Archives pour: Décembre 2012, 24

24.12.12

Permalien 17:35:34, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Mort de l'Aiglon Guy Cauvin, grand défenseur des années 1960 avec l'OGCNice (366 matchs)

Hommage à Guy Cauvin.

Le très bel athlète Guy Cauvin vient de nous quitter à 72 ans.
Il était atteint de cette maladie qui fait qu’on perd la mémoire.
Il fut un défenseur qu’on n’oublie pas. Il était grand. Un brun dans toute sa splendeur.
On le surnommait Facchetti, du nom de son homologue italien. C’est dire son talent qui consistait parfois à monter à l’assaut de la défense adverse.
Il faisait patrie de ses enfants du Sud qui ont défendu les couleurs de l’OGCNice.
Voici une équipe avec Guy Cauvin.

OGC Nice 1967-1968
Marcel Aubour/
Guy Cauvin, Francis Isnard, Maurice Serrus, Bruno Rodzik/
Régis Bruneton, Albert Robin, Rafael Santos, Gérard Ségarra
Jean-Rémy Issembé, Charly Loubet.

Je le revois sur son aile arrière. Il se tenait raide, toujours très tendu.
Parfois, on le croyait lent mais ce n’était qu’une illusion liée à son physique.
Il taclait et se relevait vite, pionnier dans son domaine car beaucoup de joueurs de sa génération ne se relevait pas systématiquement après un tacle.
Il était très élégant avec ses cheveux raides très fournis.
On voyait les coups de peigne comme dans la chevelure d’Anquetil.
Même les jours de pluie, il restait impeccable, comme épargné par les traces de terre.
On l’associé toujours à Drap, son berceau familial sous forme de restaurant. Et lui nous sortait souvent de sales draps avec Rodzik qui agissait de même de l’autre côté de la défense.
Cauvin, Isnard, Serrus et Ségarra formaient un quator d’enfants du pays.
Je les ai vus jouer tant et tant de fois.
Isnard avait souvent les joues rouges. Serrus tirait la langue en plein effort, reste de son enfance. Ségarra pouvait surgir comme le loup au fond du bois et Cauvin donnait l’impression de s’enfermer au poteau de corner avant de très bien relancer sur Yvon Giner que je voyais en semaine dans son magazin d’appareils ménagers de la rue Cassini. Isnard, Cauvin, nos amis disparus n’auront pas leur nom sur une tribune du nouveau stade. Garibaldi et Ségurane, ils jouaient en quelle année à l’OGCNice ?
Cauvin et ses amis me plaisaient plus que les professeurs du Lycée Masséna que je trouvais totalement inintéressants car ils récitaient un enseignement appris par coeur. Leur passion était éteinte depuis longtemps alors que les quatre Mousquetaires du Gym donnaient tout pour défendre Nice. Eux, je les aimais sans limite. Les Aiglons donnaient l’image d’hommes qui adoraient leur métier tandis que les profs dégageaient l’ennui des gens qui ont raté leur vie.
Je pensais tout le temps à eux.
Quand ils ont pris leur retraite, je les voyais au Ray, aux abords du stade. De nouveau ensemble avec en plus “Papa” Barrou, Georges Carnus, Lucien Leduc, Lucien Muller et Charly Marchetti. J’étais étonné que les gens ne les reconnaissaient pas.
Guy Cauvin reste gravé dans ma mémoire.
Il m’a beaucoup plus donné que tant de fausses vedettes qui servent moins le football que lui.
Quand je montais à Contes, voir mes grands-parents maternels, je pensais toujours à Cauvin en traversant Drap.
Dans l’autre sens, aussi, en revenant à Nice. Guy Cauvin c’était la force de l’âge et aussi le temps de ma jeunesse.
Rien ne pouvait m’empêcher de voir le Nice entraîné par Pancho Gonzales.
J’étais toujours sous le tableau d’affichage.
De là, je voyais mes héros en rouge et noir.
J’aimais les voir arriver, le visage au ras de la pelouse de l’autre côté du stade sous la tribune présidentielle.
Ils sortaient de terre et cela me faisait rêver.
Merci à Guy Cauvin et à ses amis d’avoir illuminé mon enfance.
Un homme est particulèrement touché par la disparition de Guy Cauvin. En effet, Maurice Serrus est l’ultime survivant de la défense niçoise de la période des années 1960.
Le redoutable défenseur et milieu de terrain récupérateur-relanceur a perdu ses trois amis: Isnard, Rodzik et Cauvin.
Cela paraît incroyable de savoir que ces sportifs à la santé de fer ne soient plus parmi nous et surtout au sein de leur famille.
Moi, j’étais dans le public mais “Momo",comme l’appelait Guy Cauvin, lui, était avec eux aux entraînements, dans les transports, sur la pelouse, au coeur des vestiaires.
Aujourd’hui, Maurice Serrus est orphelin de trois amis.

[Post dédié à la famille et aux proches de Guy Cauvin]

PS: Guy Cauvin a été inhumé dans le cimetière de Drap dont il reste l’un des plus illustres habitants. Beaucoup de monde était présent avec beaucoup d’anciens joueurs dont les Aiglons L. Ferry, Marchetti, R. Jouve, Bruneton, Bocchi, Teisseire, Fioroni et Serrus dit “Momo". Outre ses anciens partenaires de l’OGCNice, il y avait aussi Carnus (international, ASSE, OM) Hernandez (Monaco), Laugier (AS Cannes), R. Conte…

Décembre 2012
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software