Paroles de Résistance, de Michel Piquemal et Ernest Pignon-Ernest (Albin Michel)

04.06.12

Permalink 23:51:01, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Paroles de Résistance, de Michel Piquemal et Ernest Pignon-Ernest (Albin Michel)

On peut tout dire de Malraux, mais une chose est certaine: son texte sur Jean Moulin est l’un des plus grands du XXe siècle. De Gaulle, Malraux… voilà des hommes qui n’avaient pas besoin de “nègre” pour écrire leur discours.

D’emblée on lit sur la couverture, recto-verso : « Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes ». La phrase est de Rosa Luxembourg. Une phrase inoubliable dès qu’on l’apprend. Le livre est un recueil de sentences les unes plus belles que les autres. Enfin des mots qui veulent dire quelque chose. Ici on est vraiment dans le poids du verbe et le choc des dessins, ceux du Niçois Ernest Pignon-Ernest qui transforme les murs des rues en cimaises de galerie. Trois de mes amis sont très attachés à ce Nissart: Alain Françon, Louis Nucéra et Pierre-Louis Basse. Le monde est petit. Je n’ai jamais vu E.P.E. alors qu’il est Niçois comme moi. Il serait en face de moi que je ne le reconnaitrais pas. En revanche, je peux identifier son Rimbaud entre mille dessins du natif des Ardennes, le berceau de mon ami Yanny Hureaux, géant méconnu. Dans sa préface, Michel Piquemal cite Alain : « Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l’obéissance, il assure l’ordre ; par la résistance, il assure la liberté. » J’ajoute qu’un bon citoyen doit transgresser les mauvais lois. Comme Georges Brassens, nous sommes obligés de traverser sur les clous [passages protégés de nos jour] afin de ne pas finir au poste ou au cimetière ! Ce missel de la contestation recense tous les combats contre le nazisme, l’apartheid, l’opposition à la République espagnole, le coup d’Etat militaire au Chili, les horreurs de la guerre et les coups bas de tous les nantis… On y retrouve Stéphane Hessel qui rappelle que l’indignation est le moteur de la Résistance sous toutes ses formes. Martin Luther King a dit l’essentiel que l’on oublie : « Il y a deux sortes de lois : les lois justes et les lois injustes ». Qui a dit : « Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé » ? Robespierre. Victor Hugo, lui, ne supportait de voir le peuple ne pas se rebeller devant l’étau des abus du pouvoir. « Sous un gouvernement qui emprisonne quiconque injustement, la véritable place d’un homme juste est aussi en prison. » Si quand on lit cette phrase on songe à Mandela c’est parce qu’elle a été écrite par le visionnaire Thoreau. On voit que ce recueil des paroles de résistances est un livre à mettre entre toutes les mains.

-Paroles de Résistance
Recueillies et présentées par Michel Piquemal
Interventions photographiées d’Ernest Pignon-Ernest
Albin Michel, 60 pages, 10 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Janvier 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software