L'OGCNice de Puel va essayer de prendre 6 points sur 6

11.12.12

Permalink 18:11:21, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice de Puel va essayer de prendre 6 points sur 6

10 décembre 2012
Nice-Rennes,19 h au Ray.

Pour le dernier Nice-Rennes en L1 au Ray, Claude Puel a retenu:

Gardiens : Ospina, Delle
Défenseurs : Civelli, Genevois, Gomis, Kolodziejczak, Pejcinovic
Milieux : Abriel, Diaz, Digard, Eysseric, Meriem, Traoré
Attaquants : Bauthéac, Bosetti, Cvitanich, Maupay, Pied

Absents : Bahoken, Dao Castellana, Fofana, Hennion, M’Bow, Pentecôte (blessés), Palun (suspendu), Berthomier, Fernandez, Hassen (choix de l’entraîneur), Anin

Nice va tenter d’engranger 6 points sur 6 en recevant à la suite Rennes et Evian.
Le retour de Fred Antonetti est toujours émouvant. C’est un ami qui a fait du bien à Nice.
Il n’aime jamais trop revenir combattre Nice au Ray car il y a de très bons souvenirs.
C’est difficile de s’opposer à un club que l’on a servi même si on est un grand pro.
Antonetti a quitté Nice à l’époque où le club était encore trop loin du nouveau stade.
C’est désormais Claude Puel qui est chargé de faire grandir Nice.
Les ignorants n’ont pas compris que l’OGCNice fondé il a plus de 100 ans n’a en fait que 10 ans, date de son retour en L1.
Puel a mis en place un bel ensemble. D’habitude Nice rate le coche devant des adversaires plus à sa portée sur le papier. Cette fois, Nice reçoit à deux reprises et ce n’est jamais facile de gagner deux fois de suite à la maison, coup sur coup.
J’aime tout particulièrement cette cuvée de Nice composé de réels talents et de jeunes joueurs du centre de formation. A ce sujet grand merci aux Aiglons Marsiglia, Mengual et à tout le staff.
On voit des sourires, à l’image de Bauthéac qui est sympathique comme est brun ou blond. On est loin du bus de l’Afsud 2010. Bien sûr avec la victoire tout est plus agréable. Il est vrai aussi que Claude Puel est un véritable entraîneur et non pas un gadget de l’idiot-visuel.
Beaucoup commence à faire des comparaisons avec le Nice de Jean Snella des années 1970.
C’est un très mauvais tableau comparatif, hormis le beau jeu développé. A l’inverse de Puel, Snella n’avait que des internationaux, ou presque.
Non, il faut remonter aux années 1950 et à l’époque de Jean Luciano qui lui aussi puisait dans la réserve niçoise.
Je vous rappelle que Nice n’a plus perdu en L1 depuis le retour dans la cage niçoise de David Ospina.
Je mets en ligne la rubrique Dans le RAYtroviseur de MORLINO que l’on peut lire sur le site du Gym:

http://www.ogcnice.com/actualite/ogcnicemag.php

“Le Ray qu’on aime est une forteresse
Le dernier Nice-PSG (2-1) de L1 au Ray a marqué les esprits. Bien sûr les médias nationaux ont mis le focus sur la défaite des Parisiens au lieu d’analyser la belle victoire des Aiglons, irrésistibles dès qu’ils marquent dans les temps forts. Si l’on conserve l’humilité et le sérieux, nous vivrons ici encore des soirées fantastiques avec des réveils tout aussi merveilleux. Rien n’est plus beau que le lendemain d’un succès qui ne souffre d’aucune contestation. J’admets la défaite contre plus forts que nous mais j’avoue que les Aiglons m’ont déçu lors de matchs-clés qui s’avéraient plus faciles à négocier que les grosses affiches qui ont toujours hyper motivé nos joueurs. Rien n’est plus humiliant que de perdre à domicile en ayant plein de regret à 23 h. En 2012, j’espère que nous allons éviter ce cas de figure: voir réduire à néant toutes les belles choses accomplies en novembre. Après avoir dompté l’ogre parisien, le Gym enchaîne sur trois adversaires plus modestes, comme l’on dit bêtement : Troyes, Rennes et Evian-TG. Si nous avons remporté 13 pts sur 15, face à Nancy, Marseille, Toulouse, Sochaux et Paris combien allons-nous prendre de points dans les trois prochains matchs sachant que l’on reçoit, coup sur coup, Rennes et Evian-TG ? Une belle fin 2012, qui aura lieu à Lyon, peut nous faire passer de très belles fêtes. A nous de voir, si nous allons enfin nous débarrasser de cette satanée manie d’abandonner des points en raison d’une baisse de concentration collective. Si nous n’avons plus jamais remporté le championnat depuis les années 1950 c’est à cause de ce coupable laisser-aller, notamment dans la décennie 1970 où l’on a gaspillé beaucoup de points à domicile, avec pourtant le rigoureux Jean Snella sur notre banc. L’ultime Nice-Rennes en L1 au Ray a une dimension très spéciale : c’est la rencontre Frédéric Antonetti- Claude Puel soit le duel entre le coach qui a reconsolidé la nappe phréatique de notre équipe et le coach chargé de bâtir dessus un grand club. A tous les deux «merci». Et merci au Ray pour toutes les émotions d’hier et d’aujourd’hui.”

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software