilhomme fermier. Il attend beaucoup de l’armée de napoléon qui passe par les Pyrénées afin que la liberté s’installe en Espagne. Tout ne sera pas aussi facile qu’il imagine car partout où il y des hommes, il ya des embrouilles qui proviennent de la corruption. Le Paul Morand romancier historique est bien plus doué que le Morand diariste.

-Le flagellant de Séville
De Paul Morand
L’Imaginaire/ Gallimard, 412 p., 9,50 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Pierre [Visiteur] Email
Derrière Don Luis se cacherait , dit - on , Morand , et derrière son épouse, Maria Soledad , un fidele portrait de sa femme Helene . L'occupation de la France cacherait celle de la France par l'Allemagne. Des raisons de plus pour lire ce roman
PermalinkPermalien 29.12.12 @ 18:47

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software