Catégorie: HENDRIXEMENT

29.12.20

Permalink 16:29:16, Catégories: GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

A lire: Jimi Hendrix variations, Jeanne-Martine Vacher (Le mot et le reste)

Si vous n’avez jamais rien lu sur Jimi Hendrix saisissez l’occasion d’en apprendre beaucoup avec le livre de Jeanne-Martine Vacher qui nous permet de nous replonger dans le fleuve Hendrix, torrent le plus souvent.
Il est le plus grand guitariste de la seconde partie du XXe siècle.
Certes, il y en a beaucoup mais sa musique se reconnait en une seule note comme celle de Django Reinhardt qui lui est le meilleur mais dans la première moitié du XXe siècle.
Ils avaient une particularité chacun: Reinhardt n’avait pas tous ses doigts, et Hendrix était un gaucher qui jouait avec des guitares de droitier.
La musique de Jimi Hendrix a été composée quand les jeunes pensaient à un avenir de paix totale sans tomber dans le bonheurisme débile que nous vend des marchands de soupe qui disent vivre au Népal alors qu’ils couchent dans les médias occidentaux.
Le son psychédélique semble inécoutable mais ce n’est pas n’importe quoi. Pas besoin d’avoir trois joints dans le cerveau pour l’apprécier. Hendrix s’est défoncé pour nous. Notre génération a trinqué avec la dope.
Hendrix avait tout: une voix, un son, un look.
Il aurait eu 78 ans en 2020, s’il était parmi nous.
Il est présent dans le livre où des extraits d’interviews alternent avec le récit.
Quinze chapitres écrits sur un rythme très Hendrix. C’est plein de vie. Vif, tonique.

-Jimi Hendrix variations, Jeanne-Martine Vacher. Le mot et le reste, 175 p., 17 €

22.12.20

Permalink 14:18:27, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

A lire: Brassens. Auprès de ses arbres, de Jean-Claude Lamy (L'Archipel)

Superbe documentaire, à voir et revoir. Des images tournées par le maître de la chanson française, avec Trenet.

Souvent imité de manière abjecte, Georges Brassens est inégalable.
Talent, sincérité, intelligence et humilité.
Un chevalier du Moyen Age égaré dans le show-biz.
Il travaillait avec acharnement sans que la besogne ne se voit, à la différence des truqueurs qui font des chansonnettes pour les vendre avec le nom qu’ils se sont déjà faits.
Brassens fut aussi un as de l’amitié. La référence reste René Fallet.
Sur scène c’était Pierre Nicolas, le complice contrebassiste qui avalait le trac du patron pour le mettre en bonnes conditions.
L’album que nous présente Jean-Claude Lamy est une merveille. Un hymne à l’amourtié.
Brassens n’a jamais été un produit du spectacle.
Il a chanté parce qu’il avait quelque chose à écrire et à chanter.
Question de vie ou de mort.
Une urgence.
Crée ou crève.
Il aurait pu ne chanter que pour une poignée de copains. Pour les fidèles de Sète, pour Raymond Devos et Louis Nucéra, pour Marcel Amont. Pour les femmes de sa vie. Des amis solides comme des arbres centenaires. Les brindilles, il leur marchait dessus.
La vie est fait de telle manière qu’il fallait monter sur scène. Un supplice à cause du côté m’as-t-vu qu’il détestait.
L’homme était tellement un coeur pur que le public ne lui renvoyait que de la sympathie, de l’affection, une admiration basée sur le respect. Alors, il accepta de se produire dans de grandes salles. Cela appartenait aux exigences de son métier.
Il aimait par-dessus tout suer sur ses textes pour trouver les bons mots, le bon rythme, la bonne note.
Brassens reste un très grand écrivain.
Immense poète. Pas besoin de l’Académie française pour des pointures de son style. Le quai Conti est un ramassis d’écrivassiers sauf quand il abrite Cocteau, Pagnol, Kessel et Druon. La coupole ne garantit heureusement pas la postérité.
J’aurais pu connaitre Brassens par l’intermédiaire de Mireille et de Louis Nucéra mais cela ne s’est pas fait naturellement. Jamais de la vie, je n’ai pu dire: “Je veux voir Brassens". Ce n’était pas un animal de foire.
Je le connais sans jamais lui avoir adressé la parole. C’est l’avantage avec les vrais de vrais.
Brassens est indémodable parce qu’il n’a jamais été à la mode. Lui était aimé.

-Brassens. Auprès de ses arbres, Jean-Claude Lamy. Préface de Clémentine Deroudille. L’Archipel, 140 p., 29, 95 €. Album avec un CD de chansons rares (La File indienne, Les Voisins, Le chapeau de Mireille et Altesse…) Collector.

02.12.20

Permalink 11:37:30, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

La majestueuse Joséphine Baker par Marie Canet (François Bourin)

Avant de combattre le racisme avec Martin Luther King, Joséphine Baker a révolutionné le music-hall. Le livre de Marie Canet remonte tout le fleuve de sa vie. A lire, à s’attarder dessus pour réfléchir.

Cette nouvelle collection permet de rendre hommage, de célébrer. En ce qui concerne Joséphine Baker (1906-1975), c’est facile. La grande dame est un monument mondial. Parfois dans le livre, l’auteur chipote sur l’engagement de l’artiste dans le combat racial. Il faut préciser que dans sa jeunesse, elle cherchait surtout à travailler sans se faire valoir par des prises de position comme le font actuellement les marionnettes du PAF, entre deux spots de pub cela leur donne bonne conscience. Tous les moyens sont bons pour payer moins d’impôts. Pour un Markus Rashford (Attaquant de Man United) et un Lewis Hamilton (King en F1)combien d’imposteurs qui prêtent leur nom sans même savoir pour quelle cause.
L’important dans le livre sur Joséphine Baker qui débuta dans le spectacle, qu’elle illuminait de sa beauté foudroyante non sans faire intervenir son humour, avec des mimiques clownesques qui ne sont pas habituelles chez les femmes aussi belles qu’elle, ce n’est pas de savoir si sa ceinture de bananes représentait une galerie de pénis mais plutôt de mettre en avant sa générosité sans faille. A Paris, elle fit sensation dans la Revue Nègre sans s’offusquer du mot nègre. A ce propos, il faut signaler que Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire adoraient ce mot puisqu’ils l’ont inventé ! Senghor disait que ceux qui méprisent ce mot sont racistes. Le mot en lui-même ne lui posait aucun problème.
Tous les grands personnages du XXe siècle ont connu Joséphine Baker, de Martin Luther King à Charles de Gaulle. Sa vie inspire le respect : artiste de music-hall- comme le fut Colette- elle devient une star mondiale. Américaine de naissance, elle devient française parce qu’elle se sent très bien en France qui en fait sa coqueluche. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle se sert de sa notoriété pour aider la Résistance et combattre le nazisme pour devenir une héroïne très appréciée par de Gaulle, le chef de la France Libre. La Paix revenue, elle décide de montrer que le monde idéal existe : elle adopte plusieurs enfants de pays du monde entier pour vivre dans une tour de Babel. Tantôt riche, tantôt endettée, elle met sa gloire au service des enfants. La grande humaniste a besoin de beaucoup d’argent pour faire vivre sa famille nombreuse. Brigitte Bardot lui vient en aide pour des appels aux dons. Rien ne fut épargner à Joséphine Baker qui comme Coluche ou l’Abbé Pierre avait le cœur sur la main.
Je peux témoigner sur Joséphine Baker que j’ai vue à Bobino lors des répétions en 1975. J’accompagnais le parolier Pascal Sevran et le musicien Pascal Auriat qui venaient lui présentaient des chansons, grâce à Jean-Claude Brialy qui obtint le rendez-vous. Je travaillais avec Sevran qui connaissait un grand succès avec la chanson Il venait d’avoir dix-huit ans chantée par Dalida qui me louait un studio chez elle. Je revois Joséphine Baker, lunettes épaisses et portant un turban, avec majesté. Elle était dans un superbe tailleur, toujours aussi belle. Elle portait des chaussures à talon haut. Une présence intense. Sa voix inoubliable, son corps d’une légèreté aérienne. Elle semblait survoler sur le plancher. Ils devaient se revoir autour d’un piano. Hélas ! la star s’est éteinte le 12 avril 1975 alors que son nom était écrit sur la façade de Bobino. Je suis le seul rescapé de cette réunion, au sommet du music-hall. Joséphine Baker reste l’une des plus merveilles ambassadrices de la France. Une très grande dame dans toute sa splendeur. La beauté de l’âme.

-Baker, Marie Canet. François Bourin/ Icônes, 102 p., 14 €.

19.09.20

Permalink 00:56:34, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Jimi Hendrix: 50e anniversaire de sa mort

Le document sur Arte. A voir et revoir. Sa mort à 27 ans l’a mythifié encore plus.

Depuis sa mort à Londres, le 18 septembre 1970, Jimi Hendrix n’a jamais été oublié.
Ses ayant-droits distillent des enregistrements quand bon leur semble: bingo à chaque fois.
Cette fois, voici celui sur l’île de Mauï, dans l’archipel d’Hawaï.
Arte diffuse aussi une émission sur lui, mort à 27 ans.
Il était né le 27 novembre 1942 à Seattle (États-Unis).
Le son de sa guitare est copié mais pas égalé. Ceux qui l’imitent se ridiculisent.
Le gaucher était l’as du larsen. Unique.
Il jouait avec une guitare de droitier.
Avait des poses évocatrices.
Jouait aussi avec les dents.
Brûler sa guitare sur scène qu’il détruisait avec rage.
Un showman. De la tête aux pieds.
Chapeau, chemise bariolée, tout impeccable.
Sa voix magnifique.

22.08.20

La samba du PSG peut-elle battre le Bayern très Wagner ?

Dimanche vers 23 h, le capitaine brésilien du PSG aura-t-il le sourire ou T. Silva sera-t-il en pleurs comme lors de la Coupe du monde 2014 de sinistre mémoire pour le Brésil ?

Dimanche 23 août 2020, 21 h
Finale de la C1 C-19
Paris/Qatar SG-Bayern Munich

Thomas Tuchel a bien fait évoluer le PSG avec la rigueur allemande mariée à la fantaisie brésilienne. Marquinhos incarne au mieux cette alliage. Il sait monter sur corner pour donner un coup de casque !
Unai Emery était trop laxiste avec les stars qui devenaient starlettes sous sa direction.
Pour la finale, Neymar va-t-il pouvoir afficher son football samba- avec la complicité de Leonardo, le directeur sportif- ou va-t-il se casser les dents sur la partition musicale wagnérienne du Bayern Munich qui connait la musique des finales. Les disputer, c’est bien; les gagner, c’est mieux. Le Bayern n’a pas fêté la qualification qui l’a envoyé disputer sa onzième finale alors que le PSG a célébré sa position de finaliste avec un déploiement de gaîté bien dans l’esprit du Brésil: fiesta à la moindre occasion et celle-ci est plus que cela puisque jamais Paris n’a atteint. Le Bayern sait qu’arriver en finale ce n’est que le début car le club en a perdu cinq sur dix. Il y a un club qui a fait pire: la Juventus Turin, neuf finales pour deux gagnées ! Alors, svp, un peu de respect: la C1 ne se gagne pas pas facilement, souvenous-nous que l’AC Milan a mené 3-0 pour finalement perdre aux tirs au but devant Liverpool. Même ouvrir le score en finale ne signifie rien.
Etes-vous plus proches de La chevauchée des Walkyries, cette puissante musique qui incarne la force, la vitalité, le romantisme échevelé, ou préférez-vous la samba ?
Evidemment, le programme brésilien séduit aussi les Allemands: soleil, plage et amour. Un slogan qui en dit long.
Depuis toujours on sait que le Brésil c’est le pays du football: le Brésil 1970 reste la plus belle équipe nationale de tous les temps.
Cependant, les Allemands ne forment pas qu’un rouleau compresseur. Ils savent jouer vite et bien. Là où le PSG couleur du Brésil fait vingt passes, ils n’en font que cinq pour arriver au but et marquer.
Le Bayern gaspille moins d’occasions, il joue avec plus d’assurance, plus de sécurité.
La force du PSG peut venir de la créativité de Neymar qui réalise des gestes inattendus, cependant il faut qu’il soit dans le bon tempo. Une talonnade ne se justifie que si elle est nécessaire et réalise. Quand il joue pour la galerie, il se perd dans sa partition pour qu’elle n’est heureusement pas écrite d’avance.
D’un côté le réalisme du Bayern qui est une sorte d’hydre: le but peut venir de tous les côtés. Côté PSG, on assiste enfin a un duo d’attaquants- aidé par Di Maria s’il est dans un grand jour- enfin épaulé par un milieu de travailleurs mais ces derniers ne sont pas constants.
La clef: maitriser Neymar- sans provoquer de penaltys ou de coups francs bien placés- pour rendre inutile Mbappé.
Paris est outsider parce que son football ne fait pas entrevoir une ère PSG comme celles de l’Ajax, de l’AC Milan, du Barça. Les joueurs du PSG ont su profiter de leur tableau plus facile que celui du Bayern. Le physique va peser sur la rencontre. On sait que de côté-là, les Allemands ne craignent personne.

:: Page suivante >>

Janvier 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software