Le soir venu, de Christian Montaignac (Cherche Midi)

22.11.12

Permalink 13:35:22, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le soir venu, de Christian Montaignac (Cherche Midi)

Alors qu’en cette fin 2012, des politicards en-dessous de tout se déchirent sans aucun respect pour le vote démocratique des militants on se rend compte que certains politiciens agissements comme s’il vivait dans une république bananière. Il est bon de se souvenir que la France a connu des politiciens remarquables, à commencer par Pierre Mendes France.

Tant que l’édition française sera capable de mettre en librairie des livres comme celui de Christian Montaignac il ne faut pas désespérer de l’édition. Il y a encore des éditeurs en France qui aiment la littérature, ce sport des méninges qui se maintient depuis des siècles alors qu’au prime abord il semble que l’on pourrait s’en passer. A la vérité, on ne peut pas se passer de littérature comme on ne peut pas se passer de soleil ou de la nuit, selon les humeurs.
La couverture du livre est très belle, avec un homme qui semble être de dos. Est-ce Montaignac qui avance vers le ciel agité ? Est-ce une métaphore de la vie ? Cela signifie-t-il qu’il marche vers la mort ? Le livre de presque 450 pages est autant fictionnel que du registre autobiographique. Dès les premières lignes on est happé par le style tendu sur fond d’humanisme. On a un élan de sympathie perpétuel envers son narrateur qui grandit dans la France de Pierre Mendès France, inattendu livreur de lait aux enfants de France. Le politicien qui résista à la politique collaborationniste du maréchal Pétain préférait faire plaisir à ses compatriotes plutôt que de gaspiller.
Christian Montaignac a beaucoup à voir avec le galopin de l’Hérault. L’écrivain Montaignac est de la race des Perret (Jacques), Blondin et Nucéra, tous membres d’une famille qui aime autant la littérature que le sport. Durant un match, ils pensent au livre en cours ou à venir mais jamais à ceux écrits auparavant.
C’est un grand roman initiatique qui parle d’amitié, d’amour et de cyclisme. Frais mais pas naïf. Pas sérieux mais grave. Pas amusant mais plein d’esprit. Pas infantile mais plein d’enfance. L’histoire d’un p’tit français qui en pince pour les filles et les coureurs du Tour de France. Il connaît mieux le palmarès de Raphaël Geminiani que la table des logarythmes. « Comme tous les marins, j’ai eu envie d’aller voir derrière l’horizon». Il a des mystères bien gardés dans l’ouvrage. Une phrase hante le récit : « Le soir venu, ils s’asseyaient l’un près de l’autre. Ils cherchaient à se souvenir de ce qu’ils regrettaient. » Elle est de Scott Fitzgerald. Parrain posthume du livre. Le livre d’une vie. Celle de Montaignac.

-Le soir venu
Christian Montaignac
Cherche Midi, 439 p., 18 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Zola-Lampard [Visiteur] Email
Je vous reconnaît les Hommes de Lettres.

je vais me mettre au Mendésisme
PermalinkPermalien 22.11.12 @ 13:43
Commentaire de: Zolalampardviablackberryaureveil [Visiteur] Email
On nous le. Cf a lepoque en cours le film le chagrin et la pitie
Je lavais regarder comme ca
PermalinkPermalien 22.11.12 @ 14:56

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software