Catégorie: GRAND MONSIEUR

21.02.18

Le duo virtuose Iniesta-Messi égalise à Londres

Iniesta a servi Messi là où Messi avait servi Iniesta. Dans le même stade au même endroit. Neuf ans après !

Mardi 20 février 2018
8e aller de C1
Chelsea 1-1 Barcelone
But pour Chelsea: Willian (62e)
But pour Barcelone: Messi (75e)

Iniesta et Messi ont déjà joué 97 matchs de C1, ensemble. Record.
Ils sont toujours là !
Ils sont encore là !
Dans le même stade, ils ont frappé !
Neuf ans après mais à l’inverse: cette fois c’est Iniesta qui a donné un caviar pour que Messi marque le but si important, celui à l’extérieur.
En mai 2009, en 1/2 finale retour Messi avait servi Iniesta pour que Messi qualifie le Barça en finale.
Revoir le but de 2009 : https://youtu.be/zWBKP-DZNEc
Iniesta mérite mille fois le Ballon d’or. Il a des cheveux blancs dans un monde peroxydé.
En face, Chelsea ne s’est pas laissé faire à l’image de Willian qui a tiré deux fois sur les montants avant de marquer un but divinement placé.
Au retour, le Barça devrait se qualifier.
Ce Barça est un grand cru, et Neymar ne manque pas aux Catalans, bien au contraire: ils sont libérés d’un joueur personnel qui tire la couverture à lui.

Autre 8e de C1
Bayern Munich 5-1 Besiktas
Buts pour le Bayern: Thomas Müller (43e, 66e), Coman (52e), Lewandowski (79e, 88e)
But pour le Besiktas: Domagoj Vida (16e)


20.02.18

Le temps des légendes, Olivier Margot. (JC Lattès)

Belle galerie de champions qui ont marqué leur époque.
Rien que des Français. L’auteur les a tous connus, sauf Marcel Cerdan.
Tous ces sportifs ont redonné espoir aux gens qui sortaient fracassés de la guerre.
On y trouve, avec une immense joie, des cracks dans leur discipline respective : Bobet et Anquetil, deux as du vélo. Mimoun, le gaulliste de la piste et du macadam. Killy, le skieur au physique de Clint Eastwood. Albaladejo, l’ami que l’on voudrait tous avoir. Kopa, le style fait homme.
Une seule femme, une dame : pianiste et athlète, Micheline Ostermeyer.
En bonne place, les frères Boniface, séparés par la mort.
Il y en a d’autres. Tous appartiennent à la voile lactée de Margot qui nous livre de sublimes exercices d’admiration.
De nos jours, les sportifs nous font moins rêver car la télévision les rend faussement populaires. Ce n’est pas parce qu’on les voit à l’écran qu’on les connaît.
Jadis la presse écrite et la radio entretenaient le mystère et développaient l’imaginaire.
On reste persuadé que celle magnifique brochette de sportifs est plus importance qu’une équivalence de politiciens. A part de Gaulle et quelques autres, on les a tous oubliés tandis que les champions de haut parage sont tous dans notre mémoire.
Merci à Olivier Margot de les faire revivre sur le papier rien qu’avec des mots.
Les yeux du journaliste-écrivain voient mieux qu’une caméra.

-Le temps des légendes, Olivier Margot. JC Lattès, 475 p., 23

14.02.18

Le Real Madrid en a collé trois au PSG

Mercredi 14 février 2018, 20 h 45
8e de C1, aller
Real Madrid 3-1 PSG
Buts pour le Real: Cristiano Ronaldo (45e sur pen., 83e), Marcelo (86e)
But pour le PSG: Adrien Rabiot (33e)

Après le match:
Nouvelle statistique: sur 11 matchs disputés dans le stade madrilène, Unai Emery en a perdu 10, plus un match nul. Voilà la vérité du terrain.
Marcelo a volé la vedette à Neymar. On n’a vu que les montées tranchantes du défenseur brésilien de Madrid pendant que son compatriote de l’attaque parisienne se perdait dans ses dribbles inutiles qui ralentissent le jeu. Neymar est plus doué qu’intelligent: il ne sait pas qu’au bout de trois dribbles, on perd on lucidité pendant que les défenseurs adverses se replacent. N’est pas Baggio ou Messi qui veut. Parfois, un slalom s’impose mais en tenter dix par match c’est n’importe quoi n’importe quand. Marcelo, lui, joue simple.
Dominer n’est pas gagner. Paris a eu des occasions mais les Parisiens n’ont pas su conclure. Pendant ce temps, le Real a marqué deux buts grâce à la vitesse mise par Zidane qui a fait de bons changements, à l’inverse d’Emery qui s’est pris les pieds dans le tapis, retirant Cavani pour faire entrer l’arrière Meunier. C’est ce qui s’appelle jouer petit bras.
Tout le coaching d’Emery a mis le feu dans le vestiaire du PSG:
Il a laissé à Paris Thiago Motta, pas blessé.
Il a sorti de l’équipe le capitaine Thiago Silva.
Il a mis latéral Berchiche et non pas Kursawa.
Il a titularisé en sentinelle, Lo Celso qui ne sait pas défendre. Erreur de casting.
Tout ça n’est pas sérieux. Il a falloir gérer tout ça.
Et de surcroît, Di Maria, qu’il a fait jouer sans cesse n’a pas fouler une seconde la pelouse de Madrid.
Ne parlons pas de Pastore, scotché sur le banc.
Et en plus, on a vu Neymar faire des numéros qui sont plus proches du cirque que d’un stade.
Ronaldo ? Deux buts. Neymar: 0 But
Le Real a démontré que les Madrilènes n’étaient pas cuits.
Paris devra faire un exploit au Parc des Princes pour aller en 1/4.

Avant le match:
Le Real Madrid de Zidane attend sans peur le PSG
Depuis la mi-décembre 2017, date du tirage des 8es de finale, les amateurs de football attendent ce match. C’est l’affiche des 8es, une vraie piste aux étoiles.
Il y plusieurs matchs dans le match, c’est même un match économique.
L’état de forme indique une supériorité parisienne mais le PSG va jouer à l’extérieur, devant 80 000 personnes hostiles, face à un club qui a 12 C1 contre… aucune !
CR7 va-t-il abdiquer devant Neymar ?
Mbappé né en 1998 affronte son Dieu du football, Ronaldo né en 1985.
Mbappé aime CR7 quand Griezmann n’a d’yeux que pour Beckham.
CR7 a toujours fait passer le football avant tout, à l’inverse de “Becks".
Ce match va être une bataille de milieu de terrain.
Emery a laissé à la maison Thiago Motta qui n’est pas blessé. Il a choisi Lass Diarra qui a joué si peu de matchs ces derniers mois.
La vérité du terrain va parler.
Il ne s’agit que du premier acte.
La deuxième manche décisive est prévue pour le 6 mars 2018.
Paris est capable de marquer au moins un but à Madrid, c’est évident.
Les deux défenses ne sont pas étanches.
Bon match !

12.02.18

Permalien 18:46:31, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Interviewé par Robert Chapatte, Jacques Anquetil et d'autres champions disent comment ils "chargeaient la mule".

No comment.
Ceux qui ont flingué Lance Armstrong devrait écouter ce que dit Raphaël Geminiani. Si le dopage suffisait, son facteur gagnerait le tour !
Un âne ne devient jamais un pur sang.
Il n’est pas question d’encourager le dopage mais le cyclisme professionnel n’est pas une balade à bicyclette.

10.02.18

13 h Foot, CNews (10-2-2018): St Etienne, Marseille, R. Garcia, V.Germain, PSG, Rabiot, Di Maria, Lo Celso, Real Madrid, Zidane, Benzema...

:: Page suivante >>

Février 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software