Henry ou le football qui ne sert à rien

29.07.10

Henry ou le football qui ne sert à rien

A voir de toute urgence, les nouveaux exploits de celui qui a signé aux Red Bulls en jurant fidélité à Arsenal… Pauvres fans des Gunners, ce n’est plus des cornes qu’ils portent mais des bois de Caribou ! Titi 1er joue du football virtuel à force de vendre des jeux vidéo…

Il a fallu que je m’absente quelques jours pour que des insignifiants viennent encore vomir sur mon blog.
Un coup de javel et hop, tout est désinfecté. Allez houste, dehors les morpions !
Qu’ils aillent lire L’Equipe, voire Arsenal magazine, et surtout qu’il aille faire leurs cacas nerveux sur d’autres blogs.
Bon, je suis donc obligé de revenir sur celui qui en a encore déclaré une belle:
«J’ai l’impression d’être à la maison ». Du Henry dans le texte.
L’ex footballeur a célèbré son pion contre les Spurs, en amical, comme s’il avait été décisif en finale de la Coupe du monde 2010…
Iniesta en a fait moins contre les Pays-Bas !
Le voyageur-dans-le-bus-de-la-honte nous refait le coup de Monaco, d’Arsenal et du Barça. Partout c’est sa maison !
Même à New York où il vient de débarquer après son ultime fiasco bleu.
Il n’y a qu’en Italie, où il ne nous a pas dit qu’il était chez lui. Normal, en Serie A, il n’a pas touché un ballon. Si peu qu’il est vite allé rejoindre son mentor à Londres.
Hélas, les deux amis ne répondent pas présent quand on les attend : au SDF contre le Barça de Ronaldinho, Henry a été incapable de faire gagner la C1 à Arsenal. Aussi, il a fissa plié bagages pour Barcelone afin d’enfin remporter la Champions league.
L’inventeur du football simple messieurs ne gagne jamais rien quand il faut faire pencher la balance en finale. Il lui faut toujours être entouré de vraies stars : en 1998, Zidane lui a offert la Coupe du Monde alors qu’il était sur le banc des remplaçants; en 2009, Messi, Eto’o et Iniesta lui ont offert la C1 quand il ne fut pas prépondérant au cours de la saison, loin de là !
Les journalistes américains se moquent de tout cela. Pour eux, “il a gagné la Coupe du monde en 2010″… (sic)
C’est vrai puisque c’est la télévision américaine qui l’a dit.
En effet, Henry y a été présenté comme le vainqueur du trophée mondial. Pour faire du taux d’audience les Ricains sont prêts à tout, jusqu’à vendre leur âme. Comme ils ont vu qu’il arrivait de Barcelone et vu que l’Espagne a remporté le titre en Afsud, ils en ont conclu que Titi 1er était une nouvelle fois sur le toit du monde.
Les médias français mangent à la même enseigne: ils ont mis en une Henry, le félicitant d’avoir marqué un but pour les Red Bulls… qui ont perdu 1-2 contre Tottenham, dans un match dont l’intérêt pour le football est du niveau d’un bouquin de la collection Harlequin égaré sur le rayon des albums de la Pléiade.
Après son nouvel “exploit", il a désigné le sol : pour dire que le terrain a répondu… A répondu quoi ? Un but minable dans un pays qui traite le football comme on traite le curling à Tahiti. Henry porte le numéro 14.
Un chiffre rendu mythique par Johan Cruyff…

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software