Ryan Giggs, Sir Ferguson et Andy Cole saluent l'immense impact d'Eric Cantona à Manchester United

03.12.12

Permalink 11:30:55, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

Ryan Giggs, Sir Ferguson et Andy Cole saluent l'immense impact d'Eric Cantona à Manchester United

Pour fêter les 20 ans de la signature de Cantona à Man United (1992-2012), MU a célébré le Français pendant plusieurs jours. Voici quelques extraits de ce qui a été dit. En Premier League,le 1er décembre 2012, MU a battu Reading à l’extérieur. On a vu lors de ce match une grande ossature ultra collective avec un très bon Anderson- hélas blessé- et deux talonnades géniales de Young et Rooney. J’y vois là l’esprit cantonesque. Ces talonnades ne sont pas gratuites. Quand elles ont été réalisées, il n’y avait aucun autre geste possible.

Ryan Giggs: “C’est le meilleur passeur que j’ai jamais connu. Il impliquait tous les joueurs, en attaque, au milieu, de partout. Il apportait tellement de variété. Les adversaires ne pouvait pas l’arrêter car il était toujours en mouvement pour se créer des espaces. Et comme ils se concentraient sur lui, ils oubliaient Sparky (Mark Hughes) ou Andrei (Kanchelskis) qui profitaitent de leur liberté. Quand Éric récupèrait le ballon, il savait très bien porter le ballon sur les ailes. Il jugeait parfaitement notre vitesse de course, à moi, Sharpey, Andrei. Et donc il dosait sa passe tellement bien que nous n’avions pas besoin de ralentir. Je pense qu’il savait aussi à quelle vitesse les arrières latéraux couraient. Souvent, quand Éric était en possession du ballon, personne n’imaginait pas qu’il pouvait délivrer une passe tant il masquait son geste jusqu’au dernier instant(…) Je n’ai jamais vu un joueur s’impliquer autant que lui, à sans cesse exiger le ballon. Même quand ce n’était pas son jour, il travaillait dur pour le collectif. Ce n’était pas son meilleur match contre Chelsea en finale de la Cup 1994, mais au moment des deux penaltys , il s’est emparé du ballon. Il savait très bien qu’il allait marquer. Bruce n’a pas pu regarder et s’est assis sur la ligne médiane, dos au but. Moi je regardais. Avec Éric, vous saviez toujours que ça allait rentrer. Tous les trucs qu’il dit comme “le ballon, c’est comme une femme : il aime les caresses", ça nous fait rire mais ce qui est bien avec Éric, c’est qu’il travaille dur pour justifier la poésie. Quand vous voyez Éric Cantona rester tard à l’entraînement pour peaufiner sa technique, vous comprenez que vous ne pouvez pas vous contenter de ce que vous faites. Au final peut importe votre look ou ce que vous dites ou pas. Ce qui compte dans une équipe de foot, c’est ce que vous faites sur le terrain.”

Sir Alex Ferguson: ”Eric Cantona fut un modèle de professionnalisme, le joueur le mieux préparé que j’aie eu sous mes ordres.”

Lee Sharpe: “Le manager lui accordait beaucoup de libertés et le laissait s’exprimer, alors il tentait des gestes techniques et marquait plein de buts. C’est pour cela que les jeunes l’admiraient autant. Ils se disaient tous: “C’est lui que je veux être. Je veux être traité comme lui et jouer comme lui. Je veux qu’on m’aime autant que lui."”

Eric Harrison, formateur des jeunes de MU à l’ère Cantona: “J’ai demandé à Cantona de l’expliquer comment d’après lui il fallait former la jeunesse sur le modèle français. Il m’a répondu qu’au niveau technique, il n’y avait pas de grosse différence, mais que les jeunes Français contrôlaient mieux le ballon que leurs homologues anglais. J’ai enregistré le message et j’ai réagi tout de suite en introduisant plus de jonglages avec le ballon car c’est un exercice qui favorise le contrôle de la balle. Si c’était bon pour Cantona, ça l’était forcément pour mes jeunes.”

Andy Cole: “Les joueurs aimaient sincèrement Éric, quand bien même il était souvent très distant, voire effacé. Il n’y a que dans le vestiaire qu’il s’ouvrait et qu’il plaisantait. Il discutait avec tout le monde, même s’il préférait clairement se faire discret. Ce n’était pas le genre de mec qu’il fallait chercher, que ce soit sur le terrain ou devant une bière. En dehors du terrain, c’était un solitaire, mais un sacré mec. Et à sa manière de se comporter, on comprenait parfaitement le message : il était son propre maître.”

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Novembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software