Archives pour: Juillet 2010, 29

29.07.10

Permalien 22:54:08, Catégories: GRAND MONSIEUR, PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN  

Christophe Lemaitre nous redonne envie d'être Français

Loin des footballeurs indignes de porter le maillot français, les exploits et la splendide simplicité de Christophe Lemaitre nous font un bien fou.

“Je remercie tous les bénévoles de mon club qui nous accompagnent, uniquement motivés par la passion".
Voilà ce qu’a déclaré Christophe Lemaitre aprés être devenu champion d’Europe du 100 m.
Il a du talent au lieu d’avoir des tatouages et des percings.
Il a du mental et non pas une cervelle d’oisillon, comme tous les joueurs du bus de la honte.
En quelques semaines, Christophe Lemaitre est devenu notre nouvel héros.
Avec lui, on est fier d’être français.
Il y a en marre de tous ces Charlots qui vivent sur la notoriété acquise à coup d’articles écrits par leurs petits copains qui font cul et chemise avec eux.
Grand merci à Lemaitre qui est simple dans un monde de prétentieux.
Et j’y inclus les comptables douteux, les milliardaires oisives, les faux artistes et les politiciens qui n’appliquent pas le mot d’Edouard Herriot: “Il faut choisir: ou l’argent ou la politique".
Les récitals de Lemaitre durent 10 secondes. Sur 200 m, un peu plus longtemps…
Faut pas les rater.
Il pioche lors des départs mais arrive premier, et avec quelle classe!
(Ce n’est pas facile d’anticiper les départs, avec le bon temps de réaction surtout avec le stress d’éviter le faux départ disqualificatif…)
Enfin, un vrai sportif !
Un passionné sincère.
Que d’heures, de semaines, de mois, d’années d’entraînement.
Ses parents doivent empêcher les financiers avides de chair fraîche qui veulent déjà pas le croquer.
Souvenez-vous de celui a couvert d’or Manaudo rien que pour ses beaux yeux.
Et l’autre qui a pris Gasquet sous son aile prédatrice.
On a vu les résultats…
Faut rester digne et ne pas se laisser acheter par des vautours dont la seule richesse est le compte en banque.
Lemaitre sort de l’anonymat et ne le doit qu’à son talent et à son travail. A sa famille, à ses amis.
Cela fait du bien de voir un sportif heureux de vivre, loin de ces corps tendus comme les faux seins des gueunons que l’on croise ici et là.
Tout beau tout nouveau ?
Oui et c’est exceptionnel de voir quelqu’un réaliser des exploits.
Même si tout peut s’arrêter là, Lemaitre a déjà marqué son temps.
Il restera. Comme Killy, Douillet ou Marie-Jo Pérec.
On a hâte de le voir évoluer.
Lemaitre a tout pour lui.
De surcroît, ll nous fait partager ses performances.
La marque des grands.
Les autres sont surtout bons dans les spots publicitaires et dans les interviews.

Résultats du 100 m, avec 4 sprinters à 10. 18. Du jamais vu.

1 Christophe Lemaître/ FRA 10.11
2 Mark Lewis-Francis/ G-B 10.18
3 Martial Mbandjock/ FRA 10.18
4 Francis Obikwelu/ POR 10.18
5 Dwain Chambers/ G-B 10.18
6 Jaysuma Saidy Ndure/ NOR 10.31
7 Emanuele Di Gregorio/ ITA 10.34

Vive l'éclosion d'Andy Schleck, de Lemaitre, de Kakuta, de Bakambu,... Quant à Laurent Blanc c'est le Barak Obama du football...

Le “président"- ici avec Pires et Trezeguet…- reste associé à de grands souvenirs, si on ferme les yeux sur France-Bulgarie de 1993…

Un vent de fraîcheur souffle sur tout le sport.
Les sprinteuses Véronique Mang er Myriam Soumaré, le décathlonien Romain Barras…
C’est un événement car les vieilles peaux font commerce sur des exploits qui remontent à Pépin le Bref.
On connaissait Laurent Blanc mais cela fait du bien de le revoir en première ligne.
Il fait l’effet d’un Barak Obama du football.
Les jeunes bleus de moins de 19 ans vont bientôt pousser dehors de Clairefontaine cette kyrielle de joueurs salis à jamais par ce qu’ils ont fait en Afsud.
Ceux de 1998 sont devenus champions du monde.
Ceux de 2010 sont à vie les champions de la connerie.
On a hâte de voir Cédric Bakambu et Gaël Kakuta en France A.
Sur le Tour de France, Andy Schleck a fait trembler Contador.
Armstrong nous a quittés. On ne l’oubliera pas.
Maradona a été mis dehors parce qu’il ne voulait pas oeuvrer sans son staff. C’est respectable.
Blanc a dit qu’il ne veut plus de joueurs sans amour de la Patrie et surtout il nous a dit:
-"Je pars… si je ne qualifie pas la France pour l’Euro 2012.”
Voilà qui nous change de l’autre dindon qui s’explique sur son fiasco à la tête des Bleus par le biais du téléphone. C’est ridicule. Comme d’habitude.

Henry ou le football qui ne sert à rien

A voir de toute urgence, les nouveaux exploits de celui qui a signé aux Red Bulls en jurant fidélité à Arsenal… Pauvres fans des Gunners, ce n’est plus des cornes qu’ils portent mais des bois de Caribou ! Titi 1er joue du football virtuel à force de vendre des jeux vidéo…

Il a fallu que je m’absente quelques jours pour que des insignifiants viennent encore vomir sur mon blog.
Un coup de javel et hop, tout est désinfecté. Allez houste, dehors les morpions !
Qu’ils aillent lire L’Equipe, voire Arsenal magazine, et surtout qu’il aille faire leurs cacas nerveux sur d’autres blogs.
Bon, je suis donc obligé de revenir sur celui qui en a encore déclaré une belle:
«J’ai l’impression d’être à la maison ». Du Henry dans le texte.
L’ex footballeur a célèbré son pion contre les Spurs, en amical, comme s’il avait été décisif en finale de la Coupe du monde 2010…
Iniesta en a fait moins contre les Pays-Bas !
Le voyageur-dans-le-bus-de-la-honte nous refait le coup de Monaco, d’Arsenal et du Barça. Partout c’est sa maison !
Même à New York où il vient de débarquer après son ultime fiasco bleu.
Il n’y a qu’en Italie, où il ne nous a pas dit qu’il était chez lui. Normal, en Serie A, il n’a pas touché un ballon. Si peu qu’il est vite allé rejoindre son mentor à Londres.
Hélas, les deux amis ne répondent pas présent quand on les attend : au SDF contre le Barça de Ronaldinho, Henry a été incapable de faire gagner la C1 à Arsenal. Aussi, il a fissa plié bagages pour Barcelone afin d’enfin remporter la Champions league.
L’inventeur du football simple messieurs ne gagne jamais rien quand il faut faire pencher la balance en finale. Il lui faut toujours être entouré de vraies stars : en 1998, Zidane lui a offert la Coupe du Monde alors qu’il était sur le banc des remplaçants; en 2009, Messi, Eto’o et Iniesta lui ont offert la C1 quand il ne fut pas prépondérant au cours de la saison, loin de là !
Les journalistes américains se moquent de tout cela. Pour eux, “il a gagné la Coupe du monde en 2010″… (sic)
C’est vrai puisque c’est la télévision américaine qui l’a dit.
En effet, Henry y a été présenté comme le vainqueur du trophée mondial. Pour faire du taux d’audience les Ricains sont prêts à tout, jusqu’à vendre leur âme. Comme ils ont vu qu’il arrivait de Barcelone et vu que l’Espagne a remporté le titre en Afsud, ils en ont conclu que Titi 1er était une nouvelle fois sur le toit du monde.
Les médias français mangent à la même enseigne: ils ont mis en une Henry, le félicitant d’avoir marqué un but pour les Red Bulls… qui ont perdu 1-2 contre Tottenham, dans un match dont l’intérêt pour le football est du niveau d’un bouquin de la collection Harlequin égaré sur le rayon des albums de la Pléiade.
Après son nouvel “exploit", il a désigné le sol : pour dire que le terrain a répondu… A répondu quoi ? Un but minable dans un pays qui traite le football comme on traite le curling à Tahiti. Henry porte le numéro 14.
Un chiffre rendu mythique par Johan Cruyff…

Permalien 15:16:49, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Tendre est l'ami ou Fitzgerald, vivre jusqu'à en crever

Clope au bec, voici Fitzgerald: “Toute vie est un processus d’autodémolition…”

Voici raconté en peu de pages, par Pietro Citati (grand spécialiste de Kafka), l’histoire d’amour entre Scott Fitzgerald et Zelda qui fait passer Richard Burton et Liz Taylor pour des lecteurs de Nous Deux sans imagination. Scott rêva sa vie au quotidien, et Zelda était le jour et la nuit réunis dans une même personne. Cela ne pouvait que donner des étincelles, des éclairs, des orages, des cris, des chuchotements, des rires, des pleurs, des livres, de l’amour, de la folie, de l’alcool, des disputes et une fille. Dans la famille de Zelda ont faisait de la névrose comme d’autres de la planche à voile. On s’y suicidait par distraction. Lisez ce petit livre sur ces grands désespérés de la littérature. Ils en savaient trop pour faire semblant. Ils sont morts, mais sommes nous plus vivants qu’eux ? Procurez-vous d’urgence aussi la correspondance entre Scott et sa fille. Vous aurez l’impression d’être un facteur céleste.

-La mort du Papillon, de Pietro Citati, Folio, 5 €
-Lots of Love, de Fitzgerald père et fille (1936-1940), Le livre de poche, 275 p., 6 €

Juillet 2010
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software