Catégorie: BECKENBAUEREMENT

25.08.20

Dans 60 ans parlera-t-on encore de Messi ?

On me dit excessif mais ce n’est pas moi qui comparerait l’impact de Messi au Barça à l’importance de Charles de Gaulle en France, comme certains le font. La France aimait tant de Gaulle qu’elle l’a mise à la porte ! Ce qui l’a conduit au tombeau.
Messi veut quitter Barcelone. Voilà qui est fait pour parler de lui en bien, avec vue sur l’avenir pour oublier le cinglant 8-2 que encaissé par le Barça face aux Bavarois. Messi fait diversion pour que l’on change de sujet: on ne parle plus de son déclin mais de son avenir ailleurs ! Ceux qui lèchent ses crampons se transforment en marchand de tapis dès qu’ils parlent de Messi.
Messi n’arrive plus à gagner les grands matchs, sans Iniesta et Xavi. Ce n’est pas Griezmann qui va les faire oublier. Le transfert du Français est un fiasco sur toute la ligne. Il voulait manger à la table de Messi mais l’Argentin ne lui a proposé qu’un tabouret dans la cuisine.
Comme Messi fait ce qu’il veut à Barcelone, il a lancé la rumeur de son départ pour qu’on parle de lui, et qu’on n’évoque plus la faillite actuelle du Barça, club qu’il n’a pas su maintenir au Zénith.
Messi a encore un an de contrat. Il faudrait qu’un club paie une fortune -700 M€- alors que l’an prochain il sera libre.
Seuls Paris et des club anglais peuvent se l’offrir (United, City…) On parle aussi du exil aux Etats-Unis pour vivre une préretraite grassement payé sans prendre de risque dans un football de représentation pour un public qui pense que Kopa est de la charcuterie italienne. Le Qatar SG ? Neymar deviendrait un second rôle.
Messi se croit plus important que Barcelone. Fatale erreur: le personnage le plus extraordinaire de Barcelone reste Cruyff et rien que lui. Messi n’est qu’un héritier. Le grand créateur de l’âme catalane reste Cruyff.
On présente Messi comme le plus grand joueur du Barça. Cela reste à prouver. Je mettrai Inesta et Xavi a égalité avec Messi. Si Messi conclut les actions, eux en étaient les architectes. Pour la presse la fable Messi - le gamin qui grandit avec des médicaments- est plus vendeur que la vie de ses amis Iniesta et Xavi, deux antistars.
C. Ronaldo a prouvé qu’il était rayonnant au Portugal, à Man U, au Real Madrid et à la Juventus Turin.
Messi n’a joué professionnel qu’à Barcelone.
Dans l’Histoire du football, CR7 et Messi n’intègrent pas le top 5 de tous les temps.

Mon classement des meilleurs joueurs de la Galaxie:

1/ Pelé: bon dans tous les secteurs du jeu. A imposé mondialement le football.
2/ Maradona: le génie du jeu et des gestes. Un Mozart du ballon rond.
3/ Di Stefano: a installé au firmament le Real Madrid dont le prestige persiste.
4/ Puskas: un virtuose aussi grand homme que grand joueur.
5/ Cruyff: l’intelligence en action. Inégalable.

Platini et Zidane ne sont pas parvenus à déloger ces cinq as de coeur.
Il faut prendre de la hauteur et cesser de coller à l’actualité.
Parfois je place Maradona avant Pelé car Maradona n’avait pas un grand collectif alors que Pelé était encerclé de très grands joueurs. A part ça, je conserve toujours ces 5 joueurs dans les 5 premiers. Houellebecq & cie n’effaceront jamais Montaigne, Diderot, Proust, Apollinaire et Pessoa.

24.08.20

Le Bayern Munich décroche sa 6e étoile devant des Parisiens trop tendres

Le grand gardien allemand Neuer a découpé le filet de la cage porte-bonheur de la finale. La soirée promise à la Samba, par la presse française, a viré a un concert wagnérien. On a vu des adultes contre des enfants. Le football est un sport de contact. Et surtout un métier, pas un jeu d’enfants. Un travail donc. Souvent de sape. Mieux vaut des joueurs intelligents que des joueurs doués.

Dimanche 23 août 2020
Finale de la C1 C-19 2020
Bayern Munich 1-0 Paris
But pour le Bayern: Kingsley Coman (59e)L
Deux jours avant le match, certains appelaient encore Neymar: “L’extra-terrestre". E.T, en effet: il est à la maison. Retour case départ!
Le début de la deuxième mi-temps a été déterminant. A ce moment-là, les Allemands et leur entraîneur ont décidé de débloquer le match. De fait, les Bavarois ont fait sortir les parisiens du match en leur marchant dessus, au milieu de terrain, pas dans la surface de réparation. Ils ne sont pas fous. Les journaleux ont parlé “d’attentat” sur Neymar; et en 2016, en finale de l’Euro au SDF ce qu’a fait Payet à C. Ronaldo cela s’appelle comment ? Les joueurs du PSG ont réagi comme des enfants, cassant l’éphémère force collective de leur groupe pour n’être plus que des joueurs énervés. C’est dans ce contexte - faire sortir l’adversaire de ses gongs- que les Allemands ont marqué, quatorze minutes après le retour sur la pelouse. Le buteur fut Coman, formé au PSG ! Les fans du PSG voulaient voir Mbappé, ils n’ont vu que Coman. Il a marqué d’une tête très bien placée avec la force qu’il fallait. La veille du match, B. Lizarazu, qui manqua un tir au but capital contre l’Italie, en 1998, a fait parler sa science infuse: “Coman doit encore gagner en efficacité et marquer plus". On a vu, merci ! La mode des consultants est la mort programmé des journalistes.
Kylian BMbappé est venu dire avant la finale: “J’ai toujours dit que je voulais marquer l’histoire de mon pays".
Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler surtout avant une finale.
Marquer l’Histoire de son pays ? Se prend-t-il pour de Gaulle ou Jean Moulin ?
Mbappé ferait mieux de se concentrer sur le jeu au lieu de dire ce qu’il va faire. Mieux vaut dire ce qu’on a fait !
Sans doute a-t-il voulu dire: marquer l’histoire du football de mon pays.
Ce jeune joueur a des tics de jeu. Par exemple, il recherche le penalty. Il a plongé dans la surface comme dans une piscine. S’il estime qu’on l’a chargé durement, il fait un signe à l’arbitre pour lui réclamer de distribuer un carton.
Mabappé est l’icône économique du football français: c’est un intouchable. Il a confectionné une image à l’opposé de celleS de Benzema et Anelka. Cependant, le football est un sport. Et la faiblesse de MBappé est évidente: il ne s’est pas dribblé dans le face à face. Hormis la vitesse et la puissance, il a très peu d’autres qualités. Par exemple son jeu de tête est inexistant. Tout comme ses coups francs. Il lui faudra intégrer un grand club pour gagner car ce n’est pas C. Ronaldo ni Messi. Mbappé a besoin des autres pour gagner. Seul il n’y arrive pas. Le football simple-messieurs n’existe pas.
Avant cette finale, on a vu que pour la France, le football n’était qu’un folklore. Les médias ont ressorti de la naphtaline: d’anciens footballeurs qu’on ne voient plus jamais. D’autres - tous consultants après avoir maudit le métier de journaliste- ont tous été derrière le PSG, comme des fans bas du plafond. Ils rêvaient de voir Mbappé et Neymar gagner le match mais en face il y avait 12 joueurs et pas deux !
Quand on dit à Neymar et Mbappé qu’ils sont plus grands que le PSG, le football disparait. Le duo a fait comme avaient fait Henry et Trezeguet en 2002: zéro but !
Jusqu’à la finale, le PSG élimina deux petits d’Europe (Bergame et Leipzig). Face à Munich, Paris Kaput !
On nous a vendu PSG comme une équipe d’amis mais seules les victoires font un groupe d’amis et non pas le contraire.
Les médias français ont encore vendu la peau du Bayern avant…
L’argent ne fait pas tout. Manchester United a dépensé 1 milliard d’euros depuis le départ de Sir Ferguson (2013) pour ramasser des clopinettes sportives.
Le PSG arrive en finale puis fait la fiesta. Un comportement d’amateurs.
Sans rien connaitre au football, il est facile de savoir que les Allemands sont très forts pour casser les rêves: ils ont détruit les ambitions mondiales de Puskas, Cruyff et Platini. Seul Maradona est parvenu à les vaincre en 1986. Neymar a rejoint le clan des losers. A la fin du match, il a pleuré comme un enfant devant son jouet cassé. Va-t-il rester au PSG ou repartir à Barcelone. La défaite en finale de la C1 C-19 lui a sans doute fait comprendre qu’il a besoin d’un club mythique pour gagner. Le héros du match restera Coman. Les Français n’avaient d’yeux que pour Neymar et Mbappé mais c’est lui qu’ils ont vu. De plus, son entraîneur l’a sorti, pour muscler le milieu de terrain. Coman n’a pas exprimer le moindre mécontentement. La grande classe. Le grand professionnalisme. Et c’est ainsi que le Bayern est plus grand que le PSG qui n’est que la danseuse du Qatar. Sur le podium final, le Bayern était représenté par Karl-Heinz Rummenigge, attaquant historique du football allemand alors que le PSG était incarné par un dignitaire du Qatar. Tout était illustré par l’image. La victoire du Bayern s’écrit dans une longue histoire. Le PSG est un club qui peut disparaître du jour au lendemain si le Qatar retire ses biftons. Le football est bien plus qu’une question de vie et de mort, a dit le sensationnel entraîneur Bill Shankly. On l’a encore vérifié lors de cette finale. Neymar a pleuré non pas parce que Paris a perdu mais parce qu’il reste figé dans la case “Paris Hilton” du football. Lui et Mbappé sont des vedettes, des vecteurs économiques et non des virtuoses comme Pelé ou Maradona. Mbappé parle trop avant les matchs. Quand on parle avant un match, on se vide. On y laisse des plumes. Et même le bâton pour se faire battre. Thomas Tuchel - un bon choix du PSG, bien meilleur que Unai Emery- doit surveiller aussi la communication des joueurs, surtout la veille d’une finale. Il ne faut pas donner des munitions à l’adversaire. Dire que l’on veut marquer l’histoire est grotesque. Mieux vaut marquer des buts !

22.08.20

La samba du PSG peut-elle battre le Bayern très Wagner ?

Dimanche vers 23 h, le capitaine brésilien du PSG aura-t-il le sourire ou T. Silva sera-t-il en pleurs comme lors de la Coupe du monde 2014 de sinistre mémoire pour le Brésil ?

Dimanche 23 août 2020, 21 h
Finale de la C1 C-19
Paris/Qatar SG-Bayern Munich

Thomas Tuchel a bien fait évoluer le PSG avec la rigueur allemande mariée à la fantaisie brésilienne. Marquinhos incarne au mieux cette alliage. Il sait monter sur corner pour donner un coup de casque !
Unai Emery était trop laxiste avec les stars qui devenaient starlettes sous sa direction.
Pour la finale, Neymar va-t-il pouvoir afficher son football samba- avec la complicité de Leonardo, le directeur sportif- ou va-t-il se casser les dents sur la partition musicale wagnérienne du Bayern Munich qui connait la musique des finales. Les disputer, c’est bien; les gagner, c’est mieux. Le Bayern n’a pas fêté la qualification qui l’a envoyé disputer sa onzième finale alors que le PSG a célébré sa position de finaliste avec un déploiement de gaîté bien dans l’esprit du Brésil: fiesta à la moindre occasion et celle-ci est plus que cela puisque jamais Paris n’a atteint. Le Bayern sait qu’arriver en finale ce n’est que le début car le club en a perdu cinq sur dix. Il y a un club qui a fait pire: la Juventus Turin, neuf finales pour deux gagnées ! Alors, svp, un peu de respect: la C1 ne se gagne pas pas facilement, souvenous-nous que l’AC Milan a mené 3-0 pour finalement perdre aux tirs au but devant Liverpool. Même ouvrir le score en finale ne signifie rien.
Etes-vous plus proches de La chevauchée des Walkyries, cette puissante musique qui incarne la force, la vitalité, le romantisme échevelé, ou préférez-vous la samba ?
Evidemment, le programme brésilien séduit aussi les Allemands: soleil, plage et amour. Un slogan qui en dit long.
Depuis toujours on sait que le Brésil c’est le pays du football: le Brésil 1970 reste la plus belle équipe nationale de tous les temps.
Cependant, les Allemands ne forment pas qu’un rouleau compresseur. Ils savent jouer vite et bien. Là où le PSG couleur du Brésil fait vingt passes, ils n’en font que cinq pour arriver au but et marquer.
Le Bayern gaspille moins d’occasions, il joue avec plus d’assurance, plus de sécurité.
La force du PSG peut venir de la créativité de Neymar qui réalise des gestes inattendus, cependant il faut qu’il soit dans le bon tempo. Une talonnade ne se justifie que si elle est nécessaire et réalise. Quand il joue pour la galerie, il se perd dans sa partition pour qu’elle n’est heureusement pas écrite d’avance.
D’un côté le réalisme du Bayern qui est une sorte d’hydre: le but peut venir de tous les côtés. Côté PSG, on assiste enfin a un duo d’attaquants- aidé par Di Maria s’il est dans un grand jour- enfin épaulé par un milieu de travailleurs mais ces derniers ne sont pas constants.
La clef: maitriser Neymar- sans provoquer de penaltys ou de coups francs bien placés- pour rendre inutile Mbappé.
Paris est outsider parce que son football ne fait pas entrevoir une ère PSG comme celles de l’Ajax, de l’AC Milan, du Barça. Les joueurs du PSG ont su profiter de leur tableau plus facile que celui du Bayern. Le physique va peser sur la rencontre. On sait que de côté-là, les Allemands ne craignent personne.

21.08.20

Le maillot du PSG interdit à Marseille. C'est traiter les fans en hooligans.

Tout Marseille est pour le Bayern et même toute la France- sauf Paris- est contre le PSG car tous les passionnés ont leur équipe et rien que leur club. Le football est identitaire: en quoi un natif de Marseille peut supporter Neymar et Mbappé ? Impossible. Les politiques disent qu’il faut être pour le club français par esprit patriotique mais eux-mêmes se haïssent dans leur parti ! Le bal des faux-culs règne.

Dans le but d’éviter «tout trouble à l’ordre public», la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a pris le 20 août 2020 un arrêté interdisant le port du maillot parisien dans le centre de Marseille, dimanche soir, 23 août, au moment de la finale de la C1 C- 19 Paris/ Qatar- Bayern Munich, à Lisbonne.
Les «engins pyrotechniques» sont également interdits.
La France a pour devise: Liberté, Egalité, Fraternité.
Doit-on la changer pour arriver a: Interdiction, Privilège, Chacun pour soi ?
En 2020, on peut saccager l’Arc de Triomphe mais ne peut pas en France se promener avec un maillot du PSG à Marseille … Et pourquoi ne pas y interdire les véhicules immatriculés 75, plus tous ceux des alentours de la capitale ? Et y chasser les natifs de Paris ? Tout autant que les gens qui parlent avec l’accent parigot. On pourrait aussi brûler le Piéton de Paris de Léon-Paul Fargue dans les librairies qui ne vendraient que du Pagnol.
Et si on se peint le maillot sur le corps que se passe-t-il ? Et les tatouages ?
Cet arrêté sous-entend que les Marseillais sont des sauvages.
Tout cela est grotesque et ce n’est pas à la gloire des autorités qui ne savent plus faire respecter l’ordre public entre les citoyens.
Cette décision n’est pas inédite. On l’a déjà vu ailleurs. Elle rappelle aussi l’interdiction du déplacement des supporters.
Le football est complétement clanique. Chacun sa paroisse.
Faire confiance aux citoyens c’est mieux. Pas besoin d’arrêté: cela coule de source que se balader avec un maillot de Paris près du vélodrome c’est de la provocation. Les fans ne sont pas débiles. Le football ce n’est pas un rassemblement de bas du plafond. Le football c’est aussi Camus et Pasolini. Des tarés font au cinéma, les portes grandes ouvertes.
Notre pays n’est décidément pas un pays de sport, d’ailleurs certains veulent interdire les JO 2024 en France.
En France, on traite encore les fans en hooligans. On est comme en Angleterre dans les années 60-80.
Triste constat.
A Paris, les autorités prient pour que le PSG ne gagne pas la C1 C-19 pour éviter un grand rassemblement sur les Champs-Elysées et si Paris perd, ils ont peur que l’on casse des vitrines pour se défouler !
Oui dans ce paysage désolant, une seule satisfaction: l’UEFA a très bien géré la période C-19 avec tournoi Final 8 qui a permis de toucher les droits TV sans perdre de l’intérêt sportifs. Le choix de matchs à élimination directe a pimenté le tournoi.

NOTA BENE: dans la journée du 21 août, on a appris que cet arrêté était annulé et donc pas appliqué. Voilà un retournement de situations pas en faveur de ceux qui nous gouvernent, ni au départ de la décision ni après la machine arrière.

19.08.20

Permalink 23:41:45, Catégories: BECKENBAUEREMENT, PARIS SERA TOUJOURS PARIS  

Finale C1 C-19 2020: Bayern Munich-Paris SG. Neymar va-t-il devenir un vrai champion ou rester une star médiatique ?

L’international polonais était en course pour le Ballon d’or, comme Neymar et Mbappé mais le trophée ne sera pas décerné, ce qui est une erreur. La presse écrite en perdition n’avait pas besoin de cette sorte de sabordage. Il fallait occuper le terrain avec le suspens lié à l’attribution du trophée. C’est incroyable que FF se tire à ce point une balle dans le pied, d’autant plus que Lewandowski mérite ce trophée, tout comme Neymar s’il vient à briller en finale de C1 C-19. Pour une fois qu’il se distingue sur le terrain sans frasques superflues à l’extérieur. Mbappé ne sera pas loin du lauréat. L’heure de Griezmann n’est plus qu’un souvenir. Pogba ? Pas capable de qualifier MU en finale de la petite coupe européenne.

Mercredi 19 août 2020
1/2 finale de la C1 C-19
Bayern Munich 3-0 Lyon
Buts pour le Bayern : S. Gnabry (18e, 33e),
R. Lewandowski (88e)

Le football est beau et cruel. Beau de voir ce qui arrive à Lyon et à Paris. Cruel pour Cavani (PSG) et Fekir (Lyon) qui ont quitté leur club respectif alors que Paris et l’OL se comportent bien en C1. Lyon sort en 1/2 mais pas la tête haute car ses joueurs n’ont pas su marquer dans leur temps fort en début de match. On a vu un match à sens unique : entre le fer et le coton. Le résultat 3-0 est clair et net comme le football allemand. Quand le Bayern attaque, il attaque vraiment. On sent une force et pas une improvisation de plus. Les Bavarois ne marquent pas les buts avant de les avoir marqués ! Penser que l’on va marquer, c’est le pire moyen pour marquer. Il faut vivre le présent à fond. Lyon a tout donné contre la Juve et City. En 1/2, les Gones étaient cramés.
Maintenant se profile Bayern-Paris c’est du 80 % contre 20 % en faveur des Allemands. Di Maria ne pèse pas lourd d’habitude devant des défenseurs agressifs. A Man United, il n’a fait qu’illusion. Verratti postule une place de titulaire: sera-t-il présent sur la pelouse au coup d’envoi de la finale ? A la hauteur ? Ou faut-il conserver le onze vainqueur de Leipzig ? Navas de retour dans la cage parisienne peut se trouer complétement. Le gardien titulaire n’est pas une forteresse imprenable. celui de Lyon a été très bon contre City et quelconque contre le Bayern. Le football n’est pas une affaire de sentiment. Il faut gagner le match qui fait basculer dans la légende. Le Bayern n’est pas venu à Lisbonne pour disputer la C1 mais pour la gagner. Nuance. Si on sentait un Paris en pleine euphorie comme l’Ajax Amsterdam d’autrefois, on ne se poserait pas de questions mais Paris joue sans dégager de sérénité. Son atout principal reste la transition de balle entre Mbappé et Neymar. S’ils jouent collectifs, Paris à son mot à dire. Si chacun d’eux joue sa partition, il n’y aura pas de match. Alain Giresse les a bien définis: Neymar est l’arc tandis que Mbappé est la flèche.
Neymar est à un match d’une apothéose qui le peut le mettre au niveau de Messi et de C. Ronaldo : celui d’un joueur qui fait gagner la C1. A Paris, il a le rang de Messi au Barça et de CR7 à la Juventus Turin. S’il gagne la C1 avec Paris, il devient une icône sportive. Pour l’instant, il n’est qu’un panneau publicitaire. Jadis, il fallait gagner pour être starifié. Aujourd’hui, non : Kournikova, Griezmann, Chabal, Tsonga… ont fait des pubs sans avoir été des winners. La C1 2020 gagnée sans Messi transformerait l’image de Neymar.
Cette C1 C-19 est orpheline de CR7 et Messi. Ne reste plus que Neymar. Ceux qui voulaient le Ballon d’or, sont à la maison : Pogba (insignifiant à MU), Griezmann (invisible à Barcelone)… Griezmann a dit manger à la table de CR7 et Messi. En effet, pour ramasser les miettes et débarrasser la table.
Neymar a compris avec Thomas Tuchel qu’il devait cesser ses dribbles grotesques au profit du geste juste. Neymar est très bon quand il joue au football et insupportable quand il joue au ballon. Des Neymar qui jonglent, il y en a à la pelle sur le sable de Copacabana.
Cette saison 2020 n’aura pas de Ballon d’or. Erreur historique de France Football. Le magazine avait besoin de ce trophée pour faire du bien à sa trésorerie. Imaginons un Neymar survolant la finale ou Mbappé en pleine réussite face au Bayern… Les deux auraient pu être sacrés Ballon d’or 2020. Et le FF bien se vendre.
La question lancinante de l’importance d’un entraîneur est toujours d’actualité. Les joueurs font plus l’entraîneur que le contraire. Contre la Juve et City, les Lyonnais ont servi la renommée de Rudi Garcia mais contre le Bayern ils furent aux abonnés absents: alors où est l’impact de l’entraîneur ?
Paris est le petit Poucet face à un géant, l’un des plus grands clubs de la galaxie football.
Le Bayern a disputé dix finales de C1:
5 victoires (1974, 1975, 1976, 2001, 2013)
5 défaites (1982, 1987, 1999, 2010, 2012)
Le but ? En gagner une 6e pour atteindre le rang de Liverpool.

:: Page suivante >>

Octobre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software