Catégorie: LA MAISON BLANCHE

31.12.20

Les Flops (Griezmann, Pogba, Neymar et Mbappé), les Tops (Benzema, C. Ronaldo, Braithwaite, Ben Arfa...)

Domenech aurait pu gagner la Coupe du Monde 2006 mais il a perdu sur toute la ligne en 2010. Jamais on a vu un sélectionneur tomber aussi bas: lire un communiqué des joueurs.

Les Flops

Neymar et Mbappé: les produits commerciaux du PSG qatarisé ont été battus en finale de la C1 2020 alors qu’ils affichaient la prétention d’être venus à Paris pour la gagner. Et la presse fait comme si de rien n’était car elle vend sur leur dos.

Griezmann: incapable de s’imposer au Barça qui est sixième. Transfert totalement raté.

Messi: n’a plus envie de jouer en Catalogne.

Pogba: son agent à déclarer qu’il s’ennuyait à Manchester United qui perd toujours plus de son lustre d’antan.

Hazard: insignifiant au Real Madrid où il souvent blessé. La pression ne lui convient pas.

Vieira: limogé de l’OGCNice où il n’a rien prouvé du tout. Il semble mal parti dans la profession, juste un peu mieux que “Titi” Henry

Nantes: le club à l’agonie depuis des années a recruté “l’autre” comme l’appelé Zidane. Il fallait y penser. Suicide sportif ?

PSG: le club a licencié Tuchel de manière non justifiée. Le mépris règne: prends ton oseille et tire-toi !

Gourcuff père: a dit que Maradona n’était pas un exemple. Et son fils en est-il un ?

Varane: souvent passoire quand on lui demande d’être étanche.

Les Tops:

Benzema: royal en Espagne, maudit en France.

Lewandoski: le Polonais du Bayern Munich aurait dû avoir le Ballon d’or 2020.

Suarez: renvoyé de Barcelone, il est leader de la Liga avec l’Atletico Madrid.

C. Ronaldo: toujours aussi brillant à la Juventus Turin.

Ben Arfa: fait taire ses détracteurs parce qu’il s’est bien relancé à Bordeaux où il y a lui et les autres

Antonetti: le retour de l’entraîneur est un retour gagnant. Ce Monsieur a démontré qu’il faisait passer sa femme avec le football. Merci Monsieur.

Zidane: les médisants le donnaient “carbo” au Real Madrid mais il se maintient au poste à haute pression avec sa maestria habituelle.

Ramos: le défenseur est un monument mondial. Les économistes du Real Madrid hésite à le prolonger. On aura tout vu !

Galtier: l’entraîneur positionne Lille au sommet de la L1 alors que le club a tangué lors du changement de direction.

Braithwaite: moqué pour son piètre palmarès, il s’est mieux imposé à Barcelone que le marchand de rasoirs.

30.12.20

Les dessins dans L'Equipe, et L'odyssée du N°10 (Solar)

Puskas, l’un des 5 plus grands joueurs de l’Histoire.

Il fallait ce livre, le voici. Tous les caricaturistes de L’Equipe enfin réunis. Une fine équipe ! Un sacré coup de crayon à répétitions avec des styles différents. Dès le début de l’aventure, sous le nom de L’Auto-Vélo (l’ancêtre), le dessin est présent en une, par le bien d’un certain Jacquet (non, pas Aimé, bien sûr). Ensuite, il y a Mich, le fameux Mich, l’excellent Mich. L’un de mes préférés : un talent époustouflant. Pas d’effet, juste la ligne claire, à la Hergé. Mich s’appelait Jean-Marie Michel Liebeaux. Trop méconnu ! Ses portraits sont somptueux.
Il y a aussi Paul Ordner: ses dessins semblent être des photos prises sur le vif. On tombe aussi sur Pellos, Jacques Faizant, Chaval, Sempé, rien que ça : le haut du panier. Comment oublier Déro alias Robert Decremps. Tous ses dessins sont des merveilles. Il croquait les cyclistes avec maestria. Un maître du genre. Il a enchanté mes matins. Fin XXe, Blachon a clôturé le siècle avec sa verve colorée. Près de nous, Chenez a assuré la qualité, tout comme Chenez. Aujourd’hui on ne passa pas à coté de Faro qui maintient le niveau avec un très grand esprit de pamphlétaire. Les rédacteurs passent pour des tartiniers face aux as du croquis.

-L’Equipe, 100 ans de sport en dessin, Jean-Philippe Bouchard. Solar, 160 p., 24, 90 €

Le N° 10 est un mythe disparu, tout simplement parce qu’il n’y en a plus.
Puskas et Cie sont aux rayons de la mort, de l’oubli, ce qui revient au même.
Neymar salit ce numéro qui est gadget pour lui. Lui c’est plutôt O1, son QI.
Le 10 est le maître du jeu. Le chef d’orchestre. Pas un infect parvenu.
Le livre comporte beaucoup de témoignages. Chacun (Totti, Rai, Giresse, Hagi et Puel) donnent leur avis. Qui compte. Un football sans 10 c’est comme un film sans musique. Et même un film sans personnage central.
A offrir à ceux qui ont la mémoire courte, et aux enfants pour qu’ils connaissent de vrais footballeurs, au lieu de mettre en poster de sinistres personnages qui se croient tout permis parce qu’ils gagnent 2 ou 3 M€ par mois.

-L’odyssée du 10, Collectif (Raphaël Cosmidis, Philippe Gargov, Christophe Kuchly et Julien Momont). Préface Omar Da Fonseca. Solar, 487 p., 17, 90 €

28.10.20

Permalink 00:03:31, Catégories: LA MAISON BLANCHE  

Le Real en sursis avec son nul en Allemagne

Zidane est loin d’avoir tourné la page du Real Madrid. N’est-il pas champion d’Espagne sortant ?

Mardi 27 octobre 2020
Ligue des Champions
Borussia Mönchengladbach 2-2 Real Madrid
Buts pour M’gladbach: Marcus Thuram (33e, 58e)
Buts pour le Real : Karim Benzema (87e), Casemiro (90e +3)

Mené 2-0, le Real a bien réagi, et même très bien réagi.
Les grandes équipes ne meurent jamais ? Pour l’instant c’est vrai.
Le point acquis est important car le Real se maintient en vie.
A présent, le Real n’a plus droit à l’erreur.
Il faudra que les Madrilènes fassent le plein de points contre l’Inter Milan, ce qui n’est pas gagné d’avance.
Au Real, Hazard est pour l’instant le fiasco de Zidane.
On croyait tant à ce joueur qui joue des bribes de match.
Hazard est-il le genre de joueur, bon à Lille, très bon à Chelsea, et incapable de s’imposer dans un club mythique comme le Real.
Qui nous dit que Mbappé réussirait au Real ?
Pour l’instant, il est surtout fort contre Dijon, le dernier de L1. Dès qu’il tombe sur Man United, pourtant faible actuellement, il devient transparent. En fait le Qatar a pris Neymar et Mbappé pour gagner la L1. La C1 reste de la science-fiction. Mbappé ne veut pas prolonger pour l’instant, histoire de faire monter les enchères. C’est monnaie courante dans le football
Regardez Griezmann à Barcelone. On le traite comme un enfant dans la cours des grands. Vérité en deçà de l’Atletico Madrid, erreur au-delà.
Pareil pour Payet à Marseille. 500 000 € par mois pour quoi faire ? Au moins Neymar fait des pubs !

24.10.20

L'éternel Ramos fait gagner le Real Madrid de Zidane devant le fantôme de Messi (Barcelone)

Comme prévu et espéré, Sergio Ramus a fait gagner le Real. Le défenseur héroïque est un talent complet: physique, technique et mental. Il dégage une force inouïe. Force corporelle et force spirituelle. Dès que les adversaires le voient dans le couloir des vestiaires, ils commencent à douter, habités par la peur. Ramos mérite bien sûr le Ballon d’or mais il ne l’aura jamais. Les votants sont incapables de voir sa lumière noire. Il est du niveau de Franz Beckenbauer. Un footballeur à l’ancienne car attaché à son club.

Le clasico de Liga, match aller
Samedi 24 octobre 2020
Barcelone 1-3 Real Madrid, 16 H
But pour le Barça: Ansu Fati 8′
Buts pour le Real: F. Valverde (5e), Sergio Ramos (63e p.), L. Modrić (90e)

APRES LE MATCH:
A la 63e minute, Ramos a fait basculer le match grâce à son talent et à son expérience.
Dans la surface adverse, le Madrilène provoque Lenglet, en masquant son geste. Le Français - encore un enfant du football- tombe dans le panneau et tire sur le maillot de Ramos qui en fait des tonnes en tombant à la renverse. Génial fourberie. Immense stratagème. On dit bravo: la roublardise fait partie intégrante du football, de la vie. A ce jeu-là, Ramos est un génie. Et comme il a un talent extraordinaire, quand il joue, le Real a 100 % de grinta. Sans lui, ça tombe à 30 %.
L’arbitre n’y a vu que du feu: PENALTY ! Bien sûr transformé par Ramos.
Comme quoi la VAR est l’arnaque du siècle. Elle ne sert à rien quant à la vérité de l’action. Fausse tout. L’arbitre a visionné en long en large la vidéo. Il a été incapable de voir que Ramos a surjoué la faute. Oui, il y a eu tirage de maillot, mais au départ c’est lui qui fait une micro faute. Et surtout, il n’y avait aucun danger de but. Certes le tirage a eu lieu dans la surface. Ce penalty a été sifflé pour respecter le règlement mais pour l’esprit du jeu, il ne fallait pas le siffler.
En face, on a vu un Messi totalement absent. Griezmann est entré à la fin. Quelle catastrophe ambulante. Le degré zéro du football. Dès qu’il n’est pas avec Deschamps, il n’existe pas. Incapable de s’imposer dans le vestiaire du Barça qui a fait l’erreur de vendre Suarez. On sent que Messi n’a plus envie de jouer.
Au Real, Benzema a fait un non match mais sa présence seule fait peur aux adversaires.
Varane a joué correctement. Comme à chaque fois que joue Ramos car son aîné fait 80 % du travail dans leur zone.
Zidane a donc fait taire toutes les critiques. Ses joueurs l’aiment toujours.
A noter, le but exceptionnel de Modric. Quand il réalise ce genre de chef d’oeuvre, extérieur du pied droit -c’était le seul geste à faire- il mérite un Ballon d’or à chaque match.
A la fin du match, Koeman a serré la main de Zidane qui est venu vers lui. Double attitude de grand respect mutuel. Deux géants du jeu, dans des genres différents.

AVANT LE MATCH:
Griezmann et Hazard n’ont-ils pas visé trop haut avec le Barça et le Real Madrid ?
Le championnat n’en est qu’à sa 7e journée que la vox populi madrilène demande déjà le départ de Zidane.
Une vraie honte: c’est lui qui porte le club depuis des années et des années. Comme joueur et entraîneur.
Ses détracteurs veulent mettre une autre légende à sa place: Raul !
C’est trop tôt. Il faut attendre le départ volontaire du Français avant de changer une icône par une autre icône.
Zidane est revenu et a conservé la plupart de ses joueurs.
Il est pour l’instant pas récompensé par la signature d’Eden Hazard.
Le Belge, quelle déception !
J’adorais ce joueur à Lille, à Chelsea, mais au Real il est incapable d’assumer son rang.
Il est toujours absent, éternellement blessé.
Ce n’est qu’une ombre. Appartient-il à ces joueurs qu’on a vu trop beau et qui dans un grand club ne supportent pas la pression ?
Zidane s’est aussi trompé avec le gardien Courtois. Navas est bien meilleur.
Modric est écrasé par son Ballon d’or qui aurait dû revenir à C. Ronaldo.
Parlons-en de CR7. Depuis qu’il est parti, le Real n’a plus de leader à part le géant Ramos.
Sans Ramos, le Real n’a plus d’âme et de défense. Ce n’est pas Varane qui va garder la maison. Sans Ramos, Varane se transforme en passoire. Varane est trop fébrile. On sent qu’il a peur dans ses contrôles. Son élégance masque ses carences.
En face, au Barça, Griezmann lui aussi n’est pas brillant. Pas capable de s’imposer comme titulaire.
Hazard et Griezmann sont des enfants. Quand je pense à Eric Cantona. Lui à peine arrivé à Man United, il s’est imposé comme un immense champion. La différence ? A 16 ans, Cantona était déjà un homme. Cantona a rayonné en Angleterre de 1992 à 1997. Hélas ! les matchs n’étaient pas retransmis à l’époque ! Heureusement que je l’ai vu à l’oeuvre à Old Trafford. Jamais je n’avais vu un joueur régner autant sur une rencontre. Il irradiait de lumière, comme tous les artistes qui ont la grâce. Cantona était à la fois Platini et Zidane. Un stratège buteur. C’est lui qui a fait Sir Ferguson et non pas le contraire.

[Post dédié à Raymond Kopa qui aurait été tant heureux de voir ce match]

23.10.20

Varane, Griezmann et Mbappé sont intouchables quand Ben Arfa est toujours discriminé

Pour préserver son noyau dur en vue de Barcelone-Real Madrid, Zidane a fait un turn over mais Varane a encore mal assuré avec un but contre son camp.

Mercredi 21 octobre 2020
1ere journée de C1 C-2021
Chakhtior Donetsk 3-2 Real Madrid
Buts pour les locaux: Tete (29e), Varane (33e csc), Salomon (42e)
Buts pour les visiteurs: Modric (54e), Vinicius (59e)

Le Real Madrid ce n’est pas Arsenal. Dès que Zidane perd, on réclame son départ alors que c’est le Roi de Madrid.
Ingratitude ! A Arsenal, Wenger a perdu plein de matchs clés sans prendre la porte. A Madrid, la pression est constante. A Londres, elle est surtout présente dans les pubs !
Varane est le spécialiste des toiles. Il en fait partout et souvent, en Liga comme en C1. Pas de problèmes pour lui: il a sa place de titulaire assuré au Real et en équipe de France. Le joueur très élégant a la fameuse carte qui faisait défaut à Philippe Noiret, à l’inverse de Gérard Depardieu. Quand Ramos ne joue pas, Varane perd 80 % de son football. Varane ne parviendra jamais à égaler le fabuleux Ramos, joueur au mental d’exception. Des Ramos, il y en a qu’un par siècle.
Griezmann est lui aussi dans les petits papiers de la presse. Les journalistes sont tous à ses pieds. Ils le plaignent: Oh! le pauvre, il faut l’aider à s’imposer au Barça… Résultat, il y est remplaçant. Christophe Dugarry bis, un lustreur de banc de première catégorie. Koeman ne lui fait pas confiance Ombre à Barcelone mais chouchou de Deschamps qui lui réserve toujours une place de choix.
Mbappé lui aussi est traité comme un prince. Il peut perdre, rater son match, il a sa place calfeutrée en équipe de France. Jouer n’est même plus important. Il peut se contenter de marcher 90 minutes. Du moment que les sponsors le voient, c’est parfait. Paris perd avec lui sur le terrain, aucune incidence sur son image. Contre Manchester United (1-2),il a perdu 13 ballons… Remarquez ce n’est rien face aux 27 de son compère Neymar offerts aux Red Devils qui lui disent un grand merci.
Pendant ce temps, Hatem Ben Arfa est vilipendé sur les ondes à longueur d’années. On le traite comme on n’ose pas traiter les voyous de la pire espèce par peur des représailles. Ben Arfa est le Petit Prince égaré dans un monde d’imposteurs. Beaucoup de journaleux nuisent à sa carrière car ils disent tout et n’importe quoi sur lui, son entourage et sa carrière. Ce sont les mêmes qui crachent sur C. Ronaldo car ils savent qu’ils n’obtiendront jamais un entretien avec lui. En revanche, ils ménagent Varane, Griezmann et Mbappé, sinon pas d’interview possible ! L’indépendant Ben Arfa, lui, agace le milieu du football parce qu’il est trop libre. Les soumis aux grands groupes de presse, eux, sont des esclaves du Paf qui attendent la fin du mois pour accéder à leur misérable pitance.

:: Page suivante >>

Janvier 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software