Catégorie: GRANDE DAME

05.04.17

Mme Sullerot est morte cinq jours avant la parution de son dernier livre

Madame Sullerot est morte à quatre-vingt-douze ans, victime du cancer, vendredi 31 mars 2017. La fondatrice du Planning familial venait de corriger les épreuves d’un livre d’entretiens avec moi.

Évelyne Sullerot, née le 10 octobre 1924 à Montrouge, était de la génération de mes parents. Pas besoin d’insister pour vous dire ce que je ressens. La France vient de perdre l’une de ses plus grandes filles du XXe siècle. Je suis allé la voir pour lui dire que je voulais faire une livre avec elle et avec personne d’autre. Elle a accepté et nous avons remonté ensemble tout le fleuve de sa vie. Elle était contente mais ce fut douloureux pour elle. Je revois ses larmes quand elle évoquait sa maman. Peu à peu, cela lui a permis de revivre sa vie. Evelyne Sullerot était fantastique, aussi fantastique que ses parents. Pendant les six premiers mois de 2016, je suis allé régulièrement l’interroger, sur son enfance, sa famille, son travail. Elle n’a pas voulu que j’écrive un seul mot sur sa vie privée, ennemie de la médiatisation imbécile. J’ai décrypté ensuite les entretiens et le lui ai apporté la copie. Elle a tout relu et corrigé d’une main de fer jusqu’en décembre 2016. Maintenant le livre et là. Elle m’a dit que j’avais bien travaillé. J’ai du mal à réaliser que je ne pourrai plus aller chez, frapper à sa porte le jour convenu. On parlait. Je l’écoutais. Après j’allais faire chauffer l’eau du thé. Elle m’attendait dans le salon, sous le lustre “comme dans les tableaux de Vermeer”, avec de la brioche et de la confiture aux fruits rouges. Il y avait des journaux, des livres, des aiguilles à tricoter et les photos de sa famille.
Madame Sullerot est morte à quatre-vingt-douze ans, victime du cancer, vendredi 31 mars 2017. La fondatrice du Planning familial venait de corriger les épreuves d’un livre d’entretiens avec moi. Évelyne Sullerot, née le 10 octobre 1924 à Montrouge, était de la génération de mes parents. Pas besoin d’insister pour vous dire ce que je ressens. La France vient de perdre l’une de ses plus grandes filles du XXe siècle. Je suis allé la voir pour lui dire que je voulais faire une livre avec elle et avec personne d’autre. Elle a accepté et nous avons remonté ensemble tout le fleuve de sa vie. Ce fut douloureux pour elle. Je revois ses larmes quand elle évoquait sa maman. Evelyne Sullerot était fantastique, aussi fantastique que ses parents. Pendant tout 2016, je suis allé l’interroger, sur son enfance, sa famille, son travail. Elle n’a pas voulu que j’écrive un seul mot sur sa vie privée, ennemie de la médiatisation imbécile. J’ai décrypté ensuite les entretiens et le lui ai apporté la copie. Elle a tout relu et corrigé d’une main de fer. Maintenant le livre et là. Elle m’a dit que j’avais bien travaillé. J’ai du mal à réaliser que je ne pourrai plus aller chez elle, frapper à sa porte à l’heure du rendez-vous. On parlait. Je l’écoutais. Après j’allais faire chauffer le thé. Elle m’attendait dans le salon avec de la brioche et de la confiture aux fruits rouges. Il y avait des journaux, des livres, des aiguilles à tricoter et les photos de sa famille.
Madame Sullerot m’a reçu pendant tout 2016 pour une série d’entretiens que j’ai tenu à réaliser pour célébrer son parcours que j’ai admiré à partir de l’instant où j’en ai eu connaissance. J’ai demandé à la rencontrer car j’estimais que son humilité rendait invisible tout l’apport de ses combats à notre société. Je m’attendais à trouver une intellectuelle et j’ai trouvé une humaniste. Madame Sullerot la grande féministe tricotait parfois tout en m’expliquant la genèse du Planning Familial qu’elle cofonda en 1956, avec la gynécologue, Mme Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé. Grâce à ses parents protestants, elle fut élevée dans une générosité de chaque instant. Son père à la fois pasteur et psychiatre voulait soulager les gens écrasés par les mystères sans réponse de l’existence, et sa mère lui enseigna tous les aspects de la sexualité sans aucun tabou. Toujours sensibilisée au bien-être des femmes, Mme Evelyne Sullerot a affronté l’hostilité des catholiques, des communistes et des médecins quand elle a combattu pour imposer l’usage des préservatifs et pour dépénaliser l’avortement alors pratiqué dans des conditions sordides. Ses prises de positions ont permis à Simone Veil de gagner beaucoup de temps pour faire passer les lois qui ont considérablement amélioré notre quotidien. Les médecins qui s’enrichissaient illégalement ne voulaient pas qu’on légalise l’IVG. Les catholiques ne supportaient pas qu’on enseigne aux enfants la sexualité, et les communistes, eux, voulaient qu’on fasse de plus en plus d’enfants pour qu’ils agrandir toujours plus le parti. Opposée aux hypocrites, Madame Sullerot affronta tous ses détracteurs pour devenir une féministe de haut rang qui dérangeait aussi le féminisme conventionnel parce qu’elle aidait aussi les pères pour qu’ils aient le droit de garder leur enfant, en cas de divorce. Ne voulant pas être médiatisée à outrance, Madame Sullerot refusa de devenir secrétaire d’Etat à la condition féminine de Valéry Giscard d’Estaing. Femme de gauche, avec des valeurs inaltérables elle restait fidèle à ses convictions. Jeune fille, en plein régime vichyste, elle fit de la prison parce qu’à l’école elle retourna contre le mur le portait de Pétain. Dans sa famille, on haïssait le maréchal qui s’associa à Hitler. Elle réécrivit « Maréchal, nous voilà… » pour chanter : « Général, nous voilà ! » Elle avait 17 ans ! Sa maman en 1938 au moment des accords de Munich s’habilla en noir, pour porter le deuil des démocraties. Ennemi de tous les sectarismes, Evelye Sullerot s’allia avec Lucien Neuwirth, notoire politicien de droite, afin de demander au général de gaulle de favoriser la contraception. Sans elle, on restait au Moyen Age.
Au début des années 1970, la grande féministe et sociologue a créé l’association Retravailler pour permettre aux mères de famille de retrouver du travail après avoir élevé leur enfant. Membre du conseil économique et social, Madame Sullerot a été appréciée par toutes les majorités successives en raison de sa compétence. Femme à la fois autoritaire et pleine d’attention, elle ne supportait pas la désinvolture. L’humour oui, le laisser-aller non. Pendant nos entretiens, elle se plaignait parfois de ne pas trouver le bon nom. Rien d’alarmant, cela m’arrive bien entendu. Elle s’exprimait à merveille, toujours intelligente, toujours sensible. Je la rassurais, sous le charme d’une dame qui à quatre-vingt-douze ans se souvenait de tout avec une précision fantastique. Notamment de la mort de sa mère qui était d’une modernité inouïe. Ses parents qui cachèrent des Juifs pendant l’Occupation lui ont enseigné de toujours aider ceux qui souffrent. «J’ai toujours agi pour les autres, jamais pour moi », me répondait-elle dès que je vantais ses mérites. Les artistes font des œuvres pour divertir ou nous faire prendre conscience de certaines injustices. Madame Sullerot, elle, a agi directement sur la société pour nous rendre la vie plus facile. Si les femmes peuvent choisir quand elles deviendront maman, c’est grâce à elle. Si les couples ne sont plus dans une sexualité non épanouie, c’est aussi grâce à elle. Si les pères divorcés ne sont plus éloignés de leurs enfants, c’est encore grâce à elle. Féministe de la première heure, elle ne faisait pas partie de celles qui rejetaient les hommes. Un comportement qui a conduit à la marginaliser car elle aimait trop la liberté pour perdre sa totale indépendance. Elle s’est toujours opposée à Simone de Beauvoir dont le comportement pendant la guerre l’écœurait. Les fausses résistantes la mettaient en colère. Pour Madame Sullerot on naît femme, on ne le devient pas. Plus la société invente des techniques libératrices, plus les femmes s’éloignent du carcan de la «féminitude».
Madame Sullerot ne voulait être connue que par son activité au service de ses semblables. Elle parlait sans cesse du bien public. Une façon de concevoir la politique qui est totalement absence lors de la campagne présidentielle 2017. La dernière fois que je l’ai vue, elle m’a remis tout le manuscrit de notre livre qu’elle a lu avec une très grande attention. En marge de notre ouvrage, elle lisait quatre livres en même temps, et ne ratait rien de l’actualité. Elle se passionnait pour la génétique et ne faisait confiance qu’à la science. Madame Sullerot refusait que la religion intervienne dans la vie des gens au point de nuire à épanouissement intellectuel et physique. Elle était un trésor national. Je conserve en moi, sa douce voix et la force de ses yeux. Un regard de lionne.

L’insoumise. Femmes, familles, les combats d’une vie. Evelyne Sullerot et Bernard Morlino. L’Archipel, 280 p., 20 €

29.03.17

Et si Patrice Lair, en 1/2 de la C1 2017, remplaçait Unai Emery au PSG, passant des filles aux garçons ?

En avril 2017, les joueuses du PSG réussissent mieux que les garçons d’Emery, le remplaçant de Blanc qui remplaça Ancelotti. Il y avait 13 974 spectateurs au Parc des Princes. Attention messieurs, ces dames deviennent de plus en plus populaires et c’est justifié. Elles jouent beaucoup plus en équipe.

1/4 retour de l’UEFA Women’s Champions League 2017
PSG 4–0 Bayern Munich
Buts pour Paris : Delie (4e), Cristiane (12e 52e), Cruz (42e)

PSG : Kiedrzynek – Lawrence (Morroni, 79e), Delannoy, Georges (Formiga, 62e), Paredes, Périsset – Boquete (Diallo, 76e), Geyoro, Cruz © – Delie, Cristiane.
Entraîneur : Patrice Lair

Bayern Munich : Korpela – Maier (Evans, 56e), Abbé, Wenninger, Lewandowski, Faisst – Behringer ©, Baunach (Lotzen, 56e puis Schnaderbeck, 68e), Däbritz – Rolser, Miedema.
Entraîneur : Thomas Wörle

Le match s’est déroulé devant le Président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, et sous les yeux de Maxwell, Adrien Rabiot et Thomas Meunier. Ils devaient penser au 6-1 encaissé à Barcelone.
Il y avait 13 974 spectateurs payants au Parc des Princes ! Un record à Paris pour un match de féminines. En 1/2, il y aura encore plus de monde. Les femmes font souffler un vent de fraîcheur et ce groupe assume la pression. Si demain les médias décident de diffuser le football féminin à la place du masculin, la tendance s’inversera mais ils ne le feront jamais, pas pour l’instant. Tant que la vache à lait produit du cash, ils ne changeront rien.
Les joueuses du PSG sont plus performantes, plus professionnelles et mieux préparées que leurs homologues masculins puisqu’elles se sont qualifiés en 1/2 de la C1 alors que les garçons ont lamentablement échoué en 1/8.
Alors pourquoi le PSG ne changerait-il pas d’entraîneur ? Patrice Lair a déjà deux C1 chez les filles c’est mieux que 3 Europe League chez les garçons. Je ne plaisante pas ou alors à peine.
Les joueuses de Patrice Lair ont largement dominé les Bavaroises.
Les féminines du PSG ont un fond de jeu que n’a pas l’équipe d’Emery qui joue de l’hourra football quand cela tourne bien ou nous donne une version de tous aux abris !
Cristiane joue mieux que Lucas et Di Maria réunis.
Savez-vous où se déroulera la 1/2 finale ?
A Barcelone !
Match aller: Barcelone-PSG 22 ou 23 avril, et le retour à Paris le 29 ou 30.
Dans l’autre 1/4, Lyon s’est qualifié aussi.

Palmarès de Patrice Lair
Championnat de France 2011, 2012, 2013 et 2014 avec Lyon.

Challenge de France/Coupe de France 2006 et 2007 avec Montpellier HSC et en 2012, 2013 et 2014 avec Lyon.

Ligue des champions féminine de l’UEFA 2011 et 2012 avec Lyon.

18.03.17

Permalien 15:43:05, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Nice privé de Plea et de Cyprien, plus les absences de Baysse et de Walter

Cette chanson- ici interprétée par la chanteuse Devyn Rush- a servi, en version orchestrale, fut le générique d’une célèbre émission radio de feu Pierre Bouteiller. J’ai toujours vu Nice sous les traits d’une très belle brune. On dit Nissa la Bella et non Nice le beau.

Samedi 18 mars 2017, 17 h, C+ Sport
Nantes - OGCNice

Les Aiglons sont tristes: cette saison Plea et Cyprien ne joueront plus suite à l’opération qu’ils ont subie. Le buteur et le milieu de terrain étaient des éléments précieux.
Tristes aussi parce que le capitaine Baysse sera absent pendant plusieurs semaines. A ces trois blessés, il faut rajouter Walter.
Tristes mais pas abattus car Lucien Favre a un groupe restreint mais impliqué et performant.
Les médias annoncent que Nice va entrer dans le rang mais Nice est toujours là.
Le groupe arrive toujours à s’en sortir même avec de gros pépins.
Les quatre absents manquent mais leurs remplaçants seront de très bons titulaires, n’en doutez pas.
Nice se déplace à Nantes avec 26 points d’avance sur les Canaris. Cela en impose sans faire gagner le match avant de l’avoir joué.
Nice est une équipe attendue de partout. Nice est un “gros” de la L1 2016-2017.
Tout le monde veut battre Nice qui n’a cédé les trois points que deux fois: devant Caen et Monaco.

23.02.17

Al Pacino, De Niro et Keitel dans le prochain film de Scorsese

The Irishman est le futur film de Martin Scorsese, un film de gangsters avec Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci. Un bon grand film j’espère.
Comme la production n’est pas habituelle avec la forte présence de la télévision, il est possible que ce film ne soit pas distribué en salle, ce qui serait vraiment dommage.
Il s’agit du neuvième film qui réunit Robert De Niro et Martin Scorsese.
Harvey Keitel est aussi prévu dans l’aventure. Le film sera visible en 2019.
De Niro, Al Pacino, Harvey Keitel, Clint Eastwood, Jack Nicholson, Dustin Hohffman et Jon Voight. Voilà mes acteurs fétiches.
L’équivalent en France ? Je n’en vois pas. Sinon je cite Raimu, Gabin, Philipe, Jouvet, Simon, Bourvil, Serrault, Blier, Ventura, Belmondo, Delon… En France, parmi la nouvelle génération Pierre Niney et Romain Duris. Chez les femmes ? Karine Viard. Sur scène ? Dany Boon et Philippe Caubère.

31.01.17

Permalien 14:54:48, Catégories: GRANDE DAME  

La plus belle femme du monde est française

La radieuse Iris Mittenaere, Lilloise, 24 ans, est étudiante en chirurgie dentaire. Le concours Miss Univers existe depuis 1952. Après la Lorraine Christiane Martel, sacrée en 1953, Iris Mittenaere est le seconde française distinguée.

Il n’y a pas plus misogyne que certaines féministes.
Depuis que la française Iris Mittenaere a été élue Miss Univers, beaucoup de femmes sont furieuses car elles prétendent que les “femmes ne doivent absolument pas être jugées sur leur physique".On n’oblige personne à faire des concours, à part dans les concours de bovins.
L’élue française qui est devenue Miss Univers fait des études de chirurgien dentiste.
Cette très belle jeune femme a aussi la tête très bien faite. Devrait-elle s’en plaindre ?
Il est évident que les femmes qui critiquent ses concours de beauté ne seraient même pas sélectionnées pour être hôtesses d’accueil pendant la cérémonie.
Il ne suffit pas d’être laide pour être intelligente.
L’actuelle Miss Univers correspond à “Sois belle et parle !” et non pas à “Sois belle et tais-toi !”
Les concours de beauté ne manquent pas d’humour car on sait très bien que personne ne peut se prétendre la plus belle femme du monde, sauf l’une de celles qui se présentent !
Les pas contentes feraient mieux de se plaindre que des femmes soient obligées de se camoufler pour sortir dans la rue.
Et pourquoi ne s’insurgent-elles pas devant ses émissions débiles où les candidates ressemblent à des putes descendues des vitrines d’Amsterdam ?
Pendant un an, on va dire que la plus belle femme du monde est française.
Voilà une belle ambassadrice de la France qui n’est pas payée avec de l’argent public au titre de Mme de… !
Beauté de l’âme, oui. Beauté de l’âne, non.
L’élection de Miss Univers cela change des affaires politiques où les délinquants en col blanc parlent des conséquences et jamais des racines.

:: Page suivante >>

Avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software