Mémoires du comte, de Bussy-Rabutin (Mercure de France)

20.11.12

Permalink 09:15:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Mémoires du comte, de Bussy-Rabutin (Mercure de France)

«On vint m’arrêter le vendredi matin, 17 avril, dans mon logis, comme je m’en allais au lever du Roi. » Nous étions en 1665. L’homme qui parle s’appelle le comte de Bussy-Rabutin. Le roi c’est Louis XIV. Ce dernier fit mettre aux arrêts son sujet avec lequel il entretenait une correspondance. On jeta dans la Bastille le cousin de Madame de Sévigné parce que dans un écrit il portraitura le monarque sous les traits d’un libertin.
Bussy-Rabutin commence ses Mémoires en prison. Elles ne paraîtront que trois après sa mort en 1696. Elles se lisent très aisément parce qu’elles sont écrites sur un ton alerte et complice avec le lecteur. L’ancien guerrier avait une haute opinion de lui-même puisqu’il jugeait « considérable » son parcours professionnel et intime. En 2012, il serait un people. Son récit débute en 1618, l’année de sa naissance. Il est issu d’une bonne famille de Bourgogne. Le garçon né au milieu de cinq enfants. Tous meurent, sauf lui.
Son libertinage devient vite son image de marque. Les historiens expliquent qu’il ne ment pas dans sa vision des événements. Si on l’a mis en prison c’est que ses dires ont « déchiré mille gens ». Mille gens plus le Roi Soleil. Bussy-Rabutin est un mémorialiste important du XVIIe siècle. Un Paul Léautaud exilé dans un château.
S’il écrit « je », il se nomme toujours « Bussy » dans la prose. A la Bastille, il devint gravement malade, vu les conditions de détention. A la fin de l’été 1666, on le libère mais il ne sera jamais plus qu’un prisonnier libéré.

-Mémoires du comte
De Bussy-Rabutin
Mercure de France, 370 p., 7 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Zola-Lampard [Visiteur] Email
j'aime bien lire leurs biographies à ces femmes d'un autre temps
je suis d'un coup transporté

merci.
PermalinkPermalien 20.11.12 @ 12:11
Commentaire de: morlino [Membre]
Du Deffand/ Voltaire...
PermalinkPermalien 20.11.12 @ 17:03
Commentaire de: Zola-Lampard [Visiteur] Email
Du deffand, une en cyclope dique dans ma disquette désormais

si je cherche en lutte de mes souvenirs (avec ma faible culture non transmise comme voulue)
j'ai moi (en homme par contre) : Roger vailland (le regard froid) et Jean honoré fragonard

le libertinage
PermalinkPermalien 20.11.12 @ 19:50
Commentaire de: morlino [Membre]
Sacré Roger ! Et Le Verrou.
PermalinkPermalien 21.11.12 @ 07:41

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software