La Beuquette de Yanny Hureaux, le Diogène des Ardennes

14.01.11

Permalien 07:57:30, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La Beuquette de Yanny Hureaux, le Diogène des Ardennes

Né dans la région de Rimbaud, Yanny Hureaux parle des Ardennes comme Giono de la Provence, et il écrit avec la même grâce qui animait la prose d’Alexandre Vialatte. Hureaux aime autant la littérature que le football. Sa plume exigeante traque les imposteurs. Nous sommes dans un pays de connaissance.

Loin de Paris mais tout près de la littérature, Yanny Hureaux publie 600 textes d’une vingtaine de lignes qui sont des polaroïds sur la vie qui passe dans la lignée des grands écrivains populistes.

Si vous passez par les Ardennes, attention, les murs ont des oreilles ! Et des yeux, aussi. De fait, l’agrégé d’histoire et géographie, Yanny Hureaux, amoureux sans limite de son territoire, a décidé d’observer le monde, à la manière de ses ancêtres paysans et cloutiers qui regardaient les mouvements de la rue, à partir de la beuquette, petite ouverture au-dessus de l’évier, sorte d’œil-de-boeuf. Jadis, les Ardennaises épier les passants, au moment de la vaisselle. Fort de ce patrimoine culturel, le voyeur d’ombres a baptisé « Beuquette » son billet quotidien à la une de l’Ardennais qu’il a commencé en 1993. Soit dix-sept ans de fidélité absolue. L’appellation de son poste stratégique provient du patois ardennais puisque «beuquer» signifie observer. Voir sans être vu, telle est la devise du diariste dont les élèves disaient : « Nous sommes Hureaux de vivre ».
Trois volumes de «La Beuquette», regroupant les années 2001-2010, contiennent un choix parmi plus de 3000 chroniques, au jour le jour, sur les Ardennes qui forment un ensemble digne de Vialatte, Navel et Nucéra. On y entend tinter une langue somptueuse, toujours servi par l’amour des gens dont on dit qu’ils sont sans importance alors qu’ils ne sont pas n’importe qui. Le romancier de Bille de chêne, une enfance forestière et de La Petite - sur sa fille disparue- est un homme sans concession. Il a le cœur sur la main mais si vous pensez que la fin justifie les moyens, fichez le camp au plus vite, sinon il vous épinglera en une de l’Ardennais sous un sobriquet dont il a le secret. Nos politiciens de la capitale peuvent s’estimer heureux de ne pas être dans la ligne de mire de la beuquette.
Ni délateur, ni justicier, Yanny Hureaux aime mieux se promener dans la clairière de Gespunsart que dans la pollution de Saint-Germain-des-Près. Un soir de novembre 2009, le billettiste y attend des oies sauvages: «Leur invisible présence était trahie par un hourvari de piaillements». Plus Hureaux parle des Ardennes mieux il atteint l’universel. Touchés par sa sincérité, les ouvriers licenciés, bafoués, humiliés s’adressent à lui car plus personne ne les écoute. «Qu’en pensent les chênes de nos forêts?» note-t-il pour fustiger les dirigeants qui s’abritent derrière la crise économique.
« J’aime la vraie vie », précise Hureaux. Comme Jean Giono, il sait qu’on n’a jamais vu un sanglier dans un couloir du métro. Né le 4 décembre 1939, à Louvain (Belgique), il persiste à rester humble dans un monde du tout à l’égo. L’érudit plein de bon sens à une pertinence de jugement que les éditorialistes politiques n’ont plus : « Bien sûr, je ne m’adresse qu’aux Ardennais… » dit l’incorrigible modeste dont le fleuret moucheté frappe là où ça fait mal. Hureaux est le plus grand attachée de presse de la nature : « Le bouleau ? Pas d’écorce, mais une peau blanche d’opaline. » Tous ses billets d’humeur finissent par : « Yauque, nem ! ». Quelque chose, n’est-ce pas !

La Beuquette (2001-2010)
De Yanny Hureaux
Editions des Falaises/L’Ardennais
652 pages, 21 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: David [Visiteur] Email
Bonjour,

Le lien de la video est mort. Je me demandais d'où ça venait : "Qu'en pensent les chênes de nos forêts ?", depuis une autre citation de ce même monsieur Hureaux via google, ça semble être une apostrophe aux "grands de ce monde" :)
PermalienPermalien 08.02.12 @ 05:52
Commentaire de: Patrick [Visiteur] Email
Bonjour,

Je me permet de vous écrire en rapport à l'article "dans une boite de carton " du 24/11/12

La photo du haut de la page présente des personnes prises en photo par les Allemands en 14/18.
La personne du milieu sur le rang du haut ( casquette et moustache) est mon arrière arrière grand père. Il s'appelait Jean Baptiste Victor PIERROT.
Il était instituteur à Dom le Mesnil.
Je possède cette photo mais dans une mauvaise qualité. Serait il possible de récupérer une copie de la photo que vous avez utilisée pour faire cet article.

cordialement
Patrick
PermalienPermalien 28.11.12 @ 18:28
Commentaire de: marcoux jean pierre de sedan [Visiteur] Email
yanny hureaux je suis devenu son disciple tant la qualité de ses écrits m'ont émerveillé. j'ai pu le rencontrer et j'ai découvert en lui un très grand monsieur tant pas sa gentillesse sa patience son talent son soutien quand dans un moment de mon existence ma santé précaire me faisait douter.je vais bien sur le rencontrer bientôt à ma plus grande satisfaction.
PermalienPermalien 09.01.13 @ 11:31
Commentaire de: Archives départementales des Ardennes [Visiteur] Email
Dans la continuité de l’article de Yanny Hureaux « Dans une boîte en carton… » publié dans L’Ardennais le 24 septembre 2012, les Archives départementales des Ardennes ont collecté les clichés représentant les habitants de Dom-le-Mesnil, photographiés par les Allemands, durant la Première Guerre mondiale.
Il est de ces collectes qui font la joie de l'archiviste, parce qu'elles sont inédites et inestimables, mais avant tout, parce qu'elles participent à l'enrichissement de notre patrimoine commun, à la pérennité et à la transmission de notre mémoire collective.
A l'heure où se prépare la commémoration d'une échéance mémorielle importante, le centenaire de la Grande Guerre, les Archives départementales présentent aux Ardennais un diaporama dans leur hall d’accueil. Ce diaporama permet de découvrir l’ensemble des 42 clichés découverts par Jean Monti, ancien conseiller municipal de Dom-le-Mesnil, qui en a fait don aux Archives départementales.
C'est un trésor à l'intérieur d'une boîte en carton qui vient d'entrer aux Archives départementales. La boucle est donc bouclée, car ce patrimoine préservé, désormais mis à la disposition des Ardennais, sera également transmis à l’avenir aux jeunes générations.
Archives départementales des Ardennes
10, rue de la Porte de Bourgogne
08000 Charleville-Mézières
Tél : 03 24 57 40 06
Courriel : archives@cg08.fr
Horaires d'ouverture : Les lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 17h, le mardi de 13h à 17h.
PermalienPermalien 14.01.13 @ 17:51
Commentaire de: Derriere Christian [Visiteur] Email
J'aime bien cet homme ,très accessible ,je l'ai rencontré plusieurs fois ,il ne me connait pas ,mais il m'a signé un de ses livres ,a la librairie d'Ardennes , il parle vrai ,avec bienveillance et une grande chaleur humaine ;
j'aimerais bien le lui dire au travers d'une simple lettre ,mais je ne sais pas ou il se trouve ;
Vous qui avez l'air de le connaitre pouvez peut-être ,me renseigner .je vous en remercie d'avance ;j'habite Nouzonville ,08700
Cordialement ,et Merci
Christian Derriere
PermalienPermalien 20.11.14 @ 13:28
Commentaire de: Agnès Grimont [Visiteur] Email
Bonjour Monsieur,

Pouvez-vous transmettre à Monsieur Hureaux que j'apprécie ses articles de la Beuquette. Surtout celui de ce jour samedi 2 juillet "la bonne gueule" je suis d'autant plus d'accord avec lui qu'en regardant les islandais je me souviens de Monsieur Brenny footballeur ouvrier qui habitait mon village Wadelincourt avec ses parents je les ai bien connus ils étaient fort gentils. S'ils gagnaient j'en serais ravie, certains footballeurs devraient en prendre de la graine même les portuguais (Ronaldo m'a déçue). Si on a gagné la coupe à Sedan il y a bien des années et que le sanglier a été sur le terrain en faisant le tour du stade c'est grâce à ses footballeurs ouvriers merci du fond du coeur Monsieur Hureaux d'avoir cité leurs noms.
PermalienPermalien 02.07.16 @ 11:20

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software