Catégorie: GOOOOL DO BRASIL !

02.01.21

Permalink 17:24:27, Catégories: ANTI-FOOTBALL, GOOOOL DO BRASIL !  

Neymar est un industriel du football par rapport à Socrates

Socrates (1954-2011), poète, docteur, football et réfractaire sous la dictature, a aidé à instaurer la démocratie au Brésil.
Remarquable footballeur, il est avec Zico un joueur phare du Brésil.
En 2021, son compatriote Neymar est son opposé.
Neymar est un produit industriel. Il faut qu’on parle de lui, toujours de lui. Il faut faire tourner la machine de communication.
Et ça marche. Il a au centre de toutes les fêtes. La presse n’a parlé que de lui !
Le brésilien qatarisé est la première vedette créée par les réseaux sociaux. Il ne vend que sa marque.
Neymar fait penser à: Martine au théâtre, Martine pique-nique.
Neymar a donné à manger à la presse avec son repas de réveillon.
Cela n’a rien à voir avec le football.
Cette soirée du réveillon devait être payée par un sponsor.
Tout ça est pitoyable. Lamentable.
Dans 50 ans qui parlera de Neymar ?
Neymar ne véhicule rien à part lui.
Au lieu d’acheter 4 ou 5 très grands joueurs, le PSG croit qu’il suffit d’avoir Neymar et Mbappé pour gagner la C1. On sait à présent, que le duo réclame plusieurs joueurs car eux deux ils n’y arrivent pas.
Neymar est la négation totale du football. C’est une attraction, rien de plus. Comme jadis au cinéma, à l’entracte.
Ce n’est qu’un produit du PAF. Un produit pour ceux qui ne connaissent ni Puskas ni Kubala. C’est la même chose en littérature: ils lisent des livres idiots et laissent de côté Giono, Aymé et Gary.
Neymar prétend que ceux qui ont critiqué son réveillon sous Covid sont des jaloux.
Jaloux de sa bêtise ? Jaloux de ses lacunes ? Jaloux de ses crétineries ?

30.12.20

Les dessins dans L'Equipe, et L'odyssée du N°10 (Solar)

Puskas, l’un des 5 plus grands joueurs de l’Histoire.

Il fallait ce livre, le voici. Tous les caricaturistes de L’Equipe enfin réunis. Une fine équipe ! Un sacré coup de crayon à répétitions avec des styles différents. Dès le début de l’aventure, sous le nom de L’Auto-Vélo (l’ancêtre), le dessin est présent en une, par le bien d’un certain Jacquet (non, pas Aimé, bien sûr). Ensuite, il y a Mich, le fameux Mich, l’excellent Mich. L’un de mes préférés : un talent époustouflant. Pas d’effet, juste la ligne claire, à la Hergé. Mich s’appelait Jean-Marie Michel Liebeaux. Trop méconnu ! Ses portraits sont somptueux.
Il y a aussi Paul Ordner: ses dessins semblent être des photos prises sur le vif. On tombe aussi sur Pellos, Jacques Faizant, Chaval, Sempé, rien que ça : le haut du panier. Comment oublier Déro alias Robert Decremps. Tous ses dessins sont des merveilles. Il croquait les cyclistes avec maestria. Un maître du genre. Il a enchanté mes matins. Fin XXe, Blachon a clôturé le siècle avec sa verve colorée. Près de nous, Chenez a assuré la qualité, tout comme Chenez. Aujourd’hui on ne passa pas à coté de Faro qui maintient le niveau avec un très grand esprit de pamphlétaire. Les rédacteurs passent pour des tartiniers face aux as du croquis.

-L’Equipe, 100 ans de sport en dessin, Jean-Philippe Bouchard. Solar, 160 p., 24, 90 €

Le N° 10 est un mythe disparu, tout simplement parce qu’il n’y en a plus.
Puskas et Cie sont aux rayons de la mort, de l’oubli, ce qui revient au même.
Neymar salit ce numéro qui est gadget pour lui. Lui c’est plutôt O1, son QI.
Le 10 est le maître du jeu. Le chef d’orchestre. Pas un infect parvenu.
Le livre comporte beaucoup de témoignages. Chacun (Totti, Rai, Giresse, Hagi et Puel) donnent leur avis. Qui compte. Un football sans 10 c’est comme un film sans musique. Et même un film sans personnage central.
A offrir à ceux qui ont la mémoire courte, et aux enfants pour qu’ils connaissent de vrais footballeurs, au lieu de mettre en poster de sinistres personnages qui se croient tout permis parce qu’ils gagnent 2 ou 3 M€ par mois.

-L’odyssée du 10, Collectif (Raphaël Cosmidis, Philippe Gargov, Christophe Kuchly et Julien Momont). Préface Omar Da Fonseca. Solar, 487 p., 17, 90 €

19.12.20

Permalink 14:19:28, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Pelé ne s'est jamais teint les cheveux en bleu comme Mbappé

Pelé ne s’est jamais teint les cheveux pour se faire remarquer.
Lui, il a donné des couleurs au football.

14.12.20

L'entorse de Neymar (face à Lyon) sera vite oubliée pour les retrouvailles avec Barcelone lors des 8es de la C1 2021

14 e journée du championnat de France
PSG 0- 1 Lyon
But des Lyonnais: Kadewere (35e)
Ses larmes sont tellement récurrentes que l’on se demande s’il ne s’agit pas de larmes de crocodiles.
Une nouvelle fois, le Brésilien, champion du monde des réseaux sociaux est sorti sur blessure.
Son jeu appelle des charges pleines de rudesse. Parfois ça passe, souvent ça casse.
Neymar ne sait pas éviter les adversaires agressifs.
Il devrait regarder les vidéos de Garrincha.
Dribbler c’est bien mais il faut savoir éviter les coups adverses.
Exactement comme un boxeur. L’art de l’esquive.
On sait que ce joueur ne peut pas faire une saison complète.
C’est un intermittent du spectacle. 3 M€ par mois pour un joueur à éclipses
Lors de la charge de Thiago Mendes, le joueur de l’OL joue le ballon mais comme dans l’élan de son tacle, il tombe, Neymar se coince la cheville dans le choc.
Le football est un sport de contact.
Des situations pareilles arrivent fréquemment dans un match. Messi et Ronaldo en subissent un wagon, comme tous les autres. Il faut savoir lever la jambe au bon moment. J’ai déjà souligné maintes et maintes de fois que Neymar avait une très mauvaise assise. Comme il sautille tout le temps, il prend des risques à la réception du pied au sol. Qu’on ne me dise pas qu’il est fragile. Ses attaches ne sont pas plus fines que celles d’Evra, défenseur toujours au charbon et jamais blessé.
Contre Lyon, Neymar est resté sur le terrain pour égaliser, sans y parvenir.
Le championnat ne se joue pas à la 14e journée.
Voir Neymar se dépenser à la 90e + 7e mn est grotesque.
Son compatriote s’est excusé. Qu’il lui souhaite bon rétablissement, c’est bien. Les excuses, pas nécessaires car il s’agit des risques des métiers. Ce n’est rien face à Grosjean qui a failli brûler vif dans sa F1 !
Neymar a un jeu qui doit effacer l’adversaire. C’est normal que celui-ci se rebiffe. Neymar doit se réjouir de ne pas croiser des joueurs de la trempe de Roy Keane.
Bon rétablissement à Neymar qui doit apprendre à mieux éviter les coups mais c’est trop tard. Il approche de la trentaine.
Nous allons assisté à un nouveau double choc Paris-Barça en 8e de C1. Espérons avec du public.
Avant la remontada, Pape Diouf sur France Info m’avait dit en direct que j’étais le seul consultant à croire que le Barça pouvait éliminer Paris. A présent, je ne peux plus parier avec lui.
Nous allons assister aux duels Messi-Griezmann contre Neymar-Mbappé. Le Barça a beaucoup perdu avec le transfert de Suarez. Paris domine moins la L1, les Parisiens vont se fatiguer d’avantage.
A l’heure qu’il est le pronostic est interdit. Il faut attendre les forces en présence. D’ici février 2021, il peut se passer tant et tant d’événements.

Le tirage des 8e de la C1 2020 :

Borussia Mönchengladbach-Manchester City
Lazio Rome-Bayern Munich
Atlético de Madrid-Chelsea
Leipzig-Liverpool
FC Porto-Juventus
Barcelone-Paris SG
FC Séville-Dortmund
Atalanta-Real Madrid

Les huitièmes de finale aller de la Ligue des champions auront lieu les 16, 17, 23, 24 février 2021 et les matches retour se dérouleront les 9, 10, 16, 17 mars.

[Post dédié à Lucien Favre superbe entraîneur]

DERNIERE MINUTE: Mort de Gérard Houiller. L’hécatombe se poursuit: P. Diouf, M. Hidalgo, R. Herbin, D. A. Maradona, P. Rossi…

Le lien des Reds: https://www.liverpoolfc.com/

17.11.20

Stades mythiques du foot, par Rémy Fièvre (Larousse)

Dans cette période de C-19 qui a vidé les stades, il très intéressant de lire l’album de Rémy Fière consacré aux enceintes de son choix. Choix que l’on partage, hormis le stade - ou terrain- qui fut le berceau de sa passion. Chacun le sien, parfois un endroit tout pelé (!), sans un brin d’herbe et encore moins de public et donc de gradin. Et ce n’est pas non plus forcément Wembley ou Gerland et le chaudron des Verts. Ces deux derniers ne sont pas dans le livre, ce qui met à égalité l’OL et l’ASSE. Pour une fois ! Notre premier stade souvent vétuste a disparu, tel le Stade du Ray, à Nice, là où j’ai attrapé le virus du football, un très bon virus. Il n’y est pas dans l’album: cela se comprend, il fallait être Niçois pour aimer le stade du quartier Saint Maurice, au bas de Cimiez. Les stades français retenus: le Parc des Princes, le SDF, le Vélodrome, Bollaert… C’est fou comme Lens est aimé en France. Il faut dire que le stade lensois a un grande cote en France. La ville compte 31 000 habitants quand son stade est allé jusqu’à accueillir presque 49 000 spectateurs !
L’album nous transporte dans les plus belles tribunes du monde: Argentine (Bombonera), Brésil (Maracana), Naples (San Paolo), Montevideo (Centenario), Autriche (Prater), Hongrie(Nepstadion), Olimpico (Rome), Ecosse (Hampden Park)… Il y a aussi : Luzhniki (Moscou), Olympiastadion (Berlin), Anfield (Liverpool), Celtic Park (Ecosse), Monumental (Buenos Aires). Tous les stades sont présentés par une double page sur le lieu, plus deux pages sur les temps forts avec parfois l’impression d’une personnalité (souvent un ancien joueur) liée au cadre sportif.
Le bel ouvrage ne fait pas l’impasse sur les stades qui sont devenus des lieux maudits, tels le Heysel (1985) en proie aux hooligans des Reds de Liverpool. Ce jour-là, j’étais chez moi, tout heureux d’attendre Juve-Liverpool, en direct à la télé. Au lieu du paradis, ce fut l’enfer sur terre. Il y a aussi Hillsborough et ses asphyxiés. Bastia et sa tribune qui s’effondre. Sans oublier, le Nacional (Chili) car les stades, quand ils sont sous le joug d’une dictature, deviennent des enceintes de la répression.
Très bien maquetté, l’album nous montre l’importance du public dans un match de football, ou d’un autre sport.
Pendant le règne du C-19, on ne voit plus que des matchs devant des bancs vides. Tous les stades sans spectateurs rendent le football insipide. Ce n’est plus qu’une réunion de millionnaires qui jouent pour pouvoir toucher leurs énormes salaires liés aux droits télés. A la vérité, le football sans public c’est comme un film joué devant une salle vide.
Si les stades sont des lieux mythiques c’est grâce à l’osmose du public et des joueurs lors de certaines rencontres extraordinaires. Quand on entre dans un stade vide, on se surprend à parler doucement. On est saisi aux tripes par le silence religieux qui s’en échappe et qui contraste avec les clameurs qui sont soudain au volume 0. On se réjouit alors de bientôt les entendre lors de la prochaine messe. Le football est une religion qui a besoin de prêtres mais qui ne peut pas se passer de fidèles. Remy Fière nous le rappelle. A défaut d’être un révérend c’est une référence.

-Stades mythiques du foot, Rémy Fière. Préface Youri Djorkaeff. Larousse, 208 p., 19, 95 €

:: Page suivante >>

Janvier 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software