Mot(s) clef: Hidalgo - Brel

04.09.13

Permalien 16:38:08, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

A la recherche de l'inoubliable Jacques Brel, par Fred Hidalgo (L'Archipel)

Jacques Brel reste notre indispensable ami. Il est plus vivant que nombre de gloires qui clament des stupidités inaudibles. Brel, lui, mettait sa peau dans ses chansons.

Un livre sur Jacques Brel c’est un événement tant sa présence nous manque. Sa voix on peut l’entendre sur disque, CD. Sa présence est aussi dans des films. Nous sommes simplement tristes qu’il ne vive plus dans les Marquises qu’il aimait tant. L’homme est inoubliable. Il reste le plus grand parolier en langue française du XXe siècle, avec Brassens, Trenet, Ferré, Ferrat et Aznavour. On peut y rajouter Nougaro, Moustaki, Barbara, Béart et Souchon, et puis c’est tout. Les autres sont à l’étage inférieur, voire au sous-sol.
Jacques Brel a dit : «Sans Trenet nous serions tous des experts comptables ». Et sans Brel, on n’aurait jamais vu un interprète se mettre à nu comme lui. A la différence de nombre de faiseurs qui composent des chansonnettes pour faire du fric avec des formules cent fois entendues sur l’amour, genre il faut s’aimer et pas faire la guerre, à mort le racisme. Brel lui était un vrai poète qui a brûlé sa vie sur les planches. Quand on donne tant, on ne devient pas vieux. Il n’y a qu’Aznavour qui parvient à éviter les morsures de la Camarde.
Le livre nous met en présence du cœur de l’œuvre et de l’homme, capable de vivre comme un clochard céleste dans un avion après avoir vu son nom en grand sur la façade des plus belles salles de music hall.
Quand, il estima avoir tout dit, Brel referma le rideau pour toujours. On a encore à l’esprit son déchirant adieu sur la scène de l’Olympia, en peignoir blanc. Il nous a salués pour ne plus jamais revenir sur sa décision. Que d’argent gagné en moins ! Seul un géant pour partir en pleine gloire. Ensuite, il est parti, choisissant la vie au détriment de la gloire. Hélas ! la maladie est venue anéantir l’immense artiste que l’on a aimé de son vivant, ce qui nous console un peu de sa perte. La mort a trop bon goût, elle nous prive sans cesse de voir les amis qui nous amélioraient.
Le livre est à la hauteur de la carrière de Jacques Brel. Le chanteur est remarquablement mis à l’honneur par Fred Hidalgo qui nous livre un grand exercice d’admiration.

-Jacques Brel
L’aventure commence à l’aurore

De Fred Hidalgo
L’Archipel, 380 p., 21 €

Juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software