Archives pour: Septembre 2012

30.09.12

Ronaldo 1er ne veut pas être le nouveau Garrincha

On peut se moquer de la médiatisation grotesque de Ronaldo. Pas moi.
C’est l’un des plus grands joueurs de tous les temps.
Il faut tout faire pour le sauver.
Je n’ai jamais accepté le déclin de Best et de Garrincha à cause de l’alcool. Ni celui de Gascoigne.
Maradona lui est un miraculé.
Les clubs, le Brésil ont usé Ronaldo jusqu’à la corde.
Voyeurisme malsain ?
Passons, on ne va pas envoyer à la casse les joueurs qui ont apporté à leur sport.
J’aimerais bien parfois que certains écrivains cessent d’écrire à 34 ans !
Attention, Ronaldo n’est pas une de ces jeunes épaves tatouées de reality show. Ronaldo c’est un double Ballon d’Or.
Je souhaite une bonne santé à Ronaldo, grand artiste de la sphère, à l’inspiration foudroyante.
Quand un grand joueur s’arrête, il y a des gestes qui disparaissent.

[Post dédié à Garrincha]

29.09.12

Permalien 17:36:07, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Tottenham gagne 2-3 contre Manchester United qui a été volé de trois penaltys dans un match qui a commencé à partir de l'entrée de Rooney

Sir Fergie fait la même analyse que moi, grosso modo. J’ai oublié de signaler que le premier but des Spurs pourrait être attribué à Evans car, au sol, le défenseur de MU a dévié involontairement le tir du visiteur dans la cage puisqu’il était sur la trajectoire. Tottenham a été réaliste et chanceux sur les trois buts mais la chance n’est que la manifestation de la volonté. J’avais pronostiqué 5 buts mais plutôt 4-1 que 2-3…

Manchester United 2-3 Tottenham
Buts pour MU: Nani (51e), Kagawa (54e)
Buts pour Tottenham: Vertonghen (2e), Bale (32e)Dempsey (52e)

A la fin du match, on a eu l’impression que Tottenham avait remporté la Champions League… Que de joie! Que de célébration! Juste pour une victoire à l’extérieur en championnat ! Gagner à Old Trafford cela tient de l’exploit. Il suffisait de voir les joueurs de Londres: enfin la capitale est venue à bout du village des irréductibles provinciaux ! Pour ce qui est du match, MU a été lamentable en première mi-temps: amorphes, tous les Red Devils étaient une équipe de morts vivants. Il a fallu la rentrée de Rooney pour réveiller la Maison Rouge et cela veut dire que “Wazza” est indispensable à MU. Van Persie n’a pas de rayonnement. Et c’est bien compréhensible.
Une bonne équipe doit avoir une bonne défense. Tottenham l’a prouvé alors que MU n’a plus le triangle magique: gardien + Vidic et Ferdinand. En première mi-temps, la défense de MU c’était Sunset boulevard! Vraiment lamentable de voir ça à MU. Et devant, il n’y avait que des pétards mouillés.
Les Spurs ont marqué en contre attaque alors qu’il n’avait pas la domination question possession de ballon. MU n’a jamais tiré une fois de manière efficace avant de marquer le premier but. Cela dit, il faut signaler que MU a été volé de trois penalty, sans parler des deux tirs sur les montants… Nous ne sommes qu’au début du championnat. Il n’y a pas péril en la demeure.

Man United

Lindegaard/ (3) De Gea ou lui c’est kifkif
Evra © (3) Sans présence déterminante
Evans (2) Une arcade de boulevard
Ferdinand. (1) Prendre 3 buts à la maison… Indigne de son rang. Puis (90e+1) Chicharito(Non noté) Envoyé au casse-pipe pour rien
Rafael/ (5) Le seul épargné par la catastrophe collective
Carrick (5) A fait ce qu’il a pu mais n’a pas pu grand chose
Scholes (3) Pas dans son assiette.
Giggs/ (1) Une ombre. Puis (45e) Rooney (8) Bon retour. A tiré un coup franc sur le montant
Nani (6) Mieux offensivement. Niveau défense? 0…
Kagawa (7) A joué avec coeur. Puis (78e) Welbeck (4) A ratissé un peu
Van Persie (6) Une belle passe décisive à Kagawa. Il avait le troisième but pour MU au bout du pied mais au lieu de servir Rooney démarqué qui lui demandait le ballon il a tiré égoïstement pour rien…

Sur le banc: De Gea, Wootton, Anderson, Cleverley

Coach: Sir Alex Ferguson (3) A force de faire du turn over, il n’a plus d’équipe. J’ai noté le visage fermé à double tour de Chicharito. Le Mexicain n’est plus heureux à MU, cela se voit. Il est le nouveau Berbatov de Ferguson. C’est triste à voir.

Permalien 08:51:05, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Les souffrances du prince Sternenhoch, et Je suis la volonté absolue, de Ladislav Klima (La Différence)

D’emblée, il faut féliciter les éditions de la Différence qui publient des ouvrages tous plus somptueux les uns que les autres. C’est le haut de gamme. Cela ne résulte pas d’une démarche élitaire car le grand talent est simple comme bonjour. La Différence a du mérite car cet éditeur ne vise pas sous la ceinture : Mörike, de Viau, Pessoa, Butor, Sebbag… Leurq livres ne sont pas là pour faire la catin dans les vitrines ou à la télévision. Ils sont là pour élever l’âme ce vers quoi devrait tendre toutes les créations artistiques. Certes on peut s’amuser avec de la littérature attractive mais chercher à faire de l’argent avec des produits formatés à l’air du temps cela tient de la publicité. Certes il n’y a pas de secret pour réussir mais c’est plus facile de faire recette avec du vide intellectuel. Donc le livre de Klima (Les Souffrances du prince Sternenhoch) sous-titré « roman grotesque » est une masse brute présentée sous forme de journal au cours de l’année 1912. On y lit par exemple : « L’amour est une saloperie avachie, c’est la haine qui est tout. » Il s’agit du journal intime du prince Sternenhoch, un « des plus grands seigneurs allemand » du début du XXe siècle, destiné à succéder à Bismark. Tout y est loufoque, digne d’Alfred Jarry. « Son altesse était pour ainsi dire à couteaux tirées avec la plume », lit-on entre joyeusetés .

«Chez l’homme, les pensées tant soit peu profondes mènent nécessairement à la folie, les pensées tant soit peu honnêtes à l’idiotie». Aphorisme fulgurant ! Le titre de l’ouvrage de Ladislav Kilma fait penser aux Souffrances du jeune Werther de Goethe. Pas que le titre d’ailleurs : il s’agit aussi d’un roman initiateur. On pense aussi à Pessoa et Melville tant Ladislav Klima est un écorché vif qui ne fait aucune concession sinon à quoi bon écrire. On écrit contre le monde, contre ceux qui nous ne liront jamais parce qu’ils passent leur temps à massacrer la planète et ses habitants. La littérature est une galaxie. Que l’on soit espagnol, français ou russe c’est la même chose. Il faut se dresser contre la bêtise crasse des dirigeants qui ne pensent qu’à eux. Un président de la République qui se prend encore pour le Président quand il va pisser à 3 h du matin, j’appelle ça un fou. On est président que le temps de l’ouverture des bureaux de la sécurité sociale. Klisma a tout fait dans sa vie. D’abord rien, puis conducteur d’une machine à vapeur, gardien d’une usine désaffectée, malaxeur de mauvais tabac, dramaturge et journaliste. Né en 1878, il est mort quasiment inconnu en 1928. Sa gloire est posthume comme pour van Gogh, Baudelaire, Lautréamont et Kafka. Il se moquait de la notoriété car il voulait se ternir en marge de la norme. Les souffrances du prince Sternenhoch fut le seul ouvrage publié du vivant de Klima.
Les éditions de la Différence publient aussi Je suis la volonté absolue, sous- titré autobiographie(s). Le « s » est très intéressant et lourd de sens. Cet ouvrage dans sa nouvelle traduction est le résultat d’un vrai combat avec le langage de la traductrice qui a très bien travaillé : traduire c’est respecter et non pas déformer. « L’étron tombé du cul d’un bûcheron a plus de valeur que tout intelligentsia tchèque. » Avec de pareils aphorismes, il ne sait pas attirer que des amis.

-Les souffrances du prince Sternenhoch. De Ladislav Klima. Traduit du tchèque par Erika Abrams
La différence, 256 p.,10 €

-Je suis la volonté absolue
De Ladislav Klima. Traduit du tchèque par Erika Abrams. Postface de Jan Patocka
La Différence, 336 p., 19 €

28.09.12

Man United peut rendre un grand service à Lloris

Samedi 29 septembre 2012, 18 h 30
Manchester United-Tottehnam.

Le football est un monde terrible- à l’image du reste- où les coéquipiers sont des rivaux.
On ne peut que jouer à onze au football, plus les remplaçants.
Regardons ce qui se passe à Man United: Lindegaard a pris la place de De Gea dans la cage rouge en Premier League.
Regardons ce qui se passe à Tottenham: c’est pire, Hugo Lloris n’a aucun poids médiatique dans la balance. En Angleterre, le gardien de l’équipe de France ne représente rien. Il doit faire ses preuves comme n’importe quel débutant. Pour l’instant, il n’a joué qu’un match en Europa League où il n’a rien eu à faire face à la Lazio Rome (0-0)
Avec les Spurs lors des 16e de la Coupe de la Ligue contre le 10e de 3e division (victoire des Spurs 3-0) le Niçois n’était même pas sur le banc ! L’entraîneur de Tottenham, André Villas Boas, a préféré titulariser son gardien n°3 Carlo Cudicini (39 ans) et mettre n doublure lumière le n°4, Heurelho Gomes (31 ans). Lloris a pu rester en famille. Bien sûr Hugo Lloris n’était ni blessé, ni malade. Le coach Portugais a offert “du temps de jeu” à ses autres gardiens qui croupissent en réserve. Ainsi va le coaching.
La star actuel à Tottenham c’est Brad Friedel, 41 ans. Il est indélogeable à son poste. Aucun changement dans la hiérarchie n’est prévu tant que le gardien américain n’est pas blessé. Il pourrait cependant être écarté s’il fait une contre performance. Ce samedi 29 septembre, il va jouer contre Man United à Old Trafford où les Red Devils sont favoris à 99%. Lloris n’a plus qu’à souhaiter que Friedel encaisse un wagon de buts. Certes, il ne le dira pas mais ses fans n’en penseront pas moins.
Si van Persie, Ronney, Chicharito et Welbeck font parler la poudre, Friedel va voir sa cote baisser.
L’Américain va devoir sortir un très “gros” match. Je vous prédis qu’il va être bombardé !
Pour Lloris la situation de complique non pas qu’à Tottenham mais aussi en équipe de France: Deschamps peut-il titulariser un gardien qui ne joue jamais en championnat ? Depuis le match face à la Biélorussie, (le 11 septembre) le capitaine tricolore n’a joué qu’un match. Quelle peau de chagrin !
Ce transfert de Lloris à Tottenham n’est pas une réussite.
J’aurais bien vu le Niçois signer à Man U avant que Sir Ferguson ne fasse venir De Gea.
Ferguson fait jouer la concurrence. Villas Boas non. Il est vrai que l’entraîneur portugais ne peut pas jouer avec
le feu car il est sur un siège éjectable, à l’inverse de l’Ecossais qui lui a assez de poids historique pour oser changer de gardien alors que ce poste est hyper important. D’autant plus qu’à MU Vidic, Smalling et Jones sont tous blessés. Et que Rio Ferdinand joue sur une jambe. Il ne serait pas étonnant de voir Carrick en défense centrale avec le retour de Fletcher au milieu de terrain. Le duo Dupont-Dupond (à l’opposé de tous ces frimeurs du ballon rond qui sont beaucoup moins talentueux que Carrick et Fletcher) que j’aime tant est tout près d’être reconstitué par Maître Ferguson, diable d’homme. Un vrai Red Devil !

Permalien 09:02:53, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Carling cup *: King Rooney et Fletcher de retour avec les "coiffeurs" de Man United contre Newcastle (2-1)

Rooney et Fletcher sont de retour pour la plus grande joie des fans de MU. Les deux joueurs représentent l’âme de MU. Rooney doit être titulaire d’office. Il doit jouer avec van Persie, il est hors de question de voir Rooney sur le banc. Fletcher lui revient de si loin qu’il va peu à peu revenir à la haute compétition.

16e de Coupe de la Ligue
26 septembre 2012
Manchester United 2-1 Newcastle
Buts pour les Reds Devils (44e), Cleverley (58e)
But pour Newcastle: Papiss Cissé (62e)

Man United
De Gea/ (6) Aurait dû mieux sortir sur le but des visiteurs, pour s’élever dans les airs
Vermijl. (7) Bon centeur. Puis (76e)Tunnicliffe (5) Correct. Son père a gagné 12.600 euros car il avait parié, en 2002 que son fils jouerait un jour dans l’équipe fanion de Man United. Non, non, Sir Ferguson n’est pas de mèche.
Keane (7) De la grinta mancunienne
Wootton (6) Bon match
Buttner/ (7) Très bonne recrue. Puis (85e) Brady. Non noté
Cleverley (8) Quand il sera un peu plus étoffé il est postulant au titre de titulaire. Joueur plein de rage. Une sorte de hyène des pelouses
Fletcher (8) Grand retour
Anderson/ (7) Doit perdre 5 kilos pour enfin de devenir constant
Chicharito (7) Beaucoup d’énergie déployée hélas il n’a pas été récompensé par un ou deux buts
Welbeck (7) Harceleur en chef
Rooney.(9) Fantastique meneur de jeu. Un des cinq plus grands joueurs au monde en activité. Puis (75e) Powell (5) Petit à petit trouve sa place au sein de l’effectif

Sur le banc: Johnstone, Evans, King, Lingard

Coach: Sir Ferguson (10). Parfait coaching avec les coiffeurs

Manchester United s’est qualifié pour les 8es de finale de Carling Cup grâce à un turn over réussi par Sir Ferguson. Les coiffeurs ont fait passer un souffle de vent frais sur Old Trafford. On a vu sur le terrain beaucoup des futurs joueurs qui seront en équipe fanion mais attention Sir Ferguson est très exigeant. Ce n’est pas parce qu’il vous aligne en équipe première que c’est arrivé. Du côté de Newcastle, il y avait Obertan, un ex de la Maison Rouge recalé par l’Ecossais.
Le Brésilien Anderson a ouvert le score avant que Cleverley ne vienne confirmer la supériorité des Red Devils. Les visiteurs sont revenus à 2-1 sans pour autant forcer le destin à leur avantage.
Les Fans ont eu la joie de revoir Wayne Rooney tout heureux de rejouer après sa blessure en Premier League. L’avant centre a joué n°10. Il a été excellent dans le rôle de distibuteur. Il faudra qu’il joue comme ça avec van Persie. Contre Newcastle on a vu qu’il s’entendait bien avec ses amis Chicharito et Welbeck. Le Mexicain a frappé sur le montant. Le Sud-Américain n’est pas content de son sort de remplaçant: il a demandé à Sir Ferguson de le transférer mais l’Ecossais a refusé: il faut absolument donner du temps de jeu à Chicharito, joueur explosif comme il en existe peu.
Autre retour: on le croyait perdu pour le football- en raison d’une grave maladie de l’appariel digestif- Darren Fletcher est revenu dans le groupe. Il a fait un très bon match, dans son registre de récupérateur-relayeur. Le milieu de terrain est un joueur terriblement attachant. C’est un anti-Beckham. Son retour est un événément pour tous les fans. Son visage est marqué par l’épreuve mais son corps à très bien répondu présent.

* la Carling Cup s’appelle désormais Capital One Cup…

27.09.12

Permalien 07:43:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Un café à la campagne, de Christophe Lefébure (Editions Rouergue)

Ecrivain et photographe, Christophe Lefébure est aussi un anthropologue. Avec ses appareils photos il recense le patrimoine populaire français : églises peintes, clochers, châteaux de famille, outils et travaux de la ferme, villages corses, campagnes oubliées d’Ile de France, croix et calvaires, les écoles, les moulins, les villages perchés, les lavoirs… Tous ses clichés sur la France profonde forment autant de livres. Cette fois, il a photographié les cafés pour en faire un très bel album. Un de plus beaux dans son œuvre importante. Un album tout en couleurs mais Christophe Lefébure aime tant les gens et les lieux qui retiennent son attention que toutes ses images semblent être en noir et blanc, tant on y perçoit l’âme des photographiés et celle du photographe.
La couleur est toujours un peu trop pimpante. Ici la nostalgie nous saute aux yeux en quadrichromie si j’ose dire. Lefébure aime particulièrement les cafés qui font aussi épicerie, boulangerie voire coiffeur. Aujourd’hui, on fait tout pour qu’ils disparaissent. Prix du tabac exorbitant, interdiction de fumer en lieu public. Et si quelqu’un se retrouve impliqué dans un accident de la circulation avec de l’alcool dans le sang, il peut nommer le café d’où il sort : on accuse le cafetier qui risque la prison. Les cafetiers sont des gens très courageux.
«Les cafés ont toujours été dans le collimateur des pouvoirs publics. Sitôt leur apparition, ils sont accusés d’être un encouragement à l’alcoolisme, cette « cause »- se moque Gustave Flaubert- de toutes les maladies modernes. » Lefébure aime les gens qui le lui rendent bien par des francs sourires, ils sont mis en confiance par l’humanisme du photographe qui n’est pas là pour se moquer d’eux, au contraire ! Il les célèbre sans cesse. Parfois il ne prend que la vitrine des cafés comme cette alimentation/buvette de Tillières-sur-Avre (Eure) qui a décoré son magasin avec des paquets d’OMO. Ailleurs dans le Chatillon, Marthe Bonvalot, 90 ans, tient encore le café familial ouvert depuis sept générations. A Vierzon, notre Tintin des comptoirs a déniché le Café à l’âne qui renifle.
Dans les cafés à l’ancienne, il n’y a pas de percolateur on fait le café avec des cafetières. Et peut-être même encore à la chaussette. Dans son texte, Lefébure nous raconte l’historique des cafés du Procope à Zola…Berthe nous attend au Compeix dans la Creuse : elle regarde droit l’objectif, avec ses belles mains de travailleuse sans relâche, tout prêt d’un bol et d’un verre Duralex. Tous ces cafés sont autrement plus beaux que les cafés branchés où l’on se fait des rails de coke dans les toilettes. Il vaut mieux aller Chez la Luce à Antully (Saône-et-Loire) où nous attend de bons œufs frais. Etes-vous tendance techno avec un ecstasy dans les neurones ou version paisible de deux amis qui écossent des haricots dans la Nièvre, au Café Millot ?
Lefébure répertorie aussi les objets, les ustensiles : carafes, ardoises publicitaires, tasses, plateaux, baromètres, verres, balances… Depuis le début des années 2000 les cafés de province sont en voie de disparition. Il y a péril en la demeure. Bien sûr, les descendants ne reprennent pas la succession. On met la clé sous la porte : mieux vaut être chômeur en ville que travailler tranquillement à la campagne. C’est oublier que les gens auront toujours besoin de boire et d’être ensemble. Plus les cafés ferment, plus la vie devient violente. Les cafés de villages vivent leurs derniers instants annoncent Lefébure. Il a raison.
Le texte en fin de volume est somptueux. Il n’y a pas une ligne à retirer. C’est un requiem bouleversant. Lefébure écrit très bien sur le rapport client-patron. Je suis bien placé pour le savoir. J’ai vu le bar de mon père être le lieu de rendez-vous d’un quartier entier. Puis j’ai vu les habitants du quartier mourir un à un. Plus de bistrot. Plus de clients. Plus de grands-parents. Plus de père. Rideau. Ca fait mal. Il faut continuer car on n’aurait pas pu prendre le flambeau sur le long terme. Le H, l’herbe et la coke ont remplacé le café, le pastis et le rouge. J’aurais pu tenir un vieux café à l’ancienne mais une salle de shoots, non merci. J’aime les shoots mais sur un terrain de football !

-Un café à la campagne
De Christophe Lefébure
Editions Rouergue, 144 p., 26 €

[Post dédié à mon père,à son frère et à ses parents]

Permalien 06:36:05, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Brest: Tonnerre d'OGCNice, 8 buts en deux matchs !

Les Aiglons de Puel sont allés s’imposer à Brest pour se qualifier en 8e de finale de la Coupe de la Ligue 2013 où ils rencontreront Lyon au stade du Ray qui vit ses derniers grands combats en L1 après plus de 100 ans de bons services. Qui n’a pas vu un match au Ray avec vue sur les cyprès nissarts un soir de pleine lune n’a rien vu.

16e Coupe de la Ligue
Brest, Stade Francis-Le Blé,
Stade Brestois 2-4 Nice
Buts pour le GYM : Kolodziejczak (10e), Cvitanich (38e, 44e), Eysseric (92e)
Buts pour Brest: Ospina (csc, 26e), Ayité (54e)

Nice : Ospina - Palun, Gomis, Civelli, Genevois - Digard ©, Abriel - Pied. Puis Bahoken (84e), Meriem. Puis Eysseric (46e), Kolodziejczak - Cvitanich. Puis Bosetti (80e)
Coach: Claude Puel

En deux matchs contre Nice, Brest a encaissé 8 buts dont 4 à domicile. Dans le même temps, les Brestois ont inscrit quatre buts face aux Aiglons. Des scores qui ressemblent aux années 1950. Personne ne s’en plaindra, sauf les fans de Brest.
Ospina a fait une bourde comme quoi la confiance c’est important. Devenu remplaçant, il a commis une faute inhabituelle chez lui. On ne lui en veut pas. Il a toujours bien défendu notre cage.
Cvitanich a réalisé un doublé. Ce qui va le libérer.
On remarque que les buts viennent aujourd’hui de nos attaquants et non plus exclusivement des défenseurs.
Eysseric a marqué un but d’anthologie: un ciseau acrobatique.
Le Nice de Puel fait plaisir à voir: sérieux, compétence, rigueur, joie de jouer, discipline, inspiration, assurance, volonté…
La préparation pour l’entrée dans notre nouveau stade suit bien son chemin.
On ne s’enflamme pas. On constate, c’est tout.
Ironie du sort en 8e de finale, le 30 ou 31 octobre 2012, Nice recevra Lyon, l’ancien club du Boss Puel.
Superbe affiche. Les Nice-Lyon sont toujours électriques et celui-ci le sera encore plus que les autres.
Attention, il y a un axe Nice-Lyon: Ederson et Lloris sont allés à Lyon qui a vu ses anciens poulains Rémy et Mounier venir un temps à Nice. Claude Pied a fait venir Pied au Gym. Il a aussi placé Palun en défense ce qui s’avère payant pour le club et pour le joueur. L’enfant du pays, Bosetti, participe au jeu. On voit que Puel pense à tout. Il a un vrai projet. Nice l’a relancé et il a relancé Nice.
Et moi, je pense à Fleury Di Nallo qui n’en menait pas large quand il venait au Ray pour y affronter le duo Isnard-Serrus. Le présent n’est pas une éponge qui efface le passé. Le présent c’est le passé qui s’impose.

26.09.12

Permalien 16:02:15, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United: Valencia avec des béquilles et Vidic "out" huit semaines

Lors de Liverpool-Man United Glen Johnson a poussé Valencia dans le dos ce qui lui a fait faire une pénible torsion du pied droit. A présent, il est blessé. Prendre 3 points à Liverpool et perdre Valencia ce n’est pas une belle affaire.

Sir Ferguson compte deux nouveaux blessés.
La blessure du capitaine Nemanja Vidic est plus grave que prévue puisque les médecins pronostiquent qu’il sera absent pendant huit semaines. Le Serbe n’a pas joué à Liverpool (1-2) par précaution mais le mal était déjà fait. Il faut parler de rechute. De fait, la douleur se situe dans le genou droit de Vidic, déjà touché en décembre lors d’un match d’UEFA Champions League à Bâle. Suite à ce choc, le défenseur central est resté éloigné des terrains pendant neuf mois, en raison d’une rupture des ligaments croisés et blessure aux ligaments médians et latéraux). Cinq matchs après son retour, les complications sont là. Sir Alex Ferguson a de gros problèmes en défense centrale car Chris Smalling et Phil Jones ont été opérés récemment. De surcroît Rio Ferdinand a traîné la jambe à Liverpool où Evans a failli avoir la jambe cassée par une joueur hyper violent de Liverpool.Sans Vidic, le pourcentage de victoires de United en Premier League de Man United baisse de près de 10 %. Les Red Devils ont remporté 75 % de leurs matches avec Vidic, contre 65 % en son absence. Ils ont également 30 % de chances en plus de concéder un but quand il n’est pas là.
Autre mauvaise nouvelle: Antonio Valencia a quitté le centre d’entraînement de Carrington avec des béquilles. Le pied droit de Valencia était dans une attelle de protection, et le staff médical de Man United va poursuivre les examens sur cette blessure contractée dimanche à Liverpool. L’ailier s’est blessé sur la faute entraînant le penalty décisif à Anfield malgré les déclarations de Glen Johnson qui l’accusait d’avoir plongé.

Permalien 10:23:55, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

"Essais à la troisième personne" de Paul Nizan, et "L’homme communiste" de Louis Aragon (Le Temps des Cerises)

«J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.» Beaucoup de gens connaissent cet aphorisme qui figure au début d’Aden Arabie (1931) sans savoir que ce mot d’auteur célébrissime est de Paul Nizan. Son nom revient dans l’actualité littéraire. Tant mieux. Le Temps des Cerises fait partie des ces éditeurs dont on dit qu’ils « sont petits » à tort. Petit par leur taille mais pas par leurs choix. Ces éditeurs publient de livres qu’on ne voit pas ailleurs. Ainsi cet inédit de Paul Nizan que plus personne ne lit. Essais à la troisième personne restitue l’impact du social sur l’individu. Cela reste essentiel. Combien y a-t-il de chômeurs en France dans les années 2010 ? Disons 3 millions officiels. Avec les contrats à courte durée et les stages on atteint un chiffre record. Sans doute plus qu’en Espagne (5 millions). Dans les grandes villes, on voit des mendiants partout, surtout devant les magasins qui vendent des tartelettes à presque 10 euros pièces.
Il est bon de relire la prose d’un écrivain des années 1920 qui cherche à s’insérer dans la société sans perdre ses convictions. L’idée est de servir une cause tout en étant heureux. On sait qu’il s’est bercé d’illusions avec le communisme. Le projet commun de cette belle utopie lui avait laissé croire que les soviétiques n’avaient plus peur de la mort puisque leurs successeurs poursuivront leur travail à l’infini. Cependant après le pacte germano-soviétique de 1939, il s’est éloigné du PCF non pas en raison de la morale mais à cause du manque d’indépendance des communistes français qui auraient dû mieux anticiper le cynisme et la violence des dirigeants de l’URSS. En riposte, Maurice Thorez, le secrétaire général du PCF, traita Nizan «d’agent de police » et Louis Aragon portraitura Nizan sous les traits du traitre Orfilat dans Les Communistes.
Le 23 mars 1940, Paul Nizan fut tué d’une balle dans la tempe lors de l’offensive allemande dans le Pas de Calais. En 1960, par le biais d’une préface d’Aden Arabie, Jean-Paul Sartre réhabilita son ami au lycée Louis-le-Grand dès 1922. Lors de la réédition des Communistes en 1960 Aragon retira de son livre le traitre Orfilat… Et dix ans plus tard, le PCF fit amende honorable sur les anciennes accusations portées contre Paul Nizan qui fut un visionnaire. Dans Essais à la troisième personne, j’ai noté la présence de quelqu’un dont plus personne ne parle : Henri Franck (1888-1912), l’auteur de La Danse devant l’Arche, l’un des premiers livres publiés par Gaston Gallimard. Le jeune homme mort à 24 ans était de la famille de mon ami Emmanuel Berl qui ne l’oublia jamais.
Que dire de L’homme communiste né de la réunion de divers textes écrits par Aragon de 1937 à 1946 pour la première partie, et jusqu’en 1953 pour la seconde ? Le texte résiste au temps car il est remarquablement écrit. Simple et direct, pas de pédantisme. Si le préfacier nous annonce que l’éditeur ne cède pas à « un effet de mode » force est de constater que Louis Aragon se lit toujours avec délectation. On n’en dira pas autant de la plupart de ses contemporains et des auteurs de ce début du XXIe siècle. Aragon ne se regarde jamais écrire, il n’y a pas de pose, et ici nous ne sommes pas dans l’œuvre poétique, juste dans la réflexion politique. Bien sûr pas un mot sur les millions de morts du communisme. « Aragon était un homme de parti alors il suivait la ligne du parti lui sinon il l’aurait quitté mais je peux témoigner que Louis était d’une extrême insolence en 1919 quand nous avions une vingtaine d’années », m’a certifié Philippe Soupault. Dans les premières pages Aragon désigne le docteur Goebbels comme étant le « patron » des anti-communistes. Voilà pourquoi beaucoup de Français sont devenus collaborateurs. Ils disaient : « Tout plutôt que le bolchevisme ! » Ils ne savaient ce que leur réservait Hitler.
Aragon attaque le plus souvent la bourgeoisie qui a poussé Gide à écrire : « Famille je vous hais ! » Aragon n’est pas étonné que Gide fut le premier intellectuel français a dénigré le communiste à la soviétique puisqu’il est un représentant de la bourgeoisie. En 1946, Aragon parle encore de « Boches » quand il désigne les Allemands… A l’époque, le parti communiste avait de sacrés ambassadeurs : Paul Langevin, Joliot-Curie, Picasso, Eluard, Aragon…
L’auteur du Paysan de Paris était très doué pour écrire les éloges funèbres : celle de Paul Eluard est à lire et relire. Et à la disparition de Paul Vaillant-Couturier en 1937, il a l’émotion à fleur de langue. Il nous rappelle que le cercueil de l’un des fondateurs du Parti communiste a fendu la foule d’un demi-million de parisiens. Quand il évoque Guy Môquet, Aragon, note en 1942 : « Il a été fusillé évanoui ». (sic) Môquet avait 17 ans quand il fut passé par les armes. « Kommunist, pas Français ! » dit un nazi. Aragon énumère les 27 martyrs du camp de Châteaubriant. Page 496, il se définit lui-même comme un « poète de propagande ». C’est dire sa lucidité. On peut adresser des critiques à Aragon mais il est évident qu’il reste le meilleur poète français du XXe siècle. Et un prosateur qui prend grand soin de ne jamais lasser le lecteur. Sa langue est magnifique. Elle conserve toute sa fraîcheur. Un véritable artiste du langage. Il écrit comme on joue d’un instrument.

-Essai à la troisième personne
de Paul Nizan
Préface d’Anne Mathieu et François Ouellet. Appareil critique d’Anne Mathieu.
Le Temps des Cerises, 163 p., 14 €

-L’homme communiste
de Louis Aragon
Préface de Francis Combes.
Le Temps des Cerises, 500 p., 22 €

25.09.12

Permalien 09:47:06, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Un héros, de Félicité Herzog (Grasset)

On peut dire ce que l’on veut mais Maurice Herzog fut le premier homme à gravir jusqu’au sommet de l’Annapurna. Certes tout n’a pas été un conte de fées mais qui peut me garantir que la victoire des footballeurs français en Coupe du Monde 1998 fut aussi belle qu’on la raconte sans cesse ?

Malgré tous ses efforts pour saccager l’image de son père, Félicité Herzog a écrit un livre d’amour sur le premier vainqueur de l’Annapurna devenu secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports du général de Gaulle. De l’amour contrarié mais de l’amour quand même. “Famille, je vous hais! “(André Gide) On connaît la chanson! Maurice Herzog, mon père, ce zéro… Le beau zéro, le grand zéro… L’alpiniste Maurice Herzog a-t-il été un père à la hauteur ? On n’en finirait pas de plaisanter sur le titre (Un héros) de l’ouvrage hostile à un monument mondial de l’alpinisme, chef d’expédition de l’illustre cordée qui a réussi là où cinquante-cinq autres tentatives échouèrent. Les enfants sont-ils les mieux placés pour juger leurs parents ? Cela reste à prouver. « Tuer » le père quand on a 44 ans et une très bonne situation sociale (tête pensante chez Areva), cela ne relève pas de l’exploit. Il y a deux façons de parler des siens : celle de Pascal Jardin (Le Nain jaune) qui a davantage écrit un grand livre qu’un portrait exact de son père, haut fonctionnaire de la France vichyste, ou celle d’Alexandre Jardin (Des gens très bien) petit-fils qui a dézingué son grand-père dans une démarche éditoriale plus proche de Voici que du Bloc-notes de François Mauriac. Pour espérer faire un succès de librairie, il faut qu’un parfum de scandale précède la mise en vente.
Un héros est donc la descente en flammes tardive d’un père par sa fille qui a choisi sa mère pour dédicataire. Elle aurait pu y ajouter son frère psychotique au point d’en mourir, à bout de force. Nous sommes dans l’autobiographie avec ici et là quelques arrangements avec la vérité jusqu’à parfois déraper vers le n’importe quoi. Page 39 : Félicité Herzog prétend que le cadavre de Jean Prévost a été «traîné jusqu’à la mort par une voiture de la Gestapo». Primo, un cadavre ne peut pas être trainé jusqu’à la mort… Secundo, d’où tient-elle cette information ? Peut-être de sa mère qui fut marié à Simon Nora (1921-2006), «résistant, juif et compagnon de route des communistes». Ce premier mari n’est autre que le père d’Olivier Nora, l’actuel patron des éditions Grasset. Comme le monde est petit.
Le débinage du père sert donc à rendre hommage à une mère (Marie-Pierre de Cossé-Brissac) qui a dû subir l’antisémitisme de ses parents (père pétainiste et mère collabo) avant d’épouser en secondes noces Maurice Herzog- dont elle divorça- qui attirait toute la lumière sur lui. La vengeance étant un plat qui se mange froid, il était temps, en 2012, d’abattre la statue du commandeur qui va fêter ses 93 ans. A l’ère de la littérature jetable, ce que dit Félicité Herzog est plus important que son style. Le fond domine la forme même dans la partie plus intime du récit- «le misérable petit tas de secrets»- là où l’on frôle l’inceste, par le biais d’un «viol du regard».
L’essentiel du livre, on le connaissait déjà depuis que Gaston Rébuffat, membre de l’expédition, s’était désolidarisé des récits de l’ascension de l’Annapurna signées par M. Herzog, starifié en couverture de Paris Match, brandissant le drapeau français au bout de son piolet. Le cliché fut pris par Louis Lachenal, grand oublié de l’exploit historique du 3 juin 1950 accompli ensemble. Lachenal ne tira aucun marron du feu tandis que celui qu’il accompagna par conscience professionnelle fut recouvert de gloire jusqu’à entrer dans le gouvernement gaulliste. Amorçant la controverse, Annapurna premier 8000 de M. Herzog s’arracha comme des petits pains. A la mort de Lachenal, dans une crevasse de la Vallée Blanche, au cours de hiver 1955, les notes du disparu (Les Carnets du vertige) furent mises en forme par Gérard Herzog, le frère de Maurice… Il a fallu attendre quarante ans pour enfin découvrir des manuscrits inédits de Lachenal- mis au grand jour par son fils Jean Claude- qui décrivent une autre version de l’ascension.
Lachenal rapporta que M. Herzog poussa l’expédition au-delà du raisonnable pendant que lui ne laissa pas tomber « l’illuminé» parce qu’un guide ne doit pas abandonner quelqu’un sous peine d’être accusé de non assistance à personne en danger. «Marchant vers le sommet, [M. Herzog] avait l’impression de remplir une mission. C’est pour lui et pour lui seul que je n’ai pas fait demi-tour. Cette marche au sommet n’était pas une affaire de prestige national. C’était une affaire de cordée. » C’est toute la différence entre un alpiniste en quête de prouesse et un professionnel de la montagne. A force de trop braver le danger, les deux hommes subirent l’amputation des pieds et des mains (Herzoz) et des orteils (Lachenal). Dans un autre domaine, celui de la conquête de la lune, on connaît surtout Neil Armstrong, le premier à alunir, au détriment de Buzz Aldrin qui l’a suivi pourtant de près. Lors de la Première Guerre Mondiale, on disait que « Parade » était de Cocteau sans préciser que les décors et la musique avaient pour auteurs Picasso et Satie. Félicité Herzog dresse le portait d’un dragueur assoiffé de conquêtes qui hésite entre DSK et Simenon. Cela méritait-il 302 pages ? On n’écrit pas comme on fait du ski à Gstaad. Une chose est certaine : M. Herzog a prouvé qu’il avait un mental d’acier. Celui qui manque d’habitude à tant d’athlètes français.

-Un héros
de Félicité Herzog
Grasset, 302 p., 18 €

24.09.12

Permalien 03:30:03 pm, Categories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Les déclarattions de Sir Ferguson et d'Evra à Anfield, après la victoire 1-2 dans le derby de la Mersey

Le jeune brésilien Rafael a marqué un superbe but à Anfiel sur une passe hyper dosée de Kagawa. Inutile de vous dire que du côté d’Old Trafford et de Carrington personne ne doute que MU sera champion et moi le premier. Le week-end prochain, Lloris va découvrir Old Trafford sur le banc des Spurs. Me revient un mot de Ferguson à l’intersaison: “L’an passé, j’ai mis trop de jeunes d’un coup. J’ai eu tort…” Cette saison, il ne fait pas la même erreur. La joie de Rafael est belle à voir. Ce latéral droit a un superbe pied gauche. Ce warrior est vif, explosif. C’est déjà l’un des meilleurs défenseurs au monde. Un titulaire indiscutable quand il est en pleine possession de ses moyens physiques. Ferguson a très bien fait de le recruter.

Sir Alex Ferguson:
-"On n’a pas bien joué à Anfield au cours des quatre dernières saisons. Cette fois on a au moins obtenu un bon résultat. Ce sera peut-être un tournant au vu de nos performances passées, je l’espère du moins. Pendant cinq, six ou sept saisons, on a eu d’excellents résultats là-bas. Mais tout est cyclique. Avant cela, à la fin des années 1980, c’est Liverpool qui nous a dominés plusieurs saisons de suite, maintenant, la tendance va peut-être s’inverser en notre faveur. Pour être franc, je nous ai trouvés mauvais jusqu’à l’expulsion de J. Shelvey. Ces quatre dernières saisons, je trouve qu’on s’est laissés perturber par leur public. Celui-ci leur apporte énormément d’envie et Liverpool nous a vraiment dominés en première période. Ils ont super bien démarré la deuxième mi-temps. Étant réduits à dix, je pensais qu’ils avaient fait un grand pas vers la victoire. Mais il faut rendre hommage à mes joueurs, qui ont beaucoup mieux joué ensuite, même si nous étions en supériorité numérique il est vrai. Je pense que l’expérience de Scholes, Carrick et Giggs nous a beaucoup aidés. Le carton rouge était justifié, je n’ai aucun doute là-dessus. “J’ai vu le ralenti. C’était très dangereux. Jonny Evans était le premier sur le ballon, c’est clair. Shelvey était en retard et il aurait pu le blesser gravement. Jonny a eu de la chance en vérité. Shelvey s’en est pris à moi ensuite. À quoi bon ? Il n’a qu’à assumer ses responsabilités. C’est facile d’accuser les autres. Je pense que c’est un jeune joueur et qu’il réalisera la bêtise de son acte en revoyant l’action. Peut-être qu’il s’excusera, ou pas. Rafael nous a sortis du pétrin. Son but était magnifique et a eu le mérite de remettre vite les pendules à l’heure. La situation n’était pas évidente pour van Persie, mais il est resté calme, comme je m’y attendais de sa part. À Arsenal, il mettait ses penalties quel que soit le côté. Reina est parti du bon côté, il a même touché le ballon, mais la frappe était trop puissante.”

Patrice Evra:
-"C’est incroyable! Je trouve que gagner à Anfield, c’est une sensation à part. Ça fait plus de quatre ans que je viens ici [presque cinq, en fait], un long moment, et je n’ai jamais vu de tels sourires dans le vestiaire après le match. Je voulais gagner contre Liverpool. Que je joue bien ou mal, une seule chose compte : la victoire. Et on est allés la chercher. Ça n’a pas été une rencontre facile. Il y avait beaucoup de tension et d’émotions avant le coup d’envoi, et au final on remporte les trois points. On ne parle que de ça, de la victoire, parce qu’on a fait du bon boulot. Félicitations à tous.Je pense que le mot du jour, c’était le respect, parce qu’il s’agissait d’un match entre deux grands clubs qui ont chacun vécu une grande tragédie. Donc même si on parle beaucoup de ma poignée de main avec Suarez, l’histoire des deux clubs est bien plus grande que ça. C’est pour ça que je pense que je n’aurais pas honoré l’histoire des clubs si je ne lui avais pas serré la main. Au final, il m’a serré la main cette fois, mais il était bien plus important de respecter les familles qui ont perdu un proche. Quand on est menés 1-0 à Anfield, c’est vraiment difficile de rebondir. Pourtant on a réagi très vite, et quel but ! Rafael est un très bon joueur, et il marque du pied gauche, donc je suis doublement content pour lui ! J’ai dit et je répète que Rafa le mérite, car il bosse très dur. C’est difficile d’avoir une place de titulaire cette saison, car le “Boss” a de nombreux joueurs à sa disposition. Il nous avait dit qu’une nouvelle fois ce serait un match d’hommes, et on s’est montrés à la hauteur. Je pense qu’on a fait preuve de caractère. Je ne trouve pas qu’on ait particulièrement bien joué, mais on a fait preuve de force mentale, et c’était le plus important. Sur le penalty, j’étais stressé. Le joueur [Daniel Agger] restait au sol, et ça traînait en longueur. Je me suis dit : “Bon, il se passe quoi, là ?” Et ensuite Robin tire, Pepe Reina part du bon côté. Le penalty était bien tiré, puissant, et c’est sans doute pour ça qu’il est entré. C’est pour ça que nous achetons de grands joueurs : pour les grands matches. Et nous avons besoin d’eux.”

Prochains matchs de Man United:
26 Sep/ League Cup: Man U-Newcastle, 20 h 45
29 Sep/ Premier League: Man U-Tottenham, 18 h 30
Octobre 2012
02 Oct Champions League: CFR Cluj-Man U 20 h 45
07 Oct Premier League: Newcastle-Man U, 17 h
20 Oct Premier League: Man U-Stoke City, 16 h
23 Oct Champions League: Man U-Braga, 20 h 45

Permalien 13:31:02, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Requiem pour les 96 morts morts d'Hillsborough, en 1989

La très émouvante cérémonie avant Liverpool-Manchester United (1-2), le 23 septembre 2012. Sir Bobby Charlton le survivant du crash 1958 qui a vu périr la quasi totalité de l’équipe de Manchester United a apporté un bouquet de 96 roses qui a donné à Ian Rush, le légendaire joueur de Liverpool. Giggs a lâché des ballons avec Gerrard. Et le chant des fans des Reds était encore plus déchirant que d’habitude. Ensuite, MU a gagné. Faut quand même pas perdre le nord, sacré Sir Ferguson ! Longue vie au Boss ! On n’a plus beaucoup de héros dans ce monde capable de déclencher la 3e guerre mondiale pour une vidéo débile et des dessins dérisoires.

Il a fallu 23 ans pour apprendre que la police et les organisateurs du match de FA Cup d’Hillsborough à Sheffield, le 15 avril 1989, étaient les vrais responsables de la mort des 96 fans de Liverpool qui ont perdu la vie parce que l’organisation du match avait été baclée.
La vérité est enfin connue. Nous devons encore plus avoir le respect pour les 96 fans car eux c’est nous. Suite à ce drame, le football anglais s’est totalement réorganisé. Dommage qu’il s’est reconstruit sur le mensonge.

Voici tous les morts de 1989. Quelle tristesse ! Tous morts par la faute de la désinvolture des organisateurs et de la police de l’époque qui n’avaient pas encore compris que le football doit être organisé comme le reste, avec sérieux. Une foule est toujours incontrôlable si elle n’est pas canalisée. Il faut la mettre dans de bonnes conditions. C’est désormais chose faite mais il a fallu 96 morts… plus ceux du Heysel (dans un autre contexte).

[Post dédié à la Premier League 2012-2013]

Permalien 13:30:33, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La preuve de sang, de Thomas H. Cook (Folio/Policier, Gallimard)

Auteur d’une vingtaine de livres, l’ancien professeur d’Histoire est un habitué de la Série Noire (Les rues de feu, 1992, Les ombres du passé, 2007, Les feuilles mortes, 2008…) qui propose des polars qui nous plongent dans le cœur des actions sans ménagement. La preuve de sang met le focus sur un écrivain à la mode, Jackson Kinley, qui débarque dans sa ville natale de Géorgie pour y enterrer un ami, Ray Tindall dont la fille ne croit pas à la mort naturelle, suite à un infarctus. Pour elle, son père a été flingué. Sa profession peut le laisser croire : «ancien flic et procureur… » L’ami revenu sur les traces de son passé décide de savoir ce qui a tué son copain. Nous assistons à son enquête rudement bien menée. Un livre écrit à tombeau ouvert.

-La preuve de sang
De Thomas H.Cook
Traduit de l’américain par Gaëtane Lambrigot et révisé par Béatrice Durupt
Folio Policier/Gallimard, 469 p.

23.09.12

Permalien 14:13:23, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Manchester United maintient Liverpool dans la zone de relégation

Liverpool 1-2 Man U
But pour les Reds: Gerrard (45e)
Buts pour les Red Devils: Rafael (50e), van Persie (80e)

Classement:
1 Chelsea 13 5/ 4 1 0/ 9 2/ + 7
2 MANCHESTER UNITED 12 pts 5 matchs/ 4 0 1/ 12 6/ + 6
18 Liverpool 2 5/ 0 2 3/ 4 10/ - 6

Même quand les Reds menaient 1-0, j’étais certain que MU gagnerait tant les joueurs de Liverpool composent un onze hétéroclite, sans âme. Liverpool joue sur l’énergie, la fameuse énergie du désespoir. Certains parlent d’une victoire tirée par les cheveux- surtout le commentateur de C+ à 100 % pour les Reds avec l’ex entraîneur des Bleus, celui qui a incendié jadis Ginola- alors que je vois un succès important qui procure trois points pour la course au titre. Liverpool ce n’est plus rien en Angleterre. Ce club compte pour des prunes question premières places du championnat. On le respecte pour son passé, c’est tout. L’émotion de Liverpool n’est venue que du souvenir des 96 morts de 1989. 96 morts à cause de l’incompétence des organisateurs du match de FA Cup et de la police. Pour revenir au duel du jour, Liverpool est à l’image de son capitaine Gerrard. Il est sans doute plus doué qu’intelligent. Comment peut-on croire avoir match gagné quand on mène 1-0 face aux Red Devils sur passe involontaire, suite à un contre défavorable, de Paul Scholes ?
Les Reds ont joué à 10 ? Et alors le coupable n’avait qu’à pas tacler les deux pieds en avant.
L’entraîneur des Reds peut faire sa valise: jamais Liverpool n’a connu un aussi minable début de championnat depuis un siècle ! Il fallait conserver K. Dalglish. Les dirigeants de Liverpool n’y connaissent rien. Ils sont moins futés que la famille Glazer qui laisse les pleins pouvoirs sportifs à Sir Ferguson.

Manchester United
Lindegaard/ (7) Quelques beaux arrêts décisifs. A mis De Gea sur le banc
Rafael. (8) “Un putain de bon joueur!” C’est le mot de Sir Ferguson quand il l’a découvert. Son but du gauche est une merveille: dosé et placé. Puis (88e) Welbeck (Non noté) A très bien fait le peu qu’il a eu à faire
Evra (6) Un jeu trés propre. Un mental toujours vif argent
Ferdinand (8) Un arbre
Evans/ (6) Mieux qu’un remplaçant
Giggs ©(6) Trés concentré
Carrick (6) Un mur ambulant. Que le Brésilien Anderson prenne exemple sur lui…
Kagawa/ (6) Du déchet, moins teigneux que Park mais un divin toucher de balle pour remiser un caviar que Rafael a transformé en but. Puis (81e) Chicharito (Non noté) Et bien entré dans la fosse aux lions
Valencia (7) Un ailier aussi bon que son visage Miles Davisien est beau.
Van Persie (7) Très intelligent
Nani. (2) Totalement à côté de ses pompes. Le joueur inconstant par excellence. Son talent intermittent n’est pas digne d’être titulaire à MU. Puis (45e) Scholes (7) Un geste défensif malchancheux mais question distribution de jeu il reste phénoménal. Je pense que sa mère l’a doté de trois cerveaux dont un dans chaque pied. Merci à sa maman.

Sur le banc: De Gea, Buttner, Anderson, Cleverley

Coach: Sir Ferguson (10) Aimer le football à ce point est très rare: compétence + passion. Depuis la mort d’Antoine Vitez, c’est le plus grand metteur en scène au monde.

Liverpool
Reina/ Johnson, Agger, Kelly, Skrtel/ Gerrard ©, Allen, Shelvey/ Sterling, Suarez, Borini
Sur le banc: Jones, Jose Enrique, Carragher, Sahin, Henderson, Assaidi, Jesus Fernandez Saez
Coach: Brendan Rodgers

[Post dédié à Richard Kurt dit Coeur de lion]

Permalien 09:43:13, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La rivalité séculaire entre Liverpool et Manchester United

La rivalité entre les deux villes est séculaire. En 2012, Manchester a le vent en poupe avec United et City quand Liverpool est à la traîne, incapable de gagner la Premier League depuis 20 ans avec des fausses vraies vedettes comme Steve Gerrard qui est d’une inconstance insupportable…

Le football est une Histoire d’hommes est Liverpool est toujours à la recherche d’un nouveau coach de la dimension de Bill Shankly ou de Bob Paisley… Les dirigeants des Reds viennent de licencier le légendaire K. Dalglish. Pendant ce temps, Man United a toujours l’immense bonheur d’avoir encore à ses commandes Sir Ferguson, bourreau de travail.

Permalien 00:04:36, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson a fait une lettre aux fans de MU après les révélations sur la catastrophe d'Hillsborough qui fit 96 morts en 1989

La bande annonce semble commentée par Orson Welles… Même si Liverpool n’occupe plus les premières places, les matchs entre Liverpool et Manchester United restent des immenses rendez-vous pour les Anglais. Celui du 23 septembre 2012 aura lieu après les révélations fracassantes qui prouvent que les 96 fans des Reds morts en 1989 n’avaient commis aucune imprudence. Ils sont morts parce que les autorités n’étaient pas assez organisées. Il y a de quoi être en colère. Et les familles des victimes sont très remontées.

23 septembre 2012
Liverpool - Man U (14 h 30)
Tous les fans de Manchester United pourront lire une lettre de Sir Ferguson distribuée le 23 septembre 2012 lorsqu’ils se rendront Anfield pour actionner les tourniquets avant de voir Liverpool-Manchester :
« Cher supporter,
“Le grand soutien que vous avez donné à l’équipe ici [à Anfield] la saison dernière a été importante. Je souhaite vous voir faire la même chose cette année. Aujourd’hui encore moins que d’habitude il ne faut pas couper les ponts avec les fans de Liverpool.
Notre rivalité avec Liverpool repose sur une volonté de bien se comporter.
On ne doit jamais reposer notre soutien sur la haine des autres. Il y a seulement dix jours, nous avons entendu la terrible vérité http://hillsborough.independent.gov.uk/ sur le drame qui a coûté la vie à 96 fans de Liverpool qui étaient venus pour regarder leur équipe essayer d’atteindre la finale de FA Cup. Ces fans n’ont jamais pu revenir chez eux, ils sont tous morts. Ce qui est arrivé ce jour-là doit encore plus nous faire prendre conscience que nous ne devons penser qu’au sport.
Notre grand club et nos voisins de Liverpool doivent penser aux 96 morts. Il faut leur rendre justice. Je sais que je peux compter sur vous car vous vous inscrivez dans la tradition de notre club qui est basé sur le respect des autres et l’amour du jeu.
Très sincèrement, votre Sir Alex Ferguson. »
Tous les joueurs de Manchester United serreront la main à Luis Suarez. Les deux clubs se sont mis d’accord car la dernière fois Suarez a refusé de saluer Evra, ce qui aurait puis mettre le feu aux poudres en février 2012. Luis Suarez avait purgé huit matches de suspension pour avoir proféré des injures racistes à l’encontre de Patrice Evra en octobre 2011.
Liverpool-Man U du 23 septembre 2012 arrive après publication du rapport de Hillsborough qui écarte la responsabilité des fans dans la catastrophe de 1989. Jusqu’à présent les autorités avait mis la responsabilité sur les fans des Reds… « Vu les circonstances et l’émotion qu’il y aura dimanche, personne ne veut voir la partie entachée par des querelles extérieures. Il faut montrer l’unité entre United et Liverpool. L’exemple doit venir des joueurs sur le terrain » a dit un membre du staff de MU. Nemanja Vidic a aussi appelé les fans d’United et de Liverpool à montrer une attitude digne. Vidic et Steven Gerrard (le capitaine des Reds) lâcheront 96 ballons rouges avant le coup d’envoi en mémoire aux victimes. Vidic, qui a grandi pendant la guerre civile en ex-Yougoslavie, a déclaré : « Le football est important, mais jamais autant qu’une vie humaine. Il existe une longue histoire entre ces deux clubs. United a vécu certaines tragédies. Liverpool aussi. Je pense que nous devons nous respecter mutuellement car nous sommes deux grands clubs admirés dans le monde entier. Face à des circonstances difficiles, nous devons montrer l’exemple par notre comportement. À l’issue du match, on ne devrait pas avoir à parler d’autre chose que de football. J’espère que ce sera le cas. C’est peut-être le plus gros derby au monde alors on doit démontrer qu’on peut jouer dans un état d’esprit sain. Ce sera important de ne pas commettre des actes stupides et de nous concentrer sur le football. Ce qu’on veut, c’est aller là-bas pour jouer au football et rien de plus, pas pour se battre ou créer des polémiques.”

PS: à voir aussi Manchester City-Arsenal, 17 h.

22.09.12

Permalien 12:36:32, Catégories: ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

La désinformation a duré 23 ans: le rapport sur la tragédie d’Hillsborough qui fit 96 morts en 1989 disculpe les fans de Liverpool

La conférence de presse du groupe de travail indépendant sur la catastrophe de Hillsborough, a eu lieu dans la cathédrale de Liverpool car un évêque anglican de Liverpool a pris la tête d’un groupe de travail pour faire toute la lumière sur le drame de 1989…. ce qui n’avait pas été fait depuis vingt-trois ans. Jusqu’en septembre 2012 les supporters des Reds étaient désignés coupables. Le rapport indépendant publié mercredi 12 septembre 2012 démontre la responsabilité des autorités dans ce drame qui a transformé le foot anglais.
Lors de la demi-finale de la FA Cup Liverpool-Nottingham Forest sur terrain neutre, à Sheffield, le 15 avril 1989, des fans de Liverpool s’entassèrent dans des tribunes trop petites. Certains supporters devaient franchir 23 tourniquets avant d’accéder à leur place. Beaucoup de fans des Reds de peur de ne pas pouvoir accéder à leur place avant le coup d’envoi, ont alors choisi de précipiter le mouvement. La foule alors se retrouva pressée contre les grillages du stade. Résultat ? 96 morts. Tous étouffés. La moitié des victimes avait moins de 21 ans. Des contre-vérités furent toujours avancées pour expliquer la tragédie.
1/ La police maîtrisait la situation avait-on toujours dit. Grand mensonge! Le gardien de Liverpool, Bruce Grobbelaar a dit :"ll y avait des gens avec le visage collé au grillage, qui me disaient : “Bruce, aide-nous, on n’arrive pas à respirer.” J’ai demandé à une femme policière d’ouvrir les grilles. Elle m’a répondu : « on attend l’autorisation de notre chef ».” La police mal coordonnée ouvrira les grilles trop tard.
2/ La police a évoqué l’état d’ébriété des supporters de Liverpool dès qu’il a fallu expliquer le drame aux collaborateurs de la Première ministre de l’époque, Margareth Thatcher, après la catastrophe. La police a effectué des tests d’alcoolémie sur les cadavres, enfants compris sans rien trouver de significatif. Le rapport final affirme que plus d’une centaine de dossier de police sur les décès ont été trafiqués a posteriori.
3/ On est allé jusqu’à dire que les fans des Reds avait fait les poches des morts ! Un tissu de mensonges propagé par la police et par la presse la plus putassière, dénonce le rapport.
Face au mécontentement créer les révélations de 2012, le Premier ministre, David Cameron, a présenté ses excuses aux familles des victimes. “Au nom du gouvernement, et du pays tout entier, je veux dire que je suis profondément désolé de cette double injustice, qui est restée en l’état pendant si longtemps.”
Wayne Rooney, natif de la ville, a demandé des comptes : “ Everyone involved in the cover up of hillborough is a disgrace and need punished” (Sic)
Les journalistes de caniveaux ont servi la cause des policiers. Le gouvernement et la justice n’ont pas bougé. Par contre le rapport Taylor, commandé par Margaret Thatcher après le drame, a désigné le hooliganisme bouc émissaire dans les stades anglais. Le prix des places a été augmenté. L’ère du kop fut terminée. Depuis les stades anglais sont aseptisés. On a mis dehors la classe ouvrière, le noyau dur du football des tribunes dans le but de « purifier » les stades, disaient-ils. Quelle honte ! La working class si cher à John Lennon est désormais obligée de regarder les rencontres au pub. Dans des débits de boissons… Lennon, un enfant de Liverpool.

Permalien 06:51:25, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Avez-vous l'adresse du paradis ? de François Bott (Cherche Midi)

Dans son nouveau livre de François Bott nous conduit à Deauville, Trouville…

Pourquoi lire un écrivain ? En ce qui me concerne c’est toujours pour écouter sa petite musique comme on dit. Dès qu’on a lu quelqu’un dont le style nous parle, on recherche à entendre sa voix dès que l’on a sous la main son dernier ouvrage. C’est le cas avec François Bott. Voilà ce que je recherchais chez lui et qu’il me donne encore une fois : « René Maupas se trouvait dans la salle d’attente de sa vie » (p.8) ; « Elle devait être française. Elle avait une beauté patriotique. » (p.10) ; «Ils auraient voulu arrêter les dernières minutes, les placer en garde à vue. » (p.16) ; « Elles partaient en trottinant, à la recherche du temps perdu. C’était de la gymnastique sentimentale » (p.41) ; « Les souvenirs palissent très vite. Ils viennent et reviennent à leur convenance. Ils font des caprices de diva ». (p.55) ; « En amour tout était dit avant même d’avoir commencé » (p.68) Cela vous suffit-il pour vous donner envie de voyager en Bott people ? Tous ces livres sont des hymnes à la littérature. Il y a des clins d’œil partout : « René ne connaissait rien à l’amour. C’était un puceau des sentiments ». Hommage déguisé à Céline qui lui parle d’un « puceau de la volupté ». Voilà donc pourquoi je lis François Bott : pour passer un moment avec lui. Que voit-on dans son nouveau livre ? Un magnat de personnes qui se croisent et se décroisent comme les lignes de ce jeu de jadis où l’on tourner deux boutons sous un écran pour dessiner. Ensuite, il suffisait de renverser l’écran pour tout effacer. On voit René Maupas un élève de l’ENA qui fait le marathon de New York un peu comme s’il était Jean Giraudoux. Il y a aussi son père, Robert, qui reste bête face au SMS de Rose : « Je pars ». On croise Lady Bret, ex journaliste à Vogue ; Jim Anderson, le sosie de Robert Mitchum, et Peter Howard surnommé Gatsby … On se laisse embarquer sur le navire de l’existence gouverné par le commandant François Bott. Cet écrivain en majesté-comme dirait Louis Nucéra- ne sera jamais à la mode. Il est beaucoup trop élégant. Il n’a pas la vulgarité dispensée par ces écrivain(e)s qui doivent parler de bites et de culs pour attirer les lecteurs comme les mouches à merde. Tant pis pour eux. Moi, je lis François Bott. Avec deux tt comme lettre.

-Avez-vous l’adresse du Paradis ?
De François Bott
Cherche Midi, 115, 12, 90 €

21.09.12

Permalien 18:00:26, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Comme si, comme ça, de Michel Deguy (Poésie/Gallimard)

Puisque j’évoque Philippe Soupault autant le revoir…

Il y a des poètes dont l’accès est facile. D’autres dont on ne parvient pas à se rapprocher: ils restent seuls même lorsqu’un lecteur est en train de les lire, voire même de les écouter réciter des bribes de tel ou tel de leurs livres. L’anthologie que Michel Deguy présente peut rebuter les meilleures volontés parce que rien n’y est mâché pour le lecteur. Deguy utilise de mots que tout le monde ne comprend pas : «étymon, obvie, omphalos…» Cela peut décourager les lecteurs qui n’ont pas patience de consulter un dictionnaire. Ecrivain sans concession, Michel Deguy avance sur son chemin, qui l’aime le suive ! Il n’est pas là pour tout expliquer. Il a une connaissance si pointue du français, du vocabulaire qu’il n’a pas la patience d’un professeur à la portée de tous. C’est comme s’il conduisait un véhicule sans nous dire comment il marche. Nous sommes assis à côté de lui, on va dire à la place du mort. On le voit conduire, sans un regard pour nous. On voit le paysage nous arriver en plein visage mais nous n’avons pas d’essuie-glace quand il pleut. Par la fenêtre, tout défile à fond la caisse. On regarde sans voir. Fait-il chaud ou froid ? Est-ce le jour ou la nuit ? Où sommes-nous ? En Michel Deguy. Il parle une langue étrangère, forcément. Quand je lis Saint-John Perse je suis aussi laissé sur le côté. Hugo nous a dit qu’un poète c’est quelqu’un qui a un monde enfermé en lui. Déguy nous dévoile ce monde-là mais je n’arrive pas à l’habiter, excepté A ce qui n’en finit pas, (p.192 à p.319), texte né après la mort de sa femme le 17 janvier 1994. «C’est la première fois que je te quitte sans que tu sois là ». C’est donc la première fois qu’elle le quitte définitivement alors qu’il est là… Je l’avoue, je ne peux adhérer à la poésie que si elle est simple et directe. Cela n’empêche pas la profondeur. La poésie intellectuelle voire intellectualisée me laisse de marbre. Je suis hermétique aux poèmes qui me font réfléchir à chaque vers. J’ai besoin que les mots me traversent de part en part. De ressentir physiquement ce que je lis. Je suis moins sensible à René Char qu’a Prévert et Soupault.

-Comme si, comme ça
Poèmes 1980-2007
De Michel Deguy
Poésie/Gallimard, 445 p.

20.09.12

Permalien 10:20:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

De la nature, de Lucrèce (Les Belles Lettres)

Avec Lucrèce on est aussi avec Jean-Jacques Rousseau, Vivaldi, Colette et Giono, et surtout pas avec Baudelaire et Céline qui n’aimaient pas la campagne et donc la nature.

Chef d’œuvre absolu, De rerum natura de Lucrèce est à conserver tout près de soi. J’ai en plusieurs éditions différentes. Voici à présent l’une des plus belles. Cette nouvelle traduction présentée en superbe édition bilingue comporte une éclairante préface d’Oliver Sers, le maître d’œuvre avec Alfred Ernout. Il nous apprend que nous possédons quatre sources certaines sur Lucrèce : une lettre de Cicéron à son frère Quintus en février 54 avant Jésus-Christ, une indication de la mort de Lucrèce dans la Vie de Virgile (Aelius Donatus), des précisions sur Lucrèce dans Chronique d’Eusèbe de Césarée et une note dans un glossaire du IXe ou Xe siècle. Par contre personne ne peut affirmer que Lucrèce soit devenu fou suite à l’absorption d’un philtre d’amour et encore moins qu’il se serait suicidé. Que cherche à nous dire Lucrèce ? Que l’on doit bien voir ce qui nous entoure et bien sûr y compris la nature parce que l’immortalité de l’âme n’existe pas. Comme la vie dans l’au-delà est un invention très terre à terre… il faut vivre de manière la plus intelligente la vie ici-bas. Ceux qui cherchent des solutions dans les religions sont des peureux, des angoissés et des gens qui usent du pouvoir pour servir leur clan. Il faut accepter son corps de simple mortel et le faire évoluer le mieux possible au contact de la nature comme nous l’a dit aussi Epicure. Le grand et long poème de Lucrèce est le plus beau poème philosophique en latin. On situe la naissance de Lucrèce en 98 avant J.-C. Vivons bien sur terre. Et comme disait Jacques Prévert “dépêchons-nous de manger sur l’herbe avant que l’herbe ne mange sur nous". La mort ? Elle nous fait rejoindre ceux qui vivaient en 1220 ou en 1905. Aimons-nous de notre vivant. “Rien ne vaut la vie mais la vie ne vaut rien". Malraux, Lucrèce, même combat.

-De la nature
De Lucrèce
Texte établie par Alfred Ernout. Emendé, présenté et traduit par Olivier Sers
Les Belles Lettres, 511 p., 19,50 €

19.09.12

Permalien 12:35:39, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson demande aux fans des Red Devils et de Liverpool de cesser de s'insulter

Le 23 septembre a lieu le derby de la Mersey, et comme toujours la tension est grande. Jadis le football a été interdit en Angleterre car il nuisait à la paix civile. Il est faut savoir qu’en France un arrêté court toujours- si je puis dire…- concernant l’interdiction de jouer au ballon dans la rue.

19 septembre 2012 Man U - Galatasaray (20h 45)
23 septembre 2012 Liverpool - Man U (14 h 30)
26 septembre 2012 Man U - Newcastle (20 h 45)

Après le match de C1, Manchester United ira à Liverpool pour disputer un match à hauts-risques.
Sir Alex Ferguson a lancé un appel auprès des fans de deux camps pour qu’ils cessent de s’insulter par des chants idiots qui se gargarisent du malheur du camp adverse:
-"Nos deux clubs ont été touchés par des drames, il faut respecter les victimes et les familles.”
D’autre part, on se rappelle des récentes attaques racistes de Suarez contre Evra. Cela n’est pas pour apaiser les esprits.
La rivalité entre les deux clubs est séculaire.
-"Les mauvaises ondes proviennent d’une minorité mais hélas de nos jours les minorités profitent des médias pour faire de la provocation. Ces minorités ne représentent en aucun cas l’esprit de nos deux clubs", a précisé le coach écossais.
A bon entendeur, salut !

Permalien 11:25:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Lettres à Colette, de Sido (Phébus)

Il a cent ans, le 25 septembre 1912, disparaissait Sido, la mère de Colette, à 77 ans d’une insuffisance cardiaque. Les éditions Phébus nous permettent de mieux connaître Sido à travers les lettres à sa fille. Son fils médecin, Achille, constata le décès après avoir tenté l’impossible pour la sauver des griffes de la mort. Les amateurs de Colette- ils sont très nombreux- vont se procurer cet ouvrage de correspondance de la mère de l’écrivain dont la modernité reste plus en avance que celle de nombre de filles de 2012 qui n’ont ni son audace ni sont talent à multiples facettes. Voici donc la possibilité de s’immiscer dans une histoire de famille, celle de la plus grande romancière française du XXe siècle. Colette et Giono sont des auteurs qui aiment la vie, à l’inverse de Céline et Kafka. Cela fait du bien de plonger dans l’univers de Colette et plus précisément dans celui de sa mère qui nous a laissé 400 lettres, entre 1903 et 1912.
Sido (1835-1912)- de son vrai nom Adèle Eugénie Sidonie Landoy née à Paris- a inspiré Colette qui l’a portraiturée dans une quinzaine de livres : La Maison de Claudine, La Naissance du jour, Sido, Mes apprentissages, Journal à rebours… Très proche de sa fille cadette, Sido n’aimait pas que Colette perde son temps au music-hall, tant elle savait énorme le potentiel littéraire de la romancière. L’ouvrage comporte un somptueux cahier photos et il est enrichi de vingt-trois lettres de Sido à sa fille aîné, Juliette. La quasi-totalité des lettres sont adressés à « Minet chéri » qui devient le 11 février 1910 : « Mon toutou chérie ». La facétie n’était pas qu’un mot dans le dictionnaire pour les deux femmes. Dans les lettres, Sido apparaît faible, injuste, ironique, généreuse… Elle manifeste une grande liberté d’esprit. Colette est à bonne école ! Sa mère est ultra possessive. Les gendres et sa belle sont des étrangers qui lui ont piqué ses enfants : «mes gendres sont des cochons et ma gendresse une grosse bête… » Et où sont les lettres de Colette ? Face au torrent de mots, elle a plutôt opté pour des « fleurs, fruits ou chocolat… Quant aux lettres à proprement parlé de Colette, elles ont été perdues et même détruites. La mère propose à Colette de revenir vivre à la maison comme au temps jadis. C’est dire qu’elle voyait toujours sa fille comme un bébé.

-Lettres à Colette
De Sido
Texte établi, présenté et annoté par Gérard Bonal
Phébus, 563 p. , 25 €
Exposition à Saint-Sauveur en Puisaye, Juin-Octobre 2102 : Colette à Saint-Sauveur en Puisaye.
http://www.musee-colette.com/
Exposition à Bruxelles : « Je vais écrire encore. Il n’y a pas d’autre sort pour moi ». Musée d’art moderne Richard Anacréon de Granville, du 8 au 23 septembre 2012.

18.09.12

Permalien 18:10:47, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Alain Traoré (Lorient) aurait dû signer à Manchester United

On parle beaucoup d’Ibrahimovic mais Alain Traoré est à mes yeux le plus beau transfert de l’été: quatre ans pour cinq millions d’euros.
-"Je n’oublierai jamais la discussion que j’ai eue avec Sir Ferguson dans son bureau à Old Trafford. Il avait une photo de Beckham avec d’autres stars soulevant des trophées. Il m’a dit que c’était à moi de choisir quel scénario je voulais pour ma carrière. Il m’a dit que si je travaillais dur, je pourrais avoir autant du succès que Beckham. Il était impressionné par mon pied gauche. Il m’a dit : “Alain, c’est mieux d’avoir un très bon pied que deux pieds moyens, prends exemple sur Ryan Giggs". C’était un très grand moment pour moi", confie Alain Traoré l’actuel perle de Lorient qui vient de crucifier Rennes par deux buts exceptionnels.
Seul un joueur de classe peut marquer de tels. Et ce n’est pas la première fois que cela arrive. Alain Traoré à un toucher de balle de très grand joueur. Un authentique artiste du ballon rond. Il a du style. Son style. Et le style, c’est l’homme même, a dit Buffon.
Avant de rejoindre Auxerre, il avait été contacté par Sir Alex Ferguson pour rejoindre Manchester United. Des problèmes administratifs l’empêchèrent de signer à MU. Sir Ferguson lui avait proposé un prêt dans un club belge Alain Traoré, né le 31 décembre 1988 à Bobo Dioulassoa, préféré s’engager avec Auxerre, à la plus grande joie de sa maman.
-"Oui, lors de mon essai d’un mois à Manchester United lorsque j’avais 17 ans tout s’était bien passé et Sir Alex souhaitait me conserver mais il m’était impossible d’obtenir un permis de travail…”
En 2012-2013, l’international burkinabé réalise un superbe début de saison avec quatre buts inscrits en cinq journées, dont un doublé dimanche le 16 septembre à Rennes (1-2) sur deux tirs venus d’un autre monde de l’extérieur de la surface, la spécialité du Burkinabé, comme Paul Scholes autrefois.
Bravo à Christian Gourcuff qui n’en finit plus de s’extasier, et moi avec lui:
-"Au niveau de la frappe de balle, c’est phénoménal. On le savait, il le confirme, mais sur le premier but, sa vista est aussi remarquable que sa frappe. Il a une marge de progression. Il faut lui laisser le temps mais je n’ai aucune inquiétude à ce niveau-là. Après, il faut juste qu’on ne nous le pique pas trop tôt…”
Allo, Sir Alex Ferguson…

Permalien 11:20:48, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Paris est un fête, d'Ernest Hemingway (Folio/ Gallimard)

La divine Joséphine Baker. Je l’ai rencontrée une fois avec Pascal Sevran et Pascal Auriat, un matin à Bobino en 1975 où elle était venue vérifier un détail pour le spectacle qu’elle donnait le soir. Ils lui ont proposé des chansons mais hélas ! l’immense artiste du music hall est décédée quelques temps après. Elle fut l’une des plus grandes artistes de son temps dès la moitié des années 1920, l’époque si chère à Hemingway. Elle devint française en 1937. Qui se souvient que pendant l’occupation la résistante fut active dans le contre-espionnage français ?

Hemingway considérait la littérature comme le seul endroit où l’on consigne au propre toutes les expériences de la vie. C’est-à-dire qu’il voyait la vie comme un vaste brouillon. « La grande chose, c’est de durer, de faire son travail, de voir, d’apprendre et de comprendre. Et d’écrire lorsqu’on sait quelque chose, et non avant. » Telle était sa définition de la littérature. Elle en vaut d’autres. Et si d’aucuns se l’appliquaient cela éviterait pas mal d’embouteillages dans les librairies. Ecrire pour ne rien dire et pour mal le dire, c’est facile. Dès qu’on se donne un peu de mal sans le laisser paraître cela prend du temps. Bien écrire cela devrait être la première des politesses. Hélas ! la plupart d’entre eux sont trop occupés à fabriquer leur légende. Hemingway ne se gêna pas pour écrire la sienne. On dit qu’il a été blessé à la guerre mais l’une de ses conquêtes féminines a confié qu’il avait en fait taper la tête contre le pare-brise d’une Jeep un soir de biture. Ce n’est pour rien qu’au Ritz existe le Bar Hemingway. J’aime mieux Hemingway quand il compare les rues de Venise à une vaste grille de mots croisés que lorsqu’il joue au soldat.
Cette nouvelle édition, à l’occasion des 40 ans de Folio, nous permet de lire pour la première fois le texte complet de Paris est une fête puisque nous pouvons lire des vignettes jusque là restées inédites. Elles sont au nombre de huit celles que nous n’avions jamais lues. L’édition revue et corrigée comporte une double préface de Sean Hemingway (le petit-fils du romancier) et Patrick Hemingway (le fils du romancier). Paris restera toujours Paris, dit-on. Au XXe ce fut vrai. Jusqu’à la Première guerre mondiale, le monde se donna rendez-vous entre Montmartre et Montparnasse. Et dans les années 1920, Hemingway tomba amoureux de la Cité qu’il fête avec ses mots écrits sur du papier blanc comme un peintre peint une toile. A Paris, il s’amusait à comparer la longueur de son sexe avec celui de Fitzgerald dans les toilettes de la Coupole. Dans Paris est une fête, Ernest consacre une grande partie à Scott. “J’étais jeune et peu porté à la mélancolie et il m’arrivait toujours des choses étranges et comiques, aux pires moments. Ce livre est une œuvre d’imagination, mais il est toujours possible qu’une œuvre de ce genre jette quelque lueur sur ce qui été rapporté comme fait ». Page 130, il y a la séquence Pascin, peintre merveilleux, très doué pour immortaliser des femmes allongées sur un lit. Hemingway confie que Pascin buvait beaucoup ce dont on savait déjà, en fait juste un peu plus que lui. Nous assistons à une scène libertine. La vie de Pascin se termina tragiquement, par un suicide dans son atelier entre la place Clichy et la place Pigalle. La fête a fini dans le sang, pour Pascin comme pour Hemingway. Fête rime avec défaite pour ceux qui ne quittent pas la salle à temps avant qu’on ne voit plus que les assiettes sales, les nappes froissées et les cadavres de bouteilles…

-Paris est une fête
D’Ernest Hemingway
Traduit de l’américain par Marc Saporta
Et pour l’avant-propos, l’introduction et les inédits, par Claude Demanuelli
Folio/ Gallimard, 352 p., 7, 50€

"Zlatan" s'étonne que les gens veulent voir échouer le PSG

18 septembre 2012, 20 h 45
Ligue des Champions

Paris Saint-Germain 4-1 Dynamo Kiev
Real Madrid 3-2 Manchester City
Montpellier 1-2 Arsenal
Et aussi: Olympiakos 1-2 Schalke 04, Málaga 3-0 Zenit Saint-Pétersbourg, AC Milan 0-0 Anderlecht, Dortmund 1-0 Ajax et Dinamo Zagreb 0-2 FC Porto

Zlatan Ibrahimovic a déclaré:
-"Dans les yeux des gens, je ne dis pas des footballeurs, mais des gens autour, je sens comme un désir très fort de faire tomber ce Paris-là, qui suscite tant de commentaires. Les gens ne veulent pas voir Paris tout rafler, ils veulent qu’il échoue. Chelsea a suscité ces sentiments quand Abramovitch est arrivé. Les gens doivent se rendre compte que le PSG est en train de donner une dimension internationale à la Ligue 1. Si ce n’est pas ce club qui va y parvenir ? Montpellier ? Nous ne sommes pas encore la Juventus, l’Inter Milan ou le Barcelone. Ce qui manque à Paris, c’est cette habitude de gagner des titres. Quand City a été sorti au premier tour l’an dernier, ça ne voulait pas dire que ce n’était pas une bonne équipe. Il leur manquait simplement l’expérience de cette compétition. Le plus important, c’est le championnat. Le seul joueur qui pouvait m’amener à allumer la télé (…), c’était le Brésilien Ronaldo. O Fenomeno n’a jamais gagné la C1. Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’il a foiré sa carrière. On ne compare pas les légendes, mais être comparé à van Basten, je le prends comme un compliment. Pourquoi toutes ces critiques ? Après tout, cet argent va générer plus d’impôts pour la France. Je suis venu à Paris pour le challenge proposé.”

Il n’y a pas lieu de constater que les gens veulent voir échouer le PSG.
C’est tout a fait normal et même sain.
Seuls les fans du PSG sont pour le PSG.
Le sport est un milieu où règne la rivalité à visage ouvert tout ça bien sûr dans le simulacre de la guerre.
Il faut canaliser sa force et ses sentiments.
Les hermétiques au sport jugent sans rien connaître.
Zlatan Ibrahimovic a joué à l’AC Milan et à l’Inter Milan. Il s’est très bien que les fans de l’Inter de l’AC Milan ont chacun leur équipe.
Oui, à part les fans du PSG, tout le monde veut voir échouer le PSG.
On ne peut pas demander aux gens d’aimer l’OM et le PSG, c’est impossible.
Ce 18 septembre va avoir lieu Montpellier-Arsenal. En C1, les médias français veulent toujours que les Français soient pour les Gunners en raison de la présence de Wenger mais ce soir les fans de Montpellier seront pour Montpellier.
En football comme dans d’autres domaines mieux vaut ne pas parler pour ne rien dire
C. Ronaldo vient de pleurnicher sur son sort sans en dire plus. Le match suivant il a perdu.
Dès qu’on fait le beau, le football se rappelle à nous.

17.09.12

Permalien 23:41:39, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Paul Scholes, un génie du football boycotté par les médias

Paul Scholes est l’un des plus grands joueurs de l’Histoire séculaire du football moderne. Si des imbéciles croient que le football est un sport d’idiots, ils n’ont qu’à voir Paul Scholes jouer. A la fin du match, ils seront beaucoup plus intelligents !

Avez-vous déjà lu un article sur Paul Scholes ?
Une interview de lui ?
En France, jamais.
Il est rouquin, n’a pas de percing, pas de tatouage.
Il ne sort pas avec une catin médiatique.
Il n’a jamais provoqué le moindre clash.
Il a du génie.
Donc, il ne peut pas plaire aux médias français.

S’il était chanteur, il serait Brassens
S’il était acteur, Gabin
Peintre, Matisse
Sculpteur, Brancusi
Ecrivain, Pessoa
Musicien, Chet Baker
C’est Paul Scholes

Paul SCHOLES est né dans le Grand Manchester, à Salford, le 16 novembre 1974.
Il a signé à Man U, le 8 juillet 1991
Début pro le 21 septembre 1994
Total des matchs: 700
Matchs en Premier League: 486
Total buts: 155

Palmarès à Man U:
2 Champions League 1999, 2008
Coupe Intercontinentale 1999
Coupe du Monde des clubs 2008
10 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011
3 FA Cup 1996, 1999, 2004
2 Carling Cup 2009, 2010
5 Community Shield 1996, 1997, 2003, 2008, 2010

Permalien 12:23:22, Catégories: LITS ET RATURES  

Chronique joyeuse et scandaleuse, de Maurice Sachs (Libretto/ Phébus)

Face à la vie Maurice Sachs, celle de Drieu la Rochelle fut un long fleuve tranquille. Le parcours de Maurice Sachs est plein de bruit et de fureur comme son époque. Tout peut s’embraser très vite, on le voit en 2012, où une simple vidéo débile peut faire basculer le monde dans une Troisième guerre mondiale. Sachant qu’il n’était que de passage, Sachs nous a légué quelques livres dont je suis lecteur.

En 2012, la critique est toute ébranlée… parce qu’une auteur(e) expose une scène olé olé dès les premières lignes d’un bouquin qui a pour thématique l’inceste, thématique commerciale va sans dire, c’est le fond de commerce de l’auteur(e) pour ne pas parler d’un autre fond, si vous voyez ce que je veux dire. Tout cela est de la petite cuisine éditoriale si l’on songe à Chronique joyeuse er scandaleuse de Maurice Sachs, livre écrit en 1937 et publié en 1948. On y voit un Blaise Alias- le double littéraire de Sachs- vivre des aventures très osées pour l’époque. En fin de récit, on suit le personnage central en train d’errer dans les rues pour y assouvir une pulsion sexuelle. Sa proie consentante sera un jeune Noir de 20 ans. Cet accouplement entre un Juif et un « Nègre »- selon le mot de l’époque- est mis en évidence parce que Maurice Sachs voyait la montée de l’intolérance dans toute l’Europe. Deux ans après avoir écrit ce livre, la guerre éclata avec toutes les horreurs nazies à venir.
Hier on disait « inverti » aujourd’hui on dit « gay ». Il y a une étude à faire sur l’évolution du langage : «demandeur d’emploi » au lieu de chômeur, « mal voyant » pour aveugle, « emploi » au lieu de métier… Ce roman sur l’homosexualité et le monde de l’art d’avant la Seconde Guerre Mondiale est beaucoup plus important que tous les produits commerciaux actuels qui font de la provoc à seules fins mercantiles. Alors qu’il présente un aspect de dingue parfait, Sachs avait une dimension sociale et politique. Le récit de Sachs met en scène quelqu’un obsédé par les signes extérieurs de richesse. On va de Paris à New York.
Connaissez-vous Maurice Sachs ? Accrochez-vous aux branches : né à Paris en 1906, il a été abandonné par son père- à six ans- puis par sa mère- à dix-sept ans. Ecumant les pensionnats, le jeune juif homosexuel souhaite devenir écrivain. Cocteau et Max Jacob tentent alors de le parisianiser aux débuts des années 1920. Finalement, après différents vols, il décide de devenir prêtre avant de se convertir au protestantisme aux Etats-Unis où il se marie avant de plaquer sa femme pour un jeune homme. De retour à Paris, Gide le case chez Gallimard par le biais de Paulhan. Dans les années 1930, il fait une incursion au théâtre et tâte un peu au communisme. Au début de la guerre, il fait de la radio et du marché noir. Sans le sou, il part au STO et s’engage dans la Gestapo ! Déporté en 1943 parce qu’il a refusé de dénoncer un prêtre jésuite résistant, il est abattu d’une balle dans la nuque le 13 avril 1945 par un SS flamand quand les nazis fuient les Alliés. Son corps jeté dans un ravin est finalement balancé dans une fosse commune de Neumünster.
Comment je vois Sachs ? Comme un désespéré qui voit le monde tel un vaste théâtre. Il n’a rien pris au sérieux, sauf ses livres. Il a utilisé d’innombrables masques. « Jamais Maurice Sachs n’a autant écrit que depuis sa mort » a dit Cocteau au moment de la publication posthume des écrits de celui qui a fait un portrait peu flatteur de l’auteur des Enfants terribles. Quoi lire d’autres de Sachs ? Le Sabbat, son autobiographie. A lire aussi son journal de captivité, Derrière cinq barreaux et Tableau des mœurs de ces temps. Celui qui rêvait d’être écrivain a très peu publié de son vivant. Sachs est devenu escroc car la littérature ça ne rapporte pas assez. En s’agitant comme il l’a fait toute sa vie, il a créé son propre mythe. Sa quête de l’argent dans Chronique joyeuse et scandaleuse fait écho à la quête de la gloire de ce début de IIIe millénaire.

-Chronique joyeuse et scandaleuse
De Maurice Sachs
Préface de Thomas Clerc
Libretto/ Phébus, 168 p., 8,10€

16.09.12

Permalien 16:39:39, Catégories: LITS ET RATURES, LA REVUE DE STRESS  

Alors que Drieu entre dans La Pléiade, Richard Millet est obligé de quitter le comité de lecture de Gallimard

Il y a de l’agitation dans le Landerneau littéraire.
Parce que Richard Millet, salarié aux éditions Gallimard, a publié un livre au titre provocateur sur le tueur norvégien, de nombreux écrivains Gallimard- puis d’autres- se sont désolidarisés de l’éditeur qui avait sa place au prestigieux comité de lecteur. Il a donc été conduit à quitter la salle mais pas le navire puisqu’il reste éditeur dans la maison.
Le tueur norvégien me dégoûte. Ceux qui tuent ne savent ni parler ni écrire.
Céline n’a pas tué. Il a écrit. Paul Morand aussi. Idem pour Léautaud.
Richard Millet est évincé à moitié de la maison Gallimard l’année même au Drieu entre dans la Pléiade. Bien sûr sous le drapeau du romancier et non pas de l’antisémite notoire et ex patron de la NRF sous le contrôle des nazis.
Le tueur en série me dégoûte car il a tué quasiment 80 jeunes gens (1). 80 corps morts. 80 coeurs qui s’arrêtent. En plus, on lui laisse faire le salut facho au procès.
Je n’ai pas lu le livre de Millet. Ce qu’il écrit ne m’intéresse pas. Il écrit comme derrière un hygiaphone.
On notera que sa prose dérangeante n’a pas été publiée aux éditions Gallimard. Soit la politique de l’autruche.
Jean Paulhan, ex patron de la NFR, évoquait le droit à l’erreur chez les écrivains.
Ainsi, il aida Marcel Jouhandeau, auteur du Péril Juif, à ne pas subir les foudres d’Aragon et du CNE, le Comité national des écrivains que j’appelle le Comité national d’épuration…
Le CNE a été très dur avec Jean Giono, par exemple. Un pacifiste que l’on a fait passer pour collaborateur ce qui est une contre vérité historique.
De très nombreux écrivains ont demandé la tête de Millet.
Pierre Assouline (2), auteur Gallimard, a rappelé que Paul Claudel n’avait pas obtenu celle de Gide quand le dramaturge s’est plaint des “moeurs de pédéraste” de l’auteur de Corydon auprès de Gaston Gallimard. Claudel voyait des pédérastes partout puisqu’il dit la même chose à propos de Breton, Soupault, Tzara et cie.
“La tolérance, il y a des maisons pour ça.” Tel était le crédo de Claudel.
Quand je vois le tueur en série faire le salut facho, j’aimerais surtout lui mettre mon poing dans la tronche.
Dans sa prison trois étoiles, il doit être fier de se retrouver au coeur d’une polémique dans le milieu littéraire français.
Il a retiré la vie à une centaine de jeunes gens, brisant à jamais le coeur de leur famille.
Lui, personne ne l’a abattu physiquement.
Sa façon de tuer sur une île est l’expression de la lâcheté.
Il était armé jusqu’aux dents face à des victimes désarmées.
Ce n’est ni un héros ni un anti-héros. C’est un criminel. Rien d’autre. Un criminel hélas! qui n’a pas raté ses nombreuses cibles humaines.
Je suis pour que d’aucuns publient ce qu’ils veulent cela permet de m’opposer à eux.
Albert Cossery m’a dit: “Autrefois nos ennemis avaient du talent".

(1) Les attentats du 22 juillet 2011 en Norvège ont fait un total de 77 morts et 151 blessés dont 69 morts rien que sur une île.
(2) http://passouline.blog.lemonde.fr/

[Post dédié à Georges Brassens]

Permalien 15:30:30, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

La sympathie et la compétence d'Everson sur OGCNICE TV

Lors du retour de l’OGCNice parmi l’élite en 2002, Everson fut un milieu de terrain à la grinta jamais démentie.
Il a démontré un mental défiant de chaque instant.
Ensuite, il a signé à Benfica mais des blessures repétées l’ont empêché de poursuivre sa carrière qui aurait dû être bien plus importante vu son volume de jeu et son esprit warrior. Dix joueurs + Everson= 12 joueurs sur la pelouse. Il comptait largement pour deux, toujours au four et au moulin.
Aujourd’hui, à 37 ans, il est au micro de l’OGCNice TV où il nage comme un poisson dans l’eau.
Le plus Niçois des Brésiliens sait poser les bonnes questions et il émande de lui une compétence et une sympathie qui fait de lui l’un des meilleurs consultants.
Bien sûr, il est 100 % pour l’OGCNice. C’est ça qui est beau en plus de tout.
En face des interlocuteurs, il en sait autant qu’eux et même plus parfois.
On sent qu’il s’agit d’un ancien joueur, et de Nice qui plus est.
Il parle très bien le français.
Il dégage toujours autant de force.
Il mène les interviews comme un combat de boxe.
Un président de la République n’en ménerait pas large devant lui, car il ne laisse rien passer.
L’OGCNice a très bien fait de lui tendre la main pour lui donner un micro.
Vous l’aurez compris: je suis l’un des ses plus fervents auditeurs. Je l’aimais déjà comme joueur: jamais il ne m’a déçu.
Je suis Niçois mais j’ai depuis l’enfance une part de Brésil en moi, depuis que j’ai vu jouer Pelé et Garrincha.
Ils m’ont ouvert la porte de la beauté footballistique.

Permalien 10:28:07, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Pour son 600e match avec Manchester United, le légendaire Paul Scholes a marqué son 155e but

Je n’échange pas un match de Paul Scholes et de Ryan Giggs contre toute la carrière de David Beckham qui se sert du football depuis des années pour faire fructifier son nom devenu une marque alors que ce n’est plus qu’une ombre sur un terrain.
Paul Scholes et Ryan Giggs sont deux monuments de l’Histoire du football depuis 100 ans, totalement à contre-courant de ce qui se pratique actuellement. Songez que Cristiano Ronaldo a brillé à MU avant d’aller au Real Madrid. Il est vrai que CR7 n’est pas un anglosaxon.
A l’époque des mercenaires qui vont au plus offrant, eux restent dans leur club formateur, refusant toutes les propositions venues d’ailleurs, fussent des plus grands clubs au monde. Ils restent liés au club qu’ils aimaient quand ils étaient enfants. Ils gagnent très bien leur vie et non pas envie d’aller à l’étranger. J’espère qu’un jour, la Reine les fera “Sir".
Giggs est le plus mancunien des Gallois.
Quant à Scholes il est né à Salford, c’est-à-dire à Manchester.
Dès que Giggs et Scholes touchent le ballon, on perçoit leur intelligence.
Je les ai vus débuter sur place au début des années 1990. Il y a quelque chose de complétement irréelle quand je les vois encore sur le même terrain. Cela fait deux décennies qu’ils portent le maillot de MU.
C’est merveilleux de les voir débuter un match dans le onze de départ.
Ils ne sont pas blasés. Leur passion est intacte.
Tous deux respirent le football qu’ils servent le mieux possible.
Giggs est un créateur né. Un artiste de l’attaque.
Scholes lui est un récupérateur, un relayeur ne l’oublions pas. En plus de détruire les assauts des adversaires, il crée des contres, il distribue et marque. N’oubliez jamais qu’il occupe le poste qu’occupait Didier Deschamps qui n’a quasi pas marqué de buts dans sa carrière alors que Scholes est un buteur fantastique.
Jadis, Giggs était ailier gauche, doté d’une vitesse grand V. Il s’est recyclé milieu de terrain avec le succès que l’on sait. Il est à noter que Sir Ferguson a toujours ménagé son fils spirituel, lui évitant les matchs atroces à l’extérieur chez les morts de faim quand il était jeune.
Paul Scholes avait pris sa retraite mais Sir Alex lui a demandé de revenir aux affaires, comme dirait le général De Gaulle. Aucun nouveau joueur n’est parvenu à remplacer Scholes: ni Anderson, ni Cleverley. Et pour l’instant ni Kagawa qui tergiversee trop aux abords de la surface. Scholes est capable de tirer de loin ou de zoner devant la cage adverse pour marquer. C’est ce qu’il a fait contre Wigan débloquant un match alors claustrophique.
Giggs et Scholes sont des joueurs anti-frime, si loin de leur copain Beckham vulgaire marchand de slips qui a vendu son âme aux sponsors et autres publicitaires. Beckham n’est qu’une vieille image Panini toute écornée quand Scholes et Giggs sont encore en pleine activité comme au temps de leur splendeur.

Voici le TOP 5 des joueurs qui ont le plus joué pour Man United.

1/Ryan GIGGS (1973): la classe à l’état pur
Début pro le 2 mars 1991
Total des matchs: 911
Matchs en Premier League: 600
Total buts: 163

2/Sir Bobby Charlton (1937): le consciencieux
Début pro le 6 octobre 1956
Total matchs: 758
Total buts: 249

3/Paul SCHOLES (1974): une intelligence haut de gamme
Début pro le 21 septembre 1994
Total des matchs: 700
Matchs en Premier League: 486
Total buts: 155

4/ Bill Foukes (1932): le défenseur survivant du crash de Munich, 1958
Début pro le 13 décembre 1952
Total matchs: 688
Total buts: 9

5/ Gary Neville (1975): la teigne
Début pro le 16 septembre 1992
Total matchs: 602
Total buts: 7

[Post dédié à Maurice Serrus]

15.09.12

Arsenal, Man United et Nice cartonne 14 buts

Sir Alex Ferguson a réussi un parfait turn over. Bravo au boss !

PREMIER LEAGUE:

Norwich City 0-0 West Ham
Arsenal 6-1 Southampton
Aston Villa 2-0 Swansea City
Manchester United 4-0 Wigan
Queens Park Rangers 0-à Chelsea
Stoke City 1-1 Manchester City
Fulham 3-0 West Bromwich Albion
Sunderland 1-1 Liverpool

Dimanche 16 septembre, 17 h: Reading-Tottenham
Lundi 17 septembre, 21 h: Everton-Newcastle

Classement:
1 Chelsea 10 pts 4 matchs/ 3 1 0/ + 6
2 Manchester United 9 4/ 3 0 1/ + 5
3 Arsenal 8 4/ 2 2 0/ + 7
4 Manchester City 8 4/ 2 2 0/ + 3

LIGUE 1:

Reims 3-1 Montpellier
PSG 2-0 Toulouse
Troyes 1-1 Lille
Valenciennes 0-0 Bordeaux
Saint-Etienne 0-1 Sochaux
OGC Nice 4-2 Brest
Evian TG 3-0 Bastia

Dimanche 16 septembre, 14 h: Rennes-Lorient
A 17 h: Lyon-Ajaccio
A 21 h: Nancy-Marseille

Classement:
1 Marseille 12 4/ 4 0 0/ + 6
2 Lyon 10 4/ 3 1 0/ + 5
3 PSG 9 5/ 2 3 0/ + 3
4 Bordeaux 9 5/ 2 3 0/ + 2
10 Nice 6 5/ 1 3 1/ 7 6/ +1

Permalien 15:48:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United gagne 4-0 devant les bourrins de Wigan

Il faudra encore compter sur le MU de Sir Alex Ferguson. A 0-0, il est descendu sur la pelouse. L’Ecossais a toujours la grinta. C’est vraiment un compétiteur d’exception. Il a le jeu dans la tête.

15 septembre 2012, 16 h
Man United 4-0 Wigan
Buts pour MU: Scholes (51e), Chicharito (63e), Buttner (66e), Powell (82e)

Ce fut très laborieux en première mi-temps mais le résultat est au bout. Difficile de jouer au ballon devant onze défenseurs ! Je prévoyais un 5-0. Ce fut un 4-0. Trois points de plus sans De Gea, Evra, Kagawa, Rooney et van Persie (entré en fin de seconde mi-temps). Turn over avec séquence repos pour certains déjà sur les rotules. Chicharito était dans le onze de départ et cela a fait très plaisir même s’il a mal tiré un penalty à 0-0. Pour le jeune Buttner ce fut un dépucelage réussi avec un but. Evra dans les tribunes a vu son nouveau rival au poste de latérala gauche, bien supérieur à Fabio que Evra a écarté sans forcer.

Lindegaard/ (6) R.A.S. mais il a pris la place de De Gea. Cela devrait inspirer Lloris…
Rafael (6) Correct
Ferdinand (6) Solide
Vidic (6) Tranquille. Puis (76e) Evans (5) A assuré le train train
BUTTNER/ (9) Grand match. Audacieux et coriace: un vrai nouveau RED DEVIL
Giggs(8) Distributeur en chef. Puis (71e) Powell (5) Timide mais réaliste
Carrick (6) Sans forcer
Nani (5) Manque de jus
Scholes/ (9) A trouvé la clef pour le 1er but capital. Puis (71e) van persie (5) En roues libres.
Chicharito (6) S’est bien remis de son échec sur penalty
Wellbeck (6) Très bon agitateur comme toujours

Sur le banc: De Gea, Cleverley, Kagawa, Valencia

Coach: Sir Ferguson (10) Une leçon de turn over dans un très grand effectif. On a vu D. Fletcher en tribunes dans le carré de MU. Cela promet !

PS: C+ n’a pas diffusé le match ! J’ai dû jongler sur le net.

Permalien 14:07:58, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Chiffres record de mes héros à Man United: Sir Ferguson (1000) Ryan Giggs (600), Scholes (700), Ferdinand (400)

Certains croient en Dieu et s’entretuent pour une vidéo qui n’est qu’un prétexte et même une aubaine pour la haine contagieuse. Moi je crois en l’homme, pas en tous, mais en quelques-uns. Dieu est dans le ciel ? A quelle vitesse vole-t-il ? A toutes ces sornettes, je préféré les Red Devils, avec en tête Giggs, Scholes, Ferguson, Rooney…

C’est le match des records à Manchester United, lors de ce match à la maison.
Le 14 septembre, Alex Ferguson a rendu hommage à Ryan Giggs, Paul Scholes et Rio Ferdinand.
Ryan Giggs devrait fêter sa 600e apparition en Premier League. En tout: plus de 910 matchs à MU !
Paul Scholes atteint son 700e sous le maillot de MU toutes compétitions confondues.
Rio Ferdinand arrive à son 400e match avec MU. C’est bien mais sans les blessures il en compterait plus de 500.
Et Sir Alex Ferguson ? Lui dépasse les 1000 rien qu’en Premier League avec MU !
Le coache écossais a dit:
-«J’ai la certitude que Ryan Giggs va jouer quelques années. Faut le voir à l’entraînement. Quel enthousiasme ! Il a une hygiène de vie exemplaire. Un modèle pour nous tous. Paul Scholes c’est différent: il est robuste aussi car il a deux blessures aux genoux et une blessure œil… pourtant il joue toujours ! C’est phénoménal ! Quel mental ! Rio Ferdinand parvient à 400 matchs en tout. Il s’accroche bien malgré des blessures coriaces.”

Le parcours des héros d’Old Trafford

Ryan Giggs: la classe à l’état pur
Début pro le 2 mars 1991
Total des matchs: 910
Matchs en Premier League: 599

Paul Scholes: une intelligence haut de gamme
Début pro le 21 septembre 1994
Total des matchs: 699
Matchs en Premier League: 485

Rio Ferdinand: vaincre ou crever
Début le 27 août 2002
Total des matchs: 399
Matchs en Premier League: 271

Permalien 10:01:57, Catégories: LITS ET RATURES, LA REVUE DE STRESS  

En un siècle, la littérature française est passée de la NRF à Ici-Paris/Voici...

J’ai publié un livre pour dire que mon père était un type très bien, à contre-courant: Champion de sa rue.

J’ai publié un autre livre pour saluer un autre homme exemplaire: Louis Nucéra, achévé d’imprimer.

J’ai publié un livre avec en ouverture une séquence sexuelle avec les écrivains, critique de l’édition actuelle: Berl, Morand et moi.

Je viens de publier un pamphlet contre notre époque hyper vulgaire où être intelligent ne sert plus à rien: Eloge du dégoût.

Cela fait des lustres que Gide a dit:"Famille de vous hais !” et ils en sont encore là avec leurs bouquins où ils se permettent de juger leurs parents sans nous dire quels parents sont-ils, eux…

On nous refait le coup du complexe d’Oedipe, de tuer le père, de je couche avec ma descendance quand on ne fait pas la titraille sur un tueur en série.

Dans Service Littéraire à paraître, je conclus par:

“Félicité Herzog dresse le portait d’un dragueur assoiffé de conquêtes qui hésite entre DSK et Simenon. Cela méritait-il 302 pages ? On n’écrit pas comme on fait du ski à Gstaad. Une chose est certaine : M. Herzog a prouvé qu’il avait un mental d’acier.”

On est passé de la NRF à ICI PARIS/ VOICI.

Comparaison entre la Premier League et la L 1: quoi voir ?

Voici la liste de tous les matchs anglais et de Ligue 1, du week-end.
Première remarque, les journées s’étirent du vendredi au lundi. Trop de football tue le football.
C’est du grand n’importe quoi. La télé fait ce qu’elle veut et quand elle veut. Les clubs eux amassent l’argent des droits.
Il y a beaucoup plus de belles affiches en Angleterre.
En France, je suis comme tout le monde, je n’ai d’intérêt que pour le club de ma ville natale (NICE).
En Angleterre, je vais suivre le match de MAN U où on annonce 3 blessés: Evra, Kagawa et van Persie. A MU, on souhaite presque des blessés pour que tout le monde joue. Wigan devrait repartir d’Old Trafford avec un wagon de buts dans sa valise. J’espère voir Chicharito. En voilà un qui sait communiquer avec le public. Il a beaucoup de choses à nous donner.

PREMIER LEAGUE:

Samedi 15 septembre 13 h 45: Norwich City-West Ham/ NON

A 16 h:
Arsenal-Southampton/ OUI
Aston Villa-Swansea City/ NON
Manchester United-Wigan/ OUI
Queens Park Rangers-Chelsea/ OUI
Stoke City-Manchester City/ OUI
Fulham-West Bromwich Albion/ NON

A 18 h 30: Sunderland-Liverpool/ OUI

Dimanche 16 septembre, 17 h: Reading-Tottenham/ OUI
Lundi 17 septembre, 21 h: Everton-Newcastle/ NON

LIGUE 1:

Vendredi 14 septembre, 20 h45: Reims 3-1 Montpellier/ NON

A 20 h45: Paris Saint-Germain 2-0 Toulouse/ OUI

Samedi 15 septembre, 17 h: Troyes-Lille/ NON

A 20 h:
Valenciennes-Bordeaux/ NON
Saint-Etienne-Sochaux/ NON
OGC Nice-Brest/ OUI
Evian TG-Bastia/ NON

Dimanche 16 septembre, 14 h: Rennes-Lorient/ NON
A 17 h: Lyon-Ajaccio/ NON
A 21 h: Nancy-Marseille/ NON

Permalien 07:52:19, Catégories: LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE, GRANDE DAME  

Des femmes admirables, d’Olivia Resenterra (PUF))

Le Dernier tango à Paris a été un film piège pour Maria Schneider.

Sous titré « Portraits acides » le livre d’Olivia Resenterra est un ouvrage iconoclaste qui se penche sur des héroïnes de fictions à l’exception de Maria Schneider et Ingrid Betancourt. L’essai est découpé en trois parties.

1/ Maternité, le règne inégalé : Madame Bovary (Flaubert), Violet Venable (Soudain l’été dernier, film de Mankiewicz), Mme Fichini (la comtesse de Ségur), Camille Duvillard (Zola), Charlotte Haze (Nabokov) et Les Kohut, mère et fille (Jelinek).

2/ La désir et la haine : Mme Loiseau (Maupassant), La femme mariée (Tolstoï), Mrs Crump (lewisohn), La Bende (Döblin), Claire Zahanasian (Dürrenmatt), Phèdre et Oenone (Racine), Irena Doubrobvna (Tourneur), Lucy Westenra (Dracula), Alicia Clary (Villiers de l’Isle-Adam), La fiancée de Frankenstein (Whale) et Marie Schneider (Bertolucci).

3/ La femme est l’avenir de l’homme : Les femmes savantes (Molière), La reine de cœur (Carroll), Sidonie Verdurin ( Proust), Maureen J. Tarnopol ( Roth), Suzanne Stone (van Sant), Lady Macbeth (Shakespeare), Ingrind Betancourt (ex otage), Dona Rosa (José Cela), Cruella (101 Dalmatiens), Milady de Winter (A.Dumas).

L’essai consiste à scruter le portrait de ces femmes pour la plupart des mégères créées par des hommes. On aimerait bien avoir la réciproque… «Bousculant les lieux communs du féminisme bien-pensant, certains d’entre eux n’hésitent pas à révéler que, de la femme admirable- mère aimante, martyre ou suffragette- à la femme détestable, il n’y a souvent qu’un pas ». Olivia Resenterra a complété son investigation littéraire et cinématographique par deux femmes «réelles», une actrice traumatisée (Marie Schneider) par le tournage du Dernier tango à Paris et une femme politique (Ingrid Betancourt) « biographe de son propre destin ». L’essayiste a été frappé par l’incompréhension de toutes ces femmes vis-à-vis de l’autre sexe. Les hommes eux aussi se heurtent à ce qui leur paraît être un mur. L’auteur ne craint pas qu’on puisse la taxer de misogynie car elle évoque surtout des êtres de fiction. Concernant le rôle de Maria Schneider (1952-2011), l’essayiste explique bien que la jeune comédienne, alors âgée de moins de 20 ans, a été manipulée lors du tournage du Dernier tango à Paris (1972). La scène de la « sodomie beurrée » fut reprise par la presse dans une spirale sans fin. Dans la scène du viol par sodomie avec Marlon Brando, la comédienne pleure. « Maria Schneider répétera dans de nombreuses interviews que ces larmes étaient réelles. » La façon de filmer a fait que le spectateur a assimilé le rôle à la comédienne qui a récusé toute sa vie l’emploi de sex symbol. « Selon l’actrice, la scène n’était pas prévue dans le script originale : elle aurait été manigancé à son insu… » Un jour, Maria Schneider a confié : « A l’origine, mon rôle aurait dû être interprété par un garçon : ils n’ont pas osé… » Les hommes ne sortent pas grandi du livre. Qui est un constat. Accablant pour la gent masculine.

-Des femmes admirables
D’Olivia Resenterra
195 p., 14, 50 € PUF

14.09.12

Arsenal sans Nasri, Fabregas, Song et van Persie n'emballe pas Sagna

Bakary aimerait un jour de sa vie soulever un trophée, surtout depuis qu’il a vu ses anciens coequipiers, Nasri et Clichy, soulever le trophée de Premier League 2012 que Man City a gagné devant Man United au goal average !

**Le palmarès de Bakari Sagna (30 ans) à Arsenal depuis 2007:

NEANT

**Le palmarès de 4 Gunners depuis leur départ d’Arsenal:

Cesc Fabregas (25 ans) à Barcelone depuis 2011
Supercoupe d’Espagne 2011
Supercoupe UEFA 2011
Coupe du Monde des clubs 2011
Coupe d’Espagne 2012
Samir Nasri (25ans) à Manchester City depuis 2011
Champion d’Angleterre 2012
Community Shield 2012

Gaël Clichy (27 ans) à Manchester City depuis 2011
Champion d’Angleterre 2012
Community Shield 2012

Ashley Cole (32 ans) à Chelsea depuis 2006
Champions League 2012
Championnat d’Angleterre 2010
Carling Cup 2007
F.A. Cup 2007, 2009, 2010, 2012
Community Shield 2009

Bacary Sagna nous la fait comme Cristiano Ronaldo: il n’est pas content de son sort à Arsenal d’autant que tous ceux qui en sont partis sont depuis couverts de titres alors que lui n’a jamais gagné un seul trophée à Arsenal depuis 2007.
L’arrière droit international français n’admet pas ce que je vous ai expliqué dans le détail, à savoir
que du fait de la non conquête de la C1 2006 au SDF face au Barça, Arsène Wenger n’a pas les pleins pouvoirs sur le recrutement qu’il aurait pu avoir s’il avait donné au club sa première C1. Wenger fait cependant très bien plusieurs choses: il a donné un style de jeu, Arsenal est toujours en C1 et la balance des transferts est favorable à Arsenal. Tout ça est fabuleux. Gagner la C1 et la Premier League n’est pas une priorité. Arsenal n’est pas Man United.

Déclaration de Bacary Sagna, convalescent après une grave blessure au péroné:
-"Tout le monde s’attendait au départ de Van Persie [à Manchester United], mais pour Song [parti ensuite à Barcelone], c’était une surprise. Je ne comprends pas du tout. En mai, j’ai regardé la parade de Manchester City après le titre à la télévision. J’ai vu Samir Nasri et Gaël Clichy soulever le trophée. C’est ce que je veux…”

Réponse d’Arsène Wenger, sans aucun trophée depuis 7 saisons:
-"J’en ai parlé avec Sagna. Je crois qu’il aime le club et qu’il va rester. L’interview [dans L’Equipe] ne reflète pas vraiment ce qu’il pense du club et son amour pour lui, parce qu’il a toujours montré son engagement sur le terrain. C’est beaucoup plus important qu’un article tordu dans un journal.”

Permalien 08:07:00, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Par la haute mer ouverte, d'Eugenio Scalfari (Gallimard)

Voici le livre d’un érudit, un grand lecteur, un passionné de littérature. Une sorte de George Steiner italien mais issue de la presse et non pas de l’université, ce qui est beaucoup plus rare. De fait, Eugenio Scalfari, né en 1924, est le fondateur de La Repubblica (1976) alors qu’il dirigeait L’Espresso. Son ouvrage comporte un sous-titre: «Notes de lecture d’un Moderne». Ses goûts le porte vers Diderot, Montaigne, Descartes, Spinoza, Kant, Hegel, Chateaubriand, Tocqueville, Goethe, Rilke, Proust, Kafka, Joyce, Nietzsche, Calvino, Montale… Autant de perles qui forment un collier. Scalfari fait office de ficelle, de lien entre eux. Chaque lecteur est une bibliothèque ambulante. Scalfari a une tendresse spéciale pour Les cahiers de Malte Laurids Brigge, chez lui ce livre est en lambeaux tellement qu’il a été lu et donc manipulé. Il avait acheté ce livre pour ses 18 ans, en 1942. « On lit tout à dix-huit ans. Il faut dire qu’à l’époque, la télévision n’existait pas et qu’Internet était encore sur les genoux des dieux. Les seules alternatives à la maison étaient la radio et le lecture». A propos de Chateaubriand, Eugenio Scalfari fait un montage de textes entre Sainte-Beuve et Marc Fumaroli, sous forme de dialogues. On s’y croirait. C’est excellent, comme tous les livres qui stimulent l’esprit de la première à la dernière phrase. Cela me rappelle mes journées avec Emmanuel Berl dans sa petite chambre à penser sous les toits du Palais Royal.

-Par la haute mer ouverte
D’Eugenio Scalfari
Traduit de l’italien par Françoise Antoine
Gallimard, 322 p., 20 €

13.09.12

Permalien 18:46:43, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR  

A 99%, Arsènal Wenger va prolonger avec les Gunners

Le match à ne pas perdre pour Arsenal était la finale de la C1 2006. Si Arsenal fait du surplace, et même ne gagne plus rien, depuis sept ans c’est à cause de cette défaite qui l’a empêché de passer dans le clan des clubs ayant remporté la C1. Je suis certain qu’avec une C1 à son palmarès, Wenger aurait pu exiger qu’on ne vende pas Febregas et van Persie. Le fait d’avoir perdu a fait que le staff financier des Gunners a conservé le pouvoir à 100%.

A 62 ans, Arsènal Wenger va poursuivre à Londres. Il ne peut en être autrement. Pas question qu’il aille dans un club à haute pression (Real Madrid) ce n’est pas son genre. Il n’aime pas les clubs où l’on vous menace de prendre la porte après deux défaites de suite, lui il aime la paix des ménages.

Du talent, il en a. Désormais on ne peut plus le critiquer pour la simple raison qu’on le dépouille de ses meilleurs éléments à chaque mercato. Dans un premier temps, il recrute des joueurs à fort potentiel. Dans un deuxième temps, il les améliore. Dans un troisième temps, son staff financier les vend. Dans un quatrième temps, il les remplace par un peu moins bien. Qui peut le critiquer quand on l’a dépouillé de Cole, Nasri, Fabregas, Clichy, Song et van Persie ? Tout le monde sait qu’avant 1996 et l’arrivée de Wenger, Arsenal avait l’un des pires football du royaume.

POUR CONTINUER A LIRE LE POST ALLER svp sur le lien ci-dessous:

http://www.mycoachfoot.com/news/pro/coach-arsA-nal-wenger-va-prolonger-avec-les-gunners_36.htm

Permalien 06:29:14, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Tous les salariés devraient faire comme Cristiano Ronaldo

Au Real Madrid, CR7 n’est pas le meilleur joueur au niveau du palmarès puisque par exemple le gardien Iker Casillas compte les Euros 2008, 2012 et la Coupe du Monde 2010 à son palmarès…

Les médias ne cessent pas de brocarder Ronaldo parce qu’il a confié sa “tristesse".
Depuis tout le monde se demande ce qu’il a et la conclusion est: ses revenus ne lui conviennent plus.
Comme il y a 5 millions de chomeurs en Espagne -oh! pardon… de demandeurs d’emplois, disent-ils- la presse critique Ronaldo qu’elle traite d’enfant gâté qui se moque du serrage de ceinture de ses fans.
Tout cela est grotesque.
Ronaldo fait vendre la presse, beaucoup plus que Messi qui est trop lisse médiatiquement.
Une fois que l’on a dit que Messi est le meilleur joueur on n’a plus rien à dire.
Ronaldo lui est dans la rubrique sport, économique, pipole, fringues, voitures, publicités…
Son augmentation salariale est complétement justifiée.
Il n’y a qu’un Cristiano Ronaldo. Il a du talent, il est jeune, beau, il a du charisme, il est constant, c’est quelqu’un qui assume son rang de mégastar. Il n’a rien à voir avec David Beckham qui n’est plus qu’un vendeur de slips.
Actuellement CR7 gagne près de 10 millions d’euros par an dans son contrat actuel, une somme inférieure à celle de joueurs comme Samuel Eto’o (20 M €) et Zlatan Ibrahimovic (14,5 M €).
Il faut savoir que la fiscalité en Espagne vient de changer: une augmenttation des charges pour les salaires des joueurs a fait passer la taxe de 24% à 52% ! Désormais, un contrat de 15 M € par an à Ronaldo obligerait le Real à verser 23M M € après impôt.
Ronaldo s’agite car il va avoir 28 ans: il est né le 5 février 1985 à Funchal, Madère, Portugal
C’est une valeur marchande sûre.
En 2003, Man United l’a recruté contre 18 M€.
Et en 2009, Man United l’a vendu 96 M€ au Real Madrid.
En 2012, il vaut au bas mot entre 200 et 250 M€.
Qui pèse autant voire plus ? Messi…
Ronaldo n’est pas un mercenaire comme tant de joueur qui n’ont pas une once de sa classe.

Parcours junior de Ronaldo
1993-1995/ FC Andorinha
1995-1996/ CD Nacional
1996-2002/ Sporting CP

Parcours professionnel
2002-2003/ Sporting CP
2003-2009/ Manchester United
2009/Real Madrid CF

Depuis l’annonce de son blues économique, le Paris Saint-Germain et Anzhi Makhachkala, serait prêt à lui offrir un salaire de 20m € annuel. Il n’est pas assez âgé pour partir à la retraite dorée. C’est encore un grand compétiteur qui a besoin de l’Europe pour s’exprimer.
Sir Ferguson ne veut pas que son fils spirituel signe à Man United.
Le pt du Real va devoir revoir à la hausse le salaire de Ronaldo et c’est logique vu ce que Ronaldo fait gagner au Real (droits télés, recettes guichets, ventes maillots, etc…)

12.09.12

Permalien 09:25:35, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Tu me suivras dans la tombe et autres romans, de James Hadley Chase (Folio policier/ Gallimard)

Les autres titres de cette compilation sont Passez une bonne nuit et C’est pas mes cordes . Dans ce volume ont voit une galaxie de tueurs sans scrupules et des femmes qui ne s’encombrent pas de préjugés pour avancer dans leur destin pas toujours rose. Hadley Chase reste un auteur classique du genre de la série noire. On lui doit le chef d’œuvre Pas d’orchidées pour Miss Blandish. En deux ou trois phrases, le romancier nous embarque dans son univers là où un cinéaste doit demander une fortune à ses producteurs. Black is black pourrait chanter Hadley Chasse tant il se passe beaucoup de choses mine de rien. Inutile de résumer ce livre. Résume-t-on un morceau de Miles Davis ? Il faut s’embarquer comme on prend l’avion et le TGV, se laisser pendre par l’ambiance. Quand on monte dans un zing demande-t-on au pilote si tout va bien se passer ? On fait semblant de ne pas prendre de risques… Les trois textes datent d’il y a trente ans. Ce pavé tient la route. Du grand art. Dans ce registre nous sommes dans l’excellence. Ici les tueurs n’ont aucun remords. Il ne s’en laisse pas compter à l’inverse de nous …

-Tu me suivras dans la tombe et autres romans
Traduit de l’anglais par Jane Fillion, F.M. Watkins et Marcel Fèvre.
De James Hadley Chase, Folio policier/ Gallimard, 744 p.

Permalien 01:19:07, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

La France de Deschamps fait le carton plein 6 points sur 6

Deschamps est même parvenu à retirer l’hostilité de certains Bleus pendant La Marseillaise.

Qualifications pour la Coupe du monde 2014
France 3-1 Biélorussie
Buts pour la France: Capoue (49e), Jallet (68e), Ribéry (80e)
But pour ls visiteurs: Putilo (71)

Les équipes qui gagnent ont toujours raison. En deux matchs, la France a pris 6 pts. Mieux elle ne pouvait donc pas faire.

Lloris ©: (8) Irréprochable. A même stoppé le penalty mais ses défenseurs n’ont pas été assez rapides pour l’aider
Evra (7) Bon match en restant plus défensif qu’offensif. Quand il monte, les médias le lui reproche, et quand il se positionne plus dans sa zone défensive, “ils” le critiquent aussi !
Yanga-Mbiwa (6) Moins bien qu’en Finlande mais bon élément. Suspendu pour le match en Espagne
Sakho (7) Solide.
Jallet (7) A marqué un but sans le vouloir… Le fameux centre tir qui n’existe pas. Il voulait centrer mais il a tiré. Et marqué !
Mavuba (8) Le patron, tendance récupérateur. Un mélange de Deschamps et de Makelelé. Domenech l’avait lancé mais ensuite tout le monde l’avait oublié. J’ai toujours demandé son retour, avec Balmont, en plus…
Cabaye (7) Régularisateur de très bon niveau
Capoue (6) Bon match. Puis Matuidi (75e) (5) RAS
Ribéry (9) De l’envie à revendre. Puis Menez (89e) Non noté mais on a vu sourire “Keaton” !
Benzema (9) Hyper collectif. Altruiste en majesté
Giroud (6) De beaux gestes mais ça ne va pas au fond. Puis Valbuena (60e) (7) Harceleur en chef

Sélectionneur: Dechamps (10) Il a rendu deux copies du mieux possible. Sérieux et conquérant. A de l’humour à revendre, à propos du but de Jallet, le sélctionneur a dit: “Il s’est entraîné à tirer toute la semaine…” Deschamps gagne a être connu. Ce qui est beau à voir c’est son bonheur d’être sélectionneur. On voit qu’il est complétement heureux. Sans Abou Diaby, excellent en Finlande, il a su faire gagner son équipe.

Autres résultats:
Belgique 1-1 Croatie
Géorgie 0-1 Espagne
Autriche 1-2 Allemagne
Italie 2-0 Malte
Portugal 3-0 Azerbaïdjan
Hongrie 1-4 Pays-Bas

Permalien 00:51:34, Catégories: LITS ET RATURES  

Redrum, de Jean-Pierre Ohl (L'arbre vengeur)

Le talent est-il présent dans plusieurs éléments d’une même famile ? La réponse est oui quand on songe aux Ohl. Il y a Michel, l’aîné, pataphysicien qui ne passe pas inaperçu dans le Landerneau des lettres qu’il fuit comme la peste. Désormais, il y a Jean-Pierre Ohl que l’on a découvert en 2004 (Monsieur Dick ou le Dixième livre). Cette fois, il se lance dans la superproduction … Il s’agit d’une histoire sur fond de cinéphilie. Un professeur débarque dans une île au large de l’Ecosse pour participer à un colloque sur Kubrick. Un maître des lieux y stocke des informatons sur la personnalité des morts pour les refaire apparaître. Cette fable a pour cadre les années 2010. Un livre qui tient à la fois de Borges et de Joyce. Son attrait pour Kubrick emmène le personnage principal dans un roman fantastique. Tout le livre est rythmée par des pans de prose alerte entrecoupée de moments intimes souvent incarnés par des dialogues très bien maîtrisés. On dévale dans un labyrinthe dont on ne veut pas sortir. Une sorte d’intérieur de cordon ombilical. On est dans le tableau de L’île aux morts d’Arnold Böcklin sur la musique de Tchaïkovski. Un tableau qui fascinait aussi bien S. Freud que le chancelier Hitler.

-Redrum
De Jean-Pierre Ohl
L’arbre vengeur, 243p., 15 €

11.09.12

Permalien 10:33:11, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Vainqueur de la Vuelta 2012, le conquistador Contador salue les incultes !

Inutile de faire plus la démonstration du talent de Contador. Il a répondu sur la route. Ils sont où les Dracula(s) porteurs d’hermine ? Ont-ils eu leur ration de pipi espagnol ?

CLASSEMENT GENERAL DU TOUR D’ESPAGNE 2012

1.CONTADOR, A./STB 84:59:49

2.VALVERDE, A./ MOV à 1:16

3.RODRIGUEZ, J./KAT à 1:37

4.FROOME, C./ SKY à 10:16

5.MORENO, D. KAT à 11:29

[Post dédié à Christian Laborde]

Permalien 09:23:45, Catégories: LE GYM E BASTA, ANTI-FOOTBALL, LA REVUE DE STRESS  

Le stade Allianz Arena de l'OGCNice va-t-il être amputé des 18 M€ de l'Etat ?

Vous connaissez beaucoup de monde qui partent en vacances à Lille, à Lyon, à Lens ?
En revanche, Nice regorge de touristes. Issa Nissa ! Le Parisien du 11 septembre 2012- quelle date anniversaire!- nous dévoile grâce à son pertinent journaliste Sébastien Ramnoux que l’Etat pourrait se désengager de certains projets, et entre autres du grand stade de Nice, ma ville natale. Chacun la sienne. Et moi, je n’aurais voulu naître et être élevé dans aucune autre ville au monde. Niçois, je suis. Niçois, je reste.

On sait que Nice attend depuis disons au moins quarante ans un stade moderne.
De multiples tracas politico-administratifs ont toujours empêché sa construction.
Alors que les travaux vont bon train, des nuages noires arrivent tout d’un coup.
Je m’en doutais: à chaque changement de personnel politique la bataille reprend.
Cette fois on apprend qu’un audit de l’inspection générales des finances a été lancé pour voir où en sont les projets.
On sait que le musée de l’Histoire est abandonné.
Voilà une très bonne chose: c’est aux historiens à écrire l’Histoire et non pas à l’Etat.
Dans ce musée on n’aurait pu faire que des expos temporaires.
L’Histoire a plusieurs versants des faits et l’Etat n’a pas à faire valoir ceux qui l’avantage.
Concernant le sport, le montage financier de l’Allianz Riviera va être scruté de près.
Il est déjà bien sorti de terre. L’inauguration est prévue pour l’été 2013.
Il a une capacité de 35 000 places.
Un coût de 245 M€.
La ville de Nice versera 8,5 M€ par an pendant presque 30 ans.
20 M€ sont promis par le conseil général des Alpes-Maritimes.
Et l’Etat a un contribution de 18 M€. Heureusement pas plus.
Il est évident que ces 18 M€ risquent de disparaître du montage vu que le pouvoir central n’est pas de la même couleur que le pouvoir local. On sait très bien comment ça marche en politique.
Je reste persuadé que même en cas du retrait des euros étatiques, le stade Allianz Riviera sera livré à la date prévue.
Il y a beaucoup d’enjeu économique.
Ce stade est un immense apport à la ville de Nice et à la France aussi.
Si je ne dis pas de bêtise Nice est française.
Parfois, on en doute, tant Paris nous regarde comme si nous étions encore un Comté.
Souvent j’ai entendu que Monaco a des envies de jouer en Serie A. Et si Nice… A force de toujours nous déclassér comme si nous n’étions pas français à part entière.
Si les 18 M€ de l’Etat disparaître, les responsables du chantier n’auront pas du mal à les trouver.
Nice est l’une des plus belles ville du monde. Tchekhov, Nietzsche, Matisse, Chagall, Cocteau, Gary et Nucéra n’en doutaient pas.

Permalien 08:16:56, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson: "Si Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid, il faut qu'il revienne à Manchester United".

Ronaldo aime Sir Alex Ferguson qui est un père de substitution depuis la mort de son père. Les deux hommes ne se sont jamais quittés. Ils sont toujours en étroite liaison. On commence à rêver d’un retour à la maison de l’enfant surdoué mais aux dernières nouvelles le président du Real Madrid, Florentino Perez, s’apprête à lui offrir une augmentation salariale et, peut-être même un contrat à vie chez les Merengue. Bravo à Cristiano! Il fait ce dont tous les salariés rêvent et surtout ceux qui le critiquent ! CR7 n’est pas n’importe qui. Et c’est moi qui le dit à sa place. Ceux qui contestent le fait qu’il porte tout le poids du Real Madrid n’ont qu’à prendre sa place. Au bout d’une heure, ils tomberaient en dépression nerveuse. Eparpillés, façon puzzle…

Un peu de tendresse dans ce monde de brutes!
Si Cristiano Ronaldo est triste, il n’a qu’à revenir à la maison… Voilà le fond de la pensée du coach de MU.
Ronaldo a trop le poids du Real Madrid sur les épaules.
A MU, il s’amusait beaucoup plus. Tout cela il le savait avant de signer au Real.
Sir Alex Ferguson est disposé à lui redonner le sourire si CR7 le souhaitait.
Le manager écossais de Manchester United a demandé à sa direction de mettre ce qu’il faut sur la table pour faire revenir le Portugais, dans le cas où l’entente avec Mourinho serait brisée.
Ferguson ne veut pas voir joueur CR7 ailleurs qu’au Real ou à MU.
On imagine la ligne d’attaque Ronaldo-van Persie-Rooney…
Si MU a vendu quasiment 100 M€ au Real, il devrait débourser 125 M€ pour le récupérer.
Cristiano Ronaldo doit rencontrer Florentino Perez et José Mourinho pour tirer au clair l’affaire de son blues quela place publique.
-"Le manager a clairement dit, au moment où Ronaldo signait à Madrid, que s’il quittait un jour Bernabeu, il faudrait qu’il revienne à Old Trafford. (…) Mais pour le moment, seul Ronaldo sait s’il veut quitter Madrid ou si c’est juste une bouderie", confie un membre du staff de MU.
L’intervention de Sir Ferguson a donné un grand coup de main à Cristiano Ronaldo car le Real a pris peur que son meilleur joueur actuel s’en aille.

Permalien 07:04:40, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Retro: Man Cty 2-3 Man United, FA CUP 3e round

Le football toujours recommencé…
Quand Man United ne joue pas, le week-end n’a pas la même saveur.
Ce sentiment est valable pour tous les mordus au football. Chacun son club, ses favoris.
Il manque ce surplus d’adrénaline qui nous certifie que nous sommes encore vivants.
J’ai une horloge interne qui attend quelques rendez-vous et quand MU n’est pas là. Il manque quelque chose.
Pendant la trève estivale, on se repose de la saison. On rêve à la suivante.
Dès que la Premier League est lancée, on repart avec les joueurs. (En France, je suis l’OGCNice, mais la L1 n’est pas la Premier League…)
Alors quand le football est absent, je feuillete les albums vdéos souvenirs.
Il y en a tellement avec MU. Ce match de FA CUP valait le coup.
Il est rare que MU déçoive. C’est pour ça que ce club plait tellement. Quand les Red Devils jouent, il y a de l’électricité dans l’air.
Soit les Red Devils dominent, soit ils sont dominés. Et tout ça dans le même match ! L’eau tiédasse est très rare.
Man United a habitué ses fans à l’excellence.
Depuis 1992, on vit une sacrée époque.
Avec MU on traverse le miroir.
Cela n’a rien a voir avec le force, la supériotité, l’écrasement d’autrui.
Plus une équipe est forte mieux elle joue.
C’est pour cela que chacun veut voir son club devenir toujours de plus en plus compétiteur et compétitif.
Pour la beauté des gestes.

Permalien 07:04:09, Catégories: LITS ET RATURES  

Le parieur, d'Alexis Salatko (Fayard)

Auteur d’un très remarqué et très remarquable Horowitz et mon père (2008) , Alexis Salatko revient sur les rapports père-fils dans un roman noir qui entremêle l’autobiographie du narrateur et le parcours aventureux de son géniteur. « Et toi pauvre pantin, obligé, pour régler ses dettes, de disputer des parties de golf organisées par des bookmakers véreux. La cavale infernale du Cotentin au new jersey dans un camping-car déglingué. Un sacré film, je te dis ». Le roman débute par la rencontre de l’antihéros au bout du rouleau sauvé de l’ultime précipice par Marie-Angélique, bourgeoise en quête d’amour qui ne s’attendait pas à sauver un « artiste raté » . Ce n’est pas facile d’avoir un père qui vous prodigue « une éducation quasi jésuitique » alors qu’il est une « sorte de mercenaire » qui « écumait en roulotte les golfs du grand Ouest où il vivait de paris clandestins ». La vie pousse souvent un fils à faire la même chose que son père alors qu’il rêvait de s’engager dans une voie opposer au destin paternel. « Je me bornais à terrasser l’adversaire et me repassais de mes victoires » dans un pays gangréné par le chômage, la drogue et le sida. Manger des sardines en regardant la mer lui aurait suffi mais les secrets de famille l’ont poussé à s’engager dans une voie qu’il voulait fuir. L’homme qui voulait mourir de froid finit parfois à avoir chaud au cœur.

-Le parieur
D’Alexis Salatko
Fayard, 263 p

10.09.12

Deschamps doit-il poursuivre avec Abou Diaby qui est toujours blessé ?

Arsène Wenger souhaitait que son joueur se repose après son retour dans le onze majeur d’Arsenal mais il est allé en équipe de France. Et le pire est arrivé, Diaby s’est blessé un nouvelle fois. Rechute ou anticipation pour éviter une longue absence ?

Le talent d’Abou Diaby n’est pas remis en cause.
Si la France a ramené trois points de la Finlande c’est beaucoup grâce à lui.
La question qui se pose est la suivante:
Doit-on construire les Bleus autour de Diaby étant donné qu’il est souvent blessé pour ne pas dire toujours, hélas ?
A quoi cela sert-il de croire sans cesse à lui s’il ne peut pas aligner deux matchs de suite ?
C’est triste à dire mais il faudrait penser à un milieu sans Diaby.
Mieux vaut trouver un joueur plus solide.
Un patron du milieu ne peut pas faire un match sur deux. C’est impossible.
Soit Diaby est revenu physiquement et le rôle de récupérateur-relayeur-passeur lui revient sans l’ombre d’un doute, soit son physique le handicape trop et il faut confier son poste à un autre.
-"Abou Diaby a pris un mauvais coup et il a une gêne musculaire, a expliqué Didir Deschamps. Il ne va pas s’entraîner. Il se connait peut-être un peu plus que les autres avec les soucis qu’il a eus. Avant de penser aller sur le terrain, il ne faut pas avoir de soucis sur la table de massage.
Comme solution pragmatique le milieu terrain lillois Mavuba-Balmont s’imposait comme solution immédiate.
Deschamps ne va pas pouvoir se passer Nasri, à l’avenir.
En attendant le retour de Gourcuff ?

Permalien 11:15:49, Catégories: LITS ET RATURES  

Autoportrait givré et dégradant, d'Anne-Sylvie Sprenger (Fayard)

La bête humaine, de Jean Renoir d’après Zola, avec Jean Gabin et Julien Carette. Que de virtuoses rassemblés !

L’ouvrage débute par la tentative de suicide d’une institutrice. Nous sommes dans un roman et non pas dans un fait divers comme il y en a des milliers par an. Plus de 10 000 rien qu’en France. Le conducteur du train fut très content que la désespérée ne soit pas parvenue à être broyée sur les rails. Le couple improbable va s’unir de manière inattendue. La famille du cheminot rejette en bloc la nouvelle venue, vue qu’elle la voit sous le jour du malheur. Judith la suicidée de la société helvétique est une prof de lettres, lectrice de Virginia Woolf qui elle-même s’est noyée avec des pierres dans les poches, par sécurité ! Fallait pas surnager… Dans ce contexte qui ne respire pas la joie de vivre, Paul le conducteur de train avale tout ce qui lui tombe sous la main comme un bois-sans-soif. A un moment donné… Judith tombe amoureuse d’un élève de 14 ans. Elle ne se refuse pas à lui et tombe enceinte. Nous sommes dans un Mourir d’aimer bis, l’enfant en plus. Réflexion faite, le père officiel serait Paul qui sait que c’est impossible, et pour cause… Le vrai géniteur, Arno- un prénom très florentin…- ne l’entend pas de cet oreille et traite la future mère de «traînée». La dernière page du roman est un coup de théâtre. L’ensemble se lit d’une traite car il s’agit de courtes séquences très bien rythmées. Pourquoi lire ce livre ? Parce qu’il est bien écrit.

-Autoportrait givré et dégradant
D’Anne-Sylvie Sprenger
Fayard, 237 p., 14 €

09.09.12

Permalien 12:27:49, Catégories: LE GYM E BASTA, SPECIAL MARADONA, GRAND MONSIEUR  

Andoire, Nurenberg, Isnard et Lloris, tel est mon choix pour les tribunes de l'Allianz Riviera, le nouveau stade de l'OGCNice.

Entre samedi 8 septembre et le jeudi 18 octobre 2012, participez, svp, à l’opération « Nomme ta tribune ».

Voici mon choix:
Tribune 1: NUMA ANDOIRE, entraîneur lors du doublé 1952
Tribune 2: VIC NURENBERG, meilleur buteur de Nice depuis l’après-guerre
Tribune 3: FRANCIS ISNARD, recordman des matchs avec Nice
Tribune 4: HUGO LLORIS, capitaine de l’Equipe de France

L’Allianz Riviera, futur stade de 35.000 places au cœur de la Plaine du Var, sera livré à l’été 2013.
La Ville de Nice et l’OGC Nice Côte d’Azur lancent une grande concertation du samedi 8 septembre au jeudi 18 octobre 2012 : l’opération « Nomme ta tribune ».
Beaucoup de Niçois n’ont pas aimé que le stade s’appelle Allianz Riviera et non pas Allianz Nissa. Cela n’a aucune importance car, au-delà de l’aspect sponsonring, cela signifie que Nice=la Riviera ! Tout le monde sait et saura que ce stade est à Nice. Ce stade sent la C1…
Soucieux d’associer tous les Niçois au devenir de leur futur stade, Christian Estrosi, Député, Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur et Jean-Pierre Rivère, Président de l’OGC Nice, ont souhaité mettre en œuvre cette consultation qui va permettre aux Niçois de soumettre leurs idées pour le choix des noms des futures tribunes de l’Allianz Riviera.
Pour nommer les tribunes, envoyez un courriel à:

nommetatribune@ville-nice.fr ou nommetatribune@ogcnice.com
sur les sites : nommetatribune.nice.fr et ogcnice.com

par courrier manuscrit :
Opération nomme ta tribune
OGC Nice Côte d’Azur
177, route de Grenoble
06201 Nice cedex 3

Chaque participant peut soumettre quatre noms.
A l’issue de cette consultation, un jury composé de Christian Estrosi, Député, Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur, Gilles Veissière, Adjoint délégué aux Sports, Jean-Pierre Rivère, Président de l’OGC Nice, Ange Ferracci, Président de l’association OGC Nice, Xavier Lortat Jacob, Président de l’Allianz Riviera et 5 représentants de club de supporters, annoncera les 10 noms les plus demandés avant de choisir les 4 noms définitifs pour les 4 tribunes de l’Allianz Riviera.

A écouter du début à la fin, svp, la très émouvante rencontre entre Everson et Pablito Rodriguez, un coeur pur du football. La télévision institutionnelle est incapable de prendre le temps de nous faire entendre et voir un entretien de cette qualité. Des footballeurs comme l’ancien N°10 de l’OGCNice cela ne court pas les terrains, hélas! Et merci à Everson, autant généreux micro en mains que sur le terrain:

http://www.ogcnice.com/actualite/newstv.php?clef=8289

[Post dédié à tous les Aiglons de l’Histoire]

Le Red Devil Wayne Rooney souhaite avoir la longévité de Giggs et Scholes

Une pluie de buts de Rooney. Fan-tas-ti-que ! C’est l’un des cinq meilleurs attaquants en activité, dans le monde of course !

Alors qu’il est en pleine convalescence après sa blessure- grosse entaille dans la chair de la cuisse suite à un coup de crampons d’un adversaire de Fulham, tombé sur lui de tout son poids- Wayne Rooney publie un livre qui revient sur ses 10 années de professionnalisme. A cette occasion, il a accordé une interview avec beaucoup de franchise, surtout au niveau de sa condition physique:
- “Je suis comme la plupart des gars. Je prends toujours un peu de poids pendant les vacances. Mais lorsque je suis revenu à Carrington en juillet [centre d’entraînement de Man United], la balance a indiqué que j’avais pris sept kilos. (…) Je suis trapu. Je ne suis pas fin comme Ryan Giggs… En tant qu’attaquant, je dois travailler dur tout le temps. Ma condition physique doit être bonne. Si ce n’est pas le cas, cela se voit. Mes muscles ont été écrasés par des chutes ou des coups au fil des années. Quand je me lève le matin après un match, j’ai du mal à marcher pendant la première demi-heure. Je souffre un peu. Ce n’était pas comme ça quand j’étais plus jeune. Avant, je voulais toujours en faire un peu plus après un entraînement ou un match. Mais le football a eu un impact énorme sur mon corps car mon jeu est basé sur la vitesse, la puissance et l’intensité.”

Wayne Rooney a répété son désir de jouer à Manchester United jusqu’à la fin de sa carrière.
-"J’espère rester à Man United pour toujours. J’espère encore y jouer les 10 prochaines années. Regardez Ryan Giggs et Paul Scholes, tous les succès qu’ils ont connus. Ce sont des exemples pour nous tous. L’idée et l’objectif sont de les imiter, j’espère que j’y parviendrai. J’adore jouer pour Manchester United, et aussi longtemps que le club voudra de moi, j’y resterai. C’est un club de football incroyable, à tous les niveaux c’est à la fois, simple et fort, une industrie à dimension familiale. Soyons honnête : où est-ce qu’on va en partant d’ici ? C’est probablement la plus grosse équipe du monde.”
Il a raison, à part Ronaldo qui a quitté MU pour le Real Madrid, quand on s’en va de MU on vous oublie aussitôt, sauf quand on s’appelle Cantona qui a mis fin à sa carrière. Qui sait où joue Obertan ?

Rooney se considère chanceux, malgré l’opération qu’il a dû subir sous anesthésie générale:
-"J’ai eu de la chance que mes muscles ne soient pas touchés, et le chirurgien m’a dit que c’était passé à 1 ou 2 mm de mon artère. Pour être honnête, sur le coup, ça ne m’a pas du tout fait mal. En y repensant, ça aurait pu être bien pire. Je travaille dur aujourd’hui, et je ne pense pas être déjà très loin de revenir.”

Sacré Rooney! Quelle équipe au monde n’aimerait pas l’avoir dans ses rangs ?

Le site officiel de “Wazza":
http://www.officialwaynerooney.com/

La sortie du livre de Wayne Rooney: MY DECADE IN THE PREMIER LEAGUE
http://www.amazon.com/Wayne-Rooney-Decade-Premier-League/dp/0007242638

Permalien 08:54:00, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Correspondance 1921-1968, de Jean Paulhan-Marcel Jouhandeau (Gallimard)

Grâce à Jean Paulhan, Marcel Jouhandeau a évité les réglements de compte de l’épuration.

Voici un nouveau livre indispensable pour ceux qui s’intéressent à la période de la littérature sous l’occupation nazie. Il était une fois, un intolérant et un tolérant… Large d’esprit, Jean Paulhan accordait le droit à l’erreur aux écrivains. Paulhan n’était pas un coupeur de tête. A force de faire des sommaires pour la NRF, il cultivait les différences et acceptait d’entendre des sons de cloches différentes du moment qu’il pouvait les combattre. Si tout séparait Jouhandeau de Paulhan rien ne les opposait vraiment au point de se brouiller. Il faut savoir que Jean Paulhan était sous le charme de la prose de Marcel Jouhandeau. Les deux écrivains arrivent quasiment à la même époque chez Gaston Gallimard. Jean Paulhan comme secrétaire de Jacques Rivière à La Nouvelle Revue Française, en 1920, et Jouhandeau comme auteur maison; Fin lecteur, Paulhan fut d’emblée conquis par la lecture des contes de Pincengrain et des portraits de Chaminadour. La transposition littéraire de tout l’univers de l’enfance de Jouhandeau à Guéret enchanta Paulhan qui savait qu’il avait des moyens littéraires inférieurs de ceux de Jouhandeau. Un dévoreur d’ouvrages de la dimension de Paulhan ne trichait pas sur l’essentiel : il vit tout de suite que Jouhandeau avait plus de talent que lui. Fils de boucher, Jouhandeau écrivait parce qu’il ressentait à la fois l’urgence et le besoin de dire quelque chose, vivre ne lui suffisait pas. Paulhan lui avait vécu toute sa vie parmi les livres puisque son père, Frédéric Paulhan, était bibliothécaire et philosophe. Chez les Paulhan on était écrivain de père en fils. Jouhandeau, lui, ne voulait pas être boucher par hérédité. A vrai dire, Paulhan était un auteur et Jouhandeau un écrivain. Marcel avait un univers et Jean devenu directeur de la NRF scrutait celui des autres.
Sans provoquer la moindre dispute, Jean Paulhan refusa néanmoins de publier dans la NRF « Comment je suis devenu antisémite » que Jouhandeau donna finalement à L’Action française (8 octobre 1936) un écrin plus propice à recevoir son prose xénophobe. En 1937, Jouhandeau rassembla trois anciens textes antisémites pour les publier dans une plaquette titrée Le Péril juif pour le compte de l’éditeur Fernand Sorlot tout heureux de publier un auteur Gallimard. Le premier de ses articles est intitulé: «Comment je suis devenu antisémite». Jouhandeau reproche aux juifs d’occuper tous les postes importants, de la presse à l’éducation nationale. On ne peut pas être plus explicite. Après guerre, l’ouvrage antisémite n’apparait jamais dans la liste du «même auteur» des livres suivants. Sans doute parce que c’était une compilation… Dans l’ignominie comme dans sa virtuosité à décrire le quotidien, Jouhandeau conservait un style étincelant, savant mélange de vocabulaire et de grammaire. Le moraliste bafouée l’éthique avec l’imparfait du subjonctif.
Entre deux visites, leur rythme hebdomadaire, Marcel Jouhandeau écrivit à Jean Paulhan le 5 février 1937 : « J’ai constaté qu’il n’y avait plus entre nous le même abandon qu’autrefois: chez moi un souci excessif de m’expliquer. Chez toi, une objectivité entière et quelque chose d’agressif sous la douceur. Le temps se chargera de tout remettre au point ». Au bas de leurs lettres, les deux amis s’embrassaient toujours même lorsque la terrifiante Elise Jouhandeau dénonça Jean Paulhan auprès des Allemands. Il est probable qu’elle ait écrit à la Feldgendarmerie, hôtel de la Terrasse, avenue de la Grande Armée, dans la première quinzaine d’avril 1944. Jouhandeau disait de sa femme, ancienne danseuse née Elisabeth Toulemon, surnommée Caryathis ou Carya : quand «j’apporte à madame encore couchée, son déjeuner, elle ne me dit, depuis vingt-cinq ans que dure ce commerce, ni bonjour, ni merci ». Le couple fonctionnait sur la dispute, l’épouse étant jalouse de l’homosexualité de l’écrivain.
Le 7 septembre 1944, il précise à Jouhandeau qu’il s’était opposé à la motion du CNE instituant le crime d’indignité nationale pour les écrivains collaborateurs. Marcel Jouhandeau figurait dans la première liste des bannis. Ouvertement pour la clémence à l’égard son ami, Jean Paulhan prit la plume pour écrire la défense sans ambiguïté, sur papier à en-tête de la NRF : « Je connais bien Marcel Jouhandeau. Je voudrais lui ressembler (…) Il a été abusé (…) Marcel Jouhandeau est un de nos deux ou trois plus grands écrivains. S’il était frappé, nous serions tous frappés avec lui ». La littérature, encore et toujours. Ce texte date du 30 décembre 1945. La grandeur d’âme de Jean Paulhan n’est plus à prouver. On n’en dira pas autant de Jouhandeau.

-Correspondance 1921-1968, de Jean Paulhan-Marcel Jouhandeau.
Edition établie, annotée et préfacée par Jacques Roussillat
Gallimard, 1149 p., 45€

08.09.12

Permalien 08:33:30, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Le gagneur Deschamps fait gagner les Bleus en Finlande

La France a passé un petit orteil dans l’embrasure de la porte qui ouvre sur la World Cup 2014 au pays de Garrincha.

Eliminatoires de la World Cup 2014
vendredi 07 septembre 2012
Finlande 0-1 France
But pour la France: Diaby (20e)

Pour sa première sortie au poste de sélectionneur des Bleus lors d’un match ne comptant pas pour du beurre, Didier Deschamps a remporté les 3 points. Il n’aimerait pas que l’on parlât de la sorte. Disons que pour la première sortie officiel des Bleus dirigés par Deschamps, la France a gagné. Ce n’est pas donné à tout le monde car la Finlande a vendu chèrement sa peau et sans un exploit de LLoris, le match se serait terminé par 1-1.
On a senti du sérieux. Il faut dire que Deschamps prend la suite de Blanc et non pas de “l’autre” comme l’appelait Zidane. Blanc a avait pris la tête d’une équipe en perdition. De l’application, donc. C’est la bataille du milieu de terrain qui a pris le dessus. Les visiteurs étant plus solides et techniques. La charnière centrale a fait bon effet. Deschamps a sa garde noire: il doit la conserver. A-t-on nos nouveaux Trésor-Adams ? C’est possible. La nouvelle paire est au-dessus de Mexès-Rami. Yanga Mbiwa-Sakho, c’est la plus belle trouvaille de Deschamps. Comme quoi, le nouveau sélectionneur travaille. J’ai beaucoup aimé sa façon de se comporter: on sent qu’il maîtrise. On sent de la compétence et pas du tout du paraître. Il inspire de la confiance. Et cette confiance a été perceptible sur le terrain. Cela fait très longtemps que je n’avais pas vu des Bleus aussi solidaires. On avait l’impressionde voir dans le champ dix doigts d’une même personne. Chacun avait sa fonction. Plus Lloris, la sentinelle.

Equipe de France:

Lloris © (10) Impeccable. Un arrêt décisif. Grosse présence. Il serait vraiment très grave qu’il soit remplaçant à Tottenham.
Réveillère (2) Aucune sécurité. L’expérience ne peut pas boucher les lacunes techniques
Yanga Mbiwa (8) Solide. Bonne relance
Sakho (8) A pris de la bouteille depuis ses débuts pros
Evra (4) Terne par rapport à ses matchs sous le maillot des Red Devils
Cabaye. (6) Il a un football sublimal. Faut avoir l’oeil pour voir son apport toujours exécuté à la vitesse grand V. Puis (75e) Matuidi (5) S’est bien fondu dans le moule
Mavuba (8) Grosse activité. On se demande pourquoi “l’autre” l’avait évincé. Un coeur gros comme ça.
Diaby (10) Match parfait. Le nouveau Patrick Vieira
Ménez. (3) Transparent. Puis (64e) Valbuena (5) Toujours l’envie de bien faire
Benzema (8) Passeur décisif. Très bon esprit collectif
Ribéry. (6) Toujours de la bonne volonté mais vu son statut doit donner beaucoup plus. Puis (88e) puis Gomis. Non noté.

Sélectionneur: Deschamps (10) La victoire avec aucun but encaissé. Que demande le peuple…

Permalien 08:32:29, Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Le manteau de Proust, de Lorenza Foschini (Quai Voltaire)

Dans une belle présentation, avec iconographie, voici les tribulations du manteau de Marcel Proust. L’enquête de la journaliste Lorenza Foschini nous apprend que Jacques Guérin (1902-2000) le sauva de la décharge publique. Passsionné par l’œuvre de l’écrivain, le parfumeur de métier se transforma en sauveur pour récupérer tout ce qu’il pouvait : deux candélabres, la Légion d’honneur, la canne avec les initiales M.P. et le lit sur lequel Marcel Proust écrivit son œuvre, jusqu’à sa mort. Emu aux larmes, Jacques Guérin pensa que le destin le récompensa quand il apprit l’existence du manteau. Grâce à lui, nous pouvons voir la chambre et les effets personnels (sauf le manteau pour des raisons de conservation) exposés au Musée Carnavalet. Ce livre émouvant peut se ranger sur la même étagère d’A la recherche du temps perdu. La mémorialiste napolitaine mit à profit le sien pour bien honorer la mémoire de Jacques Guérin.
Initialement ce livre a été publié aux éditions Portaparole dans une autre traduction (Benoît Puttemans). Depuis l’ouvrage a été traduit dans onze pays dont l’Argentine. Tous les lecteurs de Marcel Proust liront ce récit car nous n’avons plus d’inédit de l’écrivain sauf en cas peut-être enfouis chez un ou des collectionneurs.

-Le manteau de Proust
De Lorenza Foschini
Traduit de l’italien par Danièle Valin
Quai Voltaire, 143 p., 15 €
[L’ouvrage est disponible à partir du 13 septembre 2012]

07.09.12

Permalien 13:02:09, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GOOOOL DO BRASIL !  

La France claque des dents lors de son déplacement chez le 96e pays mondial à l'indice FIFA

Pour l’instant, le Brésil reste un rêve inaccessible, tant les actuels internationaux français sont incapables de construire un collectif qui a du répondant. Gaël Clichy en est à son 3e sélectionneur ! C’est dire l’instabilité de cette génération incapable de prendre le pouvoir sportif. Le temps presse, cette joueurs-là semblent déjà usés avant l’heure. Ils se contentent d’amasser une fortune à l’étranger grâce aux de grands coéquipiers qui eux assurent la pression.

La Finlande ne s’est jamais qualifiée pour une phase finale. Elle a disputé 101 matchs de qualification, en a gagné 23, perdu 64 et fait 14 matchs nuls. Elle a marqué 106 buts et en a encaissé 251.
Une fois que l’on a dit ça, on dit aussi que la France n’a jamais été brillante à l’extérieur même au temps de Platini.
N’empêche les Bleus ont tout à perdre en Finlande où ils arrivent sur la pointe des crampons pour ne pas dire dans leurs petits souliers. Les problèmes extrasportifs ont massacré le fond de jeu des Bleus.
On ne sait pas où en est l’équipe de France.
Le mieux c’est de commencer par gagner pour enfin construire quelque chose.
On sait déjà que la France doit au mieux terminer deuxième de son groupe.
Et si la France parvient à aller au Brésil lors de la Coupe du monde 2014 cela donnera l’occasion aux Bleus de ramener des souvenirs genre un T-shirt avec le visage de Pelé.
La France actuelle, 15e au plan mondial, n’a rien à faire au Brésil à part visiter le Corcovado.
Si certains joueurs pouvaient montrer moins d’hostilité lors de La Marseillaise cela serait déjà un gros progrès.
Chanter ou pas, cela n’a aucune importance. Le regard de chaque joueur en dit long.

Classement des équipes nationales 2013 à l’indice UEFA

1 Espagne/ 31179
2 Allemagne/ 27877
3 Italie/ 24877
4 Angleterre/ 23302
5 Pays-Bas/ 23186
6 Portugal/ 22924
7 Grèce/ 20648
8 Russie/ 20599
9 Croatie/ 19951
10 Danemark/ 19946
******************
28 Biélorussie/ 13871
32 Finlande/ 13601
42 Géorgie/ 10440

Classement des équipes nationales à l’indice FIFA

1 Espagne/ 1617
2 Allemagne/ 1437
3 Angleterre/ 1274
4 Portugal/ 1232
5 Uruguay/ 1217
6 Italie/ 1174
7 Argentine/ 1121
8 Pays-Bas/ 1044
9 Croatie/1020
10 Danemark/ 1006
******************************
15 France/ 965
76 Biélorussie/ 443
86 Géorgie/ 405
96 Finlande/ 365

Vendredi 7 septembre 2012. Eliminatoires Coupe du Monde 2014 à Helsinki (20h30)/ Finlande-France
Mardi 11 septembre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014 au Stade de France (21h00)/ France-Biélorussie

Les prochains rendez-vous de l’Equipe de France.
Vendredi 12 octobre. Amical au Stade de France (21h00)/ France-Japon
Mardi 16 octobre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014 à Madrid/ Espagne-France
Mercredi 14 novembre. Amical/ Italie-France

Mercredi 6 février 2013. Amical: France-Allemagne
Vendredi 22 mars. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Géorgie
Mardi 26 mars. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Espagne
Vendredi 6 septembre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Géorgie-France
Mardi 10 septembre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Biélorussie-France
Mardi 15 octobre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Finlande

Site officiel de la Finlande http://www.palloliitto.fi/maajoukkueet/miesten_a-maajoukkue/

Permalien 13:00:33, Catégories: EN MARGE  

Splendide but de plus de 70 m du gardien Dominique Niedhauser

Dominique Niederhauser, gardien de but évoluant au Dardania Lausanne en 2ème ligue suisse, a marqué du gauche après un contrôle de la poitrine un but de 70/80 mètres contre le FC Genolier-Begnins.

06.09.12

Permalien 12:54:47, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Man City prêt à mettre 200 M€ pour C. Ronaldo qui ne trahira pas Sir Ferguson

Alors que les Français sont tous impressionnés par le salaire astronomique d’Ibrahimovic, ils n’arrêtent pas de brocarder C. Ronaldo qui se demande pourquoi lui et Messi gagne moins que Eto’o et Ibrahimovic.


Quand on a demandé à José Mourinho s’il pouvait s’exprimer sur la tristesse de C. Ronaldo, l’entraîneur du Real Madrid a fait la sourde oreille: «C’est un sujet dont je ne peux ni ne dois parler», a confié le coach portugais sur son “pays".
Aux dernières nouvelles, Manchester City est prêt à débourser 200 millions d’euros pour embaucher le Ballon d’Or 2008 avec un salaire annuel de 20 millions d’euros, soit 10 de plus qu’à présent en Espagne.
Une chose est certaine: Cristiano Ronaldo a promis à Sir Alex Fergsuon qu’il ne rejoindra jamais Manchester City tant que son mentor occupe le poste d’entraîneur à Man United. Sir Alex avait fait promettre la même chose au King Cantona mais cette fois en direction de Liverpool. En effet si le stratège français voulait sortir de sa retraite, il pouvait jouer partout sauf avec les Reds. Il semble que CR7 ait les mêmes rapports avec l’Ecossais qu’Eric Cantona. A ce sujet, il faut remarquer que Sir Alex ne s’est pas gêné pour prendre le capitaine des Gunners (van Persie) à Arsenal !
CR7 a toujours été proche de Sir Alex Ferguson et même maintenant, ils parlent souvent ensemble. Orphelin de père, Cristiano ne fera jamais rien contre un homme qui est un père de substitution."Lorsque je suis arrivé à Man Uniter, j’avais 18 ans et Sir Alex fut comme un père pour moi. Il m’a appris beaucoup de choses. J’ai travaillé avec lui pendant six ans. Je sais qu’en face de lui, je suis devant un grand homme, un grand entraîneur. Sir Alex et José Mourinho sont les deux meilleurs entraîneurs du monde. »
Il se murmure que Ronaldo aurait demandé aux dirigeants madrilène à être payé 25 M€ par an afin d’être le joueur le mieux rémunéré de le planète foot. A juste titre, il estime faire gagner beacoup d’argent au Real Madrid. Ce n’est pas Benzema et Ozil qui font tourner la boutique en ayant toute la pression sur leurs épaules.

Didier Deschamps fait redescendre sur terre les Bleus

Patrice Evra est le seul international français titulaire dans un grand club étranger. Ribéry aussi. Benzema et Clichy ne sont pas titulaires.

Vendredi 7 septembre 2012. Eliminatoires Coupe du Monde 2014 à Helsinki (20h30)/ Finlande-France
Mardi 11 septembre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014 au Stade de France (21h00)/ France-Biélorussie

Alors que l’ancien sélectionneur, qui a conduit le bus des Bleus dans le ravin de l’Histoire de l’équipe de France, donne désormais son point de vue sur l’actualité dans les studios d’une des plus grandes radios, Didier Deschamps a fait quelques mises au point intéressantes. Concernant la causeur dans le poste, on est passé des analyses pointues de François Mauriac à l’avis d’un ancien sportif qui n’a jamais rien gagné de significatif, à part de l’argent.
Arrêtons-nous sur les propos de Deschamps qui lui est couvert de trophées:
-"J’ai longtemps réfléchi avant d’accepter le poste de sélectionneur. Gagner c’est difficile. Il faut inculquer la culture de la gagne et réduire l’écart avec les meilleures nations mondiales.”
-"Je ne peux pas dire si l’on se qualifiera pour la Coupe du monde 2014.”
-"La difficulté est élevée mais j’y crois.”
-"La particularité aujourd’hui, c’est qu’il y a des joueurs de qualité mais peu sont titulaires indiscutables dans des grands clubs étrangers, ceux qui jouent pour être champions d’Europe. Il n’y en a pas beaucoup… Ribéry (Bayern Munich), Benzema (Real Madrid), Evra (Man United) et Clichy (Man City)… C’est la réalité du football français actuel.”
-"Celui qui gagne a toujours raison.”
-"Si j’ai quelque chose à dire je le dis, même si vous ne me posez pas la question.”
-"Mes joueurs ne doivent jamais voir mes moments de doute.”
-"J’évite les soirées mondaines que je n’ai jamais aimées.”
-"Jamais je n’ai mis ma famille en avant et jamais je ne le ferai.”
-"Je ne suis pas un policier mais l’on fait le plus beau métier du monde qui réclame des exigences.”
-"Certains ne savent pas ce qui est bien ou mal.”
-"Pourquoi se tiennent-ils bien à l’étranger et pas en France ? Ici, ils ont pris trop de pouvoir. En face d’eux, il faut des gens solides.”
-"Il y aura peut-être des dérapages mais dans ma tête je me dis qu’il n’y en aura pas.”
-"Depuis toujours il y a l’image qu’un football qui tape dans le ballon est bête. Un joueur de haut niveau ne peut pas être stupide. Il a une forme d’intelligence. Attention de pas la confondre avec la culture.”
-"Je sais dans quoi je m’engage. Cette fonction peut vite broyé le sélectionneur. Mais après ce que j’ai connu comme joueur, la seule pression que j’ai, je la bois !”

Ces excellents propos de Didier Deschamps ont été recueillis par Julien Laurens, Harold Marchetti et Dominique Sévérac. (Le Parisien, mercredi 5 septembre 2012, pages 14 et 15)
Cela fait longtemps que je n’ouvre plus les quotidiens de gauche qui bénéficient d’une image hyper complaisante de haut de gamme. Je trouve qu’ils sont trop conventionnels, à l’inverse des années 1970-1980 où là ils ont beaucoup apporté à la liberté d’expression. Le cliché médiatique voudrait que les canards de gauche sont mieux que Le Figaro. Je n’ai pas une vision aussi étriquée, et puis comme l’a dit sa spécialiste du théâtre, Le Figaro est le seul journal à porter le nom d’un personnage de fiction. Le Parisien est pour moi le meilleur quotidien français car on y voit l’essentiel et de surcroît leur réseau de correspondants régionaux est hyper performants. Ce journal a toujours une mauvaise image: celle de la bouteille de vinasse avec la baguette. Est-ce plus condamnable qu’une alcool fort avec un rail de coke ? Les journaux dits de gauche méprisent au plus haut tout ce qu’on nomme populaire, et est populaire dans le plus sens du terme. C’est un journal très bien fait. Il n’y a que la partie courses de chevaux que je zappe.
Jamais je n’avais lu une interview aussi dense de Didier Deschamps.
Il est vrai que je partage quasi à 100 % tout ce qu’il dit.
On voit qu’il ne va pas inventer des Platini ou Zidane parce qu’il n’y en a pas actuellement.
Certes, il ne nous dit pas tout ce qui se passait à la Juventus. On sait qu’en football on parle de médicalisation alors que le dopage est réservé au vélo.
N’empêche son discours est mieux centré que celui de Laurent Blanc qui s’est laissé débordé.
On va voir si les joueurs vont se concentrer sur le football pendant l’ère Deschamps.
Concernant les joueurs titulaires dans leur club susceptible de remporter la C1, je n’en vois que deux: Ribéry et Evra. Benzema et Clichy ne sont pas titulaires indiscutables au Real Madrid et à Man City …
Il est quand même triste de voir un sélectionneur national être obligé de redéfinir des lignes de conduite aussi basiques à des adultes. A Clairefontaine, D. Deschamps a précisé: “Je ne suis pas un instit de maternelle…” Bien envoyé. A bon entendeur, salut !
Si cette génération se croit à la hauteur, elle n’a qu’à prendre au moins 4 points, voire 6 points, contre l’Espagne. A ce moment-là, on pourra revoir notre jugement sur eux. Seul le terrain peut nous faire changer d’avis.

Les prochains rendez-vous de l’Equipe de France.
Vendredi 12 octobre. Amical au Stade de France (21h00)/ France-Japon
Mardi 16 octobre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014 à Madrid/ Espagne-France
Mercredi 14 novembre. Amical/ Italie-France

Mercredi 6 février 2013. Amical: France-Allemagne
Vendredi 22 mars. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Géorgie
Mardi 26 mars. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Espagne
Vendredi 6 septembre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Géorgie-France
Mardi 10 septembre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Biélorussie-France
Mardi 15 octobre. Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Finlande

Une exposition et un album pour fêter Fernandel à Marseille

Tout le génie de Fernandel: une authenticité qui nous fend l’âme et le coeur. Toute sa vie est condensée dans cette chanson. Et tout son talent aussi et quel talent !

Le site marseillais de la Buzine, immortalisé par Marcel Pagnol dans «Le château de ma mère», consacre une exposition à Fernandel, retraçant du grand acteur. «Fernandel, le rire aux larmes» qui se tient jusqu’au 30 septembre dans ce château abritant la Maison des Cinématographies.
-«Heureusement, je n’étais pas laid à faire peur, j’étais laid à faire rire, et c’est ce qui m’a sauvé, » disait Fernand Joseph Désiré Contandin, alias Fernandel, né en 1903 dans la cité phocéenne. L’exposition rappelle qu’il débuta sur les scènes de music-hall, au titre de comique troupier, avant de suivre l’évolution de sa carrière au cinéma: 40 ans, 149 films.
Jouvet et Michel Simon venaient du théâtre.
Gabin, Bourvil et Fernandel du music-hall.
Je n’ai jamais été grand client de Louis de Funès et de Coluche.
Les Français n’ont d’yeux que pour l’ex gendarme de Saint Tropez, sans un regard pour Toto, l’acteur italien.
Quand j’entends Edouard Molinaro parler de Louis de Funès, on n’a pas très envie de connaître l’acteur. d’Oscar. Quand je le voyais dans des interviews télés, il me glaçait les sangs. On eût dit un banquier, un notaire, si loin de l’image de l’artiste que je me faisais.
Coluche, je le subissais trop. J’en avais une overdose.
-«En revisitant les films de Fernandel, on redécouvre non seulement le très grand acteur qu’il a été mais aussi une France disparue, ce qui leur confère un intérêt historique et sociologique», explique André Ughetto, commissaire de l’exposition et auteur d’un album sur l’acteur.
En 1937,Le rosier de Mme Husson, tiré d’une nouvelle de Maupassant, révèla Fernandel au grand public. Il y incarne un jeune homme innocent, un peu benêt. Comme son “sourire chevalin", cette image d’éternel naïf va le suivre pendant toute sa carrière.
L’exposition s’accompagne de la projection de plusieurs films: Le Schpountz, La fille du puisatier , La vache et le prisonnier … (1)

(1)- Vendredi 7. 22H30: L’auberge Rouge de Claude Autant-Lara.

Château de la Buzine. 56, traverse de la Buzine. 13011 Marseille

-Fernandel, le rire aux larmes
d’André Ughetto
Préface de Macha Makeïeff
Hoëbeke), 128 p., 25 €

Permalien 08:08:28, Catégories: LITS ET RATURES  

Chapardeuse, de Rebecca Makkai (Gallimard)

Lucy, sans ancrage à la trentaine pas encore sonnée, est bibliothécaire dans le trou du cul du monde en plein Middle West. L’autre personnage, Ian (dix ans) est fils unique de chrétiens fondamentalistes homophobes. Il adore aller chercher des livres. Le gamin serait gay… On est dans une ambiance road-movie, un peu comme Alice dans les Villes de Win Wenger, sauf que le roman il s’agit d’une femme et d’un petit garçon alors que dans le film, on voit un homme avec une fillette. Le récit ultra vif est plein d’humour. C’est un éloge de la littérature. On descend les chapitres comme des canettes de bière. C’est l’Amérique d’après le 11 septembre. La narratrice est proche des lecteurs, comme les personnages centraux inventés par Nabokov. En ouverture, la romancière remercie ses éditeurs qui ont corrigé et édité son livre au moment où naissait sa deuxième fille. Elle remercie aussi son mari, son premier lecteur, « un homme si gentil ». Elle évoque la vie, la vraie vie, face à la fiction qu’elle a créée aussi. Beau programme. Grande humaniste.

-Chapardeuse
De Rebecca Makkai
Traduit de l’anglais par Samuel Todd
Gallimard, 368 p., 21 €

Permalien 00:47:03, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Ont-ils gardé l'urine de Coppi, Anquetil et des Bleus 1998 ?

Fausto Coppi: “Tout le monde prend des emphétamines et ceux qui disent le contraire sont des menteurs “.

Un ancien coéquipier de Lance Armstrong est passé à table dans un ouvrage qui lui rapporte gros : In The Secret Race : Inside the Hidden World of the Tour de France : Doping, Cover-ups and Winning at All Costs (Dans les coulisses de la course : au sein du monde caché du Tour de France : dopage, dissimulations et la gagne à tout prix). La balance raconte:
-"L’équipe US Postal avait deux ans d’avance sur ce que les autres faisaient en termes de dopage. Nous nous trouvions dans la cuisine de Lance quand il a expliqué le plan : il payerait un motard pour suivre le Tour sur sa moto, portant un thermos plein d’EPO et un téléphone prépayé. Quand nous avions besoin d’"Edgar” (pour Edgar Allan Poe, nom de code de l’EPO), le motard se faufilait dans la caravane du Tour pour une livraison rapide. Les Français pouvaient nous fouiller toute le journée, ils ne trouveraient rien du tout. Si vous preniez vos précautions et faisiez attention, vous pouviez vous doper et être sûr à 99% de ne pas être pris. Ies instances antidopage avaient leurs docteurs, nous avions les nôtres qui étaient meilleurs. Et mieux payés, c’est sûr. Ce n’étaient pas des contrôles antidopage. C’étaient plus des tests académiques. Lance était revenu d’un cancer; il n’allait pas rester là à attendre que les choses se passent; il allait les provoquer".
Tout ça c’est bien beau mais pourquoi avoir attendu tant d’années pour parler ? Il fallait sortir du rang et jacter au moment des faits. Cette chasse à l’homme est abjecte.
Et que se passait-il sous le règne Indurain ?
Ont-ils conservé l’urine de Fausto Coppi, adepte de la “bomba” ?
Et le pipi de Jacques Anquetil l’ont-ils gardé dans des frigos en Normandie ?
Et le sang des joueurs de l’équipe de France de football qui jouaient dans le calcio en 1998 en ont-ils quelques éprouvettes à Clairefontaine ?
Les pisseurs de copies qui ont relaté les exploits de l’Américain pour gagner de quoi faire manger leurs enfants, ils en pensent quoi de cette traque permanente ?
Eux aussi devraient penser à rendre l’argent. (Tant d’articles sur 7 Tours de France pour rien.) Tout comme la télévision qui a pulvérisé ses records d’audience avec le retour de Lance Armstrong lors de son come back.
Ils peuvent raconter ce qu’ils veulent: la route a parlé: Coppi, Anquetil et Armstrong sont des géants du cyclisme.

PS: Et le pipi d’Agassi et de McEnroe, l’ATP où le cache-t-il ?

[Post dédié à Louis Nucéra]

04.09.12

Permalien 23:53:44, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

C. Ronaldo, Ballon d'Or 2008, n'est que 10e dans la grille salariale du Top Ten

Depuis qu’il a atteint le niveau d’excellence, Ronaldo est sans cesse critiqué, jalousé tandis que Messi est un intouchable. Messi c’est le petit frère. Les médias ont donné le rôle du prétentieux à Ronaldo. C’est ainsi: avant il y avait le gentil Zidane et le bad-boy Cantona. Tout ça est ridicule. Ronaldo joue aussi bien au Real qu’à MU. Qui peut en dire autant ? Le fair-play financier me fait hurler de rire surtout qu’il est demandé par un ancien joueur qui a bénéficié de la caisse noire de Saint-Etienne… Tout a changé de nos jours: il est à parier en 2012 que l’un de nos pitoyables comiques qui bavassent sans cesse à la télé toucherait sur scène plus que Raymond Devos s’il était encore parmi nous.

Voici la grille des revenus annuels des footballeurs les mieux payés au monde. C’est choquant de voir les deux meilleurs footballeurs de leur époque à la 9e et 10e place. Leurs agents sont vraiments très mauvais. Ne soyez pas heurté pas les salaires car beaucoup de ces footballeurs font rapporter des fortunes à leur club. C. Ronaldo n’est pas une pleureuse: il a vraiment raison de dire que quelque chose ne tourne pas rond… c’est comme si Plastic Bertrand était plus payé que Johnny Hallyday pour passer à l’Olympia.

1 - Samuel Etoo (Inge) 20M

2 - Zlatan Ibrahimovic (PSG) 14,5M

3 - Wayne Rooney (Manchester United) 13,8M

4 - Yaya Touré (Manchester City) 13M

5 - Sergio Agüero (Man City) 12,5M

6 - Didier Drogba (Shanghai) 12M

7 - Fernando Torres (Chelsea) 10,8M

8 - Alarzintna Konka (Shanghai) 10,6M

9 - Lionel Messi (Barcelone) 10,5M

10 - Cristiano Ronaldo (Real Madrid) 10M

Laissons de côté tout le sentimentaliste, les convenances et l’hypocrisie autour de l’argent.
Ne parlons pas des 5 millions d’Espagnols sans emploi. Il n’y peut rien Ronaldo si nos dirigeants politiques sont lamentables au point de se faire dominer par les économistes spéculateurs.
Le football a ses lois et Ronaldo a raison de faire valoir ses droits. Au niveau des devoirs, il assure un max. Il n’y a que l’OVNI Messi qui est au-dessus de lui.
Ceux qui critiquent le salaire des footballeurs rêvent de toucher le même que celui des grands footballeurs sans se rendre de ce que représente le football. Que feraient-ils lancés dans un stade de 100 000 personnes avec 30 caméras braquées sur eux ? A Nice, on dit: “Se caguer en braille” ! Ceux qui jalousent Ronaldo ne sont que des envieux: ils n’ont pas un gramme de son talent et le traitent de pédé dans 95 % des commentaires débiles de la toile. Quelle courage ont ces internautes qui signent Zorbalegrec ou stalinographe ?
Ronaldo a dit qu’il était triste, en fait il est en colère. Ou plus exactement, il rouspète de gagner moins que deux autres joueurs. Il a dû discuter avec sa famille, ses agents.
En effet, au PSG les dirigeants du Qatar offrent plus de 14 millions d’euros annuels à Zlatan Ibrahimovic.
Quel est la pression du Suèdois au PSG par rapport à celle de CR7 au Real Madrid ? Rien du tout. Ibrahimovic avait la pression à Barcelone, à l’AC Milan pour ne parler que de ces deux clubs. Le PSG c’est les vacances pour lui. Le PSG n’a jamais gagné la C1. Donc Ibrahimovic n’a pas les anciens trophées du PSG au-dessus de la tête comme une épée de Damoclès. Tous les fans du PSG rêvent qu’il leur permette de remporter la C1 alors qu’au Real Madrid les socios demandent à Ronaldo de faire aussi bien que ses devanciers à savoir remporter une nouvelle C1 pour la mettre dans le musée du Real.
Il y a un autre joueur qui gagne plus que CR7: c’est Samuel Eto’o qui reçoit obtenu 20 millions par an, en Russie. Eto’o a zèro pression, vu que jamais personne ne le voit jouer dans ce football en vase clos.

Savez-vous combien gagne Ronaldo au Real Madrid ?
10 millions d’euros annuels net. Cela peut monter à 13,5 millions avec les primes.
CR7 atteint 30 millions avec ses contrats publicitaires, mais cela ne concerne pas le Real. Ce n’est pas le Real qui a fait star Ronaldo, c’est Manchester United. Le Real a pris Ronaldo pour se relancer, et CR7 a relancé le club. C’est indéniable. Ce n’est pas Benzema et Higuain qui portent le club sur leurs épaules, ce n’est même pas Mourinho.

Dire que CR7 est déconnecté de la réalité ne correspond à rien.
CR7 n’est pas une vache à lait.
C’est un produit qui marche bien dans tous les secteurs: terrain, économie, médias.
Donc il a raison de tirer le maximum de son talent.
Personne ne peut se comparer à lui, à part Messi. On le dit prétentieux, non il est humble.
Cela fait des années qu’il se maintient au sommet du football mondial.
Les prétentieux, il faut plutôt les chercher du côté des ratés qui la ramènent sans cesse alors que dans leur vie, ils se contentent de manger et de dormir.

[Post dédié à Mérengué]

Permalien 18:42:54, Catégories: GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Madame Léo Marjane vient de fêter son centenaire

Incroyable pour moi de voir Léo Marjane. Avec Pascal Sevran on rêvait de la faire venir à La Chance aux Chansons, en vain. Aujourd’hui, elle sort de son silence. Fantastique.

Tricarde après la Libération parce qu’elle a continué à travailler quand les Nazis étaient à Paris, on a voulu la briser au terme de la guerre. Pourquoi ne pas alors coffrer tous les boulangers qui ont continué à faire du pain. Si Madame Léo Marjane n’a pas été Jean Moulin, elle n’était pas non plus Goebbels! Il faut dire et répéter que Léo Marjane était une immense star. Immense vedette de la chanson. Les Français étaient tous fous amoureux d’elle.
Dans certaine chanson, sa voix sublime a quelque chose d’Edith Piaf sans le côté malheureux. Léo Marjane a de la classe. On le voit encore aujourd’hui. Une élégance éclatante. Et puis quelle verve ! Elle incarne la vie dans un monde qui ne fait que se plaindre.
Si elle écrivait ses mémoires, elle en aurait des choses à dire. Cela ferait du bruit dans le Landerneau du show biz et de la politique.
Une chose me frappe: son physique.
A 100 ans, elle en fait 20, 30 de moins.
Pour atteindre le grand âge avec autant de force, il faut une hygiène de vie fantastique.
J’ai toujours été passionné par les chanteuses réalistes: Fréhel, Damia, Lucienne Boyer, Lucienne Delyle, Marie Dubas, Berthe Sylva…Je les associais toutes à ma grand-mère maternelle que je ne quittais quasi jamais tant son naturel était sidérant.
Des chanteuses à texte et non pas à sexe… comme toutes ces catins médiatiques qui nous entourent.
Nous sommes en 2012. Il faut rendre sans cesse hommage à Léo Marjane, Suzy Delair, Patachou, Michèle Morgan, D. Darrieux, M. Presle…
Assez de médiocrité, assez d’imposteurs ! Vive les grands talents.
Merci Madame. Merci Mesdames.

[Post dédié à Pascal Sevran, André Bernard et “Tintin"]

Permalien 11:41:17, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Hugo Lloris est désigné doublure par Villas-Boas

On a connu meilleur signe amical de bienvenue. Au lieu de dire: “C’est fabuleux, je vais pouvoir m’appuyer sur l’un des meilleurs goals européesn", l’entraîneur de Tottenham a désigné n°1 le gardien actuel des Spurs. C’est assez incroyable de signer dans un club dont l’entraîneur ne vous attend pas. Cela dit en football tout va très bien dans un sens comme dans l’autre. Villas-Boas va dans le sens du vent depuis qu’il a été ridicule aux commandes de Chelsea où il devait faire au moins aussi bien que Mourinho. A Tottenham, si Lloris reste deuxième gardien il va certainement perdre sa place de titulaire en équipe de France. Il a donc une très forte pression lors deux matchs officiels des Bleus qui arrivent… On s’aperçoit comme il est important de nos jours d’être précédé par son image quand on arrive quelque part. Regardez Ibrahimovic: il a été désigné Dieu avant de signer au PSG. Quelle est l’image de LLoris ? Un garçon réservé, pondéré, pas pipole… Tout ça c’est négatif pour les médias. On en est là, hélas !

Bixente Lizarazu, qui parle football de manière pontifiante (à la télé mais pas du tout à la radio où il est beaucoup plus naturelle car bien sûr on ne voit pas son image à laquelle il est très attaché), a dit que LLoris aurait pu signer dans “un grand club". C’est oublier que Tottenham est un grand club.
Tottenham Hotspur Football Club a été fondé en 1882 évoluant dans la Premier League. Les Spurs sont dans un stade de 36 000 places. Tottenham Hotspur est le premier club à réaliser le doublé League Cup-FA Cup (1961) au XXe siècle. En 1963, les Spurs réalisent un autre exploit: ils permettent à Tottenham de devenir le premier club britannique à remporter un trophée européen : la Coupe des coupes.
En fait dans “grand club” il entend ceux qui ont plus de surface médiatique, et de trophées: Man U, le Bayern Munich mais ces deux clubs ont déjà deux phares modernes dans leur cage.
Il a cité Arsenal… Les Gunners n’ont jamais remporté de C1, tout comme Tottenham. Si Arsène Wenger considèrait hautement Llors, il l’aurait déjà engagé depuis longtemps. D’ici peu,le coach des Gunners va nous dire qu’il aurait pu le faire signer: il nous a déjà dit ça sur C. Ronaldo, Ibrahimovic…
Le goal niçois est jeune, il a encore la possibilité de signer dans un club du top 5: Real Madrid, AC Milan…
Hugo Lloris n’arrive pas à Tottenham en terrain conquis. Après le match nul concédé face à Norwich (1-1) à White Hart Lane, André Villas-Boas a déclaré:
-"Bien sûr, la concurrence augmente pour Brad mais la place lui appartient parce que c’est un excellent gardien. Il mérite sa place de n°1″.
Brad Friedel n’est connu que des vrais passionnés de football. En France, il n’a jamais une ligne dans la presse alors que depuis le 30 novembre 2008, il détient le record de matches d’affilée en Premier League (307).
Le 1er septembre 2012 contre Norwich, Brad Friedel a vraiment été impérial.
J’ai toujours vu le gardien américain faire de grands matchs. Il est très courageux et volontaire.
Doté d’un mental d’acier, il régne dans sa défense.
A 41 ans, il n’est pas encore décidé à prendre sa retraite.
Pour son 307e match consécutif comme titulaire en Premier League, l’américain a donc une nouvelle fois sorti des arrêts de classe mondiale pour permettre à Tottenham de prendre un point à la maison.
Les spurs n’ont pas encore gagné un match en trois rencontres.
-"Brad est l’homme du match. Il a fait un match vraiment extraordinaire, et nous a permis de faire un nul", a confié avec insistance André Villas-Boas.
Les médias anglais commencent à dire que Lloris va devoir être à son meilleur niveau pour s’imposer. S’il n’est pas titulaire en Premier League, il se peut que Didier Deschamps opte pour Mandanda voire Landreau. Du coup, Lloris perdrait sa place en équipe de France ainsi que son brassard de capitaine. Cela ferait beaucoup pour un seul homme, d’autant qu’il n’a jamais démérité.
Il faut signaler que Lloris a lui aussi un très grand mental: il s’est imposé très jeune dans la cage de l’OGCNice où il a tenu sa place à la mort de sa mère (ce qui a démontré une grande force de caractère qu’on lui connaissait déjà); il s’est imposé à Lyon alors que son ami Ederson, jamais; et il a pris la place de titulaire chez les Bleus à Mandanda que Domenech a longtemps préféré à Lloris, au début de leur arrivée commune en EDF.
Hugo Lloris a accepté de venir chez les Spurs sans l’assurance d’y jouer tout de suite.
Friedel n’a pas intérêt à se rater, comme on dit dans le jardon du ballon rond.

Parcours de Brad Friedel:
1994-1995: Newcastle United
1995/ Brøndby IF
1995-1996/ Galatasaray
1996-1997/ Columbus Crew
1997-2000/ Liverpool
2000-2008/ Blackburn Rovers
2008-2011/Aston Villa
2011- Tottenham
1992-2004/ États-Unis (82 sélections)


Les gardiens actuels sous contrat à Tottenham
Bradley Howard Friedel né le 18 mai 1971 (41 ans)/ Etats-Unis, Ohio
Hugo Lloris né le 26 décembre 1986 (25 ans)/ France
Gomes né le 15 février 1981 (31 ans)/Brésil
Carlo Cudicini né le 6 septembre 1973 (38 ans)/ Italie
David Button né le 27 février 1989 (23 ans)/ Formé au club

[Post dédié à Stéphane Peragnoli]

Textes et textes Etaix, de Pierre Etaix (le Cherche Midi)

Digne héritier de Keaton, Langdon, W.C. Fields, Lloyd, Stan Laurel, Tati … Pierre Etaix est un auteur du muet égaré à l’époque du parlant numérique. On connaît tous ses talents : divin clown blanc, musicien, cinéaste, gagman, magicien, auteur dramatique, caricaturiste- dessinateur, affichiste…. Il a des mains en or. Quand j’habitais Montmartre, je le croisais souvent, au point de lui parler. La première fois que je l’ai vu dans son auto, tiré à quatre épingles dès 7 h du matin, j’ai cru voir passer Max Linder. Pierre Etaix est un géant. Jerry Lewis le sait très bien. Quand j’étais enfant, Pierre Tchernia l’invitait assez souvent à la télé. Aujourd’hui nos lamentables présentateurs, totalement incultes qui ont une mémoire de 24 h, lobotomisés par l’audimat, ne savent même pas qu’il est encore parmi nous. Il est né le 23 novembre 1928. Un 23 novembre, comme moi, ce qui n’est pas pour me déplaire. Donc Etaix a 84 ans et tout son talent.
Ce qui le caractérise c’est l’élégance. Elégance à tous les niveaux. Cet homme d’images et de sons, poète cinématographique, sait aussi sacrément bien écrire. L’observation est le dénominateur commun de toute sa création. Il fait autant attention aux mots qu’aux gens. Le Cherche Midi réédite un ouvrage de 2009, Textes et textes Etaix. Rien que le titre dit tout. A la fin du volume, il y a une lettre dactylogramme de Pierre Etaix qui annonce à une secrétaire qui n’a pas besoin d’en engager une. La missive est bien sûr bourrée de fautes de frappes et d’orthographe. Tout l’ensemble tient de la gymnastique visuelle. Une cascade de mots qui ressemblent à des cubes assemblés. C’est toujours intelligent et ludique. Pierre Etaix est quelqu’un qui travaille sans cesse. Imaginez –le en train d’attendre le bus : il va se mettre à penser : « Je suis en train d’attendre le bus … Non je ne suis pas en train puisque j’attends le bus…» Cela sous-entend une angoisse face à la mort. Ne pas pouvoir rien faire, c’est difficile parce que tout de suite, on perçoit le temps qui file, qui nous glisse entre les doigts comme le sable d’un sablier que l’on viendrait de casser. Exemple des textes d’Etaix : « J’ai connu un enfileur de perles qui, bien sûr, de fil en aiguille… » Hommes du présent, souvenez-vous de Pierre Etaix. L’un de nos plus grands artistes : cinéma, théâtre, music hall…

-Textes et textes Etaix
De Pierre Etaix, le Cherche Midi, 106 p., 12,80 €
Ses Longs métrages : Le Soupirant (1962), Yoyo (1964), Tant qu’on a la santé (1965), Le Grand Amour (1969), Pays de cocagne (1971), J’écris dans l’espace(1989)

Permalien 07:54:06, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Si Rooney joue mieux sans C. Ronaldo peut-il jouer avec van Persie ?

Sir Ferguson a trop d’attaquants: il va falloir gérer Rooney et Chicharito. On sait déjà que l’Ecossais fait passer en premier van Persie. Welbeck est tellement défensif qu’il est précieux à des moments-clefs, il a donc toute sa place dans le groupe. Rooney va-t-il accepter un rôle moins déterminant ? Pour moi, la réponse est non ! Quant a Chicharito il est condamné à une berbatotisation. Le Mexicain a un talent fou et ne pas jouer va stopper sa progression.

La blessure de Wayne Rooney arrive au bon moment… car Sir Alex Ferguson nous a donné une explication complétement vaseuse pour nous expliquer son choix de laisser Rooney sur le banc lors de Man United-Fulham (3-2).
Récapitulons:

*1ere journéé, Everton 1-0 Man U: Sir Ferguson a aligné d’emblée Rooney qu’il a laissé tout le match sur le terrain. Lorsque les joueurs d’Everton ont ouvert la marque, l’Ecossais a fait entrer le remplaçant van Persie à la place de Welbeck mais le Néerlandais a été totalement invisible. Au terme du match, le coach a dit que ses joueurs n’avaient pas su trouver van Persie…

*2e journée, Man U 3-2 Fulham: Sir Ferguson a installé Rooney dans les tribunes (!) au sein des remplaçants alors qu’il a titularisé van Persie. Quand Fulham qui était mené 3-1 revient à 3-2, l’Ecossais lance dans la bataille Welbeck et Rooney pour qu’ils aillent au mastic de la 67e à la 90e et plus si nécessaire. C’est dans le temps additionnel que Rooney se blesse dans une acte défensif ultra généreux. Van Persie, lui, a marqué le premier but avant de disparaître de la circulation, fantomatique.

Voyons maintenant les explications de Sir Ferguson sur le fait d’avoir mis Rooney sur le banc lors de la venue de Fulham à Old Trafford:

-"Rooney n’était pas aussi en forme que les autres joueurs. Wayne me l’a dit lui-même. Il avait besoin de quelques matchs avant d’être en mesure d’assurer le rythme. Je voulais voir jouer Robin van Persie à Old Trafford, même si je savais qu’il n’était pas à 100% lui non plus. Je ne pouvais pas commencer le match avec les deux et je voulais que van Persie débute pour son premier match à Old Trafford. Wayne est un peu derrière les autres joueurs en terme de condition physique. Ce n’était pas un choix facile parce que j’ai dû laisser de côté Rooney, un très bon joueur et un joueur qui peut marquer des buts. Ce n’était donc pas une décision facile, mais je l’ai prise.”

Si Rooney n’était pas prêt physiquement pourquoi lui faire jouer le premier match de la saison ? On voit que le coach a fait passer les intérêts de van Persie avant ceux de Rooney. Il a envoyé Rooney au casse-pipe à l’extérieur, avec derrière la tête l’idée de faire débuter van Persie au match suivant à la maison. Et pourquoi ne pas faire jouer les deux ensemble à Old Trafford ? Il a voulu que van Persie s’impose tout de suit auprès des supporters.
Cela fait bizarre d’entendre Sir Ferguson dire: “Rooney est un très bon joueur qui peut marquer des buts". Quelle platitude !

Tout le monde sait que Rooney a joué beaucoup mieux dès que C. Ronaldo est parti au Real Madrid. Du coup, Rooney a pu s’exprimer totalement. Sir Ferguson finalement n’a jamais su faire jouer ensemble Tevez-Rooney et Ronaldo comme il n’a pas su faire jouer ensemble Berbatov (1)-Rooney et Chicharito. Comment va-t-il réussir alors à faire jouer ensemble Rooney, van Persie et Chicharito ? Il n’y arrivera pas: Chicharito est condamné au banc car Welbeck défend plus. Quelqu’un va devoir partir: Rooney ou Chicharito ?

Le directeur exécutif David Gill a coupé court aux rumeurs qui affirment que Rooney serait à vendre.

-"Rooney n’est certainement pas à vendre. S’il n’a pas commencé le match c’est qu’on ne peut jouer qu’à onze. Sir Alex redémarre avec un nouveau groupe, c’est tout. Chaque fois que Rooney ne joue pas, le gens essayent de raconter des histoires. Je peux affirmer catégoriquement qu’il y n’a eu aucune discussion que ce soit. Il est sur un contrat à long terme avec nous. Il est très font partie intégrante de notre équipe à aller de l’avant. Rooney est un bon joueur, il a obtenu une mauvaise blessure mais il reviendra sans l’ombre d’un doute.”

“Rooney est un très bon joueur". Bis repetita. Non, Rooney est le leader de l’attaque de MU et jamais il n’acceptera de passer dans l’ombre de van Persie.

(1) Berbatov vient de régler ses comptes:” Sir Ferguson m’a très mal traité à Manchester United. Il me disait que je faisais partie du groupe et il ne me faisait jamais jouer. Je n’ai plus aucun respect pour lui.” Comme quoi on n’a pas fini d’entendre parler du futur rôle de Rooney.

03.09.12

Permalien 22:47:42, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Cristiano Ronaldo rue dans les brancards en raison de son postionnement salarial

SVP ne confondez jamais Ronaldo avec Beckham ou Ribéry ou je ne sais quel dindon du football. Ronaldo est un vrai crack du ballon rond. Atteindre son niveau ce n’est pas donné à tout le monde. Il faut une sacrée force de caractère surtout en 2012.

C.Ronaldo fait planer le doute d’un départ. Il met la pression sur celui dont il est mécontent. Ce dernier va devoir faire ses valises ou alors vite baisser la garde. C. Ronaldo pèsent lourd, très lourd au niveau finance. On n’en sera plus d’ici peu.
C’est à la fois une question d’argent et d’honneur.
CR7 ne joue pas pour l’argent. Aucun champion ne joue pour l’argent. L’argent, à son niveau, il ne sait plus où le mettre, mais quand ils voient ce que l’on donne à certains il peut se poser des questions.
D’habitude, les médias parlent dans le vide.
Cette fois, c’est le joueur lui-même qui lâche la bombe médiatique.
Après son doublé contre Granada, C. Ronaldo a dit:
-"Si je n’ai pas célébré mes buts c’est que je suis triste professionnellement. Ceux qui sont concernés savent pour quelles raisons je dis ça…”
Ronaldo sait très bien ce qu’il dit et pourquoi il le dit.
Il a démenti être déçu de ne pas avoir reçu le prix UEFA du meilleur joueur 2012:
-"Non, vous n’y êtes pas. Andres Iniesta est un très grand joueur. Il méritait 100 fois la récompense!”
Je lis et j’entends encore n’importe quoi sur C. Ronaldo.
La presse sait qu’il fait vendre du papier. Vous avez déjà vu Ribéry en une ? Non c’est Zahia qu’ils ont mis en couverture…
Si vous voulez vraiment connaître Ronaldo allez voir ces coéquipiers.
Cristiano Ronaldo est un garçon de très bonne compagnie.
Orphelin de père à 18 ans, il a très bien réagi avec Sir Alex Ferguson qui est devenu un père de substitution.
Quand il a quitté Man United, il savait qu’il allait devoir porter tout le Real Madrid sur ses épaules alors qu’à MU la pression est sur Sir Alex Ferguson.
Après sa fantastique réussite dans la Premier League, il a aussi réussi en Liga.
C. Ronaldo n’a pas explosé en plein vol comme tant de danseuses du football.
C. Ronaldo n’est pas une Paris Hilton du football comme David Beckham, joueur quelconque qui n’est bon qu’à vendre des slips.
C. Ronaldo est l’un des plus grands joueurs de l’Histoire du football. Il est en train de le prouver sur la durée.
C. Ronaldo est observé à la loupe. Le football a remplacé le cinéma. C’est quoi Johnny Deep à côté de lui ?
C. Ronaldo a l’aura de James Dean tout en étant vivant.
C. Ronaldo se consacre 100% au football.
Il mérite le respect.
Les gens- surtout les jeunes gens qui ne font rien de leur vie- sont tous jaloux de lui.
Les impuissants qui le traitent de pédé sont eux-mêmes des homosexuels inavoués. J’ai toujours été frappé par les gays refoulés: ils n’ont que le mot pédé à la bouche.
Tous ceux qui le jalousent seraient tétanisés rien que par le fait de traverser le terrain de San Bernabeu en costume.
J’ai 100 % confiance en Cristiano Ronaldo.
Quand Y. Noah a pleurniché un jour devant les caméras, les médias français étaient à ses genoux: “Oh! le pôôôôvre il doit être souffrant".
Robert Enke, vous connaissez ?
Alors, vos gueules là-dedans !
Attendons d’en savoir plus avant de flinguer une nouvelle fois CR7.

Permalien 22:05:56, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Tous les Hat-Tricks des Red Devils depuis 1945

Manchester United est éternel. Stuart Pearson (1959) a joué à MU entre 1974 et 1979. Il était hyper fort de la tête.

Tous les Coups du chapeau des Red Devils depuis 1945 lors de leur première saison sous le maillot de Manchester United:

Sir Bobby Charlton (6.10. 1956 et 18.2.1957)

Andy Cole (22.1.1995 et 4.3.1995)

Jimmy Greenhoff (20.11.1976 et 19.2.1977)

Denis Law (18.8.1962 et 3.11.1962)

Brian McClair (15.8.1987 et 2.4.1988)

Willie Morgan (28.8.1968 et 19.3.1969)

Michael Owen (9.8.2009 et 8.12.2009)

Stuart Pearson (17.8.1974 et 2.11.1974)

Wayne Rooney (28.9.2004)

Ruud van Nistelrooy (12.8.2001 et 22.12.2001)

Robin van Persie (2.9.2012)

Dwight Yorke (22.8.1998 et 16.1.1999)

Permalien 21:55:49, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Van Persie se Ballondorise à Man United où il va devenir une sorte de Beckham-Ronaldo

En vidéo, voici la Panenka ratée et le coup du chapeau réussi de van Persie nouvel héros de Manchester United. J’ai compris pourquoi RVP a dit qu’il a changé d’avis au dernier moment, tentant la Panenka alors qu’il ne le souhaitait pas… c’est le “petit garçon” en lui qui a crié: “Robin tente la Panenka!” Oui, le même “petit garçon” qui lui avait dit: “Quitte Arsenal pour Man U, et surtout pas pour Man City ou le calcio!”

J’accepte enfin que Robin Van Persie soit un joueur de Manchester United. Seul un très grand joueur peut s’imposer dans un club en si peu de temps.
Ce n’était pas évident, il est tellement marqué au fer rouge par ses huit saisons passées à Arsenal.
Imaginez-vous Thierry Henry à Man United ? Quel choc affectif pour les fans des Gunners (et des Red Devils…)!
Aujourd’hui au lendemain du hat-trick de Robin van Persie sous le maillot de MU je ne peux pas m’empêcher de penser à ce que doivent ressentir les fans d’Arsenal.
Je serais furax si Rooney avait marqué trois buts pour le compte de Man City…
Et que diraient les Catalans si Messi passait au Real Madrid ?
Bon cette fois je ne reviendrai plus jamais sur le fait que van Perie soit désormais un Red Devil.
Jusqu’ici je le considérais comme une pièce rapportée. Maintenant je me dis: “Bon sang… aucun temps d’adaptation. Il est fantastique ce Robin!” Vous le savez, je suis Voltairien et donc je me laisse la possibilité d’évoluer sans embarquer personne dans mon sillage. Je suis le contraire d’un politicien qui dit: “Votez pour moi!” avant de changer de crémerie les élections passées. Qui m’aiment ne me suivent surtout pas !
Avec ses trois buts décisifs à l’extérieur il a démontré qu’il avait le mental d’un warrior de haut parage.
Marquer deux buts après avoir raté une Panenka… Chapeau !
J’attends avec impatience le 3 novembre 2012, 13 h 45, coup d’envoi de MU-Arsenal. J’espère que RVP jouera et que Wenger et Sir Alex n’ont pas passé un accord pour que le Néerlandais ne joue ce match…
Contre Southampton, MU n’a commencé à vraiment jouer qu’à l’heure de jeu.
C’est très étonnant car lors de mon premier match vu à Old Trafford, MU avait été mené au score contre Southampton avant de remporter aussi le match. Un fan de MU m’avait dit: “C’est souvent comme ça. Il faut que l’on soit mené pour qu’on se réveille.”
Au prochain match, je souhaite voir Scholes jouer à la place de Kagawa. Et non pas l’inverse.
Kagawa tergiverse trop, il doit apprendre en voyant Scholes qui lui est une vraie gare d’aiguillage.
Au sujet de van Persie, je le vois devenir une mégastar mondiale sous le maillot de MU. Il va devenir une sorte de Beckham-Cristiano Ronaldo, plus que le nouveau Cantona. (C’est impossible de faire ce qu’a fait le King car Cantona en 1992-1992 a relancé le club qui dormait complétement au niveau national depuis 1967-1968). RVP a la classe et le physique. Il va donc plaire aux garçons et aux filles.
Il va monter sur le podium du Ballon d’or et peut-être même le gagner.
Van Persie a tout, absolument tout.
Sir Ferguson a encore frappé fort, je dois le reconnaître.
Pour le terrain et pour l’économie, il a une fois tiré le gros lot.
Quant au “Fergie time” c’est quelque chose de grandiose.
J’ai halluciné lorsque Sir Alex a demandé à l’arbitre de bien surveiller le temps car Southampton essayait de gagner de précieuses secondes à 2-2. Sir Alex était certain que ses joueurs allaient gagner !
Vous imaginez dans quel état doivent être les fans de Southampton ?
A la fin du match, Sir Alex a commencé à partir dans les vestiaires et puis il a virevolté pour retourner saluer ses joueurs. Beau à voir ça aussi ! Il a tapé sur le dos de Chicharito: “T’es un bon gars, toi ! Tu as vu que tu joues! Et tu nous a fait gagner en plus ! “

[Post dédié à Wayne Rooney]

Permalien 11:19:31, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le hat-trick de Robin van Persie a fait plaisir à son grand-père de 91 ans

Tout ce que j’aime. Van Persie avait dédié sa prestation de buteur à son grand-père lorsqu’il a eu 91 ans.
Wim van Persie n’est pas peu fier de son petit-fils.
Le football n’a pas qu’un versant stupide et horrible, relayé sans cesse par les médias institutionnels.
J’aime mieux les belles histoires.
La relation de Robin et Wim van Persie en est une.
Monsieur Wim van Persie au soir de sa vie dans son salon avec pour rayon de soleil, son petit-fils Robin.
Non, je ne fais pas pleurer dans les chaumières.
Tout ça sonne vrai, sonne juste.
C’est beau, très beau.
La transmission est ce qu’il y a de plus grand.
On imagine très bien les journées d’autrefois, celles où Monsieur Wim van Persie accompagnait son petit-fils pour qu’il joue au football en poussins, pupilles, minines…

Permalien 07:10:54, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Voyagez chez vous avec Redmond O'Hanlon, merveilleux écrivain naturaliste

En zappant, je suis tombé sur la chaîne Voyage que je ne connaissais pas. Bonne surprise ! Grande surprise ! Le 2 septembre 2012, dans la soirée, on a pu voir un film avec Redmond O’Hanlon. D’emblée on a envie d’être son ami. C’est un écrivain qui part sur les traces des grands explorateurs du XXe siècle qui voyageaient avec pas grand chose, à part leur intelligence et leur sensibilité. Redmond O’Hanlon fait comme ses devanciers. Dans le documentaire que j’ai vu on le voit partir en Afrique sur les traces des cannibales. L’Anglais de 65 ans est un érudit plein d’humour, il fait penser à la fois à Peter Ustinov et George Bernard Shaw. Il peut se fondre dans n’importe quel contexte. En Angleterre, il vit avec sa femme Belinda dans un bric-à-brac fantastique au milieu de milliers d’ouvrages.
Dans le film que les cannibales, il croit uniquement remonter le temps jusqu’à une révélation qui le laisse K.O. debout. Au début, de façon débonnaire- dans le sens bonhomme, clément, doux- il comprend qu’on puisse couper le doigt d’un enfant mort pour en faire un talisman… mais vers la fin de son voyage, il apprend que de nos jours des “crimes rituels” ont toujours lieu, surtout au moment des élections, “au Gabon, au Congo et au Cameroun". On voit et on entend des témoins. On apprend donc que ces “crimes rituels” sont commandités par des hauts responsables. Tenez-vous bien, la “commande” consiste à demander que l’on tue un enfant pour lui prélever son sang qui sera bu, de ses organes génitaux (les clitoris sont très demandés !), de ses organes vitaux. On apprend que pour être un bon avocat, il faut par exemple manger la langue d’un enfant. Comme ses “crimes rituels” appartiennent à la “culture” cela ne fait pas reculer les commanditaires qui estiment agir au nom de la tradition. Redmond O’Hanlon n’en revient pas et nous non plus.

Série/Feuilleton > Documentaire
Chaîne VOYAGE
Les Héros de Redmond
Pour les diffusions:
http://www.programme-tv.com/recherche-diffusions-serie/71/1/Les%2Bh%25E9ros%2Bde%2BRedmond.html

Permalien 01:13:00, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Van Persie 3-2 Southampton grâce à Paul Scholes

MU= Paul Scholes. Le natif de Salford, notre cher ami Scholesy a été déterminant. Dès qu’il est entré dans le match il a tout changé. Sa distribution du jeu sur les ailes a fracassé la défense de Southampton. Du grand Scholes. J’espère que Sir Ferguson a ouvert les yeux. Le patron reste Scholes et pas du tout Kagawa, le nouveau gadget de l’Ecossais qui parfois joue un peu trop à la PlayStation !

Southampton 2-3 Manchester United
Buts pour Southampton: Lambert (16e), Schneiderlin (55e)
Buts pour les Red Devils: van Persie (23e, 87e, 90e)
Première remarque: le staff de Southampton a fait arroser la pelouse juste avant le match. Cela a contribué à faire glisser plusieurs Red Devils. J’appelle cela de l’anti-jeu. Fermons la parenthèse.
Le match s’est bien terminé pour MU mais les Red Devils sont passés très près de la correctionnelle.
Le coaching de Sir Ferguson s’est révélé payant mais il est aussi passé près de la catastrophe la plus totale.
Qu’aurait dit Sir Alex si MU avait perdu à Southampton à cause de la Panenka ratée de van Persie à la 68e minute quand le score était 2-1 pour Southampton? Sans doute rien. Par contre si tel avait été le cas avec Rooney dans le rôle du Néerlandais, “Wazza” n’aurait pas joué le match suivant.
Van Persie a prouvé que c’est un grand champion - pour ceux qui en doutaient encore- car il n’a pas gambergé après sa Panenka ratée puisqu’il a marqué ensuite deux buts, grâce à un placement exceptionnel- cela veut dire qu’il est bien concentré- et une technique haut de gamme. Rien que dans sa façon de marcher on sent une confiance hors norme. On dirait un cow boy d’un film de John Ford avec ses jambes arquées.
52 buts en 58 matchs en Premier League, voilà sa statistique !
Personnellement, je n’extirpe pas de mon coeur Rooney pour laisser la place à van Persie.
Van Persie n’est un Red Devil que depuis 15 jours.
Ecoutons le Néerlandais:
-"Ça fait trois points et un mal de tête pour moi. Je ne sais pas ce qu’il m’est passé sur le penalty : je voulais le frapper fort, comme d’habitude, mais au dernier instant j’ai changé d’avis. Ça n’a pas marché, et ça a été un coup dur pour nous. Pour être honnête, je suis assez déçu. Je suis assez exigeant avec moi-même, et quand ce genre de chose arrive et qu’on est mené 2-1… on ne peut pas tirer un penalty comme ça. C’est entièrement ma faute. Je ne sais pas ce qui est allé de travers, mais c’est vraiment allé de travers. Je dois travailler là-dessus. Après ça, j’ai été soulagé qu’on obtienne les trois points, croyez-moi.”
Au terme de la rencontre, Sir Alex Ferguson a exprimé son étonnement sur la manière dont son chouchou n°1 a tiré son penalty :
-"Ça m’a surpris. D’habitude, il les tire en force. À chaque fois que je l’ai vu faire, il faisait vraiment trembler les filets, à gauche comme à droite. Il a peut-être pêché par excès de confiance. Mais il nous a sauvés en inscrivant deux buts plus tard. Nous n’abandonnons jamais ! L’histoire nous en est témoin. Bravo aux garçons pour leur retour. Nous le faisons souvent, et je pense que ça arrivera encore 10 fois dans la saison. Ce retournement de situation-là est extraordinaire ! C’est incroyable, vraiment.” Le coach a raison, on sent le football dans ces moments-là.
-"Nous n’avons pas réellement joué avant l’entrée en jeu de Scholes: son jeu de passes précises et variées ont changé le match, tout comme sa présence. Je trouve que nous avons plutôt bien contrôlé la rencontre en première période, mais nous encaissons ce but sur un centre au deuxième poteau, alors que nous avons travaillé là-dessus toute la semaine. Il faut saluer Southampton, qui a bien joué et nous a mis en difficultés. Ensuite nous égalisons sur un superbe but de Robin, et je pensais que ça nous mettrait dans les meilleures dispositions pour la seconde mi-temps. Mais Southampton n’a pas arrêté d’aller de l’avant, c’est tout à leur honneur, en pratiquant du bon jeu au milieu de terrain. Ils méritaient de mener 2-1, mais ensuite, quand Scholes est entré, le match a changé.
Robin compte quatre buts en deux titularisations : c’est une statistique formidable, et il va encore progresser. Chicharito a lui aussi pesé quand il est entré. Il leur a fait du mal en étirant leurs lignes grâce à ses courses, je suis content de son match. Je pense qu’on obtient de bons résultats quand on peut aligner une charnière centrale inchangée. Ça a toujours été le cas. Cette saison, il nous a manqué quatre défenseurs axiaux, et Michael Carrick a assumé ce rôle, avec Antonio Valencia au poste d’arrière-droit. Même avec la meilleure volonté du monde, ce n’est pas la solution parfaite. Rio Ferdinant est de retour, et il a été meilleur en deuxième période qu’en première. Il lui a fallu du temps pour entrer dans son match, mais il a très bien terminé. De son côté, Nemanja Vidic va mieux. Je pense que lorsqu’ils seront de retour à leur meilleur niveau, et que nous récupérerons tous nos axiaux, nous aurons de bien meilleures chances. Concernant le gardien, ça a été une grosse décision, mais j’ai estimé que David De Gea avait pris un très mauvais but la semaine dernière. Il doit apprendre vite, vous savez. Il sera de retour après la trêve internationale, et ça a permis à Anders Lindegaard de disputer son premier match. J’ai trouvé qu’il était parfois un peu nerveux, mais c’est lui aussi un très bon gardien. On n’a pas de problème de gardiens mais le turn over c’est quelque chose que nous devez gérer.”
On dira que MU s’en sort bien. Le début de saison de MU n’est pas terrible mais le club limite la casse.

Man United:
Lindegaard/ (5) N’a pas fait oublier De Gea qui reste le n°1
Rafael/ (7) Beaucoup de percussion. Très grande emprise mentale dans chaque action
Vidic (5) Commence à retrouver ses marques mais c’est laborieux
Ferdinand (7) Grande seconde mi-temps. Le second but de RVP a été marqué suite à la frappe de Rio sur le montant
Evra (6) De belles montées et a failli marqué de la tête
Cleverley. (4) Trop tendre. Puis (60e) Scholes.(10) Notre légendaire Paul est entré dans le match à 2-1 et il a quitté la pelouse à 2-3. Distribution de jeu exceptionnel. Que Kagawa prenne des leçons !
Carrick (4) N’a pas su contenir les assauts des locaux
Kagawa. (3) Tourbilonne toujours sur lui-même. Une girouette sans esprit de décision. Un football non efficace. Puis (60e) Nani (7) A tiré le corner décisif sur le 3e but de RVP
Valencia (6) A donné un caviar à RVP sur le premier but de RVP
van Persie (9) L’ex Gunner s’est bien repris. Il a le mental pour jouer à MU c’est évident. J’ai encore un peu de mal à partager ses émotions car j’ai l’impression de trahir Rooney
Welbeck.(6) A ratissé plus de ballon qu’il n’a attaqué; c’est bien, même très bien, mais pas assez quand on joueà MU. Puis (71e) Chicharito (7) A apporté son football électrique que j’aime tant
Non utilisés: De Gea, Evans, Giggs, Powell
Coach: Sir Ferguson (10) Son onze de départ n’était pas le bon mais a revu sa copie à l’heure de jeu pour enfin remettre des cadors sur le terrain.

Classement:
1er Chelsea 9 pts 3 matchs/ 3 0 0/ 8 2/ + 6
2 Swansea City 7 3/ 2 1 0/ 10 2/ + 8
3 West Bromwich Albion 7 3/ 2 1 0/ 6 1/ + 5
4 Manchester City/ 7 3/ 2 1 0/ 8 5/ + 3
5 Manchester United 6 3/ 2 0 1/ 6 5/ + 1

PS/ A voir très rare interview de Scholes et Giggs par Fabien Barthez (Téléfoot, TF1)
http://videos.tf1.fr/telefoot/ryan-giggs-et-paul-scholes-confidences-de-deux-legendes-7204518.html

02.09.12

Permalien 16:27:05, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le onze de départ de Man U contre Southampton (17 h)

Le recrutement de van Persie empêche Chicharito de jouer même en cas de blessure de Rooney. C’est très triste de voir le Mexicain sur le banc. J’aime mieux MU quand le club lance des jeunes. Faire jouer l’ancienne star d’un autre club n’est pas dans l’esprit de Matt Busby. Les temps changent, même à MU…

Nouveau turn over pour MU avec la sortie d’Anderson, toujours inconstant car handicapé par plusieurs kilos superflus, et la rentrée de Rio Ferdinand. Détail important: plus jamais on ne verra Dimitar Berbatov (le virtuose sous employé par Sir Ferguson est parti à Fulham qui peut se réjouir d’une pareille recrue). Bien sûr Wayne Rooney manque à l’appel, blessé parce que Sir Ferguson l’a mal utilisé. A noter le changement de gardien. Là, il faut m’expliquer. De Gea et Vidic se sont mal compris lors du dernier match mais cela ne méritait pas la sortie de l’Espagnol. Voici une décision bizarroïde. Devant tant d’hésitation pour former son onze de départ, l’Ecossais a fait un aveu: “J’avoue que j’ai beaucoup de choix possibles depuis les arrivées de van Persie et Kagawa. Je sais que Rooney et van Persie peuvent jouer ensemble: l’un sous l’autre. Je sais aussi que Welbeck peut jouer avec van Persie.” Chicharito ? Là il a été plus évasif. Si j’étais Mourinho je reviendrais à l’assaut du Mexicain que je le verrais bien formé un duo de feu avec C. Ronaldo au Real Madrid. La venue de Van Persie change la donne. Le Néerlandais scotche le Sud-Américain sur le banc et c’est triste de voir berbatotisé un joueur aussi généreux. Sans la mascotte Rooney est-ce que MU va conserver sa force mentale ?

Lindegaard/
Rafael
Ferdinand
Vidic ©
Evra/
Carrick
Cleverley
Kagawa/
Valencia
Van Persie
Welbeck

Sur le banc: De Gea, Evans, Giggs, Chicharito, Nani, Scholes, Powell

Coach: Sir Alex Ferguson

PS: Nice a arraché un bon point à Bordeaux (1-1). Les PSG se déplace à Lille, chez sa bête noire qui devrait l’emporter. La préfecture a interdit la vente de billets. Seuls les 30 000 abonnés ont accès au nouveau stade des Dogues. Et aucun fan du PSG n’a le droit de se promener dans les espaces de la braderie de Lille avec le maillot du PSG. C’est vraiment honteux de voir cela en 2012. La France ne sait toujours pas organiser un match de football. C’est quoi un PSG-Lille à côté d’Everton-Liverpool ou Man City-Man U pu de Barcelone-Real Madrid. La non vente de 20 000 places représente une perte sèche de plus de 500 000 euros pour le LOSC.

Permalien 12:43:59, Catégories: LITS ET RATURES  

Lucette, de Marc-Edouard Nabe (Folio/ Gallimard)

Lucette, Gen Paul et mon ami Alphonse Boudard. Le peintre Gen Paul n’y va pas par quatre chemins. L’interviewer est Michel Polac.

Sur l’édition de poche de Lucette, on lit sur la couverture Nabe. Nabe sans le prénom qui va avec: Marc-Edouard. Nabe, comme Montaigne ou Céline. Pourquoi pas ? L’auteur n’est pas étouffé par l’humilité. On le sait. Cela se comprend : il est quasi seul contre tous. Quoique, comme dirait Gainsbourg, désormais c’est l’écrivain de droite que les gens de gauche s’arrachent. Cela fait bien d’inviter Nabe, cela prouve qu’on n’est pas sectaire, qu’on est tolérant. Pour affaiblir la force de quelqu’un, il suffit de le faire entrer dans la danse. Les vrais réfractaires ne vont pas à la télévision: on ne les invite pas. Nabe a l’étiquette « droite » comme Boudard avait celle de « ex taulard ». Une chose est certaine : Nabe a un univers et un style bien à lui. C’est donc un authentique écrivain et non pas un simple auteur comme il en a par milliers. Il sait même parler. Un ton péremptoire pas éloigné de ce qu’il écrit. Sur la couverture, il y a aussi un dessin de Nabe. Quel homme orchestre ! Pour un fils de musicien cela se comprend. On y voit Lucette danser avec dans le fond Céline, accompagné d’un clébard . Dessin avec du mouvement, tendance Gen Paul, le pote de Céline de la rue des Norvins et d’avenue Junot. Carrefour historique avec Céline, Gen Paul et Marcel Aymé. On reconnaît le style de Nabe en une ou deux phrases. C’est la garantie d’un “son” singulier. Au début, il nous raconte l’arrivée du comédien Jean-François Stévenin qui débarque chez Madame Céline. L’ex danseuse est très sympathique, soit l’inverse d’Elise Jouhandeau, véritable mégère. Lucette Almanzor méritait cet hommage. Elle fait penser à Arletty, autre dame proche de Céline. Le 20 juillet 2012, Lucette vient d’avoir 100 ans. Bon anniversaire Madame Céline ! Elle est autrement plus humaine que Madame Paul Morand, autre poison, en marge des Lettres françaises. On sent dans la démarche de Nabe qu’il se considère comme un petit-fils. C’est un rêve estimable. Nabe a plus de talent que 99% des vedettes de l’édition montées au sommet dans la presse contemporaine. Il suffit de dire qu’on a couché avec son père pour faire les gros titres. Rien à voir avec la magie de la littérature.

-Lucette
De Marc-Edouard Nabe
Folio /Gallimard, 422 p., 7,50

[Post dédié à mes amis Louis Nucéra et Pierre Monnier]

01.09.12

Permalien 11:39:27, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le Prix Morlino 2012 à "La gardienne du château de sable" de Christian Estèbe (Finitude)

Ici Christian Estèbe parle sur l’un des ses précédents livres. Pas besoin d’attendre l’avalanche de prix de l’automne. Je lance la saison ! Estèbe est comme Iniesta. On parle peu de lui mais son talent est évident. “Mon bruit contre les bruits” a conseillé Henri Michaux. Celui d’Estèbe est superbe.

Bien avant la remise des prix habituels, le Morlino 2011 a été attribué à Christian Estèbe. Le prix Morlino est décerné par un jury d’un seul membre chapeauté par un président. Il va sans dire que votre serviteur occupe les deux postes. Cela évite les magouilles mais pas les vrais débats enflammés. C’est plus pratique que de nommer des relations mondaines membres du jury afin de les faire voter dans le sens du président. Pour départager, le président dispose de deux voix. Cette année le prix a été décerné à l’unanimité comme l’an passé à Ali Magoudi (Un sujet français, Albin Michel) Pour recevoir le Prix Morlino, il faut écrire avec une clarté absolue qui n’a d’égale que la sincérité de l’auteur. La moindre phrase prétentieuse et la plus anodine manifestation de relâchement stylistique éliminent les candidats les mieux disposés à le recevoir. Les imposteurs sont priés de ne pas envoyer leur dernière publication au jury intolérant avec les carriéristes abscons.

Le laureat de 2011, premier Prix Morlino:
http://www.blogmorlino.com/index.php/2011/09/08/le_prix_morlino_2011_a_un_sujet_francais

Voici le post consacré au lauréat 2012:
Christian Estèbe a écrit un grand livre sur sa mère et comme tous les grands livres, ça fait mal. L’ouvrage est le vrai tombeau de sa maman avec tout le magma familial. Sa mère morte, on va farfouiller chez elle : « Un carnet, des photos, des papiers serrés avec un élastique, pas de quoi organiser une vente aux enchères chez Sotheby’s ». Il n’en faut pas plus pour se rendre compte que nous lisons un véritable écrivain. On le savait déjà pour l’avoir lu auparavant, notamment son Petit exercice d’admiration (Finitude, 2007) , vibrant hommage à Marc Bernard. Le narrateur nous confie la réponse que sa mère entendait lorsqu’elle demandait les circonstances de sa naissance à sa propre mère: « Ta gueule, sale bâtarde ». Bonjour l’ambiance…
« Né de père inconnu, elle prend le nom de sa mère. Celle-ci se marie avec un homme dont je ne sais rien, sinon qu’il a un fils qui bientôt partagera la même chambre que la bâtarde, avant de partager son lit. Les hivers sont froids à Saint-Flour ». Voilà ce que l’on apprend sur la mère du narrateur qui voit ses racines comme « un troupeau perdu, de brebis égarées au milieu des loups de l’inceste ». La mère du narrateur est frappée par sa mère… Et le père du narrateur ? « Il voulait seulement ma mère comme maîtresse (…) Le cul, c’est le cinéma des pauvres », disait-il. Je vous ai prévenu : Estèbe c’est un écrivain, un vrai. Condamné à la solitude. Quand il a offert l’un de ses livres, en 1997, à l’une des sœurs, elle lui a dit : « J’ai arraché la page de dédicace pour le vendre aux puces. Tu sais quoi ? il a fallu que je le fourgue à UN euro, un euro, putain ! Personne n’en voulait de ton bouquin ». Autre phrase déchirante : « Le jour est revenu. Un jour sans ma mère qui est morte ». Magnifique parce juste. L’évidence de la réalité plus personne ne sait la nommer, sauf auteur sincère qui sait aligner les mots.
Christian Estèbe, né le 11 juillet 1953 à Montpellier, est tant obsédé par la mort de sa mère qu’il écrit : « Je ne vais pas faire comme l’écrivain Caraco qui se suicida quelques jours après la mort de sa mère.»( pages 75-76). A la vérité, Caraco (1919-1971) s’est supprimé quelques heures après la mort de son père, comme il l’avait prévu de longues dates. Il tint parole et s’exécuta. Nino Ferrer, lui, aurait choisi de suivre de près le décès de sa mère. Représentant en libraire, bouquiniste sur les marchés, animateur de revues littéraires, bibliothécaire, Christian Estèbe fait parfois des haltes dans des églises : on ne sait jamais… Un jour, on lui dit que les cendres de sa mère sont à sa disposition. Ce qu’il ne faut pas attendre ! Christian Estèbe aime Georges Perros. Il est de la même famille d’esprit. La mère de Christian Estèbe voulait qu’il soit prêtre plutôt que commercial. « Je voulais être écrivain » lui expliqua-t-il. « Et alors ce n’est pas incompatible. Je faisais bien des ménages et la pute, moi ! » Bien envoyé. En fin de volume, on lit : « Achevé d’imprimer en juin deux mille douze par l’imprimerie Floch à Mayenne, quelques jours après la fête des mères ». Chez Finitude, on fait bien les choses, fussent les plus discrètes.

-La gardienne du château de sable
De Christian Estèbe
Finitude, 202 p., 16,50 €

Permalien 09:14:11, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

Contre Fulham, Sir Ferguson a Berbatotisé Rooney qu'il a envoyé au casse-pipe

Sir Ferguson a mal géré Rooney depuis l’arrivée de van Persie. Il a fait passer les intérêts sportifs de van Persie avant ceux de Rooney. “Wazza” s’est blessé car il a subi une attaque psychologique vu que le coach l’a Berbatotisé lors de la venue de Fulham. Sir Ferguson dit toujours que le club est plus fort que les joueurs, il doit aussi admettre que le club est plus fort que le coach. En ce début de championnat, l’Ecossais n’assure pas la mission de “gouverner=prévoir". Il a du retard dans l’anticipation de ce qui va se passer. Il m’a habitué à une plus grande lecture des événements à venir.

Voici mes deux analyses des deux premiers matchs de Man U en Premier League 2012-2013.
On voit qu’après la défaite à Everton, Sir Ferguson a retiré Nani et Scholes au profit d'’Anderson et de Young.
Il a replacé aussi Valencia là où il le fallait et il a fait entrer Rafael, en grande forme.
On note aussi que Rooney avait commencé à Everton et que contre Fulham, il été mis sur le banc au profit de van Persie, aux petits soins de son nouveau coach qui veut toujours prouvé qu’il a fait le bon choix au niveau de la nouvelle recrue.
Lors du 1er match, Sir Ferguson n’a fait entrer RVP que lorsque MU était mené.
Lors du 2e match, bis repetita mais cette fois c’est Rooney qui est entré lorsque MU a vu Fulham revenir à 3-2…
On sait que Rooney à force d’être trop généreux dans les duels s’est blessé, ou plutôt a été blessé dans un geste à la desesperado.
Maintenant Sir Ferguson nous explique que Rooney a été mis sur le banc du 2e match parce qu’il n’avait pas le rythme, ce que j’avais noté lors du 1er match, mais alors pourquoi n’avoir pas fait entrer Chicharito à la place de Kagawa- le nouveau chouchou du coach- ou mieux encore Scholes, ce qui s’imposait pour renforcer le milieu. Mais non, Sir Ferguson a lancé dans la bataille Rooney pour stresser la défense de Fulham.
Résultat, Rooney s’est blessé dans les arrêts de jeu, là où beaucoup aurait laissé filer les secondes.
Rooney ne mange pas de ce pain là et en plus, il voulait prouver que lui défend à l’inverse de van Persie qui est arrivé à MU dans le rôle d’une danseuse de luxe.
Sir Ferguson a joué à la PlayStation avec Rooney et cela ne me plait pas du tout.
Bonne convalescence à Rooney. Je suis pas un fan aveugle de MU qui va acheter le maillot floqué 20 RVP.

20 août 2012, 1er match de MU en Premier League 2012-2013
Everton 1-0 Manchester United
But pour Everton: Marouane Fellaini (57e)

Man United
De Gea/ (8) A retardé longtemps la défaite de MU.
Valencia (3) L’ailier ou relayeur n’était pas à sa place.
Vidic (6) Bon retour mais il a fini carbo en fin de match, au point de se tenir au maillot d’un adversaire.
Carrick (3) Le récupérateur n’est pas un défenseur central de métier.
Evra/ (4) Pas très inspiré dans ses montées.
Nani. (2) Match minable. Puis (77e) Young. (Non noté car a peu participé au jeu)
Cleverley.(4) Pas assez technique. Puis (84e) Anderson (2) Grande désillusion. Ne tient pas ses promesses.
Scholes (3) Pas dans le bon tempo.
26 Kagawa/ (4) Un beau toucher de balle mais il a joué trop en arrière et ses passes n’ont pas été vraiment décisives, sauf une fois. Les commentateurs s’extaxiaient sur lui. Pas moi.
10 Rooney (4) Pas dans le rythme.
19 Welbeck. (4) De la bonne volonté. Rien de plus. Puis (67e) van Persie (5) A peu touché le ballon mais l’a bien touché.

Remplaçants: Lindegaard, Rafael, Berbatov, Wootton

Coach: Sir Ferguson(3) Mauvais coaching. Le pressing d’Everton a paralysé les Red Devils qui étaient toujours impuissants dans l’avant-dernière passe et la finition. La défaite est logique. Everton est désormais la bête noire de Man United.

******************
25 août 2012, 2e match de MU en PL
Old Trafford
MANCHESTER UNITED 3-2 Fulham
Buts pour MU: van Persie (10e), Kagawa (35e), Rafael (41e)
Buts pour Fulham: Duff (3e), Vidic (csc 64e)

De Gea/ (8) A part un pataqués sur le second but des visiteurs, il a été fantastique
Evra (7) Bon match
Vidic © (5) En rodage. Pas impérial du tout
Carrick (3) Pas à sa place
Rafael/ (9) Superbe, derrière et devant
Young. (7) Bon match. Bien meilleur que Nani. Puis (67e) Welbeck (6) Toujours aussi efficace dans la récupération
Kagawa. (8) Rien à voir avec Park. Kagawa est une fabrique de caviar. Puis (67e) Rooney (6) Etait en train de beaucoup apporter quand il a été blessé.
Anderson. (7) Toujours à éclipses. Peut alterner le très bon et le minable dans le même match. A une surcharge pondérale qui l’empêche d’être au top. Puis (80e) Giggs (5) Sans rayonnement
Cleverley (7) Bon dans match de milieu défensif
Valencia/(8) Du bon Antonio. Parfait joueur de club. Un homme sur qui on peut compter dès qu’il joue dans son registre
Van Persie (6). Un beau but, puis plus rien

Remplaçants: Lindegaard, Evans, Scholes, Chicharito

Ferguson (5): voir Rooney sur le banc au coup d’envoi n’est pas un bon choix. Il était très difficile de contempler Rooney et Chicharito dans les tribunes. Sir Ferguson va avoir une saison aussi difficile qu’au temps de C.Ronaldo, Rooney et Tevez. On sent qu’il veut imposer Kagawa et van Persie au détriment des anciens.

Permalien 00:03:27, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Officiel: le Niçois Hugo LLoris signe à Tottenham

L’arrivée de Lloris à Tottenham avec un petit coucou discret aux fans. Bravo ! Il était temps, juste à la cloture du mercato estival.

Le portail des Spurs l’annonce: le Nissart va jouer à Londres et pas à Arsenal.

http://www.tottenhamhotspur.com/spurs/News/lloris-to-the-lane-31082012.page?

“Nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons conclu l’entente avec l’Olympique Lyonnais pour le transfert du gardien Hugo Lloris. Le capitaine international France a commencé sa carrière avec Nice…”
Voilà ce qu’on peut lire sur le site officiel des Spurs avec en prime une vidéo du Nissart qui manie bien la langue de Shakespeare !

C’est assez incroyable que Lloris ne joue pas à Arsenal … mais lors de l’Euro, Arsène Wenger avait dressé la liste des bons gardiens lors de la finale sans citer Lloris c’est Christian Jeanpierre qui a dit finalement: “Il y a aussi Lloris…” Si Wenger avait pensé que LLoris est un grand goal, il l’aurait fait venir à Arsenal…
Bon l’important c’est que Lloris joue en Premier League. Je n’en pouvais plus de le voir à Lyon.
Ouf! plus jamais on n’entendra: “Le Lyonnais Lloris…” Cela faisait mal aux oreilles.
Lui, le Niçois, un Lyonnais! Pour raisons professionnels. Rien de plus.
Enfin, il va jouer dans de beaux stades.
Le montant du transfert se situe à hauteur de 12 M€ auxquels s’ajoutent 3 à 4 M€ de bonus. Cette somme est loin des 20 millions exigés au début de l’été par l’O.L. qui devra reverser 25% de sa plus-value à l’OGC Nice.
En 2008, l’O.L. avait acheté Lloris pour 8 millions d’euros. Faites les comptes.
Tous mes voeux de bonheur en Premier League. Du Ray à Londres. Beau parcours.

Septembre 2012
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software