Archives pour: 2012

31.12.12

Permalien 18:57:55, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le Manchester United des come-backs du "Fergie time" c'est le football chair de poule

Le MU de Sir Ferguson est connu dans le monde entier pour ses retours fracassants. C’est l’adrénaline dont est tant nostalgique Ronaldo qui s’ennuie au Real Madrid sur son tas d’or. Voici une video des grands come-backs de MU. Dernièrement les Red Devils sont encore revenus de l’enfer contre Newcastle (4-3). Le 1er janvier 2013 nous allons nous réveiller avec le plaisir de revoir jouer MU. Et c’est ainsi que Mau U est grand. Sir Ferguson transforme immédiatement l’actualités en Histoire. Unique.

1er janvier 2013
Wigan- Manchester United, 16 h

Lors du dernier jour de l’année qui est toujours la date de son anniversaire, Sir Ferguson a démenti l’arrivée du buteur du Borussia, Robert Lewandowsk:
-"C’est n’importe quoi. Et même du grand n’importe quoi !”
Le départ de Nani?
-"Faux archi faux! Il est blessé et son contrat expire dans un an et demi. Nous avons besoin de Nani. Il offre des choses différentes des autres joueurs. [Il a des traits de génie qui peuvent faire basculer un match. Son principal défaut reste son inconstance.] Il a un grand talent, un talent exceptionnel. On l’a envoyé à Dubaï pour qu’il fasse une pause. Nous espérons qu’un peu de chaleur puisse l’aider dans sa récupération. Il n’est pas loin de revenir, mais il est trop loin pour l’instant. Je ne pense pas le récupérer avant la mi-janvier sans doute. Il souffre d’un problème aux ischio-jambiers. Un joueur comme Nani ne s’est jamais blessé aux ischio-jambiers avant. Je ne pense pas qu’il se soit souvent blessé chez nous d’ailleurs. Mais il souffre en haut de la cuisse et c’est une blessure sérieuse. Pourquoi est-ce que je le laisserais partir ?”
Le Man United de Sir Ferguson a inventé le football chair de poule, celui qui fait vibrer jusqu’à la fin des matchs. Pas tous. Les grands matchs sont aussi rares que le reste.
Je ne parle pas des victoires montées au sommet par les médias alors qu’elles ne débouchent sur aucun trophée. Suivez mon regard…
Parmi ses tauliers, il y a Evra et Carrick. Deux hommes de fer qui assurent.
J’ai déjà dit tout le bien que je pensais de Carrick, le genre de gars avec qui il faut partir à la guerre.
Patrice Evra, 31 ans, réalise une nouvelle grande saison avec Man United.
Il a faim de ballon et de trophées, plus que jamais.
Le défenseur est quasiment jamais blessé, il joue sans cesse.
Il se tient déjà prêt pour le 4e match des festivités (Wigan-MU) après le 2-0 face à West Bromwich Albion car il montre peu de signes de fatigue, malgré les trois matchs enchaînés contre contre Swansea City (1-1), Newcastle United (4-3) et donc West Brom (2-0)
-"Je me dis toujours dis que j’ai la chance de jouer beaucoup de matchs à la suite. Tant que je pourrai participer au jeu, je demanderai au patron de jouer. S’il pense que j’ai besoin de repos j’en prendrai, mais moi je dis que me reposerai qu’à la retraite![Orson Welles disait:"Me reposer ? Pas avant d’être mort!] Mon jeu c’est d’aller vers l’avant. Wigan vient de faire un beau match (victoire 0-3 à l’extérieur contre Aston Villa) et je me souviens que nous avons perdu 1-0 la saison dernière. Ce fut une performance vraiment mauvaise et c’est pourquoi nous n’avons aucune excuse cette fois. Nous savons à quoi s’attendre, nous avons juste besoin d’y aller et de jouer au mieux pour s’assurer de prendre trois points. Contre Newcastle ce fut un match incroyable mais face à West Brom on n’a pas pris un but, ce qui est très bien aussi. C’était très important de gagner sur un mauvais terrain qui rend nos jambes lourdes. Je suis très fier de mes coéquipiers. Si on a joué notre meilleur match contre Newcastle, c’est beau aussi de ne pas encaisser de but au match suivant. Tout ça est bon pour notre confiance. Je suis un défenseur et je n’aime pas concéder de buts.”

[Post dédié à George Best]

Les Tops et les Flops du football en 2012

Alors que l’Europe avait décidé qu’il était “cuit", Ronaldinho joue toujours aussi bien au football depuis qu’il est retourné au Brésil, la patrie du beau jeu. L’Europe a inventé le football mais c’est le Brésil qui y joue le mieux. -

LES TOPS
-la réussite de deux Espagnols pas assez connus: le buteur Michu(Swansea City) et le stratège Santi Cazorla(Arsenal)
-le transfert et l’adaptation de van Persie à Man United
-la constance de Lio Messi a Barcelone
-l’arrivée et le bon comportement de Claude Puel à l’OGCNice
-la constance de l’OL (R. Garde) et de l’OM (E.Baup) qui gardent le contact avec le PSG (C. Ancelotti)
-la confirmation de l’attaquant Radamel Falcao auteur de cinq buts dans un match avec l’Atletico Madrid
-le bonne entrée de D. Deschamps au poste de sélectionneur des Bleus
-la tenacité de Sir Ferguson qui est toujours entraîneur de MU depuis 1986, non stop
-l’Espagne qui reste toujours au sommet du football mondial et européen avec une génération hors du commun: Casillas, Puyol, Iniesta et Xavi…
-la construction du stade de Nice sous la municipalité de Christian Estrosi qui a réussi là où tous ses prédécesseurs ont échoué, souvent contre leur grè car on leur mettait des bâtons dans les roues
-le courage de Vincente del Bosque qui a décidé de faire jouer la Roja sans buteur de métier
-Ronaldinho qui joue toujours très bien à 32 ans au Brésil (Clube Atlético Mineiro) alors que la presse européenne le disait “fini". Le virtuose est l’un des plus grands footballeurs de l’Histoire
-L’AC Milan a laissé partir Pirlo qui fait les beaux jours de la Juventus Turin
-la bonne intégration en L1 de Zlatan Ibrahimovic qui gagne plus d’argent en France qu’en Italie ou en Espagne, d’où sa signature dans un club C1 indigne de son statut
-le prodigieux rendement de Dario Cvitanich, le buteur régulier de l’OGCNice
-Hugo Lloris qui est vite parvenu s’imposer à Tottenham où il fut très mal reçu vu son énorme talent
-les éternels grands matchs de Patrice Evra, capitaine de Man United, prouvent bien que la grève du bus en Afsud 2010 a pu avoir lieu parce que la France d’alors n’avait plus de sélectionneur digne de ce nom
-les bons parcours de Nantes et Monaco aux matchs aller de L2

LES FLOPS
-la ritournelle du come back de Saint-Etienne qui n’a rien gagné dépuis 1981, soit 32 ans
-le parcours de Nasri en Bleu et à Man City
-le déclin sportif de Gourcuff proportionnel à son salaire: plus de 400 000 € par mois à Lyon
-le comportement pleurnichard de C. Ronaldo qui s’est plaint sans explication alors qu’on sait qu’il regrette d’être parti de Man United où il jouait avec plaisir
-le football de Steve Gerrard qui devient de plus en plus ridicule au fil des ans à Liverpool
-le nouveau fonctionnement pour l’attribution du Ballon d’or qui ne tient plus compte du parcours des joueurs au cours de la saison, mélange de comportement sur le terrain et de palmarès. A présent, c’est systématiquement Messi le lauréat même s’il ne remporte rien d’important, ce qui fut le cas en 2012
-la pitoyable série de Nancy, lanterne rouge de L1: une victoire en… 19 matchs !
-la direction d’Arsenal qui gagne de l’argent au détriment de la force de l’équipe qu’elle affaiblit toujours en dépouillant Arsène Wenger de ses meilleurs joueurs
-la carrière d’entraîneur de Mark Hughes qui va de club en club sans parvenir à occuper longtemps ses fonctions
-Anderson et Nani qui n’ont jamais réussi à s’imposer comme titulaires indiscutables à Manchester United
-la direction de Chelsea qui a licencié Roberto di Matteo alors qu’il reste l’unique coach a avoir offert une C1 à un club de Londres
-le transfert de l’Uruguayen Diego Lugano chèrement payé à ne rien faire au PSG
-la chute de Sedan, dernier de L2
-le déclin du Real Madrid de Mourinho, champion sortant déjà à 16 points de Barcelone. Furieux d’abîmer son image, C.Ronaldo, fin 2012, refuse de prolonger son contrat jusqu’en 2018 avec un contrat de 15 M€ par an

Permalien 09:59:30, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Happy Birthday Sir Alex Ferguson (71 ans), le plus grand manager de tous les temps

Sir Alex Ferguson est né le 31 décembre 1941 à Govan (Glasgow, Ecosse). Naître le dernier jour de l’année lui a donné envie de toujours être le premier en compétition sportive, le moteur de son existence.

Puisqu’en sport seul le palmarès compte voici la liste des trophées de Sir Ferguson (70 ans) à Manchester United, entre 1986 et 2012:

Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
2 Ligues des Champions 1999, 2008
Supercoupe de l’UEFA 1991
Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes 1991
12 titres de Champion d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011
5 Coupe d’Angleterre 1990, 1994, 1996, 1999, 2004
4 Coupe de la Ligue 1992, 2006, 2009, 2010
10 Trophées du Community Shield 1990, 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2011

Autres titres avec Aberdeen FC:
3 Championnats d’Écosse 1980, 1984, 1985
4 Coupes d’Écosse 1982, 1983, 1984, 1986
League Cup écossaise 1986
Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes 1983
Supercoupe de l’UEFA 1983

Et St Mirren FC:
Champion d’Écosse D2 1977

Sir Alex Ferguson est le manager le plus titré de l’Histoire séculaire du football moderne professionnel. L’entraîneur de Manchester United a pour principale qualité d’allier l’intelligence à la compétence sans jamais perdre le sens de l’humour. C’est un compétiteur hors normes, ne tolérant pas l’à peu près. Il a de hautes exigences simplement pour éliminer les regrets en cas de défaite. The boss dit que pour gagner il faut qu’au moins six ou sept joueurs soient à l’unisson. Depuis 1986, il n’a vu onze joueurs de MU à l’unisson qu’à quatre ou cinq reprises. Fantastique aveu d’un homme remarquable que tout le monde nous envie à commencer par le Real Madrid, Liverpool, Arsenal, Chelsea et bien sûr Man City. Sir Ferguson pourrait être à la tête du Brésil ou de n’importe quelle équipe au monde mais il ne quittera jamais MU pour aller oeuvrer ailleurs. Grand merci de jamais nous laisser tomber. Et grand merci de nous régaler depuis 1993. Il a fallu attendre Ferguson/ Cantona (1992-1993) pour revoir MU remporter le championnat d’Angleterre que les Red Devils n’avaient plus remporté depuis Busby/ Charlton (1966-1967). Sir Ferguson, tout comme Sir Busby, impose le sens du spectacle aux Red Devils.

INTERVIEW DU BOSS DE MAN UNITED, SIR FERGUSON, 37 titres avec MU (record mondial):

-Quand vous avez recruté Robin van Persie vous espériez qu’il ait le même impact qu’Eric Cantona. Cinq mois après son arrivée, quel est votre sentiment ?

-Robin a le même profil qu’Eric en ce qui concerne l’âge et la maturité. Il a fait un passage magnifique à Arsenal. Il n’y avait donc aucun problème d’adaptation à la Premier League. Il est allé d’un grand club à un autre. Et c’est un international confirmé. Tout cela nous convenait à merveille. [Comme Cantona, il rend meilleur ses partenaires car son jeu n’a pas beaucoup de déchets et donc il inspire les autres.] L’aspect offensif de notre jeu a indéniablement progressé et, bien sûr, Robin y a largement contribué avec déjà plein de buts à son actif, tout comme Chicharito et Rooney. Nous avons inscrit environ 50 buts, ce qui est un total remarquable au début des matchs aller

-A l’inverse de Barcelone qui jouent sans buteur de métier, vous gardez votre noyau d’attaquants. Pourquoi ?

-Il n’y a réellement que Barcelone qui joue sans attaquant. Toutes les autres équipes évoluent avec un buteur. La seule fois où j’ai joué avec un seul attaquant, c’était à Aberdeen il y a 30 ans. Avoir plusieurs joueurs à vocation offensive vous offre davantage d’options et plusieurs points d’ancrage. Avoir quatre attaquants, c’est un véritable avantage. Les quatre que nous avions en 1999 (Yorke, Cole, Solskjaer, Sheringham) étaient fantastiques. Ils ne se sont jamais vraiment plaints d’être parfois écarté tant qu’ils avaient la sensation de contribuer, eux aussi, aux résultats. Et cette année-là, nous avons réalisé le triplé ce qui a rendu les choses plus simples à gérer. Espérons que cela se reproduise en 2013 car, si nous gagnons, il faudra l’implication de tous les joueurs. C’est une certitude !

-Y a-t-il des secteurs que vous souhaiteriez renforcer pour la nouvelle année lors du mercato d’hiver ?

-Non. Le mercato d’hiver n’a jamais été la meilleure période pour les transferts. [Il signifie qu’on a raté celui de l’été!] Et cela a été prouvé au fil des années avec très peu de gros transferts. Les gros transferts se font l’été.

(©Eurosport, Yahoo UK/ Avec mes remerciements pour le relais)

30.12.12

Stéphane Hessel. Portrait d'un rebelle heureux, de Manfred Flügge (Autrement)

Svp, ne secouez pas trop Monsieur Stéphane Hessel, il est plein de poèmes

«Je n’ai rien contre Israël et les Israéliens, c’est contre les politiciens que je m’élève…» m’a dit un jour au téléphone Stéphane Hessel bien avant la tourmente médiatique qui enveloppe désormais son patronyme. J’ai toujours eu de l’attention pour son parcours hors autoroutes de la pensée figée. Je ne me lasse pas de l’entendre déclamer des poèmes. Il en connaît beaucoup par cœur. Je ne fais pas partie de ceux qui le critiquent sans cesse. Il dit ce qu’il pense et pense ce qu’il dit. On peut ne pas être d’accord avec lui sans dire n’importe quoi à son sujet. Sommes nous dans un pays libre d’expression, oui ou non ? Les hommes libres sont très mal vus. Il faut automatiquement rouler pour quelqu’un. Alors si on sort de la sphère dans laquelle on vous a enfermé pour prendre un sentier de la réflexion, c’est le tollé général. Ceux qui croyaient l’avoir pour guide ne le voient plus que comme un individu peu recommandable, et ceux qui l’ont pour quasi porte-parole n’en reviennent toujours pas de le voir les défendre.
«Toute ce qui touche le Proche-Orient et Israël reste un sujet passionnel» écrit l’auteur. C’est le moins que l’on puisse dire. Le livre de Manfred Flügge explore le long fleuve pas tranquille de la vie de Stéphane Hessel. L’homme ment toujours sur son âge pour se donner l’illusion qu’il a toujours dix ans de moins. C’est une très bonne astuce pour rajeunir dans les yeux des autres. S’il était sportif, il serait champion vu son mental qui lui a permis d’avoir la vie sauve pendant la Seconde Guerre mondiale. Il adore la natation. Cela lui permet de nager parmi les marécages humains. Au niveau de la politique, il a entendu tant d’hommes faire des promesses qu’il n’a jamais eu d’illusion de ce côté-là. Le succès de son libre Indignez-vous ! lui a procuré des centaines de milliers de lecteurs tout en faisant naitre de la jalousie chez des auteurs qui sont plus connus que leurs livres !
Plus Hessel est attaqué, plus il me plaît. Il n’a jamais eu la prétention de se considérer écrivain, lui. C’est l’anti langue de bois par excellence. Si l’on écoute ses détracteurs, il n’aurait même pas été prisonnier Buchenwald. Le livre met au clair un point important de sa vie. Stéphane Hessel a participé aux discussions pour élaborer la Charte des Droits de l’homme mais il n’a pas été un corédacteur. Dont acte. Stéphane Hessel est un homme remarquablement intelligent et sensible. Pour vire autant que lui et avoir connu ce qu’il a connu, il faut une rage de vivre tout à fait EX-TRA-OR-DI-NAI-RE. On a compris que son maître-mot est RESISTANCE. C’est l’un des plus grands français du monde contemporain, n’en déplaise aux pisses-vinaigres qui voudraient toujours que 2 et 2 font quatre. Monsieur, Hessel, s’il vous plait, encore un poème. Pour la route ! Un de notre ami Guillaume Apollinaire, si possible.

-Stéphane Hessel
Portrait d’un rebelle heureux

De Manfred Flügge
Version française par Nathalie Huet et l’auteur
Autrement, 284 p., 21 €

Permalien 05:02:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La dernière Aventure d’un homme de quarante-cinq ans, de Rétif de La Bretonne (Folio/ Gallimard)

Ce livre largement autobiographique relate la dernière aventure d’un « vieux séducteur ». En 1793, quarante-cinq ans c’est vieux. Rétif de la Bretonne, lui, en à cinq de plus, soit 50. Hélas ! la jeune courtisane Sara vend ses charmes à d’autres… « L’amour est un crime où l’on ne peut pas se passer de complice » a dit Baudelaire. Rétif pense la même chose. Le personnage masculin prend peu à peu conscience qu’il n’assure plus comme à vingt-ans. Son corps ne suit pas. A l’époque il n’y a pas de Viagra… Beaucoup d’observateur attribuent l’invention de l’autofiction à Rétif car il ne nous cache rien de ses allées et venues. On le compare à un « Rousseau libertin ». Rétif ne se fait aucun cadeau, évitant la brosse à reluire. « La première maîtresse que j’ai eue à l’âge de treize ans m’est encore chère. » On dirait du Voici de haut parage. Et plus loin : « Hélas ! quand on a passé l’âge d’être aimable, l’amour n’est plus un plaisir, c’est un tourment (…) L’automne a succédé, je n’ai plus en perspective que le triste hiver ». En fin de volume, les repères chronologiques permettent de voir la vie de Rétif à la vitesse grand V. L’ouvrage est écrit sur un ton juvénile qui se lit avec grand plaisir. A force d’avancer à pas de loup, Rétif nous fait comprendre que l’on n’a pas une minute à perdre sur cette terre avant le grand saut vers l’inconnu, c’est à dire le néant, la poussière absolue, et dire que d’aucuns croient qu’ils auront une seconde chance de revenir. Une fois cela ne leur suffit pas! Il en garde un peu de côté… Le misérable tas de petits secrets de Rétif a passé la rampe de siècle en siècle. La prose sincère n’a rien à craindre de l’usure du temps. Un travail soigné, humble et fort fera toujours l’unanimité. Rétif signifie rebelle…

-La dernière Aventure d’un homme de quarante-cinq ans
De Rétif de La Bretonne
Texte établi, présenté et annoté par Michel Delon
Folio/ Gallimard, 484 p., 7,50 €

29.12.12

Permalien 19:55:26, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Fin du cycle 2012: Manchester United 49-42 Man City

En 2011-2012, Man U a perdu le titre devant Man City, au goal average. Plus jamais ça ! Alors que MU va entrer dans l’année 2013, les Red Devils ont un matelas d’avance assez confortable mais il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers.

29 décembre 2012
Manchester United 2-0 West Brom
Buts pour les Red Devils: McAuley (csc 9e), van Persie (90e)

Classement de la Premier League
1 Manchester United 49 points 20 m/ 16 1 3/ 50 28/ + 22
2 Man City 42 pts 20 m/ 12 6 2/ 38 19/ + 19

Man U a fait un match sans forcer. Le but était d’éviter les dangers du match piège. Cela a été fait mais il a fallu attendre l’entrée de van Persie pour voir MU se mettre à l’abri en fin de match. Avant le 2-0, MU a parfois frôlé le 1-1. On ne se souvient déjà plus de ce match à oublier. L’important c’était de ramasser la mise des trois points pendant que les joueurs de L1 sont en vacances. Et c’est ainsi que Man U est un grand club.

Manchester United/
De Gea (5) R.A.S.
Smalling (6) Match sobre
Vidic © (6) Le capitaine est de retour à petits pas
Evans (6) Soirée sans trop de travail stressant
Evra (6) A laissé son brassard à Vidic mais pas son talent aux vestiaires
Valencia (6) Un match sur pilotage automatique
Carrick (6) A fait de nouveau l’essuie-glace
Cleverley. (5) Un ton sous son niveau habituel. Puis (82e) Scholes (6) A tout de suite temporisé
Young (6) De bonnes percutions
Kagawa. (5) Match de reprise avec la Premier League. Puis (65e) van Persie (7) A marqué le but libérateur
Welbeck (6) Bon travail d’attaquant défensif
Sur le banc: Lindegaard, Buttner, Ferdinand, Giggs, Chicharito
Manager: Sir Ferguson (10) A fait reposer Chicharito, Ferdinand, Giggs. Et dans une large mesure Robin van Persie. Très bon coaching.

Les matchs de Manchester United au moment des fêtes de fin d’année:

23 décembre 2012/ Swansea 1-1 Manchester U
26 décembre 2012/ Manchester U 4-3 Newcastle
29 décembre 2012/ Manchester 2-0 West Brom
1er janvier 2013/ Wigan - Manchester U (16h)*

* Le match s’annonce très difficile car les joueurs sont cuits. Des deux côtés, oui c’est sûr. Il va falloir faire entrer du sang neuf: Rafael et Jones.

Les matchs de City au moment des fêtes de fin d’année:

22 Décembre 2012/ Man City 1-0 Reading
26 Décembre 2012/ Sunderland 1-0 Man City
29 Décembre 2012/ Norwich 3-4 Man City
1er janvier 2013/ Man City- Stoke (16h)

Le mini championnat de Noël:
1er Manchester United/ 7 points 3 matchs/ 2 1 0/ 7 4/ + 3
2e City/ 6 pts 3 m/ 2 0 1/ 5 4/ + 1

Permalien 13:09:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La riposte de Sir Ferguson met K.O. A. Pardew: The Boss de MAN UNITED compare Newcastle au trou du cul du monde

La joie de vivre de Man United à l’entraînement. Sir Ferguson a toujours voulu que ses joueurs soient heureux de vivre, condition sine qua non pour bien jouer ensemble. Et pour cela il faut gagner. Malheur à qui touche un seul cheveu d’un Red Devil. Sir Ferguson sait protéger le groupe et ce n’est pas un lieu commun de le dire. Faut pas confondre Fergie avec l’ex salarié de la FFF qui a lu la lettre des Bleus de 2010 non loin d’un bus bondé de “grèvistes” ou avec le coach de Newcastle qui hausse le ton alors que “son” club est à 26 points de MU ! Le manager d’Arsenal, A. Wenger, lui met un peu d’huile sur le feu- en disant que la loi est la même pour tous- alors que ses joueurs, à 16 points de MU (avec un match en moins que les Red Devils), sont dans le décor depuis la finale de C1 2006 perdue contre Barcelone au SDF.

29 décembre 2012, 16 h
Man United- West Brom

Sir Alex a remis quelques pendules à la veille de ses 71 ans (31 décembre 2012). Faut pas chercher l’Ecossais. Qui cherche le Boss de Mau U le retrouve sur son chemin. Fergie est un as de la dialectique. C’est autre chose que les discours imbéciles des coachs qui ont autant d’envergure qu’une poule mouillée. Ceux qui suivent le football sans passion et surtout sans compétence ont oublié, ou ne savent pas- ce qui est plus grave- que Newcastle fut un grand rival de MU il y a presque 20 ans. Depuis ce temps-là, Newcastle est dans le ravin alors que MU joue toujours les premiers rôles.

-Voici la réponse de Sir Alex Ferguson à A. Pardew (coach de Newcastle) qui a estimé que l’Ecossais a trop parlé à l’arbitre Mike Dean à la pause, suite au deuxième but de Newcastle accordé alors qu’il y avait hors jeu:

-"Je trouve que Mike Dean a fait son boulot. C’est un arbitre expérimenté. Il n’y a pas eu d’altercation. Je me suis emporté, mais je m’emporte toujours car je suis quelqu’un d’émotif. Certains managers trouvent ça drôle de pousser les arbitres de ligne mais cela ne me fait pas rire (allusion aux habitudes d’Alan Pardew). C’était une décision importante et je pense vraiment que le but contre son camp de Jonny Evans n’aurait pas dû être validé. J’ai crié dans sa direction et il est venu vers moi. Je n’ai pas fait plus de trois mètres à l’intérieur du terrain et cette histoire a été complètement montée en épingle. Le problème, c’est l’exposition médiatique de Manchester United. Alan Pardew m’a accablé de tous les maux mais il n’y a pas pire que lui pour houspiller le corps arbitral. Tout son staff a été insupportable du début à la fin du match. Il pousse l’arbitre de ligne pour plaisanter et il a le toupet de me critiquer. C’est tout simplement scandaleux et il oublie ce que j’ai pu faire pour lui.[Là, il le détruit !] La presse s’en est donnée à cœur joie et a examiné l’incident sous tous les angles possibles et imaginables. Tout le monde a donné son avis sur la question sauf Barack Obama ! [Rires des journalistes intelligents, ça existe…] Le problème, c’est que j’entraîne le plus grand club du monde, pas un petit club du nord-est comme Newcastle. Je me suis emporté mais je n’ai pas dépassé les bornes. La presse s’est déchaînée, c’est aussi simple que ça.”
Parfois, il faut dire les choses pour ne pas se laisser monter sur les pieds. Le Newcastle-Man United de la saison prochaine sera hyper show ! Cette déclaration n’a rien de prétentieuse. Fergie donne sa version et elle n’est jamais bonne à entendre. Où sont les C1 de Newcastle ? Ce club, ne l’oublions pas, n’a pas voulu, dans les années Cantona, lasser partir A. Shearer à Man United ! Le plus grand buteur des Magpies rêvait pourtant de jouer à MU, tout comme van Persie rêvait de MU quand il jouait à Arsenal.

En direction des voyants aveugles qui ont critiqué la prestation de Ryan Giggs sans voir la part qu’il a pris dans la victoire contre Newcastle (4-3, 26-12-2012):

-"Comment critiquer un joueur qui vous a donné 20 ans de sa carrière ? Le problème avec un joueur aussi expérimenté et fier que Ryan, c’est qu’il voudrait probablement jouer davantage mais à son âge (39 ans) je ne peux pas me le permettre. Je ne pense pas qu’il jouera contre West Brom (le 29-12-2012), tout simplement en raison de l’énergie qu’il a dépensée pour nous faire gagner mercredi. C’est impensable de le critiquer. Je ne comprends pas.”

Pour la réception de West Brom, dernir match à Old Trafford en 2012, Sir Ferguson a fait le point sur les blessés:

-"Danny Welbeck et Ashley Young pourraient être aptes mais je préfère attendre le dernier moment pour me prononcer. Le retour de Shinji Kagawa est aussi d’actualité. Le genou de Wayne Rooney est sur la bonne voie de la guérison mais il n’est pas rétabli à 100 %. Le match contre Newcastle a laissé des traces dans les organismes car le terrain état mou suite à la pluie. Paul Scholes et Ryan Giggs ne sont plus tout jeunes et ils ont beaucoup donné. Quand il y a des joueurs blessés, on doit pouvoir compter sur tous les autres. Pour Phil Jones, on verra mais ça m’étonnerait qu’il soit prêt.”
Le mystère règne autour de Vidic. Selon mes sources, le genou du Serbe fantastique reste le problème n° 1.

Concernant le mercato d’hiver, Sir Ferguson a déclaré:
-"En principe il n’y aura pas de grands mouvements quoiqu’en football rien n’est impossible.”

Permalien 11:44:10, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

R.Ronaldo et José Mourinho viendront jouer les 8e de la C1 2013 à Old Trafford mais pas question de les voir signer à Man United. Chicharito c'est le présent de MU. Ronaldo, le passé.

29 décembre 2012, 16 h
Man United- West Brom

Le transfert du mercato d’hiver vient d’avoir lieu à Man U, intra-muros.
En effet, Rooney blessé a laissé la place à Chicharito.
Dans un registre différent que Wazza, le Mexicain est ultra explosif.
Chicharito met le feu en permanence dans la surface adverse.
Sa présence seule panique les défenseurs car il joue sans cesse sans ballon, faisant des appels incessants sur tout le front de l’attaque rouge.
Rapide comme l’éclair, il tire plus vite que son ombre.
Il peut décocher une frappe n’importe quand, n’importe où.
MU est un si grand club que les absents sont toujours remplacés par des cracks.
Le duo van Persie-Chicharito et aussi performant que le duo van Persie-Rooney.
Gouverner c’est prévoir. Donc Sir Ferguson, prévoit.
Les gazettes annoncent le retour de C. Ronaldo à MU avec José Mourinho.
CR7 s’ennuie dans le schéma de Mourinho au Real Madrid. Alors pourquoi importer ce foot sans âme à Old Trafford.
Le temps de CR7 a MU est passé.
Quant à la venue de Mourinho à MU cela serait une faute culturelle, une grande faute de goût. Mourinho pense plus à sa carrière qu’à MU. Avec MU, il serait sûr de gagner !
MU a le plus grand manager du monde (Sir Ferguson). On n’a pas besoin de Mourinho qui est un mercenaire qui fait sa renommée sur le dos des clubs au lieu de construire comme Sir Ferguson qui ne change pas de crèmerie dès que cela tourne mal.
Faire signer Mourinho à MU porterait atteinte à son Histoire et donc à la mémoire de Sir Matt Busby qui a toujours été du côté de la formation des jeunes renforcées par des artistes de grande renommée et non pas le contraire
CR7 et Mourinho viendront à Old Trafford, c’est sûr ! Uniquement en mars 2013 pour y jouer le 8e retour de la C1 2013. Ce match-là sera une apothéose.
Ensuite, ils reprendront l’avion pour MU.
CR7 n’a pas réussi de manière collective au Real où il n’exprime que son ego.
Avec MU, il a gagné le Ballon d’or 2008 car il joué dans une équipe ultra collective.
A Old Trafford, il souriait. A San Bernabeu, il a perdu son sourire.
Mourinho ? Il voudrait venir à MU pour refaire la une des journaux de manière positive.

PS: Par ailleurs, Sir Ferguson voulait faire signer Ozil à MU mais l’Allemand voulait aller au Real… Le jeune virtuose prendrait plus de plaisir à MU qu’au Real. C’est lui que j’aimerais voir à O.T. sous le maillot rouge. En 8e, il faudra bien le surveiller.

28.12.12

Permalien 09:44:49, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

L'attaque de feu de Man U 2013 (48 buts en 19 matchs)

Les journaux parlent beaucoup de van Persie et Rooney mais très peu de Chicharito qui est pourtant un as des as.
Recruté pour 10 M€, le Mexicain est un compétiteur extraordinaire. Une bombe humaine dans le surface de réparation capable de marquer dès qu’il reçoit le ballon et sans contrôle svp ! Son explosivité est inouïe. C’est l’un des meilleurs joueurs de la tête, au monde. Il est bon des deux pieds. Très technique, très intelligent, il n’a quasi pas de faille dans son bagage. Doté d’une grande vista, il sait jouer sans ballon, ce qui est de plus en plus rare chez les jeunes. Il est né footballeur. Dans sa famille on est pro de père en fils. Il y a une véritable dynastie de footballeur chez les Hernandez. Avez-vous vu son regard ? Il a la même fixité que celle de Picasso.

MU encaisse beaucoup de buts (28) mais son attaque est la meilleur d’Angleterre.
Rooney absent en raison d’une blessure pendant plusieurs semaines ?
Chicharito prend et assure la relève.
MU est un tourbillon. L’année 2013 s’annonce fantastique.

Tous les buts sous le maillot des Red Devils des attaquants phares de Man United:

***Javier Hernandez (Mexique), dit Chicharito, 24 ans (arrivé à MU en 2010)
42 buts en 101 matchs alors qu’il n’est pas toujours titulaire.

***Wayne Rooney (Angleterre), dit Wazza, 27 ans (arrivé à MU en 2004)
189 buts en 384 matchs

***Danny Welbeck (Angleterre), 22 ans (arrivé à MU en 2007)
18 buts en 82 matchs

***Antonio Valencia (Equateur), 27 ans (arrivé à MU en 2009)
16 buts en 123 matchs

***Robin van Persie (Pas-Bas), 29 ans (arrivé en 2012)
16 buts en 23 matchs

27.12.12

Permalien 09:29:09, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le match et la video de l'année: l'historique Man United 4-3 Newcastle du Boxing day 2012

Pourquoi aime-t-on le football ?
Pour voir des matchs comme celui du 26 décembre 2012.
Depuis le Monaco 3-4 Nice d’anthologie, je n’avais pas vu un match aussi fantastique.
Pendant le match, Sir Ferguson n’a pas bougé sauf à la mi-temps pour dire à l’arbitre que le second but des visiteurs n’aurait pas dû être accordé en raison d’un hors jeu. Pour le reste, il n’a manifesté sa joie qu’à la fin.
On dirait qu’il savait le déroulement du match. Quel calme ! In-cro-ya-ble !
MU est poussé par une force mystique incarnée par nos amis morts dans le crash de 1958, morts pour défendre le maillot des Red Devils.

A voir et à entendre absolument :p:p:p:p
On ne peut pas passer à autre chose tout de suite, savourons notre plasir sans nous en lasser.

Le découpage des 7 buts :

4e MU 0-1 Newcastle
Le tir de Demba Ba est repoussé par De Gea dans les pieds de Perch qui marque.

25e MU 1- 1 Newcastle
Chicharito se jette pour tenter sa chance d’une frappe croisée à l’angle des six-mètres. Le portier renvoie dans les pieds d’Evans qui marque.

28e-29e MU 1-2 Newcastle
Dans une action confuse, Evans marque contre son camp alors que Cissé est en position de hors-jeu. L’arbitre refuse puis accorde le but. Dans les tribunes, Sir Ferguson ne bronche pas et accepte l’erreur d’arbitrage.

57e MU 2-2 Newcastle
Depuis l’extérieur de la surface, Evra se démène pour marquer d’une frappe à ras-de-terre croisée. C’est le quatrième but du capitaine et son premier du pied.

68e MU 2-3 Newcastle
Cissé marque d’une sublime reprise du gauche, à l’entrée des six-mètres. L’attaquant a coupé la trajectoire d’un centre d’Obertan. But grandiose !

70e MU 3-3 Newcastle
Van Persie s’y reprend à deux fois pour marquer depuis l’entrée de la surface d’un tir fusant comme un trait de lumière.

90e MU 4-3 Newcastle
Sur un caviar d’une précision diabolique de Carrick qui lobe toute la défense, Chicharito crucifie le portier des visiteurs d’un parfait plat du pied en guise de hache. Second but grandiose du match. Décisif celui-là…

Pendant que les joueurs de L1 se la coule douce, ceux de Premier League vont au charbon. Voilà pourquoi j’aime tant le championnat anglais. La carrière est courte, autant jouer au maximum.
Hier, on m’a proposé de faire cinquante mille choses. Pour rien au monde, je n’aurais manqué le match de MU lors du Boxing Day. Les joueurs de MU sont respectueux de leurs fans c’est pour cela que le lien qui nous unit à eux et si fort.
Au-delà de la victoire et de la défaite, le football est un esthétisme.
Et c’est ainsi que MAN UNITED est grand.

Nota Bene: Wayne Rooney s’est blessé vers la fin de l’entraînement du 25 décembre 2012. Alors qu’il tentait une reprise de volée, il a été victime d’une élongation au ligament derrière le genou. “C’est dommage. Il pourrait être absent deux ou trois semaines” a confié Sir Ferguson qui sait qu’il peut désormais compter sur Chicharito, magnifique attaquant qui serait titulaire dans tous les autres clubs au monde. Tant qu’il n’y aura qu’un blessé sur trois (Rooney, van Persie et Chicharito), MU restera MU.

Permalien 05:06:56, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les héroïques Red Devils du 26 décembre 2012

Voic les commentaires du Boss après le match du 26 décembre 2012 qui est l’un des plus grands de l’Histoire de MU. Que l’on joue en D1 ou D2, en FA Cup ou en C1, en Premier League ou lors du Community Shield, les Red Devils jouent pied au plancher. Après un tel match, on passe sa nuit à y penser. La beauté est euphorique.

Et dire que d’aucuns ne voient que les défauts de MU quand les Red Devils gagnent un match où ils ont été menés trois fois au score !
Il faut être supporters d’un petit club de L1 pour faire la fine bouche devant l’énorme match de MU, celui du 26 décembre 2012.
Voir revenir trois fois ses joueurs contre une superbe équipe est quelque chose de fantastique, cela représente l’essence même du football. Alors ce n’est vraiment pas le moment de dire : « O que le milieu de terrain est faible !» ou « Qui sont les deux vieillards de l’entre jeu rouge ? » ou encore : « Leur défense est une passoire ». Non, il faut dire : « Ces gars ont un collectif de feu. Ils peuvent gagner sans goal expérimenté, sans Rafael, sans Vidic, sans Young, sans Anderson, sans Nani et sans Rooney ! » Culturellement depuis 100 ans, MU joue toujours pour marquer un but de plus que son adversaire. Après la Seconde Guerre mondiale celui qui a fondé le MU moderne, Sir Matt Busby, a dit à ses Busby Babes: «Pensez que le public a travaillé toute la semaine et qu’il vient vous voir jouer pour assister à du football porté vers l’attaque. » MU est un club qui prône l’attaque à tout berzingue ! Oui, MU peut encaisser 3 buts mais MU peut surtout en mettre 4 au fond. Les fans qui sont venus à Old Trafford au Boxing Day 2012 ont vu 7 buts avec la victoire de MU au bout du bout du match ! Et c’est ainsi que MU est grand avec sept points d’avance sur City. Quand on vient de vivre un Man U-Newcastle (4-3), on ne critique pas ses joueurs mais au contraire, on leur dit merci. Chaque match à son histoire. On ne va pas penser au Real Madrid quand on joue en Premier League. Contre les Madrilènes, MU répondra présent au retour, croyez-moi.

Contre Newcastle, Sir Ferguson a aligné un onze avec 6 attaquants et trois défenseurs à caractères offensifs (Evra, Evans et Carrick). Quel entraîneur au monde ose faire ça ? Aucun! Et c’est ainsi que l’Ecossais est grand. Il a en plus fait jouer Giggs et Scholes qui sont deux cadres du début des années 1990. Fan-tas-ti-que !

De Gea/ Jeune. A relâché un ballon mais il est en apprentissage
Evra ©. Taulier. Un cœur gros comme ça
Ferdinand. Taulier. Un pensionnaire historique
Evans. Jeune. Formé à MU. Esprit club
Smalling/ Jeune. En rodage. Très appliqué
Valencia. Nouveau taulier. Très impliqué
Giggs Joueur historique. Formé au club. Ame du club
Carrick. Taulier. Un rempart humain
Scholes/ Joueur historique. Formé au club. Pitbull en chef. Puis Cleverley/ Jeune. Formé au club. En rodage
Chicharito. Jeune. La force et la «folie» sud-américaine. Puis Fletcher. Taulier. Expérimenté.
Van Persie. Nouveau Taulier. Classe mondiale

Sur le banc: Lindegaard (Jeune), Vidic (et son genou en compote/ Taulier), Buttner (Jeune), Wootton (Jeune), Tunnicliffe (Jeune)

Manager: Sir Ferguson. Génie.

Les prochains CONCERTS de MU en Premier League:
29 décembre : Man United-West Brom, 16 h
1er janvier 2013 : Wigan-Man United, 16 h

26.12.12

Permalien 12:49:06, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

BOXING DAY PARADISIAQUE: Man United 4-3 Newcastle et Sunderland 1-0 Man City

Sous la pluie, MU s’est fait bouger, une fois de plus sans Rooney, mais MU a encore gagné. La vie sans MU serait vraiment une erreur ! Quel beau cadeau pour nous les fans ! Et en plus, les Citizens ont perdu. Quelle joie ! Quel grand Noël ! L’arbitre a fait durer le match 8 minutes de plus (90e + 8) comme s’il voulait que cet immense match ne s’arrête jamais.

26 décembre 2012
Man United 4-3 Newcastle
But pour MU: Evans (26e), Evra (60e), Van Persie (71e), Chicharito (90e +1)
Buts pour les visiteurs : Perch (6e), Evans (csc. 31e), P. Cissé (69e)

Classement de la Premier League
1 Manchester United 46 points 19 matchs/ 15 1 3/ + 20
2 Manchester City 39 18/ 11 6 2/ + 18

Je suis dans le vrai. J’ai eu raison d’aimer MU qui me rend l’amour que je lui porte. Les médias français ont intoxiqué beaucoup de jeunes français avec Arsenal. Dommage pour eux car ils ratent de grands moments.

MANCHESTER UNITED
01 De Gea/ (7) Je suis pour son maintien quoiqu’il arrive. Mort au turn over des gardiens
03 Evra © (8) Merveilleux état d’esprit conquérant
05 Ferdinand (7) A assuré avec sa vieille carcasse
06 Evans (7) Joueur de club comme on n’en fait plus chez les jeunes
12 Smalling/ (7) Joueur Darty qui peut évoluer là où on le positionne
07 Valencia (6) Même avec un coup de mou il conserve sa grinta
11 Giggs (6) Papy fait vraiment de la résistance
16 Carrick (7) Poumon d’acier inoxydable propulseur de caviar
22 Scholes/ (6) A marché sur l’homme au bon moment. Puis (72e) Cleverley/ Clone de Scholes en rodage
14 Chicharito. (8) A marqué le but décisif et provoqué la première égalisation. Immense attaquant. Puis (90e +2) Fletcher (Non noté) Est entré pour casser le rythme des visiteurs
20 Van Persie (8) Il sera récompensé par un ou deux titres en fin de saison

Sur le banc: 13 Lindegaard, 15 Vidic (et son genou en compote), 28 Buttner, 31 Wootton, 46 Tunnicliffe
Manager: Sir Ferguson (10) Merci Papa Noël

Les prochains matchs de MU en Premier League:
29 décembre : Man United-West Brom, 16 h
1er janvier 2013 : Wigan-Man United, 16 h

Permalien 11:32:18, Catégories: LITS ET RATURES  

Le flagellant de Séville, de Paul Morand (L'Imaginaire/Gallimard)

Interview de Paul Morand qui se garde bien de s’exprimer sur les positions abjectes qu’il a exprimées dans Journal Inutile

Depuis la parution du Journal inutile, œuvre volontairement posthume, on ne se rue plus sur les livres de Paul Morand avec le même enthousiasme. Jadis on le savait avoir préféré Pétain quand il fallait miser sur de Gaulle mais on ne lui en voulait pas plus qu’à Aragon d’avoir tant œuvré pour Staline. Le Journal inutile, lui, nous a enseigné que Morand était un antisémite totalement hypocrite puisqu’il écrivait des lettres élogieuses à Emmanuel Berl alors que dans son journal il le traite de la manière la plus abjecte qui soit. Alors on prend Le flagellant de Séville avec de gants, ou presque, pour voir si la magie de son style opère toujours malgré le torrent d’ordures qu’il a jeté dessus. Dès les premières lignes on se laisse attraper par la science de la description de Morand jamais en panne de talent quand il écrit, fût-ce un discours xénophobe. Tel n’est pas le cas ici où il expose toute sa fluidité dans un cadre quasiment cinématographique. Don Luis Almodovar y Saiz étale son admiration pour la France qui a su faire la Révolution. Imbibé de culture française, Don Luis vit dans ses rêves par le biais de la lecture des livres venus de France. Il vit à Séville dans son domaine de la Maremme afin d’y jouer pleinement son rôle de gentilhomme fermier. Il attend beaucoup de l’armée de napoléon qui passe par les Pyrénées afin que la liberté s’installe en Espagne. Tout ne sera pas aussi facile qu’il imagine car partout où il y des hommes, il ya des embrouilles qui proviennent de la corruption. Le Paul Morand romancier historique est bien plus doué que le Morand diariste.

-Le flagellant de Séville
De Paul Morand
L’Imaginaire/ Gallimard, 412 p., 9,50 €

25.12.12

Permalien 16:39:46, Catégories: GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

JOYEUX NOEL ! BONNES FETES !

Permalien 12:42:53, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le nouvel ambassadeur de MU, Denis Law, Ballon d'or 1964, fit tomber Man United en D2 ...

-"Je suis ravi et honoré. Le club a beaucoup changé depuis mon époque, mais la passion et le soutien des supporters restent identiques, et j’ai hâte de les rencontrer dans le cadre de mes nouvelles fonctions.”
Denis Law vient d’être nommé ambassadeur de Manchester United au même titre que Sir Bobby Charlton, Bryan Robson, Gary Neville, Andrew Cole et Peter Schmeichel.
Pourquoi le club a-t-il autant entendu ?
C’est tout simplement parce que Law a fait descendre en MU en D2 !
Alors qu’il était un élément-clé de la réussite de MU avec Charton et Best, Law a rejoint Manchester City sans indemnité de transfert en juillet 1973. En fin de saison, le nouveau citizen- oui l’ex Red Devil- a inscrit le dernier but de sa carrière à la fin d’un derby où il fit une talonnade qui offrit la victoire à Manchester City qui envoya Manchester United en division inférieure… C’est ainsi qu’il marqua le dernier but de sa carrière sans fêter son but. Il quitta la pelouse totalement effondré, entouré de supporters des Red Devils qui n’admettaient pas cette trahison: “J’ai fait mon travail mais je ne me suis jamais senti aussi déprimé qu’aujourd’hui” leur dit-il. Il faut préciser que Law avait déjà joué à City avant de signer à MU. Il avait donc voulu rendre service à un club qui l’avait fait connaître.
Depuis ce cruel but, MU ne l’avait plus fêté.
Son retour en grâce est arrivé avec la statue inaugurée devant Old Trafford où il est immortalisé avec ses amis Best et Charlton. Champion d’Angleterre avec MU en 1967, Law n’a pas pu participer à la victoire en C1 1968 car il était blessé au genou le jour de la finale.
-"Pourquoi conserves-tu si longtemps le ballon au lieu de nous le donner à Bobby et à moi ?” demanda un jour Law à Best qui a répondu:
-"Quand je vous le donne vous ne me le rendez plus!”
Law a raconté cela devant l’hopital, le jour de la mort de Best: “George c’était ça! “
Les deux joeurs étaient connus pour un ravageur sens de l’humour.
Son grand ami Best a ainsi décrit Law :
-"Je le situe au sommet avec les plus grands joueurs de l’histoire. Électrique. Il joue dans la cour des grands en tant qu’homme et ami.”
-"Denis Law était mon héros quand j’étais joueur. Je l’idolâtrais. J’étais très excité quand je l’ai rencontré pour la première fois” a confié Sir Alex Ferguson à propos de son compatriote.
L’Écossais auteur de 237 buts en 404 matches pour les Red Devils de 1962 à 1973, participera désormas à différents évènements en nom du club.
Considéré comme l’un des plus grands joueurs à United de tous les temps, Denis avait rejoint United, il y a 50 ans pour un montant alors record de 142 000 €. Il devint un chouchou d’Old Trafford après avoir marqué pour son premier match en championnat.
Champion 1965 et 1967, Law a remporté la FA Cup 1963 et fut Ballon d’Or 1964.

Date de naissance : 24 février 1940, à Aberdeen (Écosse)[Sir Ferguson fut coach d’Aberdeen]
Il est arrivé à United le 12 juillet 1962
Il a quitté United le 1er juillet 1973
Matches avec MU: 404
Buts pour MU : 237
1er match avec MU: 18 août 1962 contre West Brom
Ballon d’Or 1964

Le derby City-United 1974. Ce jour-là Denis Law fit tomber United en D2 ! Il ne fêta pas le dernier but de sa carrière pro. Plus jamais Law ne rejouera en professionnel. Avant de signer à United, Law avait déjà joué à City.

Permalien 09:37:29, Catégories: LA MAISON BLANCHE, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

La décision grotesque d'écarter Iker Casillas du Onze madrilène

Iker Casillas est élégant, correct et plein de classe, soit tout le contraire de José Mourinho, une publicité vivante de la suffisance.

22 décembre 2012
Málaga 3 - 2 Real Madrid
Buts pour Malaga : Isco (49e), Santa Cruz (73e, 76e)
Buts pour le Real : Sánchez ( 66e csc), Benzema (82e)

Classement de la Liga
1er Barcelone 49 pts 17 matchs/ 16 1 0/ 57 19/ + 38
2 Atletico Madrid 40 17/ 13 1 3/ 37 17/ + 20
3 Real Madrid 33 17/ 10 3 4/ 41 17/ + 24
4 Malaga 31 17/ 9 4 4/ 28 12/ + 16

Le hasard n’existe pas. José Mourinho a sorti de l’équipe Iker Casillas, officiellement pour des “raisons techniques", et le Real Madrid a perdu. Bien fait! suis-je tenté d’écrire. Ecarter Casillas est vraiment une petite décision, toute petite. Indigne d’un grand coach.
Adan- que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam…-, le remplaçant qui n’en revenait pas d’être titulaire dans les buts madrilènes, a encaissé trois buts, soit un plus que Malaga, vainqueur du match. José Mourinho a cherché à rendre responsable Casillas de la baisse de régime du Real. Décision grotesque qui finit de m’écœurer de la manière de coacher du Portugais. Jadis, je l’appréciais- il ne manque pas de talent- mais depuis que je l’ai vu mettre un doigt dans l’œil d’un dirigeant adverse, cet entraîneur est rayé de mes papiers. Si un jour, il entraîne MU cela serait porter atteinte à l’esprit de Sir Matt Busby. Manchester United est un club formateur. Cela n’a rien à voir avec l’esprit mercenaire d’un coach qui réalise des coups avec des joueurs dans ses bagages. Le remplaçant idéal de Sir Ferguson serait Guardiola.
Le lendemain de la défaite du Real, Iker Casillas a déclaré qu’il fallait “respecter la décision de l’entraîneur et s’entraîner beaucoup plus. Je ne suis pas habitué à être remplaçant, mais l’équipe est au-dessus de n’importe quel joueur. Il faut tenter de récupérer ma place de titulaire. Au fil de la semaine, je me suis douté que j’allais être mis sur le banc. Mourinho ne m’a rien dit mais s’il ne faut pas donner d’explications quand on joue, il ne faut pas non plus le faire quand on ne joue pas", a affirmé Casillas, capitaine historique. Tout ça est le discours d’un homme intelligent qui refuse la polémique. Casillas est un très grand footballeur. Il est tout à fait incroyable de le voir mis à l’écart. Casillas a tout gagné dans le football. C’est un homme sans frime. Un des meilleurs ambassadeurs du ballon rond.
Mourinho, a déclaré: “J’ai la conscience tranquille. J’essaie de faire la meilleure équipe pour chaque match". Grotesque, vous dis-je.

24.12.12

Permalien 17:35:34, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Mort de l'Aiglon Guy Cauvin, grand défenseur des années 1960 avec l'OGCNice (366 matchs)

Hommage à Guy Cauvin.

Le très bel athlète Guy Cauvin vient de nous quitter à 72 ans.
Il était atteint de cette maladie qui fait qu’on perd la mémoire.
Il fut un défenseur qu’on n’oublie pas. Il était grand. Un brun dans toute sa splendeur.
On le surnommait Facchetti, du nom de son homologue italien. C’est dire son talent qui consistait parfois à monter à l’assaut de la défense adverse.
Il faisait patrie de ses enfants du Sud qui ont défendu les couleurs de l’OGCNice.
Voici une équipe avec Guy Cauvin.

OGC Nice 1967-1968
Marcel Aubour/
Guy Cauvin, Francis Isnard, Maurice Serrus, Bruno Rodzik/
Régis Bruneton, Albert Robin, Rafael Santos, Gérard Ségarra
Jean-Rémy Issembé, Charly Loubet.

Je le revois sur son aile arrière. Il se tenait raide, toujours très tendu.
Parfois, on le croyait lent mais ce n’était qu’une illusion liée à son physique.
Il taclait et se relevait vite, pionnier dans son domaine car beaucoup de joueurs de sa génération ne se relevait pas systématiquement après un tacle.
Il était très élégant avec ses cheveux raides très fournis.
On voyait les coups de peigne comme dans la chevelure d’Anquetil.
Même les jours de pluie, il restait impeccable, comme épargné par les traces de terre.
On l’associé toujours à Drap, son berceau familial sous forme de restaurant. Et lui nous sortait souvent de sales draps avec Rodzik qui agissait de même de l’autre côté de la défense.
Cauvin, Isnard, Serrus et Ségarra formaient un quator d’enfants du pays.
Je les ai vus jouer tant et tant de fois.
Isnard avait souvent les joues rouges. Serrus tirait la langue en plein effort, reste de son enfance. Ségarra pouvait surgir comme le loup au fond du bois et Cauvin donnait l’impression de s’enfermer au poteau de corner avant de très bien relancer sur Yvon Giner que je voyais en semaine dans son magazin d’appareils ménagers de la rue Cassini. Isnard, Cauvin, nos amis disparus n’auront pas leur nom sur une tribune du nouveau stade. Garibaldi et Ségurane, ils jouaient en quelle année à l’OGCNice ?
Cauvin et ses amis me plaisaient plus que les professeurs du Lycée Masséna que je trouvais totalement inintéressants car ils récitaient un enseignement appris par coeur. Leur passion était éteinte depuis longtemps alors que les quatre Mousquetaires du Gym donnaient tout pour défendre Nice. Eux, je les aimais sans limite. Les Aiglons donnaient l’image d’hommes qui adoraient leur métier tandis que les profs dégageaient l’ennui des gens qui ont raté leur vie.
Je pensais tout le temps à eux.
Quand ils ont pris leur retraite, je les voyais au Ray, aux abords du stade. De nouveau ensemble avec en plus “Papa” Barrou, Georges Carnus, Lucien Leduc, Lucien Muller et Charly Marchetti. J’étais étonné que les gens ne les reconnaissaient pas.
Guy Cauvin reste gravé dans ma mémoire.
Il m’a beaucoup plus donné que tant de fausses vedettes qui servent moins le football que lui.
Quand je montais à Contes, voir mes grands-parents maternels, je pensais toujours à Cauvin en traversant Drap.
Dans l’autre sens, aussi, en revenant à Nice. Guy Cauvin c’était la force de l’âge et aussi le temps de ma jeunesse.
Rien ne pouvait m’empêcher de voir le Nice entraîné par Pancho Gonzales.
J’étais toujours sous le tableau d’affichage.
De là, je voyais mes héros en rouge et noir.
J’aimais les voir arriver, le visage au ras de la pelouse de l’autre côté du stade sous la tribune présidentielle.
Ils sortaient de terre et cela me faisait rêver.
Merci à Guy Cauvin et à ses amis d’avoir illuminé mon enfance.
Un homme est particulèrement touché par la disparition de Guy Cauvin. En effet, Maurice Serrus est l’ultime survivant de la défense niçoise de la période des années 1960.
Le redoutable défenseur et milieu de terrain récupérateur-relanceur a perdu ses trois amis: Isnard, Rodzik et Cauvin.
Cela paraît incroyable de savoir que ces sportifs à la santé de fer ne soient plus parmi nous et surtout au sein de leur famille.
Moi, j’étais dans le public mais “Momo",comme l’appelait Guy Cauvin, lui, était avec eux aux entraînements, dans les transports, sur la pelouse, au coeur des vestiaires.
Aujourd’hui, Maurice Serrus est orphelin de trois amis.

[Post dédié à la famille et aux proches de Guy Cauvin]

PS: Guy Cauvin a été inhumé dans le cimetière de Drap dont il reste l’un des plus illustres habitants. Beaucoup de monde était présent avec beaucoup d’anciens joueurs dont les Aiglons L. Ferry, Marchetti, R. Jouve, Bruneton, Bocchi, Teisseire, Fioroni et Serrus dit “Momo". Outre ses anciens partenaires de l’OGCNice, il y avait aussi Carnus (international, ASSE, OM) Hernandez (Monaco), Laugier (AS Cannes), R. Conte…

23.12.12

Permalien 23:26:50, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United fait son premier match nul de 2012-2013 qui permet à City de revenir à 4 points

23 décembre 2012
Swansea City 1-1 Manchester United
But pour Swansea : (Michu 29e)
But pour MU : Evra (16e)

Man United
1 De Gea/ (5) Peut-être que Fergie va mettre la prochaine fois Lindegaard ! Le turn over est un briseur de confiance.
4 Jones (5) C’est le nouveau O’Shea, un bouche-trou qui peut jouer partout et donc nulle part
6 Evans (6) Joueur de club par excellence
15 Vidic (7) S’agit-il d’un retour gagnant avec un genou non récalcitrant ou d’une rémission passagère ?
3 Evra ©/ (7) Toujours aussi performant
7 Valencia. (6) RAS. Puis (61e) Chicharito (6) A besoin de rythme
16 Carrick (7) Poumon d’acier
23 Cleverley. (6) Donc devenir constant. Puis (85e) Scholes (Non noté) Plaisir de le revoir
18 Young/ (6) Une anguille à l’air libre
10 Rooney. (4) En veilleuse. Puis (78e) Giggs (Non noté) Plaisir de le revoir, bis
20 van Persie (7) Bien à l’affût

Remplaçants: Lindegaard, Buttner, Fletcher, Welbeck
Manager: Ferguson (7) N’a pas trouvé la clef mais c’est question de malchance. Il aurait dû aligner Chicharito à la place de Rooney pour laisser souffler Wazza avant les deux matchs à la maison. Il est vrai aussi que la charnière centrale était inédite côté MU (voir le commentaire très juste de STAEL).

Sir Alex Ferguson n’a pas bien compris pourquoi son équipe a été incapable de marquer un second but à Swansea. L’Ecossais a souligné aussi que des décisions arbitrales avaient été un peu olé olé. Par exemple la faute non sifflée sur Robin van Persie sur l’action qui amena l’égalisation de Michu pour Swansea. Il en veut aussi à Ashley Williams, le défenseur des Swans qui envoya le ballon dans la tête de Van Persie, à terre après avoir subi une faute.
-"Comment nous ne gagnons pas ce match, c’est la question de l’année, parce que nous les avons archi-dominés. Nous nous sommes créé beaucoup d’occasions, nous avons frappé sur le poteau et sur la transversale, et il y a eu quelques fois la pagaille dans la surface. Il faut dire que nous n’avons souvent pas été assez performants dans la dernière passe. Nous avons réalisé une excellente seconde période. Mais je suis déçu de ce résultat : nous aurions vraiment dû gagner ce match avec une belle marge d’avance. Cependant nous avons été bons sur les coups de pied arrêtés, nous sommes en net progrès dans ce domaine. Patrice Évra en est à trois but, tout comme Jonny Evans. Ils contribuent bien au nombre de buts que nous inscrivons cette saison. J’estime qu’il y a eu faute sur Van Persie dans l’action qui amène leur but, mais l’arbitre était dans un jour où il ne nous accorde rien : j’ai été surpris que la faute ne nous soit pas accordée. Robin van Persie a eu de la chance de ne pas se faire assassiner aujourd’hui. C’était l’un des matches les plus honteux auxquels j’ai assisté depuis longtemps. Je pense que la FA devrait s’y pencher. Je sais que Ashley Williams a reçu un carton, mais au-delà de ça, les images devraient être réexaminées par l’arbitre, parce que c’est la chose la plus dangereuse que j’ai vu depuis des années.”
Les Gallois sont parvenus à stopper la série de MU qui était sur une série de cinq victoires consécutives. Sur corner, Evra a marqué de la tête mais cela n’a pas suffi car l’Espagnol Michu a profité d’un ballon repoussé par De Gea- ah! les gardiens de MU, le problème n°1 de Sir Ferguson…- sur une frappe de De Guzman pour égaliser. L’inattendu buteur est le meilleur buteur du Championnat avec 13 buts. Robin van Persie se tient à l’affût: hélas ! sa belle reprise s’est écrasée sur la barre transversale (67e). Tout comme la tête de Carrick (78e) tandis qu’Ashley Young a vu sa frappe sauvée sur la ligne (80e). Papa Noël n’était pas à Swansea ou plutôt il n’y était que pour les locaux !

Les prochains matchs de MU en Premier League y compris le Boxing Day:
26 décembre : Man United-Newcastle, 16 h
29 décembre : Man United-West Brom, 16 h
1er janvier 2013 : Wigan-Man United, 16 h

Classement de la Premier League

1 Manchester United 43 points 18 matchs/ 14 1 3/ + 19
2 Manchester City 39 18/ 11 6 1/ + 19

22.12.12

Permalien 18:09:04, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United: cap sur le 20e sacre de champion d'Angleterre

Man United veut être champion d’Angleterre pour la 20e fois.

Les prochains matchs de MU en Premier League y compris le Boxing Day:
23 décembre : Swansea-Man United, 14 h 30
26 décembre : Man United-Newcastle, 16 h
29 décembre : Man United-West Brom, 16 h
1er janvier 2013 : Wigan-Man United, 16 h

Classement de la Premier League

1 Manchester United 42 points 17 matchs/ 14 0 3/ + 19
2 Manchester City 39 18/ 11 6 1/ + 19

Sir Ferguson a fait taire les rumeurs sur les départs conjugués de Scholes, Giggs et Ferdinand:
“Tous les joueurs en fin de contrat font fantasmer. Comme Scholes parle peu, beaucoup le fond parler à sa place. L’an passé, il nous a relancés. Rien ne dit qu’il va s’arrêter. Giggs ? Je le vois jouer encore un ou deux ans. Ferdinand ? Rio fait une superbe saison.” En revanche pas un mot sur Vidic…
Leader de la Premier League avec 3 points d’avance sur Man City, Manchester United (un match en moins) devrait conserver une marge de sécurité au terme des fêtes de fin d’année. Cependant il faut faire très attention car avec la victoire à 3 points on fait vite à avancer, il suffit de voir le retour sur le podium d’Arsenal. Et dire que des ignares demandaient la tête d’Arsène Wenger qui maintient le club sur les hauteurs alors qu’on l’affaiblit chaque année.
-"Pendant des années, ils nous envoyaient à Middlesbrough ou Sunderland au moment des Fêtes", a plaisanté le manager d’United. Mais cette fois, ils ont été un peu plus cléments…”
Il est vrai que deux matchs de suite à Old Trafford cela fait plaisir au peuple rouge même s’il est compliqué de gagner deux fois d’affilée à la maison.
Pendant que la France va digérer ses tonnes de dindes et de saumons fumés, les Anglais eux vont disputer quatre matchs en huit jours pour le compte de leur championnat qui passionne la terre entière puisque les rencontres anglaises sont diffusées en direct aussi bien en Afrique qu’au Japon.
Tous les matchs anglais ne sont pas fantastiques à suivre mais les téléspectateurs ne sont jamais déçus par l’engagement des joueurs de Premier League car le foot anglais a besoin d’acteurs généreux qui n’économisent pas leurs efforts pour le match suivant.

Le comédien Paul Crauchet (1920-2012) est mort

Il avait un voix, un visage, une présence.
C’était ce qu’on appelle un second rôle.
Pour moi, il n’y a que de bons au mauvais comédiens. Et Paul Crauchet était un merveilleux comédien et acteur.
Aussi bon au théâtre qu’au cinéma.
Il ne faut pas ête dupe comme 90% du public, esclave des médias.
Si Paul Crauchet n’a pas été considéré comme un premier rôle c’est qu’il se contenta d’être un artiste si loin des catins médiatiques qui nous font entrer chez eux, nous disent avec qui ils couchent, ainsi de suite.
Comme Jean Bouise ou Pierre Larquey, Paul Crauchet crevait l’écran dès qu’il apparaissait.
Il a joué pour Alain Resnais, René Clément, Jacques Deray, Jean-Pierre Melville.. aux côtés des plus grands comédiens dont il faisait partie.

Extrait de sa filmographie
1962 : La Guerre des boutons d’Yves Robert
1965 : Les Grandes Gueules de Robert Enrico
1966 : La guerre est finie d’Alain Resnais
1966 : Paris brûle-t-il ? de René Clément
1967 : Les Aventuriers de Robert Enrico
1969 : La Piscine de Jacques Deray
1969 : L’Armée des ombres de Jean-Pierre Melville
1970 : Dernier domicile connu de José Giovanni
1970 : Le Cercle rouge de Jean-Pierre Melville
1972 : Un flic de Jean-Pierre Melville

Permalien 11:14:36, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice n'a perdu que quatre fois en 19 matchs.

22 décembre 2012, 20 h
Lyon 3-0 Nice

Les Aiglons voulaient offrir le scalp de l’O.L. à leur coach mais cela n’est resté qu’au stade des voeux, de circonstances à cette époque de l’année. Les Nice-Lyon et les Lyon-Nice seront à Claude Puel ce que furent les rencontres entre Nice et Bordeaux à notre ancien coach, Gernot Rohr. Ces rendez-vous à la saveur très particulière, entre la nostalgie et le réglement de compte. A noter que depuis Rohr, il a fallu attendre Puel pour revoir Nice briller. (Désormais un voile noire s’est mis entre la période Antonetti et moi puisqu’il nous a traités de “tricheurs". Bon ! on connaît son tempérament de feu- il est du Midi aussi!- mais tout de même, dire un mot aussi fort contre un club qui fut le sien, et tout ça pour une histoire de mauvaise appréciation sur Bauthéac qui est un garçon hyper sport.)
En 2012-2013 pour l’instant, seuls Ajaccio, Montpellier, Reims et Lyon ont réussi à vaincre Nice.
Invaincu en L1 depuis le 27 octobre 2012, le Gym est tombé à Lyon 3-0.
Les Niçois ont dominé parfois outrageusement sans jamais savoir conclure. Plus réaliste, Lyon a joué en contre avec une très grande lucidité.
Cvitanich a raté le coche, et cela a tout changé par rapport aux derniers matchs où il marquait.
Dès que l’on ne concrétise pas dans les temps forts, on redevient quelconque.
Il ne faut pas trop se plaindre.
Avec 30 M€ de budget, le duo pt Rivère-coach Puel fait du très bon travail.
Nice n’a pas eu autant de points à la fin des matchs aller depuis 2007.
Cela fait long.
En 19 matchs, le Nice de Puel n’a perdu que 4 fois, ce qui est remarquable.
Nice a aussi mal fini les matchs aller que les débuts en août avec une défaite au Ray contre Ajaccio. Hors de ces deux contretemps, la copie est très bonne.
Il va falloir confirmer au match retour. Contre VA à la maison.
Bon repos aux Aiglons.

La ligne de classement de Nice depuis le 11 août:

OGC Nice 29 points 19 matchs /7 8 4/ 26 26 0

Liberté, Egalité, Blabla, de Yann Moulier Boutang (Autrement)

Si ce livre était signé par un mandarin de Saint-Germain-des-Prés il aurait beaucoup de presse. Certains livres écrits avec une truelle ont plus d’échos que ce très bel essai, plein d’esprit. Avec tout ce qui se passe dans notre bas monde politique, il y a matière à la révolte: des élections bidons de partis politiques à l’allocation de 4 000 € par an- prime de chauffage (!)- que touchent certains fonctionnaires, on est plus dans une république bananière qu’en République française. Economiste, professeur en France et aux Etats-Unis, Y. Moulier Boutang souligne que la devise française est très mal menée. « Coquilles vides »… Il souligne l’écart de plus en plus large entre les classes extrêmes. Il suffit de se promener devant les vitrines aux tartes à 40 euros pour constater qu’il y a de plus en plus de mendiants sur les pavés. Le pamphlétaire a sous-titré son coup de poing verbal : “Les mythes usés de la République".
Le « Blabla » qui est à la place de « Fraternité » est justifié. Liberté ? Peut-on être libre quand on n’a pas de toit et pas de travail … Egalité ? En quoi sont-ils proches ceux qui touchent le chômage et les spéculateurs en bourse ? Le mot le plus important des trois est « Fraternité ». Vivre ensemble. Beau programme. Dur à appliquer. L’essayiste est pour « se servir du passé comme d’une boussole», à la manière des grands anciens Marc Bloch, Lucien Febvre et Fernand Braudel. Il rappelle que ce n’est pas en utilisant les mots « racailles » (ex leader de droite) et « sauvageons » (ex leader de gauche) que l’on fait du bien à la société française. Le niveau des politiciens n’a pas le curseur sur les hauteurs. YMB martèle qu’en France on est très fort pour parler de liberté mais on l’est moins pour l’appliquer à tout le monde. Sans la liberté économiquepour chacun, nous sommes paralysés. De plus en plus de gens sont dans la peau de voyous potentisls tant il faudrait faire un casse pour s’offrir ce que l’on voudrait. Des utopistes souhaitent la redistribution des richesses: ce n’est pas demain la veille. YMB ne demande pas la lune mais simplement une vraie démocratie.
Selon les pays on réagi différemment: la France s’est braquée contre le voile alors que les Anglais permettent aux chauffeurs de bus sikhs de garder leur turban. Les motards sikhs peuvent même conduire sans casque. On parle d’Europe quand les Anglais n’en font qu’à leur tête. Yann Moulier Boutang est un penseur libre puisqu’il n’est pas devenu un de ces donneurs de leçon qui inondent les plateaux de télévision. Pourtant, il serait utile d’entendre sa voix salutaire. Le lire fait du bien aux neurones et au cœur. La présentation de la collection “Haut et fort” des éditions Autrement rappelle celle de Jean-Jacques Pauvert("Libertés") qui publia Crevel et Berl, entre autres grandes plumes. L’aspect carton convient à merveille. Ici les mots comptent plus que l’emballage, bien qu’il soit magnifique au toucher.

-Liberté, Egalité, Blabla
De Yann Moulier Boutang
Autrement, 174 p., 12 €

21.12.12

Robin van Persie est venu à Man U pour gagner la C1

Robin van Perse est passé d’Arsenal à Man United, comme une lettre à la poste. Il est très rare de voir des joueurs s’adapter aussi vite même si Valencia et Chicharito se sont eux aussi rapidement fondus dans le groupe, à l’inverse d’Anderson et Nani. Cantona avait eu aussi zèro match d’adaptation, étant tout de suite à bonne température dans le club dont il modifia la préparation physique et mental, sous le regard satisfait de Ferguson de voir un joueur autant décisif sur le vie du groupe. A MU, il a eu un avant et un après Cantona. 15 ans après la retraite du Français, le club est toujours autant performant. C’est dire que Sir Ferguson est un as de la remise en question permanente pour maintenir MU au sommet. MU et Barcelone sont les deux clubs au monde les plus réguliers dans la performance. Le Néerlandais a signé à MU pour enrichir son palmarès. Tout le club a en ligne de mire le titre de Premier League et la C1 2013. Le fait d’avoir perdu celui de 2012 au goal average a surmotivé les joueurs tous hyper concentrés.

Le tirage au sort des 8e de finale de la Ligue des Champions 2012-2013 (1):

Aller/ 12 février 2013-Retour/ 6 mars
Celtic - JUVENTUS TURIN
Valence - PARIS-SG

Aller/ 13 février-Retour/ 5 mars
Real Madrid - MANCHESTER UNITED
Chakhtior Donetsk - BORUSSIA DORTMUND

Aller/ 19 février-Retour/ 13 mars
PORTO - Malaga
Arsenal - BAYERN MUNICH

Aller/ 20 février-Retour/ 12 mars
AC Milan - FC BARCELONE
GALATASARAY - Schalke 04

Il s’est passé quelque chose de très étrange lors de ce tirage au sort. En effet pendant la répétition générale, il y a eu un tirage au sort fictif des 8e de finale de la C1… Le hic c’est que le vrai tirage fut exactement le même ! Si l’on regarde bien la Juve, le PSG, MU, le Bayern et le Barça sont plutôt mieux servis car ils reçoivent au match retour. Tout cela fait très mauvais effet. La probalité est infine de retrouver 8 affiches identiques en deux tirages coup sur coup.

(1) Mes favoris en capitales

Permalien 01:08:40, Catégories: THE RED DEVILS, ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE  

Ezequiel Garay et Théo Walcott dans le viseur de Man United

Les gros soucis de santé de Vidic (genou en compote) pousse Man United à recruter en défense centrale, d’autant que Ferdinand est proche de la retraite en haute compétition. Sir Ferguson a plus qu’un oeil sur l’Argentin Ezequiel Garay. L’International de Benfica, né le 10 octobre 1986 à Rosario (province de Santa Fe), a un bon profil pour jouer à MU.
On ne reverra plus le duo Ferdinand-Vidic comme avant.
A présent, MU doit compter sur Evans (très bon joueur de club) et Smalling (encore en rodage).
Jones ? Il a été recruté à défaut de pouvoir enrôler Varane.
MU est si peu pourvu en défense centrale que Sir Ferguson y installe parfois Carrick, l’homme à tout faire.
Dans le champ, il est question de Théo Walcott. Voilà qui ne va pas réjouir les fans d’Arsenal.
Comme l’ailier n’a pas resigné de contrat avec les Gunners, il pourrait rejoindre van Persie à MU.
Sur le flanc de l’attaque, Nani est donné partant, en raison de son inconstance si on le compare à Valencia.
Walcott a une marge progression alors que Nani n’évolue pas à MU. Pendant un moment, il a cru devenir le nouveau Ronaldo de MU mais ce ne fut qu’un feu de paille. Nani peut marquer un but génial mais ensuite il fait des mauvais choix chaque fois que Sir Ferguson l’aligne titulaire.

20.12.12

Permalien 12:14:46, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Rooney (MU) retrouve Ronaldo (Real Madrid) en 8e de C1

Rooney et van Persie sont obligés d’éliminer le Real Madrid de Ronaldo ex Red Devil. Les retrouvailles s’annoncent grandioses.

Le tirage au sort des 8e de finale de la Ligue des Champions 2012-2013:

Valence - Paris-SG
Real Madrid - MANCHESTER UNITED
AC Milan - FC Barcelone
Galatasaray - Schalke 04
Celtic - Juventus
Arsenal - Bayern
Donetsk - Dortmund
Porto - Malaga

Les dates des rencontres sont à fixer:
aller entre les 12/13 et 19/20 février 2013 chez le premier club cité
retour entre les 5/6 et 12/13 mars

En principe ceux qui reçoivent au retour sont avantagés mais rien n’est moins certain. On se souvient que MU menait 3-0 contre le Bayern Munich avant d’encaisser deux buts des visiteurs qui du coup se qualifièrent pour la suite, en 2010… plus jamais ça! Cette fois, c’est le Real qui devra venir affronter MU au retour à Old Trafford. Incroyable ! MU retrouve Cristiano Ronald mais dans le camp adverse. MU est le favori. Ce match c’est aussi le choc Ferguson-Mourinho,sans parler de Rooney/ van Persie- C. Ronaldo/ Benzema. Je suis satisfait du tirage. C’est déjà un finale avant l’heure ou du moins une 1/2.

Autres grosses affiches:
AC Milan-Barcelone
Celtic-Juventus
Arsenal devra jouer le retour à Munich. Les Gunners sont tombés sur un gros poisson. Ils sont condamnés à l’exploit.

Permalien 10:27:42, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT, GRANDE DAME  

Les Coulisses des 100 Tours de France, de Françoise et Serge Laget (Hugo Sport)

110 ans, jour pour jour. L’instant T se déroula au restaurant le Madrid, sur les grands Boulevards à Paris. Le calendrier affichait 20 décembre 1902. C’est ce jour-là que Géo Lefèvre dit à Henri Desgrange: “Et si on organisait un Tour de France cycliste ?” L’idée était aussi de faire de la publicité autour de L’Auto, ancêtre de L’Equipe, afin d’augmenter les ventes au détriment du rival concurrent n°1: Le Vélo. Les détracteurs de la presse oublient trop souvent que les journalistes ont souvent été à la base des plus belles créations. Dans le football, on leur doit toutes la Champions League (Gabriel Hanot). Pour commémorer cet évenèment une salle du restaurant “Le Stade” d’Issy-les-Moulineaux s’appelle désormais salle Géo Lefèvre. Tout cela pour le plus grand plaisir de Serge Laget, l’un des plus grands amoureux de la Grande Boucle que l’a terre n’ait jamais porté.

Parmi l’avalanche d’ouvrages sur le centenaire de la Grande Boucle la nouvelle livraison de la Maison Laget tranche avec les autres car il s’agit de mettre en évidence tout ce que le palmarès n’a pas retenu. Je dis Maison Laget comme on dit Maison Dior. La passion de suffit pas, il faut le professionnalisme et donc la compétence. La Maison Laget a le troisième œil qui voit ce que d’aucuns ne regardent plus. La couverture du livre résume à elle seule l’album qui est une machine à remonter le temps. On y voit Anquetil faire une course sur un home-trainer a côte d’un jeune homme qui lui ressemble tellement que j’ai cru à un photomontage. Erreur de ma part : il s’agit d’un spectacle sur le podium Europe 1 du vendredi 10 juillet 1970 qui opposait le champion à un coureur local (Carpentras) qu’on nous présente sous le nom de « l’araignée ». Croyez-le ou pas, c’est l’inconnu qui a battu le quintuple vainqueur du Tour qui avait peut-être « trop forcé sur la collation ». Ce genre de performance fait penser à ces numéros de cirque qu’étaient obligés d’accepter le goal Darui et le boxeur Dauthuille. Rien n’est plus triste que de voir des as du sport être obligés de faire le gugusse. Rien que pour ça je suis content que les footballeurs actuels gagnent très bien leur vie même si beaucoup ont un talent moindre que celui de Darui.
La Maison Laget est parti à la pêche aux souvenirs dans sa propre mémoire pour nous rapporter des superbes histoires liées au Tour de France. Des histoires différentes de celles qu’on entend un peu partout. Page 7 on tombe sur une photo d’Alfredo Binda le jour de son abandon dans le Tour de France 1930 alors qu’il en était le super favori. Le crack Italien s’en voudra toute sa vie d’avoir abandonné sur une saute d’humeur et on pas de chaîne. Sur l’image, on perçoit son immense désarroi. Une solitude a coupé au couteau. On est saisi aussi par l’état pitoyable du vélo de l’époque. Qui se souvient qu’en 1926 seuls 41 coureurs sur 126 termineront la Grande Boucle ? Personne sauf la Maison Laget qui nous montre une photo d’Ottavio Bottecchia qui a tout d’un spectre surgissant du brouillard.
Jadis certains coureurs communistes n’acceptaient de couper le vent glacial, lors de la descente d’un col, qu’avec des pages de L’Humanité plaquées sur la poitrine. Valentin Huot, lui, ne voulait se protéger qu’avec l’exemplaire fétiche de L’Equipe comprenant un article sur sa pomme signé par Blondin : “Les vacances de Monsieur Huot” avait titré l’écrivain en hommage à Tati. Evoquant le col de Braus, la Maison Laget nous rappelle qu’y furent dispersées les cendres de René Vietto en présence du « regretté Louis Nucéra ».
Beaucoup de lecteurs seront surpris d’apprendre que la mère de Fausto Coppi conservait les maillots de son fils dans un réfrigérateur. Comme elle n’en avait jamais vu, elle prit le frigidaire pour une armoire. Tout l’album est merveilleusement illustré. On y fait des haltes toutes réjouissantes et instructives.

-Les Coulisses des 100 Tours de France
De Françoise et Serge Laget
Préface de Christian Montaignac
DVD inclus Le Tour de France vu du ciel
Hugo Sport, 142 p., 25 €

19.12.12

Marcel Cerdan, Maradona, Coppi, Puskas, Nurmi, les phares de Jean-Christophe Rosé

Si Marcel Cerdan n’avait pas choisi d’être boxeur, il aurait été footballeur professionnel tant il jouait très bien comme ailier.

Marcel Cerdan, une légende française
de Jean-Christophe Rosé
Rediffusion le 18 décembre 2012 sur France 2 (23 h 20)

J’ai déjà vu plusieurs ce somptueux documentaire sur Marcel Cerdan.
Je pourrais le revoir à l’instant et je le reverrais souvent.
On y passe une heure avec le dernier grand boxeur français. On a beau dire ce que l’on veut: quel boxeur a fait rêver les Français autant que Cerdan depuis qu’il est mort ? Personne.
Dans le documentaire on voit sa carrière et son univers.
Marcel Cerdan apparaît souvent pour faire vibrer l’amour filial. Magnifique. Je l’ai rencontré dans la rue à Montmartre. On eût dit que l’on se connaissait depuis toujours. Dans le documentaire, il confie que son père a fait perdre la vie au moins à sept personnes suite à ses combats. D’autres ont fini “tocards".
A la descente d’un avion TWA, on interview Piaf et Cerdan. Images d’un bonheur volé au temps. Le sourire de Marcel et le rire d’Edith sont inoublables.
Jean-Christophe Rosé est un très grand auteur de documentaires, dans diverses domaines.
Le cinéaste aime faire vibrer les images avec des mots et vice versa.
Avec Rosé, on a toujours le visuel et le son.
Le réalisateur a les mêmes héros que moi et des millions de gens dont sans doute vous, à moins d’être un voyant-aveugle.

Extraits de la filmographie de Jean-Christophe Rosé:
-Maradona, un gamin en or
-Pelé, Garrincha, Dieux du Brésil
-Onze footballeurs en or: sur Ferenc Puskas et la Hongrie
-L’odyssée du coureur de fond: sur le Finlandais Paavo Nurmi, le Tchèque Emil Zatopek, l’Australien Ron Clarke et l’Éthiopien Abebe Bikila.
-Fausto Coppi, une histoire d’Italie

Vous pouvez aussi voir le documentaire sur:
http://www.pluzz.fr/infrarouge-2012-12-18-23h20.html

18.12.12

Permalien 16:20:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La faune de la collaboration, de Jacques Decour (La Thébaïde)

Le 17 octobre 1935, Jacques Decour publie une note sur la culture pour rendre hommage aux écrivains, ces « éducateurs involontaires », qui grâce à leur talent nous font « retomber en nous-mêmes ». Avec Jean Prévost, Jacques Decour est l’un des très rares écrivains qui ont incarné l’honneur des lettres françaises pendant la barbarie nazie. Tous les deux ont été fusillés par l’ennemi. Le moindre des respects est de ne jamais les oublier. La particularité de Jacques Decour est d’avoir été résistant alors qu’il était professeur d’allemand et ardent germaniste. Dès 1932, il décortique le système hitlérien qui consiste à faire peur. Decour combat d’emblée le « mythe inadmissible de la race » prônant l’exclusion des Juifs. Dans les articles (1932-1942) réunis par Pierre Favre et Emmanuel Bluteau, il a des mots très durs pour tous ses confrères, notamment le 16 décembre 1941 dans « Bonnard, Fernandez, Chardonne etc… anciens écrivains français » où il écrit : « La plus grande honte pour un écrivain c’est de participer à l’assassinat de la culture nationale dont il devrait être le défenseur». Auparavant, il traita Sacha Guitry d’ «éternel adulateur des puissant». Membre du parti communiste depuis 1936, Decour dézingue la même année André Gide parce que l’auteur de Retour de l’URSS dénonce « l’exploitation d’un grand nombre pour le profit de quelques-uns ». Decour ne pouvait pas envisager le pacte germano-soviétique de 1939… Les articles de Jacques Decour restituent bien l’époque où l’on disait en France : « Hitler plutôt que le bolchevisme ! » Fusillé au Mont-Valérien, le 30 mai 1942, le cofondateur des « Lettres françaises » écrivit le jour même à sa fille Brigitte alors âgé de 9 ans : « Travaille bien (…) Songe souvent à ton grand ami de papa ».

-La faune de la collaboration
De Jacques Decour
La Thébaïde, 350 p., 23 €

17.12.12

Permalien 14:33:27, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson sait déjà que MAN U sera champion 2013

Comme Sir Ferguson, je suis persuadé que MU sera champion. L’an passé, Man City était un ogre qui n’a pu vaincre MU qu’au goal average. Cette saison MU s’est renforcé alors que Man City stagne.

Les prochains matchs de MU en Premier League y compris le Boxing Day:
23 décembre : Swansea-Man United, 14 h 30
26 décembre : Man United-Newcastle, 16 h
29 décembre : Man United-West Brom, 16 h
1er janvier 2013 : Wigan-Man United, 16 h

Sir Alex Ferguson a demandé à ses joueurs de rester concentrer et de ne pas baisser de rythme comme l’an passé, même s’il n’avait pas prévu être leader si tôt. Faire la course en tête n’est pas nécessaire. L’important c’est d’être en forme en avril-mai.
Si les Red Devils sont déjà en leader c’est qu’ils ne veulent plus revivre la désillusion de l’année dernier, à savoir abandonner le titre au rival principal lors de l’ultime seconde du dernier match de la saison.
Avant les fêtes de fin d’année 2012, y compris le Boxing Day, United compte six points d’avance sur City grâce à son succès 3-2 à l’Etihad Stadium. Les médias français n’ont pas assez souligné l’exploit des Red Devils qui ont gagné à l’extérieur chez le tenant du titre invaincu à la maison depuis … 37 matchs ! Si Arsenal avait fait cela, on en aurait entendu plus parlé, croyez- moi. Et si le PSG avait réalisé une pareille performance, on en parlerait encore dans les 20 h des JT les plus regardés.
Fergie a prié ses joueurs d’avoir l’intelligence de conserver cette avance d’ici le début de l’année 2013.
Suite à la réception de Sunderland (3-1), les Red Devils poursuivent une série de 5 matches de championnat en 18 jours, qui s’achèvera le 1er janvier 2013 à Wigan.
Sir Alex n’ignore pas ce qui survint en 1997/98 : à Noël, les Red Devils comptaient 13 points d’avance sur Arsenal qui devint champion en fin de saison devant… Manchester United !
-"Six points d’avance, c’est très bien. City doit essayer de nous rattraper maintenant. Il y a encore beaucoup de gros matches à venir et six points, ce n’est pas grand-chose. En 1998, on avait laissé filer le titre. Le problème, ce sont les blessures. Sur un effectif de plus de 20 joueurs, il faut tabler sur deux joueurs indisponibles par semaine. Si ça ne va pas plus loin, je suis satisfait. On fera le point après ce mois de décembre. Ensuite il faudra s’attendre à une deuxième partie de saison très chargée. L’objectif, c’est d’être toujours en tête début janvier", a déclaré le manager de la Maison Rouge
Le programme des fêtes est favorable à MU. Cette année, il n’y a aucune grosse affiche dans le Boxing Day.
L’année 2013 s’annonce grandiose pour MU qui attend avec impatience le tirage au sort de la suite de la C1.

[Post dédié à Sir Matt Busby]

Permalien 08:00:54, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Gallimard (1911-2011). Lectures d'un catalogue (Les Cahiers de la NRF, Gallimard)

A voir cet indispensable documentaire de Willam Karel

Pour les amateurs de littérature qui lisent comme ils respirent- 100 000 en France en étant optimiste ? - les Cahiers de la NRF forment un outil indispensable. On attend chaque parution avec un plaisir jamais déçu. C’est la littérature dans ce qu’elle a de plus pointu. Il s’agit toujours d’Histoire de la littérature. La nouvelle livraison fait état de ce qui se déroula lors d’un colloque, en l’honneur du centenaire des Editions Gallimard, du 23 au 27 mai 2011. Il s’agit de Lectures d’un catalogue, avec des entretiens dirigés par Alban Cerisier, Pascal Fouché et Robert Kopp. Tous les textes ont été réunis pas Pascal Fouché. Dans le catalogue maison, on relève des titres tels que Monsieur Hitler de Maurice Bedel. Sa date de parution (1937) souligne qu’avant guerre on consacrait déjà des ouvrages aux hommes politiques en vogue. Le livre de Bedel est « plein d’ironie et non dépourvu de profondeur », nous assure Jean-Louis Panné. Dans ce domaine, il y a eu chez Gallimard beaucoup d’ouvrages sur la Russie et l’Union Soviétique. Entre 1917 et 1953, Gallimard a publié 53 titres sur l’URSS de 43 auteurs différents dont Beucler, Drieu la Rochelle, Ehrenbourg, Andrée Viollis … Et pendant la guerre ? Entre novembre 1940 et août 1944, Gallimard imprime 701 titres, soit près de 6 millions d’ouvrages. Le chiffre d’affaires passe de 16 millions en 1940 à 35 millions de francs en 1944, nous apprend Anne Simonin. Quelques tirages ?
Les Mouches, Sartre : 10 450 exemplaires en 1943
L’être et le néant, Sartre : 2 200 ex., 1943
L’Etranger, Camus :13 200 ex.,, 1942
Faibles quantités par rapport aux 45 100 ex. ou même 84 700 ex. de Marcel Aymé pour Travelingue (1942) et Le Passe-Muraille (1943). Face à ces ventes on réalise que Marcel Aymé ait fait naître quelques jalousies. Anne Egger analyse très habilement la période surréaliste au sein des Editions Gallimard avec Paul Claudel qui ne voulait pas que Gaston Gallimard abrite une maison pleine de «pédérastes». (sic) Valérie Tesnière a planché sur les « Questions de vulgarisation ? ». Gallimard en une décennie passe de «quelques dizaines de titres en 1927
(…) a plus de 2000 publiés en 1936, tous domaines confondus, littérature, essais, bibliophilie, historiettes de type almanach et titres d’actualités » . Valérie Tesnière écrit qu’à l’époque « ce sont les textes qui parlent, pas les auteurs ». En 2012, c’est le contraire absolu, hélas ! Et quand il y avait des interviews, ils étaient excellents; tous par écrits, bien sûr, tels ceux de Frédéric Lefèvre dans sa célèbre série « Une heure avec… (L’intervieweur à une part d’intervention plus importante qu’à la radio et télévision).
Gaston Gallimard développa l’édition de la « non fiction », à savoir les essais et les documents afin de ne pas laisser le champ libre à la concurrence. Franck Lhomeau aborde la publication des romans populaires, section dans laquelle intervenait le sulfureux Maurice Sachs. Les éditions originales très recherchées par les bibliophiles n’ont jamais captivé le fondateur de la maison qui préférait le contenu au contenant. Pascal Fouché dénombre les auteurs fidèles et ceux courtisés par la concurrence sans oublier ceux qu’on essaye d’attirer… Le livre passe en revue aussi les best-sellers (Martine Poulain), les livres d’art (Michel Melot), la musique (Myriam Chimènes), la tradition des correspondances (Pierre Masson), une galerie de portraits express de Gallimard par les auteurs maisons (Bernard Baillaud), pour finir par l’évocation de Gallimard avec les droits d’auteur et ses rapports avec les avocats(Pierre-Yves Gautier). Ce bel ensemble se termine sur le chapitre « Conversations » dans lequel interviennent Isabelle Gallimard, Pierre Nora, Georges Lemoine, Yvon Girard, Guy Goffette, Paul-Otchakovsky-Laurens et Christian Thorel. La conclusion revient à Alban Cerisier, lequel confie que l’étude du catalogue Gallimard en dit long sur ses propriétaires: Gaston, Claude et Antoine Gallimard ainsi que sur leurs différentes équipes au fil des décennies. Sans eux les murs seraient tristes.

-Gallimard 1911-2011
Lectures d’un catalogue
Les entretiens de la Fondation de la Treilles

Collectif
Les Cahiers de la NRF, 465 p., 29 €

16.12.12

Permalien 08:58:04, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'Aiglon Dario Cvitanich est le 2e meilleur buteur de L1

La joie des Aiglons après leur victoire 3-2 devant Evian qui menait 0-2. Le jeune aiglon né à Nice, Bosetti, n’est pas le dernier à mettre de l’ambiance. Beau à voir. le réveil de Nice c’est aussi la renaissance de Claude Puel. L’ancien excellentissime joueur de l’AS Monaco est l’un des cinq meilleurs entraîneurs français avec Wenger, Houllier, Blanc et Deschamps. J’attends avec grande impatience le Lyon-Nice, le choc des derniers matchs aller.

L’arrivée de Claude Puel a fait du bien à Nice, et Nice fait du bien à Claude Puel.
Cela fait plaisir de voir un entraîneur heureux.
Le nouveau manager de Nice a construit un groupe très complémentaire avec un noyau de joueurs expérimentés qui accompagne l’éclosion des espoirs niçois champions Gambardella devant Saint-Etienne, le seul club au monde à défiler le lendemain d’une défaite en finale de la C1.
Les anciens fans de Nice croit revenir à la fin des années 1950, soit la grande époque du coach niçois Jean Luciano qui fit comme Puel, c’est à dire une osmose entre jeunes et tauliers.
Luciano est le dernier coach niçois à avoir remporté le titre avec Nice.
Souhaitons le même destin à Puel.
Avec le nouveau stade qui arrive, beaucoup de joueurs vont vouloir venir à Nice et ceux qui y sont vont réfléchir à deux fois avant de vouloir partir.
Dario Cvitanich est en train de démontrer à la France que c’est l’un des meilleurs buteurs actuels.
Ses buts ne doivent rien au hasard.
Ma vision de Cvitanich: Il est toujours bien placé. Sa technique est remarquable. Il est intelligent et volontaire. Il est d’un très grand calme ce qui lui évite de gaspiller des ballons. Il sait faire briller ses partenaires. Il a l’art de la remise en mouvement. Il s’est joué sans ballon. Son temps de réaction est ultra rapide. L’avis de Claude Puel: “Il a un jeu atypique car il ne va pas très vite, il n’est pas grand. Mais il est malin, c’est un guerrier et il a des qualités pour garder le ballon et être à l’affut dans la surface.”
Je trouve très curieux que seulement 8 000 niçois soient montés au Ray pour voir un Nice de cette qualité (face à Evian)
Comment remplir alors l’Allianz Riviera qui fait plus de 35 000 places ?
Des gens me disent: “Contre Paris, les gens sont venus voir Ibrahimovic". Quant à moi, c’est Nice que je veux voir jouer et gagner. Contre Paris ou Lorient et même Trifouillies-les-Oies au cas où…

Les 10 buts de Dario Cvitanich en Ligue 1 (il a marqué aussi 2 buts en Coupe):
7e journée : Nice 2-2 Bastia : Civelli, CVITANICH (57e)
8e : Reims 3-1 Nice : Cvitanich (62e, égalisation)
10e : Montpellier 3-1 Nice : Cvitanich (90e +2, penalty Panenka)
12e : OM 2-2 Nice: CVITANICH (51e, tête), Abriel
13e: Nice 1-0 Toulouse: CVITANICH (60e)
14e Sochaux 0-1 Nice: CVITANICH (44e, penalty)
16e Troyes 1-1 Nice: CVITANICH (90e +1)
17e Nice 1-0 Rennes: CVITANICH (66e, penalty)
18e Nice 3-2 Evian: CVITANICH (20e, 47e), Maupay (90e+1)

Classement des buteurs:

1er: Z. Ibrahimovic/ Paris-SG : 17 buts
2: B. Gomis/ Lyon : 10 buts
D. Cvitanich/ Nice : 10 buts

Claude Puel a très bien décrit les qualités de Cvitanich dès son arrivée à Nice.

PS: nouveau classement de L 1:
5e OGC Nice 29 points 18/ 7 8 3/ 26 23/ + 3

15.12.12

Permalien 23:31:51, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Le Maupay Show au stade du Ray avec le maestro Cvitanich

Avant Nice, Cvitanich a joué à l’Ajax et à Boca juniors

OGC Nice 3-2 Evian
Buts pour Nice: Cvitanich (20e, 47e), Maupay (90e+1)
Buts pour Evian: Sagbo (3e), Barbosa (14e) pour Evian TG

Classement:
1 Lyon 35 17/ 10 5 2/ 30 16/ + 14
2 Marseille 35 18/ 11 2 5/ 23 20/ + 3
3 PSG 32 17/9 5 3/ 32 12/ + 20
4 OGC Nice 29 points 18 matchs/ 7 8 3/ 26 23/ + 3

La belle série de Nice se poursuit alors que les Aiglons étaient menés 0-2.
Les Niçois ne se sont jamais désunis. Ils ont continué à produire beaucoup de jeu.
Cvitanich a réduit le score par un maître lob fantastique. Je n’ai pas vu un tel geste à Nice depuis des décades !
Le buteur de l’Ajax est un attaquant de haut parage. J’espère qu’il restera au club.
Ce joueur transféré contre 400 000 euros est un footballeur très haut de gamme.
Il y a quelque chose qui cloche dans le football. Comment se peut-il que ce joueur ne soit pas plus connu ?
Avec CvitaNICE… le Gym a fait le meilleur transfert qualité/prix effectué sur le Vieux Continent.
Son deuxième but fut aussi très beau. Un extérieur du pied alors qu’il était chargé.
A 2-2, on sentait de Nice pouvait gagner et la victoire est survenue grâce à un but de Neal Maupay, 16 ans !
Avec ce but décisif inscrit dans les arrêts de jeu pour donner la victoire aux Aiglons, le jeune Maupay rentre dans l’Histoire au titre de 2e buteur le plus précoce en Ligue 1: à 16 ans 4 mois et 1 jour. Le record est détenu par Laurent Roussey (St Etienne), buteur à 16 ans, 3 mois et 25 jours.

OGCNNice
Ospina/ (8) A fait un arrêt décisif d’une manchette en fin de match
Genevois (7) De bonnes montées
Civelli (8) A failli marquer un but de la tête mais un visiteur a fait main pour empêcher l’Aiglon de marquet. L’arbitre a oublié de siffler pénalty
Pejcinovic (7) Très solide
Kolodziejczak/ (7) Bon match
Digard © (7) Le Carrick de l’OGCNice
Traoré. (7) A fait son match avec le niveau qui est à présent le sien. Puis (85e) Bosetti/ (non noté) A apporté du stress en direction des adversaires
Pied. (7) Solide. Puis (87e) Maupay (non noté) A marqué le but décisif !
Eysseric (8) Grands débordements à l’aile
Bauthéac. (7) Dynamique comme toujours. Puis (65e) Abriel/ (6) A apporté son fraîcheur
Cvitanich (10) Enorme buteur

Manager: Claude Puel (10) A lancé des attaquants pour gagner le match, exactement comme le fait Sir Alex Ferguson à Man United.

Depuis le 27 octobre 2012, Nice n’a plus perdu en 8 journées de L1 disputées.
Durant cette période, les Aiglons ont marqué 20 points sur 24, avec 14 buts marqués et 7 encaissés.

Les matchs de Nice depuis le retour d’Ospina invaincu dans la cage niçoise de L1:

31 octobre/ Coupe de la Ligue: Nice 3-1 Lyon
3 novembre/ Ligue 1: Nice 1-0 Nancy
11 novembre/ L1: Marseille 2-2 Nice
18 novembre/ L1: Nice 1-0 Toulouse
24 novembre/ L1: Sochaux 0-1 Nice
[28 novembre/ Coupe de la Ligue: Montpellier 3-2 Nice]
1er décembre/ L1: Nice 2-1 PSG
8 décembre/ L1: Troyes 1-1 Nice
11 décembre/ L1: Nice 1-0 Rennes
15 décembre/ L1: Nice 3-2 Evian

[Post dédié à Abdel Aïssou qui a inventé l’expression Maupay Show]

Permalien 20:56:55, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

HISTORIQUE: Man United conserve ses 6 points d'avance avec Giggs qui débuta en 1991

15 décembre 2012, 16 h
Manchester United 3-1 Sunderland
Buts pour les Red Devils: van Persie (16e), Cleverley (19e), Rooney (59e)
But pour les visiteurs: Campbell (72e)

Classement
1 Manchester United 42 points 17 matchs/ 14 0 3/ 43 24/ + 19
2 Manchester City 36 17/ 10 6 1/ 33 15/ + 18

L’évévement ce n’est pas la victoire de MU mais la présence de Ryan Giggs dans l’équipe au coup de sifflet final.
Le joueur de 39 ans était sur la pelouse 21 ans après ses débuts à Old Trafford.
Evénement considérable dans un monde où les joueurs changent de clubs aussi facilement qu’ils échangent leur maillot en fin de match.
Une victoire rouge fingers in the nozzle.
MU est sur la route du doublé: Premier League + C1. C’est le quotidien pour ce grand club qui ne pète pas plus haut que son cul comme tant de clubs prétentieux qui ne gagnent jamais rien à part de l’argent.

De Gea/ (7) Il doit rester titulaire. Très bon sur sa ligne
Evra © (7) Toujours dans le coup
Ferdinand. (6) RAS. Puis (67e)Vidic (5) Match de reprise
Smalling (7) Bon match. Le Ferdinand de demain
Jones/(8) Son meilleur match depuis des mois. Il revient de blessure
Young (7) Bien dans le tempo
Cleverley.(8) Le nouveau Scholes est arrivé. Puis (72e) Giggs (5) Quel plaisir de le revoir!
Carrick. (7) Le régulateur a encore répondu présent. Puis (45e) Scholes (5) A bien pris la locomotive en marche
Valencia/ (7) Joueur merveilleux à tous les sens du terme.
Rooney (8) Toujours aussi performant
van Persie (8) Parfait. L’ancien Gunner a mis 0 match pour s’adapter. A Arsenal, il ne devait rêver qu’à MU tant il s’est fondu dans le schèma tactique. Ce que n’a jamais su faire Berbatov.

Sur le banc: Lindegaard, Fletcher, Welbeck, Chicharito

Manager: Sir Ferguson(10) S’est permis de faire du turn over en plein match ! Seule problème: il a laissé sur la touche Chicharito. Nani peut partir mais le Mexicain doit rester.

Permalien 11:46:33, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Aucune tribune de l'Allianz Riviera ne porte le nom d'un Aiglon historique

C’est désormais officiel.
Les noms des quatre tribunes (respectivement nord, sud, est et ouest) du nouveau stade de l’OGCNce ont été choisis définitivement, en conclusion de l’opération « Nomme ta tribune », qui avait permis aux Niçois de soumettre leurs noms, le jury a livré son verdict.
Ray
Populaire Sud
Garibaldi
Segurane
De mon côté après maintes réflexions, je n’aurais pas choisi ces noms-là.
Le Ray n’est pas dans la plaine du Var. A quoi bon appeler une tribune Ray si c’est pour raser l’ancien stade ?
Populaire Sud. C’est la même chose. De la pure nostalgie avec tout le respect que je fois aux fans de Nice si souvent décriés à tort. Sans eux, le Ray sonnerait vide.
Garibaldi ? Il a déjà une place à Nice.
Ségurane ? Idem, en plus on appelle le quartier Ségurane toute la partier du Port.
Mes choix sont les suivants:
Tribune 1: NUMA ANDOIRE, entraîneur lors du doublé 1952
Tribune 2: VIC NURENBERG, meilleur buteur de Nice depuis l’après-guerre
Tribune 3: FRANCIS ISNARD, recordman des matchs avec Nice
Tribune 4: HUGO LLORIS, capitaine de l’Equipe de France
Il est tout de même incroyable qu’aucune trbune du nouveau stade ne porte le nom d’un joueur.
Sans joueur, le stade et le public ne sert à rien.
Ségurane et Garibaldi n’ont rien à voir avec le football. Certes, il s’agit de deux grandes figures niçoises. D’évidence, le jury a voulu souligner l’identité nissarte dans un stade qui s’appelle Allianz Riviera et non pas Allianz NISSA.
C’était plus beau de voir TRIBUNE NURENBERG ou TRIBUNE ISNARD.

Dans le RAYtroviseur de MORLINO. http://www.ogcnice.com/accueil.php
Merci aux Aiglons des années 1950
“Les débuts de l’ère Claude Puel, sous la présidence de Jean-Pierre Rivère, a le même parfum rafraîchissant que dégageaient les jeunes Aiglons de Jean Luciano. Entre Ospina, Delle, Pied, Kolodziejczak, Eysseric, Bosetti, Traoré, Palun, Maupay, et Lamia, Alba, Chorda, Cornu, Scanella, « Papa » Barrou, le parallèle est évident. En 2012, notre entraîneur puise des forces dans la réserve exactement à la manière de son homologue de jadis. Souhaitons que les Aiglons de Puel connaissent le même destin que ceux de Luciano: être un jour champions de France ! Le Niçois Luciano est le dernier entraîneur à avoir remporté le championnat de D1 avec Nice en 1958-1959. Ce titre clôtura une décennie paradisiaque pour l’OGCN qui remporta trois autres titres en 1951, 1952 et 1956. Né à Nice en 1952, l’année du doublé, j’ai toujours pensé que mon attachement au Gym provenait de ma naissance en pleine euphorie niçoise. J’ai été conçu quand les Aiglons survolaient non seulement le football français mais aussi le football européen lorsque la Coupe d’Europe n’existait pas. Chez moi, ADN signifie Attaché Définitivement à Nice. Parmi les héros de 1951, le coach Numa Andoire comptait sur Germain, Firoud, Mindonnet, Amalfi, Belver, Bonifaci, Carré, Pédini, Bengtsson, Ben Tifour et Jean Courteaux, auteur de 27 buts des 73 marqués par les Aiglons qui ont contribué à donner à Nice son premier trophée de l’Histoire. L’année suivante, le Gym conserva sa couronne grâce à Domingo, Gonzalez, Poitevin, Rossi, Carniglia, Césari, sans oublier son stratège Bonifaci. Au sein des Aiglons champions de France 1956, il y avait le buteur «Vic» Nurenberg, Martinez, R.Bravo, Milazzo, Abderrazak, Fontaine et le magicien Joseph Ujlaki. L’épopée de 1958, quant à elle, fut aussi l’œuvre de K. Ferry, Muro, Faivre et Foix. Mention spéciale à Gonzalez et Nurenberg, toujours prépondérants dans la conquête des trophées glanés par cette génération en or qui a enchanté nos pères auxquels on doit tout. Et c’est ainsi que le Ray est grand.”

[Post dédié à Antoine Bonifaci et à Maurice Serrus]

Permalien 08:26:27, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Capitaine Evra: "Sir Ferguson va nous virer si nous perdons encore le titre !"

Comme chaque année, sous l’ère Ferguson, MU joue pour gagner la Premier League et la C1.

15 décembre 2012, 16 h
Manchester United-Sunderland

Classement:
1 United 39 points 16 matchs/ 13 0 3/ 40 23/ + 17
2 Man City 33 16/ 9 6 1/ 30 14/ + 16
3 Chelsea 29 16/ 8 5 3/ 28 17/ + 11
7 Arsenal 24 16/ 6 6 4/ 26 16/ + 10
10 Liverpool 22 16/ 5 7 4/ 22 20/ + 2
15 Sunderland 16 16/ 3 7 6/ 17 21/ - 4

Avec six points d’avance sur City, Man U a une marge de sécurité que les Red Devils devraient conserver et peut-être même augmenter car les Citizens peuvent laisser des plumes à Newcastle. Actuellement, les entraînements de MU se déroulent encore plus dans une bonne ambiance que d’habitude. A Carrington, Sir Ferguson veut toujours que le groupe soit sans aucune tension interne. Le vestiaire de MU ce n’est pas celui d’Arsenal où Nasri et Gallas ne se disaient jamais un mot. Arsenal ? Les Gunners, sans cesse affaiblis de saison en saison, contre la volonté de Wenger qui subit les décisions de sa présidence, sont déjà à 15 points de MU. Les deux clubs ne jouent plus dans la même division.
Pour la réception de Sunderland, Sir Ferguson a confié que son défenseur historique Nemanja Vidic fait partie de l’ensemble retenu pour Old Trafford.
-"C’est une grande nouvelle de retrouver Vidic, son jeu de tête et son charisme contagieux", a confié l’Ecossais toujours aussi heureux de faire son métier. Nous espérons l’avoir suffisamment bien préparé. On va lui donner sa chance et il devrait s’en tirer sans souci mais je ne sais pas encore s’il sera titulaire. Après tout, il n’a joué que 10 matches lors des 12 derniers mois.”
Pour contenir les joueur de Martin O’Neill, Chris Smalling devrait être associé à Rio Ferdinand en charnière centrale puisque Jonny Evans est touché aux ischio-jambiers alors qu’il était en très grande forme.
Les autres blessés importants sont Nani (ischio-jambiers) et Anderson tandis que Shinji Kagawa ne souffre plus du genou.
Si un joueur ne manquera pas à l’appel, c’est l’indestructible Patrice Evra.
Le capitaine a déclaré craindre la colère de son entraîneur en cas de nouvel échec dans la course au titre de champion d’Angleterre.
-"Je pense que Ferguson va tous nous virer si nous faisons ça… Je suis sérieux. Ca ne va pas être drôle, pour les supporters, les joueurs, pour tout le monde. Je me souviens de ce qui s’est passé l’an dernier. Nous avions huit points d’avance et nous avons perdu le titre. Donc être leader avec une marge de six points ne signifie pas que le championnat est déjà joué.”
Très bien parlé. MU ne va pas se relâcher comme l’an passé. Il y a un an, tous les médias disaient que City était au dessus du lot et pour finir les Citizens n’ont gagné qu’au goal average ! MU est la bête à abattre. Tous les journalistes ne sont pas pour MU comme moi. Il y en a un paquet pour Arsenal, Chelsea, Liverpool… c’est dire qu’ils n’en peuvent plus de voir MU les dominer depuis 1993.
Je suis pour MU et Nice comme d’autres roulent pour la droite ou la gauche.

Permalien 07:52:17, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Dario Cvitanich le buteur tant attendu par l'OGCNice

Dario Cvitanich est le second joueur de l’Ajax d’Amsterdam à porter le maillot de l’OGCNice après Dick van Dijck.

A VENIR:
15 décembre/ L1: Nice - Evian TG (20 h)
22 décembre/ L1: Lyon - Nice (20 h)

Classement:
8e OGC Nice 26 points 17 matchs/ 6 8 3/ 23 21/ + 2

Tous les buts de Dario Cvitanich en Ligue 1:
7e journée : Nice 2-2 Bastia : Civelli, CVITANICH (57e)
8e : Reims 3-1 Nice : Cvitanich (62e, égalisation)
10e : Montpellier 3-1 Nice : Cvitanich (90e +2, penalty Panenka)
12e : OM 2-2 Nice: CVITANICH (51e, tête), Abriel
13e: Nice 1-0 Toulouse: CVITANICH (60e)
14e Sochaux 0-1 Nice: CVITANICH (44e, penalty)
16e Troyes 1-1 Nice: CVITANICH (90e +1)
17e Nice 1-0 Rennes: CVITANICH (66e, penalty)

Depuis le 27 octobre 2012, Nice n’a plus perdu en 7 journées de L1 disputées.
Durant cette période, les Aiglons ont marqué 17 points sur 21, avec 11 buts marqués et 5 encaissés.
Ce joli parcours est survenu après une période de bons contenus sans parvenir à conclure.
Tout a changé avec la titularisation de Dario Cvitanich que Claud Puel protégea au début car il manquait de rythme.
Depuis qu’il est aligné régulièrement il a inscrit 10 buts dont deux en Coupe de la Ligue contre Brest.
Ces 8 buts en L1 sont des buts qui rapportent des points: 12 en tout dont 10 rien qu’avec ses buts.
On sait que Cvitanich a été transféré pour 400 000 euros dans un monde où Ibrahimovic gagne 1,3 M? par moi.
Baucoup vont lui faire les yeux doux.
Bient?t beaucoup de joueurs vont vouloir jouer avec Nice dans l’Allianz Rivièra.
Les qualités de Dario Cvitanich ?
Sait jouer sans ballon, très adroit dans la surface, joueur au calme froid, très bon technicien, instinct du buteur, peu tuer le match avec une seul occasion, grande vista, sens du collectif, remiseur et buteur.
Nice à une belle épine dorsale: Ospina, Civelli, Digard, Bauthéac, Cvitanich.
Cvitanich a inscrit 8 des 23 buts de Nice qui ne manque pas de buteurs alors que les années passées il fallait attendre systématiquement qu’un défenseur marque.
Donc, Nice est tout heureux de la signature de Cvitanich, son nouveau van Dijck.
On ne s’emballe pas, on est simplement content.

[Post dédié à Johan Cruyff]

14.12.12

Permalien 15:50:10, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Mort du "Frère Jacques" Georges Bellec (1918-2012)

Nous venons de voir partir le musicien Dave Brubeck, l’architecte Oscar Niemeyer, le héros de l’Annapurna Maurice Herzog…
Le chanteur, peintre et musicien Georges Bellec, membre des Frères Jacques, est mort jeudi 13 décembre 2012, à l’âge de 94 ans. (Sur la vidéo c’est le premier à gauche avec le bonnet blanc.)
C’était le plus comique des quatre. Un comique très efficace
Entre 1946 et 1982, les Frères Jacques ont passé leur vie à chanter Vian, Brassens, Prévert, Ferré…
Georges Bellec a enchanté les Français avec son frère aîné André Bellec, en compagnie de François Soubeyran, tous trois disparus disparus, et de Paul Tourenne qui vit à Montréal.
Les Frères Jacques formaient un quatuor plein d’esprit.
Chanteur, acteur, mine, danseur, ils avaient infiniment de talent.
Un esprit qui excluait la vulgarité et la grossièreté.
J’ai assisté à leurs adieux au Théâtre Marigny, en compagnie de mon frère Charles.
Devant nous était assis Roger Pierre qui applaudissait à tout rompre, avec un regard d’éternel enfant.
Les Frères Jacques, Raymond Devos, Fernand Raynaud, Georges Brassens, tout un monde englouti.
Il s’agit de phares. 90% des gens du music-hall actuel font office de minuterie.

Composition du groupe des Frères Jacques [Faire le Jacques=faire l’idiot…]
André Bellec (1914-2008), le fondateur
Georges Bellec (1918-2012), le comique
François Soubeyran (1919-2002), le poète
Paul Tourenne (1923), le premier ténor (et photographe)

Cinquième membre du groupe:
Pierre Philippe (1909-1995), le pianiste jusqu’en décembre 1965.
puis Hubert Degex (1929, de 1965 à 1982

Enfin Jean-Denis Malclès (1912-2002), décorateur de théâtre, créateur de leurs fameux costumes.

Mort de Maurice Herzog (1919-2012), l'un des héros de l'Annapurna

On peut dire ce que l’on veut mais Maurice Herzog fut le premier homme à gravir jusqu’au sommet de l’Annapurna. Certes tout n’a pas été un conte de fées mais qui peut me garantir que la victoire des footballeurs français en Coupe du Monde 1998 fut aussi belle qu’on la raconte sans cesse ? Ce 14 décembre 2012, on annonce sa mort. Je republie mon article sur le livre de sa fille qui est tout sauf un roman. C’est le récit qui a pour amorce le complexe d’Electre, soit le complexe dOedipe au féminin. Roman est de trop, c’est la version d’une fille sur son père. Je n’ai pas participé à la descente en flammmes du père comme certains médias. Il y a peu de temps, j’ai vu sur la télé du service public un grand sujet sur ce livre: une émission digne des journaux à scandales, seul Christian Brincourt a fait entendre une voix différente. On y a aussi aperçu Maurice Herzog, pour la dernière fois, au seuil de la mort. Il n’en revenait pas que sa fille- aussi belle qu’intelligente- ait pu signer un tel ouvrage. Malgrè tout ce que l’on peut dire sur Maurice Herzog, je lui conserve tout mon respect, ainsi qu’à ses compagnons de cordée.

Malgré tous ses efforts pour saccager l’image de son père, Félicité Herzog a écrit un livre d’amour sur le premier vainqueur de l’Annapurna devenu secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports du général de Gaulle. De l’amour contrarié mais de l’amour quand même. “Famille, je vous hais! “(André Gide) On connaît la chanson! Maurice Herzog, mon père, ce zéro… Le beau zéro, le grand zéro… L’alpiniste Maurice Herzog a-t-il été un père à la hauteur ? On n’en finirait pas de plaisanter sur le titre (Un héros) de l’ouvrage hostile à un monument mondial de l’alpinisme, chef d’expédition de l’illustre cordée qui a réussi là où cinquante-cinq autres tentatives échouèrent. Les enfants sont-ils les mieux placés pour juger leurs parents ? Cela reste à prouver. « Tuer » le père quand on a 44 ans et une très bonne situation sociale (tête pensante chez Areva), cela ne relève pas de l’exploit. Il y a deux façons de parler des siens : celle de Pascal Jardin (Le Nain jaune) qui a davantage écrit un grand livre qu’un portrait exact de son père, haut fonctionnaire de la France vichyste, ou celle d’Alexandre Jardin (Des gens très bien) petit-fils qui a dézingué son grand-père dans une démarche éditoriale plus proche de Voici que du Bloc-notes de François Mauriac. Pour espérer faire un succès de librairie, il faut qu’un parfum de scandale précède la mise en vente.
Un héros est donc la descente en flammes tardive d’un père par sa fille qui a choisi sa mère pour dédicataire. Elle aurait pu y ajouter son frère psychotique au point d’en mourir, à bout de force. Nous sommes dans l’autobiographie avec ici et là quelques arrangements avec la vérité jusqu’à parfois déraper vers le n’importe quoi. Page 39 : Félicité Herzog prétend que le cadavre de Jean Prévost a été «traîné jusqu’à la mort par une voiture de la Gestapo». Primo, un cadavre ne peut pas être trainé jusqu’à la mort… Secundo, d’où tient-elle cette information ? Peut-être de sa mère qui fut marié à Simon Nora (1921-2006), «résistant, juif et compagnon de route des communistes». Ce premier mari n’est autre que le père d’Olivier Nora, l’actuel patron des éditions Grasset. Comme le monde est petit.
Le débinage du père sert donc à rendre hommage à une mère (Marie-Pierre de Cossé-Brissac) qui a dû subir l’antisémitisme de ses parents (père pétainiste et mère collabo) avant d’épouser en secondes noces Maurice Herzog- dont elle divorça- qui attirait toute la lumière sur lui. La vengeance étant un plat qui se mange froid, il était temps, en 2012, d’abattre la statue du commandeur qui va fêter ses 93 ans. A l’ère de la littérature jetable, ce que dit Félicité Herzog est plus important que son style. Le fond domine la forme même dans la partie plus intime du récit- «le misérable petit tas de secrets»- là où l’on frôle l’inceste, par le biais d’un «viol du regard».
L’essentiel du livre, on le connaissait déjà depuis que Gaston Rébuffat, membre de l’expédition, s’était désolidarisé des récits de l’ascension de l’Annapurna signées par M. Herzog, starifié en couverture de Paris Match, brandissant le drapeau français au bout de son piolet. Le cliché fut pris par Louis Lachenal, grand oublié de l’exploit historique du 3 juin 1950 accompli ensemble. Lachenal ne tira aucun marron du feu tandis que celui qu’il accompagna par conscience professionnelle fut recouvert de gloire jusqu’à entrer dans le gouvernement gaulliste. Amorçant la controverse, Annapurna premier 8000 de M. Herzog s’arracha comme des petits pains. A la mort de Lachenal, dans une crevasse de la Vallée Blanche, au cours de hiver 1955, les notes du disparu (Les Carnets du vertige) furent mises en forme par Gérard Herzog, le frère de Maurice… Il a fallu attendre quarante ans pour enfin découvrir des manuscrits inédits de Lachenal- mis au grand jour par son fils Jean Claude- qui décrivent une autre version de l’ascension.
Lachenal rapporta que M. Herzog poussa l’expédition au-delà du raisonnable pendant que lui ne laissa pas tomber « l’illuminé» parce qu’un guide ne doit pas abandonner quelqu’un sous peine d’être accusé de non assistance à personne en danger. «Marchant vers le sommet, [M. Herzog] avait l’impression de remplir une mission. C’est pour lui et pour lui seul que je n’ai pas fait demi-tour. Cette marche au sommet n’était pas une affaire de prestige national. C’était une affaire de cordée. » C’est toute la différence entre un alpiniste en quête de prouesse et un professionnel de la montagne. A force de trop braver le danger, les deux hommes subirent l’amputation des pieds et des mains (Herzoz) et des orteils (Lachenal). Dans un autre domaine, celui de la conquête de la lune, on connaît surtout Neil Armstrong, le premier à alunir, au détriment de Buzz Aldrin qui l’a suivi pourtant de près. Lors de la Première Guerre Mondiale, on disait que « Parade » était de Cocteau sans préciser que les décors et la musique avaient pour auteurs Picasso et Satie. Félicité Herzog dresse le portait d’un dragueur assoiffé de conquêtes qui hésite entre DSK et Simenon. Cela méritait-il 302 pages ? On n’écrit pas comme on fait du ski à Gstaad. Une chose est certaine : M. Herzog a prouvé qu’il avait un mental d’acier. Celui qui manque d’habitude à tant d’athlètes français.

-Un héros
de Félicité Herzog
Grasset, 302 p., 18 €

[Post dédié à Maurice Baquet]

Soutine, de Marie-Madeleine Massé (Orangerie/ Découvertes Gallimard)

La superbe collection Découvertes de Gallimard qui est toujours un enchantement visuel et tactile publie un hors-série bourré de pages que l’on peut déplier parfois en quatre. Ce petit volume est déjà un collector pour qui aime les livres et la peinture. Soutine (1893-1943), Chaïm pour les intimes, est un peintre qui a élu domicile dans le Montparnasse de la grande époque, celui où le monde entier s’y rendait. C’est là qu’il fallait être avant la Première Guerre mondiale. Au Louvre, il est resté scotché devant Le Bœuf écorché de Rembrandt, l’un des mes tableaux préférés. Je n’ai jamais vu quelqu’un le regarder quand je vais le voir. Après sa vision du Boeuf écorché, Soutine a alors décidé de peindre des bouts de viandes. Alors qu’il aurait pu les manger- crevant de faim- il les laissait pourrir pour pouvoir mieux les peindre. On imagine qu’aucun collectionneur ne voulait accrocher au mur de leur salon les bouts de barbaques peints par Soutine. Par ailleurs, ses distorsions sont somptueuses. En 2012, ces toiles sont hors de prix. Sa peinture a beaucoup de caractères et sa mort prématurée nous a privés de quelques chefs-d’œuvre supplémentaires. Il est mort en pleine période de l’immonde chasse aux Juifs. Une exposition à L’Orangerie permet de voir plusieurs de ses tableaux dont ses fameuses natures mortes dans le prolongement de Chardin. L’exposition s’appelle L’ordre du chaos. Cela tombe bien puisque Guillaume Apollinaire a dit que les grands peintres œuvraient pour mettre de l’ordre dans le chaos. Sans eux, nous serions tous aveugles.

- Soutine
De Marie-Madeleine Massé
Musée de l’Orangerie/ Gallimard, 8, 40 €

Exposition Chaïm Soutine. L’ordre du chaos.
Musée de l’Orangerie
Depuis le 3 octobre jusqu’au 21 janvier 2013

13.12.12

Permalien 12:17:10, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Claude Puel, entraîneur de l'OGCNice, tire-t-il sa force du fait de n'avoir jamais joué en équipe de France ?

Claude Puel après Nice 1-0 Rennes

Samedi 15 décembre 2012, 20 h
Nice-Evian

Dans le programme de Nice-Rennes, j’ai écrit : “J’admets la défaite contre plus forts que nous mais j’avoue que les Aiglons m’ont déçu lors de matchs-clés qui s’avéraient plus faciles à négocier que les grosses affiches qui ont toujours hyper motivé nos joueurs. Rien n’est plus humiliant que de perdre à domicile en ayant plein de regret à 23 h. En 2012, j’espère que nous allons éviter ce cas de figure: voir réduire à néant toutes les belles choses accomplies en novembre. Après avoir dompté l’ogre parisien, le Gym enchaîne sur trois adversaires plus modestes, comme l’on dit bêtement : Troyes, Rennes et Evian-TG. Si nous avons remporté 13 pts sur 15, face à Nancy, Marseille, Toulouse, Sochaux et Paris combien allons-nous prendre de points dans les trois prochains matchs sachant que l’on reçoit, coup sur coup, Rennes et Evian-TG ?”
Depuis que je suis né, j’ai vu Nice battre de très grosses équipes avant de s’effondrer devant des plus modestes.
Près de nous, personne n’a oublié l’élimination de Nice au Ray contre Vannes, lors de la Coupe de la Ligue 2008-2009. A cette occasion-là Vannes est allé en finale à la place de Nice. Et c’est peut-être pour ça que F. Antonetti en avait gros sur le coeur lors de la défaite de Rennes contre Nice(1-0) en L1 2012-2013 car au cours de ce match-là, il a vu les Aiglons gagner alors que lorsqu’il les entraînait ils perdaient souvent les matchs pièges.
Est-ce que Claude Puel est parvenu à guèrir Nice qui a la mauvaise habitude séculaire de lâcher des matchs et de relancer des équipes moribondes ?
Pour l’instant la réponse est oui.
Après sa superbe série de novembre 2012, Nice maintient le cap de bonne espèrance.
Les Aiglons ont arraché le nul à Troyes puis on pris les trois points contre Rennes. Cela fait 4 points sur 6. C’est inhabituel chez les Aiglons dans un ce contexte-là de matchs pièges.
J’ai hâte de voir si Nice conserve sa carburation contre Evian.
Au temps de Gernot Rorh, Nice avait une âme de guerrier.
Avec Antonetti, Nice s’est installé durablement en L1.
Avec Ollé-Nicolle a vu que l’on ne pouvait pas confier l’équipe à un entraîneur qui faisait ses premières armes en L1.
Sous Marsiglia, il a fallu sauver les meubles et préparer l’avenir avec les jeunes.
L’ère de Claude Puel démarre sous le signe de la compétence et de l’exigence. La grande nouveauté est le fait de marquer dans les bonnes périodes des Aiglons grâce à des individualités de talents supérieurs à la moyenne.
Comme joueur, les qualités de Puel étaient le professionnalisme (donc le sérieux et l’hygiène de vie), la volonté, la très bonne forme physique, l’intelligence de jeu. Ce fut un très grand récupérateur-relayeur. Sa carrière en équipe de France a été inexistante alors qu’il a été pro entre 1979-1996, période où il joua presque 500 matchs en L1. De M.Hidalgo à A. Jacquet, via H. Michel, M.Platini et G. Houllier, aucun sélectionneur ne l’a jamais aligné. C’est une grande injustice. Claude Puel a dû devenir encore plus fort mentalement du fait de m’avoir jamais porté le maillot frappé du coq. Il s’est forgé un mental en acier prouvant qu’il était meilleur que certains internationaux. C’est dire aussi que ce n’est pas un homme qui bénéficie d’appuie systèmatique dans son milieu. C’est tout à son honneur. Les grands solitaires au-dessus de la mêlée ont tout mon soutien dès que l’on n’est pas en face d’un imposteur.
Au plan de la compétition, Claude Puel m’a toujours fait penser à un loup jamais rassasié.
C’est un gagneur qui ne se satisfait jamais longtemps d’un résultat.
Nice gagnera des matchs, Nice perdra des matchs.
L’important c’est que l’ère président Rivère-coach Puel construise un grand club avec une grande équipe.
Un grand club peut parfois avoir une équipe en baisse de régime mais une grande équipe ne peut pas naître d’un club inexistant.

[Post dédié à l’historique KOP du Ray]

Permalien 10:50:43, Catégories: LITS ET RATURES  

404 not found, d'Hervé Decca (Actes Sud)

« Hervé Decca a trente-cinq ans. Il a enseigné six ans dans un lycée du Val-de-Marne avant de partir vivre à Bogota. » Non ce n’est pas le résumé du livre. Il s’agit de la bio express de l’auteur qui voit publier son premier ouvrage, un polar « vif et désespéré» dit-on. Il est disponible en « format epub et pdf numérique ». On n’arrête pas le progrès et il faut vivre avec son temps. Passer du Val-de-Marne à Bogota n’est pas banal. A-t-il mis de la distance pour oublier ? Si tel était le cas, il serait plutôt allé à Honolulu. Ne restons pas trop sur la biographie de l’auteur, Proust n’aimerait pas ça, à l’inverse de Sainte-Beuve. « Je cé que cé pa toi. T’écri kom 1 prof. » Nous sommes ici au cœur de notre époque, celles des SMS, Ipod… Un soir de mai 2005, la dévergondée Deborah disparaît de la circulation. C’est le genre d’élève qui se moque complètement de l’école. L’important c’est de s’éclater, string à l’air. La police enquête dans cet univers moderne de la haute solitude réfractaire. Jadis les pauvres se terraient, aujourd’hui, ils revendiquent une place au soleil que personne ne veut leur donner. Les politiciens font croire qu’ils s’intéressent à eux mais quand ils viennent dans les quartiers chauds ils sont hyper protégés, tremblant de peur. Tout le polar est bien rythmé par des dialogues qui ressemblent à des uppercuts. Un très bon premier livre qui devrait être adapté à l’écran tant il est visuel.

-404 not found
D’Hervé Decca
Actes Sud, 297 p., 20€

Permalien 01:17:57, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR  

Accident industriel: Arsenal se fait sortir de la Coupe de la League par un club de Division IV

Mardi 11 décembre 2012
Quart de finale de la Coupe de la League
Bradford 1-1 Arsenal
But pour la D 4: Thompson (16e)
But pour les visiteurs: Vermaelen (88e)

(Bradford s’est qualifié aux tirs au but, 3-2)
Savez-vous combien à dépenser Bradford au mercato d’été 2012 ? 9 000 euros…
Tout n’est pas pourri au royaume du football. Quand on sait qu’un joueur qui ne joue quasi jamais gagne plus de 400 000 euros par mois à Lyon. Il y a des salaires qui se transforment en boulet.
L’entreprise de spectacles d’Arsenal a connu un nouvel accident industriel, essuyant l’élimination par plus petit que soi.
La saison 2012-2013, au niveau titres gagnés s’annonce aussi maigre que les précédentes.
On entend déjà les explications:
-C’est le charme de la Coupe…
-L’important c’est de penser au prochain match, ainsi va le football…
-Nous devons nous attendre à nous faire critiquer puisque nous tombons devant une Division IV…
-Nous ne pouvons pas dépenser l’argent que nous n’avons pas…
-Nos finances sont saines. Qui peut en dire autant ?
-Attendons le fair-play financier et vous allez voir ce que vous allez voir…
Bien sûr, vous n’entendrez jamais:
-Arsenal est à sa place, puisque nous vendons nos meilleurs joueurs pour gagner de l’argent grâce à Wenger…
-Nous ne gagnons plus rien depuis sept saisons parce que nous avons perdu la finale de la C1 qui a plombé l’élan du club…
-Nous ne jouons plus la gagne dans la course au titre puisque nous sommes déjà à 15 points du leader Manchester United alors que nous n’avons pas encore atteint la fin des matchs aller…

Menés 1-0 dès la 16e minute après avoir encaissé un but sur coup franc, les Gunners, n’ont égalisé qu’à deux minutes de la fin du temps réglementaire grâce au défenseur belge Thomas Vermaelen. L’élimination d’Arsenal est une contre performance réalisée par une équipe qui n’était pas confectionnée avec des “coiffeurs” puisqu’elle avait dans ses rangs au moins 8 titulaires réguliers: Wojciech Szczesny/ Bacary Sagna, Per Mertesacker, Thomas Vermaelen ©, Kieran Gibbs/ Jack Wilshere, Francis Coquelin. Puis (60e) Marouane Chamakh, Santi Cazorla, Aaron Ramsey. Puis (69e) Tomas Rosicky/ Lukas Podolski. Puis (69e) Alex Oxlade-Chamberlain, Gervinho.
-"Ils ont bien défendu et nous savons tous ce qui peut arriver aux tirs au but. Nous avons eu beaucoup, beaucoup d’occasions, mais leur gardien a fait un grand match", a constaté Wenger que l’on a dépouillé de Clichy, Song, Fabregas, Nasri et van Persie. De quoi prendre froid.
Aux tirs au but, la tentative de Carzola a été arrêtéE par Matt Duke et les tirs de Chamakh et de Vermaelen sont allés sur le montant.
Dans le match, on a vu Gervinho, seul devant la cage, manquant un but qui semblait facile.
Grâce à sa 9e séance de tirs au but victorieux consécutif (!), Bradford s’offre sa première demi-finale de Coupe de la Ligue.
-"Mes gars ont été formidables. Ils ont respecté les consignes, et la discipline a été la clé du succès devant une équipe aussi talentueuse qu’Arsenal", a déclaré l’entraîneur de Bradford, Pil Parkinson, grand sourire.
La possible prochaine arrivée à Arsenal de Thierry Henry signifie que le club n’arrive vraiment pas à oublier le passé. Henry y jouera quelques matchs, prêté par son club américain.
Il faut aller chercher les vieilles gloires pour faire rêver les supporters d’Arsenal.
Wenger va-t-il quitter le navire ?
Pas du tout: son contrat arrive à terme en 2014.
D’ici là, Arsenal aura connu d’autres victoires sans trophée.
Arsenal ne joue plus pour remporter des titres.
L’important c’est de terminer au moins 4e de la Premier League afin d’avoir la possibilité de disputer la C1 au moins jusqu’au 8e de finale.
Wenger n’y est pour rien. Que serait Sir Ferguson si on lui avait enlevé van der Sar, Ferdinand, Scholes, Giggs et Rooney ?
[Post dédié à Patrick Vieira]

12.12.12

Permalien 16:07:33, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice est invaincu en L1 depuis 7 matchs

A ceux qui l’ignorent, je précise que ce bloc est 100% en faveur de l’OCGCNice et de Manchester United. Vous savez où je la mets l’objectivité ? Je ne suis pas un appareil photo. J’écris à l’imparfait du subjectif. Je m’oblige personne à me lire. J’écris pour mes amis, connus ou inconnus. Voici le stade- la nouvelle fabrique de bonheur de l’OGCNice- où jouera bientôt l’AC Milan, Barcelone et Manchester United ! Nice va passer de son historique et vétuste stade du Ray à l’Allianz Riviera qui est l’un des beaux stades de France avec le SDF. Je pensais mourir sans voir un grand stade à Nice. J’avais tort. Le voici !

OGC Nice 1-0 Stade Rennais
But pour les Aiglons: Cvitanich (66e sp)
Deux expulsions: Kana-Biyik (52e), Jebbour (64e), Rennes

Nice : Ospina - Genevois, Civelli, Gomis (Pejcinovic, 46e), Kolodziejczak - Digard ©, Traoré - Pied, Abriel(Bauthéac, 54e), Eysseric (Meriem, 82e) - Cvitanich

Classement
7e OGC Nice 26 points 17 matchs/ 6 8 3/ 23 21/ + 2

Nice poursuit sa belle série. Depuis 2002, le Gym n’avait plus fait vibrer autant.
Les Aiglons n’ont plus perdu en L1 depuis le 27 octobre 2012 contre Montpellier.
Depuis leur retour battu de l’Hérault, ils ont gagné 5 fois et fait deux nuls avec 10 buts marqués pour 5 encaisses.
A noter aussi que depuis le retour de David Ospina dans la cage niçois, Nice n’a donc plus perdu en L1. Et bien sûr cela ne doit rien au hasard. Je suis totalement hostile au turn over des gardiens en dehors de faire jouer le n°2 en Coupe. Un grand gardien stabilise la défense avec des automatismes bénéfiques.
Le Nice de Puel est très performant et fait taire nos détracteurs. Ma longue expérience m’a appris que les observateurs comme on dit préféreraient voir en L1 Nantes, Auxerre, voire Metz, plutôt que Nice. Pour toute la France, Nice doit se contenter du soleil. Ils pensent que le football n’est pas notre passion. Ils se trompent mais il faut les excuser car ils ne connaissent rien de rien à l’Histoire de l’OGCNice qui fut la plus grande équipe française quand la C1 n’existait pas.
Aujourd’hui, Nice est de retour. Restons calmes et merci à Claude Puel de réenclencher le rêve niçois.
Frédéric Antonetti a dit: “Les tricheurs ont gagné…” Je reste correct vis-à-vis de notre ancien coach.
Disons qu’il a dit cela sous le coup de la déception.
Deux de ses joueurs ont été expulsés. Il faudra qu’il parle avec eux. C’est sûrement déjà fait.
Bauthéac aurait plongé. On dit ça aussi de Young à MU. Quand les petits gabarits se font pousser dans le dos il est logique qu’ils giclent en avant. Je n’ai pas entendu les Rennais quand au début du match l’un des leurs a agressé Cvitanich par derrière. Antijeu non sanctionné. A propos du plongeon- et je redis que Bauthéac n’a pas plongé- dans toutes les écoles de football, on nous dit: “Amplifie toujours les fautes sur toi". C’est le B.A. BA du football.
L’équipe niçoise est très complémentaire. Elle a une belle ossature. Un bel état d’esprit collectif et de grandes individualités. De l’expérience et de la jeunesse. J’y vois un embryon de MU, version arrivée d’Alex Ferguson.
MU ne s’est pas construit en un jour. Nice new look non plus.
Nice gagnera d’autres matchs et en perdra aussi.
L’important c’est d’avoir un belle équipe dans un grand club.
Avoir une belle équipe est trop aléatoire. Le club, c’est la base.
Le duo pt Rivère-coach Puel vit de belles heures lors de ses nouvelles fondations.

Les 10 buteurs transférés cet été les plus rentables d’Europe au 2 décembre 2012:

1. Dario Cvitanich/ OGC Nice, 8 buts, 0,4 M€ (*)
2. Aritz Aduriz/ Atheltic Bilbao, 11 buts, 2,5 M€
3. Michu/ Swansea City, 11 buts, 2,57 M€
4. Bast Dost/ Wolfsbourg, 8 buts, 7 M€
5. Rodrigo Palacio/ Inter Milan, 10 buts, 10,5 M€
6. Mario Mandzukic/ Bayern Munich, 12 buts, 13 M€
7. Olivier Giroud/ Arsenal, 8 buts, 12 M€
8. Ibrahimovic/ PSG, 15 buts, 20 M€
9. Marco Reus/ Borussia Dortmund, 9 buts, 17 M€
10. Van Persie/ Manchester United, 13 buts, 31 M€

(*) Le fantastique buteur de Nice a mis deux autres buts depuis…

Les matchs de Nice depuis le retour d’Ospina dans la cage niçoise:

31 octobre/ Coupe de la Ligue: Nice 3-1 Lyon
3 novembre/ Ligue 1: Nice 1-0 Nancy
11 novembre/ L1: Marseille 2-2 Nice
18 novembre/ L1: Nice 1-0 Toulouse
24 novembre/ L1: Sochaux 0-1 Nice
[28 novembre/ Coupe de la Ligue: Montpellier-Nice]
1er décembre/ L1: Nice 2-1 PSG
8 décembre/ L1: Troyes 1-1 Nice
11 décembre/ L1: Nice 1-0 Rennes

A VENIR:
15 décembre/ L1: Nice - Evian TG (20 h)
22 décembre/ L1: Lyon - Nice (20 h)

[Post dédié à Marcel Morlino et à Louis Nucéra]

Permalien 10:16:07, Catégories: GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Le musicien Ravi Shankar (1920- 2012) est mort mais pas sa musique

Ravi Shankar a fait partie du mythique concert de Woodstock. Dans la foule: J. Hendrix, l’un de ses admirateurs.

Quand un tel humaniste s’en va, on sent qu’une grande présence vient de nous quitter.
Heureusement que la terre a des habitants de cette dimension. Cela nous change de tous ces imposteurs qui mentent 24 h sur 24. Tant de racailles ont pignon sur rue.
Le musicien indien Ravi Shankar est mort à 92 ans près de sa résidence dans le sud de la Californie, vient d’annoncer sa famille dans un communiqué daté mardi 11 décembre 2012 sur le site officiel du parrain de la World Music: http://www.ravishankar.org/
Dans les années 1960 sa musique fut mis en évidence par le guitariste des Beatles George Harrison qui devint son disciple. Et nous tous avec lui. On ne pouvait qu’être séduit par ce Gandhi musicien.
Shankar a influencé de nombreux guitaristes de rock.
Sa sonorité est immédiatement identifiable comme celles de Reinhardt, Hendrix et Miles Davis.
Outre son immense talent, le génial sitariste était le père de la chanteuse Norah Jones et de la compositrice Anoushka Shankar.
Il nous a donné de la musique inoubliable et deux magnifiques filles.

Sublime dialogue entre un père et sa fille Anouskha. Chez les Shankar on a de le beauté et du talent de père en filles.

Permalien 09:15:38, Catégories: THE RED DEVILS, EN MARGE  

Nasri se fait allumer pour avoir fissuré le mur des Citizens

La presse anglaise est aussi dure que la presse italienne ou espagnole.
Il n’y a qu’en France où les journalistes n’osent pas dire ce qu’ils pensent des joueurs de peur de ne plus avoir d’interviews !
-"Tevez était fou. On le voit bien reprocher à Nasri de s’être effacé devant la balle. 44 000 fans de City l’auraient pris dans la poire. Zabaleta et neuf de ses équipiers aussi. Mais pas Nasri, évidemment… Il a fait perdre son équipe. Nasri n’est pas à la hauteur. Il est aux abonnés absents à chaque gros match de City, et c’est le seul ! Quand on voit le niveau de David Silva d’un côté, on attend la même chose de l’autre. Nasri, on le voit dès que son équipe mène au score, quand elle régale. Mais quand il faut sortir le bleu de chauffe, il n’y a plus personne. » Du Gary Neville dans le texte. L’ex Gary Neville dit ce que j’ai toujours dit. Avoir du talent ne suffit pas. Il faut le physique et le mental. Nasri perd presque tous les duels. Quant au mental…
“Nasri est payé 150.000£ par semaine pour aider Manchester United à gagner” a titrè le Daily Mail.
-"Nasri est le premier footballeur professionnel que j’ai vu autant effrayé d’être frappé par le ballon” a déclaré Gary Lineke.
Avec Arsenal, Samir Nasri avait l’habitude de s’illustrer favorablement contre Mau United.
Hélas, sous le maillot de Man City se fut l’inverse.
Le 9 décembre 2012, lors de la défaite des Citizens à domicile 2-2 devant les Red Devils, Nasri fut dans la plupart du temps transparent pour un joueur de son standing, sauf lors de coup franc décisif de van Persie, en fin de match. Et cette transparence s’est finalement incarnée visuellemnt lors d’un dernier grand fait du match. Au lieu de servir de bouclier, le Français s’est caché derrière son coéquipier Dzeko pour finalement ouvrir la porte. Du coup, il a été vraiment transparent. Cette attitude prouve qu’elle n’aurait pu dû se trouver dans le mur, d’ailleurs ce n’est pas un défenseur. Dzeko, non plus, mais celui-ci est grand de taille.
Depuis l’esclandre en équipe de France où il brocarda un journaliste depuis le terrain, Nasri a disparu des radars de l’actualité. Si à Arsenal, Wenger le titularisait quasi tout le temps, à City il n’est souvent même pas remplaçant. Mancini l’a relancé lors du derby mais cela c’est très mal passé.
Le fait de ne pas être solide dans le mur est arrivé au pire moment du derby Manchester City - Manchester United, alors que les deux clubs étaient ex aequo (2-2) à la fin des 90 minutes réglementaires.
Robin Van Persie a tiré du côté de Nasri. Bon choix puisque son ancien partenaire d’Arsenal n’a pas asssuré son rôle d’imperméable.
La frappe du Néerlandais s’est finalement logée dans le petit filet de Joe Hart. Le succès des Red Devils permet à MU d’accroître son avance de 6 points au classement devant les Citizens.
-"En réalité, nous avions seulement 2 joueurs et demi dans le mur” a confié Roberto Mancini, le coach des Citizens.
Loin de la nurserie d’Arsenal, Nasri n’arrive pas à voler de ses propres ailes.
A City, il est dans un vestiaire où la concurrence est très rude.
C’est pire à MU. Sir Ferguson n’a-t-il pas fait sortir Rafael en plein match avant de le relancer dans le derby mancunien ? Dans cet exemple, on a vu un grand coaching et un jeune joueur brésilien au mental de fer.
Si Nasri avait signé à MU il aurait fait de sacrés progrès.
Il fallait choisir entre l’Histoire de MU et l’argent de City.
La marque des joueurs de premier plan c’est la constance.
Nasri a du talent mais c’est un intermittent du spectacle.
Comme l’a dit Jacquet de Pires, il lui faut muscler son jeu.

11.12.12

Permalien 18:11:21, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice de Puel va essayer de prendre 6 points sur 6

10 décembre 2012
Nice-Rennes,19 h au Ray.

Pour le dernier Nice-Rennes en L1 au Ray, Claude Puel a retenu:

Gardiens : Ospina, Delle
Défenseurs : Civelli, Genevois, Gomis, Kolodziejczak, Pejcinovic
Milieux : Abriel, Diaz, Digard, Eysseric, Meriem, Traoré
Attaquants : Bauthéac, Bosetti, Cvitanich, Maupay, Pied

Absents : Bahoken, Dao Castellana, Fofana, Hennion, M’Bow, Pentecôte (blessés), Palun (suspendu), Berthomier, Fernandez, Hassen (choix de l’entraîneur), Anin

Nice va tenter d’engranger 6 points sur 6 en recevant à la suite Rennes et Evian.
Le retour de Fred Antonetti est toujours émouvant. C’est un ami qui a fait du bien à Nice.
Il n’aime jamais trop revenir combattre Nice au Ray car il y a de très bons souvenirs.
C’est difficile de s’opposer à un club que l’on a servi même si on est un grand pro.
Antonetti a quitté Nice à l’époque où le club était encore trop loin du nouveau stade.
C’est désormais Claude Puel qui est chargé de faire grandir Nice.
Les ignorants n’ont pas compris que l’OGCNice fondé il a plus de 100 ans n’a en fait que 10 ans, date de son retour en L1.
Puel a mis en place un bel ensemble. D’habitude Nice rate le coche devant des adversaires plus à sa portée sur le papier. Cette fois, Nice reçoit à deux reprises et ce n’est jamais facile de gagner deux fois de suite à la maison, coup sur coup.
J’aime tout particulièrement cette cuvée de Nice composé de réels talents et de jeunes joueurs du centre de formation. A ce sujet grand merci aux Aiglons Marsiglia, Mengual et à tout le staff.
On voit des sourires, à l’image de Bauthéac qui est sympathique comme est brun ou blond. On est loin du bus de l’Afsud 2010. Bien sûr avec la victoire tout est plus agréable. Il est vrai aussi que Claude Puel est un véritable entraîneur et non pas un gadget de l’idiot-visuel.
Beaucoup commence à faire des comparaisons avec le Nice de Jean Snella des années 1970.
C’est un très mauvais tableau comparatif, hormis le beau jeu développé. A l’inverse de Puel, Snella n’avait que des internationaux, ou presque.
Non, il faut remonter aux années 1950 et à l’époque de Jean Luciano qui lui aussi puisait dans la réserve niçoise.
Je vous rappelle que Nice n’a plus perdu en L1 depuis le retour dans la cage niçoise de David Ospina.
Je mets en ligne la rubrique Dans le RAYtroviseur de MORLINO que l’on peut lire sur le site du Gym:

http://www.ogcnice.com/actualite/ogcnicemag.php

“Le Ray qu’on aime est une forteresse
Le dernier Nice-PSG (2-1) de L1 au Ray a marqué les esprits. Bien sûr les médias nationaux ont mis le focus sur la défaite des Parisiens au lieu d’analyser la belle victoire des Aiglons, irrésistibles dès qu’ils marquent dans les temps forts. Si l’on conserve l’humilité et le sérieux, nous vivrons ici encore des soirées fantastiques avec des réveils tout aussi merveilleux. Rien n’est plus beau que le lendemain d’un succès qui ne souffre d’aucune contestation. J’admets la défaite contre plus forts que nous mais j’avoue que les Aiglons m’ont déçu lors de matchs-clés qui s’avéraient plus faciles à négocier que les grosses affiches qui ont toujours hyper motivé nos joueurs. Rien n’est plus humiliant que de perdre à domicile en ayant plein de regret à 23 h. En 2012, j’espère que nous allons éviter ce cas de figure: voir réduire à néant toutes les belles choses accomplies en novembre. Après avoir dompté l’ogre parisien, le Gym enchaîne sur trois adversaires plus modestes, comme l’on dit bêtement : Troyes, Rennes et Evian-TG. Si nous avons remporté 13 pts sur 15, face à Nancy, Marseille, Toulouse, Sochaux et Paris combien allons-nous prendre de points dans les trois prochains matchs sachant que l’on reçoit, coup sur coup, Rennes et Evian-TG ? Une belle fin 2012, qui aura lieu à Lyon, peut nous faire passer de très belles fêtes. A nous de voir, si nous allons enfin nous débarrasser de cette satanée manie d’abandonner des points en raison d’une baisse de concentration collective. Si nous n’avons plus jamais remporté le championnat depuis les années 1950 c’est à cause de ce coupable laisser-aller, notamment dans la décennie 1970 où l’on a gaspillé beaucoup de points à domicile, avec pourtant le rigoureux Jean Snella sur notre banc. L’ultime Nice-Rennes en L1 au Ray a une dimension très spéciale : c’est la rencontre Frédéric Antonetti- Claude Puel soit le duel entre le coach qui a reconsolidé la nappe phréatique de notre équipe et le coach chargé de bâtir dessus un grand club. A tous les deux «merci». Et merci au Ray pour toutes les émotions d’hier et d’aujourd’hui.”

Le rire élu, de Judith Stora-Sandor (Gallimard)

Le monumental Groucho Marx. Imité, jamais égalé.

Me revient cette histoire : connaissez-vous la différence entre l’humour juif et l’humour allemand ? Tout simplement l’humour !
Judith Stora-Sandor nous confie dans ses remerciements qu’elle rêvait de ce livre depuis longtemps. Ou plutôt «à» ce livre car elle l’a construit patiemment au lieu de le réaliser dans la précipitation. Sa table des matières est éloquente : on y trouve aussi bien Bernard Malamud que Groucho Marx et Philip Roth. Je suis moi-même un marxiste de la tendance Groucho. Un jour, il est allé à Londres chez un ami qui l’a reçu royalement. Dès qu’il est retourné aux Etats-Unis, le virtuose du rire a écrit : « J’espère que lorsque tu viendras chez moi tu feras de même ! » Ce genre d’humour est si loin du rire gras qui pollue les écrans français. Dans son autobiographie, Groucho se décrit comme un acteur «entre deux engagements». Rien que ça suffit à me faire rire. De son frère Gummo, il nous dit qu’il était «autant intéressé par les études d’un Africain par un radiateur ».
Dans une séquence consacrée à Romain Gary, ce grand Niçois de cœur intimement lié à Louis Nucéra, Judith Stora-Sandor nous rappelle que le romancier à précisé : « l’humour de mes livres est un humour typiquement juif, celui-là même qui a inspiré les frères Marx, Chaplin et d’autres. » Si Groucho et les Marx ont droit à une entrée dans la partie consacrée à la famille, Chaplin, Jerry Lewis et Woody Allen n’ont pas droit au même traitement. Il est vrai qu’il est question de littérature et non pas de cinéma, bien qu’au départ de tous les films il y a d’abord un scénario et des dialogues. (Je signale que l’auteur publia auparavant L’humour juif dans la littérature de Job à Woody Allen / PUF 1984) Par contre on trouve Saul Below et Tristan Bernard. Et aussi Italo Svevo – un des auteurs fétiches d’Antoine Vitez- Isaac Siinger, Dorothy Parker, Erica Jong et Albert Cohen, le merveilleux auteur du Livre de ma mère, inégalable dans le genre : comme sa mère n’est plus de ce monde, le fils embrasse son proche bras qui est la survivance de l’auteur de ses jours, ou du moins son prolongement.
Le livre comporte cinq chapitres avec chaque fois un extrait du créateur présenté. Nous passons de la « famille juive : une prison tout confort » (Tucholsky, Heine …) à des « héros non héroïques » (B.J. Friedman, Aleikhem, Zangwill…), de « juifs et Goyim : guide pour débutants » (Paley, Heller, Kraus, Molnar…) à l’« humour juif : secrets de fabrication enfin révélés » (Karinthy, Ephron, Mikes…) pour finir sur « l’humour juif en Israël ( Oz, Castel-Blom, Kimhi…). Judith Stora-Sandor démontre bien que l’humour juif consiste à se nourrir de la tradition pour atteindre sa démesure. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.

-Le Rire élu
Anthologie de l’humour juif dans la littérature mondiale
De Judith Stora-Sandor
Gallimard, 414 p., 23 €

Permalien 10:10:44, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le onze majeur de Man United, suite à City 2-3 United (9-12-2012), fête du football

Voici mon onze type de MU:
De Gea/
Evra, Evans [Vidic], Ferdinand, Rafael/
Young, Cleverley [Scholes], Carrick, Rooney, Valencia/
van Persie[Chicharito]
Remplaçants: Lindegaard, Smalling, Jones, Kagawa, Anderson, Giggs, Fletcher, Nani, Welbeck
Les 5 buts furent fantastiques. Mention spéciale à la construction du premier but avec un exceptionnel mouvement entre Young, van Persie et Rooney. Grand bravo aussi à van Persie pour son magistral coup franc. Rien n’est plus beau que le football joué à ce niveau. Aucun sport ne procure une telle illustration de la vie qui s’écrit sous nos yeux.
Bien sûr si on est du côté des Citizens la fête a tourné au vinaigre.
Si l’on est pour United, ce match-là fut grandiose.
A la vérité, nous avons assisté à un immense match de football.
Il y avait tout, exactement comme lors de France-RFA 1982.
Les deux équipes ont eu chacune leur mi-temps et au moment où City pouvait prendre les trois points, c’est United qui a gagné.
Il faut quand même le dire: United a réalisé l’exploit de venir battre le champion en titre chez lui.
Un champion 2012 qui était invaincu chez lui depuis 37 matchs.
La saison dernière, City avait réussi à son tour l’immense exploit de dynamiter United 1-6 à Old Trafford.
Et le titre 2012 a été remporté par City devant United au goal average !
Cette saison United et City sont au-dessus des autres.
Sir Alex Ferguson a un groupe exceptionnel: mélange de tauliers et de jeunes.
Côté City, il y a du beau monde: Kompany, Silva, Aguero, Y. Touré, Tevez…
L’ère Ferguson lancé en 1986 a vraiment démarré avec Cantona. Depuis 1993, MAN United est un fabrique de bonheur grâce à Sir Ferguson qui sait toujours gérer le groupe et régénérer l’équipe. Chapeau ! Et surtout grand merci.

Permalien 08:15:10, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Rooney et van Persie sur la route du 20e titre de Premier League pour Manchester United

De Nice-PSG (2-1) à Man City-Man United (2-3), la vie est super belle quand on aime les Aiglons et les Red Devils. Que de grands moments ! Et ce n’est qu’un début car MU a une très grosse équipe et Nice est de retour avec Puel et le nouveau stade en vue. La 5e ville de France ne va pas rester éternellement dans l’ombre de la L1. Cela en dérange beaucoup: il faut dire que lorsqu’ils arrivent à Nice, ils sont confrontés à tant de beauté avec la baie des Anges, qu’ils en sont jaloux à vie, cela les change tellement du médiocre panorama de 70% des villes françaises. Je n’ai encore jamais entendu quelqu’un me dire: “Je pars en vacances à Saint-Etienne…” ou “Chic ! je vais passer une semaine à Lyon". Dans la vie, il n’y a pas que Messie et Ronaldo. Rooney et van Persie sont deux monuments du football mondial actuel, et eux, jouent dans la même équipe. Ronney et van Persie sont deux ballons d’or en puissance.

**Championnat d’Angleterre (19) :
1908, 1911, 1952, 1956, 1957, 1965, 1967, 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011.

Vice-champion (15) :
1947, 1948, 1949, 1951, 1959, 1964, 1968, 1980, 1988, 1992, 1995, 1998, 2006, 2010 et 2012.

Troisième :
1976, 1982, 1983, 2002, 2004 et 2005.

**Ligue des champions (3) :
1968, 1999, 2008
Finaliste (2) :
2009 et 2011

10.12.12

Permalien 23:27:09, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Alex Ferguson (Man United) a la culture de la gagne ce qui le distingue des entraîneurs interchangeables

Les fans de MU et les Red Devils sont en parfaite osmose. La rage des joueurs de MU enchante leurs fans. Loin d’Arsenal où il avait pris la mauvaise habitude de ne rien gagner, Robin van Persie a retrouvé la rage du vainqueur. Cette saison, il va enfin augmenter son trop maigre palmarès. A MU, on joue pour gagner et non pas pour faire plaisir au service comptabilité. Le football qui consiste à faire du spectacle sans le but ultime de gagner me fait juste éclater de rire.

Alors que Wenger parle souvent du beau jeu d’Arsenal pour masquer le manque de palmarès des Gunners, Sir Ferguson lui ne parlent jamais de son passé glorieux.
L’Ecossais ne pense qu’au prochain match. C’est sa force.
Depuis 1993, MU propose l’un des plus beaux football du monde.
Le MU de Sir Ferguson est constant.
Sir Ferguson est un compétiteur enragé qui hait la défaite.
Pas question pour lui de finir 2e ou finaliste.
Il est dommage qu’aujourd’hui, les 2e, 3e voir 4e peuvent se qualifier pour la C1.
Si on ne retenait que les premiers de chaque championnat, le football encore aurait plus d’intensité
Les deux plus belles équipes actuelles sont Barcelone et Man U.
MU et Barcelone vont sans doute gagner leur championnat.
J’espère les voir en finale de la C1 2013.
Rooney et van Persie contre Messie et Iniesta.
Rooney est un génie du football. S’il jouait au Real Madrid on en parlerait mille fois plus.

Permalien 17:04:19, Catégories: THE RED DEVILS, BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Man United-City du 9-12-2012 fut aussi fantastique que MU-Bayern Munich 1999 ou France-RFA 1982

J’ai voulu comparer le derby mancunien avec le derby franchouillard ASSE-OL.
Le match anglais m’a captivé du début à la fin. Les dernières Coupes du monde n’ont pas eu cette grandeur ni cette intensité. Le match de L1 m’a tellement ennuyé que j’ai coupé au bout de 20 minutes.
Les footballeurs de L1 et leurs entraîneurs devraient demander le DVD de City-MU du 9 décembre 2012 pour voir ce qu’est le vrai football: MU est venu vaincre sur le terrain de City invaincu chez lui depuis 37 matchs !
On a vu de l’engagement, de beaux duels, de belles passes, de beaux buts. De grands joueurs aussi. Le souffle du football a été perceptible pendant 94 minutes.
Ce fut une finale avant l’heure. Un parfum de France-RFA 1982, de MU-Bayern Munich 1999.
Face aux deux superbes équipes de Manchester on comprend pourquoi on aime ce jeu.
Avant Man City-Man United (2-3) du 9 décembre 2012, Roberto Mancini a dit publiquement que Sir Alex Ferguson avait dû attendre 13 ans avant de gagner la C1 (1986-1999). C’est la vérité mais il a dit cela pour faire taire les critiques à son sujet. Cette phrase d’avant-match a surmotivé les Red Devils qui n’avaient pas besoin de cela, tant ils voulaient se venger de la saison dernière: défaite 1-6 contre City à Old Trafford, et perte du titre au profit de City. Sir Ferguson est très fort pour les phrases d’avant-match. Cette fois, il n’a pas eu besoin de parler. Mancini a dit celle qu’il ne fallait pas dire. On a vu le résultat. Les Citizens ont perdu chez eux devant United. Cela veut-il dire que City a volé le titre 2012 à United ? Il faut savoir décoder certaines victoires. Le championnat anglais n’est pas fini mais il est toujours aussi passionnant.

Prochains de MU en championnat:
15 Déc Man United-Sunderland/ 16 h
23 Déc Swansea City-Man U/ 14 h 30
26 Déc Man U-Newcastle / 16 h
29 Déc Man U-West Bromwich Albion/ 16 h
Janvier 2013
01 Jan Wigan Athletic-Man U/ 16 h

Classement
1er Manchester United 39 points 16 matchs/ 13 0 3/ 40 23 + 17
2 Manchester City 33 16/ 9 6 1/ 30 14 + 16
3 Chelsea 29 16/ 8 5 3/ 28 17/ + 11

Le football anglais est merveilleux.
On a pu le vérifier dimanche 9 décembre 2012 lors de Manchester City 2-3 Manchester United. Les deux premiers buts des Red Devils ont permis à Rooney de montrer toute sa classe. Des buts magnifiques. Le premier (15e) est né d’un superbe mouvement collectif avec, entre autres beaux gestes, une passe de la poitrine faite par van Persie. A la conclusion d’une belle passe de Young, Rooney a embarqué la défense pour la prendre à contre pied d’un tir croisé, en frappant de l’intérieur du pied. Le second but(28e) est encore une oeuvre collective avec Rafael qui centre en retrait sur Rooney qui arme son tir pour frapper de nouveau de l’intérieur. Que de grâce! United jouait sur un petit nuages. Les Red Devils ont puni les Citizens qui leur avaient fait si mal la saison dernière, en les battant 1-6 à Old Trafford, ce qui leur a permis d’être champions à la place de MU.
En seconde mi-temps, les Citizens ont bénéficié du talent de Tevez qui n’a pas joué les 45 premières minutes. Touré (60e) et Zabaleta (85e) marquèrent deux buts tout aussi beaux que ceux de MU. Le ballon a traversé deux fois un forêt de jambes. La frappe extérieure de Zabaleta fut très bien réalisée.
A la fin du match on pouvait espèrer une victoire des Blues mais un coup franc bien placé a permis à van Persie (92e) de faire basculer la balance du côté des Red Devils.

J’ai aimé:
-l’intelligence de jeu des joueurs de MU et de City (à quelques éléments près)
-le comportement correct des joueurs, à part Balotelli, et quelques mouvements de frustation des Citizens à la fin.
-les joueurs de MU qui sont allés applaudir leurs fans à la fin du match.
-l’application de Rafael qui avait été retiré auparavant de l’équipe par Sir Ferguson.
-les courses des défenseurs et des ailiers de MU.
-la tenue des Red Devils: maillot rouge, short et bas noirs. Voila l’ensemble que j’aime le plus, les couleurs niçoise quoi !
la partition de Rooney, joueur primordial du disposition fergusonnien.
-la concentration de tous les joueurs de MU qui savaient qu’on les attendait tous sur ce match.
-la complicité Rooney-van Persie.
-le football ultra collectif de MU.
-le retour de forme de Young.
-la qualité de l’opposition proposée par les Citizens.
-la fierté de Rio Ferdinand, joueur ultra charismatique.
-la joie collective des Red Devils à la fin du match.
-le bonheur de Sir Alex Ferguson.
-l’impact de Tevez sur les Citizens.
-la classe Rooney et de van Persie.

Je n’ai pas aimé:
-tout le cirque autour de la pièce reçu sur le visage de Ferdinand
-la faiblesse de Nasri et de Clichy. Sur le coup franc de van Persie, Nasri s’est caché et a levé le pied.[Comme Thierry Henry lors d’un France-Italie.]
-le comportement grotesque de Balotelli.

Permalien 14:44:53, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Rooney et van Persie forment le plus beau duo d'attaquants au monde

Je persite et signe, les deux Red Devils forment le plus beau duo d’attaquants dans l’actuelle galaxie football. La complicité entre les deux buteurs est perceptible aussi dans les vestiaires, comme ici après City-United (2-3)du 9 décembre 2012.


Nous en étions à 2-2 avec deux buts de Rooney quand s’est présenté le coup franc pour MU en fin de partie.
Les deux préposés au tir se sont concertés.
Par ordre d’ancienneté, Rooney est prioritaire mais il a l’intelligence d’apprécier van Persie.
Alors quand il restait une poignée de secondes dans le Fergie Time, ce 9 décembre 2012, Rooney et van Persie se sont parlés pour décider qui allait tirer le coup franc franc, excentré sur le côté. J’ai tout de suite su qu’il était pour van Persie.
Explications de van Persie:
- “Nous avons eu un très bon départ en raison de Wayne qui a marqué deux buts fantastiques de lucidité au terme de bons mouvements de notre attaque. En première mi-temps nous avions le contrôle. City revient souvent après avoir été mené, nous le savions. Nous n’avons donc pas été surpris par leur égalisation 2-2. Ensuite nous avons pris les trois points d’une manière romantique.
Ronney: -"Que veux-tu faire faire ? Veux-tu tirer ou centrer au-dessus de la défense?”
Van Persie: “Je vais frapper enveloppé pour la mettre directement".
Au terme du match, Rooney a insisté pour dire qu’il n’avait jamais eu des doutes sur le fait que van Persie pouvait faire un très bon usage du ballon: “L’angle était difficile, mais Robin est joueur qui sait faire beaucoup de choses. Nous travaillons ensemble différentes combinaisons à l’entraînement. Je ne doutais pas qu’il pouvait marquer sous cet angle et heureusement il nous a gagné la partie.”

“Nos fans attendaient ce moment depuis longtemps. On leur devait cette revanche après ce qui s’était passé l’année dernière” a déclaré Rooney après le match. C’est très bien parlé parce que c’est la réalité.
Quelqu’un que je connaissais m’a dit il y a cinq ou six ans: “Le football est un dérivatif. Il t’empêche sans doute d’écrire". Je ne partage pas ce point de vue. On n’écrit ce que l’on peut. Personne ne peut vous empêcher d’écrire ce que vous devez écrire. Cette personne est morte il y deux ans, peut-être moins ou plus. Il n’y connaissait rien de rien en football. Moi, je suis toujours là à aimer le football. Le vrai, le grand football. Cette année, je vis une grande saison avec MU qui confirme et Nice qui revit.
A l’arrivée de Robin van Persie, tout le monde s’est démandé ce qu’allait devenir Wayne Rooney.
Après une courte période d’adaptation, les deux joueurs s’entendent à merveille.
Soit van Persie joue en pointe avec Rooney en 9 1/2 juste derrière le Néerlandais, soit c’est le contraire.
Ronney est un défenseur-organisateur-buteur. Dès que Rooney à la sphère, Van Persie fait voir tout son art du jeu sans ballon, par des appels, des feintes. Lorque RVP a le ballon, c’est au tour de Rooney de faire la même chose. L’un et l’autre sont au même diapason. Ils sont autant doués qu’intelligents. Bien sûr, leur technique respective permet à l’un et l’autre de s’exprimer le mieux possible.
Les deux joueurs sont complémentaires.
Ils ont eu l’intelligence d’associer leur talent.
A chaque attaque, ils stressent complétement les défenses adverses.
Ces deux joueurs sont les deux meilleurs footballeurs du monde avec C. Ronaldo, juste derrière Messi.
Rooney et van Persie sont aussi de redoutables tireurs de coups de pied arrêté.
On sait qu’ils tirent les corners de manière impeccable, 9 fois sur 10.
Lorsqu’arrive un coup franc, ils se concertent pour savoir qui sent mieux le coup.
En 2002, ils forment la plus paire d’attaquants en activité sachant que R. Mancini a le tort de ne pas aligner le duo majeur Tevez-Aguero.
Lors de City-United, on a vu plusieurs fois Rooney pousser ses adversaires à se sublimer.
La venue de van Persie, permet à Ronney d’avoir un partenaire qui pense aussi vite que lui.
Le trio Rooney-van Persie-Valencia est fantastique avec Carrick qui les met toujours en conditions favorables.
Ce MU 2012-2013 a un très grand destin.

A voir, la classe mondiale de Wazza et de RVP. Il faut bien sûr aussi citer Chicharito et Welbeck, les deux autres cadors de MU: le Mexicain est un joueur explosif et le jeune mancunien sait récupérer des ballons hyper chauds pour les faire repartir dans le bon sens.

Record mondial: les 86 buts de Lio Messi, en 2012.

Lio Messi, futur Ballon d’or 2012, vient de battre le record de Müller, l’ancien bombardier allemand du Bayern Munich des années 1970.
Immense exploit d’un joueur magique.
[Post dédié à Iniesta, Xavi et Fabregas]

Permalien 08:13:42, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United a mis fin à 37 machs sans défaite de Man City dans son stade

Les fans de MU voulaient que les Red Devils se vengent de la perte du titre 2012 au profit des Citizens… Les joueurs de MU se sont battus jusqu’au bout pour arracher la victoire dans un match fantastique et faire donc plaisir à leurs millions de fans rivés à l’écran de télé.

1ere mi-temps: City 0-2 United
2e mi-temps: City 2-0 United
Fergie Time: City 0-1 United
La victoire de Man United est un nouvel exploit des Red Devils qui ne déçoivent jamais leurs fans dans les grands matchs. Ou si rarement.
Bien sûr, MU ne gagne pas tout le temps mais l’ère Ferguson est un temps fort du football mondial.
MU est obligé d’affronter une très rude concurrence depuis les années 1990.
Tour à tour, Liverpool, Arsenal et Chelsea ont connu de grands moments pour empêcher la suprématie de MU. Chaque saison, Sir Ferguson a dû cravacher dur pour que MU ne disparaisse pas des premières places de la Premiere League. Les rivaux passent mais MU reste. A prèsent, c’est contre Man City qu’il faut croiser le fer.
Sir Alex Ferguson estime que la fin de série d’invincibilité de Manchester City à domicile rend le succès de Manchester United dans le derby du 9 décembre 2012 encore plus merveilleux.(2-3)
Les Citizens n’avaient plus perdu en Premier League à l’Etihad Stadium depuis le 20 décembre 2010 (2-1 face à Everton). Trente-sept matches plus tard, leur règne à la maison a pris fin lors du coup franc frappé par Robin van Persie dans le temps additionnel.
Jadis, MU avait brisé l’invincibilité des Gunners.
-"On a déjà gagné contre City, mais cette victoire est particulière car ils n’avaient pas perdu à la maison depuis deux ans. Nous sommes tous deux à la lutte pour le titre, ce fut un match fantastique. Un match haletant. Notre victoire on a très bien joué. On aurait pu tuer le match avant. C’est amusant le football. On aurait dû mener 3-0 sur un but d’Ashley Young qui était parfaitement valable. Au lieu de cela, ils contrent et marquent pour revenir à 2-1. C’est ça le football, ça peut se retourner contre nous à tout moment. Quand City a inscrit leur second but c’était mérité. Ils sont revenus, se sont bien battus et ont tout misé avec leurs trois attaquants. Mais jusqu’à ce moment-là, je pense que nous avions été meilleurs qu’eux.”
Je souscris pleinement à l’analyse de Sir Alex. Les deux équipes ont eu chacune leur mi-temps:
Ce que ne dit pas Sir Ferguson c’est qu’en fin de match, il a demandé à ses joueurs de pousser sur le champignon au lieu de jouer le 2-2.
Voilà pourquoi le MU de Sir Ferguson est un club qui produit à la fois tant de bonheur et tant de victoires.
La joie de van Persie était si belle à voir.
A Arsenal, ses buts ne servaient à rien. A MU, ses buts vont lui déboucher sur des trophées.
Cette saison, MU vise le doublé: Premier League + Champions League.

09.12.12

Permalien 17:32:40, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Manchester United se venge et bat Man City 2-3 dans le Fergie Time

Comme lors de la finale de la C1 1999, MU a encore gagné dans les arrêts de jeu, le célébrissime Fergie Time.

Premier League
Dimanche 9 décembre 2012
Manchester City 2-3 Manchester United
Buts pour les Citizens: Toure (60e), Zabaleta (85e)
Buts pour les Red Devils: Rooney (15e, 28e), van Persie (92e)

Classement
1er Manchester United 39 points 16 matchs/ 13 0 3/ 40 23 + 17
2 Manchester City 33 16/ 9 6 1/ 30 14 + 16
3 Chelsea 29 16/ 8 5 3/ 28 17/ + 11

De Gea/ (8) Sir Ferguson doit arrêter de changer de gardien. Avec le turn over dans la cage rouge, le manager écossais fragilise toute la défense. De Gea doit être titulaire.
Evra © (7) Bon match. Irréprochable dans le dédoublement sur son aile.
Evans (7) Très bon timing avant de recevoir un sale coup d’un Citizen. Puis (48e) Smalling (7) Est très bien entré dans le match.
Ferdinand (8) Grande emprise mentale sur les adversaires comme toujours.
Rafael/(8) Très bon match. C’est un espoir qui est une certitude.
Young (8) Enfin le grand retour. C’est Nani mais en version intelligente. A marqué le but du 0-3, injustement refusé.
Cleverley(7) Solide, hargneux. Son visage raconte l’homme. Un Warrior. Puis (86e) Welbeck (7) Grande entrée. A tout de suite semé la pagaille dans la défense bleue.
Rooney (10 +) Absolument génial dans tous les secteurs du jeu. A marqué deux buts de l’intérieur du pied. Présence d’esprit optimale.
Carrick (9) Un des meilleurs récupérateurs-relayeurs du monde.
Valencia (8)/ Retour tonitruant. Beau comme Miles Davis. Beauté de l’âme. La volonté faite homme. Puis (84e) Jones (Non noté)
van Persie (9) Magique: sur le premier but il a fait une géantissime passe de la poitrine. Joue toujours sans ballon. Coup franc magistral après concertation avec Rooney. N’a pas 10 car a un moment aurait pu être passeur décisif mais a gaspillé l’occasion.
Sur le banc: Johnstone, Giggs, Scholes, Chicharito

Manager: Sir Ferguson (10) A très bien composé son onze de départ. Ensuite il a eu un coaching gagnant avec l’entrée de Welbeck alors que moi j’aurais mis plus d’explosivté avec Chicharito.

Fantastique derby!
Il y a eu deux matchs: en première mi-temps, Man U s’est promené. Et à l’extérieur, en plus.
En seconde m-temps, City a enfin joué au football dès que le prétentieux Balotelli a été sorti du match par Mancini. Ce joueur doit jouer au tennis. Il est doué mais il a oublié d’être intelligent. Son football est stupide pour un joueur dont on parle tant. Balotelli me déçoit de match en match.
Dès que Carlos Tevez est entré, il a mis le feu.
Hélas quand Young a marqué le but du K.O., le 3e but valable a été réfusé par l’arbitre.
Au lieu de 0-3 on a eu derrière un 1-2 puis un 2-2 mérité bien que l’arbitre ait oublié un penalty pour MU. Je précise que deux Red Devils ont aussi bougé irrégulièrement Tevez dans la surface rouge.
MU s’est vengé du 1-6 et de la perte du titre 2012 au profit des Citizens.
Ce 9 décembre 2012, MU a mis fin à un série de 37 matchs sans défaite de City sur son terrain !
En premier mi-temps, MU a joué à l’extérieur comme si on était à Old Trafford.
MU a le football le plus intelligent avec celui de Barcelone.
MU joue par les ailes avec deux joueurs qui coulissent de chaque côté: les latéraux avec les ailiers (Evra/Young et Rafael/Valencia)
Les patrons de City ont injecté 1,5 milliard d’euros dans le club. Ils achètent tout sauf l’Histoire qui est surtout écrite par MU.
Les Citizens n’auront jamais Sir Ferguson et Rooney, les deux E.T. de M.U.
En première mi-temps, MU a fait un super pressing.
A 2-2, le match pouvait basculer en faveur des Citizens mais le jeu d’attaque de MU a fait qu’il y a eu un coup franc bien placé pour van Persie. Avant de le tirer, le Neérlandais a parlé avec Rooney. J’étais sûr que RVP allait marquer et il a marqué ! Aimer MU donne des joies incroyables, des joies toujours nouvelles, et cela depuis 1993.
La fin du match a été houleuse. Ferdinand a reçu un projectile lancé par un “fan” des Citizens. Son arcade a été ouverte: il saignait. Ensuite, Tevez a voulu frapper un Red Devil par derrière et Sir Ferguson était à deux doigts d’aller sur le terrain pour corriger l’Argentin, un ex Red Devil passé à l’ennemi. Je conserve toute mon respect pour Tevez: si Fergie l’avait titularisé lors de la finale de C1 2009, on aurait peut-être gagné contre le Barça car Park a mangé la feuille de match à 0-0. Nasri ferait bien de s’inspirer de Tevez. L’Argentin est vif comme l’éclair quand le Français est lent comme une 2 CV égaré sur le circuit de Monza. Nasri pens trop avec le ballon dans les pieds. Le football est un art qui réclame de la spontaneïté/ anticipation. (Le cerveau humain a beaucoup de mal a intégrer ce mélange. D’où le prix très élevé des grands footballeurs).
Man United n’a pas déjà gagné le championnat mais il a fait plaisir à ses fans.
Merci aux Red Devils. Merci de mettre le paradis sur terre.
La vie serait une erreur sans Manchester United. (Coach Nietzsche…)
Cette année on veut le doublé: Premier League et C1.

Permalien 08:28:09, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Jour J, 164e derby City-United/ Roberto Mancini: "Sir Ferguson a mis 13 ans pour gagner la Champions League".

Premier League
Dimanche 9 décembre 2012
Etihad Stadium, 14 h 30
Manchester City-Manchester United
Pronostic 1-2 ou 1-3. (C’est plus un souhait qu’un pronostic…)

Face aux journalistes qui le cherchaient un peu, Roberto Mancini a répliqué que Sir Ferguson n’avait pas gagné les titres aussi facilement avec Man United. La preuve, nommé manager de MU en 1986, il n’a remporté la C1 qu’en 1999. Un journaliste lui a alors rétorqué: “Ah! bon…vous pensez rester aussi longtemps à City". Avec un grand sourire qui voulait dire le contraire, l’Italien a confié: “Oui…” (1) Mancini aurait pu dire aussi que l’Ecossaisa attendu 7 ans avant de gagner la Premier League. C’est grâce à Eric Cantona que MU a enlevé le championnat d’Angleterre 1993 que MU n’avait plus remporté depuis 1967 et l’époque Charlton, Best et Law. Je me souviens encore des larmes de Matt Busby, si ému de revoir une groupe de Red Devils être aussi forts que ceux du début des années 1950 et de l’ère 1960.
Ce 9 décembre 2012, le derby City-United met une nouvelle fois en ébullition la ville de Manchester qui a la chance d’avoir de grands clubs en Premier League et qui plus est se disputent le leadership de l’élite du football anglo-saxon. Les jours de derby, on voit dans la ville des milliers de fans aux couleurs de leur club fétiche, avec plus de maillots rouges que de tuniques bleus. Les fans de City ne cessent pas de dire que United est un club de riches. Ils se croient encore 40 ans en arrière ! Aujourd’hui, City n’a rien à envier à United question argent. Le Cheikh Mansour a injecté plus de 1 milliard £ dans City.
Sir Ferguson a déclaré:
-"Les Blues ont remporté le dernier titre à la différence de buts dans les dernières secondes du championnat. C’est dire que tout s’est joué sur trois fois rien. Je n’ai rien eu a reproché à mes joueurs car United est fortement impliqués dans chaque course au titre depuis la nouvelle Premier League a commencé il y a 20 ans. À cette époque, on avait d’autres challengers alors que nous nous sommes toujours là ! Aujourd’hui, notre rival numéro 1 est plus proche géographiquement, je veux parler de ceux que j’appelais nos «bruyants voisins» en 2009. Aujourd’hui, ils se mettent à pousser des cris! Hier, nous bataillions aveec Liverpool, Arsenal, Chelsea qui à présent ont tous cédé du terrain à City. Depuis que je suis à MU, je ne me suis jamais ennuyé une seconde grâce à la qualité de nos adversaires. Cette saison nous nous sommes renforcés avec van Persie et Kagawa, histoire de démontrer à City qu’ils n’acheteront pas qui ils veulent quand ils veulent. Le stratège Kagawa est en convalescence mais van Persie est incroyable depuis son arrivée: il a déjà marqué 13 buts ! Son intelligence et sa maturité apportent une amélioration offensive dans notre jeu. Gagner le derby à l’extérieur me ferait énormément plaisir car cette affiche est désormais le match de l’année, tout comme le retour à Old Trafford. Gagner ce 9 décembre constituerait l’une des plus belles performances depuis que je suis à MU". On voit que Sir Alex est un homme d’avenir. Il pense toujours au match à venir.

Roberto Mancini a déclaré:
-"Les joueurs de Sir Ferguson sont meilleurs que nous en ce moment. De plus, ils sont habitués à jouer ces matches clefs pour le titre depuis 20 ans. Nous, cela ne fait que deux ans. Vous ne pouvez pas changer cet état d’esprit en deux ans. Il faut plus de temps".

LES EQUIPES PROBABLES :
Manchester United est privé de Kagawa, Vidic, Valencia, Anderson et Nani. Cleverley est incertain.
Smalling, Fletcher, Paul Scholes, Michael Carrick sont disponibles. Pour gagner, il faudra un grand match du gardien rouge et un match extraordinaire du duo Rooney-van Persie. Rooney va encore être au four et au moulin, défenseur, relayeur, passeur et buteur. Il tire en plus les corners. Ce joueur est 30%/40% de l’équipe à lui tout seul.
Onze rouge possible. Je vois un milieu très costaud:
Lindegaard ou De Gea/ Evra ©, Evans ou Smalling, Ferdinand, Rafael/ Young, Carrick, Fletcher, Rooney, Welbeck- van Persie.
A City, David Silva souffre des adducteurs et Gaël Clichy d’une cheville). Nasri ? Il a disparu des écrans mais attention, il s’est toujours bien comporté face à MU, au temps où il jouait à Arsenal. J’imagine que Mancini va mettre son artillerie en place: les Aguero, Tevez, Dzeko…

(1) Depuis son arrivée à City en 2009, Roberto Mancini a remporté: la FA Cup 2011, la Premier League 2012 et le Community Shield 2012

08.12.12

Permalien 16:13:24, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Héritier de Dick van Djik, Dario Cvitanich (OGCNice) est le transfert le plus rentable d'Europe

Sans très bien joué, Nice a ramené un point de Troyes (1-1) de nouveau grâce à un bel esprit collectif symbolisé par le 7e but de la saison signé Cvitanich. Dans les arrêts de jeu, sur un long ballon de Kolodziejczak, dévié de la tête par Civelli, Traoré a trouvé Cvitanich qui plaça très bien son ballon au lieu de tirer n’importe où, démontrant une nouvelle fois un sang froid exceptionnel dans la surface. Nice poursuit sa série d’invincibilité en L1 depuis le 3 novembre: 4 victoires et 2 nuls. Cela fait 17 match consécutif que Nice fait au moins une fois trembler les filets. Nice est 9e avec 23 pts. Les deux prochains matchs au Ray peuvent permettre au Gym de frapper un grand coup.

Depuis la saison 2002-2003, l’OGCNice n’avait plus aussi bien carburé avec 21 buts, à la 15e journée. A l’époque le buteur maison s’appelait Kaba Diawara. Dix ans après, il s’appelle Cvitanich que je surnomme CVITANICE. Avec 6 buts au compteur, le buteur de 2012 compte un but de moins que son homologue de 2002, sans compter ses passes décisives.
Nice fait parler la poudre et c’est très bien.
Dès que l’on marque des buts cela change tout.
Que serait Barcelone sans sa pluie de buts ?
A propos de Barcelone, j’ai remarqué que cette saison Nice a beaucoup de joueurs pas trop grands ou assez petits, c’est comme l’on veut… Oui vous pouvez rire. Je ne compare pas les Aiglons avec Iniesta, Xavi et Messi, je note simplement que Eysseric, Bathéac, Bosetti, Maupay, Cvitanich et Pied ne sont pas des géants.
De surcroît, Claude Puel puise dans le centre de formation de Nice comme Guardiola jadis dans la Masia. Rigolez encore si vous voulez: rira bien qui rira le dernier. Quand les Aiglons joueront à l’Allianz Riviera, beaucoup riront moins surtout les joueurs visiteurs quand ils arriveront dans le car et qu’ils découvriront la nouvelle enceinte de Nice. Ils auront peur. J’espère que le public sera nombeux car les supporters niçois sont de magnifiques fans. Dominique Rocheteau m’a dit qu’il avait toujours été impressionné par la ferveur niçoise. Venant de sa part c’est un grand compliment.
Si Nice perd à Troyes, on dira que Nice est en apprentissage de la méthode Puel.
Si Nice gagne, les Aiglons recevront ensuite deux fois au Ray avec un gros appétit.

Les 10 buteurs transférés cet été les plus rentables d’Europe au 2 décembre 2012:

1. Dario Cvitanich/ OGC Nice, 8 buts, 0,4 M€
2. Aritz Aduriz/ Atheltic Bilbao, 11 buts, 2,5 M€
3. Michu/ Swansea City, 11 buts, 2,57 M€
4. Bast Dost/ Wolfsbourg, 8 buts, 7 M€
5. Rodrigo Palacio/ Inter Milan, 10 buts, 10,5 M€
6. Mario Mandzukic/ Bayern Munich, 12 buts, 13 M€
7. Olivier Giroud/ Arsenal, 8 buts, 12 M€
8. Ibrahimovic/ PSG, 15 buts, 20 M€
9. Marco Reus/ Borussia Dortmund, 9 buts, 17 M€
10. Van Persie/ Manchester United, 13 buts, 31 M€

Mort trop tôt, Dick van Dijk a laissé un grand souvenir dans l’esprit des Niçois très impressionnés par Cvitanich qui est le resurgence de l’ancien joueur de l’Ajax, champion d’Europe avec Cruyff. Moins puissant que son aînée, le nouveau joueur du Gym est aussi à l’aise dans la surface que le regretté Aiglon tant aimé sur la Côte d’Azur. Cvitanich est le buteur qu’attendait Nice depuis longtemps. De surcroît, il est très altruiste.

Permalien 07:36:09, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

J-1: Sir Ferguson: "Le titre 2013 restera à Manchester..."

Pour aller rendre visite aux Citizens, Sir Ferguson ne pourra pas compter sur Valencia, Kagawa et Vidic, pas encore prêts pour revenir au combat surtout dans un derby à l’extérieur. Anderson est aussi touché. Nani n’est plus dans les plans actuels et Rafael devrait revenir dans le groupe et même à sa place de titulaire, après sa mise à l’écart. Lindegaard sera-t-il dans la cage ? Peut-être. Sir Ferguson n’a jamais su choisir ses gardiens. Depuis 1986, il n’a eu que Schmeichel et van der Sar. Tous les autres n’ont pas réussi. De Gea vaut largement Lindegaard. Les deux gardiens actuels de MU ont autant de défauts que de qualités. Ils sont encore trop jeunes. Si LLoris n’est pas titulaire à Tottenham pourquoi Lindegaard le serait-il à MU ? Quand ils sont tous les deux dans un grand jour, je préfére De Gea. Et quand ils sont dans un mauvais jour, j’aime mieux Lindegaard.

9 décembre 2012, 14 h 30
Manchester City-Manchester United

Classement
1 United 36 pts 15 m/ 12 0 3/37 21/ + 16
2 Man City 33 15/ 9 6 0/ 28 11/ + 17
3 Chelsea 26 15/ 7 5 3/ 25 16/ + 9
4 Tottenham 26 15/ 8 2 5/ 28 23/ + 5
………………..
10 Arsenal 21 15/ 5 6 4/ 24 16/ + 8
11 Liverpool 19 15/ 4 7 4/ 19 18/ + 1

Les Reds de Liverpool sont déjà à 17 points des Reds de Man United… et nous n’en sommes qu’au seuil la 16e journée. C’est dire que Liverpool n’est vraiment plus que l’ombre de son passé. S. Gerrard n’a toujours aucun impact sur le groupe, incapable de porter l’équipe vers le haut. Arsenal ne fait guère mieux: les Gunners sont à 15 points des Red Devils mais vous le savez ce n’est pas un problème de coach car Arsène Wenger ne peut plus travailler sereinement dès lors que ses dirigeants transfèrent les meilleurs Gunners à chaque mercato. Dans ces conditions-là,il est impossible de voir à long terme et le championnat est un marathon. Les caisses d’Arsenal sont pleines à mesure que les vitrines du club ne reçoivent plus aucun trophée.
Désormais le Big Four se compose d’United, City, Chelsea et Tottenham. Les Citizens et les Spurs ont pris la place des Reds et des Gunners.
Par le passé récent, Man U a dû batailler contre Newcastle, Liverpool, Arsenal et Chelsea.
A prèsent, c’est au tour des Citizens.
Le réalité impose de dire que MU est le seul club qui reste dans le Big Four depuis 1993.
Pour toutes ces raisons, Sir Ferguson pense une nouvelle fois comme moi, à savoir le sacre national se jouera entre Manchester United et son rival de Manchester City. Les deux clubs croisent le fer dès ce 9 décembre 2012.

-"Je pense que nos deux équipes sont supérieures à Chelsea, Arsenal et Tottenham. Le titre 2013 se jouera entre nous deux. Même si mes joueurs mettent fin à une longue série d’invincibilité des Citizens, je ne pense pas qu’une avance de six points sera décisive avant la période des fêtes toujours riche en rebondissements. Cela ne voudra pas dire grand chose car il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant la fin de la saison. On n’est jamais sûrs de rien car on peut perdre contre n’importe qui. C’est le propre de notre championnat. Un championnat compliqué. La saison dernère, les derbys ont eu un lourd impact, surtout la défaite 1-6- chez nous- sur la différence de buts. Elle nous a coûté cher. Aujourd’hui, le derby mancunien est devenu la date la plus importante du calendrier d’United. Les matches entre Liverpool et United ont été incroyables ces 25 dernières années. Ces matches restent toujours importants mais cela a changé en ce moment puisque Liverpool ne joue pas le titre comme City peut le faire. City est notre plus grosse menace, et nous sommes leur plus grosse menace. On doit accepter ce nouveau challenge comme nous avons accepté hier de nous opposer à Chelsea, Arsenal et Liverpool. Les rivaux changent mais nous devons restons au coeur de la lutte pour le tire national".

Permalien 07:02:16, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Dictionnaire des mots retrouvés, de Daniel Lacotte (L'Archipel)

Auteur de plusieurs anthologie sur les mos rares, les mots célèbres de l’Histoire, Daniel Lacotte partage une nouvelle fois sa passion pour la langue française avec les lecteurs qui éprouvent comme lui un besoin insatiable de mieux connaître le français.
Que signifie l’embâcle ? « Formation d’un amoncellement de glace, de pierre ou de bois, l’embâcle obstrue le débit d’un cours d’eau (cascade, ruisseau, rivière) »
Enquinauder ? « Dérivé de l’adjectif quinaud (I) qui a précisément le sens du confus, honteux, penaud. L’individu qui se laisse enquinauder (gruger) n’a pas fière allure. Il en devient quinaud. »
Eplapourdir ? « Etre éberlué, pantois »
Lamie ? « Sorcière, démon féminin.»
Nice ? « Naïf, discret, rêveur et sans ambition. »
Virago ? « Harpie, mégère. »
Les mots passent, repassent ou trépassent. Heureusement qu’il y a Daniel Lacotte pour nous les restituer avec leur définition.

-Dictionnaire des mots retrouvés
De Daniel Lacotte
L’Archipel, 392 p., 17 , 95 €

[Post dédié à Philippe Soupault]

Permalien 05:48:25, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

J-1: Cantona: "L'énergie du passé est forte à Man United".

En cinq saison à Man United, Eric Cantona a fait beaucoup plus que certains joueurs qui sont devenus champions du monde en une poignée de matchs. 20 ans après son arrivée à Old Trafford sa présence est toujours dans les esprits.

Pour le 20e anniversaire de sa venue à Man United, Cantona a confié une nouvelle fois sa passion pour MU qu’il a servi avec tant de force.

King Cantona :
-"Je sais que ça fait déjà 20 ans… Dans 20 ans, j’aurai 66 ans ! Les années passent tellement vite, ça fait peur ! [Rires] (…) Je ne me suis jamais ennuyé à MU donc le temps est passé vite. C’est vrai que c’est comme si c’était hier. A la vérité, le club était bien plus important que je ne l’avais imaginé. Quand vous entrez dans les vestiaires, l’énergie du passé y est vraiment forte. Vous ne pouvez pas imaginer cela avant à MU, c’est quelque chose que vous ressentez quand vous êtes ici. Cette énergie m’a aidé à donner tout mon possible ici pendant cinq ans. C’était parfait à United. Avec toutes les relations fortes possibles, dans le football, dans la vie, dans l’amour, il faut savoir faire la part des choses. Je pense que c’est ça le bonheur. Ensuite, nous devons beaucoup travailler et Alex Ferguson m’a aidé à jouer à mon meilleur poste. C’est formidable de revenir à MU. Entendre les fans chanter toujours les anciens chants de l’époque où j’étais joueur… Pour moi, c’est un privilège. J’ai de la chance d’être aimé par les personnes que j’aime tant. La saison dernière, United a perdu le championnat à la dernière minute. Ce sont des choses qui arrivent parfois, mais c’est toujours une grande équipe et l’une des meilleures d’Europe. Ils sont aussi forts que dans le passé et c’est si beau de voir Ferguson créer une nouvelle génération de joueurs. Manchester est un endroit particulier, une ville très ouverte d’esprit, très cosmopolite. Elle est source d’inspiration. Les immeubles, la couleur des immeubles, l’histoire de la ville, la campagne… tout me plait. Les personnes que j’ai rencontrées en dehors du football étaient formidables, elles m’ont beaucoup aidé. J’adore revenir ici, même seul, pour y passer du temps.”

Permalien 05:03:27, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Petit traité de l'abandon, d'Alexandre Jollien (Seuil)

Avec pour sous-titre « Pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose », le Petit traité de l’abandon est un ouvrage à offrir à tous ceux qui se compliquent la vie. De quoi faire un best-seller tant ils sont nombreux à faire compliquer là où cela pourrait être si simple. Qui regarde les arbres dans la rue ? Quasiment personne. Si l’on ne voit pas les arbres comment peut-on voir les gens ? Alexandre Jollien, lui, voit et les arbres et les gens. C’est un vrai vivant. Le connaissez-vous ? Handicapé physique, il n’a jamais voulu participer à une émission de télévision dans ce rôle-là. Et il a parfaitement raison. Avant d’être handicapé, c’est un philosophe et un écrivain. Et surtout un humaniste de premier ordre. Qui l’a vu et entendu ne peut plus l’oublier. Qui l’a lu, non plus. Je vous conseille la fréquentation de sa prose qui vous remettra les idées en place. Son livre ne se résume pas, il se lit. C’est tout simplement un traité du savoir vivre, seul et ensemble au milieu des autres. L’ouvrage comporte un CD qui ne fait pas double emploi mais qui unit la parole au texte. Il est très rare qu’un philosophe soit un poète. C’est le cas d’Alexandre Jollien. Il ne cherche pas à nous faire penser comme lui, il nous dit simplement comment il pense avec un regard neuf sur les choses du quotidien. Il est plus proche d’Apollinaire que les produits éditoriaux qui viennent régulièrement nous dire ce qu’il faut faire pour être heureux. Jollien lui nous dévoilent plutôt une mode d’emploi pour ne pas être malheureux. Son humilité est contagieuse puisque son fils lui a confié il y a peu que dans la vie, il faut être simple. Ce qui est à la fois le plus facile à dire et le plus difficile à faire.

-Petit traité de l’abandon
D’Alexandre Jollien
Seuil, 118 p. 14,50 €

07.12.12

Permalien 19:13:04, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Adieu, Monsieur Dave Brubeck ( 1920-2012)

1966 en RFA: Dave Brubeck/ piano, Paul Desmond/ alto sax, Eugene Wright/ bass, Joe Morello/ drums

Un jour j’ai entendu Take Five. Inoubliable. Exactement comme The girl from Ipanema par Stan Getz.

Permalien 17:03:35, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

J-2: Sir Ferguson: "La confiance est arrivée grâce à Cantona".

Sir Ferguson et Eric Cantona: une des plus belles amitiés dans l’Histoire du football. A quelques heures du choc entre City et United, il est bon de se rappeler que Cantona a quasi toujours marqué contre les Citizens.

Interview de Sir Ferguson:
-Sir, est-ce que Cantona a été votre plus belle acquisition ?
-"Bonne question… En termes financiers, Éric valait environ 1 million, Peter Schmeichel 500 000, Brian McClair 800 000. Ce furent donc trois très bons transferts de joueurs fantastiques. Par ailleurs, Paul Ince valait un million et demi et on l’a vendu huit… Ruud van Nistelrooy nous a beaucoup rapporté en le vendant, tout comme les joueurs qu’on a formés nous-mêmes.”

-Vous ne répondez pas à la question…
-"Et puis il y a eu Cristiano Ronaldo, acheté 12 M puis vendu… 80 M ! Si on parle de tous ces joueurs en tant que valeur marchande, alors oui, Schmeichel, Cantona, McClair et Ronaldo ont été incroyables. A présent, si on ne parle pas d’argent, Éric est celui qui a apporté beaucoup de confiance à l’équipe, cela ne fait aucun doute.”

-Donc c’est votre meilleur transfert qualité-prix ?
-"C’est évident que oui. Dans le jeu, il a apporté son arrogance. Pour lui c’est comme s’il était arrivé là où il avait toujours eu envie d’être. On savait dès son arrivée qu’il conviendrait parfaitement au club. Il est entré en jeu pour la première fois en tant que remplaçant face à Man City, à la place de Ryan Giggs.(1) Je me souviendrai toujours de sa première passe. Juste une passe simple de 10 mètres. C’était un joueur vraiment génial. Dès que je l’ai vu jouer sous notre maillot, je savais qu’il était déjà chez lui dans notre club.

(1)6 décembre 1992 Man United-Manchester City (2-1)

Palmarès d’Eric Cantona à Man United (1992-1993/ 1996-1997):

4 championnats 1993, 1994, 1996, 1997
2 FA Cup 1994, 1996
3 Charity Shield 1993, 1994, 1996
1994 : meilleur footballeur de l’année du championnat anglais par les joueurs
1996 : meilleur footballeur de l’année du championnat anglais par les journalistes
2001 : joueur du Siècle par les supporters de Manchester United du monde entier
2005 : meilleur joueur de l’histoire de la Première League (Premiership) lors d’un sondage commandé par Barclays

[Post dédié à Leonor et Albert Cantona]

Le choeur des paumés, de Gene Kerrigan, et L'écriture sur le mur, de Gunnar Staalesen (Folio/ Gallimard)

L’enquête de l’inspecteur Harry Synott est menée par un incorruptible à l’ancienne. Un Eliott Ness qui dérange dans un monde où la corruption règne à tous les étages de la hiérarchie. Sa façon de marcher droit dans un monde tordu dérange ses collègues qui le fuient. Soucieux de coincer les malfrats, il lui arrive cependant de trafiquer les preuves pour faire tomber les vrais coupables qui mentent trop bien. Ancien critique de cinéma, Gene Kerrigan a tant vue de film qu’il écrit avec une caméra stylo pour reprendre l’expression d’Alexandre Astruc. « Ses » policiers s’affrontent pour un monde plus pur sans voir que tout se dégrade autour d’eux.

-Le chœur des paumés
De Gene Kerrigan
Traduit de l’anglais (Irlande) par Frank Reichert
Folio Policier/ Gallimard, 464 p.
***************

L’enquête du Varg Veum, privé norvégien, créé en 1975 par le romancier Gunnar Staalesen vient s’ajouter à la douzaine de romans déjà écrits. Les thèmes préférés de l’auteur forment la décrépitude des valeurs en Europe: l’appât du gain sous toutes ses formes toujours de plus en plus frénétique, les mariages à la petite semaine, la haute criminalité, les conflits intergénérationnels… Le tout sur fond d’enfance dont on ne se remet jamais. De manière totalement inconcevable, le privé Varg Veum reçoit au courrier son propre avis de décès : « Notre bien aimé Varg Veum nous a brusquement été repris aujourd’hui 24 février. Signé: Personne… » Plaisanterie ? Menace ? Qui est ce «Personne» ? Le polar se lit d’une traite, tant les coups de théâtre s’enchaînent les uns aux autres comme les dominos tombent dans une macabre farandole. Bon sans mas qui donc a envoyé cet atroce courrier au milieu des prospectus ? Laissez-vous entraîner dans cette kyrielle de coups et de bosses, de creux et de pics. Gunnard Staalen a un imaginaire entre Hitchcock et Kubrick. On peu difficilement rêver mieux.

-L’écriture sur le mur
De Gunnar Staalesen
Traduit du norvégien par Alexis Fouillet
Folio Policier/ Gallimard, 453 p.

06.12.12

J-3: Sir Ferguson 37-31 Reste des coachs de Premier League

Les Red Devils n’ont pas encore digéré le fait d’avoir perdu le titre au goal. Ils ont tout de suite cocher la date du premier derby, dès la parution du calendrier… Sir Ferguson nous permet de ne pas trop vieillir. Avec lui, on a toujours l’impression d’être en 1986, date de son arrivée. Cet homme-là est vraiment exceptionnel. Un mental d’acier. Une passion intacte. Et surtout une parfaite du jeu et des hommes. On se régale toujours à voir jouer MU- je ne parle pas ds coiffeurs débutants- parce que l’équipe est toujours portée vers l’avant avec des grandes individualités. Barcelone et Man United sont au sommet depuis des années. Ils ont pris le relais de l’AC Milan question beau football.

16e journée de Premier League
Dimanche 9 décembre 2012, 14 h 30
Manchester City-Manchester United
Pronostic: 1-2 ou 2-3.

Déjà le derby mancunien !

Classement:
1 Manchester United 36 points 15 matchs / 12 0 3/ 37 21/ +16
2 Manchester City 33 15/ 9 6 0/ 28 11/ +17

Dire que Man United est favori… de la premier League est une évidence même si MU perd le derby à venir.
Les forces en présence ?
MU vient de perdre en C1 avec une équipe bis mais le club est en 8e de finale, à l’inverse de City déjà éliminé avec tous ses millions d’euros.
City va tout donner en Premier League. MU est habitué à la rivalité.
MU joue à l’extérieur avec la même intensité qu’à la maison.
Le fond de jeu de MU est réel. City est plus imprévisible.
Très gros match en perspective.

Regardons le palmarès des entraîneurs actuels de Premier League.

Sir Alex Ferguson (Man U) 37: Premier League (12), Champions League (2), FA Cup (5), League Cup (4), Community Shield (10), UEFA Cup Winners’ Cup (1), UEFA Super Cup (1), Intercontinental Cup (1), FIFA Club World Cup (1)

Arsène Wenger (Arsenal) 11: Premier League (3), FA Cup (4), Community Shield (4)
Martin O’Neill (Sunderland) 5: League Cup (2), FA Trophy (2), Football Conference (1)
Rafa Benitez (Chelsea) 4: Champions League (1), FA Cup (1), UEFA Super Cup (1), Community Shield (1)
Roberto Mancini (Man City) 3 : Premier League (1), FA Cup (1), Community Shield (1)
Chris Hughton: (Championship)
Brian McDermott: (Championship)
Nigel Adkins : (League One)
Paul Lambert : (League One)
Roberto Martinez : (League One)
David Moyes (Everton): (Second Division)
Sam Allardyce : (Third Division)
Alan Pardew : (Football League Trophy)
Martin Jol, Brendan Rodgers (Liverpool), Mark Hughes, Tony Pulis, Michael Laudrup, Andre Villas-Boas (Tottenham), Steve Clarke: 0

Permalien 12:35:44, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Interview express de Michel Hidalgo avec 30 ans de retard: "En 1982, les joueurs ont préféré Ettori à Baratelli".

Cela fait 30 ans que je me posais la question.
Alors, bien sûr, dès que je me suis trouvé pour la première fois de ma vie en face de Michel Hidalgo, je lui ai parlé du choix du gardien lors de la Coupe du Monde 1982. Nous avons évoqué beaucoup d’autres choses. Je ne peux pas tout écrire mais sur la question Ettori-Baratelli, il y a prescription, me semble-t-il. Après 1982, Ettori a démontré à Monaco qu’il était un très bon gardien. Je précise que je n’avais jamais vu Hidalgo auparavant sauf à la télévision. Je n’ai jamais oublié Platini qui court vers lui pour lui passer la main dans le coup, genre: “Coach, on y est. Soyez tranquille…” On n’a jamais vu d’autres joueurs faire ça…

A lire sur :

http://www.mycoachfoot.com/news/pro/interview-de-michel-hidalgo–lors-de-la-coupe-du-monde-1982–les-joueurs-ont-prA-fA-rA–ettori-A–baratelli_70.htm

Extraits:

-«Pourquoi avez-vous mis Ettori à la place de Baratelli dans la cage de l’équipe de France ? »

Michel Hidalgo : « Les joueurs sont venus me voir pour me dire que Jean-Luc Ettori sortait plus que Dominique Baratelli, très fort sur sa ligne… donc j’ai pris la décision qu’il fallait. Quand tous les joueurs demandent la même chose, c’est difficile de ne pas aller dans le sens du souhait collectif. Je n’avais bien sûr rien contre Baratelli.

Les 16 qualifiés pour les 8e de finale de la C1 2013

On connaît les 16 clubs qualifiées pour les 8e de finale de la Champion League 2012-2013 dont le tirage au sort aura lieu le 20 décembre 2012 à Nyon. Les équipes d’un même groupe ou d’une même association ne peuvent pas se rencontrer. On voit que les clubs espagnols sont bien représentés. La France n’a plus qu’un représentant. Man City est déjà à la maison. Les Gunners de Wenger sont là- et c’est très bien car cela cloue le bec aux détracteurs ignorants du coach français- ainsi que les Red Devils qui ont perdu le dernier match contre Cluj, avec une faiblarde équipe de coiffeurs, hormis Chicharito et Rooney dont je n’ai pas compris la présence sur le terrain, au risque de se blesser alors que MU se déplace à Man City dans quatre jours, étant donné que “Wazza” n’est pas du tout à cours de rythme. Idem pour Messi qui a joué 30 minutes avec le Barça avant de quitter le terrain sur une… civière ! Tout ça parce qu’il essayait de marquer son 85e but en 2012… Espèrons que la quête d’un nouveau record soit sans conséquences facheuses.

Vainqueurs de groupe
Paris Saint-Germain FC, FC Schalke 04, Málaga CF, Borussia Dortmund, Juventus, FC Bayern Munich, FC Barcelone, Manchester United FC

Deuxièmes de groupe
FC Porto, Arsenal FC, AC Milan, Real Madrid, FC Shakhtar Donetsk, Valencia CF, Celtic FC, Galatasaray AÞ

Clubs qualifiés pour la UEFA Europa League
FC Dynamo Kyiv, Olympiacos FC, FC Zenit St Petersburg, AFC Ajax, Chelsea FC, FC BATE Borisov, SL Benfica, CFR 1907 Cluj

Les derniers résulats:
Groupe E
FC Shakhtar Donetsk 0-1 Juventus
Chelsea FC 6-1 FC Nordsjælland
Groupe F
LOSC Lille 0-1 Valencia CF
FC Bayern München 4-1 FC BATE Borisov
Groupe G
FC Barcelona 0-0 SL Benfica
Celtic FC 2-1 FC Spartak Moskva
Groupe H
Manchester United FC 0-1 CFR 1907 Cluj
SC Braga 1-2 Galatasaray AÞ

05.12.12

Arsène Wenger n'y est pour rien si Arsenal à 15 points de retard sur Manchester United à la 15e journeé de P.L.

Les vidéos promotionnelles d’Arsenal sont toujours hilarantes, entre Benny Hill et Mister Bean, mais c’est totalement involontaire.

Classement de la Premier League 2012-2013 à la 15e journée:
1 Manchester United 36 points 15 matchs / 12 0 3/ 37 21/ +16
2 Manchester City 33 15/ 9 6 0/ 28 11/ +17
3 Chelsea 26 15/ 7 5 3/ 25 16/ +9
4 Tottenham Hotspur 26 15/ 8 2 5/ 28 23/ +5
…………………………
10 Arsenal 21 15/ 5 6 4/ 24 16/ +8
11 Liverpool 19 15/ 4 7 4/ 19 18/ +1

Cela fait des années que je vous avais prévenu au sujet d’Arsenal.
Quand je faisais un constat on croyait que je faisais de l’anti wengerisme.
Ce qui n’a jamais été le cas.
D’ailleurs à présent, j’ai cessé de traiter les matchs d’Arsenal car Wenger est incritiquable puisque ses dirigeants le dépouillent sans cesse de ses meilleurs joueurs. Les derniers en date: Clichy, Song, Fabregas, Nasri et van Persie. Que serait Man United sans Evra, Carrick, Giggs, Rooney et Chicharito ?
On sait que les dirigeants d’Arsenal sont très contents avec 45 M€ de bénéfices avec un chiffre d’affaires de 300 M€.
Arsène Wenger a relevé le club qui était dans le ruisseau en 1996 avec aucun fond de jeu.
Si Arsenal ne gagne plus rien depuis 7 ans c’est parce que le club n’a pas réussi à remporter la C1 2006 face au Barça. Cette défaite a porté un coup d’arrêt à la progression.
Ensuite, Wenger a pris de gros risques en jouant avec peu de joueurs formés dans le football anglo-saxon, ce que ne fait jamais Sir Ferguson.
L’important pour Arsenal est de finir dans les 4 premiers de Premier League et de se qualifier en C1.
Actuellement Arsenal n’est qu’à 5 pts du 4e (Tottenham), il n’y a donc pas encore le feu en la demeure pour la période 2013-2014.
Pour ce qui est de 2013, la mission est accompli: les Gunners sont qualifiés pour les 8e de finale 2013, avec le premier groupe des huit premiers clubs dont le PSG, Porto, Schalke 04, Malaga, AC Milan, B. Dortmund et le Real Madrid.
En définitive, Arsenal est une entreprise de football. Ce n’est pas une machine à vaincre comme MU depuis 1993.
On annonce parfois Wenger au PSG, cela serait une régression professionnelle.
Je ne le vois pas venir se faire allumer par la presse en France dès que le PSG perdra trois matchs de suite.
On ne quitte pas un club qu’on a remis dans la lumière internationale.
La pire performance pour Arsenal en 2012-2013 serait de ne pas se qualifier pour la C1 2013. Nous n’en sommes pas encore là. Tout le reste est mauvaise littérature.
Arsène Wenger est l’un des meilleurs entraîneus de Premier League avec Sir Ferguson (Man U), Martin O’Neill (Sunderland), Rafa Benitez (Chelsea), Roberto Mancini (Man City) et David Moyes (Everton)

Permalien 07:39:53, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Depuis le retour d'Ospina, Nice a pris 13 points sur 15

Il y a des retours qui font du bien.
Il s’agit du come back gagnant: celui de David Ospina dans la cage niçoise.
Depuis que le Colombien est revenu dans la défense niçoise, Nice a remporté 5 rencontres sur 7, avec une seule défaite. En championnat, Nice vient de prendre 13 points sur 15…
C’est simplement magnifique ! On ne s’attarde pas sur le bond de Nice au classement. C’est anecdotique par rapport à la joie de voir Nice battre Goliath.
Ospina avait cédé la place à Delle car il voulait quitter le Gym. Comme le transfert n’a pas été effectué, son retour est des plus logiques puisque le gardien sud-américain a fait oublier Hugo Lloris en trois matchs.
Nice est sur une très bonne série qui ne veut pas se terminer.
Même la défaite à Montpellier en Coupe de la Ligue n’a pas cassé la dynamique (3-2)
A noter aussi que le Gym a enfin retrouvé des attaquants de grande classe et surtout des joueurs qui marquent ou font marquer. Rémy et Mounier ont de sacrés héritiers.
Cvitanich est d’un grand apport. Dans la surface, il est aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau ou disons plutôt qu’un Aiglon dans le ciel des Gorges du Verdon. Le talent du très sympathique Bauthéac, lui, nous est parvene dès ses débuts.
CvitaNICE… est un très grand “centre-avant” comme dit encore Michel Hidalgo quand il parle des pointes.
Parmi les qualités de Claude Puel, il y a sa capacité à insérer des jeunes en équipe fanion: Pied, Kolodziejczak, Eysseric, Bosetti, Traoré, Palun ont tous moins de 25 ans, tout comme David Ospina.

Les matchs de Nice depuis le retour d’Ospina dans la cage niçoise:
31 octobre/ Coupe de la Ligue: Nice 3-1 Lyon
3 novembre/ Ligue 1: Nice 1-0 Nancy
11 novembre/ L1: Marseille 2-2 Nice
18 novembre/ L1: Nice 1-0 Toulouse
24 novembre/ L1: Sochaux 0-1 Nice
[28 novembre/ Coupe de la Ligue: Montpellier-Nice]
1er décembre/ L1: Nice 2-1 PSG

A VENIR:
8 décembre/ L1: Troyes - Nice (20 h)
11 décembre/ L1: Nice - Rennes (19 h)
15 décembre/ L1: Nice - Evian TG (20 h)
22 décembre/ L1: Lyon - Nice (20 h)

Si vous voulez voir la soirée de l’historique dernier NICE-PSG au stade du Ray c’est ici:
http://www.ogcnice.com/actualite/newstv.php?clef=8499

Permalien 02:05:11, Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Dimanche 9 décembre 2012: Man City-Man United

16e journée de Premier League
Dimanche 9 décembre 2012, 14 h 30
Manchester City-Manchester United

Déjà le derby mancunien !
Inutile de vous dire quel est le programme du week-end.
Après les délices de celui du début décembre avec le 3-4 de Man United à Reading et la victoire 2-1 de Nice sur le PSG, voici qu’arrive le choc entre les deux clubs de Manchester. Un vrai combat de boxe du ballon rond.
A ne pas manquer. Sous aucun prétexte.

Classement:
1 Manchester United 36 points 15 matchs / 12 0 3/ 37 21/ +16
2 Manchester City 33 15/ 9 6 0/ 28 11/ +17

04.12.12

Permalien 19:00:27, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le désastre de Pavie (24 février 1525), de Jean Giono (Folio/Gallimard)

Dans ce genre de livre, Jean Giono était à l’aise pour broder sur les faits historiques. On sait que le grand romancier pouvait parfois nous faire prendre des vessies pour des lanternes depuis que l’une de ses filles nous a dit que leur père s’était inventé un voyage en bateau avec Charlie Chaplin. Rien de bien méchant. Les écrivains ont l’imagination débordante : il suffit de penser aux voyages fictifs aux Etats-Unis de Chateaubriand. Dans le panorama du Désastre de Pavie, il y un roi rayonnant (François 1er) qui aime autant la vie que les arts censés la représenter. Ce monarque adorait autant les nuances du français que la Renaissance italienne. Dans le rôle du contradicteur, on trouve Charles Quint, aussi antipathique que l’autre irradie de chaleur humaine. Jean Giono est le vrai roi de ce livre puisque sa superbe prose domine la bataille de Pavie qui voit la défaite de François 1er. On le jette en prison avant d’autres rebondissements que beaucoup de lecteurs découvriront sans se lasser une seconde. Jean Giono avait un talent incomparable pour décrire la nature : «Madrid est une grosse bourgade des montagnes. Les sycomores et les tristes saules de la complainte de Desdémone fouettent ses murailles sous les bises du Guadarrama. Ses palais de pierres noires ont l’ornement funèbre et la grille urticante.» Grille urticante, voilà la signature d’un tout grand écrivain. Ces deux mots suffisent à expliquer que celui qui les a assemblés est un amoureux du langage qui n’écrit pas comme tout le monde. Le style de Giono est plus vivant que la quasi-totalité des romanciers actuels qui eux ont souvent une langue déjà morte.

-Le désastre de Pavie (24 février 1525)
De Jean Giono
Préface de Gérard Walter
Folio/ Gallimard, 497 p., 9,60 €

Alpha Blondy sera à l'Olympia le 1er Avril 2013

Alpha Blondy est un géant de la chanson contemporaine

L’Ivorien Alpha Blondy, 60 ans au 1er janvier 1953, fait du reggae depuis presque 40 ans.
Penché sur le monde, il s’oppose à toutes les injustices et combat la bêtise humaine. Comme Dylan et Lennon.
L’Africain a repris le flambeau de Bob Marley, héros mondial de la Jamaïque.
Jerusalem, Travailler c’est trop dur, Boulevard de la mort sont des succès mondiaux.
Alpha Blondy se fait entendre en dioula, anglais et français.
Il est pour l’union du genre humain.
Loin d’être un leader d’une industrie, il a parfois des moments très difficiles à vivre car c’est un artiste qui ne défend pas une image commerciale. Il se laisse aller à ses humeurs.
Un concert de Blondy est toujours un événement.
Il sera à l’Olympia le 1er avril 2013 et ce n’est pas une blague.

- Alpha Blondy
1er avril 2013
l’Olympia Bruno Coquatrix
Places entre 30 et 40 euros.
28, boulevard des Capucines - 75009 PARIS
08.92.68.33.68 (0.34€/min)

Permalien 12:14:26, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

C'est bien l'OGCNice qui a battu le PSG (2-1) et non pas Paris qui a perdu à Nice

Le sublime but décisif de Valentin Eysseric, reprise de volée fulgurante du droit sur un centre lumineux de Bauthéac après un décalage de Dario Cvitavich. Notre nouvel avant-centre très apprécié par van Basten a une lucidité incroyable dans la surface. Une lucidité servie par une technique de haut parage. Il sait en plus jouer sans ballon.

Chaque fois c’est la même chose. Dés qu’un gros perd, les médias parlent de la défaite et non pas de la victoire du “petit".
Le 1er décembre 2012, c’est bien l’OGCNice qui a gagné l’ogre financier. 30 M€ contre 300 M€. Je ne vais pas me priver pour le rappeler. Si les clubs plein aux as peuvent acheter n’importe quel joueur hors de prix, ils ne peuvent pas acheter les matchs! On n’est plus en 1993…
Nice a gagné sans faire un hold-up.
L’envie, la générosité, le talent individuel, le collectif, la réussite dans les temps forts, tout ça était visible chez les Aiglons.
Un nul aurait été injustice et une victoire du PSG paraissait impossible.
Pourquoi ne fêterions-nous pas cette victoire comme elle le mérite ?
Des mauvais perdants m’ont dit: “Samedi tu as joué ta C1…” Quel mépris !
Dans les années à venir, l’OGCNice va rejouer les premiers rôles.
Beaucoup de joueurs vont vouloir venir à Nice dès lors qu’ils joueront dans l’Allianz Arena.
Qui peut rêver de vivre à Lille ? Je ne me connais personne qui rêve d’aller en vacances à Lille !
Attention, jouer à Nice ce n’est pas des vacances surtout avec un homme comme Claude Puel, ex coach de Lille…

Le slalom de Dario Cvitavich et la conclusion accrocheuse de Bauthéac.

[Post dédié à tout le staff de l’OGCNice]

03.12.12

Permalien 11:30:55, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

Ryan Giggs, Sir Ferguson et Andy Cole saluent l'immense impact d'Eric Cantona à Manchester United

Pour fêter les 20 ans de la signature de Cantona à Man United (1992-2012), MU a célébré le Français pendant plusieurs jours. Voici quelques extraits de ce qui a été dit. En Premier League,le 1er décembre 2012, MU a battu Reading à l’extérieur. On a vu lors de ce match une grande ossature ultra collective avec un très bon Anderson- hélas blessé- et deux talonnades géniales de Young et Rooney. J’y vois là l’esprit cantonesque. Ces talonnades ne sont pas gratuites. Quand elles ont été réalisées, il n’y avait aucun autre geste possible.

Ryan Giggs: “C’est le meilleur passeur que j’ai jamais connu. Il impliquait tous les joueurs, en attaque, au milieu, de partout. Il apportait tellement de variété. Les adversaires ne pouvait pas l’arrêter car il était toujours en mouvement pour se créer des espaces. Et comme ils se concentraient sur lui, ils oubliaient Sparky (Mark Hughes) ou Andrei (Kanchelskis) qui profitaitent de leur liberté. Quand Éric récupèrait le ballon, il savait très bien porter le ballon sur les ailes. Il jugeait parfaitement notre vitesse de course, à moi, Sharpey, Andrei. Et donc il dosait sa passe tellement bien que nous n’avions pas besoin de ralentir. Je pense qu’il savait aussi à quelle vitesse les arrières latéraux couraient. Souvent, quand Éric était en possession du ballon, personne n’imaginait pas qu’il pouvait délivrer une passe tant il masquait son geste jusqu’au dernier instant(…) Je n’ai jamais vu un joueur s’impliquer autant que lui, à sans cesse exiger le ballon. Même quand ce n’était pas son jour, il travaillait dur pour le collectif. Ce n’était pas son meilleur match contre Chelsea en finale de la Cup 1994, mais au moment des deux penaltys , il s’est emparé du ballon. Il savait très bien qu’il allait marquer. Bruce n’a pas pu regarder et s’est assis sur la ligne médiane, dos au but. Moi je regardais. Avec Éric, vous saviez toujours que ça allait rentrer. Tous les trucs qu’il dit comme “le ballon, c’est comme une femme : il aime les caresses", ça nous fait rire mais ce qui est bien avec Éric, c’est qu’il travaille dur pour justifier la poésie. Quand vous voyez Éric Cantona rester tard à l’entraînement pour peaufiner sa technique, vous comprenez que vous ne pouvez pas vous contenter de ce que vous faites. Au final peut importe votre look ou ce que vous dites ou pas. Ce qui compte dans une équipe de foot, c’est ce que vous faites sur le terrain.”

Sir Alex Ferguson: ”Eric Cantona fut un modèle de professionnalisme, le joueur le mieux préparé que j’aie eu sous mes ordres.”

Lee Sharpe: “Le manager lui accordait beaucoup de libertés et le laissait s’exprimer, alors il tentait des gestes techniques et marquait plein de buts. C’est pour cela que les jeunes l’admiraient autant. Ils se disaient tous: “C’est lui que je veux être. Je veux être traité comme lui et jouer comme lui. Je veux qu’on m’aime autant que lui."”

Eric Harrison, formateur des jeunes de MU à l’ère Cantona: “J’ai demandé à Cantona de l’expliquer comment d’après lui il fallait former la jeunesse sur le modèle français. Il m’a répondu qu’au niveau technique, il n’y avait pas de grosse différence, mais que les jeunes Français contrôlaient mieux le ballon que leurs homologues anglais. J’ai enregistré le message et j’ai réagi tout de suite en introduisant plus de jonglages avec le ballon car c’est un exercice qui favorise le contrôle de la balle. Si c’était bon pour Cantona, ça l’était forcément pour mes jeunes.”

Andy Cole: “Les joueurs aimaient sincèrement Éric, quand bien même il était souvent très distant, voire effacé. Il n’y a que dans le vestiaire qu’il s’ouvrait et qu’il plaisantait. Il discutait avec tout le monde, même s’il préférait clairement se faire discret. Ce n’était pas le genre de mec qu’il fallait chercher, que ce soit sur le terrain ou devant une bière. En dehors du terrain, c’était un solitaire, mais un sacré mec. Et à sa manière de se comporter, on comprenait parfaitement le message : il était son propre maître.”

02.12.12

Permalien 01:57:35, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

OGCNice (30 M€) bat Paris SG (300 M€): 2-1

1er décembre 2012, 20h
Nice 2-1 PSG
16.356 spectateurs
Buts pour les Aiglons : Bauthéac (76e), Eysseric (86e)
But pour Paris: Ibrahimovic (82e)
Expulsion: Matuidi (90e)

Les Aiglons de l’OGCNice
Ospina (9) De beaux arrêts importants/
Genevois (8) Consciencieux
Civelli (8) A muselé Ibrahimoviv
Pejcinovic (8) Bon match
Kolodziejczak (8)/ Solide
Digard ©(9) Poumon d’acier
Traoré (8) Gros travail de ralayeur/
Pied (8) A répondu présent dans les duels. Puis Abriel(72e) (6) S’est bien fondu dans l’ensemble
Eysseric (9) Buteur décisif
Bauthéac (10) Buteur et passeur
Cvitanich (9) Grande maîtrise technique daus la surface de réparation . Puis Maupay (87e) Non noté
Coach: Claude Puel (10) A parfaitement composé son onze de départ

Paris SG : Douchez – Jallet (Van der Wiel, 69e), Alex, Thiago Silva (cap.), Armand (Pastore, 69e) – Chantôme (Hoarau, 80e), Matuidi, Maxwell – Ménez, Lavezzi, Ibrahimovic
Coach: Carlo Ancelotti

Quand une équipe dispose de bons attaquants cela change tout.
Nice cette saison a de bons atouts devant et cela commence à payer.
On ne va pas pour autant tomber dans un excès de confiance.
Cela dit ne boudons pas notre plaisir.
Nice a répondu présent comme dans 99% des cas quand se présente un gros bras au Ray depuis plus de 100 ans.
Quand Nice reçoit sur sa pelouse, Paris, Marseille, Lyon, Monaco, Bordeaux et St-Etienne, les Aiglons sont remontés à bloc. On vient encore de le vérifier.
Contre Paris, on a vu qu’une équipe jouer en véritable équipe: Nice.
Paris n’est qu’un club ultra médiatisé pour vendre de la presse sur le nom de Zlatan Ibrahimovic. Carlo Ancelotti vient de se plaindre que son groupe n’est pas assez collectif.
Le coach italien va être contesté. On le met déjà en balance avec Mourinho et Guardiola.
Nice a mérité sa victoire: les Aiglons ont ouvert le score de manière logique. L’égalisation est intervenue sur coup de pied arrêté. Quatre minutes plus tard, Eysseric a donné le coup de grâce d’une reprise de volée digne des plus grands joueurs. Quand on réalise un tel geste, on est un crack. Ce but n’a pas été marqué au stade de l’Oli dans un match de tournoi de sixte. Il a été inscrit contre un club qui a mis 300 M€ pour élaborer un groupe.
Bravo à tous les Aiglons.
Lors de Nice-PSG, c’est le football qui a gagné.

Permalien 01:56:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Manchester United file à l'anglaise, loin devant

Reading 3-4 Manchester United
Buts pour Reading: Robson-Kanu (8e), Le Fondre (19e), Morrison (23e)
Buts pour les Red Devils: Anderson (13e), Rooney (16e, 30e), van Persie (34e)

7 buts ont été marqué en une 1/2 heure et puis plus rien. Incroyable football anglais!
MU a pris trois points. C’est le plus important pour MU.
Sir Alex Ferguson a sanctionné Rafael en le faisant sortir au profit de Smalling.
Le jeune brésilien n’était pas content du tout sur le banc. Vexé à mort.
A la fin du match, Sir Ferguson a dit: “A chaque attaque de Reading j’allumais des cierges tant je paniquais. Il fallait faire des retouches et fissa ! Je vais d’ailleurs réglé au plus vite ses problèmes défensifs".
On va voir dès le prochain match ce qu’il va faire.
Grande journée pour MU vu les résultats de ses rivaux.

United
Lindegaard/ (6) Lui ou De Gea, je ne vois pas différence. Chacun ses qualités, ses défauts…
Rafael. (Non noté) Sorti sur sanction sportive de son coach. Puis (31e) Smalling (6) A apporté sa puissance
Evans (6) RAS
Ferdinand (6) RAS
Evra© (6) A une fois de plus fait son match
Anderson. (7) Maintient sa forme. Puis (45e) Jones (6) Correct
Fletcher (6) Dupont a bien joué
Carrick/ (6) Dupond a été heureux de retrouver son alter ego
Young (6) Mieux que ses dernières productions
van Persie. (8) Un but décisif. Puis (74e) Welbeck (5)A fait ce qu’on lui demandait comme d’habitude
Rooney (9) Toujours autant extraordinaire
Sur le banc: De Gea, Giggs, Chicharito, Cleverley

Coach: Sir Ferguson (9) A une nouvelle fois de plus très bien oeuvré

Classement:
1 Manchester United 36 points 15 matchs / 12 0 3/ 37 21/ +16
2 Manchester City 33 15/ 9 6 0/ 28 11/ +17
3 Chelsea 26 15/ 7 5 3/ 25 16/ +9
4 Tottenham Hotspur 26 15/ 8 2 5/ 28 23/ +5
…………………………
10 Arsenal 21 15/ 5 6 4/ 24 16/ +8
11 Liverpool 19 15/ 4 7 4/ 19 18/ +1

Principaux résultats:
West Ham 3-1 Chelsea
Fulham 0-3 Tottenham
Manchester City 1-1 Everton
Arsenal 0-2 Swansea City
Liverpool 1-0 Southampton

01.12.12

Permalien 16:16:33, Catégories: LITS ET RATURES, LA MOUETTE DE TCHEKHOV  

Rêverie autour du ballon rond sur fond de champs magnétiques

Mon ami Jean-Luc Bitton- biographe céleste d’Emmanuel Bove et de Jacques Rigaut- l’un des pionniers de la toile sous l’angle du partage de la créativité a découvert ce clip qui a quelque chose de Pour en finir avec le jugement de Dieu, d’Antonin Artaud.

A consulter, les deux sites de Jean-Luc Bitton:

Sur Emmanuel Bove, l’écorché vif:
http://www.emmanuel-bove.net/

Sur Jacques Rigaut, le pessimiste hilare:
http://www.rigaut.blogspot.fr/

[Post dédié à Isidore Ducasse & Philippe Soupault]

Le marchand de slips de L.A. est en passe de jouer à Monaco

Les médias n’ont que Beckham à la bouche alors que tout le monde à Man United sait que Paul Scholes et Ryan Giggs lui sont supérieurs. La preuve ? Sir Ferguson ne s’est jamais séparé de Giggs et Scholes.

Le football moderne a dépassé le cadre des pages sportives.
Un footballeur comme David Beckham est depuis presque dix ans un produit commercial.
Sa carrière de football a surtout était accomplie à Man United.
A partir de 2003, il est devenu une icône de la publicité. Des gens ne savent même plus que c’est un joueur de football.
Au Real Madrid, il n’a presque rien gagné. Il a une Liga à son palmarès sans avoir été vraiment un titulaire à part entière.
Ne parlons pas de son passage aux Etats-Unis. Là les titres comme le football sont du Canada Dry.
Ni de ses séjours à l’AC Milan où il fait quelques représentations selon la nouvelle mode qui a vu aussi Henry revenir à Arsenal, épisodiquement. Dans le football moderne on peut porter plusieurs maillots à la fois.
A présent, on parle de sa venue à Monaco car il est en fin de contrat à Los Angeles.
Comme Monaco évolue en L2, plus personne ne parle de l’ASM.
Si le club princier le fait signer, la presse mondiale parlera de Monaco grâce à Beckham, taillé sur mesure pour le club du Rocher qui est si loin de l’époque Douis et Théo.
Enrôler le marchand de slips à un coût mais l’ex Red Devil serait un bel ambassadeur pour la principauté, favela pour milliardaires.

Parcours de David Beckham, 37 ans
1992-2003/ Manchester United
2003-2007/ Real Madrid
2007-2012/ Los Angeles Galaxy

Palmarès avec des clubs européens:
Manchester United
6 Championnats d’Angleterre 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
2 Coupes d’Angleterre 1996, 19992
2 Charity Shield 1996, 1997
Ligue des champions 1999
Coupe intercontinentale 1999

Real Madrid
Supercoupe d’Espagne 2004
Champion d’Espagne en 2007

Permalien 11:09:25, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Claude Puel a déjà lancé les jeunes aiglons Bosetti (19 ans), Rafetraniana et Maupay, âgés de 16 ans

L’Allianz Riviera sort de terre pour la plus grande joie des supporters du GYM. La ville de Nice parvient à faire ce que d’autres n’arrivent pas à boucler complétement. L’OGCNice jouera dans l’Allianz en 2013-2014. Qu’on se le dise !

1er décembre 2012, 20h
Nice-PSG
Pronostic: si les Aiglons répondent présents: Nice 2-1 PSG.

Claude Puel a retenu 19 aiglons pour le match que tout Nice attend.

Gardiens : Ospina, Delle
Défenseurs : Civelli, Genevois, Gomis, Kolodziejczak, Palun, Pejcinovic
Milieux : Abriel, Diaz, Digard, Eysseric, Meriem, Traoré
Attaquants : Bauthéac, Bosetti, Cvitanich, Maupay, Pied

Le duel Civelli-Ibrahimovic vaut le déplacement ! Un combat qui me rappelle celui de Francis Isnard avec Josip Skoblar (O.M.). Si Nice n’avait perdu pas à Montpellier, j’aurais donné vainqueurs les Aiglons contre le PSG, sans l’ombre d’une hésitation, tant Nice se surpasse toujours dans les grands duels. Depuis toujours Nice aime mieux rencontrer Lyon ou Marseille que Le Havre ou Lorient. Les Aiglons ne disent jamais: “On va prendre 3 points facilement” mais plutôt: “Ah! oui, comme ça tout le monde nous voit perdre… Ils vous voir ce qu’on a dans les tripes!”
Après l’élimination des Aiglons en Coupe de la Ligue, un doute subsiste.
Le groupe rouge et noir a-t-il bien évacué la défaite à Montpellier, 3-2 ?
L’ambiance sera au rendez-vous.
Nice-PSG est joué à guichets fermés.
La capitale de la Côte d’Azur reçoit la capitale tout court.
La rivalité n’est plus à démontrer.
Il s’agit du dernier Nice-PSG au Ray, en L1.

Depuis qu’il est à Nice, Claude Puel est très attentif aux jeunes aiglons. Et c’est tant mieux.
Les mauvaises langues diront qu’il ne peut pas faire autrement.
Neal Maupay, né le 14 août 1996, le Versaillais est arrivé à Nice en benjamins.
En 2012, Claude Puel l’a déjà titularisé contre Lyon en Coupe de la Ligue.
Avec ses 171 centimèttres, l’avant-centre est l’un des plus jeunes joueurs de l’Histoire de la Première division FFF.
Il n’est pas le seul à avoir connu le bonheur d’être lancé dans le grand bain puisque Puel a fait aussi appel au Malgache Albert Rafetraniaina qui a 5 jours de moins de Maupay.

Voici la liste des plus jeunes joueurs de L1:

Laurent Paganelli (ASSE, 1978) à 15 ans et 309 jours
Albert Rafetraniaina (Nice, 2012) à 16 et 27 jours
Neal Maupay (Nice, 2012) à 16 ans et 32 jours
Laurent Roussey (ASSE, 1978) à 16 ans et 68 jours
Joel Depraeter (Lille, 1978) à 16 ans et 121 jours
Maryan Winiewski (Lens, 1953) à 16 ans et 210 jours

L’OGCNice vainqueur de la Coupe Gambardella 2012 a une très belle jeune génération avec entre autres le Niçois Alexy Bosetti (19 ans) qui a aussi les faveurs de Puel. Le centre de formation de l’OGCNice est à l’honneur. Nice prépare l’avenir, au présent. Avec aussi Mouez HASSEN, un goal dans la lignée des grands goals du Gym.

“Dans le RAYtroviseur de Morlino” (programme de Nice-PSG)à lire sur : http://www.ogcnice.com/accueil.php
-"Les Parisiens du Gym et les Niçois de Paris
Pour la venue du PSG, on ne peut pas s’empêcher d’évoquer la rivalité entre les deux clubs, bien sûr dans le meilleur des esprits, sachant que le budget des visiteurs est hors catégorie. Depuis des lustres, on oppose la capitale française et la capitale de la Côte d’Azur, sublime nom inventé par Stéphen Liégeard. La Tour Eiffel contre la Baie des Anges. La place de la Concorde face à la place Masséna. La pluie ou le soleil ! Les Halles de Baltard ont disparu mais nous avons toujours le Cours Saleya. Le parisien n’est pas une langue à l’inverse du niçois, et un Paris-Brest ne fait pas le poids à côté de la cuisine niçoise. Il suffit d’entrer dans un restaurant à Paris pour s’apercevoir que notre salade niçoise est copiée mais jamais égalée. Nous avons de plus un hymne (Nissa la Bella) et un Carnaval. Les confrontations entre les deux clubs sont toujours très attendues, aussi bien au Ray qu’au Parc des Princes qui sourit souvent aux Aiglons. Avec Marseille, Bordeaux, Monaco, Lyon et Saint-Etienne, le PSG est l’un de nos adversaires préférés. Paris ne se prive pas pour enrôler des joueurs qui ont évolué sous nos couleurs : les gardiens internationaux Baratelli et Letizi, Léandri, Adams, Sanchez, Toko, Rico, Deloffre, Bosser, Bravo, Alonzo, Traoré… D’autres joueurs ont accompli le parcours inverse, soit Paris-Nice : L. Sandjak, Ayache, Dahleb, Dréossi, J. Cobos, Hellebuyck, Mabiala, Digard … Au rayon des entraîneurs, mention spéciale à Carlos Bianchi. De fait, le goleador argentin du PSG a marqué l’Histoire du Gym avec sa présence sur le banc lors du mythique carton contre Strasbourg (6-0). Parmi tous les joueurs liés au PSG qui ont couru sur la pelouse du Ray, ayons une pensée soutenue pour Jules Bocandé (1958-2012) qui nous a quittés il y a quelques mois. Le magnifique artiste du ballon rond dégageait autant d’ondes que Miles Davis. Après un bref passage au PSG, l’ancien Messin devint un flamboyant Aiglon très aimé des Niçois, au temps des attaquants N’Dioro, Kurbos, Langers et Djelmas. Le beau style du buteur Sénégalais reste imprimé en nous. Au Ray comme à l’Allianz Riviera.”

Permalien 09:29:07, Catégories: LA MOUETTE DE TCHEKHOV, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

1962-2012: Maria Callas et Georges Prêtre, à Londres

25 minutes de pur bonheur auditif et visuel. Vidéo historique de La Callas totalement en accord avec le maestro Georges Prêtre (88 ans), chef d’orchestre très expressif.[Vers 13 mn regardez-le diriger. EX-CEP-TION-NEL. Du jamais vu !] La tragédienne est en osmose totale avec l’orchestre dès l’ouverture avant même de chanter. La sensibilité de Maria Callas est aussi évidente que le soleil qui darde ses rayons au mois d’août ou que la lumière crue des soirs de pleine lune. Une femme à la gorge d’oiseau touchée par le doigt de Dieu. La voix de la Diva transperce le coeur et l’âme comme le son de la guitare d’Hendrix ou les dribbles du souriant et désespéré Garrincha. Chez La Callas tout est beau même sa façon de recevoir les applaudissements.

4 novembre 1962
The Royal Opera House Covent Garden, Londres.
La Callas
Chef d’orchestre: Georges Prêtre

Maria Callas(New York, 2 décembre 1923 - Paris, 16 septembre 1977)

Je vous conseille de regarder toutes les vidéos avec interviews de la cantatrice. Quel leçon pour tous les prétentieux et prétentieuses qui se croient artistes alors qu’ils ne sont que des produits commerciaux !

Interview de Maria Callas par Pierre Desgraupes, en présence de Luchino Visconti. C’était au temps de la grande télévision de service public. En 2012, la télé n’est souvent plus qu’une vitrine où chacun vend sa salade. Depuis la fin du Grand échiquier de Jacques Chancel, cette télévision de qualité a déserté les écrans des “grandes” chaînes généralistes. Avec la Callas et Desgraupes nous sommes dans le très grand respect du téléspectateur. Un hymne à l’intelligence et à la sensibilité.

[Post dédié à Georges Prêtre]

30.11.12

Le Ballon d'Or 2012 ne récompensera pas Iker Casillas mais peut-être Iniesta

Déjà récompensé par l’UEFA, Iniesta a de grandes chances d’être le Ballon d’or 2012.

Lionel Messi, Cristiano Ronaldo et Andrés Iniesta sont les trois finalistes pour le Ballon d’Or 2012 qui sera décerné le 7 janvier 2013 à Zurich.
Une évidence: si Messi obtient son 4e Ballon d’or de suite cela voudra dire que l’on récompense le talent pur sans tenir compte de la saison accomplie car Messi n’a rien gagné d’important en 2012, sauf la Coupe du Roi. Dans le cas d’un noveau trophée, l’Argentin pourrait le recevoir encore de nombreuses fois ensuite. Même plus besoin de voter. on peut lui en donner encore dix.
C. Ronaldo, lui, a gagné la Liga 2012, ce qui est déjà mieux. Actuellement, il est barré sans cesse par Messi comme Poulidor le fut par Anquetil. Il faut reconnaître la régularité de Ronaldo. Depuis 2008, il est toujours constant aussi bien à MU qu’au Real Madrid. Ronaldo n’est pas une invention médiatique comme tant et tant de joueurs qui sont ds intermittents du spectacle grassement payés. Je viens d’apprendre qu’un gardien de L1 assez quelconque et surtout totalement irrégulier palpe 140 000 € par mois. Il n’est même pas dans les 500 meilleurs joueurs en activité. Le football est vraiment une poule aux oeufs d’or.
Iniesta ? Il mérite la plus grande récompense individuelle car cela fait des années qu’il brille au haut niveau aussi bien avec Barcelone qu’avec l’Espagne, passeur et buteur décisif. En 2012, il a remporté l’Euro, tout comme Iker Casillas qui lui aussi mériterait de décrocher le trophée puisqu’il a accompli un parcours extraordinaire au cours de cet Euro, sauvant sans cesse sa sélection. Depuis Yachine, aucun gardien n’a eu de Ballon d’or.
Parmi les autres nommés, aucun nom est exclu à tort du tiercé final. Mention spéciale pour Didier Drogba qui a gagné la C1 2012. On aurait pu le distinguer pour l’ensemble de sa carrière.
Le trio final est logique vu leur classe.

La liste des 23 nommés :
Sergio Agüero (Argentine), Xabi Alonso (Espagne), Mario Balotelli (Italie), Karim Benzema (France), Gianluigi Buffon (Italie), Sergio Busquets (Espagne), Iker Casillas (Espagne), Cristiano Ronaldo (Portugal), Didier Drogba (Côte d’Ivoire), Radamel Falcao (Colombie), Zlatan Ibrahimovic (Suède), Andrés Iniesta (Espagne), Lionel Messi (Argentine), Manuel Neuer (Allemagne), Neymar (Brésil), Mesut Özil (Allemagne), Gerard Piqué (Espagne), Andrea Pirlo (Italie), Sergio Ramos (Espagne), Wayne Rooney (Angleterre), Yaya Touré (Côte d’Ivoire), Robin van Persie (Pays-Bas), Xavi (Espagne).

Les derniers Ballons d’or:
2007 Kaká (AC Milan), Cristiano Ronaldo (Manchester United), Lionel Messi (FC Barcelone)
2008 Cristiano Ronaldo (Man United), Lionel Messi, Fernando Torres (Liverpool)
2009 Lionel Messi, Cristiano Ronaldo (Real Madrid), Xavi (Barcelone)
2010 Lionel Messi, Andrés Iniesta (Barcelone), Xavi
2011 Lionel Messi, Cristiano Ronaldo (Real Madrid), Xavi

Permalien 11:37:40, Catégories: LITS ET RATURES  

Questions idiotes et pertinentes sur le genre humain, d'Antonio Fischetti (Albin Michel)

Avec pour sous-titre 36 réponses pour en finir (ou pas) avec les idées reçues, l’ouvrage d’Antonio Fischetti, est à la fois amusant et sérieux ou le contraire ce qui est encore mieux. Pourquoi les cons ont-ils une tête de cons ? Pourquoi les gays parlent-ils d’une façon particulière ? Pourquoi les blondes sont-elles vraiment stupides ? A quoi servent les boucs émissaires ? Les croyants sont-ils fous ? Les Juifs sont-ils des surdoués ? Pourquoi parle-t-on aux bébés comme à des débiles ? Pourquoi les Noirs gagnent-ils les courses à pied ? Voit-on défiler sa vie au moment de mourir ? Voilà grosso modo ce qui attend le lecteur de ce livre qui est à offrir tant il n’engendre pas la mauvaise humeur.
Il n’est pas interdit de lire pour rire un bon coup. Pourquoi les Italiens parlent-ils avec les mains ? Ah ! ça je le sais. A Nice, on répond : « C’est pour qu’on voit leurs bagues ! » « Peut-on traiter un arbitr d’enculé ? » se demande l’auteur. Cela est idiot si c’est un gay puisqu’il ne s’agit là plus que d’un constat. Dans ce cas-là, l’insulte est alors en plus homophobe ! J’ai mon avis là-dessus : celui qui traite d’enculé quelqu’un n’est sont pas très net avec sa sexualité : il a dans la plupart du temps des pulsions qu’il a du mal à contenir. J’ai souvent noté que les hommes dits à femmes sont des misogynes patentés qui rêvent en fait de sauna gorgé de garçons. Dans un autre registre, Antonio Fischetti nous assure que l’on peut jouer de la guitare de la main gauche sans risquer de mourir jeune comme Jimi Hendrix. Et que l’on a raison de s’épiler pour éviter les morpions. Quand je vous disais que ce livre ne vous rasera pas car il n’est pas barbant.

-Questions idiotes et pertinentes sur le genre humain
D’Antonio Fischetti
Ilustration de Kamagurka
Albin Michel, 280 p.,18 €

29.11.12

Pelé et Maradona dans le onze de rêve de Cruyff

L’Empereur Cruyff 1er et moi avons des passions communes

Voici le onze mythique du Néerlandais, un 3-4-3 ancien coach de Barcelone où il a installé la philosophie de jeu du football total, inventée et surtout mis en place par Rinus Michels, immense entraîneur qu’on a tendance à oublier, hélas! :

Gardien : Lev Yachine (URSS)

Défenseurs : Carlos Alberto (Brésil), Franz Beckenbauer (RFA) et Ruud Krol (Pays-Bas)

Milieux : Pep Guardiola (Espagnol) Bobby Charlton (Angleterre), Piet Keizer (Pays-Bas) , Alfredo Di Stefano (Argentine/ Espagne)

Attaquants : Garrincha (Brésil) , Pelé (Brésil), Diego Maradona (Argentine)

PS: si vous voulez voir mon onze de rêve, je vous invite à visiter Mycoachfoot:

http://www.mycoachfoot.com/news/pro/le-onze-de-rA-ve-de-coach-johan-cruyff_67.htm

Permalien 07:56:13, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le mythique Giggs Ryan fête ses 39 ans et 32 titres majeurs avec Man United

Ryan Giggs tranche autant dans le monde du football que Patrick Modiano dans celui des lettres. Des gens naturels dans un monde de frime permanente.

Le Red Devil Ryan Giggs est né le 29 novembre 1973 à Cardiff (Pays de Galles)
Ailier puis milieu de terrain
A signé pro à Manchester United le 9 juillet 1990
1er match pro, le 2 mars 1991: Man U-Everton (0-2), à Old Trafford

Palmarès: 32 titres majeurs (*):
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe Intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
2 Ligues des Champions 1999, 2008
12 Championnats d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009 et 2011
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
3 Coupes de la Ligue 1992, 2006, 2009
8 Community Shield 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2011
909 matchs, 163 buts à Manchester United
64 matchs, 12 buts avec le Pays de Galles

Tous les matchs de Ryan Giggs à MU:
Premier League: 508 fois titulaire, 97 fois remplaçant/ 107 buts
Division 1: 33 7/ 5 buts
Division 2: 0
FA Cup: 60 10/ 11 buts
Coupe de la League: 33 6/ 12 buts
Coupes d’Europe: 126 21/ 29 buts
Autre matchs: 15 3/ 1 but
Totaux: 775 fois titulaire, 144 fois remplaçant/ 165 buts

Joueurs qui ont porté le plus le maillot des Red Devils
1 Ryan Giggs 919 fois
2 Bobby Charlton 758
3 Paul Scholes 708
4 Bill Foukees 688
5 Gary Neville 602

(*) Le portier Víctor Manuel Martins Baía (Porto + Barcelone) en a gagné 33.

Permalien 01:21:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Van Persie marque au bout de 30 secondes contre West Ham et puis plus rien

Le but ultra rapide de van Persie contre West Ham, en attendant le duel au sommet Man City-Man United, prévu le 9 décembre 2012 à 14 h 30

Sur la feuille de match, il y a marqué que van Persie a inscrit le but de MU à la 1ere minute mais en réalité les filets ont tremblé au bout de 30 secondes, ou 31 voire 32 secondes. Le Néerlandais a vu son ballon faire un coup du sombrero puis le buteur a frappé et la sphère a bénéficié d’un contre favorable avant de lober le gardien des visiteurs. Un coup de maître qui est aussi un coup de hasard. Et au total cela fait 1-0 sans trop forcer. MU a pris les trois points et c’est l’essentiel

Manchester United
Lindegaard/ (7) Il a fait ce qu’il fallait faire. Ce goal a un sacré mental, de remplaçant il est devenu titulaire. En tout cas pour l’instant…
Evra ©(6) A encore tiré son épingle du jeu
Smalling (7) Mieux que d’habitude. Revient de blessure
Evans (7) Solide
Rafael/ (7) Toujours électrique
Anderson. (8) Tient bien le cap de la forme constante. Puis (84e) Jones (non noté)
Carrick (7) Impeccable
Cleverley. (6) Correct. Puis (66e)Young. A la maison souffre moins physiquement qu’à l’extérieur, exactement comme Giggs
Chicharito (6) Toujours important par ses appels incessants
Rooney. (7) Un aéroglisseur humain, au four et au moulin. Puis (78e) Welbeck (non noté)
van Persie (7) A marqué le but décisif
Sur le banc: De Gea Buttner Ferdinand Fletcher
Manager: Sir Ferguson (10) Turn over réussi pour le match en pleine semaine

CLASSEMENT DE LA PREMIER LEAGUE
1 Manchester United 33 points 14 matchs/ 11 0 3/ 33 18/ + 15
2 Manchester City 32 14/ 9 5 0/ 27 10/ + 17
3 Chelsea 26 14/ 7 5 2/ 24 13/ + 11
4 West Bromwich Albion 26 14/ 8 2 4/ 24 18/ + 6
5 Tottenham Hotspur 23 14/ 7 2 5/ 25 23/ + 2
6 Everton 22 14/ 5 7 2/ 24 18/ + 6
7 Arsenal 21 14/ 5 6 3/ 24 14/ + 10

Résultats du 28 novembre 2012
Manchester United 1-0 West Ham
Tottenham 2-1 Liverpool
Wigan 0-2 Man City
Chelsea 0-0 Fulham
Everton 1-1 Arsenal
Southampton 1-1 Norwich
Stoke 2-1 Newcastle
Swansea 3-1 West Brom

PS: Nice a été éliminé 3-2 en quart de la Coupe de la Ligue, à Montpellier. Il faut espèrer que cette défaite ne touche pas le moral des Aiglons qui venaient de faire une belle série de matchs sans défaite. La Coupe de la Ligue c’est un gadget. J’aime mieux Nice-PSG du 1er décembre (20h), joué à guichets fermés.

28.11.12

Permalien 15:10:21, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Mort de Roger Loeuillet, président de l'OCGNice (1969-1981) de Jean Snella, Baratelli, Dick van Dijk, Guillou, Huck, Molitor, Bjekovic...

En intégralité la finale de la Coup de France 1978, Nice 0-1 Nancy. Au début de la vidéo, on voit M. Roger Loeuillet au moment de la présentation des équipes au président de la VGE. Super favori, “les millardaires de la Côté” [comme les médias disaient…] ont abdiqué contre Michel Platini. Avant la présence de son joueur mythique, Nancy n’avait jamais gagné un seul grand trophée. J’étais présent au Parc des Princes. Au coup de sifflet final, j’ai quitté le stade pour ne pas voir la cérémonie protocolaire.

L’ancien président de l’OGCNice (1969-1981), Roger Loeuillet est mort à l’âge de 84 ans. Pour saluer sa mémoire, le Ray lui rendra hommage, samedi 1er décembre 2012, à 20 h, avant le coup d’envoi de Nice-PSG. Ce président a tout fait pour doter Nice d’une très grande équipe à un époque où le club allait très mal. Extrêmement courtois et très élégant, il a savait défendre les Aiglons quand il le fallait. Sa direction aurait mérité d’avoir un palmarès tant à jouer les premiers rôles à un moment donné.
Après la descente en Division 2, en 1968-1969, Roger Loeuillet devient président de l’OGCNice dans un temps où les mairies étaient très importantes dans la vie des clubs. Par le biais de Jacques Médecin, la municipalité niçoise augmenta sa subvention, Pancho Gonzalez céda sa place sur le banc à Léon Rossi, Charly Loubet quitta le Gym pour Marseille et plusieurs nouveaux Aiglons arrivèrent: Quittet, Bora Milutinovc, Deloffre, Barret et “Dédé” Chorda. Sans oublier Arghirudis dont la force de frappe participa grandement à faire remonter le Gym en D1 dès son arrivée en 1969-1970.
En fin de saison 1970-1971, un désaccord entre M. Loeuillet et Me Charles, autre grande figure présidentielle du Gym, provoque un schisme et donne les pleins pouvoirs directoriaux à Roger Loeuillet. En 1971-1972, le président du Gym enregistra le retour de Loubet, l’un des plus grands ailiers du football français, toutes époques confondues, et s’en prit à la FFF qui sélectionnait trop d’Aiglons, provoquant ainsi des mauvais résultats du club. Cette saison-là, Roger Loeuillet réussit à faire signer au Gym, Jean Snella, l’illustrissime entraîneur qui fit gagner ses premiers titre à Saint-Etienne avec Rachid Mekhloufi, magistral footballeur, aussi doué qu’intelligent, et qui plus est avait un remarquable comportement, hors et sur le terrain, authentique gentleman dont le talent m’a marqué à vie. Avec Kopa, Piantoni et Ujlaki, Mekhloufi fut un géant de son époque.
Avec l’arrivée de Snella, à la place de Léon Rossi, figure niçoise historique qui resta dans le staff, Nice va se doter d’un effectif d’exception, grâce à la présidence de Roger Loeuillet sous l’ère de Jacques Medécin qui j’insiste- savait l’importance du football au niveau de l’impact médiatique.

Voici le grands noms des Aiglons, sous la présidence de Roger Loeuillet:
Entraîneurs: Rossi, Jean Snella (1972-1974), Markovic, Ferry Batteux…
Gardiens: Marchetti, Baratelli, Peyron, Rey
Défenseurs: Cauvin, Serrus, Camérini, Chorda, Ascery, Isnard, Quittet, Zambelli, Katalinski,, Curbelo
Milieux: Goyvaerts, Eriksson, Milutinovic, Huck, Jouve, Adams, Bocchi, Guillou, Bousdira, Noguès
Attaquants: Arghirudis, Couecou, Fioroni, Kaltenbrunner, Metzler (hélas blessé par Baeza,O.L.), Loubet, Revelli, Dick van Dijk, Sanchez, Castellani, Molitor, Bjkovic

Lors de la saison 1981-1982, Mario Innocentini devint président du Gym à la place de Roger Loeuillet qui fut nommé président d’honneur. Sous la présidence Loeuillet, Nice a renoué avec son lustre des années 1950 sans pouvoir cependant se confectionner un palmarès. Une fois que l’on sera tous morts, personne ne se souviendra vraiment de ce temps-là parce qu’aucune date des années 1970 ne figure au palmarès de l’OGCNice, hormis le titre de champion de France D2 1970.
En 1978, Nice aurait dû remporter la Coupe de France mais un certain Michel Platini s’est mis sur la route des Aiglons pour inscrire l’unique but de la finale Nice 0-1 Nancy. Les Aiglons furent victimes d’un excès de confiance vu qu’ils avaient élimé Nantes et Monaco. Dans la tête des Niços, les Nancéens n’étaient qu’une formalité. Léon Rossi m’a expliqué “qu’il aurait fallu se mettre au vert au lieu de voir les joueurs assaillis par les demandes de places gratuites". Ccnfidence faite dans le bar de mon père, au Col de Villefranche. Sur le papier, Nice avait une équipe fantastique. “Bjekovic ?” Ecoutez le commentaire que m’en a fait Dominique Rocheteau: “C’est le meilleur avant-centre que j’ai rencontré dans toute ma carrière".
Avec Roger Loeuillet et Jean Snella, Nice a failli être champion de France 1975-1976. Cette saison-là, les Aiglons ont fini 2e, tout près du titre national.

Le parcours de Nice sous la présidence de Roger Loeuillet:
1969-1970: champion de France Division 2
1970-1971: 14e de D1
1971-1972: 8e de D1
1972-1973: 2e de D1 à cinq points de Nantes
1973-1974: 5e de D1
1974-1975: 14e de D1
1975-1976: 2e de D1 à 3 points de Saint-Etienne
1976-1977: 7e de D1
1977-1978: 8e de D1
1978-1979: 15e de D1
1979-1980: 15e de D1
1980-1981: 15e de D1

En 1972-1973, le Nice de Snella fait un parcours épatant mais pêche dans quelques matchs-clès. Les Aiglons terminèrent vice-champion de France, dauphin des Canaris, avec la meilleure attaque du championnat (70 buts). Le Ray était plein pour voir marquer Hervé Revelli (22 buts) et Dick van Dijk (20 buts) le champion d’Europe arrivait en droite ligne de l’Ajax d’Amsterdam. Merci à Monsieur Loeuillet d’avoir fait rêver tous les spectateurs du Ray. Hélas! trois fois hélas! il n’a jamais été récompensé de ses efforts pourtant avec Snella sur le banc, on ne pouvait espèrer mieux. Il fallait une part de réussite qui a toujours échappé à Nice. Et que dire de la saison 1975-1976… qui a vu le Gym finir deuxième à 3 points des Verts: 54 points contre 57 ! Le Nice-ASSE(1-1) fut scandaleusement arbitré en faveur des Verts qui ont commis deux penalty(s) non sifflés: attentat sur Katalinski en pleine surface verte et dégagement du poing d’un Stéphanois toujours dans la surface. Cette saison-là fit très mal au groupe de Markovic, comme si en plus du sort contre nous, il fallait aussi être victime de l’injustice. Jamais Nice ne s’en remit jamais même avec un superbe Nenad Bjokovic qui planta 29 buts en 1977-1978. Soit autant que D. Onnis (Monaco), tous deux 2e derrière Carlos Bianchi (37 buts, PSG)
Depuis la période Loeuillet Nice n’a plus occupé le haut du tableau, sauf en 2001-2002, sous l’ère de la présidence Maurice Cohen avec Gernot Rohr sur le banc des coachs.

[Post dédié à tous les présidents de l’OGCNice depuis plus de 100 ans]

PS: 28-11-2012, Montpellier - Nice, 1/4 de finale, Coupe de la Ligue (17h)

Les mots croisés, de Georges Perec (Folio/ Gallimard)

«Des westerns avec, évidemment, beaucoup de sauce tomate » ? Bien sûr, « spaghetti ». Voilà le genre de définitions que l’on trouve dans les grilles de mots croisés du cruciverbiste Georges Perec par ailleurs membre éminent de l’OULIPO ce mouvement littéraire qui s’impose des contraires pour corser les difficultés. Avec une obligation par exemple de ne pas utiliser le «e» dans son libre La disparition.
Perec aimait les mots à la folie, tout comme les puzzles. Deux activités qui font travailler les méninges. Les grilles de l’auteur de La vie mode d’emploi étaient publiées pour la plupart dans “Le Point” et “Politique Hebdo". En début de volume, Perec a publié une mise au point pour expliquer « l’art et la manière de croiser les mots ». C’est un duo incessant entre la construction de la grille et la recherche des définitions. Les grilles de Georges Perec ne sont pas réservées à une élite.
-«En quelle année Jacques Schiffrin a-t-il lancé la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade, 1919, 1931, 1952 ? 1931
-«De quelle région natale est issu Paul Claudel ?»
Picardie
-«Quel «métier» faisait Paul Morand ?»
Diplomate
De son coté, Julie Pujos a confectionné un superbe livre avec des questions qui sont passionnantes pour tous les amoureux de la littérature. Les lecteurs peuvent aiguiser leur connaissance et aussi leur mémoire. Voilà un beau cadeau de 2 €. Quand on songe qu’un paquet de cigarette vaut 6 €…

-Les mots croisés
De Georges Perec
Folio/ Gallimard, 150 p., 6,95 €

-Jouons avec les mots
Jeux littéraires
De Julie Pujos
Folio, 140 p., 2 €

Permalien 12:28:45, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Peter Schmeichel: "Eric Cantona a changé le football de Man United"

Peter Schmeichel a été un grand gardien de Man U mais il est très étrange que le Red Devil historique ait fini sa carrière à Man City. Gary Neville le lui a fait comprendre… (Cette vidéo a été vu par plus de 4 millions d’internautes.)

28 novembre 2012, 21 h
Premier League
Man United-West Ham

Le légendaire gardien danois était dans la cage de Man United quand MU a réalisé les doublés de 1994 et 1996 avec Eric Cantona comme inspirateur numéro 1. Pour fêter le 20e anniversaire de la signature de King Cantona à Manchester United, le Danois a tenu a exprimé son admiration pour dire tout le bien qu’il pense de son ex coéquipier, authentique catalyseur du club pour le remettre dans l’élite mondiale:
«Je me souviens parfaitement de l’arrivée de Cantona qui débarqué à Man U, auréolé de son titre de champion d’Angleterre 1992 avec Leeds. Son transfert a tout changé à Man U car nous avions enfin un vainqueur du championnat anglais parmi nous: il suffisait de le regarder vivre. [Il dégageait tant de force et de fierté, tant de technique et de volonté, tant de classe et de réussite.]Sir Ferguson s’entendait très bien avec lui et nous tous aussi. Cantona aurait pu signer ailleurs mais il avait choisi Man United. Nous savions qu’il s’agissait d’un choix et nous ne voulions pas qu’il le regrette. A MU, Eric vraiment changé toute la façon de pratiquer le football. Il a inculqué la mentalité du gagneur, mis tout en place pour la gagne, de la préparation mentale à la préparation physique pendant toute la semaine jusqu’au match. Tous les joueurs ont en bénéficié, ceux de son époque, ceux qui ont suivi comme ceux d’aujourd’hui et de demain. Vous pouvez demander à David Beckham, Gary Neville et Paul Scholes, tous vous diront la même chose. Sir Alex Ferguson était ravi de voir qu’un joueur montrait aux autres tout ce qu’il n’avait plus besoin de dire. Avec Cantona, Sir Alex avait son meilleur relais possible. Sir Ferguson a vu tout de suite les bénéfices qu’il allait tirer de ce transfert. Personne d’autre ne s’en est rendu compte. [Si, moi !]. Trevor Francis a eu l’occasion de pouvoir compter sur l’immense talent de Cantona à Sheffield, mais il n’a rien compris à la gestion du virtuose. Ensuite, Howard Wilkinson a laissé filer Cantona à Man U, heureux de le vendre parce qu’il le voyait comme un joueur difficile à manœuvrer. Il n’y a donc que Sir Alex qui ait vraiment su mettre en valeur les qualités fantastiques de Cantona, grâce à sa science du coaching. Ce fut peut-être un défi, mais il a pris à cœur ce défi et le passage de Cantona à Man U est devenu de l’Histoire.”

[Post dédié à Richard Kurt de lion]

27.11.12

Permalien 10:53:48, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

26 novembre 1992: arrivée du King Eric Cantona à MU

Arrivé en cours de saison à MU, le 26 novembre 1992, Eric Cantona a permis à Manchester United de conquérir son premier titre de champion Angleterre depuis 26 ans. Entre la période de Charlton-Best-Law (1967) et le début de l’ère Cantona (1992-1993), MU n’avait pas réussi à gagner une seule fois le titre national. Ce sacre fait de Cantona un héros historique. Il a ensuite gagné encore 3 championnats (1994, 1996 et 1997). S’il ne l’a pas remporté en 1995 c’est parce qu’il a été outrageusement interdit de terrains suite à son geste d’auto-défense contre un spectateur agressif.
Non seulement il a relancé MU mais il a remis le football anglais à la mode.
Avant son arrivée en Angleterre, les médias ne parlaient que du Calcio.
Quand il s’est affirmé dans le football anglo-saxon, les Anglais se sont mis à regarder avec intérêt les footballeurs français. Avant la réussite de Cantona, aucun français ne s’était imposé en Angleterre. Il est d’ailleurs devenu le premier étranger à recevoir le prix du meilleur footballeur de l’année.
Son impact à MU a été énorme, il a inspiré toute une génération: Giggs, Scholes, Beckham, Butt, les frères Neville.
Cantona a donné à Man U la dynamique de la victoire que n’a plus jamais perdue MU, grâce à l’intelligence de Sir Alex Ferguson.
Cantona était au service de l’équipe. Il aimait faire jouer les autres.
Ce fut un chef d’orchestre fantastique.

Palmarès d’Eric Cantona à Man United de 1992-1993 à 1996-1997:
Premier League : 1993, 1994, 1996, 1997
FA Cup : 1994, 1996
Charity Shield : 1993, 1994, 1996
1994 : meilleur footballeur de l’année du championnat anglais par les joueurs
1996 : meilleur footballeur de l’année du championnat anglais par les journalistes
2001 : joueur du Siècle par les supporters de Manchester United du monde entier
2005 : meilleur joueur de l’histoire de la Première League (Premiership) lors d’un sondage commandé par Barclays

Eric Cantona est né le 24 mai 1966 à Marseille
l’arrivée à Manchester United: 27 novembre 1992
Début avec MU: 6 décembre 1992 Man United-Manchester City (2-1)
Nombre de buts avec MU: 82

Tous les maths du King sous le maillot des Red Devils (1992-1997)

Premier League: 142 matchs, 64 buts
Division 1: 0
Division 2: 0
FA Cup: 17 matchs, 10 buts
Coupe de la Ligue: 6 matchs, 1 but
Coupes d’Europe: 16 matchs, 5 buts
UEFA Cup: 0
Autres matchs: 3 matchs, 2 buts
Total: 184 matchs, 82 buts

En 2012, Cantona est le 27e du classement des joueurs qui ont le plus joué avec MU en championnat
En 2012, Cantona est le 8e meilleur buteur de MU en championnat avec 64 buts en 142 matchs
En 2012, Cantona (82 buts) est le 25e meilleur buteur du club toutes compétitions confondues

Permalien 07:04:18, Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR  

Barcelone a joué une heure avec un onze made in Masia

Contre Levante, entre la 14e et la 75e minute, le Barça a évolué avec onze joueurs formés à la Masia.
Au centre de formation de Barcelone, le moule il n’est pas cassé !
La date du 25 novembre 2012 restera à jamais gravée dans la légende du FC Barcelone. Au cours de l’éclatante victoire à Levante (0-4), le Barça a aligné en même temps onze joueurs issus de son centre de formation pour la première fois de son histoire. Ce moment inédit a duré une grosse heure, entre la blessure de Dani Alves, remplacé par Martin Montoya au quart d’heure de jeu, et la sortie de Jordi Alba, remplacé par Adriano à la 74e. Durant cette période, le onze barcelonais était composé par Valdes, Montoya, Piqué, Puyol, Alba, Busquets, Xavi, Iniesta, Pedro, Fabregas et Messi. Rien que des ex pensionnaires de la Masia, cette fabrique champions humains et non pas robotiques.

Il y avait huit Catalans au sein de ce onze jamais vu en équipe fanion blaugrana. Iniesta, Messi et Pedro, eux, viennent de la Mancha, d’Argentine et des Canaries. Cette équipe “made in Masia” avait dans ses rangs neuf internationaux espagnols champions d’Europe et un triple Ballon d’or. Au cours de la mise en service- si j’ose dire- de ce onze exceptionnel, le Barça a inscrit quatre buts !

-"Louis Van Gaal (entraîneur du club entre 1997 et 2000, puis 2002 et 2003) avait exprimé ce rêve voir jouer le FC Barcelone avec onze joueurs issus du club. C’est pour ça que je souhaite saluer Van Gaal après ce qui est arrivé ce soir", a confié Xavi après la rencontre. “C’est extraordinaire, nous sommes fier du travail de la cantera. J’ai vécu une époque où nous étions, avec Carles Puyol, les seuls de la Masia à jouer en équipe première".

De son côté, Andres Iniesta a déclaré:
-"Quand j’ai commencé, c’était réellement difficile de penser que le Barça pourrait jouer un jour avec onze joueurs de son centre de formation. Maintenant, on l’a fait…”
Le nouveau coach, Tito Vilanova a donc réalisé le rêve de Van Gaal que ne sont pas arrivés à atteindre Frank Rijkaard et Josep Guardiola qui a cependant aligné ensemble neuf joueurs issus de la Masia.
Avec l’Ajax et Man United, le Barça est le club qui formé le plus de grands professionnels.

26.11.12

Pourquoi quand Henry fait une main non sifflée au SDF on interroge les politiciens français alors qu'on n'interroge pas les footballeurs après le vaudeville de l'élection du président de l'UMP en novembre 2012 ?

Quand Zidane a mis son coup de boule à Materrazi en 2006…
Quand Henry a fait main contre l’Irlande…
Quand Ribéry fait les 400 coups…
Et quand les Bleus restent dans le bus en Afsud 2010…
On interroge tous les politiciens.
Alors pourquoi ne met-on pas le micro sous le nez des footballeurs quand les élections internes d’un parti politique se déroulent aussi mal que celles de l’UMP en 2012 ?

Permalien 15:16:27, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Saint-Etienne n'a plus rien gagné depuis 31 ans

Parce que samedi 3 novembre 2012, lors de la 11e Journée de L1, au Parc des Princes, Paris Saint-Germain a perdu 1-2 contre AS Saint-Etienne- oh! pardon il faut dire plutôt que les Verts ont gagné à Paris- [(But pour le PSG: Hoarau (88e)/ Buts pour les Verts: Sakho (55e csc), Aubameyang (73e)] les médias se sont une nouvelle fois emballés en faveur de l’ASSE. A chaque fois que les Verts accomplissent un exploit, la presse s’enflamment, comme si les Foréziens avaient gagné la C1. Au Pac des Princes, Zlatan Ibrahimovic fut expulsé à la 70e minute, car il avait mis ses crampons dans le ventre du portier de l’ASSE, Ruffier, au cours d’une lutte aérienne pour capter le ballon, chacun à sa manière. Lors de l’expulsion le score était de 0-1. Trois minutes après le renvoi d’ “Ibra” aux vestiaires, les Verts marquèrent leur second but. Celui que Hoarau a marqué ensuite ne servit à rien.
La vérité des chiffres est très cruelle pour Saint-Etienne.

Palmarès des Verts:
10 Championnats de France: 1957, 1964, 1967, 1968, 1969, 1970, 1974, 1975, 1976 et 1981
6 Coupes de France: 1962, 1968, 1970, 1974, 1975, 1977
3 Championnats de France de L2: 1963, 1999 et 2004

Cela fait donc 31 ans que Saint-Etienne n’a plus gagné un seul trophée. Ni coupe, ni championnat.
Rien de rien. Les journalistes de 40-50 ans sont nostalgiques de la période 1960-1970.
On les comprend. Depuis, ils mangent la soupe à la grimace.
Aussi quand les Verts ont été provisoirement leaders de la L1 à la 14e journée, la machine à explorer le temps c’est encore mise en route.
La dernière grande époque fut celle de Platini. Cela ne nous rajeunit pas.
C’était avant l’élction à l’Elysée de François Mitterrand.
Avant France-RFA de 1982, à Séville.
C’était le temps de notre jeunesse.
Je n’ai jamais vibré pour les Verts, exactement comme les fans de l’ASSE n’ont jamais applaudi les joueurs de l’OGCNice qui gagnaient tout dans les années 1950.

PS: le 27 novembre 2012, St-Etienne s’est qualifié pour les 1/2 finale de la Coupe de la Ligue, éliminant le PSG aux tirs au but grâce à un arrêt de son gardien Stéphane Ruffier.

Permalien 12:09:46, Catégories: LITS ET RATURES  

Dès lors, ce fut le feu, de Philippe Pivion ( Le Cherche Midi)

Un Allemand face au tableau Guernica dit à Picasso: “C’est vous qui avez fait ça ?” . Et Pablo de répondre: “Non… C’est vous !”

Courage ! C’est le mot qui vient à l’esprit dès que l’on tombe sur ce pavé de plus 500 pages. Courage pour l’écrire. Courage pout l’éditer. Et courage pour le lire. Pour en parler, pas besoin de courage. A l’heure du zapping et de l’impatience érigée en morale, il n’est pas facile de s’engager dans un roman fleuve qui plus est historique. Cependant des les premières lignes nous sommes séduits car l’auteur écrit d’une manière limpide. La toile de fond de ce roman est la guerre d’Espagne, en 1936. Il y a le cagoulard infiltré (Victor, comme victoire…) et l’infirmière communiste Dolorès (Dolorès comme douloureuse…)
Page 11- la première en fait- nous lisons : « Tous les maux qui s’abattaient sur la France provenaient de la République et des Juifs, assassins du Christ. » Céline quand tu nous tient… Tout le récit est mené tambour battant par un romancier qui fait claquer le langage sur la page comme un cavalier fouette sa monture. C’est Paul Morand qui se prend pour Alexandre Dumas puisque nous sommes dans les années 1930. Lire un livre bien construit, cela revient à conduire une voiture ultra confortable qui permet d’accélérer et de freiner en toute sécurité. Les Franquistes et les Républicains s’affrontent sur nos yeux comme si l’on regardait un film en cinémascope, avec des noms communs et des verbes à la place d’acteurs. Philippe Pivion est un metteur en scène de mots.

-Dès lors, ce fut le feu
De Philippe Pivion
Le Cherche Midi, 511 p., 20 €

Le leader Manchester United ne fait jamais match nul

Sir Alx Ferguson est vraiment formidable. L’homme statufié de son vivant est l’entraîneur le plus traitré de l’Histoire du football. Au lieu de prendre sa retraite, il est toujours dans le coup. Il a qualifié MU pour les 8e de finale de la C1 2013 et les Red Devils sont en course pour le titre national 2013. Chapeau l’artiste ! Merci à ce très grand Monsieur.

Comme la saison dernière le chassé-croisé entre les deux clubs de Manchester est de nouveau d’actualité en Premier League. Leader actuel, MU ne partage jamais les points alors que City ne perd jamais… Il faut mieux donc ne jamais faire mal nul et perdre de temps en temps. Contre Chelsea, City n’a pas fait mieux que nul. Ce match n’a pas été beau, à inverse de certains 0-0. United est le grand gagnant de la 13e journée. West Brom est en 3e position; c’est comme si Lorient était à la même place en L1. Tout ça est provisoire. A Chelsea, les fans des Blues ont hué le nouvel entraîneur (Benetiz) au profit de l’ancien coach Di Matteo, licencié abusivement alors que l’ex joueur de Chelsea a fait gagner la première C1 à un club de Londres depuis 1956, en étant sur le banc des entraîneurs. Benitiz est connu pour être un coucou du football, se mettant à la place d’un autre sans jamais rien créé de durable.

Classement de la Premier League

1 Manchester United 30 points 13 matchs/ 10 0 3/ 32 18/ + 14
2 Manchester City 29 13/ 8 5 0/ 25 10/ + 15
3 West Bromwich Albion 26 13/ 8 2 3/ 23 15/ + 8
4 Chelsea 25 13/ 7 4 2/ 24 13/ + 11
5 Everton 21 13/ 5 6 2/ 23 17/ + 6
6 Arsenal 20 13/ 5 5 3/ 23 13/ + 10
7 Tottenham Hotspur 20 13/ 6 2 5/ 23 22/ + 1

Résultats de la 13e journée

Manchester United 3-1 QPR
Chelsea 0-0 Man City
Tottenham 3-1 West Ham
Southampton 2-0 Newcastle
Swansea 0-0 Liverpool
Aston Villa 0-0 Arsenal
Everton 1-1 Norwich
Stoke 1-0 Fulham
Wigan 3-2 Reading
Sunderland 2-4 West Brom

14e journée: 28 novembre 2012

Chelsea - Fulham 20 h 45
Everton - Arsenal
Southampton - Norwich
Stoke - Newcastle
Swansea - West Brom
Tottenham - Liverpool
Manchester Utd - West Ham 21 h
Wigan - Man City

25.11.12

Permalien 01:02:16, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Nice ne perd toujours pas depuis la rentrée d'Ospina

Archives/Le goal de Nice, David Ospina.

A Sochaux, Stade Bonal,
Sochaux 0-1 Nice
But pour les Aiglons : Cvitanich (44e sp)

Nice : Ospina - Genevois, Civelli, Pejcinovic, Kolodziejczak - Digard (cap.), Traoré - Pied (Bauthéac, 63e), Meriem (Abriel, 74e), Eysseric - Cvitanich (Bosetti, 85e)
Entraîneur: Puel

Il y a des retours qui font du bien. Par exemple, celui d’Ospina dans les bois- comme on disait jadis- niçois. Avec le Colombien, Nice a remporté 4 rencontres sur 5 avec un match nul.
C’est donc un retour magnifique. Il va falloir poursuivre cette série en L1.
Nice est sur une très bonne série. Dommage qu’un déplacement à Montpellier s’intercale entre la venue du PSG au Ray. Cela risque de casser la spirale positive.
A noter que le Gym a enfin retrouvé un très bon buteur depuis le départ de Rémy.
Cvitanich est d’un grand apport. CvitaNICE…

Les matchs de Nice depuis le retour d’Ospina dans la cage niçoise:
31 octobre/ Coupe de la Ligue: Nice 3-1 Lyon
3 novembre/ Ligue 1: Nice 1-0 Nancy
11 novembre/ L1: Marseille 2-2 Nice
18 novembre/ L1: Nice 1-0 Toulouse
24 novembre/ L1: Sochaux 0-1 Nice
A venir:
28 novembre/ Coupe de la Ligue: Montpellier-Nice
1er décembre/ L1: Nice-PSG (20 h)

24.11.12

Permalien 18:57:17, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Man United gagne 3-1 QPR grâce à Rooney, Anderson et Chicharito

La présence de Wayne Rooney a été encore une fois déterminante. Quand MU était mené 0-1, il a remis ses équipiers à leur place et la double entrée de Chicharito et Anderson a tout changé.

24 novembre 2012
Man United 3-1 QPR
Buts pour MU: Evans (64e), Fletcher (68e), Chicharito (71e)
But pour les visiteurs: Mackie (52e)

Ce fut le match des extrêmes: premier contre dernier. Comme souvent lors des fêtes de MU- cette fois inauguration d ela statue de Sir Ferguson- les Mancuniens ont failli perdre. Ils ont une fois de plus massacré la première mi-temps, la tête ailleurs. On voyait sur le terrain des joueurs hors du coup: Young et Scholes mais on était content de revoir Darren Fletcher et Rooney, les deux seuls à tout donner depuis le début.
Le match avancé de manière terme quand les dernies de Premier League ouvrirent le score. Rooney était furax: il rouspeta auprés de sa défense ! Nous étions à la 52e minute (0-1).
Cinq minutes plus tard, alors que je me disais: “Je suis contre le turn over des gardiens (Lindegaard ou De Gea) et où sont les hommes en forme de MU ?", Sir Alex Ferguson fit justement rentrer les deux meilleurs mancuniens actuels (Anderson et Chicharito) à la place de Young et Scholes. Il restait alors plus de 30e mn pour égaliser et pour ensuite gagner. C’est ce qui arriva.
En sept minutes, Man U marqua trois buts grâce à Ronney et aux deux remplaçants !
Tout le monde oubliera ce match. L’essentiel est fait: les 3 points.
L’une des particularité de MU est d’avoir besoin d’être mené pour réagir. Les Red Devils réagissent plus qu’ils n’agissent.
Sir Alex Ferguson n’a fêté que le 3e but qui impliqua directement les deux remplaçants: passe décisive d’Anderson à Chicharito.
Dès le 28 novembre, Man United remet le couvert contre West Ham à Old Trafford, contrairement à ce qu’a dit maintes et maintes fois le speaker de la téloche.

Lindegaard/ (5) Pas mieux que De Gea
Evra © (6) Match correct
Ferdinand (6) Du bon Rio
Evans (7) Un merveilleux joueur de club
Rafael/ (6) Toujours autant de punch!
Welbeck (5) Joueur sacrificiel: l’attaquant gratte des ballons
Rooney (10) Fantastique mental. Fantastique technique. Sur le but de QPR, il était l’ultime défenseur. Ensuite, il a tiré deux corners décisifs !
Scholes (3) Match raté
Fletcher (8) Une superbe renaissance en Premier League. Il revient d’un âpre combat avec la maladie
Young/ (2) Joueur hyper fragile. Du cristal dans une usine d’acier. Quand je vois jouer Nani, j’aimerais voir Young, et vice versa !
Van Persie (6) Moins bien qu’en début de saison
Sur le banc: De Gea, Jones, Smalling, Cleverley, Powell

Coach: Sir Ferguson (10). Coaching gagnant mais il a mal observé ses joueus à l’entraînement vu la composition de son onze de départ

PS: les Red Devils ont joué avec un brassard en hommage à Dave Sexton (1930-2012), l’ancien entraîneur de Man United
dans la période 1977-1981.

Permalien 15:50:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Ferguson salue le travail de Roberto di Matteo éjecté de Chelsea et "taille" Benitez

Quand MU célèbre des anniversaires, le club perd souvent. On va voir si lors des deux prochains matchs à domicile, le fait d’avoir fêté Sir Ferguson, va être suivi par la défaite ou une double victoire.
Pour la venue de QPR, qui vient de virer l’ex Red Devil Mark Hughes- coach très poissard- MU enregistre le retour de Wayne Rooney qui était absent au cours de la défaite de MU à Norwich (1-0), suite à une blessure au genou.
Sir Alex Ferguson a répété que les trois prétendants au titre national 2013 étaient outre Man U, Man City et Chelsea. Il a tenu à dire son dégoût de l’éviction de son jeune homologue italien, débarqué de la tête sportive des Blues. Ferguson a vraiment la classe à tous les niveaux où l’on se place:
-"Tout le monde est triste pour Roberto di Matteo, et à juste titre. C’est incroyable, quand on pense qu’il a remporté la FA Cup 2012 et la Champions League 2012 ! Ce qui me touche le plus, c’est que dans deux semaines ils partent jouer la Coupe du Monde des Clubs. On peut penser qu’ils auraient pu attendre quinze jours pour laisser
la possibilité à Di Matteo de remporter le titre de champion du monde des clubs 2012 qui risque d’aller sur le palmarès de son successeur Benitez qui a déjà remporté ce titre en 2010 avec l’Inter Milan encore marqué par le passage de Mourinho…”
C’est dire la différence entre MU et Chelsea.
La famille Glazer est beaucoup plus discréte que le propriétaire russe qui a fait de Chelsea sa danseuse n°1.
Le secret de Sir Ferguson ? La compétence, le respect, le sérieux et le sourire.
On sait que derrière le compétiteur acharné, il y a l’homme Ferguson qui n’admet pas que l’on traite les coachs comme des sacs de pommes de terre!
Il n’est pas né celui qui traitera Sir Ferguson comme un vulgaire pion.
Sir Alex a eu l’intelligence de ne pas se servir de Man United comme d’un tremplin pour aller au Real Madrid, à Barcelone ou prendre la direction de l’équipe aux Trois Lions. (l’Angleterre).
Sir Matt Busby l’a fait venir à MU car son compatriote Ecossais n’arrêtait pas de gagner avec le modeste club d’Aberdeen. Sir Ferguson a tout de suite compris qu’il devait redonner à MU son lustre d’antan. Il y est parvenu grâce à Eric Cantona, encore fallait-il avoir l’idée de faire signer Cantona ! En relançant MU, le Français a relancé tout le football anglais qui était en enfer depuis le drame du Heysel.

Permalien 08:55:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les amis Eric Cantona et Denis Irwin se sont revus le 23 novembre 2012

Lors de la cérémonie de l’inauguration de la statue de Sir Ferguson, le 23 novembre 2012, il y a eu de nombreux moments forts comme la poignée de mains entre Eric Cantona et Denis Irwin

http://www.manutd.com/en/News-And-Features/Features/2012/Nov/sir-alex-ferguson-proud-after-statue-unveiling.aspx#

Tous les grands fans de MU savent que le plus beau geste dans le parcours du King fut sa passe, piquée comme au golf pour lober la défense, en direction de l’Irlandais qui marqua dans la foulée. Cette passe eut lieu contre Tottenham. Dans l’extrait du film de Ken Loach, King Cantona raconte que son plus beau geste n’est pas un but mais une passe, cette fameuse passe à son partenaire: une offrande. Illustration parfaite que le football est un sport collectif. Et dire que des ignorants on osaient écrire que MU jouait à l’époque pour Eric Cantona. C’est exactement le contraire qui se passa.

Permalien 08:11:45, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La céremonie en direct de l'inauguration de la statue de Sir Ferguson, le 23 novembre 2012

Retransmission intégrale de la cérémonie avec une série de moments très forts. Voilà le football que j’aime. Et voilà pourquoi j’aime le football.

A l’inauguration de la statue de Sir Ferguson, les propriétaires américains de MU ne sont pas montés à la tribune… ils savent bien sûr que les 2 500 fans présents les auraient sifflés car les amoureux purs et durs de MU n’ont jamais avalé que le club a été acheté à crédit.
La force de MU c’est l’union à travers les générations.
Etaient présents le 23 novembre 2012, lors de l’inauguration de la statue de Sir Ferguson, dévoilée par sa femme Cathy, pour bien souligner l’aspect famlial:
Éric Cantona, Ole Gunnar Solskjaer, Dwight Yorke, Gary Neville, Peter Schmeichel, Ruud van Nistelrooy, Edwin van dar Sar, Phil Neville, Andrew Cole, Bryan Robson, Paddy Crerand, Wilf McGuinness, Denis Irwin…
On a vu une fois de plus que de Bobby Charlton à Welbeck beaucoup de Red Devils importants étaient venus pour se retrouver tous ensemble. Ce fut beau de voir les jeunes Jones, Rafael cotoyer van Nistelrooy.

Chef de la direction de United, David Gill a bouleversé l’assistance avec des mots justes:
-"Sir Ferguson est la définition du manager parfait pour Manchester United. C’est un plaisir et un privilège de travailler à ses côtés. Tout le monde connaît le succès qu’alex a remporté au cours des 26 dernières années. Pour moi, outre ses qualités de travailleur sans limite, Alex est un ami qui a pour mot d’ordre le respect. Respect pour le personnel, respect pour le patrimoine et l’Histoire du club et de respect pour le futur de Manchester United. La magnifique statue de Sir Ferguson par Philip Jackson servira comme un rappel au temps que nous vivons auprès de Sir Alex. Plus tard, quand nous ne serons plus là, certains d’entre nous témoigneront de l’influence de l’époque Ferguson. Il suffira de voir la statue pour ne pas l’oublier…” .

Quelques témoignages:

David Beckam:
-"Je pense que si le coach a remporté autant de succès, c’est parce qu’il est passionné par Manchester United et que c’est un gagnant-né. Il sait comment gagner des matches, comment gérer la pression et comment s’occuper de son équipe et de ses joueurs. Il a été comme un père pour moi. Quand j’ai quitté Londres pour Manchester, il m’a dit que si j’avais le moindre problème, sa porte était toujours ouverte. J’avais peur d’aller frapper à sa porte, parce je savais combien c’était un homme important. Mais il m’a toujours fait ressentir qu’à Manchester United, j’appartenais à une famille.”

Ryan Giggs:
“C’est la personne qui a eu le plus d’influence sur ma carrière. Quand j’étais jeune, c’était un peu une figure paternelle. Ce rôle semble lui faire encore plus plaisir aujourd’hui qu’à l’époque. Il possède une équipe qui l’entoure, une équipe en qui il a confiance, qui travaille dur et dont les membres se complètent à la perfection. Comme moi, il adore l’entraînement, ce sentiment de faire partie de cette aventure, avec tous ces jeunes joueurs. Il aime voir les joueurs progresser, il adore vraiment ça ! Il est toujours aussi enthousiaste que lorsque je l’ai rencontré. Et en plus, il aligne les succès. Alors pourquoi arrêter ?”

Gary Neville:
“Sa longévité dans ce club est tout bonnement incroyable. Je n’aurais jamais cru voir ça. Avant, United avait Sir Matt Busby, et aujourd’hui, ils ont quelqu’un qui l’a surpassé en termes de longévité et de trophées : personne n’aurait jamais cru que c’était possible. Il est difficile de mettre des mots sur ce que Sir Alex Ferguson a apporté au club. En plus de ça, il fait tout bien : les trophées, le jeu pratiqué par son équipe, sa capacité à intégrer de jeunes joueurs et à maintenir de telles performances sur la durée…”

Paul Scholes:
-"Il a été formidable avec chacun des joueurs qui sont passés sous ses ordres. Il possède un tel désir, une telle faim de succès que ça entraîne ses joueurs. Il sait comment vous motiver : ça fait plus de 20 ans qu’il y parvient, et je suis sûr qu’il ne compte pas s’arrêter là. J’ai subi son fameux ‘hairdryer’ quelques fois, mais pas trop souvent. Cet homme est intimidant, vous ne trouvez pas ?! Quand on est jeune, c’est le genre de personne qu’on essaye d’éviter. Quand on entend sa voix, on n’a qu’une envie : trouver un trou dans lequel se cacher. Mais avec l’âge, on s’y habitue et on arrive à détecter son humeur en le regardant : on apprend alors les limites à ne pas dépasser.”

23.11.12

Permalien 20:11:37, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Cantona était à l'inauguration de la statue de Sir Ferguson qui a rendu hommage à sa femme Cathy

Désormais la statue de Sir Ferguson est devant Old Trafford tout comme celles de Busby, Law, Best et Charlton. La réplique de l’actuel coach est figée dans la force de l’âge, dans sa célèbre attitude, debout, bras croissés. Ne manque que le chewing-gum ! L’Ecossais n’a pas la grosse tête, qu’on soit rassuré. Son mental d’acier est plus solide que le bronze de sa statue. Désormais 37 trophées majeurs conquis à MU contemple ceux qui regardent le véritable. Sir Ferguson remonte le niveau général tellement médiocre à cause du comportement de beaucoup de nos contemporains, suivez mon regard…

-«C’est vraiment une inauguration qui me rend fier mais normalement il faut mourir avant d’avoir sa statue qu’en principe on ne doit donc jamais voir de… son vivant ! Je suis alors un vrai survivant de ma mort ! Rassurez-vous, le vrai patron c’est Lady Cathy, une personne fantastique qui sait me contrôler et d’ailleurs elle est la seule personne qui sait le faire! Cependant elle a promis que tous les samedis matin elle viendrait s’incliner devant ma statue !” a dit Sir Alex Ferguson quand on a dévoilé sa statue devant 2 500 fans qui ont tous éclaté de rire.
Au prime abord, la statue de “Fergie” ne m’a pas touché. Je sais pourquoi: c’est parce que l’homme est encore vivant-heureusement!- et que je lui ai parlé plusieurs. Passé le choc de le voir statufié, je trouve l’oeuvre magique. On perçoit la force de caractère de l’homme et c’est le plus important. On ne sent pas son humour hélas! Lors de l’inauguration, le manager des Red Devils a fait une fois de plus rire tout le monde, selon son habitude de toujours décontracté l’auditoire. Il est vraiment PHE-NO-ME-NAL. Depuis la mort d’Antoine Vitez, c’est le plus grand metteur en scène au monde: science de l’espace et directeur d’acteurs sans équivalent. Je suis fier d’avoir cotoyé l’un et l’autre. Fier d’être leur contemporain.
Il faisait froid mais il ne pleuvait pas pour ce nouveau grand jour dans l’Histoire de Manchester. Est-il besoin de rajouter United ? La statue de Sir Alex Ferguson signée par le sculpteur Philip Jackson a été inaugurée le 23 novembre devant la tribune d’Old Trafford qui porte déjà le nom du mythique coach écossais. Elle a été inaugurée à 14 h 30, devant 2 500 personnes. C’est Madame Cathy Ferguson qui a tiré sur la ficelle ! Tous les joueurs de Manchester United étaient là avec des invités prestigieux dont Eric Cantona qui est reconnu comme étant le transfert le plus “astucieux” de Sir Ferguson. Etaient aussi présents Van Nistelrooy, auteur de 150 buts en cinq saisons, mais qui n’avait plus jamais vu Sir Ferguson depuis son éviction sensationnelle du club en 2006 et Ole Gunnar Solskjaer, le héros de la finale de la Ligue des Champions 1999. D’autres ex Red Devils firent le voyage, dont van der Sar, Cole, Yorke, Phil Neville et van der Sar. Beckham et Cristiano Ronaldo,eux, ont envoyé un message.
Né le 31 décembre 1941 à Govan (Glasgow), l’Ecossais a dépassé le 1/4 de siècle à la tête de Manchester United : 27 saisons. Il incarne un savant mélange de compétence et d’enthousiasme. Fraîcheur d’âme intacte. Entre 1990 et 2011, l’Ecossais a remporté 37 trophées avec Manchester United.
A ces conquêtes majeures il faut rajouter les onze trophées glanés en Ecosse, ce qui fait 48 trophées.
A partir de 1990, il a gagné chaque année un titre avec MAN UNITED sauf en 2001-2002 et 2004-2005. Si l’on compte par années, elles sont au nombre de 5 sans un seul titre: 1995, 1998, 2002, 2005 et 2012.

Récapitulatif du palmarès de Ferguson (70 ans) à Manchester United, entre 1986 et 2012:
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
2 Ligues des Champions 1999, 2008
Supercoupe de l’UEFA 1991
Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes 1991
12 titres de Champion d’Angleterre 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011
5 Coupe d’Angleterre 1990, 1994, 1996, 1999, 2004
4 Coupe de la Ligue 1992, 2006, 2009, 2010
10 Trophées du Community Shield 1990, 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010, 2011

Autres titres avec Aberdeen FC:
3 Championnats d’Écosse 1980, 1984, 1985
4 Coupes d’Écosse 1982, 1983, 1984, 1986
League Cup écossaise 1986
Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes 1983
Supercoupe de l’UEFA 1983

Et St Mirren FC:
Champion d’Écosse D2 1977

NOTA BENE: à lire le superbe hommage d’Arsène Wenger, grand ami de mon père depuis son passage à l’AS Monaco:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/arsA-ne-wenger-fA-licite-sir-ferguson-le-jour-oA–l-ecossais-a-inaugurA–sa-statue-A–old-trafford_64.htm

Permalien 19:40:05, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Gros-Câlin, de Romain Gary (Folio/ Gallimard)

Romain Gary avec Pierre Dumayet, lors de la sortie de l’un des nombreux livres. A cette époque-là, la télévision invitait les artistes un à un. Il faut dire qu’ils étaient plus intéressants que ceux d’aujourd’hui.

Dans sa série de publication pour fêter les 40 ans de la collection de poches Folio, les éditions Gallimard rééditent le premier roman de Romain Gary publié sous le nom d’Emile Ajar, en 1974. On sait que le romancier n’en pouvait plus de voir l’accueil de la presse qui avait trop l’habitude de chroniquer ses livres sans surprise, un peu comme un échotier parle de la nouvelle ouverture de la chasse. En se cachant derrière un pseudonyme, il a berné toute la presse qui a cru avoir découvrir un nouveau talent en la personne d’Emile Ajar. Tout le monde n’y a vu que du feu !
Sous son autre identité, Gary a changé de style, un vrai dédoublement de la personnalité. Les incultes ont sauté au plafond car ils ignorent que Fernando Pessoa a fait ça plusieurs fois. Certains écrivains ou critiques n’ont pas démenti quand on a cru que cet Ajar c’étaient eux ! Gary riait son cape devant ces petitesses. La supercherie est allé si loin qu’il a fini par avoir le prix Goncourt sous le patronyme Ajar alors qu’il l’avait déjà obtenu sous le nom Gary. Du jamais vu ! D’autant qu’il est impossible à un auteur d’être couronné deux fois par le célèbre prix. Peu de gens savaient que Ajar=Gary.
Robert Gallimard était la seule personne à être dans la confidence. Ce fut une véritable tombe : rien n’a filtré de son côté. Ajar / Gary savait qu’il pouvait compter sur Robert Gallimard, authentique éminence grise des éditions Gallimard qui entretenait le lien fraternel avec les différents écrivains. Robert Gallimard est un homme remarquable. Il aurait pu écrire ses mémoires, un livre que j’attendais. Hélas ! pour nous, Robert Gallimard n’a pas voulu revenir sur le passé.
Gros-Câlin ? C’est l’histoire d’un employé de banque qui s’entiche d’un python. La fable paraît en poche avec en supplément l’intégralité de la fin originale initialement prévue par Gary qui avait prévenu : « Je souhaite que Gros-Câlin demeure tel qu’il est apparu pour la première fois devant le public. Le chapitre «écologique » peut-être publié séparément, si mon œuvre continue à intéresser». Ce qui est le cas. La version avec la fin « écologique » paraît donc en appendice.
Romain Gary était un écrivain fantastique au sens romantique du terme. Il écrivait parce qu’il ne pouvait pas s’en empêcher. D’ailleurs ceux qui n’écrivent sans avoir quelque chose à dire sont totalement illisibles parce que quand ils alignent des mots, ils pensent à leur facture de gaz.
Il a traversé la vie comme un fantôme écoeuré de savoir que la vie a une fin.
Un fantôme intelligent, sensible et talentueux.
Un fantôme incarné.
Un homme de grande classe et de grand courage.
Un écorché vif d’une très grande élégance.
Il aurait pu être un immense comédien.
Il a joué sa vie dans le réel.

-Gros-Câlin
De Romain Gary
Folio/ Gallimard, 291 p., 6,95 €

22.11.12

Permalien 18:13:39, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Juste un baiser, de Denis Tillinac (Guéna-Barley)

«Ai-je murmuré en mon for» fait dire Denis Tillinac à une femme dans son recueil de dix-huit nouvelles, page 163. Cela fait plaisir de lire quelqu’un qui utilise bien la langue française. 99 sur 100 écrivains écrivent «en mon for intérieur». Tout comme Maurice Genevoix le savait très bien, on doit écrire «en mon for», un point c’est tout. “Intérieur” est superflu; cela s’admet aisément. Le premier texte parle d’un baiser à l’ère de la baise à tout berzingue. Le deuxième nous met en présence d’un archange blond, un footballeur qui se comporte comme Jacques Anquetil, « tirant » sur tout ce qui bouge. L’archange blond piquera la femme de son soigneur-kiné particulier avant de faire un enfant à la fille de son collaborateur trop dévoué. Les personnages de Tillinac sont aussi insaisissables que leur auteur. Il suffit que l’on rappelle qu’il est de droite pour avoir soudain l’impression qu’il est d’extrême-gauche tant il est loin de la pensée unique qui récite le catéchisme de la société bien-pensante de manière hypocrite. Tillinac n’est ni de droite ni de gauche. Il représente le label France dans toute la splendeur de son vocabulaire et de sa grammaire. Il se revendique français comme plus aucun internationaux de l’équipe de France n’ose le faire. S’il existait un onze tricolore des écrivains-sportifs, il faudrait le nommer capitaine. Le Hussard du XXIe siècle connaît les paroles de la Marseillaise, lui. Et le reste aussi.

-Juste un baiser
De Denis Tillinac
Guéna-Barley, 172 p., 17 €

[Post dédié à Michel Bernard]

Permalien 13:35:22, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le soir venu, de Christian Montaignac (Cherche Midi)

Alors qu’en cette fin 2012, des politicards en-dessous de tout se déchirent sans aucun respect pour le vote démocratique des militants on se rend compte que certains politiciens agissements comme s’il vivait dans une république bananière. Il est bon de se souvenir que la France a connu des politiciens remarquables, à commencer par Pierre Mendes France.

Tant que l’édition française sera capable de mettre en librairie des livres comme celui de Christian Montaignac il ne faut pas désespérer de l’édition. Il y a encore des éditeurs en France qui aiment la littérature, ce sport des méninges qui se maintient depuis des siècles alors qu’au prime abord il semble que l’on pourrait s’en passer. A la vérité, on ne peut pas se passer de littérature comme on ne peut pas se passer de soleil ou de la nuit, selon les humeurs.
La couverture du livre est très belle, avec un homme qui semble être de dos. Est-ce Montaignac qui avance vers le ciel agité ? Est-ce une métaphore de la vie ? Cela signifie-t-il qu’il marche vers la mort ? Le livre de presque 450 pages est autant fictionnel que du registre autobiographique. Dès les premières lignes on est happé par le style tendu sur fond d’humanisme. On a un élan de sympathie perpétuel envers son narrateur qui grandit dans la France de Pierre Mendès France, inattendu livreur de lait aux enfants de France. Le politicien qui résista à la politique collaborationniste du maréchal Pétain préférait faire plaisir à ses compatriotes plutôt que de gaspiller.
Christian Montaignac a beaucoup à voir avec le galopin de l’Hérault. L’écrivain Montaignac est de la race des Perret (Jacques), Blondin et Nucéra, tous membres d’une famille qui aime autant la littérature que le sport. Durant un match, ils pensent au livre en cours ou à venir mais jamais à ceux écrits auparavant.
C’est un grand roman initiatique qui parle d’amitié, d’amour et de cyclisme. Frais mais pas naïf. Pas sérieux mais grave. Pas amusant mais plein d’esprit. Pas infantile mais plein d’enfance. L’histoire d’un p’tit français qui en pince pour les filles et les coureurs du Tour de France. Il connaît mieux le palmarès de Raphaël Geminiani que la table des logarythmes. « Comme tous les marins, j’ai eu envie d’aller voir derrière l’horizon». Il a des mystères bien gardés dans l’ouvrage. Une phrase hante le récit : « Le soir venu, ils s’asseyaient l’un près de l’autre. Ils cherchaient à se souvenir de ce qu’ils regrettaient. » Elle est de Scott Fitzgerald. Parrain posthume du livre. Le livre d’une vie. Celle de Montaignac.

-Le soir venu
Christian Montaignac
Cherche Midi, 439 p., 18 €

Permalien 01:27:25, Catégories: ANTI-FOOTBALL  

Rafael Benitez remplace Roberto Di Matteo à Chelsea

Alors que Di Matteo a donné une C1 à Chelsea, il a été viré comme le dernier des incompétents.

Roberto Di Matteo n’est plus l’entraîneur de Chelsea. Après la lourde défaite face à la Juventus Turin (3-0) mardi 20 novembre 2012 en Ligue des Champions, les dirigeants des Blues ont éjecté l’Italien, qui avait succédé à André Villas-Boas en mars 2012. La chute en terre italienne a quasi condamné les Blues, tenants du titre, à l’élimination. Le coach Di Matteo a remporté 24 des 42 matchs avec Chelsea. Voilà comment les dirigeants de Chelsea remercient celui qui a permis au club de remporter l’unique C1 de son Histoire. Cette manière d’agir est vraiment écoeurante. Chelsea fait penser à la grenouille qui voudrait être plus grosse que le boeuf. Il faudrait rappeler aux dirigeants de Chelsea que leur club n’a pas la dimension de Barcelone, du Real Madrid ou de Manchester United. Depuis la fin des années 1980, Chelsea a changé 15 fois d’entraîneur quand Man United a toujours conservé Sir Alex Ferguson. D’un côté la frivolité, de l’autre la constance.
A peine débarqué, l’Italien a su qu’il était remplacé par Rafael Benitez de retour sur un banc de Premier League. Après un passage à Liverpool (2004-10)- avec un titre en Ligue des Champions (2005) et par une victoire en FA Cup (2006)- l’espagnol a signé avec Chelsea un contrat jusqu’à la fin de la saison 2012-2013. Le contrat est bref car à Chelsea on souhaite la venue de Guardiola. Le patron russe du club de Londres ne voulait plus de Roberto Di Matteo qui vient de vivre quatre matchs sans victoire en championnat. Benitez débutera sa nouvelle aventure par un choc contre Manchester City dimanche 25 novembre 2012 à Stamford Bridge. Benitez retrouve à Londres Fernando Torres qu’il avait eu sous ses ordres à Liverpool.

Le fantasme de Paris: Nice ville de tricheurs

Nice a enfin trouvé son buteur. Un superbe attaquant qu’on attendait depuis une dizaines d’années.

Lors de l’élection du président de l’UMP par les militants du parti, les deux camps adverses se sont accusés mutuellement de tricherie. Le nom de Nice a sans cesse était évoqué dans les médias. Quand on vole c’est à Marseille. Quand on tue c’est en Corse. Et quand on triche c’est toujours à Nice.
Lorsque l’affaire de l’hôtel Lillois qui servait de refuge aux tapins et au politicards personne n’a dit que Lille était la ville des putains et des politiciens de piètres qualités.
Dire qu’il y avait de la tricherie à Nice cela a permis de faire focus sur Nissa la Belle et d’oublier le mauvais effet produit par le guerre des chefs.

Voilà ce que j’ai relevé ici ou là dans les médias:
“Le camp adverse d’avoir triché dans le bureau de Nice.”

“A Nice des procurations douteuses ont été distribuées à l’intérieur du bureau de vote pendant le déroulement du scrutin.”

“A Nice dans la 1ère circonscription 1.178 bulletins auraient été dépouillés pour 590 signatures sur les listes d’émargement.”

“Salade niçoise: dans un bureau de la ville de Nice 128 voix sont en trop dans les urnes.”

Pour finir, on apprend que dans le total des voix, on a oublié de comptabiliser celles de l’Outre-mer.

Le candidat déclaré vainqueur à la présidence de l’UMP, le 20 novembre 2012, estime qu’il est le gagnant (Coppé).
Et le candidat estimant avoir gagné (Fillon) le 21 novembre renonce à occuper le poste vu que quoiqu’on dise les deux candidats ont une trop faible majorité respective parmi les adhérents.

Le football a une supériorité évidente sur la politique: à la fin du match, on connait toujours le score exact.
Et il faut cesser de faire l’amalgame entre ce qui peut se passer à Nice, comme dans n’importe quelle ville, et les Niçois qui n’ont rien à voir, ni de prés ni de loin, avec les accusations que l’on porte contre Y ou X. Quand une famille entière est découverte enterrée dans un jardin nantais on ne dit pas que tous les Nantais sont des assassins.

20.11.12

Permalien 17:40:12, Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Adieu au foot, de Valerio Magrelli (Actes Sud)

Valerio Magrelli rend hommage à Silvio Piola (1913-1996) champion du monde 1938. L’attaquant mythique de la Lazio Roma a marqué 364 buts dans sa carrière dont 274 en Serie A

Si vous voulez lire un très bon livre sur le football lisez celui-ci et ne gaspillez pas votre temps et votre argent à lire le bouquin de “l’autre” -comme disait Zidane- qui nous livre un plat réchauffé. C’est à chaud qu’il fallait expliquer aux Français et non pas deux ans après. Encore un non livre pour permettre à son signataire de faire un nouveau come back médiatique. Très peu pour moi. Je ne suis pas pas client. C’est incroyable comme ceux qui vivent du football ne savent pas parler de leur sport et encore moins écrire dessus. En revanche, le football est présent dans chaque page du livre du Romain Valerio Magrelli. Son ouvrage sans pagination est composé de «quatre-vingt dix récits de une minute». Comme un match de foot, l’ouvrage est découpé en deux mi-temps. L’ensemble fait environ 150 pages.
Voilà un très bel exercice de style sur le football qui vaut largement d’autres domaines. Il n’y a qu’en France où l’on échafaude un barème basé sur de fausses valeurs. En quoi écrire sur la politique serait-il mieux que de signer un essai sur la présence des cèpes dans la forêt de Chantilly ? Un livre doit s’apprécier pour ce qu’il est. Celui de Valerio Magrelli est excellent, autant que sa traduction qui ne le dénature pas. Traduire c’est respecter. Parmi les séquences proposées, on voit un gardien de but uriner en plein match. Ce qui n’est pas courant. Il se soulage derrière les panneaux publicitaires. Un acte qui devient héroïque sous la plume de Magrelli.
L’Italien rend hommage aux obscurs du ballon rond de manière très originale. Il met sur le devant de la scène les amateurs qui dégagent sur leur groupe autant d’aura que Cristiano Ronaldo alors que le grand public ne le saura jamais. Magrelli nous confie qu’il a une peur panique sur un terrain depuis qu’il s’est retrouvé dessus, enfant. Son fils ne semble pas l’aimer plus que lui. Le fiston, davantage supporter que joueur, a été élevé à la dure : son père shootait sur le fiston pour l’habituer aux coups de ballon ! Tout au long de l’ouvrage Magrelli junior parle sans cesse de son propre fils, toujours de manière humoristique, surtout les passages concernant la PlayStation. Leurs rapports fait songer à ceux qui existaient entre Kafka et son paternel. Une admiration qui vire au complexe. Son fils dans la peau d’un supporter éclata en sanglots quand la France remporta l’Euro 2000 face à l’Italie grâce au but en or de Trezeguet. Etrangement, l’écrivain ne signale aucun détails des faits que je viens de nous rappeler…
Magrelli a de la tendresse pour les footballeurs qui ont les pieds carrés, le genre de bourrins qui se servent de leurs membres inférieurs uniquement pour monter dans l’autobus.
A la 14e minute de son match littéraire, Magrelli nous apprend qu’un goéland a laissé tomber un poisson sur la pelouse. A la 15e, il recense les bruits qui ont disparu : le coup de pied dans la sphère, le choc entre adversaires jusqu’aux bris des os, la frappe sur le montant ou la transversale. A la 20e, il nous décrit qu’un jeune garçon, à Belgrade, joue au ballon avec un crâne. Au même âge, Cioran faisait la même chose. Magrelli voit juste : au Chili on a transformé les stades en prisons.
Quand Magrelli a-t-il compris qu’il était devenu vieux ? A 40ans, un partenaire se mit à la vouvoyer. Ce fut le début de la fin. A la 27e, il évoque le béret de Jackie Charlton dit la « Girafe ». Qui s’en souvient à part Magrelli et Bobby Charlton ? Les deux frangins gagnèrent la World Cup 1966. Magrelli nous rappelle à juste titre qu’on ne peut pas jouer au ballon sur le versant des montagnes. Magrelli aime mieux lire les anciens articles des journalistes de jadis qu’écouter les émissions modernes sur le football qui ne sont que des rixes verbales sans aucun intérêt au point de vue du jeu à proprement parlé. Les parleurs d’à présent jacassent sur l’écume des jours parce que les amateurs de football voient désormais les matchs comme les reporters spécialisés.
Magrelli a la nostalgie du football qu’il n’a pas connu : celui raconté dans les journaux en noir et blanc. Mon père m’a dit : « Si tu ne sais pas contrôler le ballon tu n’arriveras jamais à rien». Il avait raison. Le volant d’une voiture, sa vie ou le verbe, partout il ne s’agit que de contrôle. Bien sûr cela n’exclut pas la création sans la perte de contrôle, si cher au surréaliste. Le football est d’ailleurs fascinant parce qu’il mélange le contrôle et l’improvisation. Bien sûr, hors des matchs soporifiques à 80% de la L1.
Le match de Magrelli n’a pas d’arrêt de jeu. Je me permets de rajouter un peu de temps additionnel. 91e minute : je déteste voir sur un terrain de football le reste des lignes à la chaux de la délimitation d’un match de rugby. 92e minute : je n’ai jamais oublié le ballon qui rebondit dans M le maudit alors qu’on ne voit plus la fillette. 93e minute : autrefois, j’ai vu en match officiel le ballon passé au-dessus des tribunes puis revenir ensuite lancé par quelqu’un à l’extérieur. Quand on était obligé de prendre un autre ballon, cela me déplaisait totalement.
Je siffle la fin du match de Magrelli. Un très beau match que je vous conseille de revoir en différé. Félicitations aux éditions Actes-Sud, installées à Arles, qui viennent de remporter le Prix Goncourt 2013. J’ai ue pensée pour le fondateur Hubert Nyssen. Plus qu’une pensée.

-Adieu au foot
De Valerio Magrelli
Traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli en collaboration avec René Corona
Actes-Sud, 150 p., 17 €

Permalien 09:15:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Mémoires du comte, de Bussy-Rabutin (Mercure de France)

«On vint m’arrêter le vendredi matin, 17 avril, dans mon logis, comme je m’en allais au lever du Roi. » Nous étions en 1665. L’homme qui parle s’appelle le comte de Bussy-Rabutin. Le roi c’est Louis XIV. Ce dernier fit mettre aux arrêts son sujet avec lequel il entretenait une correspondance. On jeta dans la Bastille le cousin de Madame de Sévigné parce que dans un écrit il portraitura le monarque sous les traits d’un libertin.
Bussy-Rabutin commence ses Mémoires en prison. Elles ne paraîtront que trois après sa mort en 1696. Elles se lisent très aisément parce qu’elles sont écrites sur un ton alerte et complice avec le lecteur. L’ancien guerrier avait une haute opinion de lui-même puisqu’il jugeait « considérable » son parcours professionnel et intime. En 2012, il serait un people. Son récit débute en 1618, l’année de sa naissance. Il est issu d’une bonne famille de Bourgogne. Le garçon né au milieu de cinq enfants. Tous meurent, sauf lui.
Son libertinage devient vite son image de marque. Les historiens expliquent qu’il ne ment pas dans sa vision des événements. Si on l’a mis en prison c’est que ses dires ont « déchiré mille gens ». Mille gens plus le Roi Soleil. Bussy-Rabutin est un mémorialiste important du XVIIe siècle. Un Paul Léautaud exilé dans un château.
S’il écrit « je », il se nomme toujours « Bussy » dans la prose. A la Bastille, il devint gravement malade, vu les conditions de détention. A la fin de l’été 1666, on le libère mais il ne sera jamais plus qu’un prisonnier libéré.

-Mémoires du comte
De Bussy-Rabutin
Mercure de France, 370 p., 7 €

19.11.12

Permalien 16:46:45, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'homme à la carabine, de Patrick Pécherot (Folio/Gallimard)

Léo Ferré: “Ni Dieu, ni maître". Piqûre de rappel.

Dans le livre, il y a plusieurs fois la photographie d’André Soudy, impeccablement vêtu. Les oreilles un peu décollées. On dirait Franz Kafka désœuvré. Ce livre a un côté écrit sans queue ni tête. On ne sait pas où l’on va: un parfum de liberté qui va à merveille au sujet. Qui est cet homme à la carabine ? André Soudy (1892-1913) est un membre de la Bande à Bonnot proche des milieux Anarchistes français. A tout juste 21 ans, il a été guillotiné à Paris.
On le voit aussi sur la couverture, en train de nous mettre en joue. Il fut condamné à mort le 27 février 1913 par la cour d’assises de la Seine alors qu’il n’a jamais tué personne. Ses derniers mots seront: « Il fait froid, au revoir ». Je ne peux pas affirmer si c’est vrai ou si cela fait partie de la légende.
Dans son testament plein d’humour il a noté qu’il léguait ses pinces-monseigneur au ministre de la Justice et ses « hémisphères cérébraux au doyen de la faculté de médecine », ses « cheveux au Syndicat de coiffure des travailleurs conscients et alcoolisés » et son « autographe à l’anarchie afin que les pitres et les apôtres de la philosophie puissent s’en servir au profit de leur cynique individualité. » Rien n’est plus fort que ces mots dits par un jeune réfractaire d’avant la guerre de 1914-1918. Avant d’avoir 20 ans, il avait fait de la prison pour des petits délits. Lors des braquages de la bande à Bonnot, il était chargé de veiller si personne ne venait. Il restait dans la voiture avec sa carabine, prêt à tirer, oui mais il n’a jamais été amené à flinguer quelqu’un. C’est vraiment prouvé. Il avait à la fois la tuberculose et la syphilis. Ce qui fait beaucoup pour un seul homme. Je le vois comme un rebelle à l’ordre établi qui est devenu voyou parce qu’il n’avait pas la chance d’être né écrivain.

-L’homme à la carabine
De Patrick Pécherot
Folio/ Gallimard, 321 p., 6,95 €

Permalien 01:06:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Une question d'orgueil, de Pierre Assouline(Gallimard)

L’agent secret français au service du KGB, qui est l’anti héros du livre de Pierre Assouline, est plus près de Mister Bean que de James Bond. Pas évident de quitter la grisaille d’une vie sprirituelle au ras du gazon. Pierre Assouline, le sauve de l’oubli, dans une ambiance finalement plus proche d’Emmanuel Bove teintée d’un zeste de Georges Lautner que de Ian Fleming.

Roman ? Enquête ? Biographie ? Autobiographie ? Essai ? Polar ? Jeux de pistes ? Tout l’univers de Pierre Assouline est dans ce livre, mélange de journalisme et de littérature. Journaliste ? Dans le sens Emile Zola, c’est-à-dire être animé par la volonté de tout savoir sur un sujet, l’essorer au maximum. Ecrivain ? Cela consiste à mentionner toutes les annotations, souvent personnelles, qu’on ne peut pas mettre dans un article. Par le passé, Pierre Assouline, outre ses biographies qui font autorité (Dassault, Gallimard, Simenon, Hergé, Cartier-Bresson, Paul Durand-Ruel …), a raconté la conception d’un film (Germinal, tiens, tiens, Zola …), la vie d’un hôtel (Lutetia) et il a même fait parler le personnage d’un tableau (Le Portrait). Ce travailleur acharné a quasiment une idée de livre par jour mais à la différence de beaucoup de velléitaires, lui, transforme souvent ses projets en livres, grâce son incontestable volonté de fer. Exemple : il visite le musée Camondo, à Paris. Emu par les drames de cette famille, il décide d’en faire un livre. Quand nous nous contentons d’une déambulation parmi les meubles du XVIIIe siècle Pierre Assouline passe à l’action avec un nouveau livre à écrire. J’imagine l’écrivain agir comme François Truffaut. En effet, le cinéaste amassait notes et documents dans des chemises et quand il estimait que certaines commençaient à être pleines, il les ouvrait pour passer à l’action.
Cette fois, il s’est attaqué à Georges Pâques (1914-1993), estimant qu’il y avait dans le parcours du haut fonctionnaire quelque chose qui cloche… Un peu d’humour ne fait pas de mal : l’œuvre de Pierre Assouline n’en manque pas. Il sait toujours faire un clin d’œil à ses lecteurs, à la manière de Nabokov qui ne s’en privait jamais, tel l’apparition d’Hitchcock dans ses propres films. Alors qu’est-ce qui cloche ? Il est tout de même incroyable qu’un Français au service de l’Etat- qui plus est à la Défense- se mette tout à coup à devenir une taupe au service du KGB. Le plus incroyable est que Georges Pâques n’était pas communiste, et encore moins OSS 177. L’espion français ressemblait vaguement à Max-Pol Fouchet (1913-1980), au plan physique - «rondeurs bonhommes» - mais pas intellectuel puisqu’avant d’être un grand homme de télévision, l’épatant Max-Pol Fouchet anima Fontaine, à Alger, la revue des écrivains résistants. Les vrais espions ressemblent plus à Michel Bouquet qu’à Sean Connery. Le but est de passer inaperçu.
Le narrateur, Pierre Assouline, ouvre son livre par la vision de son anti héros dans un bus. C’est la dernière fois qu’il le vit. Auparavant, en 1985, il l’avait rencontré pour essayer de comprendre la démarche de sa traîtrise mais Pâques restait muet sur l’essentiel. On eût dit qu’il ne savait même pas lui pourquoi il avait basculé dans l’intelligence avec l’URSS en pleine guerre froide. Question d’orgueil nous dit le titre. Sans doute, un orgueil mal placé qui a fait d’un haut fonctionnaire une balance. Dans le but de sauver l’humanité, Georges Pâques a cru bon transmettre aux Soviétiques des données sur notre bombe atomique. Je vois plutôt l’effet inverse ! Au fond de son lit, le soir, celui qui pensait mériter un plus grand destin devait se sentir supérieur aux autres, tenant sa famille dans l’ignorance de son activité en marge de celle du citoyen au-dessus de tout soupçon. Pendant trois décennies, Pierre Assouline agit tel celui qui défait un pull-over pour recomposer la belotte de laine. Hélas ! plus il enquête plus il se heurte à un mur. On a le sentiment qu’il est en face d’un criminel sans mobile et sans cadavre. L’espion tient de l’oignon, plus on l’épluche moins on trouve de noyau.
On comprend que ce comportement heurte Pierre Assouline qui veut toujours comprendre ce qui anime un individu. Une hypothèse apparaît page 61 : l’américanophobie est-elle le moteur du « produit de l’école républicaine » ? Il y a aussi l’argent… Bien qu’il se défendît de manigancer pour des espèces sonnantes, l’espion palpa des «versements injustifiés » (p. 101). Pierre Assouline voit toujours l’époque qu’il traite avec les yeux de l’époque précise. On ne peut pas parler du Céline de L’Ecole des Cadavres avec des yeux de 2012. Pâques n’était pas toujours fourré avec les membres du KGB.«La solitude de cet homme m’effraie à mesure que j’avance dans sa vie. » (p. 113) De Georges Pâques à Georges Opaque, il n’y a pas loin.
Quand il se fait pincer par la DST, le déshonneur familial lui importe plus que le déshonneur national alors que le général de Gaulle est président de la République, soit l’incarnation même de la fidélité envers son pays. Le Premier ministre Georges Pompidou déclare : « Comment a-t-il pu ainsi bousiller sa vie ?» « Il » c’est Pâques. Aussi isolé que l’île du même nom. Pour lui trouver des excuses, on le soupçonne d’être un homosexuel. (!) Eh bien non ! Pâques est devenu un traître sans être un inverti, comme on disait autrefois, ni un homme à femmes, ni même un homme à fric. L’énigme n’en devient que plus grande. Dans un premier temps, Pâques fut condamné à la prison à perpétuité pour avoir livré des informations secrètes à l’URSS entre 1955 et 1963, au risque de mettre en péril la Défense nationale. Non seulement, il échappa au peloton d’exécution mais de surcroît il bénéficia d’une libération conditionnelle accordée par Pompidou, le nouveau président de la République, normalien comme Pâques. Il a fini sa vie en bon grand-père, rangé des voitures. Face à Georges Pâques, le limier littéraire Pierre Assouline ressemble à ces piétons de Paris qui se réjouissent de voir arriver un autobus tout éclairé avant d’être déçus de lire : « Sans voyageur».

-Une question d’orgueil
De Pierre Assouline
Gallimard, 267 p., 18,90 €

Permalien 01:05:55, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

700e victoire de l'OGCNice en L1 depuis 1932-1933

17 novembre 2012
OGC Nice 1-0 Toulouse
But pour les Aiglons : Cvitanich (60e)

Nice : Ospina - Genevois, Gomis, Pejcinovic, Kolodziejczak - Digard (cap.), Traoré - Pied (Abriel, 89e), Eysseric, Bauthéac (Meriem, 74e)- Cvitanich (Bosetti, 84e)
Coach: Claude Puel

Contre Toulouse, au stade, les Aiglons ont remporté la 700e victoire de l’OGCNice dans l’élite du football français, sur un total de 1947 rencontres disputés depuis le début de l’ère professionnel.
Sur les 1947 matches disputés en D1 puis en L1, Nice a fait 506 nuls et a connu 741 défaites).
L’OGCN occupe la 11e place des clubs français les plus présents parmi l’élite française.
Nice a trouvé son buteur avec Cvitanich qui parvient souvent à faire trembler les filets.
Avec 16 points, Nice remonte à la 11e place devant une meute de clubs aux trousses des Niçois.
Depuis que David Ospina a réintégré la cage niçoise, Nice ne perd plus:
31 octobre/ Coupe de la Ligue: Nice 3-1 Lyon
3 novembre/ L1: Nice 2-1 Nancy
11 novembre/ L1: Marseille 2-2 Nice
17 novembre/ L1: Nice 1-0 Toulouse
Donc une très belle série de 4 matchs avec 3 victoires et un nul à Marseille.
Ce n’est pas un hasard.
Puel avait dû mettre Delle comme gardien titulaire car Ospina pensait quitter Nice. En fait, le gardien de la Colombie n’a pas pu partir du Gym. Sachant cela, la hiérarchie est redevenue ce qu’elle devait être si Ospina n’avait pas demandé à être transféré.
Delle est un très bon espoir mais Ospina est celui qui a fait oublier Lloris en quelques matchs.

17.11.12

Permalien 23:39:23, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Norwich domine Manchester United orphelin de Rooney

La fin de match de Norwich depuis le KOP de Norwich:

Norwich City 1-0 Manchester United
But pour Norwich: Pilkington (60e)

La joie des fans de Norwich était très belle à voir en fin de match. Qu’ont-ils vécu depuis 1993 ? Pas grand chose alors que MU mange du caviar visuel depuis des décennies.
Il faut donc féliciter Norwich et son gardien Ruddy qui, en fin de match, a empêché Man United d’arracher le nul sur le fil. Pas question de pleurnicher parce qu’un penalty en faveur de MU n’a pas été sifflé. Depuis que j’ai parlé avec Jean Snella, je pense comme lui: minimiser la victoire d’un adversaire ne nous rend pas meilleurs, d’autant plus que Norwich a très bien joué le coup. Je l’ai déjà dit cent fois: MU ne peut pas gagner tous les matchs de la saison. Ce dimanche, les Red Devils sont tombés sur plus motivés qu’eux.
En 1994, Sir Ferguson disait déjà ses joueurs:
-"Bon les gars, vous avez tout ce que vous voulez. Vous avez plus d’argent qu’aucun joueur de MU n’en a jamais eu dans toute son Histoire. Alors avez-vous encore envie de gagner ?”
Nous étions en 1994… Il y a 18 ans ! Pensez un peu à l’actuel bulletin de salaire des joueurs de MU.
Ce 17 novembre 2012, on a bien vu que les Red Devils n’étaient pas des morts de faim.
Question grinta, ils ont été mangé pendant 90 minutes. Ils n’ont joué à fond que le temps additionnel.
Sans Rooney, MU n’a plus d’âme.
Ce soir, MU a perdu de manière incontestable.
Les Red Devils n’avaient aucune imagination dans les 20 derniers mètres.
Norwich a joué très haut un pressing constant sur les porteurs du ballon de la Maison Rouge.
La défaite de MU est totalement logique à la vue du match.
Le milieu de terrain de MU a été inexistant, à part Carrick.
Les deux ailiers n’ont rien apporté. Et les latéraux Evra et Rafael ne sont pas montés comme d’habitude.
La tactique de Norwich était bien au point.
L’attente van Persie-Chicharito n’a pas fonctionné car le Mexicain veut marquer et ne pense pas à jouer collectif avec le Néerlandais, à la différence de Rooney. Van Persie et Chicharito font double emploi. De surcroît, Chicharito ne sait pas défendre, à l’inverse de Welbeck.
D’autre part, on sait maintenant que De Gea est le gardien titulaire Lindegaard ne fait pas beaucoup d’arrêts décisifs.
La chance de MU ? Chelsea a perdu aussi.

Man United
Lindegaard/ (3) Quelconque
Rafael (3) Moins offensif qu’à l’accoutumée
Smalling (2) A mal défendu sur l’unique but du match
Ferdinand. (4) Pas grand chose à faire mal l’a bien fait. Puis (83e) Anderson (Non noté)
Evra (4) A presque réussi à marquer de la tête
Valencia. (3) Pas l’attitude conquérante qu’on lui connaît. Puis (69e) De beaux gestes mais pas décisifs (3)
Carrick (5) Le seul à tirer son épingle du jeu
Giggs (2) Pas d’impact sur ses partenaires
Young (1) Inexistant
van Persie (2) A jouer à l’économie
Chicharito. (2) Trop brouillon. Puis (69e) Welbeck. (Non noté)
Sur le banc: Johnstone, Jones, Fletcher, Cleverley
Coach: Sir Ferguson (3) N’a pas pu bénéficier du “Fergie Time".

La déclaration d’après match de Sir Alex Ferguson, à Carrow Road:

-"Nous sommes bien entendu déçus de cette défaite, mais il faut saluer le match de Norwich, qui s’est bien battu pour chaque ballon sur le terrain. Ils ont extrêmement bien défendu, et leur gardien a réalisé une excellente prestation. C’est décevant. Ils méritaient de gagner parce qu’ils ont tout fait pour obtenir cette victoire. Nous avons eu beaucoup de possession balle et nous nous sommes procurés une ou deux occasions passable, mais pas de situation réellement dangereuse. Ce n’était pas notre soirée.”

Autres résulats:
Man City 5-0 Aston Villa
West Brom 2-1 Chelsea
Arsenal 5-2 Tottenham

Classement
1 Manchester City 28 pts 12 m/ 8 4 0/ 25 10/ + 15
2 Manchester United 27 pts 12/ 9 0 3/ 29 17/ + 12
3 Chelsea 24 pts 12/ 7 3 2: 24 13/ + 11
4 West Bromwich Albion 23 pts 12/ 7 2 3/ 19 13/ + 6
5 Everton 20 pts 12/ 5 5 2/ 22 16/ + 6
6 Arsenal 19 pts 12/ 5 4 3/ 23 13/ + 10

Permalien 18:24:03, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE  

Le coach de Tottenham a envoyé Lloris dans l'abattoir du derby à Arsenal (5-2)

Lorsque Lloris n’est pas titulaire en Premier League on se demande pourquoi et quand il y joue, il en a prend 5 ! Une fois n’est pas coutume mais la galère anglaise continue pour le Niçois.

Samedi 17 novembre 2012
Arsenal 5-2 Tottenham
Buts pour Arsenal: Mertesacker (24e), Podolski (42e), Giroud (45e), Cazorla (60e), Walcott (90e)
buts pour les Spurs: Adebayor (10e), Bale (71e)

André Villas-Boas ne sera plus embêté pendant un long moment au sujet d’Hugo Lloris lors des conférences de presse où des journalistes lui demandent toujours “quand LLoris sera-t-il titulaire en Premier League” ? Le coach de Tottenham a titularisé le Niçois lors du derby contre Arsenal. Un vrai cadeau empoisonné! Lloris en a pris 5 dans la musette! Villas-Boas a envoyé Lloris au casse-pipe. Un Arsenal-Tottenham c’est Nice-Monaco puissance 1000. Lloris découvre le championnat comme tant d’autres Français avant lui. En Angleterre, Lloris est inexistant au niveau de la notoriété. Les Anglais ne s’intéressent qu’à la Premier League et un peu à la C1. Lorsqu’il a signé à MU, Cantona n’était rien non plus pour les Mancuniens. On connaît la suite. Pour réussir en Angleterre, il faut un mental de fer. Et trouver le bon club. Patrice Evra a explosé en plein vol lors de son arrivée à MU. Sir Ferguson avait dû le sortir du match tant Evra ressemblait à une toupie voir à une girouette.
Lloris a tout à apprendre outre Manche. Il lui faut repartir de zéro. En Angleterre, le jeu va à 400 km/h.
Il ne joue plus en L1, où les matchs se déroulent au ralenti.
Grand bravo aux Gunners qui ont ridiculisé les Spurs vite abandonné par Adebayor, expulsé du match. L’ancien Gunner n’a pas donné de regret aux fans d’Arsenal. Et sans doute pas à Arsène Wenger.

Permalien 12:10:13, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

400e match du superbe Red Devil Michael Carrick

Le remarquable Carrick ne fait jamais la une des journaux car c’est un homme trop bien élevé. Il déteste les frimeurs et les imposteurs. Lui se contente de très bien faire ce qu’on lui demande. Exceptionnel joueur de club, c’est un joueur de la dimension de Scholes, Xavi et Iniesta. Sans eux, pas de football possible. Ceux qui ne connaissent rien en football n’ont qu’à regarder ce qu’ils font sur le terrain.

17 novembre 2012, 18 h 30
Norwich City – United, Premier League

Voici le nombre de matchs disputés en Premier League par Carrick:
Manchester United 160 (31) / 13
Tottenham 61 (3) / 2
Birmingham 1 (1) / 0
Swindon 6 (0) / 2
West Ham 128 (8) / 6
TOTAL : 399 matchs dont 356 titulaire et 43 remplaçant / 23 buts

Michael Carrick est un très grand football. Je ne l’échange pas contre S. Gerrard qui est surcôté et inconstant.
Carrick est un milieu de terrain constant. Il a très peu de période de méforme. Il est toujours sur le pont et Sir Alex Ferguson en a fait un élément essentiel de son 11 majeur. C’est un milieu de terrain, à la fois intercepteur de ballons, relayeur, passeur et buteur. Il agit tellement vite quand il capte le ballon que seuls les connaisseurs peuvent l’apprécier. C’est un joueur très précieux: équipier modèle, dur sur l’homme, mental d’acier, bon technicien.
Il n’est pas là pour faire le spectacle mais pour casser le travail de l’équipe adverse. Zidane est revenu en équipe de France à la seule condition que Claude Makelele y revienne aussi. C’est dire qu’un virtuose a besoin d’un grand récupérateur à ses côtés, sans lequel il ne peut pas s’exprimer. Carrcik permet à ses partenaires de pouvoir jouer. Depuis de longs mois, il a dû remplir deux rôles, celui de Darren Fletcher (longtemps souffrant) et le sien.
Quand on demande à Carrick comment va-t-il, l’humble footballeur aime mieux rendre hommage à Paul Scholes:
-"A 38 ans, Paul Scholes va prolonger comme Ryan Giggs. On veut tous qu’ils soient encore avec nous la saison prochaine. Pour ce qui est de Scholes, c’est fantastique de jouer lui. C’est un génie. On sait tous de quoi il est capable. Mais certaines choses ne s’apprennent pas. On peut par contre copier des aspects de son jeu, c’est ce que je fais depuis que je suis ici. Je ne sais pas s’il est conscient de m’avoir énormément aidé, je n’ai qu’à le regarder et m’inspirer de lui. Mais il y a des choses que seul lui sait faire. C’est fabuleux de jouer avec lui. J’en profite pleinement depuis mon arrivée.”
-Contre Norwich, vous aller fêter votre 400e apparition en championnat…
-"J’en ai entendu parler. J’espère jouer. Ça fait partie des stats. Je joue depuis de longues années, alors forcément, les matches s’accumulent. Mais je ne cours pas après les records. Je recherche plus les trophées, gagner et atteindre des objectifs. En fin de carrière, peut-être que je me retournerai pour voir ce que j’aurai accompli. Mais, pour l’instant, je veux juste gagner des trophées.”
On est loin des paroles grotesques des footballeurs qui n’ont jamais rien prouvé, ni donné.

Michael Carrick
né le 28 juillet 1981 à Wallsend, Angleterre
Parcours
1999-2004 West Ham
1999 → Swindon Town
2000 → Birmingham City
2004-2006 Tottenham Hotspur
2006 Manchester United
26 sélections en équipe d’Angleterre

Palmarès avec Manchester United
4 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009 et 2011
Ligue des champions 2008
Coupe du monde FIFA des clubs 2008
Coupe de la Ligue 2010
4 Community Shield 2007, 2008 et 2010 et 2011

16.11.12

Permalien 16:57:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Entre deux rives, d'Emmanuel de Waresquiel (L'iconoclaste)

Historien et fin portraitiste, Emmanuel de Waresquiel nous propose un voyage littéraire avec dix écrivains que nous accompagnons jusqu’à leur mort, au fameux passage sur l’autre rive, celle on ne revient jamais. On se confronte aux deux Jacques (Vaché et Rigaut) qui ont cru être libres en étant dépendant aux drogues. Paul Léautaud, lui, a voulu apprivoiser la mort pour ne pas la rater le moment venu. Ses derniers mots attestent qu’il est arrivé à voir en face la Camarde : « Maintenant, foutez-moi, la paix ! » Robert Brasillach, de son côté, s’est rendu pour être fusillé dès qu’il a su qu’on avait arrêté sa mère. Enfin un peu d’humanité pour un collabo qui ne voulait pas qu’on sépare les petits enfants juifs de leur maman, lors des rafles. D’aucuns nous font croire que c’est par gentillesse ! «Brasillach ne sait pas vieillir» note de Waresquiel qui nous restitue Zweig, Julien Gracq, de Nerval, Constant, le Prince de Ligne. Un fait qu’on ne peut pas ignorer non plus, le procès Brasillach a été une parodie de justice. Emmananuel Berl, m’a dit: “Brasillach a payé. Pas la peine de le rejuger chaque fois dans les journaux…” La mort pour de Waresquiel n’est pas un sujet morbide pour gens du show business qui prédisent un bide mémorable. Entre les deux rives, son livre ne coule pas, tant son style sert de gouvernail.

-Entre deux rives
D’Emmanuel de Waresquiel
L’Iconoclaste, 333 p., 18 €

Permalien 08:35:02, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Les candidats successeurs de Sir Ferguson: Moyes, Solskjaer, Guardiola, Cantona...

Ecossais comme Sir Matt Busby et Sir Alex Ferguson, l’actuel coach d’Everton, DAVID MOYES, est mon favori pour succéder à “Fergie".

La succession de Sir Ferguson est ouverte depuis au moins cinq ans mais le coach des Red Devils repousse toujours la date de la retraite, comme le font Paul Scholes et Ryan Giggs sur le terrain. Les deux Mancuniens issuent du centre de formation de la Maison Rouge sont à bonne école.
En ce moment, on dit que l’Ecossais quitterait ses fonctions en 2014.
J’en doute. Les grands enflammés portés par une grand destin meurent dès qu’ils quittent leur travail: De Gaulle, Mitterrand, Raymond Devos… Je vois Sir Ferguson comme un Molière du football. Je ne l’image pas devant son poste de télé avec sa femme, en train de suivre un match de MU, grignotant des chips.
La dernière déclaration sur un prétendant au poste de coach a eu lieu à la mi novembre 2012:
-«C’est évident que je voudrais diriger ce club. S’il y a une opportunité, pourquoi pas ?»
Cette confidence d’Eric Cantona n’est pas nouvelle. Tout le monde connaît son attachement au club et sa position de héros éternel.
En cas de revers économiques, il est évident que Cantona serait contacter par la famille Glazer.
Voici la liste des prétendants au fauteuil de coach de Manchester United:

Eric Cantona (France): s’il y a urgence au point de vue image, il sera la solution n°1 tant son aura médiatique est considérable. Entraîner MU serait une immense récompense puisqu’il a relancé le club en 1993. Le charisme, la compétence, l’intelligence et la sensibilité de Cantona ne sont plus à démontrer.

Josep Guardiola (Espagne): Man United est à la hauteur de son très grand talent.

David Moyes (Moyes): le remarquable coach d’Everton vivrait une consécration à MU qui choisirait un super coach avec la venue de l’Ecossais.

Olle Gunnar Solskjaer (Norvège): outsider n°1. Sir Ferguson ne perd pas une miette de la réussite de son protégé double vainqueur du championnat de Norvège, 2011 et 2012.

José Mourinho (Portugal) : les médias en font un favori mais Sir Bobby Charlton ne veut pas voir un mercenaire à la tête de MU: “Avec Mourinho cela serait la fin de notre centre de formation". Il est vrai que Mourinho aime construire vite avec l’apport de joueurs extérieurs.

Ryan Giggs (Pays de Galles) : l’ailier recyclé milieu de terrain serait une solution interne. On sait que le Gallois est lié charnellement à Man United.

Paul Scholes (Angleterre): dans sa première retraite, il avait été nommé entraîneur dans le staff mancunien. C’est dire que Sir Ferguson compte sur lui.

A lire aussi un autre post sur le sujet publie sur MYCOACHFOOT. COM:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/les-coachs-qui-peuvent-remplacer-sir-ferguson–guardiola–moyes–solskjaer–cantona_61.htm

Permalien 00:31:49, Catégories: GOOOOL DO BRASIL !  

L'angoisse de Neymar au moment du penalty

Quand Lloris fait une toile, les médias se moquent de lui et rappellent que le portier de l’équipe de France n’a aucune notoriété en Angleterre où personne ne le connaissait avant son arrivée à Tottenham. “Tout ce qui n’est pas légendaire n’existe pas", a dit Malraux.
A l’inverse, quand Neymar se loupe sur un penalty ce n’est pas grave, on parle d’incident sans importance, sans doute parce que le Brésilien est tout jeune et qu’il représente un grand potentiel médiatique.
Neymar rejoint la longue liste des grands joueurs qui ont raté des penaltys: Platini, Maradona, Zico, Socrates, Baggio, Rooney, van Persie…

[Post dédié à Peter Handke]

15.11.12

Permalien 14:58:49, Catégories: FORZA ITALIA !, FOOT FRANCHOUILLARD  

ITALIE 26- 6 FRANCE, en Champions League depuis 1956

Alors que la France de Zidane pouvait devenir championne du monde 2006, elle a perdu contre l’Italie… C’est ce match-là qu’il fallait gagner. La victoire française du 14 novembre 2012 en terre italienne, c’est de la poudre aux yeux. Ce football de compétition Canada Dry, je le laisse aux novices. J’aime les vrais livres, pas les faux.

26 à 6 est du handball ?
Non, il s’agit du nombre de finales de C1 disputées par les deux pays. L’Italie est largement en tête. Elle écrase même la France avec 12 victoires finales contre 1 en faveur de la France (OM, 1993, l’année de l’argent flanqué dans un trou à Valenciennes…) Au niveau des clubs, la France ne fait vraiment pas le poids.
En équipe nationale, non plus. L’Italie a quatre étoiles sur son maillot. La France, une.
Le 14 novembre 2012, la France a gagné 1-2 contre l’Italie, de l’autre côté des Alpes.
Belle victoire en match amical qui vient après un beau nul en Espagne, en match de qualification pour la Coupe du monde 2014.
Autant le nul en Espagne est important face à la plus grande nation de football actuel, autant la victoire en Italie ne me fait rien du tout. Cela fait longtemps que je ne regarde plus les matchs amicaux. C’est comme les quatre buts de Z. Ibrahimovic dont un retourné de plus de 20 m contre les Anglais…en amical aussi. C’est dans un match qui compte vraiment qu’il fallait les marquer.
Un match amical fait office de poupée gonflable face à Ava Gardner, de répétitions, de brouillon, de voiture à pédales, de vélo dessiné, bref d’un faux match de football.
Le football amateur c’est très bien mais des professionnels qui jouent pour rien, non, non et non.
Les deux palmarès sont très différents, il suffit de les comparer:

ITALIE
Coupe du monde
Vainqueur 1934, 1938, 1982 et 2006
Finaliste 1970 et 1994
Troisième 1990
Quatrième 1978

Jeux olympiques
Vainqueur 1936
Troisième 1928 et 2004
Quatrième 1960, 1984 et 1988

Championnat d’Europe
Vainqueur 1968
Finaliste 2000 et 2012
Demi-finaliste 1988
Quatrième 1980

***************
FRANCE
Coupe du monde
Vainqueur 1998
Finaliste 2006
Troisième 1958 et 1986
Quatrième 1982

Jeux olympiques
Vainqueur 1984
Finaliste 1900

Championnat d’Europe
Vainqueur 1984 et 2000
Demi-finaliste 1996
Quatrième en 1960

****************
Palmarès par nation en Champions League:
1 Espagne 13 titres/ 9 fois finaliste
2 ITALIE 12/ 14
3 Angleterre 12/ 7
4 Allemagne 6/ 9
5 Pays-Bas 6/ 2
6 Portugal 4/ 5
7 FRANCE 1/ 5

Permalien 07:42:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

L’oubli est la ruse du diable. Mémoires, de Max Gallo (XO éditions)

Ex porte parole du gouvernement Mauroy, professeur, historien, l’académicien Max Gallo nous rappelle qu’il est écrivain grâce à ses mémoires où il rend un bouleversant hommage à sa fille. «Je sais fort bien que je ne suis qu’une machine à faire des livres» a confié Chateaubriand. A 80 ans, Max Gallo pourrait dire la même chose puisque sur la couverture de ses Mémoires figure une ancienne machine à écrire. Histoire de rappeler que c’est un homme de la planète Gutenberg égaré au siècle des SMS. Au prime abord, on est surpris qu’il n’annonce pas des Mémoires en plusieurs tonnes tant on est habitué à ses feuilletons sur les Romains ou Napoléon. Cette fois, Max Gallo nous livre sa part la plus intime, loin du bric-à-brac sexuel des auteurs de l’idiot-visuel. Le fils d’immigrés italiens offre un démenti aux critiques qui se plaignent qu’il va un peu trop à la ligne. Vont-ils être capables de se confronter à une inattendue prose à cœur ouvert ?
Le quai Conti a la particularité de rassembler des auteurs qui n’écrivent pas sous urgence vitale. A l’inverse, Max Gallo, lui, publie un ouvrage plein de larmes et d’angoisse qui désarçonne ceux qui ne sont pas habitués à le voir s’épancher sur son sort. Dans une émission de télévision, nous céderions au voyeurisme. En littérature, il s’agit d’un partage entre un écrivain et son lecteur, son semblable. Le dernier tiers du livre consacré à la mort de sa fille nous plonge dans le caveau familial. On réalise alors que depuis le suicide de sa fille Mathilde (1956-1972), Max Gallo se cache derrière des personnages historiques. Quarante ans plus tard, il tombe le masque, nous révélant une part de sa vie privée avec des accents de sincérité constante.
Max Gallo aurait pu titrer son requiem « Mon cœur mis à nu » mais au lieu de copier Baudelaire, il a choisi la citation d’un moine de 1207 : « Ne meurent et ne vont en enfer que ceux dont on ne se souvient plus. L’oubli est la ruse du diable ». A la vérité, on sait que le vrai tombeau c’est le cœur des vivants. Qui sont les morts de Max Gallo ? Il y a ses parents - des gens simples qui n’étaient pas n’importe qui, comme dirait Louis Nucéra, autre Niçois légendaire- ses grands parents (si importants jadis dans la formation des enfants) et bien sûr Mathilde, sa fille, qui portait le prénom d’une héroïne de Stendhal. Lorsqu’il était un écrivain en gestation, Max Gallo s’identifia à Martin Eden de Jack London qui se supprime, refusant le hochet de la gloire. Quand paraît son premier livre L’Italie de Mussolini (1964), il ressent un vide intérieur qu’il a du mal à maîtriser. Gérard de Nerval nous a pourtant prévenus : rien n’est plus triste que d’écrire. La fin de l’enfance de Max Gallo se situe le 7 juillet 1944 quand les nazis ont pendus Séraphin Torrin et Ange Grassi de chaque côté du bout des arcades de l’avenue de la Victoire, à Nice.
En 1968, à 36 ans, il s’estime n’être qu’un témoin de l’Histoire vu qu’il a été soit trop jeune soit trop vieux pour y participer. Quand il décide de s’impliquer sous Mitterrand, il n’insiste pas, peu emballé par un président de gauche décoré par le vichyste Pétain. Il sait qu’il est condamné à écrire. «La vie quotidienne ne m’intéressait pas », pensait-il déjà à la fin des années 1960. N’empêche, il ambitionne d’appartenir à la «caste des visibles». Max Gallo était de la tendance Dumayet-Desgraupes, en marge de la galaxie Guy Lux. Quand il annonce à sa fille (12 ans)- et non pas à sa femme- qu’il doit désormais partager sa vie entre Paris et Nice, le futur éditeur devine qu’il fait de la peine à l’adolescente qui se mit à cavaler sur le chemin du cap de Nice, sous la villa Orlamonde de Maurice Maeterlinck. Il ne pouvait pas imaginer que le mercredi 28 juin 1972, on lui apprendrait le suicide de sa fille. Néanmoins, il avait la prémonition d’une catastrophe sans pouvoir la nommer. « Mathilde s’était donné la mort. Donné ? La mort l’avait prise pour se venger de moi ».
Quelques mois auparavant, Max Gallo avait était le « nègre » de Martin Gray pour écrire Au nom de tous les miens qui relate le double drame d’avoir perdu sa famille dans les camps d’extermination nazis puis la nouvelle créée dans un incendie au Sud de la France. Les pages sur la mort de la fille sont hugoliennes. Mathilde, la suicidée. Léopoldine, la noyée. O cruauté ! « La mort de Mathilde devait ‘‘m’enfanter’’ » écrit le père massacré par le chagrin. Max Gallo estime que sa fille est morte pour le « sauver du fanatisme du moi ». Des Martin – Eden et Gray- c’est du second que Gallo est le plus proche puisqu’il est redevenu papa (David, né en 1985), grâce à un nouvel amour. Dans les Mémoires de Max Gallo, Mathilde est un phare. Laissez-vous toucher par sa lumière.

-L’oubli est la ruse du diable. Mémoires
de Max Gallo
XO éditions, 389 p., 21, 90 €

14.11.12

Permalien 08:53:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

La remise des Prix 2012 de l'Association des Ecrivains Sportifs

Un petit échantillon des commentaires de Stéphane Guy. Avec Marcel Desailly, ils forment un très bon duo sur C+.

L’Association des Ecrivains Sportifs, fondée en 1931, avec comme animateurs Tristan Bernard et Jean Giraudoux, a remis ses récompenses le 13 novembre 2012 au Ministère des Sports, avenue de France, à Paris. Ce fut une très belle remise. De nos jours tout ce qui n’est pas filmé n’existe pas, pourtant cette soirée a bien existé et c’est précisément peut-être parce qu’il n’y avait pas de caméra et de micro qu’elle fut si dense humainement. Etaient présents les membres du comité du bureau de l’Association dont Alain Billouin, Jean Durry (authentique encyclopédie vivante du sport) et Eric Lahmy, ainsi que Jean-Max Mayer, le secrétaire général, et Patrick Fillion, le trésorier. Mme Monique Berlioux, la présidente d’honneur présidait la cérémonie de manière discréte et d’autant plus forte. Thomas Bauer du comité direxcteyr était aussi dans l’assistance des amateur de sports et de belles lettres

Grand Prix de Littérature Sportive- Prix Tristan Bernard
En l’absence de classement final, Tristan Garcia (Gallimard)

Prix du Document- Prix du CNOSF
1914-1918, le sport sort des tranchées, Michel Merckel (Le Pas d’Oiseau)

Prix du Beau Livre- Prix Lacoste
Mon armoire à maillots, Didier Braun (L’Equipe)

Prix de Technique et de Pédagogie sportive- Prix Marie-Thérèse Eyquem
Les Défis coopétitifs, Brigitte Coppin, Eric Habourdin et Lou Tarr (EPS)

Prix Pierre de Coubertin
Marie-Georges Bufffet

Prix de la Carrière- Prix Louis Nucéra
Pierre Cangioni

Prix du Commentateur sportif- Prix Bernard Destrumau
Stéphane Guy (Canal +)

Le président des Ecrivains Sportifs, Benoît Heimermann, a expliqué que cette année le Grand Prix de littérature Sportive était allé à un écrivain qui “dans ses nouvelles a un style différent chaque fois qu’il change de sport". Tristan Garcia a confié qu’il n’avait pas voulu se tourner vers le passé afin d’éviter la sempiternelle nostalgie bien qu’il ait une passion pour l’ex gardien de l’URSS, Rinat Dasaev, qu’il a surtout vu jouer sur l’écran de ses nuits. Michel Merckel lui a déclaré que les vrais auteurs du livre étaient tous les disparus qu’il avait répertoriés avec une patience d’ange gardien. Didier Braun a souligné qu’il n’était pas revenu dans le quartier depuis l’aventure journalistique de “Sport", le défunt quotidien de sports dont un lecteur lui avait dit qu’il mettait “plusieurs jours pour le lire” ce qui n’était pas une bonne nouvelle concernant les ventes du futur. Pierre Cangioni a raconté qu’il était honoré de recevoir un prix Louis Nucéra: “On m’a souvent pris pour lui à cause de notre ressemblance. Physique… car le talent c’est lui qui l’avait". Le fondateur de “Télé-foot” a fait preuve d’une grande humilité, ce mot décrit le mieux l’ambiance de cette cérémonie très fraternelle. L’été 2013, le Tour de France partira pour la première fois de Corse, sur son initiative.
Stéphane Guy a confié que les commentateurs étaient “des hommes de mots alors que les écrivains, des hommes de lettres". Il a fait preuve d’une grande modestie allant jusqu’à faire applaudir Jacques Marchand- absent lors de la remise des prix. Il voulait que son inspirateur soit célébré. Adolescent, Stéphane Guy rêvait d’être commentateur comme l’on rêve d’être n°10 dans la Seleçao. Il était très ému de recevoir cette distinction avouant son trac de parler devant la poignée de gens présents alors que chaque semaine il commente un (ou des) match(s) suivi(s) par des millions de téléspectateurs qu’en fait, il ne voit pas… Celui qui forme un beau duo avec Paul Leguen ou Marcel Desailly était venu entouré de sa famille(sa soeur) et de quelques confrères de C+, dont le talentueux rédacteur en chef Karim Nedjari, ex grande signature du “Parisien", et le consultant ultra haut de gammme Gérard Houllier qu’on ne présente plus. Alors que tout le monde écoutait les intervenants, le gentleman Stéphane Guy alla chercher, dicrétement, une chaise pour la proposer à Nicole Darrigrand sans savoir qu’elle est vice-président de l’Association des Ecrivains Sportifs.
Je n’ai pas pu m’empêcher de parler de Manchester United avec l’ancien coach historique de Liverpool:
Moi: Bravo pour ce que vous avez fait à Liverpool mais je n’ai partagé votre joie car je suis un… Red Devil !
Lui: Nobody is perfect ! (rires)
Moi: Vous avez lancé Gerrard… mais il est incapable de remporter la Premier League !
Lui: C’est vrai, pour l’instant… hélas !
Moi: Que pensez-vous de MU cette saison ?
Lui: Ils seront champions.
Je ne pense pas le trahir si je dévoile cette confidence.
Tout le monde sait que Liverpool et Arsenal sont incapables actuellement de remporter la Premier League.
Seuls Man U, Man City et Chelsea sont en course pour le sacre national.
Gérard Houillier a donné un pronostic purement sportif, laissant même de côté son respect connu pour Sir Ferguson, respect réciproque.
Quand Gérard Houllier est parti j’étais au milieu de plusieurs personnes. J’ai alors tendu ma main vers lui mais elle est restée dans le vide car elle était masquée par le corps des autres personnes. On a toujours l’air ridicule quand on tend la main vers quelqu’un qui ne la serre pas comme prévu. Gérard Houllier s’est alors penché et a vu ma main qui attendait la sienne. La poignée a donc eu lieu. Cela veut dire: 1/ Il a la vista. 2/ Il a l’éducation des gens très bien élevés. 3/ Le Red respecte les Red Devils, car dans la soirée Man United c’était moi.
Vous savez que j’ai deux équipes: Nice, par ma naissance, et Man United, par choix. On ne choisit pas sa mère, mais sa femme oui.
J’ai passé aussi un moment avec Madame Berlioux. Après la cérémonie, elle avait hâte d’aller retrouver son mari, Serge Groussard (92 ans):
-"Serge est en bas dans la voiture…”
Je vous rappelle que Serge Groussard (92 ans), s’est engagé volontaire- en septembre 1939, à 18 ans- pour la durée de la guerre, et participa comme élève officier d’infanterie aux combats sur la Loire. Agent de renseignements de la Résistance, il fut arrêté en janvier 1943 par la Gestapo, condamné à trente ans de prison et déporté en Allemagne.
Son premier ouvrage “Le Crépuscule des vivants” (1946) témoigne sur cette terrible époque d’où il est ressorti vivant. Serge Groussard est Officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1939-1945, Médaille de la Résistance Croix de la Valeur militaire et Chevalier des Arts et des Lettres. Parmi tous ses livres, il a écrit, en 1973, “La Médaille de sang", sur l’attentat lors des J.O. de Munich 1972. Il y a presque 70 ans, les Nazis ont arrêté Serge Groussard. Et pendant que nous fêtions les lauréats, ce 13 novembre 2012, il attendait dans la voiture sa femme, Monique Berlioux. Serge Groussard a un destin hors normes et si peu de monde le connaît.
Parmi les passionnés de sport présents, il y avait aussi l’enthousiaste Claude Maignan,co-auteur du “Compte-Tours avec Serge Laget. Sa nouvelle grande idée de rassembler tous ceux qui ont terminé un Tour de France depuis sa création: ils sont plus de 3000. Séquence émotion.

PS: les trois premiers livres cités ont été chroniqués sur le blog dans la rubrique “Lits et ratures":

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/21/en_l_absence_de_classement_final_de_tris

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/07/06/14_18_le_sport_sort_des_tranchees_de_mic

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/19/mon_armoire_a_maillots_de_didier_braun_l

13.11.12

Permalien 14:12:47, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Jack London, par Jennifer Lesieur, (Libretto/ Phébus)

Prix Goncourt de la biographie 2008, le livre de Jennifer Lesieur paraît en poche dans la remarquable collection Libretto des éditions Phébus qui rééditent Jack London (1876-1916) depuis des années avec une constante jamais démentie. La couverture du livre est composée de onze portraits de l’écrivain qui semblent avoir été pris hier ou même demain tant London a un look contemporain : casquette, cigarette, caban en cuir. Une allure décontractée. On dirait presque le catalogue Aigle. Cet homme pressé a tellement fait de métiers différents qu’on a du mal à croire qu’il n’a vécu que 40 ans. Où est le trait d’union entre ses activités d’ouvrier, de pilleur d’huitres, de chasseur de phoques, de correspondant de guerre, de photographe, de reporter, de militant socialiste ? L’écrivain avide d’expériences était galvanisé par son amour de la vie. La biographie comporte 12 chapitres menés tambour battant, de la naissance, le 12 janvier 1876 (San Francisco) à la mort, le 22 novembre 1916 dans le ranch de Glen Ellen, victime d’une crise d’urémie de type gastro-intestinal. Entre les deux dates, une boulimie d’actions comme s’il se doutait qu’il ne ferait pas de vieux os. Dès ses 10 ans, Jack London devient un dévoreur de livres. Il était loin des gosses d’aujourd’hui qui s’abrutissent de jeux vidéo débiles. A 17 ans, il s’engage comme mousse sur une goélette qui part chasser le phoque dans les mers du Japon et de Sibérie. Ensuite, il va charrier du charbon, la gueule noire du matin au soir. Devenu vagabond, il est arrêté près des chutes du Niagara avant d’être mis un mois en prison ! A 20 ans, il devient socialiste et commence à écrire. Niveau famille ce n’est pas brillant bien qu’il soit père de deux filles nées au début du XXe siècle. Il quittera leur mère pour une autre femme qui lui donnera une nouvelle fille dont la vie ne durera que deux jours… Question santé, il est souvent malade. Après la lecture de la biographie de London, très bien menée avec d’innombrables informations, il n’est pas interdit de (re)lire Martin Eden (1909), une ouvrage indispensable pour tous ceux qui aiment la littérature.

-Jack London
Par Jennifer Lesieur
Libretto/Phébus, 476 p., 11, 80€

Pelé, Maradona et Di Stefano dans le Top Ten mondial

Le jeu qui consiste à établir le classement des meilleurs joueurs revient souvent à la devanture des kiosques.
En cette fin d’année 2012, un mensuel vient de donner sa liste que je ne partage pas. Chacun la sienne. La mienne évolue concernant les deux premières places:: tantôt je mets Maradona avant Pelé, tantôt l’inverse.
J’établis mon classement en tenant compte de la classe des joueurs, du palmarès, de l’impact sur leur(s) équipes, de la longévité.

1er/ Pelé (Pélé). C’est lui qui a donné ses lettres de noblesse au football.
2/ Maradona (Argentine). Le génie du jeu.
3/ Di Stefano (Argentine/Espagne). Tous ceux qui ont vu jouer cet homme-orchestre on dit qu’il était inchargeable.
4/ Puskas (Hongrie). Joueur et homme d’exception auprès des réfugiés politiques.
5/ Cruyff (Pays-Bas). Footballeur de très grande élégance.
6/ Ronaldo (Brésil). Grand percuteur de défenses. A pu s’exprimer malgrè de graves blessures.
7/ Messi (Argentine). Seul joueur né dans les années 1980 capable d’intégrer le Top ten.
8/ Garrincha (Brésil). Ailier d’exception. A été décisif lors de la Coupe du Monde 1962.
9/ Platini (France). Artiste dans tous les sens du terme.
10/ Ronaldinho (Brésil). L’incarnation de la joie de jouer.

PS: Zidane est dans les 20 meilleurs du monde. Ribéry pas dans les 100 premiers.

Le classement de SO FOOT :
1er- Maradona (Argentine)
2e - Ronaldo (Brésil)
3e - Johan Cruyff (Pays-bas)
4e - Michel Platini (France)
5e - Socrates (Brésil)
6e - Pelé (Brésil)
7e - Alfredo di Stefano (Argentine/ Espagne)
8e - Fernando Redondo (Argentine)
9e - Marco van Basten (Pays-Bas)
10e - Roberto Baggio (Italie)

12.11.12

Permalien 16:54:52, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Disparates, de Jude Stéfan (Gallimard)

Je n’ai jamais vu Jude Stéfan à la télévision. Ni de visu.
Je ne l’ai jamais entendu à la radio : j’imagine qu’il doit parfois être interrogé sur France Culture. Je n’ai fait que lire Jude Stéfan. C’est ce que l’on devrait faire avec tous les écrivains. Le poète est un homme invisible, qui se fait rare en tout cas.
Je sais de lui qu’il est né en 1930 (le 1r juillet, à Pont-Audemer, Eure). Du professeur de lettres, j’avais noté : « Regretter d’être né n’est pas regretter d’avoir écrit, c’est-à-dire d’avoir incisé de mes doigts fiévreux un monde illusoire de papier comme on chavire de baisers un masque de beauté inspirante. Avec rage et calme ». (Lettres tombales, 1983 et 1987) Comme disait Malraux, on crée pour défier la mort. La plupart du temps c’est un coup d’épée dans l’eau. On croit que les livres améliorent l’humanité. Douce illusion.
Jude Stéfan se tient hors mode, et donc hors monde. Cela ne l’empêche de faire entendre son bruit contre les bruits, pour reprendre l’expression de Michaux. Il a publié une bonne cinquantaine d’ouvrages : poèmes, nouvelles et essais. Je suis surpris que son dernier recueil n’ait pas eu droit à un tirage de tête sur grand papier. La tradition se perd. D’habitude chez Gallimard, ceux qui s’inscrivent dans la lignée des grands anciens voient leur poésie (ou prose) imprimée sur une poignée d’exemplaires en beau papier. Certains de ces poèmes-là ont déjà été publiés dans des revues quasi confidentielles. Chaque poète est un pays à lui tout seul. Un pays de mots. Celui de Jude Stéfan se visite en sa compagnie. Ce n’est pas le cas de beaucoup de poètes actuels qui oublient les lecteurs en route.
Première surprise : Jude Stéfan aime le football, comme Nicolas de Staël (sur le tard, en nocturne) et Peter Handke.
Dans Enfantines, il écrit dans poème puéril :
« l’étincelant Sindelar était
autrichien le marocain Ben
Barek transcendant sur le
terrain Villon Rimbaud … »
Dans ce poème, il rend aussi hommage à la Callas, à Schiele et à Venise.
Plus loin, je suis aussi tombé sur Nice et sur ses différentes appellations de Nikaïa. Nice aurait pu s’appeler Victoire, l’une de ses traductions possibles. Jude Stéfan rappelle que Nietzsche y séjourna.
Savez-vous pourquoi les chroniqueurs littéraires ne parlent jamais des poètes ? Parce qu’il est plus facile de résumer les romans ! Le livre de Jude Stéfan diffuse de la poésie comme au petit matin le lit déserté contient encore la chaleur de l’être aimé.

-Disparates
De Jude Stéfan
Gallumard, 129 p., 17, 50 €

Permalien 16:24:06, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

En 2012, Ole Gunnar Solskjaer nous refait le coup de 1999

Vers la 16e minute de la video, Giggs, Ferdinand et Chicharito rendent hommage à OGS.

Alors qu’il s’occupait reparquablement bien de la réserve de Manchester United, Ole Gunnar Solskjaer a eu la permission de quitter le club bien que Sir Alex Ferguson ne voulait pas le voir quitter son poste. Cependant le manager écossais a laissé partir le Norvégien au nom des grands services rendus à la Maison Rouge. Sir Ferguson a laissé partir OGS à contre-coeur. Il avait déjà dit non auparavant à Ryann Giggs à qui l’on avait proposé de diriger la sélection galloise.
OGS, lui, est parti à Molde, le deuxième club de sa carrière professionnelle.
Depuis son retour à la case départ, OGS a déjà remporté deux championnats de Norvège, celui de 2011 et celui de 2012 qu’il vient de boucler avec succès.
Les fans de Man U ont tous un oeil sur OGS car il est l’un des possibles successeurs de Sir Alex Ferguson.
J’en fais mon favori avec David Moyes, l’actuel coach d’Everton qui fait du très bon travail aussi.
Moyes a l’avantage d’exercer en Premier League et d’être Ecossais comme Sir Matt Busby et Sir Alex Ferguson.
Solskjaer, lui, a l’avantage d’être un Red Devil. Il fut un immense joueur, le divin remplaçant. On lui doit la victoire en finale de la C1 1999, la première depuis 1968.
Mon favori pour remplacer Sir Ferguson est OGS.
On le connaît: il a la notion du sacrifice, du don de soi pour le bien de MU. On l’a vu commettre un “attentat” pour empêcher que MU n’encaissât un but. Ce jour-là, OGS a regagné le vestiaire sans attendre le carton rouge. Il y a du Cantona dans OSG. C’est un compétiteur endiablé. N’oublions pas qu’on le surnomme: “l’assassin a la figure d’ange".

Classement final du championnat de Norvèe:
1er Molde 51 points 25 matchs /16 3 6/ 44 29 +15
2. Rosenborg 49 points 25 matchs /13 10 2 /46 20 +26

On voit au classement que la décision est intervenue au dernier moment. En gros, les hommes de OGS ont scellé le match à la toute dernière minute du dernier match de la dernière journée contre… Rosenborg, exactement comme OGS marqua en finale de la C1 1999 contre le Bayern Munich en toute fin de rencontre!

[Post dédié à Julien]

Permalien 11:12:07, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

1992-2012: il y a 20 ans, Eric Cantona a relancé Man United et tout le football anglais

Dès son arrivée à Manchester Unied, le 6 décembre 1992, Eric Cantona a révolutionné Man U. A l’entraînement et en match, il a apporté une rage de vaincre et une adresse qu’on n’avait plus vues depuis longtemps à Old Trafford. Outre le fait d’être le dépositaire du jeu de la Maison Rouge, il fut un buteur extraordinaire.

Arrivé en cours de saison à MU, le 26 novembre 1992, Eric Cantona a marqué 9 buts lors de le Premier League 1992/93 qu’il découvre le 6 décembre contre Man City. Dès ses débuts avec les Red Devils, Éric Cantona réalise une exceptionnelle saison et remporte son deuxième titre de champion d’Angleterre de suite, après celui de 1992 avec Leeds. Il devient alors le premier joueur du championnat anglais à être successivement champion avec deux clubs différents. Il permet à Manchester United de conquérir son premier titre depuis 26 ans. Entre la période de Charlton-Best-Law (1967) et le début de l’ère Cantona (1992-1993), MU n’avait pas réussi à gagner une seule fois le titre national. Ce sacre fait de Cantona un héros historique. Ce que n’arrive pas à faire S. Gerrard incapable d’offrir une Premier League Liverpool, titre qui fuit les Reds depuis plus de 20 ans. En Angleterre gagner le championnat est plus important que de décrocher une C1, la preuve Cantona est devenu le King sans jamais glaner une C1 mais il a à son actif 5 championnats d’Angleterre: 4 avec MU et un avec Leeds.
Non seulement il a relancé MU mais il a remis le football anglais à la mode.
Avant son arrivée en Angleterre, les médias ne parlaient que du Calcio.
Quand il s’est affirmé dans le football anglo-saxon, les Anglais se sont mis à regarder avec intérêt les footballeurs français. Avant la réussite de Cantona, aucun français ne s’était imposé en Angleterre. Il est d’ailleurs devenu le premier étranger à recevoir le prix du meilleur footballeur de l’année.
Son impact à MU a été énorme, il a inspiré toute une génération: Giggs, Scholes, Beckham, Butt, les frères Neville.
Cantona a donné à Man U la dynamique de la victoire que n’a plus jamais perdue MU, grâce à l’intelligence de Sir Alex Ferguson.
Cantona était au service de l’équipe. Il aimait faire jouer les autres.
Ce fut un chef d’orchestre fantastique.
Tous les Français, joueurs et entraîneurs, qui évoluent en Angleterre peuvent remercier Cantona tous les jours. Sans lui, ils n’évolueraient pas outre Manche.

Palmarès d’Eric Cantona à Man United de 19992-1993 à 1996-1997:
Manchester United Premier League : 1993, 1994, 1996, 1997
FA Cup : 1994, 1996
Charity Shield : 1993, 1994, 1996
1994 : meilleur footballeur de l’année du championnat anglais par les joueurs
1996 : meilleur footballeur de l’année du championnat anglais par les journalistes
2001 : joueur du Siècle par les supporters de Manchester United du monde entier
2005 : meilleur joueur de l’histoire de la Première League (Premiership) lors d’un sondage commandé par Barclays

Eric Cantona est né le 24 mai 1966 à Marseille
l’arrivée à Manchester United: 27 novembre 1992
Début avec MU: 6 décembre 1992 Man United-Manchester City
Nombre de buts avec MU: 82
Nombre de matchs avec MU: 185

La grande semaine de Barack Obama

Les Américains sont nos amis ne l’oublions pas en ce 11 novembre. Je ne partage pas l’avis de Clint Eastwood. Le très élégant président Obama est un grand président et sa réélection m’a fait très plaisir.

11.11.12

Permalien 23:50:12, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Les Aiglons (2-2), avec David Ospina, contre l'OM font honneur à leurs supporters traités comme des pestiférés avant le derby

David Ospina a fait un très grand retour dans la cage de Nissa la Bella. Avec 2 victoires (Lyon et Nancy) et un nul (OM) en trois matchs.

A Marseille, Stade Vélodrome
OM 2-2 OGC Nice
35.000 spectateurs environ
Buts pour Marseille: A.Ayew (40e), Valbuena (60e)
Buts pour les Aiglons: Cvitanich (51e), Abriel (89e)

Avertissement : Cvitanich (55e)

Marseille : Mandanda - Abdallah, Nkoulou, Fanni, Morel - Cheyrou, Kaboré, Amalfitano, puis Rémy (64e), puis Raspentino (84e), Valbuena - J. Ayew, A. Ayew
Coach: E. Baup

Nice : Ospina - Genevois, Gomis, Civelli, Kolodziejczak - Digard ©, Abriel - Pied, puis Meriem(68e), Eysseric, Bauthéac, puis Maupay (80e) - Cvitanich, puis Bosetti (74e)
Coach: C. Puel

Les Aiglons ont fait honneur à leurs supporters condamnés à rester à Nice car les conditions de séjour provisoire en terre marseillaise étaient vraiment scandaleuses. Fouille, ainsi de suite. Quand on voit tous les actes de violence qui se passe dans Marseille, cette surveillance sur les Niçois était vraiment disporportionnée.
En une semaine, Nice a battu Nancy en championnat au Ray, éliminé Lyon en Coupe de la Ligue et fait match nul au Vélodrome face à Marseille.
Ce n’est pas mal du tout. Nice n’est même pas dans le ventre mou de la L1, 15e avec 13 ponts, mais Nice n’a perdu au 3 fois en 12 journées. C’est dire qu’il leur faudrait juste un peu forcer le destin pour être mieux placé. Petit à petit, les Aiglons font leur nid en L1 2012-2013, en attendant la livraison de l’Allianz Riviera qui va faire beaucoup de bruit dans le football français. Avec un tel stade, Nissa la Bella sera beaucoup plus considérée. Pour le match au vélodrome, il faut féliciter tout le groupe niçois. Ramener un point de là-bas c’est une belle opération. On a eu la confirmation d’un grand Ospina. Je n’ai rien contre Delle mais Ospina c’est le gardien de la Colombie. Ce n’est donc pas n’importe qui. Il ne faut pas Llorisiser Ospina qui a perdu sa place parce que son entourage a mal négocié le mercato estival. Puel l’a sorti de sa cage car le Colombien voulait partir. Il était alors logique de faire jouer Delle, bon gardien aussi. Ospina a arrêté un penalty au vélodrome qui a maintenu Nice dans le match. Avant qu’il ne rejoue, j’avais perçu des problèmes d’automatismes dans notre défense. Je le redis bravo à tout le groupe nissart.

Permalien 01:47:17, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Mené 2-0, Manchester United gagne 2-3 à Aston Villa grâce à un triplé de Chicharito

Comme Best, Cantona, Giggs et C. Ronaldo est un footballeur efficace et spectaculaire. Il ne doit donc jamais quitter le club Manchester United. Le Mexicain est un “monstre” d’explosivité. Il a un moteur dans le ventre et des yeux partout. Il incarne la joie de vivre. Sa présence à MU est un apport considérable depuis son premier match.

10 novembre 2012, Premier League
Aston Villa 2-3 Manchester United
Buts pour Aston Villa: Weimann (45e, 50e)
Buts pour Man U: Chicharito (58e, 87e, 63e)

Ce n’est pas pour rien que le surnom des joueurs de Manchester United est Diable Rouge. Cela veut bien dire ce que cela veut dire: ils surgissent là où on ne les attend pas mais en ce qui les concerne on sait qu’ils peuvent sortir de la boîte quand on les croit morts. Menés 2-0 à l’extérieur, ils ont encore trouvé le moyen de prendre 3 points à l’extérieur ramenant dans leurs bagages une superbe victoire 2-3 pourtant leurs adversaires avaient marqué aux meilleurs moments: fin de la 1ere mi-temps et au début de la seconde.
MU a montré deux visages. Pendant 45 mn: rien du tout. Les Red Devils étaient absents, usés par le nombre de matchs et de compétitions; et pendant les dernières 45 mn, on a vu une immense équipe de MU produisant sans cesse un football varié toujours porté vers l’attaque.
Le 2e but d’Aston Villa fut grandiose, il est venu d’un feinte de coros de Benteke. Cela fait 20 ans que je n’avais pas vu une aussi belle feinte de corps qui a mis dans le vent toute la défence de Man United.
Quand Chicharito est entré dans le match, il a apporté sa fougue intelligente.
J’adore ce joueur et je l’ai aimé depuis son premier match. Il a une vision de jeu extraordinaire. Il sait se placer, il respire le football. Il a de plus le meilleur jeu de tête au monde car il met la tête là où personne ne met le pied. Si Sir Alex Ferguson vend ce joueur, cela serait gravissime. Le Mexicain est un football haut de gamme. J’ai toujours dit que c’était un joueur susceptible d’avoir un ballon d’or. Le pire choix de Sir Ferguson serait de transférer Chicharito au Real Madrid!
Chicharito est né pour jouer à MU: il a le talent et la grinta. Et puis quel sourire ! Avec Ronaldinho c’est le joueur le plus souriant de la la galaxie du football. Dès qu’il est sur le terrain, le jeu s’anime. Avec van Persie et Rooney, Man United a un trident exceptionnel. Je souhaite les voir remporter la Premier League et la C1. La FA n’a pas attribué un triplé à Chicharito mais moi oui. La FA a donné à Vlaar un c.s.c. (63e) alors que le joueur a fait office de montant !

De Gea/ (8) A fait un arrêt décisif à un moment clef. Il a fait le show quand c’était chaud
Rafael (8) Une force vitale prépondérante
Ferdinand (7) Un gagneur-né
Smalling (3) C’est fait enfumer sur le second but d’Aston Villa
Evra ©(8) L’homme en acier a encore répondu présent
Valencia (8) Doué, intelligent, technique, solidaire, beau, il a tout. Une vraie star
Carrick (7) Triple pounom
Scholes. (6) Consciencieux jusqu’à la pointe de cheveux. Puis (70e) Cleverley (7) Un Scholes en rodage
Young. (4) Trop fragile pour les matchs où les adversaires attendent de vous battre sur chaque duel. Puis (45e) Chicharito (10) De l’énergie à revendre. Fait peur aux adversaires. Il a une rapidité d’éxécution phénoménale qui tient du génie. Jeu de tête unique au monde. Chicharito a bel et bien fait un triplé puisque l’arbitre lui a donné le ballon du match. C’est bien la preuve.
Rooney. (7) La générosité faite homme. Sortie suite à une grosse douleur à la cheville. Puis (78e) Anderson (7) S’est bien fondu dans l’ensemble
van Persie (10) A 2-2, il a tiré deux fois sur le montant avant de délivrer la passe décisive à Chicharito sur le 3e but de Man U
Sur le banc: Lindegaard, Buttner, Fletcher, Welbeck
Coach: Sir Ferguson (10) Chicharito a fait une nouvelle fois office de Ole Gunnar Solskjaer. Cependant le Mexicain est mieux qu’un remplaçant. Il va falloir l’associer à Rooney et à van Persie dans le onze de départ.

Classement de la Premier League:
1er Manchester United 27 points 11 matchs/ 9 0 2/ 29 16/ + 13
2 Manchester City 25 11/ 7 4 0/ 20 10/ + 10
3 Chelsea 24 11/ 7 3 1/ 23 11/ + 12
*******************
7 Arsenal 16 11/ 4 4 3/ 18 11/ + 7

Permalien 01:44:38, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Sir Alex Ferguson et les fans de Man U remercient Chicharito

Auteur d’un triplé contre Aston Villa non reconnu par la FA, le 10 novembre 2012, Chicharito porte haut les couleurs de MU et du Mexique.

La déclaration de Sir Alex Ferguson après la sublime victoire de MU à Aston Villa (2-3):
-"Comme je le dis depuis plusieurs semaines, Chicharito est frais et il a fait une bonne pause cet été. Ca fait la différence pour lui. On retrouve le joueur qui est arrivé chez nous il y a deux ans. Et puis quand vous marquez trois buts, vous forcez la décision. Je pense qu’il jouera la semaine prochaine. Il fait les choses naturellement. Il est excellent dans la surface de réparation mais ses déplacements, sa rapidité et sa capacité à prendre les espaces lui ont permis de marquer trois buts aujourd’hui. C’est un superbe résultat pour nous, c’était un super match je dois dire. Aston Villa a vraiment bien joué aujourd’hui, ils n’ont jamais baissé les bras et c’est dommage pour eux vu les efforts qu’ils ont donnés. Mais nous non plus nous n’abandonnons jamais. On a touché la barre transversale deux fois. On s’est réveillé quand ils ont marqué leur deuxième but. C’était un match fantastique. On n’était pas attentionné en première mi-temps, on n’a pas mis de tempo dans le match. On n’a pas eu un seul tir cadré donc on devait s’améliorer à ce niveau-là et c’est ce qu’on a fait. J’étais déçu d’encaisser le deuxième but comme ça, quand un joueur est démarqué dans votre surface de réparation. Mais j’ai commencé à me dire que si on marquait, ça pourrait changer le match. Et c’était vrai. Le soutien dont nous bénéficions nous inspire, mais aussi le fait d’avoir à revenir de deux buts. On n’a pas déçu à ce niveau-là, on a vraiment travaillé dur en deuxième mi-temps pour sortir la tête de l’eau, mais Villa aussi. Aujourd’hui, on s’est mis la pression nous-mêmes, même si on s’en est bien sorti au final. Je pense que cela prouve que nous devons mieux défendre. J’admire l’équipe et la ténacité des joueurs. Quand ils doivent faire quelque chose, ils le font et parfois, le jeu offensif est superbe.”

Permalien 01:32:14, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Dans le rétro: mon premier post sur Chicharito, le 9 avril 2010

Post du 9 avril 2010, en intégralité. Je le remets au début non pas par gloriole mais pour dire comme cela fait plaisir de voir un espoir qui tient ses promesses. Chicharito s’est adapté à la vitesse grand V.
Titre:
“Pour faire rêver ses fans dépressifs depuis l’élimination de Manchester United, en 1/4 de la C1, Ferguson annonce l’arrivée de Javier Hernández, le Cristiano Ronaldo mexicain “

Le jeune mexicain (1 m79, 70 kg) qui va jouer pour MAN U est doté d’un jeu de tête extraordinaire, l’un des plus performants du monde.

De manière exceptionnelle, Man U annonce sur son site la signature d’un nouveau joueur, en avril! Il faut savoir que MU ne communique jamais sur les transferts. Cette fois, cela n’a pas traîné: un jour après l’éviction de la C1, par la toute petite porte, le club séculaire diffuse la bonne nouvelle, afin de retomber dans le positif, dans l’espoir, dans la vie, loin de l’ambiance de mort d’une élimination…
C’est dire qu’il fallait positiver tout de suite après la double déroute contre Chelsea et contre le Bayern…
Sir Alex Ferguson rebondit! Il vient d’enrôler le Cristiano Ronaldo du football mexicain, un quasi clone.
Un des ses joueurs qui enflamment le jeu et les foules.
Puissant, technique, malin, courageux, jeune et beau, Javier Hernández est né pour jouer à Man U car il associe le football au sens du spectacle.
Comme toute entreprise qui ne veut pas perdre ses clients, Man U vient d’annoncer que le club va faire signer Javier Hernández, l’attaquant de 22 ans (Chivas Guadalajara) qui enchante le Mexique. Dès qu’il aura le permis de travail, il rejoindra le camp de Carrington où on l’attend dès le 1er juillet, sauf si le Mexique poursuit sa vie en Coupe du Monde 2010. Le jeune international va croiser le fer avec l’équipe de France où il rencontrera Evra, son futur partenaire chez les Red Devils.
Man U a besoin de faire rêver ses supporters furieux d’avoir vu Ribéry demander l’expulsion de Rafael. L’intoxication a marché. Réduit à 10, MU n’a pas su s’en sortir d’autant que Ferguson a laissé son équipe orpheline d’un véritable avant-centre pendant près de 20 minutes. C’est là que MU a encaissé le second but. Javier Hernández est un superbe athlète qui va renforcer le compartiment des attaquants de MU qui en a bien besoin. Berbatov ne plait pas aux fans de MU car il n’affiche pas la grinta de Tevez qui lui est encore dans le coeur des fans furieux de l’avoir vu partir à Man City. Il est à parier que l’Argentin va faire très mal à Man U lors du derby qui arrive à pas de loup: le 17 avril.
Souhaitons que Ferguson ait vu la main heureuse car cette saison seul Valencia a été une bonne recrue.
Obertan, est une ombre. Et Owen, est trop marqué Liverpool pour entrer dans l’histoire de Man U.

Voici les statistiques du nouvel élu de Ferguson:
Nombre de matchs pros: 71
Nombre de fois titulaire: 39
Buts: 32
Cartons JAUNE: 9
Carton ROUGE: 1

Surnommé “Chicharito” ou “Chicharo", Javier Hernández, va devenir la coqueluche d’Old Trafford.

Première interview du nouveau Red Devil qu’on attend pour la saison prochaine:

Que ressentez-vous depuis que vous avez signé à MU ?
C’est un rêve et je suis donc heureux. J’ai vraiment apprécié ma semaine à Manchester: le stade, l’atmosphère, l’Histoire, le club… Tout est incroyable! Je veux faire de grandes choses ici…

Qu’avez-vous pensé de Manchester U- Bayern Munich ?
-Au début du match, ce fut fantastique. C’était mon premier match à Old Trafford. Je n’étais que spectateur! J’avais l’impression d’être dans un rêve, encore une fois. Quelle ambiance! Hélas, cela s’est mal fini…

Quelles impressions avez-vous de Sir Alex Ferguson ?
-C’est quelqu’un qui m’impressionne. Il est probablement l’un des meilleurs entraîneurs de tous les temps…

Votre famille doit être très enthousiaste à la perspective de vous jouez pour le Reds…
-Oui, ils le sont. Ma famille et mes principaux supporters partagent les grands et moins bons moments.Ces jours-ci tout le monde est très heureux.

MU va venir jouer au Mexique cet été. L’accueil sera-t-il chaud ?
-Le meilleur. Au Mexique, Manchester United est très aimé.

10.11.12

Permalien 17:06:04, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Hugo Lloris a fait une erreur mais il a gagné avec Tottenham (3-1)

Depuis qu’il est à Tottenham tout ce que fait Hugo Lloris est vu à la loupe. A Nice, il faisait des matchs héroïques, personne n’en parlait. Tout est question d’exposition. Cette saison, Lloris découvre la vie en club étranger.

La presse qui a besoin de grain à moudre se moque actuellement de Lloris car le portier de Tottenham n’a pas réussi à dribbler un adversaire et le contre défavorable a occasionné un but pour Maribor (3-1). Pas de quoi en faire un drame: les Spurs ont quand même gagné en Europa League. Son défenseur lui avait redonné le ballon car Lloris avait mal relancé sur lui. Victime du pressing, son partenaire lui a fait une passe en arrière et comme le gardien dans ce cas n’a plus le droit de prendre le ballon à la main… Cette règle est d’ailleurs très bonne. Une erreur cela arrive. Celle-là n’a pas eu de grave conséquence concernant l’issue du match.
Lloris n’a pas fait cette toile parce qu’il n’est pas titulaire.
D’un autre côté cela signfie aussi que L1 française ne vaut pas grand chose aux yeux des Anglais. Chasser le naturel, il revient au galop. Les clubs français puisent dans la L1 mais les joueurs français n’arrivent pas en Premier Leage avec le tapis rouge.
On se souvient que Patrice Evra fut lamentable lors de son premier match.
N’est pas Cantona qui veut. Le King s’est adapté d’emblée au football anglais, à Leeds puis à MU.
Il faut choisir le bon club.
Hugo Lloris n’a pas encore trouvé le sien.
Qu’aurait-il fait à MU puisque Sir Ferguson met en concurrence De Gea et Lindegaard ?
En Europa League il a commis une erreur qui, disons-le tout net, n’est qu’un fait de jeu.
On sait que le Niçois est l’un des meilleurs au monde à son poste.
Quand un gardien fait une bourde, il paie cash en principe.
Le choix de venir à Tottenham n’est pas vraiment le bon car le titulaire américain- Friedl (41 ans)- assure bien sans être à l’abri d’une bourde lui non plus.

08.11.12

La justice a deux vitesses: M'Vila trinque alors que d'autres non

En France, la justice est à la tête du client.
Vous frappez un adversaire en finale de la Coupe du monde et vous recevez les félicitations du président de la République française.
Si par malheur vous vous faites pincer alors que vous avez fait le mur pour aller s’amuser en boîte de nuit avec des copains, on vous fusille médiatiquement.
Deux poids, deux mesures.
La commission Fédérale de discipline de la FFF a infligé à Yann M’Vila une suspension de toute sélection nationale jusqu’au 30 juin 2014. Le milieu de terrain de Rennes a été sanctionné pour sa virée nocturne avec des coéquipiers de l’équipe de France Espoirs. Wissam Ben Yedder, Antoine Griezmann, Chris Mavinga et Mbaye Niang sont eux suspendus jusqu’au 31 décembre 2013. Dès qu’une affaire est médiatisée, les sanctions sont toujours importantes. Il a en va ainsi dans le commerce des hommes, comme disait Alceste/Molière. Jadis on ne savait pas ce que faisaient les joueurs…
Dans le monde des cols blancs, il y a des faits 100 000 fois plus atroces mais on ne le saura jamais. Je pense à Jean-Jacques Rousseau: “Le riche tient la loi dans sa bourse".
M’Vila n’a que 22 ans. Comment se fait-il que l’encadrement de la FFF n’a pas surveillé les Espoirs en stage, même la nuit ? Cette question mérite aussi d’être posée. De manière générale, on parle trop de football et de footballeurs.
Le football est dans mon univers depuis 1959. Je n’ai pas attendu 1998 pour parler ballon. Avec mon père, on parlait football 24 h sur 24. Dans les années 1980, le football en France était encore considéré comme “un jeu de cons qui tapent dans une balle".
Hélas, en 2012, plus on parle de football, plus on se sert du football comme d’une loupe posée sur notre société. Des gens qui sont sont totalement incultes en football se permettent de donner leur avis sur des footballeurs qui n’ont pas commis le moindre problème lors du déroulement d’un match. Triste époque où tout le monde parle sur tout, sans la moindre conscience sur les conséquences. La liberté d’expression c’est aussi parfois de savoir se taire. Est-ce que je parle de chimie, de biologie ou de médecine ?
Le football est plus grand que ceux qui le pratiquent, le regardent et le commentent. Attention je parle du football avec un grand F et non pas des matchs médiocres de L1 et d’ailleurs.
Les grands matchs sont aussi rares que les grands livres. On oublie de le dire trop souvent: en football, l’artiste c’est le cerveau, le pied n’est qu’un instrument. Le football c’est de l’intelligence en mouvement, sinon il ne m’intéresse absolument pas.

PS: les supporters de l’OGCNice ont décidé de ne pas aller voir Marseille-Nice prévu le 11 novembre 2012 quand ils ont vu les mesures mises en place par les autorités des Bouches du Rhône: fouilles au corps, contrôles d’identité, prise de photo, parcage dans un hangar… Dans ces conditions-là, il vaut mieux aller manger une bonne pissaladière.

[Post dédié à mon père Marcel Morlino, inter droit amateur dans les années 1930-1939 qui m’a élevé par le biais du football]

Rock & Folk, History 1966-2012, de Philippe Manoeuvre (Albin Michel)

Le site officiel de Carol King http://www.caroleking.com/

Pourquoi fêter le 45e anniversaire d’un journal ? D’habitude on attend un chiffre rond dans ce genre de célébration… Et pourquoi pas quand il s’agit d’un magazine de musique, et pas n’importe lequel, svp. Rock & Folk ce n’est pas rien. Salut les Copains n’existe plus. Actuel non plus. Tout fout le camp ! Tant que Rock & Folk est dans les kiosques on n’est pas mort. Là nous sommes dans le dur et non pas dans la presse branchée, vous savez celle qui se veut de gôôôche, pour faire genre. La musique n’est ni de droite ni de gauche. Il y a la bonne musique et la mauvaise. Au milieu rien ne nous intéresse. Rock & Folk est incarné par Philippe Manœuvre. Qui s’en plaindra ? Lui on le connaît pour sa passion et sa compétence. Et non pas par sa vie privée étalée en quadrichromie. Rock & Folk ne suit pas la mode comme SLC. Rock & Folk fait la mode, si l’on est enthousiaste comme moi.
Quand on regarde les couvertures, elles sont aussi belles que les albums 33 tours de l’époque. Autrefois on se creusait la tête pour être originale, on ne se contentait pas de fumer un tarpé. Sur les unes, on voit tout que que j’aime : les Stones, Hendrix, Dylan, les Beatles… Au début, le magazine a fait la part belle à Johnny, Eddy et Sylvie avant de faire un changement à 180 degré vers l’anglo-saxon. Le principe de cet album collector est de remonter les années avec chaque fois les couvertures marquantes et un court texte qui reprend les événements phares des 12 mois passés. 500 images nous contemplent.
Mort de Gene Vincent ? 1971. Le paquebot Queen Elizabeth brûle dans le port de Hong-Kong ? 1972. Mort de Jean Renoir ? 1979. Suicide de Pierre Bérégovoy ? 1993. Zidane transféré au Real Madrid ? 2001. Comme le temps passe. En quelle année Ringo Star est sur la couverture de Rock & Folk, en costume, en train de jouer au ballon ? En 2010 (Juillet).
Dans sa présentation Philippe Manœuvre nous rappelle que Rock & Folk a vu le jour en août 1966. Ouf ! Il n’est jamais trop tard : en Angleterre, Melody Maker était en kiosques depuis 1926. La France avait quarante ans de retard… Les a-t-elle comblés ? Avec ce Rock & Folk, oui. Grâce à Philippe Koechlin, Robert Baudelet et Jean Tronchot. Pour le reste cela reste à prouver. Le numéro 0 avait Dylan en couverture. Le canard coûtait 2, 50 F. L’un des temps forts de la vie du journal se déroula lors de la parution du n°25, en février 1969 : « Brel, Brassens et Ferré réunies pour la première fois. » Les gens de télé étaient vraiment lents à la détente. Seul Rock & Folk pensa réunir les trois géants de la chanson française.(1) Dans cet entretien, ils font les modestes. Que les inaudibles qui braillent leurs débilités sans intérêt en prennent de la graine.
A la fin de l’album, on voit en photo les journalistes 2012 de Rock & Folk, outre Philippe Manœuvre : Vincent Tannieres (auteur de la conception graphiques de l’album), Matthieu Vatin, Yasmine Aoudi, Basile Farkas et Vincent Palmer. Merci à eux de maintenir allumée la flamme de la bonne musique sans laquelle la vie serait une erreur comme l’a dit Nietzsche.

(1)François-René Cristiani (RTL) fut à l’origine de la rencontre au sommet. Le photographe Jean-Pierrre Leloir rendit possible la concrétisation du projet, ayant commencé à photographier Ferré en 1953 et Brel et Brassens en 1957, il facilita les contacts avant d’immortaliser la réunion des trois géants Rock & Folk.

-Rock & Folk, History 1966-2012
De Philippe Manœuvre
Préface de Iggy Pop
Conception graphique : Vincent Tannières
Albin Michel / Roch & Folk, 216 p., 25 €

Permalien 18:59:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le 23 novembre 2012, Sir Ferguson aura sa statue devant Old Trafford

Sir Ferguson dirige Man United depuis 1986 alors que Pep Guardiola n’a entraîné Barcelone que 4 saisons (2008-2012). C’est dire que l’Ecossais est un compétiteur hors normes qui parvient à vivre avec la haute pression quotidienne.

Les Anglais aiment fêter de leur vivant les gens qu’ils aiment et cela n’a rien à voir avec cette nouvelle mode en France qui consiste à donner à des écoles communales le nom de créateurs de cinquième zone avides d’honorabilité.
A Arsenal, Arsène Wenger a déjà un buste en son honneur tandis que la statue de Thierry Henry trône devant l’Emirates Stadium, à Londres. Deux grands témoignages d’estime. En France, on baptise des maternelles du nom de X ou Y qui assistent à l’inauguration alors que deux metteurs en scène majeurs de la scène française du XXe siécle, Jean Vilar et Antoine Vitez, n’ont pas leur buste devant le Palais de Chaillot. En France, le respect est devenu ringard. En France, l’arriviste devance le mérite.
A partir du 24 novembre, les gens qui passeront devant Old Trafford, à Manchester, auront la possibilité de voir la statue de Sir Alex Ferguson, managesr de Manchester United depuis 26 ans. L’Ecossais vient de célèbrer la date anniversaire de son arrivée à Man United, mardi 6 novembre. Record absolu de longévité.
La statue, réalisée par le sculpteur Philip Jackson, sera érigée près de l’entrée de la Tribune Sir Alex Ferguson, c’est-à-dire devant l’ancienne Tribune Nord rebaptisée en 2011 sous le nom de l’illustrissime coach toujours en activité. Elle rejoindra la statue de Matt Busby qui est installée sur la façade principale du stade mythique. Matt Busby avait conduit Manchester United à son premier couronnement européen en 1968, avec le trio légendaire d’attaquants des années 1960, George Best, Denis Law et un autre “Sir", Robert “Bobby” Charlton, eux aussi statufiés aux abords du stade de leurs exploits répétés dans le «théâtre des rêves». L’expression est de Charlton, l’immense stratège Ballon d’or et champion du monde 1966. La statue de Busby fut érigée à la mort du premier grand coach écossais de Man United.
La cérémonie d’inauguration de la statue de Sir Ferguson aura lieu, le 23 novembre 2012, la veille de la venue à Old Trafford, en championnat, des Queens Park Rangers (24-11-2012, 16 h), le premier adversaire que Ferguson, en 1986, alors tout nouvel entraîneur d’United en provenance du club écossais d’Aberdeen. Le palmarès de Sir Ferguson est le plus beau du monde: 12 titres de champion d’Angleterre, deux Ligues des champions, trois championnats d’Ecosse et une Coupe des vainqueurs de Coupe avec Aberdeen. Je suis persuadé qu’il serait champion du monde s’il entraînait l’Angleterre ou un autre grand pays, mais Sir Alex est pour la vie à Man U. Ce n’est pas lui qui partira de MU pour le Real Madrid ou je ne sais autres clubs ou nations.
Alors qu’il fêtait ses 26 ans à la tête de Manchester United, Sir Alex Ferguson a appris qu’il sera statufié à Old Trafford. Le Boss a été très ému par cette annonce qu’il a accepté avec l’humilité qui s’impose. Ce qui n’interdit pas la fierté.
Sir Alex vient de remporter le trophée de Manager du mois d’octobre 2012 en Premier League.
Le Boss et les Red Devils viennent de gagner quatre matchs sur quatre en Premier League, avec 12 buts inscrits, deux victoires à l’extérieur ainsi qu’un premier succès à Stamford Bridge en plus de dix ans.
En un mois, Man United devenu leader avec un point d’avance sur Chelsea.
C’est la 27e fois que Sir Ferguson est nommé Manager du mois.
-"Nos infrastructures sont fantastiques. J’ai un excellent staff et de formidables joueurs : c’est grâce à eux que je suis récompensé. Il n’y a aucun doute là-dessus. Je suis vraiment ravi.”
Et moi aussi, le 23 novembre c’est tout simplement mon anniversaire.
D’aucuns me disent: “C’est facile de supporter un club qui gagne…”
Oui, mais au début de l’hiver 1992, je fus le seul à avoir dit que MU allait gagner le championnat grâce à Eric Cantona, championnat que MU n’avait plus remporté depuis 1967.
Oui, le seul.

[Post dédié aux Matt Busby babes]

Permalien 18:58:28, Catégories: FORZA ITALIA !, FOOT FRANCHOUILLARD  

Deschamps relance Gourcuff contre l'Italie alors que Paolo Maldini avait jugé sévérement son passage à l'AC Milan. Steed Melabranque, lui, reste à la maison.

Yoann Gourcuff a du ballon mais on se demande toujours s’il a le mental d’un grand champion. A ses débuts, je pensais le voir bientôt à la baguette, celle tenue jadis pas Kopa, Platini et Zidane. Gourcuff doit s’affirmer dans les deux ans qui arrivent sinon, il restera à jamais un grand espoir qui n’a pas confirmé au niveau international.

Sachant que deux milieux de terrain relayeurs sur lesquels il compte énormément sont blessés- Abou Diaby (Arsenal) et Rio Mavuba (Lille)- Didier Deschamps n’a toujours pas rappelé les deux créatifs Ben Arfa et Nasri dont on sait maintenant qu’ils ne sont pas dans la nappe phréatique fondatrice du nouveau sélectionneur. Ne parlons pas des autres- les fêtards du Havre-qui se sont exclus eux-mêmes.
Le champion du monde 1998 avait la possibilité d’appeler Steed Malebranque pour la première fois en A mais il ne l’a pas fait. Pourtant l’offensif Malebranque est en plein boum actuellement avec une belle densité dans la récupération et la relance. Une évidence: Malebranque n’a pas la carte contre disait Philippe Noiret. Il a fait sa carrière en Angleterre sans jamais rien demander à personne. Aujourd’hui, ses 32 ans ne plaident pas en sa faveur sur la longueur car en France on ferme la porte aux “vieux".
Né le 6 janvier 1980 à Mouscron, en Belgique, le Français Steed Malbranque, n’a joué qu’en Espoirs:
1998-2001 Olympique lyonnais
2001-2006 Fulham
2006-2008 Tottenham Hotspur
2008-2011 Sunderland
2011 AS Saint-Étienne
2012 Olympique lyonnais

A la place de Malebranque, Deschamps a pris une autre joueur de l’O.L… Yoann Gourcuff qu’il va relancer.
Né le 11 juillet 1986 à Plœmeur dans le Morbihan, Yoann Gourcuff, a déjà joue 29 fois en France A:
2003-2006 Rennes
2006-2009 Milan AC
2008-2010 Bordeaux
2010 Lyon
Italie-France du mercredi 14 novembre (20h50) à Parme étant un match amical, Deschamps veut revoir Gourcuff. Est-ce le bon moment ? J’en doute. La dernière des 29 sélections de Gourcuff remonte au 27 mai 2012 (France 3 - 2 Islande). Laurent Blanc l’avait remplacé à la 75e mn par Ribéry.
-"Il a eu une blessure qui l’a éloigné des terrains pendant plus d’un mois, il avait fait un bon début de championnat en août, a expliqué Didier Deschamps. Il est bien avec Lyon. J’ai envie de le voir dans le groupe avant les échéances importantes qui nous attendent l’année prochaine. Il a la faculté à pouvoir jouer plus haut, plus bas. C’est surtout un joueur créatif. Il a cette faculté à faire bien jouer les autres. Quand il est dans de bonnes dispositions comme à l’heure actuelle, c’est un élément qui peut être important pour le collectif", a commenté Deschamps pour expliquer la convocation de l’ancien grand espoir du football français qui tarde à confirmer les belles dispositions montrées à son arrivée en équipe France. Il est évident que cette nouvelle chance est l’une des dernières. On imagine que d’autres Bleus doivent se dire que Gourcuff a droit à plusieurs relances alors qu’eux attendent aussi qu’on fasse de nouveau appel à eux.
Revoir Gourcuff face à l’Italie nous fait penser qu’il y a deux ans, Paolo Maldini avait dit à propos de son ancien partenaire qu’il a côtoyé durant deux saisons (entre 2006 et 2008) à l’AC Milan:
-"Gourcuff au Milan s’est trompé à 100%. Son problème ici, c’était son comportement. Il ne s’est pas montré intelligent dans la manière de se gérer lui-même. (…) Lorsqu’il jouait ici, il n’avait pas envie de se mettre à disposition du groupe. Il ne s’est pas mis à étudier l’italien tout de suite. La tactique, il ne voulait pas la travailler. Il n’était pas toujours à l’heure. Il s’est passé beaucoup de choses. Des choses qu’il n’est pas possible de raconter. Mais lui, il sait très bien ce qu’il a fait. A Milanello, au lieu de faire une feinte et de passer le ballon, il en faisait quatre. C’est normal qu’à la troisième ou quatrième tu prennes un coup. Quand il entrait en jeu, il ne se donnait pas à fond. Des joueurs moins talentueux ont gagné le respect au Milan parce qu’ils donnaient tout. Lui, il ne l’a pas fait. Et ça, il le sait. Au bout d’un moment, il était devenu un corps étranger au groupe".
Suite à ce dézingage, Christian Gourcuff avait tenu à défendre son fils:
-"Je ne suis pas sûr que ce soit de Maldini… Mais il y a des choses qui me sont insupportables. C’est le monde actuel… Là, il y a deux solutions, soit tout casser, soit ne rien dire. Il vaut mieux ne pas répondre, mais c’est très, très méchant. Le Milan a fait le maximum pour récupérer Yoann après son prêt à Bordeaux, je le sais car j’y étais. S’il avait eu ce comportement à Milan, ils n’auraient pas tout fait pour le récupérer".
Yoann Gourcuff va donc passer un nouveau test qui ne voudrait pas dire grand chose car il s’agit d’un match sans enjeu, sauf que contre les Italiens ce n’est jamais un match facile. On sait que ce match trimballe des clichés, du style: “Les Français ne sont pas réalistes et les Italiens ont de belles armoires à pharmacie".
Gourcuff a du talent, on le sait. Ces derniers temps il a été trop souvent blessé.
On attend de lui qu’il démontre un grand mental.
Gourcuff joue au poste de Kopa, Platini et Zidane. La France à ses plus belles époques a toujours eu un grand 10.
La charge est lourde. A lui de la rendre légère sinon la génération Gourcuff va passer et laisser peu à peu la place à celle de Paul Pogba (Juventus Turin) qui frappe à la porte.

La sélection française :
Gardiens : Mickaël Landreau (Lille), Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (Marseille)
Défenseurs : Gaël Clichy (Manchester City), Mathieu Debuchy (Lille), Patrice Evra (Manchester United), Christophe Jallet (Paris-SG), Laurent Koscielny (Arsenal), Adil Rami (Valence), Mamadou Sakho (Paris-SG), Mapou Yanga-Mbiwa (Montpellier).
Milieux : Yohan Cabaye (Newcastle), Etienne Capoue (Toulouse), Maxime Gonalons (Lyon), Yoann Gourcuff (Lyon), Blaise Matuidi (Paris-SG), Moussa Sissoko (Toulouse), Mathieu Valbuena (Marseille)
Attaquants : Olivier Giroud (Arsenal), Bafétimbi Gomis (Lyon), Jérémy Ménez (Paris-SG), Franck Ribéry (Bayern Munich), Dimitri Payet (Lille).

Permalien 10:25:34, Catégories: LITS ET RATURES, SPECIAL MARADONA, GRAND MONSIEUR  

Borges, de loin, de Christian Garcin (Gallimard)

Borges parlait parfaitement le français. Sa voix est inoubliable, en n’importe quelle langue. Même sans rien comprendre un mot de ce qu’il dit, on est sous le charme de sa façon de parler. Une vraie partition musicale, toute en douceur avec des élévations et des gouffres. Pour moi, Borges incarne l’écrivain dans sa plus grande expression: un mélange d’érudition et de simplicité. C’est vers quoi il faut tendre. Tout le reste n’est pas littérature !

L’ouvrage s’intitule Borges, de loin mais il pourrait s’appeler Borges, de près, tant Christian Garcin colle à son sujet. Au début du livre, le poète-biographe rend hommage à Franz Kafka qu’il place au-dessus de tout le monde au XXe siècle. Chacun ses goûts et celui-ci est excellent. Christian Garcin cite tout de suite après son père, membre éminent de son Panthéon portatif. De la page 12 à la page 14, on voit 10 petites photo de Kafka entre le timbre poste et le photomaton. Sacré visage que l’on ne peut pas oublier. Il aurait pu choisir aussi de faire un livre sur Proust et Faulkner. Finalement son choix se porte sur Borges, son labyrinthe préféré en forme de spirales sans fin.
L’ouvrage s’articule autour du duo Borges-Garcin (Christian). Un bouquet de magie littéraire. En effet sans jamais avoir rencontré physiquement un écrivain on peut vivre avec lui par la pensée mieux qu’avec quelqu’un que l’on voit tous les jours. « Le gouvernement argentine veut organiser un tournoi de football » pestait Borges très peu porté sur le ballon rond. L’écrivain n’a pas vibré une seconde quand les Argentins, conduits par Kempes, qui ont remporté la Coupe du Monde 1978. Il ne supportait pas de voir la vulgarité d’un politicien hurler en cas de buts argentins. Cette démagogie l’écœurait dans un pays qui écrasait toutes les contestations. Borges ne vit pas Maradona soulever le trophée mondial de 1986, au Mexique, le 14 juin. L’écrivain rendit l’âme- expression pas très jolie mais quand on meurt on n’est jamais à son meilleur niveau- le 29 juin…
Le principe de la collection « l’une et l’autre » permet bien l’effet de miroir de Borges-Garcin, le thème du double étant présent partout. Cela fait aussi songer à Maupassant qui souffrait d’autoscopie, maladie qui fait que l’on croit être assis à côté de soi, sur un banc public par exemple. Borges connaissait bien cette sensation qu’il maîtrisait de bout en bout. Cette balade en compagnie de Borges nous refait traverser les années 1980. Elles semblent si loin qu’il est bon d’y replonger pour un baptême de l’intelligence renouvelée.

-Borges, de loin
De Christian Garcin
Gallimard, 174 p., 20 €

Permalien 00:00:15, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le trident de MU (van Persie, Rooney, Chicharito) marque 3 buts en 12 minutes

Van Persie, Rooney et Chicharito ont joué 12 minutes ensemble. Résultat ? Chacun d’eux a marqué un but ! Les trois attaquants sont des F1 du football. Sir Ferguson a composé une force de frappe fantastique. Depuis Rooney, Tevez et C. Ronaldo on n’avait pas été à pareille fête. MU est en route pour le doublé Premier League et C1. Le rêve est à nouveau enclenché dans la tête des fans. Sir Ferguson a raison: van Persie est annonciateur de titres, comme Eric Cantona en son temps.

Champions League 2012-2013
Braga 1-3 Manchester United
But pour Braga: Alan (49e)
Buts pour MU: van Persie (80e), Rooney (84e), Chicharito (90e + 2)

Grâce à un très bon coaching de Sir Ferguson, Man United s’est imposé à Braga alors que les Red Devils étaient menés 0-1. En 12 minutes, les Mancuniens ont réglé match.
Je n’ai pas vu la rencontre.
L’ailier Valencia a joué en latéral droit. (Voilà une corde que Nani n’a pas à son arc.)
Le trident Rooney-van Persie-Chicharito a très bien fonctionné: chacun de ses membres a marqué.
Avec 4 victoires en 4 matchs, Man United est déjà qualifié pour les 8e de finale. Carton plein !
Son groupe n’était pas difficile mais pas facile non plus car il n’y avait que des matchs pièges.
Voilà du travail vite fait bien fait.
MU va pouvoir se consacrer à la Premier League, l’esprit tranquille.

De Gea/
Evra ©
Smalling
Evans. Puis (68e) Ferdinand
Valencia/
Nani. Puis (84e) Rafael
Anderson
Giggs/
Chicharito
Rooney
Welbeck. Puis (75e) van Persie
Sur le banc: Lindegaard, Carrick, Young, Cleverley
Coach: Sir Ferguson

07.11.12

Permalien 22:35:15, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, BECKENBAUEREMENT  

Record en C1 depuis 1956: Lille encaisse un 0-5 en 33 minutes

Champions League 2012
Score du match à la 33e minute…
Bayern Munich 5-0 Lille
Buts pour les Bavarois: Schweinsteiger (5e), Robben (23e), Pizarro (33e, 28e, 18e)

Vos gazettes vous donnerons le score exact de ce Bayern Munich-Lille.
Je ne vous donne que le tableau d’affichage figé dans la 33e minute. (1)
Pas besoin d’aller plus loin dans le match de C1.
Jamais dans l’Histoire de cette compétition majeure qui a commencé en 1956, oui jamais une équipe n’avait encaissé 5 buts en 33 minutes. C’est le record absolu.
Bravo à Lille ! Pardon… Bravo au Bayern Munich.
C’est dire le niveau du championnat français qui ne cesse pas de se vendre dans la presse grâce à Zlatan Ibrahimovic est le seul très grand joueur qui évolue en L1 depuis que Hazard (Chelsea) est parti de Lille. Comme on le comprend…
Le LOSC a aussi battu un autre record en L1. Jamais un club français n’avait encaissé 6 buts en C1.
Il est temps que Lyon et Marseille redeviennent ce qu’ils étaient afin de défendre les chances françaises de manière plus solide.

Composition de départ de Lille : Landreau - Debuchy, Chedjou, Basa, Béria - Balmont, Rozehnal, Pedretti - Kalou, Roux, Payet.

Ces joueurs se sont vraiment comportés en visiteurs, de vrais touristes en Bavière.

Composition départ du Bayern Munich : Neuer - Lahm, Boateng, Danté, Alaba - Javi Martinez, Shweinsteiger - Robben, Müller, Ribéry - Pizarro.

(1) Score finale: Bayern Munich 6-1 Lille. Kroos a accentué le score à la 66e mn et Kalou inscrivit l’unique but lilois à la 58e mn.

Barack Obama a été réélu Président des Etats-Unis

7-11-2012. Discours de Barack Obama après sa réélection à la Maison Blanche.

Donc c’est Obama.
Pour fêter sa réélection, il a parlé devant ses électeurs, les téléspectateurs des Etats-Unis et ceux du monde entier.
Aucune note, pas un regard sur le pupitre. Pas de prompteur, me semble-t-il.
Grande élégance naturelle.
Un discours apaisant, pas de triomphalisme.
Aucune arrogance. Fédérateur.
Un immense professionnel. Humaniste. Et de l’humour en plus. (Mes filles, je suis fier d’elles, mais un chien ça suffit…)
Que la classe politique française en prenne de la graine.
Est-ce le fait des vacances scolaires, toujours est-il que lors d’un zapping général sur les chaînes françaises, je ne suis tombé que sur des invités en plateau tous les uns plus ringards que les autres. Ils n’ont trouvé comme intervenants que des politicard(e)s has been. Ils les ont déplacardisés pour l’occasion. Pendant la récente campagne électorale française, ces gens-là étaient interdits de télévision sous peine de faire chuter leur camp respectif. En France, la politique n’attire plus dans l’ensemble que des gens médiocres humainement. Je ne vois plus d’Edgard Faure, plus de Mendes France. Plus d’Antoine Pinay. Plus de Pierre Bérégovoy. Plus de Charles de Gaulle.

Permalien 00:29:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Un siècle de Goncourt, de Robert Kopp (Découvertes/ Gallimard)

Joel Dicker La vérité sur l’affaire Harry Québert (Bernard de Fallois/ L’Age d’Homme) peut avoir le Goncourt 2012. L’autre favori est Patrick Deville, Peste et choléra (Seuil) Outsider ? Jérôme Ferrari, Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud)

Nous assistons à la création de l’Académie qui n’a pas été aisée à élaborer. Jules Goncourt étant mort, en 1870, Edmond a du agir seul mais à sa disparition, en 1896, sa famille a tout fait pour faire échouer la formation de l’Académie afin de capter l’argent destiné à cette confrérie d’auteurs qui devait trouver chaque année un écrivain méconnu pour lui faire gagner de l’argent et des lecteurs. En avril 1900, Léon Hennique réunit pour la première fois les Académiciens désignés: Gustave Geffroy, Huysmans, Paul Marguerité, Octave Mirbeau, les deux Rosny pour qu’ils cooptent trois autres écrivains : Léon Daudet, Elémir Bourges et Lucien Descaves. C’est ainsi que naquit officiellement les Goncourt le 19 janvier 1903, une société reconnue d’utilité publique. Des jaloux le traitèrent en « académiette » la comparant à l’Académie française.
Le livre évoque tous les temps forts de ce qui est devenu une institution française. Aujourd’hui, elle représente encore et toujours beaucoup de pouvoir. Le prix Goncourt reste la plus prestigieuse des récompenses françaises. Il garantit une grosse vente. Certains écrivains y ont laissé des plumes et même leur plume. D’autres qui ne le méritaient n’ont jamais eu le talent qu’il n’avait pas avant l’attribution de la récompense. Une fois décerné le prix est acheté par des gens qui lisent parfois un seul livre par an. Ils font confiance aux membres du prix, les yeux fermés. A certaine édition, il ne vaudrait mieux pas les ouvrir tant le bouquin couronné n’a aucun intérêt. Ne soyons pas comme les envieux. Le prix Goncourt ne plait pas aux gens tant qu’ils ne l’ont pas reçu. Julien Gracq l’a refusé mais on se souvient plus de son refus que des noms de tant et tant de lauréats oubliés.
Pour le prix Goncourt 2012 qutre livres sont encore en lice:
- Patrick Deville, Peste et choléra, Seuil
- Joel Dicker La vérité sur l’affaire Harry Québert, Bernard de Fallois/ L’Age d’Homme
- Jérôme Ferrari, Le sermon sur la chute de Rome, Actes Sud
- Linda Lê, Lame de fond, Bourgois

PS: le prix Goncourt 2012 a été décerné mercredi 7 novembre à Jérôme Ferrari pour Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud). Un ouvrage qui allie le fond et la forme. On dit bravo. Ici on récompense le talent et non pas le parisianisme. Nous sommes dans la littérature. Alors tout va bien.

-Un siècle de Goncourt
De Robert Kopp
Découvertes/Gallimard, 144 p.,, 14,70 €

06.11.12

Permalien 19:55:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Les Ecrivains qui ont fait la République, d'Alain-Gérard Slama (Plon)

Alain-Gérard Slama est un grand rousseauiste comme Henri Guillemin qui dès 1942 réhabilita Rousseau.

Voici le premier tome d’une étude d’Alain-Gérard Slama qui fera date. L’entreprise de l’essayiste est de distinguer les écrivains qui ont fait la République. Beau programme que tous les passionnés des Lettres françaises ne vont pas manquer. Le texte inaugural est sous-titré : “Le trésor caché : des origines au début du XIXe siècle". Pour notre plus grand plaisir, Alain-Gérard Slama se propose de nous dévoiler le « passage de témoin » qui relie des écrivains aussi différents que Montaigne, Joseph de Maistre, Rousseau, Mme de Staël, Constant, Chateaubriand, Hugo, Renan, Barrès, Proust, Gide, Montherlant, Céline… jusqu’à sans doute Kundera et quelques autres.
Pour Slama, «la culture politique française ne se sépare pas de sa culture littéraire». C’est bien dit et cela ne surprend pas de la part d’un érudit de sa trempe. Je préfère de loin lire un homme cultivé sans pédantisme de la dimension de Slama que toutes les ténors de l’édition dont on dit qu’ils sont philosophes alors qu’ils ouvrent des portes ouvertes du style « il faut qu’on s’aime » et « à mort la guerre ». Je mets à part Michel Onfray qui lui a le mérite d’avoir créé une université gratuite pour partager la culture. Albert Camus aurait apprécié.
Slama cherche à débusquer le trésor qui est caché dans chacune des œuvres qu’il estime importantes. On pourrait citer d’autres noms. Sa liste est respectable et elle se défend sans problème. Cependant pourquoi exclure Apollinaire si on fait figurer Proust et Céline. Le fait même que l’auteur d’Alcools fut un apatride devenu Français est un événement majeur. Exit Voltaire ? Montesquieu ? Dans le premier ouvrage Rousseau, de Maistre et Constant ont la part belle. Rousseau y est particulièrement à son avantage et cela est justifié tant il fut le précurseur de la Révolution française. Jean-Jacques, comme on dit, fut un adepte du développement de la personnalité individuelle inscrit dans le mouvement de l’intérêt général. Son impact sur la société fut si grand que Voltaire vit en Rousseau son seul rival. Slama expose bien le parcours de Rousseau qui reste un élément clé de la construction de la République française. Par la pertinence de son analyse et la clarté de son jugement, Slama capte le lecteur grâce à une langue nerveuse dans le bon sens du terme.
Par ailleurs, pour Slama, on pardonne son « racisme primaire » à Céline parce qu’il a inventé un style ; le lyrisme mystique de Genet fait écran à la « grossièreté de son antisémitisme et [à] sa fascination pour les crimes nazis ». Pourquoi Raymond Aron n’a pas le prestige de Sartre ? « Pour la simple raison que celui-ci avait à son actif, en dépit de ses errements staliniens, la consécration d’une œuvre romanesque et théâtrale ». Slama précise que les grands monarques, de Louis XIV à Charles de Gaulle, ont toujours pris le « risque d’entretenir dans leur entourage » des écrivains dont le talent pouvait les rendre encore plus historiques. Lire Slama c’est s’instruire avec plaisir. Il ne faudrait pas que la culture devienne ringarde. Par les temps qui courent, on ne s’est jamais. Restons vigilants.

-Les Ecrivains qui ont fait la République. Tome 1. Le trésor caché : des origines au début du XIXe siècle,
Alain-Gérard Slama
Plon, 213 p., 20 €

05.11.12

Le but décisif d'Evra contre Arsenal, vu du KOP de MU

D’habitude Patrice Evra dit ses quatre vérités à Arsenal. Dèsormais, il ne dit plus rien car il n’y a plus rien à dire contre un entraîneur que l’on dépouille sans cesse. Il ne dit plus rien mais il a marqué un but décisif de la tête contre Arsenal. Hier, toute la presse française taillait Evra. Aujourd’hui, Evra est capitaine de Man U et Deschamps en a fait un leader. C’est ce qui s’appelle donner la réponse du terrain.

Un but vaut mieux qu’un long discours.
Patrice Evra a marqué le but décisif lors de la victoire de Man United contre Arsenal (2-1) le 3 novembre 2012.
Il a donné la réponse sur le terrain. Une réponse à ceux qui en sont restés au bus des Bleus en Afsud. Ce jour-là, Henry était lui aussi dans le “bus de la honte". Le plus grave ce fut qu’à cette époque, la France n’avait plus de sélectionneur national. C’était un bateau ivre sans Rimbaud.
Revenu à MU, dirigé par Sir Ferguson, Evra est redevenu l’un des plus grands latéraux du monde.
Blanc l’a resélectionné et Deschamps en a fait l’un de ses tauliers.
A MU, Patrice Evra est désormais capitaine. C’est dire la confiance qu’il inspire à Sir Ferguson. Et aussi à ses partenaires et aux fans.
Evra est un garçon qui joue entre 50 et 60 matchs par an.
Il n’est quasiment jamais blessé.
Son mental est en acier inoxidable.
Il ne faut pas oublier qu’il a disputé 4 finales de Champions League: une avec Monaco et 3 avec Man United. Même s’il n’en a gagné une, cela situe le joueur parmi les plus grands de sa génération, à son poste.

Patrice Evra, né le 15 mai 1981, à Dakar.
Parcours: 1992-1993, CO Les Ulis; 1993-1997, CSF Brétigny, 1997-1998 Paris SG; 1998-1999 S.C. Marsala; 1999-2000 AC Monza; 2000-2002 OGC Nice; 2002-jan. 2006 Monaco; jan. 2006 Manchester United.

Palmarès
AS Monaco
Vice champion d’Europe 2004
Coupe de la Ligue 2003

Manchester United
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Ligue des Champions 2008
Vice champion d’Europe 2009, 2011
4 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011
3 Community Shield 2007, 2008, 2011
3 Carling Cup 2006, 2009, 2010

46 sélections en équipe de France A

Le très grand respect entre Arsène Wenger et van Persie

A la fin du match qu’il a remporté, en marquant le premier but si important, Robin van Persie est allé saluer Wenger, comme un fils va voir son père. Grand moment de football. Avant le match, van Persie avait salué tous ses anciens coéquipiers dans le couloir d’Old Trafford, un à un. Ensuite, il avait embrassé tous ses nouveaux équipiers sur la pelouse, à la vue de tout le monde. Ce 3 novembre 20 h 30 fut vraiment un jour spécial pour l’attaquant. Cela faisait 8 saisons qu’il jouait pour Wenger. Désormais c’est un Red Devil. Une chose évidente: van Persie est un gars super bien élevé comme on dit chez moi.

Le 3 novembre 2012, Robin van Persie a marqué dès la 3e minute contre Arsenal, le club dont il fut le capitaine.
Après 8 saisons passées à Arsenal avec Arsène Wenger, le Néerlandais a signé à Man United pour enfin remporter des grands titres.
A la fin du match, Robin van Persie est allé saluer son ancien entraîneur.
Tout le monde sait que les dirigeants d’Arsenal ont une politique qui consiste à revendre très cher les joueurs que Wenger recrute à bon marché.
Si c’était dans son pouvoir, jamais Wenger n’aurait vendu van Persie.
Le moment de fraternité entre les deux hommes est un grand moment de football que l’on aime.
Mon plus grand regret pour Wenger c’est qu’il n’ait pas remporté la finale de la C1 2006 contre le Barça. (VOIR les du spots suivants)
Ce match-là était un match-clef. Hélas, Henry ce jour-là n’est pas arrivé à vaincre le Barça de Ronaldinho.
Aujourd’hui, tous les fans de Man United disent merci à Arsène Wenger. Merci pour Robin van Persie qui apporte beaucoup à MU. De surcroît, van Persie a beaucoup d’élégance sur le terrain. Une élégance proche de celle de Ryan Giggs. Grands joueurs et beaux à voir jouer.

Evra avait raison: Arsenal n'est plus qu'un centre de formation...

La défaite d’Arsenal 2-1 à Old Trafford a démontré que les Gunners n’étaient plus ce qu’ils étaient à l’époque de Vieira et de Henry. C’est d’ailleurs pour cela que van Perie est parti à MU et que Walcott n’a toujours pas résigné avec les Gunners.

Chaque fois qu’Arsène Wenger est en passe de revenir aux premières places de la Première League, ses dirigeants lui mettent des bâtons dans les roues. Dès qu’il gravit l’échelle de la hiérarchie comme autrefois, le pouvoir exécutif d’Arsenal lui scie un barreau et parfois deux en même temps. Il faut vraiment que le coach soit très bien payé pour endurer un pareil comportement anti terrain: 7,5 M€ par an. Jamais Sir Alex Ferguson n’accepterait une telle politique d’amasser de l’argent au détriment de la qualité. Si Sir Alex avait été pillé chaque saison jamais il n’aurait gagné autant de titres. Wenger doit se contenter de son sort sinon il irait voir ailleurs depuis longtemps. Il vaut mieux un petit chez soi- il y a son buste statufié- qu’un grand ailleurs. A Arsenal, il peut rater plusieurs matchs, ses dirigeants ne disent rien car ils savent que Wenger est dans la poisse à cause d’eux. S’il était au Real Madrid, il n’aurait pas droit à l’erreur. Wenger n’a entraîné que des équipes à faible pression (Cannes, Nancy, Monaco, Nagoya Grampus…) Un vrai plan de carrière. Je le vois peut-être parachever son parcours chez les Bleus, cela dépend des circonstances plus ou moins favorables à un choix extérieur à la FFF.

Arsène Wenger conduit une vieille Jaguar qu’il a rendu compétitive au milieu des Formules 1 dernier cri. Son gros problème c’est que juste avant un Grand Prix et parfois même en pleine course ses propres dirigeants lui retirent un ou deux pneus voire carrèment une soupape. Le conducteur souffre alors toutes les peines du monde pour ne pas perdre le contrôle de son vehicule. Il se maintient bien au volant pour franchir la ligne d’arrivée aux places d’honneur. Ce qui n’est pas un mince exploit.
Le poumon d’acier des Gunners, Song, a signé à Barcelone.
Et sa force de frappe Robin van Persie est passé à l’ennemi: Manchester United.
L’hémorragie des talents se poursuit à Arsenal.
Chaque saison ses meilleurs éléments s’en vont.
On dirait que les dirigeants de Wenger souhaitent que le Français recrute de bons joueurs afin qu’ils deviennent très bons à Arsenal dans le seul but de les revendre pour faire des bénéfices dans la revente. Le club à une manne financière de près de 90 M€.
C’est ce que fait Wenger sauf quand il se plante sur Reyes ou Arshavin qui à Londres moins sont moins bons qu’à leur arrivée, mais cela arrive aux meilleurs coachs, y compris à Sir Ferguson.
Patrice Evra avait 100 % raison de dire qu’Arsenal n’était plus qu’un centre de formation. (Je l’ai dit bien avant lui et cela ne m’a pas attiré que des amis…)
Regardons quelques récents transferts:
-Adébayor, Kolo Touré, Clichy et Nasri: Manchester City. On peut y joindre captain Vieira qui est dans le staff des Citizens.
-As.Cole(Chelsea)
-Henry, Fabregas et Song (Barcelone)
-van Persie (Manchester United)
On voit vraiment que ceux qui tenaient la maison partent tous.
En un an, Arsenal a perdu Clichy en défence, Song à la récupération-relance, Nasri et Fabregas à la création, et van Persie à la finition.
Cela fait beaucoup. Beaucoup trop pour espèrer gagner le championnat.
Les dirigeants d’Arsenal casse trop souvent le groupe d’Arsène Wenger. Il faut aussi rajouter William Gallas sur la liste des départs bien que là il s’agissait de résoudre des tensions de vestiaire dont on eu un aperçu lorsque Nasri (Arsenal) a refusé de serrer la main de Gallas parti à Tottenham.
Arsène Wenger a du mérite de toujours se creuser les méninges pour maintenir Arsenal dans les quatre premiers.
Actuellement plutôt au rang 3 ou 4.
La récente réunion avec les actionnaires les plus modestes (environ 3 % du capital) ne s’est pas passée dans un climat serein. Les deux actionnaires principaux sont milliardaires: un Américain et un Russe. Le club amasse de l’argent mais ne gagne plus rien depuis 2005.
A. Wenger a raté le coche… en 2006 lorsqu’il a perdu la finale de la C1 au SDF face à Barcelone.
A partir de là, le domaine sportif s’est dégradé.
Un victoire en C1 aurait fait basculer Wenger et Arsenal dans les clubs à C1.
Cela aurait changé beaucoup de choses.
On dit toujours qu’Arsenal est le parent pauvre de Man U mais la masse salariale d’Arsenal est de 178 M€ et celle de MU de 198 M€… C’est kif kif bourricot !
Depuis le départ de Patrick Vieira- lui aussi passé à l’ennemi (Man City)- Arsenal se cherche une âme.
Savez-vous comment appelle-t-on la qualification d’Arsenal en C1 ? Un “trophée” (sic). C’est tout ce qui reste à Arsenal pour attirer quelques vedettes perdues à la recherche d’un collier.

Parcours d’Arsenal en Premier League depuis le départ de Vieira:
2005-2006:
1er Chelsea 91 points/ 4e Arsenal 67 points
2006-2007:
1er Manchester United 88 points/ 4e Arsenal 68 points
2007-2008:
1er Man U 87 points/ 3e Arsenal 83 points
2008-2009:
1er Man U 90 points/ 4e Arsenal 72 points
2009-2010:
1er Chelsea 86 points/ 3e Arsenal 75 points
2010-2011:
1er Man U 80 points/ 4e Arsenal 68 points
2011-2012:
1er Man City 89 points (+64) et Man U 89 points (+56)/ 3e Arsenal 70 points

Voyou, de Jean-Luc Henning (L'Infini/ Gallimard)

Voyou ? C’est une compilation d’articles signés par Jean-Luc Henning entre 1975 et 2011. Un best of. Et donc un vrai livre pour ceux qui ne les ont jamais lus. 1975 ? Les années d’espoir, celles d’avant l’arrivée au pouvoir exécutif de François Mitterrand qu’on attendait comme le Messie sans voir que VGE méritait beaucoup mieux que ce qu’on en disait. 1975 ? Les années d’avant le sida, c’est-à-dire que tout le monde faisait l’amour avec tout le monde sans risquer la mort. 2011 ? Le mirage de la gauche est passé et nous restons sur notre faim. De Gaulle reste le plus grand homme politique français du XXe siècle, il n’y aucun contestation possible. 1975-2011 ? Un bail de 36 ans. On dirait la date de naissance et celle de la disparition de quelqu’un. Celle de la jeunesse de Jean-Luc Henning ? Comme le temps passe ! L’auteur de Sperme noir (2006), entre autres titres chocs, a une réputation sulfureuse qu’il n’entretient pas à grands coups d’esclandres médiatiques. JLH n’est pas un imposteur, le genre de petit bourgeois- comme on disait autrefois- qui joue au voyou à Saint-Germain-des-Prés avant d’aller dorloter ses lingots d’or en Suisse ou en Irlande.
JLH ce n’est pas Jean Genet qui pige à Mickey magazine. C’est une sorte de petit-fils de Gide et Pasolini. Je ne savais pas si bien dire car dans sa présentation, JLH écrit : «L’œil qui voit, pas l’oeil vu». Il est comme Maurice Maeterlinck : voir sans être vu. Ce pourrait être son image de marque. Et il précise : « Sentimental glacé, plutôt que cérébral charnel ». L’écrivain nous confie qu’il n’aime pas ce qui est neuf. Il préfère les objets usés. En gros, les voitures d’occasion et non pas les derniers modèles. Les vieux plutôt que les jeunes ? Avec le temps, nous sommes tous des hommes d’occasion et non plus des premières mains. Henning est un Tanizaki français qui a élu domicile dans l’ombre, à l’écart de la lumière, surtout celle artificielle.
De métier professeur de lettres et agrégé de grammaire, il fut un pionnier dans l’enseignement qu’il a voulu moderniser et nettoyer du carcan des idées reçues. Devenu l’une des plus importantes signatures de Libération, il est le co fondateur, avec Marie-Odile Delacour, de Sandwich, fin 1979. Le supplément fut un événement considérable. Un véritable phénomène de société qui libéra la parole écrite des petites annonces. Toutes les fins de semaine, on se ruait sur le supplément pour lire avec délectation ce magazine papier journal dont je suis un grand nostalgique. Il est vrai que j’y ai publié un reportage-photo sur la tétralogie Molière-Vitez. Outre les petites annonces, le journal ouvrait sa porte à des intervenants qui pouvaient proposer spontanément des sujets. C’était l’enjeu essentiel proposé par Jean-Paul : que les lecteurs deviennent journalistes. Ce fut mon cas.
Un mot sur le style de Jean-Luc Henning. De par sa formation littéraire, il aime profondément la langue française qu’il utilise sans les clichés de la branchitude qui à la longue nous fatiguent. Si on prend la collection de Libé, les auteurs qui se voulaient modernes sont devenus illisibles. Ne tiennent le coup que ceux qui ont écrit simplement et sincèrement sans s’interdire les effets de la trouvaille. C’est le cas de Jean-Luc Henning. Dans Voyou, on se confronte aux robes de Chanel et de YSL, on se promène dans la Rome antique, on s’immerge dans la drague entre un « mâle hétéro » et un homosexuel. Henning ne dit pas gay. Un hétéro veut vivre avec un garçon tout ce qu’il ne fait pas avec une femme. Henning dénombre toutes les finesses psychologiques de ce genre de liaison. La luxure est aussi abondamment traitée. Ce péché dit capital est abordé aussi sous l’angle des crapauds si chers à Jean Rostand.
Henning nous entraîne à Montréal, une ville où il y a du ciel partout, ce ciel dont André Breton disait qu’il était la réclame de Dieu. Au détour d’un chapitre, on y croise Artaud et le Nissart Ernest Pignon-Ernest puis surtout Grisélidis, un merveilleux écrivain auquel il a consacré un livre Grisélidis courtisane (1981) réédité depuis chez Verticales/ Gallimard. Grisélidis est une femme exceptionnelle qu’on n’oublie plus dès qu’on la lit. «Grisélidis a tout connu » écrit celui qui la sert la mieux possible depuis toujours. Maman et putain dans toute sa splendeur.
Le voyeurisme inspire à JLH de belles pages, dans tous les sens du terme. Le voyeurisme, ce « vol invisible ». Invisible, mais pas à l’œil nu. Le livre se termine ou plutôt se poursuit avec une “conversation au Palais-Royal” entre JLH et Mona Thomas, histoire de dire que l’intervieweur (Mona Thomas) et aussi important que l’interviewé (JLH). Façon de dégonfler l’ego.

-Voyou
De Jean-Luc Henning
L’infini/ Gallimard, 285 p., 23,50 €

Grisélidis, la très grande amie de Jean-Luc Henning.

Nota Bene: alors que je viens de mettre en ligne ce post je reçois un ouvrage de 2003 de Patrick Gouvervennec qui me précise qu’il est né à Nice. Son envoi est très amical. C’est la première fois que l’on m’adresse un livre, hors actualité comme on dit. Que dois-je y voir ? Un élan de fraternité ou un appel de quelqu’un qui ne publie plus ? Le plus incroyable est que Katia la nuit est l’histoire d’une femme qui reçoit des hommes pour l’amour du geste dirons-nous. Le croisement entre la réelle Grisélidis et l’héroïne “Katia” de Gourvennec est troublant. Hasard objectif, dirait André Breton. J’adresse un salut amical à Patrick Gourvennec.

[Post dédié à Stéphane Vallet]

04.11.12

Rooney et van Persie forment le plus beau du duo du monde

3 novembre 2012, dans les vestiaires d’Old Trafford après Man United 2-2 Arsenal. Rooney et van Persie sont compatibles. En se mettant au service de van Persie, Rooney prouve qu’il est encore plus grandiose qu’on ne le pensait. Sir Ferguson a formé le plus grand duo d’attaquants en activité.

Si van Persie et Rooney jouaient au Real Madrid ou à Barcelone, les journalistes institutionnels en feraient des tonnes. Il a fallu que Cristiano Ronaldo quitte MU pour Madrid contre presque 100 M€ pour que le joueur portugais soit mille fois plus médiatisé. La presse ne parle pas beaucoup des joueurs de MU dès lors qu’ils ne quittent pas le club: Scholes et Giggs n’ont pas eu de traitement de faveur de la presse internationale. Et dès que Beckham est parti à Madrid ce fut la Beckhamania ! La presse n’aime pas les joueurs paisibles. Elle préfère les turbulents et les turbulences, c’est plus vendeur. Pourtant Ronaldo est devenu Ballon d’or(2008) à Man United. Et pourtant, MU est le club qui vaut le plus cher au monde, devant le Real Madrid et devant Barcelone. Donc van Persie et Rooney sont au moins aussi importants que Ronaldo et Messi. La ligne d’attaque de MU s’est considérablement amélioré avec l’arrivée de van Persie: Young-Rooney-van Persie-Valencia. Voilà un sacré quatuor. Nani n’est qu’un remplaçant car il est plus doué qu’intelligent, capable d’action géniale mais trop pauvre collectivement. Nani a le tort de toujours vouloir prouvé qu’il est un grand joueur. Cela fait de la peine de voir une Lamborghini tourner au ralenti. Il est sans doute fait pour un club moins important, un club où on lui demanderait simplement d’être une vedette qui attire le public et les médias, sans forcément une obligation de résultat. Nani devrait tirer des leçons de la façon de jouer de van Persie. Le Néerlandais gaspille peu de ballon. Est-il plus beau de servir un partenaire bien placé ou de tenter sa chance alors qu’on n’est pas idéalement placé ? La réponse est évidente. Eric Cantona a dit que sa plus belle action de jeu avait été un louche en direction de Denis Irwin. Voir l’entente entre Rooney et van Persie est un opéra de l’oeil supplémentaire que Sir Ferguson apprécie beaucoup depuis les tribunes. Il suffit de le voir: il se délecte de ce nouvel esthétisme mancunien.

** Wayne Rooney (27 ans)
né le 24 octobre 1985, à Liverpool (Angleterre)
1996-2004/ Everton FC
2004/ Manchester United
2003/ Angleterre (78 sélections, 32 buts)
Palmarès
Manchester United
Ligue des champions 2008
Coupe du monde des clubs 2008
4 Championnats d’Angleterre 2007, 2008, 2009 et 2011
4 Community Shield 2007, 2008, 2010 et 2011
3 League Cup 2006, 2009 et 2010

** Robin van Persie (29 ans)
né le 6 août 1983, à Rotterdam (Pays-Bas)
1996-2001/ Excelsior Rotterdam
2001-2004/ Feyenoord
2004-2012/ Arsenal
2012/ Manchester United
2005/ Pays-Bas (71 sélections, 31 buts)
Palmarès
Feyenoord Rotterdam
Coupe UEFA 2002
Arsenal
Community Shield 2004
FA Cup 2005

On se demandait si Sir Ferguson avait bien fait de faire venir à MU un joueur emblématique à Arsenal puisqu’il en était le capitaine. La réponse est oui.
Alors qu’il avait promis de ne jamais faire signer un joueur qui a marqué l’Histoire d’un autre club, Sir Ferguson a changé d’avis et a fait venir van Persie à MU, soit un joueur resté huit saisons sous le maillot des Gunners. Auparavant, l’Ecossais avait dit qu’il pensait parfois à S. Gerrard mais il précisait aussitôt que par respect pour Liverpool, il ne le venir jamais venir à Carrington.
Pourquoi a-t-il changé d’avis ?
1/ van Persie voulait venir à Man United.
2/ si Sir Ferguson ne faisait pas venir à MU, il serait sans doute allé à Man City, donc MU a voulu démontrer que le pouvoir financier des Citizens n’était pas plus fort que l’Histoire de MU.
Aujourd’hui, on se réjouit de la venue de van Persie. A tous les points de vue c’est un apport considérable.
Temps d’adaptation: immédiat
Intelligence: 10
Technique: 9
Lecture du jeu: 10
Jeu sans ballon: 10
Esprit collectif: 8

Son entente avec Rooney est belle à voir. “Wazza” le sert souvent. Dès qu’il voit RVP demarqué, Rooney lui donne immédiatement le ballon. Valencia est aussi souvent dans le coup. Tous les grands joueurs ont un ego hors norme mais plus ils sont intelligents mieux ils jouent. Rooney sait que tout le monde à Man United a conscience qu’il est l’un des plus grands attaquants de l’Histoire du football. Aussi, fort de cette certitude, il n’est pas hostile à faire briller son nouveau partenaire. Le football est un sport collectif. Un imbécile aurait considéré van Persie comme un rival et non comme un partenaire. Et bien sûr, bravo et merci à Sir Alex Ferguson qui accompagne ces deux joyaux du ballon rond. Etre fan de MU c’est vivre le paradis sur terre depuis 1993.

Premier League, 10e journée
West Ham 0-0 Manchester City
Swansea City 1-1 Chelsea
Tottenham 0-1 Wigan
Sunderland 0-1 Aston Villa
Fulham 2-2 Everton
Norwich City 1-0 Stoke City

Classement
1 Manchester United 24 pts 10 m/ 8 0 2/ 26 14/ + 12
2 Chelsea 23 10/ 7 2 1/ 22 10/ + 12
3 Manchester City 22 10/ 6 4 0/ 18 9/ + 9

L'ancien capitaine des Gunners a tué d'emblée le match

Sir Ferguson a bien remonté le moral de ses joueurs après l’énorme désillusion d’avoir abandonné le titre de Permier League à Man City, au goal average. Cette saison, MU joue encore la gagne pour le sacre national. Cela dure depuis l’arrivée de Cantona en 1992-1993. Un grand merci à Monsieur Ferguson.

Manchester United 2–1 Arsenal
Buts pour Man U: van Persie (3e), Evra (66e)
But pour Arsenal: Cazorla (90e + 4)

On n’a pas eu le temps de gamberger sur le fait que Robin van Persie ait changé de camp. De fait l’ancien capitaine d’Arsenal qui a passé 8 saisons à Londres a tué le match dès la 3e minute sur un centre de Rafael mal défendu par Vermaelen qui l’a renvoyé sur le Néerlandais qui s’est fait le devoir de marquer d’un tir plein d’adresse. Par respect pour son ancien club, il n’a pas fêté son but. Grande classe ! J’avoue que j’ai eu du mal à le voir revêtir le maillot de MU à son arrivée. Il n’est pas facile d’aimer un ancien adversaire. A partir de ce premier choc Man United-Arsenal, j’ai totalement intégré son transfert.
Un fait m’a profondément marqué juste avant le coup d’envoi. En effet, van Persie est allé embrassé tous les Red Devils, un à un. Jamais je ne l’avais vu agir de la sorte. Cela voulait dire: “Je suis avec vous les gars… Je suis des votres.” Ces étreintes successives ont paralysé les joueurs d’Arsenal. Eux aussi ils ont vu RVP étreindre ses nouveaux partenaires. Cela les a paralysés.
Le match aurait pu se terminer 4-1 si Rooney, Valencia et Anderson avaient marqué chacun le but qu’ils ont eu au bout du pied. Et le match aurait pu aussi se terminer 2-2 si Arsenal avait un peu plus cru en ses chances vu que MU a mis longtemps a marqué le second but qui est venu grâce à Evra, un latéral vraiment hors du commun. Dire que d’aucuns en France osent dire qu’il est quelconque. Hélas! Arsenal est trop affaibli par rapport à jadis. Non seulement, les Gunners n’ont pas remplacé Vieira et Henry mais ils ont perdu Song, Nasri, Fabregas et van Persie. Que serait devenu MU si Carrick, Giggs, Scholes et Rooney étaient partis voir ailleurs. Si de plus Rooney jouait à Arsenal, je serais vert de rage, bon pour la maison de repos car en pleine dépression.
Arsenal diminué a donc livré un match de qualité mais on doit dire que Rooney a raté un penalty très mal tiré (van Persie est venu le consoler), Valencia a raté le K.O. car il a voulu reprendre du droit un ballon qu’il aurait dû frapper du plat du pied gauche, et Anderson s’est compliqué la tâche au lieu de frapper tranquillement dans le cadre. N’est pas Scholes qui veut.

Les RED DEVILS
De Gea/ (8) Sur sa ligne, il est très sûr
Evra © (10) Il a marqué le but décisif. Ce warrior est indestructible. Le plus grand latéral de MU depuis Denis Irwin
Evans (8) Sécurisant malgrè son jeune âge
Ferdinand (7) Un match propre. Présence paternelle
Rafael/ (8) Un latéral du top 10 mondial qui poursuit sa route vers les sommets du poste
Valencia (8) Il fat tout ce que n’arrive pas à faire Nani. Puis (81e) Nani à force de vouloir remplacer C. Ronaldo, il n’est même plus Nani
Carrick (8) Un élément clef de la maison Rouge. Un exceptionnel joueur de club
Young (7) Le véloce à un jeu cristallin qui demande une virtuosité technique qu’il possède.
Cleverley/ (7) Le nouveau Stiles de MU. Une vraie teigne du milieu de terrain. Puis (61e) Anderson (6) Doit encore perdre 5 kg pour enfin devenir indispensable. Néanmoins, il a un coeur gros comme ça
Rooney (8) Se dépense sans compter. Au four et au moulin. Ne s’est pas assez concentré avant le penalty qu’il a raté
van Persie (9) Un monstre de lucidité. Beau à voir se déplacer. Supérieurement intelligent. S’est encore plus vite adapté à MU que Chicharito et Valencia qui avaient pourtant battu un record de rapidité dans ce domaine
Sur le banc: Lindegaard, Wootton, Scholes, Powell, Chicharito
Coach: Sir Ferguson. (8) Du fond du coeur, MERCI de toujours entraîner Manchester United

03.11.12

13 h 45: les compositions de MANCHESTER UNITED-ARSENAL

Seule la mort peut m’empêcher de voir un MU-Arsenal

3 novembre 2012, 13 h 45
Old Trafford, Premier League
Manchester United–Arsenal
Pronostic? 4-1 si MU est dans un grand jour. Sinon 2-2, c’est possible. La grosse cote: 1-3 pour Arsenal.

Les RED DEVILS
De Gea/
Evra ©
Evans
Ferdinand
Rafael/
Valencia
Carrick
Young
Cleverley/
Rooney
van Persie
Sur le banc: Lindegaard, Wootton, Anderson, Nani, Scholes, Powell, Chicharito
Coach: Sir Ferguson a redonné sa chance à Wootton mais sur le banc. C’est un signe pour le sauver mentalement de son match catastrophique à Chelsea en Coupe de la Ligue. MU joue en 4-4-2 évolutif avec “Wazza” un cran sous RVP.

Les Gunners:
Arsenal
Mannone/ Sagna, Mertesacker, Vermaelen, Santos/ Arteta, Wilshere, Ramsey/ Cazorla, Giroud, Podolski
Sur le banc: Martinez, Koscielny, Jenkinson, Walcott, Coquelin, Arshavin, Chamakh
Coach: A. Wenger a mis Koscielny sur le banc. Son équipe est très bien composée. Le retour de Wilshere est une très grande nouvelle pour les Gunners. Walcott est dans le rôle de speedy Gonzalez à venir. Arsènal a opté me semble-t-il pour un 4-3-3, évolutif aussi

Les dernières déclarations.

Sir Alex Ferguson dit Fergie, the Boss:
-"Quand on a réalisé que Van Persie ne prolongerait pas à Arsenal, on a tout fait pour le recruter et il a eu un impact immédiat ici. Les performances de Robin sont meilleures match après match. Il fait la différence. Et c’est d’ailleurs pour ça qu’on avait décidé de le recruter : pour faire la différence. Peu importe si Rooney et van Persie combinent ensemble, ce qui m’intéresse, c’est leur capacité à finir les actions.”

Arsène Wenger dit L’élégantisseme Arsènal Wenger:
-"Le match du 3 novembre n’est pas seulement ce rendez-vous avec van Persie, ni pour nous, ni pour lui je pense. On ne parle pas de lui. Et commencer à penser à quel point il nous manque ne nous aidera pas à bien faire. J’espère qu’il aura un accueil plein de respect, parce qu’il a joué pour nous pendant huit ans et il a fait beaucoup de bonnes choses pour nous, il doit être respecté.”

Arsenal détient le record de longétivité dans l’élite anglaise, Manchester United celui du nombre de Premier League remportés. Même si Arsenal semble moins fort qu’avant- cela reste à prouver car si ses dirigeants transfèrent les meilleurs Gunners, Arsène Wenger en trouve toujours d’autres- un Man United-Arsenal demeure un must du championnat d’Angleterre. La presse se charge de faire monter la mayonnaise.
Manchester United et Arsenal se sont rencontrés pour la première fois en 1894, à Clayton dans la banlieue de la Maison Rouge. Le score de ce match ? 3-3. Ce match est le premier d’une liste de près de 180 confrontations. Manchester en a remporté une petite poignée de plus.
Le record d’affluence en Premier League, qui tient toujours aujourd’hui, appartient à Manchester United- Arsenal de 1948. À la fin de la seconde guerre mondiale, Arsenal était au top du foot anglais et quand les Gunners débarquent à Manchester 83.000 spectateurs sont présents. Comme Old Trafford fut très touché par la guerre, le match se déroula à Main Road, l’enceinte de Manchester City qui jadis accueillait les matchs de la sélection nationale.
La rivalité entre les deux clubs est montée d’un cran à l’après-guerre et elle a connu son pinacle lors des années 1980/1990. Arsenal a fait de gros progrès au niveau du jeu grâce à Arsène Wenger. Avant son arrivée, Arsenal avait un football stéréotypé. Sir Ferguson a cru à un moment donné que Wenger allait être son principal rival mais non, si Man U reste au sommet depuis les années Cantona (1990), Arsenal est un peu rentré dans les rangs. Désormais, Chelsea et Man City ont pris la place de Liverpool et d’Arsenal. Cependant sur un match tout peut arriver. Au niveau de la dimension des coachs, Sir Alex est intouchable. Sa liste de records est si longue que je ne peux pas la citer en plusieurs lignes. Le plus grand exploit de Wenger est d’avoir été le premier entraîneur invaincu sur une saison entière, en 2003-2004.
En octobre 2004, à Old Trafford, Man United l’emporta 2-0 et brisa la série de 49 matches sans défaite en Premier League signée les Gunners. Les disputes entre Gunners et Red Devils ne se comptent plus, à commencer par celles entre Vieira et Keane. Les deux coachs se sont aussi pas mal déchaînés l’un contre l’autre dans les médias avec cependant de belles séquences amicales. La dernière ? Sir Ferguson a pris la défense de Wenger quand des journalistes réclamaient sa démission.
Cette saison, les Gunners viennent de nous rappeler en Coupe de la League que leur surmon est “CANONNIER". Ils se sont qualifiés à l’extérieur 5-7, contre Reading. Dans le même temps, MU a perdu à Chelsea 5-4. Oui, les deux matchs ont vu 21 buts inscrits. Le MU-Arsenal du 3 novembre 2012 est le premier choc entre les deux équipes où l’on verra l’ancien capitaine des Gunners (Robin van Persie) jouer avec MU. Les fans d’Arsenal n’en sont pas enchantés. Un fait incontestable: le Néerlandais est le Red Devil qui s’est acclimaté le plus vite à MU, encore plus vite que Chicharito et Valencia qui avaient déjà battu un record de vitesse au niveau de l’adaptation. A l’inverse de Dimitar Berbatov, génial soliste solitaire.

[Post dédié à Patrick Vieira et à Roy Keane]

Permalien 09:23:06, Catégories: LITS ET RATURES, GOOOOL DO BRASIL !  

Le goût du Brésil (Mercure de France)

Exceptionnelles images de Garrincha, le mythique ailier brésilien. On le voit dans l’ancien Maracana, et dans d’autres scènes de son quotidien (entraînement, vestiaire, douche, chez lui). Son médecin s’exprime avec la radiographie de la jambe malade du joueur historique). Dépassez le générique et regardez svp. Grand documentaire. Il faut se rappeler que la Coupe du monde 1962 a été remportée par le Brésil, grâce surtout à Garrincha, car Pelé fut blessé dès le début de la compétition.

La jolie collection du Mercure de France- nom à jamais associé à Paul Léautaud- ne pouvait pas faire l’impasse sur le Brésil, le pays, du football, de la samba, du soleil, de la plage, des belles filles et aussi des favelas, des rapts, des travestis… Tout ce que je viens de dire n’est qu’une suite de clichés même si on ne peut pas les renier. Le Brésil est aujourd’hui une grande puissance économique. Le pays a passé la vitesse supérieure. La préposée aux choix des textes, Fabienne Gambrelle, dédie son livre à ses «deux maris». Cela commence bien. Beau coup d’envoi ! 2-0, balle au centre. On imagine qu’il s’agit de deux rencontres successives… Bien sûr c’est un clin d’oeil à Dona Flor et ses deux maris (Dona Flor e Seus Dois Maridos, le roman de Jorge Amado, qui est devenu un film grâce à Bruno Barreto (1976).
Parmi les heureux auteurs de textes élus, on remarque un absent de marque : Chico Buarque, pourtant un auteur Gallimard. Il y a des noms dont on se demande ce qu’ils font dans le sommaire tant ils n’ont aucun style et surtout pas de swing. Ne citons pas de noms. Restons aimables. Ils peuvent se reconnaître tant leur prose fait tâche dans le générique. Par contre, personne ne se plaindra- loin de là- des présences conjuguées du grand Blaise Cendrars, d’Eduardo Galeano et de Jorge Amado. On découvre des signatures qu’on ne connaissait pas. Cela nous permet de combler quelques lacunes. On lit un texte signé Pelé qu’il n’a pas bien sûr écrit. Paul Léautaud ne serait pas content de ce laisser-aller. Ce petit livre sera néanmoins à offrir à ses amis pendant la Coupe du monde de football 2014. Ils auront le temps de lire car l’équipe de France n’a pas beaucoup de chance d’y participer et si elle y va ses joueurs auront juste le temps de visiter le Corcovado avant de reprendre l’avion pour le retour.

Le goût du Brésil
Collectif
Mercure de France, 134 p., 6, 80 €

02.11.12

Petite leçon d’astrologie avec Marilyn, Proust et les autres, de Marco Pesatori (Albin-Michel)

Hendrix était Sagittaire… Comme vous ?

L’auteur italien passe en revue tous les signes astrologiques en les éclairant par différences personnalités. Cela donne à l’ensemble un attrait évident qui rebondit de page en page tant le récit est très bien servi par un style alerte, sympathique. On salue aussi la performance de la traduction signée Cécile Chartres. J’ai commencé égoïstement par mon signe. Tout le monde fera la même chose. Je n’ai pas été déçu. Pour se refaire un moral, il n’y a pas de problèmes. «Le Sagittaire se suffit à lui-même. La preuve de son identité, il la trouve en lui-même. » Suis-je donc parfait ? «Le corps n’est plus bloqué par l’esprit» et vice versa. « Le Sagittaire représente la vitesse, la puissance, le dynamisme. Il est une vitalité qui franchit n’importe quel obstacle. Il est totalement extraverti, ne s’arrête jamais (…) De par sa grande confiance en lui et en son dynamisme, le Sagittaire est irrésistible. » Quelques Sagittaires célèbres : Spinoza, Blake, Hendrix, Zappa, Flaubert, Austen, Swift, Rilke… L’auteur aurait pu rajouter : van Beethoven, Churchill, Gide, Heine, Horace, Ionesco, Lope de Vega, Twain, Toulouse-Lautrec, Berlioz, Carlyle…
Comme le Sagittaire est tellement mis en valeur, j’ai vite regardé les autres signes pour voir s’ils sont tous traités avec autant de bienveillance. Le Bélier ? « Il est une force qui ne peut demeurer sur place (…) C’est une émanation ardente. » Des Béliers à retenir : Lautréamont, Baudelaire, Verlaine… Incroyable trilogie ! Est-ce un signe ? Le Bélier, c’est sûr et certain un sacré signe. « Le Taureau ne se contente pas d’illusions faciles » Des Taureaux historiques ? Marx (Karl), Freud (Sigmund), Machiavel, Kant, Satie, Mingus… et Shakespeare. Quel signe bien serv… Les Gémeaux ne sont pas en reste: Dylan, Whitman, Yourcenar, Dante, Carver, Céline, Mann (Thomas). « Le cancer ne supporte pas les compromis. » (Pétrarque, Rousseau et Hemingway). « Le lion ne reçoit pas d’ordre. »(Jung, Duchamp, Jagger, Madona et Warhol. Je rajoute mes amis Berl et Soupault.) « La vierge ne trompe personne. » (Borges, Hegel et Goethe) « La balance assiste au tourbillon de la vie mais n’y participe pas. » (Diderot, Nietzsche, Bardot, Lennon, Wilde, Rimbaud, Antonioni, Monk…) « Le scorpion s’attaque directement aux normes.» (Dostoïevski, Voltaire, Pound, Camus) « Le capricorne est intelligent, logique, utile. » (Newton, Deleuze, Debord) « Le verseau s’occupe seul de ses propres affaires. » (Carroll, Woolf, Joyce Mozart, Lou Andres Salomé, Kerouac, Nin…)
Le livre est essentiellement axé sur les écrivains, de là à dire que les écrivains ont souvent une personnalité hyper riche en facettes différentes. Penser comme cela ne mène pas loin : je connais un plombier mille fois plus passionnant que bon nombre d’écrivains, ou plutôt d’auteurs. Ne confondons pas. N’empêche ce livre est très original par rapport aux livres habituels sur le sujet qui tournent en rond: on peut prendre l’année 1995 et la republier en 2013 sans problème. Marco Pesatori, lui, fournit un vrai travail: recherche plus compétence. C’est un très beau cadeau à faire. A tout le monde puisque tous les signes y sont traités à valeur égale.

-Petite leçon d’astrologie avec Marilyn, Proust et les autres
De Marco Pesatori
Traduit de l’italien par Cécile Chartres
Flammarion, 312 p., 312 p., 19,90 €

01.11.12

Permalien 01:50:16, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Les "Coiffeurs" de Man United se font tondre à Chelsea

4e Tour de la Coupe de Ligue anglaise
Chelsea 5-4 Manchester United, après prolongations
Buts pour les Blues: David Luiz (31e pen), Cahill (52e), Hazard (90e+ 4 pen), Sturridge (98e), Ramires (116e)
Buts pour les Red Devils: Giggs (22e, 120e pen), Chicharito (43e), Nani (59e)

Manchester United
Lindegaard/ (5) Trop mal défendu
Rafael/ (5) Seul à écoper le navire rouge
Keane (4) A fait de son mieux
Wooton (0) Un fantôme égaré sur une autoroute
Buttner (2) N’a dégagé aucune sécurité/ Puis (45e) Powell (5) En rodage dans le registre de Scholes
Nani (6) Dommage que le résultat soit négatif car on a vu Nani sous son meilleur jour
Fletcher (5) Trop seul pour faire le ménage
Anderson. (7) Quand il est sorti, MU menait 2-3 depuis la 59e mn. Ayant perdu du poids, il joue bien mieux. Puis (81e) Tunnicliffe (3) Aucun apport positif
Giggs/ (7) Bon match
Chicharito (7) Conserve sa bonne forme
Welbeck. (6) A bien travaillé de manière sacrificielle comme toujours. Puis (99e) Macheda (2) Une ombre
Coach: Sir Ferguson (5) A fait reposer les cadres et les tauliers avec le risque que cela supposait…

Chelsea
Cech - Azpilicueta, Cahill, Luiz, Bertrand - Romeu (puis 72e, Oscar), Mikel (puis 45e, Ramires)- Moses, Mata, Piazon (puis 55e, Hasard) - Sturrridge
Coach: Di Matteo

Comme l’on dit: il y a une justice par rapport à la victoire aux forceps de MU en championnat, le week-end dernier à Londres (2-3). En Coupe de la Ligue, Chelsea s’est vengé en battant les mêmes visiteurs 5-4. C’est logique d’autant que les Blues auraient dû bénéficier en plus d’un penalty non sifflé. Les “coiffeurs” de MU ont été trop lamentables en défense. Wootton le jeune Red Devil s’est comporté comme un Bleu face aux Blues. Un vrai pantin: il s’en souviendra le gamin ! Quand on marque 4 buts à l’extérieur on n’en prend pas 5… MU n’a que ce qu’il mérite. Et bravo aux Blues qui sont revenus trois fois au score avant de l’emporter.

Evolution du score:

22e/ le gaucher éternel Giggs récupère un ballon et marque face à la cage. 0-1

31e/ Büttner, qui remplace Evra, fauche Moses. David Luiz transforme le penalty. 1-1

43e/ Servi en profondeur dans l’axe par Anderson, Chicharito marque un superbe but d’équilibriste. 1-2

52e/ Cahill, connu pour son jeu de tête, égalise d’une puissante tête smashée. 2-2

59e/ Suite à un magnifique une-deux avec Anderson, Nani marque un joli but d’une balle piquée. 2-3

90e+ 4. Alors que l’arbitre s’apprête à siffler la fin du match remporté par Man U, Wootton bouscule Ramires et provoque donc un penalty que transforme notre ami belge Hazard maître de ses nerfs: 3-3.

98e/ Pour la première fois, Chelsea mène au score grâce à Sturridge qui marque sur un caviar imprévu de la tête de Wootton (!). 4-3

116e/ Chelsea prend le large par le biais de Ramires suite à un belle percée de Hazard. 5-3

120e/ Azpilicueta bouscule Chicharito… Penalty pour MU que transforme Giggs. 5-4

31.10.12

Permalien 19:15:22, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice de Puel élimine Lyon, 3-1

Mercredi 31 octobre 2012
1/8 finale de la Coupe de la Ligue, Stade du Ray
OGC Nice 3-1 Olympique Lyonnais
Buts pour les Aiglons: Eysseric (6e pen.), Traoré (10e), Civelli (15e)
Buts pour les Gones: Gomis (8e)

Dès que Nice gagne le soleil se lève même à 19h !
On ne refait, né Niçois je finirai Niçois.
Les Aiglons de Claude Puel n’ont pas fait perdre la face de l’ancien coach de l’O.L. qui est désormais à la tête du terrain niçois. Le Pt Aulas a dû apprécier…
Voici le onze de départ lyonnais : Lopes - Dabo, Koné, Bisevac, Monzon - Fofana, Mvuemba, Malbranque, Gourcuff - Gomis, Lisandro © Remplaçants : Lovren, Umtiti, Ferri, Ghezzal, Lacazette, Briand, Vercoutre.
Ce n’est pas une équipe de jambons. Gourcuff était présent.
Plusieurs surprises dans le groupe niçois avec les debuts de Neal Maupay (16 ans) en attaque. A noter la présence dans le groupe de Gautier Lloris, le frangin d’Hugo. J’aime cette jeunesse niçoise comme au temps de Luciano.
Le onze de départ niçois : Ospina - Genevois, Gomis, Civelli ©, Kolodziejczak - Traoré, Abriel - Diaz, Eysseric, Pied - Maupay. Remplaçants : Lloris, Meriem, Rafetraniaina, Bauthéac, Cvitanich, Bosetti, Delle

5e/ Sur penalty, Valentin Eysseric se présente sans trembler face à Lopes et le prend parfaitement à contrepied ! 1-0
7e/ Lancé par Monzon, Gomis combine avec Malbranque puis Gourcuff, et vient tromper Ospina d’une frappe croisée. 1-1
9e/ Kévin Diaz frappe un corner. Traoré surgit au deuxième poteau et crucifie Lopes. 2-1
15e/ A la suite d’un coup franc botté par Eysseric, Civelli est servi au second poteau et ajuste Lopes. 3-1

En 10 minutes, la messe fut dite et bien dite.
Nice est fidèle à sa tradition. Toujours motivé contre les gros alors qu’on laisse filer des matchs devant des adversaires.
Cette saison, il faudrait s’exprimer aussi bien en championnat.
Ce qui est pris n’est plus à prendre.
Battre Lyon est toujours un grand plaisir.

Tirage au sort des 1/4. Nice a-t-il dégagé le tableau pour le plus grand plaisir de Montpellier ou Nice ira-t-il chercher sa qualification dans l’Hérault ?

Montpellier - Nice *
Bastia ou Auxerre - Lille
St Etienne - Paris SG
Rennes - Troyes

*La rencontre aura lieu le mardi 27 ou le mercredi 28 novembre.

Permalien 17:11:39, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Edith Piaf, hymne à la môme, de Philippe Crocq et Jean Mareska (Albin Michel)

Piaf, Trenet, Brassens, Brel… Fier d’avoir été leur contemporain. Ils nous consolent de tous les imposteurs du show-biz.

Il ne s’agit pas d’un album de plus sur Edith Piaf mais plutôt d’une livre qui honore le genre car le texte ne fait pas doublon avec les photos qui ne sont pas anecdotiques. On retrouve la chanteuse dans tous les temps forts de sa vie- il n’y a que ça dans son existence, jamais banale. Une enfance marquée au fer rouge avec un père contorsionniste - cela ne s’invente pas…- et une mère alcoolique qui s’occupent peu de la fille. La grand-mère maternelle prend le relais : la dresseuse de puces- cela ne s’invente pas non plus - comprend vite que sa petite fille à une voix d’or.
L’album commence par une conversation téléphonique entre Bruno Coquatrix. Piaf annonce au patron de l’Olympia qu’elle est ruinée et que Charles Aznavour lui a prêté de l’argent. «Trouve-moi une petite salle. En 1961, j’ai renfloué ta salle en chantant trois mois au tarif syndical » Coquatrix répondit qu’il était préférable qu’elle se repose parce que son « corps est naufragé ». Ils ne se faisaient pas de cadeau ! Pour les auteurs de l’album- le duo Crocq-Mareska- il y a Piaf et puis c’est tout. On ne peut pas leur donner tort tant elle est au-dessus de la mêlée. Piaf c’était une voix alors que toutes les autres chanteuses mettent leur physique en avant, surtout dans les nouvelles générations qui sont de pitoyables marionnettes, sauf Gréco et Barbara.
«Petite, frêle, tout de noir vêtue» voici sa description. Le public n’est pas dupe. Il sait où est le vrai talent. Il n’est pas passé à côté de Piaf sans la voir. Elle reste aujourd’hui aimée par des gens qui ne l’ont jamais vue sur scène. Quand elle meurt en 1963, elle portait « toutes les souffrances du monde ». Sa vie privée n’est qu’une suite de drames : mort de sa petite fille qui n’a que deux ans, assassinat de son impresario, mort accidentel de Marcel Cerdan le 28 octobre 1949 … Après une opération, elle s’accoutume à la morphine, ce qui ne l’empêche pas de chanter quasiment jusqu’à son dernier souffle. Son livre de chevet était la Sainte Bible. En scrutant les photos de l’album on pénètre son intimité. Le livre contient un CD avec cinq chansons dont Hymne à l’amour et La vie en Rose. Les paroles de ces deux textes sont d’Edith Piaf. Tout le monde ne le sait pas. C’est dire qu’elle savait manier les mots autant avec sa bouche qu’avec un crayon. Des mots simples qui parlent à tous. Des mots qui sonnent vrais.
Avec le temps, on s’aperçoit que personne ne peut chanter du Piaf, du Brel ou du Brassens avec autant de conviction que nos trois chers disparus. Aucune actrice ne réussira jamais à nous restituer la flamme de Piaf. Elle avait tant de talent. Celles qui se sont risquées à l’interpréter étaient toutes ridicules. Il n’y avait de bien dans lur interprétation que la vraie voix de Piaf en play-back ! Elle donnait tant au public. Elle a réellement brûlé sa vie sur les planches. Le sourire et les yeux de Piaf étaient aussi beaux que sa voix était belle. Elle ne prononçait aucun mot à la légère donnant même du poids aux articles indéfinis et aux pronoms relatifs. Piaf en français touchent les étrangers uniquement avec son émotion. Nul besoin de traduire. Piaf c’est la vérité du moment. Elle ne triche jamais.

-Edith Piaf, hymne à la môme
De Philippe Crocq et Jean Mareska
Préface Charles Dumont
Albin Michel, 139 p., 29 €

Permalien 14:26:10, Catégories: LITS ET RATURES, HENDRIXEMENT  

Georges Simenon, Kjetil Try et Graham Hurley (Folio/Gallimard)

A voir sans l’ombre d’une hésitation. Au cours de ce reportage dans sa maison, Georges Simenon dans un italien impeccable explique sa façon de travailler. Quelle enthousiasme ! Quel plaisir de l’entendre dire qu’il est un artisan qui aime travailler avec les mains comme un menuisier ! Cela nous change de tous ces auteurs qui se considèrent le centre du monde alors qu’ils ne sont en fait que des carrièristes sans vrai talent. Simenon évite de parler de son oeuvre, il se contente de dire comment il la fabrique. Au début, il montre ses livres populaires écrits sous pseudonyme… Il savait tout faire. Simenon est l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, dans le genre feuilletonniste hugolien de sa génération. On ne perd jamais son temps à lire Simenon. C’est comme si nous lisions un fait divers écrit par Shakespeare. Dans la vidéo, Simenon parle de l’acte d’écrire comme un peintre parle de ses tubes de peinture dans son atelier: il explique sa passion pour les crayons à la mine de plomb. Dès qu’ils commençaient à être trop taillés, il les donnait à ses enfants. Peut-on être moins prétentieux que Simenon ? Impossible. A voir aussi le mur de pipes… Je retiens sa joie de partager avec le journaliste italien, et donc avec nous, qui contraste avec la solitude, sa vraie patrie.

La famille allemande Krull tient une épicerie qui fait office de bar. Le soir, les mariniers viennent y boire un coup pour évacuer la journée de travail. Avec Simenon, il y a toujours un cadavre qui finit par arriver dans les pages. Cette fois, on le retrouve dans le canal. Il n’en fallait pas plus pour créer la zizanie parmi ce monde interlope comme d’habitude chez l’écrivain préféré de Gide.
Dans L’Inspecteur cadavre nous retrouvons le commissaire Maigret qui tente derechef d’y voir clair. Suicide ou meurtre ? Qu’est-il arrivé à ce jeune homme retrouvé mort sur la voie ferrée, en Vendée ? Maigret accepte de s’intéresser à ce fait divers sans savoir que le détective privé, l’inspecteur Cadavre, est lui aussi penché sur cette affaire de corps retrouvé. C’est avec plaisir que l’on renoue avec l’art du dialogue pris sur le vif. On lit du Simenon comme on écoute du Mahler.

-Chez Krull, de Georges Simenon, Folio/ Policier, 251 p.
-L’inspecteur cadavre, de Georges Simenon, Folio/Policier, 185 p.

Vous ne connaissez sans doute pas l’inspecteur Lykke. Il s’agit d’un policier sorti droit de l’imagination de l’auteur de polar norvégien Kjetil Try, né en 1959, un publicitaire qui était démangé par l’envie décrire un roman policier. Il a situé l’action dans un théâtre, le soir où Papa Noël descend dans les cheminées. Après le crime d’un comédien qui jouait Joseph, une nonne et un âne disparaissent. Oui une nonne et un âne… Il fallait y penser ! L’angoisse de l’inspecteur ? Que l’on vole tout à coup un enfant né le 25 décembre. Et le bœuf et Marie où sont-ils ? On voit que l’humour noir traverse ce récit jamais banal. Des phrases courtes, des mots de tous les jours. Une intrigue en cascade. Le polar comporte 72 chapitres aussi denses qu’étranges. Un cinéaste devrait s’emparer de ce Noël sanglant pour en faire une version pour les chambres obscures.

-Noël sanglant
De Kjetil Try
Traduit du norvégien par Alex Fouillet
Folio/Policier, 429 p.

Cette enquête de l’inspecteur Faraday nous met en présence d’un inspecteur et de Paul Winter au service d’un caïd. Le policier a été nommé pour résoudre l’énigme du meurtre d’un promoteur immobilier. Il y aura un autre crime de commis. On n’arrête plus le progrès… Graham Hurlay explore l’incursion de la politique dans le vie privée. Finalement, la ville s’avère être un panier de crabes, avec au-dessus des abeilles. Faut pas trop approcher la pègre.

-L’autre côté de l’ombre
De Graham Hurley
Traduit de l’anglais par Philippe Loubat-Delranc
Folio/ Gallimard, 615 p.

Permalien 11:58:47, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Chelsea-Man United, la revanche quatre jours après...

31 octobre 2012
Chelsea-Man United, 20 h 45
en direct sur beIN SPORT 1 à partir de 20h40

Quatre jours après Chelsea 2-3 Manchester United en championnat, bis repetita.
La récente victoire mancunienne à Londres a fait couler beaucoup d’encre car elle a permis à MU de l’emporter suite à des décisions arbitrales qui ont avantagé les Red Devils. Les fans hostiles à MU ne se gênent pas pour le dire sans préciser que MU a été volé d’un penalty flagrant non sifflé, suite à une main de David Luiz dans sa surface de réparation.
Chelsea va vouloir se venger devant les “coiffeurs” de MU. Il est quasiment certain que Sir Ferguson ne va pas aligner De Gea, Rafael, Ferdinand, Carrick, Rooney, van Persie et Valencis (ailier exceptionnel dont on ne parle pas assez).
J’imagine qu’il va titulariser Lindegaard, Anderson, Welbeck, Nani, Fletcher et des jeunes de l’équipe réserve et du centre de formation.
La Coupe de la League passe après la Premier League et la C1.
Les fans de MU ont voté par milliers après Chelsea-MU pour désigner l’homme du match, côté MU.
David De Gea l’a emporté haut la main, devant van Persie qui fut pourtant sur plein de bons coups.
L’attaquant néerlandais a poussé David Luiz à marquer contre son camp, avant de doubler la mise sur un centre d’Antonio Valencia. Il a aussi lancé Ashley Young sur une action qui a provoqué l’expulsion de Branislav Ivanovic, et van Persie a vu son tir détourné sur son poteau par Petr Cech, juste avant que Chicharito ne profite du centre de Rafael pour inscrire le but vainqueur, revenant d’une position de hors-jeu.
De Gea a été choisi car il a été héroïque pendant 95 % du match.

Permalien 11:45:09, Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE  

Une pluie de douze buts lors de Reading-Arsenal (5-7)

Après avoir été mené 4-0, puis 5-4 (!), Arsenal s’est imposé 5-7 au 4e tour de la Coupe de la Ligue.

Mardi 30 octobre 2012
4e tour de la Coupe de la Ligue,
Madejski Stadium

Reading 5-7 Arsenal
Buts Reading: Roberts (12e), Koscielny (19e csc), Leigertwood (21e), Hunt (37e), Pogrebnyak (116e)
Buts pour Arsenal: Walcott (45e, 90e, 120e), Giroud (64e), Koscielny (89e), Chamakh (103e, 120e)

On a vu les deux visages d’Arsenal.
Le premier: la catastrophe défensive. Les Gunners - “coiffeurs” ou pas- ont trouvé le moyen d’être menés 4-0 par des relégables de Premier League qui n’ont pas encore gagné un seul match cette saison.
Le seconde: toute la hargne et la classe des Gunners ont renversé la situation bien conmpromise.
Je l’ai déjà dit: qu’on ne vienne plus me dire que les joueurs de Wenger n’ont pas de mental. C’est un lieu commun, un cliché. Ils ont prouvé depuis quelques temps qu’ils avaient du mental en pagaille.
Et je l’ai déjà dit également: je ne critique plus jamais Arsènal Wenger puisque ses dirigeants le dépouillent chaque année d’éléments clés. Bien sûr, Arsènal a raté le match qu’il ne fallait pas: la finale de la C1 2006, mais c’était contre le Barça de Ronaldinho ! Si Wenger avait gagné ce match-là, il aurait franchi un très grand cap. A prèsent, il demeure dans les 10 meilleurs coachs en activité mais hélas! il n’a pas de C1 à son palmarès ce qui le maintien en position de faiblesse par rapport à ses dirigeants. Faiblesse de palmarès et non pas de rendement financier. La travail de Wenger consiste depuis 2007 à terminer dans les 4 premiers de Premier League. Le reste c’est du bonus. Je reprécise que Sir Ferguson a remporté deux C1 avec le cul bordé de nouilles: en 1999, dans les arrêts de jeu contre le Bayern Munich, et en 2008 contre Chelsea, aux tirs au but. Comme quoi, il faut aussi compter sur la “chance-volonté"… Et il faut aussi se rappeler que MU a perdu deux récentes finales de C1 contre Barcelone.
Arsenal a été héroïque contre Reading, c’est très bien avant de venir à Old Trafford, le week-end prochain, 3 novembre 2012, en Premier League, à 13 h 45.

Les favoris pour le Ballon d'or 2012: Iniesta, Casillas, Drogba et l'inévitable Messi

Le Madrilène Iker Casillas, champion d’Espagne et vainqueur de l’Euro 2012, est l’un des grands favoris pour remporter le Ballon d’Or. Il devrait être sur le podium quel que soit le résultat. Lors de l’Euro, il a été décisif à maintes reprises. Depuis Yachine, aucun gardien n’a reçu la plus grande récompense individuelle. Casillas est un joueur exemplaire, grand ambassadeur du sport roi.

Une liste resserrée sera publiée le 29 novembre à trois finalistes avant l’annonce, le 7 janvier 2013, du nouveau Ballon d’or lors d’une cérémonie de gala à Zurich. Au plan du talent pur, Messi est devant tout le monde. Au niveau, talent + palmarès, A. Iniesta devrait être enfin récompensé pour l’Euro 2012 et l’ensemble de sa carrière. On peut aussi récompenser le Madrilène, Iker Casillas, champion d’Europe avec l’Espagne et vainqueur de la Liga avec le Real Madrid. Casillas pourrait rejoindre Yachine (1929-1990), le seul gardien qui ait réussi à obtenir un Ballon d’or (1963). Ronaldo ? Pas assez performant avec le Portugal. Drogba ? Pourquoi pas: il mérite aussi le Ballon d’or 2012 au titre d’élément majeur à Chelsea lors que la conquête de la C1 2012.

Dix entraîneurs peuvent en outre postuler au titre du meilleur technicien. Le favori est Vicente del Bosque, qui a mené l’Espagne au titre de double championne d’Europe d’affilée. L’Italien Roberto Di Matteo, vainqueur de la Ligue des champions avec Chelsea, devrait être son dauphin.

Les 23 joueurs :

Sergio Agüero (Arg/ Man City), Xabi Alonso (Esp/Real Madrid), Mario Balotelli (Ita/ Man City), Karim Benzema (Fra/ Real Madrid), Gianluigi Buffon (Ita/ Juventus Turin), Sergio Busquets (Esp/ Barcelone), Iker Casillas (Esp/ Real Madrd), Cristiano Ronaldo (Por/ Real Madrid), Didier Drogba (CI/ Chelsea puis Shanghai Shenhua), Radamel Falcao (Col/ Atletico Madrid), Zlatan Ibrahimovic (Suè/ AC Milan puis PSG), Andrés Iniesta (Esp/ Barcelone), Lionel Messi (Arg/ Barcelone), Manuel Neuer (All/ Bayern Munich ), Neymar (Bré/ Santos), Mesut Özil (All/ Real Madird), Gerard Piqué (Esp/ Barcelone), Andrea Pirlo (Ita/ Juventus Turin), Sergio Ramos (Espa/ Real Madrid), Wayne Rooney (Ang/ Man United), Yaya Touré (CI/ Man City), Robin van Persie (P-B/ Man United), Xavi (Esp/ Barcelone).

Les dix entraîneurs :

Vicente del Bosque (Esp/Equipe nationale d’Espagne), Roberto Di Matteo (Italie/Chelsea), Alex Ferguson (Eco/Manchester United), Pep Guardiola (Esp/ex-Barcelone), Jupp Heynckes (All/Bayern Munich), Jürgen Klopp (All/Borussia Dortmund), Joachim Löw (All/Equipe nationale d’Allemagne), Roberto Mancini (Italie/Manchester City), José Mourinho (Portugal/Real Madrid), Cesare Prandelli (Italie/Equipe nationale d’Italie).

30.10.12

Permalien 07:11:30, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le poète Jacques Dupin (1927-2012) est mort

“Qu’on m’en préserve du lecteur. Et pour l’instant, cela marche bien…". Jacques Dupin ne manquait pas d’humour.

“…les rêves sont insipides
quand ils dorment seuls
mais il prennent appui sur le corps
sur la forêt, sur la mer
ils ne parlent pas ma langue
ils ahanent, ouvrent des yeux
il tirent
la force, de cette invisible
poussée de poussière
de ma vie détruite
dans la commotion de l’air
le sommeil troué".

Extraits de Ballast, Poésie/Gallimard, 2009. Le premier poème est extrait du livre Contumace, le second de Le Grésil

Voici ce que j’ai écrit sur lui dans LIRE, en 2001, après être allé chez lui où il vivait entouré de tableaux offerts, entre autres, par Giacometti et Bacon, deux de ses amis:

Jacques Dupin, le forgeron des mots
Par Bernard Morlino

Galeriste et critique d’art spécialiste de Miró, le poète livre depuis cinquante ans un combat intime avec le langage.
“Pour M. Dupin, c’est en haut!” La concierge dans l’escalier désigne le chemin vers le poète installé aux étages supérieurs d’un immeuble du Temple, à Paris. L’Ardéchois, né en 1927, habite depuis vingt-cinq ans aux abords d’une rue pleine de bijoux, de saucissons et de boutons multiformes. Passé la porte, on tombe sur un mur de beaux livres, mosaïque de la peinture du XXe siècle. Voici le domicile du poète et critique d’art qui ne fait rien pour être connu: “Mon oeuvre a l’écho qu’elle trouve. Il ne me viendrait pas à l’idée de hurler: “Lisez-moi!”
Les poètes sont tenus à l’écart, sauf malentendu: la gloire de Victor Hugo est due à la politique; Paul Valéry fut un conférencier mondain et les surréalistes ont provoqué le scandale.” Afin de se consacrer à sa passion, l’amateur de ruptures syntaxiques mène une “vie normale” grâce à une autre activité, plus lucrative. “En cinquante ans, la poésie ne m’a pas rapporté de quoi prendre un petit déjeuner pendant trois mois.”
Reconnu par des artistes majeurs, son talent de galeriste le met à l’abri d’un destin de maudit. Derrière la cloison des livres sur l’histoire de la peinture se trouve la cuisine avec des plateaux à fromages en osier qui donnent un air de campagne. “J’aime cuisiner du pot-au-feu ou des sautés d’agneau.” Trône en bonne place une télévision: “Quand je suis fatigué, je regarde un film policier.” La longue table de bois sert souvent d’écritoire.
Vers cinq ou six heures, il arrive à l’ami de Pierre Reverdy d’y écrire devant des montagnes de notes, toujours à la machine. Il supprime, rature, cherche la décantation, n’exclut surtout pas le mot écliptique qui fait office de couleur orale. “Je ne me prive pas d’un vocabulaire sous prétexte qu’on ne l’utilise plus dans le métro.” D’évidence, il aime le côté ludique de sa lutte avec le langage. “Ce que je trouve à la fin, je ne pouvais pas l’imaginer en début de matinée.” La fréquence de termes rugueux vient de son enfance dans un paysage de gorges et de bois.
Son oeuvre évoque souvent le métier d’écrire: Miettes d’un festin, Ce qui gronde dans le sous-sol. L’épouse du poète, Christine, classe dans un bureau tous les documents qui ne vont pas tarder à rejoindre le fonds Dupin à la bibliothèque Doucet. “J’ai donné ma correspondance et mes manuscrits. Je ne voulais pas qu’une partie de ma vie soit dispersée aux enchères.” Au lieu de raconter son passé et ses désirs, le forgeron des lettres instaure un dialogue avec l’écriture, tantôt partenaire tantôt adversaire. Virgule, la chatte de la maison, est loin des considérations de celui qui est poète comme on est grand, gros ou petit.
Aussi loin remonte-t-il dans son passé, Jacques Dupin a oublié le temps où il n’écrivait pas. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il prend conscience qu’on ne peut plus écrire à la manière de Racine ou de Boileau. “Aujourd’hui, le pan sérieux de la littérature travaille dans le fragment. Après les camps d’extermination, on ne peut plus commettre de petits poèmes gentils…” Secouriste pendant la guerre, il filait à bicyclette pour sortir des blessés et des morts des décombres. Arrivé dans la capitale à la Libération, il envoie plusieurs poèmes à René Char qui l’incite à publier son premier livre, Cendrier du voyage, chez Guy Levis-Mano, en 1950, et qui le présente à Christian Zervos, directeur des prestigieux Cahiers d’art, à la recherche d’un secrétaire de rédaction. Ainsi, il devient l’homme-orchestre de la revue, des ouvrages et de la galerie.
Les traces des amitiés encerclent le Prix national de poésie 1988 dans le lumineux séjour. Sur la droite, un Francis Bacon, immense tel un iceberg: “C’est une chimère.” L’écrivain deviendra directeur des éditions de la galerie Maeght, puis de la galerie Lelong et fondateur de la revue L’Ephémère avec André du Bouchet, entre autres. En retrait des fenêtres, un portrait indéchiffrable de Giacometti où seule la lumière fait apparaître les reliefs du visage sombre: “Je l’ai rencontré en 1954. On ne s’est plus quittés.” Le poète servit de modèle à l’Italien et au Britannique qui fit son portrait, conservé au musée d’Amiens.
A gauche du salon, Miró réinvente le cosmos sur une grande feuille pleine de magie. Le maître des lieux est l’auteur des catalogues raisonnés du peintre espagnol dont il est le spécialiste. Sur la cheminée, un “signe amical de Pierre Alechinsky", sous la forme d’un livre blanc entrouvert. Au milieu de la pièce, un mobile de Calder, période 1970, est suspendu au plafond, sorte de poule aux oeufs d’or. “Toutes ces oeuvres m’ont été offertes. Un peintre donne ou pas. Je n’ai rien de Picasso. Je ne voulais pas recevoir le dessin qu’il avait l’habitude d’offrir à tout le monde avec grand mépris.” L’anti-spéculateur ressemble à un père devant les gouaches réalisées par ses enfants. De multiples trous mal rebouchés certifient que nous ne sommes pas dans la caverne d’Ali Baba d’un expert cossu. “Je laisse apparentes les cicatrices.”
Voici le bureau au bout du couloir: “A l’écart, comme le titre de mon nouveau recueil.” Un rectangle tapissé d’étagères domine une immense table de bois. Derrière le fauteuil moelleux, Rimbaud est en bonne place. Une photo de Bacon est adossée à l’?uvre de Verlaine et de Villon. A portée de main, d’imposants dictionnaires témoignent d’un usage fréquent, à l’image des livres, lus et relus, fatigués, désunis, vivants. “J’ai tout Jabès dehors", dit l’hôte, désignant une vingtaine de titres. Maurice Blanchot et Kafka ne sont pas loin. De retour à la cuisine, Jacques Dupin sert un verre de vin, clin d’oeil à Baudelaire. On se dit au revoir avec pour toile de fond Victor Brauner, Fernand Léger et Matisse, qu’on n’avait pas encore salués. Le poète reste en bonne compagnie. Celle du cercle des peintres disparus.”

28.10.12

Permalien 16:51:41, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Man U gagne à Londres grâce à un arbitre dépassé par l'événement

The Boss Sir Fergsuon après la victoire des Red Devils à Chelsea. Une victoire qui rend ivres de rage les détracteurs de MU, jaloux viscéralement du palmarès de MU depuis 1993. Quand la caravane de MU passe, les toutous aboient. Fergie a le petit sourire des grandes victoires. Il a très bien pourri le match à partir du banc. C’est tout un art. Je le connais par coeur mon Fergie. Think you Boss ! See you later.

Chelsea 2-3 Manchester United
Buts pour MU: van Persie (David Luiz csc 4e), van Persie (12e), Chicharito (75e)
Buts pour Chelsea: Mata(44e), Ramires (53e)

Comme je l’ai déjà dit souvent, les arbitres anglais ne sont pas aussi performants qu’on le dit. Ils massacrent autant le football que leurs homologues d’ailleurs. (Lors d’Everton 2-2 Liverpool, le Red Suarez s’est vu refusé le but de la victoire, cent pour cent valable…)
Ce Chelsea-MU était très attendu. Hélas, le match a proprement parlé s’est arrêté à la 68e minute, au moment de l’exclusion de Torres. L’arbitre a estimé que l’Espagnol simula un accrochage. Tout ça provient de sa manière de glisser. Torres a trop accentué la faute flagrante sur lui. Le football est un art plein de finesse: là, Torres n’aurait pas dû forcer la décision de l’arbitre qui s’est senti berné par l’attaquant de Chelsea.
Cependant, il y a la lettre et l’esprit: l’homme de loi n’aurait pas dû averti une seconde fois l’attaquant de Chelsea, puisque ce nouveau carton jaune était synonyme d’exclusion. Le score était alors de 2-2. Le match tenait ses promesses. On voyait un vrai bon match anglais avec plein d’engagement physique.
L’arbitre aurait dû avoir les nerfs plus solides car Chelsea jouait déjà à 10, suite à l’expulsion d’Ivanovic, accusé d’avoir descendu Young alors qu’il l’avait à peine touché. Young est un joueur très explosif qui va de l’avant. Loin de moi, l’idée de l’accuser d’avoir plongé comme le font les détracteurs de MU qui n’en peuvent plus de voir MU dominer le football anglais depuis 1993. Quand on charge Young, il faut faire attention de ne pas se laisser prendre de vitesse par lui: s’il vous devance et que vous lui filez le train vous vous mettez en grand danger vis-à-vis de l’appréciation arbitrale. A propos de l’arbitre central: à quoi cela sert-il qu’il ait un micro et des oreillettes si on ne peut pas lui dire qu’il s’est trompé ?
Il est évident que MU a été avantagé deux fois puisque l’arbitre a expulsé deux Blues. Concernant Ivanovic, il faut dire que celui-ci est victime de sa réputation de boucher.
Côté MU, on peut se plaindre d’un penalty pour MU non sifflé car David Luiz a fait main dans la surface de la maison rouge.
Disons qu’il y a eu deux matchs:
1/ Au début MU a été grandiose.
2/ Après avoir été mené 0-2, c’est Chelsea qui a été grandiose.
Hélas à cause d’un déplorable arbitrage on n’a pas eu droit au 3e match dans la rencontre dont la fin s’annonçait extraordinaire.
Entrée en fin de match, Chicharito a exprimé toute rage pour marquer. Il faut bien sûr dire que le Mexicain est ressorti du fond de la cage des Blues, en se mettant hors jeu qui ne fut pas sifflé.
Dans le match, on a vu un grand Ramires, remarquable joueur pas assez fêté. Hazard, Oscar, ont été bons. Mata a marqué un coup franc génial. L’Espagnol a la même intelligence que Xavi, Iniesta et Fabregas.
L’entraîneur de Chelsea, Di Matteo, a eu la très grande courtoisie de serrer la main de Sir Ferguson à la fin du match. L’Italien n’a pas manifesté de mécontement alors qu’il avait toutes les raisons d’en afficher.
Je n’entre pas dans la polémique stérile des fans qui campent chacun de leur côté avec un regard d’aveugle.
MU a pris trois points grâce à la médiocrité arbitrale. Il est bien sûr arrivé souvent le contraire dans d’autres matchs.
Un mot sur van Persie. Le fait qu’il soit tant marqué par son passage à Arsenal s’estompe dans mon esprit.
Il doit encore faire un effort pour être plus collectif. Le fait de faire la décision tout seul à Arsenal lui a donné la mauvaise habitude de parfois frapper au but alors que la passe s’impose.
Je n’aimerais pas être un fan d’Arsenal. Voir van Persie à MU c’est comme si Rooney jouait à Arsenal. De quoi l’avoir très mauvaise !
Arsenal va venir à Old Trafford le week-end prochain. L’affiche a perdu considérablement de son intensité. Dommage mais au coup d’envoi, les émotions d’antan reviendront.
D’ici là, Chelsea et MU vont se retrouver en Coupe de la Ligue, encore à Londres. J’espère que Sir Ferguson va cette fois aligner les “coiffeurs". J’en suis même certain.

Manchester United
De Gea/ (8) Plusieurs arrêts décisifs. N’a pas 9 parce qu’il a raté un dégagement
Rafael (6) Tranchant
Evra © (5) Moins percutant que d’habitude
Ferdinand (6) Correct
Evans/ (5) Une grave absence de concentration
Valencia (7) Toujours autant collectif. Nani devrait s’en inspirer
Carrick (6) Moins imperméable que d’habitude
Young (5) A apporté sa vitesse
Cleverley/ (5) Inconstant mentalement. Puis (64e) Chicharito (7) Toujours aussi malin
Rooney.(5) A offert le premier but aux Blues en provoquant un coup franc qui ne s’imposait pas. Ce geste assombri sa performance. Puis (73e) Giggs (Non noté)
Van Persie (7) L’anti Berbatov frappe sans avoir besoin de tricoter avant
Sur le banc:
Lindegaard, Anderson, Nani, Scholes, Welbeck
Coach: Sir Alex Ferguson (8) Bon coaching

Classement
1 Chelsea 22 points 9 matchs/ + 12
2 Man United 21 points 9 matchs/ + 11
3 Man City 21 points 9 matchs/ + 9

[Post dédié à Zola-Lampard]

Permalien 12:14:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Le derby de Liverpool avant le choc Chelsea-Red Devils

Fantastiques images souvenirs d’un concert des gars de Liverpool à Manchester. J’étais trop jeune à l’éclosion du rock. J’appartiens à la génération des Beatles qui ont révolutionné le monde comme l’avaient fait avant eux les dadaïstes. Les fans des Stones ont bien de la chance de pouvoir encore voir leur groupe favori en concert. J’ai toujours aimé la fraîcheur des Beatles, ils avaient de l’humour en plus.

28 Octobre Premier League
Everton-Liverpool, 14 h 30
Chelsea-MAN UNITED, 17 h

Ce dimanche 28 octobre 2012, deux grands matchs sont au programme en Premier League. Vous savez que je ne traite quasiment jamais de la L1. Maintenant qu’ils ont pris le risque de nous montrer le football anglais comment voulez-vous regarder le foot français, d’un ennui à couper au couteau. Les Français n’ont que Z. Ibrahimovic à la bouche alors qu’en Premier League nous avons tant de grands joueurs sur la pelouse. Ibrahimovic s’amuse bien en France tant le niveau a baissé
Le derby de Liverpool entre Everton et les Reds est toujours un grand moment. Cette édition-là, Everton est favori.
Le match à lieu à Everton, l’ancien fief de Wayne Rooney. Everton joue très bien depuis que le club est entraîné par David Moyes, superbe coach que Sir Everton a longtemps annoncé comme étant son possible successeur à Man United. Les deux amis sont très proches même si Moyes a fait très mal à MU l’an passé en venant prendre un point à Old Trafford, un point qui a manqué en fin de saison à MU… En effet, avec un point de plus, MU aurait remporté le championnat devant Man City. Les deux Ecossais se respectent l’un, l’autre. Je rappelle que les joueurs des deux équipes n’ont pas le droit de faire des signes aux fans afin de ne pas les énerver.
Après ce derby, on aura droit à l’affiche du week-end entre Chelsea et MU. Là nous devrions voir une âpre bataille au milieu de terrain. Gros match en vue. Je ne peux me prononcer sur le score. Sir Ferguson change trop souvent de onze de départ. J’espère voir ensemble sur la pelouse: Rafael, Ferdinand, Carrick, Scholes, Valencia, Rooney, Chicharito et van Persie.

RESULTATS:
Everton 2-2 Liverpool

Les deux autres matchs à venir de MU:
31 Octobre League Cup/ Chelsea-MAN UNITED, 20 h 45
03 Novembre Premier League/ MAN UNITED-Arsenal, 13 h 45

26.10.12

Permalien 21:00:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Oeuvres, Max Jacob (Quarto/ Gallimard)

1825. On dirait une date mais il s’agit en fait du nombre de pages. Le tout pour moins de 30 euros. Qualité/ Prix on ne peut pas faire mieux. Pour être un événement, cela en est un. Vraiment. Ce n’est pas sans émotion que l’on voit puis tient dans les bras le gros volume de la collection Quarto qui est disons-le une collection Pléiade bis et un parking pour auteurs de second rayon. Max Jacob (1876-1944) est un écrivain très important. Tout comme Apollinaire, Reverdy et Cendrars, il a ouvert la tête à la jeunesse, dans le sens que tous les quatre ont montré la voie de la liberté absolue. Il y avait aussi Jean Cocteau mais la nouvelle génération conduite par les Mousquetaires du surréalisme, le trio Aragon-Breton-Soupault par ordre alphabétique, considérait Cocteau plutôt comme un caméléon qui savait très bien utiliser les idées des autres. Les jeunes loups ne reconnaissaient vraiment des qualités d’innovateurs qu’à Apollinaire et Reverdy. Cendrars, lui, était l’incarnation de la poésie du vécu. Quant à Jacob, c’est plutôt une seconde vague de jeunes qui l’ont placé au pinacle. Chez la plus jeune fille de Philippe Soupault, Edmond Jabès m’a certifié qu’il devait tout à Max Jacob.
C’est la première fois que les textes majeurs de Max Jacob sont réunis en un seul volume : poèmes, récits, romans, contes et aphorismes. Il y a bien sûr Le Cornet à dès. Si nous ne devions lire qu’un livre de lui, on choisirait celui-ci. An fait, il s’agit de l’anthologie de ses textes écrits entre 1904-1914. Des poèmes en prose qui résistent au temps parce qu’ils sont justement hors du temps. En ouverture, Antonio Rodriguez (avec Patricia Sustrac qui signe la vidéo ci-dessus) signe les repères biographiques avec tous les temps forts jusqu’à sa mort à Drancy dès suite d’une pneumonie. Les Allemands furent sans pitié pour le Juif devenu Catholique. Cocteau essaya de le faire libérer, en vain.
L’ouvrage comporte des photos, des dessins (Max Jacob était lui-même peintre), des documents en fac-similés. Ce livre est à picorer. A ouvrir au hasard comme un dictionnaire. On commence à lire et on tire le fil sans se lasser. Jacob est un écrivain qui se promenait sur sa ligne. Il a traversé la vie comme si c’était un songe. Il ne s’est pas ménagé. Il a eu une période de drogue qui aurait pu le tuer, respirant de l’éther de manière démentielle. C’est à ce moment-là qu’il a eu sa révélation :
« Il y avait sur mon mur un Hôte. Je tombai à genoux, mes yeux s’emplirent de larmes soudaines. Un ineffable bien-être descendit sur moi, je restai immobile, sans comprendre (…) J’eus instantanément la notion que je n’avais jamais été qu’un animal, que je devenais un homme. Un animal timide. Un homme libre. Instantanément aussi, dès que mes yeux eurent rencontré l’Etre Ineffable, je me sentis déshabillé de ma chair humaine, et deux mots seulement m’emplissaient : MOURIR, NAITRE ». (Récit de ma conversion) A 33 ans, cette vision va le transformer. Est-ce la drogue ? Au cours de cet automne, suite à ce 22 septembre 1909, il va avoir d’autres visions. Picasso croit qu’il est sincère. Pendant deux mois, Max Jacob dit qu’il a dialogué avec des anges, telle le frère inventé de Jeanne d’Arc. Un homme d’église le prend aussitôt pour un charlatan ! Son baptême n’aura lieu que le 18 février 1915 avec Picasso pour parrain. Il fait le même jour sa communion. De saint Pierre deux coups.
Si vous passez rue Ravignan, à Montmartre, pensez qu’un grand poète a vécu dans ce quartier qu’il a contribué à rendre célèbre dans le monde entier. Aujourd’hui, on parle beaucoup de Picasso, de Modigliani mais les poètes furent les premiers admirateurs des peintres.

-Œuvres
De Max Jacob
Edition établie, présentée et annotée par Antonio Rodriguez
Préface de Guy Goffette
Quarto/Gallimard, 1825 p, 29,50 €

25.10.12

Permalien 17:35:10, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Gallimard censure le passage d'un livre de Daniel Bougnoux sur Aragon

Philippe Soupault parle ici de Dada. Censurer un texte sur Aragon en 2012, presque cent ans après la création de Dada en 1916, est un acte anti dadaïste !

Situation kafkaïenne: les éditions Gallimard ont été conduites à censurer le passage d’un livre sur Aragon alors que l’auteur du livre censuré, Daniel Bougnoux, est depuis 1997, le directeur de la publication des Œuvres complètes d’Aragon dans la “Bibliothèque de la Pléiade”, dont le cinquième tome vient de paraître.
Le titre du livre de Daniel Bougnoux est un clin d’oeil à La confusion des sentiments de Stefan Zweig: Aragon, la confusion des genres. Dans ce cas précis c’est une allusion à la conjugaison masculin-féminin.
Le passage interdit est bien sûr visible sur le net. Il suffit de le demander pour être servi. Et comme toujours la censure fait beaucoup de publicité au livre visé. Il y a au moins un aspect positif à la censure !
Que raconte le passage expurgé?
Un épisode plutôt amusant où l’on voit Aragon qui voulait avoir une aventure sensuelle dirons-nous avec l’auteur du livre désormais entouré de souffre. Bien sûr, on ne peut s’empêcher de penser à l’hôtel américain qui a fait la une ces derniers temps, au détail près que dans le cas d’Aragon il s’agissait de deux hommes.
Qui a fait interdire ce passage ?
Le légataire testamentaire.
Pourquoi ?
Je ne suis pas à sa place.
Quand je suis arrivé à Paris en 1974, j’ai eu envie de rencontrer des écrivains de grand calibre.
Je suis devenu ami avec Emmanuel Berl qui n’a jamais essayé de coucher avec moi.
Berl m’a dit qu’il pouvait téléphoner à Aragon, Malraux, Morand et Sartre pour que je ne me contente pas de lui.
J’ai réfusé catégoriquement. (Camus ou Jean Prévost, j’aurais oui, tout de suite. Pour parler football… Hélas, ils étaient morts.)
Aucun des quatre ne me donnait envie d’aller chez eux. Je les avais lus. Cela me suffisait.
Ensuite je suis devenu ami avec Philippe Soupault qui n’a jamais essayé de coucher avec moi.
Soupault m’a demandé si je voulais aller voir Michaux. Je n’ai pas voulu. Beckett j’aurais bien aimé mais on ne pouvait pas le joindre à l’inverse de Soupault qui était dans l’annuaire pour aider les réfugiés politiques au cas où…
J’aimais Berl et Soupault car ils n’avaient pas de disciples autour d’eux.
Antoine Vitez m’a aussi beaucoup parlé d’Aragon, me donnant une autre éclairage que celui de Philippe Soupault.
Est-ce choquant de censurer un passage d’un livre sur Aragon ?
Oui. Cela signifie que l’éditeur d’Aragon craint son légataire testamentaire.
Aragon fit les 400 coups avec Breton et Soupault à l’époque Dada où ils massacrèrent les aînés à commencer par Anatole France et Maurice Barrès. Ils ont dit et écrit sur eux des mots beaucoup plus terribles que ceux de 2012.
D’un autre côté cette censure rappelle que Louis Aragon était communiste… Soit adepte d’une idéologie qui a fait de la censure son pain quotidien. Un communiste qui logeait dans une annexe du Premier ministre de la République française.
Au niveau littéraire, Aragon est un géant de l’Histoire des Lettres. Il n’y a aucun doute.
Sa langue est une merveille. Il est très difficile d’écrire d’une manière aussi simple et profonde.
Je suis lecteur de son oeuvre parfois incomprise. Quand il a écrit; “Il n’y a pas d’amour heureux” cela ne signifie pas que tous les amours sont tristes. Loin de là. Il a simplement écrit ce texte quand il était heureux… sous les bombes. C’est parce qu’il y avait la guerre qu’il ne pouvait pas être heureux. Cela n’avait rien à voir avec les sentiments.
PS: j’ai écrit ce post sans avoir lu le livre de Daniel Bougnoux.[Voir la chronique mise en ligne plus bas quelques jours après.] J’apporte tout mon soutien à Daniel Bougnoux. Je suis contre la censure et pour l’auto censure car on ne doit pas écrire n’importe quoi et surtout pas sous pseudonyme comme le font les internautes qui ne consacrent pas leur vie à la littérature.

A lire: l’importante interview de Daniel Bougnoux:
http://www.nonfiction.fr/article-6179-censure_chez_gallimard_autour_daragon_daniel_bougnoux_sexplique.htm
A lire aussi les deux liens dessous l’interview dont celui du post de Pierre Assouline
http://passouline.blog.lemonde.fr/2012/10/23/effet-collateral-de-la-confusion-des-genres-en-aragon/

[Post dédié à Hugo Ball]

_________________________________________
-Aragon, la confusion des genres
de Daniel Bougnoux
Gallimard/ L’un et l’autre, 203 p., 19, 90 €

Le livre de Daniel Bougnoux est un hymne au talent de Louis Aragon qui est étincelant. Avec François Mauriac, il reste l’un des plus beaux stylistes français du XXe siècle: la limpidité est le plus difficile à obtenir. Cela paraît facile mais c’est très difficile à obtenir, il faut l’accord parfait avec la main et le cerveau. Daniel Bougnoux partage aussi mon avis: si Aragon a tant verser dans le mensonge, dans le mentir-vrai, dans le camouflage de ses différents moi (s) c’est qu’il avait des circonstances atténuantes. Ecoutez plutôt… Il est né d’un amour illicite entre un préfet de police (Andrieux) qui l’a déclaré sous un faux nom (Aragon,) et une jeune femme qui se fit longtemps passer pour la soeur de son fils pendant que la grand-mère jouait le rôle de la maman. Cela fait beaucoup, n’est-ce pas ? Daniel Bougnoux scrute tout ce que l’on sait de Louis Aragon pour éclairer les différentes facettes de son identité. Il parle aussi beaucoup d’André Breton, rappelant que ce dernier dans sa jeunesse avait condamné le journalisme, activité qu’il trouvait dégradante littérairement, c’est pour cette raison que les dadaîstes/surréalistes se déchaînèrent contre Philippe Soupault qui lui avait choisi d’être reporter pour être payé à faire le tour du monde. Soupault était totalement autonome alors que Breton et Aragon étaient au service de Jacques Doucet qui les payait pour qu’ils lui ramènent des manuscrits à acheter. Breton a toute sa vie acheté et vendu des tableaux. Voilà pourquoi j’ai bien rigolé quand au moment de la vente de la collection Breton, ses disciples actuels ont hurlé qu’il était inadmissible qu’on vende les trésors de Breton qui était au-dessus des basses transactions financières! Je précise que Breton était de la génération qui n’a pas eu droit au chômage et à la Sécurité sociale. Soupault m’a expliqué que Breton et Aragon lui en voulaient d’avoir redécouvert Lautréamont avant eux. De surcroît, Soupault ne voulait pas s’affilier au PCF. Breton et Soupault étaient très liés à la fin des années 1910 qand Aragon était encore mobilisé. La preuve ? Ils ont écrits “Les Champs magnétiques", sans Aragon… qui a salué avec admration l’entreprise de ses amis. La vie les a séparés mais l’Histoire littéraire doit les réunir car ils furent de très grands amis, tous les trois. Qui ne connaît pas bien Aragon, doit lire le livre de Daniel Bougnoux. Qui croit le connaître bien, aussi. Qui le connaît mal, encore plus.

Manchester Uniter va affronter 3 fois Londres en une semaine

Pendant que la L1 pratique le football onaniste avec Ibrahimovic, la Premier League a toujours autant d’étoiles sur sur ses pelouses.

28 Octobre Premier League/ Chelsea-MAN UNITED, 17 h
31 Octobre League Cup/ Chelsea-MAN UNITED, 20 h 45
03 Novembre Premier League/ MAN UNITED-Arsenal, 13 h 45

Sacré programme pour les Reds Devils.
“Chicharito me fait réfléchir” a déclaré Sir Ferguson qui n’est pas resté de marbre devant la grande prestation de Chicharito en Champions League. En effet, le Mexicain a fait gagner MU 3-2 alors que ses coéquipiers étaient en très mauvaise posture à un moment donné du match contre Braga: les visiteurs étaient parvenus à mener 0-2.
L’Ecossais: “J’avoue ne plus savoir comment faire avec Rooney, van Persie, Welbeck et CHicharito qui me donnent tous entière satisfaction".
Avec les trois gros matchs qui arrivent, il n’aura pas assez de quatre attaquants qui sont tous exceptionnels dans leur genre spécifique.
Rooney est un battant qui sait attaquer et défendre, capable d’inscrire des buts comme de délivrer du caviar à la louche.
Van Persie est un buteur régulier, en mesure aussi d’être collectif quand il le veut.
Chicharito est un joueur explosif, extraordinaire de la tête, bon des deux pieds.
Welbeck est un agitateur d’espace qui sait aller gratter des ballons au mileu de terrain pour relancer la Maison rouge.
Le premier duel Chelses-MU va permettre à l’un des deux clubs de dire à l’autre: “Vous n’avez pas encore gagner le titre. Faudra compter sur nous…”
Le second choc avec les Bleus aura lieu en C1 et toujours à Londres.
La troisième confrontation avec la capitale se déroulera à Old Trafford, face à Arsenal qui s’affaiblit d’année en année parce que les dirigeants vendent les meilleurs joueurs tous bonifiés par Arsène Wenger.
Après son grand match en C1, Chicharito est donné partant pour être titulaire à Stamford Bridge lors de la rencontre de Premier League.
-"On connaissait l’importance de ce match, mais on a mal démarré en encaissant deux buts chez nous. Heureusement on a marqué trois buts et maintenant on peut déjà penser au match suivant qui est à nouveau très important, contre Chelsea", a affirmé Javier Hernandez alias Chicharito.
-"Non, je n’ai rien à prouver. J’ai toujours dit que je prenais du plaisir ici. Je suis prêt depuis le début de la saison et quand le coach me donne ma chance, je dois faire de mon mieux. Si je marque, tant mieux. Dans le cas contraire, c’est la victoire de l’équipe qui compte. La meilleure formation est une question pour l’entraîneur. En tant que joueur, je dois faire de mon mieux sur le terrain. Peu importe le poste auquel j’évolue ou quelle formation il met en place. En tant que joueurs, on doit suivre les consignes du coach. Le plus important, c’est d’avoir pris les trois points et non pas de savoir qui sont les héros.”
On peut dire que ce discours est un speech passe-partout. On peut dire aussi qu’il s’agit de paroles prononcées par un grand professionnel qui est très bien élevé. Chicharito a ses plus belles années de joueur devant lui.

PS: à noter le 28 octobre 14 h 30, le derby Everton-Liverpool

Le Clos du Maréchal, de Jean Vigreux (PUF)

Ce livre manquait à l’appel des travaux sur Vichy. Le professeur d’Histoire contemporaine Jean Vigreux nous le donne enfin avec sa multiple toile de fond : collaborationniste, vichyssoise, vichyste, économique, sociale, maréchaliste, agraire… Si on avait eu vent de cette offrande viticole au Maréchal Pétain, on ne savait pas trop sur quel pied danser. Dorénavant, on n’ignore plus rien grâce à Jean Vigreux qui nous livre tout ce qu’il a trouvé avec force précision. Beaune, situé au cœur du vignoble bourguignon, est un haut lieu de la gastronomie dont les habitants les plus anciens n’aiment pas rappeler l’existence du “Clos du Maréchal Pétain", créé au cours des années d’Occupation lorsqu’une partie des Hospices de Beaune, tenues par les sœurs, a été cédé en 1942 au chef de l’Etat français.
Les notables de Beaune ont fait du zèle parce que depuis l’entre-deux-guerres, leur ville (16 161 habitants au recensement de 1936) était concurrencée par Dijon. Le 17 juin 1940, les Allemands entrèrent dans Beaune et par conséquent la sous-préfecture de la Côte-d’Or se retrouva ainsi en zone occupée. « La ville va partager largement la politique de Vichy et s’adapter aux troupes d’occupation. » Toutefois un foyer actif de résistance dirigé par le socialiste Jean Bouhey s’est mis en place dans la petite ville. Faire don du “Clos du Maréchal Pétain” au principal intéressé va dans le sens du culte de l’ancien chef de 1914-1918 qui cultive le mythe du « maréchal-paysan ». Dans l’un des deux seuls discours qu’il a écrits pour Philippe Pétain, Emmanuel Berl lui fait dire : « La terre, elle, ne ment pas». Le vin non plus, mais ce qui boivent, oui. Après guerre, personne ne parla plus de cette cuvée, puisque « le refoulement » de Vichy et au programme jusqu’aux années 1970.
Robert Paxton puis Le Chagrin et la pitié ont démontré que Vichy avait fait beaucoup plus que les Nazis avaient demandé. L’ORTF, aux mains du gouvernement, refusait de diffuser le film de Marcel Ophuls. On sait que de Gaulle avait souhaité que la classe politique dominante aille dans le sens de l’apaisement entre les Français et surtout pas dans l’opposition des clivages. Le général avait le souci de pacifier les rapports entre les Français. La génération suivante fera le contraire. Quarante ans après les faits, on voulait savoir. Le Chagrin et la pitié a été diffusé à la télé sous la présidence Mitterrand, résistant ancien porteur de la Francisque… Il a fallu attendre cinquante ans pour que le Président Chirac reconnaisse la responsabilité de l’Etat français dans la politique de Vichy. Mitterrand lui estimait que la France d’alors, n’étant plus républicaine, ce n’était pas tout à fait la France. Pendant longtemps, il ne s’est pas opposé à ce que l’on fleurisse la tombe de Pétain. Dans son étude, Jean Vigreux démontre bien que les Vichystes étaient un clan plein d’aigris qui se vengeaient du Front Populaire.
Le Maréchal recevait une caisse par mois de trente bouteilles. Jusqu’en 1944, plusieurs centaines de bouteilles sont arrivées à l’Hôtel du Parc. Sur les caisses, il y avait l’inscription de l’expéditeur: « Envoi des Hospices de Beaune. Cuvée des Dames Hospitalières ». Destinataire : « Monsieur le Maréchal Pétain, Chef de l’Etat. Vichy. » Sur l’un des colis, une main rajouta à la main : « Franckreich ». (sic) Cela déclencha une enquête pour retrouver qui était l’auteur de cette « offense ». Le clos Pétain était-il un bon vin ? Sans doute, oui. Un rouge sang mais ses vapeurs nazies ne sont que mentales. Il en reste quelques bouteilles du grand cru des années de guerre chez des collectionneurs qui se gardent de les mettre en salle des ventes.

-Le Clos du Maréchal Pétain
De Jean Vigreux
PUF, 162 p., 17 €

24.10.12

Permalien 17:30:08, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Le Tour de France centenaire 2013 passe par NICE.

Pourquoi condamner Armstrong toujours contrôlé négatif quand Fausto Coppi reste une icône alors qu’il disait utiliser “la bomba” ?

Voici les étapes du Tour de France 2013 qui partira de Corse:
29 juin: 1re étape Porto-Vecchio - Bastia, 212 km
30 juin: 2e étape Bastia - Ajaccio, 154 km
1er juillet: 3e étape Ajaccio - Calvi, 145 km
2 juillet: 4e étape NICE - NICE, 25 km (contre-la-montre par équipes)
3 juillet: 5e étape Cagnes-sur-Mer - Marseille, 219 km
4 juillet: 6e étape Aix-en-Provence - Montpellier, 176 km
5 juillet: 7e étape Montpellier - Albi, 205 km
6 juillet: 8e étape Castres - Ax-3 Domaines, 194 km
7 juillet: 9e étape Saint-Girons - Bagnères-de-Bigorre, 165 km
8 juillet: repos à Saint-Nazaire
9 juillet: 10e étape Saint-Gildas-des-Bois - Saint-Malo, 193 km
10 juillet: 11e étape Avranches - Mont-Saint-Michel, 33 km (contre-la-montre individuel)
11 juillet: 12e étape Fougères - Tours, 218 km
12 juillet: 13e étape Tours - Saint-Amand-Montrond, 173 km
13 juillet: 14e étape Saint-Pourçain-sur-Sioule - Lyon, 191 km
14 juillet: 15e étape Givors - Mont Ventoux, 242 km
15 juillet: repos dans le Vaucluse
16 juillet: 16e étape Vaison-la-Romaine - Gap, 168 km
17 juillet: 17e étape Embrun - Chorges, 32 km (contre-la-montre individuel)
18 juillet: 18e étape Gap - Alpe d’Huez, 168 km
19 juillet: 19e étape Bourg-d’Oisans - Le Grand-Bornand, 204 km
20 juillet: 20e étape Annecy - Annecy-Semnoz, 125 km
21 juillet: 21e étape Versailles - Paris Champs-Elysées, 118 km

Après les trois étapes disputées en Corse- du jamais vu - le 100e Tour de France fera une halte à Nice.Quel dommage que Louis Nucéra ne soit plus parmi nous ! Il serait content de voir le Tour repasser par Nice.
Alors qu’on traîne Lance Armstrong dans la boue- pour ne pas dire autre chose- on apprend que le 100e Tour aura aussi droit à une étape de nuit sur les Champs-Elysées. Pour la première fois, l’arrivée à Paris se déroulera en effet en soirée.
Le plus incroyable sera la 18e étape avec une double ascension de l’Alpe d’Huez le 18 juillet.
D’un côté on combat le dopage- disent-ils- et de l’autre on demande aux “forçats de la route” des efforts surhumains. Je rappelle que jadis le réglement du Tour spécifiait que les produits dopants étaient à la charge des participants !
Le tracé de ce Tour de France 2013 fera date avec ses grandes étapes de montagne.
Concernant la chasse à l’homme déclenchée sur Lance Armstrong, une grande voix s’est élevée. De fait, Miguel Indurain rappelle que Lance Armstrong n’a jamais été contrôlé positif en course.
Ce qu’ils font à Lance Armstrong est inadmissible. On le traite comme on ne traite pas certains tueurs.
On le met plus bas que terre. Les médias le désignent comme s’il était un Al Capone du vélo.
Toute cette haine déversée sur lui est grotesque et grave.
On le désigne tricheur, voyou, parrain, drogué, imposteur…
“Ils” se fabriquent une nouvelle image morale sur le dos de celui qui a vaincu le Tourmalet et le cancer.
Les ignares n’y connaissent rien. Ils pensent qu’il suffit de boire la potion magique d’Astérix pour gagner la Grande Boucle.

Foot people: après Ginola et M'Pokora, Usain Bold pourrait jouer avec MU

Bolt aime tant Man U qu’il a gardé contact avec C. Ronaldo qui joue désormais au Real Madrid. Le sprinteur espère jouer à MU qui n’est quand même pas une maison de retraite malgrè la présence des anciens Scholes et Giggs…

“J’adore jouer au foot, j’ai disputé des matches caritatifs et c’est quelque chose que je pense vraiment essayer et je crois qu’après les J.O.2016 je prendrai ma retraite simplement et je verrai si je suis bon au foot. Je crois que je serai footballeur ensuite. Cela dépend de la façon dont je vais gérer ces quatre ans. Je crois que si je passe tout ce temps sans m’entraîner si durement, sans mettre tant de pression sur mon corps, je peux gérer ces années. La vérité est que je ne suis pas préoccupé", a déclaré Bolt lors d’une conférence de presse dans la ville hôte des prochains J.O., Rio de Janeiro
On sait que le Jamaïcain de 26 ans est un authentique supporter du club anglais Manchester United, dans lequel il aimerait jouer mais aucun footballeur n’a commencé sa carrière à 30 ans ! C’est plutôt l’âge de la retraite. En 2016, il est fort probable - mais on ne sait jamais- que Sir Ferguson ne soit plus l’entraîneur de Man United. L’actuel double champion olympique en titre du 100 m, du 200 m et du 4 x 100 m a répété qu’aux JO-2016, il visait le “triple triplé".
Il n’est pas impossible que le Jamaicain évolue sous le maillot de Manchester United dans le cadre d’un match caritatif. “C’est intéressant qu’il ait dit qu’il aimerait jouer dans un match caritatif, affirmait il y a un mois Sir Alex Ferguson. Cela pourrait être génial, et l’année prochaine nous jouerons contre une sélection d’ancienne gloires du Real Madrid, cela pourrait constituer une bonne occasion de voir ce dont il est capable".
Ce match Man U-Real Madrid est prévu le 3 juin 2013 à Old Trafford, en plein milieu de la saison d’athlétisme de la Diamond League.
Fan de Man U depuis son jeune âge, l’homme aux six médailles d’or a déjà assisté à plusieurs rencontres de MU, et il fut même l’invité d’honneur lors de la rencontre face à Fulham (3-2) le 25 août 2012. Bolt a reçu en public un maillot de Manchester United floqué 9.63 (son temps en finale du 100 mètres à Londres 2012). Il est donc probable de voir le sprinter sur la pelouse d’Old Trafford pour jouer avec Cantona contre Zidane!
A Monaco août 2011, Sir Alex Ferguson avait déjà fait jouer Ginola et M’Pokora dans un match avec une pâle équipe de Man United qui avait perdu 2-8 contre l’OM. Ce jour-là ce fut un piètre spectacle. La seule consolation fut que l’écusson de MU n’était pas sur le maillot. Le match était pour une bonne cause. Cela n’obligeait pas de riduliser MU. Bolt doit être plus près de Bebe que de Scholes.

Le sauveur de Man United, Chicharito, a démontré à Sir Ferguson qu'il devait jouer plus souvent

Champions League 2012-2013
Manchester United 3-2 Sporting Braga
Buts pour MU: Chicharito (25e, 75e), Evans (62e)
Buts pour Braga: Alan (2e, 20e)

MANCHESTER UNITED :
De Gea/
Rafael, Carrick, Evans, Büttner/
Kagawa puis (45e) Nani, Fletcher, Cleverley, Rooney/
Chicharito puis (80e) Giggs, Van Persie.

Ayant laissé au repos Evra et Ferdinand, Sir Ferguson s’est donné des sueurs froides jusqu’à l’égalisation des Red Devils menés 0-2 pendant plus de 20 minutes. Le grand homme du match fut Chicharito auteur d’un triplé- l’arbitre a refusé un but valable au Mexicain. Le coach de MU a aligné le Mexicain car celui-ci commence à trouver le temps long vu que van Persie lui a pris sa place sur le terrain. Chicharito est un joueur fantastique. C’est l’avenir immédiat de Man U. Cela serait une très grave erreur de le laisser partir, par exemple au Real Madrid. Plus qu’une erreur, une faute. Si Sir Ferguson a fait venir Chicharito à MU c’est qu’il lui plaisait. Un transfert qui n’a coûté que 7 M€. Quelle affaire ! Il n’y a pas de raison de le transférer. Cela énerverait tous les fans de MU de voir Chicharito jouer avec C. Ronaldo au Real Madrid alors qu’ils veulent le voir jouer avec Rooney ! Chicharito s’est adapté à la vitesse grand V à MU tout comme Valencia. Nani et Anderson,eux, n’ont pas su se fondre si vite dans le collectif de MU. Van Persie lui aussi s’est bien adapté même s’il est encore parfois très personnel dans la surface de réparation. Chicharito est fait pour Old Trafford. C’est un battant très spectaculaire.

Autres résultats:
FC Nordsjælland 1 -1 Juventus Turin
Shakhtar Donetsk 2 -1 Chelsea
BATE Borisov 0 -3 Valence
Lille 0-1 Bayern Munich
FC Barcelone 2-1 Celtic Glasgow
Galatasaray 1-1 CFR 1907 Cluj
Spartak Moscou 2-1 Benfica

23.10.12

Permalien 16:07:10, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Jim Morrison, de Jean-Yves Reuzeau (Folio/Gallimard )

La voix, la présence, les textes de Jim Morrison appartiennent à l’Histoire de la musique du XXe. Beaucoup d’imitateurs mais il reste inégalable. Hendrix, Lennon, et l’inoubliable Morrison ne cessent pas de nous hanter. Ce n’est pas tous les jours que l’on fait face à d’aussi grands talents.

Déjà auteur d’un livre sur Janis Joplin, Jean-Yves Reuzeau publie un nouvel ouvrage sur Jim Morrison (1943-1971) dans la désormais célèbre collection de biographies inédites en édition de poches Folio/Gallimard qui fait pendant à son premier travail sur le chanteur des Doors de 1993 que le Castor Astral réédite. Autant la biographie est de facture classique hyper documentée autant sa rêverie incantatoire sur l’artiste mythique va aussi à l’essentiel par le chemin de l’onirisme éveillé. Ainsi le biographe des musiciens célestes, Jean-Yves Reuzeau utilise les deux chemins possibles- le concret et l’abstrait- pour rendre hommage à un artiste qui a marqué son temps, à la fois par son talent que par sa vie qu’il a brûlé, on peut dire avec regret, puisqu’il a déclaré sur la fin : « S’il avait fallu recommencer, je crois que j’aurais choisi l’itinéraire tranquille de l’artiste qui travaille dur dans son coin ». Le mot nous est rappelé par Michka Assayas dans la préface du long poème en prose de Jean-Yves Reuzeau écrit à la première personne, comme s’il était Morrison. Le temps de l’écriture, il l’a été. Et c’est tant mieux. On s’y croirait.
La biographie inédite de Morrison (Folio/Gallimard) par Reuzeau ne révèle pas moins la face cachée du chanteur des Doors que sa rêverie à voix haute. L’expression face cachée ne convient pas bien car Morrison a passé sa vie à tout extirper de lui, au risque d’y laisser sa peau. Les non spécialistes apprendront que Morrison était le fils du plus jeune amiral de la marine américains qui ne se doutait pas que son fils était mystique au point de penser qu’il était devenu le réceptacle de l’âme d’un Indien. L’enfant n’avait que 6 ans. A 10 ans, il se mit à dévorer les livres avec un appétit insatiable : Kerouac et la Beat Generation, les philosophes grecs… Et à 17 ans, Rimbaud, Artaud et Nietzsche. Ils ne sont pas nombreux les jeunes américains qui peuvent se targuer d’avoir de pareils écrivains de chevet. A 24 ans, il commence hélas à s’habituer à la dope. Beaucoup se dirigent alors, à pas de loup, vers la mort. D’autres, non. Je songe à Eric Burdon des Animals qui est né la même année que Morrison. En 2012, Burdon chante encore ! Pour la légende c’est mieux de mourir jeune… Dès la sortie du premier album des Doors en 1967, Jim Morrison devient un sex-symbol. Les médias ont vite réalisé que le beau gosse faisait beaucoup vendre les journaux. Ils avaient déjà fait le coup avec Elvis Presley. Bien sûr les deux jeunes chanteurs jouaient beaucoup avec leur corps. Comportement langoureux qui ne sera jamais le fond de commerce de John Lennon, au temps des Beatles. La mort rodait toujours autour de Morrison. C’est toujours le cas quand on est tombé dans la drogue dure. Le 4 octobre 1970, Morrison se dénomme le « numéro 3 ». Qui sont les deux premiers ? Jimi Hendrix, mort le 18 septembre 1970 et Janis Joplin, morte le 4 octobre 1970. Morrison avait vu juste puisqu’il meurt à son tour le 3 juillet 1971, à Paris, au bout du rouleau à force d’abuser d’alcool et de produits toxiques. Depuis sa disparition, il est devenu une icône au même titre que le Che, James Dean ou Marilyn Monroe. Reuzeau restitue le mythe avec beaucoup d’affection pour Jim Morrison qu’il aime comme un grand frère.

-Jim Morrison
De Jean-Yves Reuzeau
Folio/ Gallimard,
-Jim Morrison ou les Portes de la perception
De Jean-Yves Reuzeau
Préface de Michka Assayas
Le Castor Astral, 140 p., 12 €

22.10.12

Chicharito pourrait signer à Madrid: au Real avec Ronaldo ou à l' Atletico ?

Sir Ferguson a des problèmes de riches: comment faire jouer Chicharito quand on a Rooney, van Persie et Welbeck ?

Barré pas van Persie, le Mexicain de Manchester United s’impatiente à Old Trafford et à Carrington.
Il ne voit plus son avenir parmi les Red Devils car il est dans le rôle du bouche-trou.
A MU, Sir Ferguson est passé du duo Rooney-Chicharito à van Persie-Rooney.
Et même Welbeck lui passe devant car le jeune mancunien est très défensif.
A moins de 24 ans, Chicharito trouve le temps long. Il a beaucoup à donner et ne peut pas s’exprimer comme il l’entend.
Est-ce que Ferguson va le laisser partir au mercato d’hiver ?
C’est probable à moins d’une grave blessure de Rooney et/ou van Persie.
MU souffre d’une abondance de joueurs! C’est dur à dire mais c’est la vérité.
Chicharito s’est très bien adapté à MU, parlant un anglais impeccable.
Il a vite marqué et s’attendait parfaitement avec Rooney. Son seul défaut c’est qu’il est trop souvent hors-jeu par manque d’attention, trop pressé par l’envie de marquer.
Il serait triste et dommage de le voir partir de MU qui a déjà dû se séparer de Dimitar Berbatov.
Il a beaucoup de qualités: rapide, intelligent, technique, adroit, courageux, volontaire, malin…
José Mourinho l’a depuis longtemps sur ses tablettes: si le Mexicain signe au Real Madrid, Karim Benzema a beaucoup de soucis à se faire. Je suis persuadé qu’une association C. Ronaldo-Hernandez serait fantastique. On peut voir Ronaldo-Hernandez d’ici peu, à défaut de voir Rooney-Hernandez car il existe un axe Real Madrid-Man United.
L’Atletico Madrid est aussi intéressé par la venue de Chicharito dans le but de remplacer Falcao au cas où.
On parle aussi de Lyon mais Chicharito a d’autres ambitions que d’échouer dans le championnat français qui n’est plus que la cours de récréation d’Ibrahimovic.

L’attaquant international Javier Hernandez dit Chicharito est né le 1er juin 1988 à Guadalajara (Mexique)
Nombre de matchs avec Man U: 88. Buts: 33
A signé à MU le 1er juillet 2010
Premier match sous le maillot de MU: 8 août 2010 contre Chelsea, finale du Community Shield

Pourquoi massacré Armstrong alors qu'on épargne Anquetil, Coppi, Lewis, Mc Enroe, Agassi, les footballeurs du calcio...?

Le 22 octobre 2012, Lance Armstrong a été suspendu à vie par l’UCI et privé de ses sept victoires sur le Tour de France. Cela doit lui faire une belle jambe, sa carrière pro est finie ! Le premier de ses sept succès remonte à 1999. Ils en ont mis du temps pour renifler son pipi… Que cherche-t-il ? A pousser Lance Armstrong au suicide ? Je me demande comment il fait à résister à ce torrent de haine qu’on lui jette dessus. Pas un jour sans qu’on assassine son passé de sportif. Comme s’il avait volé X ou Y. Un âne ne fait pas un pur-sang. J’ai encore dans l’oreille les commentaires de Robert Chapatte: “Tiens, celui-là il n’aurait pas un peu chargé la mule aujourd’hui…” Il est vrai que Chapatte était un ancien champion: il savait de quoi il parlait, lui. Hier, on n’avait Antoine Blondin. Aujourd’hui, on a des jouralistes à la peau d’hermine qui font les poubelles. Parmi ceux qui vocifèrent sur Armstrong, je me demande comment certains font à se regarder dans la glace ? Hier, ils ont gagné leur vie en suivant les courses du champion et aujourd’hui ils lui crachent au visage car c’est l’heure du lynchage. Les loups sont tous en train de mordre Lance Armstrong. Je n’en suis pas. Je conserve tout mon respect à l’Américain. Ils massacrent Lance Armstrong pendant qu’ils ferment les yeux sur le dopage dans le football. Soit on met tout sur la table soit on ne met rien. Armstrong n’a tué personne. C’est un fantastique survivant du cancer. Je rappelle des footballeurs ont été contrôlés en L1 et L2 dernièrement mais il n’y a pas de sanctions car il s’agiit d’expérimenter le contrôle. Quelle est cette justice à la tête du client ! Si on brûle Armstrong, il faut brûler les oeuvres de Sartre, Michaux, Utrillo, Faulkner, Hemingway, Hendrix, Miles Davis, Ray Charles, Charlie Parker… Si j’ai bien compris il n’y a que deux grands dopés dans l’Histoire: Maradona et Armstrong. Jacques Anquetil a dit qu’il se dopait. Personne n’a jamais songé à lui retirer le moindre de ses trophées, et sa renommée n’a jamais été aussi grande en 2012. La chasse au champion Armstrong se poursuit sans relâche alors que beaucoup d’autres grands champions qui ont parlé dopage à coeur ouvert ne sont pas devenus des proies médiatiques. Armstrong n’a jamais été contrôlé positif au terme d’une course alors que les autres champions se sont tous exprimés sur le dopage sans que cela ne porte préjudice à leur prestige. Je n’ai jamais un tel acharnement sur un sportif. Unique au monde alors que Lance Armstrong est l’un des plus grands cyclistes de tous les temps. Je persiste et signe. Ce n’est pas des Dracula (s) qui vont me faire changer d’avis.

Carl Lewis:
“En avril 2003, Wade Exum, ancien chef du programme de détection du comité olympique américain (USOC), a remis à deux journaux américains - Sports Illustrated et The Orange County Register - un dossier et des preuves attestant que Carl Lewis a été contrôlé positif à trois reprises à la pseudo-éphédrine, à l’éphédrine et à la phénylpropanolamine en 1988, lors des sélections américaines pour les Jeux olympiques. Le blanchiment de l’USOC a permis à Carl Lewis de participer aux JO de Séoul, de terminer deuxième du 100 m avant d’être déclaré champion olympique, dans la même discipline, à la suite du contrôle positif (aux stéroïdes anabolisants) de Ben Johnson. L’homme aux neuf médailles d’or olympiques n’a même pas pris la peine de démentir : « Des centaines de personnes ont été prises. Elles ont toutes été traitées de la même manière. Le contexte était différent à l’époque ». Sa ligne de défense ? Un : les produits incriminés étaient présents dans des compléments alimentaires à base d’herbes. Deux : ils n’étaient pas efficaces. Faux sur ce point : ces stimulants légers aident les sprinters à diminuer leur temps de réaction. Quant à l’argument de l’usage par inadvertance, le président de l’Agence mondiale antidopage « ne peut l’admettre : Carl Lewis n’aurait jamais dû l’évoquer » Plus largement, Dick Pound (qui fut l’avocat de Ben Johnson en 1988) accuse : « Nous sommes donc bien en présence de double standard en matière de lutte antidopage à cette époque : des règles pour les Américains et d’autres règles pour le reste de la planète » Carl Lewis aurait donc dû vraisemblablement être déclassé (comme Ben Johnson) de son titre du 100 mètres en 1988″

Jacques Anquetil:
“Jacques Anquetil a plusieurs fois été soupçonné de dopage. Dans Miroir du cyclisme d’octobre 1992, il indiquait: “Je préfère me faire une piqûre de caféine que de boire trois tasses de café qui, elles, me font mal au foie….” Dans le livre La Face cachée de L’Équipe de David Garcia, le journaliste rapporte que le champion avait dit: “Je me dope parce que tout le monde se dope (…) Bien souvent, je me suis fais des piqûres et si, maintenant, on veut m’accuser de me doper, ce n’est pas bien difficile, il suffit de regarder mes fesses et mes cuisses, ce sont de véritables écumoires".

John McEnroe:
“En janvier 2004, John McEnroe déclare dans le quotidien australien le Daily Telegraph, qu’il a été dopé « à son insu » aux stéroïdes durant sa carrière". Ses déclarations sont immédiatement étouffées.

Andre Agassi:
“Pour éviter une suspension pour dopage à la suite de ce contrôle, l’Américain, dont la carrière était alors au plus bas, a menti aux autorités sportives, notamment l’Association des joueurs de tennis professionnels (ATP). La substance en question était la méthamphétamine, une drogue synthétique qui provoque l’euphorie. Agassi explique comment il a consommé cette drogue pour la première fois, chez lui, avec la complicité de son assistant, un certain “Slim", et l’état d’euphorie qui l’a envahi ensuite. «Je ne m’étais jamais senti aussi vivant, plein d’espoir et avec autant d’énergie», précise t-il dans son autobiographie. “J’ai écris une lettre à l’ATP pour les informer que “Slim” était un consommateur régulier de drogues et qu’il mélangeait souvent la “meth” avec des sodas, ce qui était vrai. Mais j’ai ajouté que j’en avais bu un par accident. J’ai eu honte évidemment et me suis promis que ce mensonge marquait la fin de tout ça". L’ATP a décidé de classer le dossier.

Zinedine Zidane:
“Les extraits de l’audition de Zidane devant le juge italien Giuseppe Casalbore le 26 janvier 2004 sont édifiants. Il s’agissait de faire la lumière sur les soupçons de dopage à la Juve entre le juillet 1994 et septembre 1998. Les joueurs ont bénéficié de relaxes au motif que la loi antidopage votée en 2000 ne pouvait sanctionner des faits datant de 1994 à 1998.
Le juge : Vous avez pris des compléments alimentaires ?
Zidane : Oui, j’ai pris des vitamines …
J: Vous les preniez sous quelles formes, par la bouche ?
Z: Par la bouche, oui, oui …
J: Aussi sous forme de piqûre ?
Z: Oui des vitamines.
J: Vous pratiquiez aussi des transfusions ?
Z: Oui.
J: Seulement de vitamines ?
Z: Seulement de vitamines.
J: Seulement de vitamines, rien d’autre ? Pourtant vous souriez.
Z: Ah ?
J: Dites-moi un peu. Vous faisiez des transfusions d’Esafosfina ? Vous savez ce que c’est que l’Esafosfina ? Vous l’avez déclaré en 1998, je le lis ici sur le procès-verbal (…) Vous considériez cela seulement comme des vitamines.
Z: Oui(…)
J: Vous ne prenez rien d’autre ?
Z Non. A part la créatine, le fer, et (…)
J: Dites-moi, une autre phrase m’a frappé, vous aviez déclaré, lors de votre audition : « Les perfusions sont utiles, sinon, comment ferions-nous autrement pour jouer soixante-dix matchs pendant l’année ?”
En novembre 2004, Riccardo Agricola, le médecin chef de la Juventus Turin – dont Zinédine Zidane a porté le maillot de 1996 à 2001 – avait été condamné en première instance à un an et dix mois de prison pour fraude sportive et utilisation abusive et dangereuse pour la santé de médicaments en dehors de toute justification thérapeutique entre 1994 et 1998.
Dans son rapport, l’hématologue commis par le parquet de Turin avait notamment conclu que les fortes variations de paramètres sanguins observées chez certains joueurs de la « Juve », dont l’ancien capitaine de l’équipe de France, Didier Deschamps, relevaient de « l’utilisation quasi certaine de traitements pharmacologiques tels que l’érythropoïétine ou les transfusions ». Après ces révélations tardives sur Zidane, les instances de la FIFA ont décidé de faire la sourde oreille, car pour Sepp Blatter, le patron de la Fédération « le dopage serait inutile dans le football car ce sport est avant tout technique.”
Pendant le Mondial allemand, la Fédération internationale de football (FIFA) n’a pratiqué aucun contrôle sanguin pour détecter d’éventuelles transfusions. “Nous considérons la probabilité de cette pratique dans le football tellement faible que ce serait une perte de temps, d’argent et d’énergie que de faire des contrôles sanguins », explique au Monde Jiri Dvorak, le médecin chef de la FIFA".

Fausto Coppi:
Interview à la TV italienne…
TV: “Tous les coureurs prennent la Bomba (amphétamines)?
Coppi: Oui et tous ceux qui prétendent le contraire ne méritent pas que l’on parle de vélo avec eux!
TV: Vous, vous preniez de la Bomba?
Coppi: Oui! Chaque fois que c’était nécessaire.
TV: Et quand était-ce nécessaire
Coppi: Pratiquement tout le temps!”

PS: Toutes ces déclarations sont été récoltées sur le net. Inutile de vous préciser que Armstrong, Anquetil, Coppi, Lewis, Zidane, McEnroe et Agassi sont des sportifs que je classe parmi les grands champions. Comme disait le général De Gaulle: “Anquetil a fait retentir La Marseillaise!”

21.10.12

Permalien 12:33:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Le palmarès 2012 des Ecrivains Sportifs

Un petit échantillon des commentaires de Stéphane Guy. Avec Marcel Desailly, ils forment un très bon duo sur C+.

La Présidente d’honneur, Monique Berlioux, et le Président des Ecrivains Sportifs, Benoît Heimermann ont communiqué la palmarès 2012. L’Association des Ecrivains Sportifs a été fondée au début du XXe siècle par Tristan Bernard et Jean Giraudoux.

Grand Prix de Littérature Sportive- Prix Tristan Bernard
En l’absence de classement final, Tristan Garcia (Gallimard)

Prix du Document- Prix du CNOSF
1914-1918, le sport sort des tranchées, Michel Merckel (Le Pas d’Oiseau)

Prix du Beau Livre- Prix Lacoste
Mon armoire à maillots, Didier Braun (L’Equipe)

Prix de Technique et de Pédagogie sportive- Prix Marie-Thérèse Eyquem
Les Défis coopétitifs, Brigitte Coppin, Eric Habourdin et Lou Tarr (EPS)

Prix Pierre de Coubertin
Marie-Georges Bufffet

Prix de la Carrière- Prix Louis Nucéra
Pierre Cangioni

Prix du Commentateur sportif- Prix Bernard Destrumau
Stéphane Guy (Canal +)

PS: les trois premiers livres cités ont été chroniqués sur le blog dans la rubrique “Lits et ratures":

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/21/en_l_absence_de_classement_final_de_tris

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/07/06/14_18_le_sport_sort_des_tranchees_de_mic

http://www.blogmorlino.com/index.php/2012/06/19/mon_armoire_a_maillots_de_didier_braun_l

Le centenaire de la naissance du général niçois Louis Delfino: inter à l'OGCNice et héros de l'aviation pendant la Seconde Guerre Mondiale

Les petits rigolos du foot actuel qui pensent à faire la java au lieu d’honorer leur sélection en équipe de France feraient bien de penser au général Delfino qui raccrocha ses crampons- alors qu’il jouait inter dans l’équipe fanion de l’OGCNice- pour défendre la France et combattre l’ennemi dans l’aviation française. J’ai connu le héros qui venait dans l’épicerie de mon père au Col de Villefranche. Tous les deux ne s’adressaient la parole qu’en niçois. Le général était d’une simplicité foudroyante. Il souriait tout le temps. C’est là que j’ai compris que les plus grands sont les plus humbles.

Quand on parle d’aviateurs français, il ne faut pas s’arrêter à Mermoz, Guynemer, Garros ou Saint-Exupéry. Dans la galaxie des héros du ciel, nous ne devons pas oublier les deux Niçois Edouard Corniglion-Molinier (1989-1963) et Louis Delfino (1912-1968). Pupille de Nation, depuis que son père ébéniste était mort au début de la « Grande Guerre », le jeune Louis Delfino était aussi bon de la tête que des jambes. Issu d’une vieille famille niçoise, l’écolier de l’école Pierre-Sola obtint une bourse avant d’entrer au lycée Masséna.
Hyper doué pour le football, il fut recruté par l’OGCNice. Ainsi à 18 ans, le superbe inter droit intégra l’équipe fanion du Gym. Au Ray, lors de la saison 1930-1931, Louis Delfino avait entre autres pour partenaires Lombardo, Crut, Tilmont, Batmale, Boulet et Numa Andoire, le futur grand entraîneur. Ce groupe d’Aiglons, au seuil du professionnalisme, offrit au Gym sa première demi-finale de Coupe de France. Personne alors ne se doutait que l’ex gamin de Riquier, qui parlait couramment le Nissart, allait s’illustrer aux commandes de son avion frappé de son sigle personnel : deux «00» entrecroisés sur la carlingue.
En effet, le footballeur très prometteur quitta la pelouse pour les airs afin de s’engager dans l’aviation en 1933: il fut d’abord affecté dans la reconnaissance avant de rejoindre l’escadrille de la chasse juste avant la Deuxième Guerre Mondiale où il prouva une nouvelle fois son courage sans faille dans le groupe «Normandie-Niemen». Balle au pied, ou aux commandes de son Spitfire IX, Louis Delfino manifesta une très grande dextérité servie par un sang froid qui faisait l’admiration de tous. Héros de l’aviation, il a abattu plusieurs ennemis, risquant sa vie à chacune de ses sorties.
Honoré par Charles de Gaulle, Louis Delfino devint général lui-même, en 1963 A 51 ans, record de sa génération. Celui qui reste notre Aiglon le plus prestigieux de l’Histoire commanda l’état-major de la Défense aérienne. Il a toujours suivi l’évolution de l’OGCNice jusqu’à sa mort, hélas ! à 56 ans. Si Nice est aujourd’hui une ville libre c’est grâce à des hommes de la trempe de Louis Delfino.

PS: dans chaque programme de l’OGCNice j’honore les Aiglons dans “Le RAYtroviseur".

Permalien 06:35:42, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les dix noms les plus cités pour êtré honorés par l'Allianz Arena de Nice: Adams, Gonzalez, Nurenberg, Garibaldi, Masséna...

L’une des tribunes du nouveau stade de Nice, l’Allianz Riviera, pourrait s’appeler du nom du grand buteur Vic Nurenberg

Par Internet, mail ou courrier, 2386 participants ont soumis 8663 propositions. Les dix les plus formulées – représentant 45% de l’ensemble – ont été retenues par le jury composé de Christian Estrosi(Député, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur), Jean-Pierre Rivère (Président de l’OGC Nice), Gilles Veissière (Adjoint délégué aux Sports), Xavier Lortat-Jacob (Président de l’Allianz Riviera), Ange Ferracci(Président de l’Association OGC Nice) et 5 représentants de club de supporters. Tous se réuniront prochainement pour choisir les quatre noms définitifs des quatre tribunes de l’Allianz Riviera.

Dans l’ordre alphabétique, les dix noms retenus.
Liés à l’OGCNice:
-JEAN-PIERRE ADAMS: l’international français (1948) a joué au Gym de 1973 à 1977. Depuis une opération au genou, à la mi-mars 1982, il est dans le coma, sous la surveillance incessante de sa femme.
-MENAD BJEKOVIC: le Serbe a laissé un grand souvenir à Nice et en France. “C’est le plus attaquant que j’ai joué dans toute ma vie” m’a dit Dominique Rocheteau. Il marqua 85 buts en D1 entre 1976 et 1981) sous le maillot de Nice dont il fut l’entraineur de 1987 à 1989.
-CESAR HECTOR «PANCHO» GONZALEZ: le défenseur (1951-1961) a été de toutes les victoires niçoises: triple champion de France (1952, 1956, 1959) et deux coupes de France (1952 et 1954). Il fut aussi entraîneur de 1964 à 1969. Sous l’ère Rohrh, il figurait toujours dans le staff nissart.
-VICTOR NURENBERG: l’attaquant luxembourgeois (1951-1960) a contribué à doter le club de nombreux titres grâce à sa force de frappe. Dans la période moderne, c’est le meilleur buteur niçois. Il marque à l’Histoire du football français en réalisant un triplé, le 4 février 1960, en quart de finale aller de la Coupe des clubs champions, face au grand Real Madrid (3-2). Jamais auparavant un club français n’était parvenu à battre les Madrilènes.
-LE RAY: le stade Léo-Lagrange dit stade du Ray, a été l’enceinte des Aiglons de 1927 et 2012. 85 ans d’Histoire. Que veut-rire le Ray ? se demande-t-on. En nissart cela signifie “le ruisseau".
-SUD: ll s’agit de la tribune emblématique du stade du Ray.

Liés à la ville de Nice:
-GIUSEPPE GARIBALDI: le plus connu des Niçois, le général Garibaldi (1807-1882) est toujours très aimé des Niçois. Le député de Nice est l’un des «pères de la patrie» italienne.
-ANDRE MASSENA: Maréchal d’Empire, le Niçois André Masséna (1758-1810) voit son nom lié pour toujours à Napoléon et à Nice.
-MEDECIN PERE & FILS: la famille Médecin appartient à l’histoire de Nice au XXe siècle. Le père (Jean) puis le fils (Jacques) furent tous les deux maires de la ville.
-CATHERINE SEGURANE: l’héroïne niçoise du 16ème siècle s’illustra lors du siège de Nice de 1543. Elle symbolise l’identité niçoise qu’elle a défendu avec un fantastique acharnement.

J’ai participé au vote. Le mien était purement sportif:
Tribune 1: NUMA ANDOIRE, entraîneur lors du doublé 1952
Tribune 2: VIC NURENBERG, meilleur buteur de Nice depuis l’après-guerre
Tribune 3: FRANCIS ISNARD, recordman des matchs avec Nice
Tribune 4: HUGO LLORIS, capitaine de l’Equipe de France

PS: il y a un grand oublié: le général Louis Delfino, héros de 1939-1945 et ancien inter droit à l’OGCNice. Voir le post ci-dessus.

20.10.12

Permalien 18:06:23, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Man United et Chelsea ont géré avant leur duel

Les équipes ont changé mais l’intensité demeure. Le premier grand duel de la saison anglaise est attendu pour le week-end prochain

Manchester United 4-2 Stoke Ciy
Buts pour MU: Rooney (27e,64e), van Persie (44e), Welbeck (46e)
Buts pour Stoke: Rooney (CSC 11e), Kightly (59e)

De Gea/
Evra, Evans, Ferdinand, Rafael/
Welbeck puis (77e) Chicharito, Rooney, Valencia puis (73e) Nani, Carrick, Scholes puis(69e) Anderson/
van Persie
Sur le banc: Lindegaard, Wootton, Giggs, Powell
Coach: Sir Ferguson

RAS. Un match tranquille qui a permis de maintenir la cadence. Le niveau des visiteurs était affligeant. On se demande ce qu’un club aussi peu enthousiaste fait en Premier League: Owen y termine sa pénible fin de carrière qui s’éternise. Pas la peine de noter les joueurs de MU qui se sont faits une petite frayeur sans plus. Sir Ferguson a fait du turn over quand le match fut plié.

Résultats de Premier League
Tottenham 2-4 Chelsea
West Bromwich Albion 1-2 Man City
Norwich City 1-0 Arsenal
Swansea City 2-1 Wigan
West Ham 4-1 Southampton
Liverpool 1-0 Reading
Fulham 1- 0 Aston Villa

Permalien 12:51:49, Catégories: THE RED DEVILS  

Manchester United va jouer 6 fois à l'extérieur en un mois

Depuis la mort d’Antoine Vitez, Sir Alex Ferguson est mon metteur en scène préféré. Tous les deux sont de grands directeurs d’acteurs et ils possèdent la science de l’espace. Sans parler de leur intelligence et de leur sensibilité, hors normes.

Au cours du mois- entre le 20 octobre et le 20 novembre 2012- Manchester United va jouer 6 fois à l’extérieur sur 9 matchs disputés:
5 en Premier League dont 3 à l’extérieur
3 en Champions League dont 2 à l’extérieur
1 en League Cup à Chelsea
Man U a la particularité d’aller deux fois de suite à Chelsea en Premier League puis en League Cup.
Il y aura aussi la réception à Old Trafford d’Arsenal, le 3 novembre, mais ce match s’il reste une curiosité n’a plus l’intensité d’auparavant car Chelsea et Man City ont pris la place d’Arsenal et de Liverpool. Au niveau de l’intérêt des fans de MU c’est une certitude. Le classement entre la 3e et la 4e ?a va ?a vient.
En C1, Man U n’a aucune grosse affiche. Rien que des matchs pièges où les Red Devils auront tout à perdre.

Octobre 2012
20 Oct Premier League/ MAN UNITED-Stoke City, 16 h
23 Oct Champions League/ MAN UNITED-Braga, 20 h 45
28 Oct Premier League/ Chelsea-MAN UNITED, 17 h
31 Oct League Cup/ Chelsea-MAN UNITED, 20 h 45
Novembre 2012
03 Nov Premier League/ MAN UNITED-Arsenal, 13 h 45
07 Nov Champions League/ Braga-MAN UNITED A 19 h 45
10 Nov Premier League/ Aston Villa-MAN UNITED, 18 h 30
17 Nov Premier League/ Norwich City-MAN UNITED, 18 h 30
20 Nov Champions League/ Galatasaray-MAN UNITED, 20 h 45

19.10.12

Permalien 18:45:29, Catégories: ANTI-FOOTBALL  

Jadis Henry et Trezeguet, eux, étaient retournés en Espoirs sans créer la polémique

Faire la fête ou préparer un match, il faut choisir, sinon bonjour les dégâts: élimination, sanction, démission du coach.

J’ai entendu parler de joueurs qui faisaient la bamboche.
Sur le terrain, ils ne tiraient pas langue.
Les joueurs actuels sont vraiment des enfants mais dans le plus petits sens du terme.
Bill Clinton a dit: “Aujourd’hui si l’on fait une connerie, un quart d’heure après c’est sur le web…”
L’ancien président des Etats-Unis est bien placé pour le savoir.
Sachant cela mieux vaut filer droit. Des professionnels du football se permettent des choses que des amateurs consciencieux ne feront jamais.

Les faits extra sportifs:
Cinq espoirs de la FFF ont sans autorisation passé la nuit de samedi à dimanche, avant un match important de cette mi-octobre 2012, dans une boîte de nuit parisienne alors qu’ils étaient rassemblés au Havre. Il faut se souvenir que l’un deux, le Rennais M’vila avait déjà été “rappelé à l’ordre” par l’instance disciplinaire de la FFF le 27 juillet 2012 pour être sorti du quart de finale de l’Euro-2012 sans serrer la main de son sélectionneur de l’époque, Laurent Blanc.

Les faits sportifs:
Les Espoirs français ne se sont pas qualifiés pour l’Euro 2013 suite à l’importante défaite contre à la Norvège mardi soir (5-3)

Les conséquences:
Le sélectionneur des Espoirs Erick Mombaerts a présenté sa démission pour quitter le poste qu’il occupait depuis août 2008. Le football tricolore est à nouveau frappé pour des raisons extra sportives à l’heure du net où tout se sait. Dans l’entente des sanctions infligées par la FFF, Rennes a décidé que Yann M’Vila et Chris Mavinga ne joueront pas face à Montpellier samedi 20 septembre. Les autres joueurs sont Griezmann (Real Sociedad), Niang (AC Milan) et Ben Yedder (Toulouse).

Pour faire la fiesta et assurer derrière, il faut s’appeller Romario ou Ronaldinho.
Jadis en 1952, Numa Andoire avait donné quartier libre aux Aiglons avant la finale de la Coupe de France. “De toutes les façons vont ne dormirez pas mais demain à 12 h je veux voir tous réunis dans le hall!” Tous les Niçois ont fait ce qu’ils ont voulu la veille du match… qu’ils ont gagné 5-3 devant Bordeaux à Colombes. Il est vrai qu’à l’époque les joueurs étaient de vrais compétiteurs. Parmi eux Antoine Bonifaci.
Sans remonter aussi loin, il faut se rappeler que Thierry Henry et Trezeguet ont été renvoyés temporairement en Espoirs alors qu’ils étaient champions du monde 1998. En moins de 15 ans, les joueurs de qualités inférieurs ont pris le cigare alors que les vrais talents eux se pliaient aux règles valables pour tous.
Il faut saluer l’intelligence de Deschamps qui observe tout de loin. Le nouveau sélectionneur des A n’avait pas convoqué Yann M’Vila pour le match amical contre le Japon et le choc des qualifications pour le Mondial 2014 en Espagne alors que Rio Mavuba et Abou Diaby étaient absents…
[Post dédié à Maurice Serrus]

18.10.12

Une âme damnée, Paul Gégauff, d'Arnaud Le Guern (Pierre Guillaume de Roux)

Paul Gégauff était scénariste et acteur. On le voit ici dans Une partie de plaisir (1974)de Claude Chabrol dont il a écrit le scénario. Au cours de la scène dans le cimetière il a pour partenaire sa première femme, la comédienne et productrice exécutive Danièle Gégauff (née Rosencranz), mère de sa fille aînée. A l’écran, le personnage de Guégauff piétine à mort celle qu’il aime, sur une tombe… Dans la vie réelle, c’est sa seconde femme qui l’a massacré à coups de couteau.

Il fallait écrire la biographie de Paul Gégauff (1922-1983). C’est chose faite et bien faite. Et c’est mieux qu’une biographie universitaire écrite avec une truelle: il s’agit en fait d’un hommage, entre le réel et l’onirisme, soit la vie réelle de Gégauff. Auparavant, Eric Neuhoff avait déjà célébré le scénariste dans un livre consacré à des écorchés vifs.(Les Insoumis, Fayard, 2009) Gégauff ? Vous le connaissez sans le connaître. Il a écrit une grande quantité de scénarii : Plein Soleil (René Clément), d’innombrables Chabrol (Les Cousins, A double tour, Les Biches, Que la bête meure, Docteur Popaul…) Docteur Popaul, une histoire dingue,à la mords moi le noeud, où Belmondo s’amuse à avoir des aventures avec des femmes abominables… Les amis du scénariste étaient Maurice Ronet- l’inoubliable acteur du Feu Follet- Roger Vadim et Françoise Sagan. Il vivait à 200 à l’heure, toujours prêt à faire les 400 coups. Il a brûlé sa vie, buvant comme un polonais qui a vécu un mois dans le désert avant de vider une cave. Il finit poignardé par sa femme. Sa vie mériterait un film, et un long métrage, pas un court. C’est le moins qu’on puisse faire.
Contentons-nous pour l’instant du livre d’Arnaud Le Guern qui restitue pleinement Gégauff, un suicidé de la société moderne. « Tue-moi si tu veux mais arrête de m’emmerder… » Cela vaut le « Lilly aime-moi » de Maïakovski. Sa dernière épouse- “une Norvégienne métisée de 25 ans apprentie comédienne qui lui avait donné une petite fille- l’a trucidé de trois coups de couteau. Les coups de schlass furent donnés dans la nuit du 24 au 25 décembre 1983, en Norvège. Bonjour Maman Noël. Elle avait 25 ans et lui 61. “Neige, neige, reste en Norvège jusqu’à ce que j’apprenne le solfège” a écrit Soupault. Gégauff aurait dû se méfier: il connaissait la musique… mais la gueule du loup l’attirait. Le biographe céleste compare finement ce fait divers à ceux racontés par Félix Fénéon. Gégauff c’est un héros de Nimier à l’air libre. C’est James Dean qui serait devenu un peu vieux. Arnaud Le Guern a une plume nerveuse qui convient à l’artiste qu’il a choisi de nous livrer en totalité.
Ni de droite ni de gauche, Gégauff lisait le facho Rebatet et allait ensuite se biturer avec le coco Roger Vaillant. Gégauff avait hissé la provocation au rang des beaux arts comme Cravan, Rigaut et Vaché mais au lieu de se suicider, on l’a suicidé. Par une main de femme en plus. C’est un Mishima contrarié. Un jour de bal costumé, il s’habilla en nazi et demanda à un copain de mettre un pyjama rayé…mais ce dernier se fit porter pâle au dernier moment. Dégraissé de quelques complaisances envers des pipoles de la rive gauche actuelle, ce livre aurait pu être un chef d’œuvre, un peu comme le Nimier d’Olivier Frébourg. Croiser des médiatiques qui veulent à la fois être célèbres et maudits cela n’apporte rien. N’est pas Alain Pacadis ou Paul Guégauff qui veut. Tout le monde n’a pas le cran de jouer à la roulette russe avec l’existence. Etre presque un chef d’œuvre n’est-ce pas un beau compliment? L’important c’est qu’on voit Gégauff surgir des pages, tel l’oiseau qui s’échappe de sa cage.

-Une âme damnée, Paul Gégauff
D’Arnaud le Guern
Pierre Guillaume de Roux Editeur, 186 p., 19, 50 €

Permalien 14:08:37, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

1992-2012: THE GOLDEN GENERATION de Manchester United (Scholes, Giggs, les Neville, Butt, Beckham...)

La génération 1992 des Red Devils fête son 20e anniversaire. Sur les six historiques, il en reste trois aux clubs: Giggs et Scholes, toujours dans l’effectif. Gary Neville, lui, est ambassadeur d’honneur. Ils ont tous été formés par Sir Ferguson, au plan théorique, et par Eric Cantona, au plan pratique. Rien n’est plus beau que des jeunes sortis d’un centre de formation. Surtout quand ensuite ils s’illustrent dans l’équipe fanion. Et tout devient féérique lorsqu’ils engrangent les succès.

Palmarès de Ryan Giggs, 39 ans
Ailier gauche reconverti milieu offensif
A Manchester United depuis 1987
914 matchs, 164 buts

Ligue des champions 1999, 2008
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2008
Coupe intercontinentale 1999
Coupe intercontinentale 1999
Supercoupe de l’UEFA 1991
12 Premier League 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009 et 2011
4 Coupes d’Angleterre 1994, 1996, 1999, 2004
3 League Cup 1992, 2006, 2009
8 Community Shield Vainqueur 1993, 1994, 1996, 1997, 2003, 2007, 2008, 2010

Palmarès de Paul Scholes, 38 ans
Milieu offensif à caractère défensif
A Manchester depuis 1991
676 matchs, 150 buts

Ligue des champions 2008
Coupe intercontinentale 1999
10 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009 et 2011
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
League Cup 2009
5 Community Shield 1996, 1997, 2003, 2008, 2010.

Palmarès de Gary Neville, 37 ans (Ambassadeur M.U.)
Défenseur latéral droit
Manchester United (1991-2011)
602 maths, 7 buts

2 Ligues des champions 1999 et 2008
Coupe du monde des clubs 2008
Coupe Intercontinentale 1999
8 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007 et 2009
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
2 League Cup 2006 et 2010
3 Community Shield 1996, 1997 et 2008.

Le palmarès de David Beckam, 37 ans (L.A. Galaxy))
Milieu offensif
Manchester United(1991-2003)
400 matchs, 87 buts

Coupe de la Ligue des champions: 1999
Coupe intercontinentale: 1999
6 Premier League: 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
2 Coupe d’Angleterre: 1996, 1999
2 Charity Shield: 1996, 1997

Palmarès de Phil Neville, 35 ans (Everton)
Défenseur/ Milieu défensif à caractère offensif
Manchester United (1990- 2005)
386 matchs, 8 buts

Ligue des Champions 1999
La Coupe intercontinentale 1999
6 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
3 Community Shield 1996, 1997 et 2003

Nicky Butt, 37 ans (South China)
Milieu défensif
Manchester United (1991-2004)
269 matchs, 21 buts

Ligue des Champions 1999
Coupe intercontinentale 1999
6 Premier League 1996, 1997, 1999, 2000, 2001 et 2003
3 Coupes d’Angleterre 1996, 1999 et 2004
3 Community Shield 1996, 1997 et 2003

Lors de cet anniversaire, nous pensons encore davantage aux grands anciens qui ont donné leur vie en servant Manchester United:

[Post dédié à Matt Busby et George Best]

17.10.12

Permalien 23:42:28, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Lloris, le premier Niçois capitaine de l'équipe de France

A la fin d’Espagne 1-1 France, Hugo Lloris a pris le temps d’analyser à chaud le match.
Bien sûr, il ne parle pas de sa performance héroïque avec entre autres arrêts décisifs, un penalty sauvé.
Auparavant, sur le but espagnol, il fut fautif d’une main…
Pendant le match, le capitaine des Bleus a montré l’exemple: ne jamais se laisser abattre.
Lloris est le premier Niçois porteur du brassard de capitaine de l’équipe de France.

A noter sur votre agenda: FRANCE-ESPAGNE, 26 mars 2013

La joie des internationaux français. Ils peuvent être heureux car ils ont ramené sur terre l’Espagne au terme d’une grande performance à l’extérieur.

Les prochains rendez-vous de l’équipe de France:

Mercredi 14 novembre 2012: Match amical/ Italie-France

Mercredi 6 février 2013: Match amical/ France-Allemagne

Vendredi 22 mars 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Géorgie

Mardi 26 mars 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Espagne

Vendredi 6 septembre 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Géorgie-France

Mardi 10 septembre 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ Biélorussie-France

Mardi 15 octobre 2013: Eliminatoires Coupe du Monde 2014/ France-Finlande


Dans le futur immédiat, la France va disputer deux matchs amicaux de prestige.
Les résultats ne seront pas déterminants sur le moral car la France a fait nul en Espagne lors d’un match officiel.
Pour aller au Brésil, la France a encore cinq matchs à disputer donc trois à la maison.
Le choc a venir c’est France-Espagne, le 26 mars. Ce sera la revanche parce qu’à l’aller Deschamps a gagné la bataille tactique face à Del Bosque.
Restera ensuite encore 9 points en jeu.
Un fait nouveau: la France peut terminer première et se qualifier directement pour la Coupe du Monde 2014.
Après le nul français à Madrid, la presse espagnole n’est pas tendre avec la Roja qui n’a pas plié le match comme d’habitude.

«Gatillazo» («Débandade») a titré Marca à la une.
En page intérieure, on lit: «L’Espagne s’écroule en deuxième période et se met dans le pétrin. Une énorme erreur de Juanfran à la 93e minute et 9e seconde qui entraîne un nul logique. Sans les deux sentinelles devant la défense, Xabi Alonso et Busquets, la Roja n’était plus la même. Giroud égalise in extremis… Rendez-vous à Paris le 26 mars 2013 pour le match décisif».

L’autre grand quotidien AS y va de son chapelet de regrets- L’Espagne a la chance d’avoir plusieurs quotidiens sportifs…:
«Il faudra gagner à Paris. Vicente Del Bosque admet que la Roja s’est mise en danger en ne prenant qu’un but d’avance avant la pause».

Sport a la même tonalité de déception:
«L’Espagne trébuche à la dernière seconde. Un nul qui complique le chemin de la Roja vers la Coupe du monde brésilienne».

Mundo Deportivo va dans le même sens:
«La Roja se complique la tâche. La première place se jouera en France au printemps. Pajara! (Effondrement)

La Vanguardia ne fait pas de cadeau non plus:
«La France met fin à la série triomphale de l’Espagne. »

El Pais fait un simple constat:
«L’Espagne ne s’est pas mise à l’abri après un bon début de match et le but de Ramos».

Hugo Lloris permet à la France d'arracher le nul en Espagne

Espagne 1-1 France
But pour la Roja: Sergio Ramos (25e)
But pour la France: Giroud (90e + 3)

Espagne:
Casillas ©/
Arbeloa, puis Juanfran (50e), Sergio Ramos, Busquets, Jordi Alba/
Xavi Hernandez, Xabi Alonso, Iniesta, puis Torres (76e), Silva, puis Cazorla (13e)/
Fabregas, Pedro
Sélectionneur: Del Bosque

France:
Lloris ©/
Debuchy, Koscielny, Sakho, Evra/
Gonalons, puis Valbuena (57e), Cabaye, Matuidi/
Ménez, puis Sissoko (68e) Benzema, puis Giroud (87e), Ribéry
Sélectionneur: Deschamps

C’est la première fois que l’équipe de France a démontré un vrai caractère depuis la retraite de Zidane.
Cette fois, Zidane ce fut Hugo Lloris auteur d’un match grandiose.
J’ai retrouvé le chat nissart du stade du Ray. Agile, concentré, explosif, le tout servi par une lecture de jeu qui, sur ce match-là, a atteint son paroxysme.
En bon capitaine, il a montré le chemin à suivre à tous ses coéquipiers: celui de la révolte, de la non résignation, du relévement de tête devant ses supérieurs hiérarchiques. La chance n’est que la manifestation de la volonté.
D’aucuns me voient comme quelqu’un qui retourne sa veste. Si j’étais cynique, je dirai comme Gainsbourg le jour où il a rétorqué à ceux qui lui disait la même chose: “La doublure de ma veste est en soie…”
En football, je suis saint Thomas: je ne crois que ce que je vois.
Avant le match, je pronostiquais un carton espagnol vu la faiblesse française et les talents espagnols.
Le match a eu lieu: le verdict est tombé.
Il faudrait être fou pour dire tout d’un coup: la France sera championne du monde 2014 !
Ce que j’ai vu ? En seconde mi-temps, un collectif français qui- grâce aux arrêts de LLoris tout au cours du match- a repris confiance et a démontré en fin de match un gros mental.
Je ne renie jamais ce que j’écris. Depuis 1974, j’ai écrit un torrent de mots. Je resigne tout.
Un énorme Hugo Lloris a donc permis à la France de rester dans le match.
Au lieu d’être menée 2-0, la France se mit à croire enfin en elle quand le portier niçois a évité d’encaisser un second but sur penalty.
Le portier en violente concurrence à Tottenham a accompli aussi d’autres arrêts décisifs.
Un très grand Lloris. Si des gens à Tottenham doutaient encore de son transfert à Londres les voilà rassurés. Quant à ceux qui disaient que gardien ne peut pas faire un bon capitaine, on ne les entend plus. Lloris est meilleur sur le terrain que sur un plateau télé. Et c’est très bien ainsi.
Contre toute attente, les Français ont démontré un esprit collectif à l’extérieur et qui plus est sur le terrain des doubles champions d’Europe et des actuels champions du monde.
Les Espagnols n’avaient pas le cigare mais ils ont joué de manière trop stéréotypés. On aurait dit une pub pour Damart tant ça tricottait à gauche et quasi jamais à droite.
Le match France-Japon (0-1) n’a vraiment servi à rien.
Résumons: qu’a-t-on vu en Espagne ?
Didier Deschamps a su communiquer sa légendaire grinta à son groupe.
Il s’avère que les absents (M’Villa, Nasri et Ben Arfa) n’ont pas manqué.
Est-ce qu’un groupe bleu 2012 est né à Madrid comme un groupe était né à Séville en 1982 lors d’un certain France-RFA ?
Deux matchs en terre espagnole…
L’avenir nous le dira.
Une chose est quasi certaine: le prochain France-Espagne sera sans doute déterminant si d’ici là la France et l’Espagne ne perdent pas des matchs pièges contre des pays reputés plus faibles sur le papier.
Par moments, en seconde mi-temps, la France a eu de belles séquences de construction.
Un match à ne pas oublier, à l’inverse de tant d’autres.
Zidane devra patienter. L’ère Deschamps ne fait sans doute que commencer.
La joie française après l’égalisation était belle à voir.
Bien sûr si l’on est sévère, on peut dire que la France a explosé de joie comme si elle avait gagné la Coupe du Monde. C’était put-être un peu too much.
A la vérité, la France était tombée si bas avec le bus d’Afsud et le reste qu’il lui fallait un bon résultat comme celui-ci pour se retrouver. Et faire plaisir aussi à ses fans.
La joie du groupe bleu à Madrid m’a rappelé celle de la bande à Hidalgo-Platini en 1977 et bien sûr les Bleus de Jacquet puis de Lemerre, en 1998 et 2000. De belles références.
Tous le groupe bleu est à féliciter avec une mention spéciale à Lloris.
Les Bleus ont failli faire tomber pour la première fois l’Espagne invaincue depuis 1934 sur son sol, en matchs de qualification pour une Coupe de Monde.
Répétons-le, souhaitons que la France et l’Espagne restent au coude à coude d’ici le match retour au SDF qui s’annonce extraordinaire comme enjeu. Ce matc-là sera sans doute la finale pour aller au Brésil en 2014. On s’en pourlèche les babines d’avance.
Les Français sont à nouveau fiers de leur sélection nationale.
L’honneur revient petit à petit.
Aller chercher le nul en Espagne en match officiel, c’est une grande performance pour le football français qui était tombé dans le ruisseau en 2010.
On a vu l’importance de l’entraîneur. Avec Blanc et Deschamps, P. Evra et F. Ribéry se comportent en vrais leaders. Tout le monde ne peut pas être sélectionneur. On le sait depuis une certaine demande en mariage qui a ridiculisé notre pays aux yeux du monde entier.

[Post dédié à Luis Fernandez]

Permalien 10:39:54, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le Palais des Livres, de Roger Grenier (Folio/ Gallimard)

A 92 ans, Roger Grenier est l’un de nos derniers géants du cercle des écrivains de la NRF disparu. Aussi spirituel que talentueux, on peut le retrouver pleinement au coeur de l’édition de poche du Palais des livres, hymne à la littérature.

La discrétion faite homme. Dans la société du spectacle, il a toujours tenu à distance les régents de la communication. Un écrivain est un homme qui écrit des livres. Les vendre est un autre métier. Attitude d’autant plus digne que Roger Grenier est un pilier des éditions Gallimard, membre actif du comité de lecture. Né le né le 19 septembre 1919, à Caen, le rebelle distingué refuse de faire le gugusse à la télévision pour ne pas s’éloigner de la parole écrite. L’esbroufe n’est rien à côté de la qualité d’un parcours. A 92 ans, le sien est celui d’un honnête homme qui nous regarde comme Maurice Maeterlinck disait à sa fenêtre de la villa Orlamonde, perchée sur la roche du Mont-Boron, à Nice: « Voir sans être vu».
Depuis 1949, il a publié une cinquante d’essais (Tchekhov, Pascal Pia ou Brassaï), romans, récits et nouvelles qui sont l’émanation d’une élégance dépourvue de forfanterie. Roger Grenier n’encombre pas ses pages d’une étouffante érudition. A l’image de Georges Braque, il scrute l’entre-deux qui sépare l’assiette de la bouteille. Amateur d’interstices, il capte l’infime lumière que nous ne voyons plus à force d’appuyer sur les interrupteurs. Son premier livre (Le Rôle d’accusé) relate les procès de la Libération. Journaliste dans l’âme, il a mis la plume dans la plaie, selon le conseil d’Albert Londres.
Ecrivain, journaliste, homme de radio, membre du Collège de Pataphysique, Roger Grrenier n’écrit pas dans le désert. Il a reçu le Prix Femina 1972 (Ciné-Roman) et le Grand Prix de la Littérature de l’Académie française (1985) pour l’ensemble de son œuvre à dimension autobiographique. Parmi ses plus magiques rencontres, il retient André Rouveyre, proche d’Apollinaire; Madame Rachilde parlant de Jarry, et Marie de Régnier, la maîtresse de Pierre Louÿs. « Cela marque ! » dit-il. Il est allé aussi chez André Gide pour lui apporter le début des Nourritures terrestres… En 1968, il a interviewé l’insaisissable Milan Kundera qui se balançait sur un fauteuil transparent … gonflé d’air!
Le Palais des Livres est un ouvrage écrit sans queue ni tête mais il contient la magie littéraire, ce qui est essentiel. Au début de livre, il évoque les faits divers que la presse transforme en récit. Alors que la famille des victimes est fracassée, les lecteurs se font peur dans la lecture des événements qu’ils souhaitent ne jamais vivre avec la crainte que cela peut leur arriver quand même… On songe à ce journaliste qui revint du domicile d’André Gide, en disant à son rédacteur en chef: “Rien, patron. Mort naturelle…” La disparition d’un grand écrivain ne suffisait pas, il voulait du sang à la une.
Roger Grenier est un dinosaure qui nous recouvre de citations et de références, sans jamais nous lasser car il n’est pas pédant. Son but est de partager ce qu’il sait. Il nous rapporte le portrait de Gérard de Nerval par Eugène de Mirecourt: “Bonté, esprit, finesse et candeur". On dirait un autoportrait de Roger Grenier.
Ce livre est celui d’un sage qui entre dans les oeuvres d’autrui comme on visite le verger d’un voisin respecté. Grenier ramasse toujours quelques fruits tombés. Jamais ceux des arbres. Il est trop bien élevé. Chez Flaubert, il prend des pommes. Chez Rimbaud, quelques fruits rouges. Chez Camus- son ami tant aimé- des oranges et des citrons. Chez Sartre, des oignons et de l’aïl. Chez Proust, des poires. Chez Woolf, des pêches. Quand il tombe sur des fruits trop mûrs, il fait des confitures. Sa littérature est 100% biologique.

-Le Palais des Livres
De Roger Grenier
Folio/ Gallimard, 195 p., 5,95 €

A voir aussi sur Roger Grenier
http://www.blogmorlino.com/?s=grenier&submit=Rechercher&sentence=AND

16.10.12

La Roja n'a jamais perdu depuis 1934 en matchs de qualification pour une Coupe du Monde

Xavi et Iniesta font partie des cinq meilleurs joueurs du monde avec Messi, Rooney et C. Ronaldo. Chacun son classement, le mien c’est celui-là.

Match de qualification pour la Coupe du Monde 2014
ESPAGNE-FRANCE, 21 h

Les coachs français sans club actuellement consultants un peu partout dans les médias franchouillards ne cessent pas de dire qu’ils ne peuvent pas dire que la France va perdre en Espagne car un “entraîneur n’est jamais dans cette pensée". Il n’est pas étonnant que ces entraîneurs soient au chômage technique vu qu’ils pensent qu’un Solex peut devenir une F1.
Depuis sa première participation en match de qualification pour une Coupe du Monde, l’Espagne n’a jamais perdu à domicile depuis 1934 !
En 47 rencontres disputées sur son sol, la Roja a gagné 40 fois et fait 7 matchs nuls.
C’est dire que les fans français qui croient à un défaite possible sont soit des gros parieurs soit parents avec un Bleu actuel.
On voit que les Espagnols forment un grand pays de football, même avant cette génération exceptionnelle, double championne d’Europe et championne du monde.
L’Espagne avec la Roja, Barcelone et le Real Madrid possède trois Rolls Royce du football.
Concernant la Roja, cette Rolls à la mobilité d’une Austin Cooper.
Les Espagnols sont si talentueux et sympathiques que mêmes les fans d’en face sont pour eux.
C’est mon cas, bien sûr.
J’aime le football et non pas les Français qui jouent au football.
Je n’ai été 100 % français que sous l’ère Platini.
Pour Kopa, j’étais trop jeune.
Pour Zidane, j’étais furax de l’exclusion de Cantona. Je reste persuadé que l’association Zidane-Cantona aurait été historique. Lors de sa première sélection, Zidane a reçu le fanion du match des mains de Cantona.
Je reste sur mon pronostic: 3-0 ou 5-0 pour l’Espagne.
Je souhaite une nouvelle fois observer la science du placement des Espagnols, leur capacité à récupérer puis à conserver le ballon, l’explosivité de leurs milieux de terrain, la rigueur défensive, l’exploitation des espaces, l’art d’étouffer les adversaires, la capacité à pénétrer la surface de vérité adversaire, les dribbles de leurs virtuoses…
Il faudrait l’équipe de France de 1982 renforcée par Lloris, Desailly et Zidane pour espèrer faire un nul contre la Roja de Del Bosque.

Exceptionnel documentaire sur Ayrton Senna (1960-1994) signé par Asif Kapadia

Je n’ai jamais rien éprouvé lors des performances de Michael Schumacher. C’est un pilote qui me laisse froid comme le marbre des cimetières. Il faut sans doute être Allemand pour l’apprécier.
A l’inverse, je ne ratais jamais une course de F1 au temps d’Ayrton Senna. Quand il parlait à la télé, j’avais l’impression qu’il ne parlait rien qu’à moi, et tout le monde avait cette impression. Bien sûr tout ce qui vient du Brésil me plait alors que je n’ai rien à voir avec les Allemands qui sont pourtant Européens comme moi.
Senna avait un regard très doux, mélancolique. Etait-ce lié à son combat contre la mort qu’il savait perdu d’avance ? C’est possible.
Dans le remarquable documentaire d’Asif Kapadia actuellement diffusé sur Canal + on est frappé de suivre Senna presque du soir au matin. Il a été souvent filmé, presqu’une traque. Kapadia a très bien choisi les séquences. Toutes extraordinaires. On y voit Senna tacler J. Stewart qui lui reproche sa façon dangereuse de conduire ! Senna n’accepte pas cette remarque de la part d’un ancien crack des pistes.
Le dernier Grand prix de sa vie, celui où il est mort, est cruel. Terriblement cruel.
On sent qu’il sent la mort à ses trousses de manière plus pressante, omniprésente même.
Nous en étions au troisième Grand Prix de la saison, soit le tragique Grand Prix de Saint-Marin, disputé sur le tracé d’Imola en Italie les, 29, 30 avril et 1er mai 1994.
VENDREDI 29 AVRIL 1994: le jeune Rubens Barrichello (Jordan) se fait une très grosse frayeur sans conséquences, mais cela signifie que tout ne va pas bien sur les voitures et le circuit.
SAMEDI 30 AVRIL 1994: lors des essais qualificatifs, Senna signe sa 65e et dernière pole position. Ce jour-là le pilote autrichien Roland Ratzenberger se tue accident au volant de sa Simtek-Ford. Senna comprend tout de suite la gravité de l’accident, et ne veut pas voir sur l’écran le corps du pilote désarticulé.
On voit que le pilote est sans vie dans son baquet mais si les autorités l’avait déclaré mort sur le coup, il aurait fallu mettre la piste d’Imola sous scellés et donc reporter le Grand Prix. Les impératifs financiers ont empêché cette solution.
Senna s’est rendu sur les lieux du crash pour discuter avec des commissaires. Immédiatement, il fut rappelé à l’ordre car les officiels estimèrent qu’il n’avait rien à faire sur place.
Très touché par la mort du pilote autrichien, Senna voit augmenter son mauvais pressentiment.
C’est évident, on lit son angoisse sur son visage, lui d’habitude si maître de ses émotions.
Depuis quelques mois, il peste contre l’électronique, furieux de voir que le pilotage pur et dur du passé ne compte désormais plus. Il regrette le temps du karting où il bataillait contre Fullerton pour la beauté de la course, loin des pressions économiques et stratégiques.
L’un de ses plus proches amis, le médecin Sid Watkins lui dit: “Tu as été trois fois champions du monde. Tu as 34 ans. Et si on allait tous les deux la pêche que tu aimes tant". Senna a répondu: “On ne peut pas arrêter…” Genre, il a trop d’enjeu financier sur ses épaules.
L’amie de Senna, Adriana Galisteu, confia ensuite que Senna lui a dit qu’il n’avait plus envie de courir après l’accident mortel survenu le samedi. Le professeur Sid Watkins, directeur de l’équipe médicale sur les circuits de Formule 1, a témoigné qu’Ayrton Senna pleura sur son épaule à l’annonce de la mort de Ratzenberger.
Pilote toujours préoccupé par la sécurité, Senna parla encore plus de sécurité avec ses confrères pilotes car dans la saison il y avait eu d’autres accidents.
DIMANCHE 1er MAI 1994: juste au départ, la Lotus du Portugais Pedro Lamy percute la Benetton du Finlandais JJ Lehto sur la grille: des débris touchent des spectateurs et un policier. La course est aussitôt neutralisée par la Safety car suivie par les F1 au ralenti pendant cinq tours.
Après un seul tour bouclé à pleine vitesse, en tête, pourchassée par la Benetton de Michael Schumacher, la monoplace d’Ayrton Senna fait un tout droit dans la courbe de Tamburello avant d’aller percuter un mur de béton. Senna roulait à 210 km/h lors de l’impact. Il était à 14 h 18. Dans le film, on le voit bouger un peu dans sa F1 en sale état.
Senna a reçu des soins d’urgence sur la piste, avant d’être héliporté vers l’hôpital.
Le Grand Prix est allé à terme avec une nouvelle catastrophe: à onze tours de la fin, la Minardi de Michele Alboreto perdit une roue qui blessa plusieurs mécaniciens.
On a d’abord dit que Senna allait s’en sortir.
A la vérité, son corps n’avait rien de casser.
Le manque de chance fut qu’une pièce d’une roue est venu frapper son visage.
De quoi est mort Senna ?
Le triangle supérieur de la suspension avant de sa F1 s’est brisé et est allé heurter la visière de son casque. Cette pièce a perforé le visage de Senna sous l’arcade sourcilière droite provoquant ainsi des lésions gravissimes au cerveau et une forte hémorragie.
Son décès fut annoncé à 18 h 30.
Au fond du cockpit de la Williams FW16 détruite de Senna on retrouva un drapeau autrichien. Senna avait décider de rendre hommage à Ratzenberger. D’un côté, Senna savait que Grand Prix était maudit et d’un autre côté, il espèrait le remporter pour saluer Ratzenberger.
La cause officielle de l’accident d’Ayrton Senna est la rupture de la colonne de direction de sa monoplace. Une mauvaise soudure aurait donc été la cause de cette cassure.
Le documentaire est bouleversant du début la fin tant la présence de Senna capte sans cesse notre attention.
A la fin des courses, il embrasse souvent son père que l’on retrouve à la fin près du cercueil de son fils. Images déchirantes. Dignité d’un père qui savait que son était un homme hors du commun. Sa mort ne l’a pas transformé en héros. Il l’était déjà de son vivant.
Depuis la mort de Senna, la F1 ne m’intéresse plus.
Les nouveaux pilotes ressemblent à des banquiers aux dents longues.
Il n’y a plus d’artistes.

Il y a un mois, on a appris la mort du docteur Sid Watkins, à 84 ans, le 12 septembre 2012. Senna et lui vivaient une très grande amitié.
Après la mort d’Ayrton Senna, le 1er mai 1994 à Imola, Sid Watkins contribua à la création de l’Institut du sport automobile pour la sécurité au sein de la FIA dont il est resté l’animateur principal jusqu’en 2011.
Bruno Senna, le neveu d’Ayrton, a déclaré: “Triste nouvelle pour nous qui restons…”
Grâce à Sid Watkins, plus aucun pilote de F1 n’est mort depuis l’accident mortel de Senna qui s’est toujours battu pour la sécurité des pilotes.

Senna
Film documentaire de Asif Kapadia
Musique : Antonio Pinto

Les diffusions:

18 octobre / 08h25 Canal + Sport
22 octobre / 01h55 Canal +
24 octobre / 00h10 Canal + Décalé
24 octobre / 09h55 Canal + Sport
29 octobre / 01h45 Canal+ Family

Permalien 10:35:30, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'herbe des nuits, de Patrick Modiano (Gallimard)

Un nouveau livre de Patrick Modiano c’est toujours une bonne nouvelle pour les lecteurs qui n’aiment pas le commerce des bouquins basé sur Truc sort avec Machine qui le trompe avec Machin Chose. Depuis que Brel et Brassens ne sont plus là, on n’attend plus rien avec cet appétit de découverte que suscitaient les deux poètes du microsillon. Bien sûr, ce n’est pas parce que Bob Dylan est vivant que l’on doit zapper ces nouveaux disques. On doit à Modiano le respect. Primo ce n’est pas une catin médiatique qui s’éloigne de sa parole écrite pour vendre ses livres dans des émissions débiles de l’idiot-visuel. Secundo : il ne prend pas la parole pour dire ce qu’il pense de l’augmentation du prix des biscuits en Uruguay. Grâce à Modiano, on a compris que notre préhistoire c’était 1939-1945. Robert Paxton nous a démontré que les vichystes appliquaient une politique française et non pas allemande… et Modiano, lui, par le biais de la fiction nous a dit la même chose sur la période de la collaboration.
Tous ses premiers livres ont transformé notre perception du comportement de beaucoup de Français sous la période nazie. Ce qui l’avait vécue ne disait pas grand-chose: par honte ou par pudeur. On sait que son histoire personnelle est issue de ce terreau-là. Digne à l’écrit comme à l’oral, Modiano est au-dessus de la mêlée. Il n’aime pas faire semblant d’être naturel devant les caméras et micros. Et quand il y vient ça peut faire très mal : je n’ai jamais oublié qu’il a comparé Philippe Sollers à Sacha Distel… Quand il passe à la télé intervient une catharsis des ondes. J’éprouve la même chose avec Peter Handke. Dans l’œuvre de Modiano, il y a beaucoup de grands livres dont Dora Bruder qui les contient tous. Il lui a fallu quitter les années de la collaboration et de la résistance – à des degrés moindres- pour ne pas stagner trop, éviter de faire du sur place. Cela n’a pas été évident car ses lecteurs lui réclament toujours le même livre et moi le premier. Je me souviens de l’avoir entendu désirer écrire des livres « comme ceux de Norman Mailer ». Il ne l’a jamais fait. Heureusement: Modiano doit faire du Modiano. L’herbe des nuits appartient donc aux ouvrages hors années de guerre. C’est inrésumable. Modiano est tellement au coeur de la littérature que ses livres sont inadaptables à l’écran. Dans L’herbe de nuits on se balade avec le narrateur dans Paris, comme toujours entre Brassaï et Le Tan. Il y aussi la magie des patronymes extirpés des annuaires aux pages brûlées par les décennies. La musique de Modiano ? J’aime mieux parler du son. Chaque écrivain à le sien. Je parle des écrivains-écrivains pas de la racaille moderne. Modiano a choisi d’avoir un comportement d’écrivain à l’ancienne alors que la pensée SMS domine tout. Il est le dernier écrivain-écrivain qui évoque nos grands anciens : Berl, Queneau, Bove, Calet, Camus, Gary… Je le vois comme un personnage d’Edward Hopper qui s’est échappé d’un tableau pour disparaître au coin de la rue. Nous laissant seul comme jamais. Où est-il ? L’a-t-on vu ou n’était-ce qu’une mirage ?

-L’herbe des nuits
De Patrick Modiano
Gallimard, 179 p., 16, 90 €

15.10.12

La France devrait encaisser un carton en Espagne qui est sur un rythme de 32 victoires de suite à domicile.

Vincent del Bosque peut composer au moins deux équipes d’Espagne très compétitives quand Didier Deschamps ne peut même pas en composer une qui tient la route.
Des joueurs qui seraient titulaires en Bleu ne le sont pas avec la Roja: Mata, Fabregas, Torres, Villa, Arteta…
La France de Deschamps va regarder jouer les Espagnols qui vont confisquer le ballon.
L’Espagne n’accorde pas plus d’importance à la France de 2012 qu’à la Suisse.
La France ne fait plus peur à personne.
Bon avec Ronaldo, Ozil et le Real Madrid, Benzema ne sait plus se situer en équipe de France.
A moins d’un miracle, la France devrait encaisser un 3-0 voire un 5-0.

Depuis l’invention des matchs de qualification pour la Coupe du monde au début des années 1930, l’Espagne reste invaincue à domicile ! Cela fait presque 80 ans que les Espagnols n’ont pas perdu chez eux dans ce genre de matchs !
La France n’a quasi aucune chance de vaincre en Espagne, ni de faire match nul.
Cette génération d’espagnols forme un groupe historique: 32 victoires d’affilée à la maison !
Iniesta, Xavi, Pedro et cie sont encore plus performants que Cruyff et Platini qui ne sont jamais parvenus à devenir champion du monde.
La France de Deschamps va se présenter sans milieu terrain défensif de grand calibre.
Qui sont les tauliers de l’équipe de France ?
Ribéry, Evra, Benzema… En club, ils sont bons parce qu’ils sont entourés de joyaux.
Je vois la France se faire ridiculiser en Espagne.
Lloris ? Il n’est même pas titulaire à Tottenham, club hors du Big Four anglais.
Les joueurs français surcotés vont perdre la face.
On va voir qui et qui: la frime touche à sa fin.
Si la France bat l’Espagne en match officiel cela voudrait alors dire que la France est tout à coup la plus grande nation de football!
Quand on voit le visage des Français au moment de l’hymne, on lit de la peur sur les visages.
Il n’y a pas de confiance dans les rangs des Français et la défaite contre le Japon augmente encore les mauvaises vibrations.
Les fans aveuglés des Bleus ont dit lors de la récente défaite bleue au SDF 0-1: “Les Français avaient la tête en Espagne…” Pas terrible comme analyse. On pourrait dire d’une équipe de grands joueurs qu’elle a fait l’impasse sur un match. Cette EDF ne fait pas d’impasse, il est dans une impasse ! Un cul de sac de créativité.
De surcroît, Nasri et Ben Arfa, deux créateurs, ne sont plus convoqués en EDF.
Ils sont sanctionnés pour des raisons extrasportives. Ce qui est vraiment incroyable quand on y songe.
L’Espagne, elle, ne manque pas de lumière.
Elle va une fois de plus nous éblouir.
Je ne vois pas ce match comme la rampe de lancement d’un nouveau groupe tricolore.
Il me semble plutôt qu’il s’agit d’une déroute à venir.
Les Bleus n’ont aucun liant entre les lignes.
Chacun balbutie dans son coin. Un groupe de solistes prétentieux qui jouent faux.
Un football sans âme. Sans beauté. C’est un football pensum indigeste. Des tentatives qui n’ouvrent sur rien, hormis le vide. Des partitions claustrophobiques.
Si les Espagnols perdent c’est qu’ils joueront avec le cigare.
Ce n’est pas le genre de la Roja de Del Bosque.
Je vais regarder le match pour voir une nouvelle fois la qualité du pressing espagnol, la conservation du ballon par les virtuoses de Del Bosque, et les individualités à la technique parfaite: Iniesta, Xavi (s’il joue)… et aussi la rapidité d’exécution de Pedro. Et bien sûr leur défense: aussi solide qu’intelligente.
Du temps de Platini-Giresse-Tigana-Genghini/Fernandez j’attendais avec impatience les matchs des Bleus.
A l’époque Zidane, il y avait un virtuose entouré de garçons très costauds, y compris mentalement.
Depuis la retraite de Zidane, en 2006, on n’a rien vu.
Cela fait six ans qu’on n’attend plus rien des Bleus qui sont devenus connus pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le football: du bus en Afsud à l’escort-girl…

Permalien 12:32:03, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, GRAND MONSIEUR  

A 48 h d'Espagne-France, Zidane confie qu'il se tient prêt pour devenir un jour sélectionneur des Bleus

Coup de communication ou tentative de putsch médiatique ?
Ni l’un ni l’autre.
Si vous et vous dites ce qu’à dit Zidane tout le monde s’en moque mais quand c’est le Ballon d’Or 1998 qui le dit, l’information est reprise dans le monde entier.
Zidane ce n’est pas n’importe qui. Si De Gaulle a dit que Tintin était son plus grand rival, Jacques Chirac aurait pu dire ça de Zidane. En 2012, il reste l’un des Français les plus aimés.
Dans un entretien accordé à L’Equipe (14 octobre 2012), Zinédine Zidane a confié qu’il n’est pas contre l’idée d’être un jour sélectionneur des Bleus. Comment le lui refuser puisqu’il a été celui qui a contribué à doter la France de son seul titre de champion du monde de football ?
Ce qui est étonnant c’est que cet entretien intervient deux jours avant Espagne-France qui est très important pour la qualification en Coupe du Monde 2014 au Brésil. Cela met une pression supplémentaire aux joueurs de Didier Deschamps qui fait ce qu’il peut avec des intermittents du spectacle sans touche de divinité.
- «J’ai prévu d’aller au match avec beaucoup de monde, des Français et des Espagnols(…) Laurent Blanc ? Il a fait du bon boulot (…) Je vais passer le premier degré, le deuxième degré, jusqu’au DEF, et on verra plus tard pour le diplôme d’entraîneur professionnel. Il faut commencer par quelque chose, et je vais commencer cette année (…) Ce qui est bien, en fait, c’est que je me suis posé la question : aujourd’hui, est-ce que tu as envie d’entraîner ? Et la réponse est : oui. J’en ai envie (…) J’ai pris le temps avant d’en arriver là, ça fait six ans que j’ai arrêté de jouer, la réflexion a été longue(…) Je ne me pose pas la question de savoir si ce serait bien ou pas bien d’entraîner une équipe de jeunes, par exemple (…) L’équipe de France ? Elle a beaucoup compté pour moi. Ce n’est jamais le moment d’en parler parce qu’il y a toujours des entraîneurs en place, mais vous me posez la question , alors je réponds. Même si ce n’est pas l’actualité aujourd’hui, de toute façon (…) Je me projette un peu en pensant qu’un jour, une possibilité d’entraîner existera peut-être. Enfin, entraîner, ça c’est sûr, mais oui, un jour, pourquoi ne pas entraîner cette équipe ?”
Ce qui est certain c’est que la FFF pensera obligatoirement à Zidane si la France prend un carton en Espagne et qu’elle ne se qualifie pas ensuite pour le Brésil avec une nouvelle défaite au SDF devant l’Espagne lors du match retour.
Après Blanc et Deschamps, Zidane aura droit à sa chance.
C’est le plus médiatique des trois.
C’est l’un des plus grands joueurs français avec Kopa, Platini pour citer deux grands anciens.
Il est le plus connu des joueurs français actuels.
Sa présence à la tête des Bleus relancera l’intérêt autour de l’EDF.
La télé, les sponsors, tout le monde sera content.
Ensuite la vérité du terrain parlera.
On sait que le football français a brillé avec des créateurs: Kopa, Platini et Zidane.
Zidane devra trouver ses nouveaux Makelele, Deschamps, Desailly, Thuram, Blancs, Petits…
On a vu que Blanc et Deschamps, eux, n’ont pas trouvé leur nouveau Zidane.
Je suis pour que Zidane soit à la tête des Bleus même si Platini et Maradona n’ont pas eu des parcours brillantissime avec le costard de sélectionneur.
Zidane sera capable de rallumer la flamme bleue qui va s’éteindre encore plus en Espagne avec Espagne-France.
Sachant que le madrilène Zidane est dans les tribunes, à Madrid, les Bleus vont encore être plus complexés.

Permalien 11:12:07, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Tour de France nostalgie, de Christian Laborde (Hors Collection)

Au temps d’Anquetil, les journalistes ne contestaient pas ses performances alors que les plumitifs actuels contestent sans cesse la classe d’Armstrong. Christian Laborde, lui, a quitté le peloton des suiveurs officiels. Il ne fait pas partie des chiens qui aboyent quand passe la caravane du Tour.

Bonne pioche! Le jeu de cartes de Christian Laborde n’a que des as.
Page 15: le regard bouleversant de Bahamontes en plein effort épié par un caméraman.
Page 18: la fierté de Bottecchia, le visage plein de boue.
Page 20: Sellier en guenille, le smoking des courageux.
Page 23: Pottier avec un “Dupont” échappé d’un album de Tintin.
Page 24: Christophe jeune, le sosie de Pierre Etaix.
Page 27: Coppi en couleurs, dents dehors, beau comme un Bug Bunny italien.
Page 40: la concentration de Pantani, mélangeant sa sueur à l’eau du Seigneur.
Page 60: le désespoir de Fontan qui se prend la tête entre les mains comme le personnage de van Gogh symbolisant la détresse.
Page 83: Ocana, la PIETA au masculin.
Page 93: l’amitié tactile entre Poupou et Me Jacques.
Dans l’album de Christian Laborde il n’y a que des photos et pas un seul cliché. Idem pour son style. C’est l’homme des instants qui durent éternellement. Comme la traversée fantastique de Lance Armstrong à travers un champ pentu qui n’en finissait plus. Et d’aucuns osent dire que l’Américain manquait de panache ! Les voyants aveugles ont hélas! pignon sur vue… immanquable. On a le panorama médiatique que l’on mérite.
Si le Tour de France va partir depuis la Corse et s’il est déjà parti depuis Londres, il pourra partir depuis la lune un jour comme le prédit Christian Laborde. Lorsqu’un poète rencontre le Tour de France cela donne Tour de France nostalgie. Paul Morand a dit qu’on ne l’avait plus revu depuis le jour où il découvrit le vélo. Ce ne fut qu’un mot d’auteur de la part du vieil antisémite homophobe coureur de jupons. Laborde, lui, on ne l’a plus revu pour de bon. Et quand on le revoit, le Tintin de la plus belle invention de l’homme nous remet de la copie avant de repartir dans un col, de Braus, dans l’arrière pays niçois, ou dans un autre, si possible au cœur des Pyrénées qu’il connait par muscles pour les avoir gravis et dévalés dans des travaux à la fois célestes et pratiques, au milieu des ours bruns qui lui crient: “Go Laborde! Go!”
Il faut que vous le sachiez de manière définitive : Laborde serait tout à fait capable de pondre des bouquins illisibles sur la crise mondiale ou sur l’islamisme dans la société occidentale, rien que pour faire l’intelligent à la radio et à la télévision, mais non, ne comptez pas sur lui. C’est un homme de fidélité à son enfance et donc à ses parents, de sang ou artistico-sportifs: Nougaro, Gaul, Indurain… Avec «papa»- et non pas «mon père»- il assistait au passage du Tour de France dans un cadrage photo qui tient à la fois de Cartier-Bresson pour la rigueur architecturale, de Doisneau pour la simplicité et de Dubout pour la gaité collective. En hommage perpétuel à ce rituel annuel, le fiston inspiré ne cesse pas de célébrer la Grande Boucle, à mille lieues des intégristes de la chasse à l’EPO et autres produits pour « charger la mule ». Quand un footballeur est fatigué, il donne le ballon à un partenaire. Quand un cycliste n’est pas dans un grand jour, soit il chute, soit il abandonne. Alors s’il vous plait : RESPECT pour les porteurs de dossards. Et ce respect là est le dénominateur commun présent dans toutes les pages de Tour de France nostalgie.
L’album, écrit dans une prose jamais en panne sèche d’inspiration, transpire le talent à chaque page. Il y a plein de pastilles ou vignettes qui sont autant de zones de respiration. On y fait des haltes pour y lire un événement oublié ou le résumé d’un exploit, chiffres à l’appui. Laborde est un homme à remonter le temps, celui de sa jeunesse et celui qu’il n’a pas connu sauf par le biais onirique des images en sépia. Il fut à bonne école : Blondin, Fallet, Nucéra, Boudard, Perec, sont tous là. Il leur rend ce qu’ils lui ont donné. Le chapitre sur le « bestiaire » du tour est consacré aux surnoms des champions, de Jean-Baptiste Dortignacq (la « gazelle ») à Raymond Mastrotto (le « taureau de Nay ») qui graissait sa chaîne avec sa sueur, auteur d’un aphorisme à la Cioran sans le savoir. On a droit aussi au répertoire magique de la petite reine, soit la galaxie des marques : Peugeot, Alcyon, Gladiator… (Ici je salue la famille Urago, à Nice). On accompagne du regard les « forçats » de route, vélo la main, devant l’hostilité du revêtement routier des années des premiers Tours : Eugène Christophe, Octave Lapize, Alphonse Steinès.
Christian Laborde est un conteur hors pair qui décèle un sein de Laetitia Casta dans les rondeurs du Puy de Dôme. Son album lui permet de célébrer une nouvelle fois ses phares baudelairiens : Coppi, Bartali, Anquetil, Ocana, Pantani, Armstrong… Le champion Laborde est le maillot jaune actuel des amoureux du Tour de France. En rêve, les Frères Jacques le porte en triomphe sous un air d’accordéon de la môme Yvette Horner. Il a gagné la course contre la montre qui n’est pas une Rolex. La sienne est un gros chronomètre tombé sur la route après le passage de Jacques Goddet, à l’arrière d’une moto qui pétaradait dans l’Aubisque. Le chrono a le verre cassé mais Laborde entend toujours son tic tac… Tant qu’il y aura Laborde, on ne saura jamais Alzheimerisé. “Go Laborde! Go!”

-Tour de France nostalgie
Christian Laborde
Hors Collection 128 p., 27,90 €

13.10.12

Permalien 08:29:41, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Les deux buts d'anthologie de Ronaldinho auteur d'un triplé

“Il veut centrer et non pas tirer” tel est le jugement de Didier Deschamps à Téléfoot (7 octobre 2012) sur le premier but du récital de l’ancien joueur du PSG que Luis Fernandez ne faisait pas toujours jouer. Je vous laisse apprécier ce qu’a dit l’actuel sélectionneur des Bleus. Je pense le contraire. Ronaldinho dose la force de sa frappe sans même regarder la cage. Il ne vise pas l’équerre, mais la cage oui. Il tente un tir légérement teinté d’un lob. C’est la grande classe. Son ballon enveloppé a fini sa course dans la lucarne. Vraiment sublime.
Et puis même s’il voulait centrer, on s’en moque !
Deschamps a émis des réserves sur l’origine du nouveau chef d’oeuvre de Ronaldinho, dans le jeu. Il est vrai que des buts comme ça, le Français n’en n’a même pas marqué en rêve. Moi, je n’émets pas des réserves mais des louanges. Bravo Ronaldinho ! Que Benzema et Giroud prennent des leçons.
Le talent est intact chez Ronaldinho qui pourrait faire encore les beaux jours d’un club européen.
Son hat-trick lors d’Atletico Mineiro 6-0 Figueirense vient de nous le prouver de la plus belle des façons.
Quand il a marqué son premier but, Ronaldinho a éclaté en sanglot. Voilà la signature du grand artiste. Tout ce que j’aime. Il a remercié le ciel, mais ce que je retiens c’est: “Aide-toi et le ciel t’aideras!”
Si le Ballon d’Or n’a pu contenir son émotion c’est qu’il venait de perdre son beau-père la veille. Tous ses coéquipiers l’ont encerclé pour le réconforter.
Le second but du maître est tout autant somptueux que le premier.
Le virtuose a transformé un coup franc anodin en but historique.
Il a masqué sa frappe avec un partenaire pour pertuber la défense adverse, et puis il tiré à ras de terre dans une forêt de jambes alors que ses adversaires attendaient un tir dans les airs. Fantastique! Ludique! L’essence même du football.
Son 3e but a été marqué sur penalty. Là encore Ronaldinho était concentré pour éviter de gaspiller.
Ronaldinho est l’un des 20 meilleurs joueurs de l’Histoire de tous les temps.
Intelligent, technique, volontaire, collectif, il a tout.
En France, les incompétents le traitent de “noceur".
Vive Ronaldinho !

[Post dédié à Garrincha et Socrates]

Permalien 07:28:34, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le Red Devil Kagawa a crucifié la France

Patrice Evra peut être satisfait de ne pas avoir joué contre le Japon qui a battu la France 0-1 à Saint-Denis. (Pour d’autres raison M’Vila, Nasri et Ben Arfa doivent aussi bien se marrer…)
Ne jouant avec les Bleus, il a évité la défaite. Pour une fois, les journalistes ne pourront l’accuser de rien !
Ainsi il n’a pas abdiqué devant son partenaire de Man United qui a marqué le but décisif.
Quand on écoutait les commentaires d’avant-match, les Français n’étaient pas motivés par ce match. Ils n’ont qu’à laisser la place à des joueurs plus amoureux du maillot. Il n’en manque pas en France. Je ne me reconnais pas dans ce groupe d’arrivistes surpayés, surcotés.
Le futur Kopa-Platini-Zidane est encore dans les couilles de son père !
On est obligé de hausser le ton devant une équipe avec des joueurs si peu concernés.
Quand Tigana ou Boli perdaient, ils pleuraient.
Dans le groupe actuel, les larmes ne coulent que lorsqu’on leur retire une prime.
Les internationaux du Japon avaient la fibre patriotique.
Dans l’équipe de France, il n’y a plus de titulaire indiscutable. Même plus Lloris, remplaçant à Tottenham.
Contre l’Espagne, on devrait voir la France se liquifier et rentrer à la maison avec un 3-0, ce qui serait honorable vu le niveau affligeant des Français actuels.

La superbe équipe du Japon
Kawashima/
Nagatomo, Endo, Kiyotake, Kagawa/
Havenaar, Nakamura, puis Inui (62e), Konno, Hasebe ©, puis Hosogai (62e)/
Sakai, Yoshida

La très faible équipe de France:
Lloris (c.)/
Debuchy, puis Jallet (46e), Sakho, Koscielny, Clichy, Sissoko/
Matuidi, puis Chantôme (46e), puis Gomis (75e),Capoue, puis Gonalons (68e), Ménez puis Ribéry (68e)/
Giroud, Benzema, puis Valbuena (46e)

Permalien 00:38:02, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Combien la France va-t-elle encaisser de buts contre l'Espagne: 3, 4 ou 5 ?

Les Français de Deschamps doivent penser à emporter une grosse malle en Espagne pour ramener un wagon de buts. La France a 0,001 % de chance de remporter le match contre Iniesta et ses amis.

Dans quelques heures, mardi 16 octobre,la France va jouer en Espagne.
Vu la faible qualité des Français, les Bleus devraient encaisser au minimun trois buts.
A moins d’un miracle, la France va enchaîner deux défaites de suite après la victoire du Japon 0-1 au SDF sur un but du Red Devil Kagawa.
Hugo Lloris a du souci a se faire. Il risque d’encaisser un carton mémorable car l’Espagne sera sans pitié avec un pays qui l’accuse sans cesse de dopage.
Contre le Japon (0-1), lors de la faite à domicile, on n’a vu que la France n’avait aucun leader et surtout aucun taulier.
On n’a pas de jeu collectf et nos attaquants n’ont font pas parler la poudre.
Triste spectacle. Dès l’hymne on a senti de nouveau un esprit non collectif avec des moues boudeuses, peureuses, parfois hostiles mais jamais rageuses. Patriotiques ? Faut pas rêver. Aucun des Bleus ne pense aux morts de 1914-1918 et de 1939-1945.
Le Japon a mérité sa courte victoire 0-1 sur une contre attaque à la vitesse grand V.

Football| Qualif. Coupe du monde 2014
Russie 1-0 Portugal
Luxembourg 0-6 Israël
Angleterre 5-0 Saint-Marin
Pays de Galles 2-1 Ecosse
Eire 1-6 Allemagne
Slovénie 2-1 Chypre
Grèce 0-0 Bosnie-Herzégovine
Macédoine 1-2 Croatie
Serbie 0-3 Belgique
Estonie 0-1 Hongrie
Pays-Bas 3-0 Andorre
Suisse 1-1 Norvège
Slovaquie 2-1 Lettonie
Bulgarie 1-1 Danemark
Moldavie 0-0 Ukraine
Biélorussie 0-4 Espagne
Turquie 0-1 Roumanie
Liechtenstein 0-2 Lituanie
Arménie 1-3 Italie
Albanie 1-2 Islande
République tchèque 3-1 Malte
Iles Féroé 1-2 Suède
Kazakhstan 0-0 Autriche
Finlande 1-1 Géorgie

Qualif. Coupe du Monde - Amsud
Bolivie 1-1 Pérou

Qualif. Coupe du Monde - OFC
Solomon Islands 2-6 Nouvelle-Calédonie

Matches amicaux
France 0-1 Japon
Pologne 1-0 Afrique du Sud
Emirats Arabes Unis 2-2 Ouzbékistan
Egypte 3-0 Congo
Lesotho 2-1 Swaziland

12.10.12

Permalien 17:36:19, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Ederson: de l'Aigle de Nice à l'Aigle de la Lazio Rome

Ederson est un extraordinaire polyglotte. Le Brésilien s’exprime déjà en italien ! Il est vrai qu’il vit avec une italienne…

Depuis deux saisons, Ederson est handicapé par les blessures. Espérons qu’il retrouve une bonne santé car il tarde à confirmer à haut niveau alors que son ami Lloris n’a pas cessé de grimper dans la hiérarchie. Le milieu de terrain très technique doit nous donner plus. A Nice, il a été très bon. (C’est Roger Ricort qui l’a fait signer au Gym.)
A Lyon, il n’a pas pu donner sa pleine mesure, suite à une grave blessure avec l’équipe nationale du Brésil.
Intelligent et très sympathique, Ederson est un phénoméne linguistique. A peine arrivé à Nice, il s’est mis à parler français.
Les fans de la Lazio ont été surpris qu’il parle déjà italien, ne sachant pas qu’il partage sa vie avec une italienne.
Bonne chance à notre cher Aiglon.

Ederson est né le 13 janvier 1986 au Brésil

Parcours:
2002-2003 RS Futebol
2003 Juventude RS
2004 International RS
2004-2008 Nice
2008-2012 Lyon
2012 Lazio Rome

Permalien 10:05:35, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Selon un journal français en perte constante de lecteurs, Lance Armstrong est assimilé à Al Capone alors qu'on n'a jamais vu un âne remporté le Grand Prix d'Amérique !

Triste époque. Le seul journal français sportif- le 12 octobre 2012- assimile Lance Armstrong à un “caïd” à la tête d’un “système mafieu” (sic). Dommage que ses journalistes en mal de lecteurs n’enquêtent pas sur le dopage dans le football… Alors que j’achetais ce journal sans discontinuité depuis 1967, je ne le touche plus, même pas avec des pincettes depuis l’ouverture de la chasse aux cyclistes. Les lecteurs n’ont pas droit à toute l’information: hormis le vélo, c’est l’omerta générale. Alors comme ça Armstrong serait l’Al Capone des deux roues sans moteur. Et pas qu’un seul jour. Il aurait régné de manière illicite entre 1999 et 2005. Cette chasse à l’homme est scandaleuse, surtout que des dopés notoires se la coulent douce protégés par de grands groupes financiers.
On n’a jamais vu un âne remporté le Grand Prix d’Amérique !
Quand vous voyez Lance Armstrong en 2012 est-ce qu’il a l’air d’un sportif détruit par le dopage ?
Si ce n’était qu’un avaleur de cachets il ne serait plus qu’une épave humaine.
En costume, il en jette !
Ceux qui crachent sur “l’ami des Bush” comme ils disent ferment les yeux sur les footballeurs français champions du monde 1998.
Parler de dopage en 2012, c’est insulter Coppi et Anquetil à travers Armstrong.
Les schizophrènes maudissent Arsmstrong- jamais contrôlé positif- sous les posters de Coppi et Anquetil qui eux ont reconnus user de produits dopants ! Les auditeurs français sont à la fois sourds et aveugles ou plutôt ils ne veulent pas entendre ni voir certaines vérités. Dézinguer un étranger, cela ne leur coûte rien du tout.
Lance Armstrong a toujours été seul. La lâcheté de ses coéquipiers d’hier le prouve.
Entre 1999 et 2005, il a dominé en long en large le Tour de France.
Personne ne l’a jamais pris en flagrant délit de dopage.
Malade, il avait raison de se soigner.
Les jaloux ne supportent pas qu’il ait vaincu le cancer.
Surtout ceux qui n’ont jamais été en mesure de remporter un seul Tour de France quand lui en a gagné sept.
La télé, les journaux, les journalistes ont vécu sur son dos. Ses coéquipiers aussi.
Lance Armstrong n’a volé personne.
Il n’a pas de cadavre dans le placard.
Et ils sont tous à ses trousses.
Coppi, Anquetil, Armstrong, même combat.
La haine des perdants est un plat qui se mange froid.
Plus on attaque Armstrong, plus je le respecte.
Cela fait 50 ans que je scrute les cyclistes.
Je sais qui est qui. Et lui c’est un géant.
Aucune produit ne transforme un Solex en Formule 1.

[Post dédié à Antoine Blondin]

11.10.12

Permalien 10:22:42, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Hopper, ombre et lumière du mythe américain, de David Ottinger (Découvertes/Gallimard)

Directeur-adjoint au Musée national d’art moderne, Didier Ottinger est commissaire de l’exposition Edward Hommer au Grand-Palais (voir post suivant). Son album sur Hopper, dans l’indispensable collection Découvertes des éditions Gallimard, dit tout ce qu’il faut savoir sur le peintre américain.
Dès la première page, on tombe sur une citation d’Hopper: “Le grand art est la projection de la vie intérieure de l’artiste, et cette vie intérieure façonnera sa vision personnelle du monde.” Cette remarque date de 1953. On ne peut mieux résumer sa conception de la peinture. Il en va de même pour la littérature. Tout a déjà était dit et la nouveauté vient du regard. Ce qui compte c’est davantage celui qui regarde que la chose regardée. Bien sûr, il faut ensuite être doté de moyens techniques de haut parage.
Si l’on prend Picasso ou Bacon, on est en face d’artistes qui s’imposent face au réel.
Hopper lui s’efface devant ce qu’il voit mais on sait très bien que c’est lui qui a peint le tableau. Toute sa personnalité est ultra présente mais toujours de manière subtile. Pas de gros sabots.
Ottinger nous rappelle que Hopper adorait Paris et la France.
Il aimait aussi beaucoup Degas (pour les cadrages et les scènes prises sur le vif) et Marquet (pour les visions en surplomb). Cela ne me surprend pas. Pour les cadrages, Manet est aussi un grand novateur.
Didier Ottinger souligne qu’il ne faut pas réduire Hopper au rang de peindre de la solitude contemporaine.
Il a raison de souligner la luminosité merveilleuse de ses peintures. (Pour l’instant je n’ai vu que des reproductions. Face aux toiles, je vais voir cette fameuse lumière)
Qui dit lumière dit “vie". Donc espoir. On peut capter à l’extèrieur ce qui peut être éteint en nous.
La peinture de Hopper est comme le théâtre d’Ibsen qui semble ne dire que des banalités. Au rayon littérature, Hopper aimait Proust, Henry James, Verlaine et… Ibsen.
Dans le livre d’Ottinger, on apprend que Hopper mesurait presque 2 m. Un géant comme Patrick Modiano.
Les tableaux d’Hopper sont très construits. Tous les grands peintres voient les volumes avant de voir des gens et des objets, maison y compris. Cézanne nous l’a enseigné définitivement.
Si nos yeux n’enregistrent pas de manière subliminale les volumes c’est que le tableau est raté au niveau architectural.
Hopper a peint parfois… un seul tableau par an.
David Ottinger écrit:
“Son ambition de charger chacune de ses oeuvres d’une intensité émotionnelle, sprirituelle maximale, l’a concuit à uen singulière parcimonie (…) Les années 1950, 1951, 1955, 1956, 1960, 1962, 1963 ne comptent que deux tableaux. Une seule oeuvre voit le jour en 1952, 1953, 1954, 1957, 1958, 1959, 1961, 1965 et 1966″.
En 1949, il peint quatre tableaux…
On voit qu’il tirent rang d’anti Picasso de ce côté-là.
A propos d’Hopper, on peut encore citer Vermeer (intérieur), Rembrandt (spiritualité), van Gogh (halo infernal), voire Watteau (théâtralité).
Hopper a peint beaucoup de salles de cinéma ou de théâtre. Il fait entrechoquer dans l’espace, le réel et la fiction, le mouvement et l’ennui, les festivités et la présence du personnel… Il y a de la métaphore de partout.
On n’a pas fini de découvrir Hopper.
Les grands oeuvres conservent tant et tant de zones mystérieuses à explorer.
Le livre d’Ottinger nous aide à y voir plus clair, tout comme l’oeuvre d’Hopper qui “organise le chaos", pour reprendre une expression d’Apollinaire.

-Hopper, ombre et lumière du mythe américain
de Didier Ottinger
Découvertes/Gallimard, 128 p., 13,60 €

10.10.12

Permalien 18:44:38, Catégories: GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

Grand événement: Edward Hopper au Grand-Paris

Edward Hopper (22 juillet 1882 - 15 mai 1967)
Voilà tout ce qui reste d’un homme.
Parfois des enfants. Une entreprise. Des livres.
Souvent rien.
D’un peintre, il reste son oeuvre.
Celle d’Edward Hopper est très grande par sa pureté d’âme.
Cet homme ne trichait pas.
C’est Claude Régy qui ne l’a fait découvrir au début des années 1980.
Ce fut un choc.
Si j’étais peintre, je ne peindrais pas autre chose ni d’une autre façon.
Je déteste l’art abstrait, la BD picturale, l’art hyperéaliste.
Hopper a peint ce qu’il voyait, ce qui lui donnait du sens.
Il a peint essentiellement la non commmunicabilité.
La fameux cauchemar climatisé américain dont parlait Henry Miller.
D’innombrables écrivains, cinéastes, metteurs en scène l’ont plagié à tout va.
C’est pourquoi cela fait du bien d’enfin voir des Hopper(s) en vrai.
J’ai hâte de me retrouver en face de ses tableaux, à la place où il s’est tenu devant. (1)
Voilà la grande vibration qu’offre en plus la peinture.
Je viens de voir une vidéo du vernissage avec les faux grands de ce monde devant les tableaux.
Comme à chaque fois, je ressens que les vivants qui errent dans l’exposition sont tous morts alors que les tableaux eux sont vivants. Je ressens ça car les vivants représentent à 99% le mensonge, la fausseté quand les tableaux d’un grand peintre hurlent de vérité.
J’espère voir les tableaux où Hopper a peint deux boulons en gros plan. Deux boulons sur une voie ferrée. Deux boulons qui suffisent à raconter la haute solitude. On appelle ça le génie.
Hopper forme avec Bonnard et Marquet un trio que j’aime énormément.
Voilà trois amis qui me consolent de la connerie humaine qui nous encercle.

Grand Palais
•Du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013, tous les jours sauf le mardi de 10h à 22h (dimanche et lundi jusqu’à 20h)

•Plein tarif : 12 euros

•Tarif réduit : 8 euros
(13-25 ans, demandeur d’emploi, famille nombreuse)

Gratuit pour les moins de 13 ans bénéficiaires du RSA et du minimum vieillesse.

(1) J’ai vu l’exposition. Je me suis concentré sur les tableaux au détriment des gravures. J’ai noté qu’une grande partie des visiteurs stationnent devant les murs consacrés à la biographie du peintre. Ils s’y abîment les yeux. Mieux vaut aller directement voir les tableaux. C’est ce que j’ai fait. Désormais, je peux parler du blanc d’Hopper. Quelle luminosité ! Fantastique maîtrise technique concernant le rendu de cette couleur. J’ai été déçu au niveau de la matière. Il faut regarder ses toiles à un ou deux mètres. Ses cadrages sont vraiment très bien structurés. Dans la quasi totalité des tableaux on sent la présence du peintre, son âme.

09.10.12

Permalien 08:13:41, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

L'affaire Vargas, de Fernando Pessoa (Folio/Galllimard)

J’ignorais que Fernando Pessoa (1888-1935) avait une veine d’auteur de polars. En tout cas je ne connaissais pas ce versant de sa multiple personnalité. Pessoa sur les plates-bandes de Conan Doyle ? Sa traductrice nous apprend dans sa préface que Pessoa a confié : « Parmi le nombre d’or réduit des heures heureuses que la vie me permet de passer, je compte comme ayant appartenu à la meilleure année celles où la lecture de Conan Doyle ou d’Arthur Morrison m’a fait porter ma conscience sur les genoux ». Le Portugais a vraiment touché à tout. Son personnage central, Abilio Quaresma est un « médecin non praticien », amateur de charades et joueur d’échecs. De son anti héros, il dit : «C’était au sens le plus péjoratif du terme, un être insignifiant.» Un peu comme son créateur qui rasait les murs de Lisbonne avant d’aller boire du Xérès blanc. Tous ses textes il les mettait dans une malle. Un tombeau en guise d’éditeurs. La gloire de Pessoa est posthume alors que c’est l’un des plus grands poètes du XXe siècle avec Apollinaire. Le Maigret de Pessoa, Quaresma, est quasiment infaillible pour résoudre les énigmes. On a retrouvé ses feuillets policiers de manière éparse et il a fallu reconstituer le puzzle. Sur les quinze chapitres de L’affaire Vargas, l’un comporte deux pages (le chapitre III) et un autre (le chapitre XI), sept mots et des points de suspensions … L’enquête n’est quand même pas sans queue ni tête. Elle a une thématique axée sur la psychologie des antagonistes. Dans la préface, Michelle Giudicelli nous rappelle que l’écrivain avait peur de finir comme l’un de ses grands-mères mais il n’a fini que fou de littérature. La vraie. Celle qui contient de la magie entre les lignes. C’est un peintre des Lettres.

-L’affaire Vargas
De Fernando Pessoa
Traduit du portugais et préfacé par Michelle Giudicelli
Folio/Gallimard, 172 p., 6, 50 €

[Post dédié à Antonio Tabucchi]

07.10.12

Permalien 16:47:27, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Manchester United maintient son rythme de croisière

Chaque saison, Chelsea, Man City, Arsenal rêvent de ne plus voir MU dans la course au titre. Hélas pour eux, MU est dans le haut du tableau depuis 1993 de manière constante. Et cette saison, les Red Devils sont encore là !

Dimanche 7 octobre 2012
Newcastle United 0-3 Manchester United
buts pour MU: Evans (8e), Evra (15e), Cleverley (70e)

De Gea/ (5) A force de changer de gardien, plus aucun n’a confiance
Evra © (8) Très bon match. L’ex Aiglon est inusable
Evans (8) Grand match
Ferdinand (8) The boss is back
Rafael/ (8) Bon match
Kagawa (6) Très collectif. Puis (55e) Valencia (6) Bonne rentrée
Rooney (8) Parfait. Puis (79e) Scholes (5) Correct
Cleverley (8) Un de ses plus beaux matchs avec l’équipe fanion
Carrick (7) Toujours régulier
Welbeck/ (7) Bien plus collectif que Nani
van Persie. (7) Bon match mais a eu un mauvais geste envers Cabaye qui peut lui coûter trois matchs de suspension. (coup de coude dans le visage sans gravité) Puis (88e) Giggs (non noté)

Sur le banc: Lindegaard, Wootton, Anderson, Chicharito

Coach: Sir Ferguson (8) RAS. A laissé à la maison Nani. L’équipe a mieux joué avec un très bon Rooney.

Résultats:
Man City 3-0 Sunderland
Chelsea 4-1 Norvich
West Ham 1-3 Arsenal
Tottenham (avec LLoris)2-0 Aston Villa

Classement:
1 Chelsea, 19 points + 11
2 Man U, 15 pts + 8
3 Man City 15 pts + 7
4 Everton 14 pts + 6
5 Tottenham 14 pts + 5
6 West Ham Albion 14 pts + 4

Permalien 12:12:14, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Brefs récits pour une longue histoire, de Roger Grenier (Gallimard)

93 ans ! Roger Grenier vient de fêter un sacré anniversaire.
Et tous les matins il se rend à son bureau chez Gallimard.
L’enfant du Calvados accomplit une vie de sage.
Beaucoup le réduisent au rang d’ami d’Albert Camus- ce qui est au demeurant un vrai titre de gloire parce qu’ici l titre d’ami est certifié authentique- mais il a son propre parcours. Qui a parlé une fois avec lui n’oubliera jamais sa qualité d’écoute et la justesse de ses mots. Il ne parle pas pour ne rien dire et il ne dit pas n’importe quoi. Parfois, je rêve éveillé qu’il est président de la République. On aurait alors droit à la manifestation de l’intelligence 24 h sur 24.
Roger Grenier publie régulièrement des romans, des nouvelles ou des courts récits très personnels. C’est toujours de grande qualité. Une fois de plus l’