Mort du féérique gaucher Roger Piantoni (1931-2018) à la fois stratège et buteur redoutable

26.05.18 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Roger Piantoni en compagnie de Pierre Cangioni

Il était né le 26 décembre 1931,un cadeau de Noël pour ses parents.

Parcours
1950-1964 Nancy
1964-1965 OGC Nice
1950-1966 Total 495 matchs (265 buts)

En Équipe de France
37 sélections,18 buts (1952 et 1961
3e à la Coupe du monde 1958

Palmarès
Stade de Reims
Champion de France 1958, 1960 et 1962
Coupe de France 1958
Challenge des Champions: 1958 et 1960
Coupe Mohamed V 1962
Finaliste de la Coupe d’Europe des Clubs Champions 1959

OGC Nice
Champion de DII 1965

Deux fois meilleur buteur du championnat de France 1951 (28 buts) avec le FC Nancy, et 1961 (28 buts) avec le Stade de Reims, Roger Piantoni était un buteur-passeur ou passeur-buteur.
A dix ans d’intervalle, il a marqué son temps. Comme Gino Bartali, en cyclisme,
Avec Kopa et Fontaine, il a formé un trio d’anthologie à Reims et en équipe de France.
Jamais la France n’avait autant brillé.
Il était leader sur le terrain, comme Kopa mais pas dans le vestiaire des Bleus où il laissait la place à Kopa. Cependant les jeunes regardaient aussi Piantoni comme un chef à l’égal de Kopa. Kopa se comportait en Empereur. Piantoni acceptait de n’être qu’un maréchal d’empire. Il fut Kopa ce que Giresse était à Platini. Un complément indispensable au bon rendement de l’équipe.
Il avait la grande classe: élégant et efficace. Sur et hors du terrain.
Pionnier du football d’après-guerre.
Au micro, il ne disait pas d’ânerie, avec Michel Drucker.
A l’OGCNice, il a fini sa carrière avec une remontée en DI, avec entre autres excellents partenaires Maurice Serrus et Bruno Rodzik (1935-1998).
Le football est un art éphémère comme le théâtre et la danse.
Ceux qui ne l’ont pas vu à l’œuvre ne peuvent pas prendre la mesure de son talent.
Roger Piantoni avait le regard périphérique et une très belle frappe de balle. Un footballeur de renommée mondiale.
Un joueur complet. Inoubliable.
Le football lui doit beaucoup.
Un artiste vient de s’en aller.
Son pied gaucher valait celui de Ferenc Puskas.
Il aurait aussi mérité de jouer à l’étranger, comme Kopa.
Roger Piantoni a été célèbre dès les cadets de Lorraine dont il était le héros précoce. Porté en triomphe par ses camarades.
Sa famille d’origine italienne s’était installée en Lorraine comme beaucoup d’autres dans le Midi.
Sa voix était d’une douceur impressionnante, chantante.
C’est lui qui a alerté le premier du talent de Platini.
On le savait souffrant.
Il reste dans l’Histoire, ou alors la postérité est une ingrate.
C’est une référence. La France a perdu un de ses grands fils.

La love story Zidane-Real Madrid: 17 ans de bonheur

25.05.18 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

Samedi 26 mai 2018
Finale de la Champions League
Real Madrid - Liverpool

Zinedine Zidane est au Real Madrid depuis 2001.
Il connaît du club, du sol au plafond.
Si Liverpool parvient à faire tomber le monument cela serait un immense exploit.
Il est impensable d’envisager Ramos et CR7 sortir du terrain avec la médaille des perdants.
Salah est à craindre car il est euphorique.
Est-ce que les Reds peuvent emballer le match et le dominer ?
J’en doute.
Le milieu de terrain de la Maison Blanche a du répondant.
CR7 adore les finales.

Ceci n'est pas une critique. Les tops (Brel-Liardon, Giono-Desvaux, Ogawa-Makino Fayolle, May-Bataille, Stanis Perez, Devigne, Chéreau-Centès) et les flops

25.05.18 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME

A la manière de René Magritte.

On ne peut doit pas s’en dispenser:

Voir un ami voler, Jean Liardon & Arnaud Bédat. Plon, 290 p., 17, 90 €.
Témoignage d’un grand ami de Brel. Un aviateur jusqu’ici inconnu des radars.

L’homme qui plantait des arbres, Jean Giono. Dessin Olivier Desvaux. Gallimard jeunesse, 70 p., 6,90 €.
Bête comme chou mais vivifiant. Avec Colette et Pagnol, Giono est un écrivain qui aime la vie.

Instantanés d’ambres, Yôko Ogawa Traduit du japonais par Rose-Marie Makino Fayolle. Actes-Sud, 304 p., 22, 50 €.
Une mère demande à ses enfants de changer de prénom. L’art de la métaphore.

Je te protègerai, Peter May. Traduit de l’anglais par Ariane Bataille. Rouergue ? 410 p., 23 €.
Une femme, qui croit perdre son mari dans un adultère, le perd pour toujours. Polar très noir.

Histoire des médecins, Stanis Perez. Perrin, 576 p., 11 €.
L’évolution de la médecine depuis la nuit des temps. Cela donne froid dans le dos. On est content de vivre de nos jours.

L’école des années noires 1938-1948, Matthieu Devigne. PUF, 334p., 23 €.
Le fiel distillé par Vichy. Poison mortel.

Journal de travail. Années de jeunesse. Tome 1. 1963-1968. Présenté par Julien Centès. Préface Ariane Mouchkine. Postface Pablo Cisneros.
Les notes du meilleur metteur en scène de la fin du XXe siècle, avec Antoine Vitez. Des écrivains de l’espace.

On peut s’en dispenser :

Le miracle Spinoza, Frédéric Lenoir. Fayard, 224 p., 19 €.
Bouquin pour ceux qui pensent que Goya est une chanteuse.

Notre vie dans les forêts, Marie Darrieussecq. POL, 188 p., 16 €.
Lizez plutôt «Walden ou La vie dans les bois» du magistral Henry David Thoreau. L’original vaut mieux que le duplicata.

Le chant du monde est là, René Lenoir. Albin Michel, 137 p., 12 €.
Salmigondis sur les mystères de l’existence.

Les leçons du pouvoir, François Hollande. Stock, 288 p., 22 €.
Celui qui a été élu parce que DSK est tombé plus bas que terre estime qu’Emmanuel Macron est président par hasard.

J’ai perdu Albert, Didier Van Cauwelaert. Albin Michel, 224p p., 19 €.
Une spiritualité très Madame Irma 3615.

Journal inédit (1937-1950), Alain. Les Equateurs, 832 p., 32 €.
Le professeur était un antisémite camouflé.

Cristiano Ronaldo fracasse Neymar

25.05.18 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

C. Ronaldo est sans pitié.
Neymar au Real Madrid ?
Mais cela fait 8 ans qu’on lui met 50 noms dans la vue et qu’il est toujours là !

Lea Occhi, DJ Set révélation

25.05.18 | par morlino | Catégories: GRANDE DAME, HENDRIXEMENT

“La vie sans musique est tout simplement une erreur” (Nietzsche)

La techno comme le reste a ses vrais artistes.
En voici, une.

Interview
Comment tu en es venue à la musique ?
Je suis intriguée par la musique électronique depuis mon adolescence. Grâce notamment à mon oncle allemand qui nous faisait écouter ses disques Techno avant le diner de Noël. Puis il y a eu ce concert de Paul Kalkbrenner, mon premier au Zénith. Sans commentaire. Enfin, un week-end à Berlin et mon coup de foudre pour mon homme allemand n’ont fait que confirmer cette fascination effrénée pour la capitale allemande et son état d’esprit. M’orienter vers la musique techno est donc arrivée comme une évidence.

Pourquoi ce nom de scène là ?
Occhi signifie les yeux en Italien. C’est une amie qui m’a proposé ce nom entre le plat et le dessert. Ahah discussion totalement informelle mais au final le nom est resté !

Ta musique d’ailleurs, en trois mots ?
Puissante, rythmée et mentale !

LIRE la suite sur : http://heeboo.fr/mixtape-39-lea-occhi-rituels/

:: Page suivante >>

Le blog de Bernard Morlino

| Suivante >

Mai 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

powered by b2evolution free blog software