Catégorie: BARCA ES MES QUE UN CLUB

19.09.17

LIGA 2016-2017: Neymar (13 buts) ou le complexe du buteur: Ronaldo (25) et Messi (37)

Aux dernières nouvelles, l’entraîneur du PSG a dit que le penalty en faveur des parisiens doit être tiré une fois sur deux par Neymar ou Cavani. C’est ce qui s’appelle ne pas prendre de décisions.
On vient d’avoir une nouvelle preuve que le PSG n’a pas d’entraîneur. Les joueurs font ce qu’ils veulent, surtout qu’il y a une forte présence brésilienne qui a les clefs du vestiaire. La dispute entre Cavani et Neymar plus Alves devant tout le monde démontre que l’entraîneur est un fantôme.
Autre exemple: Unai Emery a fait croire qu’il avait évincé Hatem Ben Arfa avant de le reprendre avec les pros, cela est une nouvelle preuve de son non management.
Concernant les chamailleries Cavani-Neymar elles étaient prévisibles et ce n’est que le début.
Neymar est venu à Paris pour avoir le Ballon d’or qui est décerné par la rédaction de France Football.
Donc il veut marquer beaucoup de buts.
Marquer, c’est sa faiblesse.
La saison 2016-2017, il n’a marqué que 13 buts en Liga, c’est indigne d’un grand attaquant.
Dans la même saison, ses partenaires Suarez (29 buts) et Messi (37 buts) en ont inscrit plus que lui. L’Argentin, très gentil, laissait parfois tirer le penalty à son jeune partenaire alors que pourtant il devait beaucoup marquer pour distancer son rival du Real Madrid: Ronaldo (25 buts).
Neymar est venu à Paris pour se débarrasser de la concurrence de Messi, Suarez et Ronaldo.
Pour lui, Cavani, ce n’est pas un adversaire pour le Ballon d’or.
Parfois il existe aussi des primes au meilleur buteur. D’où les conflits.
Cavani débarrassé d’Ibrahimovic voulait devenir le N°1 du PSG mais maintenant le club a tout donné à Neymar. Rappelez-vous, le nom du Brésilien a été écrit sur la Tour Eiffel alors qu’il n’a rien gagné avec Paris !
Le plus intelligent c’est Mbappé qui regarde ça de loin.

Nice 3-0 Barcelone, 19 septembre 1973 (UEFA)

32e aller de l’UEFA 1974
19 septembre 1973
OGCNice 3-0 Barcelone
Buts pour le Gym: van Dijk (4e), Molitor (68e, 79e)

Match retour:
Barcelone 2-0 Nice
Buts du Barça: Sotil (21e), Juanito (61e)

OGCNice:
Baratelli - Grava, Isnard, Adams, Chorda - Huck, Eriksson, Jouve - Molitor, van Dijk, Loubet
Manager: Jean Snella

FC Barcelone:
Sadurni - Torres, Gallego, Juan Carlos, De la Cruz - Costas, Asensi, Sotil - Juanito, Marcial, Carreno
Manager: Rinus Michels

Pour un tel match, il n’y avait que 17 000 personnes, dont moi. Le stade n’était pas plein. C’était un mercredi. Johan Cruyff, non qualifié, était dans les tribunes du Ray. C’est la seule fois où je ne suis trouvé non loin de lui. Je ne l’ai pas vu. J’étais au populaire et lui en présidentielle.
Grand match de Nice. Regardez la vidéo avec les commentaires de Michel Dhrey.
On note la présence de Jean-Pierre Adams, le valeureux défenseur toujours dans le coma auprès de sa femme.
Il y aussi Isnard, Chorda et van Dijk tous trop tôt disparus.
On voit aussi les débordements de Charly Loubet, ailier fantastique. Une machine à centrer.
Nice avait un milieu d’exception: Jean-Noël Huck, Roger Jouve et Leif Eriksson.
Le trio d’attaque était aussi grandiose, comme le gardien.
Les deux entraîneurs - Jean Snella et Rinus Michels- ne sont plus de ce monde, hélas ! Deux coachs très au-dessus de tous les faux cadors qu’on nous vantent aujourd’hui.

12.09.17

Coup d'envoi de la C1 2018 avec du grand Messi, et des matchs amicaux du PSG et de Chelsea

Mardi 12 septembre 2017, 20 h 45 /beIn sports 1
Phase de groupe C1 2018
Celtic Glasgow 0-5 PSG
Buts pour les visiteurs: Neymar (19e), Mbappé (34e), Cavani (40e pen., 85e), Lustig (83e c.s.c.)

Il n’y a eu pas de match, tant les Ecossais sont faibles. La mondialisation massacre la spécificité des clubs. Les Ecossais n’ont plus rien dans les chaussettes, ni vitesse, ni grinta. Jadis ils arrachaient tout sur leur passage avec le mental.
Il ne faut pas que le PSG saute au plafond car les matchs de poules mettent en présence des adversaires disproportionnés. C’est comme aux 24 heures du Mans: il y a les bolides et les voitures de série.
La C1 ne débute qu’en 8e de finale. Avant, il faut se farcir des matchs avec des clubs faiblards. De faux matchs, des matchs inutiles.
En Ecosse, Neymar a marqué le premier but, soit le plus important. On a vu un sublime Rabiot et un bon Mbappé. A noter, le retour du très bon Verratti.

Les autres matchs:
*FC Barcelone 3-0 Juventus Turin
Buts pour le Barça: Messi (45e, 69e), Rakitić (56e)
Messi s’est promené, dominant les Italiens de la tête, des épaules et du reste.

*Manchester United 3-0 Bâle
Buts pour MU: Fellaini (35e), Lukaku (53e), Rashford (84e)
Le retour des Red Devils en C1 fut un match d’entraînement.

*Bayern Munich 3-0 Anderlecht
Buts pour les Bavarois: Lewandowski (12e pen.), Thiago Alcántara (65e), Kimmich (90e)
Le Bayern a fait le travail.

*Chelsea 6-0 Qarabað
Buts pour les Blues:
Pedro Rodríguez (5e), Zappacosta (30e),Azpilicueta (55e), Bakayoko (71e), Batshuayi (76e), Medvedev (82e c.s.c.)
Les Londoniens ont donné un récital.

*AS Roma 0-0 Atlético Madrid
*Benfica Benfica 1-2 CSKA Moscou
*Olympiakos Pirée 2-3 Sporting CP

03.09.17

L'Espagne rayonnante domine largement l'Italie faiblarde

L’Espagne sera parmi les favoris en Russie. L’ère de l’Espagne n’est pas finie. Isco a été fantastique et a effacé Verratti par des gestes de grande classe, dont un sombrero. En prenant un carton jaune -complétement évitable- dès la 4e mn de jeu, le milieu défensif italien a fragilisé toute l’Italie.

Samedi 2 septembre 2017
Espagne 3-0 Italie
Buts pour la Roja: Isco (13e et 40e), Morata (77e)

Groupe G
1 Espagne 19 pts + 21
2 Italie 16 pts + 11

Espagne
DE GEA (7) Sécurisant
ALBA (6) Correct
RAMOS© (8) Tranchant comme toujours
PIQUE (7) Le Barcelonais a été digne malgré les huées des Madrilènes
CARVAJAL (6) Bon dans son rôle de piston
INIESTA. (7) Travailleur acharné. Alvaro MORATA (72e) (7) Plus qu’un remplaçant
KOKE (6) A fait son match
BUSQUETS (6) Toujours présent
ASENSIO (7) A fait ce qu’il devait faire. Puis SAUL (78e) Non noté
SILVA (6) RAS
ISCO (8) Parfait. Puis Villa (89e). Non noté
Sélectionneur: LOPETEGUI (8) Poursuit la tradition d’excellence

Italie
BUFFON © (5) Bien esseulé
DARMIAN (2) Indigne de la sélection
BARZAGLI (2) K.O. debout
BONUCCI (1) Il a joué ?
CANDREVA(2) Une ombre avec un maillot. Puis BERNARDESCHI (70e) (2) A couru dans le vide
SPINAZZOLA (2) On ne peut pas lui demander plus
VERRATTI (1) Joueur surcoté, ridiculisé plusieurs fois par Isco
DE ROSSI (2) Trop âgé
BELOTTI (2) Lui ou un autre c’est pareil. Puis EDER (70e) Devrait être remplaçant du remplaçant
INSIGNE (2) Aucun signe de talent
IMMOBILE (1) Porte bien son nom. Puis GABBIADINI (79e). Non noté.
Sélectionneur: Giampiero VENTURA (2) Il a confondu match important avec match amical.

Ceux qui pensaient que l’Espagne était en fin de cycle doivent revoir leur position: l’Espagne est en plein renouveau. On peut parler de continuité.
Les Italiens n’ont pas été brillants en Espagne où ils ont laissé des plumes et une salle impression, celle d’une équipe en bout de course, sans âme, sans identité, sans grinta.
L’Espagne au contraire a été conquérante et de plus sans forcer son talent: l’Espagne a joué facilement. L’Espagne a de grandes individualités au service d’un collectif. Le contraire de Verratti au jeu stupide de l’agresseur qui joue de manière stupide.
Côté Espagne, Isco a été sensationnel et Morata tout autant. Asensio a tenu ses promesses.
On peut aussi citer le gardien de Gea et Ramos, sans oublier l’inusable Iniesta.
L’Espagne est quasi déjà en Russie. L’Italie, elle, devra passer par les barrages pour accéder à la Coupe du Monde 2018.

01.09.17

Match au sommet: ESPAGNE-ITALIE

Samedi 2 septembre 2017, 20 h 45
7e journée pour qualification Coupe du monde 2018
Espagne - Italie/ Canal+ Décalé

Résultat du match aller:
2e journée
Italie 1 – 1 Espagne, à Turin
6 octobre 2016
But pour l’Italie: De Rossi (82e pén.)
But pour l’Espagne: Vitolo (55e)

Classement
1 Espagne 16 pts 6 matchs/ 5 1 0/ 21 3 + 18
2 Italie 16 6/ 5 1 0/ 18 4 + 14
3 Albanie 9 6/ 3 0 3/ 7 11 - 4
4 Israël 9 6/ 3 0 3/ 9 12 - 3
5 Macédoine 3 6/ 1 0 5/ 8 13 - 5
6 Liechtenstein 0 6/ 0 0 6/ 1 24 - 23

Invaincus, les deux pays se rencontrent dans un match qui promet beaucoup.
L’Italie n’a jamais de chance au tirage car elle prend toujours des gros clients, à l’inverse de la France de Didier Deschamps.
Les Italiens et les Espagnols sont invaincus.
On devrait voir un très grand match.

:: Page suivante >>

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software