16.02.19

Permalien 10:38:47, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Adieu au mythique Gordon Banks (1937-2019)

On l’appelait la “Banque d’Angleterre” tellement il était une assurance tous risques dans la cage anglaise.
Vainqueur de la Coupe du monde 1966, le gardien anglais a marqué l’histoire.
A l’époque sans internet, il a fait le buzz avec un arrêt extraordinaire sur une tentative de Pelé qui semblait imparable. Cet arrêt a fait le tour du monde. Plus fort qu’un but.
L’international aux 73 sélections, entre 1963 et 1972), n’a jamais joué dans un grand club.
1959-1967: Leicester City, 356 matchs
1967-1972: Stoke City, 250 matchs
Voilà pour l’essentiel de sa carrière. Il n’a jamais été champion d’Angleterre.
Il a été aussi quart de finaliste des Coupes du monde 1962 et 1970.
Aujourd’hui, il jouerait à Liverpool ou Man United.
La maladie l’a souvent frappé. Une vie avec beaucoup de souffrance.
Sans avoir joué au Real Madrid ou à Barcelone, Banks appartient à la galaxie des gardiens historiques. Il avait une présence sensationnelle. Il rassurait ses partenaires et angoissait les adversaires. Uniquement par son talent, et absolument pas par un comportement agressif comme celui de Schumacher, Harald et non pas le pilote de F1 qu’on aimerait voir d’aplomb.
Même si je fais d’atroces impasses sur des disparitions, mon blog est aussi une nécropole. Hélas !
Si l’on pouvait se réjouir de l’éclosion d’un grand artiste dès le jour de sa naissance, mon blog serait une maternité.

[Post dédié à Michel Bernard, ancien rival de Michel Jazy]

13.02.19

Permalien 00:53:06, Catégories: THE RED DEVILS, PARIS SERA TOUJOURS PARIS  

Un séduisant Paris fait gagner le football devant un MU à la dérive

Le nouvel entraîneur de MU a perdu son premier match comme coach de MU face à Paris. Il garde espoir pour le match retour. Ce sera mission impossible. OGS retiendra qu’il a disputé et perdu son premier match en C1, cette fois sur le banc des entraîneurs. La douleur est d’autant plus grande qu’elle s’est déroulée à Old Trafford. Le poids de l’Histoire a écrasé ses joueurs au lieu de les transcender. Tuchel a mieux préparé ses joueurs. Il faut lui tirer un grand coup de chapeau. Paris a vraiment tiré le gros lot. L’Emir du Qatar a fait un choix qui prouve sa compétence. RESPECT.

Mardi 12 février 2019
8e aller de C1
Manchester United 0-2 Paris
Buts pour Paris: Kimpembe (53e), Mbappe (60e).

Man United: De Gea; Young ©, Bailly, Lindelof, Shaw; Matic, Herrera; Lingard (Alexis 45e), Pogba (expulsé en fin de match), Martial (Mata 46e); Rashford (Lukaku 84e).
Sur la banc: Romero, Dalot, Jones, Fred.
Manager: Solskjaer

PSG: Buffon, Kehrer, Silva, Kimpembe, Bernat, Marquinhos, Verratti (Paredes 75e), Alves, Draxler, Di Maria (Dagba 81e), Mbappe.
Sur le banc: Areola, Choupo-Moting, Kurzawa, Nkunku, Diaby.
Manager: Tuchel

Solskjaer a réenclenché le rêve mais Tuchel a fait redescendre sur terre le peuple rouge.
C’est le football qui a gagné, et c’est tant mieux.
Paris a laissé passer l’orage (in)offensif de MU au début du match avant d’augmenter le jeu à tous les niveaux: hargne, intensité, talent, volonté, intelligence tout ça était visible du côté parisien.
En face, on a vu un MU maladroit, frileux, sans imagination, et surtout avec une attaque transparente. MU aurait pu jouer 4 heures, il n’aurait pas marqué un seul but. Un tir cadré en 95 minutes. Quelle honte !
D’emblée Martial n’était pas dans le coup. On se demandait ce qu’il faisait dans le onze de départ.
L’absence de Neymar et de Cavani a transcendé le PSG. Un peu comme quand on joue a 10 contre onze. Le PSG avec Neymar et Cavani aurait-il été autant solidaire ? Les absents ont toujours tort. La victoire 0-2 c’est grâce au travail de Tuchel qui est un grand entraîneur à l’inverse de l’ex coach (aujourd’hui à Arsenal) qui ne diffusait que de la peur, du stress, de la frustration. L’Allemand diffuse lui de la confiance, de la compétence, de la force. Cela change tout.
Le PSG a donné une belle démonstration de maîtrise à l’extérieur.
MU ? Pour le voir bien jouer, il faut regarder YouTube !
On a vu toutes les faiblesses de MU. Il faut sortir le chéquier.
Il faut un cador à chaque ligne.
Paris a un pied en 1/4 de finale. Nous ne sommes pas dans la configuration Emery.
Tout le PSG est à féliciter: mention spéciale à Kimpembé, Marquinhos, Alves et Draxler. Mbappé a bien tenu son rang. Discret avant de trouver la faille.
J’aurais pu être à la place de Buffon tant le gardien italien n’a eu quasi aucun arrêt à faire, sauf au début du match
En face, De Gea a évité un humiliant 0-4.
Le match retour ? Il permettra aux Mancuniens de visiter Paris.
Quand il y a eu les attentats, on a entendu la Marseillaise dans les stades, même en Angleterre. A présent, Paris, souillé depuis des semaines et des semaines chaque week-end, redore son blason, par le biais du sport. Merci le football !

PS: MU a été aussi piégé par l’arbitre UEFA. En Premier League on laisse plus jouer les équipes dures sur l’homme. En C1, non. Paris a joué un match de C1 tandis que MU s’est cru en Premier League !

11.02.19

Permalien 00:11:06, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Nice bat Lyon 1-0. Courte victoire, grand succès

Dimanche 10 février 2019
24e journée de L1
OGCNICE 1-0 Lyon
But pour les Aiglons : Walter (68e s.p)

OGC Nice : Benitez - Burner, Hérelle, Dante ©, Sarr - Cyprien, Tameze, Walter - Myziane (Pélican, 65e), Ganago (Jallet, 73e), Saint-Maximin (Wade, 83e).
Manager: Vieira

Olympique Lyonnais : Lopes - Dubois (Tete, 86e), Marcelo, Denayer, Mendy - Ndombele, Aouar (Cornet, 86e) - Traoré (Terrier, 80e), Fékir ©, Depay - Dembélé.
Manager: Génésio

Classement
1 Paris 59 pts 22 m/ 19 2 1/ 68 13 + 55
2 Lille 49 24/ 15 4 5/ 42 22 + 20
3 Lyon 43 24/ 12 7 5/ 38 27 + 11
4 Montpellier 37 23/ 9 10 4/ 31 19 + 12
5 OM 37 24/ 11 4 9/ 38 34 + 4
6 Saint-Etienne 37 23/ 10 7 6/ 33 29 + 4
7 OGC Nice 37 24/ 10 7 7/ 19 23 - 4

Lyon a beaucoup attaqué mais Nice, l’une des meilleurs défense de France a bien résisté avec son gardien de but premier plan, Benitez.
Les trois points de Nice ne sont pas volés.
Les Lyonnais avaient-ils la tête ailleurs puisqu’ils vont affronter Barcelone en 8e C1 ?
Possible qu’ils n’aient pas tout donné.
Le match d’avant la C1 est toujours très délicat à négocier.
Nice en a profité. Vieira partage son expérience aux jeunes Aiglons.
Nice joue comme jouait Vieira: gros mental, physique excellent et constance régulière. Dans un match, Vieira ne traversait jamais de moments creux. Toujours concentré.

[Post dédié à MM. Rivère & Fournier qui ont laissé Nice plus grand qu’à leurs arrivées]

07.02.19

Permalien 22:36:27, Catégories: LITS ET RATURES  

Livres : bons d’entrée (Rambaud, Kirby, Menant, Foucquet, Wallendorf, Cerquiglini, «Sido», Flynn, Cioran et Proust) et aussi les bons de sortie !

Les bons d’entrée :

-Emmanuel le Magnifique, Patrick Rambaud Grasset, 260 p., 16,50 €. Portrait au vitriol par un Daumier qui croque par écrit.

-Le Ha-Ha, David Kirby. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christian Garcin. Actes Sud, 100 p., 15 €. Parabole de la tranchée qui divise le sol sans nuire au paysage. Le poète d’ouverture abolit les clôtures.

-L’homme qui croyait en sa chance, Marc Menant. Ramsay, 237 p., 19 €. Une ode à Jean Mermoz dans un style aérien.

-Lettres de Chine à sa famille (1698-1721), Jean-François Foucquet. Mercure de France, 215 p., 11 € 80. Un envoyé spécial haut de gamme dans la Chine du XVIIIe siècle.

-L’Appel, Fanny Wallendorf. Finitude, 346 p., 22 €. Une biographie romancée du champion Dick Fosbury. Un livre qui prend de la hauteur.

-Les mots disparus de Pierre Larousse, introduction de Bernard Cerquiglini. Présentation de P. Larousse par Jean Pruvost. Larousse, 192 p., 14, 95 €. Toujours instructif et plein d’esprit. Le vocabulaire s’appauvrit plus qu’il ne s’enrichit.

-Lettres à Colette 1903-1912, Sido. Présenté par Gérard Bonal. Libretto, 575 p., 12, 80 €. La correspondance d’une mère à sa fille, THE écrivain - surtout pas écrivaine- par excellence.

-Moi et Castro. Suivi de Ce qui m’est réellement arrivé en Espagne, Errol Flynn. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) et préface de Thierry Beauchamp. Editions du Sonneur, 103 p., 7,50 €. OVNI littéraire signé par un «œil hollywoodien» qui parle d’une femme comme un maquignon.

-Pensées étranglées. Précédé du Mauvais démiurge. Cioran, Folio/ Sagesses, 87 p., 3, 50 €. Un écrivain qui donne des aphorismes comme les abeilles, du miel.

-Journées de lectures, Marcel Proust. Folio, 81 p., 2 €. Le romancier confie n’avoir jamais été déçu par un livre qu’il aime.

Les bons de sortie :

-Paul, Bruno Le Maire. Gallimard, 160 p., 15 €. Style d’une platitude abyssale. Gide a prévenu : pas de bonne littérature avec des bons sentiments.

-Visages cachés, Salvador Dali. Postface Haakon Chevalier. Libretto, 480 p., 11,30 €. N’a jamais été considéré comme un des leurs par les Surréalistes Ernst, Masson et Tanguy.

-Vivant, Aymeric Caron. Flammarion, 272 p. , 19, 90 € . «Chaque heure qui passe prolonge mon existence et la raccourcit en même temps». Tout est à l’aune de cette sornette.

-Que faire des cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, Maxime Rovere. Flammarion, 204 p., 12 €. Ecrire sur un tel sujet sans un gramme d’humour, faut le faire !

-A nous la liberté !, Christophe André, Matthieu Ricard, Alexandre Jollien. L’Iconoclaste/ Allary Editions, 592 p., 22, 90 €. Habituel enfilage de perles.

-Vital ! Dr Frédéric Saldmann. Albin Michel, 290 p., 19,90 €. Baratin récurrent pour ceux qui fument en rêvant d’arrêter.

-Il faut du temps pour rester jeune, Michel Drucker. Robert Laffont, 286 p., 21, 50 €. Radotage par un baron du PAF qui bénéficie de la plume du méconnu Jean-François Kervéan.

- PS: L’Heure des Pros II, présentation Julien Pasquet. Vendredi 8 février 2019, CNews. : https://www.dailymotion.com/video/x72322w#tab_embed

06.02.19

Permalien 23:37:00, Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR  

Comme prévu, Manchester City est leader de Premier League !

Guardiola est le patron de la Premier League. C’est le digne successeur de Sir Ferguson. Arsène Wenger et J. Mourinho ont été éliminés par leur incompétence respective parce qu’ils se perdent dans la communication alors que Guardiola ne fait parler que le terrain !

Mercredi 6 février 2019
Match avancé de la 27e journée
Everton 0-2 Manchester City
Buts pour les Citizens: Aymeric Laporte (45e + 2), Gabriel Jesus (90e + 7)

Classement:
1er Man City 62 pts 26 m + 48
2 Liverpool 62 pts 25 matchs + 41
3 Tottenham 57 pts 25 m + 27
4 Chelsea 50 pts 25 m + 22
5 Man United 48 pts 25 m + 14
5 Arsenal 47 pts 25 + 15

Man City est leader ! Sa victoire à Everton permet au club entraîné par Guardiola de dépasser les Reds de Liverpol, au goal average.
Les Citizens ont bien géré la partie, jouant propre, sérieusement.
Une construction de LEGO, de MECANO.
Coaching 100 % gagnant: Jesus et De Bruyne sont entrés en jeu dans les dernières minutes. Passe décisive du Belge. But du Brésilien.
Liverpool a une fois de plus laissé des points bêtement. Les Reds ne savent pas être leaders. Ils ont peur de perdre, et donc… de gagner !
Les joueurs de Liverpool perdront le championnat à Old Trafford, à la fin du mois de février.
Man United va se faire une joie de battre Liverpool.
Tout ! sauf Liverpool 1er de la Premier League en fin de saison. C’est ainsi que parlent les fans de Man United.

PS: résultat de Barcelone-Real Madrid, en 1/2 finale Coupe du Roi, match aller(1-1) But pour le Real (Vasquez, 6e). But pour le Barça (Malcom, 57e)

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Février 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software