18.03.19

Permalien 14:24:38, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Georges Simenon suivait une discipline de fer.
Très peu de jours pour écrire puis encore moins pour corriger.
Il perdait du poids au cours de chaque manuscrit.
L’écrivain était mythique de son vivant.

1937, Monsieur La Souris.
1939, il boucle L’Outlaw.
1941, Voyageur de la Toussaint.
1946, il crée Maigret à New-York
1947, Le Destin des Malou
1950, Maigret en meublé.
1951, Maigret en meublé.
1958, Passage de la ligne.
1962, Maigret et le client du samedi.
1966 Maigret et l’affaire Nahour
1971, Maigret et l’homme tout seul
1972, Maigret et monsieur Charles

Février est un mois important dans la vie de Georges Simenon. Le 13 février 1903, nait le premier fils de Désiré et Henriette Simenon. Pour éviter le 13, la jeune maman fait inscrire sur l’acte de naissance la date du ” 12 février 1903, à onze heures et demie du soir “. Superstition oblige.
Le 20 février 1931 a eu lieu le “bal anthropométrique", soit le lancement des premiers Maigret chez Fayard, éditeur de Simenon de 1931 à 1934.
Animé par une volonté de fer, il écrit et écrit encore.
Pas question pour lui de jouer à l’intellectuel.
Il se comporte en artisan.
Ses livres sont tous teintés d’une ambiance dont il a le secret.
Il a l’art du scénario, du tempo.
Quand on lecteur lui signalait une coquille, il le renvoyer chez Fayard.
Recevoir un prix ? Il n’en voulait pas. “Je ne suis pas une vache de concours agricole!”
Lire Simenon est un bonheur inégalée.

-Tout Maigret, tome 1, Georges Simenon. Préface Pierre Assouline. Omnibus, 1100 p., 28 €
-Maigret, traversée de Paris, Michel Carly. Omnibus, 19 €.

17.03.19

Permalien 14:52:35, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

La Juventus sans C. Ronaldo perd son invincibilité à Genoa

Dimanche 17 mars 2019
Genoa 2-0 Juventus Turin
Buts pour Genoa: Stefano Sturaro (72e), Goran Pandev (81e)

Un Ronaldo leur manque est tout est dépeuplé.
Sans CR7, la Juve a perdu son invincibilité en Serie A qu’elle conservait depuis août 2019.
Désormais, il n’y a plus de grands clubs invaincus en championnats européens.
Ce n’est pas grave car la Juve, leader, a encore 15 points d’avance sur Naples, son dauphin et qui le restera.
La Juve est tombée contre le 12e du scudetto.
CR7 a été laissé au repos, mais aussi Chiellini et Matuidi, les ogres de la défense turinoise.
Défaite anecdotique qui souligne quand même la dépendance Ronaldo de la Juve.
Il est rare de voir CR7 en repos forcé.
C’est avec Zidane qu’il a appris à lever le pied.
Le championnat est déjà joué:

Classement
1er Juventus 75 points 28 matchs + 40
2e Naples 60 pts 28 matchs + 29

Permalien 11:12:28, Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Journal secret (1941-1944), Curzio Malaparte (Quai Voltaire)

J’étais enthousiaste à l’idée de découvrir ce journal inédit de Curzio Malaparte (1898-1957) d’autant plus qu’il concerne les années de guerre. «Secret», en plus. Une fois lu, il n’a pas la dimension poignante du Récit secret de Drieu La Rochelle. A l’opposé du collaborateur de la NRF, à tous les sens du terme, Malaparte est un écrivain beaucoup plus fréquentable. Le capitaine incorporé à l’armée italienne fut un reporter et photographe de guerre qui a enrichi considérablement les pages du «Corriere della Sera». La lecture de son Journal secret m’a déçu parce que je lui préfère de beaucoup Journal d’un étranger à Paris (La petite vermillon, n°396) publié en 1967, dix ans après la mort de Malaparte. Autant son journal d’après-guerre dans la capitale française est captivant, autant celui en pleine guerre est décevant, bien que l’on ne perde jamais son temps en compagnie de Malaparte.
Il n’est pas urgent da savoir que l’écrivain se soit lever à 10 h le 15 août 1942 ou qu’il soit allé à midi à la banque, la veille. Finalement le plus émouvant sont les passages consacrées à la mort de ses deux chiens : Febo, le 16 janvier 194 - à peine évoquée- et Vieni, le 8 octobre 1944.
Tout le reste du livre est consacré à ses allées et venues, surtout en Scandinavie, disons des cartes postales pour afficionados. Je dois dire qu’à mes yeux, un journal doit avoir une rage d’expression de la dimension de Jules Renard ou de Paul Léautaud, sinon à quoi bon tenir le registre de ses commissions.
Cependant tout ce qui concerne Curzio Malaparte m’intéresse. L’auteur de Kaputt, au physique d’acteur genre Tyrone Power, a construit l’une des plus belles résidences du monde. A Capri, sa villa «Come Mi», sur la roche au-dessus de la Méditerranée, est d’une beauté à couper le souffle. Pas étonnant que Jean-Luc Godard l’ait choisie pour y tourner Le mépris, d’après le livre d’Alberto Moravia. Come Mi = Comme Moi. Le solarium, les marches qui donnent sur la mer, tout est fascinant. Une authentique œuvre d’art. Raymond Guérin l’a parfaitement racontée dans Du côté de chez Malaparte (Finitude, 2009), magnifique comme toute l’œuvre du grand supporter des Girondins qui a demandé le résultat de son équipe fétiche, avant de mourir.

-Journal secret (1941-1944), Curzio Malaparte. Edition et traduction de l’italien par Stéphanie Laporte. Quai Voltaire, 325 p., 23, 70 €

16.03.19

20 h Foot, CNews (15/3/2019): les clubs français tous éliminés des Coupes d'Europe, la vidéo pour ou contre, Rabiot...

Présenté par Julien Pasquet avec Eliot Deval

Permalien 08:00:06, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Good Trip: My generation, Roger Daltrey (Kero)

Roger Daltrey a 74 ans… Notre jeunesse en prend un sacré coup !
Comme le temps passe. Ses mémoires sont magnifiques, brutes et brutales. Il est sans concession sur lui-même et ses copains, plus ou moins proches. Il y a beaucoup d’alcool et de came mais comme il a l’instinct de conservation, il n’est jamais tombé dans les néfastes excès comme tant de musiciens de son époque qui est aussi la mienne, la nôtre, la vôtre.
On revit l’aventure du début jusqu’au succès planétaire.
Au cours de la période solo, il a fallu s’accrocher. Pourquoi son groupe s’appelle-t-il les Who ? Rien ne lui échappe, il parle cash. C’est l’un des meilleurs livres signés par un musicien. J’espère qu’il a été écrit par Daltrey himself et qu’aucun écrivain fantôme n’est passé par là.
Il aime aussi le football, grand fan des QPR. Daltrey dit qu’il pense à toute la salle quand il chante et joue de la guitare. Pas question de ne viser que les premiers rangs. Il fait le parallèle avec le football, certain que les joueurs qui veulent épater la galerie ratent tout à l’inverse de ceux qui se laissent emporter par le mouvement.
Tout l’ouvrage se lit sans forcer, on avance dans le récit avec toujours plus d’envie de rester avec Daltrey qui nous avait tant plu dans Tommy le film de Ken Russell. On replonge les décades 1960-1970 - en nous elles sont toujours vivaces- avec un plaisir renouvelé au fil des pages, on a envie de dire au film des pages.
On voudrait revenir en 1960, tout rembobiner, parce que c’était plus beau qu’en 2018. Il y a 50 ans, on était dans Peace and Love. Et non pas dans Guerre et Haine. On avait des guitares, pas des mitraillettes. Je laisse de côté le Vietnam of course. Je vous laisse le rapp et je garde le Rock, la Pop, le Jazz …
Le livre contient la présence du batteur Keith Moon (1946-1978) et celle du bassiste John Entwistle (1944-2002), deux visiteurs trop assidus des paradis artificiels. Daltray est toujours parmi nous. Cela nous console de la disparition d’Hendrix et cie.

-My generation, Roger Daltrey. Traduit de l’anglais par Bernard Cohen. Kéro, 430 p. , 21, 50 €

:: Page suivante >>

Mars 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software