Œuvres en prose, de Hugo Von Hofmannsthal

29.11.10

Œuvres en prose, de Hugo Von Hofmannsthal

Hugo von Hofmannsthal (1874-1929)… Ceux qui ont des doutes sur la relation du corps et de l’esprit ne pourront pas dire grand-chose quand ils apprendront que le 15 juillet 1929 l’écrivain autrichien fut terrassé par une attaque au moment où il allait se placer en tête du cortège funèbre de son fils cadet, Franz, 25 ans, qui se donna la mort deux jours auparavant au premier étage de la maison familiale, sans laisser un traitre mot d’explication.
Plus personne ou presque ne lit Hofmannsthal et c’est dommage de laisser endormie une aussi puissante prose. Qui se souvient que le dramaturge fut aussi le librettiste de Richard Strauss? Dans sa jeunesse, il dévore les poètes français (Musset, Baudelaire, Verlaine…) qui développe son regard périphérique. Si on lui désignait la lune de l’index, il ne s’attardait pas sur la main… Pas prétentieux, il n’aimait pas se définir comme écrivain. Il parlait « d’écrits » et jamais de littérature. Son seul but était d’être poète. Faire valoir ses opinions ailleurs que dans son œuvre ne l’intéressait pas jusqu’à ce qu’il prenne conscience de la dimension européenne.
Chez lui tout consiste à s’armer intérieurement pour affronter la société, d’où la désillusion lors du suicide de son fils. Avant le drame, le père, lui, voulait vraiment vivre au lieu d’être un maître penseur. Le volume édité par le Livre de Poche permet de lire douze récits dont « Une femme sans ombre » qui met en scène une fée avec un terrien. Une symphonie de métaphores avec un mari risquant la mort si sa conjointe ne peut pas lui donner des enfants. L’ombre signifie qu’elle devient l’égale du commun des mortels…
On y découvre aussi plus de vingt-cinq brefs mais denses essais (sur Maurice Barrès, Marie Bashkirteff…) lettres et textes politiques. Hofmannsthal souhaite une Europe autant culturel que politique. Sinon elle reste un leurre. Que dirait-il en 2010 quand les dirigeants européens ne voient pas plus loin que le bout de leurs comptes en banque ? Cela fait longtemps que l’économie domine tout. En 1922, l’Autrichien souhaita édita son «Livre des amis» à 800 exemplaires. Pas un de plus. Ce texte contient des notes et aphorismes de l’écrivain et d’illustres confrères qui lui ont fait du bien lors de ses lectures.
«Dans l’état actuel de la littérature, on obtient davantage par la conversation que par la publication » a écrit Hofmannsthal qui publia ses premiers poèmes à 16 ans sous le pseudonyme de … Loris ! Loris comme le gardien de but niçois Hugo Lloris mais avec un seul L. L’autre (aile?) c’est son fils qui l’a coupée…

Œuvres en prose
de Hugo Von Hofmannsthal
Préface de Jean-Yves Masson. Traductions et notices de Jean-Louis Bandet, Pierre Cimaz, Audrey Giboux, E. Hermann, Yves Iehl, J.-Y. Masson, Edouard Sans.
Le Livre de poche, 910 p., 24 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: morlino [Membre]
J'ai pensé Strauss mais j'ai écrit Wagner...
Merci, signalez-moi toujours les coquilles et autres erreurs, svp. MERCI.
PermalinkPermalien 01.12.10 @ 08:52

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Janvier 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software