Archives pour: Juin 2012

30.06.12

Permalien 18:07:46, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Laurent Blanc s'en va. L'équipe de France est à la dérive depuis 2006

Si la France n’a pas de Sir Ferguson, de César Prandelli, il faut employer la méthode forte: radier à vie ceux qui ont craché sur le maillot frappé du coq.

Officiel: Laurent Blanc quitte ses fonctions et n’est plus sélectionneur des Bleus.
Son avenir à la FFF dépendait de son salaire, de l’importance de son staff et du futur de certains joueurs.
D’évidence, le champion du monde 1998 n’a pas été satisfait.
Et nous non plus.
L’Euro a démontré que le fruit bleu était attaqué de l’intérieur.
Le règne de Blanc n’a pas pu passer l’obstacle de l’Euro.
Lors des compétitions on voit les vrais caractères, on ne peut pas tricher.
On a vu.
Pour ma part, je suis fixé sur la personnalité des joueurs qui se sont distingués de la mauvaise manière.
Ma patience a des limites. Ils ne vivent qu’à travers le talent des autres grands joueurs de leur club respectif et si on les met en première ligne, ils explosent en plein vol.
Blanc a fait confiance à des joueurs qui jouent au football simple messieurs.
On veut des hommes et non plus des “chiens perdus sans collier” comme diraient Gilbert Cesbron.
Maintenant, on nous annonce Didier Deschamps.
Pourquoi ne nomme-t-on pas directement Jean-Pierre Bernès, agent de Blanc, Deschamps, Nasri, Ribéry ?
Les éliminatoires pour le Mondial 2014 débutent le 7 septembre en Finlande.
Un match amical est prévu le 15 août au Havre contre l’Uruguay. Le grand cirque peut continuer.
Qui seront les prochains clowns ?
Nike sponsorise un vaisseau fantôme.
La France le pays de Kopa, Platini, Cantona et Zidane attend sa prochaine étoile.

[Post dédié à Albert Batteux et Jean Snella]

Permalien 15:17:21, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Domenech critique les Bleus 2012 mais n'a-t-il pas été sélectionneur des Espoirs ?

Réalisé sans trucage. Imagine-t-on Sir Alex Ferguson ou Cesar Prandelli se prêter à une pareille pitrerie ?

-2010, Knysna; 2012, Kircha.
-Coupe du Monde, le car de la honte; Euro, le 1/4 de la honte
-Insultes d’Anelka; Insultes de Nasri
Tout se tient, rien n’a changé.
Alors face à ce constat, Raymond Domenech a taillé les Bleus de Blanc dans Ouest-France (fin juin 2012):
-«Une grande compétition n’est que le révélateur de la force d’un groupe, d’une génération. Celle-là, avec ses «stars», a montré toute l’étendue de ses faiblesses. La plus criarde étant son incapacité à regarder autre chose que son nombril. Il suffit de quelques-uns pour qu’un groupe explose ou implose. Nasri en a été le symbole visible. Je n’en dirai pas plus, le vestiaire se chargera de l’enfoncer. Benzema a, lui, montré que jouer au Real est bien plus aisé que d’évoluer en sélection. Pour une raison simple. Son jeu demande des appuis dans la surface de réparation. En équipe de France, il est seul… et il ne reste pas devant. Il a voulu être le sauveur, c’était mission impossible.»
Et puis encore d’autres flèches extirpées de son carquois.
Cependant n’a-t-il pas participé à la formation des joueurs puisqu’il a été à la DTN et à la FFF où il fut responsable de France Espoirs entre 1993 et 2004 avant de prendre la tête de France A.
Regardons le parcours de Samir Nasri en équipe nationale chez les jeunes:

2002-2003 France -16 ans, 18 matchs
2003-2004 France -17 ans, 18 matchs
2004-2005 France -18 ans, 4 matchs
2005-2006 France -19 ans 10 matchs
2006-2007 France espoirs 4 matchs
2008 France A’ 2 matchs

Les sélectionneurs français, outre Domenech, ont largement eu le temps de voir de près Nasri, et de lui prodiguer des conseils, ou pas, qu’il a écoutés, ou pas.

Concernant Blanc, tous les anciens de 1998 qui sont consultants (Desailly, Lizarazu, Pires…) le défendent.
Barthez joint même l’utile à l’agréable, puisqu’il est à la fois adjoint de Blanc et consultant sur TF1.
On n’entend pas ceux de 1958 et de 1982-1986.
Roger Piantoni connait aussi bien le football que n’importe quel international qui pérore ici ou là.
On peut réhabiliter publiquement Domenech vu que les internationaux se comportent toujours aussi mal sans lui mais il faut rappeler son passage chez les Espoirs, l’antichambre de l’équipe fanion.

Permalien 13:03:02, Catégories: FORZA ITALIA !, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

La symphonie bleue de la Squadra Azzura du 28 juin 2012

La symphonie bleue par une superbe suite photographique au son des commentaires de la radio italienne.

Avec un peu plus d’adresse des deux côtés, l’Italie devait battre l’Allemagne 5 à 3. Il faut dire que Buffon a fait plusieurs arrêts décisifs pendant que ses coéquipiers- autres que Balotelli- auraient dû mieux cadrer leurs frappes.
Les deux plus beaux matchs de l’Euro ont été Italie-Angleterre (0-0, 1/4 de finale) et Italie-Allemagne (2-1, 1/2 de finale). Avec donc deux fois l’Italie que la France regarde toujours avec une grande jalousie.
Les besogneux français aux semelles de plomb ont fait honte à la France. Perdre oui, mais en laissant ses tripes sur la pelouse.
Depuis 2006, la France pédale dans la choucroute. Elle fait du surplace. Un pas en avant, deux en arrière.
Par le comportement individualiste de certains, la France est remontée dans le bus de l’Afsud.
Le collectif a fait illusion devant l’Ukraine, équipe très faible.
Aucun leader. Ribéry se prétendait leader après la retraite de Zidane? Il lui faut voir jouer Pirlo, Montolivo, Buffon et Iniesta pour constater tout le chemin qui reste à parcourir pour qu’il arrive dans leur périmètre de talent.
La FFF doit faire des coupes sombres. C’est une question vitale. L’Espagne et l’Italie ont fait le ménage pour repartir sur de nouvelles bases. Avec succès. Si l’Espagne a dit merci au monumetal Raul, la France peut se passer des moins que rien. Une suspension ferait rire tout le monde, et surtout les principaux intéressés.
L’Angleterre devrait faire la même chose. Gerrard est une poupée médiatique tout comme Beckham qui réclamait encore un petit bout de gloire pour montrer ses taouages au J.O. de Londres. Les dirigeants estampilé FA ont dit “Non” au marchand de slips. S’il lui reste un peu d’espace sur son corps, il devrait inscrire: “J’ai fait beaucoup de mal à mon sport en faisant passer le football après ma propre image.”
Gary Lineker a dit qu’à la fin c’est toujours l’Allemagne qui gagne, mais il se trompe: quand les Allemands tombent sur les Italiens, c’est toujours les natifs du pays de Dante qui gagnent.
Le football allemand est symbolisé par son surnom massif: la Mannshaft.
Le football italien c’est la Squadra Azzura: frais et aérien.
La terre contre le ciel.
Albert Camus a écrit: le football c’est “l’accord du pied avec la terre". Cet axiome est très bien illustré par les duos Pirlo-Montolivo (Italie) et Iniesta-Xavi (Espagne).
L’Espagne a une très grande génération qui va être contestée par une nouvelle vague bleue.
Les Italiens sont tous auprès de Balotelli qu’ils couvent du regard.
Je n’ai jamais entendu un Italien dire du mal de l’Espagne.
L’Espagne c’est Nadal (tennis), Contador (vélo), Alonso (F1)… Ils n’ont rien volé à personne.
Parce que Nadal a perdu un match contre Lukas Rosol (100e mondial) à Wimbledon cela fait la une des canards français.
On pointe du doigt la défaite de l’immense tennisman qui collection les tournois du Grand Chelem.
Nous sommes en 2012… Savez-vous à quand remontait la plus ancienne défaite de Nadal dans un tournoi du Grand Chelem avant la deuxième semaine des compétitions ? A 2005 !
Alors, svp, un peu de retenue.
La presse française ne cesse pas d’accuser de dopage les Espagnols et Armstrong, et elle est ferme les yeux sur ses sportifs dès qu’ils sont suspectés. C’est alors silence radio !
Richard Virenque est actuellement consultant (Europe 1, Eurosport) alors qu’en octobre 2000, au procès de l’équipe Festina, il nia dans un premier temps s’être dopé avant d’avouer les faits. Il écopa alors d’une suspension sportive d’un an.
D’un côté on pourchasse Armstrong qui n’a jamais été contrôlé positif, et d’un autre on adore Virenque qui est passé à table.
Dans L’Equipe (30 juin 2012), il y a une page entière d’interviews croisées Jalabert-Virenque, sans une seule question sur le dopage.
Deux poids, deux mesures.
Les journalistes procureurs ne me donnent plus envie de lire la rubrique vélo.
Ils ont entrepris le démolition de la mythologie du cyclisme.
S’ils parviennent à dégrader l’Américain, il faudra aussi retirer du palmarès du Tour de France, Coppi et Anquetil qui n’ont jamais caché qu’ils utilisaient des stimulants.
On ne peut pas jeter dans la fosse aux lions Lance Armstrong et monter en épingle Richard Virenque.
Je trouve inadmissible que les grands champions ne défendent pas Armstrong.
A part Merckx personne ne prend sa défense.
Armstrong a vécu et vaincu le cancer, ce n’est pas les “chiens” (dans le sens françoismitterrandien du terme) qui vont lui faire peur. Il les a toujours tenus à distance. C’est pour cela qu’ils le flinguent depuis toujours.
Dans pas longtemps, on va entendre: “Et Pirlo, il fait comment à jouer comme ça à 34 ans ? Et Xavi, il marche à quoi ?”
La France devrait apprendre à balayer devant sa porte.

L'amour du maillot national. De Kopa à NIKE ta mère !

Ferenc Puskas ? 89 sélections avec la Hongrie, 84 buts. Voilà l’un des phares de ma vie. Eusebio = 64 sélections. B.Charlton (106 sélections). Pelé (92 sélections). Beckenbauer (103 sélections ). Zoff (112 sélections)… Ils m’ont appris à aimer la France.

Vous savez ce qu’est devenu Toulalan ?
Moi, non et cela ne m’intéresse pas. Des Toulalan, il y en des milliers dans le monde, surtout en amateur.
Dès qu’il a quitté l’équipe de France, on n’a plus jamais entendu parlé de lui.
D’où l’intérêt pour Nasri et cie d’être en Bleu.
Quand j’ai commencé à aimer le football, j’étais fasciné par les Internationaux.
Avant que son record ne soit pulvérisé par d’autres dont le plus capé(Thuram), Roger Marche était indétrônable avec 63 sélections. Je me disais: “Tu te rends compte, 63 fois en équipe de France…” Je le mettais au niveau du général de Gaulle. Pour les décérébrés actuels, Marche ils ne savent même pas qui sait. A la limite, ils le regardent comme un paysan qui gagnait une misère quand eux amassent des fortunes. Quand il a été sélectioné auprés de Marche, Antoine Bonifaci avait sa photo sur le rabat de sa valise !
Marche, Kopa, Beckenbauer, Pelé, Platini… je les regardais respirer. Je les considérais comme des gens d’une immense importance.
N’importe qui ne pouvait pas être international.
Je me disais: “Pourquoi Francis Isnard n’est-il pas international A ?”
L’Aiglon de la défense centrale de Nice était solide, courageux, jouer sans vice.
Un soldat d’exception. Alors si Isnard ne jouait avec le coq sur la poitrine c’est que ceux qui étaient internationaux devaient être la perfection sur terre.
Aujourd’hui, quand je vois le comportement de certains joueurs sous l’ère Blanc, je me dis qu’ils ne pèsent pas lourds face à Francis Isnard.
Je dois préciser que le maillot de l’équipe de France était sacré lorsque j’étais enfant. On ne le trouvait pas à vendre dans les grandes surfaces au milieu des chaussettes, pas loin du rayon lessive.
Quand dans les journaux en noir et blanc- eh!oui… braves gens- je tombais sur une photo de mauvaise qualité de Bobby Charlton, je le mettais quasi au garde à vous. Puskas avec la Hongrie, Charlton avec l’Angleterre, Pelé avec le Brésil, Marche et Kopa avec la France, Eusebio avec le Portugal, Facchetti et Zoff avec l’Italie, Beckenbauer avec l’Allemagne. Des maréchaux d’Empire à mes yeux. A prèsent, je ne vois que des porteurs d’IPOD tatoués. C’est NIKE ta mère à tout va ! On est plus dans Voici que dans France Football.
Merci a Garrincha, à Haller, à Hurst, à Gento, à Gilmar, à Cubillas, à Facchetti d’avoir si bien porté le maillot national.
C’est grâce à ces grands joueurs que le football m’a attiré.
En 2012, les représentants de la France qui portent le maillot estiment plus la virgule américaine que le coq.
Un coq ça ne pond pas comme les poules aux oeufs d’or que sont devenus leurs contrats.

[Post dédié à Bruno Petrovic]

Permalien 01:02:36, Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Les Bleus 2012 renvoient à Jean Cocteau: "Les Français sont des Italiens de mauvaise humeur".

La chanson de gestes de la Squadra Azzura devant l’Allemagne. Les joueurs italiens étaient tous en communion et ils enveloppent Balotelli de leur amitié. Les performances font naître les belles équipes.

Voilà ce que j’écrivais le 8 juin 2012 sur mon blog:
“Et l’Italie ?
Tout le monde la voit à l’agonie. Pas moi. Au minimun, en demi-finale.
Il est vrai que je ne m’appelle pas Morlinaux ou Morlinaud ou Morlineaux mais Morlino.”
Pendant que j’écrivais cela j’entendais et je lisais la condamnation sans appel du calcio: “joueurs vendus… matchs achetés… paris truqués… dopage… cinéma… tricheurs… football sur le déclin… “
A l’arrivée, on ne voit que du jeu italien, et du beau jeu, parfois même très beau alors que l’Espagne vit sur ses acquis et connaît l’usure du pouvoir à l’image de Xavi qui n’a plus son brio d’antan.
Il se peut que Espagne-Italie soit le match de la passation du pouvoir.
La Serie A va vouloir dire au monde entier que la Liga ce n’est pas le nec plus ultra du football latin.

Tous les matchs de l’Italie à l’Euro 2012:
Tours préliminaires:
Italie 1-1 Espagne
Italie 1-1 Croatie
Italie 2-0 Irlande
1/4: Italie 0-0 Angleterre (4 tirs au but à 2)
1/2: Italie 2-1 Allemagne
Finale: Italie-Espagne, le 1er juillet, 20 h 45, à Kiev

Par rapport à la sélection de l’Italie pour la Coupe du monde 2010, le nouveau sélectionneur a fait le ménage.
Il n’a pas convoqué:
Défenseurs : Salvatore Bocchetti, Fabio Cannavaro (retraite), Mattia Cassani, Fabio Grosso, Gianluca Zambrotta
Milieux : Mauro Camoranes, Antonio Candreva, Andrea Cossu, Gennaro Gattuso (retraite), Angelo Palombo, Simone Pepe.
Attaquants : Marco Borriello, Alberto Gilardino, Vincenzo Iaquinta, Giampaolo Pazzini, Fabio Quagliarella, Giuseppe Rossi
Sur les 30 sélectionnés par Marcelo Lippi, Cesare Prandelli a évacue 17 personnes.
Ils les a remplacés par: Abate, Balzaretti, Barzagli; Nocerino, Verratti; Balotelli, Borini, Cassano et Giovonco.

Sont restés en place: Buffon, De Sanctis, Sirigu; Bonucci, Balzaretti, Barzagli, Ogbonna; De Rossi, Marchisio, Pirlo; Di Natale

Laurent Blanc n’a qu’à s’inspirer de la méthode de Cesare Prandelli.
Il y a des centaines de pros français. A lui de prendre ceux qui sont décidés à jouer collectivement.
Des joueurs non concernés, nous n’en voulons plus.

Celui qui gagne à toujours raison.
Le jeu pratiqué par l’Italie est admirable. C’est leur milieu de terrain qui régente tout en éclairant le jeu. L’animation italienne respire le football à haute dose.
Les deux plus belles équipes sont en finale. La logique est respectée.
Les imposteurs sont tous rentrés à la maison.
Il ne faut pas tout mélanger. Le football c’est le football, l’équipe de France a une longue Histoire derrière elle.
Pour l’instant Nasri, Benzema, Menez et Ben Arfa ne sont que des noms couchés sur le papier. Ils n’ont rien prouvé du tout en sélection. Leur seule force c’est le bulletin de salaire et face à la cage, il ne compte pas.
Qu’ils jouent mal pourquoi pas mais le sentiment d’hostilité qu’ils dégagent envers le public, non et non.
Ils sont défendus par une poignée de journalistes qui les connaissent.
Il suffit d’écouter la bande FM. Les serviteurs de ces gens-là sont tous au garde à vous: à Madrid et à Londres. Cette complaisante est néfaste.
La France est à sa place: devant le poste de télévision ou en jet-ski.
Les claquettes. Pas les crampons.

[Post dédié à Sandro Mazzola et à Roberto Baggio]

29.06.12

Permalien 23:13:25, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

France Football: Gallas remet une seconde couche sur Nasri

Un ancien coéquipier (Nasri) qui ne salue pas son ex partenaire (Gallas), je n’avais jamais vu ça en plus de 50 ans de pratique de football. J’aime mieux me souvenir de Zidane qui embrasse Ronaldo 1er. Je ne veux voir que du beau dans le football qui doit être un ilôt d’idéalisme forcené.

Nasri a déjà fait des déclarations tapageuses que j’ai déjà mises en ligne au moment de son transfert à Man City.
J’avais été très surpris de l’entendre dire:
-“Ce n’est pas la concurrence en équipe de France qui me fait peur".
Et que pensez-vous aussi de ces mots de Nasri:
-“A l’Emirates, il n’y a aucune passion. Les entraînements à City ? Ils ont une intensité qu’il n’y a pas à Arsenal…”
Et encore de Nasri: “Wenger prend soin de ses joueurs, parfois un peu trop.” ("France Football", 30-8-2011)
Quand Nasri et Benzema regardent leur bulletin de salaire, ils se prennent pour Zidane ou Di Stefano.
Hélas, en équipe nationale, ils offrent un football banal et surtout ils incarnent l’ennuie, le manque de volonté, la morgue, la prétention infimie, une haute idée de soi-même, bref tout ce que je ne veux pas voir chez un football car cela alourdit le jeu. Nasri, lui, est carrément passé aux insultes. Tout ça parce qu’il est incapable de faire la différence sur le terrain. Nasri aime la presse quand celle-ci lui sert la soupe dans des phases de communication. Dès que la presse commente ses matchs, il ne supporte pas le regard des autres.
N’est pas Pirlo qui veut. N’est pas Balotelli qui veut.
Nasri il fait quoi ? ll pousse le ballon comme s’il jouait au curling.
Benzema, il fait quoi ? Il marque des buts quand ils jouent avec C.Ronaldo, Ozil et Di Maria. Des miettes de Ballon d’Or.
Quand au cours de l’Euro Laurent Blanc attend qu’il lui renvoie l’ascenseur pour le remercier de l’avoir imposé en 9 dans l’équipe de France, il ne répond pas présent.
Samir Nasri et William Gallas ne s’apprécient guère.
Arsènal Wenger a toléré leur discorde dans le vestiaire des Gunners. C’est la différence entre avec Sir Ferguson qui éjecte tous ceux qui tentent de mettre de la zizanie dans un groupe. Et l’Ecossais a viré des très grosses pointures: d’Ince à Keane, en passant par Beckham et van Nistelrooy.
Dans France Football du 29 juin 2012, William Gallas (Tottenham) expose son point de vue sur son ancien coéquipier à Arsenal et en équipe de France:
-"Les gens ont pu apprécier par eux-mêmes qui était vraiment Samir Nasri. Et je n’étais ni en Ukraine, ni en Pologne ! (…)Il [Nasri] n’a jamais cessé de faire croire que c’était moi la mauvaise personne et il a sali mon image. Vous savez, j’en ai pris plein la tête. On a toujours ressorti mon nom dans la presse ou ailleurs, on m’a toujours pointé du doigt, alors que beaucoup de gens dans le milieu du football connaissent le personnage Nasri.”
Dans son La parole est à la défense Gallas avait confié qu’un certain “S.” avait refusé de céder la place habituellement réservée à Thierry Henry. Plus loin, il évoquait “ce match à Rome, avec Arsenal: “Il perd un ballon. Je montre ma déception, mais sans plus, et là, il me traite de tous les noms, sur le terrain: ‘Fils de p…’”
Le même genre d’attitude que dans les couloirs de la Donbass Arena de Donetsk, envers un journaliste de l’AFP. Juste après avoir lancé son “Ferme ta g…” en plein match, adressé à la tribune de presse.
Gallas confie:
-"Moi j’ai huit ou dix ans d’écart avec certains des [nouveaux] joueurs, et ça suffit à expliquer certaines tensions : on n’a pas toujours la même approche des choses, les mêmes valeurs (…) Ils ne sont pas les seuls fautifs: quand un jeune a du talent et qu’il est convoité par de grandes écuries, son club fait tout pour le garder et accepte ses moindres caprices. Ils n’ont plus de repères et n’ont pas la maturité suffisante pour prendre du recul. Tout leur arrive trop vite et ils ne maîtrisent plus la situation. Je me souviens qu’à une certaine époque, tu attendais sagement ton tour en équipe de France, même si tu étais un jeune joueur de talent. Aujourd’hui, les sélectionneurs leur donnent tout de suite les clés.”
Laurent Blanc ne doit plus sélectionner ceux qui n’adhèrent pas au projet commun.

Permalien 16:09:19, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Mario Balotelli ou l'homme qui a choisi d'être Italien

Germania a casa !
Balotelli n’a pas trouvé sa carte d’identité au fond d’une pochette-surprise à côté d’un bonbon de mauvaise qualité.
Orgueil + Courage. Ce garçon est extraordinaire. Il s’est fait insulter sur tous les terrains d’Italie et il a décidé de jouer pour l’Italie et non par pour le Ghana. C’est dire la force de caractère et son dégré d’intelligence. S’il sait que des Italiens sont racistes- surtout sous l’effet des groupes dans les tribunes- il sait aussi que d’autres ne le sont pas puisqu’il a été adopté par un couple d’Italiens.
Balotelli, 21 ans ? Un pur sang du football. Une F1 humaine. Il va beaucoup nous donner. Il a des muscles mais aussi un cerveau. Le voir se placer sur le terrain est passionnant. Il n’est jamais hors-jeu. C’est le signe d’une attention au-dessus du lot. Chicharito à Man U est hors-jeu 7 fois sur 10.
Par ailleurs, je vous rappelle que la fédération italienne de football ne donne pas centime d’euro à ses joueurs pendant l’Euro quand la FFF a prévu de donner 100 000 euros aux pieds carrés tricolores.
“Pourquoi toujours moi ?” se demandait-il en Premier League avec un grand sens du show.
Il en va ainsi: à l’Euro, il se comporte en héros quand d’autres se conduisent en zèros.
Couvé et protégé par les aînés de la Squadra Azzura, pour le plus grand bien du collectif, le jeune joueur voir sa notoriété monter d’un seul coup après ses deux buts en 1/2 finale.
Loin du cliché de l’égoïste, Mario Balotelli a remercié ses deux passeurs. Auparavant, il est allé embrasser Madame Silvia Balotelli, sa maman adoptive en larmes. Balotelli sait d’où il vient et où il va. Il a beaucoup de caractère sans lequel on ne peut pas s’imposer. On doit fêter tous ceux qui parviennent à s’exprimer au haut niveau. Avec Buffon, Pirlo, Balotelli, Cassano et Montolivo, l’Italie a les éléments pour remporter la finale de l’Euro 2012.

Les grands joueurs marquent quand il le faut.
C’est ce qu’a fait Mario Balotelli, auteur d’un doublé historique contre l’Allemagne, en 1/2 finale de l’Euro. Voilà une performance très loin des buts superflus des tricolores de pacotille.
Quand vous marquez dans un compétition internationale tous les projecteurs sont sur vous.
Balotelli a donné la réponse sur le terrain à tous ceux qui contestaient sa classe.
Les deux buts du Gunner Anelka en amical contre l’Angleterre et sa défense composée de Gunners cela ne voulait rien dire.
Les deux buts de Balotelli contre l’Allemagne en 1/2 de l’Euro cela en impose. On dit: bravo et merci pour tant de présence d’esprit.
Tout de suite après son double exploit, le joueur de 21 ans a remercié ses deux passeurs.
Sur le premier but: Cassano, le survivant après un AVC.
Sur le second: Montolivo, le sosie de Gad Elmaleh. Ricardo Montolivo a la particularité de jouer avec des chaussures frappés du drapeau de l’Allemagne, un hommage à sa maman allemande.
Les deux fois, les passeurs italiens ont dosé le ballon de manière fantastique.
-"Pourquoi je ne fête aucun de mes buts ? Quand un facteur distribue le courrier, il ne saute pas en l’air. Eh! bien mon métier à moi c’est de marquer des buts” a dit le buteur il n’y a pas longtemps.
Et puis aussi:
-"Je suis intelligent mais je ne ressens aucun besoin de le démontrer.”
Mario Balotelli a le sens de la formule comme George Best et Eric Cantona. J’espère qu’il va nous régaler sur la durée, comme eux. Les grands joueurs sont constants. Sinon, on reste à la marge des exploits.
Balotelli sait jouer sans ballon. Cela ne s’apprend pas. Tout l’art du football vient de là.
Après la victoire de l’Italie sur l’Allemagne, Balotelli a dédié son doublé à sa mère adoptive, présente dans les tribunes.
-"Quelle image je retiendrai du match ? Certainement lorsque je suis allé voir ma mère après le match et que je lui ai dit: “Maman, mes buts sont pour toi.” C’était la plus belle soirée de ma vie, mais j’espère que ce dimanche sera encore meilleur.
Né en 1990 à Palerme de parents ghanéens, Mario Balotelli fut abandonné après une hospitalisation pour des problèmes abdominaux, à quatorze mois.
À deux ans, le tribunal des mineurs le confia à une famille, près de Brescia, les Balotelli. Silvia devenant sa maman adoptive. Adolescent, il intègra l’AC Lumezzane, club dans lequel il débuta pro en Serie C1. Une dérogation fédérale fut nécessaire car il n’avait que quinze ans. En 2006, l’Inter le recruta pour 350 000 euros.
Puissant et véloce, Balotelli est un attaquant qui impressionne tous ceux qui l’ont vu jouer. Et surtout ses adversaires qui ne savent pas comment l’arrêter.
Après avoir refusé de jouer pour la sélection ghanéenne, Balotelli fut appelé en équipe d’Italie espoir suite à la demande obtenue de la nationalité italienne le 12 août 2008, à 18 ans. Il a donc choisi d’être italien.

Déjà avant ses deux buts, Mario Balotelli plaisait beaucoup car il a énormément de charisme. C’est la nouvelle étoille du football avec Messi et C. Ronaldo. Les grandes compétitions dévoilent les très grands joueurs: Pelé, Kopa, Fontaine, Cruyff, Beckenbauer, Platini, Maradona… Il est évident qu’il va monter sur le podium avec Messi et C. Ronaldo. Ont sent sa force dans ses yeux. Ce n’est pas un regard fuyant comme tant de lopettes.

[Post dédié à Monsieur et Madame Balotelli]

Giroud à Arsenal ? Un enterrement de première classe

Montpellier a perdu Giroud mais il a gagné un super ailier en la personne de l’ex Aiglon Mounier pendant que Nice perd son meilleur attaquant. Maintenant qu’il est chez Nicollin vous verrez que Mounier va vite intégrer l’équipe de France. Mounier est bien meilleur que Ribéry car il a une plus grande variation dans son jeu. Vif, dribbleur, bon dans le un contre un, ailier de débordement il sait centrer de manière impeccable. Buteur ou passeur, il sait tout faire. Volontaire et intelligent. Il laisse un très grand souvenir à l’OGCNice. Et en plus, c’est un homme de trés bonne compagnie.

Mounier arrive à Montpellier alors qu’Olivier Giroud quitte Nicollin:
-"La Premier League est le meilleur championnat européen. C’est pour ça que je l’ai choisi. Il y beaucoup d’engouement, une grosse ferveur. Les stades sont pleins. Je suis vraiment très heureux de découvrir ce championnat.”
Et moi ajoute: il va gagner beaucoup plus d’argent dans un football hyper physique et rapide.
Si van Persie ne quitte pas Arsenal, Giroud est condamné au banc car avec Arsènal Wenger on n’a pas beaucoup vu Chamakh et van Persie jouer ensemble. Giroud est en voie de chamakhatisation…
Si van Persie reste, Giroud fera banquette pour ne jouer qu’en Carling Cup et au mieux en FA CUP.
Il servira de bouche-trou si le Néerlandais ne se blesse pas.
Comme quoi le meilleur buteur de L1 aime mieux être remplaçant à Arsenal que titulaire à Montpellier.
C’est là que ma thése de ne retenir en équipe de France que les joueurs de L1. prend toute sa signification.
On verrait alors que quasi la totalité des joueurs choisiraient l’étranger quitte à jouer les doublures.
Un joueur qui dirait: “Non, je reste en France pour jouer avec les Bleus” deviendrait immédiatement un héros national.
On peut rêver. Pour l’instant, Giroud se Chamakhise car quand il a signé avec Arséne Wenger, Chamakh était attendu comme le messie.
Depuis, on a vu qu’il ne joue que lors de la mort d’un évêque.
A Bordeaux, c’était un Dieu vivant. A Arsenal, plus rien du tout.
A part l’argent, Chamack ne gagne rien à Arsenal, ni titre, ni temps de jeu.
Héros à Bordeaux, anonyme à Londres Giroud ? Héros à Montpeller, Gunner d’occassion à Arsenal ?
Gervinho il a fait quoi à Arsenal?

Les trois nouveaux Aiglons à la demande de Claude Puel, le nouvel entraîneur de l’OGCNice:

Timothée Kolodziejczak
Solide défenseur, latéral gauche
Né le 1er octobre 1991 à Arras
2000 – 2008 : RC Lens
2008 – 2012 : Olympique Lyonnais
Champion d’Europe U19 2010

Romain Genevois
Défenseur polyvalent
Né le 28 octobre 1987 à L’Estère, Haïti
2000-2009/ FC Gueugnon
2009-2012/ Tours FC

Éric Bauthéac
Milieu offensif, vif, coriace
Né le 27 août 1987 à Bagnols-sur-Cèze
2007-2010 AS Cannes
2010- 2012 Dijon FCO

Permalien 12:17:49, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

A star is born: MARIO BALOTELLI, 21 ans

Dans mes posts d’il y a trois ans, j’évoquais un mélange de Weah et d’Eto’o dans sa façon de jouer. Je disais qu’il était puissant, rapide, technique et adroit. “Sono italiano, mi sento italiano, giocherò sempre con la Nazionale italiana.” (Je suis Italien, je me sens Italien, je jouerai toujours avec l’équipe nationale italienne). Voilà ce qu’à Mario Balotelli, il y a deux ans. Je remets en ligne l’un de mes posts de 2009. En intégralité, et sans rajouter un seul mot sur Mario Balotelli, joueur hyper puissant au mental en acier trempé. J’aime l’orgueil de Balotelli. Je déteste la prétention de nos comiques actuels du football français. Quand Balotelli ne joue pas bien, je le dis. C’est la loi de la critique mais j’ai toujours reconnu sa grande classe et j’ai milité à ma façon pour qu’il intégre la Nazionale au plus vite.

“Mario Balotelli est appelé à illuminer de sa très grande classe la Nazionale. Le plus tôt sera le mieux !” ai-je écrit en 2009.

“N’en déplaise à tous les racistes italiens- et quand on écrit cela on à l’impression de faire un pléonasme- Marcello Lippi devrait présélectionner Mario Balotelli pour l’Afsud. Il a déjà joué 15 fois en espoirs où il a marqué 6 buts. A 19 ans, il peut intégrer la Nazionale, d’autant plus que la Coupe du monde 2010 se déroule en Afsud.
Attention, l’attaquant n’a du Ghana que la couleur de peau et le sang qui lui ont été donnés par ses parents avant de l’abandonner.

De son beau prénom rital, Mario est né à Palerme, le 12 août 1990.
Ses parents adoptifs l’ont éléve comme leurs autres enfants.
Atteint d’une malformation de l’intestin, le petit Mario a eu un début de vie très difficile.
D’où son appetit féroce de vivre.
Sur le terrain, il avale les espaces mais ce n’est pas qu’un sprinter. Il a un beau toucher de balle, il sait jouer sans ballon, il sait marquer et faire marquer. A la fois doué et intelligent.
Le mental, il l’a aussi. Insulter sur tous les terrains d’Italie - et même ailleurs, en France- parce qu’il est noir, Mario Balotelli tient le coup face au racisme. A ce propos, cela ne dérange pas beaucoup MM. Blatter et Platini de voir un joueur subir autant d’attaques racistes…
1,89 m, 88 kg. Cela vous situe l’athlète.
Il adore plaisanter.
Face à des jeunes handicapés, le joueur de l’Inter Milan a répondu:
-"Quelle équipe je supporte ? L’AC Milan…”
Le football est en avance sur la société.
Le Sénégalais d’origine, Raoul Diagne, a joué en équipe de France, dès 1932.
Le Marocain Ben Barek à intégéré les Bleux en 1938.
La société est vraiment à la traîne du football.
Qu’attend l’Italie pour convoquer Mario Balotelli dans la Nazionale A?
Balotelli aime beaucoup plus l’Italie que certains blancs qui profitent d’être Italiens.
Jean Cocteau a dit: “Je suis rose dehors et noir à l’interieur. Les Noirs, eux, sont noir dehors et rose dedans".
La vraie nationalité de Mario Balotelli, c’est le talent.
Il fait beaucoup d’honneur à l’Italie, en étant Italien.”

Autres anciens posts où j’appelais la sélection de Balotelli en équipe A d’Italie:

http://www.blogmorlino.com/index.php/2010/05/02/la_voiture_de_mario_balotelli_victime_d_

http://www.blogmorlino.com/index.php/2010/05/12/l_italie_n_a_pas_eu_le_courage_de_prendr

http://www.blogmorlino.com/index.php/2009/11/29/qu_attend_l_italie_pour_integrer_au_plus

Permalien 09:56:14, Catégories: FORZA ITALIA !, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Buffon incarne la rage de vaincre quand les Français illustrent la peur et la désinvolture

Merci aux Italiens d’aimer autant leur pays. Au moment des hymnes, on sent leur fibre patriotique. C’est beau à voir, n’en déplaise aux grincheux qui confondent amour du pays avec haine de l’autre.

Les Français sont fascinés par le chant des All Blacks mais quand vient le moment de chanter l’hymne national, ils sont aux abonnés absents alors que le sport est une symbolique où tout est accentué au centuple.
Vous avez-vu les Italiens au moment de l’hymne national ? Vous avez-vu le visage de Buffon à cet instant-là ?
Comparez cette communion avec le dégoût affiché par plusieurs internationaux français lors de La Marseillaise. Et après on s’étonne que l’équipe de France ne soit suivie que par trois pelés et deux tondus. La comparaison s’impose: elle explique la rage italienne et la désinvolture française qui est une forme de mépris envers la nation-mère. Quand je vois les footballeurs français et les italiens, à l’Euro 2012, je suis fier parce que j’ai du sang italien par mes quatre grands-parents.
Sur le visage de Balotelli on sent son mental en acier, condition sine qua non du champion.
En France si vous critiquez Nasri et Benzema on vous traite de facho, si vous êtes favorable à La Marseillaise on vous aassimile au FN. Ceux qui vous accusent de ça sont sans doute des descendants de Vichystes ! Moi, je suis Français d’origine italienne mais La Marseillaise je l’aime beaucoup. Je rappelle que les Français au temps de Platini ne la chantaient pas non plus. Aujourd’hui, nous sommes plus sensibles à l’hymne car l’intégration est sans cesse remise en question alors qu’après guerre les Italiens, les Polonais… se sont bien fondus dans la société. Mon grand-père paternel, né en Italie, ne m’a jamais dit: “Tu dois aimer l’Italie…” Il disait: “La France m’a donné du travail et trois petits-fils". Je suis Français mais au niveau football, en 2012, j’aime mieux l’Italie. En Italie, au moment des hymnes, personne ne dit que Buffon est l’illustration du fascisme à la Mussolini. Plusieurs joueurs sélectionnés par Blanc de Bleu m’exaspèrent, ils se croient indispensables alors qu’ils ne sont que des inventions médiatiques.
Ce 29 juin 2012, Giroud fait la une de France Football parce qu’il signe à Arsenal. Cela me fait rire. On le starifie alors qu’il quitte la France pour prendre place sans doute sur le banc des remplaçants du club dirigé par Wenger. Entre van Persie et lui, il n’y a pas photo. Arsèn/al Wenger le sait très bien. Ca y est Giroud a réussi! Qu’importe s’il va s’imposer en Angleterre, l’important c’est Arsenal + l’argent. Tout le monde sait que Arsenal ne gagne rien depuis sept saisons. Giroud n’a rien à craindre. On ne lui en voudra pas de ne pas faire gagner un club qui ne gagnait pas sans lui. Arsenal n’a aucune pression du moment que machine à euros marche bien. On dirige Arsenal comme une boutique de souvenirs. Les résultats sportifs n’y sont plus primordiaux.
Au moment des hymnes, ce que je vois sur le visage français ? Le non patriotisme. C’est évident dans plus de 50 % des cas, mais surtout la peur. On sent qu’ils claquent des dents alors que les Italiens incarnent la rage de vaincre, l’envie de s’imposer, le collectif à toutes épreuves. Depuis le départ de Jacquet, l’union ne fait plus la force chez les Bleus.
Merci aux Italiens de pratiquer du beau football, celui que l’on aime.

Permalien 00:46:53, Catégories: FORZA ITALIA !, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Pour l'Allemagne, la série noire continue. 1936: Owens. 2012: Balotelli

Mario Balotelli a réalisé le doublé contre les Allemands. Soirée historique mais il faut encore aller plus loin: gagner la finale. Owens a été le héros des Jeux de Berlin 1936 acclamé sans cesse par 100 000 Allemands dès qu’il était dans le stade pour s’opposer aux athlètes allemands. En 2012, Balotelli a été le héros du match contre l’Allemagne. Grand clin d’oeil de l’Histoire.

Allemagne 1 - 2 Italie
But pour l’Allemagne: Özil (90e pen.)
Buts pour l’Italie: Balotelli (20e, 36e)

Ils sont où les Français qui disent toujours que les Italiens forment un peuple de tricheurs, de comédiens et j’en passe ? L’Italie vient encore de donner une leçon de réalisme à la France et bien sûr à l’Allemagne. L’Italie, pillée de toutes parts, conserve encore 35 % du patrimoine culturel mondial. Pendant la Renaisssance, ils faisaient quoi les Américains ? Ils jouaient aux cowboys et aux indiens…
Voilà un grand avant-centre, un grand joueur.
Beaucoup plus efficace qu’un Anelka qui marque contre les Anglais en match amical dans un match qui compte pour du beurre.
Grand avant-centre ? Balotelli a deux ballons, deux buts. Un fantastique coup de tête et un missile. Deux parfaites réalisations. Je le redis: pas en match bidon, svp.
Grand joueur ? Eh! oui… il a marqué en 1/2 finale, au jour J. Deux somptueuses réalisations totalement différentes. On l’attendait, il a répondu présent. Voilà ce qui s’appelle être un très grand joueur.
SI loin de nos nouvelles baudruches française désignées grands-joueurs sans avoir jamais rien prouvé en C1, ou à l’Euro.
Contre les Anglais, Balotelli avait été déjà fantastique sans marquer car il faisait peur à ses adversaires tétanisés dès que le ballon arrivait dans sa zone. Balotelli ne peut pas marquer à tous les coups mais c’est un grand joueur sans ballon et cela est très important.
Quand Ozil a marqué son penalty dans les arrêts de jeu pour revenir à 1-2, j’ai cru revivre 1982, l’enfer quoi ! Je me suis vite ressaisi car l’Italie ce n’est pas la France. Les Allemands ont encore perdu face aux Italiens, cela fait des lustres que ça dure. Dès que les Allemands tombent face aux Italiens, ils perdent tous leurs moyens. Le penalty leur a été accordé généreusement pour une main involontraire de Balzaretti.
Au début du match (5e), Pirlo a sauvé la Squadra au premier poteau, repoussant un ballon chaud sur le ligne.
Un quart d’heure plus tard vers les 40 m Pirlo récupère un ballon et le distribue à sa gauche pour changer d’axe. Cassano parvient à effacer un arrière pour tenter une frappe et centrer sur Balotelli qui ouvre le socre d’une tête rageuse: (1-0)
A la 36e minute, Balotelli hérite d’un ballon qu’il frappe d’un coup de canon: but! (2-0)
Balotelli enlève son maillot et nous fait une Cantona, à savoir un arrêt sur image pour recevoir les acclamations. Balotelli a récolté aussitôt un carton jaune. Il fallait bien que l’arbitre français se distingue. Pourtant, il y a la lettre et l’esprit. L’arbitre, c’est tout se qui reste à la France quand on arrive en 1/2 finale.
L’Italie a joué son jeu, un football des années 1960-1970. On n’invente rien en football. La base du jeu est simple.
Il suffit de déployer son jeu comme un oiseau ses ailes, avec une bonne base défensive. Facile à dire, difficile à faire.
L’entraîneur italien connaît bien le football. Cela fait plaisir.
Alors que tous les Italianophobes français prédisaient l’enfer aux “Ritals” les voilà au seuil du paradis.
Les Français n’avaient rien à faire en 1/2 quand on voit que l’Allemagne s’est faite humiliée par les Italiens, tous des joueurs au très fort mental. Et bien sûr très bons techniciens. Balotelli a eu deux ballons qu’il a transformé en buts. Rien n’est plus difficile.
Sur TF1 l’Alsacien Arsène Wenger et le Basque Lizarazu ex Bayern Munich étaient pour les Allemands, on le percevait très bien.
Lizarazu a dit qu’il trouvait “lent” (sic) Pirlo. Il a dit aussi que Balotelli “ne cadrait pas toujours". (Pendant les pubs, Lizarazu sévit aussi. On se croirait en 2002 ! L’une des pires époque du football français, 10 ans avant 2012. Un anniversaire quoi !)
Pour Wenger et Lizarazu rien n’était plus beau que l’Allemagne.
A 2-0, ils ont rangé leur chapeaux pointus et leurs cotillons verbaux pour enfin taire leurs couplets pros allemands.
Les Allemands n’ont rien démontré. On eût la France. Les Allemands ont été balotté par Balotelli.
Balotelli dit Super Mario n’est plus un fantôme comme certains ignaraient l’appelé.
L’Allemagne n’a pas pesé lourd face aux Italiens.
Quand j’ai vu Balotelli fêter son second but, je n’ai pas pu penser à Jesse Owens.
En 1936, l’américain Owens était le héros des Jeux de Berlin.
En 2012, l’Italien Mario Balotelli envoie l’Italie en finale de l’Euro.
J’espère que Benzema a vu le match. Tous les grands attaquants se font remarquer dans ce tournoi, sauf Benzema: Ibrahimovic, Ronaldo, Shevchenko…
Tirer vos conclusions. Benzema est un vieux à côté de Balotelli, 21 ans.
Wenger et Lizarazu étaient tout tristounet en fin de match.
Les Italiens ont renvoyé leurs favoris à la maison…
Ce n’est pas le nouvel attaquant d’Arsenal, Giroud, qui va pouvoir supporter la comparaison avec Balotelli. On ne compare pas une buffet Ikea avec une fusée supersonique.
A présent: “Aux suivants !” C’est à dire à l’Espagne.

Italie
Buffon/ (10) Héros
Chiellini (8) Soldat
Bonucci(8) Soldat
Barzagli (8) Soldat
Balzaretti/ (8) Soldat
Pirlo (10) Virtuose
Marchisio (7) Soldat
Montolivo (7) Soldat, puis (64e) Motta (6) Soldat
De Rossi/ (7) Soldat
Cassano (7) Soldat, puis (58e) Diamanti (7) Soldat
Balotelli (10) Héros, puis (70e) Di Natale (5) Soldat

Sélectionneur: Cesare Prandelli (10) Soldat et héros. Ce n’est pas lui qui sélectionnerait des fausses vedettes comme ses homologues français. Lui, il prend des joueurs qui servent le football et la Squadra et non pas des joueurs qui se servent de la sélection nationale pour être encore payé plus cher en club. L’équipe de France n’est qu’un tremplin pour la notoriété médiatique quand la Squadra Azzura a un rang à tenir.

Allemagne
Neuer - Lahm, Badstuber, Hummels, Boateng - Khedira, Schweinsteiger - Podolski, Ozil, Kroos - Gomez.
Sélectionneur: Joachim Löw

28.06.12

Permalien 19:05:20, Catégories: FORZA ITALIA !, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Le rendez-vous des virtuoses: Ozil va jouer face à Pirlo

Ozil et Pirlo sont face à face ce 28 juin 2012. C’est un grand cadeau visuel. Je plains les pauvres d’esprit qui croient que le football est “un jeu où 22 cons tapent dans un ballon…” Ne pas apprécier Ozil et Pirlo c’est passer devant un Vermeer sans le regarder. Regarder ne suffit pas, il faut voir. Ozil et Pirlo sont des êtres supérieurement sensibles et inteligents. Ils ne sont pas prétentieux comme la marmaille que sélectionne Laurent Blanc. Vous avez remarqué quand il y a l’Euro, plus personne ne parle politique, cinéma ou chanson !

***Andrea PIRLO (Juventus Turn, milieu offensif)
né le 19 mai 1979, à Flero, Italie

“Pirlo est un génie il fait ce qu’il veut avec ses pieds". Ce n’est pas moi qui le dit mais sa Sainteté Johan Cruyff 1er. Je pense la même chose. Si vous êtes faché avec le football faites-vous offrir le DVD du quart de finale Italie-Angleterre vous y verrez toute la beauté du football distillée par Andrea Pirlo qui a varié les passes longues et courtes, en deviation ou en profondeur. Sa vista n’a d’égale que son toucher de balle. Une vitesse d’exécution supersonique. Laurent Blanc devrait donner 100 lignes à Nasri: “Je me prends pour Pirlo et Ozil mais je ne suis même pas Nasri.” Quand je vois jouer Pirlo, je ne peux plus dormir ensuite car j’ai l’esprit trop éclairé par sa lumière. Contre l’Angleterre, il nous a sorti un match du niveau de celui de Zidane contre le Brésil en 2006. On pourrait écrire : voir Pirlo et mourir. Va-t-il encore nous épater contre l’Allemagne ? Seul les virtuoses peuvent reproduire l’excellence. Pirlo n’interpréte pas du Mozart ou du Puskas, il joue du Pirlo. A 33 ans, il a une fin de carrière qui connaît une apothéose.

***Mesut ÖZIL (Real Madrid, milieu offensif) né le 15 octobre 1988 à Gelsenkirchen (Allemagne)

Agé de neuf ans de moins que son pendant italien, Ozil est un joueur hyper intelligent. Je pensais que Gourcuff jouerait comme lui mais hélas le Français a une déficience de mental. Son football a disparu des écrans. Ozil lui enchaîne les matchs avec une régularité dans les performances. C’est la constance qui fait les grands joueurs. Marquer deux buts contre Man U comme Nasri puis devenir anonyme pendant des mois fait de vous un joueur quelconque. De nos joueurs les joueurs moyens ont le cigare parce qu’ils gagnent plus que Platini à son époque. Ozil est un enchantement. Il trouve vite la solution et ne porte pas le ballon ce qui évite le regroupement des adversaires. Il a une très belle harmonie de gestes avec une coordination parfaite, course + lecture + prolongement du ballon à un partenaire. Sa vision de jeu est un rayon laser en état de marche. Son regard phériphérique rappelle les yeux de Peter Lorre et de Brassaï.

PS: Christophe Lemaitre a conservé jeudi 28 mai 2012 son titre de champion d’Europe du 100 m, à Helsinki en 10″09. Notre compatriote Vicaut a terminé deuxième (10″12). Toutes mes félicitations.

Permalien 16:29:27, Catégories: FORZA ITALIA !, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Le lumineux Andrea Pirlo est attendu comme le Messi

A mes yeux, la plus belle finale serait Espagne-Italie mais attention l’Allemagne a latinisé son fond de jeu avec des joueurs qui ont un toucher de balle hyper créatif. Nous ne sommes plus dans la catégorie rouleau-compresseur. Ozil est ma référence allemande. Les N°10 sont mes joueurs préférés. Je précise tout de suite que tous les postes du damier footballistique sont importants. On ne peut pas se passer d’un seul poste. C’est toute la beauté de ce sport qui n’est pas le sport roi. Des universitaires salissent toujours le football mais le football c’est la vie. Il faut parler de la qualités des hommes. Le football n’a absolument rien à se reprocher. C’est comme la peinture, la littérature ou le cinéma. N’écoutez pas les imbéciles qui condamnent le football. Ils n’y connaissent absolument rien. Est-ce que je parle de biologie sur mon blog ?

28 juin 2012, 20 h 45
1/2 finale Euro
Italie-Allemagne
Souhait: Italie 3-2 Allemagne^
Nous allons assister à un nouveau duel entre les deux pays les plus titrés d’Europe. Jamais l’Allemagne n’a battu l’Italie dans un tournoi majeur:
Palmarès de l’Allemagne:
3 Coupes du Monde (1954, 1974, 1990)
3 Euros (1972, 1980, 1996)

Palmarès de l’Italie:
4 Coupes du Monde (1934, 1938, 1982, 2006)
Euro 1968

Ceux qui ne sont pas contents de la domination espagnole non qu’à contester leur suprémtie sur le terrain.
Au football, il faut gagner. Ceux qui vous disent le contraire ne sont pas des compétiteurs.
L’Espagne a une façon de jouer, basée sur le pressing, la récupération, la conservation du ballon, l’usure mentale de l’adversaire, l’ensemble étant représentait par un groupe de joueurs à la technique et au mental irréprochables. Ils sont ultra disciplinés. Les Bleus eux jouent au football simple-messieurs.
C. Ronaldo ne sera pas le prochain Ballon d’Or.
Non pas parce qu’il est mauvais mais parce que les instances internationales lui demandent plus qu’à Lionel Messi. CR7 devait gagner l’Euro pour l’obtenir. Messi n’a rien gagné en 2012 mais il reste le favori alors que Ronaldo (Real Madrid) a gagné la Liga devant Messi (Barcelone)…
Je suis pour décerné cette récompense à un joueur de talent qui en plus a remporté un ou plusieurs titres dans la saison.
Qui peut avoir le Ballon d’Or à venir:
Casillas, Iniesta, Xavi (il paraît carbo)/ ESPAGNE
Ozil ou Khedira (Champions d’Espagne 2012 avec le Real Madrid)/ ALLEMAGNE
Buffon ou Pirlo (Champions d’Italie 2012 avec la Juventus Turin/ ITALIE

Grâce à Ozil et Khedira, voir Klose, c’est la première fois que je ne hais pas l’Allemagne qui nous a fait tant de mal en 1982 et 1986, sans parler de 1954 (contre la Hongrie de Puskas), de 1974 (contre les Pays-Bas de Curyff et Neeskens) et 1990 (contre l’Argentine de Maradona).
Heureusement que Maradona a battu les Allemands en 1986 !

Le nouvel entraîneur de la Squadra Azzura, Cesare Prandelli a remis d’aplomb la sélection nationale quand tout le monde a une nouvelle fois de plus craché sur le football italien cible de toutes les critiques car les magouilles y foisonnent. Et ailleurs est-on sûr que cela soit si propre ? Prandelli fut un footballeur pro moyen mais très apprécié par les joueurs qui avaient plus de talent que lui. Dans les vestiaires, les stratèges lui parlaient sans cesse alors qu’il était remplaçant.
Il a reconstruit la Squadra dans un bon esprit, celui de la discussion ouverte sur fond de solidarité permanente.
On a vu que les anciens encadrent Balotelli. Si l’attaquant de Man City jouait pour la France, il aurait fait je ne sais quoi. Avec les Italiens, il ne fait pas de mauvaises vagues. C’est mon souhait aussi.
L’Italie développe beaucoup de jeu. Un football hyper ludique, alerte sans oublier la partie défensive.
Allemagne-Italie c’est Porsche contre Ferrari.
La force indestructible d’apparence (Porsche) contre l’art pour l’art (Ferrari).
J’avoue que les deux me plaisent mais je suis 100% pour l’Italie.
Ce soir, je vais regarder le match avec les grandes ombres tutélaires: mes grands-parents piémontais, Garibaldi, Verdi, la Renaissance, Dante, les joueurs du Torino morts à Superga, Rivera, Sandro Mazzola, G. Agnelli, Fellini, Pasolini, Toto, Tabucchi…
“Quand j’ai été nommé sélectionneur. Il fallait d’abord rapprocher les gens (…) Le football n’est pas à côté de la vie (…)” (Cesare Prandelli, actuel sélectionneur italien, ex partenaire de Michel Platini à la Juventus Turin.)

[Post dédié à Eric Cantona]

Permalien 15:38:13, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Sergiu Celibidache s'interpose au milieu d'Espagne-Portugal

Né le 28 juin 1912, le chef d’orchestre Sergiu Celibidache est le contraire des m’as-tu-vu du XXe siècle. Quand j’ai zappé, j’a cru voir Vincente Del Bosque à la baguette !

Quand je m’endors pendant un match c’est que le match est fermé à double-tour. Ce fut le cas de la 1/2 finale ESPAGNE 0-0 Portugal, un vilain match nul par rapport au 1/4 ITALIE 0-0 Angleterre.
Ronaldo a passé son temps au sol. Il s’est “nasrifié” ! Certes, il a été chargé à la hussarde mais d’habitude il tient mieux sur ses jambes. Le football actuel est inhumain: Ronaldo a joué presque 70 matchs dans la saison. Il n’est pas le seul. C’est trop. Il y en a au moins 20 de trop. Je connais des joueurs qui ne veulent pas devenir international car les matchs en Bleu sont vus à la loupe. Si vous les ratez, on vous flingue sur la place publique. Mieux vaut rester en club. Regardez Paul Scholes, en vieillissant il a renoncé à porter le maillot au Trois Lions pour jouer le plus longtemps possible avec MU. Je me demande comment font les Espagnols et les autres aussi pour gambader comme des lapins en fin de saison… Allo ? Yannick ? Non, non, je ne conteste pas le talent de Iniesta, Nadal et Alonso. L’Espagne est un pays de vrais passionnés de sport. Chez nous, ce n’est pas vital. Sauf chez des gens comme votre serviteur. Et sans doute vous car pour venir chez moi, la route est longue et pleine d’embuches.
Je n’ai pas aimé la première 1/2 finale de l’Euro, match claustrophobique.
J’ai zappé et suis tombé sur Arte: Portrait du chef Sergiu Celibidache, spécial centenaire, diffusé mercredi 27 juin 2012, à partir 21h45.
J’en ai pris plein les yeux, le cerveau et le coeur. J’adore ce monsieur, hélas disparu.
Pour le centenaire de sa naissance Arte a donc fêté le roumain Sergiu Celibidache par le biais d’un portrait du maestro furioso.
Le chef d’orchestre roumain était tout simplement génial.
Un intervenant a raconté cette histoire:
“Un jour, jeune homme, j’arrive chez lui, et Sergiu Celibidache voit que je regarde une corbeille avec des pommes. Il me dit de me servir. J’en ai donc pris une que j’ai mise dans ma poche. Il me demanda pourquoi je la mettais de côté de la sorte. “Je la garde pour la partager avec mon frère.” Alors Sergiu Celibidache m’en donna deux autres. Une pour mon frère et une pour manger tout de suite…”
Ensuite le maestro signala aux parents du jeune homme que leur fils avait le sens du partage. Cela le rendit tant heureux qu’il ne se soucia même pas des qualités musicales du jeune musicien. Son sens du partage prouvait sa qualité d’âme.
Le fils de Celibidache a raconté que son père a parcouru le monde entier pour diffuser son savoir, à ce sujet il disait qu’on ne savait jamais rien. Et ne sachant rien, l’urgence était de connaître ses faiblesses pour les corriger.
Celibidache père était un bourreau de travail, il écrivait, toujours à la recherche du mot juste.
“Il était généreux mais sans concession” dit une de ses anciennes élèves avec un grand sourire reconnaissant.
Celibidache nommait la faiblesse des étudiants pour les faire progresser.
Dans le documentaire, on le voit enguirlander un néo chef d’orchestre qui dirige sans oreille.
La grosse engueulade est suivie par une musique soudainement divine.
Celibidache donnait de l’argent à ses étudiants car il avait lui-même souffert de ne pas en avoir.
Auprès de Célibidache j’ai trouvé tout ce que le choc Espagne-Portugal ne m’a pas donné.
Espagne-Portugal, quand j’y revenais, ne concernait pas le public, hormis les natifs des deux pays concernés.
Voir Xavi quitté les siens, exténué ne m’a pas fait sauter au plafond. Ce fut comme si Celibidache quittait son orchestre en pleine symphonie. Celle contre le Portugal fut inachevée.
A la mort de Celibidache, on a retrouvé plein de partitions inédites qu’il n’a jamais jouées.
Celibidache aimait la musique en direct avec les musiciens et le public.
Il était contre les enregistrements sonores, de la mort en conserve.
Je suis fier d’avoir été son contemporain.

*Sergiu Celibidache. Maestro furioso
par Norbert Busè (que je félicite)
A voir sur les sites qui rediffusent.

[Post dédié à Joao Carlos Martins]

Permalien 15:02:56, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Ronaldo est trop seul au Portugal où Nani est décevant

CR7 est trop seul au Portugal comme le furent en leur temps Eusebio puis Figo. C’est pour cela que le Portugal n’a pas de titre. L’Espagne c’est un groupe. Tous les Espagnols de Del Bosque sont de grands footballeurs et au milieu de terrain ils savent aussi marcher sur l’homme, ils n’ont pas que des Mozart. De plus, leurs remplaçants sont aussi bon que les titulaires, on ne voit pas la différence. Seules les équipes collectives passent les 1/2 finale.

Seul Maradona est parvenu à gagner la Coupe du Monde tout seul ou presque.
Qui peut me citer des joueurs de 1986 à part Maradona ?
Le Brésil 1958 c’est Vava, Didi, Garrincha, Gilmar, Pelé…
Le Brésil 1962 a gagné la Coupe du Monde sans Pelé, tout de suite blessé, c’est dire…
Le Brésil 1970 c’est Gerson, Jaïrzihno, Tostao, Rivelino, Pelé…
Le Portugal 2012 c’est quoi ? Ronaldo, Coentrao, Rui Patricio (gardien), à la limite Pepe, et puis c’est tout. Nani est décevant. Nani, Nasri, même combat. Il se cache pendant les 3 quarts des matchs. Deux dribbles et puis bye bye. Avec la surveillance accrue sur Ronaldo qui a pris des coups espagnols, Nani aurait dû prendre des espaces. La seule fois où il a réussi, l’arbitre l’a freiné de manière injustifiée.
Donc le Portugal a un réservoir de joueurs trop faible.
C. Ronaldo ne gagnera jamais un titre majeur avec le Portugal. C’est quasi une incertitude.
On annonce Nani à la Juventus Turin. S’il veut quitter Man U qu’il s’en aille.
Je le croyais capable de hausser son niveau de jeu mais il l’a haussé d’à peine 10%. N’est pas Ronaldo qui veut.
Hier à la fin du match, on a vu que Ronaldo était triste et furieux de quitter le tournoi.
Nani, lui, était juste un peu contrarié de ne s’être pas mis en évidence.
Nani à Man United va nous flamber 15 jours après rentrer dans le rang. Il n’est pas assez régulier. Des joueurs comme Carrick assure à 90% dans la saison. A tout choisir, je préfére un grand ouvrir du football qu’un frimeur qui gare sa Porsche pour aller jouer au Casino. Mes origines n’incitent à aller dans ce sens.
Ce que j’aime chez Ronaldo c’est qu’il a aussi la dimension de l’ouvrier. Lui, il va au mastic. Nani joue avec des gants blancs alors dès qu’ils sont tachés on ne voit plus que ça.

Permalien 11:19:06, Catégories: LE GYM E BASTA, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Comme Evra qui recherchait "le traître" en 2010, Lloris recherche l'auteur des fuites en 2012.

Les Bleus ont changé de capitaine, d’Evra à LLoris mais l’ambiance n’a pas changé, elle. C’est l’impression que ça donne.

L’heure du bilan a sonné pour Hugo Lloris dans L’Equipe:
-"On a eu une discussion dans laquelle on s’est dit les choses, et on est repartis. (…) Un truc comme ça doit rester dans le vestiaire. C’est aux joueurs de faire la part des choses et de faire en sorte que cela ne soit pas su immédiatement à l’extérieur. Parce qu’après tout va très vite, et ça ne rend service à personne, ni à l’équipe ni aux joueurs concernés. C’est notre vie de groupe, notre vie de vestiaire, ça ne regarde personne ! (Agacé.) C’est là que tout cela me dérange vraiment. Parce que ce n’est pas la première fois que ça arrive. On sait qu’on a un groupe jeune et fragile. Après, la question est de savoir si ces fuites sont volontaires ou pas. On se demande, parfois. Celui qui balance ce genre de choses sait que cela va avoir un impact négatif sur l’équipe. Après son but contre l’Angleterre, (Nasri] a exprimé certaines choses. Cela lui appartient. Cela lui a peut-être joué des tours, d’ailleurs, parce qu’il s’est mis une pression supplémentaire, et son devoir de performance est devenu plus élevé. Le problème, c’est qu’il a été dans le viseur, et que cela a touché indirectement l’équipe.(…). Après l’Espagne, c’était un problème entre lui et un journaliste, qui lui a dit “casse-toi”. Je ne cautionne pas les propos de Samir en réponse, il s’en est excusé depuis, d’ailleurs. Mais je trouve inadmissible qu’on résume le comportement de l’équipe de France à cet incident. (…) Résumer le comportement de vingt-trois joueurs à deux incidents, c’est profondément injuste".
Après la fuite du clash entre Domenech et Anelka, en 2010, Evra avait dit qu’il recherchait le traître qui avait balancé la dispute dans les médias.
Bis repetita en 2012… Cette fois c’est Lloris qui s’inquiète des fuites.
Il y a un ou des sous-marins chez les Bleus.
Tout ça n’est pas joli joli.
A lire, le reste de l’interview du Nissart, mon pays:
http://www.footmercato.net/equipe-de-france/l-euro-les-cas-nasri-et-menez-lloris-dit-tout-et-livre-son-bilan_87316

Permalien 10:27:48, Catégories: GRANDE DAME  

Que les Bleus de Blanc s'inspirent des footballeuses françaises

Voilà une belle image du football, celle de la camaraderie. Les footballeurs, eux, sont incapables de résister à la pression. Ils ont peur de tout- des adversaires, des médias, du public. Tout ça parce qu’ils ont une valeur surcotée. On les monte au sommet alors qu’il tire la langue dès le second étage.

Les multimillionnaires de l’équipe de France masculine sont vulgaires, antipathiques.
Et surtout pas géniaux balle au pied.
Ils sont bons quand ils jouent à l’étranger dans de grands clubs.
Loin de la France, ils marchent en rang comme des petits garçons.
Il faut dire que lorsqu’ils sont dans des vestiaires où il y a van Persie, Fabregas, Agueiro, Kompany, on se demande bien ce qu’ils y font. Ils ne la mouftent pas. Merci à l’arrêt Bosman.
Dès qu’ils sont sous l’égide de la FFF c’est le grand bordel.
Depuis le départ d’Aimé Jacquet, finalement, on n’assiste qu’à un vaste déplacement de Barnum.
Le football est devenu si important que lorsqu’il y a la Coupe du Monde ou un Euro, le pays est sous cloche.
La FFF devient alors la seule vitrine. L’Elysée, Matignon, la chambre des députes, le Sénat, plus rien ne compte.
Tout passe après Clairefontaine qui devient la première résidence de France.
Je n’exagère pas !
Après la guerre de 1939-1945, l’Allemagne a amorcé son renouveau après sa victoire en Coupe du Monde 1954.
Margaret Tchatcher s’est servi du football pour redorer l’image de l’Angleterre après le Heysel. Aujourd’hui, toutes les chaînes s’arrachent les matchs de Premier League.
Tout est de l’ordre du symbolisme mais ignorer l’impact du football n’est pas grand signe d’intelligence.
Quand on remet le prix Goncourt à un écrivain, Drouant reste un restaurant.
La littérature n’a pas l’impact populaire du football.
On n’écrit pas un livre à onze et plus, sauf les dictonnaires.
Quand on regarde les footballeuses françaises on est face à de jeunes femmes très sympathiques, non coupées du public. Elles sont plein d’humour. Elles s’amusent comme avant Platini et Luis Fernandez, ça chambre de tous les côtés, c’est ça le foot, de la camaraderie. Et bien sûr, elles ont beaucoup de talent sur le terrain.
Aujourd’hui, ceux qu’on appelle les meilleurs footballeurs français ne dégagent que de la suffisance.
Il suffit de trois ou quatre éléments pour tout gâcher.
C’est comme quand vous lavez le linge, un vêtement rouge avec du blanc, ça abîme tout.
L’équipe de France A fait honte à la France depuis 2008.
Les matchs amicaux cela ne compte pas, c’est une émanation du narcissisme.
Les trois derniers tournois internationaux (2008, 2010 et 2012) sont des fiascos.
Les dirigeants ont dit qu’atteindre les 1/4 c’était le but demandé.
Nous sommes devenus aussi compétitif que Malte, Chypre, San Marin et les iles Féroés.
D’aucuns réclament des sanctions. La seule sélection c’est la non sélection.
A part Lloris, aucun joueur français actuel ne devrait avoir la certitude d’être titulaire.
Blanc a installé Rami-Mexès. Pas trés convaincant.
Il a préféré Clichy à Evra. On a perdu au change. Dès le début du match contre, Clichy a provoqué un penalty non sifflé sur Fabregas.
Ribéry s’est tu parce qu’il avait trop parlé en 2010.
Le milieu de terrain n’est pas brillantissime.
Il n’y a pas de créativité.
L’attaque a été muette: Benzema 0 but, 2 passes décisives.
Tout reste à faire avec ou sans Blanc.
On a avancé de trois cases pour recruter de cinq.
Blanc est jeune, il serait plus à l’aise dans un club où là il serait tout le temps avec les joueurs.
Le football n’est pas en cause.
Lors d’Italie-Angleterre, on a vu du football fantastique.
Du début à la fin, jusqu’au salut des Italiens qui se sont déplacés pour venir saluer ceux qu’ils venaient d’éliminer. La pelouse est devenue soudainement un ring de boxe. A la fin du combat.
Le football est grand quand ceux qui le pratiquent sont grands.

L'Espagne héroïque jamais deux sans trois

L’Espagne est toujours dans sa dynamique de la victoire même sans Puyol en défense et sans grand 9. Beaucoup considéraient ce groupe comme fini !

1/2 finale Euro
Espagne 0-0 Portugal
Tirs au but: 4-2

Euro 2008: Espagne vainqueur
World Cup 2010: Espagne vainqueur
Euro 2012: Espagne finaliste, pour l’instant

Les Espagnols sont en finale et pourront défendre leur titre.
L’Espagne n’a plus rien à prouver: il lui suffit de gagner.
Les valeureux portugais leur ont donné une très belle oppositon, bien supérieure aux lamentables français qui ont pour dénomminateur commun la désunion. Les joueurs qui portent le maillot historique avec le coq ressemblent à de grosses abeilles branchées sur leur IPOD, seulement le miel qu’ils ramènent est impropre à la consommation.
L’Espagne a gagné le Portugal et il n’y a rien à dire. Ses joueurs ont marché sur Ronaldo quand il le fallait. L’arbitre a eu un ou deux jugements bizarroïdes en leur défaveur mais il n’y a pas de quoi en faire tout un flanc.
Le seul gros problème du Portugal fut les tirs au but. Ronaldo les craint tellement qu’il a été désigné dernier tireur comme s’il voulait parachever l’éventuelle qualification en finale. Le hic c’est qu’il n’a pas eu à tirer car le Portugal était déjà éliminé sur le tir de Fabregas, heureux comme un Gunner qui joue à Barcelone.
Je n’ai pas pu être triste pour Ronaldo. Quand on est conquérant, on tire en premier.
Le Portugal a fait tirer deux défenseurs et l’un deux à rater sa frappe. Ne l’accablons pas.
Ronaldo n’aime pas la séance des tirs au but depuis qu’il a raté le sien, sans conséquence, lors de la finale de la C1 2008 remportée par Man U.
Nani ? Comme à Man U: un intermittent du spectacle.
Le match n’a pas tenu ses promesses. Il fut beaucoup moins beau que Italie Allemagne.
Dans ce tournoi c’est l’Italie qui me plaît le plus.
Au début du tournoi, j’avais pronostiqué la finale Allemagne-Espagne.
A prèsent, je souhaite Italie-Espagne.

Permalien 06:19:39, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Le seul titulaire indiscutable chez les Bleus: Hugo LLoris

Voilà un très bon choix: Rocheteau, Pires et Lloris. Belle unité: talent + simplicité

Une chose est certaine, la France disputera l’Euro 2016.
Elle n’aura pas à se qualifier car elle organise la compétition.
Ne nous réjouissons pas trop puisqu’en 1998, Aimé Jacquet a mis en garde tout le monde, à savoir que les matchs amicaux n’étaient pas le meilleur moyen pour se préparer.
En tout cas, le sélectionneur en place aura le tapis rouge jusqu’à l’Euro 2016.
En 1998, la France est devenue folle du football pour la simple raison que les Bleus sont allés en finale et qu’ils l’ont gagnée !
On a frôlé la catastrophe plusieurs fois lors de la compétition qui a bien fini pour les Bleus.
En 2012, on voit bien que notre pays n’aime pas le football.
Dès que la France a été éliminée de l’Euro en cours, le pays s’est détourné des matchs, hormis les passionnées.
Les novices n’aiment le football que lorsque la France est dans la compétition.
Ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nationalisme.
Ils n’ont aucun regard pour Ozil et Pirlo.
C’est triste mais tant pis pour eux.
Au train où l’on va, les Bleus en 2016 ne seront pas brillants.
Quatre ans cela passe vite.
Blanc va-t-il rester ? On parle déjà de Didier Deschamps pour le remplacer.
Même si Blanc reste, il partira peut-être en 2014 après la Coupe du Monde au Brésil, si la France y va… quoique pour se qualifier c’est très facile. A part l’Espagne- encore !- il y a la Finlande, la Biélorussie, la Géorgie. Si la France a peur de la Géorgie…
Si la France va au Brésil avec de nouveaux cuistres dans ses rangs, Blanc sera remercié.
Le nouveau sélectionneur n’aura alors plus que deux ans pour préparer l’Euro 2016.
Il y a donc le feu, croyez-moi.
La seule certitude en 2012 c’est Lloris.
A part Lloris, la France n’a aucun titulaire indiscutable.
Il fait honneur à la France et à Nice, sa ville natale.
Quand j’entends les commentateurs hurler “Lloris, le Lyonnais” cela me fait mal aux oreilles.

27.06.12

CR7 Ronaldo et Nani veulent faire rentrer la Roja à la maison

Ronaldo ce n’est pas de l’esbrouffe. Ronaldo c’est un joueur collectif comme l’était Platini, Cantona et Zidane. Ronaldo joue pour l’ensemble, comme Pirlo. Si Ronaldo est devenu une icône mondiale c’est parce que, outre son talent, il est très expressif. On lit tout sur son visage. Lui donne beaucoup, on sait ce qu’il a dans les tripes. Il n’a pas ce visage fermé à double tour, hostile à la foule, comme les internationaux français qui errent sur le terrain sans savoir quoi faire. Ronaldo vibre, il vit les matchs à 100 %. C’est un joueur qui communique avec le public. Le football ce n’est pas le tennis ! Après une très grande saison au Real Madrid, il réalise un grand Euro, à l’inverse de Benzema, une ombre au sein de l’équipe de France à l’agonie devant la Suède et l’Espagne. L’autre grand joueur du Real, Ozil, est lui aussi en 1/2 avec l’Allemagne. Dans l’équipe d’Espagne, le Madrilène Xavi Alonso est aussi bien présent au milieu de terrain.

1/2 finale de l’Euro 2012
Espagne-Portugal, 20 h 45

Ceux qui ne comprennent rien au football se plaignent du jeu de l’Espagne parce que les Espagnols gardent et jouent trop avec le ballon ! C’est un comble ! Eh! oui, les Espagnols jouent avec la sphère comme lorqu’on est avec des copaisn sur la place du village, sauf que eux ils font ça en Coupe du Monde et à l’Euro. Les Espagnols ont ridiculisé la France avec la passe non pas à dix mais à trente… J’en redemande. S’ils font la même chose contre le Portugal, je dirai: Bravo ! C’est le match d’une équipe de contre-attaque (le Portugal) opposée à une équipe qui contrôle le jeu. Les ignares se plaignent que l’Espagne joue lentement mais les adversaires n’ont qu’à les faire bouger ! Les Espagnols savent se faire des passes comme aucune autre équipe au monde. Les incultes continuent de critiquer Ronaldo sans le connaître. J’entends ici et là qu’il serait un être totalement agité qui ne supporterait pas la pression; mais qui sont ces gens qui disent n’importe quoi ? Ronaldo n’est pas un frimeur c’est un orgueilleux, cela n’a rien à voir. Il est parfait dans les vestiaires. A Old Trafford comme à Madrid. C’est fou comme des journalistes pros disent n’importe quoi sur CR7. Il faut savoir ce que l’on veut: moi, j’aime mieux Ronaldo qui assume son rang, même si bien sûr il ne gagne pas tous les matchs. Je n’éprouve rien pour les joueurs qui conservent tout pour eux. Attention, je ne parle pas de Messi car la beauté est contagieuse. Messi et Ronaldo n’ont pas du tout le même caractère.
Messi est un introverti. Ronaldo est un extraverti. Comme ils sont des personnages publics tout est amplifié.
Les deux sont beaux à voir et je ne les opposerai jamais. Vermeer et van Gogh, on le apprécie sans les comparer.

Espagne:
Casillas © (REAL MADRID)/
Arbeloa (REAL MADRID), Ramos (REAL MADRID), Piqué (BARCELONE), Alba (Valence)/
Xavi (BARCELONE), Busquets (BARCELONE), Xabi Alonso (REAL MADRID)
Silva (Man City), Iniesta (BARCELONE)/
Fabregas (BARCELONE)
Sélectionneur: Vincente Del Bosque

Autres joueurs du Real (Albiol) et du Barça (Valdès, Puyol, Alcantara, Pedro)

Portugal:
Rui Patricio (Sporting Portugal/
Coentrao (REAL MADRID), Pepe (REAL MADRID), Pereira(Sporting Portugal), Bruno Alves (Zénith St Pétersbourg)/
Raul Meireles (Chelsea), Moutinho (Porto), Veloso (Genoa)/
C.Ronaldo ©(REAL MADRID), Postiga (Saragosse), Nani (Man United)

Sélectionneur: Paulo Bento

Alors que la France ne parle plus que de Nasri, le football revient au devant de l’actualité grâce à l’Espagne et le Portugal, deux pays dirigés par de bons dirigeants, loin de l’incompétence française qui laisse les joueurs faire ce qu’ils veulent.
Nasri après réunion avec sa famille et son agent a décidé de faire ses excuses.
L’équipe de France est plus forte que Nasri. On n’a pas besoin de lui, ni des autres réfractaires de pacotille. Des Rimbaud de grandes surfaces. Le mieux qu’à faire Nasri c’est d’être remplaçant à Man City.
Le maillot de l’équipe de France ne lui va pas. Il lui gratte le coup. Il n’en supporte pas le tissu.
Et tout ça vient du fait qu’il est incapable de hausser son niveau de jeu.
Quand il a lu dans L’Equipe que Ibrahimovic, Ronaldo, Ozil, Rooney et Pirlo participaient à l’Euro, il a cru qu’il était aussi fort qu’eux. La chute n’en a été que plus douloureuse. Nasri, Benzema et Steve Gerrard ne sont bons que dans les journaux. Au lieu, d’insulter la presse, Nasri devrait dire: “Merci, merci, merci".
Les Bleus c’est Raoul Diagne, Aston, Trésor, Penverne, Tigana, Bossis, Battiston, Amoros, des hommes quoi, pas des gamins pour tournoi de sixte en fin de saison.
Dès qu’on charge Nasri, il disparaît de la circulation alors que Messi résiste à tous les coups.
Il est vrai qu’on ne compare que ce qui est comparable. Nasri n’est pas un joueur décisif.
On voulait voir Nasri sur le terrain et non pas dans la zone mixte pour une guéguerre avec la presse. Quelle misérable comédie! Non seulement, il insulte mais ensuite il s’excuse. Quand je dis merde à quelqu’un, il peut toujours les attendre mes excuses. Et s’il m’avait dit la moitié de ce qu’il a dit au journaliste, il aurait dû courir vite.
C. Ronaldo a toute l’Espagne contre lui. Ronaldo, voilà un vrai grand joueur et non pas une baudruche inventée par les médias français qui ont besoin d’un nouveau vecteur économique pour la vente des journaux.
La Roja a dans ses rangs 9 joueurs du Barça (moins Puyol blessé) qui veulent battre Ronaldo représentant non seulement le Portugal mais aussi le Real Madrid.
Et de surcroît Ronaldo va avoir contre lui 5 joueurs qui sont d’habitude ses partenaires au Real Madrid dont les trois défenseurs Casillas (goal), Arbeloa et Ramos. Au milieu de terrain de la Roja, le Madrilène Xavi Alonso l’aura à l’oeil…
Tout cela fait un match particulier.
L’Espagne en a gros sur le coeur parce que l’UEFA n’a pas voulu que l’Espagne rende hommage à Mike Roqué (1988-2012), le défenseur du Bétis Séville mort du cancer le 24 juin 2012. Les Espagnols s’estiment déconsidérés par Platini car le pt de l’UEFA a permis à la France de rendre hommage à un journaliste (Feu Thierry Roland). L’Espagne va être encore plus motivée, comme si le Portugal avait besoin de ça. (1)
C. Ronaldo ? Tout le monde l’attend.
Ses fans, dont moi, pour qu’il qualifie le Portugal, avec bien sûr l’aide de ses partenaires. Ronaldo est un joueur magique. Ce n’est pas un lambin comme le tricolore qui insulte la presse française.
Ses détracteurs souhaitent qu’il échoue, of course.
Alors que je suis d’habitude pour l’Espagne qui a deux joueurs merveilleux (Iniesta, Xavi), je suis cette fois pour le Portugal.
Ronaldo a reçu sa formation d’adulte à Man United là où joue Nani. Un Red Devil ne peut pas renier deux Red Devils.
L’Espagne veut conserver son titre et remporter un troisième Euro après ceux de 1964 et 2008.
Le Portugal veut gagner son premier titre car son palmarès n’a aucun trophée.
Le Ballon d’Or passe en second dans l’esprit de Ronaldo. Ceux qui disent le contraire, n’ont rien compris au joueur.
C’est un compétiteur acharné: d’abord le trophée collectif. Le reste suit.
Evra a lustré le banc des Bleus.
Rooney est déjà à la maison.
Young a raté un tir au but contre la Squadra Azzura.
Il ne reste plus que Nani, actuel Red Devil, et C. Ronaldo, éternel Red Devil, comme Duncan Edwards, Best et King Cantona.
L’Espagne va devoir se faire un peu plus violence car le Portugal ce n’est pas une bande de bras cassés comme les Bleus de Blanc, champion du monde des matchs amicaux.
Après les insulues, voici le temps des excuses.
Je vous l’ai déjà dit cette histoire augmente la notorité de Nasri. Il sera encore payé plus cher !
La seule sanction possible c’est la non sélection.
La France ça n’est pas 60 millions d’habitants plus Nasri.
Des footballeurs, il y en a plein. Pour être international comme Nasri, il suffit d’enfiler le maillot.
Pour moi, un international c’est Ben Barek, Marche, Vincent, Penverne, Trésor, Platini, Thuram…

(1) Aux dernières nouvelles, vers 17 h 20 l’UEFA a dit qu’ils n’avaient pas été avertis de la demande espagnole. Grotesque puisqu’à 17 h 30 ils étaient avertis ! Le match étant à 20 h 45…

L'entrée des Artistes: Xavi, Iniesta, Pirlo, Ozil, C. Ronaldo. Le prochain Ballon d'Or est parmi eux

Cristiano Ronaldo est à deux matchs d’un trophée majeur. Quand ses détracteurs- jaloux comme de vieux rats- trouvent qu’il plonge, qu’il fait trop de chichis, moi je réponds que le Portugais est le joueur au monde qui reçoit le plus de coups. Et malgré ces “attentats” à répétition, il est très peu souvent blessé. C’est un buteur d’exception. S’il était né en France, ses pires détracteurs seraient à genoux devant lui, prostrés comme devant Bernadette à Lourdes.

Le football c’est Albert Camus et surtout pas Samir Nasri et tous ses clones.
Le football c’est Jean Snella, Albert Batteux, Rinus Michels, Johan Cruyff, Beckenbauer, Piantoni, Jonquet, Garrincha, Socrates, Messi, C. Ronaldo, Pirlo… Et aussi, Francis Isnard, Maurice Serrus, Roger Ricort, René Marsiglia, André Amitrano, Léon Rossi, tous de grands serviteurs de la cause du ballon rond. Ce n’est absolument pas ceux qui se traînent sur un terrain parce qu’ils ne savent pas quoi faire du ballon.
Le milieu du football est devenu comme le milieu littérature, on peut bombarder star une nullité absolue pour en faire une marque soutenue par les grands groupes médiatico-militaires car étrangement ceux qui vendent des armes s’achètent une bonne conscience avec l’édition et la presse, qui sont aussi deux moyens de pression sur l’opinion publique, une guerre avec les mots, cette fois. Restons vigilants. On n’a pas attendu Stéphane Hessel pour l’être.
Maintenant basta ! Trop c’est trop !
Le football appartient au domaine passionnel. C’est pourquoi les avis sont si tranchés.
Mon père m’a tout de suite fait comprendre les termes “hors jeu", lignes blanches de touche…
Bref, se tenir à carreaux.
Le football c’est la vie symbolisée. Voilà pourquoi il fascine tant le monde entier.
Les médias français sont de nouveau obligés de parler du scandaleux comportement de certaines fausses vedettes du sport français au lieu d’évoquer le beau jeu à la française jadis incarné par Kopa, Piantoni, Ujlaki, Platini,, Giresse, Cantona et Zidane. Il va falloir sans doute attendre encore un long moment avant de retrouver un virtuose à moins que Yoann Gourcuff ne revienne au premier plan. Il est temps qu’on lui redonne sa chance dans un vestiaire sans ennemi.
Après l’Afsud 2010, on vient d’avoir droit à l’Euro 2012. Deux hontes nationales pour la France.
Nos ambassadeurs nous crachent au visage, et l’on devrait se taire ?
Les internationaux les plus stupides n’ont pas encore compris que l’EDF était une puissante chambre d’échos.
Sur nos écrans, on a revu les joueurs avec leur casque à musique. Ecoeurant ! Abject ! Minable ! Quelconque !
Platini jouait aux cartes avec ses copains des années 1980. Cela rapproche plus que l’Ipod ! L’Ipod c’est de l’onanisme musical. La branlette des neurones à grand coup de décibels répétitives.
Je croyais qu’ils nous devaient le respect. En fait, ils ont peur de croiser le regard du public.
Le casque dans l’avion pourquoi pas, mais ensuite non.
Quand on marche, il faut entendre le bruit des autres. Le bruit de la vie.
Ils disent que c’est pour la concentration et en match on ne voit que des bras cassés.
Quand on les regarde faire rouler leur valise à roulettes, on a l’impression que leur cerveau est frappé du sigle Vuitton.
La France du football traverse une nouvelle crise avec des dirigeants totalement dépassés par les événements, incapables de gérer l’Euro 2012 après la faillite de la Coupe du Monde 2010.
Et en plus, il y a eu changement de sélectionneur et de président.
Sans révolution totale, l’Euro 2016 en France va être une vraie catastrophe pour ce qui concerne l’équipe nationale.
Le football c’est la grâce.
Les Bleus de Blanc ne sont que pesanteur.
Comme ceux de Domenech, d’ailleurs le nouveau sélectionneur a repris pour beaucoup les mêmes comme si en France il n’y avait qu’une vingtaine de bons footballeurs.
Euro 2008: Domenech demande en mariage sa compagne alors que la France est éliminée.
Wold Cup 2010: les Bleus se mettent en grève.
Euro 2012: quatre Bleus salissent le maillot frappé du coq.
Et en 2014 que se passera-t-il ? Vont-ils frapper le sélectionneur en direct ?
Revenons au terrain, à l’Opéra de l’oeil.

Les 1/2 de l’Euro 2012 récompensent les vrais artites, et non pas les pantins mis sur la pelouse par la FFF.
L’Espagne peut compter sur Xavi et Iniesta.
On ne les a pas encore vus au top. Ont-ils jouer à l’économie ou sont-ils sur le déclin ?
J’opte pour la première hypothése.
Espagne-Portugal… superbe affiche entre deux pays collés l’un à l’autre, ou plutôt le Portugal est absorbé par l’Espagne. Dans d’autres endroits de la planète, l’Espagne annexerait fissa le Portugal qui est une sorte de Corse dans la terre hispanique. Le Portugal nous a donné Fernando Pessoa et Eusebio, issu du Mozambique. Rien que pour eux c’est un grand pays.
“L’Espagne c’est le Barça et le Real Madrid mais sans Messi (Argentine) et sans le capitaine du Portugal (C. Ronaldo…)” m’a dit Antoine Bonifaci, le 26 juin 2012. “Tu enlèves eux, les deux clubs perdent beaucoup et donc l’Espagne ne peut pas compter sur les deux meilleurs joueurs du monde…”
Le Ballon d’Or 2008(décerné alors qu’il jouait à Man U) est en plein boum.
Il n’a qu’un rêve: donner un titre majeur au Portugal qui n’a jamais rien gagné, ni Euro ni Coupe du Monde, même au temps d’Eusebio, la panthère humaine.
Espagne-Portugal peut sourire au Portugal si Nani nous sort un gros match. C’est possible.
En contre, Ronaldo peut gagner le match avec sa vitesse supersonique.
Les Espagnols eux jouent au sol.
L’Espagne a deux joyaux: Iniesta et Xavi.
Le Portugal a un joyau: Ronaldo. Et un intermittent de l’exploit: Nani.

Et Andrea Pirlo ? Ah! quelle classe !
L’Italien nous a régalés contre les Anglais qui sont devenus spectateurs devant lui. Il semble être parachuté des années 1970-1980.
Des ballons distillés au millimètre près. Du caviar en veux-tu en voilà.
Un coup de pied magique. Il m’a enchanté tout le match.
Il a même eu la générosité attentive de laisser tirer un coup franc bien placé à Balotelli, pour encourager la jeunesse.
Le coup franc est parti au-dessus de la transversale. Pirlo n’a rien dit. Il faut bien que jeunesse passe.
Italie-Allemagne. Cela me projette en 1970. Un des plus beaux matchs de l’Histoire.
Pirlo a fait une Panenka comme les grands comédiens quitte la scène ou comme le torero salue la foule les deux oreilles du taureau à la main. Voilà, c’est fini. Aurevoir et merci. Oui, la grande classe. Faut envoyer la vidéo du match à Clairefontaine…
L’Italie a un joyau: Pirlo. Et une jeune qui piaffe d’impatience: Giovinco.

Ozil est merveilleux. Un Pirlo Allemand.
Il va nous enchanter pendant plusieurs années.
Il fait jouer les siens comme Pirlo fait jouer les Italiens.
Ozil est plus sublimal que Pirlo car il joue davantage en passe vives et courtes.
Pirlo, lui, fait tomber ses ballons comme des parachutages. Il a un lancer platinien. Des trajectoires scholésiennes.
Je rêve de voir Platini lui remettre sa médaille de champion d’Europe des Nations en lui disant: “Bravo ! Andrea, tu fais partie de la famille des grands 10″. Et il lui passera la main dans les cheveux. Et lui disant: “Profite bien de ce moment, ça passe vite…” Et moi, je reverrai en surimpression Platini lever la Coupe d’Europe 1984 devant François Mitterrand, aux anges.

Je ne souhaite pas que l’on donne le prochain Ballon d’Or à Messi.
Pour moi, le prochain Ballon d’Or doit récompenser un vainqueur de l’Euro avec un autre trophée déjà conquis si possible car Messi (Argentine, Barcelone) n’a rien gagné d’important cette saison 2011-2012.
Sont donc en course:
C. Ronaldo (Portugal): il a déjà gagné la Liga avec le Real Madrid
Pirlo (Italie): il a déjà gagné la Serie A avec la Juventus Turin. (J’écarte Buffon car il est trempé dans une affaire de paris truqués)
Ozil (Allemagne): il a déjà gagné la Liga avec le Real Madrid
Iniesta ou Xavi (Espagne): pour l’ensemble de leur carrière
C’est la première fois que j’ai des joueurs fétiches présents dans autant d’équipes nationales.
Ces cinq joueurs sont de très grands artistes qui font vivre le ballon, autrement dit qui écrivent du football. Nous n’avons pas l’équivalent en magasin français actuellement.

Pendant ce temps, la France est à la maison avec des joueurs casqués au point d’être sourds aux paroles des aînés.
Le football est un sport collectif avec des joueurs qui sont heureux d’écrire l’Histoire ensemble.
Le football c’est l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et le Portugal. Quatre grands pays de football, de sports. La France n’aime le football que lorsque la France remporte un tournoi.

PS: un correspondant permanent français à Madrid qui n’a que Benzema à la bouche espère que l’Espagne fasse péter un plomb à Ronaldo. Il n’a honte de rien celui-là. Il a dit que “Ronaldo avait craché sur une caméra". Il n’a que ça à dire sur un joueur qui a marqué 86 buts en deux saisons en Espagne… “Il y a toujours un risque avec Ronaldo” à la merci “d’un environnement émotionnel". Du fiel, rien que du fiel. La vérité c’est que chaque demi-finaliste est un vainqueur final possible. Et ça c’est très rare. Au coup d’envoi des deux matchs, il n’y a pas d’équipe faible sur le papier.

Le toucher de balle de Pirlo est l’une des merveilles de la nature. Bon timing, dosage parfait. Il est capable de gagner l’Euro en distribuant du caviar à tour de bras. Petrossian n’a qu’à bien se tenir. Attention, les Ets Pirlo sont de sortie contre l’Allemagne. Deux Mozart sont sur le terrain et font se faire face: Ozil contre Pirlo. Je ne vais plus savoir où donner de la tête. Il ne reste plus que trois matchs. Attention les 1/2 sont souvent de grands matchs car il faut se mettre chiffon pour franchir la dernière marche. Ensuite, la finale est souvent bloquée car une finale ne se joue pas mais se gagne.

[Post dédié à Fernand Sastre]

26.06.12

Permalien 23:53:12, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Chroniques littéraires (1954-1977), de Pascal Pia (Du Lérot)

Pascal Pia a aidé Albert Camus à devenir journaliste. “Sans un certain honneur je ne puis vivre. Voilà l’idée que je me fais de mon métier.” Inutile de vous dire que Camus est l’un de mes meilleurs amis posthumes. Camus a plus fait pour le football que Samir Nasri ne fera jamais. “Le petit prince de Marseille” est hyper protégé par C + qui ne cesse pas de le louer, notamment par un consultant dont je viens d’apprendre qu’il était rémunéré par Arsenal et Liverpool. La déontologie est pour certains un gros mot.

Les chroniques littéraires de Pascal Pia (1903-1979) publiés dans «Carrefour» sont celles d’un insatiable lecteur qui nous ouvre les portes de son monde intérieur. Il y a des gens qui s’acharnent à vouloir rester inconnu comme d’autres sont prêts à tout pour devenir célèbre. Pascal Pia appartient à ces personnages attachants qui passent leur temps à servir la littérature au lieu de s’en servir. N’a-t-il pas réclamé «le droit au néant» ? D’aucuns diront qu’il souffrait peut-être d’une psychose de l’échec. A la fois d’un manque de confiance et d’un besoin de perfection qui l’ont poussé à demander à Gaston Gallimard de ne pas publier le recueil de poèmes « Le Bouquet d’orties » qui était en partance pour l’imprimerie. Unique dans les annales de l’éditeur ! Autodidacte et éternel insatisfait, Pascal Pia a passé son temps à écrire sur les autres au lieu de composer une œuvre avec ses propres livres. Quand il a publié des monographies sur Baudelaire et Apollinaire, il regrettait de ne pas l’avoir fait sous pseudonymes. Son patronyme dans le monde littéraire en était déjà un : de fait, Pascal Pia s’appelait en réalité Pierre Durand. Né le 15 août 1903, le Parisien a eu une enfance très difficile matériellement, orphelin de père mort aux combats, en 1915. Avant d’être journaliste, il a vécu d’expédients et toujours là où on ne l’attendait pas: le facétieux iconoclaste est allé jusqu’à commettre des faux poèmes de Baudelaire et d’Apollinaire pour tromper les plus grands exégètes. Devenu critique littéraire, l’ex mystificateur ne s’est jamais laissé gruger par un talent surfait.
Les éditions du Lérot ont du mérite de mettre en librairie les chroniques de Pascal Pia au temps de son passage à « Carrefour », entre 1954 et 1977. Pour aller vers ce livre, il faut être éperdument amoureux des lettres et de son Histoire. Avant d’accéder à la prose, il faut rogner les pages avec une délicate attention. Moins on est de fous, plus on lit. Si pour beaucoup lire ne sert à rien alors pensez un peu ce qu’ils doivent penser quand on se met à raviver les souvenirs de lectures d’un homme qui dévorait aussi bien Jacques Perret que Vauvenargues et le débutant Patrick Modiano. Cette large ouverture de compas atteste d’un esprit curieux de tous les styles estimés authentiques. N’empêche, Pia n’accorde pas le droit aux écrivains de s’exprimer sur l’augmentation de la plaquette de beurre au Guatemala. Il est pour qu’un auteur ne quitte pas le périmètre de son œuvre, sous peine de passer pour une Marie-Chantal. Le bloc-notes de Mauriac ? Il ne s’adresse « qu’à la population des beaux quartiers». Que reste-t-il de Gide ? « Ses livres qui traitent directement » de son autobiographie. Quand Marcel Jouhandeau lui envoie « Réflexions sur la vieillesse et la mort », en 1957, Pascal Pia se défend d’être un magistrat : « je ne m’attache ni à rendre des arrêts, ni à dresser des listes noires ». Le greffier des lettres parle toujours à la première personne. Ses avis n’engagent que lui. «Le critique n’a pas à traiter les auteurs comme des prévenus déférés à sa compétence, mais à se prononcer sur des œuvres», signale-t-il le 11 janvier 1956.
Ayant renoncé à devenir romancier, Pascal Pia accomplissait pour les autres ce qu’il ne faisait pas pour lui. Ainsi a-t-il œuvré sans relâche auprès de Malraux et des éminences grises de Gallimard pour faire éditer « L’Etranger » de Camus, en 1942. A l’époque, les deux hommes étaient inséparables. Pour remercier Pia de l’avoir fait débuter dans le journalisme, à Alger, entre autres manifestations amicales, Camus lui dédia « Le Mythe de Sisyphe ». Devenu résistant, Pascal Pia anime le journal « Combat » sans grande illusion de pérennité : « Nous allons tenter de faire un journal raisonnable. Et comme le monde est absurde, il va échouer ». Cette aventure journalistique fut si collective que Camus ne signait jamais ses éditoriaux : un acte qui va au-delà de la précaution liée à la clandestinité. Les chroniques de Pascal Pia sont à l’image de leur rédacteur : elle stimule l’intelligence, informant sans jamais lasser. Impitoyables avec les journalistes, Charles de Gaulle a dit de ceux de « Combat » : « Ils sont les seuls honnêtes ».

-Chroniques littéraires (1954-1977)
De Pascal Pia
Préface de Jean-Jacques Lefrère
Avec un cahier de photos inédites.
Du Lérot, éditeur, (538 p, 50 €)

(Cet article est mon portrait du mois dans “Service Littéraire")

Permalien 16:14:00, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

La FFF devrait recréer FRANCE B

Par l’intermédiaire de Maurice Pialat, voici une réponse possible à Nasri et cie.

Quand Nasri insulte un journaliste, il insulte la France puisque le journaliste est un messager de la démocratie.
Comme chaque fois qu’un footballeur se fait remarquer par un fait extra-sportif les médias déclenchent un plan Orsec qui prend des proportions incroyables.
Nasri a jeté de grosses sardines à la presse.
Aussitôt, on s’est mis à parler morale et tout le reste qui va avec. On est moins dur avec un politicien qui vole l’argent public à des fins personnels.
J’ai même entendu quelqu’un réclamer qu’on hisse le drapeau national dans les centres de formation, tous les matins au son de La Marseillaise. Et pourquoi pas les jeunes hitlériennes tant qu’on y est !
Faut raison garder comme on dit.
Le sélectionneur ne doit sélectionner que des joueurs qui recherchent la cohésion.
On se croirait revenu en 2010. C’est du copié-collé.
Quand on a vu jouer l’équipe de France contre la Suède et contre l’Espagne, on a observé qu’il n’y avait aucune création au milieu de terrain. Sans animation pas de jeu possible.
Le Portugal, l’Italie et l’Espagne offrent des ensembles très complémentaires.
Les matchs amicaux des Bleus avant l’Euro n’ont servi à rien, hormis faire tourner la boutique.
Dès que les Bleus sont en Coupe du Monde ou en Euro, ils s’écroulent comme un château de cartes.
Jadis on jouait d’abord en France B pour voir un peu le niveau et le comportement.
C’était un lieu de passage avant d’intégrer la France A. Certains n’y parvenaient pas
Aujourd’hui, la FFF veut imposer les joueurs issus du centre de formation pour dire que la France travaille bien.
Il faut au contraire retourner vers les plus méritants.
Il est inadmissible que le sélectionneur ait le même agent que certains joueurs.
Un sélectionneur ne doit plus avoir d’agent.
On ne parle plus de l’équipe de France que pour ses esclandres:
Coup de boule de Zidane, main de Thierry Henry, l’affaire des comptes falsifiés de la FFF, le Bus d’Afsud 2010, l’affaire des quotas, les insultes de Nasri en 2012…
L’équipe de France est dans le ruisseau.
Nos internationaux sont la pluspart incultes.
A Clairefontaine, il faudrait leur faire aimer l’Histoire, au moins celle de leur sport.
Il faut leur dire que Raoul Diagne, fils de député, fut le premier Noir en Bleu.
Il faut les émouvoir avec le réel.
L’argent a tout pourri.
Certains joueurs louent à trois un jet privé pour faire des voyages éclair Londres-Paris.
C’est révoltant.
Pendant ce temps, les licences à la FFF diminuent. Moins 16 %.
Si j’avais 8 ans, je détesterais le football.
J’aimerais bien qu’un journal aille interroger les parents de Nasri, Ben Arfa, M’villa et Ménez.
On parle d’éducation. Ne pourrait-on pas connaître celle qu’ils ont reçue chez leurs parents ?
C’est la seule qui compte. Elle détermine l’attitude vis-à-vis des autres (écoles, lycées, clubs…)

Permalien 16:05:01, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Une évidence: Samir Nasri n'est plus entraîné par Arsène Wenger

Nasri est tout gentil avec la presse anglaise. C’est plus facile d’être un pion parmi Kompany, Lescott, Kolo Touré, Milner, Barry, Silva, Dzeko, Aguero, Tevez… que de devoir prendre ses responsabilités pour faire gagner la France. Nasri se contente d’être un second couteau en Angleterre alors qu’en France il a explosé en plein vol car ils lui ont donné le premier rôle. N’est pas Kopa, Platini ou Zidane qui veut. Les starlettes de l’actualité n’aiment la presse que lorsqu’elle fait partie de la communication. Dès que l’on s’exprime sur la production des joueurs, ce n’est plus la même chanson…

Raymond Domenech sonne la charge contre les bas du plafond des Bleus 2012 mais n’était-il pas responsable des Espoirs avant de prendre la tête de la France A ?
Maintenant on nous présente Samir Nasri comme si c’était Eric Cantona.
Cela n’a rien à voir. Cantona fut l’un des meilleurs joueurs au monde de son époque. Cantona a relancé le football anglais à lui tout seul. Nasri c’est du Cantona Dry !
Si Nasri était encore un joueur d’Arsène Wenger à Arsenal aurait-il eu ce comportement envers la presse ?
Nasri est désormas livré à lui-même à Man City. Il a coupé le cordon ombilical avec Wenger.
On voit les conséquences.
Comment se fait-il qu’un joueur qui est passé par Arsenal se comporte de façon aussi grotesque en équipe nationale, sachant que tous les focus sont sur les Bleus pendant l’Euro ?
D’aucuns disent que Nasri a progressé à Arsenal ? Dans l’insulte c’est une évidence.
Mal jouer c’est une chose. S’en prendre aux médias c’est se faire Hara-Kiri en direct.
A Arsenal, il était titulaire mais il n’a jamais rien gagné.
Il a suffi qu’il aille dans un club (Man City) où il n’a pas de grandes responsabilités pour finalement remporter le championnat d’Angleterre 2012.
Il a célébré son but face à l’Angleterre comme si c’était la finale de la Coupe du Monde. Il ne s’agissait que d’un match de poule.
L’impact médiatique des derniers coups d’éclat extra-sportifs de certains a reduit à néant les prouesses de Lloris au parfait comportement.
Je vous l’ai déjà dit: notre société médiatique ne parle que des scandales. Nasri est désormais plus connu qu’avant. C’est ce qui compte. Désormais, on va le ranger parmi les rebelles, les indisciplinés. Alors que l’on disait que les joueurs d’Arsenal n’avait pas de mental pourquoi ne s’est-il pas plus affirmé balle au pied à Arsenal ?
Le titre 2012 de Premier League lui est-il monté à la tête ?
Il faut lui dire que son football est très loin de celui d’Andrea Pirlo, lui, un authentique virtuose.
Nasri et quelques autres n’ont pas encore compris que lorsque l’équipe de France joue elle est plus importante que le conseil des ministres de notre république. Je n’exagère pas.
Nasri se comporte bien en club mais pas en équipe de France. Cela veut bien dire que la FFF n’a pas réussi à inculquer l’esprit club.
Le football n’est pas en cause.
Quand un automobiliste commet un carnage au volant on n’interdit pas la route aux autres automobilistes.
Zidane a donné un coup de boule à Materazzi mais Zidane a fait retentir La Marseillaise, comme l’a dit De Gaulle à propos d’Anquetil.
Le football de Nasri, lui, c’est quoi au niveau international ?
La France peut se passer de Nasri et d’autres. Personne n’est indispensable.
La comédie n’a que trop duré.
Sanction financière contre les Bleus qui ont déraillé ? Foutaise, ils sont millionnaires en euros.
Le mieux c’est de leur dire de se contenter de jouer en club.
Au train où l’on va, la France va se faire ridiculisée à l’Euro 2016 sur sa propre terre.
2016 c’est demain. Il faut prendre des mesures et fissa !
Les joueurs qui se moquent de l’équipe de France doivent être exclus à vie.
Le tricotage permanent de Nasri au milieu de terrain, Nasri peut aller le faire cher Damart.
Où es le jeune Pirlo français ?
On veut des vrais joueurs de ballon, pas des éléments formatés par la FFF.
Le pire dans cette nouvelle affaire des Bleus ?
Elle fait plaisir à tous les racistes qui cherchent toujours un os à ronger.
Dommage que Samir Nasri ne lise pas Jim Morrisson, il aurait pu dire au journaliste:
«J’ai toujours été attiré par tout ce qui parlait de révolte contre l’autorité. Celui qui se réconcilie avec l’autorité se met à en faire partie.»

Permalien 14:59:14, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

En 1984, Battiston a simulé une blessure à la fin de la finale de l'Euro pour qu'Amoros puisse le remplacer

La grande émotion de Michel Hidalgo quand il raconte que Patrick Battiston a fait semblant d’être blessé en finale de l’Euro 1984 (France 2-0 Espagne) afin de laisser sa place à Manuel Amoros pour qu’il puisse aussi avoir la joie d’y participer. Et en 2012, des Bleus se désolidarisent sous les caméras.

Un fait est totalement évident.
Lorsque l’Euro- ou la Coupe du Monde- se déroule, il n’y a plus de gouvernement, plus de premier ministre, plus de président de la République.
Nous sommes dans la symbolique, bien sûr.
Le temps de l’épreuve, les équipes nationales sont les ambassadrices des pays.
Alors en 2012 qui est quoi ?
Le Portugal ? Un groupe solide conduit par le capitaine héroïque, Cristiano Ronaldo
L’Allemagne ? Une armée blanche dont les soldats sont prêts à mourir pour le pays
L’Italie ? Un ensemble de personnes ludiques qui n’aiment rien de plus que de feinter leurs adversaires
L’Espagne ? De l’eau qui dort. Sera-t-elle toujours potable au moment du réveil…
La France dans la défaite a montré un visage épouvantable à cause de quelques membres sans classe.
Comme la présence des médias est de plus en plus considérable, on ne parle plus que de Nasri.
Le Bilan de Blanc se résume à la nouve faute comportementale d’un joueur.

[Post dédié à Stéphane Peragnoli]

PS: je vous signale mon album qui porte bien son nom: FOOTBALL NOSTALGIE.
http://www.horscollection.com/site/rubrique_a_la_une_&110&4.html
http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/10/football_nostalgie_hors_collection_et_el#comments

Permalien 10:54:36, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

LETTRE OUVERTE. Messieurs Platini, Hidalgo et Jacquet vous devez sauver l'équipe de France

Il faut remettre Gourcuff dans le circuit et lui redonner confiance pour qu’il soit le dépositaire du jeu tricolore.
Pourquoi ? L’identité française cela a toujours été le beau jeu dans ses meilleurs moments: Kopa, Platini et Zidane.
Dans les années 1990 quand un adversaire faisait mal à Zidane, Lizarazu et Deschamps venaient immédiatement “corriger” le responsable des coups. Quand Desailly récupérait le ballon il le redonnait vite à Blanc qui avait une relance de grande qualité. Il faut revenir à la base du football: faire mieux jouer son partenaire dans l’optique du jeu collectif qui doit primer sur tout.

Les fausses stars nous n’en voulons plus, on n’en a pas besoin.
Il ne faut pas non plus des militaires pour faire régner l’ordre à Clairefontaine.
Il faut tout simplement des joueurs qui servent un vrai projet.
Pour cela il faut repartir sur de nouvelles bases en vue de préparer l’Euro 2016 qui se déroulera en France.
Je prends des joueurs de L1 avec une ossature défensive du LOSC.
Je ne sélectionne que quelques joueurs qui jouent à l’étranger.

Nouvelle charte:
Plus aucune prime, à part celle des sponsors particuliers.
A la moindre incartade- auprès du public, d’un partenaire, d’un adversaire, d’un dirigeant, d’un journaliste- le joueur passera en commission de discipline immédiate et risquera l’exclusion à vie si la faute est avérée réelle.

Lloris (Lyon)/
Debuchy (Lille)
Yanga-Mbiwa (Montpellier)
Koscielny (Arsenal)
Matthieu (Valence)/
Balmont (Lille)
Mavuba (Lille)©
Gourcuff (Lyon)/ (stratège car il sera revenu à son meilleur niveau)
Valbuena (OM)
Rémy (OM)
Mounier (Nice)

Peuvent jouer aussi: Mandanda (OM), Carrasso (Bordeaux), Trémoulinas (Bordeaux), Congré (Toulouse), Flamini (AC Milan), Cabaye (Newcastle)/Payet (Lille), Giroud (Montpellier), Gameiro (PSG), Hoareau (PSG)

Sélectionneur: Michel Platini assisté de Patrick Battiston et Marius Trésor. Conseil de surveillance: Michel Hidalgo et Aimé Jacquet.

Maintenant ça suffit !
Il faut que les grands personnages du football retournent au chevet des Bleus.
Platini doit abandonner la présidence de l’UEFA.
Jacquet et Hidalgo doivent sortir de leur retraite.
Il y a le feu dans la maison France !
Croyez-vous que Fernand Sastre serait content de voir ce qui se passe ?
Laurent Blanc l’a dit lui-même: quand un joueur se comporte mal en sélection c’est tout le groupe qui est touché.
On ne doit pas laisser l’équipe de France s’autodétruire.
Il faut prendre les décisions qui s’imposent: couper les membres malsains afin qu’ils évitent de gangréner l’ensemble.

PS: un coin, des tribunes présidentielles du SDF, baptisé ESPACE ALBERT BATTEUX sera spécialement aménagé pour les anciens internationaux français. 100 places leur seront réservés. Les fauteuils porteront le nom des plus grands joueurs: Kopa, Ben Barek, Delfour, Mattler, Fontaine, Marche, Da Rui, Vignal, Tigana, Bossis, Giresse, Rocheteau… A la fin de chaque match, les joueurs de l’équipe de France seront obligés de venir prendre un verre avec leurs prédécesseurs. A la mort de chaque international, l’équipe de France jouera avec un brassard noir et observera une minute de silence. L’Histoire doit être remise au premier plan.

Permalien 09:55:01, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Vu l'Euro 2012, il faut réhabiliter Raymond Domenech

“Le comportement désinvolte, voire grossier, du milieu de terrain et de l’attaquant tricolores avant et après la défaite face à l’Espagne, samedi, font resurgir les fantômes de Knysna” nous explique GRÉGORY SCHNEIDER, envoyé sépacial de LIBERATION à Donetsk (1), que je remercie ici pour son remarquable reportage qui nous éclaire sur tout.

En voici quelques extraits:
“Samedi soir [23 juin 2012] au cœur de la Donbass Arena de Donetsk, une petite heure après la qualification logique de la Roja espagnole pour les demi-finales de l’Euro au détriment des Bleus (2-0). Rentré en cours de jeu, Samir Nasri passe sans s’arrêter en zone mixte, l’espace dévolu aux échanges entre les joueurs et la presse. Juste avant de monter dans le car, il fait demi-tour, passe sous une barrière et retourne dans le vestiaire.
(…)
Nasri revient, avec l’intention manifeste de ne pas répondre à la moindre question.
Un journaliste de l’AFP insiste.
Nasri : «Vous cherchez toujours la merde. Vous cherchez des histoires.»
Le type : «C’est ça, casse-toi.»
Nasri : «Va te faire enculer. Va niquer ta mère, sale fils de pute. Tu veux qu’on s’explique ? Allez, comme ça, vous pourrez continuer à dire que je suis malpoli…»
Le type recule et se fond dans la masse.”

Ensuite, GRÉGORY SCHNEIDER nous relate des faits “deux heures avant le coup d’envoi” qui sont aussi graves que ceux d’Afsud 2010:
“Lors de la reconnaissance du terrain par les joueurs français (…) Seuls les remplaçants l’ont effectuée samedi. Une bonne moitié d’entre eux donnent alors l’impression de déambuler dans une kermesse battant son plein.
Le milieu Blaise Matuidi fait des photos avec sa famille venue le rejoindre au bord de la rambarde, l’attaquant Jérémy Ménez déboule en claquettes et équipement MP3 avant d’aller se prélasser sur un banc de touche…
Cirque. Quand il voit l’ailier Hatem Ben Arfa entreprendre carrément une conversation - elle durera plus d’une demi-heure - avec son agent assis en bas de la tribune, le directeur administratif des Bleus, Marino Faccioli, devient livide. C’est le grand cirque. En rupture de ban avec une partie du groupe depuis mardi ( Libération de jeudi), Nasri a une discussion animée avec l’entraîneur adjoint, Alain Boghossian. On apprendra plus tard que le joueur demande alors des explications sur sa non-titularisation, la première dans cet Euro. Quelques minutes après, Boghossian dira à un proche : «C’est la merde.»”
Quand on lit ça, on croit rêver. On se dit: “Pas possible…”
Incroyable, oui. Coupe du Monde 2010 et Euro 2012, même combat de la désinvolture.
Il est temps de réhabiliter Raymond Domenech puisque son successeur n’a pas fait mieux que lui au niveau de la dignité comportementale de la sélection française, une nouvelle fois prise en flagrant délit de la démolition du prestige du maillot porté par Ben Barek, Kopa, Platini et Zidane.
Est-ce que Blanc était moins concerné car la FFF ne l’a pas reconduit dans ses fonctions avant l’Euro ?
Voici une récente déclaration de Raymond Domenech(Ouest-France):
-"Épiloguer sur les choix de Laurent Blanc, qui avait opté pour un nouveau remaniement et pour une sécurisation défensive, sur ses changements souvent tardifs ou sur sa difficulté à gérer des ego démesurés, ne ferait que masquer l’écrasante responsabilité des joueurs, écrit Domenech. La vérité est sur le terrain. Nasri ? Le vestiaire se chargera de l’enfoncer. Ménez peut monter une entreprise de démolition, il fera fortune. M’Vila pourrait être son maître d’oeuvre (…) Ribéry ? Il est soit euphorique, soit colérique. Jamais neutre. Et là, il a traversé l’Euro sans émotion visible. Benzema ? En équipe de France, il est seul… et il ne reste pas devant. Il a voulu être le sauveur, c’était mission impossible. Seul, Diarra s’est révolté dans le vestiaire après la Suède. Conclusion : privé d’Espagne (…) Il faudra changer la philosophie de notre éducation sportive et placer le collectif au centre de la formation des futurs professionnels français. Comme le font les Espagnols.”
Bien sûr, il est étonnant d’entendre tout ça de la part d’un ancien de la DTN…
Pourquoi n’avoir pas pris les mesures qui s’imposaient avant ?
De tous les joueurs présents à l’Euro, c’est la délégation française qui une fois de plus a ridiculisé notre pays et les amateurs de football, à cause d’une poignée d’irresponsables.

(1) Lire l’intégralité du papier dans LIBERATION:
http://www.liberation.fr/sports/2012/06/24/nasri-et-menez-bazar-comme-c-est-bazar_828778

Permalien 09:36:50, Catégories: THE RED DEVILS, FOOT FRANCHOUILLARD, CANTONALAND  

Hommage à Sir Alex Ferguson qui lui sait tenir un vestiaire

Je l’ai toujours dit: Manchester United a une Histoire plus importante que celle de l’équipe de France. Et le pire c’est que la France ne s’est pas valoriser la sienne. Y-a-t-il un musée du football français ? A Old Trafford, Man U a son musée. La FFF n’a pas honoré la mémoire de Penverne avant le dernier Allemagne-France. La nouvelle génération se moque de Kopa et de Ben Barek. Tous les jeunes joueurs de MU connaissent Duncan Edwards. Malheur à celui qui se coupe de ses racines. Laurent Blanc a voulu faire venir des anciens à Clairefontaine. A l’Euro 2012, on a vu que cela n’a servi à rien. Jean-Michel Larqué reste inconsolable de la mort de Thierry Roland. Michel Platini était lié avec le commentateur disparu. Et quelques jours après la disparition du journaliste, Nasri insulte un confrère de la presse écrite. Les temps changent.

Gouverner c’est prévoir.
Beckham s’est transformé en Ken de chez Barbie ? “Becks” a été mis dehors des vestiaires d’Old Trafford.
Ince se trouvait indispensable ? Paul a été mis dehors d’O.T.
Stam l’a un peu ramené ? Le Néerlandais a été mis dehors d’O.T.
Veron n’avançait pas et portait le cigare? L’Argentin a été mis dehors d’O.T.
Keane se trouvait indispensable ? “Keano” a été mis dehors d’O.T.
Van Nistelrooy n’était pas content de son sort ? Ruud a été mis dehors d’O.T.
Cristiano Ronaldo se considérait plus important que Man U ? CR7 a été mis dehors d’O.T.
Voilà ce qui s’appelle prendre soin d’un vestiaire.
Dès qu’on viole la tranquilité du vestiaire de MU, Sir Ferguson vire celui qui peut faire mal au groupe.
Il est temps de saluer de nouveau Sir Alex Ferguson. Ma référence absolue. Il maintient un vestiaire tranquille depuis 1986 !
Laurent Blanc devrait appliquer la méthode de “Fergie", d’autant plus que “Lolo” a joué à Man United.
Un entraîneur quand il arrrive et obligé de mettre de l’eau dans son vin parce qu’il est obligé de se farcir au moins cinq ou six joueurs dont il se passerait bien. Tel n’est pas le cas du SELECTIONNEUR qui sélectionne qui il veut. Arrive ce qui devait arriver puisque notre sélectionneur a le même agent que certains joueurs…
Inutile de vous dire que si Nasri était sous les ordres de Sir Ferguson, il ne bougerait pas une oreille?
Les a-t-il bougées avec Wenger ?
Des ignares du football se mettent à parler.
Ils parlent de pression, d’obligation de résultats… Cela n’a rien à voir. L’Angleterre a été éliminée par les Italiens mais les Anglais ont eu un comportement irréprochable.
Chez les Bleus on insulte la presse, l’arbitre, on ne serre pas la main d’un coéquipier.
Tout cela est lamentable et inacceptable. Tout rejaillit sur le groupe.
Laurent Blanc peut être furax. Certains joueurs lui font mal par ricochet.
Nasri se comporte bien en Angleterre mais sous le maillot frappé du coq il a fait deux sorties de route.
J’ajoute que dans notre société cela va lui servir.
En effet, il faut faire scandale pour que l’on parle de vous.
Parle-t-on de Lloris ?
Parle-t-on de Cabaye ?
Est-ce que Valbuena a craché du venin parce qu’il ne jouait pas ?
Il y en a un qui doit être content: Patrice Evra. Au moins, on ne parle pas de lui !
Chaque fois que celui qui risquait de mettre la zizanie a été exclu, l’équipe n’a jamais souffert du départ.
Quand Rooney a voulu partir, “Fergie” a réglé le problème en dix jours.
Merci à Sir Alex Ferguson.

25.06.12

Les 1/2 de l'Euro avec Ronaldo, Nani, Casillas, Xavi, Iniesta, Ozil, Gomez, Buffon et Pirlo...

J’espère que les joueurs de Blanc ont vu Italie-Angleterre. Ainsi ils auront vu la différence entre de vrais professionnels et une bande de fumistes. Les équipes qui ne sont pas collectives ne peuvent pas atteindre les 1/2 finale. On peut faire illlusion au premier tour car il y a trois matchs. Avec l’élimination directe, les imposteurs se révèlent eux-mêmes.

27 juin 2012, 20 h 45
**Espagne-Portugal
E: Coupe du Monde 2010, 2 Euros (1964, 2008). Grands joueurs: Casillas, Xavi, Iniesta
P: palmarès: néant. Grands joueurs: Nani, C. Ronaldo

28 juin 2012, 20 h 45
**Allemagne-Italie
A: palmarès: 3 Coupes du Monde (1954, 1974, 1990), 3 Euros (1972, 1980, 1996). Grands joueurs: Schweinsteiger, Khedira, Ozil, Gomez
I: 4 Coupes du Monde (1934, 1938, 1982, 2006), Euro 1968. Grands joueurs: Buffon, Pirlo, Cassano, Balotelli, Di Natale, Giovinco (s’il joue…)

L'Italie est en mesure de créer la surprise finale

Lors de la Coupe du Monde 1970 a eu lieu Allemagne 3-4 Italie, après prolongations. Je nous souhaite de voir un match de ce genre en 1/2 de l’Euro 2012. L’Allemagne et l’Italie sont les deux pays les plus titrés d’Europe. Deux monuments vont s’affronter. Immense affiche. La France n’a pas sa place dessus.

1/2 finales EURO 2012
PORTUGAL-ESPAGNE, mercredi 27 juin
ALLEMAGNE-ITALIE, jeudi 28 juin

J’ai aimé le football parce que c’était différent que la société. On était tous mélangés dans le vestiaire, fils d’ouvriers, fils de patrons.
De différents horizons. Personne ne revendiquait aucune appartenance hormis celle de servir le club.
On n’était pas catholiques. On n’était pas musulmans. On n’était que des amis amoureux du ballon rond, ce que je resterai jusqu’à ma mort. Nasri ne me dégoûtera pas du football. Nasri se prend pour Cantona mais c’est un Cantona Canada Dry. Cantona avait cent Nasri quand chaque jambe.
Comment se fait que l’équipe de France A ne sait plus faire ce qu’on faisait à Villefranhe-sur-mer dans les années 1968 ? Quelle régression !
Je ne veux absolument pas que le football recrée les codes idiots de la société dans ce qu’elle a de pire.
Le football c’est un art de vivre, une géométrie variable. La vie dans ce qu’elle a de plus beau.
Vous avez-vu le match d’Andrea Pirlo ?
Il n’a pas cessé de réclamer le ballon uniquement par son placement, sans jamais agité les mains.
Il a distribué le jeu, variant jeu court et passes longues.
Il a donné des transversales comme Platini dans les années 1980.
Il n’y a plus que lui, et Scholes, Iniesta et Xavi pour en faire de ce niveau-là.
Le pied n’est qu’un instrument, l’artiste c’est le cerveau.
Il faut mériter l’équipe de France et ne pas y venir comme si c’était un grand magasin.
On n’a beaucoup trop de patience avec des joueurs qui ont le cigare alors qu’ils sont inoffensifs dès qu’il y a un gros match.
Seul le terrain compte. On en a la preuve une fois de plus lorsqu’on regarde les deux affiches des 1/2 finales de l’Euro 2012.
Les quatre pays qui restent sont ceux qui ont offert le meilleur football.
Les Pays-Bas ne formaient pas une véritable équipe à l’inverse de la République tchèque, équipe très agréable à voir jouer. Les Pays-Bas n’ont plus le niveau de 2010.
La France, elle, a été lamentable, hors et sur la pelouse, sauf contre l’Angleterre (par courtes séquences) et l’Ukraine (qui est plus proche du niveau de Malte que de celui du Brésil).
Et pourtant la France n’était pas dans le groupe de la mort.
La Suède, l’Ukraine/ Groupe D ce n’est pas grand chose face au Portugal, aux Pays-Bas et à l’Allemagne/ Groupe B
La France de Blanc ne fut qu’une illusion, un plan média qui a mal fini: chassez le naturel, il revient au galop.
Les Tricolores ont joué la comédie du rapprochement avec les fans depuis la nommination de Laurent Blanc. Ce ne fut que de la communication et donc de la manipulation d’opinion publique. Dès qu’ils sont lâchés dans la nature, d’aucuns se prennent pour ce qu’ils ne sont pas: Nasri n’est pas Maradona. Benzema joue avec Cristiano Ronaldo mais ce n’est pas Cristiano Ronaldo. Ainsi de suite. Lloris joue bien mais il n’a pas l’aura de Buffon qui incarne la joie de vivre, la décontraction, la solidité. Lloris a le masque de la peur en permanence. On dirait toujours qu’il va à la guillotine ou qu’il en revient.
Cela fait des années que l’on voit Nasri à l’oeuvre. A Arsenal, il n’a rien gagné. Aucun pouvoir sur le groupe de Wenger. Et à Man City, il a gagné le titre 2012 grâce à un effectif très solide. Le Français n’a jamais vraiment été titulaire indiscutable avec Roberto Mancini. Bon cessons de donner de l’importance à un intermittent du spectable que les médias institutionnels ont mis trop haut dans l’espoir que son nom dans la titraille fasse vendre des canards comme celui de Zidane qu’ils ne peuvent plus utiliser au quotidien. Les Bleus 2012 puent le fric à plein nez. Ils n’ont rien à voir avec le talent d’un Anquetil, d’un Cerdan, d’un Kopa, d’un Trésor, d’un Platini, d’un Zidane…
Les Français de Blanc sont à leur place: à la maison. Plusieurs d’entre-eux ne sont que des Paris Hilton du football.
Quand on a besoin d’eux, il n’y a personne.
Si au moins, ils étaient humbles, on les pousserait à se transcender mais face à une bande de prétentieux sans leader on a juste envie de leur dire: aurevoir et pas merci. On veut d’abord des joueurs qui se mettent chiffon pendant 90 minutes et plus. Des joueurs qui ne soient pas hostiles au pays dès que retentit la Marseillaise. Quand on songe que la FFF va leur donner 100 000 euros. Et il faudrait en plus les supplier pour qu’ils jouent au football. Les supporters ne sont pas idoits. Ils ne se feront pas avoir éternellement. Il faudrait que le SDF sonne creux à l’automne. Même contre un fortune je ne me déplacerai pas pour voir France- Biélorussie (11 septembre 2012). Pour les qualifications en vue de la Coupe du Monde 2014, la France va rencontrer deux fois l’Espagne. A noter Espagne-France, 16 octobre 2012, et France-Espagne, 26 mars 2013.

Heureusement que le football est présent à l’Euro et que la France actuelle n’a pas pris la place d’une nation plus méritante. Nous se sommes plus en 1958, ni en 1982 ou 1986, voire en 2006. Si la France de 2012 était en 1/2, elle serait le rôle du coucou:
1/ Le Portugal a un vrai collectif. J’ai beaucoup d’amis Portugais. Je ne suis toujours bien entendu avec eux. Ils sont tous des travailleurs acharnés. Ils ont de l’humour et aiment vraiment le sport. Le samedi, ils vont jouer au foot avec ensuite un traditionnel pique-nique. Une vraie solidarité les relie. Leur équipe nationale est soudée comme Eusebio et Figo en tribunes. Cristiano Ronaldo est un véritable grand joueur. Il a les épaules assez larges pour encaisser la pression alors que Benzema est fuyant comme son regard qui ne se pose jamais nulle part. Je n’irai jamais à la guerre avec un joueur de France 2012. J’aurais trop peur qu’il me tire dans le dos. Le Portugal a deux joueurs décisifs: CR7 et Nani, le dernier Red Devil présent à l’Euro 2012. L’ensemble du Portugal est très bien équilibré avec des joueurs complémentaires. Tous sont près à mourir pour leur pays.

2/L’Espagne. C’est Barcelone sans Messi. Barcelone renforcé par des éléments costauds du Barça. Leur milieu de terrain est le meilleur du monde. L’Espagne joue sans avant-centre. Ce dernier n’est là que pour jouer de dos. Torres n’est pas condamnable. Il fait avec la stratégie de Del Bosque. On dit l’Espagne au bout du rouleau. Je n’en crois rien. Ils en ont gardé en réserve. Ils n’ont pas eu besoin de monter dans le rouge face à la France d’un niveau ultra faiblard. La Roja peut compter sur un très grand gardien (Iker Casillas) et sur le duo Xavi-Iniesta, leur John Lennon-McCartney. L’Espagne va libérer les chevaux. Me voilà bien embêté car j’aime les deux équipes. Je reste lié à Cristiano Ronaldo qui nous a tant donné à Man United. Il n’a pas la grosse tête comme certains français qui n’ont pas 1 % de sa classe. Il a réussi à MU tout comme au Real Madrid, ce qui n’était pas évident. De l’autre côté, je suis un grand lecteur du jeu d’Iniesta et de celui de Xavi. Voilà deux joueurs qui apportent énormément à l’Histoire du football. Il faut leur dire merci.

3/ L’Allemagne est hyper concentrée sur l’objectif à atteindre: le trophée de l’Euro 2012. Le groupe est solide, beau mélange de d’espoirs incontestables et de joueurs confirmés. Le sélectionneur à un joyau à la construction: Ozil. Et des buteurs patentés (Gomez, Klose)… Leur entrejeu est hyper solide. Le football allemand n’est jamais tendance mais j’avoue que j’adore leur façon de marcher sur l’homme. De plus, ils ont le sens innée de la remontée du ballon. Leur réalisme est d’une beauté éclatante. Ils viennent, ils claquent et ils s’en vont. Pas un gramme de sentiment superflu. Ils jouent pour la gagne. C’est hyper propre. La génération actuelle n’a plus la légéreté d’un rouleau compresseur. Loin de ce cliché, le football allemand nous a donné des artistes du football, tendance cristaline: Anzi Müller, Overath… et maintenant Ozil. Allemagne est le second favori après l’Espagne. L’apport des joueurs d’origine étrangères apportent beaucoup à la l’équipe nationale.

4/ L’Italie est rayonnante alors qu’on la disait morte ou du moins moribonde.
A la fin, les Italiens sont allés saluer les Anglais. C’était beau, enfin l’esprit du sport.
Ceux qui salissent sans cesse le football italien en ont pris la gueule.
On ne les entend plus. L’Italie a démontré à la France ce que c’était le football.
Les Italiens sont unis comme les doigts de la main. Ils sont ludiques, malins et intelligents.
Ils attaquent pas vagues et se soutiennent dès qu’un des leurs ont le ballon.
L’Italie a marqué les esprits. Balotelli a très bien joué, étant un constant danger.
Il est passé près de marquer un ou deux buts.
On a vu qu’il faisait peur aux Anglais. L’Equipe lui a mis 3 après Angleterre-Italie. Moi, je lui mets 7 car il a paniqué les Anglais pendant 120 mn. De plus, il a réussi le premier tir au but. L’un des plus difficiles car il donne le tempo. L’Equipe a mis 7 à Buffon. Quand on qualifie son pays en 1/2 par l’arrêt d’un tir au but et que l’on fait des parades décisives dans un match on mérite 10.
Au moment du tir au but, il a eu un sourice complice avec Hart, son partenaire à Man City;
L’Italie produit beaucoup d’animation. Ses joueurs ont tous l’intelligence de jeu. Ils varient selon les circonstances.

Pronostics pour la finale, 1er juillet:
Espagne-Allemagne, la raison
ou
Portugal-Italie, le rendez-vous inattendu

Vainqueur
Espagne, pour Xavi et Iniesta
L’Italie, pour Pirlo
L’Allemagne, pour Ozil
Le Portugal, pour Cristiano Ronaldo

Dans chacune de ces sélections, il y a un ou deux très grands joueurs. Des vrais, pas des inventions médiatiques. Les quatre pays qui restent ont tous des joueurs qui pensent vite et qui ont du mental à revendre.

Permalien 13:39:19, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, ANTI-FOOTBALL  

"On a progressé" a dit la pt de la FFF. Oui, dans la vulgarité.

Larbi Ben Barek, Antoine Bonifaci, Roger Piantoni, Robert Jonquet, Armand Penverne… n’ont pas eu droit à tout ce dont bénéficie la nouvelle génération de Bleus qui a tout sans avoir jamais rien prouvé. Quand les gens sont simples et plein de bonne volonté, on a beaucoup de patience mais quand ils sont antipathiques et odieux, il faut être sans pitié. Nous ne sommes plus en face d’adolescents acnéïques. On a besoin d’hommes en équipe de France et non pas d’enfants attardés. Beaucoup de joueurs auraient mérité d’être à leur place et pourtant on ne les a jamais appelés.

Parcours de Samir Nasri (25 ans), en équipes de France:

2002-2003/France -16 ans
2003-2004/ France -17 ans
2004-2005/ France -18 ans
2005-2006/ France -19 ans
2006-2007/ France espoirs
2008 France A’
2007- 2012 France, 35 sélections (4 buts)

Temps passé avec Arsène Wenger à Arsenal:
2008-2011/ Arsenal

Nasri représente la France depuis 10 ans, car il a commencé en 2002, en moins de 16 ans et peut-être même avant. Je l’ignore et je n’ai pas envie d’en savoir plus.
De notoriété publique, Arsène Wenger est un grand éducateur. Samir Nasri ne s’inspire pas de son ancien entraîneur qui pourtant fut son mentor. Nasri doit beaucoup au coach d’Arsenal. Ce n’est pas honorer son temps de passage avec Wenger que de renvoyer une image si déplorable. Il devrait demander des conseils à l’actuel consultant de TF1 pour obtenir quelques règles de savoir vivre. Seuls les grands savent rester humbles: il suffit de voir Messi.
Pour l’avoir vu jouer très souvent, je sais qu’il peut parfois bien jouer mais il n’est absolument pas régulier ce n’est donc pas un grand joueur. C’est un bon joueur sans plus.
Dix ans au service de la France et pour finir par des insultes en direction de la presse alors qu’il doit beaucoup aux médias qui ne cessent pas de le monter au sommet depuis ses débuts.
Jamais Platini n’a insulté Thierry Roland ou Eugène Saccomano.
En plus, les joueurs d’aujourd’hui sont conseillés au niveau média.
L’équipe de France n’a pas besoin de Nasri and co.
Moi, je ne vais plus jamais voir une Equipe de France qui méprise le public.
En 1998, j’ai pleuré en voyant le Brésil au moment des hymnes à Saint-Ouen, avant Brésil-Andorre.
J’étais à trois mètres de Ronaldo. Jamais je n’avais vu jouer le Brésil de près.
Tous les joueurs du Brésil avaient conscience de porter le maillot jadis porté par Pelé et Garrincha.
Ils étaient tous unis. On eût dit qu’ils allaient déjà disputer la finale de la Coupe du Monde contre la France mais il ne s’agissait qu’un modeste match amical.
Quand je vois Ménez, Ribéry, Benzema et Nasri, au moment des hymnes, je vois bien qu’ils ne pensent pas à Kopa ou à Platini.
Quand je les vois, la colère monte en moi tant ils affichent du mépris vis-à-vis de notre drapeau.
Avec leurs yeux, ils nous crachent dessus. C’est la perception qu’ils me donnent.
Mais qui sont-ils ? Ils n’existent pas à côté de Pirlo et Ozil. Leur football est d’une grande pauvreté.
Les footballeurs de l’équipe de France représentent le pays. Cela va au-dela du football.
Ceux qui ne l’ont pas compris doivent être exclus.
Vous savez ce qu’a déclaré le pt de la FFF:
-"On a progressé.”
Oui, dans l’ignominie.

Permalien 00:24:31, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Angleterre-Italie: un grand spectable en PIRLOTECHNIQUE

Il faut envoyer la vidéo de ce match à Samir Nasri, ex Gunner, pour qu’il comprenne ce que c’est qu’un grand dix. Le génial Andrea Pirlo nous a sorti une Panenka à un moment de grande incertitude. C’est la marque des vrais héros. Ce joueur à tout: beau, intelligent et sensible. Un des cinq meilleurs N° 10 de son temps. Il a donné un récital en 1/4 de finale. Des transversales comme on en voit plus. Du caviar à la louche. Bravo et merci, Monsieur Pirlo. Et là nous voyons évoluer un homme et non pas des éternels espoirs sans aucun charisme. Pendant que les joueurs français continuent de nous exaspèrer, Pirlo, lui, exerce son art. C’est la différence entre un véritable artiste et des icônes pour salle d’attente.

24 juin, Euro 2012, 1/4 de finale
Angleterre 0 - 0 Italie
Tirs au but: 2 - 4

Italie:
Buffon © - Abate puis (90e) Maggio, Barzagli, Bonucci, Balzaretti - Marchisio, Pirlo, Montolivo, De Rossi puis (80e) Nocerino - Cassano puis (78e) Diamanti, Balotelli.
Sélectionneur: Cesare Prandelli

Angleterre:
Hart - Johnson, Terry, Lescott, Cole - Gerrard ©, Parker, puis (94e) Henderson - Milner puis (61e)Walcott, Rooney, Young - Welbeck puis (60e) Carroll.
Sélectionneur: Roy Hodgson

Heureusement que le football est vite revenu à la surface de l’actualité grâce à Angleterre-Italie. Il n’y a pas de hasard: ces deux pays se disputent l’invention du plus grand sport au monde que la France s’acharne à salir par le biais de joueurs surcotés qui se servent du football pour amasser des fortunes. La vie est mal faite: Piantoni a gagné moins d’argent que tous les joueurs de Blanc alors qu’il avait plus de talent que l’ensemble français présent à l’Euro 2012. Dès la 3e minute, De Rossi a envoyé un missile de l’extérieur gauche qui est allé mourir sur le montant droit de Hart, frappant l’equerre de la lucarne. Puis ensuite, Buffon fit une parade d’un autre monde avec la main ferme. FAN-TAS-TI-QUE. Grâce à ces deux pays, on a oublié la suffisance des Bleus qui pètent plus haut que leur cul. La France ne parle plus que du comportement d’enfant gâté des Bleus. Nous sommes revenus en 2010. Tout le monde s’en prend à Nasri qui a reçu la formation d’adulte à Arsenal. Il a dû sauter des leçons de coach Wenger. Pendant les hymnes, on a lu la fierté sur le visage des Italiens et des Anglais. Aucun n’a l’attitude négative de beaucoup de Bleus dont la morgue insulte les supporters.
Dans ce quart de l’Euro, le plus beau du tournoi, on a vu de l’animation, de l’envie, de l’entrain. On a vu deux héros: le gardien italien Buffon qui a arrêté un tir un but, entre autres parades décisives. Voilà un gardien qui a un visage expressif en plus de son talent. Il a crevé l’écran, comme toujours, si loin de LLoris qui est aussi fade qu’une pissaladière sans anchois dès qu’un micro arrive. Mieux vaut ne rien dire qu’enfiler les perles. L’autre héros, ce fut Pirlo, stratège italien, comme le sont dans leur pays respectif, Ozil, (Allemagne) et Iniesta/ Xavi(Espagne). En France nous n’avons pas ça en magasin. Pirlo a éclairé l’Italie pendant tout le match. Dans les tirs au but, alors que l’Italie était mené, il a fait une grandiose Panelka qui a relancé la Squadra Azzura. Zidane a dû être content;
Les prétentieux tricolores n’avaient rien à faire à l’Euro 2012. Ils sont allés jusqu’à dire qu’ils auraient dû terminer premier de leur groupe afin de tomber sur l’Italie et non pas sur l’Espagne, mais si les Bleus étaient tomber en 1/4 contre l’Italie, ils auraient encaissé un wagon de buts.
Nous avons vu un très grand match avec des actions offensives incessantes.
Les Italianophes n’ont pas arrêté de dire que l’Italie n’avait plus d’équipe.
C’était oublié l’âme des Italiens. La leur est toujours visible, quand celle des Français est inexistante.

Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE 0-1 PORTUGAL
ALLEMAGNE 4-1 GRECE
ESPAGNE 2-0 FRANCE
ANGLETERRE 0-0 ITALIE

1/2 finale
PORTUGAL-ESPAGNE, mercredi 27 juin
ALLEMAGNE-ITALIE, jeudi 28 juin

Pronostics pour la finale, 1er juillet:
Espagne-Allemagne, la raison
ou
Portugal-Italie, le coeur

Vainqueur
Espagne, la logique
ou
L’Italie, la joie

24.06.12

Permalien 17:18:08, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Cristiano Ronaldo n'est pas Français, hélas !

Quand je pense que je ne dormais plus quand la France de Platini perdait et qu’à présent je suis contre mon propre pays ! Je me sens plus proche de Ronaldo, d’Iniesta, d’Ibrahimovic, de Rooney, de Cassano… Comment aimer des gens qui ne vous aiment pas ? Je ne suis pas maso. Les Bleus de 2012 pensent que Jean Moulin étaient un meunier ! C’est le degré zéro de la culture, le tout fric. Quels mauvais ambassadeurs pour le football ? Au fond d’eux ils n’aiment plus le football. Il s’agit de professionnels dans la pire expression du terme, à quelques exceptions près. Lloris c’est Carnus égaré dans un vestiaire de 2012 ! On se demande si certains ont été élevés… J’ai remarqué que les gens qui gagnent plus d’argent que leurs parents finissent par ne plus tenir compte de leur éducation. Ils se croient supérieurs en tout. A l’inverse de 50% des Bleus actuels, Ronaldo, lui, est fier de porter son maillot national. La FFF ne doit convoquer que des footballeurs qui aiment le maillot porté par Ben Barek, Kopa, Piantoni, Ujlaki, Platini, Trésor, Tigana, Giresse, Zidane, E.Petit… Un sélectionneur n’est là que pour sélectionner des joueurs compatibles entre eux. Les footballeurs qui confondent le football avec le tennis simple-messieurs ne doivent plus être retenus. Quelle perte de temps ! Quelle perte d’energie ! En EDF, il y a beaucoup trop de joueurs plus doués qu’intelligents. Il faut mériter de porter le coq sur sa poitrine. C’est pour cela que pour me protéger j’ai reporté mon affection sur d’autres sélections. Je ne suis pas fou d’aimer des gens qui ne me donnent rien en retour. Je ne les accable pas. Je sais qu’ils sont insolents parce qu’au fond d’eux-mêmes, ils savent qu’ils n’ont pas beaucoup de talent. S’ils ne donnent pas plus c’est qu’ils n’y parviennent pas. Alors, ils se mettent en colère. Je connais un correspond permanent d’un journal institutionnel qui ne cesse pas de dire du bien d’un tricolore pour pouvoir continuer à l’interviewer !

Cela des années que j’entends:
-Ronaldo est prétentieux
-Ronaldo est un fanfaron
-Ronaldo est un frimeur
-Ronaldo ne vaut rien à côté de Messi
-Ronaldo est un pédé
-Ronaldo passe son temps en boîte de nuit
Toutes ses attaques ne sont que des conneries.
Ronaldo est un orphelin de père qui a bien écouté sir Alex Ferguson qui l’a aidé à se réaliser pleinement.

Qualités de Ronaldo:
Mental d’acier
Compétiteur hors normes
Courageux
Fier
Ose des gestes que personne n’osent car ils ont honte de les tenter et surtout de les rater !
Une volonté jamais prise en défaut
Honore les maillots qu’ils portent
Pense 24 h sur 24 au football
Buteur
Passeur
Hyper collectif
Supporte la pression
Fait beaucoup d’entretien physique
A une grande hygiène de vie
Grand exemple pour les jeunes
Sait se remettre en question
Ne s’avoue jamais vaincu
Hait la défaite
Sait partager ses émotions avec ses partenaires et le public
Quand il tire un coup de pied arrêté on dirait un cow boy au moment d’un duel au pistolet
Benzema, Nasri, Ribéry et Ben Arfa ne lui arrivent pas à la cheville.
Cristiano est un vrai champion, lui.
Nos faux champions ne le sont que dans les médias institutionels français qui ont besoin de vedettes pour vendre. Quand ils tombent sur Zidane, tant mieux mais quand ils montent au sommet des joueurs surcotés, ils finissent par ce faire insulter par ceux qu’ils ont inventés!
Quand j’ai vu Espagne-France j’ai eu honte d’être Français.

PS: des Bleus se plaignent d’être sortis de l’équipe par Blanc en plein match alors que Ryan Giggs et Paul Scholes sont souvent rappelés sur le banc par Sir Ferguson sans jamais se plaindre. Et entre eux et Giggs et Scholes, il n’y a pas de comparaison possible !

[Post dédié à Maurice Serrus]

Rooney (Man United) et Balotelli (Man City), le duel des buteurs lors d'Angleterre-Italie

Rooney est un guerrier des pelouses. Il donne tout au-delà de ses propres limites.

24 juin 2012, 1/4 de l’EURO
Italie-Angleterre

Nous devrions assister à un grand match dans l’intensité et la tactique.
Le football italien et le football anglais sont à l’origine du football.
Ces deux pays ont la culture du jeu.
Pour l’instant, en 1/4 de finale, seul le Portugal a bataillé ferme pour vaincre la République tchèque (1-0) grâce à un vrai collectif et à C. Ronaldo qui ne renonce jamais.
Les deux autres 1/4 ne furent pas de véritables matchs tant la différence était trop importance entre les adversaires.
L’Allemagne n’a fait qu’une bouchée des Grecs (4-2), et l’Espagne n’a grillé aucune force face à des Français (2-0) d’une immense faiblesse. Il semble que la génération Nasri soit une génération de transition. On songe à celle de Gérald Passi. Sur TF1, le sélectionneur a dit que les Espagnols n’avaient eu qu’une occasion en première mi-temps et qu’ils l’ont transformée, hélas. Il a oublié de parler du penalty non sifflé dès la 5 minute: quand Clichy a fait tomber Fabregas dans la surface française.
Ces deux matchs-là furent sans grand intérêt.
Tel ne devrait pas être le cas entre l’Italie et l’Angleterre. Dèjà nous savons que leurs joueurs aiment vraiment leur pays. Ils n’ont pas le cul entre deux chaises comme beaucoup de tricolores qui ne manifestent aucune joie ou peine quand ils évoluent sous le maillot de l’équipe de France. Contre l’Espagne, j’ai eu honte d’être français ou plutôt honte d’être défendu ou du moins représenté par des joueurs qui se moquent du monde. Les footballeurs internationaux sont des ambassadeurs. Quand ils jouent en équipe nationale c’est comme s’ils étaient le conseil des ministres en short. Ceux qui n’ont pas compris cette symbolique ferait bien de rester chez eux.

Premier grand joueur noir du football italien, Balotelli est sulfureux comme beaucoup de joueurs de très gros caractère.

Permalien 09:02:20, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, ANTI-FOOTBALL  

2006-2012: six ans de décadence de l'équipe de France

L’équipe de France n’est plus qu’une machine à provoquer des scandales. Alors que les Italianophes ne cessent pas de critiquer le football italien - “des comediens tricheurs"- nous devons balayer devant notre porte:

2006: le coup de tête de Zidane dans le torse de Materazzi
2007: le pt de l’époque de la FFF est accusé d’avoir falsifié les comptes de 2003
2009: la main de Thierry Henry qui contribue à éliminer l’Irlande
2010: affaire avec la prostituée mineure
2010: les joueurs refusent de s’entraîner en Afsud et Domenech lit le communiqué des joueurs
2010: l’ancien médecin de l’équipe de France A (2004-2008) et Espoirs (1992-2004), Jean-Pierre Paclet publie un livre où il évoque les soupçons de dopage concernant certains Bleus de 1998…
2012: Nasri s’en prend à deux reprises à la presse

Les solutions qu’ils ne prendront jamais:
1/ Ne sélectionner que des joueurs qui jouent en L1. Ainsi, ils devront choisir entre leur carrière solo ou l’amour de la France
2/ Ne plus rémunérer les joueurs quand ils viennent en équipe de France. Les joueurs ne toucheraient alors que l’argent des sponsors mais rien de la FFF
3/ Ne seront internationaux que ceux qui sont près à tout donner. Il est pour le moins scandaleux qu’un joueur généreux dans l’effort comme Balmont (Lyon, Nice, Lille) n’ait jamais eu sa chance chez les Bleus

23.06.12

Une France désinvolte se fait jeter de l'Euro par des Espagnols qui ont joué en marchant

France-Portugal EURO 1984. Là on a vu une grande et belle équipe de France. 28 ans après, la France est représentée par des joueurs qui jouent sans aucune conviction. Pauvres supporters qui suivent ce groupe-là. Jouer pour l’équipe de France vire à la corvée. Nos joueurs sont dix fois plus heureux d’évoluer dans leur club à l’étranger.

samedi 23 juin 2012
Espagne 2-0 France
Buts pour la France: Xabi Alonso (17e, 90e s.p.)

Quand Iniesta est sorti ce fut la pire humiliation. Cela voulait dire: pas besoin de laisser notre Rolls Royce au milieu des tacots français.
Si on avait mis les joueurs de Quevilly à la place des gavés d’euros qui nous représentent, on aurait vu des joueurs se mettre chiffon pour l’amour de la France.
La logique est respectée: le Portugal, l’Allemagne et l’Espagne sont en 1/2 de l’Euro. Il s’agit de trois vrais pays de football. On entend le 4e: soit l’Italie soit l’Angleterre. Je suis certain que leur duel sera un duel à la vie à la mort. Un investissement beaucoup plus important.
Tout ça pour ça ? On n’a rien vu !
Lamentable ! Voilà le mot qui convient bien à l’équipe de France lors de cette Euro.
On a vu un peu les Bleus contre les Anglais et puis un peu plus contre l’Ukraine.
Ensuite, rien contre la Suède et rien contre l’Espagne.
A part Lloris, tous les joueurs de Blanc sont surcotés.
Benzema joue au Real Madrid où les deux stars sont Ronaldo et Ozil.
Nasri joue à Man City où les stars sont nombreuses.
Au Real et à Man City, Benzema et Nasri ne sont pas déterminants dans leur club respectif, donc ils ne le sont pas en équipe nationale.
Les internationaux français ont permis aux Espagnols de bien digérés ce qu’ils avaient mangé avant le match.
Les Espagnols ont disputé un match d’entraînement. Ils n’ont jamais forcé leur talent. Ils ont fait mumuse avec la baballe.
Au début du match, Clichy a provoqué un penalty non sifflé sur Fabregas. Nous étions juste à la cinquième minute.
Le premier but est venu sur le côté de Clichy, à la ramasse compléte.
Il n’y a pas eu de match tant les Français de Blanc sont d’une faiblesse rarement vue.
Espagne-France fut le match le plus minable de l’Euro 2012, à cause de la France, sans imagination, sans envie, sans talent, sans intelligence, sans sensibilité. Rien que du vide.
Les Français de Blanc se moquent du monde comme ceux de Domenech.
Où sont les larmes de Tigana ? où sont les larmes de Thuram ?
Les yeux des Bleus de Blanc après l’élimination étaient secs.
Ils partent en vacances avec le gain de 100 000 euros !
Je plains de tout mon coeur les jeunes enfants qui commencent à aimer le football.
Ce n’est pas pour rien que j’aime mieux suivre le Man United de Sir Ferguson que les Bleus de Blanc… finalement je suis comme les joueurs ! Il y a un gros problème en France car ce n’est pas un pays de sport. On ne parle football que du point de vue économique et médiatique. Il n’y a pas la dimension de la rage, de la passion, de la grandeur comme en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Angleterre.
Et dire que des fans sont allés en Ukraine pour supporter ce groupe de grands bourgeois du ballon rond.
Je suis pour n’aligner que des joueurs de L1, des morts de faim, des assoiffés de reconnaissance, des monstres d’orgueil comme Cristiano Ronaldo. Le talent est une chose, l’envie de défendre ses couleurs une autre. J’aime mieux des gars qui se donnent tout que des VRP d’eux-mêmes. Il y a un gros ménage à faire. Ceux qui se croient supérieure à la France ne doivent pas venir à Clairefontaine. Les trois seuls satisfactions de l’Euro 2012 sont Lloris, Cabaye et Ribéry. Lloris a la classe mondiale. Cabaye est un joueur qui a une belle mentalité et Ribéry a enfin mis de la bonne volonté mais il ne faut plus lui donner le statut de Platini et Zidane.
Les joueurs actuels se défoncent plus pour leur club que pour leur sélection.
Je ne suis pas triste que la France de 2012 soit sortie du tournoi alors que sous Platini je ne dormais plus quand la France entraînée par Hidalgo perdait un match important. Zidane lui aussi aimait l’équipe de France et il nous l’a prouvé maintes fois.
Merci à la bande à Platini de nous avoir donné tant d’émotions entre 1977 et 1986.
Merci à la bande à Zidane d’avoir bien assuré la succession.

France:
Lloris ©/ (8) Très bon
Réveillère (3) Quelconque
Rami (3) Sans aucun rayonnement
Koscielny (3) Le dupond de Rami Dupont
Clichy/ (0) Provoque un penalty non sifflé et il est à la rue sur le premier but espagnol
M’Vila (3) Pitbull pas bien méchant puis (79e) Giroud (Non noté)
Cabaye (4) Un beau coup franc
Malouda (1) Peut-on lui demander de prendre sa retraite internationale ? puis (65e) Nasri/ (1) Translucide
Debuchy (0) Un marathonien sans destination puis (64e) Menez (4) Est entré sans grande conviction
Ribéry/ (2) S’agite beaucoup mais il remue du vent
Benzema (0) Sans Ronaldo, sans Ozil, sans Di Maria, sans le Real Madrid il court dans le désert

Séléctonneur: Blanc (5) Fait ce qu’il peut avec pas grand chose.

Espagne:
Casillas ©/
Arbeloa, Ramos, Piqué, Alba/
Xavi, Busquets, Xabi Alonso
Silva puis(65e) Pedro
Iniesta puis (84e) Cazorla
Fabregas puis (67e) Torres
Sélectionneur: Del Bosque

Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE 0-1 PORTUGAL
ALLEMAGNE 4-1 GRECE
ESPAGNE 2-0 FRANCE
Angleterre-Italie, 24 juin

Demi-finale
PORTUGAL-ESPAGNE
ALLEMAGNE-Italie

Pronostic pour la finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

[Post dédié à Ben Barek, Kopa, Piantoni, Trésor, Platini, Giresse, Tigana, Zidane, Jacquet…]

Tauromachie: France-Espagne, en 1/4 de l'Euro 2012

Le jour d’un France-Espagne capital, je vois que la presse français met en une Zinedine Zidane. Cela veut tout dire. Certes, il vient d’avoir 40 ans. Cependant, je note que six ans après sa retraite, personne ne fait vendre les journaux comme lui.
C’est comme au tennis. Les tennismen français sont si mauvais que l’exemple reste Noah vainqueur à Roland Garons en 1983…
Est-ce que nous allons assister à une corrida du football avec la France dans le rôle du taureau ?
Le taureau peut-il se révolter ?
Qui pour donner le coup de cornes ?
Le torero aura-t-il son magnifique habit de lumière ?

23 juin 2012, 1/4 de finale Euro
Espagne-France

Espagne:
Casillas ©/
Arbeloa, Ramos, Piqué, Alba/
Xavi, Busquets, Xabi Alonso
Silva, Iniesta
Fabregas

France:
Lloris ©/
Réveillère, Rami, Koscielny, Clichy/
M’Vila, Cabaye, Malouda/
Debuchy, Ribéry/
Benzema

Exit Nasri, Ben Arfa et Diarra, en tout cas au coup d’envoi.
Evra aurait dû partir en vacances. Il se repose. Tant mieux pour MU.
Malouda ? Si un tremblement de terre survenait, il serait le seul survivant. Chapeau !
Cabaye est-il le nouveau Giresse ? Platini ? Zidane ? Vercruysse ? G. Passi ?
Et Benzema ? C’est Fargeon ou Fontaine ?
Et Ribéry ? Loubet ou Micciche ?
Et Lloris va-t-il encore sauver la baraque ?
Rami et Koscielny ? Houlala, y a du rhume dans l’air…

[Post dédié à El Cordobés]

Contre l'Espagne Koscielny devra bien communiquer avec LLoris...

Contre l’Espagne, Koscielny va remplacer Mexès, suspendu. Le remplaçant prend la place d’un joueur qui n’a jamais su s’imposer titulaire. Ni avec Domenech, ni avec Blanc. Si le Gunner réalise un match héroïque, il va frapper un grand coup. S’il rate son match, on ne lui en voudra pas car on l’envoie au casse-pipe. A 26 ans, il ne compte que trois sélections en matchs amicaux. Pour s’en sortir, il faut un mental d’acier. Debuchy, Cabaye, Martin, M’Villa, rien que des puceaux des matchs héroïques en sélection. Bonne chance les gars !

En 2010-2011, Arsenal a failli enfin remporter son premier trophée depuis 2005.
Hélas, alors que les Gunners se dirigeaient vers les prolongations de la Carling Cup, Koscielny et son gardien se sont rencontrés de manière inattendue et dans le grand badaboum, un adversaire marqua le but victorieux.
En effet, suite à cette terrible erreur de communication entre Koscielny et Szczesny, le ballon arriva dans les pieds de Martins qui ne se fit pas prier pour claquer son pion inratable.
Merci qui ? Koscielny !
Et c’est ainsi que le modeste club de L1 a battu le “grand” Arsenal de Wenger battu par les joueurs d’Alex McLeish, ancien joueur de Sir Alex Ferguson au temps d’Aberdeen victorieux.
Contre l’Espagne, ce 23 juin 2012, Koscielny va jouer le match de sa vie.
Espérons que cela ne vire pas à la catastrophe, à l’image d’Abibal qui reçut un carton rouge lors de la France-Italie (0-2) de l’Euro 2008. Le défenseur découvrit ce soir-là le poste de défenseur central chez les Bleus.
Réduite à dix, la France ne parvint pas à atteindre les 1/4 de finale.

Permalien 14:13:42, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Et si Yoan Gourcuff revenait par la grande porte ?

Tout va très vite dans le football.
Et si après le fiasco annoncé contre l’Espagne, l’ancien grand espoir revenait chez les Bleus ?
Il n’y a pas de raison qu’il ne revienne pas même si Laurent Blanc s’en allait.
Pour l’instant, la France n’a toujours pas trouvé de leader sur le terrain et dans les médias.
Kopa faisait vendre, au point qu’il fonda sa propre marque, étant un pionnier en France.
Platini faisait vendre. Je parle de presse aussi.
Cantona était aussi très souvent en une car il faisait augmenter les tirages des journaux.
Ensuite ce fut le tour de Zidane.
On l’a vu partout, tout le temps et ce n’est pas fini.
Depuis Zidane, plus personne ne fait vendre la presse.
Aujourd’hui quand je vois une interview de Ribéry, Benzema, Lloris ou Nasri, je tourne la page, je zappe immédiatement.
Ils ne disent rien. C’est le calme plat. Pas un mot plus haut que l’autre. De la com. traditionnelle.
Qu’est-ce qui fait les stars ?
Le terrain et puis la personnalité.
Zidane parle peu mais il a un sourire qui suffisait pour séduire.
Cantona était l’exception avec son sens inné de la formule.
Gourcuff ?
Si le France-Espagne 2012 tourne à la catastrophe, on va espèrer son retour au premier plan.
Et si possible en pleine forme.
Si les Bleus se débrouillent sans lui, il aura du mal à revenir dans le milieu de terrain offensif des Bleus.
Pour l’heure, on a besoin de déménageurs.
On a vu Ozil, on a vu Cristiano Ronaldo… Deux Madrilènes. Leur partenaire Benzema en trois matchs a été aux abonnés absents de l’exploit. Il ne peut pas rester un éternel espoir. Le temps file vite. Il y a des plats qui ne passent qu’une fois, ainsi ce 1/4 contre l’Espagne.
Où sont les grandes personnalités françaises ? Où sont ceux qui sortent du bois pour défendre le maillot bleu ?
Qui va mettre ses tripes sur la pelouse ?
L’expérience espagnole devrait vite plier le match devant des joueurs qui découvrent une grande compétition.
On ne s’improvise pas international. Les matchs amicaux ne servent qu’à augmenter son nombre de sélections.
Les grands joueurs on ne les voient vraiment à l’oeuvre que dans les grandes affiches.

1/4 Euro 2012. Contre la France, l'Espagne va donner sa réponse à ceux qui évoquent le dopage à propos de ses champions

Si la France élimine l’Espagne en 1/4 de finale, cette génération de Bleus accomplirait son premier très grand exploit. Sur un match tout est possible mais il faudra des français tous au top et solidaires. Le match est déjà perdu avant même le coup d’envoi tant les forces en jeu sont différentes. La France de Blanc ne devrait être qu’un petit plat de Tapas pour les Espagnols guidés par les virtuoses Xavi et Iniesta. Quand on aime le football en 2012, nous sommes tous Espagnols.

1/4 de finale Euro 2012
ESPAGNE-FRANCE, 23 juin (20 h 45)
Pronostic: Espagne 4-1 France

Sur une radio périphérique un blablateur estampillé Real Madrid à 100 %, sans le reconnaître publiquement, nous a expliqué que l’Espagne aurait peur de la France de 2012. Usons d’indulgence. C’est amusant d’écouter quelqu’un qui sans cesse place Karim Benzema au-dessus de Cristiano Ronaldo, Ballon d’Or 2008 en plein boum. Si l’Espagne a peur de la France alors moi je pense que la principauté Andorre va gagner la Coupe du Monde 2014 au Brésil.
Les Espagnols vont répondre à Noah, à partir du terrain.
La réponse va être cinglante. Il va y avoir très gros bobos ou alors dès minuit, je ferme ce blog pour en ouvrir un sur le curling avec l’écrivain-blogueur Laurent Sagalovitsch pour parrain.
Vous ignorez ce qu’a dit l’ex tennisman ? Tapez Le Monde/ Noah et vous verrez. (1)
(A propos du Monde, je vois que Zidane y est fêté. Les temps changent: autrefois, ils ont signalé le témoignage olé olé de Johnny sur Zazie , oh pardon, sur Zizou…
L’Espagne ne devrait faire qu’une bouchée de la France.
J’imagine que les Français vont marcher sur les Espagnols, ça sent déjà le carton jaune voire plus.
Certains Bleus vont augmenter leur niveau de jeu et se mettre dans le rouge…
Les Bleus de Blanc n’ont qu’une chance sur 100 millions de gagner.
Où est notre joueur platininien, zidanien, messinien, cristianoronaldinien… ?
Si vous le connaissez, laissez moi un message, svp.
Et où sont les nouveaux Desailly, Blanc, Thuram, Deschamps, Petit, Vieira ?
Certes, je serais ravi si la France battait les Espagnols mais nous ne sommes plus en 1984 ni en 2006.
Au classement FIFA 2012, l’Espagne est 1ere et la France 16e. Souhaiter voir les Français battre les Espagnols c’est croire que Richard Gasquet peut vaincre Rafael Nadal à Roland Garros.
Tous les joueurs espagnols actuels sont meilleurs que les Français.
Le seul joueur qui en mesure de soutenir la comparaison c’est Hugo Lloris dont la jeunesse n’a rien à envier à l’expérience d’Iker Casillas. Ils se ressemblent en beaucoup de points. De la pudeur au courage. A la rapidité de leur lecture du jeu. Hélas, Lloris joue dans un club modeste (Lyon) quand Casillas est le gardien de l’un des cinq plus grands clubs au monde.
Comment peut-on croire que la France puisse battre l’Espagne ? Nous n’avons aucun joueur qui porte ce rêve.
Avec Platini puis Zidane on attendait toujours un gester magique.
En 2012, on attend leur successeur: Gourcuff est à la maison, Nasri est quelconque et Ben Arfa ne montre rien.
Examinons point par point les forces et faiblesses des deux équipes:

La défense
La Roja sans Pujol a perdu son âme. Piqué maintient le flambeau juste devant le monumental Casillas. L’Espagne ne peut pas aligner Pepe (Real Madrid, Portugais) et Dani Alves (Barcelone, Brésilien) mais elle est plus qu’honorable. Les Espagnols forment même la meilleure défense de l’Euro avec un seul but encassé en trois matchs.
Excepté Lloris et le latéral Debuchy, la France laisse apparaître en défense de grands boulevards. Le peu sûr Mexès, suspendu, laisse sa place à Koscielny qui joue en Bleu parce qu’il évolue en Angleterre. Si Rio Mavuba jouait à Arsenal, je suis certain qu’il serait en EDF. Koscielny se mélange parfois les pinceaux, par exemple en finale de la Carling Cup 2011, lui et le goal d’Arsenal(Szczesny) ne se sont pas entendus au point d’offrir la victoire au modeste club de Birminghan, mais chut ! il faut pas rappeler ce genre de mésaventure. Rami + Koscielny ? Du new look au pire moment.
Espagne 9-4 France

Intelligence de jeu de chaque équipe
L’Espagne est largement supérieure à la France qui est proche du zèro dans ce domaine. A part Cabaye, on ne sent pas d’inspiration française. Nasri tergiverse trop avec le ballon. On est loin de Kopa, Platini et Zidane.
Espagne 10-3 France

Buteurs
Torres a déjà marqué à cet Euro. Jouant peut à Chelsea- barré par Drogba- il retrouve ses marques avec la Roja où il joue bien en pointe. L’Espagne a marqué 6 buts, deux fois plus que la France
Benzema, lui, ne cesse pas de décrocher ce qui empêche Ribéry de centrer. Giroud est plus un vrai 9. Le Madrilène a fait deux passes décisives contre l’Ukraine mais il n’a pas encore ouvert son compteur de buts. Au Real Madrid, ils bénéficient des perforations de C. Ronaldo, Ozil, Di Maria…
Espagne 7-2 France

Artistes stratèges du milieu terrain
L’Espagne a cinq joyaux: Iniesta, Xavi, Silva, Mata et Fabregas.
La France est en panne de lumière. Elle joue sans stratège. Le Citizen Nasri pédale à nouveau dans le choucroute arsenalisée et Ben Arfa n’arrive pas à libérer les chevaux comme à Newcastle. Valbuena ? Un coiffeur. Menez et Cabaye sont les seuls qui apportent un peu de fraîcheur.
Espagne 10-2 France

Pitbulls
La France a Diarra et M’villa, toujours a deux cheveux de récolter un carton.
L’Espagne a Busquets et Alonso qui savent marcher sur l’homme sans trop se faire pincer.
Espagne 6-4 France

Jeu collectif
L’Espagne c’est le Barça moins Messi.
La France ne semble pas en mesure d’en mettre un en place.
Espagne 9-4 France

Jeu sans ballon
Espagne: Iniesta, Xavi, Silva et Fabregas
France: Benzema, Cabaye, Menez
Espagne: 9-5 France

Joueurs stars
La France ? Benzema est toujours à l’état de chrysalide. Et Ribéry n’a pas en sélection le rendement qu’il a en club
L’Espagne en a plusieurs dont Casillas, Inesta, Xavi. Des stars sur le terrain. Pas des “pipoles” du foot.
Espagne 8-3 France

Image des deux équipes
Espagne: un ensemble homogène, Barcelone + le Real Madrid moins Messi, Ronaldo et Ozil.
France: un groupe de mercenaires dont chaque membre vient d’empocher 100 000 euros, prime de qualification pour atteindre les 1/4. A titre indicatif, les Italiens ne sont rémunérés quand cas de victoir finale.
Espagne 8-4 France

Pronostic
Sur quel score ? Disons que les Espagnols peuvent l’emporter 4-1.
Espagne 9-2 France.

Les autres quarts de finale:
REPUBLIQUE TCHEQUE 0-1 PORTUGAL
ALLEMAGNE 4-2 GRECE
ANGLETERRE-ITALIE, 24 juin

(1)
http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/11/19/la-potion-magique-par-yannick-noah_1605664_3242.html
Voici la réponse de Toni Nadal, entraîneur et oncle de Rafael Nadal:
-"Ce type [Noah] croît que tout le monde est comme lui. Cela me choque qu’une personne d’une honnêteté douteuse se permette de parler en mal des sportifs espagnols", a déclaré Toni Nadal à l’antenne de la radio Cadena Ser. “Ce n’est que de la jalousie, un manque total de réflexion. Tu peux être jaloux, mais si tu penses n’importe quoi, au moins tu te tais. C’est n’importe quoi de sa part de s’exprimer sur ce sujet, parce que à moi on m’a souvent dit des choses sur lui", a-t-il ajouté

[Post dédié à Alfredo Di Stefano et Luis Suarez]

L'Allemagne rejoint le Portugal, en attendant l'Espagne....

Lahm a ouvert le score par un superbe but grâce à Ozil qui lui a donné une louche de caviar

Vendredi 22 juin 2012
Allemagne 4 - 2 Grèce
Buts pour l’Allemagne: Lahm (39e), Khedira (61e), Klose (68e), Reus (74e)
Buts pour Grèce: Samaras (55e), Salpingidis (89e pen)

Totalement contre le cours du jeu, les Grecs sont revenus 1-1 à la 55e sans faire illusion une seule seconde.
Le faux espoir du match nul dans le temps réglementaire n’a duré que 6 minutes.
Les Grecs ont joué avec le coeur mais cela ne suffit pas.
Au début de la retransmission TV, Arsène Wenger a rappelé que les anciens immenses joueurs allemands, à commencer par Franz Beckenbauer, ne cessent pas de dire sur l’actuelle génération allemande: “Vous jouez bien mais vous n’avez jamais rien gagné…” Cela m’a fait sourire quand on pense que l’entraîneur d’Arsenal est logé à la même adresse depuis 2005… Eh! oui si l’on met les années bout à bout: 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012… Toutes ces années sans aucun titre pour Arsenal. Bien sûr ceux qui tiennent le crachoir avec lui n’ont rien dit: il ne faut surtout pas faire d’humour.
Je voulais voir Ozil, j’ai vu Ozil.
1er but allemand: le jeu étant bouché à droite, Ozil intervient et bascule tout à droite sur Lahm qui frappe juste et bien juste après avoir reçu la livraison de caviar de la Maison Ozil.
2e but allemand, la Grèce étant revenue au score, il fallait éviter de douter. Ozil repart à l’assaut et décale Boateng sur la droite qui centre vers le point de penalty… Khedira arrive et marque !
Merveilleux Ozil ! Sa très grande classe a parlé. FAN-TAS-TI-QUE !
J’ai voulu voir Ronaldo, j’a vu Ronaldo qui a qualifié le Portugal contre la République tchèque.
J’ai voulu voir Ozil, j’ai vu Ozil à l’origine des deux premiers buts qui ont contribué à battre la Grèce.
J’espère voir Iniesta et Xavi contre la France.
Au haut niveau c’est le mental qui fait la différence entre un bon et un grand joueur.
La France a de bons joueurs. J’attends le nouveau grand de la classe de Kopa, Zidane et Platini.
La fin de l’Euro arrive à grands pas: il ne reste plus que cinq matchs à jouer.

Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE 0-1 PORTUGAL
ALLEMAGNE 4-1 GRECE
Espagne-France, 23 juin
Angleterre-Italie, 24 juin

Pronostics
Demi-finale
PORTUGAL-Espagne
ALLEMAGNE-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

22.06.12

Permalien 18:21:54, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Engagements et déchirements. Les intellectuels et la guerre d'Algérie, de Catherine Brun et Olivier Penot-Lacassagne (Gallimard)

Témoignage sur Albert Camus, par Mouloud Feraoun, écrivain algérien né le 8 mars 1913 à Tizi Hibel en haute Kabylie et assassiné à Alger le 15 mars 1962. Dans tout ce que dit Mouloud Feraoun, je précise que Camus souffrait aussi des poumons, hélas !

A l’occasion de l’exposition sur le cinquantenaire de l’Indépendance algérienne, les éditions Gallimard ont pris en charge la publication du catalogue qui est d’un très grand intérêt. La maquette est hyper attractive. Il y avait la guerre sur le terrain et celle des idées alimentée par les intellectuels. Dès 1954, les concernés s’enflamment dans des débats acharnés. L’ouvrage ventile un impressionnant magma de documents : coupures de presse, plusieurs fac-similés, des lettres manuscrites, des couvertures de livres, des photos, tracts, télégramme, manifestes et même des dessins de Bosc, Siné, Maurice Henry et Sennep. Nous pouvons lire et relire des textes visionnaires de Camus, Mounier, Ricoeur, les prises de positions en tous genres (Sartre, Domenach, Vidal-Naquet, Paulhan, Rodenbach). Il y a aussi la présence en fin de livre de Pierre Guyotat, auteur considérable trop méconnu. Les documents proviennent de l’IMEC et de fonds privés. Quand on feuille l’album on sait que tous ces mots représentent beaucoup de souffrance. Les onze chapitres mettent en présence des témoignages français et des indépendantistes algériens. C’est un ensemble de refus, d’insoumissions et de désertions. Ce remarque catalogu est un événement majeur tout comme l’Exposition.

-Engagements et déchirements. Les intellectuels et la guerre d’Algérie
De Catherine Brun et Olivier Penot-Lacassagne
Gallimard, 264 p., 39, 90 €
Exposition : “Engagements et déchirements", à l’occasion du cinquantenaire de la signature de l’Indépendance algérienne (5 juillet 1962). 16 juin au 14 octobre 2012 à l’Abbaye d’Ardenne. 14280 Saint-Germain la Blanche Herbe.

Permalien 17:40:05, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

L'Allemagne d'Ozil devrait rejoindre le Portugal de Ronaldo

Mesut Ozil est un joyau dans la lignée d’Overath. Tous les deux évoluent- l’un hier, l’autre aujourd’hui- dans le registre des virtuoses orgnisateurs. Une conduite de balle magique dans 90% du temps.

J’écoute la radio. Il y a vraiment 60 millions de sélectionneurs.
Contre l’Espagne, la France peut passer si les Espagnols tirent 20 fois sur les montants.
Est-ce que la France peut marcher sur les Espagnols comme les Suèdois ont marché sur les Français ?
Non, ou alors il va y avoir du carton rouge dans l’air.
Est-ce que les milieux de terrains offensifs français voient plus vite que leurs homologues espagnols ?
Oui, en rêve… Dans le réel, Iniesta, Iniesta et les autres voient mieux que tous les Français, banc y compris.
Motivation: nous ne sommes plus en 1984 et en 2006. A prèsent, les Espagnols sont plus forts que les Français.
Qui vivra verra. Je ne crois pas une seconde que la France va tout à coup devenir imbattable.
Ce 22 juin, je suis pour l’Allemagne. Je veux voir Ozil à la manoeuvre distribuer du caviar à coéquipiers

Quarts de finale
République tchèque 0-1 PORTUGAL (qualifié pour les 1/2)
Allemagne-Grèce, 22 juin

Permalien 12:01:19, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

L'intelligence de Cristiano Ronaldo envoie le Portugal en 1/2 finale

La réponse est venue du terrain. CR7 a cloué le bec aux pisse-froid (mot invariable) qui au lieu de le regarder jouer pensent à son compte en banque et à son train de vie. Laissons les pauvres d’esprit à leur jalousie. Ronaldo ne plaira jamais à tout le monde, il en va toujours ainsi des artistes de haute voltige. CR7 a eu une activité débordante contre la République tchèque. Il y en a qui font rêver le peuple. J’aime mieux ceux qui peuplent les rêves. Vous avez-vous Ronaldo ? Il bombe le torse, il marche droit, fier. Il a un mental en acier. Chacun a sa personnalité. Ronaldo est incarne l’orgueil. Iniesta, la simplicité. Deux champions fantastiques. En France, où sont les nouveaux Zidane et Platini ? Pas encore nés ? Voici en vidéo le but de Ronaldo (79e) qui ouvre les portes de 1/2 au Portugal. En deux matchs, CR7 a marqué 3 fois et tiré 4 fois sur les montants. Du grand art. Sans Ronaldo, Benzema ne démontre rien. Sans Benzema, Ronaldo joue toujours aussi bien.

Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE 0-1 PORTUGAL, 21 juin
ALLEMAGNE-GRECE, 22 juin
ESPAGNE-FRANCE, 23 juin
ANGLETERRE-ITALIE, 24 juin

Pronostics
Demi-finale
PORTUGAL-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

Alors que la France est encore une fois en plein psychodrame de vestiaires ultra médiatisé, on a vu un bon premier 1/4 de finale très animé jusqu’à l’ouverture du score. Il y aurait eu des disputes eu sein des Blues. On n’entend plus que des blablas, des bruits de chiots infâmes. Le football français est vraiment dans le ruisseau.
Les mêmes imbéciles qui cassent Cristiano Ronaldo depuis des années le montent au sommet ce 21 juin.
C’est incroyable d’entendre la radio. Soudain Ronaldo est un “génie", j’en passe.
Tous les défauts- d’après eux- d’hier deviennent des qualités!
Mieux vaut en rire. Beaucoup d’incompétents ne cessent pas de comparer Messi et Ronaldo comme si l’on pouvait comparer Chopin avec Mozart.
Dire que parfois Ronaldo rate un match, pourquoi pas, mais le mettre plus bas que terre, non.
Je l’ai déjà dit: les journalistes sont jaloux du Portugais parce qu’il embarque les gonzesses qu’ils reluquent toute la soirée tels des éternels branleurs. Ils aiment mieux Messi, figé dans le rôle du petit frère à protéger. Ronaldo, lui, c’est le voisin d’en face qui habite la villa avec piscine et qui a trois Ferrari et cinq Rolls Royce. Ils confondent Ronaldo avec Beckham ! L’Anglais est un frimeur quand le Portugais est un vrai champion.
Vous avez-vu Ronaldo ce soir ? Il était comme toujours: fier, volontaire, se dépensant sans compter, leader, décisif. Comme dans 90 % de matchs, sensible et intelligent. Son but de la tête est fantastique. Il arrive de derrière comme une fusée, coupe la trajectoire et pique sa tête au sol, seul moyen pour battre le portier Cech en état de grâce.
Ronaldo en deux saisons = 86 buts !
Ronaldo réussit au Real Madrid après avoir enchanté Manchester United où il est toujours aimé.
Quand il a marqué, il n’a pas réglé ses comptes avec la presse comme Nasri.
Ronaldo est une mégastar, lui, il sait qu’il a besoin de la presse qui a besoin de lui.
Quand il a marqué, Ronaldo était heureux. C’est la grande différence avec nos footballeurs qui n’ont pas la rage de vaincre qu’il a. Ronaldo est un compétiteur de la race des géants du sport.
Je l’ai toujours apprécié depuis son passage chez les juniors.
Il est sur la bonne voie pour obtenir le prochain Ballon d’Or. S’il gagne l’Euro 2012, ils seront obligés de le lui donner.
Dans les tribunes, il y avait Eusebio et Figo. Quand Ronaldo a marqué, les deux grands anciens se sont embrassés.
Quand la France joue, j’aimerais bien voir Fontaine et Zidane cote à cote. C’est un rêve. Jamais cela n’arrivera.
Le Portugal a démontré qu’il avait un très bon collectif, bien équilibré dans chaque ligne.
Les Portugais n’ont pas cessé d’attaquer par un système de vagues incessantes. Les Tchèques ont très bien joué avec leurs moyens. Ils ont fait ce qu’ils ont pu.
Pour mémoire, le Portugal s’est extirpé du Groupe B, celui de la mort, avec l’Allemagne et les Pays-Bas qui eux sont déjà à la maison.
C. Ronaldo fait vibrer comme aucun joueur français de 2012.
Longue vie au Portugal !

Permalien 11:10:55, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Les Tricolores aiment-ils la France comme Ronaldo le Portugal ?

Coup de tête de Zidane, main de Thierry Henry, communiqué des joueurs lu par Domenech, geste contre la presse de Nasri… A qui le tour ?

Jadis un joueur français rêvait de jouer à Marseille, Paris ou Bordeaux, voire Nantes ou Monaco.
Aujourd’hui, ils lorgent tous vers l’Angleterre et particulièrement Arsenal, Chelsea, Man United ou Man City. Même si certains atterrissent à Newcastle ou Bolton, ce qui est déjà bien.
C’est la grande différence générationnelle: la mobilité économinque, aller gagner plus ailleurs au lieu d’être content de représenter une région et un pays.
Kopa (Real Madrid), Bonifaci(Inter Milan), Muller (Barcelone) étaient des exceptions.
Platini (Juventus Turin) était l’exception. Platini s’était formé à Nancy, Saint-Etienne avant de partir.
Zidane lui a fait aussi ses classes en France- Cannes, Bordeaux- avant de monter crescendo (Juve, Real).
Zidane a toujours dit qu’il devait beaucoup à l’équipe de France. Il a prouvé son attachement aux Bleus en quittant sa retraite pour essayer de gagner à nouveau la Coupe du Monde.
Désormais plus aucun joueur ne déclare sa flamme pour les Bleus.
La nouvelle cuvée est plus fière de jouer à l’étranger que de porter le maillot bleu, activité qui ressemble de plus en plus à une corvée alors que l’attitude de Ronaldo est celle d’un pro qui fait carrière à Man U et au Real Madrid tandis que son amour pour son pays est essentiel à sa vie.
Ronaldo se bat comme un beau diable rouge quand il joue pour le Portugal, tout comme Maradona quand il jouait pour l’Argentine.
Ne faudrait-il pas sélectionner que des joueurs de L1, des joueurs viscéralement français.
Trèsor aimait la France, cela se voyait. Kopa aussi.
Pour aimer la France, il ne faut pas nécessairement avoir des racines françaises qui remontent à Vercingétorix !
Ben Barek était heureux de porter le maillot bleu comme Alain Mimoun lors des marathons.
Tout est question de mentalité.
Aucun Bleu actuel ne supporte la pression, hormis Lloris.
Ribéry n’est pas le dépositaire du jeu au Bayern.
Nasri est loin derrière Tevez, Aguero… à Man City.
Même chose pour Benzema au Real Madrid où toute la pression est sur les épaules de Ronaldo.
Contre l’Espagne, les Bleus auront une grosse pression. C’est là que l’on va voir qui est qui, qui fait quoi.
Seul compte les matchs à hauts risques. Les matchs amicaux ne servent qu’à faire tourner la boutique économico-médiatique.

21.06.12

Permalien 11:21:53, Catégories: FORZA ITALIA !, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Le chef d'oeuvre absolu de Zlatan Ibrahimovic

Lors de France-Suède (0-2), Zlatan “Ibra” a marqué un but d’anthologie au nez et à la barbe de Mexès, son partenaire à l’AC Milan. Observez, svp, comme Zlatan arrive de loin pour anticiper le centre. Voilà la science du joueur sans ballon. Cela ne s’apprend pas. Le talent se travaille mais on l’a ou pas dès sa naissance. Ensuite, c’est un Opéra de l’oeil. Regardez-le se positionner juste avec la réception du ballon, cela va ultra vite c’est sublimale. La bonne frappe découle de cette bonne postion, c’est de l’ordre du millimètre en pleine course. Grandiose ! Pour arriver à ce bon timing, il faut des années et des années de pratique. Le corps est un appareil enregistreur. Quant à la frappe… L’extension, la façon de placer le pied… Tout ça à la vitesse grand V dans un environnement hostile. Merci à Zlatan Ibrahimovic. Il nous a permis de voir un geste grandiose. Ce buteur né a marqué un jour huit buts dans un match (en section jeune) !

Zlatan Ibrahimovic est né le 3 octobre 1981 à Malmö (Suède)
Attaquant (1,95 m) à l’AC Milan
Le buteur est d’origine bosnienne par son père Šefik et croate par sa mère Jurka Gravić, immigrés en Suède en 1977 où ils se sont rencontrés. Le fruit de leur amour, comme on dit, est l’un cinq meilleurs attaquants au monde de sa génération.

Parcours:
1988-1991 Malmö
1991-1995 Balkan
1995-2001 Malmö FF
2001-2004 Ajax Amsterdam
2004-2006 Juventus FC
2006-2009 Inter Milan
2009-2010 FC Barcelone
2010 AC Milan
2001 Suède 79 sélections (33 buts)

Palmarès:

Ajax d’Amsterdam
2 Championnats des Pays-Bas 2002 et 2004
Coupe des Pays-Bas 2002
Supercoupe des Pays-Bas 2002

Juventus de Turin
2 Championnats d’Italie 2005 et 2006

Inter Milan
3 Championnats d’Italie 2007, 2008 et 2009
2 Supercoupes d’Italie 2006 et 2008

FC Barcelone
Coupe du monde des clubs 2009
Championnat d’Espagne 2010
2 Supercoupes d’Espagne 2009 et 2010
Supercoupe de l’UEFA 2009

AC Milan
Championnat d’Italie 2011
Supercoupe d’Italie 2011

[Post dédié à Leif Eriksson et Stig Dagerman]

Permalien 09:34:58, Catégories: BLONDINEMENT A XV, GRAND MONSIEUR, CERDANEMENT  

En l’absence de classement final, de Tristan Garcia (Gallimard)

L’inoubliable Marcel Cerdan. Cerdan, Coppi, Garrincha, Anquetil, Clay, Best… Et dire que certains méprisent le sport. Pas Tristan Garcia qui livre un bel ensemble de nouvelles sur le sport.

Pour beaucoup de lecteurs, la littérature qui se déroule sur une toile de fond sportive n’a aucun intérêt. Ces incultes ne savent pas que le sport passionnait Camus, Kerouac et Jean Prévost, pour ne citer qu’eux. Emmanuel Berl avait ouvert les colonnes de Marianne (le vrai) aux sports alors qu’il n’y connaissait rien, c’est dire qu’il ne pratiquait pas l’ostracisme. Il ne suffit pas de parler de guerre pour avoir du génie comme certains le croient. Tristan Garcia est un écrivain, et non pas un auteur, il est bon de le rappeler. Le sport véhicule les grands sentiments de manière exacerbée. Sans sport, la vie serait une erreur, pourrait-on dire pour paraphraser Nietzsche qui lui parlait de musique.
Dans ses nouvelles, Garcia décrit un K.O. de manière on ne peut plus réaliste et donc juste : «C’est tout l’espace qui noircit d’un seul coup. L’oreille interne devient sourde, la rétine aveugle. La masse noyée du cerveau suit avec retard la rotation accélérée de la tête en arrière». Les qualités littéraires de Garcia sont ici bien mises en valeur. C’est de la chirurgie verbale. Une partition de mots. Le sport dopage est présent dans le livre. Je pense à cet entraîneur qui m’avait dit : « Parfois, je sais qui va gagner… Qu’importe ! L’important c’est le spectacle. Les gens qui vont voir des pièces de théâtre peuvent tous connaître la fin avant le lever de rideau… » La nouvelle la plus destroy est « Maigre ». On y voit les rapports d’un autre monde entre un gymnaste roumaine et son coach. Faut s’accrocher aux barres parallèles. Au début, on ne s’attend pas du tout à une pareille histoire qui est peut-être moins crue que la réalité des gymnases du temps des Ceausescu.
Tristan Garcia pose son chevalet littéraire dans l’univers du golf, de l’hippisme, du volley, rugby, le basket, le handball et de la natation… Tout ça me fait penser que lors d’un match de l’US Open junior 1983, une balle du jeune tennisman Stefan Edberg a pris la direction d’un arbitre de ligne qui en cherchant à l’éviter s’est fracturé le crâne en heurtant le sol. L’arbitre décéda 5 jours plus tard… Tristan Garcia ferait un très bon consultant. Hélas, les télévisions n’ont aucune imagination. Elles n’engagent que les ex sportifs qui sont dans la bulle médiatique des régents de la communication. La littérature leur fait peur.

-En l’absence de classement final
De Tristan Garcia
Gallimard, 206 p., 17, 90 €

20.06.12

Permalien 09:36:30, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, ANTI-FOOTBALL  

France-Suède (0-2). Pourquoi Laurent Blanc n'a-t-il pas fait jouer les coiffeurs contre les armoires à glace IKEA ?

Lors de France-Suède (0-2), on a eu l’impression de revenir à la période d’avant Blanc, tant le spectacle français fut affligeant.

Si j’étais titulaire de l’équipe de France version Blanc, je lui aurais dit avant France-Suède:
-"Coach… On est déjà qualifié n’est-ce pas ? Alors, je ne veux pas me blesser contre des armoires à glace de chez IKEA. Laissez-moi sur le banc et je fracasse tout en 1/4!”
Ceux qui ne connaissaient pas l’expression “marcher sur l’homme” l’ont apprise au cours de France-Suède. Les Wikings ont taillé du petit bois made in France.
D’habitude lors du troisième match de groupe lors du premier tour de la phase finale d’un Euro, si l’on est certain d’être qualifié, on aligne l’équipe de coiffeurs, ne serait-ce que pour ne pas risquer de blesser les titulaires.
Si beaucoup de Bleus n’ont pas été à la hauteur contre la Suède c’est qu’ils voulaient se ménager pour pouvoir jouer en 1/4 de finale.
Les Suèdois, eux, éliminés ont voulu sauver la face vis-à-vis de leurs supporters. C’est ce qu’ils ont fait et très bien réussi.
Ils ont mis beaucoup d’engagement pour voler dans les plumes de Nasri et de Mexès.
On se demande comment Mexès peut être titulaire à l’AC Milan car en Italie la défense est considérée comme un des Beaux-Arts.
Nasri lui n’a jamais fait le poids dans les duels de la Premier League. Le Coq est un poids coq sur le ring du football anglais. Ses qualités ne sont pas basées sur son physique mais sur sa conduite de balle.
Sachant tout cela, il fallait prévoir que les Suédois allaient mettre le paquet.
Si Nasri n’est pas blessé cela tient du miracle après les coups qu’il a reçus.
Comme nous sommes 60 millions et plus de sélectionneurs, j’aurais aligné les coiffeurs contre la Suède car les coiffeurs auraient tout fait pour se faire remarquer:
Lloris est un grand goal. Il n’avait pas besoin d’un match de plus. Surtout que Rami et Mexès ne forment pas avec lui un grand triangle. Blanc a voulu leur donner du temps de jeu à trois mais on sent bien que nous sommes loin de Barthez-Desailly-Blanc. Le trio actuel n’est pas une assurance tous risques.
Voilà donc le onze que j’aurais lancé contre la Suède, laissant au repos, Lloris, Debuchy Clichy, Diarra, Nasri, Menez, Giroud, Ribéry et Benzema:
Mandanda/ Réveillère, Rami, Mexès, Evra/ Malouda, Ben Arfa, Martin, M’villa/ Valbuena, Giroud.
Comparez avec celle de Blanc:
Lloris/ Debuchy, Rami, Mexès, Clichy/ A. Diarra, Nasri/ puis Menez (77e), M’Vila puis Giroud (83e), Ben Arfa puis (59e) Malouda, Ribéry/ Benzema

L'Espagne de Casillas, Iniesta et Xavi favorite à 90 % contre la France du capitaine Lloris abandonné à son sort

Xavi et Iniesta vont sans doute transformer les Français en plots de chantier

La France a mal joué contre la Suède mais elle est en 1/4 de finale de l’Euro 2012 tandis que la belle génération de Croates est déjà éliminée. Voilà ce qu’il faut dire si l’on est compétiteur.
Le but d’une équipe de football est d’aller le plus loin possible dans les tournois.
Si les joueurs de Blanc forment une véritable équipe ils doivent rebondir contre l’Espagne car le grand avantage du sport c’est de renaître après la mort.
Dans le cas d’une grande victoire contre la Suède, ils auraient pu avoir le cigare.
On est loin de ce cas de figure.
A la veille de rencontrer la nation phare actuelle du football, la France est au plus bas. Elle n’a rien montré ni démontré, sauf contre l’Ukraine, et un peu face à l’Angleterre.
Je ne tiens pas compte de l’heure, de la météo, tout ça c’est du pipeau.
Si les joueurs français sont cuits que dire alors des Espagnols qui au Real Madrid et à Barcelone ont dû jouer déjà 70 matchs dans la saison !
Le fait d’avoir été lamentables contre la Suède peut piquer la fierté et transcender les joueurs tricolores condamnés à l’exploit.
Lorsque la génération Platini perdait je n’en dormais pas.
Cette génération 2000 ne me fait ni chaud ni froid.
Quand la France de Platini perdait, on voyait Jean Tigana en larmes.
Quand la France de Zidane perdait, on voyait Lilian Thuram pleurer.
Je ne vois pas un seul joueur de Blanc verser la moindre larme en cas d’élimination contre l’Espagne.
Voilà pourquoi le public ne peut pas s’identifier à ce groupe.
Lors de France-Suède, il y avait des milliers de Suèdois dans le stade. Les Français eux se comptaient sur les doigts de la main, ou presque.

Les nations qui sont 1/4 de l’Euro 2012:
**R. Tchéque-Portugal
RT: palmarès: néant. Grands joueurs: Cech
P: palmarès: néant. Grands joueurs: Nani, C. Ronaldo

**Allemagne-Grèce
A: palmarès: 3 Coupes du Monde (1954, 1974, 1990), 3 Euros (1972, 1980, 1996). Grands joueurs: Schweinsteiger, Khedira, Ozil, Gomes
G: palmarès: Euro 2004.

**Espagne-France
E: Coupe du Monde 2010, 2 Euros (1964, 2008). Grands joueurs: Casillas, Xavi, Iniesta
F: Coupe du Monde 1998, 2 Euros (1984, 2000). Grand joueur: LLoris

**Angleterre-Italie
A: Coupe du Monde 1966. Grands joueurs: Terry, Rooney
I: 4 Coupes du Monde (1934, 1938, 1982, 2006), Euro 1968. Grands joueurs: Buffon, Pirlo, Cassano, Balotelli, Di Natale, Giovinco

Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE-PORTUGAL, 21 juin (20 h 45)
ALLEMAGNE-GRECE, 22 juin
ESPAGNE-FRANCE, 23 juin
ANGLETERRE-ITALIE, 24 juin

Pronostics
Demi-finale
Portugal-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

Permalien 00:11:16, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

France 0-2 Suède: Thierry Roland n'a rien raté

Ibrahimovic a démontré toute l’étendue de sa classe même s’il est éliminé de l’Euro 2012

Mardi 19 juin 2012
*Angleterre 1 - 0 Ukraine
But pour l’Angleterre: Rooney (48e)

*France 0-2 Suède
Buts pour la Suède: Ibrahimovic (54e), Larsson (90e)

Groupe D
Angleterre 7 points 3 matchs/ 2 1 0/ 5 3/ + 2
France 4 3/ 1 1 1/ 3 3/ 0
Ukraine 3 3/ 1 0 2/ 2 4/ - 2
Suède 3 3/ 1 0 2/ 5 5/ 0

Heureusement que Patrice Evra n’a pas joué Suède-France sinon on l’aurait tenu responsable de la défaite française. Thierry Roland n’a rien raté. Le premier match des Bleus sans lui depuis 74 ans a été lamentable côté français. Pendant tout le match je n’ai pas cessé de penser à l’époque de Platini. Quelle chance on a eu de voir la ligne Platini-Giresse-Tigana-Genghini ou Fernandez. Il n’y a pas de doute: sans Kopa, sans Platini, sans Zidane, la France ne vaut rien. Comment croire à cette génération actuelle dont les membres sont gavés d’argent sans avoir rien prouvé au niveau international ? Il faut vraiment être un supporter aveuglé pour les suivre au quotidien. J’aurais dû regarder Angleterre-Ukraine. Les quatre prochains matchs vont se dérouler en quatre jours de suite. Le monde entier va voir ce que la France est capable de faire face au champion du Monde et d’Europe en titre. Logiquement, la France devrait se faire étriller. Ce qui a le plus frappé lors de France-Suède c’est le manque d’intelligence collective des Bleus. On avait envie de leur crier: y a-t-il un cerveau parmi vous ? La France a été mangée physiquement, techniquement et tactiquement. La Suède, la Russie et la Croate jouaient mieux que la France et pourtant ces trois pays sont déjà à la maison. Certes, la France a mal joué mais elle est qualifiée. Le mini championnat est fini. Terminados les calculs sur 3 matchs. Désormais place à la Coupe et donc à l’élimination directe. La Grèce et la France sont les deux équipes les plus faibles des 1/4 de finale. L’Angleterre et l’Italie honorent leur rang respctif de grande nation de football. Le Portugal a un joyau: Ronaldo, donc sa présence est logique. L’Allemagne et l’Espagne sont en plein boum. La République tchèque est une très bonne surprise à ce niveau.

France:
Lloris/ (7) Ne pouvait rien sur les deux buts. Sans lui, la France aurait encaissé un carton
Debuchy (4) Seul défenseur à répondre préssent
Rami (0) Pas le niveau international
Mexès (0) Transparent
Clichy/ (3) Sans aucun apport offensif
A. Diarra (3) Pas assez d’impact physique
Nasri/ (0 pointé) Lent, puis Menez (77e) (6) A apporté de l’envie
M’Vila (3) Pas de récupération assez importante, puis Giroud (83e) (Non noté)
Ben Arfa (1) N’a pas saisi sa chance, puis (59e) Malouda (0 moins 5) Avec lui, la France a joué à 10
Ribéry (6) Le seul joueur de champ qui méritait sa sélection
Benzema (3) Sans Ronaldo, Higuain, Ozil et Di Maria il perd 70 % de son efficacité

Sélectionneur: Blanc (10) pour avoir qualifié la France et (0) sur ce match

19.06.12

Permalien 10:40:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Mon armoire à maillots, de Didier Braun (L'Equipe)

Quand on ouvre L’Equipe on cherche toujours où est la petite fenêtre de Didier Braun comme jadis on regardait celle de Robert Escarpit (puis Bernard Chapuis) en une du Monde. Se faire du bien à l’esprit ce n’est jamais de trop. Les réflexions de Didier Braun sont un mélange d’Histoire du sport, de compétence et de sensibilité sur fond d’actualité. C’est le journalisme sportif de haut de gamme, rien à voir avec les crieurs dans le poste (commentateurs entre deux spots de pub) et consultants (99% se prennent au sérieux, avec cet air du complexé qui est passé de Pif à la Pléiade…) Ce n’est pas parce que Didier Braun a une mémoire qui dépasse les 15 jours habituels de celles des bas du plafond qu’il faut le considérer comme un timbré des archives. Avoir de la mémoire cela ne veut pas dire être nostalgique.
En plein Euro 2012, il publie un bel album pour nous faire admirer sa collection de maillots. Les plus anciens n’ont pas de publicité. D’où leur beauté. Il n’y avait même pas le nom des joueurs. Il faut dire qu’on ne confondait pas Puskas avec Duchemol… Le numéro suffisait. Didier Braun nous précise que cette numérotation est une invention anglaise- une de plus- qui remonte au 25 août 1928. J’adore la précision de Didier Braun: cela fait du bien dans un monde de plus en plus approximatif pour ne pas dire totalement désinvolte. Les maillots actuels qui ont encore de la tenue- si l’on peut dire- sont les maillots des sélections, toujours vierges de pub, hormis le logo du sponsor, c’est-à-dire l’équipementier. Ce qui est la moindre des choses.
Les deux maillots qui ont le plus la cote… auprès de Didier Braun sont ceux du Red Star –club fondé par l’illustre Jules Rimet- et de l’Amiens Athlétic Club. Chacun à ses racines : les miennes se situent au Mont-Boron (vert et blanc)– quartier de Nice- et l’Union Sportive de Villefranche-sur-Mer (rouge et violet). Braun nous rappelle que le maillot de «L’Etoile Rouge» de Saint-Ouen est vert et non pas rouge écarlate. Quand on voit les photos des anciennes tuniques on note que le tissu n’est plus le même, bien sûr. « Autrefois, il pesait des kilos, il nous collait au corps… Une laine insupportable ou un coton imbibé de sueur», m’a confié Antoine Bonifaci.
Didier Braun consacre un chapitre au maillot des gardiens de but toujours différent de ceux du reste de l’équipe. Rudi Hiden portait un épais chandail. On se délecte de la prose de Didier Braun, grand conteur à la manière de l’Oncle Paul des Spirou de notre enfance. Avec lui, nous passons en revue sa collection : chevron (Bordeaux, Lille, Valenciennes, Sedan…), Grenat (Hongrie, Torino, Metz…), Rouge (Liverpool, Manchester United, Belgique…), CCCP (URSS), jaune lumineux (Brésil), Bleu (France), Blanc (Real Madrid, OM…), Noir (Arbitres, hier…), le col relevé (King Cantona, le seul joueur a avoir un chapitre spécial)… Quel est le maillot le plus apprécié par notre narrateur ? « Le sublime maillot de l’Argentine, d’un azur serein et d’un blanc virginal ». Cela comble un peu l’absence du maillot mythique du Racing Club de Paris(le cerclé bleu et blanc).
Un maillot brille par son absence: le rouge et noir de l’OGCNice, ou pour les fans italiens 100 %, celui de l’AC Milan. L’album comprend beaucoup de documents iconographiques qui nous plongent dans les anciens vestiaires. Aujourd’hui, les joueurs découvrent leur maillot bien posé à leur place dans le vestiaire. Auparavant les joueurs n’échangeaient pas leur maillot en fin de match : ils le gardaient pour le laver à la maison. En 2012, les joueurs en ont plusieurs jeux pour le même match. Le patronyme est bien en vue. Tout est fait pour favoriser la commercialisation auprès du public. Deux constats m’ont toujours interloqué : aucun joueur n’a jamais demandé sa chemise à l’un de ses fans et aucun joueur se promène dans la rue avec le maillot de leur club… Concernant la pub, Didier Braun dit qu’il n’est pas choquant de lire Peugeot sur le maillot de Sochaux ou Chaillotine sur celui d’Auxerre. 5 000, c’est le nombre de matchs vus par Didier Braun. Il n’a pas autant de maillot. La prochaine fois que je croise Didier Braun, je lui demanderai sa chemise ou son polo : lui aussi mouille le maillot pour écrire tous les articles qu’il nous a déjà donnés. Il se presse bien le citron et pas qu’à la mi-temps.

-Mon armoire à maillots
De Didier Braun
L’Equipe, 159 p., 25 €

Le blog de Didier Braun, actuellement en travaux :
http://uneautrehistoiredufoot.blogs.lequipe.fr/

Pour vous procurer des maillots voici la meilleure adresse:
http://www.lveb.net/

Permalien 08:10:49, Catégories: THE RED DEVILS, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

La France en route pour les 1/4 pendant que Rooney revient

Un Rooney nous manque et toute l’Angleterre est dépeuplée. Les Anglais de 2012 sans Rooney c’est comme Montmartre sans le Sacré Coeur ou Nice sans le Vieux Nice. “Wazza” a la pression car on attend beaucoup de lui.

19 juin 2012, 20 h 45
Angleterre-Ukraine
Suède-France

La France étant déjà éliminée, la qualification pour les 1/4 de finale se jouent entre la France, l’Angleterre et l’Ukraine. La France peut même se permettre de perdre contre la Suède, en souhaitant dans le même temps que les Anglais battent l’Ukraine…
L’UEFA a décidé de faire observer une minute de silence avant le match des Bleus. Un hommage à Thierry Roland. C’est très bien. J’observe cependant que la mort d’Armand Penverne, capitaine des Bleus et 3e à la Coupe du monde 1958 n’a pas été saluée par la FFF quand il est décédé juste avant le dernier Allemand-France. Un brassard noir s’imposait alors. Honorer le plus ancien commentateur télé français de football rien n’est plus logique puisqu’il était très attaché aux Bleus et que des millions de téléspectateurs étaient liés à sa présence comme à un ami. Il faudrait aussi ne pas oublier les grands footballeurs, les vrais acteurs du jeu.

Groupe D
1 France 4 points 2 matchs/ 1 1 0/ 3 1/ + 2
2 Angleterre 4 2/ 1 1 0/ 4 3/ + 1
3 Ukraine 3 2/ 1 0 1/ 2 3/ -1
4 Suède 0 2/ 0 0 2/ 3 5/ -2

Déjà joués:
France 1-1 Angleterre
Ukraine 2-1 Suède
Ukraine 0-2 France
Suède 2-3 Angleterre

Les Italiens et les Espagnols sont qualifiés. La France devrait rencontrer la squadra Azzura ou la Roja

Le monumental gardien du Real Madrid a fait plusieurs arrêts décisfs et a donc sauvé l’Espagne d’une élimination certaine tant les Croates furent bons. Le brillantissime goal vient de dépasser les 130 sélections !

18 juin 2012
* Italie 2-0 Irlande
Buts pour l’Italie: Cassano (35e), Balotelli (90e)
* Croatie- Espagne
But pour l’Espagne: Navas (88e)

Alors que l’on disait l’Italie moribonde, les Italiens sont en 1/4 de finale. Les Italianophes doivent commencer par se dire: pourvu que la France évite les Ritals ! On peut voir France-Italie ou France-Espagne.
Casillas a sorti un très gros match et a maintenu l’espoir dans le camp espanol. Busquets a ceinturé Corluka dans la surface espagnole sans être sanctionné d’un penalty flagrant, à 0-0. Quant au but espagnol, il a été marqué avec des positions de hors-jeu au départ du ballon. Les Croates ont été volés ou alors, comme c’est souvent le cas, il fallait que l’Espagne aille en quart…

Groupe C
1 Espagne 7 points 3 matchs/ 2 1 0/ 6 1/ + 5
2 Italie 5 3/ 1 2 0/ 4 2/ + 2
3 Croatie 4 3/ 1 1 1/ 4 3/+ 1
4 Eire 0 3/ 0 0 3/ 1 9/ - 8

A venir:
19 juin, 20 h 45 Suède-France
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Pronostics réajustés au fil de la compétition(en capitales les pays qualifiés):
Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE-PORTUGAL
ALLEMAGNE-GRECE
ESPAGNE-Angleterre
France-ITALIE

Demi-finale
Portugal-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

18.06.12

Premier League 2012-2013. Tous les matchs de Manchester United qui commence à Everton, le 18 août 2012

Pas de cadeau pour MU qui commence la saison à l’extérieur, à Everton, club qui a fait perdre le dernier championnat aux Red Devils, en venant faire un 4-4 à Old Trafford. Si on rajoute 2 points à MU, l’équipe de la Maison Rouge aurait remporté le titre…
Le début du championnat 2012-2013 n’est pas aisé au niveau tirage puisque MU doit affronter les gros à l’extérieur, sauf Arsenal et Tottenham. En revanche, le calendrier des matchs retour est plus à l’avantage de MU.
A noter la particularité du championnat anglais qui voit MU recevoir deux fois de suite à 3 reprises alors que les Red Devils ne joueront qu’une seule séquence de deux journées d’affilée à l’extérieur. Bizarre vous avez dit bizarre…

MATCHS ALLER
Août 2012
18/ Everton-Man U
25/ Man U-Fulham
Septembre
01/ Southampton-Man U
15/ Man U-Wigan
22/ LIVERPOOL-Man U
29/ Man U-Tottenham
Octobre
06/ Newcastle-Man U
20/ Man U-Stoke City
27/ CHELSEA-Man U
Novembre
03/ Man U-ARSENAL
10/ Aston Villa-Man U
17/ Norwich City-Man U
24/ Man U-Queens Park Rangers
27/ Man U-West Ham
Décembre
01/ Reading-Man U
08/ MANCHESTER CITY-Man U
15/ Man U-Sunderland
22/ Swansea City-Man U
26/ Man U- Newcastle/ Boxing-day
29/ Man U- West Bromwich

MATCHS RETOUR
January 2013
01/ Wigan-Man U
12/ Man U-LIVERPOOL
19/ Tottenham-Man U
29/ Man U-Southampton
Février
02/ Fulham-Man U
09/ Man U-Everton
23/ Queens Park Rangers-Man U
Mars
02/ Man U-Norwich City
09/ West Ham-Man U
16/ Man U-Reading
30/ Sunderland-Man U
Avril
06/ Man U-MANCHESTER CITY
13/ Stoke City-Man U
20/ Man U-Aston Villa
27/ ARSENAL-Man U
Mai
04/ Man U-CHELSEA
12/ Man U-Swansea City
19/ West Bromwich-Man U

[Post dédié Sir Alex Ferguson]

17.06.12

Permalien 23:35:06, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Les Allemands et le Portugal se qualifient. Les Pays-Bas quittent le tournoi par la toute petite porte

Groupe B
1 Allemagne 9 points 3 matchs/ 3 0 0/ 5 2/ + 3
2 Portugal 6 3/ 2 0 1/ 5 4/ + 1
3 Danemark 3 3/ 1 0 2/ 4 5/ -1
4 Pays-Bas 0 3 0/ 0 3 2/ 5 -3

17 juin 2012
*Portugal 2-1 Pays-Bas
But pour les Pays-Bas: van der Vaart (11e)
Buts pour le Portugal: Cristiano Ronaldo (28e, 74e)

*Danemark 1-2 Allemagne
But pour le Danemark: Krohn-Dehli (24e)
Buts pour l’Allemagne: Podolski (19e), Bender (80e)

Comme prévu l’Allemagne et le Portugal sont en 1/4 de finale comme la République tchèque et la Grèce. Les Allemands vont jouer contre les Grecs et les Portugais seront opposés aux Tchèques. Les Pays-Bas sortent du tournoi la queue basse selon l’expression consacrée. Cristiano Ronaldo a sorti l’artillerie lourde: un doublé et deux frappes sur les montants. Ils sont où les détracteurs de CR7 ? Le Ballon d’Or 2008 a répondu présent le Jour J. Nani a bien été virevoltant. Les buts portugais sont marqués du fer de la maison Rouge, celle de Manchester United. Les “enfants” de sir Alex Ferguson ont régalé la galerie. Les Pays-Bas rentrent à la maison avec aucun point ! N’est pas Cruyff qui veut. Pour van Persie, vérité en deçà d’Arsenal erreur au-delà. Les Néerlandais sont toujours lamentables en groupe sauf dans la période cruyffienne et dans l’ère Rijkaard-Gullit-van Basten. Leur entraîneur actuel peut faire ses valises, me semble-t-il. Ils doit relire le manuel d’entraînement de Rinus Michels, le meilleur coach néerlandais de tous les temps.

A venir:
18 juin, 20 h 45: Italie-Irlande
18 juin, 20 h 45: Croatie- Espagne
19 juin, 20 h 45 Suède-France
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Pronostics réajustés au fil de la compétition:
Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE-PORTUGAL
ALLEMAGNE-GRECE
Espagne-Angleterre
France-Italie

Demi-finale
Portugal-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

Pourquoi les Blancs courent moins vite, de Jean-Philippe Leclaire (Grasset)

HISTORIQUE, 9 juillet 2010: Christophe Lemaître est le premier sprinter Blanc a descendre sous les 10 secondes au 100 m (9′’98). Le très grand champion estime que la volonté et le travail sont des données essentielles. La gloire de Lemaître ne lui est pas montée à la tête, n’en déplaise aux sponsors et autres parasites de la communication qui ne supportent pas le naturel, toujours à la recherche de scandales pour augmenter la notoriété de “leur produit". Etrangement quand ils tombent sur Lance Armstrong, ils ne savent plus quoi faire. Beaucoup finissent par penser qu’il a été facile de remporter sept Tours de France. Foutaise ! Quant on voit que Andy Schleck, pour des raisons de blessure, n’arrive pas à s’aligner au départ de celui de 2012. Fermons la parenthèse.

Pourquoi les Blancs courent moins vite… Vous remarquerez qu’il n’y pas de point d’interrogation au bout de la phrase. C’est dire que l’auteur tente d’apporter quelques réponses au lieu de se contenter de se poser des questions. Au début du livre, Jean-Philippe Leclaire confie qu’il n’a pas prêté grande attention à Christophe Lemaître quand il l’a découvert sur son écran de télévision en 2008 lors du départ du 200 m des Championnats du monde juniors d’athlétisme. A mi course, il n’en crut pas ses yeux quand « le blond de 1,89m » remonta un à un ses rivaux américains pour rattraper le Jamaïcain, leader provisoire, et s’adjuger la course afin de devenir champion du monde juniors. Et s’il devenait le premier Blanc à courir le 100 m en moins de dix secondes, ce qui pour la première fois Jim Hines le 20 juin 1968, ouvrant la voie à 69 autres athlètes Noirs ? Bingo ! Quarante-deux ans après Hines, le Blanc Lemaître a couru un 100 m en 9’’98, le 9 juillet 2010 lors des championnats de France. Le champion junior déclara : « Parler de sprinter blanc, je trouve ça aberrant (…) Il ne faut pas se baser sur la couleur mais sur l’envie, la hargne, l’entraînement ». Parmi ses nouveaux fans, le « Great White Hope » ( Grand Espoir blanc) eut même la surprise de compter le Ku Klux Klan ! Lemaître au milieu des sprinters mondiaux fait tout à coup songer à Chet Baker au milieu des trompettistes de jazz.
Jusqu’à la page 157, Jean-Philippe Leclaire analyse tout ce qui a fait devenir les Noirs au premier plan du sprint. Dire qu’il suffit d’être Noir pour être un champion du sprint cela revient à dire que tous les Auvergnats sont avares. Si Usain Bolt est noir et Lemaître, blanc, le Martiniquais Ronald Pogno, premier Français à courir le 100 m en moins de 10’’, ne se considère pas comme Noir car sa grand-mère paternelle est blanche. On voit que rien n’est simple sur la question de la peau comme sur l’inné et l’acquis. Aux Etats-Unis, en 1946, il n’y avait aucun Noir dans la ligue pro de basket; en 2012, plus de 80% sont Noirs. Au début des épreuves d’athlétisme, il n’y avait pas de Noirs engagés. Il suffisait d’autoriser leur présence en compétition pour qu’enfin on les voit gagner ou perdre. C’est aussi simple que cela. La parité, enfin !
Dans sa destruction des clichés, Jean-Philippe Leclaire revient sur l’accueil de Jesse Owens aux J.O. 1936. Il rappelle que l’immense champion noir américain fut acclamé par la foule nazifiée par Goebbels et cie. Pas un seul sifflet n’est descendu des tribunes. J’ai moi-même parlé à un témoin oculaire qui me l’a certifié. Owens fut fêté en héros par les 100 000 Allemands présents dans le stade de Berlin. Si Owens a ridiculisé les thèses de la race aryenne, il n’en a pas moins subi le racisme dans son propre pays, les Etats-Unis. Leclaire expose bien tous les faits. Il ne fait pas l’impasse sur le comportement plus que limite de la presse sportive française. Des journalistes ont affiché leur racisme dès qu’ils parlaient de champions noirs: « Ses traits (…) ne respirent guère l’intelligence ». Ou encore : « triomphe pour les nègres ». J’en passe et des pires ! L’émergence des champions noirs fut mal vécue par ceux qui avaient l’esprit colonialiste. Me revient qu’au moment où j’ai écrit Un siècle d’olympisme (La Manufacture, 1988)j’avais trouvé une interview dans laquelle Owens expliquait, grosso modo: “L’idéal serait qu’on me conduise en fauteuil roulant sur la ligne de départ. Moins je marche, plus je cours vite.”
Leclaire passe en revue les premiers as noirs du sport français : les Guadeloupéens Maurice Carlton (sprint) et René Valmy (sprint), les Sénégalais Papa Gallo Thiam (hauteur) et le rebelle flamboyant Abdoulaye Seye (sprint), le Martiniquais Victor Sillon (perche)… Ils ont tous été des pionniers pour leurs successeurs, de Roger Bambuck, ministre des Sports dans le gouvernement de Michel Rocard , jusqu’à Marie-José Pérec, le plus beau palmarès dans l’athlétisme français. La Française a marqué l’Histoire des J.O. comme avant elle, Wilma Rudolph. Aux Etats-Unis, rien ne fut facile pour Tommie Smith et John Carlos qui avaient levé leur poing ganté sur le podium des J.O. 1968. Ils ont été bannis pendant plus de 30 ans ! Le dopage est aussi évoqué par Leclaire : Ben Johnson, Marion Jones, sans oublier Carl Lewis… hyper protégé par les instances américains qui l’ont blanchi… des soupçons qui pèsent encore sur lui. Et Florence Griffith-Joyner (1959-1998) ? Personne n’a encore battu ses records monde du 100 m (10 s 49) et du 200 m (21 s 34)…
Donc à partir de la page 157, Leclaire se penche sur la passionnante question des gènes, des critères morphologiques, pathologiques et comportementaux. Son enquête nous apprend que les premiers champions noirs du sprint américains étaient issus de la bourgeoisie de la côte Est. Ensuite, entre 1930 et 1980, ils proviennent des classes défavorisées. Depuis, les athlètes des classes moyennes et supérieures ont refait leur apparition. Dans les meetings des années 2010, il est très beau de voir la belle entente entre « le showman black » Usain Bolt et « le blond introverti » Christophe Lemaître. On perçoit le respect mutuel. En conclusion, Leclaire table sur le capital génétique de chacun car nous sommes « inégaux devant le chronomètre ». Il suffit de penser au lent rythme cardiaque de Coppi et Anquetil. Il faut aussi tenir compte des facteurs socioculturels, de la qualité des entraînements, de l’intelligence, de la sensibilité, bref de la personnalité de chacun. Tout le monde ne se fait pas mal de la même façon.
Laissons le dernier mot à Christophe Lemaître qui porte si bien son nom: «J’ai le don et le travail ». Que le résumé du livre pas mes soins ne vous dispense pas de son achat. Jean-Philippe Leclaire est allé sur des chemins d’habitude tabous. Il a contacté des gens qui ne lui ont jamais répondu. Ce livre est un magnifique livre d’Histoire et d’histoires qui ont trait au domaine de l’athlétisme avec des éclairages multiples. Je le redis : le sport est en avance sur la société. Depuis toujours. Des Obama en sports, il y en a des milliers.

-Pourquoi les Blancs courent moins vite
De Jean-Philippe Leclaire
Grasset, 365 p., 19 €

Permalien 09:53:16, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

"L'Equipe" a perdu un lecteur: Thierry Roland (1937-2012)

Thierry Roland appartient à la mémoire collective dès lors que l’on suivait les matchs de foot à la télé depuis les années 1960 où il y avait aussi Raymond Marcillac, Pierre Loctin, Mario Beunat, Michel Dhrey… Il ne faut pas le réduire à la beauftitude, ça c’est le côté sans lequel on ne devient pas populaire et Thierry Roland était de la vieille école, la télé n’avait pas de secret pour le grand pro qu’il était, n’ignorant rien de ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Souvenons-nous de sa passion pour le football qu’il aura éprouvée jusqu’à son dernier jour. Voici un beau reportage de Thierry Roland sur Ben Barek dans Cinq colonnes à la Une

Je me souviens
De son visage en lame de couteau quand il était très jeune
Qu’il aimait Roger Couderc et Robert Chapatte
De son rire si long, en rupture, sans fin
De sa passion pour le Racing Club de Paris
Qu’il collectionnait France Football depuis le premier numéro
De son association avec Bernard Père
Qu’il nous parlait toujours de sa femme
Qu’il collectionnait toujours les albums Panini
De ses lunettes-jumelles
De son admiration pour Vignal et Cerdan
Qu’il fumait des gros cigares
Qu’il collectionnait les autographes
Que je l’ai entendu la première fois avec mon père
Qu’il détestait certains de nos confrères sans le cacher
Qu’il avait présenté Pascal Praud à Téléfoot
Que les années Platini lui plaisaient plus que les années Zidane
De ses réactions de beauf qu’il lâchait à l’antenne dans un PAF aseptisé
Qu’il affichait sa préférence politique
Qu’il incarnait le “titi” Parigot
De son chauvinisme dès que la France jouait
Qu’il est passé souvent près de la mort
De son machisme déclaré concernant les commentatrices de football
De l’omniprésence de son “Variétés Club” quand C + n’existait
Qu’il dédiait les matchs à des jeunes garçons morts de maladie ou accidentellement
Avec Jean-Michel Larqué, il s’amusait à citer des patronymes subliminales en “private-joke"…
Que Léon Zitrone piquait dans son assiette, en prétextant qu’il devait faire attention à son régime
Que sa passion du football était liée au monde de l’enfance
Qu’il confondait toujours Andy Cole et Dwight Yorke quand ils jouaient à Man U
De sa joie en 1998 au coup de sifflet final de France-Brésil: ” Après avoir vu ça [la France championne du monde], on peut peux mourir, enfin le plus tard possible…”
Qu’il a présenté certains de mes livres à l’antenne de TF1 dont Manchester Memories en disant: “Ah! Si tous les supporters pouvaient être comme Morlino !”
De ses larmes, à côté de Wenger, quand il a rendu l’antenne la dernière fois sur TF1 qui l’a remercié…
Je me souviens déjà du vrai gros chagrin de Jean-Michel Larqué, de ses larmes qui sont celles de l’amitié
Que j’ai lu une interview de lui, deux jours avant sans mort: “On pourrait se retrouver pour l’Euro 2016 en France, mais ça paraît loin 2016…”

[Post dédié à Georges Briquet, Gaston Bénac, Gabriel Hanot, Jacques de Ryswick, Jean Eskenazi, Roland Mesmeur…]

PS: Pour mémoire… En Allemagne, le 29 février 2012, les Français en amical lors d’Allemagne-France n’ont pas porté le deuil d’Armand Penverne, 39 fois sélectionné en équipe de France. Aucune minute de silence, rien de rien alors qu’en Angleterre, tous les matchs aux alentours du 6 février, chaque joueur de Manchester United porte un brassard noir en souvenir des Red Devils morts dans le crash 1958. Thierry Roland, lui, n’avait pas la mémoire courte. Il aimait aussi l’Histoire du sport, pas que l’écume des jours.

Permalien 01:53:37, Catégories: GRAND MONSIEUR  

La Grèce et la République tchèque sont qualifiées

Contre toute attente, la Grèce a sortie la Russie

Groupe A
Pologne 1-1 Grèce
Russie 4-1 Rép. tchèque
Grèce 1-2 Rép. tchèque
Pologne 1-1 Russie
Grèce 1-0 Russie
Rép. tchèque 1-0 Pologne

Classement du Groupe A
1 Rép. tchèque 6 points 3 matchs/ 2 0 1/ 4 5/ - 1
2 Grèce 4 3/ 1 1 1/ 3 3/ 0
3 Russie 4 3/ 1 1 1/ 5 3/ + 2
4 Pologne 2 3/ 0 2 1/ 2 3/ - 1

Ne vous fiez pas au goal average favorable à la Russie. En effet, le réglement de l’Euro stipule qu’en cas d’égalité il faut d’abord départager les équipes par rapport au nombre de points remportés lors des confrontations directes et comme la Grèce a battu la Russie, la Grèce est qualifiée.
Notons que la Russie venait de disputer 16 matchs sans aucune défaite.
La Grèce est la première équipe surprise des 1/4.
A noter: la Pologne, pays co organisateur, a été éliminée.
En fait ce n’est pas le premier match de chaque équipe qui compte mais plutôt le dernier. On peut perdre un match et se retrouver en 1/4. La preuve, la Grèce et la République Tchèque…

A venir:
17 juin, 20 h 45: Portugal-Pays-Bas
17 juin, 20 h 45: Danemark-Allemagne
18 juin, 20 h 45: Italie-Irlande
18 juin, 20 h 45: Croatie- Espagne
19 juin, 20 h 45 Suède-France
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Pronostics réajustés au fil de la compétition:
Quarts de finale
REPUBLIQUE TCHEQUE-Portugal
Allemagne-GRECE
Espagne-Angleterre
France-Italie

Demi-finale
Portugal-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

15.06.12

Permalien 23:23:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'Angleterre se relance bien contre la Suède

Le but du Red Devil Danny Welbeck

Suède 2 - 3 Angleterre
Buts pour la Suède: Johnson (49e csc), Mellberg (59e)
Buts pour l’Angleterre: Carroll (23e), Walcott (64e), Welbeck (78e)

Menée 2-1, l’Angleterre est parvenue à l’emporter 2-3. C’est un bel exploit quand on sait que l’équipe aux Trois lions n’avait pas été transcendante contre les Français (1-1).
La Suède est donc hors-jeu et doit rentrer à la maison.

Angleterre:
Hart/ (7) Bien présent
Johnson (4) Pas beaucoup de précision
Terry (6) Solide
Lescott (6) Bien dans son match
Cole/ (6) Bien dans son couloir
Gerrard (7) Métronome enfin bien en place
Parker (6) Une âme de joueur de club
Milner (5) Moyen puis (61e) Walcott (8) A dynamisé l’attaque
Young/ (5) Trop de déchets
Welbeck (7) Agitateur adroit et décisif, puis (90e) Oxlade-Chamberlain (Non noté)
Carroll (7) Grande présence physique
Sélectionneur: Roy Hodgson (8) Coaching parfait

Groupe D
1 France 4 pts 2m / 1 1 0/ 3 1/ + 2
2 Angleterre 4 2/ 1 1 0/ 4 3/ + 1
3 Ukraine 3 2/ 1 0 1/ 2 3/ - 1
4 Suède 0 2/ 0 0 2/ 3 5/ - 2

Permalien 22:48:10, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

La France a dominé l'Ukraine très faiblarde

Ukraine 0-2 France
Buts pour la France: Menez (53e), Cabaye (56e)

Quand le réalisateur a filmé des Ukrainiennes dans les tribunes, elles étaient toutes plus belles que les phases de jeu de leur sélection nationale.
Les deux Ballons d’Or ukrainiens n’ont pas pesé lourd face à la France.
Est-ce que la nouvelle France est née sous nos yeux ?
C’est possible. Il faut attendre la confirmation.
Depuis le départ de Zidane en 2006, on est en attente. Il faut du temps. La surmédiatisation du football précipite tout, hélas.
Le football est souvent une histoire de détails, de coups du sort, d’impondérables, de décisions arbitrales… ainsi cet Ukraine 0-2 France mérite quelques arrêts sur image.
A 0-0, les deux gardiens ont fait des arrêts décisifs.
Ensuite, Rami a balancé Shevchenko dans la surface. Une défense pas exactement épaule contre épaule. Un penalty contre la France ne m’aurait pas choqué.
Il faut aussi signaler la grosse semelle de Menez sur un Ukrainien qui aurait pu lui coûter un second carton jaune et donc une expulsion. L’arbitre aimait bien la France c’est sûr. Quand on sait que Menez a ouvert le score ensuite, on se dit que le football comme la vie peut vite basculer dans un sens comme dans un autre.
Voilà pour les réserves, sinon je le dis tout franco: il faut que Laurent Blanc reste à la tête des Bleus.
Comme il nous change de “l’autre” selon l’expression de Zidane.
Enfin, nous avons un sélectionneur qui parle ballon et rien que ballon.
Enfin, nous avons des internationaux qui joue au football.
Un grand merci à Blanc.
La France a joué contre un pays co organisateur. Elle a produit du jeu comme lors de France 1-1 Angleterre mais cette fois elle a marqué deux buts.
La France est revenue dans les rails de son Histoire. Enfin !
Cette victoire contre l’Ukraine est la première obtenue à l’Euro, sans Platini et sans Zidane, les deux statues du Commandeur.

France:
Lloris ©/ (7) Hyper concentré. Arrêt décisif
Debuchy (6) Bon match
Rami (3) Pas sécurisant
Mexès (5) On attend plus d’emprise mentale de lui
Clichy/ (6) Moins brouillon qu’Evra
Cabaye (7) Une sorte de nouveau Giress, puis M’vila (68e) (5) S’est bien fondu dans l’ensemble
Diarra (5,5) Correct. Son jeu subliminal ne peut être aprécié que des connaisseurs
Nasri (5)/ Moins personnel, puis collectif. Doit cesser de ralentir le jeu en portant trop le ballon
Ribéry (7) Beaucoup de projections qui distillent du stress aux adversaires
Benzema (8) Remarquable passeur à deux reprises, puis Giroud, (75e) Non noté
Menez (6,5) Doit mieux canaliser son énergie, puis Martin (73e) Non noté
Sélectionneur: Blanc (9) Le champion du monde 1998 a très bien su gérer le groupe et le retard d’une heure (19 h au lieu de 18 h) à cause de l’orage. Il se démarque de l’ancien sélectionneur par un milieu de terrain beaucoup plus créatif. Blanc à la volonté d’aller de l’avant alors que R.Domenech avait toujours peur de perdre dès que Zidane a quitté les Bleus. Mauvaise nouvelle pour Malouda: il a perdu sa place de titulaire. J’en connais qui vont être content !

Les matchs que l’on doit voir:
9 juin, 20 h 45: Allemagne 1-0 Portugal
10 juin, 18 h: Espagne 1-1 Italie
11 juin, 18 h: France 1-1 Angleterre
13 juin, 20 h 45: Pays-Bas 1-2 Allemagne
14 juin, 18 h: Italie 1-1 Croatie
14 juin, 20 h 45: Espagne 4-0 Irlande

15 juin, 19 h : Ukraine 0-2 France
17 juin, 20 h 45: Portugal-Pays-Bas
18 juin, 20 h 45: Italie-Irlande
19 juin, 20 h 45 Suède-France

Les matchs qu’on peut voir:
9 juin, 18 h: Pays-Bas 0-1 Danemark
10 juin, 20 h 45: Irlande 1-3 Croatie

13 juin, 18 h: Danemark 2-3 Portugal
15 juin, 18 h: Suède 2-3 Angleterre
17 juin, 20 h 45: Danemark-Allemagne
18 juin, 20 h 45: Croatie- Espagne
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Les matchs qu’on peut éviter:
8 juin, 18 h: Pologne 1-1 Grèce
8 juin, 20 h 45: Russie 4-1 République Tchèque
11 juin, 20 h 45: Ukraine 2-1 Suède
12 juin, 18 h: Grèce 1- 2 République Tchèque
12 juin, 20 H 45: Pologne 1-1 Russie

16 juin, 20 h 45: République Tchèque-Pologne
16 juin, 20 h 45: Grèce-Russie

Pronostics réajustés au fil de la compétition:
Quarts de finale
Russie-Portugal
Allemagne-Pologne
Espagne-Angleterre ou Ukraine
France ou Ukraine-Italie

Demi-finale
Russie-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

Permalien 11:05:42, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Les Français de Blanc vont s'opposer à deux Ballons d'Or

15 juin 2012, 18 h
Ukraine-France
Pronostic:
Ukraine 3-1 France, à 60 %
Ukraine 1-2 France, à 30 %
Ukraine 2-2 France, à 10 %
Les joueurs de Laurent Blanc jouent leur réputation sur un match. Soit il s’agit de joueurs surcotés qui ont la chance de tomber au bon moment car ils gagnent mieux leur vie que Kopa et Platini au sommet de leur gloire, soit ils démontrent- au moins quelques-un d’entre eux- qu’ils méritent le statut de grands joueurs.
En face, ils vont se heurter à un pays co organisateur dont les joueurs vont jouer à 100%.
Leur sélectionneur Oleg Blokhine fut l’un des plus grands attaquants de l’Histoire du football, fer de lance de l’attaque de Kiev au temps de Valeri Lobanovski (1939-2002).
Le capitaine de l’Ukraine est Shevtchenko, attaquant de très grande classe.
Il y a dans le groupe de l’Ukraine neuf joueurs du Dynamo Kiev, ce qui garantit une cohésion.
Il y en a aussi 5 de Chakhtior Donestsk.
Et n’oublions pas Timouchtchouk du Bayern Munich…
Tous les Ukrainiens sont heureux de jouer pour leur pays. C’est une évidence, et cela donne beaucoup de force.
La France va jouer un match de football quand les Ukrainiens vont vouloir écrire l’Histoire.

Parcours du capitaine Andreï Shevtchenko né le 29 septembre 1976 (35 ans) à Dvirkivchtchyna, (ex URSS):
1994-1999/ Dynamo Kiev
1995-1996/ Dynamo Kiev B
1999-2006/ Milan AC
2006-2009/ Chelsea
2008-2009/ Milan AC
2009/ Dynamo Kiev
1995/ Ukraine 109 sélections nationales (48 buts)

Palmarès:
Ligue des Champions 2003 (AC Milan)
Supercoupe de l’UEFA 2003
Championnat d’Italie 2004
Coupe d’Italie 2003
Supercoupe d’Italie 2004
5 Championnats d’Ukraine 1995, 1996, 1997, 1998 et 1999 (Dynamo Kiev)
3 Coupes d’Ukraine 1996, 1998 et 1999
Supercoupe d’Ukraine 2011
Coupe de la CEI 1996,1997 et 1998
Coupe d’Angleterre 2007 (Chelsea FC)
Coupe de la Ligue d’Angleterre 2007
Ballon d’Or 2004

Parcours du sélectionneur Oleg Blokhine né le 5 novembre 1952 à Kiev, Ukraine:
1962-1988/ Dynamo Kiev
1988-1989/ SK Vorwärts Steyr
1989-1990/ Aris Limassol
1972-1988/ Union soviétique, 112 sélections nationales (42 buts)

Palmarès:
Supercoupe de l’UEFA 1975 (Dynamo Kiev)
Coupe des Coupes 1975 et 1986
8 Championnats d’URSS 1971, 1974, 1975, 1977, 1980, 1981, 1985 et 1986
5 Coupes d’URSS 1974, 1978, 1982, 1985 et 1987
Ballon d’Or 1975.

Lance Armstrong est lynché dans les médias alors que Carl Lewis, Anquetil, McEnroe, Agassi et Coppi sont des intouchables

Jacques Anquetil a toujours dit qu’il se dopait. Personne n’a jamais songé à lui retirer le moindre de ses trophées, et sa renommée n’a jamais été aussi grande en 2012. La chasse au champion Armstrong se poursuit sans relâche alors que beaucoup d’autres grands champions qui ont parlé dopage à coeur ouvert ne sont pas devenus des proies médiatiques. Armstrong n’a jamais été contrôlé positif au terme d’une course alors que les autres champions se sont tous exprimés sur le dopage sans que cela ne porte préjudice à leur prestige. Je n’ai jamais un tel acharnement sur un sportif. Unique au monde alors que Lance Armstrong est l’un des plus grands cyclistes de tous les temps. Je persiste et signe.

Carl Lewis:
“En avril 2003, Wade Exum, ancien chef du programme de détection du comité olympique américain (USOC), a remis à deux journaux américains - Sports Illustrated et The Orange County Register - un dossier et des preuves attestant que Carl Lewis a été contrôlé positif à trois reprises à la pseudo-éphédrine, à l’éphédrine et à la phénylpropanolamine en 1988, lors des sélections américaines pour les Jeux olympiques. Le blanchiment de l’USOC a permis à Carl Lewis de participer aux JO de Séoul, de terminer deuxième du 100 m avant d’être déclaré champion olympique, dans la même discipline, à la suite du contrôle positif (aux stéroïdes anabolisants) de Ben Johnson. L’homme aux neuf médailles d’or olympiques n’a même pas pris la peine de démentir : « Des centaines de personnes ont été prises. Elles ont toutes été traitées de la même manière. Le contexte était différent à l’époque ». Sa ligne de défense ? Un : les produits incriminés étaient présents dans des compléments alimentaires à base d’herbes. Deux : ils n’étaient pas efficaces. Faux sur ce point : ces stimulants légers aident les sprinters à diminuer leur temps de réaction. Quant à l’argument de l’usage par inadvertance, le président de l’Agence mondiale antidopage « ne peut l’admettre : Carl Lewis n’aurait jamais dû l’évoquer » Plus largement, Dick Pound (qui fut l’avocat de Ben Johnson en 1988) accuse : « Nous sommes donc bien en présence de double standard en matière de lutte antidopage à cette époque : des règles pour les Américains et d’autres règles pour le reste de la planète » Carl Lewis aurait donc dû vraisemblablement être déclassé (comme Ben Johnson) de son titre du 100 mètres en 1988″

Jacques Anquetil:
“Jacques Anquetil a plusieurs fois été soupçonné de dopage. Dans Miroir du cyclisme d’octobre 1992, il indiquait: “Je préfère me faire une piqûre de caféine que de boire trois tasses de café qui, elles, me font mal au foie….” Dans le livre La Face cachée de L’Équipe de David Garcia, le journaliste rapporte que le champion avait dit: “Je me dope parce que tout le monde se dope (…) Bien souvent, je me suis fais des piqûres et si, maintenant, on veut m’accuser de me doper, ce n’est pas bien difficile, il suffit de regarder mes fesses et mes cuisses, ce sont de véritables écumoires".

John McEnroe:
“En janvier 2004, John McEnroe déclare dans le quotidien australien le Daily Telegraph, qu’il a été dopé « à son insu » aux stéroïdes durant sa carrière". Ses déclarations sont immédiatement étouffées.

Andre Agassi:
“Pour éviter une suspension pour dopage à la suite de ce contrôle, l’Américain, dont la carrière était alors au plus bas, a menti aux autorités sportives, notamment l’Association des joueurs de tennis professionnels (ATP). La substance en question était la méthamphétamine, une drogue synthétique qui provoque l’euphorie. Agassi explique comment il a consommé cette drogue pour la première fois, chez lui, avec la complicité de son assistant, un certain “Slim", et l’état d’euphorie qui l’a envahi ensuite. «Je ne m’étais jamais senti aussi vivant, plein d’espoir et avec autant d’énergie», précise t-il dans son autobiographie. “J’ai écris une lettre à l’ATP pour les informer que “Slim” était un consommateur régulier de drogues et qu’il mélangeait souvent la “meth” avec des sodas, ce qui était vrai. Mais j’ai ajouté que j’en avais bu un par accident. J’ai eu honte évidemment et me suis promis que ce mensonge marquait la fin de tout ça". L’ATP a décidé de classer le dossier.

Zinedine Zidane:
“Les extraits de l’audition de Zidane devant le juge italien Giuseppe Casalbore le 26 janvier 2004 sont édifiants. Il s’agissait de faire la lumière sur les soupçons de dopage à la Juve entre le juillet 1994 et septembre 1998. Les joueurs ont bénéficié de relaxes au motif que la loi antidopage votée en 2000 ne pouvait sanctionner des faits datant de 1994 à 1998.
Le juge : Vous avez pris des compléments alimentaires ?
Zidane : Oui, j’ai pris des vitamines …
J: Vous les preniez sous quelles formes, par la bouche ?
Z: Par la bouche, oui, oui …
J: Aussi sous forme de piqûre ?
Z: Oui des vitamines.
J: Vous pratiquiez aussi des transfusions ?
Z: Oui.
J: Seulement de vitamines ?
Z: Seulement de vitamines.
J: Seulement de vitamines, rien d’autre ? Pourtant vous souriez.
Z: Ah ?
J: Dites-moi un peu. Vous faisiez des transfusions d’Esafosfina ? Vous savez ce que c’est que l’Esafosfina ? Vous l’avez déclaré en 1998, je le lis ici sur le procès-verbal (…) Vous considériez cela seulement comme des vitamines.
Z: Oui(…)
J: Vous ne prenez rien d’autre ?
Z Non. A part la créatine, le fer, et (…)
J: Dites-moi, une autre phrase m’a frappé, vous aviez déclaré, lors de votre audition : « Les perfusions sont utiles, sinon, comment ferions-nous autrement pour jouer soixante-dix matchs pendant l’année ?”
En novembre 2004, Riccardo Agricola, le médecin chef de la Juventus Turin – dont Zinédine Zidane a porté le maillot de 1996 à 2001 – avait été condamné en première instance à un an et dix mois de prison pour fraude sportive et utilisation abusive et dangereuse pour la santé de médicaments en dehors de toute justification thérapeutique entre 1994 et 1998.
Dans son rapport, l’hématologue commis par le parquet de Turin avait notamment conclu que les fortes variations de paramètres sanguins observées chez certains joueurs de la « Juve », dont l’ancien capitaine de l’équipe de France, Didier Deschamps, relevaient de « l’utilisation quasi certaine de traitements pharmacologiques tels que l’érythropoïétine ou les transfusions ». Après ces révélations tardives sur Zidane, les instances de la FIFA ont décidé de faire la sourde oreille, car pour Sepp Blatter, le patron de la Fédération « le dopage serait inutile dans le football car ce sport est avant tout technique.”
Pendant le Mondial allemand, la Fédération internationale de football (FIFA) n’a pratiqué aucun contrôle sanguin pour détecter d’éventuelles transfusions. “Nous considérons la probabilité de cette pratique dans le football tellement faible que ce serait une perte de temps, d’argent et d’énergie que de faire des contrôles sanguins », explique au Monde Jiri Dvorak, le médecin chef de la FIFA".

Fausto Coppi:
Interview à la TV italienne…
TV: “Tous les coureurs prennent la Bomba (amphétamines)?
Coppi: Oui et tous ceux qui prétendent le contraire ne méritent pas que l’on parle de vélo avec eux!
TV: Vous, vous preniez de la Bomba?
Coppi: Oui! Chaque fois que c’était nécessaire.
TV: Et quand était-ce nécessaire
Coppi: Pratiquement tout le temps!”

PS: Toutes ces déclarations sont été récoltées sur le net. Inutile de vous préciser que Armstrong, Anquetil, Coppi, Lewis, Zidane, McEnroe et Agassi sont des sportifs que je classe parmi les grands champions. Comme disait le général De Gaulle: “Anquetil a fait retentir La Marseillaise!”

Barcelone (Oh!pardon... L'Espagne) corrige l'Irlande (4-0)

L’ouverture du score par Torres qui revient en forme internationale au bon moment.

Espagne 4-0 Irlande
But pour l’Espagne: Torres (4e, 70e), Silva (49e), Fábregas (83e)

Alors que Torres n’était plus qu’une ombre depuis des mois et des mois, il est ressorti de l’anonymat contre l’Irlande de Trapattoni, c’est dire le niveau des Irlandais. Leur sélectionneur italien devrait songer à la retraite. Il va pouvoir y penser dans l’avion du retour car son équipe est déjà éliminée du tournoi.
A l’heure qu’il est l’Espagne et l’Allemagne sont au rendez-vous.
L’Espagne joue souvent divinement. C’est le Barça moins Messi. La balle circule bien et même très bien.
L’Allemagne, elle, est un mélange de grâce et de force. Grâce par l’inspiration sans fioriture, à l’image d’Ozil et Gomez quand il est libre de marquage. De force, avec un milieu de terrain hyper solide. Les Allemands sont les grands favoris avec l’Espagne.
Les Italiens avancent pas à pas.
La Croatie, la Russie et l’Ukraine sont de forts beaux outsiders.
Les Pays-Bas décevants comme d’habitude.
Et la France ? Pas terrible. Pas assez réaliste dans ses périodes de domination.
Laurent Blanc a mis ses joueurs au pied du mur:
-"Il faut avoir de la personnalité et du caractère. Si on a des grands joueurs, il va falloir qu’ils le démontrent. Il faut le faire sur le terrain. C’est là où est la différence entre un bon joueur et un grand joueur. On peut tout dire : se lâcher, dépasser sa fonction. Un célèbre entraîneur parlait de tenir son rôle et dépasser sa fonction. Si tout le monde fait juste son petit geste, mais pas plus, ça ne suffira pas.”
En un mot, n’être pas bon que dans les journaux…
Pour l’instant, on a vu des Bleus être à deux doigts de battre les Anglais.
Le second test arrive ce 15 juin 2012 avec France-Ukraine. Les Français ne sont pas du tout en position de force. C’est un assemblage de joueurs surmédiatisés qui n’ont pas prouvés grand chose.
Il nous manque le joueur flamboyant: ce pourrait être Ben Arfa, s’il joue.
Sans un Ben Arfa étincellant (voire un bon Nasri), la France n’est pas en mesure de battre facilement l’Ukraine qui est favori puisqu’il joue à la maison avec un grand artiste (Shevchenko) et un entraîneur mythique (Blokhine) qui a dit: “La France ne nous fait pas peur” (sic). Dans le Groupe D, il se peut que l’Ukraine passe en 1/4 avec l’Angleterre ou la France…

14.06.12

Permalien 14:37:03, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Nouvelle tentative pour massacrer Lance Armstrong, le champion qui est revenu du pays des morts

On ne laissera jamais tranquille Armstrong qui est seul contre tous. On continue de le salir alors qu’un dopé français repenti est consultant télé, au mépris de l’éthique sportive. Et ne parlons pas des champions du monde de football 1998 qui sont tous intouchables. Quand l’ancien médecin de l’équipe de France A (2004-2008) et Espoirs (1992-2004), Jean-Pierre Paclet a évoqué les analyses sanguines de certains internationaux français, cela n’a pas déclenché de vague médiatique: il ne faut pas apporter préjudice au football, milieu plein d’argent. Et quand McEnroe et Agassi disent qu’ils ont pris des produits illicites, les instances américaines font la sourde oreille. Elles réservent leurs attaques à Armstrong. Le texan ami de la famille Bush n’est pas tendance.

“Je n’ai jamais été dopé, et, contrairement à beaucoup de mes accusateurs, j’ai été un athlète endurant pendant 25 ans sans pic de performance. J’ai participé à plus de 500 tests et je n’ai jamais failli à l’un d’entre eux. L’USADA n’en tient pas compte, ne fait pas de distinction fondamentale entre moi et ceux qui ont été condamnés pour dopage. Cela en dit beaucoup sur l’USADA, son manque d’équité et de cette vendetta autour de ma culpabilité ou mon innocence", a répondu Lance Armstrong qui est une nouvelle fois suspecté de dopage généralisé autour de lui entre 1998 et 2011.
Quand il a stoppé sa carrière, on a sorti d’une armoire à pharmacie une éprouvette pleine de son urine de 1999 !
A présent, en 2012, l’agence antidopage américaine sort à son tour du pipi, du sang (et pourquoi pas du caca !) de l’Américain datant de 2001 pour y détecter dit-on de l’EPO. On nous sort aussi des témoignages. Dommage qu’on n’est pas conservé le pipi de Coppi et d’Anquetil. Et l’urine des footballeurs français qui jouaient dans le calcio dans les années 1999 l’a-t-on caché quelque part ?
A l’heure qu’il est, on ne sait qu’une chose: Lance Armstrong n’a jamais été contrôlé positif dans sa carrière.
Pourquoi alors le serait-il quand il ne participe plus au Tour de France ?
Au temps de son règne, ses détracteurs disaient: “Il se dope mais au contrôle il montre un document qui l’autorise à prendre certains produits pour soigner le cancer…”
Lorsque j’attendais cela je répondais: “S’il est malade, il a le droit de se soigner !”
Il y en a qui suspectent tout, et d’autres, comme moi, qui souhaitent qu’on laisse tranquille celui qui devait mourir du cancer.
Lance Armstrong a gagné 7 Tours de France. Cela dérange beaucoup de monde.
Selon l’avocat d’Armstrong, Robert Luskin, “les nouvelles accusations sont le produit de la malice et de la méchanceté. Ils ne constituent pas une preuve.”
On ne peut pas mieux dire.

Les 40 ans de Folio (1972-2012) : William Golding, Raymond Queneau et André Malraux (Folio/Gallimard)

Discours de Malraux contre François Mitterrand et pour De Gaulle. Grandiose ! Ne soyons pas sectaires. Le talent n’a pas de frontières. Enfant, quand je voyais Malraux à la télévision, je buvais ses paroles. Enfin j’entendais le langage. Aujourd’hui, quand j’entends ceux qui osent s’appeler “intellectuels” je coupe la télé. L’un des derniers audibles fut Gilles Deleuze.

Dans sa série des éditions spéciales pour la date anniversaire- les 40 ans de Folio- Gallimard poursuit la réédition fastueuse d’une suite de chefs-d’œuvre. Après Gatsby le Magnifique (F. Scott Fitzgerald), le Journal de Gide et Zadig (Voltaire), voici Golding, Queneau et Malraux
**« Pour moi, Sa Majesté des Mouches, a toujours représenté ce pour quoi sont faits les romans : ce qui les rend indispensables. Cherchons-nous à êtres divertis lorsque nous lisons une histoire ? Bien sûr. Un acte de l’imagination qui ne divertit pas est évidemment un acte pauvre. (…) Dans les meilleurs romans, l’imagination de l’écrivain devient la réalité du lecteur », écrit Stephen King dans sa préface, depuis Sarasota en Floride. William Golding remplit toutes les conditions espérées par King. Après un accident d’avion, des jeunes gens se retrouvent ensemble sans adulte. Sur l’île une micro société va naître à l’image de toutes celles que l’on connaît déjà… La prose extrêmement vivace de Golding est fort bien rythmée par des dialogues d’un impact infaillible. Voici un “Koh-Lanta” métaphysique.

-Sa Majesté des Mouches
De William Golding
Traduit de l’anglais par Lola Luc
Préface de Stephen King traduite par Samuel Todd
Folio/ Gallimard, 321 p., 7, 50 €

**D’aucuns placent Zazie dans le métro au-dessus d’Exercices de style. Pas moi. Exercices de style est un ouvrage oulipien par excellence. De fait, il est composé d’une suite de textes qui racontent tous la même chose mais dans une présentation différente. C’est comme si un peintre proposait une même scène à la mine de plomb, à l’huile, à l’acrylique, au pinceau, au couteau, au pochoir, au fusain, à l’aquarelle, aux pastels, à la gouache, à l’encre de Chine, à la sanguine… Tout cela forme un ensemble musical. Queneau raconte donc une scène sur la plate-forme d’un autobus, avec plein de variantes littéraires : c’est fulgurant ! Le volume est augmenté de six exercices de l’édition de 1947 supprimés dans l’édition de 1973, de quatre exercices parus en revue, de douze autres qui étaient réservés à la Pléiade de neuf supplémentaires destinés au monde de la publicité : DOP et les tranquillisants.

-Exercices de style
De Raymond Queneau
Présentation et établissement de l’édition par Emmanuel Souchier.
Folio/ Gallimard, 237 p., 6,50 €

**On a beau dire ce que l’on veut sur Malraux, il n’en reste pas moins que nous sommes en face d’un véritable écrivain, à l’inverse de ses épigones qui croient jouer dans sa catégorie. Avez-vous déjà entendu Malraux parler de Fra-Angelico ? On dirait qu’il l’a connu. Lors de la campagne présidentielle de 1965, il a fait plusieurs discours en faveur du général de Gaulle qui sont des exercices d’admiration cioranesque. Je n’ai jamais oublié son : « Voter Mitterrand c’est mettre un CRS derrière chaque Français ». Je précise que François Mitterrand a participé à la création des Compagnies républicaines de sécurité. A l’occasion du 40e anniversaire de la collection Folio, les éditions Gallimard renouent avec la tradition de faire figurer une préface dans les poches, cela rajoute un plus. Pour ce qui est de Malraux, Jean-Yves Tadié nous rappelle que les trois récits de cet ouvrage datent de la jeunesse de l’auteur. Le premier ("Lunes de papier") à un côté cubisme littéraire. Le second, “Ecrit pour une idole à trompe", est tout simplement le récit d’une marionnette. Et le troisième et dernier, “Royaume-farfelu", est une excursion imaginaire en Perse. Ces trois écrits ont permis à André Malraux de remettre au goût du jour le terme « farfelu ». Jusqu’à ce qu’il le remette à l’air libre, il était confiné dans le dictionnaire, oublié de tous.

-Ecrits farfelus
D’André Malraux
Folio/ Gallimard, 115 p., 5,30 €

Permalien 01:22:27, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Les Allemands mettent les Pays-Bas quasi hors de l'Euro 2012

Allemagne 2-1 Pays-Bas
Buts pour l’Allemagne: Gomez (24e , 38e)
But pour les Pays-Bas: van Persie (73e)

Groupe B
1 Allemagne 6 pts 2 matchs/ 2 0 0/ 3 1/ + 2
2 Portugal 3 2/ 1 0 1/ 3 3/ 0
3 Danemark 3 2/ 1 0 1/ 3 3/ 0
4 Pays-Bas 0 2/ 0 0 2/ 1 3/ -2

Matchs
Pays-Bas 0-1 Danemark
Allemagne 1-0 Portugal
Danemark 2-3 Portugal
Pays-Bas 1-2 Allemagne
17 juin 2012, 2à h 45
Portugal - Pays-Bas
Danemark- Allemagne

On a beau dire ce que l’on veut sur l’Allemagne, le football de ce pays est clair et net.
Sa limpidité atteint souvent la perfection.
Un bon gardien, une bonne défense, un milieu solide, de la création, de la finition (Gomez déjà trois buts), de la discipline, du réalisme.
Le football dans toute sa splendeur. Un Brésil qui ne frime pas.
Les joueurs des Pays-Bas, eux, restent un puzzle avec des pièces manquantes. On a beau chercher dans toute la maison, on ne retrouve pas le coin du ciel bleu pour finir le paysage.
A part la période Rinus Michels/ Rijkaard-Gullit-van Basten, ils n’ont jamais gagné en phase finale.
Cette cuvée de 2012 est très mal partie. Avec deux défaites au compteur en trois matchs, il faudrait un miracle pour que les Néerlandais se qualifient en 1/4 de finale. Un miracle qui dépend d’une large victoire des Pays-Bas contre le Portugal pendant que l’Allemagne battrait les Danois. Van Persie et ses partenaires n’ont plus leur destin entre les mains. Leur départ en vacances ne va pas tarder.

Bastian Schweinsteiger, auteur de deux passes décisives contre les Pays-Bas:
-"Ça a vraiment été chaud, mais on a tout donné dès la première minute, on voulait vraiment franchir cette deuxième marche, et en attaque nous sommes parvenus à nous créer davantage d’espaces et on les a bien utilisés. Nous pouvons maintenant aborder le dernier match, contre le Danemark, avec beaucoup de confiance, chaque victoire vous donne un petit plus. On veut clairement gagner ce match contre le Danemark.”

Holger Badstuber, défenseur:
-"Je pense que nous pouvons être satisfaits : cette deuxième victoire, c’était notre objectif. Nous n’avons pas réussi à faire cela dans nos précédentes phases finales. Aujourd’hui c’est fait, et je pense que, surtout dans la première période, nous avons joué un très bon football malgré la météo. Il faisait très humide avec 30 ou 31°C, alors on a fait du bon travail, on a joué de manière très économique. Dans la seconde période, on a perdu un peu le fil mais c’est une victoire méritée dans l’ensemble.”

Philipp Lahm, défenseur:
-"Nous sommes très heureux d’avoir remporté cette deuxième victoire. Pendant une heure, nous avons très bien joué, mais ensuite les Pays-Bas ont démontré qu’ils avaient une grande équipe et eux aussi ils ont bien joué. Maintenant, nous savourons cette victoire. Les buts de Mario sont des buts de classe mondiale et nous savons l’importance qu’il a pour nous.”

Mario Gomez, auteur de deux buts contre les Pays-Baas:
-"C’est incroyable, cela n’en finissait plus. L’équipe néerlandaise a bien sûr de grands joueurs offensifs alors cela était très serré jusqu’à la fin mais avec Manuel Neuer dans le but il n’y a pas s’inquiéter. Vous pouvez rester calme. Enfin ce fut tout de même une épreuve pour les nerfs.”

Joachim Löw, sélectionneur de l’Allemagne:
-"Je pense qu’on s’est ouvert les portes des quarts de finale avec cette victoire. Ce sera entre nos mains dimanche. C’était un match intense, très serré. Ça a été difficile de maintenir un rythme élevé tout le match en raison de la température. Nous avons été bons défensivement alors que la Hollande attaquait avec quatre ou cinq joueurs offensifs. Mais nous les avons empêchés de s’exprimer. Nous méritons cette victoire. Nous savions que les Hollandais n’étaient pas tellement bons en face à face et c’est comme ça que les buts sont venus. En tout cas, dans le soi-disant groupe de la mort, nous avons déjà six points. Il va encore falloir analyser ce match mais nous sommes contents.”

12.06.12

Permalien 23:08:04, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Pays-Bas-Allemagne, le 13 juin à 20 h 45

La défaite des Pays-Bas contre l’Allemagne lors de la finale de Coupe du Monde 1974 a été un jour noir pour les passionnés de football, sauf pour les Allemands. Tous les Pays-Bas-Allemagne sont des matchs à haute tension, en raison de la guerre de 1939-1945. Lors de la finale, B. Vogts a chargé Cruyff de façon merveilleuse. Si bien qu’on n’a quasi pas vu le génie néerlandais.

Mercredi 13 juin 2012, 20 h 45
Pays-Bas-Allemagne

Il est pénible de ne pas pourvoir assister- si on le souhaite- à la globalité des matchs à cause de la diffusion de certaines rencontres sur la nouvelle chaîne payante. Je laisse le net de côté.
Nous ne sommes plus que des cochons de payants. On s’engraisse sur notre dos.
Ce 13 juin, TF1 a la bonne idée de diffuser le choc du jour, Pays-Bas-Allemagne alors qu’on ne pourra pas voir Portugal-Danemark pour les raisons évoquées plus haut.
Je me demande ce que va dire “Arsénal” Wenger à propos de “son” défenseur central Mertesacker qui est aussi étanche qu’une montre sans verre. L’Allemagne prend de grands risques avec un joueur aussi peu sécurisant. On l’a vu à Arsenal. Le joueur a son centre de gravité tellement haut qu’il semble tenir debout par miracle. Pas besoin d’avoir fait l’ENA du football pour deviner que son partenaire de club van Persie va se régaler en jouant contre lui en équipe nationale.
Voyons les forces en présence: les Pays-Bas ont de grands joueurs mais historiquement ils ne parviennent pas à s’entendre 24 h sur 24 h; l’Allemangne, elle, a perdu en mental ce qu’elle a gagné au plan technique.

Allemagne:
Un bon gardien, très prétentieux (Neuer)
Deux latéraux efficaces (J. Boateng et Lam)
Un milieu pitbull (Schwinsteiger)
Un milieu doux-dur (Khedira)
Un buteur cristallin (Muller)
Un spécialiste du but de raccro qui peut parfois être étincellant… (Gomes)
Un orfèvre (Ozil)
Un gagneur acharné (Klose)
Un nouveau Gunner (Podolski)
Un sélectionneur qui ressemble à un loup avec une perruque (Löw)
Il ne faut pas croire que l’Allemagne gagne toujours: il lui est arrivé 7 fois de perdre en finale(4 fois en Coupe du Monde et 3 fois à l’Euro)

Pays-Bas:
Une défense solide
Un pitbull dressé (van Bommel)
Un pitbull sauvage (De Jong)
Un joueur fou-fou (Robben)
Un créateur-essuie-glace-snipper (Sneijder)
Un récupérateur hyper actif (Kuyt)
Un remplaçant de luxe (van der Vaart)
Un buteur sans pitié (van Persie)
Une doublure lumière (Huntelaar)
Un sélectionneur qui ressemble à un dentiste qui attend le métro (van Marwijk)

Les matchs que l’on doit voir:
9 juin, 20 h 45: Allemagne 1-0 Portugal
10 juin, 18 h: Espagne 1-1 Italie
11 juin, 18 h: France 1-1 Angleterre

13 juin, 20 h 45: Pays-Bas 1-2 Allemagne
14 juin, 18 h: Italie-Croatie
14 juin, 20 h 45: Espagne-Irlande
15 juin, 20 h 45: Ukraine-France
17 juin, 20 h 45: Portugal-Pays-Bas
18 juin, 20 h 45: Italie-Irlande
19 juin, 20 h 45 Suède-France

Les matchs qu’on peut voir:
9 juin, 18 h: Pays-Bas 0-1 Danemark
10 juin, 20 h 45: Irlande 1-3 Croatie

13 juin, 18 h: Danemark 2-3 Portugal
15 juin, 18 h: Suède-Angleterre
17 juin, 20 h 45: Danemark-Allemagne
18 juin, 20 h 45: Croatie- Espagne
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Les matchs qu’on peut éviter:
8 juin, 18 h: Pologne 1-1 Grèce
8 juin, 20 h 45: Russie 4-1 République Tchèque
11 juin, 20 h 45: Ukraine 2-1 Suède
12 juin, 18 h: Grèce 1- 2 République Tchèque
12 juin, 20 H 45: Pologne 1-1 Russie

16 juin, 20 h 45: République Tchèque-Pologne
16 juin, 20 h 45: Grèce-Russie

Mes nouveaux pronostics corrigés vue l’évolution de la compétition:
Quarts de finale
Russie-Portugal
Allemagne-Pologne
Espagne-Angleterre ou Ukraine
France ou Ukraine-Italie

Demi-finale
Russie-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

Permalien 22:07:08, Catégories: THE RED DEVILS  

Man United fait signer Nick Powell, 18 ans, milieu offensif issue de 4e division

Découvrez Nick Powell (N°25, maillot rouge), 18 ans, le nouveau Red Devil déniché par Sir Alex Ferguson qui poursuivre la formation du jeune milieu offensif. Espèrons la bonne pioche. Après Shinji Kagawa (B. Dortmund), c’est le second joueur recruté par MU pour la saison 2012-2013.

Alors que l’Euro 2012 attire tous les regards, Sir Alex Ferguson vient de faire signer Nick Powell.
Manchester United a trouvé un accord avec Crewe Alexandra (Football League Two/Quatrième division anglaise) pour le transfert du jeune joueur pour un montant non divulgué. Ne vous inquiétez pas, MU n’a pas cassé sa tirelire. Ce n’est pas le genre de la Maison Rouge.
L’international anglais des U18 a passé avec réussite la visite médicale en acceptant un contrat de quatre ans à compter du 1er juillet 2012.
Sir Alex Ferguson est ravi d’avoir recruté cet élément:
-"Nous surveillions Nick depuis des mois maintenant. C’est un talent exceptionnel et il a été très bien formé à Crewe. Je suis ravi qu’il ait choisi de venir à United. Il a beaucoup à offrir et nous attendons tous avec impatience de travailler avec lui.”
La nouvelle recrue vit un conte de Noël en juin:
-"C’est vraiment un rêve qui se réalise de signer pour Manchester United. J’ai passé de très bons moments à Crewe et je voudrais les remercier de m’avoir aidé à me développer en tant que joueur mes 13 premières années de football. Je suis impatient de continuer à évoluer avec Sir Alex et les joueurs de classe mondiale de l’équipe. L’idée de jouer en Premier League la saison prochaine est une perspective passionnante. J’ai hâte d’y être.”
Va-t-il être lancé tout de go ? Je ne pense pas. Qui va piano va sano.
Le milieu offensif a marqué 16 buts en 45 matchs lors de la saison 2011-2012.


Nicholas Edward Powell
né le 23 mars 1994 à Crewe, Angleterre
2010–2012 Crewe Alexandra
2012 Manchester United

Permalien 21:36:25, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Ceux qui condamnent Nasri pour son geste déplacé sont parfois les mêmes qui ont applaudi le coup de boule de Zidane et la main de "Titi" Henry !

Après avoir égalisé contre l’Angleterre, Samir Nasri a fait un geste pour signifier: “Chut! Fermez-la!” Pendant que Nasri passe, les “chiens” aboyent. (Hommage à François Mitterrand !) Willy Sagnol, lui, avait demandé de la fermer… à Marcel Desailly.

Nasri a marqué puis il a exprimé un mécontement, une riposte aux attaques de la presse.
Pas besoin d’en faire une affaire d’Etat.
Si une anecdote vient à déstabiliser un groupe, ce groupe n’a de groupe que le nom.
On ne peut pas pleurnicher parce qu’au tennis il n’y a plus de McEnroe et en même temps massacrer Nasri parce qu’il règle ses comptes.
Nasri fait preuve de caractère. Tant mieux.
Je l’aime mieux comme ça que translucide comme trop souvent à Arsenal.
La fréquentation de Tevez et Balotelli à Man City l’a sans doute libéré de quelques convenances.
Tout a changé. On ne reviendra plus en arrière. A l’exception de Bongiorni, Bonifaci, Kopa, Muller et Platini, pour citer les pionniers les plus en vue, qui ont joué à l’étranger avant tous les autres Français, les joueurs basiques avaient besoin de l’équipe de France pour se montrer au plan international. Depuis l’arrêt Bosman, on voit bien que les joueurs font une fleur à l’équipe de France en venant y jouer puisqu’ils évoluent au Real Madrid, à Man U, au Bayern Munich. Ceux qui jouent en France n’est pas la priorité: exemple Gourcuff…
Donc soit on ne sélectionne que des joueurs de L1 soit on fait avec.
De là à rester dans un bus en Afsud quand même pas !
Aujourd’hui, avec le net, un pet de lapin sur la toile cirée fait la une du portail des serveurs les plus en vogue.
comme beaucoup de Bleus de l’équipe de France actuelle évoluent dans les plus grands clubs du monde avec les plus grands entraîneurs du monde, il faut au minimun comme sélectionneur un champion du monde (Laurent Blanc) pour être un peu entendu mais on a vu Benzema jouer beaucoup trop bas contre les Anglais. Ribéry s’est pas mal promené sur le front de l’attaque. Attention face à un adversaire plus redoutable car les Anglais étaient très faibles tactiquement.
Nasri a donné sa réponse sur le terrain, et il aurait dû choisir l’indifférence. C’est plus fort.
Pour revenir au geste de Nasri, on ne doit écouter ni les louanges ni les critiques.
En 1998, Dugarry avait tiré la langue après avoir ouvert le score lors du premier match des Bleus en Coupe du Monde, au vélodrome de Marseille. C’était humain.
Après avoir remporté la Coupe du Monde, Aimé Jacquet a flingué le duo de journalistes qui n’avait pas cessé de le flinguer avant le tournoi mondial. Alors que la joie était de mise, le sélectionneur vida son sac en direct. Instant inoubliable. La vengeance est vraiment un plat qui se mange froid. C’était humain.
Lors d’une victoire de l’OGCNice au parc des Princes, feu Jules Bocandé est venu narguer le banc parisien qui l’avait cédé au Gym, sous-entendu qu’il n’avait pas le niveau pour jouer au PSG. C’était humain.
Eric Cantona a envoyé sur les roses des journalistes dans une émission de télé sur le cable. Il en avait gros sur le coeur depuis que L’Equipe avait titré: “Indéfendable” après le coup de pied du Red Devil destiné à un nazillon des tribunes anglaises. C’était humain.
La polémique Nasri. L’affaire Nasri n’existe pas. D’autant plus que l’ancien sélectionneur ne l’avait pas pris pour l’Afsud.
Nasri a quitté Arsenal où il était trop paterné pour aller affronter la concurrence à Man City. Le titre de Premier League qu’il a remporté lui a donné raison.
Contre les Anglais, il a estimé devoir répondre à la presse. Pourquoi pas ? D’autres retirent leur maillot, ainsi de suite.
Nasri a un gros potentiel. Il sait conserver le ballon quand beaucoup s’en délivrent parce qu’ils ne savent pas quoi en faire.
J’ai toujours dit qu’il avait un énorme talent mais qu’il était corrigé deux failles: pas assez costaud dans les duels et en gardant trop le ballon il ralentit parfois le jeu. S’il donnait à des moments-clés plus vite le ballon, il serait du niveau de Xavi et Iniesta.
On sait depuis longtemps que Nasri est un technicien dans le droit fil des joueurs d’origine Nord-Africaine qui sont souvent des 10 grands caresseurs de ballon. Je pense à Rachid Mekhloufi l’un de mes héros. L’ex Vert était en plus un buteur extraordinaire. Nasri est encore loin d’avoir le rendement de Mekhloufi mais à son niveau, il a franchi un cap. Et il peut aller encore plus loin. Est-ce que Nadal s’est arrêté après avoir gagné un Roland-Garros ? Le plus dur c’est de confirmer, de travailler sans cessse.
La polémique Nasri est une tempête dans un verre d’eau.
Son but contre l’Angleterre après un mouvement (Evra-Rivéry) a permis à la France d’égaliser. La victoire était proche mais personne n’a su la forcer.
Désormais, les Bleus devront battre l’Ukraine- le pays organisateur- et/ou la Suède.
Rien n’est fait. Rien ne sera facile.
Sans Platini et Zidane, la France n’a toujours pas gagné un seul match d’une phase finale en Euro.

Les terrains, de Pier Paolo Pasolini (Le Temps des Cerises)

Au début des années 1960, Pasolini a interviewé lui-même les joueurs de Bologne dans son film reportage Comizi d’Amore(1965), enquête sur la sexualité dans l’Italie pas habituée à ce genre de film. Le choix des footballeurs est délibéré. Certains sont gênés, évitent de répondre. A cette époque, Bologne a une très grande équipe avec Pascutti, Harald Nielsen, Helmut Haller et Paride Tumburus que l’on voit dans le film. Anticonformiste, farouchement opposé aux idées reçues, de gauche sans jamais être embrigadé, Pasolini savait qu’il dérangeait beaucoup de monde avec ses questions tabous à l’époque. Pasolini est l’un de plus grands créateurs du XXe siècle. Il aimait en plus La Callas et Anna Magnani, ce qui est pour moi le signe d’un homme de goût extra lucide.

On sait que Pasolini aimait le sport mais qui a vraiment lu ses textes consacrés à l’une d ses grandes passions. Au journaliste de La Stampa, Enzo Biagi, qui lui demandait le 4 janvier 1973, ce qu’il aurait aimé devenir s’il n’avait pas été attiré par le cinéma et la littérature, le cinéaste a répondu: «Un bon footballeur. Après la littérature et l’éros, pour moi le football est l’un des plus grands plaisirs». Tout est dit. Et dire que certains imbéciles pensent que le football n’est qu’un repaire d’analphabètes. Albert Camus aussi voulait devenir professionnel. Sans la maladie, il aurait jouer beaucoup plus longtemps. Aux idiots qui n’y connaissent rien, aux intellos parisiens qui croient être à la fois Luther King et Mandela, je réponds : Camus et Pasolini. Qui n’aiment pas le sport, et le football, n’aiment pas la vie. Pasolini joua au football qui l’intéressa jusqu’à sa mort prématurée, hélas !
Il aimait le foot comme pratiquant, d’un point de vue esthétique et aussi d’une manière sociologique. Il a tout de suite compris que le sport spectacle allait devenir une grande kermesse mondiale. Il n’a pas pour autant méprisé le football comme tant de petits esprits le mésestiment parce que c’est trop populaire. Le très beau livre des éditions Le Temps des Cerises comprend des textes publiés dans la presse du vivant de Pasolini. Il y a aussi un poème et une interview. L’ouvrage comporte également des écrits sur les Jeux olympiques de Rome (1960) et sur le cyclisme. A propos d’Italie-Irlande du 8 décembre 1970, Pasolini parle du langage corporel, en référence au virtuose Rivera, Ballon d’Or 1969. « Le football est la dernière représentation sacrée de notre temps. C’est un rite dans le fond, même s’il est évasion. » Qui dit mieux ? Bien sûr, Pasolini voit plus loin que le cliché de l’opium du peuple. Il écrit ce que j’ai moi-même expliqué sans connaître les phrases du cinéaste. A savoir que le football a remplacé le théâtre et qu’il ne remplacera pas le cinéma. Les matchs appartiennent à l’art vivant comme la scène. Le cinéma n’est qu’un théâtre « d’ombres ». De la mort en conserve. Dans ses écrits, Pasolini évoque le football toujours de manière directe, à partir du terrain. Que dirait-il de la prédominance des retransmissions télés ? Les matchs à la télé ne sont-ils pas désormais plus proches du cinéma que du théâtre ?
On le voit, le football mérite toute notre attention. Il est évident que c’est un art majeur. D’où la haine qu’il déclenche chez certains “artistes” dont on ne connaîtra jamais les travaux alors que les moindres dribbles d’un anonyme sont dupliqués à des millions d’exemplaires par écrans interposés. Au sujet des J.O ., Pasolini ne les regardais plus de la même façon à cause des nazis qui se sont servis de ceux de 1936 pour faire de la propagande. Il a suivi les Jeux de Rome qui ont marqué le début de la médiatisation ultra moderne. Les dernières lignes du livre mettent en valeur Eddy Merckx. Ce qui nous donne l’impression que Pasolini est toujours vivant. C’est une illusion, sauf que la pensée de Pasolini ne mourra jamais. Elle est présente dans ses films, et dans ses livres. Tous les amateurs de sports qui aiment la littérature doivent lire Les terrains. 8€, le prix d’un paquet de cigarettes.

-Les Terrains, écrits sur le sport
De Pier Paolo Pasolini
Traduit de l’italien par Flaviano Pisanelli qui signe aussi la préface
Le Temps des Cerises, 160 p., 8 €

Le film intégral, Enquête sur la sexualité (1965), titre français:

PS: Olivier Maillart a écrit un texte sur Pasolini ("Entre Saint-Paul et Dionysos") dans Atelier du Roman, mars 2012, Flammarion, 220 p., 15 €.

[Post dédié à Antonio Tabucchi]

Permalien 10:49:50, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Les Ballons d'Or Blokhine et Shevtchenko peuvent faire très mal à la France et à l'Angleterre

Maintenant que la compétion a débuté. On y voit plus clair et les pronostics peuvent etre ajustés. Il me semble que l’Ukraine peut se qualifier au détriment de la France ou de l’Angleterre qui risquent dans l’opposition avec le pays qui a conquis son indépendance. Blokhine et Shevtchenko sont deux monuments du football mondial. Ils jouent pour l’amour de leur pays libéré du joug soviétique, avec à l’esprit le legs que leur a laissé Valeri Lobanovski (1939-2002), le Matt Busby ukrainien. Il faudra être très fort pour battre le pays co organisateur de l’Euro 2012.

Groupe D
France 1-1 Angleterre
Ukraine 2-1 Suède
Classement
1 Ukraine 3 pts/ +1
2 Angleterre 1/ 0
3 France 1/ 0
4 Suède 0/ -1

Vendredi 15 juin 2012, Ukraine-France (18 h) et Suède-Angleterre (20h45) vont être très disputés puisque les Français, les Suèdois et les Anglais ont un grand besoin de points…
Lors d’Ukraine-Suède, le revenant Shevtchenko a réalisé un doublé (55e et 61e) pour répliquer à Zlatan Ibrahimovic (52e).
Le Ballon d’Or 2004 est loin d’être fini !
Les Suèdois viennent de s’en rendre compte en encaissant deux têtes du buteur historique.
La France va devoir l’affronter et les Anglais aussi le 19 juin (20h 45)
Shevtchenko a fait plaisir à voir. Tout comme on a éprouvé de la joie à revoir son sélectionneur Blokhine.
Avec eux, nous sommes dans l’Histoire avec un grand H.
Andreï Shevtchenko est le troisième joueur ukrainien à remporter le Ballon d’Or après Oleg Blokhine en 1975 et Igor Belanov en 1986.
Vous voyez un peu le niveau !
Les trois Ballon d’Or ukrainiens sont les fils spirituels de Valeri Lobanovski (1939-2002), le mythique entraîneur du Dynamo Kiev qui les conduits vers le sommet du football.
Shevtchenko a fait les beaux jours de l’AC Milan avant de ne pas s’imposer à Chelsea.
Quand il est retourné à sa maison mère, le Dynamo Kiev, on a cru qu’il était cuit.
Il n’en est rien. Il connaît un regain de forme.
Beau à voir joueur, l’attaquant appartient à la race des grands buteurs.
Il peut barrer la route aux 1/4 de finale à la France ou à l’Angleterre.

Parcours d’Andreï Shevtchenko né le 29 septembre 1976 (35 ans)à Dvirkivchtchyna, (ex URSS):
1994-1999/ Dynamo Kiev
1995-1996/ Dynamo Kiev B
1999-2006/ Milan AC
2006-2009/ Chelsea
2008-2009/ Milan AC
2009/ Dynamo Kiev
1995/ Ukraine 109 sélections nationales (48 buts)

Palmarès:
Ligue des Champions 2003 (AC Milan)
Supercoupe de l’UEFA 2003
Championnat d’Italie 2004
Coupe d’Italie 2003
Supercoupe d’Italie 2004
5 Championnats d’Ukraine 1995, 1996, 1997, 1998 et 1999 (Dynamo Kiev)
3 Coupes d’Ukraine 1996, 1998 et 1999
Supercoupe d’Ukraine 2011
Coupe de la CEI 1996,1997 et 1998
Coupe d’Angleterre 2007 (Chelsea FC)
Coupe de la Ligue d’Angleterre 2007

11.06.12

La France obtient un bon nul face à l'Angleterre diminuée sans Rooney

Lundi 11 juin 2012
Donbass Arena (Donetsk)/50 000 spectateurs
Angleterre 1-1 France
But pour l’Angleterre Lescott (30e)
But pour la France Nasri (39e)

La France n’a pas gagné sur le terrain mais elle a gagné question comportement.
C’est déjà beaucoup après le fiasco de l’Afsud 2010 où les joueurs furent livrés à eux-mêmes, sans encadrement digne de ce nom. Lors de la Coupe du Monde 2010, la France a eu le pire comportement extra-sportif de toute son Histoire.
Finalement, et je le savais, une équipe finit par ressembler à son entraîneur.
On en a heureusement terminé avec l’incompétence et la fausse insolence de l’ancien sélectionneur qui portait un costume trop grand pour lui.
Laurent Blanc a pour lui d’être élégant et les Bleus l’ont été plusieurs fois lors de France-Angleterre.
En premier, Samir Nasri. C’est la première fois en match officiel qu’il a enfin joué comme un adulte de talent.
Du talent, il en a à revendre.
C’est un joueur qui ose garder le ballon, c’est ce qui est le plus difficile. Dans un second temps, il devra apprendre aussi à vite le transmettre parfois, comme le fait Xavi en Espagne, cela peut faire gagner deux passes.
Contre les Anglais, Nasri a bien organisé le jeu. Il a souvent porté le ballon comme à Man City.
Il a franchi un cap depuis qu’il a quitte “papa” Arsènal Wenger.
J’espère qu’il va hisser encore son niveau de jeu les matchs suivants.
Il marqué un très beau but- peut-être légèrement touché par un adversaire- sur un caviar de Ribéry qui a magnifiquement dosé sa passe. Une passe après un relais avec Evra. La passe de Ribéry avait le bon timing, le bon dosage. Une offrande comme Iniesta en donne à Messi.
Une passe plus ou moins forte n’aurait pas permis à Nasri de bien armer sa frappe.
Ribéry a lui eu de l’élégance dans son don de soi.
Ils furent les deux meilleurs tricolores de la soirée.
En face, les Anglais furent décevants. Welbeck et Young furent transparents ne jouant sur leur potentiel numéro un: la vitesse en rupture.
Sans Rooney, l’Angleterre n’a plus d’âme.
La France aurait dû prendre les trois points. Les Bleus méritaient la victoire car ils ont produit plus de jeu que les British.
Ce ne fut pas le match de l’Euro. Loin de là mais la France n’a pas été ridicule. Au vu du match, elle a esquissé des mouvements assez proches de l’Espagne, la confiance en moins.
Après l’ouverture du score, sur une belle tête de Joleon Lescott (30ème), la France n’a pas douté longtemps pusiqu’elle a égalisé par Samir Nasri d’une frappe des 20 mètres (39ème). Les Bleus devront maintenant battre l’Ukraine pour mettre à profit leur belle entame contre un grand pays de football.
Les Bleus devront entrer plus vite dans le match au lieu d’observer un interminable round d’observation.

Lloris/ © (5) Ne pouvait rien sur le but. A ensuite assuré dans des situations pas trop chaudes.
Debuchy (5) Correct
Rami (4) Pas sécurisant
Mexès (4) Quelques beaux jaillissements. A bien fait le ménage en fin de match mais n’a aucun rayonnement
Evra/ (5) Quand il ne fait que défendre, il est banal. A provoqué le coup franc qui a conduit au but anglais mais il est à l’origine aussi du but de Nasri…
Diarra (7) Patrick Vieira sort de ce corps !
Cabaye (6) Un bon apport mental, puis Ben Arfa (84e) Non noté
Malouda/ (2) Inexistant puis Martin (84e) Non noté
Nasri (8) Trés bon match
Benzema (4) Ne reste pas assez en pointe. Plus un 9 1/2 qu’un 9
Ribéry (8) A été un vrai poison pour les Anglais.
Sélectionneur: Blanc (7) Bon début d’Euro. Que la France fasse un bon ou mauvais Euro, il mérite d’aller jusqu’à la Coupe du Monde 2014, si possible

Hart/ (6) A eu plus de travail de Lloris. De bonnes choses et de moins bonnes
Johnson (3) Pas sûr
Lescott (7) On a retrouvé le trés bon Citizen
Terry (5) Solide, sans plus
Cole/ (7) Bon match
Parker (6) Important dans l’entre-jeu puis Henderson (77e) Une doublure lumière
Gerrard ©/ (5) A part le coup-franc passe décisive, rien
Milner (5) Essuie-glace
Oxlade-Chamberlain (4) Match de débutant au haut niveau international, puis Defoe (77e) Non noté
Young/ (2) Inexistant. Mal utilisé
Welbeck (2) Sous-employé, puis Walcott (90e)Non noté
Sélectionneur: R. Hodgson (4) Lui ou un autre c’est la même chose. A pris la place de Fabio Capello, comme un coucou va dans le nid d’un autre

Permalien 16:54:08, Catégories: THE RED DEVILS, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Le Red Devil Danny Welbeck (21 ans) à la pointe de l'attaque des Trois Lions

Que les meilleurs gagnent! Je souhaite voir un grand match avec de l’engagement, de la vitesse, de la loyauté, de la grandeur, de la beauté. Ma fibre rouge m’interdit d’être pour la France. Lloris est Niçois mais il ne joue plus à L’OGCNice. Je salue le onze de Blanc mais j’ai envie de voir un grand Welbeck, missile-humain, joueur hyper généreux, grand récupérateur de ballon au milieu de terrain pour se relancer vers l’avant. Et Young est là aussi. L’Angleterre de ce 11 juin c’est un bout de Man U qui s’oppose à la France.

11 juin 2012, 18 h
Phase finale de l’Euro 2012
France-Angleterre

Le onze anglais contre France.
Hart/
Johnson, Terry, Lescott, Cole/
Parker, Gerrard/
Milner, Oxlade-Chamberlain, Young/
Welbeck

La France de Laurent Blanc:
Lloris/ Debuchy, Mexes, Rami, Evra/ Cabaye, Diarra, Malouda/ Nasri, Benzema, Ribéry

Nasri a raison. En 1998, beaucoup d’internationaux français voulaient battre les Italiens car un maximum de Bleus évoluaient alors en Serie A. Et en 2012, la tendance est la même sauf que la Premier League a pris la place du calcio !
A l’Euro 2013, Nasri, Malouda, Eva and Cie veulent gagner contre les Anglais pour ne pas être chambrés par leurs copains de clubs à Man City, à Chelsea et à Man U.
C’est plus fort que moi, je ne peux pas être contre l’Angleterre. Je n’en éprouve aucune gêne.
Nous sommes dans le domaine sportif. Il n’est pas question de raser la France de l’Europe ou du monde…
Ma génération reste les années 1950. C’est donc la bande à Platini. Hélas mon coeur français s’est arrêté non pas à Eboli mais à Séville.
Je n’ai jamais pu oublier la défaite contre la RFA en 1982 au seuil de la finale de la Coupe du Monde.
Je n’en ai pas dormi pendant des nuits et des nuits.
C’est comme le deuil d’un proche: INACCEPTABLE.
Même l’Euro 1984 ne m’a pas consolé.
France-Brésil 1986 c’était beau mais hélas nous n’étions pas en finale de la Coupe du Monde.
Ensuite est arrivé Cantona. J’ai recommencé à vibrer mais on me l’a cassé en France !
Je n’ai pas pu bien vivre 1998 parce que Cantona n’était pas dans le groupe.
Le dernier français que j’ai estimé ce fut Zidane.
Sa fin de carrière à été héroïque. Il a été génial lors de France-Brésil 2006.
Et par dessus-tout, Zidane est un homme d’une humilité rarissime. C’est une question de son père. Ces parents sont d’une grande dignité. “Si tu respectes les gens, on te respectera toujours” lui disait son père. Zidane c’est Cannes aussi. Presque Nice ! Beaucoup la ramène alors qu’ils n’ont pas un 10e de son talent.
Je précise que j’ai apprécié à leur poste: Desailly et Thuram, deux défenseurs de très grand niveau.
A prèsent, la France ne me dit rien du tout. Elle ne m’a rien donné du tout. J’attends de les voir dans un gros match. Seul le terrain nous rapproche des joueurs. Il faut voir ce qu’ils ont dans le ventre à des moments cruciaux. Tout le reste c’est de la mauvaise littérature, de la promo, de la com.
Je suis très impatient de voir cet Angleterre-France.
Evra joue à MU mais c’est un défenseur.
A MU l’âme se situe en attaque.
Je souhaite bonne chance à la France, mon pays natal mais ma France internationale reste et restera pour toujours celle de Platini, Giresse, Tigana et Rocheteau.
Je ne peux pas être contre Rooney qui hélas ne joue pas. Je dis hélas mais je suis content de le voir remplacé par Danny Welbeck, le missile né à Manchester. Il est en pleine progression. Il a un talent aussi large et beau que son sourire.
Il y a aussi Young et Jones.
Young est absolument merveilleux s’il est dans un grand jour.
Young et Welbeck c’est la joie de vivre absolue. Cette joie de vivre inculqué par le camp d’entraînement des Red Devils.
Le Gunner Oxlade-Chamberlain me plait aussi beaucoup. Je n’imagine pas une seconde que Arsènal… Wenger puisse être contre son joueur !
Etre pour Man United toute l’année sauf pour France-Angleterre équivaudrait à un suicide.

Permalien 16:32:44, Catégories: BALLES NEUVES, GRAND MONSIEUR  

Historique: Rafael Nadal a remporté son 7e Roland-Garros

Voici la fin du match entre Nadal et Djokovic, lundi 11 juin 2012. Après sa 7e victoire en finale à Paris, Nadal est alors voir les siens dans les tribunes du Central.

Lundi 11 juin 2012
Finale de Roland-Garros 2012
Rafael Nadal/ Novak Djokovic 6/4, 6/3, 2/6, 7/5

A la fin du match, fou de joie, Rafael Nadal s’est infligé un méchant coup sur la pommette gauche de son visage avec le saladier des Mousquetaires de la porte d’Auteuil. Grande classe, il a fait mine de rien mais pendant l’hymne, oje ne voyais que la marque rouge sur son visage. C’était le retour du quotidien, du banal, du réel, dans un moment hors du temps.
Ils sont où ceux qui ont traité Rafael Nadal de dopé ?
On ne les entend plus.
La France est très forte pour créer des compétitions: Tour de France, Coupe du Monde de football, C1, Roland-Garros mais quand elle n’a pas de Cerdan, Bobet, d’Anquetil, d’Hinault, de Marie-José Perec, elle est aussi très malsaine pour contester le talent des autres, surtout quand ils sont étrangers.
Lance Armstrong a gagné 7 Tours de France. Les médias français n’ont pas cessé de cracher sur celui qui est revenu de la mort après un combat acharné contre le cancer.
Quel le dernier français a avoir gagné Roland-Garros ? Noah en 1983.
Cela fait bientôt 30 ans que le tennis français en simple messieurs n’est qu’un gigantesque Waterloo.
Tsonga a été invité à C+ en héros alors qu’en 2012, il ne fut que quart de finaliste…
On peut aimer le sport de haut niveau au sens large. Il faut voir plus loin que le bout de mon nez nationaliste.
C’est magnifique d’assister à un moment historique de sport. C’est autre chose que les émissions débiles sur la promotion de tel ou tel produit faussement culturel de X ou Y.
Ce 11 juin 2012, Rafael Nadal est devenu le recordman des victoires à Roland-Garros- dépassant la performance de Bjorn Borg (6 victoires)- en remportant son septième titre à l’issue d’une finale disputée en deux jours face au n°1 mondial Novak Djokovic qui lui pouvait réaliser le Grand Chelem car il venait de gagner à la suite Wimbledon, l’US Open et l’Open d’Australie. Face à qui les trois fois ? Face à Rafal Nadal, of course ! Cette fois, l’Espagnol lui a cassé son rêve.
La finale avait été interrompue dimanche 10 juin, en fin de journée à cause de la pluie. Le duel avait atteint 3 heures.
Le match en était à 6-4, 6-3, 2-6, 1-2, en faveur de Nadal.
Son oncle et coach Toni Nadal en voulait aux responsables du tournoi: il aurait voulu que le match soit arrêté plus tôt vu parce que les balles étaient lourdes, pleines d’eau et que la terre battue collait sous les semelles. Ce genre de remarques me fait sourire quand on songe aux cyclistes dans la descente d’un col sous une averse.
La finale 2012 entre Rafael Nadal et Novak Djokovic a donc repris lundi 11 juin à 14 h.
NADAL - DJOKOVIC: 6-4, 6-3, 2-6, 1-2. Djokovic était au service.
Le duel a repris de manière très serré. Chacun son tour réalisant des prouesses.
NADAL - DJOKOVIC: 6-4, 6-3, 2-6, 4-4. Djokovic égalisa sur un ace.
Nadal parvenait à souvent se placer très bien pour frapper son coup droit. Il faut se rappeler que c’est son oncle qui a demandé à son neveu, alors en bas âge, de jouer du bras gauche alors que le jeune tennisman est droitier de naissance. L’oncle estimait que ses coups en seraient plus perturbants pour les adversaies. C’est une décision géniale.
A la reprise, Nadal parvint à promener le Serbe, 40-0, pour atteindre un jeu blanc.
NADAL - DJOKOVIC: 6-4, 6-3, 2-6, 5-4.
Comme la pluie revenait, Djokovic voulut stopper le match pour casser le rythme de l’Espagnol qui accepta l’arrêt des hostilités tennistiques.
A ce moment-là, la caméra fit des gros plans sur les joueurs qui semblaient deux héros des westerns de Sergio Leone.
Djokovic peut faire du cinéma quand il le souhaite. Son visage est d’une très grande expressivité. Djokovic pourrait jouer dans des films d’époque, genre d’Artagnan. Et dans bien d’autres genres.
Nadal n’est pas mal non plus.
Après la courte adverse, le soleil est revenu pour ne plus repartir.
Nadal a foncé sur le court pour reprendre le combat de boxe-tennis.
NADAL - DJOKOVIC: 6-4, 6-3, 2-6, 5-5… grâce à un service gagnant de Djokovic.
Ensuite, le Serbe a placé un énorme coup droit, 30-30.
NADAL - DJOKOVIC: 6-4, 6-3, 2-6, 6-5. Nadal reprit les commandes puisque un lob de Djokovic échoua derrière la ligne de fond de cours.
Djokovic n’avait plus le droit à l’erreur sur son service.
Nadal commit une faute, 15-0.
Djokovic mit trop de force dans ce revers, 15-15.
Nadal était alors à trois points du match…
Point gagné par l’Espagnol sur un deuxième smash, 30-15.
Grosse faute en coup droit de Djokovic, 30-30.
Coup droit gagnant de Nadal qui s’offrit une balle de match, 30-40.
Double faute du Serbe sur sa seconde balle de service !
NADAL - DJOKOVIC: 6-4, 6-3, 2-6, 7-5
SEPTIEME TITRE à Paris POUR NADAL à une époque bénie du tennis:
Novak Djokovic, 25 ans. 1er à l’ATP
Rafael Nadal, 26 ans. 2e à l’ATP
Roger Federer, 31 ans. 3e à l’ATP
Quand on voit la liste de leurs palmarès et de leur gain en dollars en reste sans voix. Borg est né trop tôt. Pensez donc qu’il a voulu vendre ses trophées aux enchères ! Djokovic, Nadal et Federer ne joue plus pour l’argent. Ils ne savent plus où le mettre tant ils en ont. Ils jouent et gagnent car ils sont trois compétiteurs hors normes.

Nadal à Roland-Garros:
2005: vainqueur face à Mariano Puerta (Argentine)
2006: vainqueur face à Roger Federer (Suisse)
2007: vainqueur face à Roger Federer
2008: vainqueur face à Roger Federer
2009: éliminé en 1/8 par Robin Söderling(Suède)
2010: vainqueur face à Robin Söderling
2011: vainqueur face à Roger Federer
2012: vainqueur face à Novak Djokovik (Serbie)

Björn Borg (né le 6 juin 1956 à Södertälje, Suède) à Roland-Garros:
1974: vainqueur face à Manuel Orantes (Espagne)
1975: vainqueur face à Guillermo Vilas (Argentine)
1978: vainqueur face à Guillermo Vilas
1979: vainqueur face à Victor Pecci (Paraguay)
1980: vainqueur face à Vitas Gerulaitis (USA)
1981: vainqueur face à Ivan Lendl (Tchécoslovaquie, USA)

Permalien 16:28:22, Catégories: FORZA ITALIA !, FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Sans Platini et Zidane la France ne sait plus gagner en phase finale de l'Euro

Michel Hidalgo nous parle de l’Euro 1984, première compétition internationale remportée par la France.

11 juin 2012, 20 h 45
Premier tour de l’Euro
France-Angleterre

Est-ce que la France va vaincre le signe indien ?
En effet, les Tricolores ne savent pas gagner de matchs à l’Euro sans Platini et sans Zidane. Qui va se hisser au niveau des deux grands stratèges ? Le buteur Benzema peut-il parvenir à faire oublier que la défense centrale tricolore est l’une des plus faibles de son histoire ? Nasri va-t-il prendre le jeu à son compte ? Ribéry va-t-il marquer des buts décisifs ?
A l’Euro 2004, la France a perdu 0-1 contre la Grèce, en quart de finale. La Grèce remporta le titre au Portugal (0-1) devant le pays organisateur.
A l’Euro 2008, la France n’a pas gagné un seul match lors du premier tour où elle termina dernière de son groupe.

Voici la liste des matchs de la France à l’Euro 2008:
9 juin 2008, Zurich: Roumanie 0-0 France
13 juin 2008, Berne: Pays-Bas 4-1 France
17 juin 2008, Zurich: France 0-2 Italie
En 2008, le sélectionneur était Domenech qui avait pour leader Thierry Henry qui n’a jamais su reprendre le flambeau après Zidane, ni après la première retraite du légendaire stratège ni après sa retraite définitive, au terme de la Coupe du Monde 2006. Il faut savoir que Henry était dans le “bus de la honte” en 2010 avec Ribéry. Imaginez-vous Kopa, Platini ou Zidane dans un tel bus ?
Donc quand Platini- vainqueur de l’Euro 1984- n’est pas sur le terrain et quand Zidane - vainqueur de l’Euro 2000- n’y est pas non plus, la France ne sait pas gagner de match à l’Euro. Le dernier match victorieux de la France remonte au 21 juin 2004… En 2000, la France de Zidane avait remporté l’Euro comme la France de Platini, en 1984. En 1984, le sélectionneur était Michel Hidalgo. En 2000, Roger Lemerre.

Euro 2004, dernier match du premier tour, Groupe B:
21 juin 2004
Suisse 1 – 3 France
Estádio Cidade de Coimbra, Portugal
Spectateurs : 28 111

France
Fabien Barthez/ Bixente Lizarazu, Mikaël Silvestre, Lilian Thuram, Willy Sagnol, puis (46e) William Gallas, puis (90e + 2)Jean-Alain Boumsong/ Claude Makélélé, Patrick Vieira, Zinedine Zidane ©, Robert Pires/ Thierry Henry 47e, David Trezeguet puis (75e) Louis Saha
Sélectionneur: Jacques Santini

Euro 2012:Italie-Espagne (1-1), un match qui ressemblait à une finale

Dimanche 10 juin 2012
Phase de groupe : Groupe C/ Euro 2012
Espagne 1-1 Italie
But pour l’Espagne: Fábregas (64e)
But pour l’Italie: Di Natale (60e)

La presse française italianophobe avait pronostiqué que les Italiens étaient cuits en raison d’une nouvelle affaire de corruption sur les paris truqués dans le calcio.
On a vu que l’Italie n’est pas du tout moribonde. Les Italiens ont répondu présent avec un Buffon exceptionnel- tout comme Casillas- , un Di Natale toujours aussi réaliste, un Pirlo épatant et un Giovinco très actif. L’Italie était belle à regarder.
L’Espagne est rentrée tout doucement dans le tournoi. Torres a été aussi maladroit que Balotelli.
Le match fut très agréable à regarder. Un vrai bon match.

Espagne: Iker Casillas © Jordi Alba, Sergio Ramos Gerard Piqué, Álvaro Arbeloa/
Xabi Alonso,Sergio Busquets, Xavi/
Andrés Iniesta, Cesc Fàbregas, puis (84e) Fernando, Torres, David Silva, puis (65e)Jesús Navas
Sélectionneur : Vicente del Bosque

Italie: Gianluigi Buffon ©/Giorgio Chiellini, Daniele De Rossi, Leonardo Bonucci/Emanuele Giaccherini, Claudio Marchisio, Andrea Pirlo Thiago Motta, puis (90e) Antonio Nocerino, Christian Maggio/ Antonio Cassano, puis (65e) Sebastian Giovinco, Mario Balotelli, puis (56e) Antonio Di Natale
Sélectionneur: Cesare Prandelli

Groupe C:
1 Croatie 3 points 1 match/ 1 0 0/ 3 1/ +2
2 Italie 1 1/ 0 1 0/ 1 1/ 0
3 Espagne 1 1/ 0 1 0/ 1 1/ 0
4 Irlande 0 1/ 0 0 1/ 1 3/ -2

10.06.12

Euro 2012: le Portugal et les Pays-Bas déjà un pied dans le tombeau

Espagne-Italie, le 10 juin 2012, à 18 h. J’attends beaucoup de ce match. Pour moi, l’Euro commence avec ce match. Voir Xavi et Iniesta c’est toujours une grande joie. Et je ne pense pas une seconde que l’Italie soit si faible qu’on le raconte.

Malheur à ceux qui perdent le premier match.

Les matchs que l’on doit voir:
9 juin, 20 h 45: Allemagne 1-0 Portugal
10 juin, 18 h: Espagne 1-1 Italie
11 juin, 18 h: France 1-1 Angleterre
13 juin, 20 h 45: Pays-Bas-Allemagne
14 juin, 18 h: Italie-Croatie
14 juin, 20 h 45: Espagne-Irlande
15 juin, 20 h 45: Ukraine-France
17 juin, 20 h 45: Portugal-Pays-Bas
18 juin, 20 h 45: Italie-Irlande
19 juin, 20 h 45 Suède-France

Les matchs qu’on peut voir:
9 juin, 18 h: Pays-Bas 0-1 Danemark
10 juin, 20 h 45: Irlande 1-3 Croatie
13 jui, 18 h: Danemark-Portugal
15 juin, 18 h: Suède-Angleterre
17 juin, 20 h 45: Danemark-Allemagne
18 juin, 20 h 45: Croatie- Espagne
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Les matchs qu’on peut éviter:
8 juin, 18 h: Pologne 1-1 Grèce
8 juin, 20 h 45: Russie 4-1 République Tchèque
11 juin, 20 h 45: Ukraine 2-1 Suède
12 juin, 18 h: Grèce 1- 2 République Tchèque
12 juin, 20 H 45: Pologne 1-1 Russie
16 juin, 20 h 45: République Tchèque-Pologne
16 juin, 20 h 45: Grèce-Russie

Pronostics:
Quarts de finale
Russie-Pays-Bas
Allemagne-Pologne
Espagne-Angleterre
France-Italie

Demi-finale
Pays-Bas-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

PS: si l’on n’a pas internet, il y a 12 matchs que l’on ne peut voir que sur “Bein sport” la nouvelle chaîne payante, dont Eire-Croatie (1-3), Danemark-Portugal, Italie-Croatie, Angleterre-Ukraine…

Permalien 11:22:28, Catégories: LITS ET RATURES  

Football Nostalgie (Hors-Collection) et Eloge du dégoût (Editions du Rocher), de Bernard Morlino

Documents de la télé brésilienne qui parle de l’un des mes anciens livres. Je ne suis membre d’aucune caste, d’aucun cénacle. Je ne m’incruste dans aucune salle à manger ou cuisine. Je crois à l’estime, en l’amitié. Obtenir quelque chose en usant de stratégie déguisée me dégoûte.

Voici mes deux dernières parutions, un album en couleurs et noir & blanc sur ma vision du football, de la création aux années 1990, et un essai pour dire qu’il faut se fabriquer un détecteur d’imposteurs afin d’éviter de subir trop ceux qui font passer des vessies pour des lanternes.

Voir la couverture de Football Nostalgie, une réédition de luxe cartonnée:
http://www.horscollection.com/site/rubrique_a_la_une_&110&4.html

“Toute passion qui remonte à l’enfance a quelque chose de sacré.” Gérard de Nerval
Pourquoi ce sport qui consiste à courir derrière un ballon fascine la terre entière, de Santiago du Chili à Moscou et de Londres à Kingston ? Une plongée dans les archives et les souvenirs s’impose afin de mettre en lumière tout ce qui a fait la magie du football.

La passion du football se transmet du père en fils (ou en fille). Combien d’enfants ont gardé la nostalgie des matchs du dimanche après-midi ? A chacun sa madeleine, pour beaucoup le ballon rond est synonyme de bonheur partagé en famille.

Depuis ses débuts à la fin du XIXe siècle, le football a engendré des mythes : des joueurs fabuleux - Kopa, Pelé, Di Stefano, Cruyff, Best, Maradona, Platini, Zidane -, des grands matchs - Angleterre/Hongrie 1954, Brésil/Italie 1970, France/RFA 1982 et 1986 -, des équipes inoubliables - la Manchester United, le Real de Madrid, le Bayern de Munich - des slogans entêtants “Qui c’est les plus forts, évidemment c’est les verts !", des moments de liesse nationale - France/Brésil 1998. Les rouflaquettes de Georges Best, les coups de gueule de Cantona, les penalties de Platini, les larmes de Pelé sont aussi célèbres que le panache blanc d’Henri IV ou les yeux d’Elizabeth Taylor.
Le football a inspiré, bouleversé, enthousiasmé des millions de personnes à travers le monde dont un bon nombre d’artistes. Albert Camus était un authentique amateur de football : le jour de ses funérailles, il fut porté en terre par un groupe de jeunes footballeurs. En 1952, le peintre Nicolas de Staël est au Parc des Princes afin d’assister à la rencontre France/Suède. Alors qu’il ne peignait que des natures mortes, il eut, ce soir-là, la révélation du mouvement.
Un bel album illustré d’images rares de l’histoire du football, raconté par un passionné du ballon rond".

-Football Nostalgie
de Bernard Morlino
préface de Dominique Rocheteau
Hors-Collection, 112 p., 25,50 €

*******

Couverture d’Eloge du dégoût:
http://www.editionsdurocher.fr/Eloge-du-degout_oeuvre_8007.html

Il s’agit d’un livre d’humeur sur l’air du temps, les années passées, et la façon d’aborder la vie.
Soit on n’est qu’un manipulé médiatique, victime du diktat des autres, c’est à dire des commerçants dits culturels qui viennent vous vendre leur salade à rythme régulier, soit on éduque son goût au contact des oeuvres et des gens qui en valent la peine et qui améliorent notre vision.
L’oeil s’éduque au lieu d’être victime du flot d’images de la promotion sans fin.
Que doit-on lire ? Pessoa ou le dernier bouquin à la mode lancé à grands coups d’interviews sur tous les supports de France ?
Hier n’était pas mieux qu’aujourd’hui. Nous devons apprendre à faire le tri.
Que reste-t-il des années Hendrix ?
Ceux qui ont tué Sharon Tate et John Lennon n’ont-ils pas assassinés tous nos rêves ?
Acteur dans le privée. Témoin dans le public.
Etre attentif aux autres, à l’exclusion de tous les imposteurs.

-Eloge du dégoût
de Bernard Morlino
Editions du Rocher, 127 p., 12, 90 €. En librairie le 14 juin 2012.

Lionel Messi a réalisé un triplé lors d'Argentine-Brésil (4-3)

Le récital de Messi et de l’Argentine dans un tout nouveau superbe maillot.

Match amical
Samedi 9 juin 2012
Argentine 4-3 Brésil
Buts pour l’Argentine: Messi (32e, 35e, 85e)Fernández (76e)
Buts pour le Brésil: Romulo (23e), Oscar (56e), Hulk (71e)

Alors que l’Euro 2012 a démontré que les joueurs étaient très fatigués - je pense à Portugal-Allemagne (0-1). De fait, Ozil, C. Ronaldo n’avançaient pas. Soit ils sont K.O. après la fin du championnat, soit ils sont H.S. suite à la préparation qui est intervenue alors qu’ils devraient être en vacances, et il faut donc leur laisser le temps de remonter en puissance au fil de la compétition…
Pendant ce temps les Sud-Américains s’éclatent, y compris ceux qui évoluent en Europe et qui sont donc soumis au même traitement que les joueurs de l’Euro.
Le match amical Argentine-Brésil (4-3) a été grandiose avec un Messi exeptionnel. Pelé doit être furax ! Cela donne envie de voir vite la Coupe du Monde 2014 au Brésil.
Ce soir, on peut déjà dire que Messi sera le prochain Ballon d’Or. Contrairement à mon espérance, C. Ronaldo a été quelconque contre les Allemands pendant que Messi a marqué trois buts de toute beauté. Amical ou pas, on s’en moque. La beauté du geste est là.
Merci à Messi. Je trouve mes Dieux sur terre et Messi en est un.
Je ne suis pas de ceux qui croient en Dieu parce qu’ils ont peur de la mort,
Après la vie, il n’y a rien du tout.
Ceux qui croient de Dieu, tremble à l’idée qu’après la vie, Tintin !
C’est pour ça que c’est si beau de voir Maria Sharapova gagner à Roland-Garros et de voir Messi marquer trois nouveaux beaux buts.
J’aime mieux l’enfer de la terre à tous les faux paradis.
Et surtout Sharapova et Messi me consolent de toutes ces fausses gloires qui font le trottoir dans les médias français.
Enfin du talent ! Enfin de la classe !

09.06.12

Le trombinoscope de l'Euro 2012: d'Arshavin à Xavi via Ozil

Arshavin (attaquant, Russie): joueur merveilleux qui s’est éteint à Arsenal.

Balotelli (attaquant, Italie): gros talent qui peut péter les plombs à chaque instant. Donne l’impression de n’avoir aucun contrôle de lui-même.

Blanc (sélectionneur de la France): il est à Domenech ce que Hollande est à Sarkozy.

Blokhine (sélectionneur de l’Ukraine): quand il était joueur, je n’avais d’yeux que pour lui. Une bombe humaine sur l’aile. Un missile à tête chercheuse.

Del Bosque (sélectionneur de l’Espagne): toujours plein de calme. Une sorte de Blanche Neige au masculin.

Cassano (attaquant, Italie): après son AVC revient de la mort. Mérite le plus grand des respects.

Gerrard (milieu, Angleterre): joueur totalement surcoté qui joue mieux en sélection qu’à Liverpool où n’a jamais remporté le moindre championnat.

Ibrahimovic (attaquant, Suède): un joyau de l’attaque. Semble toujours jouer seul. Mieux vaut l’avoir avec soi qu’en face.

Keane (attaquant, Irlande): un mental en acier trempé. Je voudrais partir à la guerre avec lui.

Klose (attaquant, Allemagne): increvable, inoxydable. Hyper intelligent.

Lato (président de la Fédération Polonaise): cet attaquant de jadis fut l’un de mes héros. Une flèche blanche qui traversait l’espace.

Lloris (goal, France): quand le plus grand joueur français est un gardien de but cela en dit long sur le reste de l’équipe.

Nani (milieu, Portugal): intermittent du spectacle.

Modric (milieu, Croate): patron de l’entre-jeu convoité depuis longtemps par Sir Ferguson, en vain.

Ozil: le seul allemand qui me donne envie d’être allemand. Un de mes joueurs préférés depuis que je l’ai vu jouer la première fois.

Neuer (goal, Allemagne): suffisant, hautain mais grand talent.

Platini (président de l’UEFA): ancien génie des pelouses. Quand je le vois je crois toujours que je le reverrai jouer avec le maillot hors du short. Un humour décapant. Des yeux plein d’esprit.

Ribéry (milieu France): joueur qui ne varie jamais son jeu. Il court vite, avec deux ou trois dribbles explosifs puis centre. A part ça, rien.

Ronaldo (attaquant, Portugal): passe souvent du grandiose à l’insignifiant.

Rooney (attaquant, Angleterre): suspendu doit ronger son frein. Reviendra très fort.

Terry (défenseur, Angleterre): quand on voit sa bonne bouille de gars sympa on ne peut pas croire à ses attaques racistes contre Anton Ferdinand, le frère du Red Devil Rio.

Trapattoni (sélectionneur de l’Irlande): l’ex superbe défenseur italien est l’un des plus grands entraîneurs de l’Histoire. A ne pas manquer: Irlande-Italie, 18 juin 20 h 45

Webb (arbitre anglais): il n’est pas aussi infaillible qu’on le dit. Je l’ai vu très mal arbitrer.

Welbeck (attaquant, Angleterre): l’incarnation de la jeunesse. Porte-drapeau de Man United à l’Euro. Rapide comme l’éclair.

Young (milieu, Angleterre): en position d’ailier peut “tuer” un match à lui tout seul.

Xavi (milieu, Espagne): un des plus grands joueurs du monde sans ballon.

Permalien 18:46:53, Catégories: BALLES NEUVES, GRANDE DAME  

Come back réussi: Maria Sharapova remporte haut la main Roland Garros 2012

Il serait facile de délirer sur elle, genre l’Albatros russe a plané sur Roland-Garros. On dit bien que des dindes sont des reines du journalisme.
Sur une radio périphérique, j’ai entendu une diseuse d’informations présenter un Guignol des infos en disant qu’il “aimait beaucoup le sport…” Cela voulait dire qu’il ne l’aimait pas du tout. Quel mépris chez ces gens-là.
Qu’ils restent dans leur suffisance.
Je leur réponds: Platon, Camus, Prévost, Buzzati, Malaparte, Blondin, Nucéra, Handke, Kerouac…
On l’a dit hautaine, prétentieuse, tout ça est faux.
Quand elle joue, Maria Sharapova n’est pas moins concentrée que Roger Federer.
Elle a ses habitudes. Va au fond du cours, à chaque fin d’échange, puis se retourne pour venir sur la ligne de service. Comme si elle ressortait des vestiaires entre chaque point.
C’est une grande championne. Superbe équilibre du corps et de l’esprit, si loin de ses actrices insupportables qui croient avoir tout compris parce qu’elles disent le texte d’un autre.
Quand Sharapova joue on voit toute une gamme d’émotions que l’on ne voit pas dans le jeu des histrionnes qui ne sont plus que des cintres sur les marches du bunker cannois.
Au ralenti des mouvements de Sharapova on voit sa gestuelle que l’on ne perçoit pas à l’oeil nu. Tout va trop vite. Sa façon de bouger, de se baisser pour se mettre à la bonne hauteur, la force dans la raquette. Tout ça tient de la haute précision.
Vous allez me dire que je regarde ses matchs parce qu’elle est belle.
Non, n’ai jamais flashé sur G. Sabatini.
J’étais attentif au jeu de Graf, Seles, Henin…
A la fin de la finale de Roland-Garros 2012, elle a laissé éclater sa joie.
Au moment de l’hymne russe, elle était radieuse. Un sourire permanent. Il n’y a pas que lors d’un accident de la route que l’on revoit sa vie défiler.
Je pensais plus à Tolstoï qu’à Poutine.
Pendant l’hymne, la championne née 19 avril 1987 à Niagan en Sibérie (Russie) savourait le moment et tout ce qu’elle a fait pour revenir au premier plan après son opération de l’épaule droite en octobre 2008 et la remise en question de son staff, c’est-à-dire que son père n’étant plus systématiquement avec elle partout tout le temps.
Les témoins de son enfance disent qu’elle s’entraînait d’une manière plus soutenue que ses adversaires de l’époque des jeunes tournois.
“Ma vie n’est pas un spectacle. Je travaille tous les jours pour faire le mieux possible ce que j’aime le plus au monde: le tennis", a-t-elle dit quelques instants après sa victoire à Paris.
Elle était toute en noir, juste avec la virgule américaine. Grande classe.
Maria Sharapova a donc enfin remporté son premier Roland-Garros devant la valeureuse italienne Sara Errani (6-3, 6-2). La Russe redevient donc numéro un mondiale grâce à son quatrième titre majeur.
Maria Sharapova entre encore plus dans la légende du tennis, huit ans après son premier titre majeur, gagné à 17 ans sur le gazon de Wimbledon. A 25 ans, la Sibérienne est la dixième joueuse de l’Histoire a avoir remporté au moins une fois l’un des quatre tournois du Grand Chelem. C’est la sixième de l’ère Open.
Roland-Garros 2012 complète son palmarés après ses victoires à Wimbledon en 2004, à l’US Open en 2006 et à l’Open d’Australie en 2008.
On s’aperçoit qu’elle maintient la cadence.

Un si beau monstre, de François Forestier (Albin Michel)

L’homme à la peau de serpent (The Fugitive Kind, 1959) de Sidney Lumet. Dans ce somptueux film, Marlon Brando donne la réplique à Anna Magnani. Face à l’immense actrice italienne, Marlon Brando n’en mène pas large. Le sex-symbol qui avait un ego demesuré ne l’a pas ramené face à la comédienne qui n’avait pas le sexe au milieu du visage, à l’inverse de la quasi totalité des comédiennes qu’avait l’habitude de côtoyer le beau gosse.

On connaît ses goûts et ses dégoûts à force de le lire depuis des années dans Le Nouvel Observateur. Il préfère rire avec Les Tontons flingueurs que se faire suer avec un navet de Bergman car le suédois n’a pas tourné que des chefs d’œuvre, n’en déplaise à son fan énamouré Woody Allen. Après s’être attaqué à Howard Hughes, Marylin Monroe et JFK, François Forestier a séjourné dans la galaxie Brando pour nous ramener un livre qui restitue l’acteur dans toute la noirceur de sa vie. La gloire se paie de manière très chère : cette fois au prix du suicide d’une fille (Cheyenne), de la mort prématurée d’un fils (Christian)… Marlon Brando a tout eu pour finalement ne plus avoir rien du tout. A choisir, mieux vaut vivre totalement inconnu et bien portant que d’être célèbre avec tant de problèmes autour de soi. Brando a été beau, courtisé par la terre entière mais il a fini pachydermique et seul comme un vieux rat mort au fond d’une cave désaffectée.
Pour envier une telle vie, il faut être refusé à tous les castings ! Le livre s’ouvre sur le meurtre de l’amant de la fille de Brando descendu par le frangin de la courtisée. Enfin rien n’est aussi tranché. Marlon Brando a brouillé toute la scène du crime comme si c’était un plateau de cinéma. A-t-il participé à ce Cluedo familial ? Seule certitude, il y a eu crime. Comment le crime a-t-il était commis ? Le saura-t-on un jour…. « Chez ses femmes, chez ses enfants, chez ses proches, Marlon Brando sème la destruction et la mort. Cheyenne le dira : « C’est le diable » Quand on lit cet ouvrage, on se dit que les égocentriques sans limite feraient mieux de s’abstenir de procréer. Brando occupait tout l’espace vital. Personne ne pouvait vivre dans son environnement. Il était comme quinze Picasso et autant de Charlie Chaplin dans la cabine des Max Brothers. Autrement dit, on suffoquait à ses côtés : il était trop beau, trop riche, trop connu, et puis trop gros, trop tout. Ne se supportant pas, il ne supportait personne. Brando « tirait » sur tout ce qui bouge, hommes et femmes. J’en connais d’autres…
Brando était un oiseau de nuit qui faisait mettre des chaînes autour de son frigo pour ne pas toucher à la bouffe. Pourtant le matin, la femme de ménage retrouvait le frigo enchaîné mais à l’intérieur la nourriture avait disparu. D’un style direct avec un sens de la formule qui fait mouche le livre est mené à un train d’enfer qui convient bien à la vie de Brando. Dès l’adolescence, on a dit qu’il était sublime. Tous les jours, on le lui répétait. Il ne pouvait pas aller dans un endroit sans attirer tous les regards sur lui. Son charme provenait aussi de sa façon de marmonner son texte. François Forestier raconte les rapports de l’un des derniers monstres sacrés du cinéma avec les figurants majeurs de sa vie. Le premier rôle c’était toujours lui.
Dépourvu d’humilité, Marlon Brando a pratiquement cassé tout ce qu’il a touché. Etre l’un des hommes les plus connus de la terre lui est monté au cerveau. Je reconnais son charisme sur l’écran, sa façon unique de jouer. J’ai cependant beaucoup plus d’estime pour Clint Eastwood et Jean Gabin. Etre un acteur ne suffit pas. Il faut d’abord être un homme. Bien sûr je ne porte pas de jugement sur le parcours de Marlon Brando que je n’ai pas rencontré. Je me fie à ce que j’ai vu sur l’écran et au livre de François Forestier qui tourne de manière indirecte au réquisitoire.

-Un si beau monstre
De François Forestier
Albin Michel, 284 p., 19,50 €

08.06.12

Euro 2012: les matchs à voir et ceux qu'on peut éviter

Champion d’Espagne 2012, Cristiano Ronaldo compte sur l’Euro 2012 pour capter le prochain Ballon d’Or, d’autant que l’Ivorien Drogba qui a gagné la C1 2012 avec Chelsea et que Messi, l’Argentin de Barcelone, ne font pas l’Euro… C. Ronaldo est jalousé par 9 fans de foot sur 10- hors deux du Real Madrid et Man United- car il est tout ce qu’ils ne seront jamais. N’empêche CR7 est une joueur fantastique. Demandez à Benzema et vous serez renseigné.

L’Euro 2012 commence ce 8 juin.
On peut voir tous les matchs mais on peut en sélectionner aussi.
Certes, il y a belles affiches qui ne tiennent pas leur promesse, et puis d’autres moins importantes qui donnent de grands matchs.
A la fin, on retrouve toujours les mêmes, à de rares exceptions près.
L’Espagne et l’Allemagne semble au-dessus du lot.
Attention l’Allemagne ne gagne pas toujours. Les Allemands aussi forts soient-ils ont perdu quatre finales de Coupe du monde…
L’Espagne est actuellement sur un petit nuage. Xavi est-il sur le déclin ou non ?
Ozil a des pieds en or. Tant mieux pour l’Allemagne. Ozil est l’un des plus grands stratèges actuels. Un pur joyaux du football.
L’outsider numéro 1 est le Portugal, avec Cristiano Ronaldo et Nani qui peuvent faire gros bobos à tout le monde.
L’Angleterre est une inconnue. Des blessés en pagaille. Un nouveau entraîneur au pire moment. C’est du quitte ou double. Depuis 1966, on est habitué. L’Angleterre est mon pays d’adoption avec Rooney, Welbeck et Young mes Red Devils que je n’abandonnerai jamais. Je précise que mes grandes heures bleues furent celles de Platini, l’étendard de ma génération, celle des années 1950.
Les Pays-Bas. Même avec “mon” Cruyff , ils n’ont pas gagné la Coupe du Monde, alors… Certes ensuite, il y a eu Rijkaard-Gullit-van Basten… A part van Persie, aucun Néerlandais ne met indispensable.
La France ? Une énigme. On nous vante la génération 1987. Je demande à voir. On dirait des intermittents du spectacle qui doivent tout à Platini et à Zidane, sans avoir rien prouvé du tout. J’attends beaucoup de Ben Arfa.
Il y a des joueurs qui ont la carte et d’autres pas. Pourquoi un joueur comme Florent Balmont n’a jamais été convoqué à la récupération du ballon ? S’il jouait à Arsenal, il serait titulaire chez les Bleus.
Les Français se contentent de peu. Je n’ai jamais oublié le défilé des Verts qui avaient perdu en finale de la C1. Canal + a invité en héros Tsonga qui a perdu en 1/4 de finale de Roland-Garros. Les Guignols peuvent se moquer de Nadal qui lui est en finale du Tournoi 2012 !
Les pays qui pourraient être une surprise ? Je n’en vois pas. Faut voir le début de la compétition.
Je vais suivre d’un oeil Arshavin (Russie) pour qui j’ai attachement spécial.
Et l’Italie ?
Tout le monde la voit à l’agonie. Pas moi. Au minimun, en demi-finale.
Il est vrai que je ne m’appelle pas Morlinaux ou Morlinaud ou Morlineaux…
C’est mon père qui m’a transmis le virus du football.
Quand je vois les matchs, il est toujours avec moi.
Je souhaite à tout le monde d’avoir un père comme le mien.
Mes frères savent de quoi je parle. Et ceux qui l’ont connu aussi. N’est-ce pas Arsènal Wenger ?

Les matchs que l’on doit voir:
9 juin, 20 h 45: Allemagne 1-0 Portugal
10 juin, 18 h: Espagne-Italie
11 juin, 18 h: France-Angleterre
13 juin, 20 h 45: Pays-Bas-Allemagne
14 juin, 18 h: Italie-Croatie
14 juin, 20 h 45: Espagne-Irlande
15 juin, 20 h 45: Ukraine-France
17 juin, 20 h 45: Portugal-Pays-Bas
18 juin, 20 h 45: Italie-Irlande
19 juin, 20 h 45 Suède-France

Les matchs qu’on peut voir:
9 juin, 18 h: Pays-Bas 0-1 Danemark
10 juin, 20 h 45: Irlande-Croatie
13 jui, 18 h: Danemark-Portugal
15 juin, 18 h: Suède-Angleterre
17 juin, 20 h 45: Danemark-Allemagne
18 juin, 20 h 45: Croatie- Espagne
19 juin, 20 h 45: Angleterre-Ukraine

Les matchs qu’on peut éviter:
8 juin, 18 h: Pologne 1-1 Grèce
8 juin, 20 h 45: Russie 4-1 République Tchèque
11 juin, 20 h 45: Ukraine-Suède
12 juin, 18 h: Grèce-République Tchèque
12 juin, 20 H 45: Pologne-Russie
16 juin, 20 h 45: République Tchèque-Pologne
16 juin, 20 h 45: Grèce-Russie

Pronostics:
Quarts de finale
Russie-Pays-Bas
Allemagne-Pologne
Espagne-Angleterre
France-Italie

Demi-finale
Pays-Bas-Espagne
Allemagne-Italie

Finale
Espagne-Allemagne

Vainqueur
Espagne

PS: la Russie a bien démarré. Avant leur premier match, je les estimais en mesure d’atteindre les 1/4 de finale.

Le mystère Messi, d'Alexandre Juillard et Sebastian Fest (Gawsewitch).

“Le mystère Messi” de Juillard et Fest montre bien l’importance de Guardiola dans l’éclosion finale de l’Argentin, footballeur qui met tout en oeuvre pour ne se pas se disperser, concentré sur l’essentiel. Immense compétiteur, sachant à 90% prendre les bonnes décisions balle au pied. Pour minimiser la classe de Messi, Pelé dit qu’il lui manque la dimension mondiale puisque le joueur de Barcelone n’a pas encore gagné de Coupe du Monde avec l’Argentine.

Ce livre est une enquête et non pas une ode à l’actuel meilleur du monde. Ce n’est pas une biographie traditionnelle, ni donc une hagiographie plate et fade. Un bio non autorisée comme on dit, sous-entendu le portrait n’utilise pas la brosse à reluire. L’Argentin qui va sur son quart de siècle a une courte vie mais ce qu’il a déjà fait sur les terrains de foot mérite déjà plusieurs volumes. Les deux auteurs ont recherché tous ceux qui ont contribué à façonner le très grand footballeur, de près ou de loin, et même tenu à distance car aujourd’hui le virtuose est une poule aux œufs d’or. Ils attribuent à chacun une part de la réussite de Messi alors qu’actuellement il n’y a plus guère que le père du joueur qui veille sur la star.
Tout a commencé en Argentine. Jorge, le papa de Lionel, était un grand fan de Nevell’s Old Boys, l’un des grands clubs de Rosario, la ville natale de l’actuel crack du ballon rond. Les Hinchas (fans) de Central et ceux de Nevell’s se haïssent. Les deux clubs s’affrontent dans des derbys qui sont les plus vieux d’Argentine (1905). Au départ, la grand-mère maternelle sent tout de suite que le petit Messi est un génie du football. Les petites sections de football se l’arrachent tant il influe sur les matchs, par ses passes et ses buts à répétition. A peine s’est-il marcher qu’il joue au football avec une balle de tennis. Les auteurs nous racontent tous sur le traitement aux hormones qui a fait grandir la « puce ». On apprend que Rodrigo, le frère ainé de Lionel, avait aussi la fibre du football sans pouvoir parvenir à se réaliser sur le terrain. Ce qui frappe dans ce récit c’est la rage de jouer de Messi. Le football est sa raison de vivre. Gravement blessé, il comprend que sans football sa vie serait un échec total.
Comme Indurain, le silence est la langue maternelle de Lio Messi. Il est 100% concentré sur le jeu. Il sait qu’une carrière est courte et que rien n’est jamais acquis tant la concurrence est rude. Il aborde chaque match comme si c’était le dernier. A noter que C. Ronaldo est fait du même bois. Les intermittents du spectacle ne peuvent pas rivaliser avec eux. Quand on aime on ne compte pas. Pelé n’est pas disposer à laisser sa place de Roi à Messi. Dès qu’un as se pointe, il veille au grain. Maradona a trop fait de conneries pour virer le Brésilien de son trône et Messi est encore vierge au niveau international. Il n’a aucune Coupe du monde quand Pelé en compte trois à son palmarès. Jadis la World Cup était la référence suprême. Aujourd’hui, ce n’est plus la pierre de touche. Et puis Di Stefano, Puskas, Cruyff et Platini n’ont pas décroché le Graal.
En fin de volume, Xavi a droit à un bel espace pour s’exprimer : « Quand je prends conscience que Léo n’a pas touché de ballon depuis cinq minutes, je le cherche du regard ». Et ensuite, le maestro du Barça fait jouer son génial partenaire. Xavi précise : « Ce qui me dépasse c’est que lorsqu’un joueur, qui a été en dessous de tout pendant un match, inscrit le but de la victoire, c’est lui qui est en première page. Et ça, ça me révolte ». Xavi parle très bien ballon : « Il y a deux manières d’être rapide. La première, c’est la vitesse physique comme celle de Messi ou de Cristiano Ronaldo, qui font tout à 200 km/h. La seconde, c’est la vitesse mentale. » On comprend que Xavi se range dans la seconde catégorie… Jouer sans ballon. On y revient. Messi est grand mais Iniesta et Xavi sont grands aussi. D’ailleurs l’Espagne est devenue championne d’Europe et championne du Monde avec Iniesta et Xavi, et donc sans Messi qui lui piétine avec l’Argentine.

-Le mystère Messi
D’Alexandre Juillard et Sebastian Fest
Jean-Claude Gawsewitch, 318 p., 19,90 €

07.06.12

Permalien 16:13:27, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Dans les secrets du Tour de France, de Cyrille Guimard (Grasset)

Cyrille Guimard brosse un admirable portrait de Raymond Poulidor que l’on désigne à tort comme un éternel loser.

«Il avait été champion du monde de triathlon à 17 ans et champion du monde sur route à 22 ans (…) Le procès fait à son cancer est injuste, déloyal (…) » Sans être l’un des derniers perdreaux de l’année, Cyril Guimard reconnait tout son talent à Lance Armstrong. Inutile de vous dire que j’aurais refermé immédiatement ce livre si l’ex champion recyclé entraîneur et commentateur avait appartenu aux flingueurs de l’Américain qui rend jaloux tout le monde avec ses sept Tours de France dans la musette. Tout le monde sauf Eddy Merckx. Les cyclistes français qui crachent au figuré sur Armstrong ne sont au mieux que des vainqueurs d’étapes.
«Le cyclisme, c’est d’abord aimer » signe Cyrille Guimard. Dommage que Louis Nucéra ne soit plus, lui l’amoureux fou du vélo. Cabu a fait un dessin avec Louis dans son lit dormant avec «sa gracieuse » tandis que sa femme dort sur le tapis ! Louis me disait souvent : « Tu as vu le foin qu’ils font pour Roland Garros… c’est quoi la souffrance d’un tennisman à côté de celle d’un cycliste qui risque sa vie à chaque course… » Le début du livre s’ouvre par un hommage « au fils spirituel », Laurent Fignon. Le deuil est impossible pour moi alors pensez un peu pour Guimard. Comment admettre la mort d’un champion que l’on a vu perdre sa voix et pleurer sur France 2. Le craquage en direct de Fignon voulait dire son amour de la vie et son chagrin de la quitter trop tôt. Il est vrai que Bobet, Anquetil et Coppi sont morts aussi. C’est incroyable comme les cyclistes, les grands cyclistes occupent notre cœur et notre esprit. C’est dire qu’on les a vus sous leur vrai visage. Quand Guimard était en selle, il répondait toujours très bien à la presse. C’était un signe d’intelligence. Devenu directeur sportif, il n’a pas perdu sa dialectique, encore présente à la radio. Avant d’avoir été champion, il a écoute Georges Briquet et Robert Chapatte sur les ondes. « Avec eux je voyageais sur des terres inconnues et l’énumération des noms et des exploits a structuré ma soif d’ailleurs ». C’est joliment dit. « En revenant de l’école, j’étais Bobet », dit-il. Sur un autre itinéraire, Anquetil. Guimard toujours eu le vélo dans le sang: une vraie vocation. Tout son parcours est raconté avec les yeux grands ouverts d’un éternel passionné. C’est beau à lire. Cela sonne vrai. Quand Guimard était môme, Anquetil était son Dieu. D’où l’importance des sportifs. Aucun enfant ne s’identifie à un politicien ou à un pape. « A l’époque, il y a avait Gabin, Bourvil et Anquetil. » Trois géants. Il y avait aussi Fernandel.
Loin d’amasser les fortunes actuelles- comme certains footballeurs actuels, Guimard a passé son CAP d’ajusteur pour s’ouvrir les portes de l’usine mais il avait en tête de se réaliser par le biais du vélo. Ses horaires comme ajusteur : de 4 h du matin à midi. Ensuite, il faisait du vélo. Décidé à travailler et à courir, il a dû choisir pour raison de santé. Guimard c’est du solide. Loin des mauviettes qui se plaignent d’un rien. Ce superbe ouvrage comporte de sublimes portraits au scalpel : Poulidor, Anquetil, Merckx, Fignon, Pascal Jules, Hinault… Bernard Tapie y est dézingué avec maestria. Poulidor est décrit comme un homme supérieurement intelligent qui sait totalement gérer le stress. Un sage du vélo. Ce n’est pas un livre d’anecdotes. On y perçoit l’âme du cyclisme. L’un des plus grands sports. Avec le style précis et efficace de son “écrivain fantôme” Ducoin, Guimard explique bien la magie du vélo. Imaginaire, admiration sont les maîtres mots du vocabulaire de Guimard, éperdument amoureux de la vie. L’annagramme de vélo ? “Love” (La trouvaille est de Michel Ohl.)

-Dans les secrets du Tour de France
De Cyril Guimard
Avec Jean-Emmanuel Ducoin
Grasset, 353 p., 19 €

Permalien 07:11:09, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

Euro 2012: la France attend celui qui va poursuivre l'oeuvre commune de Kopa, Platini et Zidane.

Le parcours de Michel Platini. Ceux qui l’ont vu jouer savent que dans l’équipe de France de 2012 aucun joueur n’a le 10e de son talent. Les trois grands phares chez les Bleus reste Kopa, Platini et Zidane. On attend le prochain.

L’équipe de France va disputer l’Euro 2012.
En l’état actuel du football français c’est déjà un exploit.
Il est impossible de dire comment vont se comporter les Tricolores avant le début de la compétition.
C’est au pied du mur que l’on voit le maçon et c’est sur le rectangle vert d’une grande compétition que l’on voit le vrai visage d’une équipe.
Les plus grands matchs des Bleus se sont déroulés en 1958, 1982, 1984, 1986, 1998, 2000, 2006… chaque fois tout se déroula en matchs hyper importants. Les matchs amicaux ne signifient rien du tout.
On va savoir enfin ce que Ribéry et Benzema valent en matchs internationaux de grande importante.
Si Ribéry donne tout ce qu’il a sur l’aile, il peut être un passeur correct pour Benzema. Ribéry ne m’a jamais impressionné. Il fait toujours la même chose. Aucune variation dans son jeu. Il est impossible qu’il soit de la dimension de Kopa, Platini et Zidane. On le saurait déjà.
Benzema est bon au Real avec Ronaldo, Ozil et Cie. Il est capable de marquer des décisifs.
La charnière Mexès-Rami n’a rien prouvé du tout. On est loin d’avoir un Trésor, un Bossis ou un duo Desailly-Blanc.
Mèxes manque de rythme. Il a une surcharge pondérale. Etre un bon relanceur ne suffit. Mentalement, il ne dégage pas le sérenité.
Et Nasri va-t-il nous sortir le grand jeu ou se liquéfier devant les joueurs de le Premier League, là où le football physique fait rage ?
Ben Arfa peut-il nous illuminer le tournoi ?
Du premier match contre l’Angleterre dépendra la suite.
Le football ressemble plus à l’économie qu’à du sport alors qu’une équipe doit être un assemblage de joueurs complémentaires qui ont pour but de faire joueur le mieux possible les partenaires.

Dernier match de l’Equipe de France
5 juin 2012, amical
Le Mans
France 4-0 Estonie
Buts pour la France: Ribéry (26e), Benzema (36e, 47e), Ménez (90e)
23 500 spectateurs

France: Lloris/ Debuchy, Mexes, Rami, Evra/ Cabaye puis Valbuena (51e), Diarra puis Koscielny (65e), Malouda puis Giroud (73e), Nasri puis Ben Arfa (73e)/ Ribéry puis Martin (65e), Benzema puis Menez (74e)
Sélectionneur: Laurent Blanc

Comparez l’effectif actuel avec les Bleus qui ont conquis un titre. D’évidence en 2012, les Bleus ont un déficit de grands caractères.

**Finale de l’Euro 1984
27 juin 1984
Parc des Princes, Paris
France 2 - 0 Espagne
Buts pour les Bleus: Platini (57e), Bellone (90e)
Spectateurs : 47 368

France: Bats/ Battiston, puis Amoros (73e), Bossis, Le Roux ( 85e), Domergue/ Tigana, Fernandez, Platini, Giresse, Lacombe, puis Genghini (80e), Bellone
Entraîneur: Michel Hidalgo

**Finale de la Coupe du Monde
12 juillet 1998
Stade de France, Saint-Denis
France 3-0 Brésil
Buts pour la France : Zidane (27e), (45+1e), E. Petit (90+3e)
80 000 spectateurs

France : Barthez/ Lizarazu, Desailly, Lebœuf, Thuram/ Deschamps, Petit, Karembeu, puis Boghossian (57e), Zidane/ Djorkaeff, puis Vieira (75e), Guivarc’h, puis Dugarry (66e)
Sélectionneur : Aimé Jacquet.

**Finale de l’Euro 2000
2 juillet 2000
De Kuip, Rotterdam
France 2 - 1 (but en or)
Buts pour la France: Wiltord (90+3e), Trezeguet (103e)
But pour l’Italie: Delvecchio (55e)
Spectateurs : 48 200

France: Barthez/ Thuram, Blanc, Desailly, Lizarazu, puis Pires (85e)/ Vieira, Deschamps, Djorkaeff, puis Trezeguet (76e), Zidane, Dugarry, puis Wiltord (58e), Henry
Sélectionneur: Roger Lemerre

06.06.12

Permalien 11:55:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Flâneries anachroniques, de Béatrice Commengé (Finitude)

La lucidité d’Henry Miller.

Voici un nouveau bel ouvrage des éditions Finitude. Chez eux, le flacon vaut le liquide. On se demande même si un mauvais livre ne deviendrait pas meilleur s’il était édité par Finitude tant ces éditeurs prennent soin à l’édition proprement parlée. Tel n’est pas le cas de Flâneries anachroniques. Il est beau dehors et bon dedans. Il s’agit de littérature géographique ou de géographie littéraire, on ne sait plus. A Paris, l’auteur part à la recherche d’Henry Miller qui allait au café “L’Oriental” qui s’appelle désormais “Café Indiana", à Montparnasse. Si les morts revenaient, ils seraient perdus. Béatrice Commengé se charge de leur donner la main. Dans la France de Sarkozy, elle revoit ensemble le duo Miller-Anaïs Nin. Elle sait que Blaise Cendrars est allé voir son ami américain à l’hôtel Acropole. Beatrice Commencé sait même que Miller avait lu Moravagine de Cendrars au Café de la Liberté. On suit la guide Commengé qui nous fait découvrir un Miller par le biais des hôtels de la capitale. Ensuite, elle nous prend par le bras pour nous transporter en Grèce au temps d’Hölderlin, toujours d’une écriture alerte loin du ton universitaire des gens qui savent tout sans avoir les moyens de nous faire partager leur savoir tant ils écrivent mal. On peut être intelligent, sensible sans être barbant. Beatrice Commencé en est la parfaite preuve. Pourquoi les gens lisent-ils des livres insipides au lieu de lire Flâneries anachroniques ? La presse est responsable pour beaucoup. Il faut dire que beaucoup de groupe puissants détiennent à la fois des médias et des maisons d’éditions… Après la Grèce, on part pour Darjeeling, ville aimée par Lawrence Durrell, l’ami de Miller. Avec Béatrice Commengé on voyage sur le Shiv Ganga Express. On est à la recherche du fantôme de Durrell, au temps de son enfance. Ca vaut le déplacement. Ensuite, c’est au tour de Diderot de nous inviter à Paris, à l’époque où il n’était pas statufié en face de l’église Saint-Germain, à Paris. On termine le festin avec Italo Svevo, à Trieste, où les gens d’aujourd’hui volent sans cesse la tête en bronze le représentant dans un jardin public. L’écrin refermé on ne sait plus où l’on est. A Paris ? En Grèce ? A Delhi ? En Italie ? Non, en Commengé.

-Flâneries anachroniques
Béatrice Commengé
Finitude, 93 p., 12 €

Permalien 11:41:50, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Les maquettes de George Harrison dans Early Takes

La séparation des Beatles a permis de reconnaître George Harrison (né le 25 février 1943, à Liverpool) comme un authentique créateur et non pas comme la dernière roue du carrosse.
Hélas, le musicien est mort le 29 novembre 2001.
Aujourd’hui, nous pouvons écouter les maquettes inédites de ses plus grandes chansons: While my Guitar Gentle weeps ou Here comes the sun
“Early Takes, volume 1″ comble les fans du guitariste qui avait une dégaine tellement cool.
On avait envie tous d’être son ami.

Site officiel: http://www.georgeharrison.com/#/

05.06.12

Permalien 14:32:18, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

KAGAWA welcome to Manchester United

Voici une vidéo pour tous ceux qui ne connaissent pas le nouveau Red Devil.
Rapide, technique, collectif, buteur, passeur, ludique, intelligent, il a tout ce qu’un milieu de terrain peut souhaiter avoir dans son carquois. Inutile de préciser sa façon de ne jamais s’avouer vaincu. Trait de caractère commun à tous les asiatiques et à tous les vrais Red Devils.
Kagawa c’est Park avec la finition.
J’ajoute qu’il sait très bien jouer sans ballon, ce qui ne s’apprend pas. Il n’y a d’ailleurs que deux catégories de joueurs, ceux qui savent jouer sans ballon et les autres. Il est entendu que les seconds ne seront jamais des footballeurs accomplis à 100 %. Jouer sans ballon c’est embarquer les défenseurs pour libérer l’espace, créer des failles dans la défense, offrir des possibilités de pénétration à ses coéquipiers.
Un jour à Liverpool- en 1996/1997, si j’ai bonne mémoire- Eric Cantona a joué pendant 90 minutes sans ballon, ce qui permet à Andy Cole de faire un grand match et à MU de gagner 1-3 pour s’envoler vers le titre. Dans la presse du lendemain, les journalistes taillèrent Cantona ! Il fut mal noté. Incroyable: même au pays du football, les ignorants ont pignon sur rues.

La fiction est devenue réalité.

[Post dédié aux fans des Red Devils]

Permalien 12:33:29, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

OFFICIEL: SHINJI KAGAWA a signé à Manchester United

Shinji Kagawa est pour les fans de MU la nouvelle étoile made in Japon qui va illuminer Old Trafford en 2012-2013

Enfin, il se passe quelque chose !
Shinji Kagawa est la première recrue de Manchester United 2012-2013.
Le milieu offensif japonais du Borussia Dortmund vient de signer ce 5 juin 2012 l’accord avec Man United.
Il lui faut à présent passer la visite médicale et obtenir un permis de travail, ce qui ne devrait être qu’une formalité administrative.
“Nous tenons à remercier Shinji pour ses efforts et sa contribution importante au succès extraordinaire du club ces deux dernières années", a déclaré le directeur sportif du Borussia Dortmund, Michael Zorc, qui avait recruté le joueur.
La nouvelle recrue vient de réaliser le doublé avec le club bavarois qui l’avait recruté pour une modique somme.
Le transfert se situe entre 17 et 20 M€. Ce qui n’est vraiment pas cher pour une telle pépite d’or. MU n’a jamais acheté de stars au zénith de leur carrière. MU aime surtout former les joueurs ou recruter un bon joueur pour le rendre très bon, à l’image de Cristiano Ronaldo.
Quand le milieu de terrain Kagawa signa à Dortmund en provenance de Cerezo Osaka, personne n’imaginait que le japonais allait devenir un joueur important. A MU il va bénéficier d’une très grande exposition.
Shinji Kagawa, né le 17 mars 1989 à Kōbe, est un très bon technicien doté d’une grande vitesse d’exécution.
Hyper spectaculaire en plus.

Le voyage des peintres en Italie au XVIIe siècle, de Laurent Bolard (Realia/ Les Belles Lettres)

Voilà un magnifique livre sur un magnifique sujet : le voyage des peintres pour aller en Italie, au XVIIe siècle. Aujourd’hui, les distances sont abolies. On ne voyage plus. On ne fait que se déplacer en voiture, en train ou en avion. Jadis, il y avait la marche à pied, la calèche, le bateau, le cheval, le dos de mulet ou de mule. Laurent Bolard nous fait découvrir les nombreuses péripéties des voyages de ceux qui voulaient se confronter aux chefs- d’œuvre des peintres transalpins et bien sûr peindre sur le motif. Le livre est fort bien présenté jusqu’à l’indispensable index qui facilite la lecture si l’on veut revenir en arrière.
Comment se déroulaient les périples ? «Pour les Français et les Allemands, il s’agissait d’aller vite ». Alors ils ne s’attardaient pas en chemin, à l’inverse des Hollandais et des Flamands qui voulaient découvrir la France. La majeure partie des trajets s’effectuaient par voie terrestre, routes et fleuves, mais le choix maritime, à partir de la Provence, était souvent l’ultime solution. On a vu des riches transportés en chaise en porteur pour franchir les Alpes ! Il n’était pas rare de tomber nez à nez sur des loups, des chamois et de ours. L’écrivain, paysagiste anglais John Evelyn a décrit des ponts très étroits fabriqués avec des troncs de sapins. Beaucoup préféraient passer par la montagne car ils avaient peur de la mer en raison des tempêtes et des pirates.
Aller à Venise et Florence représentait une sorte de parcours du combattant. Utiliser le cheval était un signe d’aisance. A l’exception de la Toscane, le réseau routier en Italie était moins bon qu’en France, aux Pays-Bas et en Angleterre. Outre les voleurs, il fallait aussi éviter les épidémies, à commencer par la peste. Où séjournaient les voyageurs ? Dans les hôtelleries et auberges. Les patrons d’établissement demandaient la religion de leurs clients qui ne se gênaient pas pour dire ce qui faisait plaisir aux patrons des lieux. Les villes les plus visitées étaient les mêmes qu’à l’An 2000 : Venise, Florence, Naples avec bien sûr Rome. Tout cela après être passé par Turin, Milan et Gênes. Le monde étant ce qu’il est, les prostituées pullulaient à Venise, grandes demandeuses de devises étrangères. La Sérénissime était la ville fétiche des peintres amateurs des “jeux sans cesse renouvelés de la lumière et de l’eau". A Florence et à Naples, les peintres logeaient souvent chez leurs mécènes.
La deuxième partie de la superbe étude de Laurent Bolard est entièrement consacrée au séjour romain. L’occasion d’y retrouver Claude Lorrain qui resta un célibataire endurci toute sa vie d’adulte passée dans la Ville Eternelle. Nicolas Poussin, lui, épousa le 1er septembre 1630, Anne, la fille d’un cuisinier français qui l’hébergeait. C’est grâce aux registres des mariages que l’on retrouve traces des hôtes de prestige. « Roma amor. Le palindrome à l’époque fusait fureur ». Et beaucoup de peintres l’illustraient au pied de la lettre. Les maladies étaient partout : syphilis et Parkinson pour Poussin. De nos jours est-ce si différent ? En définitive, oubliant les difficultés, le voyage en Italie était la période où le rêve devenait réalité. On s’en aperçoit dans le livre Laurent Bolard qui nous éclaire là-dessus même si parfois nous tombons dans le cauchemar mais toute vie à une fin. Claude Lorrain a vécu quatre-vingt-deux ans. Un exploit au XVIIe siècle. Et Poussin jusqu’à 71 ans. Ce qui est aussi un bel âge. Le livre de Laurent Bolard fait bien plus voyager que des nombre de romans sans intérêt.

-Le voyage des peintres en Italie au XVIIe siècle
De Laurent Bolard
Realia/ Les Belles Lettres, 250 p., 25 €

04.06.12

Permalien 23:51:01, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Paroles de Résistance, de Michel Piquemal et Ernest Pignon-Ernest (Albin Michel)

On peut tout dire de Malraux, mais une chose est certaine: son texte sur Jean Moulin est l’un des plus grands du XXe siècle. De Gaulle, Malraux… voilà des hommes qui n’avaient pas besoin de “nègre” pour écrire leur discours.

D’emblée on lit sur la couverture, recto-verso : « Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes ». La phrase est de Rosa Luxembourg. Une phrase inoubliable dès qu’on l’apprend. Le livre est un recueil de sentences les unes plus belles que les autres. Enfin des mots qui veulent dire quelque chose. Ici on est vraiment dans le poids du verbe et le choc des dessins, ceux du Niçois Ernest Pignon-Ernest qui transforme les murs des rues en cimaises de galerie. Trois de mes amis sont très attachés à ce Nissart: Alain Françon, Louis Nucéra et Pierre-Louis Basse. Le monde est petit. Je n’ai jamais vu E.P.E. alors qu’il est Niçois comme moi. Il serait en face de moi que je ne le reconnaitrais pas. En revanche, je peux identifier son Rimbaud entre mille dessins du natif des Ardennes, le berceau de mon ami Yanny Hureaux, géant méconnu. Dans sa préface, Michel Piquemal cite Alain : « Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l’obéissance, il assure l’ordre ; par la résistance, il assure la liberté. » J’ajoute qu’un bon citoyen doit transgresser les mauvais lois. Comme Georges Brassens, nous sommes obligés de traverser sur les clous [passages protégés de nos jour] afin de ne pas finir au poste ou au cimetière ! Ce missel de la contestation recense tous les combats contre le nazisme, l’apartheid, l’opposition à la République espagnole, le coup d’Etat militaire au Chili, les horreurs de la guerre et les coups bas de tous les nantis… On y retrouve Stéphane Hessel qui rappelle que l’indignation est le moteur de la Résistance sous toutes ses formes. Martin Luther King a dit l’essentiel que l’on oublie : « Il y a deux sortes de lois : les lois justes et les lois injustes ». Qui a dit : « Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé » ? Robespierre. Victor Hugo, lui, ne supportait de voir le peuple ne pas se rebeller devant l’étau des abus du pouvoir. « Sous un gouvernement qui emprisonne quiconque injustement, la véritable place d’un homme juste est aussi en prison. » Si quand on lit cette phrase on songe à Mandela c’est parce qu’elle a été écrite par le visionnaire Thoreau. On voit que ce recueil des paroles de résistances est un livre à mettre entre toutes les mains.

-Paroles de Résistance
Recueillies et présentées par Michel Piquemal
Interventions photographiées d’Ernest Pignon-Ernest
Albin Michel, 60 pages, 10 €

Permalien 10:44:45, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Ruud van Nistelrooy a pris sa retraite après avoir été un très grand renard des surfaces

L’annonce de la fin de carrière de Ruud van Nistelrooy n’a pas fait grand bruit.
Il est vrai que les médias institutionnels ne parlent que des gens dont on parle, ceux que l’on voit partout.
Par exemple, David Beckahm, la Paris Hilton du football. Il suffit que le natif de Londres descende d’une voiture pour que 50 photographes capturent l’instant historique. Rien n’est plus triste de voir un ex bon joueur tomber aussi bas sur le trottoir médiatique.
Meilleur buteur dans trois championnats différents (Hollande, Angleterre et Espagne), deuxième melleur buteur de l’Histoire de la Ligue des champions (avec 60 buts, derrière Raul, 71 buts), Ruud van Nistelrooy mérite pourtant qu’on lui rendre un grand hommage. Croyez-moi être avec un tel partenaire dans le couloir des joueurs juste avant de disputer un match cela aide à se sentir très fort.
Véritable renard des surfaces, il chassait exclusivement dans les derniers mètres, tout près de la cage adverse. Il a marqué un nombre incroyable de buts de raccro, mettant la jambe là où personne ne le voyait arriver. Ce buteur-né était très costaud, difficile à charger.
A Manchester United il a été une véritable machine à marquer des buts: 150 en près de 220 matchs.
Merci au Néerlandais d’avoir été un très grand buteur de l’Histoire des Red Devils.
Et bonne chance pour la suite. C’est si triste de quitter la pelouse mais Ruud a la satisfaction d’avoir fait un grand parcours en clubs.

Ruud van Nistelrooy, né le 1er juillet 1976, à Oss (Pays-Bas)
Parcours:
1993-1997/ FC Den Bosch
1997-1998/ SC Heerenveen
1998-2001/ PSV Eindhoven
2001-2006/ Manchester United
2006-2010/ Real Madrid
2010-2011/ Hambourg SV
2011-2012/ Málaga CF
1998-2011/ Pays-Bas, 70 sélections (35 buts)

Palmarès:
PSV Eindhoven :
2 Championnat des Pays-Bas 2000 et 2001.
2 Supercoupe des Pays-Bas 1999 et 2000.
2 fois meilleur buteur du Championnat des Pays-Bas 1999 (31 buts) et 2000 (29 buts).
Manchester United :
Championnat d’Angleterre 2003.
Coupe d’Angleterre 2004.
Community Shield 2003.
Coupe de la Ligue d’Angleterre 2006.
Meilleur buteur du championnat d’Angleterre 2003 (25 buts).
3 fos meilleur buteur de la Ligue des Champions 2002 (10 buts), 2003 (12 buts) et 2005 (8 buts).
Real Madrid :
2 Championnats d’Espagne 2007 et 2008.
Supercoupe d’Espagne 2008.
Meilleur buteur du Championnat d’Espagne 2007 (25 buts).

03.06.12

Permalien 11:42:07, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Dans la baie des Anges, de Patrick Mauries (Gallimard)

Esthète parmi les esthètes, Patrick Mauries est le fondateur des éditions «Le Promeneur», hymne à la littérature. Il suffit de voir le site officiel pour s’en apercevoir (1) On l’imagine se promenant à Venise tout en pensant à Proust et Oscar Wilde, avant d’aller au café Florian rendre hommage à Cocteau et Morand. C’est un auteur pour happy few qui compose des ouvrages qui n’auront pas pris une ride dans les siècles à venir car ils ne font aucune concession à la modernité. Sa bibliographie fait rêver rien qu’en parcourant les titres de l’auteur : Les fruits du hasard, Choses anglaises, Fragments d’une forêt, Sur les papillonneries humaines, L’hôtel du grand veneur… Sans l’avoir jamais rencontré, j’ai au moins quatre points communs avec lui : l’un de mes cousins (Alain T.) allait en classe avec lui, la passion de la littérature, l’année de naissance (1952) et Nice (notre ville natale). Son nouveau livre Dans la baie des anges est une belle balade dans Nisssa la Bella dont d’aucuns disent beaucoup de mal alors qu’ils ne la connaissent pas du tout. J’ai souvent entendu dire par d’anciennes mauvaises langues : « Je suis allé à Nice… mais c’est superbe ! » Nice n’y peut rien si elle a été défigurée par « l’incurie propre à l’administration». Autre point commun : la destruction des arcades de la place Masséna là où se trouvait jadis le Casino, salle de cinéma d’un côté et salle de spectacle, face gare d’autobus.
Dans ce périmètre sacré, j’ai découvert les films de Marcel Pagnol et des westerns, applaudi Johnny Hallyday (avec ma mère) au temps de “La Bagarre” et vu d’innombrables femmes marcher lorsque j’attendais le bus qui devait me ramener au plateau du Mont-Boron. Par vengeance je n’ai jamais mis les pieds dans l’immonde espace qui a remplacé le bâtiment détruit sauf dans ma mémoire. Par respect pour Jean Vigo on aurait dû classer cette bâtisse. J’ai la nostalgie du bruit des talons des dames que je regardais passer. Patrick Mauries conserve à l’esprit la ville détruite. Il revient aussi sur l’habitant de luxe, Frédéric Nietzsche qui habitait le quartier du Port. Mauries va jusqu’à Villefranche-sur-Mer pour y réveiller le fantôme de Jean Cocteau.
Son Nice ressemble à celui de Jacques Demy, version La Baie des Anges (1963) avec Jeanne Moreau et Claude Mann. Un film sur la passion du jeu et donc du je… Patrick Mauries n’a pas le souci de toujours tirer le lecteur par le bout de la chemise. C’est un piéton littéraire comme on l’est dans la ville. Il peut aller dans une direction puis bifurquer au dernier moment pour aller ailleurs. Est-ce du désordre ou l’exigence d’une liberté sans aucune entrave ? Il sait lever les yeux pour voir l’architecture de la ville. Il sait s’arrêter chez un bouquiniste- qui parfois est un soldeur- pour flairer un bon livre oublié qui n’attendait que lui. Voilà un guide que l’on suit les yeux grands ouverts.

(1) http://www.gallimard.fr/collections/fiche_promeneur.htm#top

-Dans la baie des Anges
De Patrick Mauries
Gallimard, 127 p. 11, 90 €

02.06.12

Permalien 16:32:47, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

La France joue sans aucun leader du niveau de Kopa, Platini ou Zidane

France-Brésil (1-0), 1/4 de la Coupe du Monde 2006. L’apothéose de Zidane. Depuis six ans, la France atteint un nouveau messie… La France n’en a connu que trois: Kopa, Platini et Zidane. Seuls les tournois majeurs permettent de les voir en action.

Laurent Blanc a bien du mérite à composer un groupe de footballeurs français étant donné qu’il n’y a plus aucun leader dans le football tricolore.
Tout le monde sait que pour espèrer gagner un tournoi, il faut un as de coeur.
La France s’est classé 3e de la Coupe du Monde 1958 avec Kopa aux commandes. Les Bleus de l’époque sont tombés sur le Brésil du jeune Pelé. Les Français ont donc fait leur possible.
Ensuite, il a fallu attendre Platini, soit 1978-1986 pour revoir la France tutoyer les sommets. Deux fois, les Bleus ont alors atteint les 1/2 de la Coupe du Monde (1982 et 1986). Cerise sur le gâteau: l’Euro 1984 remporté en France grâce à un Platini au sommet de sa art.
Après on a rongé notre frein jusqu’à l’éclosion de Zidane. La particularité ce fut de voir un grand champion (Zidane) ne pas vouloir diriger les vestiaires à l’inverse de Kopa et Platini. Zidane a joué le rôle de petit frère, laissant la parole aux cadres Desailly et Deschamps. La génération de Bleus qui a gagné la Coupe du Monde 1998 et l’Euro 2000 avait un mental d’acier. Zidane devenu enfin leader a failli remporter la Coupe du Monde 2006. Il a frôlé l’exploit, à un coup de boule près.
Six ans après la retraite de Zidane, le football français traîne sa peine sur les terrains du monde.
Pour parier le France vainqueur de l’Euro 2012, il faut soit être de la famille d’un joueur français qui y participe, soit avoir participé à des paris truqués, la mode actuelle.
La France est en construction. Beaucoup de joueurs vont découvrir la pression internationnale. Jouer un tournoi majeur avec l’équipe nationale cela n’a rien à voir avec les matchs de championnats.
C’est du niveau d’une finale de C1 à répétitions.
Jadis la France avait des couples complémentaires: Kopa-Piantoni, Bossis-Battiston, Platini-Giresse, voire Papin-Cantona. Quand Desailly captait le ballon, il le donnait à Blanc qui le redonnait en bonne condition aux milieux ou aux attaquants.
En 2012, il n’existe aucun duo tricolore.
Les forces apparaissent dans les grandes occassions.
A l’Euro 2012 ça passe ou ça casse.
Essayons d’y voir clair:

Gardiens:
Hugo Lloris (Lyon): le titulaire est bon sur le terrain mais parle la langue de bois médiatique à couper au couteau.
Cédric Carrasso (Bordeaux), Steve Mandanda (Marseille): deux coiffeurs.

Défenseurs :
Philippe Mexès (AC Milan): capable du pire comme du meilleur. Ne dégage aucune confiance.
Adil Rami (Valence): donne l’impression d’être un remplaçant qui joue titulaire.
Patrice Evra (Manchester United): les médias l’ont tellement dans le viseur qu’il semble surtout jouer contre la presse.
Gaël Clichy (Manchester City): éternel espoir.
Laurent Koscielny (Arsenal): s’il jouait à Nice, il ne serait pas présélectionné. Il faudra que Mounier quitte Nice pour devenir international A.
Mathieu Debuchy (Lille): a tout à prouver en équipe de France.
Anthony Réveillère (Lyon): n’a pas vingt capes alors qu’il a 32 ans.

Milieux de terrain:
Alou Diarra (Marseille): 30 ans, 39 sélections. Je n’ai pas vu passer le temps Diarra.
Marvin Martin (Sochaux): l’invité surprise après une saison discrète à Sochaux.
Blaise Matuidi (Paris SG): a besoin de jouer de grands matchs internationaux.
Yann Mvila (Rennes): en principe un futur taulier.
Florent Malouda (Chelsea): 75 sélections ? Un Talleyrand du football. Résiste à tous les changements de pouvoir.
Samir Nasri (Manchester City): du talent mais on attend qu’il ait plus la rage de vaincre.
Hatem Ben Arfa (Newcastle): pourrait être la star de demain. Doit alors l’être aujourd’hui.
Yohan Cabaye (Newcastle): plus intelligent que doué.
Franck Ribéry (Bayern Munich): on attendait beaucoup de lui mais il est déjà presque en fin de carrière.

Attaquants :
Olivier Giroud (Montpellier): sa carrière sera-t-elle plus proche de Papin ou de Guivarc’h ?
Jérémy Ménez (Paris SG): a plus d’éclat dans ses cheveux que sur le terrain.
Mathieu Valbuena (Marseille): un Phénix en modèle réduit.
Karim Benzema (Real Madrid): joueur dans l’ombre madrilène de Cristiano Ronaldo.

Permalien 11:39:16, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

"Connais-toi, toi même... et fais ce que tu aimes" de Lucien Jerphagnon (Albin Michel)

Les régents actuels de la communication sont complétement manipulés. Ils se laissent amadoués par des médiocres qu’ils ne cessent pas de vanter et ils maintiennent sur la touche des hommes de la dimension de Lucien Jerphagnon qui fut auprès de son préfacier Stéphane Barsacq ce que Emmanuel Berl a été pour moi: un ami et surtout pas un maître à penser qui vous écrase pour exister.

Près de 400 pages d’intelligence et de culture. 400 pages non indigestes consacrées à l’aventure de l’un de plus beaux esprits français de notre galaxie culturelle. Hélas vous ne le connaissez sans doute pas car de nos jours, il faut faire le Tour de France des médias pour montrer son visage au téléspectateur. Si personne ne met pas un visage sur un nom votre œuvre est peu lue. On peut s’en moquer complètement comme Thoreau ou Pessoa. L’important c’est d’écrire. Vendre est un autre métier. On imagine sans peine le mépris que devait éprouver Lucien Jerphagnon pour tous ces gugusses qui s’agitent sur les petits écrans qui aujourd’hui font parfois deux mètres de large, à l’image des Malraux de pacotille. Malraux, lui, au moins était un véritable écrivain, et non pas un simple auteur. Né le 7 septembre 1921 à Nancy, Lucien Jerphagnon nous a quittés le 16 septembre 2011. En fait, il a surtout quitté sa famille et ses amis au rang desquels se trouvait Stéphane Barsacq qui se tenait près de l’historien de la philosophie comme Jerphagnon lui-même fut un disciple de Vladimir Jankélévitch. A l’identique de Jacqueline de Romilly, Jerphagnon était un spécialiste de la pensée grecque et romaine, grand lecteur de Saint Augustin dont il a assuré l’édition des volumes de la Pléiade.
Son dernier livre est dédié à Jean d’Ormesson, l’opposé médiatique de Jerphagnon. Autant l’un surfe sur l’actualité pour qu’on n l’oublie jamais, pouvant poser avec Ophélie Winter – pour ceux qui s’en souviennent – sans omettre l’Académie française- la référence suprême pour les lecteurs qui ne liront jamais Jacques Rigaut- autant Jerphagnon était animé d’une rigueur absolue qui l’empêchait d’aller se gondoler de faux fous rires dans des émissions débiles criblées de messages publicitaires. Hélas Max-Pol Fouchet (TV) et Emmanuel Berl (Radio avec André Gillois) ne sont plus de ce monde pour faire de l’audio-visuel intelligent. Qu’importe, la littérature est confidentielle: il ne faut pas confondre le skaï avec le cuir. Connais-toi toi-même… est le l’ultime livre, supervisé jusqu’à son dernier souffle par Jerphagnon. Il est donc émouvant à plus d’un titre. Trente siècles de la pensée humaine nous contemplent au cœur de ce volume qui doit se lire à dose homéopathique afin de retenir le plus posssible ce que nous lisons.
Lucien Jerphagnon nous invite à regarder le présent en face même s’il n’est pas très réjouissant. Il nous rappelle de ne pas oublier de lever les yeux au ciel pour voir ce qu’on vu avant nous les anciens, aussi bien Jules César que Saint Augustin. La première phrase de Jerphagnon en dit long : «Les sociétés n’aiment guère qu’on bouscule leur manière de penser et de vivre le quotidien, redoutant de possibles répercussions sur le politique, le religieux ou les deux mêlés (…) Bref, il faut penser poliment». L’écriture de Jerphagnon est d’une simplicité fantastique à son niveau. Son style est clair comme de l’eau de roche. Dès que l’on commence à le lire on ressent le besoin de le lire à haute voix. Quelle politesse envers le lecteur ! Il parle de Platon comme s’il venait de le quitter. Parler de la pensée de Platon ? « Mieux vaudrait mieux parler de ses pensées car il a évolué au cours de sa vie ». Et dans la foulée de nous préciser : «Tout le mal vient de ce que le gouvernement de la Cité se fait au hasard des passions liées aux intérêts: instincts prédateurs des nantis, avidités des masses».
Les huit chapitres du volume nous transportent de la «lumière grecque» aux salles obscures du cinéma, en passant par la «présence de Rome», les «vues de Saint Augustin», les «marges du christianisme», les «modernes», «variétés». Vladimir Jankélévitch a aidé Lucien Jerphagnon a incarné l’inscription de Delphes : «Connais-ton toi-même». Le discipline fait le même effet sur nous. On songe aussi au mot d’Ibsen: “Dis pleinement ce que tu es et non pas à demi".

-“Connais-toi toi-même… et fais ce que tu aimes”
De Lucien Jerphagnon
Préface de Stéphane Barsacq
Albin Michel, 380 p., 20 €

Permalien 08:34:32, Catégories: FORZA ITALIA !  

La Squadra Azzurra a fait pâle figure contre les Russes

A Zurich, la défense italienne a pris l’eau de manière inhabituelle. Une bonne remise en question s’impose.

On sait que les Italiens n’ont jamais été champions du monde des matchs amicaux à l’inverse des Français.
Actuellement en pleine crise, le football italien -ou ce qu’il en reste- a sapé le moral de la Squadra.
La presse ne cesse pas de parler des paris truqués. On attaque même l’historique Buffon qui a fait une série de chèques qui semblent suspects. Tout ça sur fond de tremblement de terre.
On sait que les Italiens se retrouvent soudés au moment d’un tournoi européen ou mondial.
Il en sera sans doute ainsi à l’Euro 2012.
Les Russes de Dick Advocaat n’ont pas fait de détail: 3-0, sec.
On a eu plaisir à revoir très à l’aise Arshavin, l’ex Gunner.
Il faut noter que les Italiens ont choisi d’affronter un pays qualifié pour l’Euro, ce que n’a pas fait la France.
A l’Euro, les Italiens sont dans le groupe C avec l’Espagne, l’Irlande et la Croatie. Les Russes, eux, sont dans le groupe A en compagnie de la Pologne, la Grèce et la République tchèque.
Avant de battre l’Italie, les Russes venaient de faire deux matchs nuls contre l’Uruguay (1-1) et la Lituanie (0-0).
La défense italienne a besoin de se recadrer. Elle a toujours été la force de l’Italie.
A noter, la présence de Balotelli en attaque. Enfin !

G. Buffon/ Puis (45e) M. De Sanctis
F. Balzaretti. Puis (54e) A. Ogbonna
L. Bonucci
A. Barzagli/
C. Marchisio
A. Pirlo. Puis (69e) S. Giovinco
C. Maggio
D. De Rossi. Puis (63e) A. Nocerino
R. Montolivo/ Puis (63e) T. Motta
A. Cassano. Puis (69e) A. Di Natale
M. Balotelli

Remplaçants: G. Chiellini, I. Abate, A. Diamanti, S. Sirigu, E. Giaccherini, F. Borini

Entraîneurs: Cesare Prandelli

01.06.12

Permalien 16:31:13, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

L'équipe de France joue-t-elle l'EURO 2012 ou 320 000 EUROS 2012 ?

On demande à l’ex patron d’Air France de rendre sa prime de 400 000 euros mais cela ne dérange personne que les joueurs de l’équipe de France empocheront chacun 320 000 euros en cas de victoire des Bleus à l’Euro 2012. Les consultants issus de 1998 ne vont pas alimenter la chronique, c’est sûr. Les consultants c’est la mort du journalisme. L’un deux nous a même expliqué que c’était très bien cette prime sachant que l’UEFA s’en met plein dans les fouilles.
Voici la grille des primes:
Si la France ne passe pas le premier tour, aucune prime. Encore heureux!
Pour une qualification pour les 1/4 de finale: 100 000 € pour tête de pipe.
Pour un accès aux 1/2: 50 000 € de plus.
En cas de finale: 70 000 € de pourboire.
Et si la France remporte le trophée: 100 000 € de mieux.
Donc en tout, on atteint les 320 000 euros. Une broutille dans l’univers du football.
De grâce qu’on ne nous dise plus: “Une carrière de football de haut niveau est si courte…”
Nous sommes en 2012 et non pas en 1952 ! Cette phrase n’a plus cours.
Je suis contre les primes pour les Bleus qui devraient jouer gratuitement en sélection.
Jouer pour la France est un honneur.
Le sélectionneur de la Serbie a viré un joueur parce qu’il ne chantait pas l’hymne national. A ce compte-là, il ne resterait plus beaucoup de Bleus. Je dis cela et tout de suite après je précise qu’au temps de Platini quasiment aucun tricolore ne chantait la Marseillaise.
Les Bleus n’ont pas besoin de prime car ils touchent déjà del’argent des sponsors et en plus le fait d’être international fait qu’ils demandent à être plus payé en club. Etre international cela sert aussi à avoir un plus gros contrat en club, on doit insister là-dessus.
Un détail que peu de gens ont rappelé: les Bleus avaient déjà perçu 240.000 euros lors de leur qualification pour l’Euro 2012…
Pour ce qui est du match amical France-Serbie (2-0), on a vu que Ribéry a sans doute enfin effacé l’Afsud.
Les commentateurs ont fait leur choix pour le poste de latéral gauche: ils préférent mille fois Gaël Clichy (ex Arsenal) à Patrice Evra que d’aucuns prénomment “Patrick” c’est dire… Je précise que Clichy n’a joué que 39 matchs en 2011-2012 avec Man City… Je dis “que” parce que Evra, lui, en a joué 52… sous le maillot de Man U. Alors au lieu de casser Evra, ils feraient bien de tenir leurs fiches à jour. Evra n’est pas un naze. Les matchs amicaux, très peu pour lui. Clichy restera-t-il le coiffeur d’Evra ? Il est vrai que l’ex Aiglon n’est que le capitaine de Man United… Je pense que Nasri aussi jouera mieux en compétition. J’attends beaucoup de Ben Arfa. Et Benzema ? Lui personne ne le taille quand il ne joue que sur une jambe.
Au rayon politique, le gouvernement français n’enverra personne en Ukraine. Un coup d’épée dans l’eau puisque les Bleus seront présents sur la pelouse.

[Post dédié à Hector de Bourgoin (1934-1993)]

Juin 2012
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software