Catégorie: PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN

14.12.19

Permalink 16:06:56, Catégories: GRAND MONSIEUR, PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN  

King Peter Snell (1938-2019), l'as du 800 m et 1500 m

La victoire sur 800 m du Néo-Zélandais Peter Snell aux J.O. Rome 1960. Le 800 m et le 1500 m sont des courses mythique: il faut à la fois aller vite et s’économiser !

L’immense athlète est mort jeudi 12 décembre 2019.
Il devrait venir à Monaco le 22 novembre mais son cœur à lâché puis s’est remis à remarcher, hélas! pas longtemps.
Il voulait venir à Monaco au Gala de la Fédération Internationale d’athlétisme pour y voir tous ses confrères en exploit.
Ce sportif dans l’âme est mort après une partie de ping-pong en attendant le retour de sa femme qui était partie faire les … courses !
Sacré Peter Snell. Comme on dit à Nice, pour faire des hommes de son rang, on ne peut plus: le moule est cassé !
Il a illuminé ma jeunesse. Sur l’écran, il s’imposait dans une image noir et blanc, toute tremblotante. Comme nous aujourd’hui.
Des hommes de cette trempe ne devraient jamais mourir.
Pour moi, il court encore, et courra jusqu’à mon dernier souffle.
Lors des entraînements, il avalait 160 km par semaine !
“Courir me brûle les jambes et l’âme” disait-il.
Il ne prenait jamais le bus, et ne se servait que de ses jambes pour faire des économies !
A sa retraite sportive, il devint chercher en sciences médicales.
La planète vient de perdre l’un des plus beaux habitants.

Palmarès aux Jeux olympiques d’été:

1960 à Rome:
Médaille d’or sur 800 m

1964 à Tokyo:
Médaille d’or sur 800 m
Médaille d’or sur 1 500 m

Records du monde:
800 m : 1 min 44 s 3 le 3 février 1962
880 yards : 1 min 45 s 1 le 3 février 1962
1 000 m : 2 min 16 s 6 le 12 novembre 1964
mile : 3 min 54 s 4 le 27 janvier 1962 puis 3 min 54 s 1 en 17 novembre 1964
relais 4 × 1 mile en 16 min 23 s 8 avec Gary Philpott, Murray Halberg et Barry Magee en 1961

Nota Bene: 800 m : 1 min 44 s 3 le 3 février 1962. Ce record est toujours dans son pays natal où jamais personne n’a fait mieux depuis 57 ans !

12.06.19

1919. L'année du centenaire de la naissance de Fausto Coppi

Fausto Coppi, né le 15 septembre 1919 à Castellania dans le Piémont, est mort le 2 janvier 1960 parce qu’il a été mal soigné pour une variante de la malaria non détectée par les médecins italiens qui n’ont pas voulu changer leur protocole alors que Raphaël Geminiani souffrant du même mal allait être sauvé.
La mort de Coppi fut une perte énorme pour le sport et sa famille.
Fausto Coppi ? Champion considérable traqué par la presse parce qu’i voulait divorcer.
Coppi avait un talent fou. Il se préparait comme personne, avec une diététique irréprochable plus des prises de “bomba” (amphétamines).
A l’époque aucun juge des rédacteurs le blâmaient.
Autre temps, autres mœurs.
Rien à voir avec l’apologie du dopage. Un âne n’a jamais fait un pur sang.
Faut pas confondre Coppi avec un délinquant de la route plein de coke, shit ou anti-dépresseur.
Ni même avec Tom Simpson. Coppi savait très bien ce qu’il faisait. Et puis, prendre un sucre, n’est-ce pas déjà se doper ?
En 1998, on a vu le Brésilien Ronaldo allait à l’hôpital juste avant la finale de la Coupe du Monde. On est allé jusqu’à dire qu’il avait trop joué à la vidéo !
Si le sport est devenu si important, c’est grâce à Coppi.
A Bartali, à Bobet, à Robic, à Kübler, à Koblet, Anquetil, à Darrigade…
A Cerdan, à Kopa, à Clay, à Jim Clarke, à Jazy, à Mimoun…
Il y en a ceux qui se servent du sport et d’autres qui servent le sport.

[Post dédié à Raphaël Geminiani et André Darrigade]

15.08.17

Mélange d'Anquetil, Errol Flynn et Brassens, Pierre-Ambroise Bosse ringardise Griezmann, Pogba, Tsonga, Monfils et Gasquet

Mettons dans la lumière ceux qui vraiment le mérite, faut pas iconer !
Dans la vidéo, à partir d’1 mn 16, Bosse fait son show.
C’était bien avant sa titre de champion du monde sur 800 m.
Bosse est spontané, amusant et intelligent
Son naturel tranche avec les sportifs français marionnettes des agents, des agences de com. et des sponsors.
Les publicistes, publicitaires de France et de Navarre sont-ils aveugles ?
Qu’attendent-ils pour mettre Bosse au cœur des pubs ? (1)
Avec lui, on sera sûr que les lames de rasoir coupent vraiment bien, que l’heure affichée à la montre est vraiment la bonne et que la barre de chocolat n’est pas avariée.
Griezmann, Pogba, Tsonga et Monfils sont plus présents dans les pubs que dans leur sport à l’inverse de Christophe Lemaître, lui, très grand champion et très bel athlète mais écarté par les communicants parce qu’il a un léger zozotement. Un vrai ostracisme quand on pense à la comédienne Isabelle Mergault qui a fait carrière sur son défaut de prononciation.
Bosse a le regard plein de Malice d’Anquetil.
La fine moustache de Don Juan, à la Errol Flynn.
Et l’humour ravageur de Brassens dont il connaît des chansons par cœur.
Là on tient un vrai champion.
Un champion qui gagne pas un faux champion qui perd toujours en finale.
“Quand j’étais en tête du 800 m à Londres, je me suis dit: tu es en tête et tu vas le rester…”
Ce qui s’appelle avoir du mental.
“Moi je suis humain, les autres sont des chiens enragés” s’amuse-t-il souvent à dire de ses rivaux quand ils le devancent…
Souhaitons que personne ne fasse perdre son naturel à la nouvelle icône du sport français.
“Votre fils peut-il changer avec son statut de champion du monde?” a-t-on demandé à sa mère qui a répondu: “Non, il est très intelligent…” Cela crève l’écran.
(1) Il y a aussi le champion des champions, Kévin Mayer, le décathlonien qui règne sur tant de disciplines à la fois. Les pubards vont au plus facile: le footballeur, le rugby ou le tennis. L’Athlétisme est fantastique. Elle nous a donné des champions merveilleux: là je parle au niveau mondial.

10.08.17

Permalink 08:19:34, Catégories: GRAND MONSIEUR, PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN  

La fraîcheur Pierre-Ambroise Bosse, champion du monde 2017 du 800 m

Humeur, intelligence, simplicité. Bosse tranche avec les starlettes des pages sportives. Il a dans l’œil quelque chose de Jacques Anquetil.

A l’heure où l’on nous bassine avec un produit marketing (Neymar) qui est fêté sans avoir rien gagné à Paris, il est salutaire de voir que Pierre-Amboise Bosse représente le sport tel qu’on l’aime.
J’ai connu Séra Martin ancien grand athlète sur 800 m.
Plusieurs fois j’ai parlé avec lui du 800 m, terrible épreuve, avec deux tours du stade et sprint final.
Bosse a le même physique longiligne qu’avait aussi Séra Martin, l’un de nos plus grands athlète totalement oublié.
La fraîcheur de Bosse fait plaisir à voir et elle contraste avec le bling bling de Neymar qui incarne tout ce que je déteste. Les médias qui ont craché sur Sarkozy et le Fouquet’s, sur Macron et Le Select sont à genoux devant celui qui incarne l’argent du Qatar et absolument rien d’autres.
Preuve une nouvelle fois que notre pays n’est pas sportif. Le Parisien a enchaîné les Unes sur Neymar le fêtard de Saint-Trop’ et il a octroyé un petit coin de Une à Bosse avec ce titre le 9 août: “Bosse, inattendu champion du monde français". Bosse qualifié en finale, avec le mot FRANCE sur le poitrail est considéré comme un invité surprise ! Il avait toutes ses chances comme les autres. Sa remontée fut sublime. Voilà un grand moment de sport qui n’a rien à voir avec Neymar, Gasquet, Griezmann, Pogba, Payet, Tsonga, Monfils… Ils ont tellement peur ne pas vendre leur salade qu’ils ne prennent pas le risque de mettre en Une un inconnu, fût-il champion du monde. Imaginez un instant Ben Arfa à Saint-Tropez: on dirait que c’est un profiteur, un noceur, un fainéant, un qui-donne-le-mauvais-exemple-aux-d’jeunes… Pour Neymar, quelle complaisance ! Cela ne présage rien de bon. Le football se vengera.

09.08.17

Permalink 06:37:37, Catégories: GRANDE DAME, PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN  

Betty Cuthbert (1938-2017) est l'unique sprinteuse médaille d'or sur 100, 200 et 400 m

Elle régnait sur ses distances fétiches. Voici pour ne parler que des J.O. son palmarès olympiques:

Jeux olympiques 1956, Melbourne
Médaille d’or 100 m
Médaille d’or 200 m
Médaille d’or 4 × 100 m

Jeux olympiques 1964, Tokyo
Médaille d’or sur 400 m

A 18 ans, l’Australienne Betty Cuthbert remporta trois titres olympiques sur le sprint. Elle fut la jeune Reine des J.O. de Melbourne, sans doute les plus beaux jeux, ceux d’avant la tornade médiatique qui mis fin à la grandeur du sport amateur dépendant des sponsors et du pouvoir télé.
Aux Jeux olympiques 1960, blessée, elle fut éliminée en série du 100 m. Ces jeux romains furent ceux de l’Américaine Wilma Rudolph qui fit le même triplé qu’elle: 100 m, 200 m et 4 × 100 m.
Déçue, Cuthbert annonça sa retraite avant de revenir sur sa décision car elle n’avait que 22 ans.
En 1964, elle s’aligne sur la 3e distance du sprint et remporte le 400 m !
Personne au monde, avant elle et après elle n’a réussi a remporté tous les sprints: 100, 200 et 400 m. Personne cela veut dire pas un seul homme, pas une seule femme, à part elle.
La très grande championne est morte après des années de lutte contre la sclérose en plaques qui l’a clouée sur un fauteuil roulant depuis des décennies.

[Post dédié à Pierre-Ambroise Bosse, champion du monde 2017 du 800 m]

:: Page suivante >>

Janvier 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software