Archives pour: Novembre 2011, 04

04.11.11

Permalien 18:56:52, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Hommage à Cathy Ferguson qui partage Alex Ferguson avec Man United depuis 1986 !

Sir Alex Ferguson n’a pas peur de tacler les journalistes

Man United - Sunderland
5 novembre 2011, 16 h

France Football publie un entretien avec Sir Alex Ferguson qui provient du magazine THE MANAGER, printemps 2011, page 16:

http://public.edition-on.net/links/3407_the_manager_issue8.asp?page=16

C’est incroyable que FF ne soit pas en mesure d’intervier le manager écossais, l’entraîneur le plus titré de l’Histoire du football.

Quelques extraits:

-"Tous mes honneurs qui me tombent sur la tête ça gonfle ma femme, Cathy. Quand un journaliste lui a annoncé mon annoblissement, elle a répond: “Vous ne pensez pas qu’il en a asez ?". Ma femme est incroyable ! Vous me trouverez rien chez nous qui se rapporte à ma carrière. Si je ramène un bouquin de foot, elle me dit: “Qu’est-ce que tu fous avec ce machin ?” (Rires)

Je dis merci à Cathy Ferguson. C’est grâce à elle que son mari est encore sur le terrain. Si elle n’était pas aussi intelligente, “Fergie” serait depuis longtemps à la maison. Quand il a voulu prendre sa carrière, il avait dit: “L’idée de regarder MU jouer à la télé dans le salon avec ma femme m’a dégoûté à jamais d’arrêter le coaching!” Chez les Ferguson on a de la l’humour à revendre. Et de l’amour aussi.

-"A 69 ans, je suis toujours réceptif au changement (…) Je veux passer plus de temps à observer (…) Je peux prendre des décisions rapides. Si je me gourre, je m’en fous. J’en prends d’autres! (…) Mon but c’est de bien varier mes discours d’avant-match: j’en ai tellement fait. Tu en fais deux pareils, tu es mort car les joueurs te flinguent alors! (…) La stabilité de l’entraîneur c’est bien pour les joueurs car ils savent à qui ils ont à rendre des comptes!”

On le voit “Fergie” est un homme qui sait parler.

Les temps forts de Man United de l’ère Ferguson, sans évoquer son talent footballistique:

1/ B. Charlton milite pour que Ferguson vienne à MU avec l’accord de Matt Busby

2/ 1991. Mark Hughes, Bryan Robson et Steve Bruce remportent la Coupe des Coupes en battant Barcelone (2-1)

3/ 1992. L’arrivée d’Eric Cantona propulse Man United dans la galaxie du succès non stop. Grâce au King, MU regagne le championnant. Le premier depuis 1967 ! Les jeunes du club s’inspirent de Cantona pour monter en puissance, au niveau technique et mental. Cantona aide Beckham, Giggs, Scholes, Butt et les frères Neville à devenir de grands compétiteurs. Avec Cantona MU gagne tout sauf la C1, hélas! mais à l’époque MU ne pouvait pas jouer avec ses meilleurs joueurs, vu que l’arrêt Bosman n’existait pas. Après le passage de Cantona à MU, les Français deviennent à la mode en Angleterre. Sans Cantona, pas un seul n’aurait signé outre Manche. Pas plus Wenger que Houllier ou Henry

4/ victoire en finale de la C1 1999 année du triplé

5/ Ferguson sait dénicher le bon joueur à la bonne place: Cantona, Ruud van Nistelrooy, Cristiano Ronaldo, Rio Ferdinand, Van der Sar, Vidic, Nani, Chicharito…

6/ il sait vite dissiper les tensions

7/ il peut virer n’importe qui dès qu’un joueur met la zizanie dans le groupe

8/ il se sert des défaites pour rebondir illico. Perdre lui permet d’entamer une nouvelle série positive

9/ il a l’art de petites phrases avant les gros matchs

10/ c’est un très grand orateur

PS: dans France Football plein de gens saluent le talent de Ferguson: Barthez, Houllier, Blanc, Ronaldo… mais pas Wenger. Est-ce un oubli ? Est-ce un refus ? Est-ce une impossibilité technique ? Cela fait très mauvais effet.

Sir Alex Ferguson a tremblé lors de la nouvelle défaite en finale de la C1 contre Barcelone,en 2011. J’ai eu peur que son coeur lâche car il a un pacemaker…

[Post dédié à Richard Kurt]

Permalien 18:56:14, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

En une saison, O.G. Solskjaer devient champion de Norvège avec Molde qui attendait le titre depuis 100 ans !

Que le football est grand et beau ! Ecoutez, regardez ! Magnifique. Il n’y a pas que Barcelone ou le Real dans la vie. Quand on aime le football, le football nous fait voyager jusqu’en Norvège. Nous sommes tous des supporters de Molde ! L’Europe du football est plus belle que l’Europe de l’Euro.

Le successeur de Sir Alex Ferguson sera peut-être Ole Gunnar Solskjaer quand l’Ecossais aura décidé d’arrêter.
Ce choix conviendra à tous les fans.
A 38 ans, Ole Gunnar Solskjaer vient de conduire Molde au titre de champion de Norvège pour la première fois de son Histoire. Cela faisait un siècle que le club attendait de remporter le titre national !
L’ex Red Devil est revenu l’an passé au club où il joua deux saisons. Il ne lui a fallu qu’un championnat pour remporter un titre en tant qu’entraîneur.
Juste avant, il avait demandé à Sir Ferguson de le libérer car il voulait rendre ce que le football lui a donné.
A Man U, il a tout gagné. On se souvient qu’il fut décisif lors de la finale de la C1 1999. OGS surnommé “l’assassin à la figure d’ange” était un remplaçant capable de tuer les matchs. Il aimait observer les rencontres depuis le banc et dès qu’il entrait il appuyait sur les faiblesses des adversaires qu’il avait analysées depuis le banc. C’était un remplaçant ultra positif. Un joker de génie.
Reconverti responsable de la réserve de Man U, il a formé beaucoup de joueurs qui viennent d’accéder à l’équipe fanion de MU dont Tom Cleverley. Comme il fut irréprochable, Ferguson lui a donné le feu vert pour retourner dans son pays natal.
La ville de Molde comprend presque environ 25 000 habitants.
Ligne finale du classement de Molde:
1er Molde/ 55 points 28 matchs/ 16 7 5/ 50-35/ + 15

Historique de Molde:
1911 : fondation du club sous le nom de International Molde
1914 : le club est renommé Molde FK
1975 : 1re participation à une Coupe d’Europe (C3, 1975/76)
2011 : 1er titre de Champion de Norvège

Palmarès:
Championnat de Norvège de football 2011
Coupe de Norvège 1994, 2005

[Post dédié à Julien]

Dans le terrier du lapin blanc, de Juan Pablo Villalobos (Actes Sud)

Le roman de Juan Pablo Villalobos est de la même veine que le film Fingers, merveille méconnue.

Le narrateur est un enfant qui a pour héros son père, trafiquant de cocaïnes dont on ne sait pas si ses amis sont « des gens ou déjà des cadavres ». Cet enfant fait penser à l’acteur H. Keitel dans Mélodie pour un tueur. Si le personnage interprété par le comédien était un mélomane, l’enfant du roman, lui, est dingue du dictionnaire qu’il lit comme si c’était Mickey Magazine. Il porte toujours un chapeau. Non pas pour se protéger du soleil. Lui c’est la fiente des pigeons qu’il veut éviter. Tout le roman est métaphorique à souhait. Le père (Yolcaut = serpent à sonnette) de l’enfant (Tochtli = lapin) ne veut pas qu’on l’appelle papa.
Le père et le fils ont des jeux bizarres. Par exemple, celui qui consiste à dire « vivant, cadavre ou pronostic vital réservé » :
-Une balle dans le cœur ?
-Cadavre !
-Trente balles dans l’ongle du petit orteil du pied gauche ?
-Vivant…
- Trois balles dans le pancréas ?
-Pronostic vital réservé…
Tout l’ouvrage a un parfum de train fantôme avec des personnages très Tontons flingueurs. Le gamin aime la France car les Français ont inventé la guillotine, dit-il. A la fin du livre, on découvre la tête empaillée de Louis XVI et celle de Marie-Antoinette d’Autriche. Le Mexique a vraiment un rapport totalement débridé avec la mort. Il suffit de savoir que là-bas on fabrique des bonbons en forme de squelette.

-Dans le terrier du lapin blanc
De Juan Pablo Villalobos
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Claude Bleton
Actes Sud,, 106 p., 12,80 €

Permalien 12:55:57, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Beckham et Chicharito fêtent les 25 ans de Sir Ferguson à Man United

Passion + Compétence = Sir Ferguson. Depuis 1986 il est le manager de Man United. Unique au monde!

Chacun à sa manière, David Beckham et Chicharito fêtent les 25 ans de Sir Ferguson à la tête de Man United.
Il s’agit de deux grandes figures de Man U. Une ancienne et une nouvelle.

David Beckham, l’un des monuments des années 1990:
-"Le palmarès de Sir Alex en dit beaucoup sur Manchester United et sur lui. Ferguson enchaîne les succès. Il est juste incroyable. Tout semble normal car le club de Man U a la stabilité avec un homme passionné qui a toujours faim de trophées pour un club qu’il aime vraiment. Le patron mérite tous nos compliments. Il est à 50/50 avec mes parents. Je considère Ferguson comme un membre de ma famille. Au même titre que mes parents et à l’inverse de ce que raconte la presse depuis toujours, il n’a jamais cessé de m’aider pour arriver à un certain niveau dans ma carrière. Je lui tout tout. C’est lui qui ma conduit au haut niveau. Il m’a donné ma chance quand j’étais gamin. Il m’a fait débuter à Brighton en septembre 1992. Je lui dois aussi mes débuts en Ligue des Champions contre Galatasaray, lorsque j’ai joué à Old Trafford et marqué mon premier but pour le club. C’est grâce à Ferguson si j’ai réussi à Manchester United et ma carrière d’une manière générale. Il a aidé tant de jeunes à éclore: les Neville, Scholes, Giggs, Butt… Il s’occupait de nous tous et nous a donné tout ce qu’il fallait pour devenir les joueurs et les hommes que nous sommes aujourd’hui. Le fait qu’il soit en poste depuis 25 ans est un événement mondial.”

A l’autre bout de l’Histoire de Manu U, se situe Chicharito. Même son de cloche:
- “Il est complètement différent des autres entraîneur. Vous ne pouvez le comparer à personne. Ce qui m’a le plus impressionné chez lui, c’est qu’il est très simple. C’est quelque chose que j’ai remarqué dès le premier jour. Vous pouvez parler des trophées qu’il a gagné et de toutes ses années d’entraîneur, mais ça ne se voit pas quand il s’assoie sur le banc. On dirait que chaque rencontre est sa première. Il est vraiment enthousiaste, il a une telle envie de gagner. Et c’est crucial : il ne se lassera jamais de gagner et il aime ce qu’il fait. Il est également très gentil. Il me demande tous les jours comment je me sens, si je vais bien, si j’ai besoin de quoi que ce soit. C’est une personne incroyable et il ne vous traite pas différemment sur le terrain qu’en dehors. Il sait que vous êtes tout d’abord un être humain avant d’être un footballeur. Il sait que si tout se passe bien dans votre vie personnelle, tout ira bien côté professionnel.”

Permalien 00:34:15, Catégories: LITS ET RATURES  

Ces impossibles français, de Louis-Bernard Robitaille (Folio/Gallimard)

Je n’ai pas hésité entre Stone et Charden, Jean Ferrat, Michel Sardou et Charles Trenet qui ont tous chanté une chanson sur la France.

«Les Français ne sont pas sérieux », lit-on au tout début de cette hilarante histoire des Français. Ce n’est pas les aventures de l’ancien président du FMI qui va arranger notre réputation hors de nos frontières. Les Américains et les Chinois continuent de nous regarder avec de grands yeux étonnés. Je parle du commun des mortels car Paul Auster, Woody Allen et Douglas Kennedy n’ont pas à se plaindre de la France beaucoup moins froussarde qu’on ne le dit. Même si la France a le tort de se prendre pour le centre du monde, il faut lui reconnaître une sacrée présence dans le domaine culturel. La France peut condamner Dreyfus pour de mauvaises raisons puis le réhabiliter pour de bonnes. Peu de pays ont cette capacité de retournement de situations même si on ne peut jamais réparer les dégâts causés à tort. Question sport, Louis-Bernard Robitaille estime que nos champions sont fragiles. « Le champion qui s’écroule le Jour J est une spécialité française.. » Autre amabilité : «Les Français oscillent entre l’autoritarisme et l’anarchie molle sans jamais réussir à s’arrêter à la case consensus. Ce qui confère un charme supplémentaire, celui de l’imprévisibilité». Dans ce livre publié en 2010, on lit : «Impensable au Canada, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, d’imaginer une situation comme celle de Dominique Strauss-Kahn, qui put se faire élire maire et député de Sarcelles… et ne pas y élire domicile, choisissant de rentrer tous les soirs dans les beaux quartiers de Paris.» Voilàqui en dit long, si je peux dire… RAS puisque François Mitterrand député-maire de Château-Chinon n’habita, lui, qu’à l’hôtel du Vieux-Morvan. Ce livre est à la fois amusant comme du Pierre Daninos et son fameux major Thompson et sérieux comme l’Emmanuel Berl de La France irréelle. On se régale à lire un ouvrage nous concernant au plus près. Un marquage à la culotte.

-Ces impossibles français
Louis-Bernard Robitaille
Folio/Gallimard, 400 p., 7,30 €

Novembre 2011
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software