Archives pour: Octobre 2012

31.10.12

Permalien 19:15:22, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice de Puel élimine Lyon, 3-1

Mercredi 31 octobre 2012
1/8 finale de la Coupe de la Ligue, Stade du Ray
OGC Nice 3-1 Olympique Lyonnais
Buts pour les Aiglons: Eysseric (6e pen.), Traoré (10e), Civelli (15e)
Buts pour les Gones: Gomis (8e)

Dès que Nice gagne le soleil se lève même à 19h !
On ne refait, né Niçois je finirai Niçois.
Les Aiglons de Claude Puel n’ont pas fait perdre la face de l’ancien coach de l’O.L. qui est désormais à la tête du terrain niçois. Le Pt Aulas a dû apprécier…
Voici le onze de départ lyonnais : Lopes - Dabo, Koné, Bisevac, Monzon - Fofana, Mvuemba, Malbranque, Gourcuff - Gomis, Lisandro © Remplaçants : Lovren, Umtiti, Ferri, Ghezzal, Lacazette, Briand, Vercoutre.
Ce n’est pas une équipe de jambons. Gourcuff était présent.
Plusieurs surprises dans le groupe niçois avec les debuts de Neal Maupay (16 ans) en attaque. A noter la présence dans le groupe de Gautier Lloris, le frangin d’Hugo. J’aime cette jeunesse niçoise comme au temps de Luciano.
Le onze de départ niçois : Ospina - Genevois, Gomis, Civelli ©, Kolodziejczak - Traoré, Abriel - Diaz, Eysseric, Pied - Maupay. Remplaçants : Lloris, Meriem, Rafetraniaina, Bauthéac, Cvitanich, Bosetti, Delle

5e/ Sur penalty, Valentin Eysseric se présente sans trembler face à Lopes et le prend parfaitement à contrepied ! 1-0
7e/ Lancé par Monzon, Gomis combine avec Malbranque puis Gourcuff, et vient tromper Ospina d’une frappe croisée. 1-1
9e/ Kévin Diaz frappe un corner. Traoré surgit au deuxième poteau et crucifie Lopes. 2-1
15e/ A la suite d’un coup franc botté par Eysseric, Civelli est servi au second poteau et ajuste Lopes. 3-1

En 10 minutes, la messe fut dite et bien dite.
Nice est fidèle à sa tradition. Toujours motivé contre les gros alors qu’on laisse filer des matchs devant des adversaires.
Cette saison, il faudrait s’exprimer aussi bien en championnat.
Ce qui est pris n’est plus à prendre.
Battre Lyon est toujours un grand plaisir.

Tirage au sort des 1/4. Nice a-t-il dégagé le tableau pour le plus grand plaisir de Montpellier ou Nice ira-t-il chercher sa qualification dans l’Hérault ?

Montpellier - Nice *
Bastia ou Auxerre - Lille
St Etienne - Paris SG
Rennes - Troyes

*La rencontre aura lieu le mardi 27 ou le mercredi 28 novembre.

Permalien 17:11:39, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Edith Piaf, hymne à la môme, de Philippe Crocq et Jean Mareska (Albin Michel)

Piaf, Trenet, Brassens, Brel… Fier d’avoir été leur contemporain. Ils nous consolent de tous les imposteurs du show-biz.

Il ne s’agit pas d’un album de plus sur Edith Piaf mais plutôt d’une livre qui honore le genre car le texte ne fait pas doublon avec les photos qui ne sont pas anecdotiques. On retrouve la chanteuse dans tous les temps forts de sa vie- il n’y a que ça dans son existence, jamais banale. Une enfance marquée au fer rouge avec un père contorsionniste - cela ne s’invente pas…- et une mère alcoolique qui s’occupent peu de la fille. La grand-mère maternelle prend le relais : la dresseuse de puces- cela ne s’invente pas non plus - comprend vite que sa petite fille à une voix d’or.
L’album commence par une conversation téléphonique entre Bruno Coquatrix. Piaf annonce au patron de l’Olympia qu’elle est ruinée et que Charles Aznavour lui a prêté de l’argent. «Trouve-moi une petite salle. En 1961, j’ai renfloué ta salle en chantant trois mois au tarif syndical » Coquatrix répondit qu’il était préférable qu’elle se repose parce que son « corps est naufragé ». Ils ne se faisaient pas de cadeau ! Pour les auteurs de l’album- le duo Crocq-Mareska- il y a Piaf et puis c’est tout. On ne peut pas leur donner tort tant elle est au-dessus de la mêlée. Piaf c’était une voix alors que toutes les autres chanteuses mettent leur physique en avant, surtout dans les nouvelles générations qui sont de pitoyables marionnettes, sauf Gréco et Barbara.
«Petite, frêle, tout de noir vêtue» voici sa description. Le public n’est pas dupe. Il sait où est le vrai talent. Il n’est pas passé à côté de Piaf sans la voir. Elle reste aujourd’hui aimée par des gens qui ne l’ont jamais vue sur scène. Quand elle meurt en 1963, elle portait « toutes les souffrances du monde ». Sa vie privée n’est qu’une suite de drames : mort de sa petite fille qui n’a que deux ans, assassinat de son impresario, mort accidentel de Marcel Cerdan le 28 octobre 1949 … Après une opération, elle s’accoutume à la morphine, ce qui ne l’empêche pas de chanter quasiment jusqu’à son dernier souffle. Son livre de chevet était la Sainte Bible. En scrutant les photos de l’album on pénètre son intimité. Le livre contient un CD avec cinq chansons dont Hymne à l’amour et La vie en Rose. Les paroles de ces deux textes sont d’Edith Piaf. Tout le monde ne le sait pas. C’est dire qu’elle savait manier les mots autant avec sa bouche qu’avec un crayon. Des mots simples qui parlent à tous. Des mots qui sonnent vrais.
Avec le temps, on s’aperçoit que personne ne peut chanter du Piaf, du Brel ou du Brassens avec autant de conviction que nos trois chers disparus. Aucune actrice ne réussira jamais à nous restituer la flamme de Piaf. Elle avait tant de talent. Celles qui se sont risquées à l’interpréter étaient toutes ridicules. Il n’y avait de bien dans lur interprétation que la vraie voix de Piaf en play-back ! Elle donnait tant au public. Elle a réellement brûlé sa vie sur les planches. Le sourire et les yeux de Piaf étaient aussi beaux que sa voix était belle. Elle ne prononçait aucun mot à la légère donnant même du poids aux articles indéfinis et aux pronoms relatifs. Piaf en français touchent les étrangers uniquement avec son émotion. Nul besoin de traduire. Piaf c’est la vérité du moment. Elle ne triche jamais.

-Edith Piaf, hymne à la môme
De Philippe Crocq et Jean Mareska
Préface Charles Dumont
Albin Michel, 139 p., 29 €

Permalien 14:26:10, Catégories: LITS ET RATURES, HENDRIXEMENT  

Georges Simenon, Kjetil Try et Graham Hurley (Folio/Gallimard)

A voir sans l’ombre d’une hésitation. Au cours de ce reportage dans sa maison, Georges Simenon dans un italien impeccable explique sa façon de travailler. Quelle enthousiasme ! Quel plaisir de l’entendre dire qu’il est un artisan qui aime travailler avec les mains comme un menuisier ! Cela nous change de tous ces auteurs qui se considèrent le centre du monde alors qu’ils ne sont en fait que des carrièristes sans vrai talent. Simenon évite de parler de son oeuvre, il se contente de dire comment il la fabrique. Au début, il montre ses livres populaires écrits sous pseudonyme… Il savait tout faire. Simenon est l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, dans le genre feuilletonniste hugolien de sa génération. On ne perd jamais son temps à lire Simenon. C’est comme si nous lisions un fait divers écrit par Shakespeare. Dans la vidéo, Simenon parle de l’acte d’écrire comme un peintre parle de ses tubes de peinture dans son atelier: il explique sa passion pour les crayons à la mine de plomb. Dès qu’ils commençaient à être trop taillés, il les donnait à ses enfants. Peut-on être moins prétentieux que Simenon ? Impossible. A voir aussi le mur de pipes… Je retiens sa joie de partager avec le journaliste italien, et donc avec nous, qui contraste avec la solitude, sa vraie patrie.

La famille allemande Krull tient une épicerie qui fait office de bar. Le soir, les mariniers viennent y boire un coup pour évacuer la journée de travail. Avec Simenon, il y a toujours un cadavre qui finit par arriver dans les pages. Cette fois, on le retrouve dans le canal. Il n’en fallait pas plus pour créer la zizanie parmi ce monde interlope comme d’habitude chez l’écrivain préféré de Gide.
Dans L’Inspecteur cadavre nous retrouvons le commissaire Maigret qui tente derechef d’y voir clair. Suicide ou meurtre ? Qu’est-il arrivé à ce jeune homme retrouvé mort sur la voie ferrée, en Vendée ? Maigret accepte de s’intéresser à ce fait divers sans savoir que le détective privé, l’inspecteur Cadavre, est lui aussi penché sur cette affaire de corps retrouvé. C’est avec plaisir que l’on renoue avec l’art du dialogue pris sur le vif. On lit du Simenon comme on écoute du Mahler.

-Chez Krull, de Georges Simenon, Folio/ Policier, 251 p.
-L’inspecteur cadavre, de Georges Simenon, Folio/Policier, 185 p.

Vous ne connaissez sans doute pas l’inspecteur Lykke. Il s’agit d’un policier sorti droit de l’imagination de l’auteur de polar norvégien Kjetil Try, né en 1959, un publicitaire qui était démangé par l’envie décrire un roman policier. Il a situé l’action dans un théâtre, le soir où Papa Noël descend dans les cheminées. Après le crime d’un comédien qui jouait Joseph, une nonne et un âne disparaissent. Oui une nonne et un âne… Il fallait y penser ! L’angoisse de l’inspecteur ? Que l’on vole tout à coup un enfant né le 25 décembre. Et le bœuf et Marie où sont-ils ? On voit que l’humour noir traverse ce récit jamais banal. Des phrases courtes, des mots de tous les jours. Une intrigue en cascade. Le polar comporte 72 chapitres aussi denses qu’étranges. Un cinéaste devrait s’emparer de ce Noël sanglant pour en faire une version pour les chambres obscures.

-Noël sanglant
De Kjetil Try
Traduit du norvégien par Alex Fouillet
Folio/Policier, 429 p.

Cette enquête de l’inspecteur Faraday nous met en présence d’un inspecteur et de Paul Winter au service d’un caïd. Le policier a été nommé pour résoudre l’énigme du meurtre d’un promoteur immobilier. Il y aura un autre crime de commis. On n’arrête plus le progrès… Graham Hurlay explore l’incursion de la politique dans le vie privée. Finalement, la ville s’avère être un panier de crabes, avec au-dessus des abeilles. Faut pas trop approcher la pègre.

-L’autre côté de l’ombre
De Graham Hurley
Traduit de l’anglais par Philippe Loubat-Delranc
Folio/ Gallimard, 615 p.

Permalien 11:58:47, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Chelsea-Man United, la revanche quatre jours après...

31 octobre 2012
Chelsea-Man United, 20 h 45
en direct sur beIN SPORT 1 à partir de 20h40

Quatre jours après Chelsea 2-3 Manchester United en championnat, bis repetita.
La récente victoire mancunienne à Londres a fait couler beaucoup d’encre car elle a permis à MU de l’emporter suite à des décisions arbitrales qui ont avantagé les Red Devils. Les fans hostiles à MU ne se gênent pas pour le dire sans préciser que MU a été volé d’un penalty flagrant non sifflé, suite à une main de David Luiz dans sa surface de réparation.
Chelsea va vouloir se venger devant les “coiffeurs” de MU. Il est quasiment certain que Sir Ferguson ne va pas aligner De Gea, Rafael, Ferdinand, Carrick, Rooney, van Persie et Valencis (ailier exceptionnel dont on ne parle pas assez).
J’imagine qu’il va titulariser Lindegaard, Anderson, Welbeck, Nani, Fletcher et des jeunes de l’équipe réserve et du centre de formation.
La Coupe de la League passe après la Premier League et la C1.
Les fans de MU ont voté par milliers après Chelsea-MU pour désigner l’homme du match, côté MU.
David De Gea l’a emporté haut la main, devant van Persie qui fut pourtant sur plein de bons coups.
L’attaquant néerlandais a poussé David Luiz à marquer contre son camp, avant de doubler la mise sur un centre d’Antonio Valencia. Il a aussi lancé Ashley Young sur une action qui a provoqué l’expulsion de Branislav Ivanovic, et van Persie a vu son tir détourné sur son poteau par Petr Cech, juste avant que Chicharito ne profite du centre de Rafael pour inscrire le but vainqueur, revenant d’une position de hors-jeu.
De Gea a été choisi car il a été héroïque pendant 95 % du match.

Permalien 11:45:09, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE  

Une pluie de douze buts lors de Reading-Arsenal (5-7)

Après avoir été mené 4-0, puis 5-4 (!), Arsenal s’est imposé 5-7 au 4e tour de la Coupe de la Ligue.

Mardi 30 octobre 2012
4e tour de la Coupe de la Ligue,
Madejski Stadium

Reading 5-7 Arsenal
Buts Reading: Roberts (12e), Koscielny (19e csc), Leigertwood (21e), Hunt (37e), Pogrebnyak (116e)
Buts pour Arsenal: Walcott (45e, 90e, 120e), Giroud (64e), Koscielny (89e), Chamakh (103e, 120e)

On a vu les deux visages d’Arsenal.
Le premier: la catastrophe défensive. Les Gunners - “coiffeurs” ou pas- ont trouvé le moyen d’être menés 4-0 par des relégables de Premier League qui n’ont pas encore gagné un seul match cette saison.
Le seconde: toute la hargne et la classe des Gunners ont renversé la situation bien conmpromise.
Je l’ai déjà dit: qu’on ne vienne plus me dire que les joueurs de Wenger n’ont pas de mental. C’est un lieu commun, un cliché. Ils ont prouvé depuis quelques temps qu’ils avaient du mental en pagaille.
Et je l’ai déjà dit également: je ne critique plus jamais Arsènal Wenger puisque ses dirigeants le dépouillent chaque année d’éléments clés. Bien sûr, Arsènal a raté le match qu’il ne fallait pas: la finale de la C1 2006, mais c’était contre le Barça de Ronaldinho ! Si Wenger avait gagné ce match-là, il aurait franchi un très grand cap. A prèsent, il demeure dans les 10 meilleurs coachs en activité mais hélas! il n’a pas de C1 à son palmarès ce qui le maintien en position de faiblesse par rapport à ses dirigeants. Faiblesse de palmarès et non pas de rendement financier. La travail de Wenger consiste depuis 2007 à terminer dans les 4 premiers de Premier League. Le reste c’est du bonus. Je reprécise que Sir Ferguson a remporté deux C1 avec le cul bordé de nouilles: en 1999, dans les arrêts de jeu contre le Bayern Munich, et en 2008 contre Chelsea, aux tirs au but. Comme quoi, il faut aussi compter sur la “chance-volonté"… Et il faut aussi se rappeler que MU a perdu deux récentes finales de C1 contre Barcelone.
Arsenal a été héroïque contre Reading, c’est très bien avant de venir à Old Trafford, le week-end prochain, 3 novembre 2012, en Premier League, à 13 h 45.

Les favoris pour le Ballon d'or 2012: Iniesta, Casillas, Drogba et l'inévitable Messi

Le Madrilène Iker Casillas, champion d’Espagne et vainqueur de l’Euro 2012, est l’un des grands favoris pour remporter le Ballon d’Or. Il devrait être sur le podium quel que soit le résultat. Lors de l’Euro, il a été décisif à maintes reprises. Depuis Yachine, aucun gardien n’a reçu la plus grande récompense individuelle. Casillas est un joueur exemplaire, grand ambassadeur du sport roi.

Une liste resserrée sera publiée le 29 novembre à trois finalistes avant l’annonce, le 7 janvier 2013, du nouveau Ballon d’or lors d’une cérémonie de gala à Zurich. Au plan du talent pur, Messi est devant tout le monde. Au niveau, talent + palmarès, A. Iniesta devrait être enfin récompensé pour l’Euro 2012 et l’ensemble de sa carrière. On peut aussi récompenser le Madrilène, Iker Casillas, champion d’Europe avec l’Espagne et vainqueur de la Liga avec le Real Madrid. Casillas pourrait rejoindre Yachine (1929-1990), le seul gardien qui ait réussi à obtenir un Ballon d’or (1963). Ronaldo ? Pas assez performant avec le Portugal. Drogba ? Pourquoi pas: il mérite aussi le Ballon d’or 2012 au titre d’élément majeur à Chelsea lors que la conquête de la C1 2012.

Dix entraîneurs peuvent en outre postuler au titre du meilleur technicien. Le favori est Vicente del Bosque, qui a mené l’Espagne au titre de double championne d’Europe d’affilée. L’Italien Roberto Di Matteo, vainqueur de la Ligue des champions avec Chelsea, devrait être son dauphin.

Les 23 joueurs :

Sergio Agüero (Arg/ Man City), Xabi Alonso (Esp/Real Madrid), Mario Balotelli (Ita/ Man City), Karim Benzema (Fra/ Real Madrid), Gianluigi Buffon (Ita/ Juventus Turin), Sergio Busquets (Esp/ Barcelone), Iker Casillas (Esp/ Real Madrd), Cristiano Ronaldo (Por/ Real Madrid), Didier Drogba (CI/ Chelsea puis Shanghai Shenhua), Radamel Falcao (Col/ Atletico Madrid), Zlatan Ibrahimovic (Suè/ AC Milan puis PSG), Andrés Iniesta (Esp/ Barcelone), Lionel Messi (Arg/ Barcelone), Manuel Neuer (All/ Bayern Munich ), Neymar (Bré/ Santos), Mesut Özil (All/ Real Madird), Gerard Piqué (Esp/ Barcelone), Andrea Pirlo (Ita/ Juventus Turin), Sergio Ramos (Espa/ Real Madrid), Wayne Rooney (Ang/ Man United), Yaya Touré (CI/ Man City), Robin van Persie (P-B/ Man United), Xavi (Esp/ Barcelone).

Les dix entraîneurs :

Vicente del Bosque (Esp/Equipe nationale d’Espagne), Roberto Di Matteo (Italie/Chelsea), Alex Ferguson (Eco/Manchester United), Pep Guardiola (Esp/ex-Barcelone), Jupp Heynckes (All/Bayern Munich), Jürgen Klopp (All/Borussia Dortmund), Joachim Löw (All/Equipe nationale d’Allemagne), Roberto Mancini (Italie/Manchester City), José Mourinho (Portugal/Real Madrid), Cesare Prandelli (Italie/Equipe nationale d’Italie).

30.10.12

Permalien 07:11:30, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le poète Jacques Dupin (1927-2012) est mort

“Qu’on m’en préserve du lecteur. Et pour l’instant, cela marche bien…". Jacques Dupin ne manquait pas d’humour.

“…les rêves sont insipides
quand ils dorment seuls
mais il prennent appui sur le corps
sur la forêt, sur la mer
ils ne parlent pas ma langue
ils ahanent, ouvrent des yeux
il tirent
la force, de cette invisible
poussée de poussière
de ma vie détruite
dans la commotion de l’air
le sommeil troué".

Extraits de Ballast, Poésie/Gallimard, 2009. Le premier poème est extrait du livre Contumace, le second de Le Grésil

Voici ce que j’ai écrit sur lui dans LIRE, en 2001, après être allé chez lui où il vivait entouré de tableaux offerts, entre autres, par Giacometti et Bacon, deux de ses amis:

Jacques Dupin, le forgeron des mots
Par Bernard Morlino

Galeriste et critique d’art spécialiste de Miró, le poète livre depuis cinquante ans un combat intime avec le langage.
“Pour M. Dupin, c’est en haut!” La concierge dans l’escalier désigne le chemin vers le poète installé aux étages supérieurs d’un immeuble du Temple, à Paris. L’Ardéchois, né en 1927, habite depuis vingt-cinq ans aux abords d’une rue pleine de bijoux, de saucissons et de boutons multiformes. Passé la porte, on tombe sur un mur de beaux livres, mosaïque de la peinture du XXe siècle. Voici le domicile du poète et critique d’art qui ne fait rien pour être connu: “Mon oeuvre a l’écho qu’elle trouve. Il ne me viendrait pas à l’idée de hurler: “Lisez-moi!”
Les poètes sont tenus à l’écart, sauf malentendu: la gloire de Victor Hugo est due à la politique; Paul Valéry fut un conférencier mondain et les surréalistes ont provoqué le scandale.” Afin de se consacrer à sa passion, l’amateur de ruptures syntaxiques mène une “vie normale” grâce à une autre activité, plus lucrative. “En cinquante ans, la poésie ne m’a pas rapporté de quoi prendre un petit déjeuner pendant trois mois.”
Reconnu par des artistes majeurs, son talent de galeriste le met à l’abri d’un destin de maudit. Derrière la cloison des livres sur l’histoire de la peinture se trouve la cuisine avec des plateaux à fromages en osier qui donnent un air de campagne. “J’aime cuisiner du pot-au-feu ou des sautés d’agneau.” Trône en bonne place une télévision: “Quand je suis fatigué, je regarde un film policier.” La longue table de bois sert souvent d’écritoire.
Vers cinq ou six heures, il arrive à l’ami de Pierre Reverdy d’y écrire devant des montagnes de notes, toujours à la machine. Il supprime, rature, cherche la décantation, n’exclut surtout pas le mot écliptique qui fait office de couleur orale. “Je ne me prive pas d’un vocabulaire sous prétexte qu’on ne l’utilise plus dans le métro.” D’évidence, il aime le côté ludique de sa lutte avec le langage. “Ce que je trouve à la fin, je ne pouvais pas l’imaginer en début de matinée.” La fréquence de termes rugueux vient de son enfance dans un paysage de gorges et de bois.
Son oeuvre évoque souvent le métier d’écrire: Miettes d’un festin, Ce qui gronde dans le sous-sol. L’épouse du poète, Christine, classe dans un bureau tous les documents qui ne vont pas tarder à rejoindre le fonds Dupin à la bibliothèque Doucet. “J’ai donné ma correspondance et mes manuscrits. Je ne voulais pas qu’une partie de ma vie soit dispersée aux enchères.” Au lieu de raconter son passé et ses désirs, le forgeron des lettres instaure un dialogue avec l’écriture, tantôt partenaire tantôt adversaire. Virgule, la chatte de la maison, est loin des considérations de celui qui est poète comme on est grand, gros ou petit.
Aussi loin remonte-t-il dans son passé, Jacques Dupin a oublié le temps où il n’écrivait pas. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il prend conscience qu’on ne peut plus écrire à la manière de Racine ou de Boileau. “Aujourd’hui, le pan sérieux de la littérature travaille dans le fragment. Après les camps d’extermination, on ne peut plus commettre de petits poèmes gentils…” Secouriste pendant la guerre, il filait à bicyclette pour sortir des blessés et des morts des décombres. Arrivé dans la capitale à la Libération, il envoie plusieurs poèmes à René Char qui l’incite à publier son premier livre, Cendrier du voyage, chez Guy Levis-Mano, en 1950, et qui le présente à Christian Zervos, directeur des prestigieux Cahiers d’art, à la recherche d’un secrétaire de rédaction. Ainsi, il devient l’homme-orchestre de la revue, des ouvrages et de la galerie.
Les traces des amitiés encerclent le Prix national de poésie 1988 dans le lumineux séjour. Sur la droite, un Francis Bacon, immense tel un iceberg: “C’est une chimère.” L’écrivain deviendra directeur des éditions de la galerie Maeght, puis de la galerie Lelong et fondateur de la revue L’Ephémère avec André du Bouchet, entre autres. En retrait des fenêtres, un portrait indéchiffrable de Giacometti où seule la lumière fait apparaître les reliefs du visage sombre: “Je l’ai rencontré en 1954. On ne s’est plus quittés.” Le poète servit de modèle à l’Italien et au Britannique qui fit son portrait, conservé au musée d’Amiens.
A gauche du salon, Miró réinvente le cosmos sur une grande feuille pleine de magie. Le maître des lieux est l’auteur des catalogues raisonnés du peintre espagnol dont il est le spécialiste. Sur la cheminée, un “signe amical de Pierre Alechinsky", sous la forme d’un livre blanc entrouvert. Au milieu de la pièce, un mobile de Calder, période 1970, est suspendu au plafond, sorte de poule aux oeufs d’or. “Toutes ces oeuvres m’ont été offertes. Un peintre donne ou pas. Je n’ai rien de Picasso. Je ne voulais pas recevoir le dessin qu’il avait l’habitude d’offrir à tout le monde avec grand mépris.” L’anti-spéculateur ressemble à un père devant les gouaches réalisées par ses enfants. De multiples trous mal rebouchés certifient que nous ne sommes pas dans la caverne d’Ali Baba d’un expert cossu. “Je laisse apparentes les cicatrices.”
Voici le bureau au bout du couloir: “A l’écart, comme le titre de mon nouveau recueil.” Un rectangle tapissé d’étagères domine une immense table de bois. Derrière le fauteuil moelleux, Rimbaud est en bonne place. Une photo de Bacon est adossée à l’?uvre de Verlaine et de Villon. A portée de main, d’imposants dictionnaires témoignent d’un usage fréquent, à l’image des livres, lus et relus, fatigués, désunis, vivants. “J’ai tout Jabès dehors", dit l’hôte, désignant une vingtaine de titres. Maurice Blanchot et Kafka ne sont pas loin. De retour à la cuisine, Jacques Dupin sert un verre de vin, clin d’oeil à Baudelaire. On se dit au revoir avec pour toile de fond Victor Brauner, Fernand Léger et Matisse, qu’on n’avait pas encore salués. Le poète reste en bonne compagnie. Celle du cercle des peintres disparus.”

28.10.12

Permalien 16:51:41, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Man U gagne à Londres grâce à un arbitre dépassé par l'événement

The Boss Sir Fergsuon après la victoire des Red Devils à Chelsea. Une victoire qui rend ivres de rage les détracteurs de MU, jaloux viscéralement du palmarès de MU depuis 1993. Quand la caravane de MU passe, les toutous aboient. Fergie a le petit sourire des grandes victoires. Il a très bien pourri le match à partir du banc. C’est tout un art. Je le connais par coeur mon Fergie. Think you Boss ! See you later.

Chelsea 2-3 Manchester United
Buts pour MU: van Persie (David Luiz csc 4e), van Persie (12e), Chicharito (75e)
Buts pour Chelsea: Mata(44e), Ramires (53e)

Comme je l’ai déjà dit souvent, les arbitres anglais ne sont pas aussi performants qu’on le dit. Ils massacrent autant le football que leurs homologues d’ailleurs. (Lors d’Everton 2-2 Liverpool, le Red Suarez s’est vu refusé le but de la victoire, cent pour cent valable…)
Ce Chelsea-MU était très attendu. Hélas, le match a proprement parlé s’est arrêté à la 68e minute, au moment de l’exclusion de Torres. L’arbitre a estimé que l’Espagnol simula un accrochage. Tout ça provient de sa manière de glisser. Torres a trop accentué la faute flagrante sur lui. Le football est un art plein de finesse: là, Torres n’aurait pas dû forcer la décision de l’arbitre qui s’est senti berné par l’attaquant de Chelsea.
Cependant, il y a la lettre et l’esprit: l’homme de loi n’aurait pas dû averti une seconde fois l’attaquant de Chelsea, puisque ce nouveau carton jaune était synonyme d’exclusion. Le score était alors de 2-2. Le match tenait ses promesses. On voyait un vrai bon match anglais avec plein d’engagement physique.
L’arbitre aurait dû avoir les nerfs plus solides car Chelsea jouait déjà à 10, suite à l’expulsion d’Ivanovic, accusé d’avoir descendu Young alors qu’il l’avait à peine touché. Young est un joueur très explosif qui va de l’avant. Loin de moi, l’idée de l’accuser d’avoir plongé comme le font les détracteurs de MU qui n’en peuvent plus de voir MU dominer le football anglais depuis 1993. Quand on charge Young, il faut faire attention de ne pas se laisser prendre de vitesse par lui: s’il vous devance et que vous lui filez le train vous vous mettez en grand danger vis-à-vis de l’appréciation arbitrale. A propos de l’arbitre central: à quoi cela sert-il qu’il ait un micro et des oreillettes si on ne peut pas lui dire qu’il s’est trompé ?
Il est évident que MU a été avantagé deux fois puisque l’arbitre a expulsé deux Blues. Concernant Ivanovic, il faut dire que celui-ci est victime de sa réputation de boucher.
Côté MU, on peut se plaindre d’un penalty pour MU non sifflé car David Luiz a fait main dans la surface de la maison rouge.
Disons qu’il y a eu deux matchs:
1/ Au début MU a été grandiose.
2/ Après avoir été mené 0-2, c’est Chelsea qui a été grandiose.
Hélas à cause d’un déplorable arbitrage on n’a pas eu droit au 3e match dans la rencontre dont la fin s’annonçait extraordinaire.
Entrée en fin de match, Chicharito a exprimé toute rage pour marquer. Il faut bien sûr dire que le Mexicain est ressorti du fond de la cage des Blues, en se mettant hors jeu qui ne fut pas sifflé.
Dans le match, on a vu un grand Ramires, remarquable joueur pas assez fêté. Hazard, Oscar, ont été bons. Mata a marqué un coup franc génial. L’Espagnol a la même intelligence que Xavi, Iniesta et Fabregas.
L’entraîneur de Chelsea, Di Matteo, a eu la très grande courtoisie de serrer la main de Sir Ferguson à la fin du match. L’Italien n’a pas manifesté de mécontement alors qu’il avait toutes les raisons d’en afficher.
Je n’entre pas dans la polémique stérile des fans qui campent chacun de leur côté avec un regard d’aveugle.
MU a pris trois points grâce à la médiocrité arbitrale. Il est bien sûr arrivé souvent le contraire dans d’autres matchs.
Un mot sur van Persie. Le fait qu’il soit tant marqué par son passage à Arsenal s’estompe dans mon esprit.
Il doit encore faire un effort pour être plus collectif. Le fait de faire la décision tout seul à Arsenal lui a donné la mauvaise habitude de parfois frapper au but alors que la passe s’impose.
Je n’aimerais pas être un fan d’Arsenal. Voir van Persie à MU c’est comme si Rooney jouait à Arsenal. De quoi l’avoir très mauvaise !
Arsenal va venir à Old Trafford le week-end prochain. L’affiche a perdu considérablement de son intensité. Dommage mais au coup d’envoi, les émotions d’antan reviendront.
D’ici là, Chelsea et MU vont se retrouver en Coupe de la Ligue, encore à Londres. J’espère que Sir Ferguson va cette fois aligner les “coiffeurs". J’en suis même certain.

Manchester United
De Gea/ (8) Plusieurs arrêts décisifs. N’a pas 9 parce qu’il a raté un dégagement
Rafael (6) Tranchant
Evra © (5) Moins percutant que d’habitude
Ferdinand (6) Correct
Evans/ (5) Une grave absence de concentration
Valencia (7) Toujours autant collectif. Nani devrait s’en inspirer
Carrick (6) Moins imperméable que d’habitude
Young (5) A apporté sa vitesse
Cleverley/ (5) Inconstant mentalement. Puis (64e) Chicharito (7) Toujours aussi malin
Rooney.(5) A offert le premier but aux Blues en provoquant un coup franc qui ne s’imposait pas. Ce geste assombri sa performance. Puis (73e) Giggs (Non noté)
Van Persie (7) L’anti Berbatov frappe sans avoir besoin de tricoter avant
Sur le banc:
Lindegaard, Anderson, Nani, Scholes, Welbeck
Coach: Sir Alex Ferguson (8) Bon coaching

Classement
1 Chelsea 22 points 9 matchs/ + 12
2 Man United 21 points 9 matchs/ + 11
3 Man City 21 points 9 matchs/ + 9

[Post dédié à Zola-Lampard]

Permalien 12:14:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Le derby de Liverpool avant le choc Chelsea-Red Devils

Fantastiques images souvenirs d’un concert des gars de Liverpool à Manchester. J’étais trop jeune à l’éclosion du rock. J’appartiens à la génération des Beatles qui ont révolutionné le monde comme l’avaient fait avant eux les dadaïstes. Les fans des Stones ont bien de la chance de pouvoir encore voir leur groupe favori en concert. J’ai toujours aimé la fraîcheur des Beatles, ils avaient de l’humour en plus.

28 Octobre Premier League
Everton-Liverpool, 14 h 30
Chelsea-MAN UNITED, 17 h

Ce dimanche 28 octobre 2012, deux grands matchs sont au programme en Premier League. Vous savez que je ne traite quasiment jamais de la L1. Maintenant qu’ils ont pris le risque de nous montrer le football anglais comment voulez-vous regarder le foot français, d’un ennui à couper au couteau. Les Français n’ont que Z. Ibrahimovic à la bouche alors qu’en Premier League nous avons tant de grands joueurs sur la pelouse. Ibrahimovic s’amuse bien en France tant le niveau a baissé
Le derby de Liverpool entre Everton et les Reds est toujours un grand moment. Cette édition-là, Everton est favori.
Le match à lieu à Everton, l’ancien fief de Wayne Rooney. Everton joue très bien depuis que le club est entraîné par David Moyes, superbe coach que Sir Everton a longtemps annoncé comme étant son possible successeur à Man United. Les deux amis sont très proches même si Moyes a fait très mal à MU l’an passé en venant prendre un point à Old Trafford, un point qui a manqué en fin de saison à MU… En effet, avec un point de plus, MU aurait remporté le championnat devant Man City. Les deux Ecossais se respectent l’un, l’autre. Je rappelle que les joueurs des deux équipes n’ont pas le droit de faire des signes aux fans afin de ne pas les énerver.
Après ce derby, on aura droit à l’affiche du week-end entre Chelsea et MU. Là nous devrions voir une âpre bataille au milieu de terrain. Gros match en vue. Je ne peux me prononcer sur le score. Sir Ferguson change trop souvent de onze de départ. J’espère voir ensemble sur la pelouse: Rafael, Ferdinand, Carrick, Scholes, Valencia, Rooney, Chicharito et van Persie.

RESULTATS:
Everton 2-2 Liverpool

Les deux autres matchs à venir de MU:
31 Octobre League Cup/ Chelsea-MAN UNITED, 20 h 45
03 Novembre Premier League/ MAN UNITED-Arsenal, 13 h 45

26.10.12

Permalien 21:00:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Oeuvres, Max Jacob (Quarto/ Gallimard)

1825. On dirait une date mais il s’agit en fait du nombre de pages. Le tout pour moins de 30 euros. Qualité/ Prix on ne peut pas faire mieux. Pour être un événement, cela en est un. Vraiment. Ce n’est pas sans émotion que l’on voit puis tient dans les bras le gros volume de la collection Quarto qui est disons-le une collection Pléiade bis et un parking pour auteurs de second rayon. Max Jacob (1876-1944) est un écrivain très important. Tout comme Apollinaire, Reverdy et Cendrars, il a ouvert la tête à la jeunesse, dans le sens que tous les quatre ont montré la voie de la liberté absolue. Il y avait aussi Jean Cocteau mais la nouvelle génération conduite par les Mousquetaires du surréalisme, le trio Aragon-Breton-Soupault par ordre alphabétique, considérait Cocteau plutôt comme un caméléon qui savait très bien utiliser les idées des autres. Les jeunes loups ne reconnaissaient vraiment des qualités d’innovateurs qu’à Apollinaire et Reverdy. Cendrars, lui, était l’incarnation de la poésie du vécu. Quant à Jacob, c’est plutôt une seconde vague de jeunes qui l’ont placé au pinacle. Chez la plus jeune fille de Philippe Soupault, Edmond Jabès m’a certifié qu’il devait tout à Max Jacob.
C’est la première fois que les textes majeurs de Max Jacob sont réunis en un seul volume : poèmes, récits, romans, contes et aphorismes. Il y a bien sûr Le Cornet à dès. Si nous ne devions lire qu’un livre de lui, on choisirait celui-ci. An fait, il s’agit de l’anthologie de ses textes écrits entre 1904-1914. Des poèmes en prose qui résistent au temps parce qu’ils sont justement hors du temps. En ouverture, Antonio Rodriguez (avec Patricia Sustrac qui signe la vidéo ci-dessus) signe les repères biographiques avec tous les temps forts jusqu’à sa mort à Drancy dès suite d’une pneumonie. Les Allemands furent sans pitié pour le Juif devenu Catholique. Cocteau essaya de le faire libérer, en vain.
L’ouvrage comporte des photos, des dessins (Max Jacob était lui-même peintre), des documents en fac-similés. Ce livre est à picorer. A ouvrir au hasard comme un dictionnaire. On commence à lire et on tire le fil sans se lasser. Jacob est un écrivain qui se promenait sur sa ligne. Il a traversé la vie comme si c’était un songe. Il ne s’est pas ménagé. Il a eu une période de drogue qui aurait pu le tuer, respirant de l’éther de manière démentielle. C’est à ce moment-là qu’il a eu sa révélation :
« Il y avait sur mon mur un Hôte. Je tombai à genoux, mes yeux s’emplirent de larmes soudaines. Un ineffable bien-être descendit sur moi, je restai immobile, sans comprendre (…) J’eus instantanément la notion que je n’avais jamais été qu’un animal, que je devenais un homme. Un animal timide. Un homme libre. Instantanément aussi, dès que mes yeux eurent rencontré l’Etre Ineffable, je me sentis déshabillé de ma chair humaine, et deux mots seulement m’emplissaient : MOURIR, NAITRE ». (Récit de ma conversion) A 33 ans, cette vision va le transformer. Est-ce la drogue ? Au cours de cet automne, suite à ce 22 septembre 1909, il va avoir d’autres visions. Picasso croit qu’il est sincère. Pendant deux mois, Max Jacob dit qu’il a dialogué avec des anges, telle le frère inventé de Jeanne d’Arc. Un homme d’église le prend aussitôt pour un charlatan ! Son baptême n’aura lieu que le 18 février 1915 avec Picasso pour parrain. Il fait le même jour sa communion. De saint Pierre deux coups.
Si vous passez rue Ravignan, à Montmartre, pensez qu’un grand poète a vécu dans ce quartier qu’il a contribué à rendre célèbre dans le monde entier. Aujourd’hui, on parle beaucoup de Picasso, de Modigliani mais les poètes furent les premiers admirateurs des peintres.

-Œuvres
De Max Jacob
Edition établie, présentée et annotée par Antonio Rodriguez
Préface de Guy Goffette
Quarto/Gallimard, 1825 p, 29,50 €

25.10.12

Permalien 17:35:10, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Gallimard censure le passage d'un livre de Daniel Bougnoux sur Aragon

Philippe Soupault parle ici de Dada. Censurer un texte sur Aragon en 2012, presque cent ans après la création de Dada en 1916, est un acte anti dadaïste !

Situation kafkaïenne: les éditions Gallimard ont été conduites à censurer le passage d’un livre sur Aragon alors que l’auteur du livre censuré, Daniel Bougnoux, est depuis 1997, le directeur de la publication des Œuvres complètes d’Aragon dans la “Bibliothèque de la Pléiade”, dont le cinquième tome vient de paraître.
Le titre du livre de Daniel Bougnoux est un clin d’oeil à La confusion des sentiments de Stefan Zweig: Aragon, la confusion des genres. Dans ce cas précis c’est une allusion à la conjugaison masculin-féminin.
Le passage interdit est bien sûr visible sur le net. Il suffit de le demander pour être servi. Et comme toujours la censure fait beaucoup de publicité au livre visé. Il y a au moins un aspect positif à la censure !
Que raconte le passage expurgé?
Un épisode plutôt amusant où l’on voit Aragon qui voulait avoir une aventure sensuelle dirons-nous avec l’auteur du livre désormais entouré de souffre. Bien sûr, on ne peut s’empêcher de penser à l’hôtel américain qui a fait la une ces derniers temps, au détail près que dans le cas d’Aragon il s’agissait de deux hommes.
Qui a fait interdire ce passage ?
Le légataire testamentaire.
Pourquoi ?
Je ne suis pas à sa place.
Quand je suis arrivé à Paris en 1974, j’ai eu envie de rencontrer des écrivains de grand calibre.
Je suis devenu ami avec Emmanuel Berl qui n’a jamais essayé de coucher avec moi.
Berl m’a dit qu’il pouvait téléphoner à Aragon, Malraux, Morand et Sartre pour que je ne me contente pas de lui.
J’ai réfusé catégoriquement. (Camus ou Jean Prévost, j’aurais oui, tout de suite. Pour parler football… Hélas, ils étaient morts.)
Aucun des quatre ne me donnait envie d’aller chez eux. Je les avais lus. Cela me suffisait.
Ensuite je suis devenu ami avec Philippe Soupault qui n’a jamais essayé de coucher avec moi.
Soupault m’a demandé si je voulais aller voir Michaux. Je n’ai pas voulu. Beckett j’aurais bien aimé mais on ne pouvait pas le joindre à l’inverse de Soupault qui était dans l’annuaire pour aider les réfugiés politiques au cas où…
J’aimais Berl et Soupault car ils n’avaient pas de disciples autour d’eux.
Antoine Vitez m’a aussi beaucoup parlé d’Aragon, me donnant une autre éclairage que celui de Philippe Soupault.
Est-ce choquant de censurer un passage d’un livre sur Aragon ?
Oui. Cela signifie que l’éditeur d’Aragon craint son légataire testamentaire.
Aragon fit les 400 coups avec Breton et Soupault à l’époque Dada où ils massacrèrent les aînés à commencer par Anatole France et Maurice Barrès. Ils ont dit et écrit sur eux des mots beaucoup plus terribles que ceux de 2012.
D’un autre côté cette censure rappelle que Louis Aragon était communiste… Soit adepte d’une idéologie qui a fait de la censure son pain quotidien. Un communiste qui logeait dans une annexe du Premier ministre de la République française.
Au niveau littéraire, Aragon est un géant de l’Histoire des Lettres. Il n’y a aucun doute.
Sa langue est une merveille. Il est très difficile d’écrire d’une manière aussi simple et profonde.
Je suis lecteur de son oeuvre parfois incomprise. Quand il a écrit; “Il n’y a pas d’amour heureux” cela ne signifie pas que tous les amours sont tristes. Loin de là. Il a simplement écrit ce texte quand il était heureux… sous les bombes. C’est parce qu’il y avait la guerre qu’il ne pouvait pas être heureux. Cela n’avait rien à voir avec les sentiments.
PS: j’ai écrit ce post sans avoir lu le livre de Daniel Bougnoux.[Voir la chronique mise en ligne plus bas quelques jours après.] J’apporte tout mon soutien à Daniel Bougnoux. Je suis contre la censure et pour l’auto censure car on ne doit pas écrire n’importe quoi et surtout pas sous pseudonyme comme le font les internautes qui ne consacrent pas leur vie à la littérature.

A lire: l’importante interview de Daniel Bougnoux:
http://www.nonfiction.fr/article-6179-censure_chez_gallimard_autour_daragon_daniel_bougnoux_sexplique.htm
A lire aussi les deux liens dessous l’interview dont celui du post de Pierre Assouline
http://passouline.blog.lemonde.fr/2012/10/23/effet-collateral-de-la-confusion-des-genres-en-aragon/

[Post dédié à Hugo Ball]

_________________________________________
-Aragon, la confusion des genres
de Daniel Bougnoux
Gallimard/ L’un et l’autre, 203 p., 19, 90 €

Le livre de Daniel Bougnoux est un hymne au talent de Louis Aragon qui est étincelant. Avec François Mauriac, il reste l’un des plus beaux stylistes français du XXe siècle: la limpidité est le plus difficile à obtenir. Cela paraît facile mais c’est très difficile à obtenir, il faut l’accord parfait avec la main et le cerveau. Daniel Bougnoux partage aussi mon avis: si Aragon a tant verser dans le mensonge, dans le mentir-vrai, dans le camouflage de ses différents moi (s) c’est qu’il avait des circonstances atténuantes. Ecoutez plutôt… Il est né d’un amour illicite entre un préfet de police (Andrieux) qui l’a déclaré sous un faux nom (Aragon,) et une jeune femme qui se fit longtemps passer pour la soeur de son fils pendant que la grand-mère jouait le rôle de la maman. Cela fait beaucoup, n’est-ce pas ? Daniel Bougnoux scrute tout ce que l’on sait de Louis Aragon pour éclairer les différentes facettes de son identité. Il parle aussi beaucoup d’André Breton, rappelant que ce dernier dans sa jeunesse avait condamné le journalisme, activité qu’il trouvait dégradante littérairement, c’est pour cette raison que les dadaîstes/surréalistes se déchaînèrent contre Philippe Soupault qui lui avait choisi d’être reporter pour être payé à faire le tour du monde. Soupault était totalement autonome alors que Breton et Aragon étaient au service de Jacques Doucet qui les payait pour qu’ils lui ramènent des manuscrits à acheter. Breton a toute sa vie acheté et vendu des tableaux. Voilà pourquoi j’ai bien rigolé quand au moment de la vente de la collection Breton, ses disciples actuels ont hurlé qu’il était inadmissible qu’on vende les trésors de Breton qui était au-dessus des basses transactions financières! Je précise que Breton était de la génération qui n’a pas eu droit au chômage et à la Sécurité sociale. Soupault m’a expliqué que Breton et Aragon lui en voulaient d’avoir redécouvert Lautréamont avant eux. De surcroît, Soupault ne voulait pas s’affilier au PCF. Breton et Soupault étaient très liés à la fin des années 1910 qand Aragon était encore mobilisé. La preuve ? Ils ont écrits “Les Champs magnétiques", sans Aragon… qui a salué avec admration l’entreprise de ses amis. La vie les a séparés mais l’Histoire littéraire doit les réunir car ils furent de très grands amis, tous les trois. Qui ne connaît pas bien Aragon, doit lire le livre de Daniel Bougnoux. Qui croit le connaître bien, aussi. Qui le connaît mal, encore plus.

Manchester Uniter va affronter 3 fois Londres en une semaine

Pendant que la L1 pratique le football onaniste avec Ibrahimovic, la Premier League a toujours autant d’étoiles sur sur ses pelouses.

28 Octobre Premier League/ Chelsea-MAN UNITED, 17 h
31 Octobre League Cup/ Chelsea-MAN UNITED, 20 h 45
03 Novembre Premier League/ MAN UNITED-Arsenal, 13 h 45

Sacré programme pour les Reds Devils.
“Chicharito me fait réfléchir” a déclaré Sir Ferguson qui n’est pas resté de marbre devant la grande prestation de Chicharito en Champions League. En effet, le Mexicain a fait gagner MU 3-2 alors que ses coéquipiers étaient en très mauvaise posture à un moment donné du match contre Braga: les visiteurs étaient parvenus à mener 0-2.
L’Ecossais: “J’avoue ne plus savoir comment faire avec Rooney, van Persie, Welbeck et CHicharito qui me donnent tous entière satisfaction".
Avec les trois gros matchs qui arrivent, il n’aura pas assez de quatre attaquants qui sont tous exceptionnels dans leur genre spécifique.
Rooney est un battant qui sait attaquer et défendre, capable d’inscrire des buts comme de délivrer du caviar à la louche.
Van Persie est un buteur régulier, en mesure aussi d’être collectif quand il le veut.
Chicharito est un joueur explosif, extraordinaire de la tête, bon des deux pieds.
Welbeck est un agitateur d’espace qui sait aller gratter des ballons au mileu de terrain pour relancer la Maison rouge.
Le premier duel Chelses-MU va permettre à l’un des deux clubs de dire à l’autre: “Vous n’avez pas encore gagner le titre. Faudra compter sur nous…”
Le second choc avec les Bleus aura lieu en C1 et toujours à Londres.
La troisième confrontation avec la capitale se déroulera à Old Trafford, face à Arsenal qui s’affaiblit d’année en année parce que les dirigeants vendent les meilleurs joueurs tous bonifiés par Arsène Wenger.
Après son grand match en C1, Chicharito est donné partant pour être titulaire à Stamford Bridge lors de la rencontre de Premier League.
-"On connaissait l’importance de ce match, mais on a mal démarré en encaissant deux buts chez nous. Heureusement on a marqué trois buts et maintenant on peut déjà penser au match suivant qui est à nouveau très important, contre Chelsea", a affirmé Javier Hernandez alias Chicharito.
-"Non, je n’ai rien à prouver. J’ai toujours dit que je prenais du plaisir ici. Je suis prêt depuis le début de la saison et quand le coach me donne ma chance, je dois faire de mon mieux. Si je marque, tant mieux. Dans le cas contraire, c’est la victoire de l’équipe qui compte. La meilleure formation est une question pour l’entraîneur. En tant que joueur, je dois faire de mon mieux sur le terrain. Peu importe le poste auquel j’évolue ou quelle formation il met en place. En tant que joueurs, on doit suivre les consignes du coach. Le plus important, c’est d’avoir pris les trois points et non pas de savoir qui sont les héros.”
On peut dire que ce discours est un speech passe-partout. On peut dire aussi qu’il s’agit de paroles prononcées par un grand professionnel qui est très bien élevé. Chicharito a ses plus belles années de joueur devant lui.

PS: à noter le 28 octobre 14 h 30, le derby Everton-Liverpool

Le Clos du Maréchal, de Jean Vigreux (PUF)

Ce livre manquait à l’appel des travaux sur Vichy. Le professeur d’Histoire contemporaine Jean Vigreux nous le donne enfin avec sa multiple toile de fond : collaborationniste, vichyssoise, vichyste, économique, sociale, maréchaliste, agraire… Si on avait eu vent de cette offrande viticole au Maréchal Pétain, on ne savait pas trop sur quel pied danser. Dorénavant, on n’ignore plus rien grâce à Jean Vigreux qui nous livre tout ce qu’il a trouvé avec force précision. Beaune, situé au cœur du vignoble bourguignon, est un haut lieu de la gastronomie dont les habitants les plus anciens n’aiment pas rappeler l’existence du “Clos du Maréchal Pétain", créé au cours des années d’Occupation lorsqu’une partie des Hospices de Beaune, tenues par les sœurs, a été cédé en 1942 au chef de l’Etat français.
Les notables de Beaune ont fait du zèle parce que depuis l’entre-deux-guerres, leur ville (16 161 habitants au recensement de 1936) était concurrencée par Dijon. Le 17 juin 1940, les Allemands entrèrent dans Beaune et par conséquent la sous-préfecture de la Côte-d’Or se retrouva ainsi en zone occupée. « La ville va partager largement la politique de Vichy et s’adapter aux troupes d’occupation. » Toutefois un foyer actif de résistance dirigé par le socialiste Jean Bouhey s’est mis en place dans la petite ville. Faire don du “Clos du Maréchal Pétain” au principal intéressé va dans le sens du culte de l’ancien chef de 1914-1918 qui cultive le mythe du « maréchal-paysan ». Dans l’un des deux seuls discours qu’il a écrits pour Philippe Pétain, Emmanuel Berl lui fait dire : « La terre, elle, ne ment pas». Le vin non plus, mais ce qui boivent, oui. Après guerre, personne ne parla plus de cette cuvée, puisque « le refoulement » de Vichy et au programme jusqu’aux années 1970.
Robert Paxton puis Le Chagrin et la pitié ont démontré que Vichy avait fait beaucoup plus que les Nazis avaient demandé. L’ORTF, aux mains du gouvernement, refusait de diffuser le film de Marcel Ophuls. On sait que de Gaulle avait souhaité que la classe politique dominante aille dans le sens de l’apaisement entre les Français et surtout pas dans l’opposition des clivages. Le général avait le souci de pacifier les rapports entre les Français. La génération suivante fera le contraire. Quarante ans après les faits, on voulait savoir. Le Chagrin et la pitié a été diffusé à la télé sous la présidence Mitterrand, résistant ancien porteur de la Francisque… Il a fallu attendre cinquante ans pour que le Président Chirac reconnaisse la responsabilité de l’Etat français dans la politique de Vichy. Mitterrand lui estimait que la France d’alors, n’étant plus républicaine, ce n’était pas tout à fait la France. Pendant longtemps, il ne s’est pas opposé à ce que l’on fleurisse la tombe de Pétain. Dans son étude, Jean Vigreux démontre bien que les Vichystes étaient un clan plein d’aigris qui se vengeaient du Front Populaire.
Le Maréchal recevait une caisse par mois de trente bouteilles. Jusqu’en 1944, plusieurs centaines de bouteilles sont arrivées à l’Hôtel du Parc. Sur les caisses, il y avait l’inscription de l’expéditeur: « Envoi des Hospices de Beaune. Cuvée des Dames Hospitalières ». Destinataire : « Monsieur le Maréchal Pétain, Chef de l’Etat. Vichy. » Sur l’un des colis, une main rajouta à la main : « Franckreich ». (sic) Cela déclencha une enquête pour retrouver qui était l’auteur de cette « offense ». Le clos Pétain était-il un bon vin ? Sans doute, oui. Un rouge sang mais ses vapeurs nazies ne sont que mentales. Il en reste quelques bouteilles du grand cru des années de guerre chez des collectionneurs qui se gardent de les mettre en salle des ventes.

-Le Clos du Maréchal Pétain
De Jean Vigreux
PUF, 162 p., 17 €

24.10.12

Permalien 17:30:08, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Le Tour de France centenaire 2013 passe par NICE.

Pourquoi condamner Armstrong toujours contrôlé négatif quand Fausto Coppi reste une icône alors qu’il disait utiliser “la bomba” ?

Voici les étapes du Tour de France 2013 qui partira de Corse:
29 juin: 1re étape Porto-Vecchio - Bastia, 212 km
30 juin: 2e étape Bastia - Ajaccio, 154 km
1er juillet: 3e étape Ajaccio - Calvi, 145 km
2 juillet: 4e étape NICE - NICE, 25 km (contre-la-montre par équipes)
3 juillet: 5e étape Cagnes-sur-Mer - Marseille, 219 km
4 juillet: 6e étape Aix-en-Provence - Montpellier, 176 km
5 juillet: 7e étape Montpellier - Albi, 205 km
6 juillet: 8e étape Castres - Ax-3 Domaines, 194 km
7 juillet: 9e étape Saint-Girons - Bagnères-de-Bigorre, 165 km
8 juillet: repos à Saint-Nazaire
9 juillet: 10e étape Saint-Gildas-des-Bois - Saint-Malo, 193 km
10 juillet: 11e étape Avranches - Mont-Saint-Michel, 33 km (contre-la-montre individuel)
11 juillet: 12e étape Fougères - Tours, 218 km
12 juillet: 13e étape Tours - Saint-Amand-Montrond, 173 km
13 juillet: 14e étape Saint-Pourçain-sur-Sioule - Lyon, 191 km
14 juillet: 15e étape Givors - Mont Ventoux, 242 km
15 juillet: repos dans le Vaucluse
16 juillet: 16e étape Vaison-la-Romaine - Gap, 168 km
17 juillet: 17e étape Embrun - Chorges, 32 km (contre-la-montre individuel)
18 juillet: 18e étape Gap - Alpe d’Huez, 168 km
19 juillet: 19e étape Bourg-d’Oisans - Le Grand-Bornand, 204 km
20 juillet: 20e étape Annecy - Annecy-Semnoz, 125 km
21 juillet: 21e étape Versailles - Paris Champs-Elysées, 118 km

Après les trois étapes disputées en Corse- du jamais vu - le 100e Tour de France fera une halte à Nice.Quel dommage que Louis Nucéra ne soit plus parmi nous ! Il serait content de voir le Tour repasser par Nice.
Alors qu’on traîne Lance Armstrong dans la boue- pour ne pas dire autre chose- on apprend que le 100e Tour aura aussi droit à une étape de nuit sur les Champs-Elysées. Pour la première fois, l’arrivée à Paris se déroulera en effet en soirée.
Le plus incroyable sera la 18e étape avec une double ascension de l’Alpe d’Huez le 18 juillet.
D’un côté on combat le dopage- disent-ils- et de l’autre on demande aux “forçats de la route” des efforts surhumains. Je rappelle que jadis le réglement du Tour spécifiait que les produits dopants étaient à la charge des participants !
Le tracé de ce Tour de France 2013 fera date avec ses grandes étapes de montagne.
Concernant la chasse à l’homme déclenchée sur Lance Armstrong, une grande voix s’est élevée. De fait, Miguel Indurain rappelle que Lance Armstrong n’a jamais été contrôlé positif en course.
Ce qu’ils font à Lance Armstrong est inadmissible. On le traite comme on ne traite pas certains tueurs.
On le met plus bas que terre. Les médias le désignent comme s’il était un Al Capone du vélo.
Toute cette haine déversée sur lui est grotesque et grave.
On le désigne tricheur, voyou, parrain, drogué, imposteur…
“Ils” se fabriquent une nouvelle image morale sur le dos de celui qui a vaincu le Tourmalet et le cancer.
Les ignares n’y connaissent rien. Ils pensent qu’il suffit de boire la potion magique d’Astérix pour gagner la Grande Boucle.

Foot people: après Ginola et M'Pokora, Usain Bold pourrait jouer avec MU

Bolt aime tant Man U qu’il a gardé contact avec C. Ronaldo qui joue désormais au Real Madrid. Le sprinteur espère jouer à MU qui n’est quand même pas une maison de retraite malgrè la présence des anciens Scholes et Giggs…

“J’adore jouer au foot, j’ai disputé des matches caritatifs et c’est quelque chose que je pense vraiment essayer et je crois qu’après les J.O.2016 je prendrai ma retraite simplement et je verrai si je suis bon au foot. Je crois que je serai footballeur ensuite. Cela dépend de la façon dont je vais gérer ces quatre ans. Je crois que si je passe tout ce temps sans m’entraîner si durement, sans mettre tant de pression sur mon corps, je peux gérer ces années. La vérité est que je ne suis pas préoccupé", a déclaré Bolt lors d’une conférence de presse dans la ville hôte des prochains J.O., Rio de Janeiro
On sait que le Jamaïcain de 26 ans est un authentique supporter du club anglais Manchester United, dans lequel il aimerait jouer mais aucun footballeur n’a commencé sa carrière à 30 ans ! C’est plutôt l’âge de la retraite. En 2016, il est fort probable - mais on ne sait jamais- que Sir Ferguson ne soit plus l’entraîneur de Man United. L’actuel double champion olympique en titre du 100 m, du 200 m et du 4 x 100 m a répété qu’aux JO-2016, il visait le “triple triplé".
Il n’est pas impossible que le Jamaicain évolue sous le maillot de Manchester United dans le cadre d’un match caritatif. “C’est intéressant qu’il ait dit qu’il aimerait jouer dans un match caritatif, affirmait il y a un mois Sir Alex Ferguson. Cela pourrait être génial, et l’année prochaine nous jouerons contre une sélection d’ancienne gloires du Real Madrid, cela pourrait constituer une bonne occasion de voir ce dont il est capable".
Ce match Man U-Real Madrid est prévu le 3 juin 2013 à Old Trafford, en plein milieu de la saison d’athlétisme de la Diamond League.
Fan de Man U depuis son jeune âge, l’homme aux six médailles d’or a déjà assisté à plusieurs rencontres de MU, et il fut même l’invité d’honneur lors de la rencontre face à Fulham (3-2) le 25 août 2012. Bolt a reçu en public un maillot de Manchester United floqué 9.63 (son temps en finale du 100 mètres à Londres 2012). Il est donc probable de voir le sprinter sur la pelouse d’Old Trafford pour jouer avec Cantona contre Zidane!
A Monaco août 2011, Sir Alex Ferguson avait déjà fait jouer Ginola et M’Pokora dans un match avec une pâle équipe de Man United qui avait perdu 2-8 contre l’OM. Ce jour-là ce fut un piètre spectacle. La seule consolation fut que l’écusson de MU n’était pas sur le maillot. Le match était pour une bonne cause. Cela n’obligeait pas de riduliser MU. Bolt doit être plus près de Bebe que de Scholes.

Le sauveur de Man United, Chicharito, a démontré à Sir Ferguson qu'il devait jouer plus souvent

Champions League 2012-2013
Manchester United 3-2 Sporting Braga
Buts pour MU: Chicharito (25e, 75e), Evans (62e)
Buts pour Braga: Alan (2e, 20e)

MANCHESTER UNITED :
De Gea/
Rafael, Carrick, Evans, Büttner/
Kagawa puis (45e) Nani, Fletcher, Cleverley, Rooney/
Chicharito puis (80e) Giggs, Van Persie.

Ayant laissé au repos Evra et Ferdinand, Sir Ferguson s’est donné des sueurs froides jusqu’à l’égalisation des Red Devils menés 0-2 pendant plus de 20 minutes. Le grand homme du match fut Chicharito auteur d’un triplé- l’arbitre a refusé un but valable au Mexicain. Le coach de MU a aligné le Mexicain car celui-ci commence à trouver le temps long vu que van Persie lui a pris sa place sur le terrain. Chicharito est un joueur fantastique. C’est l’avenir immédiat de Man U. Cela serait une très grave erreur de le laisser partir, par exemple au Real Madrid. Plus qu’une erreur, une faute. Si Sir Ferguson a fait venir Chicharito à MU c’est qu’il lui plaisait. Un transfert qui n’a coûté que 7 M€. Quelle affaire ! Il n’y a pas de raison de le transférer. Cela énerverait tous les fans de MU de voir Chicharito jouer avec C. Ronaldo au Real Madrid alors qu’ils veulent le voir jouer avec Rooney ! Chicharito s’est adapté à la vitesse grand V à MU tout comme Valencia. Nani et Anderson,eux, n’ont pas su se fondre si vite dans le collectif de MU. Van Persie lui aussi s’est bien adapté même s’il est encore parfois très personnel dans la surface de réparation. Chicharito est fait pour Old Trafford. C’est un battant très spectaculaire.

Autres résultats:
FC Nordsjælland 1 -1 Juventus Turin
Shakhtar Donetsk 2 -1 Chelsea
BATE Borisov 0 -3 Valence
Lille 0-1 Bayern Munich
FC Barcelone 2-1 Celtic Glasgow
Galatasaray 1-1 CFR 1907 Cluj
Spartak Moscou 2-1 Benfica

23.10.12

Permalien 16:07:10, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Jim Morrison, de Jean-Yves Reuzeau (Folio/Gallimard )

La voix, la présence, les textes de Jim Morrison appartiennent à l’Histoire de la musique du XXe. Beaucoup d’imitateurs mais il reste inégalable. Hendrix, Lennon, et l’inoubliable Morrison ne cessent pas de nous hanter. Ce n’est pas tous les jours que l’on fait face à d’aussi grands talents.

Déjà auteur d’un livre sur Janis Joplin, Jean-Yves Reuzeau publie un nouvel ouvrage sur Jim Morrison (1943-1971) dans la désormais célèbre collection de biographies inédites en édition de poches Folio/Gallimard qui fait pendant à son premier travail sur le chanteur des Doors de 1993 que le Castor Astral réédite. Autant la biographie est de facture classique hyper documentée autant sa rêverie incantatoire sur l’artiste mythique va aussi à l’essentiel par le chemin de l’onirisme éveillé. Ainsi le biographe des musiciens célestes, Jean-Yves Reuzeau utilise les deux chemins possibles- le concret et l’abstrait- pour rendre hommage à un artiste qui a marqué son temps, à la fois par son talent que par sa vie qu’il a brûlé, on peut dire avec regret, puisqu’il a déclaré sur la fin : « S’il avait fallu recommencer, je crois que j’aurais choisi l’itinéraire tranquille de l’artiste qui travaille dur dans son coin ». Le mot nous est rappelé par Michka Assayas dans la préface du long poème en prose de Jean-Yves Reuzeau écrit à la première personne, comme s’il était Morrison. Le temps de l’écriture, il l’a été. Et c’est tant mieux. On s’y croirait.
La biographie inédite de Morrison (Folio/Gallimard) par Reuzeau ne révèle pas moins la face cachée du chanteur des Doors que sa rêverie à voix haute. L’expression face cachée ne convient pas bien car Morrison a passé sa vie à tout extirper de lui, au risque d’y laisser sa peau. Les non spécialistes apprendront que Morrison était le fils du plus jeune amiral de la marine américains qui ne se doutait pas que son fils était mystique au point de penser qu’il était devenu le réceptacle de l’âme d’un Indien. L’enfant n’avait que 6 ans. A 10 ans, il se mit à dévorer les livres avec un appétit insatiable : Kerouac et la Beat Generation, les philosophes grecs… Et à 17 ans, Rimbaud, Artaud et Nietzsche. Ils ne sont pas nombreux les jeunes américains qui peuvent se targuer d’avoir de pareils écrivains de chevet. A 24 ans, il commence hélas à s’habituer à la dope. Beaucoup se dirigent alors, à pas de loup, vers la mort. D’autres, non. Je songe à Eric Burdon des Animals qui est né la même année que Morrison. En 2012, Burdon chante encore ! Pour la légende c’est mieux de mourir jeune… Dès la sortie du premier album des Doors en 1967, Jim Morrison devient un sex-symbol. Les médias ont vite réalisé que le beau gosse faisait beaucoup vendre les journaux. Ils avaient déjà fait le coup avec Elvis Presley. Bien sûr les deux jeunes chanteurs jouaient beaucoup avec leur corps. Comportement langoureux qui ne sera jamais le fond de commerce de John Lennon, au temps des Beatles. La mort rodait toujours autour de Morrison. C’est toujours le cas quand on est tombé dans la drogue dure. Le 4 octobre 1970, Morrison se dénomme le « numéro 3 ». Qui sont les deux premiers ? Jimi Hendrix, mort le 18 septembre 1970 et Janis Joplin, morte le 4 octobre 1970. Morrison avait vu juste puisqu’il meurt à son tour le 3 juillet 1971, à Paris, au bout du rouleau à force d’abuser d’alcool et de produits toxiques. Depuis sa disparition, il est devenu une icône au même titre que le Che, James Dean ou Marilyn Monroe. Reuzeau restitue le mythe avec beaucoup d’affection pour Jim Morrison qu’il aime comme un grand frère.

-Jim Morrison
De Jean-Yves Reuzeau
Folio/ Gallimard,
-Jim Morrison ou les Portes de la perception
De Jean-Yves Reuzeau
Préface de Michka Assayas
Le Castor Astral, 140 p., 12 €

22.10.12

Chicharito pourrait signer à Madrid: au Real avec Ronaldo ou à l' Atletico ?

Sir Ferguson a des problèmes de riches: comment faire jouer Chicharito quand on a Rooney, van Persie et Welbeck ?

Barré pas van Persie, le Mexicain de Manchester United s’impatiente à Old Trafford et à Carrington.
Il ne voit plus son avenir parmi les Red Devils car il est dans le rôle du bouche-trou.
A MU, Sir Ferguson est passé du duo Rooney-Chicharito à van Persie-Rooney.
Et même Welbeck lui passe devant car le jeune mancunien est très défensif.
A moins de 24 ans, Chicharito trouve le temps long. Il a beaucoup à donner et ne peut pas s’exprimer comme il l’entend.
Est-ce que Ferguson va le laisser partir au mercato d’hiver ?
C’est probable à moins d’une grave blessure de Rooney et/ou van Persie.
MU souffre d’une abondance de joueurs! C’est dur à dire mais c’est la vérité.
Chicharito s’est très bien adapté à MU, parlant un anglais impeccable.
Il a vite marqué et s’attendait parfaitement avec Rooney. Son seul défaut c’est qu’il est trop souvent hors-jeu par manque d’attention, trop pressé par l’envie de marquer.
Il serait triste et dommage de le voir partir de MU qui a déjà dû se séparer de Dimitar Berbatov.
Il a beaucoup de qualités: rapide, intelligent, technique, adroit, courageux, volontaire, malin…
José Mourinho l’a depuis longtemps sur ses tablettes: si le Mexicain signe au Real Madrid, Karim Benzema a beaucoup de soucis à se faire. Je suis persuadé qu’une association C. Ronaldo-Hernandez serait fantastique. On peut voir Ronaldo-Hernandez d’ici peu, à défaut de voir Rooney-Hernandez car il existe un axe Real Madrid-Man United.
L’Atletico Madrid est aussi intéressé par la venue de Chicharito dans le but de remplacer Falcao au cas où.
On parle aussi de Lyon mais Chicharito a d’autres ambitions que d’échouer dans le championnat français qui n’est plus que la cours de récréation d’Ibrahimovic.

L’attaquant international Javier Hernandez dit Chicharito est né le 1er juin 1988 à Guadalajara (Mexique)
Nombre de matchs avec Man U: 88. Buts: 33
A signé à MU le 1er juillet 2010
Premier match sous le maillot de MU: 8 août 2010 contre Chelsea, finale du Community Shield

Pourquoi massacré Armstrong alors qu'on épargne Anquetil, Coppi, Lewis, Mc Enroe, Agassi, les footballeurs du calcio...?

Le 22 octobre 2012, Lance Armstrong a été suspendu à vie par l’UCI et privé de ses sept victoires sur le Tour de France. Cela doit lui faire une belle jambe, sa carrière pro est finie ! Le premier de ses sept succès remonte à 1999. Ils en ont mis du temps pour renifler son pipi… Que cherche-t-il ? A pousser Lance Armstrong au suicide ? Je me demande comment il fait à résister à ce torrent de haine qu’on lui jette dessus. Pas un jour sans qu’on assassine son passé de sportif. Comme s’il avait volé X ou Y. Un âne ne fait pas un pur-sang. J’ai encore dans l’oreille les commentaires de Robert Chapatte: “Tiens, celui-là il n’aurait pas un peu chargé la mule aujourd’hui…” Il est vrai que Chapatte était un ancien champion: il savait de quoi il parlait, lui. Hier, on n’avait Antoine Blondin. Aujourd’hui, on a des jouralistes à la peau d’hermine qui font les poubelles. Parmi ceux qui vocifèrent sur Armstrong, je me demande comment certains font à se regarder dans la glace ? Hier, ils ont gagné leur vie en suivant les courses du champion et aujourd’hui ils lui crachent au visage car c’est l’heure du lynchage. Les loups sont tous en train de mordre Lance Armstrong. Je n’en suis pas. Je conserve tout mon respect à l’Américain. Ils massacrent Lance Armstrong pendant qu’ils ferment les yeux sur le dopage dans le football. Soit on met tout sur la table soit on ne met rien. Armstrong n’a tué personne. C’est un fantastique survivant du cancer. Je rappelle des footballeurs ont été contrôlés en L1 et L2 dernièrement mais il n’y a pas de sanctions car il s’agiit d’expérimenter le contrôle. Quelle est cette justice à la tête du client ! Si on brûle Armstrong, il faut brûler les oeuvres de Sartre, Michaux, Utrillo, Faulkner, Hemingway, Hendrix, Miles Davis, Ray Charles, Charlie Parker… Si j’ai bien compris il n’y a que deux grands dopés dans l’Histoire: Maradona et Armstrong. Jacques Anquetil a dit qu’il se dopait. Personne n’a jamais songé à lui retirer le moindre de ses trophées, et sa renommée n’a jamais été aussi grande en 2012. La chasse au champion Armstrong se poursuit sans relâche alors que beaucoup d’autres grands champions qui ont parlé dopage à coeur ouvert ne sont pas devenus des proies médiatiques. Armstrong n’a jamais été contrôlé positif au terme d’une course alors que les autres champions se sont tous exprimés sur le dopage sans que cela ne porte préjudice à leur prestige. Je n’ai jamais un tel acharnement sur un sportif. Unique au monde alors que Lance Armstrong est l’un des plus grands cyclistes de tous les temps. Je persiste et signe. Ce n’est pas des Dracula (s) qui vont me faire changer d’avis.

Carl Lewis:
“En avril 2003, Wade Exum, ancien chef du programme de détection du comité olympique américain (USOC), a remis à deux journaux américains - Sports Illustrated et The Orange County Register - un dossier et des preuves attestant que Carl Lewis a été contrôlé positif à trois reprises à la pseudo-éphédrine, à l’éphédrine et à la phénylpropanolamine en 1988, lors des sélections américaines pour les Jeux olympiques. Le blanchiment de l’USOC a permis à Carl Lewis de participer aux JO de Séoul, de terminer deuxième du 100 m avant d’être déclaré champion olympique, dans la même discipline, à la suite du contrôle positif (aux stéroïdes anabolisants) de Ben Johnson. L’homme aux neuf médailles d’or olympiques n’a même pas pris la peine de démentir : « Des centaines de personnes ont été prises. Elles ont toutes été traitées de la même manière. Le contexte était différent à l’époque ». Sa ligne de défense ? Un : les produits incriminés étaient présents dans des compléments alimentaires à base d’herbes. Deux : ils n’étaient pas efficaces. Faux sur ce point : ces stimulants légers aident les sprinters à diminuer leur temps de réaction. Quant à l’argument de l’usage par inadvertance, le président de l’Agence mondiale antidopage « ne peut l’admettre : Carl Lewis n’aurait jamais dû l’évoquer » Plus largement, Dick Pound (qui fut l’avocat de Ben Johnson en 1988) accuse : « Nous sommes donc bien en présence de double standard en matière de lutte antidopage à cette époque : des règles pour les Américains et d’autres règles pour le reste de la planète » Carl Lewis aurait donc dû vraisemblablement être déclassé (comme Ben Johnson) de son titre du 100 mètres en 1988″

Jacques Anquetil:
“Jacques Anquetil a plusieurs fois été soupçonné de dopage. Dans Miroir du cyclisme d’octobre 1992, il indiquait: “Je préfère me faire une piqûre de caféine que de boire trois tasses de café qui, elles, me font mal au foie….” Dans le livre La Face cachée de L’Équipe de David Garcia, le journaliste rapporte que le champion avait dit: “Je me dope parce que tout le monde se dope (…) Bien souvent, je me suis fais des piqûres et si, maintenant, on veut m’accuser de me doper, ce n’est pas bien difficile, il suffit de regarder mes fesses et mes cuisses, ce sont de véritables écumoires".

John McEnroe:
“En janvier 2004, John McEnroe déclare dans le quotidien australien le Daily Telegraph, qu’il a été dopé « à son insu » aux stéroïdes durant sa carrière". Ses déclarations sont immédiatement étouffées.

Andre Agassi:
“Pour éviter une suspension pour dopage à la suite de ce contrôle, l’Américain, dont la carrière était alors au plus bas, a menti aux autorités sportives, notamment l’Association des joueurs de tennis professionnels (ATP). La substance en question était la méthamphétamine, une drogue synthétique qui provoque l’euphorie. Agassi explique comment il a consommé cette drogue pour la première fois, chez lui, avec la complicité de son assistant, un certain “Slim", et l’état d’euphorie qui l’a envahi ensuite. «Je ne m’étais jamais senti aussi vivant, plein d’espoir et avec autant d’énergie», précise t-il dans son autobiographie. “J’ai écris une lettre à l’ATP pour les informer que “Slim” était un consommateur régulier de drogues et qu’il mélangeait souvent la “meth” avec des sodas, ce qui était vrai. Mais j’ai ajouté que j’en avais bu un par accident. J’ai eu honte évidemment et me suis promis que ce mensonge marquait la fin de tout ça". L’ATP a décidé de classer le dossier.

Zinedine Zidane:
“Les extraits de l’audition de Zidane devant le juge italien Giuseppe Casalbore le 26 janvier 2004 sont édifiants. Il s’agissait de faire la lumière sur les soupçons de dopage à la Juve entre le juillet 1994 et septembre 1998. Les joueurs ont bénéficié de relaxes au motif que la loi antidopage votée en 2000 ne pouvait sanctionner des faits datant de 1994 à 1998.
Le juge : Vous avez pris des compléments alimentaires ?
Zidane : Oui, j’ai pris des vitamines …
J: Vous les preniez sous quelles formes, par la bouche ?
Z: Par la bouche, oui, oui …
J: Aussi sous forme de piqûre ?
Z: Oui des vitamines.
J: Vous pratiquiez aussi des transfusions ?
Z: Oui.
J: Seulement de vitamines ?
Z: Seulement de vitamines.
J: Seulement de vitamines, rien d’autre ? Pourtant vous souriez.
Z: Ah ?
J: Dites-moi un peu. Vous faisiez des transfusions d’Esafosfina ? Vous savez ce que c’est que l’Esafosfina ? Vous l’avez déclaré en 1998, je le lis ici sur le procès-verbal (…) Vous considériez cela seulement comme des vitamines.
Z: Oui(…)
J: Vous ne prenez rien d’autre ?
Z Non. A part la créatine, le fer, et (…)
J: Dites-moi, une autre phrase m’a frappé, vous aviez déclaré, lors de votre audition : « Les perfusions sont utiles, sinon, comment ferions-nous autrement pour jouer soixante-dix matchs pendant l’année ?”
En novembre 2004, Riccardo Agricola, le médecin chef de la Juventus Turin – dont Zinédine Zidane a porté le maillot de 1996 à 2001 – avait été condamné en première instance à un an et dix mois de prison pour fraude sportive et utilisation abusive et dangereuse pour la santé de médicaments en dehors de toute justification thérapeutique entre 1994 et 1998.
Dans son rapport, l’hématologue commis par le parquet de Turin avait notamment conclu que les fortes variations de paramètres sanguins observées chez certains joueurs de la « Juve », dont l’ancien capitaine de l’équipe de France, Didier Deschamps, relevaient de « l’utilisation quasi certaine de traitements pharmacologiques tels que l’érythropoïétine ou les transfusions ». Après ces révélations tardives sur Zidane, les instances de la FIFA ont décidé de faire la sourde oreille, car pour Sepp Blatter, le patron de la Fédération « le dopage serait inutile dans le football car ce sport est avant tout technique.”
Pendant le Mondial allemand, la Fédération internationale de football (FIFA) n’a pratiqué aucun contrôle sanguin pour détecter d’éventuelles transfusions. “Nous considérons la probabilité de cette pratique dans le football tellement faible que ce serait une perte de temps, d’argent et d’énergie que de faire des contrôles sanguins », explique au Monde Jiri Dvorak, le médecin chef de la FIFA".

Fausto Coppi:
Interview à la TV italienne…
TV: “Tous les coureurs prennent la Bomba (amphétamines)?
Coppi: Oui et tous ceux qui prétendent le contraire ne méritent pas que l’on parle de vélo avec eux!
TV: Vous, vous preniez de la Bomba?
Coppi: Oui! Chaque fois que c’était nécessaire.
TV: Et quand était-ce nécessaire
Coppi: Pratiquement tout le temps!”

PS: Toutes ces déclarations sont été récoltées sur le net. Inutile de vous préciser que Armstrong, Anquetil, Coppi, Lewis, Zidane, McEnroe et Agassi sont des sportifs que je classe parmi les grands champions. Comme disait le général De Gaulle: “Anquetil a fait retentir La Marseillaise!”

21.10.12

Permalien 12:33:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Le palmarès 2012 des Ecrivains Sportifs

Un petit échantillon des commentaires de Stéphane Guy. Avec Marcel Desailly, ils forment un très bon duo sur C+.

La Présidente d’honneur, Monique Berlioux, et le Président des Ecrivains Sportifs, Benoît Heimermann ont communiqué la palmarès 2012. L’Association des Ecrivains Sportifs a été fondée au début du XXe siècle par Tristan Bernard et Jean Giraudoux.

Grand Prix de Littérature Sportive- Prix Tristan Bernard
En l’absence de classement final, Tristan Garcia (Gallimard)

Prix du Document- Prix du CNOSF
1914-1918, le sport sort des tranchées, Michel Merckel (Le Pas d’Oiseau)

Prix du Beau Livre- Prix Lacoste
Mon armoire à maillots, Didier Braun (L’Equipe)

Prix de Technique et de Pédagogie sportive- Prix Marie-Thérèse Eyquem
Les Défis coopétitifs, Brigitte Coppin, Eric Habourdin et Lou Tarr (EPS)

Prix Pierre de Coubertin
Marie-Georges Bufffet

Prix de la Carrière- Prix Louis Nucéra
Pierre Cangioni

Prix du Commentateur sportif- Prix Bernard Destrumau
Stéphane Guy (Canal +)

PS: les trois premiers livres cités ont été chroniqués sur le blog dans la rubrique “Lits et ratures":

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/21/en_l_absence_de_classement_final_de_tris

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/07/06/14_18_le_sport_sort_des_tranchees_de_mic

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/19/mon_armoire_a_maillots_de_didier_braun_l

Le centenaire de la naissance du général niçois Louis Delfino: inter à l'OGCNice et héros de l'aviation pendant la Seconde Guerre Mondiale

Les petits rigolos du foot actuel qui pensent à faire la java au lieu d’honorer leur sélection en équipe de France feraient bien de penser au général Delfino qui raccrocha ses crampons- alors qu’il jouait inter dans l’équipe fanion de l’OGCNice- pour défendre la France et combattre l’ennemi dans l’aviation française. J’ai connu le héros qui venait dans l’épicerie de mon père au Col de Villefranche. Tous les deux ne s’adressaient la parole qu’en niçois. Le général était d’une simplicité foudroyante. Il souriait tout le temps. C’est là que j’ai compris que les plus grands sont les plus humbles.

Quand on parle d’aviateurs français, il ne faut pas s’arrêter à Mermoz, Guynemer, Garros ou Saint-Exupéry. Dans la galaxie des héros du ciel, nous ne devons pas oublier les deux Niçois Edouard Corniglion-Molinier (1989-1963) et Louis Delfino (1912-1968). Pupille de Nation, depuis que son père ébéniste était mort au début de la « Grande Guerre », le jeune Louis Delfino était aussi bon de la tête que des jambes. Issu d’une vieille famille niçoise, l’écolier de l’école Pierre-Sola obtint une bourse avant d’entrer au lycée Masséna.
Hyper doué pour le football, il fut recruté par l’OGCNice. Ainsi à 18 ans, le superbe inter droit intégra l’équipe fanion du Gym. Au Ray, lors de la saison 1930-1931, Louis Delfino avait entre autres pour partenaires Lombardo, Crut, Tilmont, Batmale, Boulet et Numa Andoire, le futur grand entraîneur. Ce groupe d’Aiglons, au seuil du professionnalisme, offrit au Gym sa première demi-finale de Coupe de France. Personne alors ne se doutait que l’ex gamin de Riquier, qui parlait couramment le Nissart, allait s’illustrer aux commandes de son avion frappé de son sigle personnel : deux «00» entrecroisés sur la carlingue.
En effet, le footballeur très prometteur quitta la pelouse pour les airs afin de s’engager dans l’aviation en 1933: il fut d’abord affecté dans la reconnaissance avant de rejoindre l’escadrille de la chasse juste avant la Deuxième Guerre Mondiale où il prouva une nouvelle fois son courage sans faille dans le groupe «Normandie-Niemen». Balle au pied, ou aux commandes de son Spitfire IX, Louis Delfino manifesta une très grande dextérité servie par un sang froid qui faisait l’admiration de tous. Héros de l’aviation, il a abattu plusieurs ennemis, risquant sa vie à chacune de ses sorties.
Honoré par Charles de Gaulle, Louis Delfino devint général lui-même, en 1963 A 51 ans, record de sa génération. Celui qui reste notre Aiglon le plus prestigieux de l’Histoire commanda l’état-major de la Défense aérienne. Il a toujours suivi l’évolution de l’OGCNice jusqu’à sa mort, hélas ! à 56 ans. Si Nice est aujourd’hui une ville libre c’est grâce à des hommes de la trempe de Louis Delfino.

PS: dans chaque programme de l’OGCNice j’honore les Aiglons dans “Le RAYtroviseur".

Permalien 06:35:42, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les dix noms les plus cités pour êtré honorés par l'Allianz Arena de Nice: Adams, Gonzalez, Nurenberg, Garibaldi, Masséna...

L’une des tribunes du nouveau stade de Nice, l’Allianz Riviera, pourrait s’appeler du nom du grand buteur Vic Nurenberg

Par Internet, mail ou courrier, 2386 participants ont soumis 8663 propositions. Les dix les plus formulées – représentant 45% de l’ensemble – ont été retenues par le jury composé de Christian Estrosi(Député, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur), Jean-Pierre Rivère (Président de l’OGC Nice), Gilles Veissière (Adjoint délégué aux Sports), Xavier Lortat-Jacob (Président de l’Allianz Riviera), Ange Ferracci(Président de l’Association OGC Nice) et 5 représentants de club de supporters. Tous se réuniront prochainement pour choisir les quatre noms définitifs des quatre tribunes de l’Allianz Riviera.

Dans l’ordre alphabétique, les dix noms retenus.
Liés à l’OGCNice:
-JEAN-PIERRE ADAMS: l’international français (1948) a joué au Gym de 1973 à 1977. Depuis une opération au genou, à la mi-mars 1982, il est dans le coma, sous la surveillance incessante de sa femme.
-MENAD BJEKOVIC: le Serbe a laissé un grand souvenir à Nice et en France. “C’est le plus attaquant que j’ai joué dans toute ma vie” m’a dit Dominique Rocheteau. Il marqua 85 buts en D1 entre 1976 et 1981) sous le maillot de Nice dont il fut l’entraineur de 1987 à 1989.
-CESAR HECTOR «PANCHO» GONZALEZ: le défenseur (1951-1961) a été de toutes les victoires niçoises: triple champion de France (1952, 1956, 1959) et deux coupes de France (1952 et 1954). Il fut aussi entraîneur de 1964 à 1969. Sous l’ère Rohrh, il figurait toujours dans le staff nissart.
-VICTOR NURENBERG: l’attaquant luxembourgeois (1951-1960) a contribué à doter le club de nombreux titres grâce à sa force de frappe. Dans la période moderne, c’est le meilleur buteur niçois. Il marque à l’Histoire du football français en réalisant un triplé, le 4 février 1960, en quart de finale aller de la Coupe des clubs champions, face au grand Real Madrid (3-2). Jamais auparavant un club français n’était parvenu à battre les Madrilènes.
-LE RAY: le stade Léo-Lagrange dit stade du Ray, a été l’enceinte des Aiglons de 1927 et 2012. 85 ans d’Histoire. Que veut-rire le Ray ? se demande-t-on. En nissart cela signifie “le ruisseau".
-SUD: ll s’agit de la tribune emblématique du stade du Ray.

Liés à la ville de Nice:
-GIUSEPPE GARIBALDI: le plus connu des Niçois, le général Garibaldi (1807-1882) est toujours très aimé des Niçois. Le député de Nice est l’un des «pères de la patrie» italienne.
-ANDRE MASSENA: Maréchal d’Empire, le Niçois André Masséna (1758-1810) voit son nom lié pour toujours à Napoléon et à Nice.
-MEDECIN PERE & FILS: la famille Médecin appartient à l’histoire de Nice au XXe siècle. Le père (Jean) puis le fils (Jacques) furent tous les deux maires de la ville.
-CATHERINE SEGURANE: l’héroïne niçoise du 16ème siècle s’illustra lors du siège de Nice de 1543. Elle symbolise l’identité niçoise qu’elle a défendu avec un fantastique acharnement.

J’ai participé au vote. Le mien était purement sportif:
Tribune 1: NUMA ANDOIRE, entraîneur lors du doublé 1952
Tribune 2: VIC NURENBERG, meilleur buteur de Nice depuis l’après-guerre
Tribune 3: FRANCIS ISNARD, recordman des matchs avec Nice
Tribune 4: HUGO LLORIS, capitaine de l’Equipe de France

PS: il y a un grand oublié: le général Louis Delfino, héros de 1939-1945 et ancien inter droit à l’OGCNice. Voir le post ci-dessus.

20.10.12

Permalien 18:06:23, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United et Chelsea ont géré avant leur duel

Les équipes ont changé mais l’intensité demeure. Le premier grand duel de la saison anglaise est attendu pour le week-end prochain

Manchester United 4-2 Stoke Ciy
Buts pour MU: Rooney (27e,64e), van Persie (44e), Welbeck (46e)
Buts pour Stoke: Rooney (CSC 11e), Kightly (59e)

De Gea/
Evra, Evans, Ferdinand, Rafael/
Welbeck puis (77e) Chicharito, Rooney, Valencia puis (73e) Nani, Carrick, Scholes puis(69e) Anderson/
van Persie
Sur le banc: Lindegaard, Wootton, Giggs, Powell
Coach: Sir Ferguson

RAS. Un match tranquille qui a permis de maintenir la cadence. Le niveau des visiteurs était affligeant. On se demande ce qu’un club aussi peu enthousiaste fait en Premier League: Owen y termine sa pénible fin de carrière qui s’éternise. Pas la peine de noter les joueurs de MU qui se sont faits une petite frayeur sans plus. Sir Ferguson a fait du turn over quand le match fut plié.

Résultats de Premier League
Tottenham 2-4 Chelsea
West Bromwich Albion 1-2 Man City
Norwich City 1-0 Arsenal
Swansea City 2-1 Wigan
West Ham 4-1 Southampton
Liverpool 1-0 Reading
Fulham 1- 0 Aston Villa

Permalien 12:51:49, Catégories: THE RED DEVILS  

Manchester United va jouer 6 fois à l'extérieur en un mois

Depuis la mort d’Antoine Vitez, Sir Alex Ferguson est mon metteur en scène préféré. Tous les deux sont de grands directeurs d’acteurs et ils possèdent la science de l’espace. Sans parler de leur intelligence et de leur sensibilité, hors normes.

Au cours du mois- entre le 20 octobre et le 20 novembre 2012- Manchester United va jouer 6 fois à l’extérieur sur 9 matchs disputés:
5 en Premier League dont 3 à l’extérieur
3 en Champions League dont 2 à l’extérieur
1 en League Cup à Chelsea
Man U a la particularité d’aller deux fois de suite à Chelsea en Premier League puis en League Cup.
Il y aura aussi la réception à Old Trafford d’Arsenal, le 3 novembre, mais ce match s’il reste une curiosité n’a plus l’intensité d’auparavant car Chelsea et Man City ont pris la place d’Arsenal et de Liverpool. Au niveau de l’intérêt des fans de MU c’est une certitude. Le classement entre la 3e et la 4e ?a va ?a vient.
En C1, Man U n’a aucune grosse affiche. Rien que des matchs pièges où les Red Devils auront tout à perdre.

Octobre 2012
20 Oct Premier League/ MAN UNITED-Stoke City, 16 h
23 Oct Champions League/ MAN UNITED-Braga, 20 h 45
28 Oct Premier League/ Chelsea-MAN UNITED, 17 h
31 Oct League Cup/ Chelsea-MAN UNITED, 20 h 45
Novembre 2012
03 Nov Premier League/ MAN UNITED-Arsenal, 13 h 45
07 Nov Champions League/ Braga-MAN UNITED A 19 h 45
10 Nov Premier League/ Aston Villa-MAN UNITED, 18 h 30
17 Nov Premier League/ Norwich City-MAN UNITED, 18 h 30
20 Nov Champions League/ Galatasaray-MAN UNITED, 20 h 45

19.10.12

Permalien 18:45:29, Catégories: ANTI-FOOTBALL  

Jadis Henry et Trezeguet, eux, étaient retournés en Espoirs sans créer la polémique

Faire la fête ou préparer un match, il faut choisir, sinon bonjour les dégâts: élimination, sanction, démission du coach.

J’ai entendu parler de joueurs qui faisaient la bamboche.
Sur le terrain, ils ne tiraient pas langue.
Les joueurs actuels sont vraiment des enfants mais dans le plus petits sens du terme.
Bill Clinton a dit: “Aujourd’hui si l’on fait une connerie, un quart d’heure après c’est sur le web…”
L’ancien président des Etats-Unis est bien placé pour le savoir.
Sachant cela mieux vaut filer droit. Des professionnels du football se permettent des choses que des amateurs consciencieux ne feront jamais.

Les faits extra sportifs:
Cinq espoirs de la FFF ont sans autorisation passé la nuit de samedi à dimanche, avant un match important de cette mi-octobre 2012, dans une boîte de nuit parisienne alors qu’ils étaient rassemblés au Havre. Il faut se souvenir que l’un deux, le Rennais M’vila avait déjà été “rappelé à l’ordre” par l’instance disciplinaire de la FFF le 27 juillet 2012 pour être sorti du quart de finale de l’Euro-2012 sans serrer la main de son sélectionneur de l’époque, Laurent Blanc.

Les faits sportifs:
Les Espoirs français ne se sont pas qualifiés pour l’Euro 2013 suite à l’importante défaite contre à la Norvège mardi soir (5-3)

Les conséquences:
Le sélectionneur des Espoirs Erick Mombaerts a présenté sa démission pour quitter le poste qu’il occupait depuis août 2008. Le football tricolore est à nouveau frappé pour des raisons extra sportives à l’heure du net où tout se sait. Dans l’entente des sanctions infligées par la FFF, Rennes a décidé que Yann M’Vila et Chris Mavinga ne joueront pas face à Montpellier samedi 20 septembre. Les autres joueurs sont Griezmann (Real Sociedad), Niang (AC Milan) et Ben Yedder (Toulouse).

Pour faire la fiesta et assurer derrière, il faut s’appeller Romario ou Ronaldinho.
Jadis en 1952, Numa Andoire avait donné quartier libre aux Aiglons avant la finale de la Coupe de France. “De toutes les façons vont ne dormirez pas mais demain à 12 h je veux voir tous réunis dans le hall!” Tous les Niçois ont fait ce qu’ils ont voulu la veille du match… qu’ils ont gagné 5-3 devant Bordeaux à Colombes. Il est vrai qu’à l’époque les joueurs étaient de vrais compétiteurs. Parmi eux Antoine Bonifaci.
Sans remonter aussi loin, il faut se rappeler que Thierry Henry et Trezeguet ont été renvoyés temporairement en Espoirs alors qu’ils étaient champions du monde 1998. En moins de 15 ans, les joueurs de qualités inférieurs ont pris le cigare alors que les vrais talents eux se pliaient aux règles valables pour tous.
Il faut saluer l’intelligence de Deschamps qui observe tout de loin. Le nouveau sélectionneur des A n’avait pas convoqué Yann M’Vila pour le match amical contre le Japon et le choc des qualifications pour le Mondial 2014 en Espagne alors que Rio Mavuba et Abou Diaby étaient absents…
[Post dédié à Maurice Serrus]

18.10.12

Une âme damnée, Paul Gégauff, d'Arnaud Le Guern (Pierre Guillaume de Roux)

Paul Gégauff était scénariste et acteur. On le voit ici dans Une partie de plaisir (1974)de Claude Chabrol dont il a écrit le scénario. Au cours de la scène dans le cimetière il a pour partenaire sa première femme, la comédienne et productrice exécutive Danièle Gégauff (née Rosencranz), mère de sa fille aînée. A l’écran, le personnage de Guégauff piétine à mort celle qu’il aime, sur une tombe… Dans la vie réelle, c’est sa seconde femme qui l’a massacré à coups de couteau.

Il fallait écrire la biographie de Paul Gégauff (1922-1983). C’est chose faite et bien faite. Et c’est mieux qu’une biographie universitaire écrite avec une truelle: il s’agit en fait d’un hommage, entre le réel et l’onirisme, soit la vie réelle de Gégauff. Auparavant, Eric Neuhoff avait déjà célébré le scénariste dans un livre consacré à des écorchés vifs.(Les Insoumis, Fayard, 2009) Gégauff ? Vous le connaissez sans le connaître. Il a écrit une grande quantité de scénarii : Plein Soleil (René Clément), d’innombrables Chabrol (Les Cousins, A double tour, Les Biches, Que la bête meure, Docteur Popaul…) Docteur Popaul, une histoire dingue,à la mords moi le noeud, où Belmondo s’amuse à avoir des aventures avec des femmes abominables… Les amis du scénariste étaient Maurice Ronet- l’inoubliable acteur du Feu Follet- Roger Vadim et Françoise Sagan. Il vivait à 200 à l’heure, toujours prêt à faire les 400 coups. Il a brûlé sa vie, buvant comme un polonais qui a vécu un mois dans le désert avant de vider une cave. Il finit poignardé par sa femme. Sa vie mériterait un film, et un long métrage, pas un court. C’est le moins qu’on puisse faire.
Contentons-nous pour l’instant du livre d’Arnaud Le Guern qui restitue pleinement Gégauff, un suicidé de la société moderne. « Tue-moi si tu veux mais arrête de m’emmerder… » Cela vaut le « Lilly aime-moi » de Maïakovski. Sa dernière épouse- “une Norvégienne métisée de 25 ans apprentie comédienne qui lui avait donné une petite fille- l’a trucidé de trois coups de couteau. Les coups de schlass furent donnés dans la nuit du 24 au 25 décembre 1983, en Norvège. Bonjour Maman Noël. Elle avait 25 ans et lui 61. “Neige, neige, reste en Norvège jusqu’à ce que j’apprenne le solfège” a écrit Soupault. Gégauff aurait dû se méfier: il connaissait la musique… mais la gueule du loup l’attirait. Le biographe céleste compare finement ce fait divers à ceux racontés par Félix Fénéon. Gégauff c’est un héros de Nimier à l’air libre. C’est James Dean qui serait devenu un peu vieux. Arnaud Le Guern a une plume nerveuse qui convient à l’artiste qu’il a choisi de nous livrer en totalité.
Ni de droite ni de gauche, Gégauff lisait le facho Rebatet et allait ensuite se biturer avec le coco Roger Vaillant. Gégauff avait hissé la provocation au rang des beaux arts comme Cravan, Rigaut et Vaché mais au lieu de se suicider, on l’a suicidé. Par une main de femme en plus. C’est un Mishima contrarié. Un jour de bal costumé, il s’habilla en nazi et demanda à un copain de mettre un pyjama rayé…mais ce dernier se fit porter pâle au dernier moment. Dégraissé de quelques complaisances envers des pipoles de la rive gauche actuelle, ce livre aurait pu être un chef d’œuvre, un peu comme le Nimier d’Olivier Frébourg. Croiser des médiatiques qui veulent à la fois être célèbres et maudits cela n’apporte rien. N’est pas Alain Pacadis ou Paul Guégauff qui veut. Tout le monde n’a pas le cran de jouer à la roulette russe avec l’existence. Etre presque un chef d’œuvre n’est-ce pas un beau compliment? L’important c’est qu’on voit Gégauff surgir des pages, tel l’oiseau qui s’échappe de sa cage.

-Une âme damnée, Paul Gégauff
D’Arnaud le Guern
Pierre Guillaume de Roux Editeur, 186 p., 19, 50 €

Permalien 14:08:37, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

1992-2012: THE GOLDEN GENERATION de Manchester United (Scholes, Giggs, les Neville, Butt, Beckham...)

La génération 1992 des Red Devils fête son 20e anniversaire. Sur les six historiques, il en reste trois aux clubs: Giggs et Scholes, toujours dans l’effectif. Gary Neville, lui, est ambassadeur d’honneur. Ils ont tous été formés par Sir Ferguson, au plan théorique, et par Eric Cantona, au plan pratique. Rien n’est plus beau que des jeunes sortis d’un centre de formation. Surtout quand ensuite ils s’illustrent dans l’équipe fanion. Et tout devient féérique lorsqu’ils engrangent les succès.

Palmarès de Ryan Giggs, 39 ans
Ailier gauche reconverti milieu offensif
A Manchester United depuis 1987
914 matchs, 164 buts

Ligue des champions 1999, 2008
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
Coupe intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
12 Premier League 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009 et 2011
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
3 League Cup 1992, 2006, 2009
8 Community Shield Vainqueur 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010

Palmarès de Paul Scholes, 38 ans
Milieu offensif à caractère défensif
A Manchester depuis 1991
676 matchs, 150 buts

Ligue des champions 2008
Coupe intercontinentale 1999
10 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009 et 2011
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
League Cup 2009
5 Community Shield 1996, 1997, 2003, 2008, 2010.

Palmarès de Gary Neville, 37 ans (Ambassadeur M.U.)
Défenseur latéral droit
Manchester United (1991-2011)
602 maths, 7 buts

2 Ligues des champions 1999 et 2008
Coupe du monde des clubs 2008
Coupe Intercontinentale 1999
8 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007 et 2009
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
2 League Cup 2006 et 2010
3 Community Shield 1996, 1997 et 2008.

Le palmarès de David Beckam, 37 ans (L.A. Galaxy))
Milieu offensif
Manchester United(1991-2003)
400 matchs, 87 buts

Coupe de la Ligue des champions: 1999
Coupe intercontinentale: 1999
6 Premier League: 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
2 Coupe d’Angleterre: 1996, 1999
2 Charity Shield: 1996, 1997

Palmarès de Phil Neville, 35 ans (Everton)
Défenseur/ Milieu défensif à caractère offensif
Manchester United (1990- 2005)
386 matchs, 8 buts

Ligue des Champions 1999
La Coupe intercontinentale 1999
6 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
3 Community Shield 1996, 1997 et 2003

Nicky Butt, 37 ans (South China)
Milieu défensif
Manchester United (1991-2004)
269 matchs, 21 buts

Ligue des Champions 1999
Coupe intercontinentale 1999
6 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
3 Community Shield 1996, 1997 et 2003

Lors de cet anniversaire, nous pensons encore davantage aux grands anciens qui ont donné leur vie en servant Manchester United:

[Post dédié à Matt Busby et George Best]

17.10.12

Permalien 23:42:28, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Lloris, le premier Niçois capitaine de l'équipe de France

A la fin d’Espagne 1-1 France, Hugo Lloris a pris le temps d’analyser à chaud le match.
Bien sûr, il ne parle pas de sa performance héroïque avec entre autres arrêts décisifs, un penalty sauvé.
Auparavant, sur le but espagnol, il fut fautif d’une main…
Pendant le match, le capitaine des Bleus a montré l’exemple: ne jamais se laisser abattre.
Lloris est le premier Niçois porteur du brassard de capitaine de l’équipe de France.

A noter sur votre agenda: FRANCE-ESPAGNE, 26 mars 2013

La joie des internationaux français. Ils peuvent être heureux car ils ont ramené sur terre l’Espagne au terme d’une grande performance à l’extérieur.

Les prochains rendez-vous de l’équipe de France:

Mercredi 14 novembre 2012: Match amical/ Italie-France

Mercredi 6 février 2013: Match amical/ France-Allemagne

Vendredi 22 mars 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Géorgie

Mardi 26 mars 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Espagne

Vendredi 6 septembre 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Géorgie-France

Mardi 10 septembre 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Biélorussie-France

Mardi 15 octobre 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Finlande


Dans le futur immédiat, la France va disputer deux matchs amicaux de prestige.
Les résultats ne seront pas déterminants sur le moral car la France a fait nul en Espagne lors d’un match officiel.
Pour aller au Brésil, la France a encore cinq matchs à disputer donc trois à la maison.
Le choc a venir c’est France-Espagne, le 26 mars. Ce sera la revanche parce qu’à l’aller Deschamps a gagné la bataille tactique face à Del Bosque.
Restera ensuite encore 9 points en jeu.
Un fait nouveau: la France peut terminer première et se qualifier directement pour la Coupe du Monde 2014.
Après le nul français à Madrid, la presse espagnole n’est pas tendre avec la Roja qui n’a pas plié le match comme d’habitude.

«Gatillazo» («Débandade») a titré Marca à la une.
En page intérieure, on lit: «L’Espagne s’écroule en deuxième période et se met dans le pétrin. Une énorme erreur de Juanfran à la 93e minute et 9e seconde qui entraîne un nul logique. Sans les deux sentinelles devant la défense, Xabi Alonso et Busquets, la Roja n’était plus la même. Giroud égalise in extremis… Rendez-vous à Paris le 26 mars 2013 pour le match décisif».

L’autre grand quotidien AS y va de son chapelet de regrets- L’Espagne a la chance d’avoir plusieurs quotidiens sportifs…:
«Il faudra gagner à Paris. Vicente Del Bosque admet que la Roja s’est mise en danger en ne prenant qu’un but d’avance avant la pause».

Sport a la même tonalité de déception:
«L’Espagne trébuche à la dernière seconde. Un nul qui complique le chemin de la Roja vers la Coupe du monde brésilienne».

Mundo Deportivo va dans le même sens:
«La Roja se complique la tâche. La première place se jouera en France au printemps. Pajara! (Effondrement)

La Vanguardia ne fait pas de cadeau non plus:
«La France met fin à la série triomphale de l’Espagne. »

El Pais fait un simple constat:
«L’Espagne ne s’est pas mise à l’abri après un bon début de match et le but de Ramos».

Hugo Lloris permet à la France d'arracher le nul en Espagne

Espagne 1-1 France
But pour la Roja: Sergio Ramos (25e)
But pour la France: Giroud (90e + 3)

Espagne:
Casillas ©/
Arbeloa, puis Juanfran (50e), Sergio Ramos, Busquets, Jordi Alba/
Xavi Hernandez, Xabi Alonso, Iniesta, puis Torres (76e), Silva, puis Cazorla (13e)/
Fabregas, Pedro
Sélectionneur: Del Bosque

France:
Lloris ©/
Debuchy, Koscielny, Sakho, Evra/
Gonalons, puis Valbuena (57e), Cabaye, Matuidi/
Ménez, puis Sissoko (68e) Benzema, puis Giroud (87e), Ribéry
Sélectionneur: Deschamps

C’est la première fois que l’équipe de France a démontré un vrai caractère depuis la retraite de Zidane.
Cette fois, Zidane ce fut Hugo Lloris auteur d’un match grandiose.
J’ai retrouvé le chat nissart du stade du Ray. Agile, concentré, explosif, le tout servi par une lecture de jeu qui, sur ce match-là, a atteint son paroxysme.
En bon capitaine, il a montré le chemin à suivre à tous ses coéquipiers: celui de la révolte, de la non résignation, du relévement de tête devant ses supérieurs hiérarchiques. La chance n’est que la manifestation de la volonté.
D’aucuns me voient comme quelqu’un qui retourne sa veste. Si j’étais cynique, je dirai comme Gainsbourg le jour où il a rétorqué à ceux qui lui disait la même chose: “La doublure de ma veste est en soie…”
En football, je suis saint Thomas: je ne crois que ce que je vois.
Avant le match, je pronostiquais un carton espagnol vu la faiblesse française et les talents espagnols.
Le match a eu lieu: le verdict est tombé.
Il faudrait être fou pour dire tout d’un coup: la France sera championne du monde 2014 !
Ce que j’ai vu ? En seconde mi-temps, un collectif français qui- grâce aux arrêts de LLoris tout au cours du match- a repris confiance et a démontré en fin de match un gros mental.
Je ne renie jamais ce que j’écris. Depuis 1974, j’ai écrit un torrent de mots. Je resigne tout.
Un énorme Hugo Lloris a donc permis à la France de rester dans le match.
Au lieu d’être menée 2-0, la France se mit à croire enfin en elle quand le portier niçois a évité d’encaisser un second but sur penalty.
Le portier en violente concurrence à Tottenham a accompli aussi d’autres arrêts décisifs.
Un très grand Lloris. Si des gens à Tottenham doutaient encore de son transfert à Londres les voilà rassurés. Quant à ceux qui disaient que gardien ne peut pas faire un bon capitaine, on ne les entend plus. Lloris est meilleur sur le terrain que sur un plateau télé. Et c’est très bien ainsi.
Contre toute attente, les Français ont démontré un esprit collectif à l’extérieur et qui plus est sur le terrain des doubles champions d’Europe et des actuels champions du monde.
Les Espagnols n’avaient pas le cigare mais ils ont joué de manière trop stéréotypés. On aurait dit une pub pour Damart tant ça tricottait à gauche et quasi jamais à droite.
Le match France-Japon (0-1) n’a vraiment servi à rien.
Résumons: qu’a-t-on vu en Espagne ?
Didier Deschamps a su communiquer sa légendaire grinta à son groupe.
Il s’avère que les absents (M’Villa, Nasri et Ben Arfa) n’ont pas manqué.
Est-ce qu’un groupe bleu 2012 est né à Madrid comme un groupe était né à Séville en 1982 lors d’un certain France-RFA ?
Deux matchs en terre espagnole…
L’avenir nous le dira.
Une chose est quasi certaine: le prochain France-Espagne sera sans doute déterminant si d’ici là la France et l’Espagne ne perdent pas des matchs pièges contre des pays reputés plus faibles sur le papier.
Par moments, en seconde mi-temps, la France a eu de belles séquences de construction.
Un match à ne pas oublier, à l’inverse de tant d’autres.
Zidane devra patienter. L’ère Deschamps ne fait sans doute que commencer.
La joie française après l’égalisation était belle à voir.
Bien sûr si l’on est sévère, on peut dire que la France a explosé de joie comme si elle avait gagné la Coupe du Monde. C’était put-être un peu too much.
A la vérité, la France était tombée si bas avec le bus d’Afsud et le reste qu’il lui fallait un bon résultat comme celui-ci pour se retrouver. Et faire plaisir aussi à ses fans.
La joie du groupe bleu à Madrid m’a rappelé celle de la bande à Hidalgo-Platini en 1977 et bien sûr les Bleus de Jacquet puis de Lemerre, en 1998 et 2000. De belles références.
Tous le groupe bleu est à féliciter avec une mention spéciale à Lloris.
Les Bleus ont failli faire tomber pour la première fois l’Espagne invaincue depuis 1934 sur son sol, en matchs de qualification pour une Coupe de Monde.
Répétons-le, souhaitons que la France et l’Espagne restent au coude à coude d’ici le match retour au SDF qui s’annonce extraordinaire comme enjeu. Ce matc-là sera sans doute la finale pour aller au Brésil en 2014. On s’en pourlèche les babines d’avance.
Les Français sont à nouveau fiers de leur sélection nationale.
L’honneur revient petit à petit.
Aller chercher le nul en Espagne en match officiel, c’est une grande performance pour le football français qui était tombé dans le ruisseau en 2010.
On a vu l’importance de l’entraîneur. Avec Blanc et Deschamps, P. Evra et F. Ribéry se comportent en vrais leaders. Tout le monde ne peut pas être sélectionneur. On le sait depuis une certaine demande en mariage qui a ridiculisé notre pays aux yeux du monde entier.

[Post dédié à Luis Fernandez]

Permalien 10:39:54, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le Palais des Livres, de Roger Grenier (Folio/ Gallimard)

A 92 ans, Roger Grenier est l’un de nos derniers géants du cercle des écrivains de la NRF disparu. Aussi spirituel que talentueux, on peut le retrouver pleinement au coeur de l’édition de poche du Palais des livres, hymne à la littérature.

La discrétion faite homme. Dans la société du spectacle, il a toujours tenu à distance les régents de la communication. Un écrivain est un homme qui écrit des livres. Les vendre est un autre métier. Attitude d’autant plus digne que Roger Grenier est un pilier des éditions Gallimard, membre actif du comité de lecture. Né le né le 19 septembre 1919, à Caen, le rebelle distingué refuse de faire le gugusse à la télévision pour ne pas s’éloigner de la parole écrite. L’esbroufe n’est rien à côté de la qualité d’un parcours. A 92 ans, le sien est celui d’un honnête homme qui nous regarde comme Maurice Maeterlinck disait à sa fenêtre de la villa Orlamonde, perchée sur la roche du Mont-Boron, à Nice: « Voir sans être vu».
Depuis 1949, il a publié une cinquante d’essais (Tchekhov, Pascal Pia ou Brassaï), romans, récits et nouvelles qui sont l’émanation d’une élégance dépourvue de forfanterie. Roger Grenier n’encombre pas ses pages d’une étouffante érudition. A l’image de Georges Braque, il scrute l’entre-deux qui sépare l’assiette de la bouteille. Amateur d’interstices, il capte l’infime lumière que nous ne voyons plus à force d’appuyer sur les interrupteurs. Son premier livre (Le Rôle d’accusé) relate les procès de la Libération. Journaliste dans l’âme, il a mis la plume dans la plaie, selon le conseil d’Albert Londres.
Ecrivain, journaliste, homme de radio, membre du Collège de Pataphysique, Roger Grrenier n’écrit pas dans le désert. Il a reçu le Prix Femina 1972 (Ciné-Roman) et le Grand Prix de la Littérature de l’Académie française (1985) pour l’ensemble de son œuvre à dimension autobiographique. Parmi ses plus magiques rencontres, il retient André Rouveyre, proche d’Apollinaire; Madame Rachilde parlant de Jarry, et Marie de Régnier, la maîtresse de Pierre Louÿs. « Cela marque ! » dit-il. Il est allé aussi chez André Gide pour lui apporter le début des Nourritures terrestres… En 1968, il a interviewé l’insaisissable Milan Kundera qui se balançait sur un fauteuil transparent … gonflé d’air!
Le Palais des Livres est un ouvrage écrit sans queue ni tête mais il contient la magie littéraire, ce qui est essentiel. Au début de livre, il évoque les faits divers que la presse transforme en récit. Alors que la famille des victimes est fracassée, les lecteurs se font peur dans la lecture des événements qu’ils souhaitent ne jamais vivre avec la crainte que cela peut leur arriver quand même… On songe à ce journaliste qui revint du domicile d’André Gide, en disant à son rédacteur en chef: “Rien, patron. Mort naturelle…” La disparition d’un grand écrivain ne suffisait pas, il voulait du sang à la une.
Roger Grenier est un dinosaure qui nous recouvre de citations et de références, sans jamais nous lasser car il n’est pas pédant. Son but est de partager ce qu’il sait. Il nous rapporte le portrait de Gérard de Nerval par Eugène de Mirecourt: “Bonté, esprit, finesse et candeur". On dirait un autoportrait de Roger Grenier.
Ce livre est celui d’un sage qui entre dans les oeuvres d’autrui comme on visite le verger d’un voisin respecté. Grenier ramasse toujours quelques fruits tombés. Jamais ceux des arbres. Il est trop bien élevé. Chez Flaubert, il prend des pommes. Chez Rimbaud, quelques fruits rouges. Chez Camus- son ami tant aimé- des oranges et des citrons. Chez Sartre, des oignons et de l’aïl. Chez Proust, des poires. Chez Woolf, des pêches. Quand il tombe sur des fruits trop mûrs, il fait des confitures. Sa littérature est 100% biologique.

-Le Palais des Livres
De Roger Grenier
Folio/ Gallimard, 195 p., 5,95 €

A voir aussi sur Roger Grenier
http://www.blogmorlino.com/?s=grenier&submit=Rechercher&sentence=AND

16.10.12

La Roja n'a jamais perdu depuis 1934 en matchs de qualification pour une Coupe du Monde

Xavi et Iniesta font partie des cinq meilleurs joueurs du monde avec Messi, Rooney et C. Ronaldo. Chacun son classement, le mien c’est celui-là.

Match de qualification pour la Coupe du Monde 2014
ESPAGNE-FRANCE, 21 h

Les coachs français sans club actuellement consultants un peu partout dans les médias franchouillards ne cessent pas de dire qu’ils ne peuvent pas dire que la France va perdre en Espagne car un “entraîneur n’est jamais dans cette pensée". Il n’est pas étonnant que ces entraîneurs soient au chômage technique vu qu’ils pensent qu’un Solex peut devenir une F1.
Depuis sa première participation en match de qualification pour une Coupe du Monde, l’Espagne n’a jamais perdu à domicile depuis 1934 !
En 47 rencontres disputées sur son sol, la Roja a gagné 40 fois et fait 7 matchs nuls.
C’est dire que les fans français qui croient à un défaite possible sont soit des gros parieurs soit parents avec un Bleu actuel.
On voit que les Espagnols forment un grand pays de football, même avant cette génération exceptionnelle, double championne d’Europe et championne du monde.
L’Espagne avec la Roja, Barcelone et le Real Madrid possède trois Rolls Royce du football.
Concernant la Roja, cette Rolls à la mobilité d’une Austin Cooper.
Les Espagnols sont si talentueux et sympathiques que mêmes les fans d’en face sont pour eux.
C’est mon cas, bien sûr.
J’aime le football et non pas les Français qui jouent au football.
Je n’ai été 100 % français que sous l’ère Platini.
Pour Kopa, j’étais trop jeune.
Pour Zidane, j’étais furax de l’exclusion de Cantona. Je reste persuadé que l’association Zidane-Cantona aurait été historique. Lors de sa première sélection, Zidane a reçu le fanion du match des mains de Cantona.
Je reste sur mon pronostic: 3-0 ou 5-0 pour l’Espagne.
Je souhaite une nouvelle fois observer la science du placement des Espagnols, leur capacité à récupérer puis à conserver le ballon, l’explosivité de leurs milieux de terrain, la rigueur défensive, l’exploitation des espaces, l’art d’étouffer les adversaires, la capacité à pénétrer la surface de vérité adversaire, les dribbles de leurs virtuoses…
Il faudrait l’équipe de France de 1982 renforcée par Lloris, Desailly et Zidane pour espèrer faire un nul contre la Roja de Del Bosque.

Exceptionnel documentaire sur Ayrton Senna (1960-1994) signé par Asif Kapadia

Je n’ai jamais rien éprouvé lors des performances de Michael Schumacher. C’est un pilote qui me laisse froid comme le marbre des cimetières. Il faut sans doute être Allemand pour l’apprécier.
A l’inverse, je ne ratais jamais une course de F1 au temps d’Ayrton Senna. Quand il parlait à la télé, j’avais l’impression qu’il ne parlait rien qu’à moi, et tout le monde avait cette impression. Bien sûr tout ce qui vient du Brésil me plait alors que je n’ai rien à voir avec les Allemands qui sont pourtant Européens comme moi.
Senna avait un regard très doux, mélancolique. Etait-ce lié à son combat contre la mort qu’il savait perdu d’avance ? C’est possible.
Dans le remarquable documentaire d’Asif Kapadia actuellement diffusé sur Canal + on est frappé de suivre Senna presque du soir au matin. Il a été souvent filmé, presqu’une traque. Kapadia a très bien choisi les séquences. Toutes extraordinaires. On y voit Senna tacler J. Stewart qui lui reproche sa façon dangereuse de conduire ! Senna n’accepte pas cette remarque de la part d’un ancien crack des pistes.
Le dernier Grand prix de sa vie, celui où il est mort, est cruel. Terriblement cruel.
On sent qu’il sent la mort à ses trousses de manière plus pressante, omniprésente même.
Nous en étions au troisième Grand Prix de la saison, soit le tragique Grand Prix de Saint-Marin, disputé sur le tracé d’Imola en Italie les, 29, 30 avril et 1er mai 1994.
VENDREDI 29 AVRIL 1994: le jeune Rubens Barrichello (Jordan) se fait une très grosse frayeur sans conséquences, mais cela signifie que tout ne va pas bien sur les voitures et le circuit.
SAMEDI 30 AVRIL 1994: lors des essais qualificatifs, Senna signe sa 65e et dernière pole position. Ce jour-là le pilote autrichien Roland Ratzenberger se tue accident au volant de sa Simtek-Ford. Senna comprend tout de suite la gravité de l’accident, et ne veut pas voir sur l’écran le corps du pilote désarticulé.
On voit que le pilote est sans vie dans son baquet mais si les autorités l’avait déclaré mort sur le coup, il aurait fallu mettre la piste d’Imola sous scellés et donc reporter le Grand Prix. Les impératifs financiers ont empêché cette solution.
Senna s’est rendu sur les lieux du crash pour discuter avec des commissaires. Immédiatement, il fut rappelé à l’ordre car les officiels estimèrent qu’il n’avait rien à faire sur place.
Très touché par la mort du pilote autrichien, Senna voit augmenter son mauvais pressentiment.
C’est évident, on lit son angoisse sur son visage, lui d’habitude si maître de ses émotions.
Depuis quelques mois, il peste contre l’électronique, furieux de voir que le pilotage pur et dur du passé ne compte désormais plus. Il regrette le temps du karting où il bataillait contre Fullerton pour la beauté de la course, loin des pressions économiques et stratégiques.
L’un de ses plus proches amis, le médecin Sid Watkins lui dit: “Tu as été trois fois champions du monde. Tu as 34 ans. Et si on allait tous les deux la pêche que tu aimes tant". Senna a répondu: “On ne peut pas arrêter…” Genre, il a trop d’enjeu financier sur ses épaules.
L’amie de Senna, Adriana Galisteu, confia ensuite que Senna lui a dit qu’il n’avait plus envie de courir après l’accident mortel survenu le samedi. Le professeur Sid Watkins, directeur de l’équipe médicale sur les circuits de Formule 1, a témoigné qu’Ayrton Senna pleura sur son épaule à l’annonce de la mort de Ratzenberger.
Pilote toujours préoccupé par la sécurité, Senna parla encore plus de sécurité avec ses confrères pilotes car dans la saison il y avait eu d’autres accidents.
DIMANCHE 1er MAI 1994: juste au départ, la Lotus du Portugais Pedro Lamy percute la Benetton du Finlandais JJ Lehto sur la grille: des débris touchent des spectateurs et un policier. La course est aussitôt neutralisée par la Safety car suivie par les F1 au ralenti pendant cinq tours.
Après un seul tour bouclé à pleine vitesse, en tête, pourchassée par la Benetton de Michael Schumacher, la monoplace d’Ayrton Senna fait un tout droit dans la courbe de Tamburello avant d’aller percuter un mur de béton. Senna roulait à 210 km/h lors de l’impact. Il était à 14 h 18. Dans le film, on le voit bouger un peu dans sa F1 en sale état.
Senna a reçu des soins d’urgence sur la piste, avant d’être héliporté vers l’hôpital.
Le Grand Prix est allé à terme avec une nouvelle catastrophe: à onze tours de la fin, la Minardi de Michele Alboreto perdit une roue qui blessa plusieurs mécaniciens.
On a d’abord dit que Senna allait s’en sortir.
A la vérité, son corps n’avait rien de casser.
Le manque de chance fut qu’une pièce d’une roue est venu frapper son visage.
De quoi est mort Senna ?
Le triangle supérieur de la suspension avant de sa F1 s’est brisé et est allé heurter la visière de son casque. Cette pièce a perforé le visage de Senna sous l’arcade sourcilière droite provoquant ainsi des lésions gravissimes au cerveau et une forte hémorragie.
Son décès fut annoncé à 18 h 30.
Au fond du cockpit de la Williams FW16 détruite de Senna on retrouva un drapeau autrichien. Senna avait décider de rendre hommage à Ratzenberger. D’un côté, Senna savait que Grand Prix était maudit et d’un autre côté, il espèrait le remporter pour saluer Ratzenberger.
La cause officielle de l’accident d’Ayrton Senna est la rupture de la colonne de direction de sa monoplace. Une mauvaise soudure aurait donc été la cause de cette cassure.
Le documentaire est bouleversant du début la fin tant la présence de Senna capte sans cesse notre attention.
A la fin des courses, il embrasse souvent son père que l’on retrouve à la fin près du cercueil de son fils. Images déchirantes. Dignité d’un père qui savait que son était un homme hors du commun. Sa mort ne l’a pas transformé en héros. Il l’était déjà de son vivant.
Depuis la mort de Senna, la F1 ne m’intéresse plus.
Les nouveaux pilotes ressemblent à des banquiers aux dents longues.
Il n’y a plus d’artistes.

Il y a un mois, on a appris la mort du docteur Sid Watkins, à 84 ans, le 12 septembre 2012. Senna et lui vivaient une très grande amitié.
Après la mort d’Ayrton Senna, le 1er mai 1994 à Imola, Sid Watkins contribua à la création de l’Institut du sport automobile pour la sécurité au sein de la FIA dont il est resté l’animateur principal jusqu’en 2011.
Bruno Senna, le neveu d’Ayrton, a déclaré: “Triste nouvelle pour nous qui restons…”
Grâce à Sid Watkins, plus aucun pilote de F1 n’est mort depuis l’accident mortel de Senna qui s’est toujours battu pour la sécurité des pilotes.

Senna
Film documentaire de Asif Kapadia
Musique : Antonio Pinto

Les diffusions:

18 octobre / 08h25 Canal + Sport
22 octobre / 01h55 Canal +
24 octobre / 00h10 Canal + Décalé
24 octobre / 09h55 Canal + Sport
29 octobre / 01h45 Canal+ Family

Permalien 10:35:30, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'herbe des nuits, de Patrick Modiano (Gallimard)

Un nouveau livre de Patrick Modiano c’est toujours une bonne nouvelle pour les lecteurs qui n’aiment pas le commerce des bouquins basé sur Truc sort avec Machine qui le trompe avec Machin Chose. Depuis que Brel et Brassens ne sont plus là, on n’attend plus rien avec cet appétit de découverte que suscitaient les deux poètes du microsillon. Bien sûr, ce n’est pas parce que Bob Dylan est vivant que l’on doit zapper ces nouveaux disques. On doit à Modiano le respect. Primo ce n’est pas une catin médiatique qui s’éloigne de sa parole écrite pour vendre ses livres dans des émissions débiles de l’idiot-visuel. Secundo : il ne prend pas la parole pour dire ce qu’il pense de l’augmentation du prix des biscuits en Uruguay. Grâce à Modiano, on a compris que notre préhistoire c’était 1939-1945. Robert Paxton nous a démontré que les vichystes appliquaient une politique française et non pas allemande… et Modiano, lui, par le biais de la fiction nous a dit la même chose sur la période de la collaboration.
Tous ses premiers livres ont transformé notre perception du comportement de beaucoup de Français sous la période nazie. Ce qui l’avait vécue ne disait pas grand-chose: par honte ou par pudeur. On sait que son histoire personnelle est issue de ce terreau-là. Digne à l’écrit comme à l’oral, Modiano est au-dessus de la mêlée. Il n’aime pas faire semblant d’être naturel devant les caméras et micros. Et quand il y vient ça peut faire très mal : je n’ai jamais oublié qu’il a comparé Philippe Sollers à Sacha Distel… Quand il passe à la télé intervient une catharsis des ondes. J’éprouve la même chose avec Peter Handke. Dans l’œuvre de Modiano, il y a beaucoup de grands livres dont Dora Bruder qui les contient tous. Il lui a fallu quitter les années de la collaboration et de la résistance – à des degrés moindres- pour ne pas stagner trop, éviter de faire du sur place. Cela n’a pas été évident car ses lecteurs lui réclament toujours le même livre et moi le premier. Je me souviens de l’avoir entendu désirer écrire des livres « comme ceux de Norman Mailer ». Il ne l’a jamais fait. Heureusement: Modiano doit faire du Modiano. L’herbe des nuits appartient donc aux ouvrages hors années de guerre. C’est inrésumable. Modiano est tellement au coeur de la littérature que ses livres sont inadaptables à l’écran. Dans L’herbe de nuits on se balade avec le narrateur dans Paris, comme toujours entre Brassaï et Le Tan. Il y aussi la magie des patronymes extirpés des annuaires aux pages brûlées par les décennies. La musique de Modiano ? J’aime mieux parler du son. Chaque écrivain à le sien. Je parle des écrivains-écrivains pas de la racaille moderne. Modiano a choisi d’avoir un comportement d’écrivain à l’ancienne alors que la pensée SMS domine tout. Il est le dernier écrivain-écrivain qui évoque nos grands anciens : Berl, Queneau, Bove, Calet, Camus, Gary… Je le vois comme un personnage d’Edward Hopper qui s’est échappé d’un tableau pour disparaître au coin de la rue. Nous laissant seul comme jamais. Où est-il ? L’a-t-on vu ou n’était-ce qu’une mirage ?

-L’herbe des nuits
De Patrick Modiano
Gallimard, 179 p., 16, 90 €

15.10.12

La France devrait encaisser un carton en Espagne qui est sur un rythme de 32 victoires de suite à domicile.

Vincent del Bosque peut composer au moins deux équipes d’Espagne très compétitives quand Didier Deschamps ne peut même pas en composer une qui tient la route.
Des joueurs qui seraient titulaires en Bleu ne le sont pas avec la Roja: Mata, Fabregas, Torres, Villa, Arteta…
La France de Deschamps va regarder jouer les Espagnols qui vont confisquer le ballon.
L’Espagne n’accorde pas plus d’importance à la France de 2012 qu’à la Suisse.
La France ne fait plus peur à personne.
Bon avec Ronaldo, Ozil et le Real Madrid, Benzema ne sait plus se situer en équipe de France.
A moins d’un miracle, la France devrait encaisser un 3-0 voire un 5-0.

Depuis l’invention des matchs de qualification pour la Coupe du monde au début des années 1930, l’Espagne reste invaincue à domicile ! Cela fait presque 80 ans que les Espagnols n’ont pas perdu chez eux dans ce genre de matchs !
La France n’a quasi aucune chance de vaincre en Espagne, ni de faire match nul.
Cette génération d’espagnols forme un groupe historique: 32 victoires d’affilée à la maison !
Iniesta, Xavi, Pedro et cie sont encore plus performants que Cruyff et Platini qui ne sont jamais parvenus à devenir champion du monde.
La France de Deschamps va se présenter sans milieu terrain défensif de grand calibre.
Qui sont les tauliers de l’équipe de France ?
Ribéry, Evra, Benzema… En club, ils sont bons parce qu’ils sont entourés de joyaux.
Je vois la France se faire ridiculiser en Espagne.
Lloris ? Il n’est même pas titulaire à Tottenham, club hors du Big Four anglais.
Les joueurs français surcotés vont perdre la face.
On va voir qui et qui: la frime touche à sa fin.
Si la France bat l’Espagne en match officiel cela voudrait alors dire que la France est tout à coup la plus grande nation de football!
Quand on voit le visage des Français au moment de l’hymne, on lit de la peur sur les visages.
Il n’y a pas de confiance dans les rangs des Français et la défaite contre le Japon augmente encore les mauvaises vibrations.
Les fans aveuglés des Bleus ont dit lors de la récente défaite bleue au SDF 0-1: “Les Français avaient la tête en Espagne…” Pas terrible comme analyse. On pourrait dire d’une équipe de grands joueurs qu’elle a fait l’impasse sur un match. Cette EDF ne fait pas d’impasse, il est dans une impasse ! Un cul de sac de créativité.
De surcroît, Nasri et Ben Arfa, deux créateurs, ne sont plus convoqués en EDF.
Ils sont sanctionnés pour des raisons extrasportives. Ce qui est vraiment incroyable quand on y songe.
L’Espagne, elle, ne manque pas de lumière.
Elle va une fois de plus nous éblouir.
Je ne vois pas ce match comme la rampe de lancement d’un nouveau groupe tricolore.
Il me semble plutôt qu’il s’agit d’une déroute à venir.
Les Bleus n’ont aucun liant entre les lignes.
Chacun balbutie dans son coin. Un groupe de solistes prétentieux qui jouent faux.
Un football sans âme. Sans beauté. C’est un football pensum indigeste. Des tentatives qui n’ouvrent sur rien, hormis le vide. Des partitions claustrophobiques.
Si les Espagnols perdent c’est qu’ils joueront avec le cigare.
Ce n’est pas le genre de la Roja de Del Bosque.
Je vais regarder le match pour voir une nouvelle fois la qualité du pressing espagnol, la conservation du ballon par les virtuoses de Del Bosque, et les individualités à la technique parfaite: Iniesta, Xavi (s’il joue)… et aussi la rapidité d’exécution de Pedro. Et bien sûr leur défense: aussi solide qu’intelligente.
Du temps de Platini-Giresse-Tigana-Genghini/Fernandez j’attendais avec impatience les matchs des Bleus.
A l’époque Zidane, il y avait un virtuose entouré de garçons très costauds, y compris mentalement.
Depuis la retraite de Zidane, en 2006, on n’a rien vu.
Cela fait six ans qu’on n’attend plus rien des Bleus qui sont devenus connus pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le football: du bus en Afsud à l’escort-girl…

Permalien 12:32:03, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

A 48 h d'Espagne-France, Zidane confie qu'il se tient prêt pour devenir un jour sélectionneur des Bleus

Coup de communication ou tentative de putsch médiatique ?
Ni l’un ni l’autre.
Si vous et vous dites ce qu’à dit Zidane tout le monde s’en moque mais quand c’est le Ballon d’Or 1998 qui le dit, l’information est reprise dans le monde entier.
Zidane ce n’est pas n’importe qui. Si De Gaulle a dit que Tintin était son plus grand rival, Jacques Chirac aurait pu dire ça de Zidane. En 2012, il reste l’un des Français les plus aimés.
Dans un entretien accordé à L’Equipe (14 octobre 2012), Zinédine Zidane a confié qu’il n’est pas contre l’idée d’être un jour sélectionneur des Bleus. Comment le lui refuser puisqu’il a été celui qui a contribué à doter la France de son seul titre de champion du monde de football ?
Ce qui est étonnant c’est que cet entretien intervient deux jours avant Espagne-France qui est très important pour la qualification en Coupe du Monde 2014 au Brésil. Cela met une pression supplémentaire aux joueurs de Didier Deschamps qui fait ce qu’il peut avec des intermittents du spectacle sans touche de divinité.
- «J’ai prévu d’aller au match avec beaucoup de monde, des Français et des Espagnols(…) Laurent Blanc ? Il a fait du bon boulot (…) Je vais passer le premier degré, le deuxième degré, jusqu’au DEF, et on verra plus tard pour le diplôme d’entraîneur professionnel. Il faut commencer par quelque chose, et je vais commencer cette année (…) Ce qui est bien, en fait, c’est que je me suis posé la question : aujourd’hui, est-ce que tu as envie d’entraîner ? Et la réponse est : oui. J’en ai envie (…) J’ai pris le temps avant d’en arriver là, ça fait six ans que j’ai arrêté de jouer, la réflexion a été longue(…) Je ne me pose pas la question de savoir si ce serait bien ou pas bien d’entraîner une équipe de jeunes, par exemple (…) L’équipe de France ? Elle a beaucoup compté pour moi. Ce n’est jamais le moment d’en parler parce qu’il y a toujours des entraîneurs en place, mais vous me posez la question , alors je réponds. Même si ce n’est pas l’actualité aujourd’hui, de toute façon (…) Je me projette un peu en pensant qu’un jour, une possibilité d’entraîner existera peut-être. Enfin, entraîner, ça c’est sûr, mais oui, un jour, pourquoi ne pas entraîner cette équipe ?”
Ce qui est certain c’est que la FFF pensera obligatoirement à Zidane si la France prend un carton en Espagne et qu’elle ne se qualifie pas ensuite pour le Brésil avec une nouvelle défaite au SDF devant l’Espagne lors du match retour.
Après Blanc et Deschamps, Zidane aura droit à sa chance.
C’est le plus médiatique des trois.
C’est l’un des plus grands joueurs français avec Kopa, Platini pour citer deux grands anciens.
Il est le plus connu des joueurs français actuels.
Sa présence à la tête des Bleus relancera l’intérêt autour de l’EDF.
La télé, les sponsors, tout le monde sera content.
Ensuite la vérité du terrain parlera.
On sait que le football français a brillé avec des créateurs: Kopa, Platini et Zidane.
Zidane devra trouver ses nouveaux Makelele, Deschamps, Desailly, Thuram, Blancs, Petits…
On a vu que Blanc et Deschamps, eux, n’ont pas trouvé leur nouveau Zidane.
Je suis pour que Zidane soit à la tête des Bleus même si Platini et Maradona n’ont pas eu des parcours brillantissime avec le costard de sélectionneur.
Zidane sera capable de rallumer la flamme bleue qui va s’éteindre encore plus en Espagne avec Espagne-France.
Sachant que le madrilène Zidane est dans les tribunes, à Madrid, les Bleus vont encore être plus complexés.

Permalien 11:12:07, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Tour de France nostalgie, de Christian Laborde (Hors Collection)

Au temps d’Anquetil, les journalistes ne contestaient pas ses performances alors que les plumitifs actuels contestent sans cesse la classe d’Armstrong. Christian Laborde, lui, a quitté le peloton des suiveurs officiels. Il ne fait pas partie des chiens qui aboyent quand passe la caravane du Tour.

Bonne pioche! Le jeu de cartes de Christian Laborde n’a que des as.
Page 15: le regard bouleversant de Bahamontes en plein effort épié par un caméraman.
Page 18: la fierté de Bottecchia, le visage plein de boue.
Page 20: Sellier en guenille, le smoking des courageux.
Page 23: Pottier avec un “Dupont” échappé d’un album de Tintin.
Page 24: Christophe jeune, le sosie de Pierre Etaix.
Page 27: Coppi en couleurs, dents dehors, beau comme un Bug Bunny italien.
Page 40: la concentration de Pantani, mélangeant sa sueur à l’eau du Seigneur.
Page 60: le désespoir de Fontan qui se prend la tête entre les mains comme le personnage de van Gogh symbolisant la détresse.
Page 83: Ocana, la PIETA au masculin.
Page 93: l’amitié tactile entre Poupou et Me Jacques.
Dans l’album de Christian Laborde il n’y a que des photos et pas un seul cliché. Idem pour son style. C’est l’homme des instants qui durent éternellement. Comme la traversée fantastique de Lance Armstrong à travers un champ pentu qui n’en finissait plus. Et d’aucuns osent dire que l’Américain manquait de panache ! Les voyants aveugles ont hélas! pignon sur vue… immanquable. On a le panorama médiatique que l’on mérite.
Si le Tour de France va partir depuis la Corse et s’il est déjà parti depuis Londres, il pourra partir depuis la lune un jour comme le prédit Christian Laborde. Lorsqu’un poète rencontre le Tour de France cela donne Tour de France nostalgie. Paul Morand a dit qu’on ne l’avait plus revu depuis le jour où il découvrit le vélo. Ce ne fut qu’un mot d’auteur de la part du vieil antisémite homophobe coureur de jupons. Laborde, lui, on ne l’a plus revu pour de bon. Et quand on le revoit, le Tintin de la plus belle invention de l’homme nous remet de la copie avant de repartir dans un col, de Braus, dans l’arrière pays niçois, ou dans un autre, si possible au cœur des Pyrénées qu’il connait par muscles pour les avoir gravis et dévalés dans des travaux à la fois célestes et pratiques, au milieu des ours bruns qui lui crient: “Go Laborde! Go!”
Il faut que vous le sachiez de manière définitive : Laborde serait tout à fait capable de pondre des bouquins illisibles sur la crise mondiale ou sur l’islamisme dans la société occidentale, rien que pour faire l’intelligent à la radio et à la télévision, mais non, ne comptez pas sur lui. C’est un homme de fidélité à son enfance et donc à ses parents, de sang ou artistico-sportifs: Nougaro, Gaul, Indurain… Avec «papa»- et non pas «mon père»- il assistait au passage du Tour de France dans un cadrage photo qui tient à la fois de Cartier-Bresson pour la rigueur architecturale, de Doisneau pour la simplicité et de Dubout pour la gaité collective. En hommage perpétuel à ce rituel annuel, le fiston inspiré ne cesse pas de célébrer la Grande Boucle, à mille lieues des intégristes de la chasse à l’EPO et autres produits pour « charger la mule ». Quand un footballeur est fatigué, il donne le ballon à un partenaire. Quand un cycliste n’est pas dans un grand jour, soit il chute, soit il abandonne. Alors s’il vous plait : RESPECT pour les porteurs de dossards. Et ce respect là est le dénominateur commun présent dans toutes les pages de Tour de France nostalgie.
L’album, écrit dans une prose jamais en panne sèche d’inspiration, transpire le talent à chaque page. Il y a plein de pastilles ou vignettes qui sont autant de zones de respiration. On y fait des haltes pour y lire un événement oublié ou le résumé d’un exploit, chiffres à l’appui. Laborde est un homme à remonter le temps, celui de sa jeunesse et celui qu’il n’a pas connu sauf par le biais onirique des images en sépia. Il fut à bonne école : Blondin, Fallet, Nucéra, Boudard, Perec, sont tous là. Il leur rend ce qu’ils lui ont donné. Le chapitre sur le « bestiaire » du tour est consacré aux surnoms des champions, de Jean-Baptiste Dortignacq (la « gazelle ») à Raymond Mastrotto (le « taureau de Nay ») qui graissait sa chaîne avec sa sueur, auteur d’un aphorisme à la Cioran sans le savoir. On a droit aussi au répertoire magique de la petite reine, soit la galaxie des marques : Peugeot, Alcyon, Gladiator… (Ici je salue la famille Urago, à Nice). On accompagne du regard les « forçats » de route, vélo la main, devant l’hostilité du revêtement routier des années des premiers Tours : Eugène Christophe, Octave Lapize, Alphonse Steinès.
Christian Laborde est un conteur hors pair qui décèle un sein de Laetitia Casta dans les rondeurs du Puy de Dôme. Son album lui permet de célébrer une nouvelle fois ses phares baudelairiens : Coppi, Bartali, Anquetil, Ocana, Pantani, Armstrong… Le champion Laborde est le maillot jaune actuel des amoureux du Tour de France. En rêve, les Frères Jacques le porte en triomphe sous un air d’accordéon de la môme Yvette Horner. Il a gagné la course contre la montre qui n’est pas une Rolex. La sienne est un gros chronomètre tombé sur la route après le passage de Jacques Goddet, à l’arrière d’une moto qui pétaradait dans l’Aubisque. Le chrono a le verre cassé mais Laborde entend toujours son tic tac… Tant qu’il y aura Laborde, on ne saura jamais Alzheimerisé. “Go Laborde! Go!”

-Tour de France nostalgie
Christian Laborde
Hors Collection 128 p., 27,90 €

13.10.12

Permalien 08:29:41, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Les deux buts d'anthologie de Ronaldinho auteur d'un triplé

“Il veut centrer et non pas tirer” tel est le jugement de Didier Deschamps à Téléfoot (7 octobre 2012) sur le premier but du récital de l’ancien joueur du PSG que Luis Fernandez ne faisait pas toujours jouer. Je vous laisse apprécier ce qu’a dit l’actuel sélectionneur des Bleus. Je pense le contraire. Ronaldinho dose la force de sa frappe sans même regarder la cage. Il ne vise pas l’équerre, mais la cage oui. Il tente un tir légérement teinté d’un lob. C’est la grande classe. Son ballon enveloppé a fini sa course dans la lucarne. Vraiment sublime.
Et puis même s’il voulait centrer, on s’en moque !
Deschamps a émis des réserves sur l’origine du nouveau chef d’oeuvre de Ronaldinho, dans le jeu. Il est vrai que des buts comme ça, le Français n’en n’a même pas marqué en rêve. Moi, je n’émets pas des réserves mais des louanges. Bravo Ronaldinho ! Que Benzema et Giroud prennent des leçons.
Le talent est intact chez Ronaldinho qui pourrait faire encore les beaux jours d’un club européen.
Son hat-trick lors d’Atletico Mineiro 6-0 Figueirense vient de nous le prouver de la plus belle des façons.
Quand il a marqué son premier but, Ronaldinho a éclaté en sanglot. Voilà la signature du grand artiste. Tout ce que j’aime. Il a remercié le ciel, mais ce que je retiens c’est: “Aide-toi et le ciel t’aideras!”
Si le Ballon d’Or n’a pu contenir son émotion c’est qu’il venait de perdre son beau-père la veille. Tous ses coéquipiers l’ont encerclé pour le réconforter.
Le second but du maître est tout autant somptueux que le premier.
Le virtuose a transformé un coup franc anodin en but historique.
Il a masqué sa frappe avec un partenaire pour pertuber la défense adverse, et puis il tiré à ras de terre dans une forêt de jambes alors que ses adversaires attendaient un tir dans les airs. Fantastique! Ludique! L’essence même du football.
Son 3e but a été marqué sur penalty. Là encore Ronaldinho était concentré pour éviter de gaspiller.
Ronaldinho est l’un des 20 meilleurs joueurs de l’Histoire de tous les temps.
Intelligent, technique, volontaire, collectif, il a tout.
En France, les incompétents le traitent de “noceur".
Vive Ronaldinho !

[Post dédié à Garrincha et Socrates]

Permalien 07:28:34, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le Red Devil Kagawa a crucifié la France

Patrice Evra peut être satisfait de ne pas avoir joué contre le Japon qui a battu la France 0-1 à Saint-Denis. (Pour d’autres raison M’Vila, Nasri et Ben Arfa doivent aussi bien se marrer…)
Ne jouant avec les Bleus, il a évité la défaite. Pour une fois, les journalistes ne pourront l’accuser de rien !
Ainsi il n’a pas abdiqué devant son partenaire de Man United qui a marqué le but décisif.
Quand on écoutait les commentaires d’avant-match, les Français n’étaient pas motivés par ce match. Ils n’ont qu’à laisser la place à des joueurs plus amoureux du maillot. Il n’en manque pas en France. Je ne me reconnais pas dans ce groupe d’arrivistes surpayés, surcotés.
Le futur Kopa-Platini-Zidane est encore dans les couilles de son père !
On est obligé de hausser le ton devant une équipe avec des joueurs si peu concernés.
Quand Tigana ou Boli perdaient, ils pleuraient.
Dans le groupe actuel, les larmes ne coulent que lorsqu’on leur retire une prime.
Les internationaux du Japon avaient la fibre patriotique.
Dans l’équipe de France, il n’y a plus de titulaire indiscutable. Même plus Lloris, remplaçant à Tottenham.
Contre l’Espagne, on devrait voir la France se liquifier et rentrer à la maison avec un 3-0, ce qui serait honorable vu le niveau affligeant des Français actuels.

La superbe équipe du Japon
Kawashima/
Nagatomo, Endo, Kiyotake, Kagawa/
Havenaar, Nakamura, puis Inui (62e), Konno, Hasebe ©, puis Hosogai (62e)/
Sakai, Yoshida

La très faible équipe de France:
Lloris (c.)/
Debuchy, puis Jallet (46e), Sakho, Koscielny, Clichy, Sissoko/
Matuidi, puis Chantôme (46e), puis Gomis (75e),Capoue, puis Gonalons (68e), Ménez puis Ribéry (68e)/
Giroud, Benzema, puis Valbuena (46e)

Permalien 00:38:02, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Combien la France va-t-elle encaisser de buts contre l'Espagne: 3, 4 ou 5 ?

Les Français de Deschamps doivent penser à emporter une grosse malle en Espagne pour ramener un wagon de buts. La France a 0,001 % de chance de remporter le match contre Iniesta et ses amis.

Dans quelques heures, mardi 16 octobre,la France va jouer en Espagne.
Vu la faible qualité des Français, les Bleus devraient encaisser au minimun trois buts.
A moins d’un miracle, la France va enchaîner deux défaites de suite après la victoire du Japon 0-1 au SDF sur un but du Red Devil Kagawa.
Hugo Lloris a du souci a se faire. Il risque d’encaisser un carton mémorable car l’Espagne sera sans pitié avec un pays qui l’accuse sans cesse de dopage.
Contre le Japon (0-1), lors de la faite à domicile, on n’a vu que la France n’avait aucun leader et surtout aucun taulier.
On n’a pas de jeu collectf et nos attaquants n’ont font pas parler la poudre.
Triste spectacle. Dès l’hymne on a senti de nouveau un esprit non collectif avec des moues boudeuses, peureuses, parfois hostiles mais jamais rageuses. Patriotiques ? Faut pas rêver. Aucun des Bleus ne pense aux morts de 1914-1918 et de 1939-1945.
Le Japon a mérité sa courte victoire 0-1 sur une contre attaque à la vitesse grand V.

Football| Qualif. Coupe du monde 2014
Russie 1-0 Portugal
Luxembourg 0-6 Israël
Angleterre 5-0 Saint-Marin
Pays de Galles 2-1 Ecosse
Eire 1-6 Allemagne
Slovénie 2-1 Chypre
Grèce 0-0 Bosnie-Herzégovine
Macédoine 1-2 Croatie
Serbie 0-3 Belgique
Estonie 0-1 Hongrie
Pays-Bas 3-0 Andorre
Suisse 1-1 Norvège
Slovaquie 2-1 Lettonie
Bulgarie 1-1 Danemark
Moldavie 0-0 Ukraine
Biélorussie 0-4 Espagne
Turquie 0-1 Roumanie
Liechtenstein 0-2 Lituanie
Arménie 1-3 Italie
Albanie 1-2 Islande
République tchèque 3-1 Malte
Iles Féroé 1-2 Suède
Kazakhstan 0-0 Autriche
Finlande 1-1 Géorgie

Qualif. Coupe du Monde - Amsud
Bolivie 1-1 Pérou

Qualif. Coupe du Monde - OFC
Solomon Islands 2-6 Nouvelle-Calédonie

Matches amicaux
France 0-1 Japon
Pologne 1-0 Afrique du Sud
Emirats Arabes Unis 2-2 Ouzbékistan
Egypte 3-0 Congo
Lesotho 2-1 Swaziland

12.10.12

Permalien 17:36:19, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Ederson: de l'Aigle de Nice à l'Aigle de la Lazio Rome

Ederson est un extraordinaire polyglotte. Le Brésilien s’exprime déjà en italien ! Il est vrai qu’il vit avec une italienne…

Depuis deux saisons, Ederson est handicapé par les blessures. Espérons qu’il retrouve une bonne santé car il tarde à confirmer à haut niveau alors que son ami Lloris n’a pas cessé de grimper dans la hiérarchie. Le milieu de terrain très technique doit nous donner plus. A Nice, il a été très bon. (C’est Roger Ricort qui l’a fait signer au Gym.)
A Lyon, il n’a pas pu donner sa pleine mesure, suite à une grave blessure avec l’équipe nationale du Brésil.
Intelligent et très sympathique, Ederson est un phénoméne linguistique. A peine arrivé à Nice, il s’est mis à parler français.
Les fans de la Lazio ont été surpris qu’il parle déjà italien, ne sachant pas qu’il partage sa vie avec une italienne.
Bonne chance à notre cher Aiglon.

Ederson est né le 13 janvier 1986 au Brésil

Parcours:
2002-2003 RS Futebol
2003 Juventude RS
2004 International RS
2004-2008 Nice
2008-2012 Lyon
2012 Lazio Rome

Permalien 10:05:35, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Selon un journal français en perte constante de lecteurs, Lance Armstrong est assimilé à Al Capone alors qu'on n'a jamais vu un âne remporté le Grand Prix d'Amérique !

Triste époque. Le seul journal français sportif- le 12 octobre 2012- assimile Lance Armstrong à un “caïd” à la tête d’un “système mafieu” (sic). Dommage que ses journalistes en mal de lecteurs n’enquêtent pas sur le dopage dans le football… Alors que j’achetais ce journal sans discontinuité depuis 1967, je ne le touche plus, même pas avec des pincettes depuis l’ouverture de la chasse aux cyclistes. Les lecteurs n’ont pas droit à toute l’information: hormis le vélo, c’est l’omerta générale. Alors comme ça Armstrong serait l’Al Capone des deux roues sans moteur. Et pas qu’un seul jour. Il aurait régné de manière illicite entre 1999 et 2005. Cette chasse à l’homme est scandaleuse, surtout que des dopés notoires se la coulent douce protégés par de grands groupes financiers.
On n’a jamais vu un âne remporté le Grand Prix d’Amérique !
Quand vous voyez Lance Armstrong en 2012 est-ce qu’il a l’air d’un sportif détruit par le dopage ?
Si ce n’était qu’un avaleur de cachets il ne serait plus qu’une épave humaine.
En costume, il en jette !
Ceux qui crachent sur “l’ami des Bush” comme ils disent ferment les yeux sur les footballeurs français champions du monde 1998.
Parler de dopage en 2012, c’est insulter Coppi et Anquetil à travers Armstrong.
Les schizophrènes maudissent Arsmstrong- jamais contrôlé positif- sous les posters de Coppi et Anquetil qui eux ont reconnus user de produits dopants ! Les auditeurs français sont à la fois sourds et aveugles ou plutôt ils ne veulent pas entendre ni voir certaines vérités. Dézinguer un étranger, cela ne leur coûte rien du tout.
Lance Armstrong a toujours été seul. La lâcheté de ses coéquipiers d’hier le prouve.
Entre 1999 et 2005, il a dominé en long en large le Tour de France.
Personne ne l’a jamais pris en flagrant délit de dopage.
Malade, il avait raison de se soigner.
Les jaloux ne supportent pas qu’il ait vaincu le cancer.
Surtout ceux qui n’ont jamais été en mesure de remporter un seul Tour de France quand lui en a gagné sept.
La télé, les journaux, les journalistes ont vécu sur son dos. Ses coéquipiers aussi.
Lance Armstrong n’a volé personne.
Il n’a pas de cadavre dans le placard.
Et ils sont tous à ses trousses.
Coppi, Anquetil, Armstrong, même combat.
La haine des perdants est un plat qui se mange froid.
Plus on attaque Armstrong, plus je le respecte.
Cela fait 50 ans que je scrute les cyclistes.
Je sais qui est qui. Et lui c’est un géant.
Aucune produit ne transforme un Solex en Formule 1.

[Post dédié à Antoine Blondin]

11.10.12

Permalien 10:22:42, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Hopper, ombre et lumière du mythe américain, de David Ottinger (Découvertes/Gallimard)

Directeur-adjoint au Musée national d’art moderne, Didier Ottinger est commissaire de l’exposition Edward Hommer au Grand-Palais (voir post suivant). Son album sur Hopper, dans l’indispensable collection Découvertes des éditions Gallimard, dit tout ce qu’il faut savoir sur le peintre américain.
Dès la première page, on tombe sur une citation d’Hopper: “Le grand art est la projection de la vie intérieure de l’artiste, et cette vie intérieure façonnera sa vision personnelle du monde.” Cette remarque date de 1953. On ne peut mieux résumer sa conception de la peinture. Il en va de même pour la littérature. Tout a déjà était dit et la nouveauté vient du regard. Ce qui compte c’est davantage celui qui regarde que la chose regardée. Bien sûr, il faut ensuite être doté de moyens techniques de haut parage.
Si l’on prend Picasso ou Bacon, on est en face d’artistes qui s’imposent face au réel.
Hopper lui s’efface devant ce qu’il voit mais on sait très bien que c’est lui qui a peint le tableau. Toute sa personnalité est ultra présente mais toujours de manière subtile. Pas de gros sabots.
Ottinger nous rappelle que Hopper adorait Paris et la France.
Il aimait aussi beaucoup Degas (pour les cadrages et les scènes prises sur le vif) et Marquet (pour les visions en surplomb). Cela ne me surprend pas. Pour les cadrages, Manet est aussi un grand novateur.
Didier Ottinger souligne qu’il ne faut pas réduire Hopper au rang de peindre de la solitude contemporaine.
Il a raison de souligner la luminosité merveilleuse de ses peintures. (Pour l’instant je n’ai vu que des reproductions. Face aux toiles, je vais voir cette fameuse lumière)
Qui dit lumière dit “vie". Donc espoir. On peut capter à l’extèrieur ce qui peut être éteint en nous.
La peinture de Hopper est comme le théâtre d’Ibsen qui semble ne dire que des banalités. Au rayon littérature, Hopper aimait Proust, Henry James, Verlaine et… Ibsen.
Dans le livre d’Ottinger, on apprend que Hopper mesurait presque 2 m. Un géant comme Patrick Modiano.
Les tableaux d’Hopper sont très construits. Tous les grands peintres voient les volumes avant de voir des gens et des objets, maison y compris. Cézanne nous l’a enseigné définitivement.
Si nos yeux n’enregistrent pas de manière subliminale les volumes c’est que le tableau est raté au niveau architectural.
Hopper a peint parfois… un seul tableau par an.
David Ottinger écrit:
“Son ambition de charger chacune de ses oeuvres d’une intensité émotionnelle, sprirituelle maximale, l’a concuit à uen singulière parcimonie (…) Les années 1950, 1951, 1955, 1956, 1960, 1962, 1963 ne comptent que deux tableaux. Une seule oeuvre voit le jour en 1952, 1953, 1954, 1957, 1958, 1959, 1961, 1965 et 1966″.
En 1949, il peint quatre tableaux…
On voit qu’il tirent rang d’anti Picasso de ce côté-là.
A propos d’Hopper, on peut encore citer Vermeer (intérieur), Rembrandt (spiritualité), van Gogh (halo infernal), voire Watteau (théâtralité).
Hopper a peint beaucoup de salles de cinéma ou de théâtre. Il fait entrechoquer dans l’espace, le réel et la fiction, le mouvement et l’ennui, les festivités et la présence du personnel… Il y a de la métaphore de partout.
On n’a pas fini de découvrir Hopper.
Les grands oeuvres conservent tant et tant de zones mystérieuses à explorer.
Le livre d’Ottinger nous aide à y voir plus clair, tout comme l’oeuvre d’Hopper qui “organise le chaos", pour reprendre une expression d’Apollinaire.

-Hopper, ombre et lumière du mythe américain
de Didier Ottinger
Découvertes/Gallimard, 128 p., 13,60 €

10.10.12

Permalien 18:44:38, Catégories: GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Grand événement: Edward Hopper au Grand-Paris

Edward Hopper (22 juillet 1882 - 15 mai 1967)
Voilà tout ce qui reste d’un homme.
Parfois des enfants. Une entreprise. Des livres.
Souvent rien.
D’un peintre, il reste son oeuvre.
Celle d’Edward Hopper est très grande par sa pureté d’âme.
Cet homme ne trichait pas.
C’est Claude Régy qui ne l’a fait découvrir au début des années 1980.
Ce fut un choc.
Si j’étais peintre, je ne peindrais pas autre chose ni d’une autre façon.
Je déteste l’art abstrait, la BD picturale, l’art hyperéaliste.
Hopper a peint ce qu’il voyait, ce qui lui donnait du sens.
Il a peint essentiellement la non commmunicabilité.
La fameux cauchemar climatisé américain dont parlait Henry Miller.
D’innombrables écrivains, cinéastes, metteurs en scène l’ont plagié à tout va.
C’est pourquoi cela fait du bien d’enfin voir des Hopper(s) en vrai.
J’ai hâte de me retrouver en face de ses tableaux, à la place où il s’est tenu devant. (1)
Voilà la grande vibration qu’offre en plus la peinture.
Je viens de voir une vidéo du vernissage avec les faux grands de ce monde devant les tableaux.
Comme à chaque fois, je ressens que les vivants qui errent dans l’exposition sont tous morts alors que les tableaux eux sont vivants. Je ressens ça car les vivants représentent à 99% le mensonge, la fausseté quand les tableaux d’un grand peintre hurlent de vérité.
J’espère voir les tableaux où Hopper a peint deux boulons en gros plan. Deux boulons sur une voie ferrée. Deux boulons qui suffisent à raconter la haute solitude. On appelle ça le génie.
Hopper forme avec Bonnard et Marquet un trio que j’aime énormément.
Voilà trois amis qui me consolent de la connerie humaine qui nous encercle.

Grand Palais
•Du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013, tous les jours sauf le mardi de 10h à 22h (dimanche et lundi jusqu’à 20h)

•Plein tarif : 12 euros

•Tarif réduit : 8 euros
(13-25 ans, demandeur d’emploi, famille nombreuse)

Gratuit pour les moins de 13 ans bénéficiaires du RSA et du minimum vieillesse.

(1) J’ai vu l’exposition. Je me suis concentré sur les tableaux au détriment des gravures. J’ai noté qu’une grande partie des visiteurs stationnent devant les murs consacrés à la biographie du peintre. Ils s’y abîment les yeux. Mieux vaut aller directement voir les tableaux. C’est ce que j’ai fait. Désormais, je peux parler du blanc d’Hopper. Quelle luminosité ! Fantastique maîtrise technique concernant le rendu de cette couleur. J’ai été déçu au niveau de la matière. Il faut regarder ses toiles à un ou deux mètres. Ses cadrages sont vraiment très bien structurés. Dans la quasi totalité des tableaux on sent la présence du peintre, son âme.

09.10.12

Permalien 08:13:41, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'affaire Vargas, de Fernando Pessoa (Folio/Galllimard)

J’ignorais que Fernando Pessoa (1888-1935) avait une veine d’auteur de polars. En tout cas je ne connaissais pas ce versant de sa multiple personnalité. Pessoa sur les plates-bandes de Conan Doyle ? Sa traductrice nous apprend dans sa préface que Pessoa a confié : « Parmi le nombre d’or réduit des heures heureuses que la vie me permet de passer, je compte comme ayant appartenu à la meilleure année celles où la lecture de Conan Doyle ou d’Arthur Morrison m’a fait porter ma conscience sur les genoux ». Le Portugais a vraiment touché à tout. Son personnage central, Abilio Quaresma est un « médecin non praticien », amateur de charades et joueur d’échecs. De son anti héros, il dit : «C’était au sens le plus péjoratif du terme, un être insignifiant.» Un peu comme son créateur qui rasait les murs de Lisbonne avant d’aller boire du Xérès blanc. Tous ses textes il les mettait dans une malle. Un tombeau en guise d’éditeurs. La gloire de Pessoa est posthume alors que c’est l’un des plus grands poètes du XXe siècle avec Apollinaire. Le Maigret de Pessoa, Quaresma, est quasiment infaillible pour résoudre les énigmes. On a retrouvé ses feuillets policiers de manière éparse et il a fallu reconstituer le puzzle. Sur les quinze chapitres de L’affaire Vargas, l’un comporte deux pages (le chapitre III) et un autre (le chapitre XI), sept mots et des points de suspensions … L’enquête n’est quand même pas sans queue ni tête. Elle a une thématique axée sur la psychologie des antagonistes. Dans la préface, Michelle Giudicelli nous rappelle que l’écrivain avait peur de finir comme l’un de ses grands-mères mais il n’a fini que fou de littérature. La vraie. Celle qui contient de la magie entre les lignes. C’est un peintre des Lettres.

-L’affaire Vargas
De Fernando Pessoa
Traduit du portugais et préfacé par Michelle Giudicelli
Folio/Gallimard, 172 p., 6, 50 €

[Post dédié à Antonio Tabucchi]

07.10.12

Permalien 16:47:27, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Manchester United maintient son rythme de croisière

Chaque saison, Chelsea, Man City, Arsenal rêvent de ne plus voir MU dans la course au titre. Hélas pour eux, MU est dans le haut du tableau depuis 1993 de manière constante. Et cette saison, les Red Devils sont encore là !

Dimanche 7 octobre 2012
Newcastle United 0-3 Manchester United
buts pour MU: Evans (8e), Evra (15e), Cleverley (70e)

De Gea/ (5) A force de changer de gardien, plus aucun n’a confiance
Evra © (8) Très bon match. L’ex Aiglon est inusable
Evans (8) Grand match
Ferdinand (8) The boss is back
Rafael/ (8) Bon match
Kagawa (6) Très collectif. Puis (55e) Valencia (6) Bonne rentrée
Rooney (8) Parfait. Puis (79e) Scholes (5) Correct
Cleverley (8) Un de ses plus beaux matchs avec l’équipe fanion
Carrick (7) Toujours régulier
Welbeck/ (7) Bien plus collectif que Nani
van Persie. (7) Bon match mais a eu un mauvais geste envers Cabaye qui peut lui coûter trois matchs de suspension. (coup de coude dans le visage sans gravité) Puis (88e) Giggs (non noté)

Sur le banc: Lindegaard, Wootton, Anderson, Chicharito

Coach: Sir Ferguson (8) RAS. A laissé à la maison Nani. L’équipe a mieux joué avec un très bon Rooney.

Résultats:
Man City 3-0 Sunderland
Chelsea 4-1 Norvich
West Ham 1-3 Arsenal
Tottenham (avec LLoris)2-0 Aston Villa

Classement:
1 Chelsea, 19 points + 11
2 Man U, 15 pts + 8
3 Man City 15 pts + 7
4 Everton 14 pts + 6
5 Tottenham 14 pts + 5
6 West Ham Albion 14 pts + 4

Permalien 12:12:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Brefs récits pour une longue histoire, de Roger Grenier (Gallimard)

93 ans ! Roger Grenier vient de fêter un sacré anniversaire.
Et tous les matins il se rend à son bureau chez Gallimard.
L’enfant du Calvados accomplit une vie de sage.
Beaucoup le réduisent au rang d’ami d’Albert Camus- ce qui est au demeurant un vrai titre de gloire parce qu’ici l titre d’ami est certifié authentique- mais il a son propre parcours. Qui a parlé une fois avec lui n’oubliera jamais sa qualité d’écoute et la justesse de ses mots. Il ne parle pas pour ne rien dire et il ne dit pas n’importe quoi. Parfois, je rêve éveillé qu’il est président de la République. On aurait alors droit à la manifestation de l’intelligence 24 h sur 24.
Roger Grenier publie régulièrement des romans, des nouvelles ou des courts récits très personnels. C’est toujours de grande qualité. Une fois de plus l’ancien participant à la Libération de Paris vient nous parler à l’oreille avec une suite de nouvelles, genre où il excelle. Dans « Léonore » il manifeste l’art du contre-pied qui est son image de marque. Au début de la courte histoire, il nous confie que « Léonore est sensible aux compliments, aux flatteries » et qu’elle est « un peu sotte». A la fin de cette de cette mini histoire, il nous met en présence d’une « créature qui le suit d’une pièce à l’autre » et celle qu’il appelle « mon Toutou » se « met en boule au pied » du lit. Il faut attendre la chute du texte pour apprendre que Léonore est une chienne et que « mon Toutou » n’est autre que sa femme !
Le recueil contient aussi le destin de Maurice Verbier ce fils de libraire de quartier obligé d’aller travailler dans ce qui est une grande surface du livre car le magasin familial à mis la clé sous la porte. On y marche aussi dans les rues chaudes avec un violoncelliste qui semble transporter un cadavre. On accompagne Olivier Marquis au seuil de son dépucelage qui portera bonheur à sa bienfaitrice. On partage l’amertume du météorologue Bernard Gramont qui se retrouve en Auvergne alors qu’il rêvait du Brésil. Une vieille dame joue Madame Pernelle dans Tartuffe alors que Molière voulait que le rôle soit toujours interprété par un homme. Tous ses personnages sont des gens qui n’ont pas eu l’avenir souhaité pour horizon. Destination Anton Tchekhov. Correspondance Roger Grenier. RG comme Hergé. C’est dire qu’on peut lire Grenier de 7 à 77 ans. Voire plus puisque l’auteur va sur ses 94 printemps.

-Brefs récits pour une longue histoire
De Roger Grenier
Gallimard, 140 p., 13,90 €
Et aussi : Le palais des livres, de R. Grenier, Folio/Gallimard, 208 p., 5,95 €.

06.10.12

Permalien 09:44:58, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le retour gagnant de l'anti star Darren Fletcher

Joueur de devoir par excellence, Darren Fletcher est un footballeur rêvé pour les entraîneurs et les fans. Son retour survient après une très grave maladie qui n’avait rien à voir avec le football. Son retour est un événement. Les journalistes institutionnels n’en parlent pas parce qu’ils aiment mieux les fausses vedettes aux vrais artistes.

Alors qu’on le croyait perdu pour le football, Darren Fletcher est en train de faire son retour.
Le 13 décembre 2011, il avait été obligé de cesser toute activité physique.
Après un premier come back raté, on a pensé qu’on ne le reverrait plus jouer.
Il était revenu trop tôt sur la pelouse.
Le 19 septembre 2012, Darren Fletcher a refoulé les terrains lors de la première journée de la phase de groupes de la Ligue des champions face à Galatasaray (victoire 1-0). Une semaine plus tard, il a porté le brassard de capitaine des Red Devils au cours de la rencontre de Coupe de la League à Newcastle United (victoire 2-1).
Le 2 octobre il a joué le match de C1 en Roumanie contre Cluj (victoire 1-2).
Depuis qu’il est revenu, Man U a gagné trois fois de suite.
Ce n’est pas un hasard. Il apporte son sens de l’organisation au milieu de terrain.
C’est un joueur de devoir, plein d’abnégation, mot désormais inusité dans le football.
Darren n’est pas une vedette pour le commun des mortels. Pour moi c’est un héros.
Quand il est en pleine possession de ses moyens, il donne tout.
Hyper intelligent, il se place toujours bien grâce à une très grande lecture de jeu.
Il sait intercepter et relancer.
Il peut marquer des buts décisifs.
Sir Ferguson aime Fletcher et Carrick, deux merveilleux récupérateurs.
Le retour est une très grande nouvelle pour les fans de MU et pour les vrais amateurs de football.
Je n’imagine pas Fletcher en train de tremper dans des paris truqués comme qui vous savez.
L’Ecossais fait partie des grands écossais de l’Histoire de Man U.
Sa force mentale et sa technique vont rendre plus performant MU.

Darren Fletcher né la 1er février 1984, à Dalkeith (Écosse)
Manchester United depuis 1995 où il est devenu professionnel en 2002
305 matchs (23 buts)
Equipe d’Écosse 58 matchs (5 buts)

Palmarès avec Man United
Premier League 2007, 2008, 2009, 2011
FA Cup 2004
Football League Cup 2006, 2010
FA Community Shield 2003, 2007, 2008, 2010
UEFA Champions League 2008
FIFA Club World Cup 2008

Permalien 09:24:17, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Plaidoyer pour le Red Devil Wayne Rooney qui doit jouer avec Van Persie

Rooney a prouvé à Sir Ferguon qu’il était indispensable. Il est évident que Rooney et Van Persie doivent jouer ensemble. En C1, Rooney a délivré du caviar à la louche que n’a pas gaspillé Van Perie. Quand on a deux joyaux du football mondial qui forment le plus beau duo d’attaquants du monde on les titularise. Faut les voir ensemble. Une blessure est si vite arrivée. Chicharito et Welbeck font aussi partie du dispositif rouge pour 2012-2013. Il n’y a pas de laissé-pour-compte.

Dimanche 7 octobre, 17 h
Newcastle- Manchester United
Lorsque le 15 août dernier, Manchester United officialisa l’arrivée de l’attaquant néerlandais Robin Van Persie pour 30 millions d’euros, les fans de Manchester United se sont dits deux choses:
1/ On a capté le RVP pour ne pas le laisser partir à Man City car MU a aussi besoin d’exister dans les médias et le monde des affaires.
2/ Il ne faudra pas que Sir Ferguson favorise VRP au détriment de Wayne Rooney.
Comme un fait exprès, Rooney s’est blessé assez vite en début de saison, ce qui a permis de laisser de côté la rivalité entre les deux meilleurs buteurs de la Premier League 2011-2012: RVP (30 buts) et de son dauphin Wayne Rooney (26 buts). Cette saison on vu Rooney dans les tribunes alors que RVP était sur la pelouse.Intolérable visuellement et techniquement.
Quand Rooney joue, MU est transformé. On dirait alors que MU évolue à 12 ou 13 tant Rooney se démultiplie.
Lorsqu’il jouait avec Cristiano Ronaldo, il était un peu dans l’ombre du Portugais. Cette fois, il n’acceptera pas d’être dans celle de RVP car depuis le départ de CR7 au Real Madrid, Rooney est devenu l’élément majeur de MU. On l’a bien vu contre Tottenham (2-3). Dès qu’il est entré, l’équipe est redevenue une équipe mais il était trop tard pour inverser la tendance de la défaite de MU à domicile. Avec Rooney en début de match, MU aurait été performant dès l’entame.
En C1, on a vu que l’entente Rooney-VRP fonctionnait bien avec Rooney installé juste en dessous de RVP.
Rooney ne joue plus comme avant: il fait moins de descente dans son camp.
Désormais, il organise le jeu, comme Paul Scholes, avec des ballons bien dosés.
C’est une gare d’aiguillage. Il sait marquer aussi. Et je suis certain que RVP va aussi lui faire des passes décisives comme celle qu’il a faite à Kagawa. Contre les Spurs, RVP avait un ballon d’or dans les pieds mais au lieu de la donner à Rooney, il a tenté sa chance, perdue d’avance. Du beau gaspillage.
L’association Rooney-RVP aurait pu naître dès la 2e journée de P.L. le 20 août face à Everton mais ce jour-là Sir Alex Ferguson a choisi d’aligner Rooney et Welbeck. L’entrée tardive de l’ancien Gunner ne changera rien à la défaite des Red Devils (1-0).
La semaine suivante, contre Fulham, ce fut au tour de Rooney d’être sur le banc. Signe des signes, peu après son entrée de jeu à l’heure de jeu, il a été gravement blessé à la cuisse par un défenseur adversaire qui est retombé sur “Wazza", provoquant une grave blessure à la cuisse. Résultat : un mois d’absence. Pour expliquer le fait d’avoir mis Rooney sur le banc, “Fergie” nous a raconté que “Wazza” manquait de rythme…
Ce n’est donc que mardi 2 octobre contre Cluj (2-1), en Ligue des Champions, que les deux buteurs ont commencé un match ensemble. Là nous avons assisté au récital des deux attaquants, Rooney dans le rôle de machine à caviar et RVP dans celui de meilleur réalisateur avec un doublé. Le nouveau Red Devil a repris de la tête un coup franc de Rooney, puis Van Persie, d’un subtil amorti, a dévié l’ouverture de son partenaire au fond des buts adverses.
Sir Ferguson était aux anges:
-«Nous avons là deux attaquants qui peuvent tuer et changer un match à chaque instant chaud du match.»
Prochain épisode à Newcastle qu’une équipe bis de MU vient de battrr 2-1 en 16e de Coupe de la Ligue à Old Trafford.

05.10.12

En l'absence d'Antonio Tabucchi par Bernard Comment

Des commentaires de Bernard Comment?
Non pas du comment taire. Ici il s’agit plutôt du comment parler.
A Manosque, le 28 septembre 2012, Bernard Comment a parlé pendant une heure de son ami Antonio Tabucchi.
Grands moments d’amitié au fond du tombeau. Le mort a été extirpé du caveau. Bernard Comment a fait rire quand ailleurs on aurait pleurer. Magie littéraire.
J’ai rencontré l’écrivain italien par l’intermédiaire de Bernard Comment.
Pour un entretien de presse écrite. On s’est écrit ensuite deux ou trois fois.
Il ressemblait à la fois Joyce et à Pessoa.
De Joyce, il avait la forme du visage.
De Pessoa, ll avait tout le reste et surtout le cerveau, cette volonté d’embrasser tout l’univers quand on se met à écrire.
J’ai tout de suite penser qu’il était la ressurgence de Pessoa ou carrément un hétéronyme à l’air libre.
Tabucchi a appris le portugais pour mieux se mettre dans la peau de Pessoa.
A Manosque, encore plein des ondes de Jean Giono, Bernard Comment a rendu un bel hommage loin des pensums universitaires.
Pour ma part, j’ai beaucoup de mal à parler de mes amis écrivains morts (Emmanuel Berl, Philippe Soupault et Louis Nucéra) pour la simple raison que j’étais trop intime avec eux. Quand je parle d’eux cela me rappelle trop que je ne peux plus parler avec eux. Ce qui me plait c’est que je leur ai tout donné. Je n’ai rien gardé pour moi quand j’étais avec eux. Quand je repartais de chez eux, j’étais galvanisé. Plus rien ne pouvait m’atteindre.
Parler c’est bien, écrire c’est mieux.
Dans ce qu’a dit Bernard Comment, j’ai déjà envie de l’écouter à nouveau. Et donc de le relire.
J’attends le livre de Comment sur Tabucchi.
Un écrivain doit passer par le livre.
Tabucchi savait très bien que Comment amassait un tas de souvenirs en vue d’un livre.
Et Comment savait que Tabucchi savait.
Tout cela est évident.
Quand Comment écrira sur Tabucchi-il l’a forcément déjà fait- il le retrouvera.
Il fera un tête à tête, tout seul.
Et c’est là que cela lui fera très mal.
Tant qu’il n’a pas écrit sur Tabucchi un vrai livre, il n’aura pas rendu un vrai hommage à son ami.
Bernard Comment est un écrivain avant d’être un éditeur.
Je ne dis pas que le livre lui permttra de faire le deuil.
Le deuil n’existe que pour les gens qui n’ont pas connu de prés le disparu.
Fernando Pessoa… Pessoa ça veut dire “personne", une personne.
Bernard Comment… Comment ça veut dire “comment".
Comment ça marche, et non pas pourquoi.
Comment tu t’appelles ?
Comment ça s’écrit ?
No comment !

Permalien 08:51:17, Catégories: LITS ET RATURES  

Le Paris de Céline, de Patrick Buisson (Albin Michel)

Le peintre Gen Paul a illustré Mort à crédit de Céline. Ici, il est accompagné de mon ami Alphonse Boudard, superbe autodidacte devenu véritable encyclopédie.

Cet album inaugure un genre qui devrait bientôt nous conduire sur les traces d’Apollinaire, de Léon-Paul Fargue sans parler de Balzac et Proust. On est toujours partant quand on est en si bonne compagnie. Ici, il s’agit du Paris de Céline qui nous conduit du passage Choiseul à la proche banlieue : Clichy et Meudon en passant par Montmartre. J’ai habité dans le petit appartement de Céline au 98 rue Lépic dans le XVIIIe arrondissement. Je dis bien dans l’appartement même que l’écrivain a occupé à la fin des années 1920, sous les toits. C’est Dalida qui ne l’avait loué. Au début je ne savais pas que Céline y habita. C’est un étudiant américain qui un jour frappa à la porte pour me demander : « Est-ce bien ici qu’a vécu Céline ? » Première nouvelle ! Un bel endroit qui permet de voir beaucoup de toits en zinc de la Butte Montmartre. Un deux pièces tout simple. Ensuite Céline est allé habiter juste en face rue Girardon, dans le fameux triangle qui le reliait au peintre Gen Paul et à Marcel Aymé. Il n’y a pas de plaque commémorative sur la façade des domiciles de Céline car certains habitants refusent de faire honneur à un auteur qui ne fera jamais l’unanimité.
Avec Gean Paul, ils refaisaient le monde. Les deux blessés de 1914-1918 sont d’origines modestes. C’est le temps des copains l’atelier avec musique, boisson et filles aux cuisses aériennes, celles des danseuses qu’ils aimaient tant. L’amitié de Céline deviendra parfois encombrante pour Gen Paul. Dans le livre on découvre le peintre grimé en Hitler… Au fil des ans, Céline change. Dans sa jeunesse, il était toujours tiré à quatre épingles et petit à petit, il abandonna toute élégance vestimentaire pour finir clochard des lettres, exactement comme Paul Léautaud. Plus il trouva son style sans apparat moins il estima indispensable de porter la cravate ou la pochette. Il inventa la mode de la pèlerine mitée. Mode peu suivie. L’important reste que son style, lui, ne soit pas mité. Et il ne l’est pas, épargné par l’érosion du temps.
Les premières pages de l’album sont consacrées à la jeunesse, période du passage Choiseul. Aujourd’hui, les passages parisiens sont très bien entretenus. Jadis ils sentaient l’urine à plein nez. Céline a l’art est la manière pour décrire celui où la mère du futur écrivain tenait une boutique de dentelles. Le père élèva le fils à coups « de taloches. » Patrick Buisson émaille son texte de mots céliniens mais c’est si bien fait que pas un instant cela ne fait plagiat ou basse imitation d’hommage. Parlons plutôt d’osmose entre un admirateur inconditionnel si proche de son phare littéraire qu’il est capable de le servir le mieux possible sur son propre terrain.
Je ne suis pas un fan les yeux fermés des prises politiques de Patrick Buisson mais je suis lecteur de ses livres. «Son» Céline est très bien fait tout comme son travail sur le sexualité pendant l’occupation. Il met bien en lumière le passage en communale de l’élève Destouches- le futur Céline. Un professeur écrit que l’adolescent est « vaniteux au-delà du possible». Une fois devenu médecin il est du côté des pauvres au dispensaire de Clichy. Le livre se referme sur les années Meudon. Céline avec ses cagettes. Céline riant avec ses amis Arletty et Michel Simon. Dans les yeux de la comédienne il y a beaucoup de respect, d’admiration, d’infinie tendresse. Dans ceux de Michel Simon, une complicité indéfectible. Lucette, les chiens, les chats, les oiseaux, le bureau, les feuillets, les pinces à linge… Tout l’univers de Céline à portée de mains.
Le papier de cet album encourage la nostalgie. La maquette est à hauteur du reste. Excellente. La présence de Lorant Deutsch n’apporte rien. On voit trop qu’il s’agit d’un hameçon commercial vu son immense succès de librairie avec son best seller sur la capitale. Je n’ai rien contre Lorant Deutsch, comédien de talent, autant sympathique que très bon passeur d’érudition maîtrisée. Céline n’a pas besoin de soutien. On a l’impression que Lorant Deutsch squatte les pages. Il aurait dû faire un album sur le même thème mais sans autre présence que la sienne. Hormis cette réserve qui n’handicape pas la lecture, le livre est un album à offrir. 25 euros ce n’est vraiment pas cher pour un tel bonheur de lecture.

-Le Paris de Céline
De Patrick Buisson
Albin Michel, 192 p., 25 €

Permalien 00:10:09, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, ANQUETILLEMENT  

Deschamps laisse à la maison, Nasri, Ben Arfa et M'vila

Samir Nasri va se sentir seul aux entraînements de Man City puisque ses partenaires jouent quasi tous en sélection nationale…

Didier Deschamps, actuel sélectionneur de l’Equipe de France, a communiqué la liste des joueurs retenus pour les deux prochains matchs internationaux.
France - Japon/ Stade de France, vendredi 12 octobre 2012, amical
Espagne-France/ Stade Vicente Calderon, à Madrid, mardi 16 octobre, éliminatoire de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014

Gardiens
LANDREAU Mickaël
LLORIS Hugo
MANDANDA Stève

Défenseurs
CLICHY Gaël
DEBUCHY Mathieu
EVRA Patrice
JALLET Christophe
KOSCIELNY Laurent
RAMI Adil
SAKHO Mamadou
YANGAMBIWA Mapou

Milieux
CABAYE Yohan
CAPOUE Etienne
DIARRA Lassana
GONALONS Maxime
MATUIDI Blaise
SISSOKO Moussa
VALBUENA Mathieu

Attaquants
BENZEMA Karim
GIROUD Olivier
GOMIS Bafetimbi
MENEZ Jérémy
RIBERY Franck

On note d’emblée le retour de Lassana Diarra pour remplacer Rio Mavuba, blessé alors qu’il était une pièce maîtresse du dispositif Deschamps tout comme le Gunner Abou Diaby, out aussi, au plus grand mécontentement d’Arsènal Wenger- accessoirement consultant sur TF1 lors des matchs de l’EDF- qui n’aurait pas voulu voir son joueur aussi longtemps sur la pelouse lors de sa reprise internationale, au cours de son dernier match avec les Bleus…

Nasri, Ben Arfa et M’Vila, ne sont toujours pas rappelés en équipe de France par Didier Deschamps. Le champion du monde 1998 et vainqueur de l’Euro 2000 ne veut pas prendre le moindre risque de désunir son vestiaire.
-«Concernant Nasri, j’ai estimé que ce n’était pas le moment pour lui de rejoindre le groupe France. Je le suis régulièrement mais je préfère laisser passer un peu de temps. C’est un joueur sélectionnable mais que je n’ai pas sélectionné cette fois-là car ce n’est pas le bon moment.» Il laisse la porte ouverte mais avec le Citizen dans l’embrasure, côté Angleterre.
Ben Arfa ? On sait que leur rapport à l’OM n’était pas au “beau fixe, plein soleil, absence de pluie".
M’Vila ? Qui vivra verra.
Pourquoi Ménez est revenu, lui.
Question de technico-tactique, sans doute…
Deschamps démontre qu’il n’y a pas de dépendance Nasri ou Ben Arfa comme il y en avait eu jadis avec Zidane ou Henry.
Nasri porte trop le ballon pour être indispensable.
M’Vila n’a pas le monocpole de la force.
Et Ben Arfa est capable de marquer des buts de folie mais pas à chaque match.
Une chose est certaine: il est très nuisible pour un joueur de grand club de ne pas jouer en sélection.
A Chelsea, à Man U, à Man City les joueurs sont quasi tous des internationaux. Un joueur qui n’est plus convoqué par le sélectionneur de son pays natal perd de son aura en club. Il se fait chambrer. Aux entraînenemts de Man City, Nasri va se sentir seul pendant les matchs internationaux…

03.10.12

Connaissez-vous Rodolphe Burger ? Un frère musical d'Higelin et Bashung

Un Chet Baker de la guitare

Le 20 octobre à 20 h à la Criée à Marseille
Le Velvet de Rodolphe Burger

J’avoue. Je ne connaissais pas cet artiste de la scène vivante comme on dit.
Rodolphe Burger est né le 26 novembre 1957 à Colmar.
Comment se fait-il que je n’ai jamais entendu parler de ce musicien et chanteur français avant 2012 ?
Les médias le boycottent pour ainsi dire.
On ne l’entend jamais à la radio.
Il est vrai qu’on ne connait rien de sa vie privée.
A l’inverse des présidents de la République.
Il ne couche pas dans les studios des télés branchées.
Grand talent. A découvrir.
Ecoutons ce musicien qui aime Hendrix et sans doute Miles Davis.

Site officiel:
http://www.rodolpheburger.com/

Permalien 23:44:02, Catégories: GRAND MONSIEUR, LA MOUETTE DE TCHEKHOV, GRANDE DAME  

«Remise en question» au Tremplin Théâtre à Paris (18°)

Loin des grosses machines de la capitale qui appartiennent plus à l’industrie de la promotion de spectacles voici une initiative théâtrale provenant du feu sacré commun d’un groupe d’amis.

La pièce Remise en question a été écrite par Patrice Lafont- homonyne du fils de l’éditeur, par ailleurs présentateur télé et ex comédien lui-même- un des trois acteurs qui l’interprétent. Ces trois comédiens appartiennent à la compagnie des Aristes- “aristes” et non “artistes"…- troupe de théâtre de Agde (34), tous issus de la région agathoise: Julie Saucerotte, Olivier de Maurepas et Patrice Lafont. La mise en scène est de François Escobar.
L’action ? Stéphane traverse un mauvais moment de sa vie quand surgit une jeune femme chargeait de vendre son appartement. Au milieu de leurs discussions s’interpose un ami. Tout ça donne lieu à des scènes cocasses sur un rythme très vaudeville contemporain.
Tout réside dans l’interprétation et l’énergie des protagonistes. Ce n’est pas une entreprise banale, Olivier de Maurepas (45 ans)est un passionné de théâtre qui est viticulteur de métier. Tous les étés il monte des pièces dans sa cave à Vias avec une dégustation. La salle de 50 places se situe au-dessus des cuves.
Face à tant de sincérité, on songe au Théâtre de Bussang de Maurice Pottecher, issu d’une famille de tisserands, qui créa en 1895 le Théâtre du peuple, employant comme comédiens les ouvriers et ouvrières de la manufacture dirigée par son frère. Cette aventure était si singulière que des grands noms sont venus s’y produire, à commencer par Louis Jouvet et Jean Vilar qui retrouvaient dans les Vosges l’essence de l’art théâtre. Maurice Pottecher inventa le TNP avant l’heure. Il était l’oncle de mon regretté ami Frédéric Pottecher avec lequel jamais tant aller à la Bibliothèque Nationale dont il était voisin. Comment oublier la présence du plus charismatique des chroniqueurs judiciaires du XXe siècle ? La forte présence de Frédéric Pottecher provenait de son amour pour le théâtre. Il aurait pu être avocat: il aimait trop la vérité pour passer son temps à mentir.
Remise en question vient d’être sélectionné pour les «P’tits Molières» qui récompense les théâtres parisiens de moins de cent places et les petites compagnies.

Tremplin Théâtre
39 rue des Trois Frères – 75018
Paris Tarif plein : 17 € / Tarif réduit : 12 €
Renseignements et réservations au : 01 42 54 91 00
www.billetreduc.com
Du 4 octobre au 17 novembre 2012
Tous les jeudis, vendredis et samedis, à 20h30

Permalien 18:29:57, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Victor Sinet nous a quittés emportant sa passion pour la Corse, L'Equipe, le football, l'amitié...

Si la Corse pouvait pleurer, elle serait en train de verser des larmes, triste d’avoir perdu l’un des ses enfants: le journaliste sportif Victor Sinet. Il est dommage que dans ses articles on ne perçoive pas son accent. S’il avait 30 ans aujourd’hui, il serait partout à la télévision, à la radio. Son charisme traversait la rampe. C’était une pointure du métier. Sur cette vidéo, on l’entend parler Corse. Il a réussi l’exploit d’écrire en Corse dans France Football.

Victor Sinet a été légendaire dès sa naissance. Alors que les biographies annoncent Marseille comme lieu de naissance, il a vu le jour le 17 mars 1929 à bord d’un bateau effectuant la liaison Ajaccio-Marseille. L’ancien pilier de la rubrique football de L’Equipe est mort le 17 septembre 2012, à 83 ans. Pendant plus de 40 ans il signa dans le quotidien sportif et dans France Football. Disons au temps de la splendeur de la presse sportive qui n’était alors pas autant menacée par l’audio-visuel.
Sur les transformations du journalisme, il a déclaré:
-«Jadis, on avait le droit d’écrire ce qu’on voyait, ce qu’on pensait. De nos jours, malheureusement, il y a des ordres. Les télés ont tout déformé. Regardez cette masse de consultants payés à prix d’or, tous ces braillards !»
Amoureux de la Corse- comment ne pas l’être ?- il a toujours oeuvré pour servir l’Ile de Beauté jusqu’à enseigner le Corse. Il avait collecté près de 10 000 cartes postales sur sa Bastia, Ajaccio, Sartène, Bonifacio…
Cet homme à la très forte personnalité détestait être en retard. Sa ponctualité me rappelle celles de Louis Nucéra et de Charles Trenet. Victor Sinet était toujours présent à l’heure dite, à la seconde près. Dans la vie comme au stade.
Outre le football, il aimait aussi beaucoup le cyclisme. On ne peut pas résumer la vie Victor Sinet en quelques lignes, il faudrait lui consacrer un livre. Il est au sport ce que Louis Guilloux est à la littérature hélas en France on frappe d’ostracisme culturel - à des rares exceptions- ceux qui furent les pionniers de la presse sportive après la première vague des Desgranges, Hanot, Bénac, De Ryswick, Goddet, Eskénazi…

Voici une liste de ses livres:
Corse au football de feu, 1971
Les lions de Furiani, 1978
Storia Corsa à fette, 1991
La Coupe du monde oubliée (Coupe du monde 1938), 1998
Il était une fois La Paillade, 1999
La fabuleuse histoire du football corse, 2000
Antulugia di a cartulina corsa, 2003
Ajaccio, memoire en images, 2004
Chroniques corses au fil des jours, 2006
Bastia, mémoire en images, 2007
100 ans de gloire du football méditerranéen, 2010

Une intervention radio de Victor Sinet sur l’anti corsisme:
http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/deces_de_l_ancien_journaliste_sportif_insulaire_victor_sinet_57240

1967, Corse 2-0 France, à Marseille. Le match a été organisé par Victor Sinet

[Post dédié à Claude Papi]

Permalien 17:36:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Circus 2, d'Olivier Rolin (Seuil, Fiction & Cie)

Quand on publie un tel volume, cela signifie: « Bon, ça suffit ! La vraie littérature est là-dedans. Arrêtez un peu de lire n’importe quoi. Il est temps de lire Rolin, Olivier de son prénom. (Il y en a d’autres)» Aucun écrivain de 2012 n’a droit à 1290 pages. De surcroît le pavé Rolin n’est pas une œuvre d’un seul tenant. Le livre est une majestueuse compilation des romans, récits et articles écrits entre 1999 et 2011. Une Pléiade avant l’heure. On a rajouté aux œuvres récentes des critiques marquantes. Il y a un côté mausolée dans cette édition qui correspond à une sorte d’écrit de rattrape - pour ceux qui auraient raté l’Express Rollin- comme on le dit des oraux scolaires. Prenons Bakou, derniers jours (2010). On est tenté de lire d’emblée la critique de Norbert Czarny, un des piliers de «La Quinzaine Littéraire» qui a la bonne habitude d’écrire de très intéressants articles. On peut continuer l’œuvre de Rolin en sortant de sa prose pour parler du regard qu’un autre a porté dessus: «C’est une des données de ce voyage que d’y croiser des grands morts, et d’en rappeler d’autres … »
Rolin est écrivain 24 h sur 24. Ce n’est pas un pantin que les éditeurs exhibent à la téloche dans un plan média. On le voit mal patienter entre un bulletin météo débile et une pub de la branchouille de l’avenue Montaigne. Il appartient au cercle des écrivains-écrivains des lettres françaises. Son œuvre à un côté laboratoire sans être aussi hermétiques que parfois certains de ses pairs.(Guyotat ou Novarina, deux autres réfractaires célestes) Il se met en scène comme Nabokov, rien que pour entretenir un lien avec les lecteurs. Rolin apparaît dans son oeuvre comme Hitchcock traverse ses films. Sur la pointe des pieds. Ce volume ressemble à un frigo tout neuf que l’on croit rempli de victuailles qui ne sont plus mangeables mais bonne surprise tout est comestible et en plus d’une fraîcheur inaltérable. Olivier Rolin n’est jamais pédant. Sa panoplie littéraire contient heureusement l’humour, l’ironie, le recul.
On (re)lit sans se lasser Tigre en papier (2002), périple générationnel sur le périphérique parisien. Il rappelle les balades en voiture de Marguerite Duras mais là c’est le narrateur qui tient le volant. La publication des articles manifeste une volonté de tout conserver mais pour tout sauver il faudrait déjà refaire une nouvelle édition (Circus 3) avec quelques ajouts, ainsi de suite. On pourrait même y faire figurer la liste des commissions de Rolin qui serait un clin d’oeil à Georges Perec, ex écrivain-écrivain trop tôt disparu. Le seul texte qui ne s’imposait pas se trouve en fin de volume. Dans Rideau, Olivier Rolin se demande si on ne va pas penser qu’il avait peut-être besoin de « se rassurer » avec la publication de son sarcophage littéraire bis qui vient après Circus 1 (1980-1998). S’il avait besoin de se rassurer, il avait vraiment beaucoup de besoin de l’être puisque nous sommes en face de près de 1300 pages en un seul volume. Qu’il soit rassuré. Sa prose tient la route. Par temps de pluie ou sous le soleil.

-Circus 2
D’Olivier Rolin
Seuil, 1290 p., 39 €

[Post dédié à Essénine]

02.10.12

Permalien 23:34:33, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United: l'axe Rooney-van Persie a un bel avenir

L’association Rooney-van Persie fonctionne bien. Grande nouvelle pour Man United. En C1, “Wazza” a fait deux passes décisives à RVP.

Champions League, match de poule, 2 octobre
CFR Cluj 1-2 Manchester United
Buts pour les Roumains: Kapetanos (13e)
Buts pour les Mancuniens: van Persie (29e, 49e)

Manchester United
De Gea/ (6) A bien fait ce qu’il avait à faire dans les moments chauds
Rafael (7) Toujours pugnace
Evans (6) Propre. Puis (78e) Wootton (5) Correct
Ferdinand (6) A fait son match
Evra ©/ (6) Toujours tonique
Cleverley (6) Bon ratisseur
Anderson (6) Le poumon
Fletcher/ (7) Revient très bien. Solide
Rooney (8) Deux passes décisives
Chicharito (6) Des appels mais trop souvent hors-jeu. Puis (82e) Welbeck (Non noté)
van Persie (9) Un doublé

Sur le banc: Lindegaard, Nani, Buttner, Kagawa, Powell

Coach: Sir Alex Ferguson (8) Bon turn over, enfin on doit attendre le week-end pour s’en persuader…

La soirée:
Valence 2-0 Lille
Bate Borisov 3-1 Bayern Munich
Benfica 0-2 FC Barcelone
Juventus Turin 1-1 Shakhtar Donetsk
FC Nordsjælland 0-4 Chelsea
Galatasaray 0-2 Sporting Braga
Spartak Moscou 2-3 Celtic Glasgow

Réflexion sur la peine de mort suite au double meurtre "pour un regard"

La peine de mort est abolie en France mais hélas d’aucuns continuent de la donner au coin de nos rues.

Dans la France de 2012, il vient d’être commis un double meurtre “pour un regard” comme ils disent.
Un lynchage à plusieurs dans la rue !
Pour d’aucuns, la vie n’a plus aucun prix.
Je pense aux morts.
Et à leur famille, surtout à leur maman respective.
Un deuil à perpétuité.
Mesdames, je n’ai pas les mots pour vous soulager.
Quand on a supprimé la peine de mort en France, un abolitionniste membre de la secte de l’intelligentsia, ce blockauss de la pensée, a dit grosso modo:
“Un Etat qui conserve la peine de mort inculque la culture sanguinaire à son peuple".
Où est-il celui qui a dit ça quand des citoyens de notre pays se chargent, eux, de la donner la peine de mort en pleine rue ?
Je n’ai aucune solution mais dire que supprimer la peine capitale retirerait les pulsions barbares à certains d’entre-nous est un belle imposture !
Je suis contre la peine de mort parce que je ne veux pas qu’on tue un innocent.

Permalien 09:55:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Blogs de Chine, de Han Han (Gallimard/ Bleu de Chine)

Quand j’étais enfant, j’entendais les adultes dirent: “Ce type-là on ne comprend rien à ce qu’il dit. Du vrai chinois…” Avec Han Han c’est le contraire: à 30 ans il manie l’humour à plusieurs degrés, à la manière de Mark Twain, mine de rien.

Voici un nouveau très beau livre dans la nouvelle collection dirigée par Genviève Imbot-Bichet. Un livre aussi agréable à lire que sa couverture est belle avec une photo glacée mais pas glaçante. Il s’agit des différents posts du blog de Han Han né en 1982. Le blogueur a ouvert son blog (1) en 2008. Malgré la censure, il a reçu 400 millions de visiteurs en cinq ans… C’est donc un phénomène dans son pays. Il fustige les travers de la société et surtout il a de grands morceaux de bravoure sur la création littéraire. Il met en boîte tous les faux poètes qui nuisent tant à la poésie. Les auteurs abscons font un mal fou aux bons écrivains, je veux dire à ceux qui écrivent simplement avec force. Han Han a écrit un poème idiot pour mieux fustiger les sans talent qui encombrent le rayon poésie. Han Han dit beaucoup sans jamais élever le ton : c’est la marque de son talent. N’empêche c’est un dézingueur de haut niveau. Il dénonce les médiocres qui parviennent à se faire une place au soleil. « Personnellement, je considère que, chez un écrivain, le plus important, c’est le charme de l’œuvre, l’élégance du style et la vérité du propos.» 100 % d’accord avec cette vision de la littérature. Etre lisible est la première des politesses. Beaucoup d’auteurs vendent sur leur notoriété. On comprend dès lors qu’ils fassent des pieds et des mains pour passer à la télé. Il faut le mariage entre le fond et la forme. Victor Hugo a dit que la forme c’était le fond qui remontait à la surface. Han Han se moquent aussi des blogueurs qui pensent rivaliser avec Tanizaki ou Chamfort. Il a relevé ce genre de propos insignifiant sur un blog: « J’aime enfiler sur ma tête les petites culottes de mes copines de classe pour dormir».
Blogs de Chine est plein de traits d’esprits, de pics acérés. C’est du haut de gamme. Rien à voir avec les commentaires débiles écrit sous pseudo par les internautes qui n’ont rien sous le capot. Beaucoup de blogueurs usent de la violence verbale sans aucune notion des mots parce qu’ils ont l’impression enfin de dire quelque chose dès lors qu’ils usent de l’attaque. Le compliment est impossible à formuler quand on est idiot. Voilà pourquoi je ne gêne pas pour dire que Han Han est un authentique artiste du langage… J’aimerais apprendre le chinois pour lire mon confrère dans le texte. Je dis cela sans contester la remarquable traduction d’Hervé Denès qui évite les tics à la mode. C’est avec satisfaction que j’ai appris que Han Han était un très bon pilote de rallye. Conduire une auto ou le verbe c’est la même chose. Cela revient à contrôler le ballon. La maîtresse ne doit surtout pas fermer la porte à la trouvaille, la raison de vivre des artistes.

(1) http://blog.sina.com.cn/twocold

-Blogs de Chine
De Han Han
Traduit du chinois par Hervé Denès
Gallimard/ Bleu de Chine, 384 p., 24, 90 €

01.10.12

Permalien 19:03:58, Catégories: EN MARGE  

Handball: du match bidon pour parieurs initiés... à la faute de main de Mandanda

Les matchs Valenciennes-OM méritent toujours le déplacement.
Après le fric enterré au fond du jardin en 1993 voici la faute de main de Mandanda.
Quand un gardien fait une erreur cela se voit gros comme une maison.
Voulant dégager à la main, le goal de Marseille a trop tardé à lancer le ballon.
Quand il a fait son arc de cercle avec son bras droit, il l’a trop prolongé. Et donc le ballon est allé vers un joueur de VA qui ne s’est pas prié pour marquer.
Cette configuration s’est déjà produite. Quand elle se passe à l’étranger les journalistes français s’empressent de nous l’a montrer plusieurs fois à la télé. Là, ils sont plus discrets. Mandanda n’a pas vraiment de chance car ll est en position de force pour redevenir titulaire en équipe de France puisque Lloris est remplaçant à Tottenham. Didier Deschamps connaît très bien le goal de l’OM puisqu’il l’a eu sous ses ordres.
Maintenant qu’il a fait “sa” bourde, il ne devrait plus en refaire avant un long moment. C’est cyclique.
Dans l’actualité, il y a aussi ces paris dans un match de handball avec Montpellier.
Il est prouvé que certains parieurs connaissaient des joueurs de Montpellier qui a perdu un match qui fait beaucoup parlé. Un patron de bar a parié une fortune. Il est rare de parier en milliers d’euros.
Ce qui est incroyable c’est que des joueurs parient qu’ils vont … perdre.
Et comment peut-on parier sur le score d’un match à la mi-temps ? C’est vraiment n’importe quoi !
Les handballeurs ont cassé leur bonne image. Avec le scandale dans les studios de L’Equipe TV voici les paris plus que suspects. Tristes. Les paris truqués ce n’est pas nouveau. L’appât du gain… Les footballeurs n’ont plus le monopole des pages des faits divers.
La police qui vient chercher des champions sous l’oeil des caméras, ce n’est pas trés beau. Il s’agit d’une dskaïsation d’un fait divers.
Les handballeurs étaient des héros. Ils ne sont plus que des hommes.

Permalien 09:11:07, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'invention de Paris, d'Eric Hazan (Seuil)

«Oscar Wilde à qui l’on demandait quel avait été l’événement le plus triste de sa vie, répondit que c’était la mort de Lucien de Rubempré dans Splendeurs et misères des courtisanes.» Cette phrase dans la première édition de L’invention de Paris(Seuil, Fiction & Cie, 2002) m’avait fortement impressionné, même si elle a rien à voir avec la topographie de la capitale. Il est vrai que des gens sont allés au cimétière du Père Lachaise pour y trouver la tombe de… Jean Valjean ! Dix ans après, je la retrouve dans une nouvelle édition qui n’a plus rien à voir avec la première puisque cette fois il s’agit d’un album –avec signet et index- largement illustré alors qu’initialement on n’avait eu droit qu’au texte seul. Bien sûr la prose se prête à ce passage d’un livre en prose à la catégorie « Beaux livres ». L’iconographie est très bien choisie : reproduction de tableaux et dessins, photographies, plans… « Je n’ai pas écrit un livre d’histoire, mais un livre sur la ville d’aujourd’hui qui se souvient de son passé », précise Eric Hazan, superbe piéton de Paris qui voit toutn doté d’une solide érudition qu’il partage avec ses lecteurs dont on souhaite qu’ils soient le plus grand nombre possible. Le livre coûte 45 € parce que son coût de fabrication a été très onéreux en raison de la qualité exceptionnelle des illustrations. Dès que l’on ouvre cet album nous nous confrontons davantage au Paris visuel du XIXe qu’à celui d’aujourd’hui. Nous sommes plus dans l’univers d’Atget qu’en compagnie de Doisneau. On commence dans le cadre de Bouvard et Pécuchet pour finir avec Nadja. L’album est présenté sous la forme de trois importants chapitres : 1/ « L’Ancien Paris, les quartiers », du Palais-Royal, d’où est parti la Révolution jusqu’aux appartements de Colette, Cocteau et Berl, au quartier Latin ; « Le Nouveau Paris », des faubourgs (Saint-Honoré, Saint-Martin, Plaine Monceau…) au « Nouveau Paris » : villages (Vaugirard, Passy, Batignoles, Montmartre, Belleville…) 2/ « Paris Rouge » : la Commune, l’occupation, les résistants… 3/ « Traversant de Paris, le fourmillant tableau » : les flâneurs (Baudelaire, Rousseau, Balzac, Apollinaire…), les belles images (peintres : Manet, Degas et photographes :Nadar, Nègre…) Loin des guides barbants, ou des livres indigestes tant ils sont mal écrits et plein de références tirées d’autres ouvrages, L’invention de Paris reste passionnant de la première à la dernière page où nous marchons aussi bien à côté de grandes gloires qu’auprès des anonymes qui ne sont absolument pas des figurants. Eric Hazan accorde autant d’importance à André Breton qu’à un marchand de paniers, sans oublier les héros de romans. Son Paris est architectural et poétique. Un album monument.

-L’invention de Paris
D’Eric Hazan
Seuil, 448 p., 45 €

PS : Eric Hazan publie aussi Une histoire de la Révolution française (La fabrique éditions, 408 p., 22 €)

Octobre 2012
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software