Catégorie: LA REVUE DE STRESS

02.04.20

Permalink 17:29:50, Catégories: GRAND MONSIEUR, LA REVUE DE STRESS  

Avec 47 ans d'avance: Les Chinois à Paris (1974) du génial Jean Yanne

Tout est dit !

Morgue des dirigeants qui ne sont que des produits de la communication.

La caméra de Jean Yanne est impitoyable.

Jean Yanne était un génie. Doué pour tout.

Intelligent, un humour ravageur.

Sketchs, télé, radio, comédien, cinéaste. Que ne savait-il pas faire ?

Mille fois plus captivant que n’importe quel intellectuel abject à force d’être abscons.

Chef rebelle des rebelles.

Il a embelli mon enfance, ma jeunesse.

Il m’a appris à regarder, à mordre l’imbécilité ambiante.

Il ne faisait pas qu’aboyer. Il créait.

Je n’ai pas attendu sa mort pour l’aimer.

PS: 47 ans d’avance car il a écrit cette histoire en 1973 avec Gérard Sire et Robert Beauvais.

31.03.20

Permalink 10:17:29, Catégories: LA REVUE DE STRESS  

15 février 2020: Mon hommage à l'Hopital Public

Archives de la mi février 2020: A Limoges, peu de monde dans la rue. Faut-il que les médecins “cassent du flic” pour qu’ils fassent la une, en boucle ?

Mon témoignage:

Intégrale Week-end, CNews avec Julien Pasquet et Sophia Rousseau, samedi 15 février 2020:
Merci Bernard ! de la 17e minute à la 26e minute:

https://www.cnews.fr/emission/2020-02-15/integrale-week-end-2e-partie-du-15022020-927575

20.03.20

Permalink 10:47:45, Catégories: LA REVUE DE STRESS  

Covid 19. Foule dans les magasins ? Et la circulation alternée !

Mon ami Guy Béart n’était pas tendance dans les années où il fallait être de gauche parce qu’il était apprécié par Georges Pompidou, fin lettré. Au même moment, Guy Béart était un intime de Georges Brassens qui l’aimait beaucoup.

On entend ici et là que les affamés bien nourris se ruent dans les grandes surfaces.
Cela serait facile d’instaurer la circulation alternée: un jour, voitures qui se finissent par un numéro pair, le suivant par un numéro impair. Ainsi de suite.
On apprend que les masques ont été vendus par l’Etat en 2010/2011.
Pas brillant pour ceux qui gouvernaient alors, suivez mon regard…
Et pas brillant pour les autres qui ont suivi.
Hier, on faisait la sourde oreille devant les demandes du corps médical du service public.
Aujourd’hui, les malades potentiels claquent des dents.
La veille on nous dit d’aller voter.
Le lendemain: quoi! vous allez prendre l’air ! Bande d’inconscients !
L’Etat nous dit: prenez le métro, allez travailler, et puis: restez chez vous !
Tout l’ensemble est du Ionesco, Molière, Kafka et Giono.
Il suffit d’un virus pour mettre le monde à terre.
“L’homme est une statue de sable fragile au bord de la mer", a dit Michel Foucault qui savait de quoi il parlait.
Une phrase parmi d’autres: “Les mariages, baptêmes sont interdits. Seuls les enterrements sont autorisés".
Pire encore: “Faute de places, on va devoir choisir qui doit mourir…”
Au suivant! Au suivant ! chantait Jacques Brel.

18.03.20

Covid 19 ou le mensonge des politiques face à la réalité d'une épidémie

Jean Giono, né le 30 mars 1895 à Manosque et mort le 9 octobre 1970, à Manosque aussi. Il a été jeté deux fois en prison parce qu’il était pacifiste. La seconde fois, la milice littéraire l’a même accusé de collaboration, ce qui est une infâmie. Jean Giono, italien d’origine piémontaise par son père cordonnier, est l’honneur des lettres françaises. Un homme qui savait dire non quand tout le monde disait oui.

Les politiciens sont tous des communicants.
Ils mentent comme ils respirent car ils n’ont qu’un but: garder son poste avec tous les avantages.
Tous n’ont pas la même carrure.
Il y a Abraham Lincoln, Mandela et puis les autres.
De Gaulle avait le génie de la communication.
Hitler lui a inventé la communication de masse. Ce fut le premier politicien a être filmé en permanence, à choisir ses images de propagande.
Les discours du chancelier Hitler sont des numéros d’orateur, version dictateur qui tire le peuple vers le bas, au niveau de ses pires instincts.
De Gaulle c’est le contraire. Il a relevé son pays.
Aujourd’hui, nous sommes dans le bas de gamme.
Certes pas dans la négation de l’homme comme Hitler mais ce n’est pas brillant.
Qui peut se réjouir de voir tous ces voleurs d’argent public ?
Qui peut se louer de voir un président sur un scooter ?
En mars 2020, on a vu l’actuel pt français prononcer six fois le mois guerre dans un épisode de virus.
Là on mesure vraiment qu’il n’a pas connu une vraie guerre, sauf au cinéma.
On ne sait pas ce que l’on vit: est-on dans du Ionesco ?
“Le choléra c’est la nature qui règle ses comptes au crayon rouge” a écrit Giono, ce grand vivant. Avec Colette, il est l’un des rares écrivains à fêter la vie quand 99 % des écrivains passent à côté d’elle.
La population ne tombe pas comme des mouches.
Combien y a-t-il de morts chaque jour en France ?
Combien de morts en Janvier-Février 2019 et 2020 ?
Toutes les deux secondes quelqu’un meurt dans le monde.
172 800 morts par jour sur la planète.
La riposte: 380 000 naissances !
606 000 morts par an, sur le sol français. Coronavirus ou pas.
C’est chacun son tour. On vient, on part. Ils voudraient en plus connaître l’heure !
Jadis, on nous laissait mourir.
Aujourd’hui, on veut tuer la mort.
Une illusion de plus.
Les politiciens qui mentent comme ils respirent ne savent pas comment faire face à la réalité d’une épidémie. Ils s’en remettent aux médecins mais à la fin ils ont le “final cut". C’est là où les atermoiements arrivent car chassez le naturel, il revient au galop.
Face à une pandémie on ne peut pas sortir un plan com. !
Entendre une ex ministre de la santé, recyclée candidate à la marie de Paris parce qu’un membre - c’est le cas de le dire- de sa “famille” politique est un adepte des sextapes, dire qu’elle savait tout ce qui allait se passer au niveau du Coronavirus, n’arrange pas la renommée des politiques. Si elle ne doutait que les élections municipales allaient être reportées pour alors se présenter ? Ses larmes au moment de la passation de pouvoir racontaient-elles son désarroi ? A mes yeux, il s’agissait d’une émotion liée à une page qui se tourne. A la tristesse de quitter une fonction qui lui plaisait.
Le premier ministre a parlé ensuite pour dire que les Français le jour du vote étaient eux-mêmes sans crainte puisqu’ils sont allés dans les parcs prendre le soleil. Dans l’administration, il n’y a jamais de responsable. C’est fait exprès. C’est toujours la faute à l’autre, à l’invisible, à l’hydre administrative.
Souvenez-vous du sang contaminé.
Hier, il y avait trop de vaccin. Aujourd’hui, pas assez de masques.
On peut d’ores et déjà convenir que le changement de ministre de la santé en pleine crise est une grave faute politique.
Gouverner c’est prévoir. On ne peut s’inventer chef d’Etat comme on gagne Secret Story !
Le pt a parlé de guerre mais où sont les armes pour sa guerre: masques, gants, gels ?
La France sous Coronavirus nous fait entrevoir celle de 1940 et plus.
On mesure les délations d’autrefois. Les ravages du marché noir.
Les excès de zèle de certains dépositaires de l’autorité.
Une évidence: quand le Coronavirus s’éloignera, s’exprimera en France, à Paris, la liesse populaire, sur les Champs-Elysées. Comme à la Libération.

16.03.20

Permalink 00:38:55, Catégories: LA REVUE DE STRESS  

Les cafés pas indispensables ?

Superbe chanson chantée par Patachou. Paroles: André Hardellet. Musique: de mon ami Guy Béart

Le gouvernement prétend que les cafés ne sont pas des lieux indispensables, pas nécessaires.
C’est bien mal connaître son peuple.
Les cafés sont des lieux où suinte le “fantastique social” a dit Pierre Mac Orlan. Cette remarque fulgurante est souvent attribuée à tort à Léon-Paul Fargue, autre merveilleux clients de bistrots.
Les cafés, estaminets, bouges, et rades permettent de se rencontrer.
Jadis il y avait les salons littéraires, puis les cafés ont pris le relais.
Sans bar, la vie est morte comme les villages sans café.
Le café c’est comme un phare sur la digue de notre solitude.
Le matin, le maçon prend son café-calva.
J’ai connu des piliers de bars. Des gens forts sympathiques.
Les pouvoirs publics sont représentés par des ignorants qui n’ont jamais entendu Léo Ferré chanter: “Richard, le dernier, pour la route…” Et Blondin, l’ont-ils lu ? Blondin qui m’a dit à l’inauguration de la Place Marcel Aymé, devant le domicile du créateur de Passe-Muraille : “Venez on va lever le coude avec Michel Déon”. Ce qui fut fait. Et connaissent-ils la sentence de George Best: “En Californie, il y avait tant de bars entre moi et la mer que je n’ai jamais vu la plage".
On peut aimer les cafés pour n’y boire que des sodas ou autres “Pam-Pam” qui n’existent plus que dans mon imagination agrippée aux années 1950-1970 comme le futur noyé à un vieux bout de bois qui ne flottera plus très longtemps.
Demain, la France sans café sera un pays mort.
Et les politiques vont encore éructer quelques décrets ubuesques.
Vivre tue. Le savent-ils ?
Mourir c’est déjà triste mais mourir en quarantaine c’est pire !
Dans les cafés, il y a des gens qui travaillent. Dire qu’ils ne sont pas indispensables, pas nécessaires cela fait écho à la phrase de l’actuel locataire de l’Elysée qui a dit: “Dans les gares on croise des gens qui ne sont rien…”

[Post dédié à Molière, Jules Romains, Camus, Giono, Ionesco qui ont tous écrit de manière sublime sur la médecine, la contagion de masse]

:: Page suivante >>

Avril 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software