Catégorie: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS

21.03.17

Piqûre de rappel: la corruption en politique

Jean Gabin (acteur), Michel Audiard (dialoguiste), Georges Simenon (romancier), Henri Verneuil (cinéaste). Je vote pour eux, les yeux fermés.

Chaque jour, ou presque, on apprend une nouvelle affaire de corruption politique.
Faut-il pour autant dire: “tous pourris” ? Faut-il voter “la fille de…” ?
Non, mais il faut faire le ménage car chaque magouille éloigne les citoyens non encartés de la politique.
Un jour, un politique condamne les imposteurs, le lendemain on apprend que lui-même a mangé dans la gamelle.
Le soupe est bonne, n’est-ce pas ?
“Il faut choisir: soit l’argent, soit la politique” a dit Edouard Herriot à Emmanuel Berl dans les années 1930.
Personne dans la campagne présidentielle ne parle du BIEN PUBLIC.
Le Bien Public n’est jamais évoqué. Cette expression, oui cet état d’esprit a été rangé dans l’armoire des souvenirs.

10.02.17

Gabin-Audiard-Simenon-Verneuil contre les conflits d'intérêts à l'Assemblée Nationale

Le grand Jean Gabin avec les mots de Michel Audiard. Voilà deux grands hommes. Je vous rappelle que Jean Gabin fut un grand résistant et qu’il libéra Paris et donc la France. Ce n’était pas un politicien qui se remplit les poches en temps de paix avec l’argent des contribuables. Jean Gabin demeure un exemple. C’est un véritable héros. Voilà pourquoi il est si parfait dans Le Président.

09.02.17

Un timbre en hommage à Mr Lucien Neuwirth (1924-2013), le père de la contraception

Le timbre hommage à Lucien Neuwirth est inspiré de l’affiche du planning familiale de 1978. Trois générations de femmes pour une même phrase «Un enfant, si je veux…quand je veux » et cela grâce à la loi relative à la régulation des naissances du 29 décembre 1967. Loi dont il est à l’origine et qu’il a ardemment défendue.
Lucien Neuwirth était un miraculé. Les nazis l’avaient fusillé et laissé pour mort. Monsieur Neuwirth a plus fait pour la condition féminine que toute la racaille moderne qui s’est servie de cette cause à des fins personnelles.

Il y a des hommes dont on ne parle pas assez.
Lors des élections présidentielles 2007, la droite a pris pour héros des hommes de gauche: Jaurès, Blum et Môquet. Elle n’a pas su regarder dans son propre camp: Lucien Neuwirth, par exemple, homme remarquable.
Né le 18 mai 1924, à Saint-Etienne, l’ancien député(UNR, UDR et RPR), sénateur et membre du Comité consultatif national d’éthique a laissé son nom dans l’Histoire pour avoir proposé la loi Neuwirth lors de l’autorisation de l’utilisation de la contraception orale en 1967.
Lorsqu’il a entendu l’appel du 18 juin 1940 par De Gaulle, à 16 ans, il organisa un groupe de jeunes amis convaincus comme lui qu’il fallait résister au lieu se coucher devant les ennemis. Ensuite, il s’engagea dans les Forces françaises libres puis fut parachuté aux Pays-Bas où il a été fait prisonnier et fusillé. Par chance, il a survécu au peloton d’exécution : blessé et recouvert par le corps d’un de ses camarades, il est resté vivant grâce à quelques pièces de monnaie- anglaises- sur lesquelles ont ricoché les balles. Sa famille a reçu un courrier avec la mention votre fils est “mort pour que vive la France".
Lucien Neuwirth a su dépasser les clivages politiques pour améliorer la France. Non seulement, il a combattu pour libérer notre pays de la présence des nazis mais en temps de paix, il a combattu aussi son propre camp de droite afin de se rallier à des gens de gauche- et pour la bonne cause!-, notamment ceux du Planning Familial dont Madame Evelyne Sullerot, également une héroïne de la Résistance. Tous deux sont deux immenses acteurs du XX siècle. (1)
Deux ministres de gauche ont assisté néanmoins aux obsèques de Lucien Neuwirth, grand résistant, gaulliste historique et “père de la pilule contraceptive"- c’est la bonne expression…-, décédé à l’âge de 89 ans, dans la nuit du 25 au 26 novembre 2013: Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, et Marisol Touraine, ministre de la Santé. Merci à elles d’avoir empêché que la gauche ne se ridiculise par son absence. J’aurais aimé que le pt Hollande se déplaçât pour honorer la mémoire de Lucien Neuwirth.Vendredi 29 novembre 2013, en l’église Saint-François-de-Sales, à Paris (XVIIe) on a vu, outre sa famille et ses proches, Charles Pasqua, Gérard Larcher, Patrick Ollier, Antoine Rufenacht, Bernard Debré, Roger-Gérard Schwartzenberg, Michel Roussin, Jean-François Legaret et Paul-Marie Coûteaux.
Pour mener son combat contre les avortements clandestins qui conduisaient parfois à la mort de la femme enceinte, le député puis sénateur de la Loire trouva un allié en la personne du général de Gaulle qu’il aimait tant depuis son adolescence. A l’Elysée, il dit au général :
-"Vous avez donné le droit de vote aux femmes. Donnez-leur maintenant le droit de maîtriser leur fécondité.” Le général répondit:
-"C’est vrai, transmettre la vie, c’est important. Il faut que ce soit un acte lucide. Continuez !”
Rien ne fut facile, car la droite était contre leur collègue qui se rapprochait de la gauche, au nom de la finalité de son combat. Georges Pompidou, premier ministre, fit de l’humour noir avec le député:
-"Alors Neuwirth vous allez être célèbre : le général vient de faire inscrire votre proposition de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée.”
Le héros, à double titre, fut inhumé lundi 2 décembre 2013 dans le département de la Loire, au sein du caveau familial, dans le cimetière de Crêt de Roch, après une messe dans la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne.

(1)Sans Evelyne Sullerot et sans Lucien Neuwirth, notre vie ne serait pas la même. C’est peu de le dire!
Mme Sullerot était de gauche, et lui de droite.
Heureusement que Lucien Neuwirth n’a pas été arrêté par de telles considérations. Quand le député de droite fit la connaissance du Mouvement français pour le planning familial, il rédigea une proposition de loi et rassembla autour de lui d’autres députés gaullistes favorables à l’abrogation. La majorité y était violemment hostile. Après bien des atermoiements, la « loi Neuwirth » légalisant la contraception fut votée le 29 décembre 1967. Pour la plus grande joie de Mme Sullerot.
L’ouverture pour eux ce n’était pas un gadget de la basse politique. Il s’agissait de l’ouverture d’esprit. On leur tous quelque chose.
Tous les deux sont très importants, tout comme Mme Simone Veil. Le grand mérite de Mme Simone Veil, quant à elle, fut d’avoir été le maître-d’œuvre de l’adoption par le Parlement du projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), qui dépénalise l’avortement. Le texte entra en vigueur le 17 janvier 1975. A l’époque, elle reçut des attaques de l’extrême-droite et d’une partie de la droite traditionnelle.

05.02.17

"La politique devrait être une vocation et non pas un métier." Au plus grand mépris du peuple, la France est un gâteau que se partage la caste de la démocratie totalitaire

Le grand Jean Gabin avec les mots de Michel Audiard. Voilà deux grands hommes. Je vous rappelle que Jean Gabin fut un grand résistant et qu’il libéra Paris et donc la France. Ce n’était pas un politicien qui se remplit les poches en temps de paix avec l’argent des contribuables. Jean Gabin demeure un exemple. C’est un véritable héros. Voilà pourquoi il est si parfait dans Le Président.

Est-ce que l’on vivra assez pour voir une Révolution, celle qui rendra le peuple souverain ?
Le peuple va-t-il encore longtemps se faire confisquer le pays par une poignée de profiteurs, tous partis politiques confondus ?
Pour un Pierre Mendès France combien de voyous ?
Emmanuel Berl m’a dit ce mot que lui a confié Edouard Herriot: “Il faut choisir: la politique ou l’argent ?” Lui avait choisi la politique.
La nouvelle affaire salit une nouvelle fois la France.
Une de plus ! Droite, gauche, même combat.
On nous promet l’extrême droite. Cela serait encore pire !
En fait, les élus ne servent pas la France mais se servent d’elle.
Ecoutons encore une fois Gabin-Audiard-Simenon-Verneuil.
Tout est dit. On était en 1961. C’est toujours d’actualité, hélas !

02.02.17

Eloge du dégoût (Bernard Morlino/ Le Rocher). Suite et pas fin.

République Française ou République bananière ?

Vu tout ce qui se passe en France, la veille de l’élection présidentielle de 2017, je republie un extrait de mon livre Eloge du dégoût (2012, Editions du Rocher) Le passage ci-dessous provient du chapitre: “Plus personne n’a le droit d’être pauvre” (p.13-p.24).

-"Au sommet de l’Etat, à la Bourse, à la télévision, les menteurs sont en première ligne. Le matin, ils peuvent dire noir. Et le soir, blanc. Selon le principe des dominos, ils se protègent les uns des autres. Duper son voisin est un sport national et nous ne sommes pas loin d’être champions du monde. En démocratie, on ment tout comme dans les dictatures avouées. Seul le dégoût permet d’y voir clair. Les autocrates ont même oublié qu’ils ne sont que locataires de l’Histoire.” (Page 14)

-Eloge du dégoût
de Bernard Morlino
2012, Editions du Rocher

[Post dédié à Jean Moulin & à Charles de Gaulle]

:: Page suivante >>

Mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software