Nice doit aussi gagner contre Paris pour faire honneur au virtuose Hatem Ben Arfa qui a remis le GYM au premier plan

30.04.17 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Dimanche 30 avril 2017, 21 h
OGCNice - PSG

Le groupe Niçois de Lucien Favre:
Gardiens : Cardinale, Benitez.
Défenseurs : Baysse, Dalbert, Dante, Ricardo, Sarr, Souquet.
Milieux : Belhanda, Eysseric, Koziello, Seri, Walter, Obbadi.
Attaquants : Balotelli, Donis, Le Bihan, Srarfi.

Entre les deux tours de l’élection présidentielle se déroule Nice-Paris, belle affiche quand on connaît le classement. Monaco en tête suivi par Paris et Nice qui se tiennent à six points de différence derrière le PSG.
Le stade sera plein.
Le record d’affluence de l’Allianz Riviera fut contre les Verts:
35 596: Nice – Saint-Étienne, le 7 mai 2016.
Il va sans doute être battu lors de Nice-PSG, match retour de L1.
“Je prends les meilleurs” a répondu l’entraîneur de Paris pour expliquer que l’ancien Niçois ne serait pas du voyage. Un geste élégant de plus de la part de celui qui en a pris 6 à Barcelone, soit un camouflet jamais encaissé par personne depuis 1956 !
Le PSG cherche à dégoûter le stratège Ben Arfa pour qu’il ne reste pas une saison de plus à Paris.
L’avenir proche nous en dira beaucoup plus.
On ne voit pas pourquoi le joueur est sanctionné au point qu’on lui préfère des joueurs qui sont loin d’avoir son talent.
Ben Arfa est plus reconnu à Nice qu’à Paris.
Aussi, j’espère que le public niçois encouragera Nice pour transcender le groupe qui offrira la victoire à Haten Ben Arfa. Faisant d’une pierre, deux coups.

La chanson de Jacques Dutronc devrait être remboursée par la Sécurité Sociale

29.04.17 | par morlino | Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Vous connaissez l’expression : “Elections, pièges à con !”
Beaucoup de candidats sont des spécialistes pour installer des pièges.
Les plus à plaindre sont les électeurs qui votent pour X qui se dit de tel courant politique au premier tour et puis qui se revendique d’un autre parti juste avant le second tour, afin d’obtenir une place qu’il n’aurait jamais s’il était seul. Ces électeurs-là sont dans le rôle du cocu. Oui, ils sont vraiment à plaindre.
Quant à ceux qui ne sont que des opportunistes, ils ne recevront même pas notre mépris. Ce serait leur faire un trop grand honneur.

France 3: Hommage à Jean Gabin, résistant, paysan et artiste

Vendredi 28 avril 2017
Un Français nommé Gabin
de François Aymé et Yves Jeuland
France 3, 20 h 55

A ne pas manquer, ce nouvel hommage à Jean Gabin.
Dans cette période trouble, sans grandes références, il est important de célébrer un homme de la trempe de Jean Gabin.
Enfant, il adorait le sport, notamment le vélo et le football.
Il voulait soit devenir paysan, soit conducteur de train.
Finalement, il monte sur les planches et débute au music-hall.
Arletty a dit: “Le regard de Jean avec ses yeux bleus et ses sourcils roux était foudroyant !”
Il devient acteur et aura deux carrières:
une première, avant-guerre, où il tourne avec les plus grands cinéastes.
une seconde, avec des films cultes hyper populaires dans le plus grand sens du terme.
Entre les deux, il s’engage dans la résistance et, devenu pilote de char, il participe à la Libération de Paris.
Après une traversée du désert, il revient au premier plan et devient enfin le paysan qu’il voulait devenir.
Hélas ! le monde paysan le rejette car les paysans sont incapables de reconnaître l’un des leurs. Gabin ne jouait pas à être paysan. Il en était un, au plus profond de son être.
Sur son passeport, il marquait “Paysan” et non pas “comédien". Il ne souhaitait pas que son fils fasse du cinéma, trouvant ce milieu trop superficiel. Sa fille, elle, en fait mais derrière la caméra.
Il tout à fait signification que le mort de Jean Gabin intervienne après la violence de ce rejet qui l’attrista profondément.
Avant de mourir, il demande à rentrer à Paris et souhaite que l’ambulance passe devant la Tour Eiffel afin de la saluer une dernière fois, lui le libérateur de la capitale avec la Division Leclerc.
Lors du défilé sur les Champs Elysées lors de la Libération, il refusa de rester à son poste dans le char:
-"Je ne veux pas voler la vedette à mes amis".
Il regarda les troupes descendre vers la Concorde depuis la fenêtre d’un immeuble de la grande avenue.
Pendant la guerre, le résistant ne s’appelait pas Jean Gabin.
Il avait repris son vrai patronyme: Moncorgé.
Jeunesse de France n’oublie pas Jean Gabin. Les autres, aussi !

Par miracle, un nullissime Man United ramène un point de City

27.04.17 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS

Jeudi 27 avril 2017
Match en retard de la 26e journée de la Premier League
Manchester City 0-0 Manchester United

Manchester City: Bravo (Caballero 79e), Zabaleta, Kompany ©, Otamendi, Kolarov, Fernandinho, Yaya Toure, Sterling (Jesus 86e), De Bruyne, Sane (Navas 80e), Aguero.
Sur le banc: Sagna, Fernando, Clichy, A. Garcia.
Manager: Guardiola

Manchester United: De Gea; Valencia, Bailly, Blind, Darmian; Carrick ©, Fellaini, Herrera; Mkhitaryan (Fosu-Mensah 85e), Rashford (Young 90e + 3), Martial (Lingard 80e).
Sur le banc: Romero, Shaw, Tuanzebe, Rooney.
Manager: Mourinho

Statistiques du match
Possession: City 69%, United 31%
Tirs: City 19, United 3
Tirs cadrés: City 6, United 1
Corners: City 7, United 4

Classement
1 Chelsea 78 points 33 matchs/ + 40
2 Tottenham 74 33/ + 47
3 Liverpool 66 34/ + 28
4 Manchester City 65 33/ + 28
5 Manchester United 64 33/ + 26
6 Arsenal 60 32/ + 24
7 Everton 58 34/ + 23

APRES LE MATCH
Je ne suis abîmé les yeux à voir le match en streaming, les yeux et le cerveau avec les coupures intempestives pour de la pub !
Match minable de Man United, frileux, une équipe au jeu imbécile qui joue comme en 1940 avec des longs ballons devant, des ballons suicides, pour en récupérer un il faut d’abord avoir gagné au loto ! Qu-ai-je vu ? Une attaque (City) contre une défense (MU). Pas brillant.
L’équipe de Mourinho était composée pour ne pas perdre et non pour gagner, soit la contre culture de MU. Il a laissé Rooney sur le banc. Si ce n’est pas honteux ça.
Fellaini a démontré une nouvelle fois qu’il avait un football toujours aussi pauvre, limité. Du temps de Sir Ferguson, il aurait coupé les citrons à la mi-temps. Comme il ne sait pas jouer, il est violent. Il a encore frappé un joueur (Aguero), et a été expulsé à juste titre dix minutes avant la fin de la rencontre. Le MU de Mourinho est du niveau de Fellaini, c’est à dire nullissime.
En fin de partie, City a marqué un très beau but refusé parce que le buteur, le bien nommé Jesus, revenait d’un hors jeu de position au départ de l’action, ce qui était vrai et juste.
Donc MU a récolté ce que Mourinho était venu chercher: le nul.
Ce MU-là ressemble à Dijon l’extérieur.

AVANT LE MATCH
Dans la course pour l’Europe ce match est important mais il faut savoir aussi que si MU remporte l’Europa League, les Red Devils joueront la C1 2018 sans avoir besoin d’une bonne place en Premier League, ce qui pourrait servir les intérêts de City. Vous me suivez ?
City reçoit MU avec un seul point d’avance.
Jadis j’aurais dit: MU va gagner.
On est loin de cette époque.
L’opposition Guardiola/ City contre Mourinho/ United est de nouveau sur le tapis, le gazon devrais-je dire.
Avantage Guardiola.
Alors que Zlatan Ibrahimovic est indisponible jusqu’à la fin de saison, en raison de sa grave blessure au genou- des médias l’annoncent partant pour les Etats-Unis- on devrait voir le retour confirmé de Wayne Rooney mais rien n’est sûr car Mourinho a surtout mis Rooney sur le banc cette saison pour faire jouer son chouchou suédois. Cependant, à peine remis dans l’équipe, Rooney a déjà marqué lors du match précédant, avec une victoire au compteur.
Ce derby s’annonce très chaud, hyper show même.
Hélas ! il est diffusé sur SFR, la chaîne que personne n’a, ou presque.
Autour de moi, nul ne s’y est abonné alors qu’ils sont tous mordus de ballon rond.
Avec du culot, MU peut l’emporter mais ce groupe de Mourinho n’a pas la fierté que savait inculquer Ferguson à ses joueurs.

Messi veut Jorge Sampaoli comme coach du Barça

26.04.17 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

Tout le monde se demande en Espagne qui va entraîner le Barça la saison prochaine. C’est maintenant qu’il faut décider car la saison à venir est déjà commencée en coulisses. Et dire “maintenant” c’est déjà peut-être trop tard. Les meilleurs coachs sont déjà en place. On ne peut assister qu’au manège des chaises musicales.
Jorge Sampaoli est le mieux placé pour remplacer Luis Henrique à Barcelone.
On sait l’importance de Messi et ce dernier- premier devrait-on dire…- souhaite la venue de Jorge Sampaoli en attendant Xavi, l’ami appelé à devenir coach du Barça, tôt ou tard.
L’entraîneur argentin s’est fait une renommée en AmSud avant de rejoindre Séville FC en juin 2016 où il aurait été aimé la présence de Ben Arfa mais l’ex Aiglon a signé à Paris qui lui faisait une cours assidue. Hélas! la situation a vite changé en raison de la nomination d’Emery le coach historique de la raclée 6-1 encaissé en 1/8e retour de la C1 2017 après le 4-0 à l’aller. L’accident ce fut à l’aller ou au retour ? A vous de voir, moi c’est tout vu !
8e de finaliste du Mondial 2014 avec le Chili (battu aux tirs au but par le Brésil), après avoir éliminé l’Espagne tenante du titre, Sampaoli, 56 ans, a remporté la Copa America 2015.
En Andalousie, il a remplacé… Emery.
Le Séville FC est 4e en Liga, avec trois points de retard sur l’Atlético de Madrid mais avec un match en moins. Le fut 8e de finaliste en Ligue des champions contre Leicester.

:: Page suivante >>

Le blog de Bernard Morlino

| Suivante >

Avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

powered by b2evolution free blog software