Lord Patchogue, de Jacques Rigaut (Les éditions du Chemin de fer)

27.04.11

Permalien 14:13:54, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Lord Patchogue, de Jacques Rigaut (Les éditions du Chemin de fer)

Rarissime: Jacques Rigaut dans Emak-Bakia (1926) film de Man Ray.

Toute la racaille moderne n’est qu’une poignée de mondains de la déchéance, surtout son chef de fil qu’on a pris le pif poudré sur un capot de bagnole.
Ce gringalet n’est rien à côté de Jacques Rigaut qui se shootait à travers son costume.
Je ne fais pas l’apologie de la défonce. J’ai simplement horreur de la fausse souffrance.
Ma vie se confond avec la littérature depuis au moins 50 ans. Vers 8 ans, j’ai pris conscience de la mort quand mon cousin m’a dit : « Tu sais, ma mère va mourir. Et la tienne aussi. » Auparavant, je n’y avais jamais pensé. Il m’a dit ça quand on a aperçu au loin sa mère. C’était juste avant midi. Je m’en souviens car après il est parti mangé, me laissant seul avec mes jonglages. Nous jouions au foot, ou plus exactement au ballon. Lui et moi, on y jouait dès que nous sortions de l’école. Le football ne m’a jamais quitté. Nos mères, oui.
J’ai ce flash au moment où je suis en train de lire Lord Patchogue, soit quelques heures après la découverte du corps de Marie-France Pisier dans la piscine de sa résidence. Savez-vous ce que raconte le livre de Jacques Rigaut (1898-1929) ? Il s’agit de quelques pages sauvées du néant qui racontent l’histoire d’un homme qui se jette dans un miroir pour tenter de le traverser. Ce Lord Patchogue c’est le double de Jacques Rigaut. Est-ce que la comédienne a elle aussi voulu voir ce qu’il y a de l’autre côté ? Une piscine est un miroir mouvant. A-t-elle lu ce texte ? Je ne pense pas. Et c’est bien dommage. Ce récit est inachevé. (La vie de Marie-France Pisier aussi malgré les apparences.) On ne pouvait plus le trouver en librairie depuis 1930 et 1970, les deux seules fois où il était à la portée des lecteurs. Grand merci aux éditions du Chemin de fer de remettre dans le circuit ce texte dans une remarquable présentation.
Lisons cet ouvrage, avant de lire la biographie de Rigaut par Jean-Luc Bitton qui sera un météore dans le monde de l’édition tant on l’attend avec impatience tout en souhaitant retarder le plus longtemps sa parution. Bitton est comme François Weyergans. Il n’aime pas rendre ses manuscrits. Bonnard et Balthus retouchaient leurs tableaux jusque dans les musées. Un écrivain ne peut plus corriger un livre dès qu’il est édité à plusieurs milliers d’exemplaires lancés dans la nature. Jacques Rigaut est un poète de premier ordre. C’est la version tourmentée de Théodore Fraenkel. Parmi les jeunes artistes du début des années 1920, beaucoup ont fait la promesse de ne pas créer, ce qui était le summum de la création. Combien ont tenu parole, à part Théodore Fraenkel ? Aucun hormis, Jacques Rigaut, un grand écorché vif dans la lignée de Jacques Vaché. Il faut dire tout de suite que Vaché et Rigaut sont deux adeptes des paradis artificiels. Ils n’ont pas eu le football pour les sauver ! A jeun, ce sport procure des émotions d’une intensité qui va bien au-delà de la prise de produits qui ne procure qu’un plaisir solitaire.
Jacques Rigaut ne voulait pas produire une œuvre comme ces écrivains qui publient régulièrement pour se construire une statue de leur vivant. N’empêche, les écrits qu’il nous a laissés sont d’une beauté foudroyante. Il ne prenait le crayon ou le stylo que dans ses moments de grâce. D’une exigence extrême, il rédigea des phrases courtes et denses qui renvoient aux sages chinois. On a envie d’apprendre par cœur tout ce qu’il dit :
-« La chambre, les quatre murs c’est intenable.
-Toutes les passions sont extérieures.
-Et si j’affirme, j’interroge encore
-Il s’est réfugié dans sa lâcheté, à chacun sa dignité.
-Quand il faisait l’amour, il criait son propre nom, comme pour en frapper son adversaire, comme une seconde manière de jeter sa semence.
-L’envers vaut l’endroit, il fallait si attendre.
-Une prison. Regardez-vous vous-même. »
Cette édition est accompagnée de dessins de Frédéric Malette qui heureusement ne sont pas que des illustrations.
Procurez-vous d’urgence ce livre qui vous fera du bien. Jacques Rigaut s’est suicidé pour nous.
Nous devons être dignes d’un écrivain de ce calibre.
Peu doué pour la vie, il avait vu juste : « Je serai un grand mort ».
Philippe Soupault m’a dit :
-« Ne touchez jamais à la drogue. J’étais l’ami de Rigaut. La dépendance c’est affreux. Nous voulions nous affranchir de tous les asservissements alors pourquoi être esclave de produits ? Je n’ai pas pu faire grand-chose pour lui. La poésie est au-dessus de tout. C’est l’acide le plus violent qui soit. Même en prison, sous Vichy, je suis resté libre. »
Je n’ai pas pu aller voir Rigaut, à part au cimetière.
Je reste ami avec Soupault. Même mort, je perçois son amitié.
J’ai fait une overdose de Soupault. Elle n’est pas mortelle.

-Lord Patchogue
Vu par Frédéric Malette
De Jacques Rigaut
Postface de Jean-Luc Bitton
Les éditions du chemin de fer, 80 p., 14 €

A voir www.chemindefer.org

“Le testament d’Orphée", de Jean Cocteau

[Post dédié à Jean-Luc Bitton]

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: LEMER [Visiteur] Email
J'ai aujourd'hui jeté les cendres de ma mere a coté de celle de ma soeur a Pornic. Les vagues ont fait le reste.
PermalienPermalien 27.04.11 @ 18:48
Commentaire de: morlino [Membre]
Je me disais qu'il devait se passer quelque chose de grave. Amitié perpétuelle. Je sais que vous êtes courageux.
PermalienPermalien 27.04.11 @ 21:28
Commentaire de: JLB [Visiteur] Email
Merci Bernard. Ma main définitivement amie. JLB
PermalienPermalien 03.05.11 @ 23:34

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software